Issuu on Google+

Volume 12 - Numéro 08 - Août 2013

Journal communautaire destiné à la population de Rivière-Ouelle

Sommaire Mots d’août..........................................................2 Club de lecture d’été...........................................3 Vandalisme à Rivière-Ouelle...............................3 Le plan de développement et vous.....................3 Au son des cloches.............................................4 Une visite à Toronto.............................................4 Le Compte à Rebours.........................................5 Gymnastique du cerveau....................................6 Beauce Carnaval ................................................7 Rouge pompier....................................................8 Bonjour Rivière-Ouelle......................................10 Le grain de sel de Roger...................................11 L’eau, une ressource à économiser..................12 La Pointe-aux-orignaux sous la loupe...............12 Du bon travail sur les berges... mais c’est loin d’être fini!...................................13 Nouvelle équipe pastorale.................................13 Jacquette Michel, Fille du Roy à Rivière-Ouelle.................................................14 La fin d’année scolaire à Hautot-Saint-Sulpice.........................................15 Agenda..............................................................16

REGARDS , pages 8 et 9 911… Au feu! Deux heures du matin! Un violent incendie a éclaté…. La radio du directeur du service de protection contre les incendies, Christian Gagnon, sonne... TEXTE : Anne

PHOTOS : Émilie Rondeau

Prochaine date de tombée 6 août 2013

Bureau municipal : 106, rue de l’Église Tél. : 418 856-3829 Rivière-Ouelle (Québec) Télécopieur : 418 856-1790 G0L 2C0 Courriel : dg@riviereouelle.ca

Heures d’ouverture : Lundi au vendredi 8h30 à 12h00 13h00 à 16h30 Fermé le mercredi


Mots d’août... Par Roger Martin Rien à voir avec les mots doux quoique…. La période des vacances a parfois des répercussions imprévisibles et ce sera le cas de l’échéancier de production du prochain numéro du Rivière Web, celui de septembre. La date de tombée doit être devancée d’une semaine, soit le 6 août au lieu du 13. Merci d’en tenir compte. La livraison aura toutefois lieu à la date prévue, soit le 27 août. Le merci des Fermières La grande chef de l’organisation, madame Raymonde, a pris soin de communiquer avec moi; tout l’état-major de son organisation se joint à elle pour remercier ceux et celles qui ont encouragé les Fermières lors du dernier déjeuner du 26 mai. Encore une fois, plus d’une centaine de personnes ont défilé pour profiter des petites gâteries mitonnées avec toute l’attention …et l’affection de cette charmante équipe. J’ai profité de l’occasion pour observer les pièces réalisées par les artisanes chevronnées du Cercle de Rivière-Ouelle dans le cadre du concours annuel entre les Cercles de Fermières. Du beau travail! Cette année, j’ai compris qu’on avait ajouté une difficulté supplémentaire : en plus des travaux imposés, chaque cercle devait organiser une activité intergénérationnelle, histoire de stimuler l’émergence de la relève je présume puisque ces dames devaient associer des jeunes à une de leurs activités. Cela a donné lieu à une collaboration avec un groupe d’élèves de l’école des Vents-et-Marées pour un atelier de confection de sous-plats. J’ai remarqué en voyant le nom des apprentis que plusieurs recrues étaient des garçons… avec des doigts de fée. Bravo à la jeunesse! J’ai appris que les administrateurs de la SADC du Kamouraska - la Société d’aide au développement des collectivités - ont arrêté leur choix sur Olivier Lambert, un jeune diplômé en administration nouvellement établi à Rivière-Ouelle, pour combler le poste réservé à la jeunesse au sein de cet organisme. Le jeune homme est à l’emploi d’une importante entreprise de La Pocatière. À n’en pas douter, pour employer le langage de l’administration, c’est un bel élément à inscrire à l’actif de notre municipalité. Bravo pour cette nomination! La promesse faite à Rosaire Je vous ai déjà parlé de Rosaire Lévesque, ce Montréalais qui passe l’été au cœur de notre village. Malgré son âge plus que respectable, il n’a rien perdu de sa mémoire vive et s’il devait perdre l’usage de la parole, le village ne serait plus le même. À la mijuillet 2012, les Rivelois ont accueilli une délégation française en provenance d’Hautot-Saint-Sulpice en Normandie d’où l’ancêtre Robert Lévesque a émigré en terre riveloise vers 1672; cette commune est jumelée à Rivière-Ouelle depuis 1982. À l’entrée du petit village français, on a donc installé une enseigne pour diffuser ce jumelage aux passants. Voilà que lors de la réception officielle de l’an dernier, madame la mairesse a fait part de son intention – Rosaire lui parle d’une promesse – d’installer ici une signalisation qui ferait état du jumelage avec Hautot-Saint-Sulpice. Plus récemment, lors de l’inauguration de la halte d’information, Rosaire a pris soin de rappeler ce fait à madame Hudon. – Je vous avais dit qu’il avait la mémoire longue. Je n’ai aucune idée si cela a pu influencer la décision de notre mairesse de ne pas briguer un second mandat à la mairie. Chose certaine, Rosaire, lui, a bien hâte d’entendre les aspirants et aspirantes pour appuyer celui ou celle qui va faire sien cet engagement. « À bon entendeur….! » Intrigant Neveu… Je ne sais pas où notre chroniqueur Le Neveu puise l’inspiration pour faire revivre mois après mois des personnages ou des événements qui s’inscrivent dans la «  petite  » histoire locale  : ses sources semblent intarissables. Pour moi du moins, et je ne suis pas le seul dans ce cas, c’est toujours avec un plaisir renouvelé

Le Rivière Web

2

que je prends connaissance de sa chronique dès que je la reçois une bonne quinzaine avant nos lecteurs et lectrices. Tout un privilège! Ce discret personnage continue d’intriguer et certaines personnes à l’occasion tentent de percer son mystère. Désolé, je suis tenu au secret professionnel et pas question de ne rien dévoiler… même sous la torture. Voilà qu’un lecteur « allumé » a décelé certains indices compromettants dans le chronique de février dernier : le Neveu y racontait la visite de l’inspecteur Duval dans la classe de mademoiselle Mathilde Plourde alors qu’il vérifiait les connaissances de certains élèves au hasard. Le lecteur en question en a reconnu certains qui fréquentaient comme lui cette classe entre septembre 1946 et juin 1948. Doté d’une mémoire aussi prodigieuse que le Neveu, et que Rosaire Lévesque…. , il a donc passé en revue ses lointains souvenirs pour dresser la liste d’une trentaine d’élèves qui s’y trouvaient à cette même période; il a poussé la rigueur jusqu’à la faire valider par un confrère d’époque. C’est avec beaucoup de satisfaction qu’il m’a mis la liste sous le nez avec un air triomphant… « Ton Neveu, il est là-dedans !….. » cela m’a secoué et j’ai dû me ressaisir pour demeurer de glace. Peut-être que le nonverbal m’a trahi?... Je voulais féliciter le lecteur qui a réalisé cet exercice de mémoire; l’acuité intellectuelle, la mémoire, ce sont des facultés qui se cultivent, qui s’entretiennent. Alors pour ceux et celles qui n’ont pas de chronique à rédiger comme Le Neveu ou de liste d’élèves à dresser comme notre lecteur, il y a ce cours de Gymnastique du cerveau – Faites marcher vos neurones qui reprendra l’affiche à l’automne. Notez-le bien pour ne pas oublier…. à notre âge. Et quant à y être, merci encore fidèle Neveu pour ta mémoire vivante!... Mon idole Ces derniers jours, je me suis découvert une secrète admiration pour la mairesse RoyLaroche de Lac-Mégantic alors que sa ville vient de s’inscrire dans les annales comme le théâtre d’une des grandes catastrophes à marquer l’histoire du Québec. Un peu assommée par l’ampleur de la tragédie le premier jour, elle a vite repris les choses en mains. « Il faut que je sois là pour rassurer ma population » a-t-elle lancé aux journalistes qui l’interviewaient le lendemain. On peut parler de sens du devoir, de leadership, de dignité et surtout de courage. Elle n’a jamais dérogé à ses obligations d’agir comme porte-parole des autorités de toutes sortes qui avaient convergé vers sa ville, pour les questions concernant la sécurité et l’aide à ses citoyens. Du même coup, elle a bien mesuré l’ampleur de la tâche qui l’attend mais elle est restée fidèle à ses responsabilités de première citoyenne de la ville  : modeste, elle a été à la hauteur de la confiance que la population lui avait accordée en l’élisant à ce poste. On appelle cela de l’abnégation, s’oublier soi-même pour les autres, et

Le Rivière Web Comité du journal Nancy Fortin Louis Hudon Catherine Marier Roger Martin Jeannine Richard Correction Roger Martin Recherche Louis Hudon Mise en page Catherine Marier

Disponible via Internet à : http://issuu.com/riviere-web Groupe Facebook : Le Rivière Web Envoi de textes, questions, commentaires, suggestions par courriel à : leriviereweb@hotmail.com louishudon@videotron.ca Municipalité de Rivière-Ouelle 106, de l’Église Rivière-Ouelle (Qc) G0L 2C0 Tél. : 418-856-3829 Malgré les efforts des membres du comité du journal, des fautes ou même des erreurs peuvent s’être glissées dans cette édition; nous nous en excusons. De plus, certains textes pourront exceptionnellement avoir été modifiés au besoin.


