Page 1


ROFAF 2013 Une publication du Réseau des Organisations Féminines d’Afrique Francophone (ROFAF) Rédaction & compilation : Nadiétou ZIBILILA, Associée au Programme Communication et Information Mise en page & design: Bayi ADEKAMBI, Responsable du Programme Communication et Information et Yame Oukate DADJOSSIME, Chargé de Communication / Médias Relecture : A iwa Eyram AMEGNONA, Eyavi Mawulé HONGA et Eléonore MARCHELLI, Stagiaires

TRIBUNE est produite en versions électronique et imprimée. La version électronique de TRIBUNE peut être téléchargée sur www.rofaf.org La version imprimée de TRIBUNE est disponible au siège du ROFAF

SOMMAIRE Editorial ..................................................................................................................................................

3

L’utilité des Technologies de l’Informationet de la Communication ...............................................

5

Interview de Dephine NANA MEKOUNTE par Nadiétou ZIBILILA La fracture numérique en Afrique francophone..............................................................................

8

par Dephine NANA MEKOUNTE Les TICs, un outil au service de l’intégration genre ...........................................................................

11

par Bayi ADEKAMBI Sécurité sur le net : Quand internet peut mener à la prostitution ............................................................... 17 par Nadiétou ZIBILILA Accès des femmes Togolaises aux TIC, difficultés et impacts .........................................................

20

par Talidè ADELAYI TICs et genre, usages multiples, accès limité ....................................................................................... 23 par Nadiétou ZIBILILA Mouvements de femmes ou féministes et TIC ..................................................................................... 27 par Joëlle PALMIERI Les femmes africaines oubliées dans les TIC .......................................................................................

31

par Roukiattou OUEDRAOGO Gros plan sur Touré Yaba Tamboura.....................................................................................................

33

par Nadiétou ZIBILILA Actualités sur les droits des femmes relatives aux TIC ..................................................................

35


Semestriel d’Information sur les droits des femmes

Editorial

À l’heure où les technologies de l’information et de la communication (TIC) prennent une place croissante dans la vie quotidienne et professionnelle, des dissimilitudes liées au genre viennent s’inscrire dans la conception, l’usage, l’appropriation et la maîtrise de ces outils stratégiques. Loin de souffrir d’une quelconque incapacité technologique, les femmes, dans leur vie quotidienne, sont des utilisatrices aussi averties que leurs homologues masculins. Pourtant, elles demeurent particulièrement minoritaires dans les métiers des TIC proprement dits. Elles sont donc largement absentes à des lieux où se conçoivent et se maîtrisent les enjeux des TIC. Absence d’intérêt ou éviction insidieuse, divers facteurs s’associent pour expliquer ces dissimilitudes. Certaines théories sont habituellement avancées pour tenter d’expliquer les différences de genre dans le rapport aux TIC. La vision sociologique de la relation entre femmes et technologies s’intéresse aux processus de socialisation sans trop questionner la technologie en tant que telle. Elle développe des théories autour des conditions de travail, de l’éducation et de la formation, de la culture de métier et de l’ensemble du monde professionnel des TIC, considéré comme défavorable pour les femmes. Les femmes affichent une faible confiance en elles dans les matières techniques pour se faire accepter dans des contextes professionnels marqués par un idéal de travail masculin. Par contre, quand elles s’adaptent à cet idéal de travail masculin, elles montrent de l’ambition, de l’initiative et de l’esprit d’entreprendre, elles suscitent la désapprobation à la fois des hommes mais aussi des autres femmes. L’idéal professionnel masculin contribue ainsi à maintenir les femmes dans des positions subordonnées et limite leurs possibilités de carrière dans ces secteurs. Les TIC donnent de nouvelles opportunités aux femmes, dans de nombreux domaines : l’amélioration des revenus, la connaissance de leurs droits, leur épanouissement et celui de leur famille, la confiance en soi, l’envie d’apprendre, etc. Les bilans de l’impact des TIC sur la vie des femmes africaines demeurent toutefois mitigés. Nous constatons que la capacité d’autonomisation et la promotion de l’égalité du genre viennent toujours heurter les normes discriminatoires. Un éventuel changement peut être enclenché mais si et seulement si ces normes sont mises au second plan. De nombreux travaux autour de l’accès aux TIC se penchent aussi sur les utilisations. La diversité des effets liés à l’utilisation des TIC montre qu’il n’y a pas d’emblée une liaison de cause à effet entre l’usage des TIC et les meilleures occasions ou exploits dans les diverses sphères constitutives de l’intégration et de la participation sociales. L’évaluation du degré de vulnérabilité des divers TRIBUNE N°07 / janvier 2013

3


Semestriel d’Information sur les droits des femmes profils d’utilisateurs se base sur plusieurs critères : le degré d’autonomie, les aptitudes, le support disponible, les conduites à risques, la valeur symbolique et le sens accordés aux TIC, l’aptitude à faire des choix. Dans ce e approche du caractère vulnérable des situations d’utilisateurs des TIC, la variable la plus discriminante se révèle être le genre, à la défaveur des femmes qui sont plus nombreuses que les hommes dans les profils types d’utilisateurs associés à des niveaux de vulnérabilité plus importants. L’évolution des pratiques des femmes en recherche du partenaire idéal via Internet : l’itinéraire qui les mène aux sites de rencontres, leurs préférences, les habitudes qui se me ent en place démontre longuement la place et le sens de ce e utilisation particulière, à la fois dans son étendue individuelle à vouloir changer sa vie ou améliorer ses conditions d’existence et dans son étendue sociale. Elle démontre également les risques individuels, notamment l’exploitation économique et sexuelle. Aucune de ces perspectives théoriques ne peut toutefois, à elle seule, expliquer les écarts qui existent entre les hommes et les femmes dans le rapport aux TIC. De plus, le caractère universel de certaines hypothèses contraste avec des situations différenciées d’un pays à l’autre. De nombreuses questions restent donc ouvertes.

Bayi ADEKAMBI Responsable du Programme Communication et Information

TRIBUNE N°07 / janvier 2013

4


Semestriel d’Information sur les droits des femmes

L’utilité des Technologies de l’Information et de la Communication « Pour remédier à la fracture numérique de Genre, je pense qu’une prise en compte de la question de genre dans les politiques nationales de développement des TIC, doit être considérée comme indispensable pour un développement humain fondé sur la participation et l’égalité » Interview de NANA Delphine née MEKOUNTE par Nadiétou ZIBILILA, Associée au Programme Communication et Information Mme NANA Delphine née MEKOUNTE est Camerounaise. Titulaire d’une double formation de sociologue et d'analyste programmeur, elle s’investit depuis de longues années dans les domaines de la promotion féminine et de l'utilisation des TIC pour le développement. Elle a occupé le poste de Directrice de l’ONG Centre Féminin pour la Promotion du Développement (CEFEPROD), une ONG camerounaise, qui vise à promouvoir les femmes par le biais de la qualification et de l'emploi et est membre fondateur et Présidente élue du réseau panafricain ACSIS (Africain Civil Society for the Information Society) et de la Plate-forme des Associations de Défense des Droits des Consommateurs des Produits et Services des Télécommunications et TIC au Cameroun (PLADCOTIC). ROFAF : Bonjour Madame Nana. Vous êtes l’auteur d’une étude sur l’implication de la Société Civile d’Afrique Centrale sur les politiques des TIC : le cas du Cameroun, Parlez-nous un peu de l’utilité des TIC pour les organisations de la société civile.

NANA Delphine (N.D.) : De manière générale, le rôle de la Société Civile est déterminant pour la vulgarisation et l’appropriation des TIC. Beaucoup d’initiatives ont été prises, non seulement dans le domaine de la formation des masses des couches les plus défavorisées qui sont les femmes, les jeunes, les handicapés

et les populations en milieu rurale; mais également pour l’équipement de certaines structures en matériel. Pour assurer un plein succès à l’avènement de la Société de l’Information dans nos pays, les institutions gagneraient à s’appuyer sur la Société Civile qui continuera à jouer pleinement son rôle de relais pour un développement plus équitable des Technologies de l’Information et de la Communication en Afrique. ROFAF : Quelles sont les éventuelles propositions de solutions pour remédier à la fracture Genre ?

N. D. : Avant de répondre à votre question, permettez-moide préciser que, quand on parle de la fracture numérique de Genre, il s’agit en fait des disparités d’accès et de contrôle des hommes et des femmes des technologies de l’information et de la communication (TIC), leurs contenus et les compétences perme ant de les utiliser. Revenant à votre question, pour remédier à la fracture numérique de Genre ou Fracture Homme/Femme, je pense qu’une prise en compte de la question de genre dans les politiques nationales de développement des TIC, doit être considérée comme indispensable pour un développement humain fondé sur la participation et l’égalité. Donc pour assurer une société de l’information inclusive et promouvoir une masse critique

TRIBUNE N°07 / janvier 2013

5


Semestriel d’Information sur les droits des femmes suffisante de femmes au niveau de la prise de

et organisé par l’Association Française

décision dans le secteur des TIC, on peut énumérer une gamme d’actions parmi lesquelles : • Favoriser la formation des femmes et jeunes filles à l’utilisation des TIC à tous les niveaux, y compris par des applications dans les domaines de l’emploi, du commerce, de l’agriculture, de l’éducation, de la santé, de la défense de leur cause, de la participation à la vie citoyenne et politique, à la promotion des actions de lobbying et du plaidoyer ;

SINDBAD MEDITRERRANEE. Dites-nous

• Me re au point des technologies peu coûteuses et des interfaces informatiques afin de favoriser l’accès aux TIC par les femmes et les jeunes filles démunies et ille rées ; • Créer d’avantage des points d’accès communautaires où est prise en compte la dimension genre en termes de mobilité, de temps disponible, de moyens financiers, de compétences et de facteurs socioculturels d’ordre général. • Promouvoir les femmes du secteur des TIC à des postes de responsabilité au niveau de la prise de décision ; • Appuyer les activités organisées dans le cadre de la "Journée Internationale des jeunes filles dans le secteur des TIC", qui a lieu le quatrième jeudi d'avril de chaque année ; • Faire participer les femmes aux processus de recherche et d'innovation afin d'accroître le potentiel de créativité, de recherches innovantes, de conception et d'application de projets axés sur l'utilisateur. ROFAF : Vous avez été une personne ressource au Colloque International sur le thème : « HANDICAP ET TIC » tenu du 28 au 29 Octobre 2005 à Marseille en France

en quoi les TIC peuvent être utiles dans les situations d’handicap, notamment pour les femmes handicapées ?

N.D.: Déjà, il faut dire que les barrières sociales, institutionnelles et comportementales sont les principaux obstacles à l’insertion des personnes handicapées. Les TIC peuvent être utiles pour compenser des déficiences physiques ou fonctionnelles en perme ant aux handicapés d’avoir accès à l’information et au savoir, à la formation à distance, au télétravail, au développement des contenus accessibles sur Internet, à la conception de pages web adaptées aux besoins des handicapés, aux bonnes pratiques dans l’utilisation des TIC pour favoriser leur insertion sociale … ROFAF : Vous avez ensuite participé à la signature de la Convention relative à la Création du Portail Virtuel pour la Formation à Distance en Infographie et aux Techniques de Conception et de Publication Assistées par Ordinateur en faveur des Femmes et les Handicapés. Parlez-nous un peu de cette convention et en quoi elle a consisté ?

N. D. : J’étais l’un des signataires de ce e convention en tant que Directrice du CEFEPROD. Je passe la majeure partie de mon temps à réfléchir sur comment traduire un problème ou un besoin identifié en projet. C’est ainsi que j’ai élaboré un projet sur le thème et soumis pour appui financier au Ministère Camerounais des Postes et Télécommunications, dans le cadre de son programme de soutien au développement des projets TIC en faveur des populations. En termes de problématique sur la question, les handicapés, ainsi que d’autres groupes vulnérables comme les femmes n’ont pas une

TRIBUNE N°07 / janvier 2013

6


Semestriel d’Information sur les droits des femmes grande accessibilité aux applications des TIC,

société de l’information a évolué en

encore moins aux techniques de traitement d’image qui auraient pu valoriser leur créativité et leur perme re de se faire reconnaître comme des acteurs importants des TIC. Ce projet de création d’un portail virtuel pour la formation à distance en infographie et aux techniques de conception et de publication assistées pour les handicapés et autres groupes vulnérables se veut une réponse à une demande de plus en plus forte en provenance de ce e tranche de la population qui éprouve un plus grand besoin de spécialisation et de professionnalisation en particulier dans un domaine correspondant le mieux à leur condition. Les Technologies de l’Information et de la Communication et en particulier les sciences assistées par ordinateur telles que l’infographie s’avèrent donc une arme essentielle pour leur insertion socioprofessionnelle et pour l’amélioration de leurs conditions de vie.

