Issuu on Google+


Edito

PingPong - Février - 4

Un mars sous fond d'espoir

P

our son troisième anniversaire, le magazine PingPong tient à remercier l’ensemble de ses partenaires, amis et lecteurs assidus pour le soutien qu’ils ont toujours apporté à cette publication, ainsi que les signes d’une grande sympathie démontrés à chaque occasion. Du fond du cœur, merci ! Nous démarrons ce mois de mars sous fond d’espoir à ce que la ville reprend la tranquillité qu’elle l’a toujours caractérisée. Après un février tout spécialement mouvementé, avec même un braquage d’un fourgon blindé comme dans les films de Hollywood, les Tangérois souhaitent revivre une année s a n s grandes histoires déstabilisantes. Samia ROFAJ

samia.pingpong@gmail.com

Un mars qui rappelle la place des femmes dans la société et son rôle dans le développement social, économique, politique, sportif et surtout essentiel dans la famille. Des femmes modernes qui ont leur mot à dire et leur manière à rêver, exécuter et donner vie aux projets les plus somptueux. Espérons aussi que ce mois de mars sera aussi celui d’un retour de calme chez les lycéens et étudiants qui ont bien marqué la scène durant les mois de janvier et février en dévoilant leur colère. Les lycéens à cause du programme « Massar », les étudiants de l’ENCG à cause des mauvaises notes « punition » de certains de leurs profs, etc. Reste finalement cette convention signée avec la France pour assurer un meilleur développement de notre système scolaire. On oublie, ou on essaie de faire semblant de ne pas savoir, que même les Français jugent « très nul » leur propre système éducatif.


Actualité PingPong - Mars - 6

Distribution des cartes de séjour à Tanger. Parmi les bénéficiaires une personnes des USA Photos Mohamed Nigri

Photos Mohamed Nigri

A

l’instar des autres villes du Maroc, Tanger a organisé une cérémonie consacrée à la delivrance des cartes de séjour aux bénéficiaires de l’opération de régularisation lancée par le Maroc il y a quelques mois.

Cette manifestation a eu lieu en présence de plusieurs personnalités de la ville dont le Wali de la wilaya Tanger-Tétouan, M. Mohammed El Yakoubi, le Wali de la Sûreté nationale, M.Abdellah Belhafid, ainsi que plusieurs membres d’associations de la défense des droits de l’homme.

Au total 19 personnes ont bénéficié de cette première opération représentant 14 pays africains et même une personne originaire des USA. L’initiative pour régulariser les personnes vivant au Maroc irrégulièrement a été très appréciée par tout le monde, spécialement les

Photos Mohamed Nigri

Photos Mohamed Nigri


Actualité PingPong - Mars - 7

principales ONG des droits de l’homme, ce qui a beaucoup améliorer l’image de marque du Royaume concernant ce dossier, surtout sachant que le Maroc fait face, depuis des années, à une très grande vague d’immigration sub-saharienne de plus en plus nombreuse et dangereuse. Les membres de cette communauté africaine vivent dans les forêts avoisinant les postes frontaliers de Sebta et Mélilia et guettent tout espoir de traverser le détroit de Gibraltar ou de pénétrer par force les postes de frontière de Sebta et Mélilia, souvent en faisant recours à la force

Photos Mohamed Nigri

Photos Mohamed Nigri

Photos Mohamed Nigri

Photos Mohamed Nigri

Photos Mohamed Nigri


Actualité PingPong - Mars - 8

La braque d’un camion de transport de fonds 750 MDH volés à la Hollywoodienne à Tanger

Q

uatre individus coagulés ont braqué un camion de transport de fonds le lundi 24 février près d’une succursale bancaire de l’avenue Fayçal Ibn Abdelaziz, à Tanger. Le montant du butin n'a pas été précisé, mais serait de plusieurs centaines de millions. Des sources proches de la police parlent de 750 MDH. Et au soir du même jour du vol, les malfaiteurs courent toujours. D'après une source policière relayée par la MAP, quatre individus armés se sont attaqués à un camion de transport de fonds près d'une agence bancaire. Les malfaiteurs auraient ouvert le feu sur les agents de sécurité chargés de

surveiller le véhicule, et ont blessé l'un d'entre eux avant de prendre la fuite à bord d'une voiture légère avec le butin. D'après la MAP, un autre agent a été blessé après avoir reçu un coup à la tête. Les deux blessés ont été transportés à l'hôpital provincial Mohammed V. C’est la première fois à Tanger que des malfaiteurs attaquent camion de transport de fonds. On se rappelle tous que 2013 avait été caractérisée par le cambriolage de trois agences bancaires, mais que la police avait fini par arrêté le cambrioleur des trois opérations. Cette année le cas est différent

puisque c’est la première fois qu’on fait recours à des armes de feu et des balles réelles qui ont causé des blessures graves à deux agents de sécurité. Après leur fuite, les principaux corps de la sûreté nationale ainsi que de la gendarmerie royale ont pris très au sérieux ce grave drame et se sont mis à la pourchasse des malfaiteurs en utilisant même des hélicoptères. Pure coïncidence : ce grave incident a eu lieu le même jour durant lequel le ministre délégué auprès du ministre de l’Intérieur, M. Charki Dress se trouvait à Tanger.


Actualité PingPong - Mars - 9

Fouad el Omari en visite à Alicante Au programme, une visite de la décharge publique

L

e maire de Tanger M. Fouad el Omari était en visite à la ville espagnole d’Alicante, où il a eu un entretien avec les responsables de la ville, et discuté de plusieurs points contribuant au développement des deux villes. El Omari a effectué cette visite à Alicante notamment pour avoir une idée très précise concernant la gestion de la décharge publiqued’Alicante, une ville au nombre d’habitants plus ou moins égale à celui de Tanger. Plusieurs experts et techniciens, dont l’ingénieur communal et le président de la commune rurale de Menzla, qui abritera la future décharge publique de Tanger, ont été du voyage. Evaluée à plus de 250 000 tonnes de déchets par an, la production locale des déchets ménagers pose un vrai calvaire. Le problème existe un peu

partout dans les grandes villes du Royaume qui en souffrent énormément. Au total, la production des déchets ménagers urbains au Maroc est estimée à 5,3 millions de tonnes par an (0,76 kg/hab/jour) en milieu urbain et 1,47 million de tonnes en milieu rural (0,28 kg/hab./jour), selon le programme national des déchets ménagers (PNDM). Le taux de collecte professionnalisé (gestion déléguée) est de 80 %. Il concerne 90 contrats et 106 communes. Le taux de mise en décharge contrôlée n'est que de 32 % et devrait atteindre 64 % après l’ouverture de 6 décharges contrôlées en projet. La future décharge ménagère de Tanger devra répondre aux normes les plus modernes en matière de gestion et de respect de l’environnement. C’est un peu la raison même du déplacement du maire Fouad el Omari à Alicante.


Actualité PingPong - Mars - 10

Région Tanger -Tétouan Un avenir tout vert

A

l’horizon 2020, la région de TangerTétouan verra son chiffre d’affaires agricole passer de 7939 millions de DH à 18 067 millions de DH avec une création d’emploi en augmentation sensible, passant de 26 640 journées de travail à 49 271 journées. C’est en tous les cas ce qu’affirment les statistiques fournies par le Ministère de l’Agriculture et de la Pêche Maritime. Pour réaliser ces objectifs, un projet visant la création de 30 unités de valorisation des produits agricoles a été mis en place dans ce sens. Selon le rapport présenté lors d'une session ordinaire de la Chambre Régionale d'Agriculture, ces projets concerneront les provinces de Ouezzane (9 unités), Chaouen (8 unités), Tétouan (8 unités), le bassin hydraulique du Loukkous (4 unités) et Tanger (une seule unité). 430 producteurs opérant notamment dans les filières des fruits rouges, de l'oléiculture et des agrumes, bénéficieront de ces projets pour une enveloppe de plus de 480 millions de DH. La création de telles unités, qui a pour mission d'accompagner le développement des différentes chaînes de production agricole en associant les organisations

professionnelles à l'ensemble des phases de projets, entre dans le cadre des objectifs du Plan Maroc Vert indique le rapport du le ministère de tutelle qui rajoute que «le nouveau système de subventions agricoles mis en place propose d’abord l’instauration de nouvelles aides en conformité avec les engagements pris dans le cadre des contrats programmes signés entre l’État et les interprofessions des principales filières de production, ainsi que le renforcement des aides allouées à certaines rubriques, mais également un encouragement et une forte incitation à l’agrégation».


