Page 1

PtIte Bleue Le Véganisme et pourquoi il est pratiqué L’ENVIRONNEMENT

Le véritable impact environnemental de l’élevage et des produits animaux

LES ANIMAUX

LA SANTÉ

Les méfaits des produits animaux sur la santé. Attention au marketing !

Et le bien être animal, dans tout ça ?

DES CARENCES ?

Les légendes urbaines et ce à quoi il faut vraiment faire attention


9&10 AOÛT 2017

LA P’TITE BLEUE

Le Véganisme consiste à refuser d’utiliser tout produit d’origine animale. Cela va donc plus loin que le végétarisme car on ne mange pas non plus d’œufs, de poisson, de fromage ni ne boit-on de lait. On s’abstient même d’utiliser du miel ou du cuir. Mais pourquoi quelqu’un s’imposerait-il tant de contraintes ?

Le bien-être animal, cause #1 L

a première raison habituellement donnée par les Végans pour justifier leur régime alimentaire (et le reste, mais on parlera uniquement du régime pour faire court) est une raison à caractère éthique : le bien être animal. Il est indéniable que les conditions dans lesquelles est pratiqué l’élevage sont au mieux inconfortables pour les vaches, les cochons, les poules, les moutons et tous les autres animaux qu’on élève pour ce qu’ils produisent. Une chose est sûre, ils finissent tous tués par l’élevage car ceux qui ne sont pas emmenés à l’abattoir ont très rarement l’occasion de mourir de vieillesse : ils décèdent le plus souvent à cause de maladies ou d’infections, voire de mauvais traitement de la part des fermiers qui les élèvent.

La plupart des poules d’élevage n’ont pas le luxe d’une fenêtre et ne voient jamais la lumière du jour...

2

«

Je suis née dans cette ferme. Ma mère donnait du lait dans le hangar qui est juste là-bas. J’ai toujours vécu ici, mais pas avace ma mère. On m’a retirée à elle lorsque je n’avais que deux jours. Elle hurlait mais ne pouvait rien faire, car elle était coincée dans le box qui lui était réservé. Moi-même j’avais deux ans quand j’ai eu mon premier bébé. Ça m’a semblé bizarre au début car je n’ai jamais rencontré de taureau de ma vie. On m’a fécondée avec un tube rempli de graines congelées. Mais mon bébé est né, et j’ai pu le nourrir... pendant deux jours. Je n’y croyais pas : moi aussi j’ai hurlé, moi non plus je ne pouvais rien faire. Apparemment, le fermier n’aime pas que les bébés boivent le lait, car il doit le vendre.

comme L214, qui montrent comment se passe le travail effectué dans les abattoirs). C’est sans parler des animaux qu’on dépèce souvent vivants, comme le phoque. Un activiste pour les droits des animaux, Gary Yourofsky, qui donne beaucoup de conférences de par le Monde, a fait polémique quand il a déclaré que les abattoirs fonctionnaient aujourd’hui comme les camps de concentration à l’époque d’Hitler et du Nazisme. Mais l’Histoire lui donne raison en ce sens que Hitler luimême a visité de nombreux abattoirs à l’époque et a demandé à ses ingénieurs de s’inspirer de leur fonctionnement lors de la conception des fameux camps de la mort. De célèbres écrivains survivants des camps on fait cette comparaison, dont notamment Isaac Bashevis Singer et Edgar Kupfer-Koberwitz.

LE RETOUR DE L’ESCLAVAGE Gary Yourofsky avance aussi l’argument que le bétail vit à l’heure actuelle ce que vivaient les Afro-américains à l’époque de l’esclavage (et les Congolais quand le pays était sous emprise belge, par exemple). En effet, les animaux sont considérés par leur fermier comme une propriété, ils leur appartiennent. On peut d’ailleurs acheter et vendre du bétail. De plus, les animaux ne décident de rien, c’est le fermier qui régit leur mode de vie ; et qui se préoccupe de leur santé majoritairement pour qu’ils puissent continuer leur travail (production d’œufs, de lait, croissance pour devenir de la viande...), très peu pour leur bien-être. Enfin, les animaux ne peuvent jamais quitter les lieux où les confinent leur fermier.

Ils m’ont fait ça cinq fois. Cinq fois j’ai accouché, cinq fois ils m’ont arraché mon bébé et pris mon lait pendant les dix mois qui suivaient. Le fermier m’a dit que je n’avais pas de quoi être fière car je ne produisais que 25 litres de lait par jour, deux litres de moins que la moyenne.

