Page 1

CE N’EST PAS L’ALCOOL QUI Je dis : Je ne suis plus le même. Elle demande : Es-tu encore le même ? Elle ne voit pas que j’ai changé. Est-ce que j’ai changé ? Je dis : Ce n’est pas l’alcool qui tue C’est la vie à petite dose Qui s’infiltre, qui s’insinue Dans les méandres de la peau. Qui passe les plats, les petits fours ? Les années ? Ah bon, on en redemande ? En se disant à qui le tour D’avoir le sourire de commande Sur les photos, dans les dîners Où les familles gèrent l’attente En s’empiffrant de canapés En s’étouffant de pâte d’amande. Je dis : Je ne sais pas mon âge. Elle demande : Quel âge as-tu ? Elle ne voit pas que je surnage Pensant qui boira a bu. Je dis : Ce n’est pas l’alcool qui tue C’est la vie insidieusement Qui s’ingénie, qui s’évertue A nous rendre toujours moins vivants. Qui aura la force du naufragé De l’égaré seul sur son île A se croire seul rescapé D’une espèce quasi inutile ? Qui ne se jetterait pas à l’eau Pour nager comme un forcené Pour nager jusqu’au point zéro Où tout est à recommencer ? Moi je resterais sur la grève A attendre le dernier navire Celui qui passe comme dans un rêve Celui qui finalement chavire.


Je dis : Je ne fais rien demain. Elle demande : Que fais-tu demain ? Je dis : Je ne vais nulle part. Elle demande : On sort ce soir ? Et elle ressemble à un écho Perdu dans une chaîne stéréo. Je pense : Ce n’est pas l’alcool qui tue Ou juste un peu mon Capitaine A la vie on s’y habitue Mais pas aux jours de la semaine. Ce n’est pas l’alcool qui tue Ou presque pas mon camarade Entre les vices et les vertus Il y a l’espace d’une rambarde Où s’accrocher le cœur vaillant Les mauvais jours de tempête Quand le fond de verre est méchant Et vous invite à faire la guerre. Je dis : Je ne veux plus te voir. Elle me commande une autre bière. On dirait la fin d’une histoire Sauf que le film passe à l’envers. Je dis : Ce n’est pas l’alcool qui tue C’est la vie et le remords De ne rien en faire de plus Que de l’emplir jusqu’à la mort. Elle hausse un sourcil, une épaule A l’air d’une parfaite étrangère Et ce bistrot devient le pôle Où dériveraient deux icebergs J’insiste en crachant sur la table Des mots, de l’ivresse et du vent Alors la voilà qui s’éloigne C’est la vie obstinément Moi je resterais sur la grève A attendre le dernier navire A attendre jusqu’à ce que je crève Ou que finalement je chavire.


Ce n’est pas l’alcool qui tue C’est la vie à petite dose Ce n’est pas l’alcool qui tue C’est la vie insidieusement Ce n’est pas l’alcool qui tue Ou juste un peu mon Capitaine Ce n’est pas l’alcool qui tue C’est la vie.

SABRINAMESSING 29.11.2205

Ce n'est pas l'alcool qui  

Poésie sur l'alcool et la vie.

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you