Page 1

RECONQUÊTE URBAINE

DROIXHE, LIÈGE, BELGIQUE


+ cata - coupure strophe - 2ĂŠme partie du vers, redĂŠmarre mais autrement


Dans un contexte de volonté de reconquête des quais, la question de la (ré)appropriation de l’ensemble du bâti et des infrastructures s’impose. La figure actuelle des quais liégeois est la résultante d’une dynamique historique tendant à la sécurisation du milieu et à sa domination. En premier lieu, la vague d’urbanisation durant les années 60 a façonné le paysage en bord de Meuse. Ainsi nous pouvons dégager le long de la Meuse liégeoise une couche urbaine « moderniste » s’appuyant sur une infrastructure automobile. Nous nous trouvons ainsi aujourd’hui devant les vestiges architecturaux du mouvement moderne, monuments manifestes qui montrent leurs limites face aux aspirations contemporaines dans la manière de vivre la ville. Ces architectures seront abordées ici comme des structures exceptionnelles a déculpabiliser, porteuses de potentialités diverses en tant que pré-requis au développement d’un urbanisme, à la manière d’une topographie ou d’un contexte à s’approprier et à remodeler. L’enjeu de la réflexion est ici d’identifier un de ces éléments et d’élaborer une stratégie de reconquête de celui-ci.


BORING ARCHITECTURE COLLAPSE


RĂŠflexion sur la ville rationnelle

INTENSIFIER


La ville de Sophrina se compose de deux moitiés de ville. Dans l’une, il y a le grand huit volant aux bosses brutales, le manége avec ses chaînes en rayons de soleil, la roue avec ses cages mobiles, les puits de la mort avec ses motocyclistes la tête en bas, la coupole du cirque avec la grappe de trapèzes qui pend en son milieu. L’autre moitié est en pierre, en marbre et en ciment, avec la banque, les usines, les palais, l’abattoir, l’école et tout le reste. L’une des moitiés de ville est fixe, l’autre est provisoire, et quand le tarme de sa halte est arrivé, ils la déclouent, la démontent et l’emportent pour la replanter sur les terrains vagues d’une autre moitié de ville. Ainsi chaque année survient le jour où les manoeuvres enlèvent les frontons de marbre, descendentles murs de pierre, les pylônes de ciment, démontent le ministère, le monument, les docks, la raffinerie de pétrole, l’hôpital, les chargent sur des remorques, pour suivre de place en place l’itinéraire de chaque année. Ce qui demeure ici, c’est la demi-Sophorina de tirs à la cible et de manèges, avec le cri suspendu dans la nacelle du huit volant la tête à l’envers, et elle commence à compter combien de mois, combien de jours elle devra attendre pour que revienne la caravane et qu’une vie complète recommence. Italo Calvino, les villes invisibles 1972


CONTRE LA VILLE SECTORISÉE CONTRE LES FRAGMENTS ISOLÉES CONTRE LA PAUVRETE URBANISTIQUE CONTRE LE DELAISSEMENT CONTRE L’INTROVERSION CONTRE L’ARCHITECTURE AUTOCENTRÉE


L’AMENAGEMENT DES QUAIS LIEGEOIS ou la dépression urbaine.


LIÈGE RETROUVE SES QUAIS? Projet d’aménagement des quais.


+


DROIXHE


LANCEMENT Comme parout en Europe, l’après-guerre engendre une vague moderniste à Liège qui va profondément marquer le paysage urbain. La Meuse en tant qu’axe majeur de la ville est toute désignée pour être au premier rang de ces nouveaux aménagements qui aspirent à donner un visage nouveau à la ville ainsi qu’à la société. Ainsi en 1954 le bureau d’architecture EGAU est choisit par la «Maison Liègeoise» dans le but de réaliser un ensemble de logements sans précédent dans la région et en Belgique. Entre utopies d’une génération et réalités d’une société, quelle posture adopter aujourd’hui face à une architecture qui dévoile ses limites?


