Issuu on Google+

BGEF-2014-COUVERTURE A4-R°.pdf

1

15/01/14

15:12

LE BAROMÈTRE DES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES 2014 (7ème édition)

Synthèse de l'enquête Janvier 2014

C

M

J

CM

MJ

CJ

CMJ

N

En partenariat avec


LE  BAROMÈTRE  DES  GRANDES  ENTREPRISES  FRANÇAISES  2014   (7ème  édi?on)   Synthèse  de  l’enquête   Janvier  2014  

En  partenariat  avec  


Présenta?on  du  Baromètre  des  grandes  entreprises  françaises  2014   Pour   la   7ème   année   consécuGve,   le   Baromètre   des   grandes   entreprises   françaises   évalue  le  dynamisme  et  les  défis  de  l’économie  française.     Réalisé  par  l’Observatoire  BFM  Business  et  EUROGROUP  CONSULTING,     ce   baromètre   a   pour   vocaGon   d’alimenter   la   réflexion   des   dirigeants   sur   la   performance  économique  de  leur  entreprise  compte  tenu  des  contraintes     et  opportunités  offertes  par  l’environnement  économique  global.       L’originalité   de   ce   baromètre   est   d’associer   vision   prospecGve,   analyse   du   foncGonnement  de  l’entreprise  et  priorité  opéraGonnelle.  Il  prend  tout  son     sens  dans  un  environnement  instable  et  incertain,  qui  incite  à  évaluer  et  revoir     en  permanence  les  perspecGves  de  croissance  et  les  orientaGons  stratégiques.       L’analyse   des   réponses   a   été   affinée   :   les   résultats   font   apparaître   les   différences   d’opinion   des   patrons   du   CAC   40   et   des   autres   répondants.   A   noter   qu’aucune   différence  sectorielle  significaGve  n’a  été  relevée.    

©  2014  -­‐  Baromètre  des  grandes  entreprises  françaises  

2  


Présenta?on  du  Baromètre  des  grandes  entreprises  2014   Une  centaine  d’entreprises  a  répondu  entre  le  6  décembre  2013  et  le  7  janvier   NB : certains répondants n’ont pas complété ces renseignements

2014    

100%  des  répondants  sont  membres  du  Comité  Exécu?f  de  leur  entreprise      

Profil    capitalis?que  

•     Appartenance  au  CAC  40  :  21%   •     Appartenance  au  SBF  120  :  40%   •     Entreprises  non  cotées  :  31%  

Taille     •  •  •  • 

CA  supérieur  à  20  Mds  d’euros  :  21%   CA  compris  entre  5  et  20  Mds  d’euros  :  17%   CA  compris  entre  1  et  5  Mds  d’euros  :  40%   CA  inférieur  à  1  Md  d’euros  :  22%  

Mé?ers   •  •  •  •  •  • 

Finance/assurance  :  26%   Service  aux  entreprises  :  13%   Energie  :  9%   ConstrucGon  :  9%   Santé/pharmacie  :  7%   DistribuGon  :  7%   ©  2014  -­‐  Baromètre  des  grandes  entreprises  françaises  

3  


Résultats  détaillés  

©  2014  -­‐  Baromètre  des  grandes  entreprises  françaises  

4  


L’Atlas  2014   Le  verre  à  moiGé  plein  :  les  prévisions  à  la  baisse  sont  très  minoritaires  

Vision  globale  :     •  Les  prévisions  à  la  baisse  sont  partout  franchement  minoritaires.   •  La  croissance  d’ac?vité  prévue  est  correcte…   •  …  mais  la  rentabilité  ne  suit  pas  :  moins  d’1  dirigeant  sur  2  la  voit  en  croissance.   •  Conséquences  :  prévisions  d’inves?ssement  stables,  et  d’évolu?on  d’effec?fs  mi?gées.     Toutes  les  prévisions  sont  majoritairement  à  la  hausse  à  l’étranger…  et  stables  en  France.   ©  2014  -­‐  Baromètre  des  grandes  entreprises  françaises  