Mots d’août... suite cela se rapproche de l’héroïsme. Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’elle est en train de gagner chèrement les honoraires annuels que sa ville lui consent pour occuper cette fonction. Devant les multiples défis auxquels elle sera confrontée, serat-elle tentée à l’échéance prochaine de son mandat de réclamer une augmentation, fort justifiée dans les circonstances, de sa rémunération? Ou encore optera-t-elle pour rentrer dans ses terres et s’occuper de son jardin? Si elle faisait l’un ou l’autre de ces choix, c’est son image de « dame de granit » qui pâlirait dans l’estime populaire … et dans la mienne.

Le plan de développement et vous... Par Nancy Fortin, agente de développement Voici les principaux sujets qui ont été traités au cours du mois : Les nouveaux panneaux de rue ont été installés le 9 juillet dans le périmètre urbain. Merci aux personnes qui nous ont fait part de leurs commentaires et suggestions.

Club de lecture d’été CLUB DE LECTURE D’ÉTÉ À LA BIBLIOTHÈQUE MUNICIPALE du 25 juin au 29 août Sous le thème « Raconte-moi une légende », la bibliothèque municipale accueillera les jeunes de 5 à 13 ans à son club de lecture annuel pendant tout l’été. Les jeunes pourront venir s’inscrire à la bibliothèque municipale aux heures d’ouverture habituelle : lundi, mercredi et vendredi de 19h à 20h. Nous remettrons aux jeunes inscrits, un carnet de parcours illustré des Légendes du Bas-St-Laurent qu’ils pourront compléter avec des autocollants qu’ils recevront à chaque fois qu’ils visiteront la bibliothèque et qu’ils emprunteront des volumes. À chacune de ces visites ils recevront aussi un coupon de participation pour les tirages local et régional. Plus de visites, plus de livres lus, plus de chances de participer aux tirages. L’invitation est lancée, venez nous rencontrer à la bibliothèque municipale (2e étage de l’école Vents et Marées; entrée par l’arrière)

Vandalisme à Rivière-Ouelle Par Nancy Fortin, agente de développement Il y a eu dernièrement plusieurs actes de vandalisme à RivièreOuelle. Des bris importants ont été perpétrés à la marina. De plus, tous les semis du jardin de l’école ont été complètement arrachés et les pousses mises au compost. D’autres incidents ont également été signalés. Que ce soit des enfants qui travaillent fort à la réalisation d’un jardin ou d’une personne qui investit dans un bien matériel, il n’est vraiment pas intéressant de voir ses efforts anéantis par une ou des personnes ayant comme objectif de détruire le bien d’autrui pour le seul plaisir de faire rager son entourage. Nous vous demandons d’être vigilants et de ne pas hésiter à dénoncer, auprès de la Sûreté du Québec, tout acte non admissible dont vous pourriez être témoins.

Le 21 juin dernier, nous avons procédé au lancement de l’exposition de photos qui s’est installée au quai. Cette exposition est une initiative du Centre d’arts de Kamouraska dans le cadre du projet «Nos villages se visitent» intégré dans sa «Rencontre photographique» annuelle. Huit municipalités ont accepté de recevoir les expositions de différents photographes. Nous sommes les hôtes jusqu’au 4 août prochain, de l’exposition «L’Arrière-Boutique» de monsieur François Côté. C’est sous le soleil ardent que nous avons inauguré la «Halte d’information» au Parc Casgrain. Plus d’une trentaine de personnes se sont déplacées pour venir fêter avec nous. Le Camping de Rivière-Ouelle a profité de l’occasion pour inviter les gens à un coquetel après l’inauguration. Ce fut très agréable! Merci encore à l’équipe du camping pour cette belle fête! Je profite de l’occasion pour rappeler que la «Halte d’information» a été créée grâce à la participation financière de la MRC de Kamouraska, de la Caisse populaire de la Rivière Ouelle, des Tourbières Lambert, de la Corporation touristique de Rivière-Ouelle, du casse-croûte La Fringale, du Comité de développement, de La Crème Rit, du Marché de la Rivière-Ouelle et de la Corporation historique et culturelle de Rivière-Ouelle. Merci encore! Cette même fin de semaine, plusieurs activités ont également eu lieu à l’occasion de la Saint-Jean. La Corporation des Riverains, la Corporation touristique de Rivière-Ouelle et la Municipalité ont obtenu une subvention commune pour la réalisation des activités; un total de 500$ nous a été octroyé et a permis d’en réaliser plusieurs. Les infrastructures sportives ont été complétées et déjà, elles sont occupées par des joueurs, autant des jeunes que des plus vieux! Merci René et André pour votre beau travail! Il faut dire qu’ils ont été très patients. Une famille de pluviers kildir avait élu domicile entre le carré de sable et le terrain de volleyball. Les œufs n’étant pas encore éclos, ils ont été très prudents et ils ont le plus possible contourné le nid. Le résultat est que sur 4 œufs, 3 sont éclos et pendant le reste de la construction, les oisillons couraient sur le terrain à proximité de la salle du Tricentenaire sous l’œil attentif de leur mère. Le site internet subit actuellement une cure de rajeunissement au niveau de nos albums photos. Il sera désormais possible d’intégrer facilement des photos de nos activités et de nos paysages. Pour ajouter vos photos, vous n’avez qu’à me les faire parvenir à l’adresse agent@riviereouelle.ca. Sur ce, au plaisir de vous écrire le mois prochain!

3 Le Rivière Web


Une visite à Toronto

Au son des cloches

Par Jade Lizotte

Les baptêmes: • Olivier Michaud, fils de Marie-Ève Lavoie et de Stéphane Michaud, a été baptisé le dimanche 7 juillet 2013 à l’église de Rivière-Ouelle •

Justin Simard, fils de Mélanie Gravel et de Daniel Simard, a été baptisé le dimanche 7 juillet 2013 à l’église de Rivière-Ouelle

  Les décès: • Marie-Blanche Leblanc, décédée à l’hôpital NotreDame-de-Fatima de La Pocatière, le 19 juin 2013, à l’âge de 66 ans et 11 mois. Elle était l’épouse de Gérard Lachance et la fille de feu ÉmileLéo Leblanc et de feu Marie-Blanche Lepage. •

Gonzague Gagnon, décédé à l’hôpital Notre-Damede-Fatima de La Pocatière, le 23 juin 2013, à l’âge de 91 ans et 11 mois. Il était l’époux en premières noces de feu Marie-Ange Thiboutot, en deuxièmes noces de feu Fernande Thériault et en troisièmes noces de feu Cécile Dion et le fils de feu Henri Gagnon et de feu Eugénie Gagnon. Ses funérailles ont eu lieu le samedi 29 juin 2013 en l’église de RivièreOuelle suivies de l’inhumation au cimetière paroissial.

Daniel Benoît, décédé à son domicile à Saint-Antonin, le 14 juin 2013, à l’âge de 47 ans et 3 mois. Il était le fils de feu Rénald Benoît et de Mme Thérèse St-Laurent. Ses funérailles ont eu lieu à Saint-Pacôme, le samedi 22 juin 2013 et suivies de l’inhumation au cimetière de Rivière-Ouelle.

