Page 1

Numéro 2

Janvier-Février-Mars

GÉNÉRATION ENGAGÉE Le Journal des Jeunes Socialistes de Vendée Sommaire Page 1 - Edito Page 2 - Local: élections cantonales: quels enjeux pour la Vendée ? - Rubrique « En bref ». Page 3 - International: La France: destination touristique des « despotes »? - Le MJS en action: Hommage à François Mitterrand. - Rubrique « Agenda ». Page 4 - Nos campagnes: 4 millions d’emploi, c’est possible ! Nos propositions. - Le MJS, c’est quoi ? - Nous contacter. Pages 5 et 6 : supplément

Edito

par Romain Bossis

L’année 2010 fut une année riche en émotions pour les Jeunes Socialistes de Vendée, marquée notamment par la victoire aux élections régionales au printemps, avec un score historique pour la gauche dans le département (50,29% pour la liste de Jacques Auxiette). Une année également riche en réflexion, avec les débats nationaux « Perspectives 2012 », qui nous ont permis d’aboutir à des propositions concrètes en matière d’emploi des jeunes, de logement, de santé et de protection sociale, et qui viendront enrichir le projet de la famille socialiste pour les élections présidentielles en mai 2012. Et puis bien sûr, la lutte sociale historique contre la réforme des retraites injuste et irresponsable que proposait le gouvernement. A huit reprises, nous sommes descendus dans la rue pour affirmer qu’une autre réforme plus juste et plus efficace était possible ; au coté des salariés, du pu-

blic comme du privé, puis au coté des lycéens et des étudiants vendéens, au sein du collectif « Retraites, une affaire de jeunes ! ». Alors certes, nous avons perdu la bataille législative, mais nous avons remporté la plus importante, celle des idées et de l’opinion. En 2011, plusieurs rendez-vous importants nous attendent. Les Jeunes Socialistes lanceront prochainement un grand réseau national intitulé « Cités en Mouvement ». Aller au contact des jeunes des quartiers, débattre avec eux des difficultés qu’ils peuvent rencontrer au quotidien et trouver ensemble des solutions à leurs problèmes, tel est l’objectif de ce réseau. Enfin, en mars se tiendront les élections cantonales, décisives dans l’optique de l’échéance présidentielle de 2012. Puis l’organisation des primaires devra nécessiter l’implication de tous, jeunes comme moins jeunes, pour que le 6 mai 2012 au soir, la France voit à nouveau la vie en rose ...

Retour en image

- Dossier: Le logo vendéen en question.

Venez inventer la gauche dont vous rêvez

Le collectif vendéen « Retraites, une affaire de Jeunes » en action, le 19 octobre dernier.

Page 1


Janvier-Février-Mars

En bref Solidarité avec les révoltes en Tunisie et Algérie Les réponses brutales des pouvoirs en place et la répression sanglante qui frappe les jeunes de ces pays ont déjà conduit à la mort de plusieurs personnes. Nous tenons à affirmer notre soutien et notre solidarité avec ces jeunes qui expriment leur colère face à une situation sociale dramatique, entretenue dans ces deux pays par des régimes mafieux et corrompus. Les Jeunes Socialistes solidaires de l’action de Jeudi Noir Nous apportons notre soutien au collectif dans son combat contre l’inaction du gouvernement face à la crise du logement. Les promesses de Nicolas Sarkozy n’ont, encore une fois, pas été tenues. Il se donnait deux ans pour venir à bout du manque de logement et qu’aucune personne ne soit contrainte de dormir dehors. Faut -il rappeler que le droit opposable au logement n’a toujours pas été mis en place? Le constat amer de cet échec est une honte pour le pouvoir en place.

