Issuu on Google+

Rapport annuel 2011-2012

ENSEMBLE, BÂTISSONS NOTRE RÉSEAU


CONTENU 03 04 06 08 11 12 13 14 15 16 19 20 26 28 30 32 34 38

Message général Message du président du conseil d’administration Le conseil d’administration du RISQ Message du directeur général Le RISQ en un coup d’œil Le RISQ Notre mission La direction du RISQ La carte du RISQ Des services distinctifs Une année remarquable Des succès qui reposent sur la collaboration Partenaire de projets novateurs Les activités de nos membres sur le réseau 2011-2012 en chiffres Le colloque 2012 Les membres du RISQ L’Alliance canadienne des réseaux évolués


Le RISQ

Bâtir le succès au quotidien Organisme sans but lucratif, le Réseau d’informations scientifiques du Québec (RISQ) est un réseau privé de télécommunications desservant le secteur de l’éducation au Québec pour ses besoins de formation et de recherche depuis 1989. Doté d’une infrastructure de très grande capacité à l’avant-garde d’Internet, son réseau à large bande s’étend sur environ 6000 kilomètres à travers le Québec. Créé pour offrir des solutions innovatrices et adaptées aux besoins de ses membres, le RISQ fait bénéficier ses membres des meilleurs tarifs que procure le partage de ressources et de services, conformément à son statut d’OSBL. Le RISQ agit également en tant que lieu d’information, de coordination et d’expertise. En favorisant les échanges et la collaboration entre établissements d’éducation et de recherche, tant du point de vue régional, national, qu’international, le RISQ est une ressource précieuse pour le Québec.

RISQ | Rapport annuel 2011-2012

03


Mot du président du conseil d'administration Évolution des services du RISQ L’année 2011-2012 a été marquée par des travaux importants pour doter le RISQ d’un plan d’affaires soigneusement réfléchi dans le but d’assurer la pérennité du réseau et lui procurer de nouveaux revenus autonomes. La démarche retenue pour arriver à un résultat consensuel a mené à la formation d’un comité de stratégie qui, sous l’autorité ultime du conseil d’administration, a suivi de près les travaux confiés au directeur général du RISQ et à son équipe. Pour conseiller ces responsables du point de vue de la méthodologie, le RISQ avait retenu les services de la firme Raymond, Chabot, Grant, Thornton (RCGT), qui en l’occurrence, s’est révélée une excellente ressource.

04

La démarche qui a conduit à l’adoption du Plan d’affaires 2012 – 2015 a aussi été marquée par un sondage de satisfaction indépendant mené par la firme RCGT auprès des membres au début de l’année 2012. Le sondage a fait l’objet d’une large participation et nous a permis de constater que le taux de satisfaction des membres confinait les 96 %. Ce résultat doit nous rendre très fiers du travail accompli, tant il est vrai que le RISQ existe avant tout pour servir ses membres, où qu’ils se trouvent au Québec, dans un esprit de partage et de créativité. Ainsi, on peut dire que tout a été fait RISQ | Rapport annuel 2011-2012

Jacques A. Plamondon Président du conseil d'administration


pour réunir les conditions favorables au succès de l’entreprise et pour qu’à la fin les membres disposent d’une planification stratégique qui soit à leur image. Imputable de la bonne gouvernance du RISQ auprès de nos membres, je tiens à souligner la contribution indéniable de l’équipe du RISQ et le travail extraordinaire qui a été réalisé pour consolider la gestion de l’organisation.. On peut affirmer sans contredit que cette démarche a insufflé une vision plus partagée de nos activités régulières. Elle promet de stabiliser l’organisation dans le dernier quart de la vie du protocole d’entente qui lie entre eux les établissements d’enseignement du Québec dans leurs efforts pour s’assurer de posséder les moyens de télécommunications les plus modernes aux fins de leur enseignement et de leur recherche. Enfin, l’année écoulée a également été marquée par un effort important pour réunir une base de données susceptible d’éclairer les décisions à venir. Il faut savoir gré aux artisans du RISQ d’avoir développé un outil intelligent qui permet de mesurer le coût de revient de nos services. Cette contribution nous permettra de mener à bon port la révision en cours de façon à ce que non seulement la tarification soit équitable, mais qu’elle soit perçue comme telle par les membres en raison des arbitrages qu’ils auront acceptés afin de respecter la mission principale du RISQ qui est de desservir tous les établissements d’enseignement où qu’ils se trouvent sur le vaste territoire du Québec. C’est en effet ainsi que les fondateurs de notre réseau ont pensé les bases même du RISQ. Je souhaite pour ma part que les membres réitèrent aujourd’hui leur adhésion à cette vision stratégique qui est porteuse pour l’avenir.

Taux de satisfaction de nos membres

96 %

L’année 2012 s’achève donc sur une note favorable à l’illustration de la pertinence du modèle d’affaires du RISQ : la concertation des membres est hautement satisfaisante, les équilibres financiers sont maintenus, les rouages administratifs fonctionnent selon les vœux du membership. Tout est maintenant en place pour aborder la révision de la tarification, un sujet des plus épineux comme chacun le sait.

RISQ | Rapport annuel 2011-2012

05


Le conseil d’administration

De gauche à droite, 1re rangée : Lyne Bouchard, Monique Goyette, Michel Vanier, Jacques A. Plamondon. 2e rangée : René Lacroix, Yvon Pépin, Richard Labrie, Marc Denoncourt, Gérard Turcotte, Claude Harvey. Absents de la photo : Pierre Boutet, François Coallier, Pâquerette Gagnon, Normand Guilbault, Ghilaine Roquet, Pierre Sarrazin.

