Issuu on Google+


LE MÉTIER DE DIRECTEUR ARTISTIQUE

dans le monde de la presse Photo de virginie Kahn

Dans le secteur de la presse et de l'édition, le directeur artistique est chargé de superviser l'aspect visuel d'une publication ou d'une collection de livres. Il est en relation étroite avec les maquettistes et les graphistes. Qualité de papier, harmonie de couleurs et de photos... pour un magazine haut de gamme. Gros titres et colonnes serrées pour des quotidiens d'information. Le directeur artistique (DA) conçoit et supervise la création graphique d'un journal, d’un livre, d’un magazine… Présent du début à la fin de la chaîne graphique, il crée une identité visuelle, convainc le client de la valeur de son idée et, enfin, encadre la réalisation du produit. Disposition photo/texte pour un magazine

!

Élaborer une charte Dans la presse et l'édition, le DA élabore la charte graphique (choix des styles de caractères, taille des photos, emplacement du logo...) d'un magazine ou d'une collection. Dans la la presse, on parle de maquette mais aussi de layout. Le DA, chargé de l'image, forme un tandem avec le concepteur-rédacteur qui se penche, lui, sur le texte.

! ! !

Assurer le suivi technique Dernière étape : le suivi technique du choix des sous-traitants avec qui collaborer comme les photographes, les illustrateurs… Puis choisir le type d’impression, le grammage du papier et assurer le contrôle de l’impression.

! !

Ses qualités en mots clés
 Créativité. Grande culture générale. Curiosité. Intuition. Disponibilité. Esprit d’équipe. Sens artistique.


DIRECTEUR ARTISTIQUE? Il est responsable du déploiement visuel d’une marque et, dans le sens littéral du terme, il coordonne le travail de graphistes, illustrateurs, photographes, exécutants. Pour autant, il peut aussi être seul et ne pas avoir d’équipe à driver.
 Aujourd’hui, les créatifs sont de plus en plus spécialisés selon les différentes facettes du métier  : on trouve des DA spécialisés design graphique, des DA marketing opérationnel, des DA experts en grande distribution, etc.


!

Chemin de fer d’un magazine

Qu’il travaille dans la presse, l’édition ou la publicité, le Directeur artistique est avant tout un « créatif ». Son rôle est de réfléchir à la façon dont il faut mettre en scène le produit ou le service qu’on lui confie. Il doit déterminer l’aspect visuel du mode de communication et proposer des concepts qui seront ensuite déclinés en campagnes «  médias »  : affiches, encarts presse, spots TV, spots radio… ou campagnes «  hors médias »  : PLV, argumentaires de vente, marketing direct… C’est lui qui choisit la nature de l’image, l’ambiance, le décor, l’univers esthétique, la composition, la typographie des textes, la hiérarchie des informations, etc.
 Pour ce faire, il maîtrise les outils PAO : Photoshop (image), Illustrator (dessin), InDesign (mise en page) et a une bonne connaissance des contraintes de fabrication.
 Exemple d’un travail sur la mise en page


SON ENVIRONNEMENT Maquettiste

Responsable de production

Service commercial

Graphistes

Photographes Concepteur rĂŠdacteur

Illustrateurs

Webdesigners

Photographes


INTERVIEW AVEC

Virginie Kahn

Virginie Kahn

Je pense qu'il faut aimer travailler en équipe, avoir de l'imagination, être curieux et rigoureux et ne pas avoir la grosse tête.


L’INTERVIEW Après quelques échanges par e-mail, Virgine Kahn a accepté de répondre a quelques questions. 1. Pouvez-vous nous expliquer en quoi consiste votre métier ? Quel est le rôle du D.A dans le monde de la presse ? Où commence-t-il où s’arrête-t-il ?