Génération Engagée

Numéro 2

Local Elections cantonales: Quels enjeux pour la Vendée ? Les démissions de Philippe de Villiers (Président du Conseil Général depuis 1988) et de son frère (conseiller général du canton des Essarts) qui sont effectives depuis le 31 octobre, ont bousculé l'échiquier politique local relativement stable depuis une vingtaine d'année. Suite à ces démissions, des cantonales partielles ont eu lieu dans les cantons des Essarts et de Montaigu les 21 et 28 novembre 2010, faisant entrer à l'hôtel du département les nouveaux conseillers généraux diversdroite Yves Auvinet et Michel Allemand. 16 cantons vont connaître un renouvellement de leur conseiller-général d'ici le 27 Mars 2011 (cf carte). Ce scrutin, assez méconnu de la population et plus particulièrement des jeunes, est néanmoins très important. Le conseil général, ça sert à quoi ? - L’Action sociale et sanitaire : aide sociale à l'enfance, aux handicapés et au logement, RSA... - L’Aménagement de l'espace et équipement : transports en commun non urbains, gestion des cours d'eau et d’espaces naturels, gestion des ports maritimes... - L’éducation, la culture et le patrimoine : gestion des collèges, développement des enseignements artistiques, gestion du patrimoine classé... - Des actions économiques : aides aux entreprises, création de zones économiques…

Le département se situe en 60ème position nationale pour ce qui est de l’enseignement supérieur Pour les jeunes, l'action du conseil général se résume principalement aux investissements dans les collèges. En Vendée, les collèges publics sont assez mal lotis avec des rénovations tardives et des infrastructures souvent obsolètes.

Page 2

Carte de la situation politique actuelle des 16 cantons renouvelables en mars prochain. Pour ce qui est de l'enseignement supérieur, la situation du département n’est guère meilleure. Et pour cause, en 2008, le département de La Vendée se situait en 60e position nationale. Pourtant, les formations ne manquent pas, c'est principalement leur accessibilité qui pose problème. En effet, les investissements du conseil général de la Vendée se tournent actuellement principalement sur des structures privées (donc payantes) telles que l'ICES, l'ICAM ou encore Les Etablières. Dans le domaine de la prévention des infections sexuellement transmissibles (IST), les actions du conseil général se font également attendre. L'information concernant les IST doit commencer dès le collège et se poursuivre tout au long du cursus scolaire. D'autres domaines comme le sport, les musiques actuelles pourraient être davantage financées par le Conseil Général. Le scrutin de mars prochain conditionnera l'orientation politique du conseil général pour les prochaines années. Il est donc primordial d'envoyer dès à présent un signal fort au nouveau président Bruno Retailleau, afin de montrer que les vendéens et notamment les jeunes aspirent à une politique plus respectueuse des valeurs républicaines et laïques, menée dans le désintéressement et le respect de l'intérêt collectif de la population vendéenne. Alors les 20 et 27 mars prochain, votez pour les candidats socialistes, choisissez la solidarité ! William Chevillon


Janvier-Février-Mars

Génération Engagée

Numéro 2

International

Agenda

La France : Destination touristique des « despotes » ? « Je veux être le Président de la France des droits de l'homme ». Cette phrase noble a été prononcée par le candidat Sarkozy le 29 avril 2007. Notre Président se posait ainsi comme le futur défenseur des « opprimés du monde ». Puis il s'est fait le porte parole de la liberté d'expression lors de son discours au congrès de l'UMP du 14 janvier 2007 où il a déclaré qu'il « n'acceptait pas le sort que l'on faisait aux dissidents dans de nombreux pays ». Il est bien loin le temps des belles promesses, car outre les amitiés avec Kadhafi, Bachar-alAssad ou Poutine, l'actualité récente nous prouve que la France est bien ce « paillasson » sur lequel les dictateurs du monde peuvent « venir s'essuyer les pieds du sang de leurs forfaits » ( Rama Yade ). On a en effet assisté cet automne à la visite de deux "grands démocrates" de la communauté internationale. Il y a eu tout d'abord M. Hu Jintao, le dictateur chinois, fervent défenseur de la liberté d’expression ; comme en témoigne l'affaire du prix Nobel de la Paix 2010, Liu Xiaobo. Mais un autre dictateur a été accueilli par les courbettes de Claude Géant et de grands patrons français, il s’agit du président du Kazakhstan, Noursoultan Nazarbaïev. Pour l'encourager à continuer à truquer les élections et à torturer les dissidents, les grandes entreprises françaises ont signé des contrats pour des milliards d'euros. M. Nazarbaïev a aussi reçu les éloges du secrétaire général de l'Elysée qui a vanté « un îlot de stabilité et de tolérance » !

29 janvier Lancement du réseau national « Cités en Mouvement ».

12 février Conseil National du MJS à Paris.