Actualité PingPong - Mars - 11

ENCG : les étudiants en colère contre leurs profs

L

es étudiants de l’ENCG seraient-il victimes d’un mauvais traitement et d’une stratégie de la part de l’administration et du corps professoral de l’école visant de les « punir » ? En tous les cas, ils ont beaucoup protesté les mauvaises notes obtenues lors des derniers contrôles qu’ils considèrent comme étant un abus de la part de la direction de l’ENCG et de certains professeurs. Avoir une mauvaise note, cela peut arriver à tout le monde, mais que le taux de réussite ne dépasse pas 10% du total des étudiants de la 3ème et de la 4ème année, cela laisse un goût amère chez tous les étudiants qui signalent le coup grave de la « punition ». Profitant de leur sit-in les étudiants de l’ENCG ont de leur côté protesté contre le niveau de l’enseignement qu’ils déclarent « très dégradé » par rapport à celui des autres grandes écoles marocaines.

En réaction, la direction de l’ENCG a immédiatement pris l’initiative pour remettre de l’ordre au sein de l’établissement en s’inclinant devant toutes les requêtes des étudiants. Ainsi, au lendemain de la grève estudiantine, le directeur de l’ENCG, M. Abdellah Jabouri a indiqué que la direction de l’école, répond aux exigences des étudiants, a

décidé de recorriger toutes les copies ayant reçu une note «suspecte» lors des derniers contrôles. Le même responsable est allé jusqu’à déclaré que le niveau de certains enseignants de l’ENCG est très bas et qu’il est temps de revoir cet handicap qui nuit à l’image de l’école et surtout au niveau des étudiants.


Actualité PingPong - Mars - 13

Séminaire sur le coaching d'entreprise au Palais du Calife

U

ne importante conférence sur le coaching d’entreprise et le management des équipes, à Tanger, a été organisée conjointement par la Chambre Espagnole de Commerce et d’Industrie de Tanger et le cabinet AGL. Le séminaire avait pour principaux objectifs la présentation de l’intérêt du coaching comme outil de management orienté au développement du potentiel humain au sein de l’entreprise, ainsi que l'exposition des aspects les plus importants du management des équipes à partir d’une perspective de coaching. La séance Inaugurale de la dite conférence a eu lieu à l’Hotel Palais du Calife Riad & Spa avec l’intervention de Mme. Paula Garcia Lebrun, directrice d'AGL Management & Communication, et M. Gilles Maufrais, expert en Stratégie et Management d’Entreprise et Consultant expert du cabinet AGL et de l’Ecole de Management d’Entreprise IGS Paris. La rencontre a été modérée par Mme. Amal Boussouf, directrice de la CECIT. Un important débat concernant le rôle et l’évolution du coaching au Maroc a eu également lieu suivi d’un cocktail dînatoire offert par l’Hôtel Palais du Calife Riad & Spa.


Actualité PingPong - Mars - 14

Une nouvelle ZI à Tanger, encore une !

L

e projet Tanger Métropole a été conçu pour garantir à la ville le développement qu’elle mérite vu sa position stratégique et parmi ses objectifs la réorganisation des ses principaux structures. Parmi ces secteurs, celui de l’industrie pose actuellement un grand problème : la ville et ses voies d’accès, la route de Rabat et celle de Tétouan devenues insupportables. Les traverser le matin ou le soir est un vrai casse-tête pour les habitants. A l’origine de ce problème, le nombre de la main d’œuvre employée dans les zones industrielles de la ville. Plus de 20000 à la zone de Mghogha, plus de 40000 dans celle de Ghzenaya, à la TFZ, auxquels s’ajoutent les 5000 employés de l’usine Renault à Melloussa. Des zones qui assurent certes des

milliers d’emplois aux jeunes de Tanger et d’ailleurs, mais qui rendent impossible la circulation en fin de journée et aux heures de pointe. Ainsi, tôt le matin ou encore vers 17H, il est déconseillé de prendre la route de Tétouan RN2 où se trouve la zone industrielle de Mghogha. Une artère carrément envahie par des centaines de minibus transportant les employés de cette zone et de ceux de l’usine Renault qui utilisent le même trajet dans leurs nombreux allers-retours. Sur l’autre important axe, la route de Rabat, la TFZ, c’est pas moins de 40000 employés, soit le double de minibus utilisés aux mêmes heures de pointe pour rejoindre les usines dans un sens et le centreville dans l’autre. Ajouter à tout cela les camions, le transport TIR et c’est l’étranglement total.

Les solutions de Tanger Métropole

Les autorités responsables assurent qu’il est devenu urgent de trouver des solutions à ce problème. Pour se faire, il est d’abord question de construire une nouvelle zone industrielle au sud de Tanger. Créer un accès direct à partir de l’autoroute Tanger-Casablanca. Mitoyenne à la future ville nouvelle de Chrafat, tout près du site industriel de Renault, cette nouvelle zone sera dotée d’accès directs aux principaux axes routiers et à l’autoroute, ce qui permettra une circulationplus fluide. Par ailleurs, le projet Tanger Métropole prévoit aussi le dédoublement des routes provinciales deHad Gharbia et de Gzenaya ainsi que la route RN 16 vers le port Tanger Med, plus une nouvellerocade reliant la ville à Cap Spartel.


Actualité PingPong - Mars - 15

Le chantier Coca Cola a démarré

C

onsidérée comme la grande usine de production de soda au Maroc. A l’instar des grands projets industriels. En matière de renom, avec Renault qui a choisit de s’installer à Tanger, Coca Cola est sûrement la marque la plus connue au niveau mondial qui a élu Tanger pour y fabriquer une partie de sa boisson magique. Prévue pour début 2016, la nouvelle usine d’embouteillage de Coca Cola sera construite à la TFZ est aujourd’hui en plein démarrage du chantier. Le lancement des travaux de terrassement et d’aménagement du terrain a été effectué il y a quelques jours. Il s’agit d’un projet qui sera réalisé sur un

site de 12 hectares, soit le triple de la superficie de l’actuelle unité du quartier Satfilage. Coca Cola Tanger table sur la qualité de sa production. C’est pourquoi on annonce déjà que le futur bâtiment sera équipé d’un outil industriel ultramoderne permettant à la marque américaine la meilleure qualité de services au niveau régional. Le projet prévoit d’atteindre une production d’environ 100 millions de litres de boisson gazeuse par an. Un gage tout petit pour Coca Cola qui entend en parallèle de faire de cette nouvelle usine un espace ami de l’environnement et l’économie d’énergie à l’instar de toutes les nouvelles usines Coca-Cola à travers le monde.