Afrique,

ROFAF : Enfin, la déclaration de Beijing stipule en son point 13 « le renforcement du pouvoir d'action des femmes et leur pleine participation sur un pied d'égalité à tous les domaines de la vie sociale ». Aujourd’hui dix-sept ans après la Conférence de Beijing à laquelle vous aviez pris part, pensez-vous que la situation des droits des

particulièrement

en

Afrique

Francophone ?

N.D. : Parlant de la société de l’Information, en dehors de la Conférence de Beijing à laquelle j’ai participé en 1995, j’ai aussi eu le privilège de participer au processus du Sommet Mondial sur la Société de l’Information ( SMSI) , de la 1ère phase qui a eu lieu à Genève du 10 au 12 décembre 2003, avec pour but d’adopter un plan d’action et une déclaration de principes par les Chefs d’Etats et des Gouvernements. La seconde phase qui a eu lieu le 16 au 18 Novembre 2005 à Tunis a permis d'évaluer les progrès qui ont été réalisés dans la mise en œuvre du plan d’action adopté à Genève. Les TIC sont un outil qui participe à l’émancipation de femmes en leur permettant d’accéder à l’information et à la connaissance, à prendre part au processus de décision et à avoir une ouverture sur le monde. Les Nations Unies placent d’ailleurs l’accès aux TIC au cœur des questions de Genre au même titre que la lu e contre la pauvreté, l’exclusion et les violences faites aux femmes. Les femmes doivent donc cesser d’utiliser l’approche victime. Tous les efforts sont conjugués pour que leur accès à la société de l’information soit effectif. Il leur appartient de prendre leur destin en main.

femmes en matière de participation à la

TRIBUNE N°07 / janvier 2013

7


Semestriel d’Information sur les droits des femmes

La fracture numérique en Afrique francophone Mme NANA Delphine née MEKOUNTE est Camerounaise. Titulaire d’une double formation de sociologue et d'analyste programmeur, elle s’investit depuis de longues années dans les domaines de la promotion féminine et de l'utilisation des TIC pour le développement. Elle a occupé le poste de Directrice de l’ONG Centre Féminin pour la Promotion du Développement (CEFEPROD), est membre fondateur et Présidente élue du réseau panafricain ACSIS (Africain Civil Society for the Information Society) et de la Plate-forme des Associations de Défense des Droits des Consommateurs des Produits et Services des Télécommunications et TIC au Cameroun (PLADCOTIC). Les TIC ont joué ces dernières années un rôle linguistiques sont parmi les facteurs qui bloquent incontestable dans le développement mondial. l’accès à l’infrastructure des TIC, en particulier Pourtant, dans beaucoup de parties du globe, dans les pays en développement, et ces problèmes les femmes sont restées un peu à l’écart de ce sont ressentis de façon plus aiguë par les développement. En Afrique, à l’exception de femmes. l’Afrique du Sud, l’Ouganda et le Sénégal, Une recherche réalisée en 2004-2005 par le la communication à l’intérieur des pays Réseau Genre et TIC, établit qu’au Bénin, entre les femmes qui utilisent les TIC Burkina Faso, Cameroun, Mali, Mauritanie et est encore extrêmement Sénégal, les femmes restreinte. Les TIC ne sont Les TIC ne sont pas accessibles bénéficient un tiers de pas accessibles à un grand à un grand nombre de femmes et fois moins que les nombre de femmes et sont sont plutôt réservés à une élite. hommes des avantages plutôt réservés à une élite. de la société de l’information. Le Réseau genre Les rôles assignés socialement et culturellement et TIC, une initiative menée conjointement par à chacun des sexes et les relations entre eux l’organisation internationale Environnement influent considérablement sur la capacité des et Développement du Tiers Monde (ENDA), femmes et des hommes à participer de façon l’Observatoire des Systèmes d’Information sur égale à la société de l’information. Pour beaucoup de femmes, la toile mondiale est inaccessible, souvent en raison de problèmes techniques et du coût de l’accès, mais aussi à cause d’un manque de formation et de connaissances.

les Réseaux et Inforoutes du Sénégal (OSIRIS) et l’Agence sénégalaise de Régulation des Télécommunications (ART), confirme l’existence de ce e fracture. Les résultats de la recherche établissent que la fracture numérique de genre est une inquiétante réalité dans chacun

Les obstacles à l’accès aux TIC par les femmes

de ces domaines, et plus particulièrement en

La pauvreté, l’analphabétisme, le manque de

termes de contrôle, de contenus et de capacités.

connaissances informatiques et les barrières

Seules les populations jeunes et scolarisées en

TRIBUNE N°07 / janvier 2013

8


Semestriel d’Information sur les droits des femmes cycle secondaire semblent échapper aux

numérique « le faible niveau de formation, la faible

disparités de genre, tout en ne préparant pas

participation des filles dans les filières scientifiques

aux femmes de demain qu’à une place secondaire

et techniques, les nombreuses tâches traditionnelles

de consommatrices et de "petites mains" de la

quotidiennes, la situation économiques défavorisées,

société africaine de l’information.

(manque d’accès au crédit) la faible mobilité et le manque de temps » avant d’ajouter qu’ « il faut bien

Mme Delphine Nana Mekounte, directrice

avoir présent à l'esprit que l'intégration aux

générale du Centre Féminin pour la Promotion

métiers des TIC passe par la pratique de plusieurs

du Développement (CEFEPROD), une ONG

langues vivantes étrangères. Les femmes, même

camerounaise et membre fondateur et Présidente

quand elles ne sont pas complètement analphabètes,

du réseau panafricain ACSIS (Africain Civil

ne maîtrisent pas les langues qui font accéder aux

Society

TIC (français, anglais, allemand, japonais ou

for

the

Information

Society),

explique dans une interview accordée au site

chinois) ».

www.cursus edu.com que les femmes « ont une a itude ambiguë envers les technologies et les machines, pour avoir de tout temps été socialisées dans la croyance que les machines et la technologie sont le domaine des hommes et

Les femmes, même quand elles ne sont pas complètement analphabètes, ne maîtrisent pas les langues qui font accéder aux TIC

non des femmes et des filles, ce qui crée un préjugé sexiste dans les a itudes devant l’étude ou

Les approches de solutions Comme

solutions,

Mme

Nana préconise de « me re en place des politiques de discrimination positive à tous niveaux, c'est-à-dire renverser

totalement le réflexe habituel qui consiste à

l’utilisation de la technologie de l’Information ».

penser, devant une candidature féminine à un

Elle ajoute que le phénomène commence

cycle d'études techniques ou un emploi dans

même à l’école car« sitôt arrivées à l’école,

les TIC : "Ah... Mais c'est une femme, alors je

les filles sont détournées des filières scientifiques et

ne prends pas". Il faut au contraire encourager

techniques, consciemment ou non, par les préjugés des

les responsables à penser "Une femme !

parents et des enseignants. Dans certains pays

Quelle chance !" ; intégrer la problématique

d’Afrique, les filles sont incitées à se marier ou à

genre, de manière systématique et transversale

trouver un emploi plutôt qu’à poursuivre

à toutes les politiques de développement. Ne

leurs études. La décision des parents d’investir

pas se contenter de l'écrire, mais le faire ;

dans l’éducation des garçons se fait souvent au

assurer l'équité de genre dans l'éducation. C'est

détriment des filles, à qui on demande de participer

particulièrement important en Afrique pour

aux tâches domestiques. Leur participation à la

l'éducation de base, mais le sujet est sensible

Société de l’information se heurte à tous ces

pour tous les pays du monde au niveau de

nombreux obstacles socio-culturels et institutionnels qui fondent et pérennisent les disparités entre hommes et femmes face aux TIC ». Pour résumer, Mme Nana cite comme causes de la facture

l'enseignement supérieur. Il faut encourager les femmes à faire des études scientifiques et techniques ; Intégrer les femmes dans les

TRIBUNE N°07 / janvier 2013

9


Semestriel d’Information sur les droits des femmes sphères de prise de décision, notamment dans

à a eindre cet objectif, pour que le partage

la définition des politiques ; Intégrer, de manière

équitable des rôles, pouvoirs et responsabilités

systématique, les TIC aux actions de promotion

entre les femmes et les hommes soit effectif

féminine et transformer les TIC, de l'intérieur

dans tous les domaines et à tous les niveaux de

: traduire les contenus en langues locales,

la société. La méconnaissance ou l’ignorance de

développer

intéressant

l’approche genre dans la définition des projets

spécifiquement les femmes. C'est aux femmes

de développement est à la base de leur échec

elles-mêmes de faire cela. Si on leur ouvre la

au moment de leurs exécutions.

des

contenus

porte, elles vont s'engouffrer dans le domaine, j'en suis sûre ». Le genre est une aspiration pour une société respectueuse de l’équité dans le partage des responsabilités et des droits sans discrimination

La dimension genre doit être suscitée partout et par tout moyen pour provoquer une réelle volonté politique d’intégration de celle-ci dans les politiques de développement.

entre les sexes. C’est tout l’enjeu de l’intégration du genre qui réside dans le nécessaire besoin de changement des

Nous ne saurions conclure sans nous réjouir des opportunités qu’offrent les TIC pour renforcer l’action de mise en réseau des acteurs actifs dans la promotion du genre.

L’observatoire pourra, à terme, être une grande et puissante institution de lobbying et de plaidoyer pour une réelle appropriation de l’approche genre par les politiques.

visions, des approches, des comportements, des perceptions pour un ordre politique et social plus juste et plus équitable. La dimension genre doit être suscitée partout et par tout moyen pour provoquer une réelle volonté politique d’intégration de celle-ci

Pour faire face aux enjeux et défis du développement durable de nos sociétés, il est impératif de me re en œuvre de nouveaux designs d’intégration du genre adaptés à nos réalités pour lu er efficacement contre le sous-développement.

dans les politiques de développement. Le renforcement du pouvoir et des responsabilités de la femme est indispensable pour une lu e efficace contre la pauvreté dans une finalité de développement durable. Les TIC peuvent aider

TRIBUNE N°07 / janvier 2013

10


Semestriel d’Information sur les droits des femmes

Les TIC, un outil au service de l’intégration genre Bayi ADEKAMBI est Titulaire d’une maîtrise professionnelle en Informatique de Gestion et nantie d’une formation en Infographie et Communication. Dotée d’une expérience avérée en gestion des NTIC et des contenus web, en Conception de programmes et en administration de réseau, Bayi occupe actuellement le poste de Responsable du Programme Communication et Information au ROFAF. Introduction Plus d’un siècle après la révolution industrielle, nous sommes aujourd’hui au cœur d’une autre évolution majeure de la civilisation humaine : la révolution informatique qui a donné naissance à la « société de l’information ». On entend dire partout que les nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) ont inauguré une nouvelle ère.

La pratique a démontré que l’emploi des TIC comme support de l’intégration du genre peut avoir des impacts considérables sur le renforcement du statut de la femme. Quels sont les usages qu’offrent les TIC pour une meilleure intégration du genre en Afrique? A cet effet, notre communication s’efforcera à décliner et à mettre en valeur les apports essentiels des TIC pour relever le défi de l’enjeu d’une meilleure intégration du genre en Afrique.