Virginie Kahn en Thaïlande

Vastes questions ! En gros, mon métier a 2 fonctions relativement distinctes : - la conception graphique de nouvelles formules ou de numéros zéros - la direction artistique à proprement parler au sein d'une équipe de réalisation Je pense qu'il faut relativiser par rapport au type de presse, quotidienne, hebdomadaire ou mensuelle. Le rôle et la place du DA ne seront pas exactement les mêmes. Personnellement je n'ai jamais travaillé au sein d'un quotidien, seulement créé de nouvelle formules pour des quotidiens, donc je n'évoquerai que cette partie là pour la presse quotidienne. La conception graphique consiste à choisir le style graphique d'un magazine (ou de n'importe quel support), à savoir choix des typos, style d'images, charte couleur et enfin conception d'une maquette de base qui va ensuite servir au DA au sein de la réalisation. Ce prototype répond à un public de lectorat déterminé à l'avance, le DA ne crée pas pour son plaisir mais pour un public. Le prototype servira ensuite aux équipes de réalisation. Dans le cas d'un quotidien, c'est quasi un travail d'orfèvre sur la typo puisque chaque 10e de point du corps du texte va jouer sur l'encombrement et donc ur le nombre de signes. Il s'agît aussi de fabriquer une couleur, en l'occurrence un "gris, à partir de la typo puisqu'il y a peu de photos dans un quotidien. Dans la presse hebdo ou mensuelle (ou trimestrielle) le choix du style d'image a davantage d'importante, ainsi que l'originalité (ou non) de la maquette. Le DA en agence reçoit photographes et illustrateurs afin d'étudier leurs books et de les présenter éventuellement aux équipes de réalisation. La direction artistique au sein d'une équipe consiste à la fois à gérer une équipe de maquettistes, à veiller au respect de la charte graphique du magazine et enfin à créer et adapter au rythme des publications des mises en pages dans le cadre de la charte graphique précédemment définie. Le DA est généralement

principalement en charge des dossiers principaux et de la couverture. Les maquettistes prennent en charge le reste de la publication.  Le DA peut également avoir à choisir les illustrateur qui vont travailler pour le magazine, il doit donc les recevoir et voir leurs book. Il faut également être capable de suivre le suivi de fabrication avec le photograveur et le cas échéant (mais c'est plus rare en presse) avec l'imprimeur. Il convient également de relativiser le rôle du DA en fonction du type de magazine pour lequel il travail. Le rôle du DA à Télérama n'est pas dutout le même que celui de Elle ! Dans le cas d'un féminin, le DA a une responsabilité importante sur les choix et l'accompagnement artistique des photographes qui sont mis en avant et constituent une énorme part de l'identité du magazine. Pour Télérama et les news en général, les photographes sont recrutés par le service photo. Mais tout dépend des moyens du magazine et de son équipe. Je me souviens d'une réflexion du DA de Télérama à qui j'avais demandé alors que j'étais moi-même en stage ce qui lui plaisait dans son métier. Il m'avait répondu que c'était la possibilité de créer chaque semaine une nouvelle couverture en sachant que de toute façon le magazine partirait à la poubelle la semaine suivante. Donc l'enjeu n'était pas le même que dans un mensuel où le magazine risquait de rester sur une étagère des années ! Il pouvait prendre davantage de risques.

!

2. Qu’est-ce qui vous a donné envie d’exercer le métier de D.A ? Donner envie de lire ! J'adore lire, toute mon enfance j'ai vu ma grand-mère traduire en braille des livres pour les aveugles, c'est ma contribution !

!

3. Quelles sont les qualités essentielles d’un D.A et les compétences requises pour le devenir ? Je pense qu'il faut aimer travailler en équipe, avoir de l'imagination, être curieux et rigoureux et ne pas avoir la grosse tête.


Elèves du Conservatoire à rayonnement régional de Paris.

4. Qu’est-ce qui vous a donné envie d’exercer le métier de D.A ? Donner envie de lire ! J'adore lire, toute mon enfance j'ai vu ma grand-mère traduire en braille des livres pour les aveugles, c'est ma contribution !

!

5. Quelles sont les qualités essentielles d’un D.A et les compétences requises pour le devenir ? Je pense qu'il faut aimer travailler en équipe, avoir de l'imagination, être curieux et rigoureux et ne pas avoir la grosse tête.

!

