Issuu on Google+

N°4

des infos carabin es

ADN clé La

Editio n

Es- tu plutôt bosseur ou glandeur ?

rentr é

e 201

0

Tes lieux favoris de la fac

Perdu ?

Quel docteur Nain’Bus es-tu ?

Ce qui va c hange cette anné r e

A quoi s’attendre selon votre choix...

Mais qui est l’ACLE ? Récits de missions humanitaires

u!

En excl

Interview du Professeur J. F. Guérin

Mais aussi :

Santé p ublique : tout pl ein d’as sos ! e m â r votre rachete t n e La géné m m Co cons... alogie d en 5 le e l’ADN ’ homot c y s P t Voyage Proje à San F ransisco

GRATUIT - Septembre 2010 En couleurs ! Et puis de toutes façons si t’aimes pas tu peux aller sucer des pingouins ! :p

cologie

con d’é

Un soup

Crit

a ique ciném

Les vaca

nces de

N! nt l’AD

radie es D2 ir

L

!

Des sup

de de Mer Les Vies ! s t n a ig Aide-So

er jeux Et plus

l’ADN

trop bie encore

n!

!

Le journal de l’awesomeness !


Il était une fois… l’ADN !

L’

toi lecteur qui tiens entre tes mains un exemplaire de l’ADN, t’es-tu jamais interrogé sur ses Ô mystérieuses origines ? Quels obscurs créateurs étaient les responsables de ce journal ? Car certes, il te paraît maintenant aussi acquis que tes polys ou ta ronéo, mais il n’est en réalité vivant

que grâce à la motivation, la foi et les nuits blanches de ses rédacteurs ! Nous t’invitons donc à nous suivre dans les tréfonds de cette aventure journalistique et d’assister à ce qui fut… La naissance de l’ADN !

Les origines

Victoria Lanvin L’origine du Monde... de l’ADN, bien sûr !

Notre histoire commence il y a fort fort longtemps, à une époque paisible où les facultés de médecine lyonnaises vivaient encore leur existence en totale quiétude et indépendance. C’est là que Victoria Lanvin, la grande chef Laennec, releva le défi de remettre sur pieds leur journal mourant, entrainant dans sa course une poignée d’irréductibles, eh non, pas gaulois ! mais Laennecs. De ces heures de travail acharné réapparut le C.B.H. (crac boom huuuue !) qui eut son succès en son temps ! (note : pour ne pas attiser les jalousies, Lyon Nord connut aussi son heure de gloire avec la parution du Gremlyn Déchaîné… mais ceci est une autre histoire !)

Arnaud Gauthier - Loïc Blanchet Mazuel - Louis-Marie Petit, le noyau fondateur de l’ADN

Raphaëlle Habert Dantigny

Camille Marcillat

Les pères fondateurs

Mais comme les beaux jours ont toujours une fin, un cataclysme s’abattit sur la tête de nos journalistes en herbe avec la fusion des facs… Plus de C.B.H. Mais cela était sans compter sur trois mousquetaires, Loïc, Arnaud et Louis-Marie, valeureux et téméraires, refusant de voir mourir leur journal adoré. Grace aux conseils de leur ex-chef, ils se réunirent en secret pour faire naître des cendres du C.B.H. un nouveau journal, Paul Maguy encore meilleur. L’Amazing Doctor’s News vit alors le jour (et oui bande d’incultes, ca veut dire ça !). Nos trois comparses décidèrent d’ouvrir leurs pages à des novices des trois facs, afin d’enrichir le journal de multiples points de vue. Et c’est ainsi que l’ADN devint le journal de la faculté Lyon Est.

qu qu C’ po da Es so ce co do bo -c co te tra «B j’o vo

La relève à la conquête de Lyon-Est Le journal créé, l’équipe de choc la constituant se lança dans la longue traversée vers la gloire et la reconnaissance éternelle. Ce fut l’âge d’or des goûters ADN et des signatures d’autographes. Mais un événement traumatisant et inéluctable se rapprochait à grands pas pour nos trois fondateurs… l’insouciance de la D1 allait laisser place au monde cruel de la préparation de l’internat, avec l’abandon de toute activité n’étant pas en rapport avec l’ECN. La mort de notre cher ADN semblait revenue à l’ordre du jour mais, car il y a toujours un mais, il en fut décidé autrement quand trois loustics de l’équipe acceptèrent de relever l’admirable mission de le faire perdurer. Le pouvoir tomba entre les mains de Camille «Motivation à Toute Epreuve» et Paul «Force Tranquille», se complétant dans le dur labeur de rédacteur en chef, secondés

dans leur tâche par Raphaëlle «Bisounours Déjanté». A la tête d’une équipe ne demandant qu’à s’agrandir (toutes les bonnes volontés sont acceptées  !), ils sont prêts à relever le défi de vous offrir cette année encore, des numéros plus magiques les uns que les autres ! - Raphaëlle Habert-Dantigny PS de l’Oncle Sam : Afin de pouvoir maintenir notre quota d’awesomeness sans risquer la mort par manque de sommeil à chaque numéro, nous avons besoin de renforcer l’équipe ! Intéressé par un peu de boulot et de gloire grâce à ton journal ? N’hésite pas, lance-toi ! (AAAAaaahhh !!)

Oui nide iou, pipol ! 2 - ADN n°4 / Septembre 2010 2 - Septembre 2010 / ADN n°4

Contact : journal.adn@gmail.com

Inclassables

Ass de -A

8, A 693 ww

jou 04

Ré Ma

Eq Arn Loï Ma

Re


L’ ADN : continuité et évolution

Sommaire

A D

ton plus grand désespoir –et le notre- la rentrée s’est abattue sur nous. N’aie crainte, l’ADN revient, plus beau, plus fort, plus puissant que jamais ! e retour pour cette nouvelle année, nous avons réuni une équipe de choc formée de vieux habitués et de nouvelles recrues. 2. Il était une fois... l’ADN Nous avons alors réussi à te concocter un mélange explosif au goût d’ailleurs : de Sidney à l’Antarctique, en passant par la Vallée de la 3. Editorial Mort, l’ADN est allé rencontrer ses fans du monde entier. Mais ne 4-5-6. Présentation de l’ACLE t’inquiète pas, c’est TOI qui restes notre lecteur préféré ! 7. ANEMF ’hésite pas à nous écrire à journal.adn@gmail.com. Toutes tes remarques seront publiées (enfin celles 8-9. Vos bonnes actions que nous jugerons dignes de passer outre notre toute10-11. Les projets de ACTES puissante censure). Nous te laissons entre de bonnes mains et te souhaitons 12-13. Les prévisions Météo pour cette année une bonne lecture !