En effet, les Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication (NTIC) constituent un L’accès des femmes aux TIC dans le monde en équipement formidable qui permet une circulation développement est généralement restreint à rapide et efficace de l’information, une petite élite de citoyennes à de la connaissance et du revenu élevé et vivant en milieu savoir. Elles sont à la base de L’implication de l’approche urbain. Bien que les femmes la révolution numérique genre dans les politiques de représentent une proportion actuelle qui favorise et facilite développement ne peut se croissante des utilisateurs de l’échange et le rapprochement réaliser que par de nouveaux l’Internet dans de nombreux des cultures. styles de formation pays, dans la plupart de ceuxEn Afrique, nous constatons ci les niveaux globaux d’accès des inégalités discordantes et profondes entre sont extrêmement bas. C’est seulement dans hommes et femmes sur les plans économique, quelques rares pays en dehors du monde politique, social et culturel. Le déséquilibre et développé que l’on trouve des nombres non les inégalités dans le traitement entre les sexes négligeables de femmes actuellement en ligne. sont si courants que notre seul contexte de Mais, même dans les pays industrialisés où la sous-développement et de pauvreté ne saurait connectivité générale est élevée, les l’expliquer. contraintes sexospécifiques limitent et L’implication de l’approche genre dans les définissent l’usage des TIC. politiques de développement ne peut se réaliser que par de nouveaux styles de formation, de Les TIC ne sont pas une solution à tous les plaidoyer, de sensibilisation sur le genre pour problèmes sociaux et elles peuvent facilement un développement durable. accentuer les inégalités sociales. Dans la TRIBUNE N°07 / janvier 2013

11


Semestriel d’Information sur les droits des femmes réalité, l’exclusion à l’accès aux nouvelles technologies se traduit par l’exclusion à l’accès à l’information, aux débats locaux et mondiaux et à la capacité de contribuer aux discussions critiques sur les politiques. Contexte africain

L’Afrique, continent pauvre, traînant avec elle les stigmates du sous-développement, se caractérise également par ses sociétés qui excluent les femmes de l’effort de développement.

Il urge de réfléchir sur les possibilités d’usage des nouvelles technologies de l’information et de la communication pour opérer un recentrage et une adaptation de l’intégration du genre pour un développement solidaire, équitable et durable. Des pratiques innovantes s’imposent pour atteindre cette majorité d’analphabètes qui constitue le terreau fertilisant sur lequel se perpétuent les conceptions et les pratiques coutumières discriminatoires à l’égard de la femme africaine.

L’avènement des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication, est une Nos canaux de communication sociale étant aubaine pour les pays du Sud en général essentiellement caractérisés par l’oralité, et pour l’Afrique en particulier, parce que résultat des vestiges de notre civilisation de considéré comme un facteur de croissance du l’oralité, de nombreux réseaux d’OSC n’hésitent développement. Elles offrent incontestablement pas souvent à organiser des ateliers de des opportunités en matière sensibilisation en faisant d’éveil des consciences pour une recours aux outils multi intégration durable du genre Les coûts élevés des services média pour atteindre leurs dans les plans de développement. et équipements, le manque cibles.

de formation, un pouvoir

Nous constatons aujourd’hui un d’achat faible etc. sont autant A côté des outils multimédia essor fulgurant des technologies d’obstacles à l’accessibilité et de l’Internet, nous de l’information et de la constatons également aux TIC communication un peu partout une floraison de radios en Afrique. On ne compte plus communautaires dans notre le nombre de « cybercafé » et de continent, aussi bien dans les « télé centre » qui se crée par jour pour un zones urbaines que dans les zones rurales. partage communautaire des outils modernes d’information et de communication, tel que Les obstacles à l’accès aux TIC par les l’internet. femmes

Cependant, il y a lieu de souligner les problèmes majeurs d’accès et de connectivité dans notre continent. Les difficultés d’accès aux technologies de l’information et de la communication en Afrique sont indéniables. Les coûts élevés des services et équipements, le manque de formation, un pouvoir d’achat faible etc. sont autant d’obstacles à l’accessibilité aux TIC. La majorité de nos populations ne sait ni lire, ni écrire ni dans la langue officielle encore moins dans nos langues locales.

La pauvreté, l’analphabétisme, le manque de connaissances informatiques et les barrières linguistiques sont parmi les agents qui bloquent l’accès à l’infrastructure des TIC, en particulier dans les pays sous développés. Les rôles assignés socialement et culturellement à chacun des sexes et les relations entre eux influent considérablement sur le genre de capacité des femmes et des hommes à participer de façon égale à la société de l’information. Le rôle des TIC dans le développement des femmes africaines est clair. En Afrique, à

TRIBUNE N°07 / janvier 2013

12


Semestriel d’Information sur les droits des femmes l’exception de l’Afrique du Sud, l’Ouganda et le Sénégal, la communication à l’intérieur des pays entre les femmes qui utilisent les TIC est encore extrêmement restreinte. Les TIC doivent être accessibles à un grand nombre de femmes et non réservés à une élite. Pour beaucoup, la toile mondiale est frustrante et inaccessible – souvent en raison de problèmes techniques et du coût de l’accès, mais aussi à cause d’un manque de formation et de connaissances.

Elles constituent de véritables mécanismes de plaidoyer en direction des décideurs et du grand public pour une intégration de l’approche genre dans l’exécution des plans de développement. Outils multimédias

Ces outils rendent aujourd’hui disponible à une échelle jamais égalée le savoir, la connaissance et l’information. En Afrique, où sévissent encore les effets de la civilisation de l’oralité, les outils multimédias sont d’un apport considérable dans les actions de promotion et de sensibilisation pour une lutte agissante contre les disparités de genre.

Notons que la Quatrième Conférence mondiale sur les femmes de l’ONU (Beijing 1995) a marqué un tournant en mettant en évidence le pouvoir de la technologie de l’information en tant qu’outil de mobilisation, d’échange Les outils multimédia comme les CDROM, les d’information et d’habilitation pour les femmes. Depuis 1995, l’agenda «Femmes et « disquettes », les clés USB etc. ont prouvé et TIC» a gagné de plus en plus de légitimité en certifié leur efficacité dans la collecte, le tant qu’enjeu important, stockage et le traitement des principalement grâce aux L’agenda ‘Femmes et TIC’ bases de données. Produits en efforts concertés d’organisations a gagné de plus en plus de langue locale, les contenus de femmes et de quelques légitimité en tant qu’enjeu multimédia peuvent favoriser organismes internationaux et important, principalement le partage de l’information et bailleurs de fonds. Ces efforts grâce aux efforts concertés l’accès à la connaissance. ont abouti à l’élaboration de d’organisations de femmes Ils permettent également programmes et projets qui et de quelques organismes l’illustration compréhensible contribuent maintenant à internationaux et bailleurs des effets négatifs des pratiques l’habilitation des femmes tout de fonds d’exclusion à l’encontre des autant à titre individuel femmes. que dans leurs contextes organisationnels et communautaires, et qui En milieu rural, où le taux d’analphabétisme transforment des initiatives de développement est fort élevé et où la communication est dans des contextes locaux pour en faire des essentiellement orale, la formation sur support interventions plus durables. audio visuel à un impact considérable sur les consciences. Les acteurs de la promotion du Outils numériques et intégration du genre genre peuvent s’en servir pour renforcer la Les TIC, en tant qu’enjeu stratégique en termes présence des femmes dans la lutte pour un de capacité de formation et d’information, développement participatif juste et durable. offrent non seulement des outils et des services mais aussi des espaces numériques qui L’internet : des espaces virtuels pour peuvent être d’un appui conséquent dans une l’intégration du genre offre une abondance d’espaces virtuels qui peuvent servir au finalité de numérisation du genre. renforcement de capacité, de la sensibilisation

TRIBUNE N°07 / janvier 2013

13


Semestriel d’Information sur les droits des femmes et du plaidoyer sur le genre. Ces espaces virtuels sont de potentielles plateformes pour répondre aux exigences d’actions d’intégration du genre. L’utilisation des forums de discussion (appelé en anglais newsgroup) présente un intérêt certain comme moyen additionnel d’action et d’organisation pour un meilleur procédé de management de l’intégration du genre.

le développement en Afrique et de lutte contre les stéréotypes et autres idées reçues qui empêchent la femme africaine de s’épanouir et participer pleinement et activement à l’effort de construction de nos sociétés.

Appelées également radios alternatives, elles peuvent contribuer à la réduction de la fracture de genre et à la promotion de la justice sociale. Elles ont pour obligation de redresser le déséquilibre et de faciliter la La téléconférence et la formation à distance participation des femmes à tous sont des supports qui peuvent les niveaux de prise de décision pallier le manque de formateurs en genre ; ce qui d’ailleurs L’adaptation des TIC à des et de programmation et de mettre souvent, en Afrique, est un fins d’intégration du genre en application une politique handicap aux actions de est créatrice de multiples effets éthique qui inclut le respect et renforcements des capacités notamment, en ce qui concerne l’égalité des femmes en tant que de la société civile. l’utilité de discernement pierre angulaire

et

d’appropriation

de

Les formations en ligne l’approche genre et le Impact des TIC dans offrent des occasions renforcement du statut de la l’intégration du genre d’échanges entre le Nord et le femme dans les changements Il est certain qu’il existe un Sud en matière de formation sociaux sur le genre. L’enjeu de réel besoin d’intégration, formations à distance peut être d’intensification et de dissémination un mécanisme efficace pour pallier à l’absence de l’approche genre dans tous les espaces de de centre de formation sur le genre en Afrique. décision, au niveau institutionnel comme au Le fontline SMS, permet un envoi groupé de message SMS pour environ 500 personnes. Ce qui est important pour les organisations qui rencontrent souvent des difficultés pour informer leurs membres en milieu rural. E-commerce, le Buzz Marketing, les blogs … pour ne citer que ceux-là. Certainement, les espaces numériques peuvent être d’un concours remarquable pour le renforcement des synergies au profit de l’intégration du genre.

sein de la société civile. Les impacts de l’usage des technologies de l’information et de la communication pour une meilleure intégration du genre sont considérables. L’adaptation des TIC à des fins d’intégration du genre est créatrice de multiples effets notamment, en ce qui concerne l’utilité de discernement et d’appropriation de l’approche genre et le renforcement du statut de la femme dans les changements sociaux.

Les Radios communautaires

La radio est l’un des outils de communication le plus accessible et le plus approprié dans le cadre d’une communication/éducation pour

Augmentation de la formation de masse sur l’approche genre De nos jours, on assiste à une révolution sans précédente dans les formes et les moyens de

TRIBUNE N°07 / janvier 2013

14


Semestriel d’Information sur les droits des femmes communication. De la communication par le feu en passant par celui du tambour, l’Afrique d’aujourd’hui communique, informe et s’informe par les canaux modernes de la technologie communicationnelle. Malgré les problèmes liés à leur appropriation et à leur maîtrise, les technologies de l’information et de la communication restent un levier important dans la lutte contre les stéréotypes et les croyances reçues qui dévalorisent le statut de la femme africaine. Les TIC, par leur force de facilitation des actions et des stratégies concertées, dans l’élaboration des programmes de sensibilisation aux relations de genre, ne cessent de démontrer leurs apports précieux. Les TIC, de part leurs facultés à dominer les distances constituent notamment des moyens fondamentaux pour gagner la

et l’implication réelle et juste des femmes et des hommes dans le processus de communication et d’exécution des politiques de développement tant au niveau global qu’au niveau local. Les TIC offrent une opportunité aux pays africains de renforcer la lutte contre les facteurs de pauvreté que sont entre autre l’ignorance, l’exclusion et les stéréotypes. En permettant aux femmes de s’alphabétiser et de se mettre en réseau par la création de plateforme d’échange, de communication et d’information, les TIC aident à renforcer leur engagement dans la lutte pour de meilleures conditions de vies.