Actualité PingPong - Mars - 16

Gestion des déchets à Tanger Ce qui attend Sita El Beida et Sando

S

ita El Beida et Athena Sando, les deux sociétés chargées de la gestion des déchets ménagers à Tanger, préparent leur entrée en service qui aura lieu le 1er mai prochain. Les deux sociétés avaient remporté l’appel d'offres pour les sept prochaines années en remplacement de Tekmed Maroc, installée à Tanger depuis 2007. Contre un revenu annuel d’environ 170 millions de DH, ces deux entreprises vont gérer chacune des zones spécifiques : Sita El Beida collectera les déchets dans les arrondissements Médina et Souani à l’Est, tandis que Athena Sando s’occupera de ceux de Mghogha et Béni Makkada, qui se trouvent à l’Ouest. Pour ne pas répéter les mêmes problèmes survenus avec Tecmed Maroc, les responsables du conseil municipal de Tanger ont établi un cahier des charges qui souligne bien à ces deuxsociétés les services à fournir. Pour tâches, ces dernières auront à assurer «la collecte et l’évacuation des déchets ménagers, le nettoiement

des voies, des places publiques et des marchés communaux, le marché de gros des fruits et légumes, la halle aux poissons, les abattoirs, les marchés de plage, le lavage de l’ancienne médina et les principales artères de la ville, ainsi que la gestion et l’exploitation de ladécharge publique». En attendant la mise en service de ces deux prestataires, plusieurs responsables contestent déjà le fait que la société espagnole Sando ne respecte absolument pas les conditions établies dans l’appel d’offres, n’ayant jamais assuré les mêmes services dans une autre grande ville de plus de 500.000 habitants. La société Sando est membre du groupement des sociétés chargées de la collecte des ordures ménagères de la ville de Malaga, mais ce service est assuré directement par la commune urbaine de la ville espagnole, ce qui prive la société Sando d’une expérience sur le terrain, d’où le litige souligné par les protestataires.


Actualité PingPong - Mars - 18

Mort subite du lycéen Mohammed Ali Former les professeurs d’éducation physique permettra de sauver des vies

L

a mort subite du jeune lycéen Mohammed Ali en plein séance d’éducation physique au lycée Zaynab Annafzaouia est une nouvelle tragédie qui frappe à la fois sa propre famille et son entourage d’amis et collègues. Ces derniers n’ayant pas pu ni dépasser le stade du choc ni celui de la colère contre ce qu’ils appellent l’absence total des moyens de secours dans les établissements scolaires en cas d’accidents graves et mortels comme celui survenu dans ce lycée tangérois. C’est surtout durant le jour des funérailles de la victime que ses amis collègues du lycée, très nombreux à suivre son cortège de chez lui au quartier Marshan à la mosquée Mohammed V puis au cimetière Al Moujahidine, ont scandé l’absence totale des moyens techniques dans les établissements scolaires pour faire face à des situations dramatiques

du même genre. La foule des jeunes a également protesté le retard de l’ambulance pour transporter le jeune Mohammed Ali vers l’hôpital Mohammed V, où finalement il est arrivé déjà cadavre. Les protestations ont duré plusieurs jours après l’enterrement du défunt, presque à chaque sortie de classe et les lycéens de Zaynab Annafzaouia sont à chaque dispersés par les forces de l’ordre. Ce genre d’accidents mortels se

produit de temps en temps dans les milieux sportifs et plusieurs sportifs, notamment des footballeurs ont perdu la vie de la même manière. La question posée aujourd’hui concernant les établissements scolaires revient à savoir s’il est obligatoire de doter chaque établissement d’un infirmier spécialisé en interventions de sauvetage ou même de former les professeurs d’éducation physique dans ce sens, ce qui permettra de sauver des vies.


Actualité PingPong - Mars - 19

Investissements directs étrangers Recul de 11,8%

S

elon la Direction des études et des prévisions financières (DEPF), les transferts des MRE, ils se sont repliés de 2,7% pour s'établir à 4,7 MMDH, tandis que les recettes voyages ont quasiment stagné (-0,4%) par rapport à leur niveau à fin janvier 2013, s'établissant à 4,3 MMDH. D’autre part, les recettes des investissements directs étrangers (IDE) ont accusé, à fin janvier 2014, un recul de

11,8% par rapport à la même période de 2013 pour s'établir à 2,3 milliards de dirhams (MMDH). La note de conjoncture la DEPF indique aussi que pour le mois de février les dépenses des IDE ont baissé de 23,4% pour atteindre 612 millions de dirhams (MMDH). De ce fait, les flux d'IDE ressortent à 1,7 MMDH, en baisse de 6,8% par rapport à la même période de l'année précédente.


Actualité PingPong - Mars - 20

La production du miel est assurée par 15 000 ruches modernes et 20 000 traditionnelles. La région produit annuellement 320 tonnes de miel pour un chiffre d’affaires de 20 millions de DH

D

ans le cadre du même projet, le plan agricole régional prévoit également un appui considérable à la valorisation et à la labellisation du fromage de chèvre de Chefchaouen, du miel de Jbel Moulay Abdessalam et de l'huile d'olives vierge de Ouezzane, en plus de la catégorisation de la pastèque de Rissana et de la cacahuète de la province de Larache. Aussi, un budget de 50 millions de DH est consacré au soutien de projets d'apiculture, d'élevage de chèvres, de culture des plantes médicinales et aromatiques et de commercialisation de ces produits dans les grandes surfaces et à travers 9 salons régionaux, en plus de la participation à 15 salons et forums nationaux.


Actualité PingPong - Mars - 21

La cour des comptes rappelle l’anarchie tangéroise

L

e rapport publié le 22 février dernier, qui fait état des dysfonctionnements dans la gestion de la ville est accablant. La cour des comptes a en effet souligné les problèmes les plus importants observés au niveau de la gestion déléguée relative à l’assainissement, ainsi que l’anarchie dans la gestion de la gare routière.

Que reproche la cour régionale des comptes aux autorités communales de Tanger exactement ? Avoir attribué la gestion des services de propreté à la société Tecmed sans avoir évalué l’ancienne gestion et en tirer des éléments (manquements) à prendre en compte dans le contrat avec Tecmed. Le même rapport précise que le conseil de la ville n’avait pas non plus pris en compte le taux d’accroissement de la population, et celle de la saisonnalité qui sert de référence pour la facturation. Le nombre de générateur de déchets

ménagers est aussi sous-estimé. En conséquence, 46 000 tonnes de déchets par an ne sont pas comptabilisés. Le rapport a aussi détecté des anomalies dans l’exécution du contrat. Par exemple, Tecmed sous-traitait

avec d’autres entreprises sans en avertir les départements concernés. Il s’agit d’entreprises qui assurent donc la collecte, le nettoiement et l’évacuation des déchets grâce à des conventions et de contrats de prestation de services signés directement avec Tecmed. Enfin, le même rapport a également reproché aux autorités communales de Tanger d’avoir mis le garage et le parking municipaux à

la disposition de Tecmed gratuitement sans aucune base légale.

Anarchie et manque de suivi dans la gestion de la gare routière Concernant l’exploitation de la gare routière, le rapport de la cour des comptes indique que le manque à gagner annuel pour la ville est estimé à 144.000 DH. Une situation due au faible montant du loyer des bureaux et guichets (passés de 600 à 1000 DH) en raison du refus de payement par leurs exploitants mais aussi le refus d’acquittement de la redevance des grands taxis (2 DH) pour chaque voyage à destination d’autres villes. Le rapport a aussi rappelé les principaux problèmes observés dans la gestion de cette gare, qui sera transférée dans une autre zone dans le cadre du projet Tanger Métropole, dont les plus importants sont l’absence de sécurité, le souseffectif des agents de police, surtout la nuit, l’absence de caméras.