6. Pourriez vous brièvement nous présenter votre cursus scolaire et parcours professionnel ? Après un bac littéraire j'ai fait des études de commerce international et suis devenue danseuse. J'ai finalement abandonné les 2, travaillé quelques années dans différents corps de métiers autour de la communication et de la vente. Après avoir vécu 2 ans en Indonésie, j'ai suivi une formation professionnelle de maquettiste-graphiste au CFD. J'ai ensuite été maquettiste puis assistante DA en agence pendant 2 ans, puis maquettiste / DA freelance (selon les besoins) pour la presse pendant 1 an. Je suis finalement rentrée à JBA - agence de création graphique pour la presse et la communication - comme graphiste / DA et y suis restée pendant 13 ans. Après avoir réalisé un documentaire, j'ai préféré devenir indépendante. Je travaille actuellement comme photographe, réalisatrice et j'ai toujours une activité de graphiste.

!

Atelier Montalvo-Hervieu à la MPAA


7. Quels conseils donneriez-vous à un graphistes désirant devenir D.A ? Parfois la frontière entre DA et graphiste est ténue, notamment en agence ou le 2 fonctions se confondent généralement. Mais s'il s'agît d'être DA en presse, la grosse différence réside à la fois dans une plus grande monotonie du travail et la fait de savoir diriger une équipe. à moins que par graphiste vous n'entendiez maquettiste ? En tous cas, pour être DA il faut aimer diriger et assumer ses responsabilités, savoir prendre des initaives et ne pas avoir peur de se tromper.

!

8. Le rôle des graphistes est de donner vie aux idées du D.A. Vous arrive-t-il de porter la double casquette dans un projet, celle de D.A et celle de graphiste (ou infographiste) au sein de l’équipe dont vous avez la charge ? J'ai l'impression que nous n'avons pas la même définition des termes. Redéfinissons-les : - Un graphiste crée des identités graphiques, il ne travaille pas sous les ordres d'un DA sauf s'il y a un directeur de création (mais c'est encore autre chose). - Un maquettiste met en page des magazine (ou autre support) d'après  une charte graphique. Il travaille sous les ordres d'un DA. Je sais qu'aujourd'hui on parle "rédacteurgraphiste" dans la presse, mais cela prête à confusion parce qu'en réalité le "rédacteurgraphique" n'a pas grand chose d'un graphiste. Il ne conçoit rien - sauf exception, par exemple dans le cadre des hors-séries où il peut en avoir l'occasion - mais applique des règles de mise en page. La créativité est donc limitée par ce cadre très contraignant. Un infograhiste est crée des illustrations à partir de données chiffrées qu'on appelle souvent également dataviz depuis l'avènement d'Internet. Donc rien à voir avec les 3 métiers précédents ! Un DA dirige une équipe artistique, comme son nom l'indique ! Donc en réalité c'est le DA et le maquettiste qui donnent vie aux idée du graphiste ! Bien sûr, le DA peut aussi être à l'origine de la conception d'un maquette. En agence (ou j'ai davantage travaillé), les 2 rôles sont confondus. Le graphiste ne

devient réellement DA que s'il y a une équipe avec lui qui va devoir appliquer la charte graphique. Il est généralement également maquettiste puisqu'il n'tes pas rare qu'il doivent décliner les chartes crées sur divers supports. 

À JBA, nous étions 5 graphistes (DA), chacun en charge de ses clients. Notre travail allait de la conception à la réalisation jusqu'au suivi de fabrication.

Dans le cadre de n° zéro ou de nouvelles formules, mon rôle était de concevoir une nouvelle formule (typos, type d'images, couleurs, charte graphique) et ensuite d'assurer la passation aux équipes. Donc accompagnement du DA et des équipes sur site. Dans le cadre de presse d'entreprise (ou de communication), il était assez fréquent que nous ayons également en charge la réalisation du magazine. Le travail consistait donc d'abord à concevoir un magazine, puis à le décliner sur plusieurs numéros et à en assurer la fabrication. Parfois cela comprenait également la retouche photo.

!

En presse, il est assez rare que le DA soit en charge des nouvelles formules, ou alors il est déchargé temporairement de son travail quotidien (mais encore une fois, tout peut être différent selon les magazines)

!

