Page 1

N° 5 - AVRIL 2012

SUPPLÉMENT DE LA CHAMBRE DE MÉTIERS ET DE L’ARTISANAT Publi communication

EDITO

La Chambre de métiers mobilisée pour l’emploi

©ARCHIVES M. Z.

L’innovation, facteur de réussite

La CMA64 apporte une aide aux artisans pour le recrutement de leur premier salarié, avec définition du profil, aide à l’embauche et suivi de l’intégration.

PAR SAUVEUR LAGOURGUE, PRÉSIDENT DE LA CMA 64 Depuis plus de 15 ans, les Chambres de métiers et de l’artisanat d’Aquitaine apportent conseils et suivi aux entreprises artisanales à travers leur Réseau Innovation. Un dispositif qui permet de mieux connaître leurs capacités d’innovation et les moyens d’y parvenir. Innover, c’est mieux répondre aux exigences du marché et fonder sa compétitivité sur la recherche de gains de productivité, en utilisant des produits plus performants, de nouveaux procédés de fabrication et optimiser son organisation. Innover, c’est aussi pérenniser et développer l’entreprise et l’amener à élargir sa zone de chalandise. Innover, enfin, c’est parier sur l’avenir et se préparer à de nouveaux enjeux : exigence des clients, apparition de nouveaux processus, internationalisation des marchés... « L’innovation, a dit un jour Steve Jobs, c’est une situation qu’on choisit parce qu’on a une passion brûlante pour quelque chose. » Et c’est cela qui caractérise l’artisanat ! Un artisan a en lui cette capacité d’anticipation et d’adaptation rapide aux changements. Mais le processus d’innovation est souvent complexe et risqué, si vous l’abordez seul. Les services de la Chambre de métiers et de l’artisanat disposent de solutions pour accompagner les chefs d’entreprise. La 6e édition du concours les « Alienor des Métiers », Innover pour gagner en Aquitaine, vous donne les moyens d’avancer dans votre démarche. CHAMBRE DE MÉTIERS ET DE L’ARTISANAT 64 11 rue de Solférino - BP 608 - 64006 Pau cedex Tél. 0559838362 - Fax : 0559276548

- www.cm64.com

Comité de rédaction : Chambre de Métiers et de l’Artisanat. Publicité : Sud Ouest Publicité. Tél. 05 59 82 20 20.

© JUPITER IMAGES

DOSSIER » Les métiers de l’artisanat font travailler 37 000 personnes et créent de nouveaux emplois. » La Chambre de métiers accompagne ces créations avec les missions locales et Pôle emploi.

L

e tissu artisanal représente un véritable gisement pour l’emploi et un moyen de revitaliser le territoire » explique d’emblée Philippe Gueucier, secrétaire général de la Chambre de métiers et de l’artisanat départementale (CMA64). Globalement, les filières de l’artisanat résistent à la crise et recrutent. Elles emploient 37 000 personnes dans le département et rassemblent 12 700 entreprises. « Dans l’idée collective, l’artisanat n’est pas lié à l’emploi. En France, on ne pense qu’aux grandes entreprises » regrette Philippe Gueucier. La CMA est membre de fait du Service public de l’emploi départemental et travaille de concert avec les missions locales, les maisons de l’emploi et Pôle emploi.

Une aide technique au recrutement et à la formation La CMA vient de signer une convention avec Pôle emploi. L’objectif est de mobiliser tous les acteurs de l’emploi pour optimiser l’accueil des demandeurs d’emploi et faire correspondre l’offre à la demande. « C’est un observatoire du tissu local qui

permet une meilleure vision et compréhension des besoins du territoire » analyse Yves Delmas, directeur de la Maison de l’emploi d’Orthez qui est partenaire de la CMA. Si l’artisanat est un secteur dynamique, les besoins en personnel qualifié de certaines filières ne correspondent pas toujours aux profils des chercheurs d’emploi. La CMA mise alors, avec ses partenaires de l’emploi, sur la formation et notamment la mise en place de contrats d’apprentissage. Elle organise également des réunions d’information : cafés de l’emploi (16 en un semestre dans le département), des permanences à Pau, Orthez et Bayonne. « Les artisans ont besoin de main-d’œuvre, mais c’est un marché caché et mal connu. A nous de le rendre visible pour développer l’emploi local » ajoute Philippe Gueucier. Le soutien à l’artisan qui souhaite créer son premier emploi, l’accompagnement au recrutement, à la formation et à la gestion des ressources humaines, la formation des jeunes, sont autant de moyens mis en œuvre par la CMA64 pour aider les artisans à trouver les employés dont ils ont besoin. l M-P.C.

TÉMOIGNAGES...

NELLY SARTHOU, agent de la CMA en charge de l’appui à la création d’un premier emploi. « Depuis 2009, nous proposons un appui au recrutement de leur premier salarié, avec définition du profil, aide à l’embauche et suivi de l’intégration. En 2011, de nombreuses entreprises en ont bénéficié. Des réunions d’information et des formations sont organisées et nous travaillons en partenariat avec le Pôle emploi. »

YVES DELMAS, directeur de la Maison de l’emploi d’Orthez. « Un agent de la CMA intervient deux fois par mois à la Maison de l’emploi. Notre partenariat se fonde sur l’observation du territoire, pour cerner les besoins des demandeurs d’emploi et des employeurs, sur l’aide à la création d’activité et la promotion des contrats d’apprentissage. La CMA s’intègre au Service public de l’emploi local. »

KIEM TRAM, O studio, coiffure et beauté, Anglet. « Dès que j’ai créé mon entreprise avec mon associé en 2011, nous voulions embaucher. Nous cherchions un ou une salariée, avec un haut niveau d’exigence car nous souhaitons un service de qualité. La CMA m’a accompagnée à la création et a joué un rôle d’information pour le premier emploi. Depuis décembre, une jeune femme travaille chez nous 25 h par semaine. »

EN CHIFFRES

37 000

actifs - chefs d’entreprise, conjoints et salariés - travaillent dans les 12 700 entreprises artisanales du département.