Actualité PingPong - Mars - 22

E

La Belgique fête les Marocains

n reconnaissance de leur rôle dans la reconstruction de la Belgique et son développement, le 50ème anniversaire relatif à la signature de la convention belgo-marocaine pour l’arrivée de la main d’œuvre marocaine en Belgique, signée en 1964, sera commémoré durant toute l’année 2014, à travers divers actes. Ces actions menées spécialement à Bruxelles représentent une reconnaissance à ces travailleurs marocains qui ont établis des efforts des fois surhumains pour que la Belgique retrouve la place qu’elle mérite parmi les pays européens les mieux développés.

C’est également un témoignage vivant de la nouvelle génération constituée par les enfants de cette communauté dont plusieurs sont des personnalités de premier ordre dans la société belge : artistes, sportifs, hommes d’affaires, députés et même ministres, les enfants de cette génération 64 rendent eux aussi un vibrant hommage à leurs parents pour leur avoir d o n n é l’éducation et le temps, même dans des conditions très difficiles. A signaler que la majorité des Marocains installés en Belgique sont originaires du Nord du Maroc, spécialement de la région de Tanger et du Rif.


Actualité PingPong - Mars - 23

Moins d’accidents

L

'analyse des indicateurs des accidents de la circulation en 2013 fait ressortir que le nombre de morts a accusé une baisse de 8,63%. Contrairement à 2012, cette année, le Maroc a enregistré 3.705 morts, soit 315 de moins que l'année précédente (4.020 morts).Quant aux accidents mortels, ils ont aussi baissé de 8,33% en comparaison avec l'année 2012. Le bilan définitif des statistiques provisoires des accidents de la circulation survenus en 2013, publié par le ministère de l'Equipement, du transport et de la logistique, à l'occasion de la Journée nationale de la sécurité routière, montrent que, par rapport à 2012, le

nombre des accidents a connu une hausse de 1,4%. Il y a eu 8.458 accidents, dont 3.148 mortels (- 8,33%) et 65.310 accidents non mortels (+ 1,92%). Ce bilan émane de la collecte et de l'exploitation par le ministère des bulletins et situations mensuels récapitulant les messages des brigades de la Gendarmerie Royale et des services des accidents de la Direction Générale de la Sûreté Nationale, émis après les constats corporels de la circulation routière. MAP


Actualité PingPong - Mars - 24

La CGEM décerne son label à six entreprises

L

a Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) a décerné tout récemment son label Responsabilité sociale de l’entreprise (RSE) à six nouvelles entreprises en reconnaissance de leur engagement en matière de RSE. APM Terminals, exploitant du terminal à conteneurs TC1 du port Tanger MED pour les activités de transbordement, Axa-Assistance Maroc, opérant dans le secteur des assurances couvrant l’intervention d’urgence et assistance au quotidien dans les domaines de la santé, automobile, domicile et voyage et Maroc Telecom ont reçu ce label.

Le même label est revenu également aux trois filiales du Groupe Managem opérant dans le secteur minier, à savoir Samine, CTT Bouazzer (Compagnie Tifnout Tiranimine Bouazzer) et Techsub. Selon un communiqué de la CGEM, ce label RSE a pour vocation d’encourager l’engagement des entreprises marocaines pour l’adoption d’une démarche de responsabilité sociale dans leur stratégie managériale prenant en compte les attentes et les intérêts de leurs différents partenaires. Le même communiqué indique que « la structuration de la démarche RSE permet à l’entreprise

une meilleure gestion de ses risques et constitue un levier important vers la pérennisation de l’entreprise, le renforcement de sa compétitivité et la fidélisation de ses clients et fournisseurs visant ainsi à faire progresser les performances de l’entreprise dans une démarche d’amélioration continue ». Et d’ajouter finalement qu’il vient, en outre, légitimer les efforts de l’entreprise et crédibiliser en termes de confiance l’entreprise avec ses différentes parties prenantes aussi bien internes qu’externes à l’échelle nationale et internationale.


Actualité PingPong - Mars - 25

Inaugure un nouveau centre VIP à Tanger

A

près l’ouverture de son deuxième Trade Center à Tanger, en 2012, après celui de Casablanca, la BMCI a récemment ouvert son nouveau centre de banque privée dans la même ville. C’est le 6ème centre après les centres « Banque privée » ouverts dans les villes de Casablanca, Rabat, Marrakech, Agadir et Fès. Il s’agit d’un centre bancaire créé dans le but de gérer le patrimoine des clients VIP dont le patrimoine va de 1,5 à 30 millions de DH. En matière de prestations, le centre de la BMCI, membre du réseau de la BNP Paribas Wealth Management, entend apporter à ses clients

des services de proximité, personnalisés et confidentiels. Il s’agit d’un service de gestion patrimoniale personnalisée. La nouvelle offre de la BMCI aux clients de Tanger tourne en effet autour de plusieurs axes : gestion bancaire, conseils financiers, patrimoniaux et fiscaux.

A qui s’adresse ce centre ? Basé à la direction régionale de la BMCI-BNP Paribas, le nouveau centre VIP de la BMCI s’adresse aux personnes physiques et les groupes familiaux ayant besoin de stratégie patrimoniale avec comme plafond 30 millions de DH d’actifs.


Tourisme PingPong - Mars - 26

L

a fameuse zone touristique tangéroisé El Ghandouri a vu naître, depuis à peine quelques mois, un nouveau joyau de l’hôtellerie marocaine. Le Palais du Calife & Spa Tanger est l’un des rares établissements touristiques marocains qui marie entre la classe des prestations des hôtels de luxe et le charme et détente absolue des Riads. Dirigée par Samira Ktiri, professionnelle au savoir-faire reconnu au niveau national, le Palais du Calife & Spa Tanger, qui surplombe la baie de Malabata, s’impose chaque jour comme la nouvelle référence touristique en termes de luxe et de raffinement. Un charme à la fois singulier et authentique, aux couleurs bleue et blanche rappelant le ciel et l’océan. Composé de trois étages, le Palais du Calife Riad & Spa est entièrement fermé sur l'extérieur par des hauts murs avec un minimum d'ouverture pour se protéger de la chaleur et du bruit de la rue. Créant une alliance parfaite entre authenticité et modernité, le Palais du Calife & Spa Tanger, se distingue par son luxe, son charme et sa simplicité. Chaque détail a

Palais du Calife Riad & Spa Ambiance somptueuse des mille et une nuits été conçu avec soin pour créer cette atmosphère paisible et chic à la fois : tout le confort moderne qui s’impose au milieu de murs en arabesque et mosaïque réalisées à la main au sol, n’est ce pas là un appel à la détente et au ressourcement

dans un cadre idyllique ?

Visite guidée dans l’hôtel unique en son genre dans la Région Nord

- Chambres et suites Le Palais du Calife & spa dispose de 52 chambres et suites les unes différentes des autres, en style marocain avec meubles anciens, sols en zellige, murs en plâtre sculpté et ce, dans une atmosphère apaisante, le choix du mobilier et matériaux nobles ainsi que les vues sur la Méditerranée ou sur la cour du patio du Jardin du Calife donnent à ces chambres et suites un charme unique. Toutes les chambres sont équipées d'une climatisation réversible, d'une télévision, d'un minibar et coffre-fort, d'un accès à Internet sans fil, de matelas et oreillers de luxe antiallergiques et anti-acariens, de sèchecheveux. Les suites disposent également de machine à café. Éveillez vos papilles face à la méditerranée… - Le Jardin du Califa & Ice Moon, que du plaisir ! En gastronomie qui dit mieux ? Le res-


Tourisme PingPong - Mars - 27

taurant " Le Jardin du Califa" incarne la gastronomie unique et créative marocaine où le chef primé et son équipe vous proposent un large éventail de plats marocains raffinés dans une ambiance chic et décontractée. Savourez le premier repas de la journée face à la mer : Le restaurant "Ice Moon" vous accueille pour un petit déjeuner servi sous forme de buffet. Pour votre déjeuner ou diner, laissez-vous séduire par sa cuisine authentique, légère et innovante. Débutez la soirée en sirotant un cocktail face à la mer, au lounge bar "Ice Moon" ou venez vous détendre en fin de soirée, face à la méditerranée, dans une ambiance conviviale et décontractée.