Au début du mois de mai 2013, j’ai eu l’occasion de faire un très beau voyage étudiant avec mes amies du collège. Pour pouvoir y participer, nous devions avoir un comportement exemplaire durant l’année scolaire. Nous sommes donc partis un jeudi soir pour aller visiter une multitude d’endroits à Toronto. Ce fut une très belle expérience. Si vous voulez en savoir plus, je vous invite à lire la suite. La première soirée, nous avons dormi dans l’autobus (la plupart ont plutôt essayé de dormir!). Le matin, nous sommes arrêtés manger dans un restaurant. Nous avons dû mettre en pratique nos connaissances de la langue anglaise, et ce, pour le reste de notre voyage. Nous avons eu la chance d’avoir une visite du Rogers Center. Nous avons pu observer la ville de haut, car nous sommes montés dans la tour du CN : la vue que nous y avions, était magnifique. Nous avons pu également visiter le Temple de la Renommée du hockey, ce qui a fait le bonheur de plusieurs personnes de notre voyage. Certains (dont moi) en ont profité pour acheter des cadeaux aux membres de leur famille. Puis, le moment de bonheur des filles est bien vite arrivé  : une demijournée de magasinage au Eaton Center. Finalement, la journée s’est terminée par notre arrivée à l’hôtel. Nous avons pu installer nos bagages, profiter de la piscine et nous coucher.

Toutes nos sincères condoléances aux membres de ces familles!

Un souvenir avec la prestigieuse coupe Stanley au Temple de la renommée du hockey. Photo : Jade L. Le samedi matin, nous avons déjeuné à l’hôtel pour ensuite partir vers les chutes Niagara. À notre arrivée au site, nous avons tous enfilé un imperméable bleu et pris place à bord du bateau. Nous avons approché des chutes et tout le monde était stupéfait de les voir d’aussi près. C’était vraiment beau. Par la suite, nous nous sommes promenés sur une rue où il y avait de nombreuses attractions  : il y avait des musées (illusions, records, etc.), des maisons hantées et des jeux partout. Il faut dire que les maisons hantées étaient très effrayantes… Dans l’après-midi, nous avons écouté un petit film en 4D sur la formation des chutes. Nous avons, là aussi, eu besoin d’un imperméable. Pour terminer notre journée, nous avons assisté à un spectacle médiéval. Nous avons soupé à cet endroit et avons dû manger avec nos doigts. Nous avons également pu voir de très près les chevaux qui se promenaient au centre de la salle. Pour la dernière journée, nous avons visité le Centre des sciences. La plupart des élèves avaient moins d’attentes pour cette activité, mais ce fut très intéressant. Une exposition sur place portait sur les jeux vidéo et nous avons pu en tester des vieux comme la première version de Mario Kart et autres. Pour finir, j’ai eu énormément de plaisir à faire ce voyage. Je souhaite à tous de découvrir Toronto comme je l’ai fait.

/ Rivière Web Le

4


UNE INVITATION DU CAMPING RIVIÈRE-OUELLE

ACTIVITÉS ESTIVALES

Déjeuner…...…le samedi et le dimanche à compter de 7h30 Bingo................le vendredi à 19h30 Aquaforme.......le dimanche à 10h Inscription obligatoire au Camping R.-O.

ACTIVITÉS D’AOÛT

Souper longe de porc......................................le 3 août à 17h Billets disponibles au Camping R.-O. avant le 28 juillet Exposition d’artisanat.………….... le 17 août de 13h à 16h30 Déjeuner du président et du trésorier ..le 18 août à 8h30 à 11h Billets disponibles au Camping R.-O. avant le 10 août Soirée country (gratuit) …………..................le 24 août à 20h Souper cipaille de la Fête du travail……….le 31 août à 17h Billets disponibles au Camping R.-O. avant le 24 août CAMPING RIVIÈRE-OUELLE 176, chemin de la Pointe, C.P. 177 Rivière-Ouelle (Québec) G0L 2C0 Pour information : 418 856-1484 ou info@campingriviereouelle.com Sans frais : 1-888-856-1484

Le Compte à Rebours Par Anne, Résidences Hélène Lavoie Je porte une couche, je suis un petit bébé. Mon corps est envahi d’une telle énergie que tout le monde me trouve « si mignon  »! Puis, en grandissant, j’apprivoise l’univers et je deviens une «  super woman  »….. Mais depuis ma retraite, je vois différemment; alors, je ralentis. L’entourage me dit d’apprécier la vie. Et s’ensuit ….. Je porte une couche, je suis très vieillie. Ma tête s’égare même quand elle tombe dans la lune. Mon corps crie de douleur même quand il est inerte. Le reflet de mon image dans le miroir ne me regarde plus. Tout bascule autour de moi. Je t’écris pour te dire que la vie naît et qu’elle meurt après, que ton visage deviendra aussi comme le mien et que ton corps ne retrouvera plus jamais son agilité. Tout ce qui a été acquis, s’en va dorénavant de façon irréversible. Ne sois pas triste, c’est ce qu’on désigne… le cours de la vie. J’ai vu et appris, j’ai aimé et chanté, j’ai ri et pleuré. Je suis prête pour le voyage qu’on m’a promis, où l’âme est pure et la lumière, éternelle. Quand les petits anges autour de moi me soignent, c’est pour me lever, pour m’asseoir, pour me coucher, pour me laver, pour m’essuyer. Je suis dépendante des gens qui m’entourent et qui se soucient de moi et de mon bien-être physique. Mais juste une dernière fois, j’aimerais savourer chacun des plaisirs du bonheur. J’aimerais m’enivrer à pouvoir danser, aimer et caresser une dernière fois encore cette belle vie, « une fête pour l’éternité »! L’ensemble de notre communauté entourant nos aînés se doit de ne pas les oublier. L’Association des aînés est là, mais elle a maintenant besoin de collaborateurs pour faire une différence, pour briser les solitudes. Le temps pour nos aînés risque de s’arrêter trop rapidement. Vous verrez que le plaisir d’aider est garanti! Photo : François Couture Madame Louise, une résidente en compagnie d’Audrey Chouinard, zoothérapeute, accompagnées de son chat, Ti-chat, et de son cockatiel, Pitoune.

5 Le Rivière Web


Gymnastique du cerveau

INFO -­ PATRIMOINE  

Réveillons nos neurones! Gardez votre esprit alerte! Développez votre mémoire! Favorisez les attitudes positives! Améliorez votre concentration! Augmentez votre confiance! Maintenez une bonne santé cérébrale!

 Les agrandissements par Jeanne Maguire  

Un agrandissement est un investissement important

Agrandissement sur le côté

Agrandissement à l’avant

Agrandissement à l’arrière

Source : Construire et rénover en milieu ancien, MRC Memphrémagog

qui mérite d’être planifié car s’il est bien fait, il augmente la valeur de la propriété et facilite sa revente. Voici quelques conseils à respecter : - En général, l’agrandissement est situé à l’arrière ou sur les côtés. - Il reprend les mêmes proportions que la maison (en prévoyant un léger retrait) et les mêmes matériaux de recouvrement. - La pente du toit doit rappeler la pente originale et il doit y avoir un écart au niveau des sommets. - La forme et le rythme des portes et fenêtres sont semblables à ceux du bâtiment d’origine. - On doit reproduire les mêmes détails architecturaux. - L’agrandissement doit donner l’impression de faire partie du bâtiment original. Les exemples suivants montrent quelques modèles d’agrandissements traditionnels:

Agrandissement à l’arrière avec galerie.

N’hésitez pas nous pourrons vousvous N’hésitez pas àànous nousconsulter consulter nous pourrons référer des personnes compétentes pour réaliser vosvos référer des personnes compétentes pour réaliser plans. plans. Pour informations Jeanne Maguire TEL: 492-1660 poste 242 ou courriel: vvap.mrc@kamouraska.com Le Rivière Web

6

INSCRIPTION POUR LA SESSION D’AUTOMNE du 23 septembre 2013 au 7 mai 2014 Les mercredis à 13 hrs 30. Frais d’inscription $ 40.00 Communiquez avec M.Benoît Guignard : 418 852-2252 *Le niveau 1 n’est pas un pré-requis pour le niveau 2

La gymnastique du cerveau, le meilleur moyen de faire voler les cerfs-volants … et les cerveaux lents!

