Issuu on Google+


EDITEUR : CANNES COMMUNICATION SAS Le Majestic - 10, av. de Branly 06400 CANNES Tél. +33 (0)4 92 02 59 27 Fax +33 (0)4 93 22 92 64 info@cannes-communication.fr

PUBLISHER : CANNES COMMUNICATION SAS Le Majestic - 10, av. de Branly 06400 CANNES Tél. +33 (0)4 92 02 59 27 Fax +33 (0)4 93 22 92 64 info@cannes-communication.fr

DIRECTEUR DE LA PUBLICATION / DIRECTEUR GÉNÉRAL : Guy FIMA

DIRECTOR OF PUBLICATION / CHIEF EXECUTIVE: Guy FIMA

DIRECTEUR GÉNÉRAL ADJOINT : Eric Roux

DEPUTY CHIEF EXECUTIVE: Eric Roux

RÉDACTEUR EN CHEF : Jean François Durand

Executive Editor: Jean François Durand

RÉDACTION : Nelly Nussbaum

EDITOR : Nelly Nussbaum

TRADUCTION : Irene Hobbs Suzanne Kobine

TRANSLATOR : Irene Hobbs Suzanne Kobine

DIRECTEUR ARTISTIQUE : Angélique Meunier

ARTISTIC DIRECTOR : Angélique Meunier

PUBLICITÉ : Vicky Goldstein

ADVERTISING : Vicky Goldstein

DIRECTEUR COMMERCIAL : Thierry Frémont

SALES MANAGER : Thierry Frémont

SERVICE COMMERCIAL : Estelle Caron, Dominique Berdugot, Alexandre Guerin, Sébastien Claus

SALES STAFF : Estelle Caron, Dominique Berdugot, Alexandre Guerin, Sébastien Claus

STUDIO GRAPHIQUE : Angélique Création

GRAPHIC DESIGN STUDIO : Angélique Création

PHOTOS : Laurent Loiseau

PHOTOGRAPHY : Laurent Loiseau

IMPRIMERIE : Zimmermann

PRINTER : Zimmermann

CRÉDITS PHOTOS : Edmiston / Sunseeker / Riva / Burgess/ Yacht Club de Cannes © Tous droits réservés Copyright international

PHOTO CREDITS : Edmiston / Sunseeker / Riva / Burgess/ Yacht Club de Cannes © All rights reserved International copyright

1


A Copenhague, les Chefs d’Etat et de Gouvernement de 193 pays ont tenté de trouver un accord sur le climat succédant au Protocole de Kyoto. L’objectif étant de limiter la hausse des températures à 2°C, seuil au-delà duquel le monde entrerait dans une période de très fortes incertitudes. Depuis le début du processus, la France milite pour la signature d’un accord politique, précis et engageant permettant d’inverser durablement la tendance. Au-delà des seuls enjeux politiques et diplomatiques, la lutte contre le changement climatique est sans nul doute le plus grand défi technique, économique et industriel de notre temps. Ainsi, depuis plus de deux ans et grâce au Grenelle Environnement, la France a décidé d’investir massivement dans un nouveau modèle de croissance essentiellement fondé sur la sobriété en carbone et en énergie. Il s’agit également de valoriser au maximum le savoir-faire exceptionnel de notre pays dans tous les secteurs de la croissance verte : gestion des déchets, traitement des eaux, construction, rénovation thermique, transports propres,… Mais au-delà et grâce à l’implication des élus locaux, le Grenelle Environnement se traduit déjà par des changements concrets dans la vie quotidienne de millions de nos concitoyens : accompagnement de plus de 160 éco-quartiers et de 19 éco-cités à la suite du lancement d’un premier appel à projets, construction de 50 projets de transports collectifs dans 38 villes de France grâce à une aide de l’Etat de 800 millions d’euros, construction d’au moins une centrale solaire par région d’ici 2011,…Bref, nos atouts sont plus que jamais dans nos intelligences et dans nos territoires !

Editorial de J e a n - L o u i s B O R L O O , Ministre d’Etat, Ministre de l’écologie, de l’énergie, du développement durable et de la mer, en charge des technologies vertes et des négociations sur le climat.

2


In Copenhagen, the heads of State and government of 193 countries were trying to reach an agreement on the climate, further to the Kyoto Protocol. The objective was to limit the increase in temperature to 2°C, a threshold beyond which the world will enter into a period of high uncertainties. Since the beginning of the process, France has been campaigning to sign a precise political agreement, enabling us to reverse this trend sustainably. Beyond the political and diplomatic issues, the climate change struggle is undoubtedly the biggest technical, economic and industrial challenge of our time. Therefore, over the last two years and thanks to the Grenelle Environment, France has decided to invest massively in a new growth model essentially based on reduction in carbon and energy. The idea is to make the most of the exceptional expertise of our country in all sectors of green growth: waste management, water treatment, construction, thermal renovation, clean transport,‌ But, beyond this and thanks to the involvement of local representatives, the Grenelle Environment has already produced changes in the daily life of millions of our citizens: accompanying more than 160 eco-districts and 19 eco-cities further to the launch of a first bid for projects, construction of 50 public transport projects in 38 cities in France thanks to a state aid of 800 million Euros, construction of at least one solar plant by region in 2011,‌in fact our assets are increasingly in our intelligence and our territories !

Editorial from J e a n - L o u i s B O R L O O , Minister of State, ecology, energy, sustainable development and the sea, in charge of green technologies and negotiations on the climate.

3


Tribune de Chantal Jouanno Secrétaire d'État chargée de l'Écologie Magazine Cannes Écologie distribué lors du 12ème Symposium international de l'eau à Cannes. L’année de la biodiversité doit être l’occasion de rappeler une vérité essentielle : l’eau, c’est la vie et notre bien le plus précieux. Gaspiller notre eau, c’est gaspiller notre capital de vie et celui de l’ensemble du vivant. Même si la France a la chance de bénéficier d’importantes réserves sur son territoire, ses ressources sont soumises, comme dans tous les pays du monde, à des pressions croissantes : augmentation de la population, densification urbaine, intensification agricole, développement industriel,… De plus, le changement climatique fait déjà sentir ses effets avec une multiplication de phénomènes extrêmes comme les sécheresses ou les inondations. Il est donc impératif de replacer l’eau au coeur des politiques publiques. Cela commence bien sûr au niveau national avec l’adoption des lois Grenelle, l’approbation des schémas directeurs d’aménagement et de gestion des eaux sur l’ensemble du territoire et la mise en place d’une tarification sociale dans le domaine de l’eau. La loi Grenelle 1, puis la loi Grenelle 2, constituent des étapes décisives dans la définition des objectifs de reconquête de la qualité de nos eaux et par la mise en oeuvre d’outils nécessaires pour y parvenir : bon état écologique de 2/3 des masses d’eau à l’horizon 2015, réduction de moitié des substances les plus préoccupantes au sens du règlement REACH, constitution d’une trame verte et bleue, acquisition de 20 000 hectares de zones humides particulièrement menacées, plan écophyto, généralisation des bandes enherbées, définition des 500 captages prioritaires… Mais au-delà, l’eau est également un enjeu majeur de solidarité internationale. Je rappelle que près d’un milliard d’êtres humains n’ont pas accès à l’eau potable et que plus de 2,5 milliards d’individus ne disposent d’aucun système d’assainissement. A l’heure actuelle, les maladies liées à la mauvaise qualité des eaux comme le choléra, la typhoïde, le paludisme ou la dengue, tuent dix fois plus que les guerres ! Avec plus de 350 millions d’euros par an, notre pays est le 4ème contributeur au monde en faveur de l’accès à l’eau. De plus, nos ingénieurs et nos spécialistes sont présents sur de nombreux bassins partagés, que ce soit en Afrique (Congo, Niger, Volta, Nil, Sénégal) ou en Asie comme sur le Mékong, pour aider les pays riverains à gérer au mieux leurs ressources. Au total, en 2008, la France a donné accès à l’eau potable à environ 2,5 millions de personnes dans le monde, ce qui constitue une grande fierté pour notre pays. Que ce soit au sein de nos territoires ou à l’étranger, notre pays continuera de se battre, chaque jour, pour garantir au plus grand nombre un égal accès à une eau saine et de qualité. Plus qu’un simple devoir moral, il s’agit d’un véritable « Droit de l’Homme du 21ème siècle » que la France défendra au prochain forum mondial de l’eau qui se tiendra à Marseille en mars 2012.

4


© GITANA S.A.

Gitana Eighty porte les couleurs de notre Groupe et témoigne d’une passion familiale de plusieurs générations. www.gitana-team.com

bger@lcf-rothschild.mc

ANVERS - BARCELLONE - BORDEAUX - BRATISLAVA - BRUXELLES - FRIBOURG - GENEVE - GUERNSEY HONG KONG - LAUSANNE - LIEGES - LISBONNE - LONDRES - LUGANO - LUXEMBOURG - LYON - MADRID MARSEILLE - MILAN - MONACO - MONTEVIDEO - NANTES - NASSAU - PARIS - PEKIN - PORTO - SHANGHAI STRASBOURG - TAIPEI - TEL AVIV - VARSOVIE

BANQUE DE GESTION EDMOND DE ROTHSCHILD - MONACO 2, AV. DE MONTE-CARLO - 98000 MONACO T. (+377) 93 10 47 47


Aujourd’hui, un milliard d’Hommes sont privés d’accès à une eau potable, et plus de deux milliards et demi de personnes ne disposent d’aucun système d’assainissement. Conséquence directe et dramatique de cette situation, la mauvaise qualité de l’eau est le premier facteur de mortalité dans le monde et cause chaque année le décès de plus de 8 millions d’individus, dont la moitié sont des enfants. Si les problèmes liés à l’approvisionnement et à l’insalubrité touchent essentiellement les pays en voie de développement et nécessitent d’agir en urgence, la question de l’eau est tout aussi essentielle dans les pays développés, où le gaspillage et la pollution menacent la ressource. Face au défi majeur de la gestion de nos ressources en eau, enjeu vital pour l’humanité, facteur de paix, et condition d’un développement économique et social durable, la communauté internationale se mobilise depuis quelques années. La réunion du Forum mondial de l’eau, organisée tous les trois ans depuis 1997, témoigne de cette prise de conscience et constitue l’occasion d’engager des réflexions et d’apporter des solutions concrètes au niveau mondial. C’est dans le même esprit que se tient chaque année à Cannes le Symposium International de l’Eau, qui réunit les meilleurs spécialistes nationaux et internationaux venus partager leurs idées et leurs expériences. Dans le département des AlpesMaritimes, nous avons la chance de disposer d’une ressource en eau abondante et de qualité, que le Conseil général contribue à préserver. Suivi et protection des cours d’eau, lutte contre les pollutions marines, assistance et soutien financier aux communes dans leurs efforts en matière de traitement des eaux usées, sont parmi les actions que nous avons mises en place, qui visent à protéger la santé de nos concitoyens et contribuent à offrir à nos millions de visiteurs un environnement préservé. Je souhaite la bienvenue dans les AlpesMaritimes à l’ensemble des participants du 12ème Symposium International de l’Eau.