La maîtrise sociale des TIC par les femmes réduira le fossé genre et contribuera à la lutte contre la pauvreté et La béance du fossé numérique l’exclusion.

de genre doit être une source potentielle de motivation pour l’élaboration des programmes de formation bataille de la démocratisation sur le genre pour une société de la communication et de la de l’information inclusive, promotion de la justice sociale. fondée sur la solidarité et Elles offrent aussi des possibilités l’équité. de porter l’action de sensibilisation dans les zones rurales, où les agressions à l’équité de genre sont plus tenaces car comptant un fort taux d’analphabètes. La création de bibliothèques et de centres de ressources virtuelles sur le genre serait d’un apport appréciable en Afrique. Amélioration de la lu e contre la pauvreté Les TIC favorisent la présence et l’engagement effectif des femmes dans les programmes de lutte contre la pauvreté, notamment par le biais son application dans les domaines tels que l’éducation, la santé, le commerce … La lutte contre la pauvreté implique l’intégration

L’approche genre dans la société de l’information

La condition fondamentale pour un développement humain durable et la réalisation des Objectifs du Millénaire est l’accès équitable des hommes et des femmes aux TIC. Il faut encourager et faciliter la participation des femmes à la construction de la société de l’information. L’exclusion des femmes accentue principalement la fracture numérique de genre alors même que les nouvelles technologies de l’information sont d’éventuels outils d’intégration, d’échange et d’information. Pour atteindre les Objectifs du Millénaire, nous devons corriger les disparités de genre par un usage efficace des TIC. La béance du fossé numérique de genre doit être une source potentielle de motivation pour l’élaboration des programmes de formation

TRIBUNE N°07 / janvier 2013

15


Semestriel d’Information sur les droits des femmes sur le genre pour une société de l’information inclusive, fondée sur la solidarité et l’équité. Il est indispensable que des mécanismes de plaidoyer soient déployés pour sensibiliser les décideurs politiques et les leaders d’opinion sur la nécessité de prendre en compte le genre dans toutes les stratégies de développement.

Conclusion Le genre est une aspiration pour une société respectueuse de l’équité dans le partage des responsabilités et des droits sans discrimination entre les sexes.

développement durable. Les TIC peu vent aider à atteindre cet objectif, pour que le partage équitable des rôles, pouvoirs et responsabilités entre les femmes et les hommes soit effectif dans tous les domaines et à tous les niveaux de la société. La méconnaissance ou l’ignorance de l’approche genre dans la définition des projets de développement est à la base de leur échec au moment de leurs exécutions.

La dimension genre doit être suscitée partout et par tout moyen pour provoquer une réelle volonté politique d’intégration de celle-ci dans les politiques de développement.

C’est tout l’enjeu de l’intégration du genre qui réside dans le nécessaire besoin de changement des visions, des approches, des comportements, des perceptions pour un ordre politique et social plus juste et plus équitable. La dimension genre doit être suscitée partout et par tout moyen pour provoquer une réelle volonté politique d’intégration de celle-ci dans les politiques de développement.

Nous ne saurions conclure sans nous réjouir des opportunités qu’offrent les TIC pour renforcer l’action de mise en réseau des acteurs actifs dans la promotion du genre.

L’observatoire pourra, à terme, être une grande et puissante institution de lobbying et de plaidoyer pour une réelle appropriation de l’approche genre par les politiques. Pour faire face aux enjeux et défis du développement durable de nos sociétés, il est impératif de mettre en œuvre de nouveaux designs d’intégration du genre adaptés à nos réalités pour lutter efficacement contre le sous-développement.

Le renforcement du pouvoir et des responsabilités de la femme est indispensable pour une lutte efficace contre la pauvreté dans une finalité de

TRIBUNE N°07 / janvier 2013

16


Semestriel d’Information sur les droits des femmes

Sécurité sur le net : Quand internet peut mener à la prostitution Nadiétou ZIBILILA, titulaire d’une formation en Journalisme, est Associée au Programme Communication et Information au ROFAF.

« Chaque jour en Afrique, des femmes sont

plus de limites. On rencontre ces jeunes

piégées par des annonces, des demandes en

femmes à longueur de journée dans des

mariage sur internet », a déclaré récemment

cybercafés en train de « cha er » avec des

Amély-James Koh Bela, une militante contre

inconnus. Les sites à cet effet foisonnent :

la prostitution africaine en Europe, lors

www.badoo.com,

d’une

d’information

www.abcoeur.com ... « Elles n’hésitent pas à se

h p://www.infosud.org. Ce e phrase nous

dénuder ou à montrer des parties de leurs

révèle l’ampleur d’un phénomène qui passe

corps à travers les webcams », explique Fidèle,

souvent inaperçu, noyé par les mérites des

un gérant de cybercafé à Lomé.

interview

au

site

www.amouradeux.com,

TIC: les dangers du net. Des femmes, parties avec le rêve de rejoindre un mari en Europe, se retrouvent dans le cercle infernal de la prostitution

dont

elles

parviennent rarement à sortir. Alors quels sont les réels dangers du net pour les femmes et que faire pour

La réalité est souvent moins

Mon calvaire a commencé à Lagos, je suis tombée sur une annonce sur Internet où un homme d’affaires cherchait des filles désirant se marier pour son agence matrimoniale.

contourner ces dangers ?

rose que leurs rêves et le réveil

douloureux.

« Mon calvaire a commencé à Lagos, je suis tombée sur une annonce sur Internet où un homme d’affaires cherchait des filles désirant se marier

pour son agence matrimoniale. Il y avait des photos : des cas de mariage réussis.

Des mariages qui se transforment en cauchemars

C’est allé très vite. Le Monsieur m’a contactée et nous communiquions par Internet. Il m’a proposé des choses qu’aucune femme ne peut

Tout commence par un simple clic. Une jeune

refuser. Le rêve quoi ! En moins de

femme la plupart déçue par les expériences de

trois

la vie pas souvent facile en Afrique, se prend

nécessaire pour partir pour Londres. (…). A

à rêver de l’eldorado, de l’ailleurs qui semble

l’aéroport, mon fiancé m’a endait (…). J’ai suivi

toujours plus rose. Du coup, elles ne se fixent

cet homme dont je ne savais rien sinon qu’il se

mois,

TRIBUNE N°07 / janvier 2013

j’avais

17

tout

le


Semestriel d’Information sur les droits des femmes faisait appeler "BRYAN". A peine arrivée chez

admire, ce monde où ils veulent tous venir, [...]

lui, le cauchemar a commencé. (…) Mes

Un monde où, nous les prostituées africaines,

premières heures sur le sol anglais furent des

sommes considérées comme de la merde, des

heures de viol sur le tapis d’un salon. Je ne

esclaves à qui on fait manger des excréments et

devais rien dire. Il se reposait, buvait du whisky

boire des urines. On trouve normal que des

et recommençait des choses douloureuses et

.malades, des pervers, des gens riches utilisent

dégoûtantes dont j’ignorais l’existence. J’ai cru

leur pouvoir et leur argent pour faire des

que j’allais mourir. J’étais obligée de faire ce

choses aussi graves sur des êtres humains ».

qu’il voulait, je ne connaissais que lui, et il avait pris mes papiers. Après avoir abusé de moi, il

Lolita est loin de constituer une exception. Le

m’a demandé de visionner des casse es où on

Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF)

voyait des filles avec des animaux et il m’a dit de

affirme dans une article publié sur le site des

bien regarder ce que faisaient les filles. Car

Nations Unies www.un.org, que « des

je devrais en faire autant. Ma venue lui avait

centaines de milliers de personnes dans les pays

coûté beaucoup d’argent que je devais rembourser. Et aussi, comme il est gentil, il va nous trouver des marchés, des tournages et nous partagerons l’argent à parts égales. Il m’a dit qu’il me donnerait quelque chose pour me donner le

C’est ainsi que, trois semaines après mon arrivée sur le sol anglais, je suis devenue actrice de films X avec les animaux entre Amsterdam, Berlin, Paris et Londres.

en

développement,

poussées par la pauvreté, les guerres, la discrimination et l’injustice, deviennent tous les ans victimes de réseaux de trafiquants

perfectionnés.

Craignant les autorités et forcées de travailler comme prostituées ou main d’œuvre

courage car il m’en faudrait, l’argent.

non qualifiée sous la menace de violences, la

Beaucoup d’argent. Le petit truc pour me donner

plupart n’ont pas les moyens de s’enfuir ». La

du courage, c’est de la drogue. C’est ainsi que,

même source ajoute que « l’Organisation

trois semaines après mon arrivée sur le sol

internationale pour les migrations (OIM)

anglais, je suis devenue actrice de films X avec

estime que rien qu’en Italie 10 000 à 15 000

les animaux entre Amsterdam, Berlin, Paris et

Nigérianes sont forcées de travailler dans

Londres, ma résidence… », tel est le triste

l’industrie du sexe ».

mais

au

bout,

il

y

a

de

témoignage de Lolita, une Africaine tombée dans le piège de la prostitution par le biais d’internet. Vers la fin de ce témoignage publié par le site d’informations www.afrik.com, elle avoue qu’elle regre e amèrement et ne se serait jamais lancée dans une telle aventure « Si seulement j’avais su ce qui m’a endait dans ce monde de fou, ce monde que tout le monde

« En dix ans, le nombre total de prostituées sur le Vieux-Continent aurait été multiplié par six. Une estimation à revoir à la hausse avec le boom de la traite sexuelle des Africaines (…). En France, la part des Africaines dans la prostitution est passée de 7% en 2000 à 40% en 2005 », poursuit Amély-James Koh Bela citée au début de l’article.

TRIBUNE N°07 / janvier 2013

18


Semestriel d’Information sur les droits des femmes « Internet, devenu un outil de prostitution

Selon elle, la sécurité recouvre plusieurs

sans précédent du fait de l'anonymat et de la

aspects : intégrité des informations (pas

facilité d'utilisation qu'il offre », lit-on dans un

de modification) ; confidentialité (pas de

article publié par le site www.allafrica.com.

divulgation à des tiers non autorisés) ; authentification des interlocuteurs

La sécurité sur internet Dans une interview qu’elle nous

a

accordée,

Mme

Delphine NANA, Directrice de l’ONG Centre Féminin pour

la

Promotion

du

Développement (CEFEPROD), une ONG camerounaise, qui vise

à

promouvoir

les

(signature électronique) ; respect

Nous sommes conscientes du fait que ces innovations techniques facilitent l’exploitation sexuelle des femmes et des enfants parce qu’elles perme ent d’acheter, de vendre et d’échanger facilement des millions d’images et des vidéos.

femmes par le biais de la qualification et de l'emploi, a expliqué que « Nous sommes conscientes du fait que ces innovations techniques facilitent l’exploitation sexuelle des femmes et des enfants parce qu’elles perme ent d’acheter, de vendre et d’échanger facilement des millions d’images et des vidéos. Encore plus inquiétant est l’emploi

de la vie privée (informatique et liberté). Elle explique que face à l’émergence du nouvel espace de communication, les gouvernements doivent me re sur pied des lois qui définissent les infractions et les peines encourues par leurs auteurs. « Au Cameroun que je connais bien, une loi relative à la cyber

sécurité et à la cybercriminalité a été votée », explique t-elle. Je pense pour ma part, qu’il est opportun pour nos gouvernements de créer des systèmes de protection des femmes et des jeunes filles dans conclut-elle.

de l’Internet comme outil de la prostitution et du trafic de femmes et d’enfants ».

TRIBUNE N°07 / janvier 2013

19

le cyber espace,


Semestriel d’Information sur les droits des femmes

Accès des femmes Togolaises aux TIC, difficultés et impacts : cas des artisanes de Lomé Talidè ADELAYI est nantie d’une Licence, option Géographie de population et développement à l’UL et d’une maîtrise et d’un Master en Développement Culturel, au Centre Régional d’Action Culturelle (CRAC)-Lomé. Elle est la Secrétaire Générale chargée de l’exécution des projets à l’ONG Togolaise VASE, une organisation membre du ROFAF, administratrice culturelle et professeur de CEG. L’analyse de l’état des lieux des TIC laisse

pour la Diversité Culturelle (CTDC) de Lomé,

entrevoir plusieurs facteurs qui entravent

ce séminaire est destiné à 20 artisans d’art sous

leurs accès aux femmes du Togo. L’impor-

l’égide de l’artiste plasticien Kobla wonan,

tance de ces outils modernes de technologie et

spécialiste de l’art numérique. Cet atelier a été

de la communication pour les activités des

assez sélectif en réunissant 6 femmes sur 20

femmes nous interpelle. Nous présentons ici

artisans soit 30% de femmes. Les responsables

le cas des artisanes de Lomé qui n’utilisent que

de ce e formation se réjouissaient d’avoir

rarement ces moyens de communication.

respecté l’équité genre selon les normes internationales.

Une

étude

faite

par

Une étude à Lomé a montré que les cybercafés sont fréquentés par les hommes à 75% contre 25% pour les femmes.