HORAIRE D’ÉTÉ OUVERT 7 JOURS SUR 7 8H À 21 H MERCI DE VOTRE ENCOURAGEMENT ! 132, Route 132 - Rivière-Ouelle - 418 371-3700


Beauce Carnaval Par Le Neveu En mai 1956, Rivière-Ouelle accueillait Beauce Carnaval et ses manèges à l’emplacement de la patinoire de l’époque, au sud de l’actuelle rue Casgrain au coeur du village. C’était quelque chose!... Pourquoi à Rivière-Ouelle? Peut-être parce qu’il y avait de belles filles dans notre village en plus des quelque trente-cinq (35) pensionnaires du couvent. Sur le terrain, il y avait trois ou quatre kiosques de jeux d’adresse, un carrousel pour les enfants et des montagnes russes. Des comptoirs où l’on vendait des frites, des hot dogs, de la crème glacée et de la barbe à papa, attiraient les ados toujours affamés. Au bout de la place, on pouvait se faire photographier dans une petite cabane pour vingt-cinq sous. Tout à côté, une tireuse de cartes en même temps liseuse de lignes de la main avait son cabanon – son salon de voyance pour faire plus chic – dont la porte consistait en un rideau aux couleurs criardes. Prédisait-elle toujours des lendemains enchanteurs? Je ne le crois pas car on a vu sortir un gars dudit lieu de l’avenir tout en sueur et blême comme un drap passé au bleu à laver : il avait dû frapper la dame de pique… Il y avait aussi un kiosque où l’on tirait du fusil sur des clowns grimaçants, sortes de têtes dessinées sur de minces planchettes qui basculaient lorsque le tireur réussissait à atteindre une de ces « maudites » têtes. Monsieur Gérard Beaulieu désirait gagner un beau tigre en peluche pour le donner à sa plus jeune : un dollar du Dominion pour trois balles. Mais comment réussir trois fois quand il y avait une courbe au canon? À la Ronde, on a arrêté plusieurs de ces fraudeurs en possession de machines à sous trafiquées; ou encore, celui qui avait placé un gros ventilateur dans son kiosque pour faire dévier les légères fléchettes emplumées servant à crever des ballons pour obtenir un prix. À la cour, les machines truquées étaient ouvertes devant le juge; l’expert du SPVM montrait à partir de quel endroit la «  tricherie  » contrôlait l’appareil. Maintenant, Loto-Québec contrôle ces machines.

Le préposé regardait son petit manège avec grande inquiétude. Il baissa le bras de commande pour mettre en branle ce fret de … viande. Le petit train s’avança lentement, très lentement. La foule s’agglutinait tout autour pour mesurer la force de la mécanique … ou du courant. Des fois que ça pèterait! On commença à monter la première colline; c’était la plus petite. Le préposé grimaçait de douleur. Il appuyait sur le bras en pensant que cela augmenterait la puissance fournie par la Québec Power co. Dans la région, cette compagnie fournissait « du p’tit 110  » comme on disait. L’éclairage de nos cuisines était plutôt jaune, ce qui nous donnait un teint floridien. Au milieu de la montée, le train s’arrêta. Des étincelles crépitèrent sous les roues et nous avons reculé jusqu’à notre point de départ. Vingt-cinq sous « sus l’diable »! Tout le monde débarqua en se tordant de rire; et la foule de rire encore plus… Monsieur Beaulieu riait à gorge déployée en jetant un coup d’œil en direction du kiosque où habitait le damné tigre de peluche. Certains ont pu observer une coulisse lustrée sur la joue du préposé. Son orgueil venait d’en prendre un coup et sa machine ne s’était pas montrée à la hauteur. Ce soir-là, j’ai constaté que les «  vieux  » de Rivière-Ouelle faisaient preuve d’espièglerie et manquaient un peu de sérieux contrairement à nous, les jeunes, Roland et moi par exemple, qui étions si sages et disciplinés….. Eh oui! On peut changer le monde!!! Beauce Carnaval nous a quittés après deux jours. Nous en avions eu pour notre argent … ou presque.

Un soir à la fin de la veillée, une dizaine d’hommes corpulents décidèrent d’essayer les montagnes russes. Pourquoi pas? Nos voyageurs se tassèrent comme ils le pouvaient, les bancs n’étant pas très larges. La randonnée durait tout au plus quatre minutes et ne coûtait que vingt-cinq sous. Faisaient partie de ce dernier voyage : messieurs Gérard Beaulieu - pour se consoler de la perte du tigre de peluche -, Joseph Landry, Émile Lizotte, Adolphe Michaud, Antoine Dionne, Charles Pelletier, Lionel Bernier, Richard Lévesque ainsi que trois ou quatre autres. Deux ados, Roland Pelletier et moi-même, prirent place dans le dernier wagon, probablement pour faire contrepoids à toute cette masse d’hommes….

7 Le Rivière Web


Regards sur les gens de Rivière-Ouelle qui contribuent à la vitalité de notre village par leurs actions, par leur ténacité ou encore par leur originalité. Nous vous invitons à suivre chacune de ces rencontres. Bonne visite !

Rouge pompier Par Anne

Photo : Émilie Rondeau

911… Au feu! Deux heures du matin! Un violent incendie a éclaté…. La radio du directeur du service de protection contre les incendies, Christian Gagnon, sonne. La centrale de Rimouski, la CAUREQ (911), lui transmet l’information et Christian, déjà bien allumé, se précipite à la caserne. Puis le poste du 911 déclenche l’alarme à ses collègues, qui dorment tous avec leur téléavertisseur - leur pagette… Action-réaction pour les lieutenants; Carl Anctil, Gaëtan Benoît, Gilles Hudon et Réjean Théberge. Suivent les pompiers  : Pierre-Luc Bérubé, Daniel Casgrain, Patrick Casgrain, Normand Martin, Patrice Martin, Dominique Morin, Éric Ouellette et Éric Thériault. Départ de la caserne jusqu’au lieu de l’incendie : c’est un 10/10, soit 10 hommes en 10 minutes. Le maximum toléré : 15 minutes, incluant le revêtement du ¨bunker¨; c’est ce terme que les professionnels du métier utilisent pour désigner leur ¨habit de combat¨ 100% ignifuge. Son poids est de 65 livres -30 kg- et ajoutez-y 30 livres -14kg- lorsque le port de l’appareil respiratoire est requis. Sous le masque, la respiration doit être contrôlée, car la bonbonne d’oxygène ne dure que 20 minutes. Christian explique que nous dépensons moins d’oxygène quand nous parlons; alors, c’est sous son masque que le pompier se parle à lui-même ou encore à son coéquipier présent, pour éviter de gaspiller de précieuses minutes d’oxygène. Le directeur commande ses collègues lieutenants et pompiers. Il en résulte un vrai travail d’équipe avec une cohésion parfaite et … sans courant d’air!

Le Rivière Web

8


Les éléments déclencheurs d’incendies sont trop souvent les mêmes  : un chaudron oublié, des dépôts de créosote dans la cheminée, une surchauffe dans la boîte électrique, un feu de véhicule ou encore un feu de buisson.

autant d’efforts, la caserne a pu défrayer le coût d’achat d’un véhicule pour l’état-major, d’un VTT - 4 roues muni de chenilles ainsi que d’un traîneau d’évacuation médicale et d’une trousse de survie. Pour le sauvetage en hauteur ou dans des espaces clos, la brigade dispose d’un imposant système de câbles, de poulies et de harnais. Pour un sauvetage nautique, l’intervention est rendue possible grâce au ¨POLAR 75¨, c’est-à-dire un bateau gonflable en 30 secondes, et du ¨ ICE COMMANDER¨, un habit de flottaison. Tout ça payé avec du BBQ !! Ça, c���est de l’esprit d’équipe rarement vu, bravo la gang! En rafale : L’appel d’une alarme défaillante chez le voisin? -Trop souvent! Un chat dans un arbre? -Mignon, mais ça, c’est dans les films! Pourquoi les petits garçons rêvent-ils tous de devenir pompiers? -Le gros camion de pompier rouge. Ça existe des pompières? – Oui, il y en a! Un dalmatien comme mascotte? dis oui, Christian! Votre secrétaire, madame Émond a accepté de le garder. Hi!! Saviez-vous qu’un bon plan d’évacuation comprend un poste de rassemblement extérieur! Et n’oubliez pas d’inspecter vos détecteurs de fumée 2 fois par année, de remplacer les piles au changement d’heure… et de vérifier vos extincteurs.