E Ciotti Officielle mai2010 © Boizet Alpaca

Eric CIOTTI Député Président du Conseil général des Alpes-Maritimes

7

Puissent ces trois jours d’échanges contribuer à l’émergence de solutions permettant de garantir aux générations futures un accès équitable à une eau saine et de qualité.


Le Symposium de l'Eau 1999-2009, 11 ans d'expérience Evénement annuel au Palais des Festivals de Cannes, le Symposium rassemble chaque année plus de 3 000 participants toutes actions confondues issus de 78 nationalités. Depuis sa création en 1999, le Symposium International de l’Eau constitue une véritable plate-forme de rencontres et d’échanges professionnels entre décideurs politiques, professionnels et scientifiques, spécialistes de l’eau et du développement durable. Le Symposium International de l’Eau propose diverses prestations telles que des ateliers de réflexion, des formations professionnelles, des Business Meeting, des expositions, des visites sur site et animations Grand Public, ainsi que des soirées professionnelles. À travers cette manifestation, participent l’UNESCO, les Universités des Nations Unieset de Nice Sophia Antipolis et la Ville de Cannes, fondateurs du Réseau Méditerranéen UNITWIN sur les ressources en eau, le développement durable et la paix. Pour sa douzième édition, le Symposium International de l'Eau revêtira un caractère exceptionnel à Cannes, Capitale Mondiale de l'Eau, du 30 juin au 2 juillet 2010.

The Water Symposium 1999-2009, 11 years experience. The annual event held at the Palais des Festivals in Cannes brings together each year more than 3000 participants from all spheres representing 78 nationalities.

Since its creation in 1999, The International Water Symposium has become a real base for meetings and professional discussions among decision-makers, politicians, scientists and professionals, and scientists specialized in water and sustainable development.

discussions, training courses, professional training, business meetings, exhibitions, visits on site and Invitations to the General Public in addition to the professional evenings.

The following entities participate in this event, UNESCO, the Universities of Nice Sophia Antipolis and the city of Cannes, founders of the Mediterranean UNITWIN on water resources, sustainable development and peace.

At this 12th event, the International Water Symposium will be exceptional in Cannes, World Capitol of Water from 30. June to 2. July 2010.

8


Le mot de l’organisateur : Pr. Raoul CARUBA littoral, de risques naturels, de technologies, de santé et d'éducation.

Bienvenus au 12ème Symposium International de l’Eau. L’eau devient un enjeu national et international prioritaire. Le développement irréversible des Nations influe sur la qualité et la quantité de cette ressource vulnérable. La connaissance des ressources en eau et leur gestion technique, juridique et financière méritent ainsi notre plus grande attention.

nouvelles

Toute une gamme de services sera mise à votre disposition pour communiquer sur le thème de l’eau : ateliers pluridisciplinaires et transectoriels, formations professionnelles, business meeting, showroom, soirées professionnelles, animations, etc.

Depuis onze ans, le Symposium International de l’Eau s’affirme comme le rendez-vous incontournable des spécialistes nationaux et internationaux en matière d ’assainissement, d ’énergie, d ’aménagement du

Professionnels, Décideurs Politiques, Scientifiques, Citoyens du Monde : rejoignez-nous à Cannes, Capitale Mondiale de l'Eau du 22 au 24 juin 2010.

Introduction by the organizer: Professor Raoul CARUBA Welcome to the 12th Cannes Water Symposium.

terms of resources, technical and legal management and subjects such as sanitation, energy, sea-coast interface, natural risks, new technologies, health and education.

Water is becoming a national and international priority which must be taken into account. The irreversible development of countries has an impact on the quality and quantity of this vulnerable resource. Consequently, knowledge of water resources and their technical, legal and financial management deserve our attention.

A range of services will be available to you on the subject of water: workshops, professional meetings, muti-sectorial workshops, business meetings, showrooms, professional evenings, activities etc.

The International Water Symposium The International Water Symposium has become a must for national and international specialists in

Professionals, decision-makers, scientists, citizens of the world: come and join us in Cannes - The World Water Capitol from 30. June to 2nd July 2010.

9


Symposium International de l’Eau Cannes Water Symposium 30 juin – 2 juillet 2010 au Palais des Festivals de Cannes Business Interface - Congrès International de l’Eau et du Développement Durable pour des solutions d’avenir Avec le Parrainage de Monsieur le Ministre de la Défense Hervé MORIN L’EAU, UN ENJEU NATIONAL ET INTERNATIONAL PRIORITAIRE : Le développement irréversible des Nations influe sur la qualité et la quantité de cette ressource vulnérable. La connaissance des ressources en eau et leur gestion technique, juridique et financière méritent ainsi notre plus grande attention.

L’OBJECTIF DU SYMPOSIUM INTERNATIONAL DE L’EAU : Le but de ces rencontres est de projeter dans "l'espace public" les dernières mises au point de spécialistes des questions de l'eau douce d'une part et de la mer, d'autre part :

. Comment garantir, compte tenu des variations climatiques, la qualité et la quantité de l'eau destinées aux villes, dans les années à venir ;

UN RENDEZ-VOUS INCONTOURNABLE : Depuis douze ans, le Symposium International de l’Eau s’affirme comme le rendez-vous incontournable des spécialistes nationaux et internationaux en matière d’assainissement, d’énergie, d’interaction mer littoral, de risques naturels, de nouvelles technologies, de santé, etc. UNE VÉRITABLE PLATE-FORME DE RENCONTRES ET D’ÉCHANGES entre décideurs politiques, professionnels et scientifiques, spécialistes de l’eau et du développement durable : Le Symposium International de l’Eau propose diverses prestations telles qu’un salon d’exposition au cœur du Palais des Festivals, des ateliers scientifiques, des formations professionnelles, des Business Meeting, des conférences Grand Public, ainsi que des soirées professionnelles.

.

Comment prévenir, surveiller et traiter les pollutions marines ;

.

Comment aménager et concevoir un paradigme du littoral et des ports du futur ;

nouveau

.

Comment, grâce aux nouveaux satellites, prévenir le piratage et suivre la trajectoire des navires.

Conférence grand public spéciale 100ème anniversaire du Commandant Cousteau avec projection de film. Le 11 Juin 1910, Jacques Yves Cousteau naissait à Saint André de Cubzac en Gironde. ?Cent an plus tard, nous célébrons l'anniversaire de celui qui a marqué pour toujours notre planète et ses océans. Mercredi 30 juin - de 17h30 à 19h00

10


CANNES, CAPITALE MONDIALE DE L’EAU, DU 30 JUIN AU 2 JUILLET 2010 AU PALAIS DES FESTIVALS DE CANNES.

LES FORMATIONS PROFESSIONNELLES :

.

FORMATION SPÉCIALE ENTREPRISE :

Transports maritimes et artificialisation du littoral :

.

Intégration d’une politique de Développement

Durable au sein de l’entreprise :

pour une meilleure gouvernance de la mer :

Transports solutions

maritimes, territoriales

impacts –

Outils

écologiques et

appuis

et

pour

combattre ces pollutions Artificialisation du littoral et dégradation de l’environnement.

Afin intégrer dans l'entreprise le concept de développement durable en proposant de nouveaux processus de gestion et de production ; sensibiliser leurs collaborateurs au concept de développement durable afin de valoriser l'entreprise en créant une nouvelle dynamique, de nouveaux produits, une nouvelle stratégie marketing, etc. et donner à l'entreprise une image valorisante.

Jeudi 1er juillet – de 9h00 à 17h00

Vendredi 2 juillet - de 9h00 à 17h00

11


LES ATELIERS SCIENTIFIQUES 2010 : L’EAU ET LA VILLE :

.

.

La gestion du grand cycle de l’eau : de nouveaux enjeux pour les collectivités territoriales :

Réchauffement climatique : actions et réactions :

Hydrogéologie, impact sur la santé, économie, aménagement du territoire. Autant de questions posées et de solutions à imaginer.

Comment garantir la pérennité des ressources, comment utiliser l’eau le plus économiquement et le plus efficacement possible, comment développer les réseaux de distribution, etc.

Vendredi 2 juillet – de 9h00 à 12h00

Mercredi 30 juin - de 14h00 à 17h00 Jeudi 1er juillet – de 9h00 à 12h00

12


.

L’EAU ET LA MER :

.

Surveillance maritime par satellite :

Collisions, naufrages, immigration et exigent des solutions appropriées. Les risques environnementaux liés à la mer sont nombreux et nécessitent la plus grande des attentions.