19 février Nicolas Sarkozy et Mouammar Kadhafi à l’Elysée, en décembre 2007. (Source photo: rfi.fr) Face au renoncement du pouvoir à défendre et promouvoir les Droits de l'Homme, le projet socialiste sur l'international, élaboré lors de la convention nationale du 9 octobre 2010, propose de tourner le dos à « la politique actuelle à géométrie variable ». A leur arrivée au pouvoir, les socialistes rompront avec la détestable diplomatie sarkozyste et défendront le respect des libertés et de la personne humaine. Les socialistes réaffirmeront leur attachement à des principes fondamentaux comme la liberté d'expression ou la liberté de la presse, et ne céderont pas sur « le droit des peuples au respect de leur propre culture » ( cf peuple tibétain ou peuple oïgour ). Car faire des affaires avec d’autres pays n'exclut pas d'affirmer ses idées en faveur de la liberté et de la démocratie ; ce que faitl'Allemagne par exemple. Simon Briaud

Le MJS en action Hommage à François Mitterrand. Le 8 janvier dernier, les Jeunes Socialistes vendéens étaient aux côtés de leurs ainés, pour commémorer le 15ème anniversaire de la mort de celui qui fut notre président pendant 14 ans. Sur la Place qui porte son nom à la Roche Sur Yon (jardin de la Préfecture), une gerbe a été déposée au pied de la statue du Président. Nous avons tenu à rendre hommage à cet homme qui s’est battu pour construire un meilleur avenir à ses concitoyens. Alors qu’à l’heure actuelle, Nicolas Sarkozy et son gouvernement tente de détruire un par un les acquis sociaux de notre pays, nous voulons montrer qu’une autre politique est possible. François Mitterrand a tou-

Journée de formation à Angers organisée par le CCR (Comité de Coordination Régional).

20 et 27 mars Premier et second tour des élections cantonales (16 cantons sur 32 renouvelés en Vendée).

10 mai 30ème anniversaire de la victoire de François Mitterrand à l’élection présidentielle le 10 mai 1981.

28 mai jours eu à cœur de défendre la justice sociale, l’égalité entre les citoyens, l’éducation pour tous, et a toujours su représenter les valeurs de notre pays à l’étranger. Abolition de la peine de mort, dépénalisation de l’homosexualité, autorisation des radios locales privées, loi Gayssot interdisant les propos négationnistes et renforçant la législation contre le racisme.… autant de réformes qui ont replacé la France dans le cercle des pays « éclairés ». Retraite à 60 ans, semaine de 39h, Impôt de Solidarité sur la Fortune, Revenu minimum d’Insertion… les avancées sociales furent nombreuses et nécessaires. La Droite, au pouvoir depuis maintenant 8 ans, ne cesse de s’attaquer à ces acquis, symboles d’une France juste et solidaire. Louis-Antoine Vergnaud

Page 3

Adoption définitive du projet socialiste en convention nationale.

Du 28 juin au 13 juillet Dépôt des candidatures pour les primaires socialistes.

9 et 16 octobre Premier et second tour des primaires.


Janvier-Février-Mars

Génération Engagée

Numéro 2

Nos campagnes 4 millions d’emplois, c’est possible ! Nos propositions: Produire autrement ! 1. Créer 100000 emplois agricoles en subventionnant les productions les plus respectueuses de l’environnement et en favorisant l’accès aux terres pour les paysans locaux grâce à des structures d’achat public. 2. Subventionner la conversion écologique des industries et leur permettre de relocaliser leur production - et augmenter l’emploi - grâce à une taxe sur les produits importés ne respectant pas nos normes sociales et environnementales. 3. Faciliter le rachat d’entreprises par les salariés et la création d’entreprises grâce à l’accès au crédit auprès d’un pôle public bancaire.

an et réhabiliter les logements vétustes, c’est créer des centaines de milliers d’emplois non délocalisables.

Un emploi sûr ! 7. Faire du CDI la norme en introduisant une surcote des cotisations patronales fonction du pourcentage d’emplois précaires dans l’entreprise. Conditionner la signature de ces contrats pour hausse temporaire d’activité à l’accord de l’inspecteur du travail ou du délégué syndical. 8. Universaliser l’accès à un comité d’entreprise ainsi qu’à un délégué syndical en l’instaurant à l’échelle des bassins d’emploi pour que tous les salariés bénéficient des mêmes protections et droits. 9. Garantir à tous les jeunes dès 16 ans d’accéder à un revenu d’insertion quand ils ne bénéficient plus des allocations chômage.