Découvrez également le fitness club pour garder la forme durant votre séjour au Palais du Calife & Spa Tanger - Détente et ressourcement au sein du Mandarin Spa …

Comme tous les hôtels de luxe, le Palais du Calife & Spa est doté d’un centre de remise en forme et 2 hammams et d'une grande piscine couverte chauffée de 15

m de long sur 5 m avec 2 m de profondeur accessible toute l’année. Dans son ambiance feutrée des mille et une nuits, le Mandarin Spa propose de tenter l’expérience du rituel du hammam ou de simplement vous relaxer le temps d’un massage ou de soins de beauté. Une équipe attentive et hautement qualifiée saura vous procurer les soins dont vous avez besoin pour une relaxation optimale et une sensation de bien-être au quotidien.

Séminaires et conférences, autrement pensés pour garantir la réussite de vos événements. le Palais du Calife & Spa Tanger, dispose d’une salle de conférence entièrement équipée pour vos réunions, team building, formations….ou réceptions à caractère privé. Samia Rofaj


Tourisme PingPong - Mars - 28

Un Movenpick saint d'amour le 14 février

L

'hôtel Mövenpick a célébré dans l'amour, la fête de la Saint-Valentin le vendredi 14 février. Plusieurs couples ont en effet choisi de passer cette soirée mémorable à l'hôtel Mövenpick vu la qualité des prestations assurées dans cet établissement de rêve, spécialement durant les grands rendez-vous, comme c'est le cas des fêtes de la fin d'année et de la Saint-Valentin. La soirée de l'amour au Mövenpick a été caractérisée par un super dîner dont le menu a été sélectionné très soigneusement par le chef de cuisine et son équipe. Côté animation, c'était le comble, le chanteur libanais Chadi Kamar, en compagnie des artistes marocains Nawal et Larbi Machkour ont animé la soirée en présentant de la très bonne musique et un cocktail répondant aux goûts de tous les couples. Au menu : mélodies d'amour, chansons sentimentales et même du bon chaabi. Samia Rofaj


Tourisme PingPong - Mars - 30

Association des guides et accompagnateurs de tourisme. Azzedine Berrada garde la présidence pour un second mandat

L

’association des guides et accompagnateurs de la ville de Tanger a tenu, vendredi dernier, son assemblée générale élective au cours de laquelle M. Azzedine Berrada été porté à la présidence pour un second mandat successif, durant lequel M. Berrada avait promis la réalisation de plusieurs objectifs visant la promotion du produit touristique tangérois ainsi que l’amélioration de la vie professionnelle des adhérents de cette association, parmi les plus anciennes à Tanger. Cette assemblée qui s’est déroulée en présence des membres du CRT, MM.Bahja et Ragala, ainsi que du délégué du tourisme M. Agounjabe, a connu la participation de la presque totalité des guides professionnels de la ville qui réservent une grande importance à leur association et espèrent la voir parmi les plus actives au niveau national. Faut-il rappeler que le métier de guide de tourisme, malgré son importance dans l’organisation et le développement du secteur, reste victime de nombreuses défaillances, spécialement au niveau des ressources humaines.


Tourisme PingPong - Mars - 32

Hôtel Cesar inaugure son café restaurant Van Gogh

C

'est en présence des principaux professionnels du secteur touristique, hôteliers, agents de voyages et les membres du CRT que l’hôtel César, le 4 étoiles de renom à Tanger a inauguré son nouveau café restaurant Van Gogh, un super espace de détente dont la façade donne directement sur la baie, offrant aux clients une vue magnifique sur la plage de Tanger. En carte, le Van Gogh propose une succulente cuisine italienne (spaghetti, lasagne, ravioli, pizza) et une carte internationale très riche. Prix très raisonnables. A découvrir absolument ! Samia Rofaj


Tourisme PingPong - Mars - 33

Los tiempos entre costuras Antena 3 fait la promo touristique de Tanger et Tétouan

L

e Conseil Régional du Tourisme Tanger Tétouan et l’office National Marocain du Tourisme ont invité 17 journalistes d’Espagne, représentant Madrid, Barcelone et la Costa del Sol à visiter les villes de Tanger et Tétouan Le programme de séjour avait pour thème la visite et la mise en valeur des lieux de tournage de la série réalisée par Antena 3 – Los tiempos entre costuras . Une émission qui a eu un succès énorme permettant de faire la promotion des deux villes de Tanger et Tétouan, ce qui a donné lieu à une forte demande touristique vers les deux cités. En effet, réalisé en 11 épisodes le succès de la série télévisée « El Tiempo Entre Costuras » a enregistré un énorme succès avec une audience record de plus de 5 millions de téléspectateurs, ce qui a généré une demande additionnelle visiteurs vers la destination Tanger et Tétouan. La visite des journalistes avait donc pour objectif de découvrir les mêmes lieux où ont été tournées les scènes pour en réaliser des reportages en vue de mieux séduire la clientèle espagnole. Il s’agit entre autres lieux des hôtels El Minzah et le Continental, du

Palais Moulay Hafid et du Boulevard Pasteur.

Dans ce cadre, plusieurs tours opérateurs ont converti l’itinéraire des points où à été tournée la série en itinéraire touristique sachant que le marché espagnol est le 2ème émetteur de touristes vers le Maroc devenu cette année la destination préférée des Espagnols en dehors de l’Europe. Samia Rofaj


Tourisme PingPong - Mars - 34

La vie s’améliore à l’aéroport

L

oin encore de battre son propre record de 2011 en accueillant quelque 850 000 passagers, l’aéroport international de Tanger fait au moins mieux en 2013 que durant l’année dernière, avec des arrivées au nombre de 822.260 voyageurs (4,4% de plus qu’en 2012). Derrière cette baisse, les professionnels soulignaient l’absence encore flagrante de liaisons aériennes et la concurrence du transport maritime. Aujourd’hui, la tendance a beaucoup changé, bien sûr en s’améliorant nettement puisque la ville maintient une connexion directe avec plusieurs capitales européennes, dont Paris, Bruxelles, Amsterdam, Londres et bien sûr Madrid. Au total, il s’agit de plus de 40 liaisons hebdomadaires. A cela s’ajoute l’effort de la compagnie nationale RAM ayant renforcé sa présence en remplacement des compagnies low coast qui avaient annoncé récemment leur retrait sur cette destination. D’autres compagnies déclarent aussi s’intéresser à Tanger, via son aéroport, C’est le cas de Vueling (lire l’article en page…).


Aéronautique PingPong - Mars - 35

H

Le Maroc séduit le brésilien Embraer

amid Benbrahim El Andaloussi, président du Groupement des industries marocaines aéronautiques et spatiales (GIMAS) a indiqué aux journalistes brésiliens que si les investisseurs brésiliens voulaient être compétitifs et pénétrer dans les meilleurs conditions, le marché européen, ils doivent être au Maroc. « Nous avons le meilleur rapport coûtbénéfice", a-t-il ajouté.

Le Maroc, devenu plateforme de sous-traitance industrielle aéronautique de classe mondiale, après avoir attiré vers lui, le géant canadien Bombardier, lorgne, avec stratégie d’approche à l’appui, le constructeur

d’avion le plus grand en Amérique du sud et l’un des plus gros du monde, le brésilien Embraer.