5  


Comparaison  CAC  40  –  autres  grandes  entreprises   Les  prévisions  de  hausse  gagnent  chez  les  premières,  sauf  excepGons    

Toutes  les  prévisions  des  dirigeants  du  CAC  40  sont  plus  à  la  hausse  que  les  autres,  sauf  pour  :   •  La  rentabilité  en  France  :  5  points  d’écart  (26%  vs  21%)   •  L’augmentaGon  des  effecGfs  à  l’étranger  :  12  points  d’écart  (62%  vs  50%)   ©  2014  -­‐  Baromètre  des  grandes  entreprises  françaises  

6  


Le  match  opGmistes  –  pessimistes   Les  opGmistes  gagnants,  mais  globalement  moins  que  l’année  dernière     En  hausse   En  baisse   2014   2014  

Indicateur   d’op?misme  

Indicateur   d’opGmisme  

2014  

2013  

PREVISIONS  :   d’ac?vité  

60,6%  

13,6%  

47,0  

75  

de  rentabilité  

44,8%  

20,4%  

24,4  

50  

d’inves?ssement  

31,3%  

23,9%  

7,4  

37  

d’évolu?on  des  effec?fs  

38,8%  

29,9%  

8,9  

0  

  •  • 

Indicateur  d’op?misme  =  %  des  «  en  hausse  »  -­‐  %  des  «  en  baisse  »   En  2014,  ces  indicateurs  sont  toujours  posi?fs,  plus  marqués  pour  les  prévisions  d’acGvité   et  de  rentabilité,  plus  prudents  pour  celles  d’invesGssement  et  d’effecGfs.   Mais  ils  sont  en  baisse  par  rapport  à  2013,  sauf  pour  les  effec?fs  (indicateur  nul  l’année   dernière).  

Voir  les  4  graphiques  pages  suivantes  :  évoluGon  de  cet  indicateur  depuis  2006,  pour  les   prévisions  en  France  vs  à  l’étranger  

©  2014  -­‐  Baromètre  des  grandes  entreprises  françaises  

7  


Indicateurs  d’opGmisme  sur  l’acGvité  :  morosité  en  France  

•  •  •  • 

Le  rebond  de  2013  n’est  pas  consolidé  pour  2014   L’écart  n’a  jamais  été  aussi  grand  entre  les  indicateurs  France  et  étranger.   L’indicateur  à  l’étranger  reste  à  niveau  correct  (bas  de  la  fourchene  60-­‐80%).   Celui  en  France  est  quasiment  à  son  niveau  le  plus  faible,  à  l’excep?on  du  «  trou  »  de   2012.   ©  2014  -­‐  Baromètre  des  grandes  entreprises  françaises  

8  


Indicateurs  d’opGmisme  sur  la  rentabilité  :  la  France  décroche  

•  •  • 

Mauvaise  surprise  de  ce  baromètre  2014  :  pour  la  première  fois  depuis  2006,  les   pessimistes  sont  majoritaires  pour  la  rentabilité  en  France.   Les  prévisions  pour  l’étranger  consolident  légèrement  la  remontée  de  2013.   Conséquence  :  l’écart  entre  indicateurs  France  et  étranger  devient  un  gouffre.  

©  2014  -­‐  Baromètre  des  grandes  entreprises  françaises  

9  


Indicateurs  d’opGmisme  sur  les  invesGssements  :  la  France  résiste  

•  • 

Un  net  rebond  pour  l’indicateur  en  France  (+20  points),  après  2  années  successives  de   baisse.  Les  pessimistes  demeurent  majoritaires,  mais  de  peu.   Pour  l’étranger,  une  confirmaGon  de  la  remontée  de  2013  :  on  revient  dans  les  eaux  de   2008.  