N

14-15. Interview du Pr. GUERIN 16. If you’re going to San Francisco... 17. Des psychomotriciens en Afrique 18-19. L’ADN en vacances 20-21. Masters et Certifs, à quoi vous attendre 22-23. Les bons plans de la rentrée 24-25. Le bosseur, le glandeur et la fac 26. Test : Quel Docteur’Nain Bus es-tu? 27. Publicité 28-29. Critique de films 30. Vacances De Merde 31. La mutation des D2 32-33. Jeux 34. Résultats et réponses 35. Ce à quoi vous avez échappé.

Camille Marcillat et Paul Maguy Rédac’ chefs

Carabin, Carabine, Bonjour ! Veuillez m’excuser pour la lourdeur des propos qui suivent mais l’on m’a forcée à vous écrire quelque chose… Maaaaiiis nan c’est pas vrai ! C’est avec grand plaisir que j’occupe ce petit carré pour pouvoir te souhaiter une excellente rentrée dans notre superbe Faculté de Médecine Lyon Est. Je me doute bien que ces quelques lignes sont les plus ennuyantes de tout le journal et que ce n’est pas pour lire le petit mot du prez’ que tu cours chercher l’ADN le jour de sa sortie… J’irai donc droit au but. Déjà un an que l’ADN fait son bout de chemin, qu’une bande de petits carabins - comme toi, comme moi et comme toi aussi – concocte un tas d’articles farfelus pour égayer tes journées de cours, de stage, de tentative de travail à la BU… A cette nouvelle équipe je leur dis « Bonne route ! » et à toi « Bonne lecture ! ». Oh et j’oubliais LE petit proverbe chinois de la fin : « Un voyage de mille lieues a commencé par un pas. »

54. T’as perdu !

Isabelle Chang Présidente de l’ACLE

L’ A.D.N. (Amazing Doctor’s News)

ota par us e ! de ite

!

om

Association des étudiants de la faculté de Médecine Lyon Est - A.C.L.E. 8, Avenue ROCKEFELLER 69373 LYON CEDEX 08 www.acle.net

journal.adn@gmail.com 04 78 77 70 45

Rédacteur en chef : Camille Marcillat et Paul Maguy Equipe de mise en page : Arnaud Gauthier, Paul Maguy, Loïc Blanchet-Mazuel, Camille Marcillat Responsable photo : Paul Maguy

Dessins : David Laville, Samy Maamcha Couv’ : Samy Maamcha Rédacteurs : Raphaelle HabertDantigny, Camille Marcillat, Jocelyn Dumontet, Franck Grillet, Philipine Robert, Morgan Ravel, Sophia Cherif-Alami, Marion Réveillet, Louis-Marie Petit, Sylvain Barratier, Loïc BlanchetMazuel, Nicolas Guyotat, Ludivine Petit, Arnaud Gauthier, Kelly G, Isabelle Chang, l’équipe de Psychomot’, l’équipe HDN, les équipes ACTES. Dépôt légal ISSN n°2104- 9041

Remerciements Un grand merci à l’équipe pour sa motivation et sa résistance, même au harcèlement : à tous les anciens qui ont répondus présents -Loïc, Arnaud et Louis-Marie-, à ceux qui ont écrit malgré les vacances et les milliers de kilomètres de distance, à tous les membres des équipes ACTES qui nous ont répondu malgré des délais très courts, à l’équipe d’étudiantes en psychomotricité qui se sont risquées dans un journal de Médecine, à ceux qui ont décidé de s’essayer au journalisme, aux nombreux voyageurs qui ne se déplacent jamais sans leur ADN, aux dessinateurs dont nous avons testé l’efficacité dans l’urgence, à Raphaëlle pour avoir écrit tous les articles qui manquaient, aux aventureux des logiciels de mise en page et traitement de photo, à Isa pour sa participation malgré toutes ses mésaventures, aux correcteurs qui se sont usés les yeux, sans oublier ceux qux que je suis Gratuit obligée de remercier InterAsso sous peine d’élévation des prix à la cafet’. Papier écologique & encres végétales

Nous remercions aussi particulièrement le Professeur Guérin, ainsi que l’université pour son soutien.

Numéro 4 Septembre 2010 Tiré à 3 000 exemplaires

Merci aussi à notre imprimeur, ADN n°4 / Septembre 2009 - 3 Papier Vert.


Chaque année, le bureau de l’ACLE (traduire, ceux qui font tourner la baraque) change, les vieux recommencent à travailler et des p’tits jeunes pleins de motivation prennent les commandes.

Mais qui

Voici pour vous en totale exclusivité un tour de Isa, la petite présidente chinoise, passe son temps à parler fort et n’est pas capable de rester immobile plus de trois minutes de suite. Attention à ne surtout pas lui parler de sujets comme l’ANEMF, les élections (que ce soit UFR, CEVU, CROUS...), ou n’importe quoi ayant un rapport même lointain avec l’associatif étudiant, vous risqueriez de passer le reste de votre vie à l’écouter. Avec en plus un caractère bien trempé, elle dirige (plus ou moins) ses troupes pour le bonheur permanent de ses adhérents en allant jusqu’à sacrifier sa vie sentimentale et sexuelle. Si vous la croisez en soirée, aucune inquiétude à avoir, il est normal pour elle d’avoir la tête retournée après deux verres de vin, faut juste s’adapter au débit de paroles qui ne fait qu’augmenter (eh oui, c’est possible...).

Isabelle Chang

Ne vous fiez pas à son air de gentil petit enfant, Joce fait partie des plus gros cancres de la promo de P2 (2009-2010, 2010-2011). Non pas qu’il triche, mais il a un bambou dans la main quand il s’agit de travailler ses cours ! Sa première année de P2 lui a permis d’acquérir une capacité hépatique et une résistance physique lui permettant de sortir tous les jours de la semaine. Si vous trouvez la corpo rangée, c’est grâce à lui et à ses gros coups de motiv quand il s’agit de dépoussiérer des archives ou des vieux textes associatifs !! Il est le Vice Président Général, chargé de faire en sorte qu’on se mette pas sur la gueule ou qu’on fasse notre boulot et vu qu’il reste en P2, il aura tout le temps de s’en charger !