Nouveaux enjeux des ports de plaisance : pour une gestions sécurisée et durable du tourisme : L'essor des échanges maritimes internationaux encourage la création de nouveaux ports et de navires plus économes, plus propres, plus intelligents, et plus sûrs. Vendredi 2 juillet – 14h00 à 17h00

. Prévention, protection et intervention en mer : Présentation de la plongée industrielle de la coordination et des moyens de lutte contre la pollution. Aperçu de la planification d’actions d’intervention suite à une pollution accidentelle du littoral. Vendredi 2 juillet - de 14h00 à 16h00

Jeudi 1er juillet – de 14h00 à 17h00 Vendredi 2 juillet - de 9h00 à 12h00

13


LES PARTENAIRES DU SYMPOSIUM 2010 : Avec le partenariat de grandes sociétés de l’eau qui placent l'innovation au cœur de leur stratégie en matière d’assainissement et de distribution de l’eau telle que la Lyonnaise des Eaux. L'innovation permet par exemple de démultiplier les valeurs d'usage de l'eau : il y a ainsi de l'énergie dans l'eau et une innovation telle que Degré Bleu permet d'utiliser la capacité calorifique des eaux usées et de contribuer aux objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre d'une collectivité.

Nationale, également présente au Symposium 2010. Thalès Alenia Space, leader mondial des hautes technologies sur les marchés de l’aéronautique et de la sécurité notamment, présentera ses innovations en matières de satellites. La sécurisation des accès aux ports des installations sensibles comme les plates formes offshore, la lutte contre la piraterie et les trafics constituent des objectifs majeurs du thème « Sécurité et sûreté maritimes ». Le Symposium compte également de nombreux autres partenaires tels que : Dzerelo-lux, EzWater, Gehygeo, Hamriyah Free Zone (Emirats Arabes Unis), ID Scope, IPGR, Lyonnaise des Eaux, Networkvisio, Office International de l’Eau, Rov Développement, Safege, SICASIL, Sofchem - Eaubiotech, Stoc Environnement, etc.

Le Pôle Mer PACA, pôle d’excellence pour les entreprises, centres de recherche et de formation sera fortement présent pour conduire des actions concrètes sur les thèmes « Sécurité et sûreté maritimes » ainsi que les « Ports et navires du futur ». Le Pôle Mer PACA et ses partenaires seront fortement appuyés par la Marine

LES PERSONNALITÉS 2010 : Monsieur le Ministre de la Défense Hervé MORIN, Monsieur le Président du Parlement de la Méditerranée Rudy SALLES, Marine Nationale, Monsieur le Député-Maire de Cannes Bernard BROCHAND, La Commission Européenne, Université des Nations Unis, Equipe Cousteau.

14


0 8 9 2 3 0 0 6 0 6*

www.marineland.fr

Disponible dans les points de vente habituels

Nos partenaires

Copyright Marineland - Crédits photos : Loli - Martinez - © Fotolia : Freefly - Yuri Arcus - Vlad Turchenko. Creation : www.comquest.fr


LA FORMATION PROFESSIONNELLE EST UN INVESTISSEMENT RENTABLE ! PROFESSIONAL TRAINING IS A PROFITABLE INVESTMENT ! Article de M . J e a n - F r a n ç o i s D o n z i e r , Directeur Général de l’Office International de l’Eau (OIEau) / Director General of the International Water Office Secrétaire du Réseau International des Organismes de Bassin (RIOB). / Secretary of the International network (RIOB).

Une évidence : LE RENFORCEMENT DES COMPETENCES aux métiers de l’eau et de l’assainissement est indispensable partout dans le monde ! L’approvisionnement en eau pour la population, la santé, l’hygiène, les usages domestiques et la production agricole, a toujours été un enjeu majeur pour l’humanité. Or, dans le monde, le constat est alarmant et en 2010, malgré les efforts consentis dans le cadre des objectifs du Millénaire: - 1,0 milliards d’êtres humains ne disposent pas d’un accès à une eau saine, - 2,0 milliards d’êtres humains ne disposent pas d’un assainissement de base. Aujourd’hui, plus que jamais, l’amélioration des services d’eau potable et d’assainissement sont une des priorités majeures pour le développement et pour réduire la proportion de personnes n’ayant pas accès durable à l’eau saine et à l’assainissement.

The facts: STRENGTHENING SKILLS IN THE AREA OF WATER AND SANITATION IS ESSENTIAL EVE RYWHERE IN THE WORLD!

M. Jean-François Donzier, Directeur Général de l’Office International de l’Eau

The supply of water for population, health, hygiene, domestic uses and agricultural production has always been a major issue for mankind. However, throughout the world, the situation is alarming and in 2010, despite efforts made within the framework of the Millennium objectives. - 1.0 billion people do not have access to clean water - 2.0 billion have no basic sanitation Currently, more than ever, improvement of drinking water and sanitation are major priorities for development and to reduce the proportion of persons not having sustainable access to clean water and sanitation.

16


Pour atteindre les objectifs du millénaire pour l’eau potable et l’assainissement il faut créer de nouvelles infrastructures et améliorer la qualité des services pour répondre aux besoins des usagers. Ces objectifs passent par une exploitation et maintenance plus efficaces, le renouvellement des ouvrages, ainsi qu’une meilleure gouvernance des services et un renforcement des compétences et des ressources humaines. Même s’ils sont encore insuffisants, de nombreux investissements se réalisent chaque année dans le secteur de l’eau. Souvent, ces investissements n’atteignent pas complètement leurs objectifs par suite de défauts de conception, mais aussi d’insuffisances multiples au niveau de leur gestion et de leur exploitation. Beaucoup d’infrastructures se dégradent trop rapidement et on assiste à un gaspillage important de crédits. Les conséquences en sont graves, car un gros retard est pris dans la solution et la prévention des crises et elles se traduisent par un gaspillage de crédits important ! Tous les experts insistent sur la nécessité de renforcer les capacités de formation

In order to reach these millennium objectives for drinking water and sanitation, we need to create new infrastructures and improve the quality of services to meet the needs of users. These objectives are subject to a more effective operation and maintenance, renewal of structures and a better governance of services and strengthening of HR skills. But they are still insufficient, and numerous investments are made each year in the water sector. Often, these investments do not completely achieve their objectives due to design faults but there are also multiple deficiencies in terms of management and operation. Many infrastructures deteriorate too rapidly and we see an important waste of loans. The consequences are serious as a major delay is taken in the solution and prevention of crises and important loans are wasted!

17

des professionnels de l'eau et de développer l'échange d'information institutionnelle, économique et technique, afin de permettre une organisation plus efficace des usages et des services, ainsi que l'exploitation et la maintenance optimale des installations et réseaux d'eau municipale, industrielle et agricole... La formation, initiale et surtout continue, n'a pas encore atteint un niveau suffisant, quantitatif et qualitatif, pour répondre aux besoins et elle a été trop souvent reléguée à un rang secondaire des préoccupations encore trop tournées vers la seule réalisation prioritaire d'équipements, sans un soucis suffisant de leurs conditions ultérieures de gestion économiques, d'exploitation et de maintenance, ni de la prise en compte appropriée du « Grand cycle de l’eau » dans sa globalité. Les actions sont encore trop tournées vers la seule réalisation prioritaire d'équipements, sans un souci suffisant de leurs conditions ultérieures de gestion économique, d'exploitation et de maintenance, ni de la prise en compte appropriée du « Grand cycle de l’eau » dans sa globalité.

All the experts insist on the necessity to strengthen training capacities for water professionals and develop an exchange of institutional, economic and technical information in order to enable a more effective use of services, and also optimum operation and maintenance of municipal, industrial and agricultural facilities…. Initial and especially on-going training has not yet reached a sufficient level of terms of quantity and quality to meet needs and it is often relegated to a secondary role of concerns too concentrated on the priority of equipment, without concern for their ultimate economic management, operations and maintenance, nor taking into account the water cycle overall. Actions are still too focused on the priority of equipment, without sufficient concern for subsequent economic management and maintenance, nor the appropriation of the water cycle as the whole.


Un constat : LA FORMATION PROFESSIONNELLE, initiale et continue, est un outil essentiel pour renforcer l’efficacité des services d’eau et ’assainissement… Les compétences et capacités professionnelles tant aux niveaux des cadres, que des techniciens et ouvriers sont encore insuffisamment développées. Il est donc indispensable de renforcer les capacités de formation institutionnelle, économique et technique des professionnels de l'eau afin de permettre une organisation plus efficace des usages et des services collectifs de l’eau. Les personnels concernés sont très nombreux et les besoins importants : à titre d’exemple, pour un service urbain d ’Eau desservant 1.000.000 d’habitants, on estime entre 500 et 700 le nombre d’employés nécessaires. Les répartitions hiérarchiques de ces personnels sont variables selon les zones géographiques étudiées. Les ouvriers sont les plus nombreux mais, les taux de cadres et de techniciens tendent à s’accroître avec le niveau de développement des différents pays.

Cadres

Techniciens et maîtrise

Ouvriers

Pays en développement

1-5%

10 - 15 %

80 - 89 %

Pays développés

5 - 15 %

25 - 30 %

55 - 70 %

Par ailleurs, les couts de main d’œuvre représentent jusqu’à un tiers du cout total du service de l’eau ; afin d’optimiser ce poste important de dépense, il est indispensable de renforcer les compétences par la formation initiale et continue de ces professionnels. Les frais d'exploitation et de maintenance (y compris la dotation aux amortissements) représentent de l'ordre 3 fois le coût de la construction, et les salaires correspondent à la moitié des charges globales de fonctionnement des services. Dans les pays industrialisés, comme la France, les entreprises et les régies du secteur de l’eau, consacrent environ 5% de leur masse salariale à la formation professionnelle continue de leurs employés. Les enjeux, en termes d'efficacité des services et pour l'économie, sont majeurs.

18


CURRENT SITUATION: INITIAL AND CONTINUOUS PROFESSIONAL TRAINING IS AN ESSENTIAL TOOL TO STRENGTHEN EFFECTIVENESS OF WATER SER VICES AND SANITATION. The skills and professional capacities both among the executives, technicians and workers are insufficiently developed. It is therefore essential to strengthen institutional, economic and technical training of water professionals in order to enable a more effective organization of uses and collective water services. The personnel concerned are numerous and the requirements are high: for example, an urban water department serving 1.000.000 inhabitants, we estimate between 500 and 700 the number of employees required. Hierarchical distribution of these personnel is variable according to geographical zones studied. The workers are most numerous, but the number of executives and technicians tends to increase with the development of different countries.