Mme

TCHAGBATAOU (2009) à Lomé a montré que les cybercafés sont fréquentés par les hommes à 75%

contre

25%

pour

les

femmes. Quant aux artisans en

Compte

tenu des faibles moyens réunis pour l’organisation de ce e formation, ces rares participants ont été choisis dans toutes les régions du Togo.

général et les artisanes en particulier, il a été constaté qu’elles sont aussi rares à fréquenter

L’objectif de ladite formation est d’améliorer

les cyberventes. Et pourtant, le net contient

le visage de l’artisanat par la technique de l’art

d’importantes richesses du point de vue

numérique. Les principales activités de la

de design, de débouchés, de produits et

formation ont été: l’initiation à la conception

techniques efficaces pour l’amélioration et le

numérique d’objets artisanaux et le design. Au

développement de leurs activités.

cours des trois jours qu’a duré ce e formation, les artisans ont été initiés à travers un logiciel

Le lundi 25 juillet 2011 a eu lieu un séminaire

spécifique, à l’élaboration de motifs en sculpture,

de formation de trois jours à l’espace Fil bleu

en maroquinerie, en macramé, tissage,

sur le thème : « Renforcement des capacités

teinturerie, mobilier, confection de perles et

des professionnels des industries culturelles

céramique. L’occasion leur avait été donnée

du Togo ». Organisé par la Coalition Togolaise

d’apprendre la navigation sur internet, la

TRIBUNE N°07 / janvier 2013

20


Semestriel d’Information sur les droits des femmes recherche des débouchés et l’échange avec

relations d’amitié pour la conquête d’une âme

d’autres artisans du monde.

sœur ou pour échanger avec un parent à l’étranger. Cependant, le net réserve beaucoup

En effet, seuls les artisans qui avaient fait leur

d’intérêt pour des internautes avertis. Dans le

formation de base dans les centres publics tels

domaine de la couture et de la coiffure, l’internet

que celui de Kpalimé et au village artisanal de

dissimule d’importants modèles de cultures

Lomé ont eu la chance d’être invités pour cet

variées, des catalogues et figurés plus sélectifs

atelier. Quant aux artisans de métier qui se

pour la broderie, de meilleurs produits de

sont faits former dans des ateliers privés, ils

traitement des cheveux et d’importants

sont encore laissés à eux-mêmes et n’ont que

débouchés extérieurs que les artisanes peuvent

rarement accès à l’internet. Ce e dernière

acquérir. Cela perme rait d’améliorer la

catégorie d’artisans est la plus considérable et

production pour fasciner la clientèle.

ignore l’importance des TIC pour leur profession. En réalité, les jeunes filles déscolarisées qui abandonnent l’école sans avoir achevé le premier cycle du secondaire, se lancent nombreuses

De nombreux facteurs entravent l’accès des femmes aux TIC

Les facteurs qui entravent l’accès des femmes togolaises en particulier

dans l’apprentissage de la coiffure et de la couture qui sont les métiers les plus rencontrés dans tous les quartiers, dans les centres

Les facteurs qui entravent l’accès des femmes togolaises en particulier les artisanes aux TIC sont multiples et assez patents

les artisanes aux TIC sont multiples et assez patents. L’analphabétisme féminin (65 % en 2006) très considérable est un blocage à l’accès des femmes

urbains et même dans les campagnes. Ainsi, l’outil informatique n’étant ni utilisé dans les ateliers, ni en initiation dans les établissements scolaires fréquentés au préalable, les apprentis couturières et coiffeuses sont classées parmi les femmes qui ignorent les TIC et leur rôle dans leur profession.

au net. L’instruction est un élément très influent de recherche dans les technologies de l’information et de la communication. Une femme qui ne sait lire ni écrire, ne saurait l’importance des TIC dans sa vie. Par ailleurs, un constat fait auprès des stagiaires en formation au Centre Régional d’Action Culturelle (CRAC, promotion 13) est que

Une enquête menée auprès des couturières et

les hommes aussi bien que les femmes ont

coiffeuses (apprentis comme patronnes) a

chacun un ordinateur à sa disposition et font

montré que plus de 95% ignorent l’importance

fréquemment des consultations sur le net.

que revêtent l’ordinateur et internet. Celles qui ont témoigné avoir accès à internet ont déclaré que le but visé est la recherche des

L’ignorance des méthodes d’accès aux TIC et le manque de réseau internet surtout dans les

TRIBUNE N°07 / janvier 2013

21


Semestriel d’Information sur les droits des femmes campagnes constituent également un handicap

Bon nombre d’artisanes au Togo abandonnent

à l’utilisation des TIC. Le manque de temps lié

leur métier en raison du manque de la clientèle.

aux activités domestiques toujours réservées

L’initiation des artisanes aux méthodes

aux femmes et aux filles, réduit leur chance

d’accès aux TIC serait un atout indéniable et

d’utilisation de l’internet. Interrogés sur leur

contribuerait à leur autonomisation. De

fréquentation des cybers, les garçons ont

même, la prise de conscience de l’importance

reconnu y avoir accès presque tous les jours

de ces outils leur perme ra d’améliorer leur

alors que les filles parlent d’une seule fois par

production et d’apprendre les moyens de

semaine. Ces dernières ont évoqué le manque de temps en raison de leurs tâches ménagères

multiples.

L’autonomisation financière des femmes est un grand pouvoir à l’accès et à la

défense de leurs droits. L’accès du

L’autonomisation financière des femmes est un grand pouvoir à l’accès et à la découverte d’innombrables richesses dissimulées dans ces outils modernes de communication.

découverte d’innombrables

genre féminin aux TIC passera par l’acquisition du droit à l’éducation scolaire de base, le partage des tâches ménagères avec

les

hommes

et

l’autonomisation financière. La lu e pour l’acquisition de ces

richesses dissimulées dans ces outils modernes

droits doit être menée conjointement pour

de communication. Compte tenu des besoins

parvenir à l’équité genre.

énormes de la femme, si elle doit tendre la main pour se nourrir, s’habiller et prendre soins d’elle-même, elle aura moins de chance de gagner les moyens d’accès à ces outils modernes de communication.

TRIBUNE N°07 / janvier 2013

22


Semestriel d’Information sur les droits des femmes

TIC et genre, usages multiples, accès limité Nadiétou ZIBILILA, titulaire d’une formation en Journalisme, est Associée au Programme Communication et Information au ROFAF.

En Afrique tout comme dans les autres coins des plus animés de la sous-région et célèbre du globe, les TIC sont passés ces dernières dans le commerce des pagnes. L’une de ses années de l’état d’un luxe que se perme ait particularités est qu’il est essentiellement une minorité de population nantie, à celle de animé par les femmes. Un fait retient l’a ention nécessité devant être accessible à tous. Les de tout observateur : la moitié de ces femmes échanges ne se font plus que par téléphone sont au téléphone et semblent bien sérieuses. fixe, portable ou parfois à travers un simple Une petite enquête nous permet de découvrir clic. Même, si la plupart des femmes ont un que ces femmes utilisent le téléphone pour accès limité aux outils, elles se sont également appropriées de leur utilisation, dans presque tous leurs affaires : approvisionnement et écoulement les domaines d’activité où elles interviennent : des stocks, renseignement sur le prix des agriculture, communication, association, articles sur d’autres marchés, politique… Dans la partie ruptures de stock ... Le francophone, le taux de pénétration Les femmes utilisent le téléphone portable est donc des TIC est moindre que dans téléphone pour leurs affaires : les autres parties de l’Afrique, approvisionnement et plus qu’un simple gadget notamment anglophone selon la écoulement des stocks, pour ces bonnes dames ; il francophonie. Les raisons renseignement sur le prix des devient un outil de travail évoquées sont souvent liées aux articles sur d’autres marchés, très apprécié et utilisé. ressources financières. Les ruptures de stock ... femmes dans ce e zone de Selon une information l’Afrique ne s’en trouvent que plus lésées, relayée par haayo.fr, plus de 80% de la surtout celles dans les zones rurales. population de l’Afrique francophone disposent Quelle utilisation font-elles de ces nouvelles de téléphones mobiles. Les réseaux mobiles se technologies et quelle est la situation de leurs sont rapidement développés en Afrique. Selon accès de nos jours ? Le téléphone portable, plus accessible aux femmes

le même site, 370 millions d’africains avaient une ligne de téléphonie mobile en 2008. C’est à dire, 4 personnes sur 10. En Afrique

Un tour au grand marché de Lomé, la capitale

francophone, le Burkina Faso a été l’un des

t ogolaise. Ce marché est réputé pour être l’un

premiers pays à avoir un accès à internet.

TRIBUNE N°07 / janvier 2013

23


Semestriel d’Information sur les droits des femmes D’autre part, en Côte d’Ivoire, autre grand

toute l'Afrique peut aujourd'hui se connecter

pays de l’Afrique francophone qui vient de

au réseau mondial, tous les pays ne bénéficient

franchir une étape dans le développement des

pas des mêmes conditions d'utilisation. Parmi

technologies, les autorités ont annoncé, au

les nombreux indicateurs qui me ent en

tout début de l’année 2012, leur passage à la

lumière les disparités importantes d'un pays à

téléphonie mobile 3G confirmant leur entrée

l'autre, on dénombre : les performances du

dans le monde numérique concernant les

"point national d'accès à Internet" chaque pays

systèmes de communication. Le Cameroun,

disposant d'un accès Internet est relié au

le Tchad, le Sénégal et le Gabon comptent

réseau mondial par ce "point national"

chacun 3 réseaux qui couvrent la quasi-totalité

caractérisé par des équipements d'émission et

de leur territoire. Quatre grands opérateurs se

de réception (relais satellite, câble sous-marin),

partagent le marché de la République

et les coûts de la connexion (les tarifs varient

Démocratique du Congo. Au Niger tout

de 10 à 35 000 FCFA (1 euro = 649,24 FCFA) en

comme au Togo, deux opérateurs téléphoniques

Afrique de l'Ouest francophone.

desservent les populations. Au Rwanda, les réseaux de fibre optique et de téléphonie mobile sont bien en place. Au Bénin qui compte environ dix millions

d’habitants,

on

Selon un rapport récent réalisé par

Les femmes, même lorsqu’elles ignorent tout de la technologie, savent utiliser le téléphone mobile.

compte cinq opérateurs de téléphonie mobile pour deux millions et demi

'PyramidResearch', l’augmentation de l’abonnement au mobile devrait accroître également l’accès à Internet. Certes, la fracture numérique est réelle entre les pays développés et les Etats Africains. En Afrique, ce

fossé est visible entre les campagnes et les

d’abonnés.

villes. Toute ou presque la totalité des Les femmes, même lorsqu’elles ignorent tout

infrastructures se trouvent dans les capitales.

de la technologie, savent utiliser le téléphone

Pire, la fracture existe parfois entre les citoyens

mobile. Les femmes dans les villages savent

d’une même ville.

très bien dans quel coin du champ se rendre pour avoir du réseau pour passer un appel. Elles avouent même être accrocs au téléphone portable. En 2012, l’installation des réseaux 3G dans de nombreux pays d’Afrique a considérablement augmenté la vente des téléphones portables.

En juillet 2005, le réseau Regentic, appuyé par le CRDI, a publié un rapport national intitulé « Etude sur la fracture numérique genre en Afrique francophone : données et perspectives » sur la Mauritanie dans lequel il a expliqué que « les outils informatique demeurent des biens luxueux que la majeure partie de la

L’internet un peu moins accessible

Ces dernières années, l'implantation d'Internet sur le continent africain s'est généralisée. Si

population sondée n’utilise que dans un cadre professionnel ». Selon une étude intitulée « impact du genre et de la discipline scientifique sur l’usage du

TRIBUNE N°07 / janvier 2013

24


Semestriel d’Information sur les droits des femmes web 2.0 » réalisée par AbderrazakMkadmi,

considérés comme critères de mesure de la

Mohamed Ben Romdhane, Sami Hachicha de

disparité du genre. Les femmes, maîtrisent

l’Institut supérieur de documentation de

moins que les hommes l’usage de ces

l’Université de la Manouba en Tunisie, « En

technologies. « La fracture numérique du

Afrique et dans les pays en voie de développement,

genre est une réalité inquiétante au Burkina

le facteur genre renforce la fracture numérique

Faso

entre les pays. Alors que le pourcentage des

enseignant en économie à l'Université de

femmes utilisant l’Internet va de 34 à 54%

Ouagadougou, responsable de l’association

dans les pays développés, il ne peut a eindre

Yam Pukri et auteur d’une étude sur la

que 4% dans les pays en développement

fracture numérique de genre au Burkina Faso.