Selon l’Agência de Notícias Brasil-Árabe (ANBA), le Maroc souhaite dans un premier temps, recevoir, une base d’entretien industriel de l’avionneur brésilien Embraer, des contacts dans ce sens, sont assidument menés par les deux parties depuis deux ans, ils prirent de l’ampleur, après l’annonce de négociations d’achat d’avions Embraer, par la Royal Air Maroc. Pour faire aboutir ce projet, qui serait grandiose en terme d’investissement, le royaume met en avant ses atouts, Tanger Free Zone, et le Port Tanger Med.


Culture

PingPong - Mars - 36

Une Semaine du Cinéma Turc à l'ENSA de Tanger

L

e Club 7ème Art de Tanger a organisé en collaboration avec le Centre Culturel Turc Yunus Emre, une Semaine du Cinéma Turc à l'ENSA de Tanger entre le 19 et 22 février. Huit films parmi les meilleurs de l'histoire récente du cinéma turc ont été projetés lors de cette semaine. En plus, le vendredi 21 février, lors de la réception de thé organisé à cette occasion, les organisateurs de cet événement en compagnie de M. Abderrahmane Sbihi, directeur de l'Ensa de Tanger ainsi que de l'ensemble des invités ont eu l'agréable surprise de la présence entre eux de l'Ambassadeur de la Turquie au Royaume du Maroc M. Ugur Ariner et de son épouse Mme Gülen Ariner.


Culture

PingPong - Mars - 37

Mouloudiyat Al Boughaz : jolis concerts et mauvaise gestion Presse francophone négligée

D

ans la conférence de presse organisée en marge du festival Mouloudiyat Al Boughaz, qui a eu lieu au Palais du Calife, le chanteur libanais Maher Zain a rappelé plusieurs points très importants relatifs à sa relation à Tanger, ville d’origine de son épouse et aussi aux nombreuses personnes de différentes nationalités qui ont manifesté l’envie d’être présentes à son concert, le troisième et dernier de ce festival, malheureusement plein de points noirs révélés à plus d’un titre. Vu l’inexpérience des organisateurs en matière d’organisation de festivals aux dimensions « internationales » cela se comprend très bien. D’ailleurs plusieurs personnes ayant assisté à la première soirée de Mouloudiyat Al Boughaz, l’ont souligné en indiquant, entre autres points de défaillance qu’ils ont remarqué, celui relatif à l’absence totale de savoir gérer les détails, petits et grands de cette manifestation que tout le monde espérait parfaite. Première lacune remarquée par de

nombreux témoins directs, l’irrespect total envers les représentants de la presse francophone. Une erreur très grave puisque le festival tient à sa dimension imaginée internationale. En effet, la presse francophone, notamment régionale a été très marginalisée lors de cette manifestation dont les échos finalement ne dépasseront sans doute

pas les limites de la ville du Détroit. Une faute qui est donc très grave et qui risque de coûter très cher concernant l’image de marque de ce festival qui se veut international mais qui est resté coincé entre les

murs de Tanger à cause de la mentalité super limitée de ses organisateurs. Un comité d’organisation regroupé dans le cadre d’une fondation qui porte le nom même du festival que les habitants de Tanger interrogent déjà concernant l’origine des financements de ce festival. En effet Mouloudiyat al Boughaz est l’unique festival de musique dont les « patrons » refusent de consacrer une conférence de presse pour dévoiler les bailleurs de fonds « sponsors » qui les financent. Les bailleurs de fonds ont les connait tous puisqu’il s’agit des principales institutions de la ville comme le Conseil de la ville, le Conseil régional en plus de certaines entreprises semi-publique… donc c’est l’argent du contribuable qui a le droit de savoir comment les taxes qu’il paie sont utilisées et dans quel sens. Un droit très démocratique et garanti par la nouvelle constitution. Finalement, on aurait tous compris que Mouloudiyat Al Boughaz est plus une campagne politique électorale qu’un simple festival de musique soufie. C’était trop flagrant !


Culture

PingPong - Mars - 38

18ème Salon international de Tanger des livres et des arts Les Afriques

D

u 7 au 11 mai prochain Tanger accueillera la18ème édition du Salon international des livres et des arts. Cette année le thème choisit par l’Institut français de Tanger sera les «Afriques». Organisé en partenariat avec l’Association Tanger-Région action culturelle, cette manifestation s’inscrit dans le cadre de la nouvelle Saison culturelle France-Maroc. Durant 5 jours, le Palais des Institutions italiennes verra se réunir des écrivains, desartistes, des philosophes et des penseursconsacrés au continent africain. Ils yéchangeront leurs réflexions autour de la diversité et de l’avenir du continent. Pour le directeur de l’Institut français de Tanger, l’idée est de partir du Maroc et de Tanger, pour réfléchir sur l’Afrique et tenir compte de cette diversité des Afriques. Des Afriques et pas une seule ? Oui, au fond c’est un peu cette manière de traiter des questions quitransversent la société, qui a toujours caractériséle Salon de Tanger. C’est un salon de débat etpas uniquement d’expositions. Et c’est ainsi que les anciennes éditions ont pu traiter des thèmes relatives aux mémoires des prisonniers de l’époque difficile au Maroc, des rencontres sur les questions d’environnement, de la ville, de l’océan, etc. Après les trois dernières éditions ayant traité «Le numérique, une nouvelle ère», « l’éloge de la vitesse » ou encore « l’éloge de lalenteur », le salon du livre et des arts de Tanger tourne vers les grandes origines africaines.


Culture

PingPong - Mars - 39

Vie des juifs espagnols du Maroc, l’expo refusée

L

’organisation par le salon des actes Cervantesd’une exposition des juifs espagnols qui vivaient au Maroc était la goute qui a débordé le verre. Plusieurs associations locales se sont réunies devant la salle des expos sise rue de Belgique pour protester contre cette nouvelle bavure de la part des autorités culturelles espagnoles installées à Tanger. La dite exposition montrant de vieilles photos des juifs espagnols vivant au Nord du Maroc est considérée par les protestataires comme une nouvelle insulte au Maroc et aux Marocains de la part des organisateurs de cette manifestation artistique.

Dans un communiqué de presse qui dénonce ouvertement l’exposition, les manifestants affirment que l’Espagne à travers la partie organisatrice, n’a aucun droit de donner des leçons de aux Marocains concernant le savoir-vivre et le partage entre les différentes communautés qui ont vécu au Maroc, spécialement les mauresques et les juifs qui ont fuis la mort en Espagne catholique et venus, souvent obligés, se refugier au Maroc. Le communiqué va plus loin en rappelant l’historique espagnol dans le Rif et les massacres qui ont eu lieu contre les habitants de toute une région.


Culture

PingPong - Mars - 40

Tanger, une ville médiévale et moderne !

D

ans une interview accordée au journal Le Monde du vendredi 21 février dernier, Jim Jarmusch, le dandy rock du cinéma indépendant américain explique son choix porté sur Tanger pour tourner son dernier film. Pour le cinéaste Tanger est uneville ouverte qui mixe des pratiques médiévales avec des choses modernes. Extrait :

« Pourquoi avoir choisi de situer le film entre Tanger et Detroit ? A l'origine, j'avais choisi Rome et Detroit, à cause des ruines, l'idée des empires déclinants. Detroit, et sa tragédie, comptent beaucoup pour moi. J'aime la culture musicale de la ville, son histoire industrielle. Je suis du Midwest. Ce truc postindustriel, c'est ma conscience. Quant à Tanger, c'est une de mes villes préférées au monde. Je suppose que j'avais envie d'y passer du temps. Ces villes définissent largement les personnages. Adam à Detroit, c'est la réclusion, les choses qui se sont effacées avec le temps. Une tristesse, qu'il a de toute évidence, et une culture musicale que vous ne pouvez pas tuer. Tanger définit parfaitement Eve. Une ville magnifiquement ouverte, qui a vu passer les êtres les plus bizarres et que ça ne dérange pas. Une ville qui mixe des pratiques médiévales avec des choses modernes, des gens très traditionnels et d'autres qui ne le sont pas du tout, des gens de Tanger et d'autres de partout ailleurs… ». Synopsis et détails Dans les villes romantiques et désolées que sont Détroit et Tanger, Adam, un musicien underground, profondément déprimé par la tournure qu’ont prise les ac-

tivités humaines, retrouve Eve, son amante, une femme endurante et énigmatique. Leur histoire d’amour dure depuis plusieurs siècles, mais leur idylle débauchée est bientôt perturbée par l’arrivée de la petite sœur d’Eve, aussi extravagante qu’incontrôlable. Ces deux êtres en marge, sages mais fragiles, peuvent-ils continuer à survivre dans un monde moderne qui s’effondre autour d’eux ?