Une rémunération juste !

Répondre aux nouveaux besoins ! 4. Créer 200000 emplois « verts d’avenir » de 3 à 5 ans pour opérer la mutation écologique de notre économie et offrir une première expérience et une formation dans les secteurs d’emploi de demain. 5. Garantir à tous l’accès aux services publics d’aide à la personne (petite enfance, personnes âgées) et des rémunérations décentes aux salariés de ces nouveaux secteurs de la solidarité. 6. Investir dans la construction de 300000 logements sociaux par

10. Assurer la mise en place d’un plan pluriannuel de réduction des écarts de salaires hommes/femmes en pénalisant financièrement les entreprises qui refusent de le mettre en œuvre. 11. Augmenter les salaires dont le SMIC afin d’améliorer le pouvoir d’achat des salariés. Conditionner les exonérations de cotisations à la signature d’accord de branche et à la définition de grille salariale qui reconnaissent les qualifications des salariés. 12. Instaurer un écart maximal des salaires de 1 à 7 dans une même entreprise (soit par exemple de 1 500€ à 10 500€).

Le MJS, c’est quoi ? Le Mouvement des Jeunes Socialistes est une organisation politique de jeunesse et d’éducation populaire. Autonomes du Parti Socialiste, présents partout en France et sur tous les fronts, nous construisons nos propositions et définissons nos actions. Le MJS est le mouvement de tous les jeunes qui souhaitent construire un autre avenir à gauche. Réduction du temps de travail, mariage pour les couples homosexuels, droit de vote des étrangers, allocation d’autonomie, encadrement des loyers, licence globale, VIe République, révolution fiscale et écologique, toutes ces propositions nous avons participé à les construire. A nous de définir les nouveaux droits du XXIe siècle ! D’autres combats dans la société et dans la gauche sont encore devant nous !

REJOINS LA GÉNÉRATION CHANGEMENT !

Page 4


Janvier-Février-Mars

Génération Engagée– supplément

Supplément—Dossier

Numéro 2

par William Chevillon

Pourquoi doit-on s’opposer au logo vendéen tel qu’il existe actuellement ? Un peu d’histoire ... Des bijoux de mariage représentants la dévotion au sacrécoeur de Jésus (1 cœur plus la croix) sont apparus dès le XVIe siècle dans le marais vendéen. Ce n'est qu'au XVIIe siècle que le Père Louis-Marie Grignion de Montfort introduit ce symbole dans l'intégralité du BasPoitou en y ajoutant une dévotion au sacré coeur de marie (ce qui donne deux cœurs enlacés surmontés d'une croix) ; la couronne d'épine du Christ fait également son apparition.

Quelques propositions de 1943

Lors des guerres de Vendée, le cœur de Jésus surmonté de la croix devient le symbole principal de la Vendée militaire ; de rares symboles présentent alors les deux cœurs, la couronne d'épine, et encore plus rare: la couronne royale. En 1940, la Révolution Nationale du maréchal Pétain considère la Vendée comme étant une « collectivité spirituelle ».

Blason de 1943

Logo de 1989

En 1943, la très conservatrice « Revue du Bas-Poitou » lance un concours pour créer un blason pour la Vendée, 80 propositions sont faites et sont soumises au préfet et au président du Conseil départemental. Le 20 octobre 1943, la commission nationale des sceaux et des armoiries homologue le nouveau blason, comportant les deux cœurs de Marie et Jésus, la croix et la couronne royale.

En 1989, le nouveau président du conseil-général Philippe de Villiers, décide de changer le logo. Une agence de communication est désignée et un nouveau logo réalisé à partir du blason de 1943 est adopté.

Page 5


Janvier-Février-Mars

Génération Engagée– supplément

Pourquoi donc s’opposer à ce logo ? -La réalité historique n'est pas respectée:

Numéro 2

En 1943 déjà cette loi est déjà bafouée. Encore plus grave, l'église approuve le blason. En 1989 la loi est une nouvelle fois contournée, un nouveau logo est adopté. Les collèges privés qui ne dépendent pas du conseil-général n'hésitent pas à utiliser ce symbole.

La Vendée est certes un département très marqué par la religion, mais peu d'insurgés arboraient la couronne royale.