[Women's Learning Partnership, 2007]. La

Puis de poursuivre, « Seules les populations

fracture numérique de genre en Afrique

jeunes et scolarisées en cycle secondaire

francophone est une inquiétante réalité. Les

semblent échapper aux disparités de genre ».

femmes ont globalement un tiers de chance en

Il ressort de ce e étude que « les femmes

moins que les hommes de bénéficier des

d’Afrique francophone entrent dans la société

avantages de la société africaine de l’information.

de l’information avec un handicap de près de

Ce e

fracture

porte

sur

l’accessibilité, l’usage et la maîtrise des TIC, elle s’évalue à

0,64

à

l’avantage

des

hommes, soit dix hommes pour six femmes. Les femmes entrent dans la société de

»,

constate

Sylvestre

Ouédraogo,

40% par rapport aux

Outre la faible représentativité des femmes à des postes de responsabilité dans les programmes de développement en matière de TIC, l’analphabétisme et la pauvreté sont des facteurs aggravants en matière d’accès.

hommes. » Ce e fracture numérique ne serait que « le reflet des réelles et générales disparités de genre ». Un constat qui vaut également à l’échelle du continent africain.

l’information avec un handicap de près de 40% par rapport aux hommes

Outre la faible représentativité des femmes à

[ENDA, 2005] ». Ce e même étude explique

des postes de responsabilité dans les

que « Parmi les explications avancées à ce e

programmes de développement en matière de

disparité de genre, il y a les stéréotypes et

TIC, l’analphabétisme et la pauvreté sont des

l’indisponibilité des femmes qui sont plus

facteurs aggravants en matière d’accès. Si des

occupées par des activités ménagères et de

dispositions idoines ne sont pas prises, « les

survie. Aussi, en termes d’accessibilité, les

femmes d’Afrique francophone risquent de

femmes n’utilisent pas les TIC du fait

continuer à occuper, dans la société de

de contraintes spécifiques à leur genre :

l’information, une place de second rang : celle

disponibilité financières, mobilité et temps »

de "petites mains" de la société africaine de l’information », conclut l’étude.

La fracture numérique « sexuelle »

« Les femmes ont globalement un tiers de L’accès, l’usage et la maîtrise de l’ordinateur,

chances en moins que les hommes de bénéficier

de l’Internet et du téléphone portable ont été

des avantages de la société africaine de

TRIBUNE N°07 / janvier 2013

25


Semestriel d’Information sur les droits des femmes l’information », explique Sylvestre Ouédraogo.

susciter des initiatives en faveur de la réduction de « la fracture numérique de genre ».

Une recherche sur la fracture numérique de genre en Afrique francophone, réalisée par le

Même s’il apparait que les femmes ont un

Réseau genre et TIC, établit que, dans les six

accès assez passable aux services de téléphonie

pays étudiés (Bénin, Burkina-Faso, Cameroun,

mobile et un accès plus limité à l’internet, le

Mali, Mauritanie et Sénégal) les femmes ont

constat le plus probant est que la fracture

globalement un tiers de chances en moins que

numérique au niveau du genre existe toujours

les hommes de bénéficier des avantages de la

et est encore plus accentuée dans les pays

société africaine de l’information et que les

d’Afrique en général et d’Afrique francophone

liens politiques entre les questions de genre et

en particulier. Comme dans presque tous les

de TIC y sont largement méconnues. Dans un article publié par le site afrik.com, Marie-Hélène Mo in-Sylla, responsable de

Dans tous les domaines de la vie, les femmes qui constituent la majorité de la population mondiale, sont à la traîne

l’Equipe Synergie Genre et

domaines de la vie, les femmes qui constituent la majorité de la population mondiale, sont à la traîne. A l’ère où l’on parle de village planétaire, il importe de se poser la question de savoir si ce village va se construire en

Développement (Synfev) au sein de l’ONG

laissant de côté la majeure partie de sa

ENDA

et

population ou si des dispositions seront mises

Développement du Tiers-Monde), soulignait

en place de part et d’autre afin que les femmes

dans un entretien qu’ « intuitivement

prennent part à l’aventure aux côtés de leurs

personne ne peut nier l’existence d’inégalités

compatriotes hommes car comme l’a si bien

du genre dans le domaine des technologies de

remarqué Mar Lô , directeur de cabinet du

l’information et de la communication ».

ministre de la Femme du Sénégal, l’accès des

Tiers-Monde

(Environnement

femmes aux TIC constitue « un levier Des enquêtes réalisées notamment au Bénin,

important pour éliminer les discriminations

au Burkina-Faso, au Cameroun, au Mali, en

dont elles sont victimes ».

Mauritanie et au Sénégal expliquent que la situation est suffisamment alarmante pour

TRIBUNE N°07 / janvier 2013

26


Semestriel d’Information sur les droits des femmes

Mouvements de femmes ou féministes et TIC : politiser la facilitation Joëlle PALMIÉRI, est chercheure en sciences politiques. Experte en genre, conseil en communication, elle collabore régulièrement avec l'Organisation internationale de la Francophonie, le CRDI (Centre de recherches pour le développement international), avec des instituts de recherche, des universités et avec des ONGs, telles que enda-Tiers Monde, le réseau Genre en Action, sur des projets de recherche en genre dans et via l'information et la communication, le développement durable, la citoyenneté et l'économie. Des frontières numériques à l’innovation sociale et politique, les embûches se multiplient. Les mouvements de femmes ou féministes n’échappent pas à ce jeu d’équilibre,

nourrit de la création et de la direction d’une Agence féministe d’informations, les Pénélopes, créée en France en 1996. Cette agence a produit un magazine féministe mensuel en ligne en

d’autant qu’ils sont pour la plupart contaminés trois langues jusqu’en 2004, une émission de par le discours dominant sur la fracture télévision hebdomadaire en direct d’une heure numérique de genre. Cette rhétorique entend en 2000, puis des programmes audiovisuels faciliter l’accès aux infrastructures et pendant deux ans, et une émission de radio logiciels, au détriment du sur le croisement des regards contrôle et de la production Les stratégies mises en œuvre entre féministes d’Europe de des contenus, fiefs très passent davantage par l’Est et Centrale et d‘Europe de masculins. Si bien que la l’outillage, sans le dépasser, l’Ouest. Chacun de ces espaces majorité des efforts de laissant les femmes « de d’expression a systématiquement facilitation en matière la base » face à leur été ouvert au plus grand nombre, d’appropriation des TIC par invisibilité. soit par la participation, soit par les femmes s’avère moins la production. politique que technique. Les stratégies mises Ensuite, cet investissement a permis de créer en œuvre passent davantage par l’outillage, des sites Web et de former à leur maintenance sans le dépasser, laissant les femmes « de des organisations de femmes engagées dans la base » face à leur invisibilité. Cette subordination, confortée par la division des rôles sociaux de sexe, n’en est que plus aggravée. Seule piste rompant avec cette relation dominant/dominé : laisser émerger des savoirs de femmes ou de jeunes, implicitement considérés comme non savants.

l’économie solidaire en France. Il s’est poursuivi

Cette analyse prend ses racines dans une expérience d’observations et de pratiques dans le mouvement Genre et TIC. Elle se

des inégalités de genre, en Europe centrale et

à l’échelle internationale, notamment par la création d’une Agence de presse féministe iranienne en 2006, ou encore par la formation d’organisations de femmes sur l’utilisation stratégique des TIC pour la mise en lumière orientale de 2000 à 2007.

TRIBUNE N°07 / janvier 2013

27


Semestriel d’Information sur les droits des femmes Ces expériences se sont prolongées en Afrique,

Quelques exemples. Les femmes et les filles

et en particulier au Sénégal et en Afrique du

ont moins accès à l’éducation et sont donc

Sud, par l’étude des impacts politiques des

moins à l’aise face à un ordinateur, voire n’en

usages Internet des organisations de femmes

ont jamais utilisé. Les femmes ont davantage

pour lutter contre les dominations, masculine,

la charge de la garde des enfants et n’ont donc

d’une part, Nord/Sud, d’autre part, ce qui permet

pas le temps d’aller au cybercentre. Les

de comparer les modalités de facilitation entre

femmes, plus touchées par la pauvreté que les

organisations de femmes et féministes via les

hommes, n’ont même pas accès à l’électricité.

TIC, selon divers contextes géopolitiques, et dans la perspective d’une analyse critique selon le genre de l’appropriation politique des TIC.

Ces frontières de genre ne sont pas exclusivement centrées sur les questions d’accès et de capacités et concernent principalement le contrôle et le contenu, comme cela a été observé par ENDA

Une Société de l’information dominée par

Tiers-Monde dans son étude sur la fracture

le Nord et par les hommes

numérique de genre dans les pays d’Afrique

Dans les pays du Sud, et en particulier en Afrique, qui est largement considérée au Nord comme le continent le plus

de l’Ouest en 2005. Au-delà, on constate que les entreprises de télécommunication sont privées, que leurs propriétaires

Les femmes et les filles ont moins accès à l’éducation et sont donc moins à l’aise face à un ordinateur, voire n’en ont jamais utilisé.

marginalisé en termes de Société de l’information, les institutions internationales se concentrent sur la fracture numérique, et, pour certaines,

genre, qui a plus ou moins été discutée au cours du Sommet mondial de la société de l’information en 2003 et 2005. La façon dont elle est abordée se focalise sur l’accès aux Pourtant,

Ce secteur économique est le plus rentable après celui de l’armement.

les

frontières

nationales créent des frontières à l’expression,

Par

ailleurs,

l’Internet incarne de façon latente,

sur la fracture numérique de

infrastructures.

majoritairement des hommes.

c’est-à-dire

non

concertée par les opérateurs de télécommunication, un des principaux espaces où s’organise l’industrie de la pornographie, le commerce des corps de femmes à haute plus-value financière, et ce de manière incontrôlée, non légiférée, impunie et sous pouvoir masculin.

à la génération d’idées, à la production de

Concrètement, ce sont principalement des

contenus et à leur diffusion, de la même façon

hommes, et, en particulier, des hommes blancs,

qu’elles entravent la libre circulation des êtres

qui programment des logiciels, y compris

humains. Autant de facteurs qui rendent toute

dans le mouvement des logiciels libres. Des

tentative de facilitation de l’appropriation

hommes – majoritairement en position de

politique des TIC difficile, sinon vaine ou

pouvoir à l’échelle locale ou nationale – choisissent

inopérante.

d’installer un cybercentre dans un quartier ou un village. La majorité des contenus

TRIBUNE N°07 / janvier 2013

28


Semestriel d’Information sur les droits des femmes (texte, audio, vidéo…) est « écrite » et diffusée

de genre… Ailleurs, à Johannesburg, des

par

femmes séropositives parlent de leur maladie,

des

hommes.