Ce qui attise le feu, c’est la pression de la circulation de l’air, l’oxygène. Dans un espace clos en feu, les nuages de gaz imbrûlés provoquent une inflammation explosive lors de l’ouverture d’une porte ou d’une fenêtre. La ¨backdraft¨, c’est l’explosion qui tue! La fumée est traîtresse, elle attaque les poumons avec comme conséquence d’apporter moins d’oxygène au cerveau, ce qui brouille la prise de décision…! Accident de la route avec collision mortelle, incendie de résidence, entreprise en feu, intervention dans un bâtiment agricole, forts vents causant un effondrement, route emportée par des pluies diluviennes, personne en détresse, corps repêché… les pompiers font face à ce genre d’urgence avec courage et bravoure. Les seniors de l’équipe prennent sur leurs épaules le parrainage des juniors, ce qui assure constance et stabilité au sein de la brigade. Comptez sur les aînés (3 des gars célèbreront leur 59e anniversaire cette année); leur cardio et leur musculature sont excellents! Pour obtenir le grade de ¨Pompier 1¨, une formation de 365 heures est requise. Celle-ci couvre la connaissance des appareils respiratoires, des matières dangereuses, de la santé-sécurité au travail ainsi que les techniques d’intervention pour combattre les incendies. Notre directeur, Christian, a plus de 1 100 heures de formation accumulées au fil de 37 années au sein de ce service. Nos athlètes sont munis d’un camion - un 2011 acquis au coût de 287,000$ - avec une unité d’urgence et de son équipement ainsi que d’un second camion, autopompe celui-là - un modèle 2007 acquis au coût de 310,000$, doté d’une citerne et d’une piscine rétractable. Les boyaux d’incendie sont en section de 50’ (15m), pour un total disponible lors d’incendie de 300’ (90m), qui servent pour la force de frappe. C’est l’opérateur de pompe qui surveille l’alimentation en eau sur la multitude de cadrans indicateurs, et c’est un autre musclé qui tient le boyau avec la lance de combat à l’autre extrémité. L’eau éteint le feu mais, pour certains foyers d’incendie, on ajoute de la mousse en mélange dans l’eau pour couper l’air et éteindre plus vite le feu. Depuis 26 ans, assidûment à chaque année, les pompiers secondés par leurs conjointes et par leurs proches organisent des activités bénévoles pour amasser des fonds. L’activité principale est le fameux BBQ annuel. Jusqu’à ce jour, $ 135,000 ont été recueillis et investis dans du matériel d’urgence pour la caserne. Avec

Pour découvrir la brigade de pompiers de Rivière-Ouelle, VISITEZ : http://issuu.com/riviere-web/docs/regards-pompiers

NDLR  : La brigade des pompiers de Rivière-Ouelle a accepté d’assumer à partir de son fonds social, la différence de coût pour l’impression de cette page centrale toute en couleur. Bravo à cette équipe chevronnée qui assure la sécurité de notre population et de celle du territoire de la Régie intermunicipale. Merci de veiller sur nous!

9 Le Rivière Web


Bonjour Rivière-Ouelle Bonjour ! Je m’appelle Matisse et j’ai 10 ans. Par Matisse Tanguay Je suis un joueur de hockey et un gardien de but! L’été, je joue au soccer avec mon frère et mes 2 sœurs. Lorsque nous sommes déménagés à Rivière-Ouelle, j’ai dormi avec eux plusieurs jours car j’avais peur des fantômes du manoir Casgrain! Quand je serai grand, j’aimerais conduire une belle vieille voiture et habiter en France. Je voudrais voyager dans des pays tropicaux pour voir des animaux exotiques. Mon passe-temps favori ne fait pas le bonheur de mes parents! Ce sont les jeux vidéo! J’aime bien aussi observer les magnifiques couleurs des oiseaux. À la maison, nous vivons en compagnie d’un lapin tranquille, d’un oiseau très bruyant, de deux gros rats dodus et de trois chats très spéciaux qui détestent notre chienne! Kira est une husky aux yeux bleus qui est tellement excitée que tout le monde croit que c’est un bébé alors qu’elle aura bientôt 6 ans! Un de mes repas préférés est une recette de tortellinis sauce rosée de ma mère et il n’y a rien de mieux que du gâteau aux carottes pour terminer ce régal ! Ma plus grande peur, ce sont les dames qui me complimentent à propos de mes beaux yeux !!! Salut à tout le monde et bonne journée!

Bonjour Matisse! Je m’appelle Yvan et ……. Par Yvan Thériault Bravo pour ta présentation! Un garçon choyé : une grande ménagerie, l’environnement fort agréable du Manoir, des projets plein la tête, un bon équilibre dans les sports et les jeux (à confirmer par tes parents), de beaux yeux selon ces dames… mais surtout une belle famille.

Nous avons, toi et moi, quelques points en commun. Je ne suis pas né à Rivière-Ouelle. Je rêve aussi d’aller en Europe un jour. Je conduis déjà une vieille voiture… encore assez belle! Nous avons la chatte noire de ma fille à la maison, Polyester (nom du félin). J’aime le chocolat, noir de préférence. Ce qui nous distingue, à part notre âge : je ne suis pas sportif, c’était d’ailleurs ma hantise à l’école. Moi par contre, je n’ai pas peur des fantômes ni des compliments pour mes yeux. Moi, ce sont mes enfants qui ont toujours voulu m’initier à leurs jeux vidéo. Je trouve ma joie dans ma famille et quelques amis, dans mon travail au diocèse, dans mon bénévolat. Je te souhaite : la réalisation de tes rêves, mais surtout de toujours en avoir, l’harmonie dans ta famille, une vie agréable à Rivière-Ouelle, une bonne saison de soccer, un bel été… Bernadette et moi serons heureux de te rencontrer avec ta famille. Cordialement, Yvan !

Rivière-Ouelle, crème molle ! Capitale de la nos Venez essayearve urs ! ntes s re fé if d

re or c Dé

lé ve u no

7 JOURS SUR 7 - 11H30 à 22h 220, route 132, Rivière-Ouelle Tél.: 418 866-0130

Photo : François Couture

Le Rivière Web

«

«

Pour moi, la famille est une valeur primordiale. Bernadette et moi avons eu trois enfants que nous aimons et qui font notre bonheur par leur unité, pour ne pas dire leur complicité (à l’école, on les appelait «le clan Thériault»), par leur esprit d’entraide, leur sens des responsabilités, leur persévérance, leur audace…sans oublier chacune de nos familles respectives.