©  2014  -­‐  Baromètre  des  grandes  entreprises  françaises  

10  


Indicateurs  d’opGmisme  sur  les  effecGfs  :  l’étranger  gagnant  

•  Une  franche  rupture  concernant  les  prévisions  d’effec?fs  à  l’étranger  (+39  points)  :   l’indicateur  est  à  son  3ème  record  et  supérieur  de  plus  de  20  points  à  sa  valeur  de  2006.   •  Un  arrêt  de  la  baisse  pour  la  France,  mais  les  pessimistes  restent  majoritaires  à  près  de   20%.   ©  2014  -­‐  Baromètre  des  grandes  entreprises  françaises  

11  


Prévisions  moroses  sur  les  performances,  coup  de  rein  sur  les   invesGssements  (en  France)  et  les  effecGfs  (à  l’étranger)     Indicateurs  de   performance    

ACTIVITE

RENTABILITE

  Indicateurs  de   moyens    

EFFECTIFS

INVESTISSEMENT • 

Comme  en  2013,  les  indicateurs  de  moyens  sont  globalement  contra-­‐cycliques  avec  ceux  sur  la  

• 

faveur  des  effec?fs.   Un  reflet  vraisemblable  des  écarts  de  coût  du  travail.  

  performance,     •  mais  ceke  année  dans  le  bon  sens  :  les  dirigeants  s’accrochent.     •  Pour  les  prévisions  en  France,  plus  en  faveur  des  inves?ssements,  pour  celles  à  l’étranger,  plus  en  

©  2014  -­‐  Baromètre  des  grandes  entreprises  françaises  

12  


Le  moral  des  dirigeants   L’adaptaGon  à  un  contexte  nouveau  est  un  long  apprenGssage  

2008  

2009  

2010  

2011  

2012  

2013  

2014  

La confiance

Le volontarisme

Le pessimisme

L’espoir

Le fatalisme

Le pragmatisme

La résistance

©  2014  -­‐  Baromètre  des  grandes  entreprises  françaises  

13  


Stabilité  et  allègement  :  deux  enjeux  clés  de  l’écosystème  proche   Parmi  les  facteurs  externes  suivants  quels  sont  ceux  qui  vous  préoccupent  le  plus  pour  2014  ?  

•  • 

• 

La  croissance,  d’abord  la  croissance  :  l’inquiétude  est  plus  aigüe  encore  que  pour  2013,   élargissant  le  cercle  du  ralenGssement  économique  au  risque  de  clients  défaillants.   Les  préoccupaGons  se  resserrent  sur  l’écosystème  proche,  français  et  européen,  tant  sur  un   plan  économique  que  social  et  financier.  Si  la  menace  d’une  crise  insGtuGonnelle   européenne  s’est  éloignée,  Bruxelles  rejoint  l’Etat  français  dans  la  percepGon  de  pesanteurs   insGtuGonnelles.   Les  enjeux  interna?onaux  reculent  :  le  taux  de  change  euro/dollar  perd  3  places,  le  coût  des   maGères  premières  n’est  plus  un  enjeu  majeur.     ©  2014  -­‐  Baromètre  des  grandes  entreprises  françaises  

14  


Des  menaces  extérieures  qui  ont  perdu  leur  pouvoir  anxiogène   Parmi  les  facteurs  externes  suivants  quels  sont  ceux  qui  vous  préoccupent  le  moins  pour  2014  ?  

Les  sujets  longuement  rebakus  ne  semblent  plus  au  cœur  des  inquiétudes  :  cours  des  maGères   premières  (en  baisse,  notamment  grâce  à  l’explosion  de  la  producGon  de  gaz  de  schiste   américain),  resserrement  du  crédit  (le  credit  crunch  n’est  plus  qu’un  souvenir),  concurrence   asiaGque  et  contrefaçon  (thèmes  souvent  liés),  OPA,...  