Ils

parlent

plus

facilement sur les forums, chats et blogs, alors

isolent

que les femmes sont davantage présentes pour

l’intime, voire le tabou, c’est-à-dire la sexualité.

les conseils beauté et autres stratégies de séduction. Encore aujourd’hui, la facilitation des et par les TIC est une activité largement dominée par les hommes.

les

responsabilités,

découvrent

Elles couchent sur papier ou disent leur vie quotidienne. Chaque histoire personnelle est ensuite partagée en groupe et devient un bien et un savoir collectifs. Cette activité prend alors toute sa valeur politique, remettant en

Des alternatives à valider

cause l’individuation – au sens existentialiste En Afrique du Sud, de nombreuses organisations de femmes en lutte contre les violences et la

– des « cas » et leur non-prise en compte à l’échelle nationale.

pandémie du sida facilitent, depuis la fin de l’apartheid, l’écriture et la publication de

Sénégal, des jeunes, regroupés en associations,

mémoires de Sud-Africaines. De nombreux livres ont été publiés, des sites Web, ou leurs rubriques, ouverts, qui révèlent des histoires

personnelles

de

femmes. Quand ces femmes témoignent elles-mêmes et dans leur propre langue, ces

En Afrique de l’Ouest, au Mali, Burkina Faso, se sont prononcés contre

... les jeunes filles ont enfin pu mesurer le réel poids des pressions sociales et entrevoir les moyens de les transgresser, notamment en identifiant leur rôle dans les sphères privée et publique ...

l’excision en utilisant les TIC comme lieux de débat et d’expression citoyens, via un blog, des listes de discussion, etc.,

rompant

avec

toute

logique sanitaire, pourtant mise en œuvre depuis vingt ans et ayant fait la preuve de

mémoires publiées forment contre-pouvoir, dans la mesure où leur parole resterait inconnue, enfouie sous le tapis d’une société ségrégationniste, raciste et patriarcale.

son inefficacité. Filles et garçons ont pu s’exprimer librement sur leur engagement. Cette approche concertée et facilitée par une équipe de chercheures, les a dépassés au point

Des femmes rurales, en particulier, ont ainsi

qu’ils ont dû se confronter aux questions

eu accès au temps et à l’espace pour réfléchir

relatives aux relations de genre, de génération,

à leurs vies et pour partager leurs expériences

à la citoyenneté et à son exercice, aux droits,

avec d’autres. Cet exercice leur a permis de se

dont celui à la communication, aux violences,

recentrer sur des revendications comme le

à la sexualité… En particulier, la faible présence

droit à la terre communale dans le but de la

de la parole des filles, bilatéralement et

cultiver et sur de nouvelles priorités comme celles d’assurer les conditions de subsistance, lutter contre le sida, mettre en avant l’égalité

implicitement tolérée, a révélé une inconnue, qui, si les TIC n’avaient pas été utilisées comme tremplin, n’aurait jamais émergé. Si bien que les jeunes filles ont enfin pu mesurer

TRIBUNE N°07 / janvier 2013

29


Semestriel d’Information sur les droits des femmes le réel poids des pressions sociales et entrevoir

l’ouvrage le conclut : « Il s’agit moins de voir

les moyens de les transgresser, notamment en

« à quoi les TIC pourraient servir » que de voir

identifiant leur rôle dans les sphères privée et

« ce que les TIC apportent de nouveau, changent, et

publique. Les jeunes garçons, de leur côté, ont

politisent » ».

réalisé que l’excision dépassait largement les

Dépasser l’outil et politiser la facilitation

questions de tradition ou de religion, asseyant

par les TIC

une domination sociale des hommes sur les femmes, qui les concerne et les aliène, certes

Le manque de contrôle et de contenu des

pas de la même manière ni au même niveau,

femmes sur les TIC réduit efficacement les

mais autant que leurs contemporaines.

moyens de penser le monde et de le transformer,

Cette expérimentation a confirmé que « la production endogène des contenus, par les filles et par les garçons, séparément, collectivement, et en face à face, a ouvert sur l’apprentissage du débat, des processus, de la réflexion, de l’analyse critique et réflexive, de la transversalité – nécessitant le renouvellement, la ré-interrogation, la mise en

d’inverser les relations entre dominé et dominant. Aussi, toute entreprise de facilitation, à défaut de creuser les frontières, doit en tenir compte. Elle ne peut se contenter de créer l’outillage nécessaire à l’expression de revendications, mais doit systématiquement politiser l’ensemble des contextes où elle s’applique.

perspectives, indispensables à l’évolution des approches de l’humain, des pensées et des constructions sociales

».

Le

défi

des

méthodologies

développées a consisté à confier aux jeunes générations les rênes du débat sur des concepts savants qu’ils ont eux-mêmes élaboré. Aussi elles innovent, car comme

TRIBUNE N°07 / janvier 2013

30


Semestriel d’Information sur les droits des femmes

Les femmes africaines oubliées dans les TIC Roukiattou OUEDRAOGO, communicatrice/ Journaliste est originaire du Burkina Faso

« Je regrette aujourd’hui tous les sacrifices faits avantages et des opportunités de la société de pour en arriver là car en raison de mon statut l’information. Selon la Commission Economique de femme mariée, je ne peux maintenant plus Africaine (CEA), les femmes qui représentent exercer dans ce domaine. Les horaires et les 50% de la population, accomplissent 60% du exigences de disponibilité ne conviennent pas travail dans le monde. Mais elles n’y gagnent à une vie de femme mariée affirmera une que 10% des revenues mondiaux et ne sont jeune malienne lors des enquêtes sur l’étude propriétaires que de 1% de la richesse mondiale. fracture numérique de genre en Afrique Dans le domaine de l’éducation les femmes ne Francophone. Dans la société agraire, les sont pas mieux loties. Dans le rapport mondial femmes et les hommes n’ont sur le développement humain pas bénéficié du même durable du PNUD, 2004, le taux Les horaires et les exigences égard en ce qui concerne la de disponibilité ne d’alphabétisation des femmes répartition des terres. Le conviennent pas à une vie adultes de plus de 15 ans était même schéma s’est reproduit de femme mariée de 8,1% contrairement à 18,5% dans la société industrielle pour la tranche masculine. avec les outils de production. Nous sommes Aujourd’hui, l’étude sur la fracture numérique aujourd’hui, dans la société de l’information, de genre vient confirmer que le domaine des et les femmes sont en train de signer leur nouvelles technologies de l’information et de entrée par la petite porte. C’est ce constat la communication n’échappe pas à cette règle. qu’une étude récente sur la fracture numérique Une étude montre que dans les six pays de genre en Afrique francophone vient de concernés par l’étude (Bénin, Burkina, Cameroun, faire. Réalisée par le réseau genre et TIC, Mali, Mauritanie et Sénégal) les femmes ont l’étude montre qu’en plus de la fracture numérique Nord/Sud, il existe une fracture numérique de genre en Afrique. Ainsi dans les six pays concernés par l’étude (Bénin, Burkina, Cameroun, Mali, Mauritanie et Sénégal) l’on a trouvé que les femmes ont un tiers de chance en moins que les hommes de bénéficier des

un tiers de chance en moins que les hommes de bénéficier des avantages et des opportunités de la société de l’information. On parle alors de fracture numérique de genre. Il s’agit des disparités d’accès et de contrôle des hommes et des femmes sur les TIC, leurs contenus et les compétences permettant de les utiliser. La

TRIBUNE N°07 / janvier 2013

31


Semestriel d’Information sur les droits des femmes recherche a montré que du fait de leur statut

hommes et aux femmes. Les TIC menacent

social, les femmes africaines sont pénalisées de l’équilibre hommes-femmes bien qu’investies deux tiers en terme de participation à la d’un rôle social et économique prépondérant décision, d’un tiers dans le domaine contenus au quotidien, le rapport des femmes africaines et des capacités, et d’un dixième en termes aux secteurs des TIC part des expériences d’accès et d’accessibilité aux TIC. Les positives ou négatives. Les TIC m’ont ouvert politiques TIC ignore les réalités des femmes de nombreuses voies et donné le moyen Grâce aux nombreuses potentialités et services d’expression dont j’avais besoin pour exprimer que les NTIC offrent aux utilisateurs, elles sont mes aspirations, mes visions, ma personnalité... devenues incontournables dans les processus sans trop bouger. J’ai pu m’auto former, tant de développement des pays africains. Ainsi sur le plan de la culture citoyenne que des elles sont perçues comme des outils qui vont techniques, tout cela sans faillir à mes devoirs propulser le développement. Dans un tel de mère, d’épouse et de fonctionnaire, témoignait contexte, les femmes à l’instar des hommes et une mauritanienne créatrice de site web des jeunes, personne ne doit rester en marge lors des enquêtes sur l’étude fracture de cette société numérique. Car il est admis numérique de genre en Afrique Francophone. que le développement durable Malheureusement du fait de et équitable doit tenir compte leur statut de femme, la de la problématique hommes Les TIC m’ont ouvert de plupart des femmes n’ont pas femmes afin de garantir une nombreuses voies et donné l’opportunité de tirer ainsi moyen d’expression profit des TIC. Du coup, à représentation égale, la le possibilité de participer et dont j’avais besoin pour l’image de nombreux secteurs l’accès pour tous. Cependant, exprimer mes aspirations, mes économiques, politiques et la fracture numérique née visions, ma personnalité... sociaux, les citoyennes d’une inégale répartition des africaines de l’information sans trop bouger. nouvelles technologies entre sont désavantagées par pays riches au nord et pays rapport aux hommes. D’une pauvres au sud a fait irruption allant jusqu’à part, la vulnérabilité de la couche féminine créer une disparité entre les hommes et les africaine est liée aux contraintes socioculturelles femmes. L’une des raisons serait due au fait et économiques de ces dernières. Du coup que la plupart des politiques de promotion elles intègrent lentement ou difficilement ces des TIC ne prennent pas en compte nouvelles technologies. D’autre part cette explicitement les réalités socio-économiques fracture numérique de genre peut s’expliquer des femmes africaines. Alors que la majeure par le résultat d’un processus de socialisation partie des analystes des questions de NTIC différent pour les femmes et pour les hommes qu’ils soient économistes, sociologues ou en matière de pouvoir de décision. politiques s’accordent à dire qu’inscrire les NTIC dans une logique de lutte contre la pauvreté nécessite de mener des actions pour que le secteur bénéficie équitablement aux

TRIBUNE N°07 / janvier 2013

32


Semestriel d’Information sur les droits des femmes

Gros plan sur Touré Yaba Tamboura, présidente du COFEM et femme leader dans le domaine des TIC Yaba Tamboura, Présidente du COFEM, membre et trésorière du Réseau Ouest et Centre Africain de Recherche en Education (ROCARE)

La

cinquantaine toujours

souriante,

Mme

- Attitudes des enseignants du secondaire face à

Tamboura apparait au premier regard comme

l'intégration des TIC dans les pratiques de

n’importe quelle femme musulmane épouse et mère

classe : Etat des lieux des écoles concernées par

au foyer : voilée et très enveloppée. Pourtant, cette

l’Agenda Panafricain en Afrique francophone

énergique femme à l’allure frêle, accumule outre sa

(publication dans Frantice.net 2010 sous

fonction d’épouse et mère, beaucoup d’autres tâches

licence Créative Commons, version 2.0 France)

aussi importantes les unes que les autres. Le 03

- L’usage des TIC par les femmes enseignantes au

octobre 2012, elle a été nommée Conseillère

Lycée dans trois pays PanAf : Côte d’Ivoire,

technique auprès du Ministère de la famille, de la

Mali, Sénégal (publication Revue PanAf Edu)

promotion de la femme et de l’enfant, lors du conseil

et (Communication au e-learning en Zambie

des ministres de la République du Mali. Elle est

2010)

également membre et trésorière du Réseau Ouest et Centre Africain de Recherche en Education (ROCARE) et présidente du Collectif des femmes du Mali (COFEM). En plus de tout ceci, elle a un DEA en Science de l’Éducation et prépare actuellement sa thèse (Doctorat) dont le thème est « TIC et équité genre dans l’enseignement secondaire au Mali ». Elle a publié plusieurs articles dans ce

Pourtant, elle dit assumer toutes ses tâches avec plaisir et s’être battue pour arriver à ses postes de responsabilité. Quand on lui demande comment elle s’est retrouvée à la tête du COFEM, elle avoue s’être « retrouvée à la tête du Collectif des Femmes du Mali suite à plusieurs réflexions en rapport à

domaine notamment :

l’épanouissement de la femme au Mali ». Et « c’est

- Apport des Tic dans la gestion de l'administration

dans ce souci d’aider mes sœurs », qu’elle a

scolaire: cas des écoles PANAF au Mali

accepté cette responsabilité. Elle explique

(Publication dans la Revue PanafEdu 2011, au

avoir « travaillé dur pour gravir les échelons et

e-learning en Tanzanie 2011, au Colloque

arriver à la présidence (Etudes académiques,

International EUTIC à Bruxelles en 2011)

formations, sensibilisations entre autre) » avant

TRIBUNE N°07 / janvier 2013

33


Semestriel d’Information sur les droits des femmes de conclure qu’elle « ne pouvait pas refuser ce

agricultrices du Mali des NTIC, Mme Tamboura

poste car j’ai beaucoup travaillé pour en arriver là

cite l’expérience de la coopérative «COPROKAZAN».