Managers

Technicians

Workers

Developing countries

1-5%

10 - 15 %

80 - 89 %

Developed country

5 - 15 %

25 - 30 %

55 - 70 %

Furthermore, labour costs represent up to one third of the total water service; in order to optimize this high cost, it is essential to strengthen skills by initial on-going training of these professionals. Operating and maintenance costs (including allocation to amortization) represent around 3 times the cost of construction and salaries which represent 50% overall. In industrial countries such as France, the companies and management in the sector devote 5% of salary to professional ongoing training for their employees. The issues in terms of effectiveness of service and economy are major.

19


Les besoins de formation à satisfaire SONT ENORMES :

Il faut répondre aux besoins dans différents domaines :

Il faut prendre en compte à la fois les besoins en formation initiale diplômante, pour fournir au secteur les jeunes professionnels compétents dont il a grand besoin, et les besoins en formation permanente et continue des personnels en place, afin de permettre une réelle qualification professionnelle, qui reste en générale insuffisante - voire inexistante - recycler les agents et les adapter aux modes de gestion économique moderne, aux nouvelles technologies, aux relations avec les usagers..., et faciliter les évolutions de carrière.

- de la conception et de l'étude des investissements, de la programmation et du suivi de la réalisation des travaux et de leur réception, - de l'exploitation et de la maintenance des ouvrages de production, des réseaux, des installations de traitement, - de l'administration, en général, et de l'organisation des services, de la gestion industrielle et commerciale, de la comptabilité, de la direction des ressources humaines, des relations avec les usagers et abonnés, ainsi que de la maitrise des ressources en eau, tant en quantité qu’en qualité.

En effectif, les besoins en personnel des administrations nationales ou locales et des services publics et privés des eaux municipales, industrielles et agricoles sont considérables.

Il faut, en outre, développer une expertise de haut niveau pour répondre à des besoins spécifiques telles que l'hydrométéorologie, le dessalement de l’eau de mer, la réutilisation des eaux usées épurées, la recharge de nappes, l'utilisation de technologies non conventionnelles ou adaptées aux contextes locaux ainsi que la prévention des pathologies d'origines hydriques, etc …

C'est donc des centaines de milliers d'agents, de tous niveaux, mais majoritairement de faible niveau hiérarchique, qui doivent être mis au service de la gestion de l'eau dans le monde et dont il faut assurer l'efficacité du travail par un effort considérable de µformation professionnelle initiale et continue.

20


THE NEED FOR TRAINING IS ENORMOUS : We have to take into account the training needs sanctioned by a diploma to provide the sector with young skilled professionals they need and ongoing training of personnel on the job in order to have a real professional qualification, which generally remains insufficient or non-existent- recycle agents and adapt them to modern economic management methods, new technologies, relations with users‌ and facilitate career development in order to obtain a real professional qualification which is generally insufficient – or non- existent- recycle agents and adapt them to modern economic management of new technologies, relations with users‌and facilitate career developments sanctioned by a diploma.

We need to deal with the different areas : - From design to study of investments, scheduling and monitoring of works and their acceptance. - Operation and maintenance of production structures, networks, treatment facilities in general and organization of services, industrial and commercial management, accounting, Human Resources Department, relations with users and subscribers plus control of water resources in terms of quantity and quality. Furthermore, we need to develop high level expertise to meet specific requirements such as hydrometeorology, desalination of sea water, re-use of purified water, use of non-conventional technologies or adapted to local context such as prevention of pathologies from hydric origins, etc.

Thus, there are several thousand agents at all levels but mainly in a lower hierarchy who are to work in water management in the world and ensure professional and ongoing training.

21


LES SOLUTIONS NE PEUVENT ETRE QUE Locales :

THE SOLUTIONS CAN ONLY BE LOCAL :

Si les solutions de formation expatriée d'ingénieurs dans les pays les plus développés restent utiles, au moins pour certaines spécialités encore rappelées ci-dessus et pour lesquelles les capacités d’accueil doivent être renforcées, elles ne concerne qu’une infime minorité des besoins à satisfaire et c'est donc, sur place, dans chaque pays, qu'il faut créer ou renforcer, à court terme, les capacités locales de formation professionnelle, pour pouvoir faire face aux besoins, notamment en termes quantitatifs, compte tenu des effectifs en cause, de façon appropriée et adaptée à la diversité des situations, ainsi que dans la langue des agents concernés et à un prix de revient compatible avec l’économie locale .

Although expatriate solutions of engineers in developed countries are useful, at least for certain specialties above and for which the capacities need to be strengthened, they only concern an infinite minority of needs and it is in each country that we need to create or strengthen short term the local capacities for professional training in order to deal with requirements, particularly in terms of quantity and quality. Furthermore, labour costs represent up to a third of the total cost of the water service; in order to optimize this expensive item, it is essential to strengthen skills by an initial ongoing training by these professionals.

Cela signifie que la formation professionnelle doit être assurée par des établissements locaux ou régionaux et avec des équipes de formateurs du pays, lui-même.

22


LA FRANCE DISPOSE D’UNE EXPERIENCE RECONNUE DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE DANS LE SECTEUR DE L’EAU. Il est inutile de revenir sur le rôle d’accueil en France d’étudiants étrangers, en formation initiale, de nos universités et grandes écoles d’ingénieurs, qui doit être encore développé, notamment pour offrir aussi des formations de haut niveau international à des étudiants non francophones... L’importance des écoles inter Etats de Ouagadougou, 2IE, largement soutenues par la Coopération française, est primordiale en Afrique de l’Ouest. Dans le domaine de la formation professionnelle continue, on récence plus de 200 stages "EAU", dans toutes les disciplines, inscrits aux catalogues propres d’une vingtaine d’établissements d’enseignement supérieur français actifs dans ce domaine. L’Office International de l’Eau est le pivot de la formation professionnelle continue du secteur de l’eau en France : En 2009, il a accueilli plus de 7.000 stagiaires dans les deux établissements de son Centre National de Formation aux Métiers de l’Eau (CNFME) de Limoges et de La Souterraine. Pour 2010 le CNFME propose au total 275 stages, répartis sur 419 sessions de formation professionnelle continue tout au long de l’année !

23


Le catalogue recouvre toutes les thématiques nécessaires: la découverte du métier, l'analyse et la qualité de l'eau, la production d'eau potable, la distribution d'eau potable, la construction et la réhabilitation des réseaux, les réseaux d'assainissement, Les eaux pluviales, l'épuration des eaux usées urbaines, le traitement des boues, l'assainissement non collectif, le forage, le pompage, la maintenance et l'électrotechnique, l'automatisme, la télégestion et les capteurs, la gestion des services d'eau potable et d'assainissement, la réglementation et les responsabilités des collectivités, la prévention et la sécurité des personnels, les milieux aquatiques, le management environnemental, les contrôles dans l'industrie, les eaux propres industrielles, le traitement des rejets, la détoxication en traitement de surface. L'Office dispose pour accomplir sa mission d'une équipe permanente de 25 formateurs épaulés par des conférenciers pour des domaines très spécialisés. Il offre un équipement exceptionnel spécialement conçu pour la formation technologique aux métiers de l'eau, constituant un ensemble unique en Europe à cette échelle : - à Limoges où l'Office dispose d'un vaste hall technique où les équipements installés sur le banc hydraulique et les divers matériels utilisés (automates programmables, débitmètres, pompes, etc ...) permettent aux stagiaires de se familiariser avec les développements récents des techniques avancées dans ces divers domaines ainsi qu'avec l'informatique d'exploitation, - à La Souterraine où le CNFME propose un ensemble de plates-formes d'installations techniques pour l'apprentissage des techniques de traitement des eaux potables et des eaux usées domestiques ou industrielles ou des boues, une plate-forme "réseaux" de distribution d'eau et d'assainissement permettant la réalisation d'essais hydrauliques et la recherche de fuites en situation réelle, une plate-forme "technologies appropriées" qui permet d'étudier les matériels adaptés aux pays en développement (pompe solaire, éolienne, pompes à motricité humaine, ...), un atelier d'entretien électromécanique permettant d'appliquer en vraie grandeur les concepts de maintenance, un laboratoire d'analyses des eaux...

24


Dans le cadre de la coopération internationale, l'Office accueille évidement des stagiaires étrangers ou organise des formations dans les pays qui le demandent, mais surtout il apporte son appui à des organismes homologues pour qu'ils développent eux-mêmes des compétences locales efficaces dans le cadre d'une relation permanente fondée sur un réel partenariat. L’OIEau peut alors intervenir pour l’ingénierie de création ou de renforcement de centres de formation locaux ou régionaux aux métiers de l'eau, pour la formation de formateurs et pour fourniture d'une documentation pédagogique.

L’Office International de l’eau est ainsi déjà intervenu depuis 19 ans dans des Pays, comme l’Arabie Saoudite, le Kenya, le Maroc, le Nigéria, la Tunisie, par exemple, pour renforcer des établissements spécialisés préexistants, mais aussi en Afrique du Sud, en Algérie, au Liban, au Laos, au Mexique, en Pologne en Roumanie ou au Viet Nam, pour la création de toutes pièces de nouveaux centres de formation s’inspirant de ses propres principes pédagogiques. Ces centres associés forment maintenant chaque année plusieurs milliers de professionnels de tous les niveaux dans leur pays respectif. Il faut aider impérativement ces établissements à se développer.