06

RISQ | Rapport annuel 2011-2012


M. Jacques A. Plamondon (président) Professeur, École nationale d’administration publique (ENAP) M. René Lacroix (vice-président) Vice-recteur adjoint aux systèmes d’information, Université Laval Mme Lyne Bouchard (secrétaire) Vice-rectrice au Campus de Longueuil et vice-rectrice aux technologies de l’information, Université de Sherbrooke Mme Ghilaine Roquet (trésorière) Dirigeante principale de l'information, Université McGill M. Michel Vanier (ex officio) Directeur général, Réseau d’informations scientifiques du Québec (RISQ) M. François Coallier (administrateur) Directeur du développement technologique et des services académiques, École de Technologie Supérieure (ÉTS) M. Marc Denoncourt (administrateur) Vice-recteur associé–Systèmes de l'information, et chef de l'information, Université Concordia Mme Pâquerette Gagnon (administrateur) Directrice générale, Fédération des commissions scolaires du Québec (FCSQ) Mme Monique Goyette (administratrice) Vice-rectrice aux affaires administratives et financières, Université du Québec à Montréal (UQÀM) M. Normand Guilbault (administrateur) Directeur des systèmes et technologies de l’information, Collège Édouard-Montpetit M. Claude Harvey (administrateur) Directeur général, Cégep de La Pocatière M. Richard Labrie (administrateur) Directeur du service informatique, Polytechnique Montréal M. Yvon Pépin (administrateur) Directeur des services financiers, Collège Ahuntsic M. Pierre Sarrazin (administrateur) Directeur général, DGTIC–Technologies de l’information et de la communication, Université de Montréal M. Gérard Turcotte (administrateur) Directeur, Centre des services communs, Université du Québec M. Pierre Boutet (observateur) Directeur général du financement et de l’équipement, Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport du Québec (MELS) RISQ | Rapport annuel 2011-2012

07


Mot du directeur général

Les services du RISQ au rythme de l'évolution des TIC D’année en année, on constate la vitesse exponentielle à laquelle évoluent les technologies de l’information et des communications et l’usage qu’on en fait. Les entreprises de l’industrie des TIC qui croissent ou décroissent à un rythme effarant sont légion. Dans une large mesure, les solutions d’hier ne sont pas celles de demain.

08

Du côté de l’évolution technologique, le développement de services à valeur ajoutée qui nous paraît le plus porteur et qui connait un essor fulgurant ces dernières années est celui de l’infonuagique. L’informatique en nuage pousse les entreprises à se tourner vers une nouvelle forme de gestion des TI et à partager les ressources. Ce modèle informatique laisse entrevoir des économies importantes, une plus grande agilité et une plus grande flexibilité de la part des organisations membres et une robustesse accrue en matière de redondance et de relève. Or, l’accès aux grands centres de données modernes, qui poussent comme des champignons dans le nuage, va nécessiter des réseaux de grande capacité avec une qualité de service garantie et un bien meilleur niveau de sécurité. Ce sont justement là des caractéristiques distinctives de notre offre de service. Par ailleurs, le RISQ se trouve en excellente position pour offrir ces services à ses membres. RISQ | Rapport annuel 2011-2012

Michel Vanier Directeur général


Ensuite, nos services devront répondre aux exigences de gouvernance des TI prescrites par la loi 133 qui s’applique à tout le secteur public, parapublic, dont celui de l’éducation. Cette loi commande une gouvernance des TI renforcée et favorise un partage des ressources plus poussé pour assurer que tous les établissements offrent des services de qualité et permettre de réaliser des économies. À n’en pas douter, le RISQ est un modèle de partage des ressources, sinon le plus important dans le secteur de l’éducation et de la recherche. Par ailleurs, le gouvernement a annoncé, dans sa stratégie d’économie numérique du Québec, son intention de considérer l’utilisation de réseaux du secteur public et parapublic, dont celui du RISQ. Il est encore trop tôt pour savoir quels seront les impacts de cette stratégie gouvernementale sur l’évolution de nos services, mais nous sommes manifestement interpelés. Comme dernier constat, il est important de souligner que la phase de développement et de consolidation du réseau est pratiquement terminée. En 2000, le réseau comportait environ 1500 km, alors qu’il en compte plus de 6000 aujourd’hui. Plusieurs boucles de redondance ont été ajoutées pour améliorer la disponibilité du réseau. Les outils de gestion du réseau ont connu un développement semblable, ce qui a permis d’améliorer notre temps de réponse, en cas d’incident. Ce constat étant fait, vous pourriez raisonnablement vous demander quelles sont les perspectives d’avenir et ce que prévoit le prochain plan d’affaires du RISQ. D’abord, jusqu’ici, le RISQ a surtout assuré un rôle de transporteur, de facilitateur pour l’accès aux contenus numériques, notamment, et de gestionnaire d’achats regroupés pour le transit d’Internet commercial. Pour bénéficier de services à valeur ajoutée comme la vidéoconférence ou la téléphonie entre ses campus, chaque membre devait se les procurer et en assurer l’opération. Dans un futur proche, nous devrons proposer à nos membres des formules de services qui répondent à leurs besoins et qui leur procurent des économies réelles. Ces services devront offrir une fiabilité aussi grande que celle que nous proposons avec nos services de base. De nouveaux défis se posent à nous et c’est très excitant.