Tanger, une ville médiévale et moderne ! Dans une interview accordée au journal Le Monde du vendredi 21 février dernier, Jim Jarmusch, le dandy rock du cinéma indépendant américain explique son choix porté sur Tanger pour tourner son dernier film. Pour le cinéaste Tanger est uneville ouverte qui mixe des pratiques médiévales avec des choses modernes. Extrait :

« Pourquoi avoir choisi de situer le film entre Tanger et Detroit ? A l'origine, j'avais choisi Rome et Detroit, à cause des ruines, l'idée des empires déclinants. Detroit, et sa tragédie, comptent beaucoup pour moi. J'aime la culture musicale de la ville, son histoire industrielle. Je suis du Midwest. Ce truc postindustriel, c'est ma conscience. Quant à Tanger, c'est une de mes villes préférées au monde. Je suppose que j'avais envie d'y passer du temps. Ces villes définissent largement les personnages. Adam à Detroit, c'est la réclusion, les choses qui se sont effacées avec le temps. Une tristesse, qu'il a de toute évidence, et une culture musicale que vous ne pouvez pas tuer. Tanger définit parfaitement Eve. Une ville magnifiquement ouverte, qui a vu passer les êtres les plus bizarres et que ça ne dérange pas. Une ville qui mixe des pratiques médiévales avec des choses modernes, des gens très traditionnels et d'autres qui ne le sont pas du tout, des gens de Tanger et d'autres de partout ailleurs… ».

Synopsis et détails Dans les villes romantiques et désolées que sont Détroit et Tanger, Adam, un musicien underground, profondément déprimé par la tournure qu’ont prise les activités humaines, retrouve Eve, son amante, une femme endurante et énigmatique. Leur histoire d’amour dure depuis plusieurs siècles, mais leur idylle débauchée est bientôt perturbée par l’arrivée de la petite sœur d’Eve, aussi extravagante qu’incontrôlable. Ces deux êtres en marge, sages mais fragiles, peuvent-ils continuer à survivre dans un monde moderne qui s’effondre autour d’eux ?


Culture

PingPong - Mars - 42

L’ART DE LA CALLIGRAPHIE D’après le courrier de l’UNESCO Avril 1995

D

ans les pays d’islam, la calligraphie fut portée à un très haut degré de perfection. la représentation d’êtres animés étant déconseillée, c’est à travers du mot que les artistes, laissant

libre cours à leur fantaisie, s’efforcèrent de donner l’illusion de l’image. Chez les arabes avant l’islam, la tradition orale était primordiale le poète était la mémoire de la tribu. puis les arabes éprouvèrent le besoin de mettre par écrit ce qu’ils récitaient. d’abord en utilisant peu de signes, simplement comme aide-mémoire, leur écriture commença à prendre de l’importance au 7e siècle, avec l’avènement de l’islam, parce qu’elle donnait une forme visuelle à la parole divine. le Coran, premier livre écrit en langue arabe joue un rôle central dans son développement et fit évoluer l’écriture vers la calligraphie . Des règles précises furent édictées: l’instrument de l’écriture était le calame, un roseau taillé encore utilisé par les calligraphes. la taille du calame avait une grande importance, car elle variait avec chaque type d’écriture. L’encre était préparée avec un soin méticuleux et, comme le calame, dans le plus grand secret. L’enseignement de l’écriture était confié à un maitre, qui commençait par tracer les lettres sur le sable avec son doigt ; l’élève l’imitait, puis effaçait tout et recommençait, plus tard on utilisa une tablette en bois lisse enduite d’argile, sur laquelle l’élève traçait quelques lignes qu’il devait y conserver jusqu’à les savoir par cœur. A la fin du 7e siècle, la langue et l’écriture arabes prirent un caractère officiel et s’imposèrent dans l’administration de tous les pays musulmans, l’écriture arabe évolua vers deux formes maitresses ; l’une souple et arrondie, le neskhi, l’autre rigide et anguleuse, le koufi. ces deux styles ont en-

gendré une multitude d’autres, dont les noms témoignent presque toujours de l’origine géographique : le hiri venait de la ville de hira, le hijazi de la région hijaz. Au 8ème siècle, les arabes apprirent des chinois le secret de la fabrication du papier, qui facilita la diffusion des textes écrits et favorisa l’essor de l’écriture. chaque région du vaste empire islamique avait son style propre, empreint de sa culture et de sa sensibilité. Ainsi, le koufi, principalement utilisé pour écrire le coran, n’avait pas la même apparence en Inde qu’en Irak, Égypte qu’en Andalousie. L’écriture monumentale – peinte sur l’émail, sculptée dans le bois ou la pierre – se diversifia davantage encore, s’éloignant progressivement du message écrit jusqu’à perdre sa structure d’origine. une des plus anciennes inscriptions orne l’intérieur du Dome du rocher à jérusalem. Elle date du 7ème siècle. Des caractères coufiques, dorés sur fond bleu, courent le long des murs en mosaïque. depuis on a assisté à un foisonnement calligraphique sur tous les monuments religieux et civils. Traansformé en élément architectural, le koufi, d’abord épais et lourd, s’épure , devient monumental. Les caractères s’allongent en hauteur, évoquant la silhouette d’une ville avec ses minarets et ses Dome, ou composent des motifs tressés, floraux ou géométriques. Le koufi quadrangulaire, par exemple, est uniquement constitué de lignes se coupant à angles droits, ce qui lui donne une vigoureuse sobriété. les mots se simplifient, les lettres ne se suivent ne se plus une ligne, elles flottent dans l’espace,


Culture

PingPong - Mars - 43 comme libérées de la pesanteur ; elles vont jusqu’à s’enrouler en une diagonale spiralée le long du corps arrondie des minarets.