25


LA FORMATION PROFESSIONNELLE DOIT DEVENIR UNE PRIORITE DE L’AIDE PUBLIQUE AU DEVELOPPEMENT. Mais, dans une majorité de pays, il n’existe pas de moyens réels de formation continue et souvent initiale appropriée des professionnels de l’eau. Dans ces pays, il est indispensable de créer des établissements spécialisés (centres de formation professionnelle) pouvant répondre à tous les besoins énormes du secteur, notamment en effectifs de tous les niveaux hierarchiques, et en priorité des services de l’eau potable et de l’assainissement et pour l’irrigation collective. En soutien à des appuis directs aux projets de création et de renforcement des centres de formation dans les pays prioritaires, il apparaitrait utile de conditionner les aides des donneurs internationaux, dans le cadre des financements des infrastructures du secteur de l’eau, à des garanties plus fortes sur la gestion, l’exploitation et la maintenance des installations financées. Le Réseau International des Centres de Formation aux Métiers de l’Eau (RICFME), créé entre les établissements existant dans le Monde entier en Novembre 2008 à Paris, recommande notamment : - une obligation pour les organismes bénéficiaires de l’aide internationale de consacrer un budget minimum d'au moins 1 % de leur masse salariale, ou si possible plus, pour des formations s’adressant à tous les niveaux hiérarchiques concernés et fondées sur un apprentissage pratique au poste de travail et autant que possible sur site,

26


- la présentation de plans de formation, à moyen et long terme, par ces organismes et institutions travaillant dans le domaine de l'eau, afin de leur permettre de définir les besoins et les priorités et de programmer les formations, de façon adaptée à l'importance des enjeux. Le RICFME suggère qu'une composante de formations, correspondant à un pourcentage suffisant des investissements, soit incluse dès la conception dans les projets d'infrastructures, afin d'assurer la formation des personnels nécessaires à leur exploitation et à leur administration par des services gestionnaires. Là où il n'en existe pas, la création de centres techniques de formation professionnelle, orientés notamment vers la formation continue des personnels, devrait être une condition préalable des aides aux infrastructures.

LA FORMATION PROFESSIONNELLE EST UN INVESTISSEMENT RENTABLE Partout ou la formation des personnels des services des eaux a été suffisamment developpée, on observe des progrès rapides dans l’amélioration de la qualité des services fournis à la population : il faut absolument poursuivre dans cette voie.

27


LA CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES SE CLÔT À COPENHAGUE PAR UN ACCORD POLITIQUE SUR LE PLAFONNEMENT DU RÉCHAUFFEMENT, LA BAISSE DES ÉMISSIONS ET L’AUGMENTATION DU FINANCEMENT.

(Copenhague, 19 décembre 2009). La Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques a pris fin aujourd’hui à Copenhague. Les pays ont signé un accord dans lequel ils s’engagent à réduire sensiblement leurs émissions en vue de limiter la hausse des températures du globe et à accroître le financement nécessaire pour lutter contre les changements climatiques dans les pays en développement. L’« Accord de Copenhague » entériné par les leaders mondiaux a reçu l’appui d’une majorité de pays, dont le plus grand et le plus riche et le plus petit et le plus vulnérable. « Nous sommes parvenus à un accord », a déclaré le Secrétaire général des Nations Unies, M. Ban Ki-moon. « L’entente n’est peut-être pas ce que chacun avait espéré, mais il s’agit d’un début essentiel », a-t-il ajouté. L’Accord de Copenhague prend acte des avis scientifiques selon lesquels il est indispensable de

28

maintenir l’élévation des températures à moins de 2 degrés Celsius si l’on veut éviter les effets les plus graves des changements climatiques. Pour cela, le texte stipule que les pays industrialisés s’engageront à respecter à partir de 2020, séparément ou de manière collective, des objectifs chiffrés de réduction des émissions dans l’ ensemble de leur économie, qui seront inscrits dans l’accord d.ici au 31 janvier 2010. Un certain nombre de pays en développement, y compris de grandes économies émergentes, ont accepté de communiquer tous les deux ans les efforts déployés en vue de limiter les émissions de gaz à effet de serre et feront eux aussi connaître leurs engagements avant cette date. Les mesures d’atténuation pour lesquelles les pays en développement désirent obtenir une aide internationale seront consignées dans un registre, avec toutes les informations nécessaires concernant la technologie, le financement et le renforcement des capacités que devraient procurer les nations industrialisées. « Nous devons être lucides », a déclaré le Secrétaire exécutif de la CCNUCC, M. Yvo de Boer. « La réunion de Copenhague a certes accouché d’un accord, mais il est clair qu.il faudra élever nos ambitions en matière de réduction des émissions si nous voulons maintenir le réchauffement de la planète à 2 degrés », a-t-il précisé.


Comme les engagements prévus par les pays industrialisés et les pays en développement pourraient, selon les scientifiques, être insuffisants pour maintenir la hausse des températures à moins de 2 degrés, les dirigeants ont appelé à revoir l’accord d’ici à 2015. On envisagerait, lors de cette révision, d’abaisser à 1,5 degré l’objectif à long terme de limitation du réchauffement de la planète. Les chefs d’État et de gouvernement ont l’intention de prendre rapidement des mesures en matière d’atténuation, d’adaptation, de financement, de technologie, de réduction des émissions attribuables au déboisement dans les pays en développement et de renforcement des capacités. Ils ont décidé de créer le « Fonds vert de Copenhague pour le climat » afin de soutenir une action immédiate. Le financement promis par les pays développés au cours des trois prochaines années atteindra près de 30 milliards de dollars É.-U. À plus long terme, les pays industrialisés ont décidé de mobiliser conjointement 100 milliards de dollars É.-U. par année d’ici à 2020 pour répondre aux besoins des nations en développement.

Afin d’accélérer le développement et le transfert de technologie au service de l’adaptation et de l’atténuation, les gouvernements ont l’intention de mettre sur pied un nouveau mécanisme d’appui technologique. Cent dix-neuf dirigeants ont assisté à la réunion, soit le plus grand rassemblement de chefs d’État et de gouvernement dans l’histoire des Nations Unies. « L’évolution du climat est le grand enjeu politique de notre temps », a affirmé M. Ban Ki-moon. « J’exhorte solennellement les dirigeants mondiaux à tenir leurs engagements ». « Nous disposons maintenant d’un document qui nous permet de passer immédiatement à L’action », a déclaré M. Yvo de Boer. « Mais nous ne devons pas perdre de vue qu’il s’agit d’une lettre d’intention qui ne précise pas ce qui doit être fait sur le plan juridique. Il faut maintenant traduire l’accord politique de Copenhague en un texte renfermant des objectifs réels, mesurables et vérifiables », a-t-il conclu. La prochaine Conférence annuelle aura lieu vers la fin de 2010 à Mexico, après un important cycle de négociation de deux semaines prévu à Bonn, Allemagne, du 31 mai au 11 juin.

LA CCNUCC Avec 194 Parties, la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques regroupe pratiquement tous les pays de la planète. Le Protocole de Kyoto, qui en est issu en 1997, compte aujourd.hui 190 Etats membres. En vertu de ce dernier instrument, 37 États formés de pays hautement industrialisés et de pays en transition vers une économie de marché sont légalement tenus de limiter et de réduire leurs émissions de gaz à effet de serre. Le but ultime des deux traités est de stabiliser les concentrations atmosphériques de gaz à effet de serre à un niveau qui n’interfère pas de manière dangereuse avec le système climatique.

COPENHAGEN UNITED NATIONS CLIMATE CHANGE CONFERENCE ENDS WITH POLITICAL AGREE MENT TO CAP TEMPERATURE RISE, REDUCE EMISSIONS AND RAISE FINANCE. (Copenhagen, 19 December 2009) The United Nations Climate Change Conference in Copenhagen ended today with an agreement by countries to cap the global temperature rise by committing to significant emission reductions and to raise finance to kickstart action in the developing world to deal with climate change. At the meeting, world leaders agreed the Copenhagen Accord, which was supported by a majority of countries, including amongst them the biggest and the richest, and the smallest and most vulnerable. We have sealed the deal, said UN SecretaryGeneral Ban Ki-moon said. This accord cannot be everything that everyone hoped for, but it is an essential beginning, he said. The Copenhagen Accord

recognizes the scientific view that an increase in global temperature below 2 degrees is required to stave off the worst effects of climate change. In order to achieve this goal, the accord specifies that industrialised countries will commit to implement, individually or jointly, quantified economy-wide emissions targets from 2020, to be listed in the accord before 31 January 2010. A number of developing countries, including major emerging economies, agreed to communicate their efforts to limit greenhouse gas emissions every two years, also listing their voluntary pledges before the 31 January 2010. Nationally appropriate mitigation actions seeking international support are to be recorded in a registry

29


Green Climate Fund. to support immediate action on climate change. The collective commitment towards the fund by developed countries over the next three years will approach 30 billion US dollars. For long-term finance, developed countries agreed to support a goal of jointly mobilizing 100 billion dollars a year by 2020 to address the needs of developing countries. In order to step up action on the development and transfer of technology, governments intend to establish a new technology mechanism to accelerate development and transfer in support of action on adaptation and mitigation. 119 world leaders attended the meeting, the largest gathering of heads of state and government in the history of the UN. .Climate change is the permanent leadership challenge of our time, said UN SecretaryGeneral Ban Ki-moon. .I therefore urge world leaders to remain engaged, he said. We now have a package to work with and begin

along with relevant technology, finance and capacity building support from industrialised nations. We must be honest about what we have got, said UNFCCC Executive Secretary Yvo de Boer. The world walks away from Copenhagen with a deal. But clearly ambitions to reduce emissions must be raised significantly if we are to hold the world to 2 degrees, he added. Because the pledges listed by developed and developing countries may, according to science, be found insufficient to keep the global temperature rise below 2 degrees or less, leaders called for a review of the accord, to be completed by 2015. The review would include a consideration of the longterm goal to limit the global average temperature rise to 1.5 degrees. Heads of state and government also intend to unleash prompt action on mitigation, adaptation, finance, technology, reducing emissions from deforestation in developing countries and capacity-building. To this effect, they intend to establish the .Copenhagen

30


immediate action, said UNFCCC Executive Secretary Yvo de Boer. However, we need to be clear that it is a letter of intent and is not precise about what needs to be done in legal terms. So the challenge is now to turn what we have agreed politically in Copenhagen into something real, measurable and verifiable, he added. The next annual UN Climate Change Conference will take place towards the end of 2010 in Mexico City, preceded by a major two week negotiating session in Bonn, Germany, scheduled 31 May to 11 June.