un usage important du réseau afin d’aider nos membres à répondre aux exigences de la loi 133 et leur permettre, en définitive, de réaffecter leurs précieuses ressources en TI à d’autres priorités. Ces services seront basés sur une approche d’informatique en nuage, lorsqu’applicable. Notre seconde orientation stratégique est de devenir un joueur incontournable pour l’accès aux contenus. Le RISQ offre déjà le Service Contenu. Ce service a permis d’augmenter l’accès aux contenus éducatifs tout en procurant des économies appréciables sur la facture Internet des membres, à tel point que l’utilisation du Service Contenu dépasse maintenant celle du Service Internet. Nous poursuivons nos démarches pour rejoindre de nouveaux fournisseurs de contenu et améliorer la robustesse du service. Deux approches sont préconisées : la première vise à développer le point d’échange Internet public du Québec, le QIXMC, pour amener plus de fournisseurs de contenus au QIX. Parallèlement, nous travaillons en partenariat avec l’organisme fédéral CANARIE pour rejoindre les fournisseurs de contenu qui ne sont accessibles qu’ailleurs au Canada et dans le monde. Tout cela va entraîner des changements organisationnels, à terme. Notre troisième orientation vise à bâtir une organisation encore plus solide. Plutôt que de subir les changements qu’entraînera inévitablement la nouvelle offre de service, nous voulons les gérer pour nous donner plus de profondeur et ajouter à nos compétences. Notre modèle d’affaires, qui est basé sur la propriété de la fibre optique (fibre noire), va aussi nous permettre de rencontrer les augmentations de charge importantes que vont générer ces nouveaux services au plus bas coût marginal. Ces nouvelles orientations ne seraient pas possibles sans un réseau robuste et des opérations bien rodées. N’oublions pas que le réseau demeure la pierre angulaire sur laquelle repose tout l’édifice. Ceci étant dit, il y aura encore des développements, que ce soit pour augmenter la capacité du réseau ou pour introduire de nouvelles technologies, mais le constat est que notre organisation est maintenant prête à passer à une autre étape.

Trois grandes orientations sous-tendent la stratégie du plan d’affaires 2012-2015 du RISQ. La première grande orientation prévoit donc la mise en place de services à valeur ajoutée partagés entre tous les membres intéressés qui nécessitent et font RISQ | Rapport annuel 2011-2012

09


10

RISQ | Rapport annuel 2011-2012


Le RISQ en un coup d'Ĺ“il RISQ | Rapport annuel 2011-2012

11


Le RISQ

Un incontournable pour la formation et la recherche au Québec Organisme sans but lucratif, le Réseau d’informations scientifiques du Québec (RISQ) est un réseau privé de télécommunications desservant le secteur de l’éducation au Québec pour ses besoins de formation et de recherche depuis 1989. Doté d’une infrastructure de très grande capacité à l’avant-garde d’Internet, son réseau à large bande s’étend sur environ 6000 kilomètres à travers le Québec. Créé pour offrir des solutions innovatrices et adaptées aux besoins de ses membres le RISQ fait bénéficier ses membres des meilleurs tarifs que procure le partage de ressources et de services, conformément à son statut d’OSBL. Le RISQ agit également en tant que lieu d’information, de coordination et d’expertise. En favorisant les échanges et la collaboration entre établissements d’éducation et de recherche, tant du point de vue régional, national, qu’international, le RISQ est une ressource précieuse pour le Québec.

12

RISQ | Rapport annuel 2011-2012


NOTRE MISSION

Développer, opérer et entretenir un réseau de télécommunications lui permettant de fournir l’Internet à large bande passante dédié aux besoins des membres en matière de recherche, d’enseignement et de formation; Répondre aux besoins de ses membres en matière d’accès et de services de télécommunications, incluant Internet; Faciliter et encourager la concertation et la collaboration entre ses membres en matière d’infrastructures et d’exploitation de son réseau de télécommunications pour les activités de recherche, d’enseignement et de formation.

RISQ | Rapport annuel 2011-2012

13


La direction du RISQ

Michel Vanier Directeur général

14

Nancy Rancourt Directrice, Service aux membres et Exploitation

Élyse Lemieux Directrice, Finances et Administration RISQ | Rapport annuel 2011-2012


La Carte du RISQ

(par l’Ontario)

RISQ | Rapport annuel 2011-2012

15


Des services distinctifs Le RISQ se distingue des entreprises de télécommunications commerciales par une offre de service adaptée aux besoins les plus exigeants de la recherche et de l’éducation. Les données de recherche requièrent une bande passante toujours plus performante et le secteur de la formation a besoin de technologies les mieux adaptées qui soient. Pour répondre aux besoins de ses membres, le RISQ leur offre un réseau d’une grande robustesse et d’une grande puissance capable de répondre à des volumes de trafic considérables, comportant des variations importantes; il doit maintenir ses équipements à jour et à la fine pointe de la technologie et offrir des services de grande qualité. Grâce à la performance du réseau à très large bande, les membres du RISQ peuvent, notamment, échanger d’immenses quantités de données, communiquer avec les réseaux régionaux de recherche et d’enseignement du monde entier, utiliser des applications en temps réel et accéder aux fournisseurs de contenu Internet de façon privilégiée. SERVICE INTRARISQ Service principal du RISQ, l’IntraRISQ est un véritable centre nerveux. Il offre toute la robustesse nécessaire pour satisfaire les besoins les plus exigeants de nos membres, en facilitant le transfert de données, en offrant une infrastructure stable qui supporte