et j’étais consciente de la mission exaltante, difficile

D’une part, selon les explications, les femmes

qui m’attendait ».

agricultrices ou transformatrices des produits

A la tête du COFEM, Mme Tamboura s’est

céréaliers utilisent actuellement des techniques

énormément investie dans le domaine des

modernes de séchage de produits céréaliers et

TIC. « Je pense que les femmes ne peuvent que gagner

des techniques culturales appropriées. D’autre

en intégrant le domaine des TIC » explique t-elle

part, certaines des femmes ont appris à manipuler

dans une interview accordée à Assétou

des technologies de l’information et de la

Diarra du site malintic et publié sur

communication (TIC) en photographiant certains

http://whatwomenwish.fr. Mme Tamboura est souvent entre deux avions. Et pour cause, elle reçoit souvent des invitations de partenaires pour prendre part à des activités relevant du domaine des TIC. Au nombre de ses

produits sont et les images sont mises sur le net. Une femme de Zantiébougou productrice de beurre de Karité sait même filmer avec une caméra numérique. L’expérience du

réalisations dans le domaine des TIC, on cite

COPROKAZAN a consisté à réunir en

le site web du COFEM, des activités de

coopérative Les femmes de la commune rurale

sensibilisation, de formation et de renforcement

de Zantiébougou. La coopérative COPROKAZAN

de capacités à l’endroit des femmes entrepreneurs

vise à améliorer les conditions de vie des

(commerçantes, transformatrices, artisanes

productrices en garantissant un meilleur prix

etc…).

d’achat de leur beurre. Elle intervient dans

« Les femmes entrepreneurs méconnaissent les nouvelles technologies de l’information et de la communication et ses possibilités d’exploitation à leur profit. Ces projets contribuent à réduire le fossé numérique entre les hommes et les femmes et accroître la compétitivité des femmes pour les actions de promotion économique et sociale », explique t-elle au sujet de ces activités. Parmi

la formation les femmes au niveau des techniques de production. Expliquant le choix du thème de son DEA, Mme Tamboura explique que c’est parti du fait que les femmes souffrent des iniquités sociales, des enjeux politiques, de l’exclusion en partie des sphères de pouvoir et de décision. Il

les résultats obtenus, elle cite l’acquisition du

convient en conséquence d’initier des actions

matériel informatique par certaines femmes,

énergiques pour faciliter l’usage des TIC par

la création de pages web et d’e-mail par d’autres…

les femmes. « Le thème étant vaste, j’ai donc

Parlant de l’utilisation faite par les femmes

orienté ma recherche vers les femmes enseignantes, sachant bien que l’enseignement est la base de

TRIBUNE N°07 / janvier 2013

34


Semestriel d’Information sur les droits des femmes tout développement. Nul n’ignore qu’aider les

pédagogique des technologies de l’information

femmes à acquérir les compétences nécessaires

et de la communication ; d’identifier les causes

en sciences et technologies est un impératif

qui sous-tendent ces disparités et de proposer

économique. Cela permet également aux

des solutions au déséquilibre entre enseignants

femmes et aux filles de prendre des décisions

et enseignantes quant à l’utilisation pédagogique

éclairées sur des aspects critiques de leur vie,

des TIC dans les lycées publics du district de

y compris leur santé. C’est dans ce sens que j’ai

Bamako. Cette étude montre également la

voulu rédiger un mémoire qui s’intéresse à la

diversité d’approche des enseignants et la

prise en compte du genre quant à l’utilisation

complexité que représente l’intégration des

des TIC dans l’enseignement dans les lycées

TIC dans les enseignements, la place du genre

publics du district de Bamako. Il s’agit plus

à travers les données désagrégées en termes

spécifiquement : de mettre en évidence l’existence

d’accès, d’usage et de maitrise de l’outil »,

d’un déséquilibre entre les femmes (enseignantes)

conclut-elle.

au lycée dans le District de Bamako au Mali et les hommes (enseignants), en matière d’utilisation

TRIBUNE N°07 / janvier 2013

35


Semestriel d’Information sur les droits des femmes

Actualités sur les droits des femmes relatives aux TIC Congo-Kinshasa: Avec l'appui d'OSISA - Des femmes formées sur l'apprentissage organisationnel et l'utilisation de nouvelles technologies Du 26 au 30 novembre, trente jeunes femmes ont été formées, à Kinshasa, dans la commune de la Gombe, sur l'apprentissage organisationnel et l'utilisation de nouvelles technologies dans la promotion du travail des organisations non gouvernementales (ONG). Lire la suite ... h p://www.rofaf.org/actualites/1160-congo-kinshasa-avec-lappui-dosisa-des-femmes-formeessur-lapprentissage-organisationnel-et-lutilisation-de-nouvelles-technologies Cameroun: Les femmes appelées à s'investir dans les TIC « Les femmes et les jeunes filles dans le secteur des TIC ». C'est sous ce thème interpellateur que la 147e Journée mondiale des télécommunications et de la société de l'information s'est célébrée. L'évènement est fixé par les Nations Unies le 17 mai de chaque année. Lire la suite ... h p://www.rofaf.org/actualites/918-cameroun-les-femmes-appelees-a-sinvestir-dans-les-tic Burkina Faso: Création d'emplois pour les femmes et les jeunes - Les besoins des femmes en technologie « Faire un diagnostic participatif des besoins en technologie des associations et groupements de femmes pour une meilleure mise en oeuvre de la composante 4 du PSCE/JF et amorcer les préparatifs du forum national des femmes », c'est ce qui a motivé le Ministère de la Promotion de la femme (MPF) à entreprendre une tournée dans les 13 régions du Burkina. Lire la suite ... h p://www.rofaf.org/actualites/788-burkina-faso-creation-demplois-pour-les-femmes-et-lesjeunes-les-besoins-des-femmes-en-technologie Sénégal: Atelier sur l'intégration du genre dans les TIC, 11 juillet 2012 La rencontre se tient à partir de 9 heures à l'Ecole supérieure multinationale des télécommunications (Esmt) et sera axée sur le thème : "Introduire le souci de l'égalité de genre dans le secteur des TICquelles orientations pour les Directeurs des ressources humaines ?", précise la même source. Lire la suite ... h p://www.rofaf.org/actualites/888-senegal-atelier-sur-lintegration-du-genre-dans-les-ticmercredi Afrique: L'ONU célèbre l'importance des télécommunications pour l'autonomisation des femmes Le Prix UIT 2012 des télécommunications et de la société mondiale de l'information rend hommage à leurs qualités de leadership et à leur détermination à promouvoir les TIC au service de TRIBUNE N°07 / janvier 2013

36


Semestriel d’Information sur les droits des femmes l'autonomisation des femmes et des jeunes filles. Lire la suite ... Source: h p://fr.allafrica.com/stories/201211051144.html?viewall=1 Sénégal: TIC - Un programme de trois ans cible 30 filles "Mille filles vont bénéficier des activités qui seront menées dans ce programme sur les TIC, qui s'étant sur trois ans. Trente d'entre elles bénéficieront d'une formation en informatique", a dit Mme Ndiaye lors d'une conférence de presse donnée en prélude de la Journée internationale des filles et des TIC, à célébrer jeudi prochain. h p://www.lesoleil.sn/index.php?option=com_content&view=article&id=14506:tic-un-programme-de-trois-ans-cible-30-filles&catid=41:-internet&Itemid=94 Cote d'Ivoire: Orientation vers les métiers des NTIC - Les jeunes filles sensibilisées Dans le cadre de la célébration de ladite journée, elle a organisé une journée Portes ouvertes jeudi dernier dans ses locaux. Invitées principales, de jeunes lycéennes. Lire la suite ... news.abidjan.net/h/432511.html - Côte d’Ivoire Former les femmes à l'utilisation des TIC Les femmes sont également moins nombreuses que les hommes à utiliser régulièrement les outils numériques d'information et de communication, qu'il s'agisse des téléphones cellulaires ou des ordinateurs. Pourtant, le potentiel de ces outils, en matière d'activités génératrices de revenus ou d'amélioration des activités existantes est grand. Lire la suite ... cursus.edu/...articles/articles/.../former-les-femmes-utilisation-des-tic/ Burkina Faso: Initier la femme à l'outil informatique C'était à travers une conférence placée sous le thème : « Droits et devoirs de la jeune femme ». Ce e formation vise à initier la femme à la maîtrise de l'outil informatique. fr.allafrica.com/stories/201202170875.html/ - En cache Lancement du projet genre et TIC : Une formation cible 1.000 femmes à travers le pays Le projet « Genre et TIC » du ministère de la Communication, des Télécommunications et de l’Economie numérique a été lancé, hier. Lire la suite ... www.lesoleil.sn/index.php?...article...tic...femmes... Une nouvelle rubrique TIC spécialement dédiée aux femmes sur mali-ntic.com Le groupe thématique « Femme et TIC » et son partenaire stratégique et financier l'IICD, ont, conformément au plan d'action 2008 du dit groupe, décidé de lancer une rubrique intitulée “Femme et TIC” sur le site www.mali-ntic.com. La nouvelle rubrique sera animée par la facilitatrice

TRIBUNE N°07 / janvier 2013

37


Semestriel d’Information sur les droits des femmes du groupe "Femmes et TIC" Madame Assétou DIARRA. Lire la suite ... www.mali-ntic.com/index.php?...article...tic...femmes...nticcom... Renforcement de l’utilisation stratégique des tic par les femmes pour comba re la violence fait aux femmes et aux filles En 2001, un homme a été reconnu coupable d’avoir tué sa femme après avoir intercepté ses courriers électroniques et appris qu’elle avait l’intention de le qui er. Lire la suite ... africatic.wordpress.com/.../renforcement-de-l’utilisation-strategique-des-tic-par-les-femmes-pourcomba re-la-violence-fait-aux-femmes-et-au... Femmes et métiers techniques des tic à Ouagadougou À l’heure où les technologies de l’information et de la communication prennent une place grandissante dans la vie quotidienne et professionnelle, des inégalités liées au genre viennent s’inscrire dans l’appropriation, la conception et la modélisation de ces technologies stratégiques. Lire la suite ... ticanalyse.com/2010/05/17/femmes-et-metiers-techniques-des-tic/ NTIC : Les femmes chef d’entreprise invitées à s’investir d’avantage Les femmes algériennes, chef d'entreprises, devraient s'initier à la maîtrise des nouvelles technologies de l'information et de la communication (TIC) pour améliorer les performances managériales de leur entreprise, ont préconisé mercredi à Alger des experts. Lire la suite ... www.lce-algerie.com/.../691-ntic-les-femmes-chef-dentreprise-invitees-a-sinvestir-davantage-.html Genres, TIC et moyens d'existences ruraux/e-Agriculture Pour que les femmes tirent profit des TIC dans la production agricole et pour modifier les déséquilibres qui existent entre les sexes concernant les moyens d’existence ruraux, il est nécessaire de comprendre le statut des femmes et la division des rôles et des responsabilités entre les sexes dans la société. Lire la suite ... www.e-agriculture.org/fr/genres-tic-et-moyens-d’existences-ruraux Les femmes africaines et leurs droits aux TIC : Burkina NTIC fait l’état des lieux Les femmes en conclave à Tripoli pour défendre leurs droits ! Burkina NTIC en profite pour faire un plaidoyer sur le Genre et les TIC à travers une communication et une distribution d’un livre aux décideurs africains. Lire la suite ... www.burkina-ntic.net/Les-femmes-africaines-et-leurs,764.html

TRIBUNE N°07 / janvier 2013

38


ROFAF 2013 Une publication du Réseau des Organisations Féminines d’Afrique Francophone (ROFAF) Rédaction & compilation : Nadiétou ZIBILILA, Associée au Programme Communication et Information Mise en page & design: Bayi ADEKAMBI, Responsable du Programme Communication et Information et Yame Oukate DADJOSSIME, Chargé de Communication / Médias Relecture : A iwa Eyram AMEGNONA, Eyavi Mawulé HONGA et Eléonore MARCHELLI, Stagiaires


TRIBUNE TRIBUNE N째07N째07 / janvier / janvier 2013 2013

40

GENRE ET TIC  

Tribune des droits des Femmes