3

C’est le nombre de salariés en moyenne par entreprise artisanale dans le département.

1 200

contrats d’apprentissage en alternance sont gérés par la CMA dans le cadre de sa politique de formation professionnelle des jeunes de moins de 26 ans. Une fois leur diplôme obtenu, beaucoup d’apprentis sont embauchés dans l’entreprise où ils ont travaillé.

1 611

entreprises artisanales ont été créées en 2011, représentant un potentiel d’emploi important à l’échelle locale.


4 LE JOURNAL DE L’ARTISANAT

Pyrénées-Atlantiques Portrait

Partir... pour mieux revenir A 22 ans, Matthieu De Lavaca est apprenti-boucher aux Halles de Biarritz et prépare son CAP à l’Université des métiers Bayonne Pays basque. Il part travailler un an au Canada.

C

’est le hasard et le chômage qui ont conduit Matthieu De Lavaca vers cette voie professionnelle. En contrat d’apprentissage jusqu’au 31 août à la boucherie des Halles de Biarritz de Didier Carrère, le jeune homme se destinait initialement au commerce avec l’idée de travailler dans le secteur automobile. Après un Bac pro et un BEP vente, il ne trouve pas d’employeur à Bordeaux et effectue un travail d’appoint en tenant la caisse d’une boucherie de Biarritz. Cet environnement lui plaît tellement qu’il se réoriente. Il prépare actuellement, à 22 ans, en alternance avec son contrat d’apprentissage, un CAP de boucher à l’Université des métiers de Bayonne.

Une nouvelle expérience Sous la houlette de son maître d’apprentissage Sébastien Portas, il mûrit un projet professionnel original. Motivé par l’idée d’amener un savoir-faire français à l’étranger, il

Matthieu De Lavaca en compagnie de Sébastien Portas. © M-P.C souhaite partir au Canada avec un visa d’un an (à partir de février 2013) pour travailler chez un boucher de Toronto, déjà identifié en tant que

futur employeur par Pôle emploi. « Beaucoup d’anglophones fréquentent les Halles de Biarritz et je désire approfondir mon anglais » explique le jeune homme dont les grands-parents sont autrefois partis faire leurs armes professionnelles au Canada. Le projet de Matthieu est approuvé par son entourage, aussi bien familial que professionnel. « Mon maître d’apprentissage dit qu’il regrette de ne pas avoir fait cette démarche lui-même… et qu’il faut avoir du culot pour tenter l’aventure ! ». Le jeune homme souhaite quitter le Pays basque, pour un temps seulement, afin de se doter de nouvelles expériences. « Si je pars, c’est avec l’idée de mieux revenir. Je ne pense pas faire ma vie au Canada… » sourit l’apprenti. Travaillant actuellement dans une équipe de huit bouchers (dont trois en contrat d’apprentissage), Matthieu se donne le temps d’acquérir toute la maturité professionnelle qu’il estime nécessaire, avec l’objectif à terme de créer son entreprise… « L’objectif idéal de tous les apprentis » selon lui. l M.P.C. UNIVERSITÉ DES MÉTIERS , formation

boucherie, charcuterie. Pau : 05 59 14 85 90. Bayonne : 05 59 55 12 02.

N° 5 -AVRIL 2012 Publi communication

QUESTIONS À... Gérard Sarthou

« Une filière qui embauche » Gérard Sarthou (*) INTERVIEW Que représente la filière boucherie ? Le syndicat départemental fédère 85 entreprises. Il s’agit en général de petites sociétés de deux à huit salariés. La filière embauche. Par exemple, je me suis installé en 2000 à Lons. Aujourd’hui nous avons deux points de vente et six salariés. Le secteur recrute mais rencontre parfois des difficultés pour trouver du personnel qualifié. Comment l’expliquezvous ? C’est un métier où il faut travailler plus de 35 heures par semaine ! Aujourd’hui, on peut très bien gagner sa vie en boucherie… à condition de vouloir travailler, y compris parfois le samedi ou le dimanche matin.

Mais la filière attire de plus en plus de jeunes qui se forment à l’Université des métiers. Quels sont les combats de votre syndicat ? Nous défendons notre métier : laissons la boucherie aux bouchers ! La vente directe, en vogue chez des éleveurs, ne va pas dans le sens d’une reconnaissance de notre plus-value professionnelle et fait plutôt du mal. Le boucher est un artisan qui transforme des produits bruts avec un savoir-faire qualifié. Il a vocation à vendre de la viande avec une valeur ajoutée réelle… ce qui n’est pas le cas de l’éleveur. Et bien entendu le syndicat lance une invitation à tous les consommateurs : mangez de la viande française ! l M.P.C. (*) Gérard Sarthou est président du syndicat départemental des bouchers et artisan-boucher à Lons.

/J_Artisanat_5  

http://www.cm64.com/L_artisanat_en_PA/J_Artisanat_5.pdf

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you