16

RISQ | Rapport annuel 2011-2012

les applications en temps réel comme la vidéoconférence, la téléprésence, la VoIP, etc. L’IntraRISQ permet l’échange de trafic IP entre les réseaux des membres du RISQ, et ce, à un débit pouvant atteindre jusqu’à 10 Gb/s, sans délai de transmission. Le trafic est limité uniquement par les liaisons de raccordement et les équipements d’accès aux campus des membres. LANX 1 Ce service est un complément à l’IntraRISQ. Le service de LanX permet d’offrir à chaque membre un réseau privé pour relier entre eux tous leurs campus et permet d’atteindre un niveau de sécurité très élevé. Cette solution permet de réduire les coûts d’infrastructure et ne modifie ni la nature ni la qualité des services. CANARIE Le service CANARIE permet d’accéder au réseau évolué de la recherche et de l’innovation du Canada. Il s’agit d’un réseau de fibres optiques à très haute vitesse qui relie entre eux les réseaux de recherche provinciaux, nationaux et internationaux. Le RISQ est la seule porte d’entrée au réseau CANARIE pour le Québec.


CIRCUITS OPTIQUES DÉDIÉS Une variété de projets de recherche, culturels ou d’autres natures, nécessitent une bande passante réservée et dotée d’une sécurité accrue. Le service de circuits optiques dédiés (COD) du RISQ permet de créer un ou des réseaux privés à des fins de collaboration régionale ou internationale. Grâce aux ententes entre le RISQ et CANARIE, ce service est sans frais pour l’utilisation des circuits hors Québec. Les COD sont destinés, notamment, aux besoins particuliers des grappes de calcul de haute performance (CHP). LE SERVICE CONTENU Complémentaire au service Internet commercial, le Service Contenu procure une plus grande flexibilité et permet d’alléger l’utilisation de la bande passante du service Internet commercial. Il donne accès à plusieurs fournisseurs de contenu d’intérêt pour la formation et la recherche, ainsi qu’à des fournisseurs d’accès Internet (FAI). Par ailleurs, le RISQ est le seul réseau de télécommunications au Québec qui distingue l’accès à des fournisseurs de contenu de l’accès à l’Internet commercial. INTERNET COMMERCIAL Pour répondre aux besoins de ses membres, le RISQ offre un accès Internet à débit symétrique2, sans politique d’étranglement différenciée selon le type de trafic, même en période de pointe. Cette offre de service est grandement rehaussée grâce à la présence du RISQ à différents points d’appairage (peering) tels le Service QIXMC et le TorIX. En agissant comme coopérative d’achats regroupés, le RISQ est en mesure d’offrir des tarifs avantageux à ses membres.

1

Local Aera Network eXtension

Contrairement aux fournisseurs d’accès Internet (FAI) commerciaux, qui offrent un service asymétrique, le RISQ offre un débit symétrique de téléchargement (download) et de téléversement (upload). Les établissements d’enseignement, qui constituent la grande majorité des membres du RISQ, sont aussi des fournisseurs de contenu pour les étudiants. La symétrie de débit Internet est d’autant plus importante pour ces derniers. 2

RISQ | Rapport annuel 2011-2012

17


18

RISQ | Rapport annuel 2011-2012


Une annĂŠe remarquable RISQ | Rapport annuel 2011-2012

19


Des succès qui reposent sur la collaboration Redondance et performance pour l'Abitbi-Témiscamingue Au cours de l’année 2011, grâce à une subvention de CANARIE et à une entente avec le réseau ontarien ORION, le RISQ a déployé une nouvelle route sur quelque 1500 kilomètres afin d’offrir une redondance et une plus grande performance au tronçon Gatineau – Rouyn-Noranda.

20

Pendant plusieurs années, l’UQAT et le Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue ont été desservis par une seule route avec un lien de moins d’un gigabit. « Les besoins en TI et ceux des chercheurs allaient en augmentant. Pour éviter de freiner des projets de recherche émergents, pour rencontrer les besoins en enseignement à distance, le téléchargement de contenu et de vidéos et l’utilisation de plus en plus d’appareils mobiles au sein de nos établissements, il fallait assurer une redondance à cette route et augmenter la largeur de bande », rapporte Michel Gosselin, directeur des TI à l’Université du Québec en Abitibi et vice-président du GIRAT (Gestion de l'inforoute régionale de l'Abitibi-Témiscamingue). Pour mener à terme ce projet, le RISQ a fait l’acquisition de 100 km de fibre entre le Nord de l’Ontario et la ville de Rouyn-Noranda et a établi une entente avec ORION afin de pouvoir échanger du trafic sur le réseau de son homonyme ontarien. L’acquisition de fibre et l’entente avec ORION ont RISQ | Rapport annuel 2011-2012

permis de constituer une boucle de plus de 1500 km entre Gatineau, Kirkland Lake et Rouyn-Noranda. Les travaux réalisés en 2011 offrent aujourd’hui une plus grande robustesse au réseau, une performance accrue et permettent, surtout, des échanges directs de trafic dont bénéficient plus de 300 bâtiments à travers le territoire de l’Abitibi-Témiscamingue. Au total, la nouvelle route offre une capacité de 10 Gb/s comparativement à l’ancienne route, toujours en opération, qui est d’une capacité d’environ 622 Mb/s. Le réseau est officiellement opérationnel depuis le 1er juin 2012.