ABOUT THE UNFCCC With 194 Parties, the United Nations Framework Convention on Climate Change (UNFCCC) has near universal membership and is the parent treaty of the 1997 Kyoto Protocol. The Kyoto Protocol has been ratified by 190 of the UNFCCC Parties. Under the Protocol, 37 States, consisting of highly industrialized countries and countries undergoing the process of transition to a market economy, have legally binding emission limitation and reduction commitments. The ultimate objective of both treaties is to stabilize greenhouse gas concentrations in the atmosphere at a level that will prevent dangerous human interference with the climate system.

31


LE PARC PHOENIX DE LA VILLE DE NICE L’Organisation des Nations unies a proclamé 2010, Année internationale de la biodiversité pour alerter l’opinion publique sur l’état et les conséquences du déclin de la biodiversité dans le monde. Le Parc Phoenix de la ville de Nice avec ses 7 hectares de pleine nature, a pour préoccupation principale de préserver les cycles naturels. Ses objectifs résident en : - renforcer la prise de conscience des visiteurs sur l’importance de sauvegarder la biodiversité ainsi que sur les menaces qui pèsent sur elle ;

UN OASIS DE VERDURE AU CŒUR DE LA VILLE Plus de 2500 espèces végétales sont présentes dans le parc dont certaines sont réputées très rares sur une surface de 7 hectares. Le Parc Phoenix comprend une vingtaine de jardins à thèmes où sont représentées des plantes méditerranéennes, les plantes succulentes, les plantes aromatiques et les plantes tropicales ou subtropicales présentes dans la serre. Cette dernière appelée

- sensibiliser l’opinion – par le biais d’expositions pédagogiques et environnementales - à propos des réalisations déjà menées à bien par les collectivités pour sauvegarder la biodiversité ; - encourager les personnes, les organisations et les collectivités à prendre les mesures immédiates nécessaires pour stopper la perte de biodiversité ; - p r o m o u v o i r d e s s o l u t i o n s innovantes pour réduire les menaces envers la biodiversité ; Le Parc Phoenix de la ville de Nice répond à cet appel en déclarant la biodiversité, cause majeure pour 2010 !

le « diamant vert » mesure 7000 m2 au sol pour un diamètre de 100 mètres. C ’est la plus grande d’Europe d’un seul tenant. Au gré de la visite du parc,le visiteur pourra découvrir la bambouseraie, d’un jardin de cucurbitacées, de végétaux survivants depuis plus de huit millions d’années, d’une serre à orchidées, d’un potager abondant, des biotopes typiques de la flore méditerranéenne.

32


UN ESPACE ANIMALIER À DÉCOUVRIR De nombreuses espèces d’animaux peuplent le parc. Evoluant en liberté ou dans leur enclos, ces animaux sauvages font le bonheur des petits comme des grands. Une diversité d’espèces animales très attractive. Plus de 405 espèces sont décomptées à ce jour que l’on peut classer en deux catégories : Les invertébrés : T e r r e s t r e s : arachnides, coléoptères, phasmes A q u a t i q u e s : coraux, échinodermes, molluques Les vertébrés : Les Oiseaux : rapaces nocturnes, palmipèdes, oiseaux d’ornements etc… L e s p o i s s o n s : locaux et tropicaux, d’eaux douces et d’eaux de mer L e s r e p t i l e s : tortues du Sahel et tortues de Floride, Iguanes, Caméléons, Caïmans L e s m a m m i f è r e s : loutres, porcs-épics, chiens de prairies.

POURQUOI PRÉSERVER LA BIODIVERSITÉ LES MOTIFS ÉCOLOGIQUES - P o u r l e m a i n t i e n de processus d’évolution du monde vivant. - P o u r s o n r ô l e dans la régulation des équilibres physico-chimiques de la biosphère (cycle du carbone, de l’oxygène, de l’eau…) - P o u r l e s c a p a c i t é s des êtres vivants dans l’absorption et la décomposition de polluants organiques et minéraux dans l’air, le sol et les eaux. Le Parc Phoenix en chiffres (données annuelles) : - 1 tonne d’engrais - 40 m3 de terreaux et de tourbe - 2000 heures de désherbage manuel - 714 h de tonte de pelouse - 55 000 plantes à massif plantées - 50 000 bulbes plantés Lutte biologique : - 3L d’insecticides biologiques - 20m3 de sphaigne du Chili - 15 m3 de mulching ou paillis (écorces de pin, coques de cacao, fibres de coco, etc) - 35 lots d’individus adultes ou de larves d’auxiliaires de lutte bio coccinelles etc…)

Marie-Christine GIRONE

33

L e r e c u e i l d ’ a n i m a u x : de l’éducation à la prévention Une partie des animaux hébergés sur le parc est issue de dons de particuliers qui souhaitent se séparer de leurs animaux,. C ’est le cas en particulier de reptiles tels que les tortues de Floride et les Iguanes. Le Parc Phoenix recueille également les espèces invasives c'est-à-dire les espèces exotiques qui n’existent pas à l’état naturel sur notre territoire mais qui ont été introduites par l’homme et ont proliféré, mettant ainsi en danger la sauvegarde des espèces locales. Le parc contribue ainsi à la sensibilisation sur les questions environnementales et le respect de la biodiversité. D’autres animaux proviennent de saisie de douane. C ’est le cas par exemple de tortues grecques et des caméléons qui proviennent d’Afrique du Nord qui sont des animaux protégés par la convention sur le commerce international des espèces de faune et de flores sauvages menacées d’extinction ( Convention de Washington).


LE PARC PHOENIX DE LA VILLE DE NICE L’Organisation des Nations unies a proclamé 2010, Année internationale de la biodiversité pour alerter l’opinion publique sur l’état et les conséquences du déclin de la biodiversité dans le monde. Le Parc Phoenix de la ville de Nice avec ses 7 hectares de pleine nature, a pour préoccupation principale de préserver les cycles naturels. Ses objectifs résident en : - renforcer la prise de conscience des visiteurs sur l’importance de sauvegarder la biodiversité ainsi que sur les menaces qui pèsent sur elle ;

UN OASIS DE VERDURE AU CŒUR DE LA VILLE Plus de 2500 espèces végétales sont présentes dans le parc dont certaines sont réputées très rares sur une surface de 7 hectares. Le Parc Phoenix comprend une vingtaine de jardins à thèmes où sont représentées des plantes méditerranéennes, les plantes succulentes, les plantes aromatiques et les plantes tropicales ou subtropicales présentes dans la serre. Cette dernière appelée le « diamant vert » mesure 7000 m2 au sol pour un diamètre de 100 mètres. C’est la plus grande d’Europe d’un seul tenant.

- sensibiliser l’opinion – par le biais d’expositions pédagogiques et environnementales - à propos des réalisations déjà menées à bien par les collectivités pour sauvegarder la biodiversité ; - encourager les personnes, les organisations et les collectivités à prendre les mesures immédiates nécessaires pour stopper la perte de biodiversité ; - p r o m o u v o i r d e s s o l u t i o n s innovantes pour réduire les menaces envers la biodiversité ; Le Parc Phoenix de la ville de Nice répond à cet appel en déclarant la biodiversité, cause majeure pour 2010 ! Au gré de la visite du parc,le visiteur pourra découvrir la bambouseraie, d’un jardin de cucurbitacées, de végétaux sur vivants depuis plus de huit millions d’années, d’une serre à orchidées, d’un potager abondant, des biotopes typiques de la flore méditerranéenne.

POURQUOI PRÉSERVER LA BIODIVERSITÉ LES MOTIFS ÉCOLOGIQUES - P o u r l e m a i n t i e n de processus d’évolution du monde vivant. - P o u r s o n r ô l e dans la régulation des équilibres physico-chimiques de la biosphère (cycle du carbone, de l’oxygène, de l’eau…) - P o u r l e s c a p a c i t é s des êtres vivants dans l’absorption et la décomposition de polluants organiques et minéraux dans l’air, le sol et les eaux.

34


UN ESPACE ANIMALIER À DÉCOUVRIR De nombreuses espèces d’animaux peuplent le parc. Evoluant en liberté ou dans leur enclos, ces animaux sauvages font le bonheur des petits comme des grands. Une diversité d’espèces animales très attractive. Plus de 405 espèces sont décomptées à ce jour que l’on peut classer en deux catégories : Les invertébrés : T e r r e s t r e s : arachnides, coléoptères, phasmes A q u a t i q u e s : coraux, échinodermes, molluques Les vertébrés : Les Oiseaux : rapaces nocturnes, palmipèdes, oiseaux d’ornements etc… L e s p o i s s o n s : locaux et tropicaux, d’eaux douces et d’eaux de mer

Le Parc Phoenix en chiffres (données annuelles) -

1 tonne d’engrais 40 m3 de terreaux et de tourbe 2000 heures de désherbage manuel 714 h de tonte de pelouse 55 000 plantes à massif plantées 50 000 bulbes plantés

Lutte biologique : - 3L d’insecticides biologiques - 20m3 de sphaigne du Chili - 15 m3 de mulching ou paillis (écorces de pin, coques de cacao, fibres de coco, etc) - 35 lots d’individus adultes ou de lar ves d’auxiliaires de lutte bio coccinelles etc…)

Marie-Christine GIRONE

35

L e s r e p t i l e s : tortues du Sahel et tortues de Floride, Iguanes, Caméléons, Caïmans L e s m a m m i f è r e s : loutres, porcs-épics, chiens de prairies. L e r e c u e i l d ’ a n i m a u x : de l’éducation à la prévention Une partie des animaux hébergés sur le parc est issue de dons de particuliers qui souhaitent se séparer de leurs animaux,. C’est le cas en particulier de reptiles tels que les tortues de Floride et les Iguanes. Le Parc Phoenix recueille également les espèces invasives c'est-à-dire les espèces exotiques qui n’existent pas à l’état naturel sur notre territoire mais qui ont été introduites par l’homme et ont proliféré, mettant ainsi en danger la sauvegarde des espèces locales. Le parc contribue ainsi à la sensibilisation sur les questions environnementales et le respect de la biodiversité. D’autres animaux proviennent de saisie de douane. C’est le cas par exemple de tortues grecques et des caméléons qui proviennent d’Afrique du Nord qui sont des animaux protégés par la convention sur le commerce international des espèces de faune et de flores sauvages menacées d’extinction ( Convention de Washington).