Jocelyn Dumontet Vedette du célèbre groupe A.N.R.I.T.H., Maryline goûta/goûtera au succès dès son plus jeune âge. Aujourd’hui, elle revient sur le devant de la scène pour l’ACLE, plus enjouée que jamais ! Elle a su affiner cette année son goût prononcé pour fêtes, alcool, débauche, et dépravation. Cependant, sous ses airs de fêtarde accomplie, la rockstar sait se montrer responsable et s’épanouira sans peine dans sa nouvelle peau de sexcretaire. Ses principaux atouts ? Son mètre 78, ses jambes élancées, son sourire ravageur et ses yeux bleu-azur qui en déstabiliseront plus d’un! Attention toutefois à ne pas trop la titiller, vous risqueriez de vous en mordre les doigts... Car oui, notre sexcrétaire a ses principes et ses valeurs, qu’elle défendra avec ferveur au sein de l’asso !

Maryline Demierre

Francky, aussi connu sous le nom de (grand) Garçon, est l’alcoolique résident de notre belle ACLE. Jamais seul dans son délire, toujours partant pour faire une soirée et toujours partant pour se marrer, c’est le bon vivant qu’on peut aussi insulter quand il vous bat à Mario Kart. Et c’est ce coté bon vivant qui fait qu’il vous offrira tout au long de l’année des soirées, des week-ends et encore des soirées à n’en plus savoir quoi boire, parce qu’on est pas là pour rigoler.

Franck Grillet 4 - Septembre 2010 / ADN n°4

Inclassables

e

qu


de

est l’ACLE ???

Si officiellement vous êtes encore soumis à l’autorité tyrannique du président Martin Lalo (mouais…) d’ici peu le bureau change.

qui c’est qui va s’occuper de vous pendant l’année à venir…

Laurine Lebas

C’est un peu la mamie du Bureau du haut des ses 21 ans (et oui on est tous des ptits jeunes) mais c’est pas pour autant la plus raisonnable. Bien sûr, avec le même copain depuis 5 ans, c’est (de loin) celle d’entre nous qui a la vie la plus rangée... Bien plus efficace que son prédécesseur pour compter tout votre argent (les mauvaises langues diront que c’est pas bien dur), elle a été rejointe cette année par un acolyte, donc on peut parier que les comptes seront dirigés d’une main de maître. Toutefois, ne vous fiez pas aux apparences, c’est aussi la plus ancienne falucharde de la promo, et une personne tout à fait capable de s’amuser comme vous et moi.

Lucie Renault

Discrète, Lucie Popomunch n’en est pas moins divertissante, pas à cause de toutes les blagues qu’elle fait, mais de toutes les blagues qu’elle peut rater. Championne en titre 2010 du bide-qui-fait-rire-quand-même, Lulu et ses blagounettes reste un incontournable de la soirée pépère. Et quand elle ne fait pas des blagues, elle compte vos sous, pleeeein de sous, comme ceux qui servent à payer pour vos soirées et vos week-ends. Alors y’a pas intérêt à l’énerver, sinon vous pourriez bien vous retrouver à payer deux fois votre place de soirée... Autre fait important, ne jamais énerver Lulu quand elle a quelques verres dans le nez, elle montre alors son coté tueuse sanguinaire, bref, mieux vaut s’écarter.

Cet espèce de frisé aux airs d’ahuri et aux beaux yeux bleus n’a pas l’air normal au premier abord, alors qu’en réalité il n’en est rien ! Il n’est pas « pas normal », il est tout simplement dingue. Bien sur, ses idées saugrenues ne se communiquent pas toujours très bien, mais même quand il n’est pas fan de l’idée adoptée, il fait un boulot sérieux et de qualité. Toujours partant pour se marrer un coup, toujours partant pour boire un coup en voilà encore un avec qui on ne risque pas de s’ennuyer cette année !

Anne-Sabine Cousin

Davy Benhamou

Cavalière et fière de l’être, c’est la seule personne au monde qui peut dire « ah non je sors pas vendredi, j’ai poney » et être sérieuse. Quand elle ne passe pas son temps à harceler tout le monde à propos de son p****n de Gala, c’est la petite fille modèle qui fait semblant de ne pas travailler mais valide toutes ses matières haut la main, c’est rageant... Elle est en plus capable, comme tout le monde, de se mettre une bonne race le temps d’une soirée. C’est la personne parfaite pour organiser un Gala splendide, avec plein, plein, plein de champagne.

Encore un qui est toujours d’accord pour rire un coup (et ce, dans tous les registres d’humour possibles et imaginables), toujours là pour faire la fête, et toujours là pour gueuler un coup (plutôt histoire de faire du bruit d’ailleurs), et toujours là quand il s’agit de participer à des plans foireux (attendez un peu le WEI...). Et quand Texipine (oui, on peut l’appeler comme ça) n’est pas en train de gueuler/rire/gueuler/boire/ gueuler/sortir/gueuler, il passe son temps à diriger les gentils petits P2 qui tiennent la boutique de l’ACLE.

Benoît Graffin Inclassables

ADN n°4 / Septembre 2009 - 5


Avec son gabarit de rugbyman (1m55 pour moins de 50kg), il n’est pas surprenant que Philou ait un peu du mal avec l’alcool en grandes quantités. Ensuite, c’est facile, il suffit de la porter jusqu’à la soirée, puis de profiter du spectacle. En effet, quand elle ne tombe pas par terre morte de rire, Philou devient… affectueuse, et sa liste de conquêtes n’a d’égal que… bah rien en fait. Heureusement, quand elle ne fait pas la fête (de jour, donc), elle lutte avec acharnement pour qu’on boive moins (hum hum…), qu’on fume moins, et qu’on pense un peu à notre santé et celle des autres. Le Téléthon, le Sidaction et le Don de Soi, c’est grâce à elle.

Philippine Robert A la tête d’une équipe de choc (ils sont deux) pour vous dégoter des partenariats dans tous les coins, des avantages incroyables et des tarifs défiant toute concurrence auprès des plus grandes marques (mouais…) Flo (ou même TroTro pour les intimes) est prêt à vendre son corps pour obtenir un contrat. En dehors de ses fonctions qui réclament un minimum de sérieux et de dignité (bah oui, il traite avec des gens importants quand même !) Flo est comme nous tous un mec (plutôt timide d’ailleurs) avec du temps à perdre et des neurones à détruire, chose qu’il fait fort bien en soirée. Le plus à savoir, il descend directement d’Indiana Jones, partir en voyage avec lui est une expérience mémorable.