©  2014  -­‐  Baromètre  des  grandes  entreprises  françaises  

15  


En  interne,  tout  va  plutôt  bien  sauf  les  coûts  de  main  d’œuvre…   et  la  difficulté  à  changer  (s’adapter  ou  s’alléger  ?)   Parmi  les  facteurs  internes  suivants  quels  sont  ceux  qui  vous  préoccupent  le  plus  pour  2014  ?  

•  Grande  con?nuité  dans  les  préoccupa?ons  internes  :  Le  top  3  demeure  le  même  qu’en  2013.   •  Les  menaces  ressenGes  sont  beaucoup  plus  prégnantes  en  externe  qu’en  interne  :  les  facteurs   internes  recueillent  des  suffrages  nenement  moins  unanimes  que  les  préoccupaGons  externes  (dont   la  fourchene  est  de  79  à  96%).  Tous  les  autres  facteurs  internes  proposés  sont  sous  la  barre  des  50%   de  répondants.   •  Le  seul  facteur  clairement  économique  garde  la  tête.  Au  vu  des  réponses  sur  les  contraintes  fiscales   et  sociales  (très  préoccupantes)  et  sur  les  coûts  des  maGères  premières  et  du  pétrole  (peu   préoccupants),  on  peut  penser  que  les  surcoûts  de  produc?on  se  réfèrent  à  la  main  d’œuvre…   •  …  ce  qui  pourrait  expliquer  pourquoi  le  reste  du  top  4  concerne  exclusivement  des  problémaGques   projets  :  la  «  résistance  au  changement  »  serait-­‐elle  imputable  à  des  projets  de  réducGon  d’effecGf  ?   ©  2014  -­‐  Baromètre  des  grandes  entreprises  françaises  

16  


Des  fondamentaux  internes  maîtrisés,  pas  de  besoins  externes…   Parmi  les  facteurs  internes  suivants  quels  sont  ceux  qui  vous  préoccupent  le  moins  pour  2014  ?  

•  Les  entreprises  manifestent  une  forte  confiance  en  leurs  schémas  de  management  et  en  leurs   ressources  internes,  éprouvés  et  affinés  au  long  des  années  précédentes  :  le  fonc?onnement   en  vitesse  de  croisière  est  assuré.   •  Un  déficit  de  ressources  externes  n’est  pas  non  plus  une  préoccupaGon.   •  Alors,  pourquoi  changer,  pourquoi  tant  de  projets  ?  On  trouve  des  éléments  de  réponse  dans   les  défis  prévus,  autour  de  la  réducGon  des  coûts  (cohérent  avec  les  préoccupaGons  de   rentabilité)  et  de  l’innovaGon…  

©  2014  -­‐  Baromètre  des  grandes  entreprises  françaises  

17  


Croissance  plus  forte  et  rentable,  offres  innovantes  :  vers  quels  marchés  ?   Parmi  les  défis  suivants,  lesquels  font  parGe  des  principaux  à  relever  par  votre  entreprise  en  2014  ?  

•  • 

• 

Les  leviers  de  croissance  à  acGonner  sont  très  proches  de  ceux  de  2013,  consistant  à   ra?onnaliser  les  coûts,  et  libérer  une  marge  de  manœuvre  financière  suffisante  pour   développer  une  offre  innovante.   Seule,  la  conquête  de  nouveaux  marchés  en  Asie,  pourtant  sur  le  podium  en  2013,  n’apparaît   plus.  La  conquête  de  nouveaux  marchés  en  Europe  est  largement  ignorée.  L’heure  est-­‐elle  à  la   rétenGon  de  la  part  de  marché  déjà  acquise,  l’innovaGon  au  service  de  la  consolida?on  des   posi?ons  ?   L’affichage  fort  de  la  croissance  organique  –  quasiment  à  égalité  avec  la  réducGon  des  coûts  –   ouvre  une  autre  interprétaGon  possible  :  la  conquête  de  territoires  nouveaux  (Amérique  du   Sud,  Afrique  ?).   ©  2014  -­‐  Baromètre  des  grandes  entreprises  françaises  

18  


En  creux,  les  facteurs  de  producGon  ciblés  se  précisent   Parmi  les  défis  suivants,  lesquels  ne  font  pas  par?e  des  principaux  à  relever  par  votre  entreprise  en  2014  ?  