(par l’Ontario)

RISQ | Rapport annuel 2011-2012

21


Le réseau des Grandes villes du Québec (GVQ), un modèle de partage de ressources Se regrouper pour mieux partager À la suite de la réorganisation des municipalités du Québec conduisant à la fusion des villes en 2002, les directeurs des services des technologies des neuf villes du Québec de 100 000 habitants et plus se sont regroupés afin de partager certaines préoccupations. « La perte des ressources et le manque d’échanges et d’expertise coûtent cher aux contribuables. Les fusions de 2002 ont fouetté les troupes et nous ont obligés à faire preuve de créativité. On a appris à travailler ensemble », rapporte Denis Deslauriers, directeur du Service des technologies de l'information et des télécommunications de la Ville de Québec.

22

Un modèle de partage des ressources Déjà membres du Réseau de l’informatique municipale du Québec (RIMQ), le regroupement, devenu le GVQ (Grandes villes du Québec) au printemps 2012, est aujourd’hui constitué de onze villes québécoises (Boucherville – Saint-Lambert – Brossard; Gatineau, Laval, Lévis, Longueuil, Montréal, Québec, Saguenay, Sherbrooke, Terrebonne et Trois-Rivières). Ces villes représentent plus de 4,1 millions de citoyens et 52 % de la population du Québec. Ce groupe de travail échange des ressources, partage son expertise et collabore sur divers projets. Leur modèle de partage de ressources et de travail collaboratif a été un tel RISQ | Rapport annuel 2011-2012

succès qu’il a inspiré les informaticiens des villes moyennes qui se sont regroupés sous le vocable RVM (réseau des villes moyennes) en 2010. Le RISQ, un partenaire de choix Afin d’atteindre leurs objectifs de partage de ressources, sept des onze villes du réseau intervilles souhaitaient être interconnectées par le biais d’un réseau de télécommunications à haut débit. Selon Denis Deslauriers, « le RISQ représentait un partenaire de choix lorsque le temps est venu de choisir un réseau de télécommunications. Le Réseau d’informations scientifiques du Québec a les mêmes valeurs de service à la clientèle que les villes. La satisfaction de la clientèle prime sur les bénéfices commerciaux ». Au début de 2011, les sept municipalités ont été branchées au RISQ. Le branchement au réseau du RISQ permet aujourd’hui de partager des applications liées à la cour municipale, aux ressources humaines et à la paie sur un réseau robuste et fiable. D’autres projets d’applications et de services incluant la vidéoconférence, l’émission des permis de construire et les systèmes financiers sont en cours d’évaluation par certains membres du réseau.


Le RISQ en tournée à travers le Québec À la fin de 2011, l’équipe de l’exploitation du RISQ a effectué une vaste tournée à travers le Québec afin de compléter la mise à jour de plusieurs équipements et d’augmenter la capacité du réseau de transport sur certains axes. Ce travail, qui a mobilisé les employés du secteur Exploitation durant plus de trois semaines, a nécessité une importante planification. Ces projets devaient être réalisés au plus tard au 31 décembre afin de respecter les conditions d'obtention de notre financement auprès de l’organisme CANARIE. Le vaste territoire à couvrir, le temps alloué et le nombre de personnes affectées à ce projet ont représenté un défi de taille. Si le travail des employés affectés à ces projets mérite d’être souligné, la collaboration dont ont fait preuve nos membres est exceptionnelle.

RISQ | Rapport annuel 2011-2012

23


Pour une gestion optimale du réseau En 2009, le RISQ a décidé de se doter du système d’information géoréférencée de la fibre optique, Bentley Fiber, afin de faciliter et d'accélérer le diagnostic en cas de panne. Il s’agit d’un projet majeur d’une valeur inestimable à tous points de vue. Peu de télécommunicateurs de la taille du RISQ peuvent se vanter de posséder un tel outil. Le projet a été réalisé en plusieurs étapes : collecte de données, identification des fibres, fusion des informations et design du réseau. Chaque phase a fait l’objet d’un travail méticuleux de la part de nos employés. Trois ans plus tard, le projet d’implantation est presque à son terme. En plus de nous offrir de l'information très précise sur notre réseau de fibres, ce système permet aujourd’hui à nos employés d’identifier plus facilement le lieu de coupures de la fibre lors d’une panne. Après avoir fait des tests de lecture sur la fibre, nous sommes en mesure de donner des détails beaucoup plus précis aux autres télécommunicateurs impliqués, comme l’identification exacte de l’intersection où se situe le bris, par exemple.

Vue aérienne de Trois-Rivières.

24

Vue aérienne de Trois-Rivières. RISQ | Rapport annuel 2011-2012


« Plus qu'un réseau,

le RISQ est un partenaire indispensable pour l'enseignement, la formation et la recherche.