Florent Tronel Discrète, Soso alias Polapoma peut être sérieuse et travailleuse (hum hum...) le jour, à l’écoute, consciencieuse, bref, une fille bien, avant de se transformer en fêtarde inarrêtable la nuit. Pas forcément très coordonnée et tout de suite vachement moins «à l’écoute», c’est toujours un bon spectacle, plus particulièrement quand vient l’heure du retour et qu’il faut dormir (que ce soit par terre, sur le trottoir, sur une chaise en bois ou dans le tram). Et le jour (pas bien avant midi, elle aime dormir une fois qu’elle a trouvé un endroit...), c’est elle qui vous représente, vous, les étudiants de Lyon Est, à l’ANEMF... et pour en savoir plus, suffit de lui demander gentiment, «c’est quoi l’ANEMF?????»

Morgan Ravel

Sophia Chérif-Alami

L’ami des P1 et un monsieur au caractère bien affirmé, c’est Morgan qui gère d’une main de maître (enfin, à l’heure où j’écris ces lignes ça reste à voir…) le tutorat hebdomadaire de nos chers P1, qui leur permet de lutter à armes égales contre les boites à colle. Toujours prêt a défendre bec et ongles votre Tutorat au local, au national, et même à l’international si on lui en donnait l’occasion, lui, Guillaume et son équipe de colleurs travaillent d’arrache-pied chaque jour pour que vous réussissiez votre concours. En dehors du tutorat (oui oui, il a une vie à coté aussi) il est toujours partant pour faire la fête, à la différence que lui, pas comme d’autres, sait garder sa dignité et son respect de soi...

Inclassables


L’ANEMF, ou Association Nationale des Étudiants en Médecine de France, est une structure qui regroupe les trente-cinq associations locales des différentes facultés de médecine, ainsi que vingt-quatre associations non actives, représentant ainsi près de 80 000 étudiants. Elle est indépendante de tout parti politique, syndicat ou religion.

E

lle a pour but de défendre nos intérêts face aux réformes en cours, parmi lesquelles on peut citer notamment la mise en place de la PACES, la loi HPST ou encore la réforme des ECN. Pour ce faire, elle travaille en collaboration avec ses deux ministères de tutelle, à savoir celui de la Santé et des Sports et celui de l’Enseignement supérieur et de la Recherche; mais également avec d’autres organismes tels que l’Ordre des Médecins ou la Conférence des Doyens. Différents congrès ont lieu tout au long de l’année, durant lesquels des formations concernant le monde associatif sont prodiguées, mais ils sont surtout le lieu où ses administrateurs définissent les actions à mener et les prises de position qui seront celles de la structure. L’ACLE vous représente donc à chacun de ces congrès et vous fera le plus possible parvenir les informations concernant les principales évolutions.

PACES

Informations

L’ANEMF,vousl’aurezcompris,vise doncàl’amélioration permanente de notre formation, mais pas seulement : c’est elle qui est par exemple responsable de la parution des guides qui vous accompagnent tout au long de vos études (Carabook, Guide de l’étudiant en médecine, Guide de l’interne...). Elle possède également un pôle de Santé globale et Solidarité, permettant la coordination dans les différentes facultés d’évènements comme le Téléthon, Sidaction et bien d’autres... Consciente du fait que cet article n’est pas le plus rigolo de votre cher journal, j’espère que vous aurez néanmoins pris le temps de le lire et n’hésiterez pas à me faire parvenir vos éventuelles questions.

Vous n’êtes pas sans savoir que la rentrée 201011 est marquée par la disparition de notre bonne vieille P1, au profit de la PACES (Protection des Autruches Communistes Enthousiastes et Solidaires ou encore Première Année Commune des Études de Santé, à vous de voir). La PACES est commune aux futurs médecins, dentistes, sages-femmes et pharmaciens mais aussi à des professions paramédicales comme les kinésithérapeutes dans notre université Lyon 1. Au premier semestre, tous les étudiants suivent les mêmes cours composés de sept unités d’enseignement communes : - Atomes, biomolécules, génome, bioénergétique, métabolisme - La cellule et les tissus

Sophia CHERIF-ALAMI VP ANEMF

Organisation des appareils et systèmes : bases physiques des méthodes d’exploration - Évaluation des méthodes d’analyse appliquées aux sciences de la vie et de la santé Organisation des appareils et des systèmes : aspect morphologique et fonctionnels - Initiation à la connaissance du médicament - Santé, société, humanité L’université organise, à l’issue du premier semestre, des épreuves portant sur l’enseignement reçu au cours de celui-ci. En fonction du classement obtenu à l’issue de ces épreuves, les candidats peuvent être réorientés vers d’autres formations. Le nombre de ces réorientations sera de 5% du nombre d’inscrits en janvier 2011.

Les étudiants choisissent, au début du deuxième semestre, l’unité ou les unités d’enseignement spécifiques correspondant à la ou aux filières de leur choix. Ils ont la possibilité de concourir en vue d’une ou plusieurs filières. Ils conservent un tronc commun, mais suivent un module spécifique à la filière choisie (soit 4 matières). En fin de semestre, les étudiantspassentlesmêmes épreuves de tronc commun et les épreuves spécifiques liées à leur filière. Selon leur classement final, la procédure de choix se met en place. La réforme ne change rien au numerus clausus (nombre de places offertes au concours pour intégrer la deuxième année) fixé chaque année par un arrêté ministériel dans chacune des branches. ADN n°4 / Septembre 2009 - 7


Soudoyer Mme la Ministre pour une ré-autorisation des open bars

Donner votre corps à la science pour qu’on puisse enfin avoir des dissections

-

Tu rentres en P1, il est temps de te rendre compte de ce qu’il se passe hors des murs du Tu rentres en D1 il est temps de racheter ton âme après une année de débauche. Tu le signe du changement, la prise de bonnes résolutions s’impose. Heureusement tes

ly d jo

Mettre des tyroliennes dans la fac

HOPITAL DES NOUNOURS Et nous revoilà !! Nouveau bureau, nouveaux projets !! L’hôpital des nounours fait sa rentrée !! Chaque année, notre association fait découvrir l’univers hospitalier à des centaines d’enfants de grande et de moyenne sections. En reconstituant un hôpital fictif représenté par tous les milieux médicaux, et en soignant les peluches de ces chers bambins, nous souhaitons leur faire prendre conscience de l’importance du soin. En outre, notre objectif est de les rassurer face à toutes les dimensions du soin (du dentiste, au médecin en passant par la salle d’attente..). Notre ennemi ? Le renommé et infâme effet blouse blanche ! Si tu veux en savoir plus : très prochainement : une réunion d’information en amphi C le 5 octobre pour expliquer notre projet et le déroulement des sessions et visites. En attendant : pose tes questions sur notre boîte mail hdn@laposte.net Au plaisir, L’équipe HDN.