10


Le grain de sel de Roger Par Roger Martin Le texte du Neveu a ramené dans ma mémoire vive une figure emblématique de mon enfance, celle de M. Gérard Beaulieu. À ma souvenance, c’était toute une pièce d’homme, une armoire à glace au visage rougeaud et au verbe haut, portrait-type du paysan dans les films français d’époque. Je l’ai connu comme marchand de poissons; avait-il d’autres occupations, je ne saurais dire… Il allait s’approvisionner tôt le matin directement chez les pêcheurs du temps. Sa cargaison était conservée dans une grande boîte, parfois une cuve, installée derrière sa petite voiture à cheval. Pour la salubrité, il prenait soin de couvrir le tout d’un sac de jute humide : fraîcheur garantie. Par la suite, il arpentait les rangs de Rivière-Ouelle et des paroisses environnantes quand la température facilitait la conservation de sa précieuse cargaison. De sa voix tonitruante, il clamait haut et fort « Poisson, du bon poisson! » ou encore « Sardine, de la belle sardine madame! ». Y es-tu frais votre poisson à matin ? lui demandait la maîtresse de maison.

poissons, une gracieuseté du patron. Avec la même main, il faisait sonner les pièces de monnaie pour s’assurer que le compte y était avant de les faire disparaître garnies d’écailles à leur tour dans sa poche de pantalon. Je revois l’équipage de M. Beaulieu parcourant aujourd’hui - 28°C et soleil de plomb - les chemins de Rivière-Ouelle poursuivi par les inspecteurs du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation et vu la gravité du cas, par ceux de l’Agence canadienne d’inspection des aliments quant à y être. Les temps changent, y a pas à dire! * Faudra demander à des pêcheurs de carrière comme Paul-André H. de nous expliquer la subtile distinction entre la sardine et ce qu’on appelait le roulis dans l’temps qui était semble-t-il du petit hareng. Quant à la sardine, on la salait généreusement et le soir venu, le lendemain au plus tard, on la consommait sans autre forme de cuisson : des sushis de première génération! Avec des patates fraîches et la laitue du jardin copieusement arrosée de crème d’habitant, c’était un plaisir gastronomique de fin de vacances…

Çartain madame, chus aller l’charcher direct à la pêche de Léon Dionne de Saint-Denis à 6h à matin. M. Gérard aurait pu rouler dans la farine tous les spécialistes du marketing modernes. Le plus souvent, sa précieuse cargaison était composée de harengs ou encore de sardines; à l’occasion, selon les arrivages et la saison, on y retrouvait en prime un esturgeon et quelques aloses. Ma mère avait une sainte horreur des harengs et de l’alose à cause des arêtes avec lesquelles ses enfants risquaient de s’étouffer. Elle avait toujours une histoire d’enfant qui en était mort à Saint-Roch ou ailleurs que sais-je mais cela lui donnait une belle excuse pour ne pas acheter quand c’était le spécial ce jourlà. Quant à l’esturgeon, elle devait compter sur l’intervention du paternel pour venir à bout des coriaces écailles de ce vestige de la préhistoire, ce qui s’avérait risqué avec les innombrables travaux de la ferme en été. Quand grand-mère Julia s’amenait dans le paysage pour la corvée des conserves en fin d’été, elle s’avérait une consommatrice particulièrement avisée; faut dire qu’originaire de Kamouraska, une paroisse du bord de l’eau, elle avait développé une vaste expertise en matière de pêcheries pendant sa jeunesse. C’es-tu ben de la sardine ça? Ça m’a l’air pas mal gros… Pour moén, c’est du roulis, qu’elle lui lançait comme ça. Pantoute madame… Le garçon à Léon en revient pas comme la sardine est belle st’année. Même son père a jamais vu ça. Est grasse sans bon sens. Il choisissait ce moment pour servir son ultime argument de vente. Quand chus passé chez votre sœur, madame Bérubé du RouleBillots, a m’a dit que vous étiez en visite par icitte. Je me suis dit, j’vas garder une belle platée pour madame Martin, a m’encourage tout le temps pis elle aime ça le poisson, elle. Roulée dans la farine que je vous disais… Immanquablement, grand-mère Julia tirait son petit porte-monnaie du fin fond de son tablier de cuisinière et pour conclure la transaction… Mais vous êtes mieux de m’en mettre une platée ben comble par exemple. Avec ses grosses mains toutes décorées d’écailles, le brave homme remplissait le plat qui lui servait de mesure et au moment de le verser, dans un geste solennel, il ajoutait, magnanime, deux ou trois

11

DES FORMATIONS POUR EN SAVOIR PLUS SUR LES CHAMPIGNONS FORESTIERS! Inscrivez-vous rapidement! Premier arrivé, premier servi!

Initiation à la cueillette des champignons forestiers Quoi? Un atelier sur les champignons comestibles et leur habitat suivi d’une sortie de cueillette en forêt et d’une session d’identification. Quand? 1. Le samedi 31 août à Rivière-du-Loup 2. Le samedi 7 septembre au Kamouraska Où? Le lieu précis vous sera communiqué lors de l’inscription Durée? 1 journée, de 9 h à 16 h Coût? 60 $ par personne (Apportez votre lunch!)*

Initiation à la culture des champignons Quoi? Un atelier pour présenter les diverses façons de cultiver les champignons chez soi, suivi d’une démonstration. Quand? 1. Le vendredi 13 septembre à Rivière-du-Loup 2. Le samedi 14 septembre au Kamouraska Où? Le lieu précis vous sera communiqué lors de l’inscription Durée? 1 journée, de 9 h à 16 h Coût? 60 $ paretpersonne (Apportez Inscription informations : votre lunch!)* *L’activité peut être annulée si le nombre d’inscriptions n’est pas Pascale G. Malenfant 418 856-5917 poste 227 suffisant pascale.malenfant@biopterre.com

Le Rivière Web


L’eau une ressource à économiser Par Co-Éco

Par Nancy Fortin, agente de développement

Le gouvernement du Québec s’est doté en 2011 d’une Stratégie québécoise d’économie d’eau potable s’inscrivant dans le contexte mondial du resserrement des politiques relatives à l’eau et dans une perspective de gestion intégrée et de développement durable. Le Québec est l’un des plus grands consommateurs d’eau au monde. En 2006, la production d’eau potable était de 35 % plus élevée que la moyenne canadienne et le volume d’eau distribué était de 795 litres par personne par jour, alors que la moyenne canadienne s’établissait à 591 litres. Plusieurs mesures de la stratégie ciblent les industries et municipalités, mais la participation des citoyens est également essentielle pour l’atteinte des objectifs poursuivis par cette stratégie.. Voici donc quelques trucs pour économiser l’eau potable à la maison. Repérer et réparer les fuites  Les fuites de robinets et de toilettes comptent en moyenne pour 14 % de toute l’eau utilisée dans les résidences, soit environ 110 litres d’eau par jour. Installer des équipements à faible consommation d’eau  La mise en place d’équipements tel réducteur de débit, mousseur, pomme de douche économique et chasse d’eau à 2 vitesses peuvent permettre une réduction significative de la consommation. Par exemple, l’installation d’aérateurs à débit réduit sur les robinets de la cuisine et de la salle de bain entraîne une économie d’environ 5 000 litres d’eau par année, dont 2 500 litres d’eau chaude. Réduire le volume de la chasse d’eau Les vieilles toilettes ont des réservoirs contenant jusqu’à 20 litres, ce qui est bien plus que nécessaire. Pas besoin d’acheter une nouvelle toilette! Vous pouvez améliorer le rendement de votre vieille en y installant un coupe-volume qui réduira la quantité d’eau évacuée. Calculez votre consommation d’eau : Découvrez la quantité d’eau approximative que vous consommez en complétant le formulaire du Programme d’économie d’eau potable à l’adresse suivante : http://peep.reseau-environnement.com/fr/economisez-leau Découvrez-en plus sur l’économie d’eau potable : Réseau Environnement, Programme d’économie d’eau potable http://www.reseau-environnement.com/peep/ Eau secours!, L’eau au cœur de nos vies. L’Art de préserver l’eau au quotidien http://eausecours.org/espublications/brochure_eau-au-coeur-denos-vies.pdf Fédération interdisciplinaire de l’horticulture ornementale du Québec, Arroser tout en économisant l’eau potable  : www.arrosageeteconomiedeau.org

Un bouquet toujours florissant Le Cercle de fermières de Rivière-Ouelle Le Rivière Web