9. Quelles sont vos sources d'inspiration ? Des lectures, la peinture, la sculpture, le cinéma, la danse, la musique, tout se qui bouge et vit je dirai ! Mais c'est variable en réalité. Je suis toujours très impliquée par les sujets sur lesquels je travaille. Si je fais un magazine sur le foot, je vais lire tout ce que je trouve sur le foot et éventuellement aller voir un match. Si je fais une plaquette sur la musique, je vais me plonger dans l'univers de l'écriture musicale. Pour moi, cette période de cherche et d'imprégnation est la plus intéressante.

Virginie Khan enfant


Virginie Kahn

10. Quels projets vous ont laissé les meilleurs souvenirs ? La conception de l'Equipe magazine, l'Equipe et Air France homme parce que j'ai travaillé avec quelqu'un d'exceptionnel : Jean Bayle La réalisation de RSLN pour Microsoft parce que les sujets étaient intéressant et que je devais faire beaucoup de recherches. Certains guides et plaquette pour le conseil général de la Seine-Saint-Denis ou j'avais une grande liberté de création et pouvais également mêler la photo, la cuisine, la couture… bref tout ce qui me passait par la tête !Après un bac littéraire j'ai fait des études de commerce international et suis devenue danseuse. J'ai finalement abandonné les 2, travaillé quelques années dans différents corps de métiers autour de la communication et de

la vente.  Après avoir vécu 2 ans en Indonésie, j'ai suivi une formation professionnelle de maquettiste-graphiste au CFD. J'ai ensuite été maquettiste puis assistante DA en agence pendant 2 ans, puis maquettiste / DA freelance (selon les besoins) pour la presse pendant 1 an. Je suis finalement rentrée à JBA - agence de création graphique pour la presse et la communication - comme graphiste / DA et y suis restée pendant 13 ans.

! !

11. Quels sont les travaux d'infographistes, photographes, illustrateurs qui vous touchent "artistiquement" ? Concernant les infographistes, je n'ai pas de noms en tête. pour les illustrateurs, j'aime beaucoup Paul Cox et Serge Bloch, mais il y en a

plein d'autres, des anglais notamment, comme Heather Gatley. J'ai beaucoup eu l'occasion d'en faire travailler et c'était presque toujours un plaisir. Je suis globalement moins sensibles à l'infographie. Pour les photographes, j'aime particulièrement Shoji Ueda, Avedon, Herwitt, Frank, Salgado… je suis globalement plus sensible au noir et blanc et aux photos de rue ou aux portraits plutôt qu'à l'univers de la mode. mais je pourrais en citer des dizaines d'autres !


QUELQUES TRAVAUX


"L'ĂŠquipe magazine". Conception graphique de la nouvelle formule. 2000.


Appel d'offre pour le Conseil général de la Seine-Saint-Denis. Proposition d'une campagne d'affichage, série de 5 affiches. Conception graphique et prises de vue. 2008.


"L'équipe magazine". Conception graphique de la nouvelle formule. 2000

Conception graphique et réalisation du rapport d'activité 2002 du CG93..


ANNA WINTOUR

DIRECTRICE ARTISTIQUE PRESSE


Droite: Illustration par Mr. Burt

Ci dessous: Anna Wintour lisant Vogue

! ! !

Née le 3 novembre 1949 à Londres, Anna Wintour est aujourd’hui l’une des personnes les plus influentes du monde de la mode. Fille de Charles Vere Wintour, elle baigne depuis toute petite dans l’univers de la presse et aide, dès son plus jeune âge, son père sur la meilleure manière possible d’attirer le lectorat du magazine «Evening Standart». Férue de mode, elle est inscrite dans une école de stylisme qu’elle quitte très rapidement en affirmant que «la mode ne s’apprend pas». C’est en mars dernier que Anna Wintour a été nommée directrice artistique du groupe Condé Nast. La célèbre rédactrice en chef de Vogue est dorénavant responsable de la vision créative des dix-huit titres de presse du groupe dont les célèbres magazine Vanity Fair, le New Yorker, Allure, ou encore GQ.


QUELQUES TRAVAUX


Anna Wintour travaillant sur le chemin de fer d’un numÊro du magazine Vogue


Couverture GQ


Mise en page GQ



Livret DIRECTION ARTISTIQUE PRESSE