L’ENFANT BLEU L’enfant bleu est une association ayant pour objet l’aide à l’enfance maltraitée et aux adultes ayant subi des mauvais traitements dans leur enfance. Il faut savoir que 2 enfants meurent chaque jour en France des suites de maltraitance. En effet, il existe différents types de maltraitance : la maltraitance physique, la maltraitance sexuelle et la maltraitance psychologique qui est la plus difficile à mettre en évidence. Ces diverses formes ne sont généralement pas isolées et, contrairement aux préjugés largement répandues, la maltraitance touche tous les milieux sociaux. L’enfant bleu a une spécificité : faire travailler ensemble tous les spécialistes concernés (avocats, psychologues, médecins…) : l’aide aux victimes commence par un traitement des informations apportées (par la victime ou une autre personne),ensuite, il y a un suivi juridique du dossier, ainsi qu’un accompagnement psychologique de l’enfant pour l’aider dans sa reconstruction. L’aide à l’adulte victime de maltraitance dans son enfance passe également par une assistance thérapeutique. Les actions de prévention consistent notamment à former des professionnels de l’enfance pour qu’ils soient conscients de la réalité de la maltraitance et qu’ils sachent la détecter. De plus, l’Enfant bleu réalise une sensibilisation au sein des établissements scolaires pour les enseignants, les parents et les enfants. L’ACLE participe lors de la journée d’intégration des premières années à une collecte de fonds pour cette association, en vendant peluches, bougies ou autres objets aux passants. Cette année encore, les étudiants en santé se mobiliseront pour défendre cette cause, qui reste malheureusement toujours d’actualité.

ACTES

Découvrir pourquoi il y a des prises électriques au plafond des amphis

Et non, rien à voir avec le théâtre, si ce n’est le théâtre de votre vie, et de ce que vous décidez d’en faire ! L’Association de Coopération avec les Territoires africains pour l’Education et la Santé est une association de solidarité internationale qui permet d’avoir une première approche du monde associatif et des missions humanitaires. Elle regroupe des étudiants lyonnais provenant de filières médicales et paramédicales, vous pouvez donc entraîner vos potes partis en kiné ou en dentaire, ou ceux perdus dans la campagne lyon sudienne avec vous dans cette belle asso !

Alo sim pou cela tee bie

Enlever tous les fils électriques qui trainent dans les couloirs

Installer des distributeurs de doudous au Double Mixte 8 - Septembre 2010 / ADN n°4 8 - Septembre 2010 / ADN n°4

Recharger les distributeurs de savon des toilettes

Apporter des cafés aux secrétaires

Informations

In


du Tu es

Organiser une manifestation pour baisser le prix des cafés

lycée. Tu rentres en P2, maintenant que tu as tout le temps, il est temps de t’investir. deviens externe et tu n’en a plus rien à faire. Avec cette nouvelle année qui s’inscrit sous journalistes préférés ont fait une présélection pour toi.

ac

ion rité Elle ner elle

s

Mettre du muscat dans le frigo de l’ACLE

ri-

DONS DU SANG L’Etablissement Français du Sang (EFS) collecte tous les types de don de sang : don de sang total, don de plaquettes, don de plasma, et don de sang placentaire. Il participe aussi au prélèvement de moelle osseuse. Le don de sang dit « total » est le don le plus courant. Si les globules blancs sont écartés, le plasma, les plaquettes et les globules rouges sont séparés, traités, testés et retestés avant d’être transfusés aux patients. Le don de sang total permet à l’EFS de fabriquer des produits sanguins labiles qui sont de véritables « médicaments ». Le don de plasma permet par exemple de soigner les grands brûlés mais aussi de préparer des médicaments pour soigner les hémophiles. Le don de plaquettes permet de traiter les hémorragies chez les malades. Le don de moelle osseuse et le don de sang placentaire sont utilisés pour la thérapie cellulaire. Aucun traitement ni médicament de synthèse ne peuvent encore se substituer aux produits sanguins. Irremplaçables et vitaux, les produits sanguins sont indiqués dans deux grands cas de figure : les situations d’urgence, et les besoins chroniques, qui concernent des patients que seule une transfusion sanguine peut contribuer à guérir ou à soulager.

Remettre des pommes au RU

Créer des pass VIP pour le RU

Les besoins en produits sanguins ont augmenté de 21 % depuis 2005. Cette hausse s’explique notamment par le vieillissement de la population française, le bon état général des personnes âgées et la confiance retrouvée des prescripteurs dans le système transfusionnel français. Les dons de sang permettent de soigner chaque année un million de malades, et ce chiffre ne cesse de croître. Prochaine collecte organisée dans ta faculté par l’ACLE les jeudi 21, vendredi 22 et lundi 25 octobre ! TELETHON

Le Téléthon est une action d’ampleur nationale permettant à l’AFM (Association Française contre les Myopathies) de réunir des fonds dans le but de vaincre les maladies neuromusculaires. L’AFM finance différents projets de recherche thérapeutique qui, au-delà des maladies rares, apportent également des réponses à des maladies touchant le plus grand nombre. Cette année encore, l’ACLE sollicite votre participation à ce grand évènement qui a lieu la semaine du 29 novembre et le week-end du 3-4 décembre. L’organisation d’un « cinéthon », de petits-déjeuners devant les amphis ou de tournois à la corpo s’accompagnera de la création d’un stand de vente de produits AFM et de prise de tensions dans les centres commerciaux (Part-Dieu, Ecully Grand Ouest). La semaine se terminera par un stand place des Jacobins avec la réalisation du chromosome géant. N’hésitez pas à venir nous voir pour apporter votre aide à ce beau projet, qui ne pourra prendre forme que grâce à vous. Ranger l’ACLE

Apprendre les paroles de « Salade, tomate, oignon »

Alors de manière plus pratique, qu’allez-vous pouvoir faire dans cette asso et à quoi sert-elle ? La réponse est simple, nette et précise : beaucoup ! ACTES va vous permettre de monter un microprojet de solidarité qui va pouvoir se concrétiser à la fin de l’année par une mission sur place et un stage en centre hospitalier. Mais pour cela il faut récolter des fonds, alors à vous les après-midi à vendre du café, des crêpes, des gateaux, ou même des tee-shirts ou des calendriers ! A vous l’organisation de soirées ! Et à vous la satisfaction de mener votre projet à bien et d’aller en Afrique aider et rencontrer la population locale ! Al Ly ler f on air Su e u d ne