»

RISQ | Rapport annuel 2011-2012

25


Partenaire de projets novateurs La plateforme numérique Érudit Le réseau à large bande du RISQ facilite les échanges des chercheurs québécois entre eux, mais également avec des confrères à travers tout le pays et ailleurs dans le monde. Grâce à la stabilité et à la puissance de notre réseau, les institutions d’enseignement québécoises peuvent offrir de la formation à distance de qualité. Le RISQ participe ainsi à l’essor de la recherche et de la formation au Québec. D’année en année, la demande croissante d’utilisation du RISQ par nos membres dénote un besoin indiscutable de l’existence d’un tel réseau et renforce l’importance de notre mission pour l’enseignement et la recherche. On s’attend, par ailleurs, à ce que cette progression se poursuive dans le futur.

26

Érudit : 6,5 millions de visiteurs savants en 2012 Avec ses 6,5 millions de visiteurs en 2012, Érudit est la plus importante plateforme de revues numériques francophones révisées par les pairs en Amérique du Nord. Ce lieu privilégié de diffusion et d’agrégation des résultats de la recherche et de la création compte sur la robustesse et la stabilité du réseau du RISQ pour mener à bien sa mission et pour répondre aux exigences de leurs partenaires internationaux et des organismes subventionnaires. Cette plateforme extraordinaire a été créée dans RISQ | Rapport annuel 2011-2012

le but de promouvoir et de diffuser les résultats de la recherche et de la création en sciences humaines et sociales. Le consortium Érudit est composé de trois universités francophones : l’Université de Montréal, l’Université Laval et de l’Université du Québec à Montréal. Unique en son genre, elle rassemble en un seul lieu quelque 150 éditeurs canadiens universitaires et culturels. Que ce soit pour la recherche fondamentale ou appliquée, les collections d’Érudit sont consultées dans le monde entier à des fins d'étude, d'exploration et de découverte. Érudit offre également un espace aux publications écrites en anglais ou publiées par des chercheurs internationaux. Si d’autres plateformes comme celle-ci existent dans le monde, c’est surtout avec la plateforme française Persée que le consortium transige. Érudit regroupe de façon intégrée différents types de publications savantes, principalement dans le secteur des sciences humaines et sociales (SHS) : des revues savantes (principal secteur d’activité) et culturelles, des livres, des actes, des mémoires et thèses, ainsi que différents documents et données provenant, notamment, de dépôts institutionnels. Érudit offre ainsi une importante collection de documents numériques,


dont 95 % sont en accès libre ou sous différentes formules de commercialisation équitable.

Le tableau ci-dessous donne un aperçu de la collection contenue dans Érudit. Zone Revues

Zone Livres et Actes

Zone Thèses

Zone Autres documents et Données

105 revues savantes (révisées par les pairs)

30 livres savants

Plus de 43 000 mémoires et thèses provenant de 5 institutions québécoises (UdeM, McGill, ULaval, UQAM, UQAC)

3 200 documents de 34 centres de recherche québécois

24 revues culturelles

23 actes de colloque

80 600 articles de revues savantes 66 000 articles de revues culturelles

Le rayonnement d’Érudit est imposant et ne cesse de croître. En 2012, les visiteurs canadiens représentaient 37,25 % des visiteurs avec 8,10 millions de pages vues, contre 62,74 % de visiteurs en provenance de l’international qui ont consulté 13,64 millions de pages. Pour le Canada, cela représente une augmentation de l’utilisation de 54 % entre 2009 et 2012. Les consultations en provenance de l’international ont, quant à elles, augmenté de 65 % au cours de la même période, contribuant ainsi à la diffusion des savoirs et à la notoriété des chercheurs québécois. Selon la directrice générale, Tanja Niemann, le défi est de taille pour Érudit. La quantité de données numériques diffusées augmente continuellement ainsi que le nombre de visiteurs enregistrés. À l’heure où les modes de diffusion de la recherche se modifient profondément, de même que les habitudes de recherche et d’appropriation des contenus par les chercheurs, Érudit se doit d’innover afin de poursuivre sa mission de valorisation des résultats de la recherche au service de la communauté savante québécoise. RISQ | Rapport annuel 2011-2012

27


Les activités de nos membres sur le réseau Statistiques réseau En trois ans, le volume de trafic des membres du RISQ s’est considérablement accru. En 2011-2012, la croissance pour les trois dernières années a atteint la barre des 201 %, ce qui représente presque trois fois plus de volume de trafic qu’en 2008-2009. De ce nombre, l’utilisation faite par nos membres institutionnels est de 236 % plus élevée, tandis que les membres associés ont atteint une augmentation de 102 %. Si on observe bien la courbe de trafic dans le tableau à la page 29, cette augmentation a été progressive et presque constante, sauf pour la période de 2009-2010 à 2010-2011 où l’utilisation du réseau a été nettement supérieure avec une augmentation de 60 %. Il faut se rappeler qu’en 2010-2011, le RISQ a introduit son Service Contenu en complément au service Internet commercial. En combinant l’utilisation de la bande passante du service Internet commercial en plus de celle du service Contenu, les utilisateurs de ce nouveau service ont fait exploser les statistiques d’utilisation au cours de cet exercice.