BUT INITIAL:

Vraie ville dans la ville, table rase De l’unité d’habitation à l’unité de voisinage Classe moyenne et cadres Logements de qualité, véritable enjeu sanitaire à l’époque Libération d’espace maximale: 75% de la surface sur 7 Ha Orientation optimale est - ouest Plan libre pour appropriation et liberté maximale 1.800 logements / 7000 personnes


PLAN INITIALE ET RÉALISATION

1960

2

1960

2

1 Construits dès 1954 achevés entre 57 - 58


3 En 1962 la décision est prise de construire les trois tours sur 21 étages au lieu de 12. Construites entre 1965 et 72.

4 1976

Le plan est changé et la barre prend la forme d’une tour construite en 1976. 4


1962 - 19,3% d’ouvriers du secteur privé - 5,4% d’ouvriers du secteur public - 6,2% d’ouvriers pensionnés - 36,8% d’Employés du secteur privé - 19, 5% d’employés du secteur public - 10,6% d’employés pensionnés - 2,2 % de professions libérales

1979 - 1983 DISPOSITIONS LÉGALES RÉGISSANT L’ACCÈS AUX LOGEMENTS EN FONCTION DU REVENU. LES LOGEMENTS DE DROIXHE CHANGENT DE POPULATION DANS SA SUBSTANCE ET DIVERSITÉ.

1996 - 10% des revenus proviennent d’un travail - 25% d’une pension - 65% dépendent de la redistribution sociale et de l’assistance

popu «activ


ulation ve»

78%

52%

population de nationalité belge / étrangère

population de nationalité belge / étrangère


MECAN

A partir des années 80 l’image des grands ensembles se dégrade. Les médias attaquent la représentation du quartier autrefois positive aussi bien que la forme architecturale elle-même est remise en cause dans un mouvement post-moderne.

DIMINUTIO

LIMITES ET ECHECS: Ensemble isolé. Habitat dégradé. Regroupement d’une population précaire, connotée. Espaces extérieurs délaissés, flous.

DIMUT


NISME D’ENCLEVEMENT

DIMINUTION INVESTISSEMENT PUBLIC

ON VALEUR MARCHANDE

DELABREMENT

POPULATION EN SITUATION PRECAIRE

ISOLEMENT

TION VALEUR SYMBOLIQUE

?


Face au déclin de l’image de Droixhe sous fond de crise des banlieues françaises les autorités locales décident de réagir. Ainsi la Région Wallone, la ville de Liège et la Maison Liégeoise, société de logements sociaux font appel à Projenor dans le but de réaliser un diagnostic. En 1996 une première esquisse est développée. Cette analyse suggère principalement: - D’augmenter la part des personnes tirant leurs revenus d’un travail. - De diminuer les ménages en situation de précarité. - De pondérer le rapport entre jeunes et personnes âgées. - De réduire le nombre de familles nombreuses au profit de jeunes ménages. La verticalité architecturale semble être la première caractéristique formelle a être visée comme défaut structurant à combattre. Cette analyse mène à un projet de requalification à l’échelle de l’ensemble du site qui débute en 2000.


ACTEURS

1950

La Maison Liégeoise

1995

PROJENOR Diagnostic

CON

Cellule provisoire J.M. Dehousse - P.S.

1999 Société de requalification ATLAS J.M. Dehousse - P.S.

2007

La Maison Liègeoise

2008

Filiale Immobilière Publique

Gestionnaires

1999

Dethi

Rénovat

1998

Rolan

Rénovat Remode


NCOURS

9

ier & Associés

tion légère

8

nd Castro

tion lourde elage

Projet "Nouveau Droixhe"

Phase 1: - Travaux de désamiantage et de déstruction des immeubles Croix-Rouge pour la rénovation des trois tours centrales Phase 2: -Démolition des immeubles Chenaye et Micha Phase 3: -Rénovation des immeubles restantes -Construction de nouveaux bâtiments sur les terrains libérés


solutions uniques

MAQUILLAGE

O


OU

NEGATION?


PROJENOR


La volonté de changer l’image du quartier se fait entre démolitions qui permettent de reconstruire des typologies classiques et des «revitalisations» superficielles se résumant à des rénovations de façades et réaménagement d’appartements. Très peu de détails sont fournis et les espaces publics semblent toujours délaissés. Le budget total est estimé à 198,7 millions d’euros. Les pouvoirs publics investiront au total 77 millions d’euros et 95 autres millions sont attendus d’investisseurs privés. 435 appartements en bord de Meuse ont déjà été rénovés pour une somme de 26,5 millions d’ euros. La démolition des deux tours et de 240 logements est en attente d’investisseurs pour reconstruction.