Faire une donation au journal

m

iss

ion

ka

m

ika

ze à

Informations

Faire des ronéos pour les petits P1

s

s tre ê n

de

fe s le filles s r he s de c u e Bo ilett o t ADN n°4 / Septembre 2009 - 9

ADN n°4 / Septembre 2010 - 9


Actes 1, scene 11 Le projet Cameroun Maroua Sir

‘–”‡’”‘Œ‡–ƒ˜ƒ‹–†‡—š±–ƒ’‡•’”‹…‹’ƒŽ‡•ǣ—‡ˆ‘”ƒ–‹‘†‡–”‘‹••‡ƒ‹‡•‡ŠØ’‹–ƒŽ”±‰‹‘ƒŽŽǯŠØ’‹–ƒŽ†‡‘‰ƒ„ƒ ‡–Žƒ…‘•–”—…–‹‘†ǯ—„Ž‘…‘’±”ƒ–‘‹”‡’‘—”Ž‡•’‡–‹–‡•…Š‹”—”‰‹‡•Ǥ‘—•±–‹‘•‡•–ƒ‰‡Œ—•“—‡͝͡Š’—‹•‘—•ƒŽŽ‹‘•ƒ— †‹•’‡•ƒ‹”‡’‘—”ˆƒ‹”‡ƒ˜ƒ…‡”Žƒ…‘•–”—…–‹‘Ǥ‘—•ƒ˜‘•±‰ƒŽ‡‡–‹˜‡•–‹—‡’ƒ”–‹‡†‡‘•ˆ‘†•’‘—”†‘–‡”ŽǯŠØ’‹–ƒŽ †‡ƒ–±”‹‡Ž±†‹…ƒŽ–‡Ž—‡š–”ƒ…–‡—”†ǯ‘š›‰°‡Ǥ‘—•ƒ˜‘•„‡ƒ—…‘—’ƒ’’”‹•Ž‘”•†‡‘–”‡•–ƒ‰‡‡–’Ž—•‹‡—”•†ǯ‡–”‡‘—• ‘–²‡’”ƒ–‹“—±†‡•ƒ……‘—…Š‡‡–•Ž‘”•†‡‰ƒ”†‡•†‡ƒ–‡”‹–±Ǥ Ǽ‡ƒ‡…†‘–‡…ƒ‡”‘—ƒ‹•‡ǡ˜‡—–“—‡Ž‘”•“—‡‘—•‘”‰ƒ‹•‘•—‡•‘‹”±‡ȋ‡Žǯ‘……—””‡…‡ǡ‘—•‡ƒ˜‘•‘”‰ƒ‹•±—‡ ƒ˜‡…Ž‡•±–—†‹ƒ–•ȌǤ‡Ž—‹“—‹‹˜‹–‡†‘‹–‘”‰ƒ‹•‡”Žƒ•‘‹”±‡‹—–‡’ƒ”‹—–‡Ǥ–’ƒ›‡”’‘—”–‘—–Ž‡‘†‡Ǥ—ƒŽ‘”•…”±‡ —‡…ƒ‰‘––‡‘—…Šƒ…—†‘‹–‡––”‡Žƒ²‡•‘‡Ǥ‰”‘•ǡŽǯ‹…”—•–‡ǯ‡š‹•–‡’ƒ•ǡ‡–Žƒ’‡”•‘‡“—‹‘”‰ƒ‹•‡†‘‹–ˆƒ‹”‡ •‡‹˜‹–ƒ–‹‘•‡’‡”•‘‡Ǥ—–ƒ–†‹”‡“—‡…‡ǯ‡•–’ƒ•†‡–‘—–”‡’‘•“—‡†ǯ‘”‰ƒ‹•‡”—‡•‘‹”±‡Žƒ˜‡‹ŽŽ‡Ǩ‡•±–—†‹ƒ–•‡ ±†‡…‹‡‡•‘”–‡–’ƒ•„‡ƒ—…‘—’Ǥƒ‹•“—ƒ†‹Ž•Ž‡ˆ‘–ǡ‹Ž••‡ŽŸ…Š‡–…‘’Ž°–‡‡–•—”Žƒ†ƒ•‡ǡ…”±ƒ–—‡ƒ„‹ƒ…‡ †‡•’Ž—•…Šƒ—†‡ǡ‡–’Ž—–Ø–†”ØŽ‡ǡ’—‹•“—‡Ž‡•‰‡•—’‡—•±”‹‡—šǡŽ‡•‘––‘—–†‡•—‹–‡„‡ƒ—…‘—’‘‹•Ǥǽ

Le projet Senegal

‡’”‘Œ‡–±±‰ƒŽ‡†‹ƒ ƒŽŽ‡•–—’”‘Œ‡–†‘—„Ž‡ǡŽƒˆ‘‹•ƒš±•—”Žǯ±†—…ƒ–‹‘‡– Žƒ•ƒ–±Ǥ Ž•‡†±”‘—Ž‡‡’ƒ”–‡ƒ”‹ƒ–ƒ˜‡…—…‘ŽŽ°‰‡†‡Žƒ˜‹ŽŽ‡†‡Š‹°•†ƒ•— “—ƒ”–‹‡”†±ˆƒ˜‘”‹•±Ǥ‡„—–‡•–†‡Ƥƒ…‡”Žƒ…‘•–”—…–‹‘†ǯ—‡•ƒŽŽ‡‹ˆ‘”ƒ–‹“—‡ †ƒ• …‡ …‘ŽŽ°‰‡ǡ ƒƤ “—‡ Ž‡• ±Ž°˜‡• ’—‹••‡– ”‡…‡˜‘‹” —‡˜”ƒ‹‡ ˆ‘”ƒ–‹‘ †ƒ• …‡ †‘ƒ‹‡Ǥ ‡ ’Ž—•ǡ …Šƒ“—‡ ƒ±‡ǡ ‘—• ‘”‰ƒ‹•‘• ƒ˜‡… Žǯƒ‹†‡ †‡ ’‡”•‘‡Ž ±†‹…ƒŽ„±±˜‘Ž‡—‡Œ‘—”±‡†‡…‘•—Ž–ƒ–‹‘•±†‹…ƒŽ‡•‰”ƒ–—‹–‡•ǡƒ˜‡…†‘†‡ ±†‹…ƒ‡–•Ǥ