28

Au total, pour l’année 2011-2012, près de 28 000 téraoctets de données ont transité sur le réseau du RISQ. Pour vous donner un ordre de grandeur, un livre de 200 pages contient environ un million de caractères, RISQ | Rapport annuel 2011-2012

soit un mégaoctet ou encore huit mégabits. L’équivalant de 28 millions de livres de 200 pages ont circulé sur le réseau du RISQ en 2011-2012. Au niveau mondial, on note la même tendance. Selon les prévisions du Visual Networking Index (VNI) 2009-2014 de Cisco, le trafic internet annuel atteindra 767 exaoctets d'ici 2014. À titre de comparaison, si ces chiffres sont atteints, le volume mensuel du trafic internet mondial correspondrait à la capacité d'enregistrement d'environ 16 milliards de DVD1. Prévisions du Visual Networking Index (VNI) 2009-2014 de Cisco. 1


Utilisation du réseau par les membres au cours des trois dernières années 27 828 To

2011-2012

]60 %

]32 %

21 038 To

2010-2010

]42 %

13 137 To

2009-2010

9 242 To

2008-2009

Traffic annuel (To)

0

5000

10000

15000

20000

25000

30000

RISQ | Rapport annuel 2011-2012

29


2011-2012 en chiffres

30

RISQ | Rapport annuel 2011-2012


Investissement 7 000 000 $ 6 000 000 $ 5 000 000 $ 4 000 000 $ 3 000 000 $ 2 000 000 $ 1 000 000 $ 0$ 2007

2008

2009

2010

2011

2012

Investissement 5,808,211 $ 2,332,339 $ 1,431,622 $ 2,975,617 $ 1,597,896 $ 2,326,026 $

Informations financières FONDS GÉNÉRAL

2012

2011

Produits

7 672 890 $

6 941 189 $

Charges

6 590 853 $

6 105 837 $

880 260 $

835 352 $

19 070 602 $

20 250 026 $

Contribution à d’autres fonds BILAN Immobilisations et autres actifs, au net

RISQ | Rapport annuel 2011-2012

31


Le colloque 2012 Les TIC en 2012 : une nouvelle façon de penser le monde Le RISQ a tenu la 22e édition de son colloque annuel le mardi 23 octobre à l’Université du Québec à TroisRivières sous le thème Les TIC en 2012 : une nouvelle façon de penser le monde. Les participants ont eu l’opportunité d’assister à un débat sur la fédération d’identité et à des conférences de haut niveau sur les menaces malveillantes modernes, l’infonuagique et les centres de données, la classification des données sensibles, la conformité et la détection de bris de sécurité des réseaux, les défis du BYOD, l’utilisation de Google Apps en milieu scolaire et de nombreuses autres présentations qu’il est possible de visionner sur le site Internet du Colloque du RISQ au http://colloque.risq.qc.ca/. De son côté, la direction du RISQ a exposé sa stratégie pour les trois prochaines années. Le plan d’affaires 2012-2015 sera riche en développements et en réalisations. Enfin, le président et chef de la direction de CANARIE, Jim Roche, a présenté les réalisations de l’organisme et les défis auxquels il devra faire face dans la prochaine année.

32

Comme vous le savez sans doute, le succès d’un tel événement repose sur l’engagement de dizaines de collaborateurs, sur l’expertise de conférenciers passionnés et sur la confiance accordée par les RISQ | Rapport annuel 2011-2012

commanditaires. Ainsi, l’édition 2012 a connu un grand succès grâce à la participation de CANARIE, de précieux partenaires (Huawei, CISCO, IBM, Palo Alto Networks, Cogent Communications, Heenan Blaikie, GraphXDesign) et de dix exposants offrant des solutions et des services tous plus avant-gardistes les uns que les autres.


Les TIC en 2012 : une nouvelle façon de penser le monde

Prix RISQ 2012 Depuis 2004, le RISQ souligne chaque année, par le biais du Prix RISQ, l’apport remarquable de membres à l’avancement et au développement du RISQ. Le Prix RISQ 2012 a été remis lors de l’assemblée générale du RISQ le 15 novembre 2012 à monsieur André Paradis, ancien vice-recteur, services académiques et développement technologique à l’UQAM, pour sa contribution au comité consultatif et sa représentation des besoins des établissements en région de 2004 à 2010.

de la gestion académique, se sont avérés au fil des ans exemplaires. Vice-recteur à la retraite de l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR), André Paradis détient une maîtrise et un doctorat en mathématiques de l’Université de Montréal, ainsi qu’une maîtrise en informatique de l’Université de Waterloo.

Véritable chef de file pour l’ensemble du réseau de l’Université du Québec, monsieur Paradis a fait carrière à l’UQTR où il a occupé plusieurs fonctions influentes au sein de l’université. Croyant fermement à l’importance de mailler l’UQTR au RISQ, André Paradis s'est impliqué durant plusieurs années à titre de membre du conseil d'administration et de président du comité consultatif. Au cours de sa carrière, il a été reconnu comme un acteur de toute première importance dans le virage vers les technologies de l’information et des communications (TIC); virage réalisé avec succès dans les années 1990. Les efforts déployés pour exploiter les multiples possibilités qu’offrent les technologies informatiques, tant dans le domaine des outils pédagogiques que dans celui RISQ | Rapport annuel 2011-2012

33


Les membres du RISQ Cégeps

34

Cégep André-Laurendeau Cégep Beauce-Appalaches Cégep de Baie-Comeau Cégep de Chicoutimi Cégep de Drummondville Cégep de Granby Haute-Yamaska Cégep de Jonquière Cégep de La Pocatière Cégep de Lévis-Lauzon Cégep de Matane Cégep de Rimouski Cégep de Rivière-du-Loup Cégep de Saint-Félicien Cégep de Sainte-Foy Cégep de Saint-Hyacinthe Cégep de Saint-Jérôme Cégep de Saint-Laurent Cégep de Sept-Îles Cégep de Sherbrooke Cégep de Sorel-Tracy Cégep de Thetford Cégep de Trois-Rivières Cégep de Victoriaville Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue Cégep de l’Outaouais (campus Gabrielle-Roy) Cégep de la Gaspésie et des Îles Cégep du Vieux Montréal RISQ | Rapport annuel 2011-2012