La Pointe-aux-Orignaux sous la loupe

12

Scène estivale croquée dans les années 50 par le photographe Raymond Boutet

En janvier dernier, la Municipalité déposait une demande de subvention au ministère de la Culture afin de faire réaliser une étude des potentiels archéologiques et historiques, des paysages et du patrimoine bâti. Une subvention de 15 500$ nous a été octroyée afin de réaliser notre projet. C’est Ruralys qui est responsable de la réalisation de l’ensemble des études. Mais Nancy, «c’est quoi des études de potentiels?» Des études de potentiels permettent de rassembler toutes les informations nécessaires afin de bien connaître ce que nous cache encore la Pointe-aux-Orignaux ou encore pour confirmer des faits historiques. Un archéologue travaillera à l’acquisition des connaissances et ensuite en fera une analyse afin de transmettre un rapport détaillé à la Municipalité. Il sera en mesure d’identifier les sites archéologiques potentiels et de réaliser des cartes. De plus, il y aura une étude réservée au patrimoine bâti qui permettra d’établir un inventaire des maisons et la caractérisation du bâti. Les propriétaires des habitations de la Pointe-auxOrignaux vont donc recevoir une lettre d’information et ils pourront confirmer leur accord ou leur désaccord face à une étude de l’extérieur de leur maison. Et pour terminer, une caractérisation et une évaluation de la qualité des paysages seront également réalisées : bref, définir les zones sensibles et les enjeux. En résumé, aucun projet de mise en valeur ne sera réalisé avant ou pendant la réalisation de ces études. Aucune fouille non plus et aucun nouveau règlement municipal. Tels des explorateurs, nous voulons savoir tout simplement. Par contre, nous avons besoin de votre aide afin de réunir les informations sur l’histoire de la Pointe-aux-Orignaux, mais également sur Rivière-Ouelle en général. C’est là que nous faisons appel à vous. Si vous avez de vieilles photos, des livres, des contrats, des cartes ou toute autre information qui risquerait d’aider Ruralys dans ses recherches, veuillez communiquer avec moi : 418 856-3829 poste 203 ou encore par courriel : agent@ riviereouelle.ca. Tout document sera numérisé et remis à son propriétaire dans les plus bref délais. Et même si vous n’avez pas de documents, mais que vous avez la mémoire vivante de ce qui vous a été raconté, cela aussi nous intéresse. Faites-le-nous savoir! Merci de votre collaboration!


Du bon travail sur les berges... mais c’est loin d’être fini! Par Benoît Trottier pour le Comité côtier Le 8 juin dernier, le Comité côtier de Rivière-Ouelle procédait à son activité annuelle de nettoyage des berges. De tous les déchets amassés, environ 90  % étaient constitués de plastiques de toutes sortes comme à l’habitude : pailles, bouteilles, élastiques, sans oublier ces fameuses petites rondelles blanches (elles ont la forme de roues de charrette) qui s’échappent des usines de traitement d’eau; non seulement polluent-elles mais surtout, elles tuent les poissons qui les avalent. Il faut bien le dire : les berges sont vraiment sales. Ce jour-là, sous la pluie et dans le vent, 11 personnes bien travaillantes n’ont pas suffi à la tâche. Le triple aurait facilement pu être ramassé et traîne toujours là. Il faut le mentionner, les déchets en question sont tous issus de l’activité humaine : construction, jardinage et laisser-aller sous toutes ses formes.

Nouvelle équipe pastorale Le samedi 10 août 2013 à 19h30 à l’église de Rivière-Ouelle, les communautés chrétiennes de Saint-Philippe, de Mont-Carmel, de Saint-Gabriel, de Saint-Pacôme et de Rivière-Ouelle accueilleront la nouvelle équipe qui assurera les services pastoraux dans ces 5 paroisses. Notre évêque, monseigneur Yvon-Joseph Moreau, présidera cette célébration d’accueil et il présentera l’équipe pastorale à l’assemblée présente. L’équipe pastorale se composera maintenant de : M. l’abbé Charles-Aimé Anctil, curé et animateur de l’équipe, M. l’abbé Hubert Lévesque, collaborateur, et Mme Marielle Gamache Hudon, agente de pastorale paroissiale. Ensemble, ils auront à travailler dans les 5 paroisses suivantes  : Saint-Gabriel, Saint-Pacôme, Rivière-Ouelle, SaintPhilippe et Mont-Carmel. C’est un défi de taille et ils auront besoin de la collaboration de chacun et chacune de nous. Bienvenue à notre nouvelle équipe pastorale! Merci d’avoir accepté de mettre vos charismes et vos expériences au service de ces cinq communautés chrétiennes!

Après une bonne séance de travail à la plage des Jésuites et à la 5e grève, les bénévoles se sont rassemblés dans la bonne humeur au camp Canawish, autour de biscuits et de fromages. La pause a permis de faire le bilan de l’activité, mais aussi de dresser une liste de recommandations pour la protection des berges. L’une d’entre elles, aussi simple qu’efficace, consiste tout bonnement à installer des poubelles aux entrées des plages. Une autre vise la sensibilisation de la population en général afin qu’elle modifie ses habitudes et évite de jeter les déchets de toutes sortes, y compris ce qui provient des jardins. Le fleuve est trop encombré de polluants pour pouvoir assimiler ça aussi. Mais il y a plus. En plusieurs endroits, il est urgent de se pencher sur l’érosion des berges et la façon la plus efficace de le faire consiste à s’allier les végétaux. Le Comité recommande donc  : de planter des rosiers rugueux là où c’est possible; de réglementer pour empêcher la coupe des végétaux sur les hauts de plages; de défendre toute coupe sur les 10 mètres de berge à partir du haut de plage. Il ne faut pas se dire qu’il n’y a rien à faire, ce serait décourageant et ce serait totalement faux. Chacun doit admettre qu’il peut modifier ses comportements et que ça ne le tuera pas, contrairement au fleuve, aux poissons et aux berges. Le nettoyage était une collaboration du Comité côtier de RivièreOuelle, de la municipalité de Rivière-Ouelle et de l’Organisme de bassins versants de Kamouraska, L’Islet et Rivière-du-Loup (OBAKIR), qui tiennent tous à remercier chacun des bénévoles ainsi que le camp Canawish.

229, Route 132 Rivière-Ouelle (Québec) G0L 2C0 Tél. : 418 856-3568 Télécopieur : 418 856-4072

13

Le Rivière Web


Jacquette Michel, Fille du Roy à Rivière-Ouelle

Merci des familles Thiboutot/Boutot Bonjour à vous du journal … Nous tenions à vous dire merci pour la belle place que vous nous avez offerte dans le dernier Rivière Web... avec un bel encadré en plus!.. Nous aurons peut-être quelques photos de l’événement en question à vous soumettre pour une prochaine publication... À suivre ! Encore merci ...

À partir des recherches d’André Bérubé Jacquette Michel, fille du Roy originaire de l’Ile de Ré, du bourg de Sainte-Catherine où elle est née en 1637, arrive en Nouvelle-France en 1668 sur le vaisseau « La NouvelleFrance ». Fille de Jacques Michel et de Jeanne Dupont, elle est alors veuve de Jacques Gardin et apporte pour dot 100 livres de biens personnels ; elle n’aurait pas bénéficié de la dot royale de 50 livres. Après être passée devant le notaire Becquet le 2 octobre 1668, Jacquette Michel épouse le 23 suivant André Mignier dit Lagacé, huguenot de la paroisse Saint-Martin de l’Ile de Ré, né vers 1641, fils de Michel Mignier et de Catherine Masson. André est alors habitant de la Rivière Saint-Charles et était du régiment de Carignan-Salières, compagnie de Berthier. Au recensement de 1681, ils vivent au village de Saint-Michel. André Mignier est âgé de 41 ans, son épouse de 44  ; cinq de leurs six enfants nés à ce moment sont vivants: André, 12 ans, Marie, 10 ans, Françoise, 8 ans, Marie, 5 ans et Jaquette, 2 ans. Leurs biens déclarés: un fusil, trois bêtes à cornes et 15 arpents en valeur. Le couple semble s’être établi à Rivière-Ouelle en 1692  ; leur fils aîné, André, épouse à Rivière-Ouelle le 10 novembre 1693, Marie-Charlotte Pelletier. Aussi le 28 juin 1692, Charles Aubert de la Chesnaye accorde pour trois ans (greffe Louis Chamballon) un bail à ferme à André Minier dit Lagacé, une concession à la Grande-Anse. Le 16 mai 1701, François-Madeleine Ruette d’Auteuil de Mousseaux cède au même André fils, une terre de quatre arpents de front sur quarante-deux de profondeur à la Grande-Anse. Trois des enfants d’André Mignier dit Lagacé et de Jacquette Michel s’établiront à Rivière-Ouelle ou à la Grande-Anse, dès leur premier ou second mariage. André fils épouse à Rivière-Ouelle le 31 janvier 1701, Francine Ouellet, la fille de l’ancêtre René Ouellet et de Thérèse Migneault, sa deuxième épouse. Marie-Madeleine épouse aussi à Rivière-Ouelle, le 18 janvier 1701, Nicolas-Claude Lizotte, fils de l’ancêtre Guillaume Lizotte et d’Anne Pelletier. A la mort de Jacquette Michel à Rivière-Ouelle le 28 novembre 1710, André Mignier dit Lagacé ira vivre chez son fils cadet, Michel, à la Grande-Anse, lequel a épousé à Cap-Saint-Ignace Angélique Thibault le 28 juillet 1705  ; il y décède le 21 novembre 1727. À la suite du décès de Jacquette Michel, une discorde oblige l’intendant à régir ce que chacun des enfants doit payer au fils Michel pour la subsistance et l’entretien de leur père. Une fille d’André et de Jacquette, Marie, se marie en Acadie : un premier mariage en 1691 et un second en 1693  ; à ce jour, rien ne nous explique cet exil de la part de Marie. Les descendants d’André et de Jacquette se retrouvent liés aux Bérubé, aux Lizotte et aux Mignault.