Par amour... pour la nature, ses couleurs, le calme, la conversation, le simple, l'âme, le développement personnel et celui de notre société... est né un lieu avec des maisons dans les arbres autour d'une baignade naturelle qui accueille les âmes enfants... ... et d'où on revient un peu changé. Orion... un état d'esprit libre

36


ORION : LE DOMAINE Sur le flanc d’une vallée, aux abords d’une zone verte protégée, nous avons une vue imprenable sur le village perchée de Saint-Paul de Vence et la forêt vierge de toute habitation et de bruit. Les 7000 m2 en restanques sont pleins de petits coins pour se dépayser et choisir d’être au soleil ou à l’ombre des chênes, pins, oliviers ou palmiers.

BAIGNADE NATURELLE Le plan d'eau est entouré par des galets, plantes et autres libellules, une vie dansante et parfois chantante. Le regard se repose sur la couleur verte et sur la brillance du soleil dans l'eau cristalline. L'oreille jouit du murmure de la cascade. Aperçue entre les feuilles autour des cabanes, elle se vit de près dans les petits coins, terrasses, hamacs...

CABANES PERCHEES Vivre dans une cabane perchée dans les arbres, proche des oiseaux et rencontrer un écureuil au réveil, c'est voir le monde d'un autre angle. Une envie née du besoin de prendre son temps, de se ressourcer, de revenir vers soi... On commence par vouloir faire plaisir à l'enfant et puis resurgit l'enfant oublié en soi-même.

MAISONETTE Près de la baignade et dans l'ombre de deux palmiers majestueux, ses gros murs la gardent au frais. La maisonnette contient deux chambres avec chacune sa salle de bain. Une petite cuisine, un coin pour manger, deux belles terrasses et la vue sur le beau jardin et ses palmiers.

37


ENTI ET L’APPROCHE ENTI Enti est le nom, ancien de milliers d”années, que les Mayas utilisaient pour décrire le Dieu Soleil. Le Dieu Soleil symbolise la conscience de soi, l”amour, l’existence, ego, paix et harmonie. (Ego est utilisé ici dans le sens original, dérivé du Latin, et signifie moi, différent de “personne”.) Le but de l’approche-Enti est de maximaliser le potentiel inné de l’ être vivant. D’abord on analyse non-causalement le système complexe et dynamique de l’organisme. En se basant sur cette analyse on définie une action. Cette action ne peut s’expliquer en des termes de cause et effet.

Dr Jan Laurens

Mais on peut le comprendre de cette manière: Le système énergétique-dynamique peut être changé par de l’information. Plus spéfiquement, l’information- perturbation, peut être changée et même neutralisée. Quand on administre “l’information-Enti”, l’information - perturbation est neutralisée et de cette façon désactivée. Cette action-Enti ne se montre pas, initialement, au niveau physique, elle est de nature“informative” sur le plan dynamique de l’organisme. La transformation qui se fait, se traduit ultérieurement sur le plan physique. La neutralisation de la perturbation par le biais de l’information-Enti, a un effet double: la dysharmonie est réduite, et l’harmonie est augmentée. Le résultat est que l'entièreté complexe et dynamique de l’organisme atteint son potentiel optimal.

ENTI AND THE ENTI-APPROACH ‘Enti’ is the name that was used since thousands of years by the Mayas to describe the Sun God. The Sun God symbolises self-consciousness, love, existence, ego, peace and harmony. (Ego here is meant in its original sense, which is derived from the Latin term ‘ego’, meaning ‘I’. ‘Ego’ is different from ‘person’) The aim of the Enti-approach is to maximize the innate potential of a living organism. It works by first conducting a non-causal analysis of an organism’s complex dynamic system. Based on this analysis, a course of action is devised. This action cannot be explained in terms of cause and effect. It can, however, be understood as follows: Changes are made to an organism’s energetic-dynamic whole by means of ‘information’. Specifically, information that produces disturbances can be changed and even neutralised. When ‘Enti-information’ is administered, the ‘disturbanceinformation’ is neutralised and thus deactivated. As such the Enti-action does not initially occur on a physical level but is ‘informative-dynamic’ by nature. However, the transformation that occurs will eventually translate into physical change. The neutralisation of the disturbances that the Enti-information brings about has a dual effect: disharmony is reduced and harmony is increased. The result is that an organism’s complex and dynamic whole achieves its optimal potential.

38


39


AÉROPORT CANNES-MANDELIEU L’ACNUSA désignée pour garantir la finalisation et le contrôle de la Démarche Environnement de l’Aéroport Cannes-Mandelieu et la mise en place d’un indice spécifique à Cannes qui évaluera la nuisance sonore. La participation des élus de la région cannoise, des associations de riverains , le soutien de la DGAC (Direction Générale de l’Aviation Civile), et « Aéroports de la Côte d’Azur », a permis une avancée dans la démarche environnementale de l’Aéroport Cannes-Mandelieu.

5 décisions fondamentales obtenues auprés du Ministre en 2009 - La sensibilisation des pilotes pour éviter le survol des zones habitées. - La mise en place d’un système de mesures de bruit et de suivi des trajectoires des différents trafics. Dans le but d’établir les tableaux de bord environnementaux et de contrôler l’activité aéronautique, un système de suivi des trajectoires associé à un système de mesures de bruit sera mis en place. Un groupe de travail est prévu avec les collectivités locales et l’ACNUSA pour définir les sites d’installation des systèmes de mesure de bruit par commune concernée. Ce système temps réel permettra au service environnement de l’Aéroport Cannes-Mandelieu de répondre à toute demande de riverain et d’agir immédiatement auprès des pilotes en cas d’anomalie. - L’arrêté spécifique à l’Aéroport Cannes-Mandelieu pour l’activité hélicoptère

- L’implication de l’ACNUSA dans le contrôle de l’activité de l’aéroport et la mise en place d’un indicateur d’énergie sonore spécifique à l’aéroport Cannes-Mandelieu. « Aéroports de la Côte d’Azur », gestionnaire de l’Aéroport Cannes-Mandelieu, considère ces propositions comme extrêmement positives et à même de consolider la mise en place de la nouvelle Charte de l’Environnement (40 actions) qui a été validée en Commission Consultative Environnement.

L’objectif de cette nouvelle Charte est de rechercher des solutions concrètes et mesurables permettant une diminu tion effective des nuisances sonores générées par l’acti vité aéronautique. Le gestionnaire de l’aéroport insiste sur la nécessité de maîtriser les nuisances sonores par courant de trafic (aviation légère, aviation d’affaires, hélicoptères) en recherchant des réponses techniques et règlementaires appropriées.

- Le classement de l’aéroport en catégorie B pour informer les pilotes sur les procédures de moindre nuisance.

40


Signature d’un protocole avec l’ACNUSA (Autorité de Aéroportuaires)

Contrôle

des

Nuisances

- l’ensemble des actions de la charte ne permettent pas d’atteindre les objectifs environnementaux y figurant sonores - en cas de non respect des dispositions des différents arrêtés réglementant l’activité aéronautique.

L’intervention de L’ACNUSA fait l’objet d’un protocole pour le contrôle de l’efficacité de la charte environnement. Ce protocole a pour objet de fixer les modalités de suivi de la Charte et de contrôle de l’activité aéronautique, de définir le tableau de bord environnemental ainsi que les conditions de mise en œuvre des mesures correctives nécessaires.

L’efficacité de cette charte sera appréciée notamment au travers d’un Indicateur d'énergie sonore spécifique à Cannes. Cet indicateur sera calculé à partir de mesures effectuées à l'aide de deux stations déployées de part et d'autre de la piste. L'ACNUSA apportera son expertise technique pour déterminer l'emplacement des stations. Cet indicateur qui est une grande première, défini d’ici la fin de l’année 2010, fera partie intégrante du tableau de bord environnemental.

Deux rôles essentiels lui sont confiés : - Un rôle d’expertise et de pertinence sur la charte et son suivi - Un rôle d’audit sur les résultats et le contrôle de l’application de la charte portant sur : <Les modalités de suivi de la Charte pour l’Environnement <Le contrôle de l’activité aéronautique <Le tableau de bord environnemental <Le système de mesures de bruit <Les actions correctives et sanctions L’objectif de ce protocole est de vérifier, sous le contrôle de l’ACNUSA et de la Commission Consultative de l’Environnement, l’efficacité des actions mises en œuvre et, en cas d’échec, de prendre des mesures correctives et si nécessaire de nouvelles restrictions d’exploitation. Celles-ci pourront être décidées dans le cadre des dispositions de l’article R 227-8 du Code de l'Aviation Civile, après consultation de la CCE et de l’ACNUSA si :

Ce protocole a été signé le 14 juin entre la Préfecture des Alpes-Maritimes, la DGAC, l’ACNUSA, « Aéroports de la Côte d’Azur » lors de la Commission Consultative de l’Environnement en présence des représentants du collège des associations de Riverains, du collège des Collectivités Locales et du collège des Professionnels de l’Aéronautique.