Il  se  confirme  que  l’indispensable  réduc?on  des  coûts  ne  repose  ni  sur  les  économies  de  maGère     et  d’énergie,  ni  sur  des  gains  de  producGvité  de  l’ouGl.  Le  non  remplacement  des  départs  conforte   la  volonté  de  ra?onalisa?on  de  la  masse  salariale.  

©  2014  -­‐  Baromètre  des  grandes  entreprises  françaises  

19  


Priorité  aux  frais  généraux,  d’achat,  de  personnel…et  au  développement     Parmi  les  acGons  suivantes,  lesquelles  sont  prioritaires  en  2014  ?  

•  • 

La  boîte  à  ou?ls  des  dirigeants  est  très  proche  de  2013,  avec  des  priorités  maintenues  de   réducGon  des  coûts.  Dans  un  monde  volaGle,  les  dirigeants  annoncent  des  acGons   autocentrées  visant  à  reconsGtuer  une  rentabilité  dégradée.   Pourtant,  la  clé  de  l’avenir  se  trouve  aussi  dans  l’accès  aux  marchés,  à  la  conquête  de   nouveaux  territoires  :  le  lancement  de  nouveaux  produits  descend  dans  le  classement,  mais   se  renforce  d’invesGssements  markeGng.  

©  2014  -­‐  Baromètre  des  grandes  entreprises  françaises  

20  


Un  fort  recentrage  interne     Parmi  les  acGons  suivantes,  lesquelles  ne  sont  pas  prioritaires  en  2014  ?  

A  nouveau,  le  regard  des  dirigeants  ne  porte  pas  sur  leur  environnement,  jugé  imprévisible,     mais  sur  le  perfec?onnement  de  leur  modèle.  

©  2014  -­‐  Baromètre  des  grandes  entreprises  françaises  

21  


Contacts  

barometre-­‐bfm@eurogroupconsulGng.fr  

Caroline  PERRIER   Directrice  MarkeGng  et  CommunicaGon   caroline.perrier@eurogroupconsulGng.fr   Tél.  :  +33  (0)1.49.07.50.43  

Marie-­‐Laure  de  LA  PAILLONNE   Secrétaire  Générale   marie-­‐laure.delapaillonne@eurogroupconsulGng.fr   Tél.  :  +33  (0)1.49.07.50.62  

EUROGROUP  CONSULTING  FRANCE   TOUR  VISTA   52/54  QUAI  DE  DION  BOUTON   92806  PUTEAUX  CEDEX   TEL.  +  33  (0)1  49  07  57  00   FAX  +  33  (0)1  49  07  57  57   E-­‐MAIL  INFO@EUROGROUPCONSULTING.FR   WWW.EUROGROUPCONSULTING.FR  

©  2014  -­‐  Baromètre  des  grandes  entreprises  françaises  

22  


BGEF-2014-COUVERTURE A4-V째.pdf

1

14/01/14

14:38

C

M

J

CM

MJ

CJ

CMJ

N

EUROGROUP CONSULTING FRANCE

TOUR VISTA 52/54 QUAI DE DION BOUTON 92806 PUTEAUX CEDEX TEL. + 33 (0)1 49 07 57 00 FAX + 33 (0)1 49 07 57 57 E-MAIL INFO@EUROGROUPCONSULTING.FR WWW.EUROGROUPCONSULTING.FR


Barometre grandes entreprises francaises 2014 eurogroup consulting et bfm business