EN PRISON Parce qu’il ne s’agit évidemment pas uniquement de tuer les animaux. Il est vrai qu’on peut, en Belgique ou en France, voir des prés entiers libérés pour des vaches qui y circulent librement : ces vaches sont destinées à l’abattoir pour faire de la viande. Celles qui font du lait, pour le boire tel quel ou pour le transformer en yaourt ou en fromage, sont enfermées dans de petits compartiments et coincées en place toute la journée pour pouvoir y être traites facilement (plus de détails ci-contre, dans « Histoire d’une laitière »). Les poules, même élevées « au sol », sont, elles, enfermées dans des hangars sans lumière, entassées les unes sur les autres. Enfin, dans les abattoirs, les animaux ne sont pas simplement abattus, gentiment et proprement. Ils y sont maltraités, frappés dans

PORTRAIT D’UNE LAITIÈRE

certains cas, et la rapidité à laquelle les ouvriers en abattoir doivent agir cause bien souvent un geste incomplet ou un fonctionnement défectueux des outils. La majorité des animaux sont à peine assomés, ce qui échoue trop souvent (environ 2% pour les vaches en général, plus de la moitié lorsqu’il s’agit de jeune taureaux) avant d’être endormis définitiviement par exsanguination (demande à tes parents ou ton professeur de t’expliquer en quoi ça consiste. Si tu as le courage, et s’ils l’ont, demande-leur pour regarder une vidéo de groupements

Je n’ai pas tenu dix mois, la dernière année. La machine qu’on me collait au pis à longueur de journée pour extraire mon lait me faisait mal, et comme c’est souvent le cas, je me suis mise à saigner. Souvent, le lait contient du sang et du pus à cause des blessures et des infections que nous font subir les machines. L’infection va me tuer, à moins que le fermier le fasse en premier. Je m’éloigne de mon box dans la benne du tracteur... »

Il a été récemment démontré que les animaux d’élevage ressentent des émotions comme toi et moi.

3


LA P’TITE BLEUE

Notre belle O planète Le bien-être animal est parfois négligé et justifié par le fait que les animaux se mangent les uns les autres dans la nature et qu’il est normal pour eux de mourir autrement que de vieillesse. Mais les dégâts causés par l’élevage sur l’environnement, eux, ne sont pas du tout justifiables... Voyons plutôt ce qu’il en est !

L’expansion agricole est la cause principale de déforestation mondiale.

4

n nous parle toujours du secteur du transport quand il s’agit de faire attention à l’environnement. Il faut prendre le bus, le train ou le métro, et mieux encore : il faut faire du vélo ou marcher. Il convient aussi, dans d’autres secteurs, de bien éteindre la lumière quand on n’en a pas besoin, de prendre des douches le plus courtes possibles et surtout d’éviter les bains. Mais on ne parle jamais de l’alimentation ! Ce qu’on ne nous dit pas, c’est qu’alors que le secteur du transport cause 13% des émissions de gaz à effet de serre dans l’atmosphère, l’élevage en cause 18%. On peut même aller jusqu’à 51% (plus de la moitié !) si l’on compte la nourriture et l’eau nécessaire pour nourrir le bétail ainsi que le transport des bêtes et de la viande une fois qu’ils sont tués. De plus, l’élevage est responsable de 91% de la déforestation en Amazonie, diminuant ainsi grandement l’absorption de ces fameux gaz. L’élevage est aussi la première cause d’utilisation de ressources, quelles qu’elles soient, notamment de l’eau. Aux ÉtatsUnis, l’utilisation de l’eau dans la vie de tous les jours (boisson, arrosage, douches...) compte seulement pour 5% de la consommation quotidienne entière du pays, alors que l’élevage en utilise 55% ! Au niveau mondial, il compte pour un tiers de la consommation d’eau potable. Enfin, si on nourrissait des gens au lieu des animaux avec tout ce qu’on produit comme blé, maïs, soja, etc. pour nourrir les élevages, on pourrait nourrir la planète entière deux fois. Plus personne n’aurait faim !

9&10 AOÛT 2017

Quelques chiffres LES RESSOURCES ET LA POLLUTION Arrêter de consommer des produits animaux est le meilleur cadeau que tu puisses faire à l’environnement. L’élevage est la source de 51% des gaz causant le réchauffement climatique.

286x C’est le nombre de molécules de dioxyde de carbone que vaut une molécule de protoxyde d’azote, en termes de potentiel réchauffant. L’élevage est responsable de 65% des émissions de ce gaz.

61.000.000.000kg C’est la quantité de nourriture consommée par jour par le bétail. C’est six fois plus que pour les humains, qui en consomment 9.450.000.000 kg.