Un art abstrait L’écriture, partout présente, sur les monuments bien sur, mais aussi sur les vêtement; la vaisselle, les meubles, est le premier art visuel de la cité muslumane, puisque l’image » représentant un être doué d’une âme » est déconsidérée. La lettre devient donc le principal élément de décor dans la mosquée, au palais, à l’école. Une sule exeption : les ouvrages scientifiques et littéraires, mais même là, l’image manque de réalisme, n’a ni relief profondeur . ce sont donc les calligraphes qui, empruntant au vocabulaire du peinte, se chargent, au travers du mot, de donner l’illusion de l’image. suivant leur inspiration et leur sensibilité artistique, ils enrichissent les textes de significations nouvelles, comme dans les calligraphies dites « en miroir » où s’exprime un élan mystique. Sur les monuments, la calligraphie s’affranchit du message pour devenir objet de méditation. les calligrammes, constructions géométriques complexes, deviennent illisibles. A l’inverse, ils peuvent être épurés à l’extrême, comme cet immense waw, lettre solitaire tracée sur un mur de la grande mosquée de Boursa en Turquie. la calligraphie devient alors un art abstrait, exprimant les sentiments du calligraphe, que l’observateur interprète ensuite à sa manière . son évolution suit deux lignes de corse. tout d’abord, la forme même des lettres-montantes, descendantes allongées – contraint les calligraphes à beaucoup de recherche. leur tracé n’est pas le même selon qu’elles se placent au début, au milieu ou à la fin du mot. presque toujours attachées, s’espace dans lequel elles s’inscrivent doit être soigneusement mesuré. la 2ème ligne de force est l’imagination du calligraphe. Les règles imposées n’empêchent pas l’innovation. après avoir étudié pendant des années l’héritage des anciens, l’artiste finit par lâcher la bride à son inspiration. Et c’est en transgressant les règles qu’il fait évoluer son art. le calligraphe Ibrahim al-souli disait bien, au 10e siècle « quand le calame devient tyran, il lie ce qui était séparé et sépare ce qui était lié. » Une longue évolution déjà sous le calife abbasside Al-Ma’moun (786-833), l’émulation à laquelle se livraient les calligraphes avait donné naissance à des

dizaines de styles spécialisés : l’un réservé au calife, l’autre aux ministres, un troisième aux messages adressés aux princes. Il y avait un style pour la poésie, un pour les traités et les contrats, pour la finance, pour le métier de calligraphe, devenu selon Ibn Al-Habib Al-Halabi « la fonction la plus noble, la science la meilleure et l’état le plus rentable » de l’époque. la forme même des lettres – montantes, descendantes allongées – contraint les calligraphes à beaucoup de recherche. Leur tracé n’est pas le même selon qu’elles se placent au début, au milieu ou à la fin du mot. presque toujours attachées, s’espace dans lequel elles s’inscrivent doit être soigneusement mesuré. chaque calife eut son calligraphe attiré, un homme de confiance auquel il allait parfois jusqu’à confier le gouvernement de sa maison. L’un d’eux Ibn Moqla (né en 886), devint même ministre, ce fut lui qui, jugeant le koufi trop lourd pour une époque aussi raffinée que la sienne, inventa une forme d’écriture plus souple et arrondie, le neskhi, qu’il dota d’un tracé géométrique afin qu’elle fut digne de transcrire le coran. Les réformes d’Ibn Moqla ne furent pas suivies dans l’Occident musulman. De l’Égypte à l’Andalousie, les calligraphes maghrébins, aux traditions artistiques plus austères, refusèrent d’abandonner le koufi, auquel se rattachent le maghrebi et les nombreuses variantes qui en son issues.

Il y aura par la suite deux grandes écoles de calligraphe : celle d’Ibn Al Bawwab (11e siècle), qui perfectionna les procédés d’ibn Moqla, et celle d’al-mousta’semi (13e siécle), qui améliora le calame en coupant son bec obliquement, ce qui donna plus de finesse aux déliés. Une trentaine de langues ont utilisé l’alphabet arabe. les Iraniens on crée leur propre style et en ont amélioré beaucoup d’autres. Quant aux ottomans, ils seront les derniers grands maitres dans l’art de la calligraphie. sous leur empire, fut instaurée la ijaza , un titre donnant le droit d’accepter une commande et d’enseigner la calligraphie. Ils produisirent de grands calligraphes, comme chiekh al-amassi au 16e siécle, qui adapta les différents types d’écriture à la langue ottomane, ou Hafez othman (17e siècle) qui apporta à la calligraphie simplicité, pureté et grâce. L'introduction en 1928 de l’alphabet latin dans la langue turque gela le dernier mouvement artistique important de la calligraphie arabe. Aujourd’hui, avec le développement de l’audiovisuel et des techniques modernes de reproduction, le calligraphe contemporain a perdu une partie de son rôle. mais il reste toujours à la recherche d’une nouvelle voie afin de faire évoluer l’art de la lettre.


Culture

PingPong - Mars - 44

Bab El Bahr : Le patrimoine oublié

B

ab el Bhar menace de tomber définitivement depuis plusieurs mois déjà. Avec ce monument en ruine depuis des années sans que les autorités concernées ne réagissent pour le sauvegarder, Tanger perdra une partie de son histoire et de son patrimoine que des milliers de touristes visitaient durant les années fastes du tourisme. On se rappelle tous ces touristes espagnols, allemands ou anglais dont la visite de la kasbah était presque un rituel pour se prendre

en photo portant un serpent autour du cou, mais aussi pour admirer le paysage du détroit de Gibraltar depuis la terrasse de Bab el Bhar. A lui seul, ce monument était une référence. Mais depuis presque deux décennies, des pluies torrentielles avaient provoqué un glissement du terrain sur cet espace causant un terrible accident qui a rendu ruine cette partie de la muraille de la kasbah et une maison avoisinante. Ce qui est grave dans cette situation c’est qu’elle dure depuis

plusieurs années sans qu’aucune autorité ne réagisse pour trouver une solution de réhabilitation de cette porte si emblématique et de sa muraille. C’est sincèrement inexplicable ! Sauf si la restauration fait partie d’un futur projet dont on ne connait ni les détails, ni le temps d’exécution, un super méga Métropole 2 peut-être, alors qu’il s’agit de petits travaux de réaménagement qui dureront quelques jours et redonneront à cet espace sa vraie valeur. C’est toujours inexplicable et insensé de constater une ville faire des miracles dans certains secteurs tout en négligeant d’autres aussi importants. Car, en effet, il est aussi important de construire des projets industriels, des routes, des immeubles, que de s’intéresser à des petits détails qui font notre patrimoine. Babel Bhar en est un. Pourvu une prochaine visite royale à la kasbah de Tanger !


Culture

PingPong - Mars - 45

Tom Hanks & Angelina Jolie à Tanger le mois prochain

T

anger risque fort d’accueillir les plus grandes stars du cinéma américain. Non ces derniers ne seront pas à Tanger dans le cadre du festival national du cinéma. Très mal organisé, l’événement qui ne trouve même pas une salle adéquate dans la ville, n’est pas du tout à la hauteur d’inviter des stars du cinéma américain. Ces derniers viendront à Tanger à partir du mois prochain pour tourner une grande production américaine actuellement en plein repérage dans la ville. Le film va réunir plusieurs grands acteurs du calibre de John Malkovitch, Tom Hanks et Angelina Jolie.


Culture

PingPong - Mars - 46

“Sotto Voce" raffle 3 Prix du Festival national du film de Tanger

K

amal Kamal n’en revient pas. Outre le jury présidé par Abdellah Saaf, son dernier long métrage “Sotto Voce" a séduit tout le monde et remporté pas moins que 3 prix. Il s’agit du Grand prix du festival, du Prix du son et du Prix de la musique originale. Selon les critiques, c’est une très consécration méritée. La liste des consécrations a été distribuée selon les mérites comme suite : Prix réservés aux acteurs, Prix du 1er rôle féminin revenu à Morjana Alaoui, NadineLabaki et Lubna Azabar pour leur prestation dans le film "Rock the Casbah". Fatima Harrandi a remporté le Prix du 2ème rôle féminin "Raouia" (Formatage) Le Prix du 1er rôle masculin remporté par Hassan Badida "C'est eux les chiens".Said Marssi a décroché le Prix du 2ème rôle masculin "Adios Carmen". Le Prix du scénario et celui de l'image à "Secret d'oreiller" de Jilali Ferhati et comme réalisateur Rachid El Ouali a gagné le Prix du montage pour son film "Ymma". S'agissant de la catégorie courts-métrages, le jury a finalement attribué un Grand Prix. Son choix s'est porté sur "Réglage" de Driss Gaidi et HichamRegragui, alors que le Prix spécial du jury est revenu à "Carte postale" de Mahassine El Hachadi.



Issuu mars 2014