L’Aéroport Cannes-Mandelieu, 2ème aéroport français de tourisme d’affaires après Paris-Le Bourget, est la plateforme privilégiée pour l’aviation d’affaires qui désire se baser sur la Côte d’Azur et disposer d’infrastructures adéquates pour la gestion au sol de ses appareils. www.cannes.aeroport.fr

41


LE SIVADES, UNE “VITRINE D’EXCELLENCE” Quelle est l’ambition du SIVADES ? Le SIVADES est né en 1994 dans le but de fédérer les moyens de 12 communes* afin de mettre en place une filière globale de traitement et de valorisation des déchets dans l’Ouest du département des Alpes-Maritimes. Celui-ci est depuis devenu un établissement public connu de toute la population pour son action en faveur de l’environnement, et des Elus du département et des associations environnementales pour la réalisation d’équipements, faisant tous référence au plan national, ainsi qu’au plan départemental d’élimination des déchets ménagers assimilés. La philosophie du syndicat est de traiter efficacement la problématique des déchets du bassin Cannes-Grasse et de privilégier les solutions les plus écologiques en favorisant la valorisation et le recyclage. Dans cet esprit et en prémisse de sa démarche volontariste, l’instauration du tri multi-matériaux en 2002, a constitué une étape incontournable. Après ce premier succès, s’est orchestrée la dotation du territoire en équipements environnementaux.

42


Comment s’est opérée cette dotation ? Par ailleurs, avec près de 280 kg d’ampoules et néons collectés en 2009, la déchetterie de Cannes vient de recevoir de Recyclum, éco-organisme en charge de l'enlèvement et du recyclage des lampes usagées, le titre de « point de collecte de l’année 2009 » pour la région PACA.

Premièrement, le SIVADES a équipé ses communes d’un véritable maillage de déchetteries afin d’éliminer les dépôts sauvages. Au nombre de huit, elles sont réparties rationnellement à moins de dix minutes de chaque foyer et accueillent une liste exhaustive de déchets des 43 715 particuliers et professionnels enregistrés à ce jour.

L’entité la plus célèbre à l’échelle du SIVADES demeure celle du Centre de Tri de Cannes. Véritable architecture hi-tech, l’installation combine un procédé de tri performant, un rendement qualitatif et une parfaite intégration dans son environnement.

Avec plus de 38 850 tonnes de déchets valorisés en 2009 sur ce type de structures, le SIVADES réalise des performances qui le placent à hauteur de 30 % au dessus de la moyenne nationale (213 kg/habitant/an), reflétant parfaitement le degré d’implication des habitants dans la protection de leur environnement.

D’une capacité d’accueil de 28 000 tonnes/an, il constitue le point de convergence des collectes sélectives de l’ensemble des Collectivités du Département. Depuis sa création en 2002, plus de 133 180 tonnes d’emballages ménagers y ont transité à destination des filières de valorisation, ce qui en fait une référence sur le plan national.

Moderne, pratique et intégralement outillé pour assurer la sécurité des usagers, le réseau a récemment servi d’exemple au Conseil Général, pour la rédaction d’une charte d’harmonisation des conditions d’accès aux déchetteries, destinée aux 44 déchetteries du département des Alpes-Maritimes.

Maxime COULLET Président du SIVADES - Conseiller Général Maire de Saint-Cézaire sur Siagne

43


L’équipement est devenu en 2009 un “centre de tri nouvelle génération”. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Avec pour principe l’amélioration continue de la qualité du service rendu, le syndicat s’est doté début 2009, des dernières innovations existantes en intégrant à son process les technologies de tri optique et de séparateur à courant de Foucault. A la pointe de la modernité, le SIVADES bénéficie désormais d’un rendement optimisé de son tri, d’une plus grande précision dans la maîtrise de ses coûts et d’une optimisation des conditions de travail de ses agents. Depuis sa mise en fonctionnement, les performances du Centre de tri n’ont cessé de croître, avec une hausse des tonnages du sélectif de 58 %, accompagnée conjointement d’une diminution de 7 % des ordures ménagères. L’investissement technologique qui vient d’être réalisé devrait donner de l’ampleur à ces chiffres, tout cela au bénéfice de la protection de notre environnement exceptionnel.

44


Comment avez-vous contrecarré la fermeture de l’unique centre d’enfouissement technique de la Glacière à Villeneuve-Loubet ?

La rareté du foncier libre dans l’ouest du département nous amène à trouver une solution autre que la création d’un nouveau centre d’enfouissement technique. Le SIVADES, pour ce faire, a tenu à mener une réflexion en y joignant les associations de défense de l’environnement du bassin Cannes-Grasse, afin de prendre en compte leurs attentes. C ’est ainsi que la collectivité a envisagé la construction de deux nouveaux équipements : un centre de valorisation organique accompagné d’un centre de valorisation énergétique. Ce premier équipement produira un compost normé avec un tri complémentaire de produits valorisables secs, non captés dans les collectes sélectives réalisées en amont. Ce procédé naturel et biologique transformant par com-

postage accéléré la partie fermentescible des déchets - valorisera en plus le gisement sous la forme de combustible de substitution, propre à alimenter le centre de valorisation énergétique. Ce dernier, qui prend place dans une optique d’incinération, va recourir à des techniques innovantes telle infra la gazéification aux alentours de 1 600 degrés. Elles évitent la production de gaz si décriés, quand bien même ils se trouvent maintenant en traçabilité infinitésimale dans la combustion générée à 600 ou 700 degrés. Ces deux futures infrastructures seront à Haute Qualité Environnementale et s’inscriront ainsi dans le périmètre de la certification ISO 14001, dont jouit le SIVADES pour ses activités de réception, traitement et valorisation des déchets.

"Afin d'appréhender les enjeux du recyclage, le SIVADES propose aux scolaires des visites pédagogiques de ses équipements."

45


La communication joue t-elle un rôle important dans l’atteinte de vos résultats ?

Opérée et déclinée telle de véritables évènementiels sur chacune des communes membres, la communication est la condition sine qua non à l’atteinte des performances du SIVADES.

réglette mémo-tri, une boîte à piles, un bon de commande pour un composteur et un sac de pré-collecte font partie du vaste panel dont bénéficient les habitants. Futurs citoyens, l’implication des jeunes générations fait également l’objet d’une attention particulière du SIVADES. Depuis 2002, un partenariat entretenu avec une association environnementale de Cannes a permis de sensibiliser plus de 30 000 enfants aux enjeux du recyclage et de la consommation responsable.

En premier lieu, le SIVADES réalise des campagnes de sensibilisation, relayées par des consolidations en guise de piqûres de rappel. Un gros effort est fourni en supports, voués à rendre le geste de tri pratique et compréhensible par tous. Un guide éco-citoyen, un guide des déchetteries, une

46


Grâce à des actions en porte à porte, des tenues de stands, des contrôles des points de collecte et de la qualité des déchets déposés, ils inculquent les bons réflexes et consolident l’optimisation des dispositifs existants.

C’est ainsi que les résultats du tri n’ont cessé de croître en 8 ans, sur l’ensemble du territoire. Toutefois, l’ampleur de la communication globale n’explique pas à elle seule un tel succès. En effet, un travail de fond minutieux est parallèlement mené par une équipe de douze ambassadeurs du tri. Ces jeunes thuriféraires de l’environnement veillent à sensibiliser toute l’année aux enjeux de la gestion des déchets, une population demandeuse d’information.

Porte-parole du SIVADES, l’équipe assure la remontée des réclamations des habitants, qu’ils orientent dès que possible sur le Numéro Vert du SIVADES, mis spécifiquement à leur disposition.

"Le SIVADES a doté en 2007 l'ensemble des établissements scolaires et des points municipaux des 12 communes en bornes à piles."

47


Ce travail de proximité est devenu désormais incontournable…

Vitrine national » par Eco-Emballages, titre dont ne jouissent que treize collectivité en France pour des actions fructueuses menées en matière de gestion des déchets.

Afin de compléter ce dispositif, un site Internet, un blog et un logiciel de cartographie via GoogleMap est accessible à tous pour répondre aux mieux à l’ensemble des demandes en matière de gestion des déchets. Pour la pertinence de la communication qu’il décline et la gestion exemplaire de son centre de tri, le SIVADES a reçu en 2006 le statut de « Site

* Le SIVADES regroupe la Ville de Cannes, la Communauté d’Agglomération Pôle Azur Provence : Auribeau, La Roquette, Grasse, Mouans-Sartoux et Pégomas, la Communauté de Communes des Terres de Siagne : Cabris, Le Tignet, Peymeinade, Saint-Cézaire, Saint-Vallier et Spéracèdes.

"Grâce aux animations et au concours des Trophées du tri, le SIVADES sensibilise chaque année près de 3 000 élève à l'éco-citoyenneté."

48


Israel's president, Shimon Peres, inaugurated the 275,000 m³/d Hadera desalination plant, the largest reverse-osmosis plant in the world at present, on 16 May 2010.

Le président israélien, Shimon Peres, a inauguré le 16 mai 2010 l'usine de dessalement de Hadera d'une capacité de 275 000 m³ / j, la plus grande usine d'osmose inverse dans le monde à l'heure actuelle.

The plant was built by H2ID, which is jointly owned by IDE Technologies and Shikun U' Binui (Housing & Construction), and will supply about 20% of Israel's annual domestic consumption.

L'usine fournira environ 20% de la consommation intérieure annuelle en Israël. Elle fournira l'eau au prix de 0,57 dollar/ m³ et nécessitera 450 GW d'électricité par an.

Shmulik Shai, CEO of H2ID, said the plant will supply water at the cost of US$ 0.57/m³ and will demand 450 GW of electricity each year. "As we take pride in the results of the Hadera plant, we rededicate ourselves to reach for new horizons in the Soreq plant we are now constructing," he added.

Le consortium industriel a déclaré que "nous sommes fiers des résultats de l'usine Hadera, nous renouvelons notre engagement pour atteindre de nouveaux horizons dans l'usine Soreq que nous construisons actuellement". L'investissement d'un budget d'environ 1,6 milliard de NIS (463 millions de dollars) a été financé par un consortium de banques internationales, dont la Banque Européenne d'Investissement ; Calyon, la Banque d'Investissement Française, et Esperito Santo (BES), la banque d'investissement Portugaise.

The investment in the construction project, which totalled approximately NIS 1.6 billion (US$ 463 million) was funded by a consortium of international banks, including the European Investment Bank; Calyon, the French investment bank; and Esperito Santo (BES), the Portuguese investment bank.

NEWS NEWS NEWS NEWS NEWS NEWS NEWS NEWS NEWS 50



RIVIERA ECOLOGIE