Cégep Limoilou Cégep Marie-Victorin Cégep Régional de Lanaudière Cégep Saint-Jean-sur-Richelieu Champlain Regional College Collège Ahuntsic Collège d’Alma Collège de Bois-de-Boulogne Collège de Maisonneuve Collège de Rosemont Collège de Valleyfield Collège Édouard-Montpetit Collège François-Xavier-Garneau Collège Gérald-Godin Collège Lionel-Groulx Collège Montmorency Collège Shawinigan Dawson College Heritage College John Abbott College Vanier College


Universités École de technologies supérieures (ÉTS) École nationale d’administration publique (ENAP) École Polytechnique de Montréal HEC Montréal Institut national de la recherche scientifique (INRS) TÉLUQ Université Bishop’s Université Concordia Université de Montréal (UdeM) Université de Sherbrooke (UdeS) Université du Québec (siège social) (UQSS) Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) Université du Québec à Montréal (UQÀM)

Université Université Université Université Université Université

du Québec à Rimouski (UQAR) du Québec à Trois-Rivières (UQTR) du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT) du Québec en Outaouais (UQO) Laval McGill

Comimissions scolaires Commission Commission Commission Commission Commission Commission Commission Commission Commission Commission Commission Commission Commission Commission Commission Commission Commission Commission Commission Commission Commission Commission

scolaire scolaire scolaire scolaire scolaire scolaire scolaire scolaire scolaire scolaire scolaire scolaire scolaire scolaire scolaire scolaire scolaire scolaire scolaire scolaire scolaire scolaire

Central Quebec de Charlevoix de Laval de Rouyn-Noranda (GIRAT) de Sorel-Tracy des Affluents des Bois-Francs des Chênes des Hauts-Bois-de-l’Outaouais des Hauts-Cantons des Hautes-Rivières des Navigateurs des Patriotes des Rives-du-Saguenay des Sommets du Chemin-du-Roy du Lac-Abitibi du Lac-Témiscamingue du Pays-des-Bleuets de l’Énergie de l’Estuaire de l’Or-et-des-Bois

Commission Commission Commission Commission Commission Commission Commission Commission Commission Commission Commission

scolaire scolaire scolaire scolaire scolaire scolaire scolaire scolaire scolaire scolaire scolaire

de la Beauce-Etchemin de la Côte-du-Sud de la Région-de-Sherbrooke de la Seigneurie-des-Milles-Îles de la Vallée-des-Tisserands Eastern Townships English-Montréal Lester B. Pearson Marguerite-Bourgeoys Marie-Victorin Sir-Wilfrid-Laurier

RISQ | Rapport annuel 2011-2012

35


Centres de recherche Agence spatiale canadienne (ASC) CAE Inc. Centre facilitant la recherche et l’innovation dans les organisations (CEFRIO) Centre de recherche en informatique de Montréal (CRIM) Conseil national de recherches du Canada (CNRC) FPInnovations Hydro-Québec (IREQ et LTEE) Institut de la statistique du Québec (ISQ) Institut de recherches cliniques de Montréal (IRCM) Ouranos Ministère de l’Environnement Service météorologique du Canada Société des arts technologiques (SAT)

Ministères et organismes gouvernementaux Agriculture et Agroalimentaire Canada Assemblée nationale du Québec (ASSNAT) Centre de services partagés du Québec (CSPQ) Ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec (MAPAQ) Ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs (MDDEP) Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport (MELS) Ministère des Ressources naturelles - Centre d'information topographique (MRNCIT) Ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) Société d’habitation du Québec (SHQ)

36

RISQ | Rapport annuel 2011-2012


Centres hospitaliers Centre hospitalier régional de Trois-Rivières (CHRTR) Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM) Centre hospitalier universitaire Saint-Justine (CHUSJ) Institut de Cardiologie de Montréal (ICM) Institut universitaire de gériatrie de Montréal (IUGM)

Fournisseurs de contenu Agence universitaire de la Francophonie (AUF) Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ) Centre collégial de développement de matériel didactique (CCDMD) Comité de gestion de la taxe scolaire de l'île de Montréal (CGTSIM) Conférence des recteurs et des principaux des universités du Québec (CREPUQ) Fédération des cégeps Institut Canadien de Québec (ICQ) Office nationale du film du Canada (ONF) Orchestre symphonique de Montréal (OSM) Service régional d’admission du Montréal métropolitain (SRAM) Société de formation à distance des commissions scolaires du Québec (SOFAD) Société de la Place des Arts de Montréal (PDA) Société GRICS - Gestion du réseau informatique des commissions scolaires Société Radio-Canada (SRC) Société du réseau informatique des Collèges (SRIC) Inc. Télé-Québec

RISQ | Rapport annuel 2011-2012

37


L'Alliance canadienne des réseaux évolués

38

RISQ | Rapport annuel 2011-2012


Crédits Le rapport d’activités 2011-2012 du RISQ est produit par l’équipe du RISQ. Conception : RISQ Rédaction : RISQ Image de marque : RISQ Design graphique : Denaultgrafik.com

www.risq.qc.ca



Rapport Annuel RISQ 2011-2012