130x Le bétail émet 130x la dose de méthane émise par l’Humanité toute entière. Le méthane est environ 86 fois plus réchauffant que le CO2.

3.200.000kg

C’est la quantité de nourriture consommée par jour par le bétail. C’est six fois plus que pour les humains, qui en consomment 9.450.000.000kg.

L’EAU POTABLE Il y a un gros risque que le manque d’eau ne crée des guerres à l’avenir. L’élevage constitue la plus grosse part de la consommation quotidienne mondiale d’eau potable.

3.000L C’est la quantité d’eau nécessaire pour produire un hamburger de 100g.

287.700.000.000.000L C’est la quantité d’eau maximum estimée qui est consommée chaque année dans le Monde pour l’agriculture animale.

LA DÉGRADATION DE L’HABITAT La surface nécessaire à l’élevage du bétail ne cesse de grandir avec la population mondiale, qui augmente de jour en jour. Pour créer de la surface, on déboise la forêt amazonienne.

91% C’est le pourcentage de la déforestation qui est causée par l’élevage

7.000L 55.037.247ha 4.000L Il faut autant de litres d’eau potable pour produire 1kg de fromage.

C’est la quantité d’eau potable nécessaire pour produire 1kg d’œufs.

C’est la surface de la forêt amazonienne qui a été déboisée pour l’élevage jusqu’à aujourd’hui.

137

33% 1 sur 5 C’est le nombre d’espèces animales et végétales qui disparaissent chaque jour à cause de la déforestation.

C’est le pourcentage d’eau potable consommée chaque jour par le Monde entier qui est accaparé par l’élevage.

290.151L

C’est la proportion de poisson qui est pêchée intentionnellement. 80% de ce qu’on retrouve dans les filets sont des baleines, requins, dauphins et autres, tués pour rien.

50% 1.000L 45% pour produire 1kg de fromage. Pour 1L de lait, il faut 1.000L d’eau potable.

Tu pourrais réduire ton empreinte écologique de moitié, simplement en changeant ton régime alimentaire

C’est la quantité d’eau potable nécessaire pour produire 1L de lait.

C’est le pourcentage de la surface continentale de la Terre qu’occupent les élevages actuellement.

5


9&10 AOÛT 2017

LA P’TITE BLEUE

L’humain, omnivore ? C

’est le contre-argument principal des gens quand on leur annonce qu’on ne mange plus de viande. Ils postulent qu’on en a besoin et que notre corps est prévu comme ça, qu’on en a toujours mangé. C’est ici que tu dois prendre conscience de ce que sont l’esprit critique, la vérité scientifique, les traditions et le marketing. En cas de doute, demande à tes parents ou ton professeur d’éclairer ta lanterne ! Les traditions et le marketing sont étroitement liés dans ce cas-ci. En effet, c’est pendant la Deuxième Guerre Mondiale que les États-Unis ont lancé la production massive de lait telle qu’on la connaît aujourd’hui car l’utilisation importante du lait comme boisson énergétique par l’armée américaine causait une pénurie. La production étant restée la même après la Guerre, il a fallu vendre tout cela avec bien plus d’ardeur. C’est ainsi qu’on a lancé des campagnes de marketing et de publicité pour faire vendre le lait et vanter ses mérites nutritifs. Il en va de même pour la viande et les autres produits animaux. Ainsi, tes grand-parents sont probablement des baby-boomers, nés peu après la Deuxième Guerre Mondiale, et ils ont bu du lait et mangé de la viande tôt dans

Chasseur-cueilleur, c’est bien ça ? C’est ce qui se dit depuis longtemps, en effet. Mais cela ne veut pas dire que c’est vrai. Malgré les arguments récurrents, comme le fait qu’on possède tous des canines, force est de constater que notre organisme n’est pas celui d’un carnivore !

leur jeunesse. Mais si tu as la chance de connaître tes arrière-grand-parents, demandeleur s’ils mangeaient souvent de la viande étant jeunes ! La viande a toujours été un produit de luxe très cher et l’homme en a toujours mangé très peu et très rarement. Or de nombreux éléments prouvent notre appartenance au groupe des herbivores et frugivores. Par exemple, nous avons bel et bien des canines, mais elles sont petites et aplaties, pas beaucoup plus lon-

6

En plus d’être riches en nutriments, les légumes et les fruits sont hauts en couleur !