Žˆƒ—–•ƒ˜‘‹”“—ǯƒ—±±‰ƒŽǡ‡–‡”‡•†‡•ƒ–±ǡ–‘—–‡•–Žƒ…Šƒ”‰‡†‡•’ƒ–‹‡–•ǡ †‡Žƒ…‘•—Ž–ƒ–‹‘Žƒ•‹’Ž‡…‘’”‡••‡ǡ‡–—‡‰”ƒ†‡’ƒ”–‹‡†‡•ˆƒ‹ŽŽ‡•‡’‡—– ’ƒ••ǯ‘ơ”‹”Ž‡Ž—š‡†ǯ—•‘‹†‡“—ƒŽ‹–±Ǥ‡––‡ƒ±‡ǡŽƒŒ‘—”±‡ƒ’‡”‹•’Ž—•†‡ ͢͜͡’‡”•‘‡•†‡”‡’ƒ”–‹”…Š‡œ‡ŽŽ‡•ƒ˜‡…—†‹ƒ‰‘•–‹…‡–†‡•±†‹…ƒ‡–•Ǥ

Cette annee, 11 projets ont pu etre menes a bien. Voici un petit tour d’horizon

d d eu d c

ǼŒ‘—”ǡŒǯ±–ƒ‹•ƒ—„Ž‘…ƒ˜‡…—‡†‡‡•ƒ‹‡•”‹…‡•‡–”ƒ‹†‡•—‹˜”‡—‡ …—”‡†ǯƒ’’‡†‹…‹–‡Ǥƒ‹•Ž‡…Š‹”—”‰‹‡ǯƒ˜ƒ‹–’ƒ•Ž‡ƒ–±”‹‡Žƒ†±“—ƒ–‡Ǥ Ž’”‡† ƒŽ‘”•—‰ƒ–•–±”‹Ž‡‡–Ž‡”‡–”‡‘‹–‹±†ƒ•Žǯƒ„†‘‡‡Žƒ‹••ƒ–†±’ƒ••‡”Ž‡• Ǽ†‘‹‰–•ǽƒ—Ǧ†‡Š‘”•Ǥ‡˜ƒ–‘–”‡ƒ‹”…‹”…‘•’‡…–ǡ‹Ž‘—•‡š’Ž‹“—‡“—ǯ‹Ž‡•–‡–”ƒ‹ †‡…‘ˆ‡…–‹‘‡”—†”ƒ‹Ǥ ŽƒŒ‘—–‡ǣǼǯ‡•–Ž‡•‘—•Ǧ†±˜‡Ž‘’’‡‡–Ǥ‘—••ƒ˜‡œ …‡“—‡…ǯ‡•–ǡŽ‡•‘—•Ǧ†±˜‡Ž‘’’‡‡–ǫǽ‹Ž‡…‡‰²±ǤǼ‡•‘—•Ǧ†±˜‡Ž‘’’‡‡–ǡ …ǯ‡•–“—ƒ†‘ƒ“—‡†‡“—‡Ž“—‡…Š‘•‡ǣ˜‘—•˜‡‡œ†ǯƒ˜‘‹”—‡š‡’Ž‡†‡‘–”‡ •‘—•Ǧ†±˜‡Ž‘’’‡‡–ƒ–±”‹‡ŽǤƒ‹•Ž‡•‘—•Ǧ†±˜‡Ž‘’’‡‡–ǡ‹Ž’‡—–²–”‡—Ž–‹’Ž‡ ǣ±…‘‘‹“—‡ǡ•ƒ‹–ƒ‹”‡ǡ…—Ž–—”‡Žǡƒơ‡…–‹ˆǥǽ–‘–”‡ƒ––‡–‹‘ǣǼ‡ƒ“—‡†‡ …ŠƒŽ‡—”Š—ƒ‹‡ǡ…ǯ‡•–†—•‘—•Ǧ†±˜‡Ž‘’’‡‡–ƒ—••‹ǡ‘ǫǽ

Žƒ”±•—±‘˜‘›ƒ‰‡ǣŽƒ’‘’—Žƒ–‹‘“—‡‘—•ƒ˜‘•”‡…‘–”±‡•‡…ƒ”ƒ…–±”‹•‡ ƒ˜ƒ– –‘—– ’ƒ” —‡ ˆ‘”‹†ƒ„Ž‡ Œ‘‹‡ †‡ ˜‹˜”‡ǡ —‡ –”°• ‰”ƒ†‡ ‰±±”‘•‹–±ǡ ‡– Žƒ …—”‹‘•‹–±†‡Žǯƒ—–”‡ǥ—‡˜‘Ž‘–±†ǯƒ……—‡‹Žǡ†‡’ƒ”–ƒ‰‡“—‡Žǯ‘”‡‰”‡––‡Ž‘”•“—‡ Žǯ‘”‡–”‡…Š‡œ•‘‹Ǥǽ