PROJENOR AUJOURD’HUI

Démolition achevée Projet d’ilot en attente

Rénovations finies


Rénovation +construction d’un front bati +construction d’une maison de retraite En attente

Démolition achevée Projet d’ilot + tour En attente

En attente de rénovation de 38 appartements dont certains mis en vente

En attente de rénovation de 120 appartements dont certains mis en vente


ESPACES PUBLICS.

ou l’échec dans la réussite de la libération de 75% de l’espace au sol.

Espace résiduel flou et peu traité

Place de la libération Equipements de loisir et sportifs Transparence vers les quais


Square Alfred Micha anciennement végétal et prochainement ilot classique. Actuellement terrain vague clos et accidenté. Espace résiduel flou et peu traité

Parc pittoresque souffrant de délaissement


AT TRACTIVITÉ A L’ÉCHELLE DE LA VILLE?

Commerces Equipement public


BONNE DESSERTE URBAINE Bus directs

Tramway projeté Voies rapides

SAINT-LAMBERT

GUILLEMINS


St LEONARD

DROIXHE

BRESSOUX


=

SE DEPLACER

SE DEPLACER

SE DEPLACER

MANGER

MANGER

MANGER

TRAVAILLER

TRAVAILLER

TRAVAILLER

CONSOMMER

CONSOMMER

CONSOMMER

SE DIVERTIR

SE DIVERTIR

SE DIVERTIR


+

TRAVAILLER SE DEPLACER

SE DEPLACER MANGER

SE DIVERTIR

MANGER

MANGER SE DEPLACER

TRAVAILLER SE DIVERTIR

TRAVAILLER CONSOMMER SE DIVERTIR

CONSOMMER

CONSOMMER


+


 


PARC D’ATTRACTION LITTÉRAL.


PROGRAMMATION


TOUR MATCH


La tour match est manifeste par sa verticalité et sa conception structurelle. Son emplacement particulier comme point de repère sur les quais confère des prises de vues exceptionnelles. Toutefois elle nécessite des transformations importantes dues à une dégradation générale aussi bien que dans son fonctionnement global.


+

+


SOUBASSEMENT: Parkings Commerces

Le soubassement est actuellement constitué de trois niveaux avec chacun une supericie de 2000 m². Les commerces sont tous abandonnés et le parking peu utilisé.


-

Structure constituée d’une trame irrégulière de colonnes en béton armé sur le pourtour du batiment.

- Voiles de béton armé en partie centrale définissant un bloc de circulations. - 25 dalles se répétant le long du noyau tous les 270 centimètres.


Les appartements bénéficient d’un bon emplacement en bord de Meuse. Toutefois les parties communes sont délabrées, très peu entrentenues car très difficiles à vivre de par leur manque d’ouverture, de repère et leur caractère répétitif et impersonnel. On note essentiellement deux typologies diffrentes. Les façades et leur isolation sont à refaire.


- HABITER

EN

HAUTEUR

- SIGNAL LOINTAIN - BELVEDERE SUR LES QUAIS - INTERIEURS MODULABLES


-

CLOISONNEMENT EXCESSIF

-

GRANDE FERMETURE NOYAU

-

FACADES MONOTONES ET DEGRADES

-

ESPACES

EXTERIEURS?


Le but premier de l’intervention est d’utiliser l’emplacement priviligié de la tour en bord de Meuse. La volonté est de créer une activité permettant le franchissement des voies rapides tout en créant un signal d’entrée dans la ville et en améliorant les défauts du bâtiment.


s ton

iĂŠ sp e c pa

es

vers sud E 25

a

en

s / ba


vers centre Outremeuse

ue

iq aut

vers nord E 40


L’implantation d’un plan d’eau se fait dans le creux menant au tunnel routier. Ce plan d’eau comporte une plage et un espace de baignade en été. Il est prolongé par une base nautique sur la dérivation où il est possible d’emprunter diverses embarcations. Le traffic est détourné sous la dalle dominant le bassin.


L’activité redéfinit l’enveloppe et les circulations.