-Il a été créé sous une administration non légitime: Après la guerre, 76 fonctionnaires ont fait l'objet de poursuites judiciaires dont le préfet, tout comme de nombreux élus vendéens (notamment au conseil-départemental).

Un nouveau logo pour une Vendée Laïque (existe aussi en rouge)

-Un logo contraire aux valeurs de laïcité : Loi de 1905 sur la séparation de l’Eglise et de l’Etat: ART. 2.- La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte. En conséquence, à partir du 1er janvier qui suivra la promulgation de la présente loi, seront supprimées des budgets de l'État, des départements et des communes, toutes dépenses relatives à l'exercice des cultes. ART. 28.- Il est interdit, à l'avenir, d'élever ou d'apposer aucun signe ou emblème religieux sur les monuments publics ou en quelque emplacement public que ce soit, à l'exception des édifices servant au culte, des terrains de sépulture dans les cimetières, des monuments funéraires, ainsi que des musées ou expositions.

Sources: BLANCS, BLEUS, ROUGES Yves Hello 1943. La Vendée se dote d'un blason. De l'identité à l'emblème" Thierry Heckmann Médiathèque de La Roche-sur-Yon Archives municipales de La Roche-sur-Yon Archives départementales de la Vendée Ouest-France/Vendée Matin

Par Boulet Hughes, publié le 04/03/1999 dans l’Express.fr Croisade laïque contre la croix vendéenne La justice est invitée à reconnaître le caractère religieux de l'emblème départemental afin de l'exclure des institutions républicaines. Un double coeur entrelacé, surmonté d'une couronne et d'une croix. Cet ensemble de symboles, dont la forme stylisée sert de logo au département de Vendée, a-t-il un caractère religieux portant atteinte au principe de laïcité de l'Etat? C'est à cette question, essentielle pour les uns, surréaliste pour les autres, que la cour d'appel administrative de Nantes devra répondre le 11 mars. A l'origine de la polémique, l'association Une Vendée pour tous les Vendéens, qui lutte pour la laïcité. Elle demande à la cour que le logo soit ôté du fronton des collèges publics. Pour son président, Bernard Massuyeau, la question n'a de sens qu'une fois replacée dans son contexte historique: «La couronne et la croix sont des signes ostentatoires. Ils heurtent les nombreux Vendéens qui ne se reconnaissent pas dans l'action des insurgés contre la république de 1793.» L'association, soutenue par la Fédération des oeuvres laïques, qui regroupe 18 000 personnes, met en cause Philippe de Villiers, président du conseil général: «C'est un ultrareligieux, qui procède à un amalgame entre l'image traditionaliste qu'il a de la Vendée et celle du département tout entier.» Le conseil général dément avec vigueur ces allégations: «Les quatre branches de la croix sont de même longueur; ce n'est donc pas un emblème chrétien. Si la cour allait dans le sens de l'association, une jurisprudence dangereuse se créerait. Faudrait-il interdire, par exemple, le logo de la région Midi-Pyrénées et sa croix occitane?» Pour Alain Gérard, professeur à la Sorbonne et directeur du Centre vendéen de recherche historique, ce blason existe depuis le XIIIe siècle mais n'a pas de signification précise: «Il est polysémique, et chaque Vendéen peut s'y retrouver. Ce procès renforce l'idée, fausse depuis la Libération, mais très répandue en France, d'une Vendée où Etat et religion sont imbriqués.» Le 11 mars, la cour d'appel administrative se rangera probablement à l'avis du commissaire du gouvernement, qui voit dans ce logo «la transposition métaphorique de certains traits de l'histoire vendéenne». L'association porte donc le combat sur un terrain voisin en procédant à un recensement des municipalités de Vendée dont la salle du conseil est ornée d'un crucifix. Un recours devant le tribunal administratif pour faire interdire cette pratique au nom de la séparation de l'Eglise et de l'Etat aurait de fortes chances d'aboutir. Le 4 février dernier, une demande similaire mettant en cause deux villes de Loire- Atlantique a en effet été accueillie favorablement par la cour administrative de Nantes. Et les deux mairies ont trois mois pour décrocher leur crucifix.

Page 6

Génération Engagée, numéro 2  

Second numéro du Journal du Mouvement des jeunes socialistes de Vendée