Le Rivière Web

14

Marie-AndréeThiboutot Secrétaire de l’Association des familles Thiboutot/Boutot NDLR. Merci pour cette délicatesse des descendants de Jacques Thiboutot ; près d’une soixantaine d’entre eux ont participé au 4e rendez-vous de l’Association le 29 juin dernier. Nous attendons la suite…. L’ancêtre de cette famille se serait installé dans le secteur Sud-de-la-Rivière vers 1676, dans le voisinage de Robert Lévesque et de Damien Bérubé; il avait épousé en 1675 Marie, fille de Galleran Boucher. Pas banal qu’on ait retrouvé au même endroit et à la même période les 4 premiers représentants de ces familles en terre d’Amérique.


La fin d’année scolaire à Hautot-SaintSulpice Par Roger Martin Les élèves québécois ont remisé volumes et cahiers d’exercices depuis près de trois semaines; leur métabolisme s’est déjà adapté à la routine des vacances estivales. Madame Nelly, la directrice de l’école du Nouveau Monde à HautotSaint-Sulpice en Normandie, m’a aimablement fait parvenir un compte rendu de la dernière journée du calendrier scolaire de son école: c’était le 5 juillet. Studieux hein ces élèves français ! Comme vous pourrez en juger, il s’agit d’une activité peu banale qui se répète depuis plusieurs années, avec des adaptations au besoin pour tenir compte de certaines contraintes comme la température : un parcours de 15 km par monts et par vaux dans la verte campagne environnante, tantôt dans les champs, tantôt sur les chemins de campagne, avec breuvage et pique-nique dans le sac à dos pour la soixantaine d’élèves hautotais. Une dizaine de parents collaborent avec les enseignantes pour assurer l’encadrement sécuritaire des enfants. Au cours de pareille ballade, il y a beaucoup à apprendre sur l’histoire, l’agriculture, l’environnement, la faune, la flore, l’alimentation et pourquoi pas sur le plaisir de bouger. Sans doute que le vieux professeur qui sommeille en moi s’enthousiasme….mais il me semble que nos élèves rivelois pourraient apprendre beaucoup sur leur milieu en élaborant avec leurs professeurs un projet de parcours « local ». Je disais ça de même, comme une idée qui a peu de chance de germer sur la route des vacances mais peu importe. Photos N.M.G Figure 1: L’agriculteur Guillaume Eudier, une figure bien connue à Rivière-Ouelle, à la tête d’un groupe dans un champ de céréales.

  La   présente   est   pour   vous   informer   sur   la   collecte  des  matières  résiduelles.     La   Régie   intermunicipale   des   matières   résiduelles  demande  au  conducteur  de  vérifier   sommairement   les   bacs   lors   de   la   collecte.   Si   des  matières  non  acceptées  se  retrouvent  dans   votre  bac,  celui-­‐ci  ne  sera  pas  ramassé.     Lorsque   le   conducteur  a   terminé   sa   collecte,   il   transmet   un   rapport   à   la   municipalité   sur   lequel  il  indique  tous  les  bacs  qui  n’ont  pas  été   ramassés  et  pourquoi.  Pour  connaître  la  raison   pour   laquelle   votre   bac   n’a   pas   été   ramassé,   vous  devez  communiquer  avec    la  municipalité   le  lendemain  de  la  collecte.     Pour   savoir   quels   sont   les   matières   acceptées   dans   les   bacs,   veuillez   consulter   le   calendrier   de   collecte   2013   qui   vous   a   été   distribué   au   début   de   l’année.   Ce   calendrier   est   également   disponible   sur   le   site   internet   de   la   municipalité  www.riviereouelle.ca.     Si  vous  avez  des  questions  à  ce  sujet,  n’hésitez   pas  à  communiquer  avec  nous.           Adam  Ménard   Directeur  général  et  secrétaire-­‐trésorier  

 

106, rue de l'Église Rivière-Ouelle (Québec) G0L 2C0 CANADA • Tél.: 418 856-3829 • Téléc. : 418 856-1790 Tu  as  envie  de  faire  du  camping  avec  tes  amis  ?   www.riviereouelle.ca

Figure 2: C’est la pause sur une bucolique route de campagne.

 

C’est  une  occasion  idéale  pour  toi  de  venir  avec   les   animateurs   du   Local   des   ados   au   Camping     Rivière-­‐Ouelle. Pour   participer   à   cette   activité   géniale,   tu   dois   être   âgé   de   10   ans   et   plus.   Le   coût  de  l’activité  est  de  8  $  par  jeune.  Durant  la   soirée,  nous  irons  à  la  piscine  et  nous  ferons  un   feu   de   camp.   Tu   peux   t’apporter   des   friandises   à   grignoter   pour   la   soirée.   Le   lendemain,   le   départ   est   prévu   pour   10   h   et   le   petit   déjeuner   est   offert.   Les   animateurs   t’attendront   dès   18   h   30   le   vendredi   2   août   à   l’accueil   du   Camping   Rivière-­‐Ouelle.  Si  malheureusement  il  pleut,  l’activité   sera  remise  au  9  août.   Adresse  du  camping  : 176, chemin de la Pointe   Merci  de  nous  rapporter  le  coupon-­‐réponse  le  plus  rapidement  possible.  

Figure 3: Réputé producteur de yaourt, Guillaume Eudier de la ferme Porte de fer s’est mérité le titre de fournisseur officiel de l’école au cours de la randonnée, un beau témoignage de reconnaissance de la part des enfants.

15

..........................................................................................................................   Section  à  remettre  aux  animateurs   Nom  de  l’enfant  :_____________________        Je  participe  à  l’activité  et  je  peux  apporter  une  tente.                            Je  participe  à  l’activité,  mais  je  n’ai  pas  de  tente.                            Lors  de  la  baignade  mon  enfant  à  besoin  d’un  VFI.  

Le Rivière Web


Agenda

Collecte des métaux André Desjardins 418 856-3723

Août 2013 Dimanche

Lundi

Mardi

Mercredi

Artistes et artisans - Chapelle du quai : 1 au 4 août

Jeudi

Vendredi

Samedi

1

2

3 BINGO

Souper longe de porc : Camping R.-O.

4

5

6

7

8

9

10 BINGO

11

12

13

14

15

16

17 BINGO

18

19

20

21

22

23

24 BINGO

25

26

27

28

29

30

31 BINGO

Dîner bénéfice : Chapelle du quai 40e du Camp Canawish Déjeuner prés. + trés. : Camping R.-O.

Conseil municipal Tombée du R.W.

Distribution du RW

Heures d’ouverture : 10h00 à 11h30 12h30 à 14h30 Sauf le jeudi 10h00 à 11h30 12h30 à 14h30 16h00 à 20h00

Centre de services

Spectacle Chapelle du quai

Soirée country: Camping R.-O.

Souper cipaille: Camping R.-O.

Guichet automatique : 24 heures par jour 7 jours par semaine

Conseillers et planificateur : sur rendez-vous Lundi au mercredi : 8h45 à 16h Jeudi : 8h45 à 20h Vendredi : 8h45 à 15h

133, Route 132 Rivière-Ouelle (Québec) G0L 2C0 Tél. : 418 852-2812 Sans frais : 1 866 855-2812


Rivière Web, août 2013