REMODELAGE DES FACADES


REPROGRAMMATION

Noyau de circulation remodelé Ouverture maximisée et percées ponctuelles rythmées par des espaces publics le long de la descente.

Logements + rénovation.

Bureaux.

Parkings.

Commerces.


RENOVATION FACADE REORGANISATION INTERNE OUVERTURE DU NOYAU CENTRAL MISE EN PLACE D’ESPACE COMMUNS OUVERTS MIXITE FONCTIONNELLE

AUGMENTATION SURFACE PARKING +COMMERCIALE


RENOVATION

CREATION BALCONS

BUREAUX

FRANCHISSEMENT DU BOULEVARD PAR LA BASE NAUTIQUE


SECTEUR CROIX ROUGE


Les barres du quartier croixrouge ont un enjeu particulier dans le site. . Les médias et le public associent fréquemment le quartier à ces bâtiments, qui sont devenus la représentation négative du quartier, d’une inadaptation architecturale et d’un malaise social. Leur volumétrie massive implantée en complète rupture face aux maisons mitoyennes contribue aux sentiments de malaise . Elles contiennent les questions formelles, représentatives, techniques et fonctionnelles manifestes des grands ensembles qui sont l’enjeu de la réflexion;


Les typologies d’appartements sont très peu variées. On trouve six appartements par étage orientés est - ouest et organisés autour d’un noyau central.

La structure type plan libre doit permettre la modulation des espaces et l’ouverture maximale.

1600

360

Structure

4800


x17

x6

2 Appartements type


46 0

600


Le bloc central dessert deux appartements par niveau sur dix-huit niveaux. On trouve trois circulations verticales par volume. La circulation verticale donne directement sur les appartements et ne bénéficie d’aucune prise de lumière naturelle, étant pensée comme distribution fonctionnelle avant tout.


- HABITER

EN

HAUTEUR

- SIGNAL LOINTAIN - BELVEDERE SUR LES QUAIS - STRUCTURE VIDE ET REINTERPRETABLE


ECHEC

SYMBOLIQUE

CIRCULATIONS NELLES

FONCTION-

FACADES MONOTONES ET DEGRADES ESPACES

EXTERIEURS?


Trois batiments restants sur les cinq initiaux.

Adoucissement des volumes en diminuant leur gabarit.

Création de trois nouveaux ensembles comportant du logement et créant une continuité du bati.

Enfin un dernier volume ramène le bâtiment au niveau du sol, abritant des équipements publics et un parking.


La toiture inclinée du batiment est utilisée comme piste de ski artificielle offrant une continuité de l’espace public.


Ligne snowpark Ligne de descente


Les deux ailes additionnées se rapprochent des volumes initiaux sans les coller afin de dégager une traversée le long des pignons. Les coursives et balcons supportent l’activité en toiture et viennent desservir l’ensemble des appartements en homogénéisant les deux types de bati.

Le bâtiment comporte une capacité légèrement supérieure passant à 370 appartements. On compte:

173 -3chambres 87 -2chambres 70 -1chambres 38 -duplexs spéciaux

12 typologies sont mises en places à l’intérieure du bâtiment. Chaque aile comporte 4 typologies plus une d’angle ainsi que des duplexs.


La structure sous la dernière pente comprendra: 4500 m² de commerces 5500 m² d’équipements collectifs + un centre médico-social, la maison de repos des Murlets ainsi que plusieurs asbl. 1000 m² de parkings

Parkings

Commerces

Equipement


EST

Réaménagement type

Chambres

Noyau réaménagé Bloc prolongé cuisine

Typologie 3 chambres


Cuisine

Chambres

Salle de bain

Typologie studio

OUEST


SU Typologie d’angle 3ch

NORD

ES

S Typologie 2ch

SS

RA

R TE

IVE

S UR CO Typologie studio 1ch


UD

Les nouveaux logements créés ont une orientation nord-sud qui n’a été mise en place dans aucun des bâtiments à l’origine. Cette orientation a pourtant des avantages: les chambres donnent au nord vers la Meuse alors que les espaces de jour s’orientent principalement vers le sud et la coline de la Charteuse. Les coursives animent les façades et la circulations qui sont ouvertes vers le nord.


Liege, reconquête urbaine.  

Projet complémentaire au travail de fin d'études. Faculté d'architecture La Cambre.

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you