gues que le reste de nos dents. C’est parce qu’elles nous servent à briser la peau des aliments durs comme les pommes ou les carottes. Ensuite, nous avons un mouvement de mastication latéral, comme les vaches, pour mâcher et faire de la nourriture une bouillie avant de l’avaler ; alors que les carnivores mangent généralement leurs proies en une bouchée. C’est pour cela par exemple que les chats, les chouettes et les hiboux, de vrais carnivores, recrachent des boules de poils et d’os après avoir digéré. En parlant de digestion, les intestins des carnivores sont courts, entre 1 et 6 fois la taille de leur corps, car la chair de leurs proies pourrit en eux et il faut donc la digérer et l’éjecter rapidement. Nos intestins quant à eux, sont longs comme ceux des herbivores, c’est à dire 7 à 11 fois la taille de notre corps. Aussi, nos ongles mous sont semblables dans leur composition à ceux des éléphants ou au sabot des vaches et des chevaux, pas aux griffes des carnivores, d’ailleurs bien souvent rétractables. Aujourd’hui, puisqu’on s’obstine à en consommer, les produits animaux sont une des causes principales de cancers (notamment des intestins), du diabète, de l’obésité, des maladies cardiovasculaires et d’hypertension, et ce sont presque les seuls aliments capable d’apporter du mauvais cholestérol. Même le fromage est mauvais, d’autant qu’il contient une substance qui rend accro, comme la cigarette. Les produits animaux ne nous apportent rien de bon qu’on ne puisse trouver ailleurs.

7


Pourtant, on dit que... Aaah, les « on dit ». On te met en garde contre le manque de protéines ? De vitamine B12 ? De fer ? Décodage ! Il y a largement de quoi se nourrir et se faire plaisir dans le monde végétal !

R

éfléchis-y : quelle logique y a-t-il dans le fait de manger des animaux après qu’ils aient mangé des végétaux ? Exactement, aucune ! Nous cherchons dans la viande des nutriments qui sont en fait directement tirés des plantes et des graines que mangent les animaux. Il est d’ailleurs très rare qu’on mange des animaux carnivores, à l’exception de certains reptiles, et c’est considéré comme tout à fait exotique ! Il est cependant vrai que beaucoup de Vegans et de végétariens développent des carences (des manques de nutriments) parce qu’ils ne sont pas assez attentifs à avoir une alimentation saine et équilibrée. On sépare le vrai du faux pour toi ci-contre. Conception : Jibril Mouhal

Tu as apprécié ce numéro de La P’tite Bleue ? Demande à tes parents ou ton professeur de t’abonner ! Dans le prochain numéro, on parlera de la Permaculture et de ses bénéfices pour la nature.

Articles : Jibril Mouhal Tous les chiffres sont tirés de Cowspiracy.com et WhatTheHealthFilm.com Illustrations : Jibril Mouhal Photographie : sources diverses sur Internet

LES PROTÉINES ? FAUX ! Il y a bien plus de protéines dans les végétaux que dans la viande, et ton organisme l’absorbe beaucoup mieux. Mange du porridge, du muesli ou des céréales complètes pour déjeuner, des fruits secs comme snack dans la journée, et des légumineuses, broccolis ou concombres de temps en temps et le tour est joué ! Essaye aussi le beurre de cacahuètes sur tes tartines (de pain complet, bien sûr !).

LA VITAMINE B12 ? VRAI ! La vitamine B12 est produite par des bactéries qu’on ne trouve dans la viande que parce qu’elle pourrit rapidement. C’est exactement ce qu’elle fait dans ton estomac ! La B12 est très difficile à trouver dans les végétaux, il est donc plutôt plus prudent d’en prendre un supplément de temps en temps. Mais rassure-toi, les besoins d’un être humain en vitamine B12 sont extrêmement faibles !

LE FER ? FAUX ! Il est vrai que le fer est très présent dans la viande rouge et que c’est un des rares minéraux qui est plus facilement assimilables par ton organisme s’il provient de la viande. Cependant tu n’as absolument pas de viande pour trouver du fer et de nombreux végétaux en contiennent beaucoup, comme le chou, les épinards, les raisins secs, les fruits rouges, les petits pois, les légumineuses, les broccolis... Essaye d’en manger avec des ingrédients qui contiennent beaucoup de vitamine C pour l’absorber plus facilement.

P'Tite Bleue #2 - Le Véganisme et pourquoi il est pratiqué  

School work - Newspaper for children. Original content, illustration and logo, pictures taken from diverse sources, none of which I own.

P'Tite Bleue #2 - Le Véganisme et pourquoi il est pratiqué  

School work - Newspaper for children. Original content, illustration and logo, pictures taken from diverse sources, none of which I own.

Advertisement