Le projet Togo

Ǽ‡•±Œ‘—”ŽǦ„ƒ•±–ƒ‹–Œ—•–‡±‘”‡ǨŽŽ‡—”•’‘—””ƒ‹–Ǧ‘„‘‹”‡†—•‘†ƒ„‹ ȋ—‡ ‡•’°…‡ †‡ ‰‘Ž‡ ƒ˜‡… †‡ ŽǯƒŽ…‘‘Ž †‡ ’ƒŽ‹‡”Ȍ  ͜͝ Š‡—”‡• †— ƒ–ǯ •—” Ž‡ …Šƒ–‹‡”†—’”‘Œ‡– –‘—–‡ ˆƒ‹•ƒ–†— „±–‘ ǫ ǢȌ —ƒŽ‘”• ‘–‡” ͣ†ƒ• Ž‡• ˜‘‹–—”‡•‡–•‡•‡–‹”•‡””±ƒŽ‘”•“—‡‡—š‹Ž•”‡–”‡–͝͞†‡†ƒ•ȋ‡–‘—‹ǡͤ†‡””‹°”‡ǡ ͠†‡˜ƒ–ǡŒ‡˜‘‹•’ƒ•Ž‡’”‘„Ž°‡ǨȌǫƒ˜—’Ž‡‹•†‡…Š‘•‡••‘”–ƒ–†‡‘–”‡ ‘”†‹ƒ‹”‡ǣ†‡•˜‘†‘—•“—‹‘–†‹–Žǯ—‡†‡‘—•†‡•‡‡––”‡†‡””‹°”‡—‡’‡–‹–‡ …ƒŽ‡„ƒ••‡ ƒ˜‡… †‡• ’Ž—‡• ƒ……”‘…Š±‡• ‡– “—ǯ‡ŽŽ‡ ƒŽŽƒ‹– ƒ˜ƒ…‡” –‘—–‡ •‡—Ž‡ǡ Ž‡• ’‘—Ž‡•‡–Ž‡•‘—–‘••‡„ƒŽƒ†ƒ–•—”Ž‡–‡””ƒ‹†‡ˆ‘‘–’‡†ƒ–Ž‡ƒ–…ŠǡŽ‡• ˜‘‹–—”‡•“—ǯ‹Žˆƒ—–’‘—••‡”’‘—”“—ǯ‡ŽŽ‡•†±ƒ””‡–’ƒ”…‡“—‡Žƒ„ƒ––‡”‹‡‡•––”‘’ ˜‹‡‹ŽŽ‡ǡǥƒƒ—••‹‡—†‡Žƒ’Ž—‹‡ȋ‹Ž‡ˆƒ—–’ƒ•…”‘‹”‡ǡŽǯˆ”‹“—‡…‡ǯ‡•–’ƒ•Ž‡ †±•‡”–’ƒ”–‘—–ǨȌ‡–‹Ž’Ž‡—˜ƒ‹––‡ŽŽ‡‡–ȋ–‘—–‡•Ž‡•͞͞Š’‘—”²–”‡’”±…‹•‡ǨȌ“—‡ ­ƒˆƒ‹•ƒ‹–—‡’‹•…‹‡“—‹”‡’Ž‹••ƒ‹––‘—–Ž‡Œƒ”†‹Ǩ–’—‹•‘•‡”‡†…‘’–‡ “—‡‘•Šƒ„‹–—†‡•‘……‹†‡–ƒŽ‡•’‡—˜‡–•—”’”‡†”‡Ǩƒ”‡š‡’Ž‡—Œ‘—”‘ƒ ±–±ˆƒ‹”‡—ˆ‘‘–‹‰‡–‘•ǯ‡•–ƒ””²–±’‘—”†‹•…—–‡”ƒ˜‡…†‡•‰‡•‡–‡”‡’ƒ”–ƒ– ‹Ž•‘–…”‹±Ǽǯƒ›‡œ’ƒ•’‡—”ǡǯƒ›‡œ’ƒ•’‡—”ǡ’‘—”“—‘‹˜‘—•…‘—”‡œ…‘‡…ƒǫ ǽ”‡ˆ…ǯ±–ƒ‹–Œ—•–‡‡š–”ƒ‘”†‹ƒ‹”‡‡–—‡‡š’±”‹‡…‡ƒ‰‹Ƥ“—‡“—‡Œ‡…‘•‡‹ŽŽ‡ –‘—–Ž‡‘†‡Ǩƒ˜ƒŽƒ‹–˜”ƒ‹‡–Ž‡…‘—’†‡‰ƒŽ±”‡”’‘—”…‡…ƒŽ‡†”‹‡”Žƒ…‘ ǨǢȌǽ

Le projet d’exploration Togo Aneho

Ǽ‘˜‘›‘˜‘„‘Œ‘—”ǡ…ƒ˜ƒ„‹‡ǫ‡”…‹ǣȌǽ•—”—ƒ‹”†‡—•‹“—‡ƒˆ”‹…ƒ‹‡Ǥ‡Ž±–ƒ‹–Žǯƒ……—‡‹Ž†‡•‡ˆƒ–•†°•“—ǯ‹Ž•˜‘›ƒ‹‡– ƒ””‹˜‡”Ž‡•Ǽ‘˜‘•ǽȋŽ‡•„Žƒ…•ȌǤ ‡’”‘Œ‡–‡•–±Ƥͥ͜͜͞ǡ•—‹–‡Žƒ”‡…‘–”‡†‡’Ž—•‹‡—”•’‡”•‘‡•†—‹Ž‹‡—ƒ••‘…‹ƒ–‹ˆ‡–†ǯ—‡–‘‰‘Žƒ‹•‡Ǥ Ž•ǯƒ‰‹••ƒ‹–ƒ— †±’ƒ”–†‡‡––”‡‡’Žƒ…‡—‡Ǽ‹••‹‘‡š’Ž‘”ƒ–‘‹”‡ǽǡ—Ž‘‰–”ƒ˜ƒ‹Ž†‡’”±’ƒ”ƒ–‹‘ƒ±–±ˆƒ‹–ƒƤ†‡–”‘—˜‡”—…‘–ƒ…– •—”’Žƒ…‡Ǥ —‹͜͜͞͝ǡ…ǯ‡•–Ž‡†±’ƒ”–ǡŽ‡•͡±–—†‹ƒ–•‡–±–—†‹ƒ–‡•‡†‡—š‹°‡ƒ±‡†‡±†‡…‹‡’”‡‡–Žǯƒ˜‹‘†‹”‡…–‹‘‘±ǡŽƒ …ƒ’‹–ƒŽ‡Ǥ—”’Žƒ…‡ǡ†ƒ•Žǯƒ…‹‡‡˜‹ŽŽ‡…‘Ž‘‹ƒŽ‡†ǯ±Š‘ǡŽƒ‹••‹‘‡š’Ž‘”ƒ–‘‹”‡…‘•‹•–‡‡Žƒ”‡…‘–”‡†‡’‡”•‘‡• †‡†‹ơ±”‡–• „‘”†• •‘…‹ƒ—šǡ ‹Ž •ǯƒ‰‹–†‡ •ǯ‹’”±‰‡”†‡ Ž‡—”…—Ž–—”‡‡– •—”–‘—–†‡ Ž‡•±…‘—–‡”Ǥ ‡‰”‘—’‡ƒ ‘–ƒ‡– ’—ˆƒ‹”‡—•–ƒ‰‡‡‹Ž‹‡—Š‘•’‹–ƒŽ‹‡”ǣ†ƒ•Ž‡•‡—ŽŠØ’‹–ƒŽ’•›…Š‹ƒ–”‹“—‡†—‘‰‘ǡ‡–†ƒ•—ŠØ’‹–ƒŽ’”±ˆ‡…–‘”ƒŽǤ †±…‘—˜”‡—‡”±ƒŽ‹–±“—‡Žǯ‘ƒ†—ƒŽ‹ƒ‰‹‡”ǤǤǤ —ƤŽ†‡•†‹•…—••‹‘•‡–‰”Ÿ…‡†‹ơ±”‡–•…‘•–ƒ–•ǡŽ‡’”‘Œ‡–‡˜‹•ƒ‰±…‘•‹•–‡”ƒ‡‰±±”ƒŽ—‡Ž—––‡…‘–”‡ŽƒƒŽ—–”‹–‹‘ ˆƒ‹„Ž‡‡–‘†±”±‡Ǥ‹ơ±”‡–•ƒ•’‡…–••‘–’”±˜—•ǣŽƒ…”±ƒ–‹‘†ǯ—‡…ƒ–‹‡’‘—”Ž‡•‡ˆƒ–•†‡Žƒ’±†‹ƒ–”‹‡ǡŽƒ•‡•‹„‹Ž‹•ƒ–‹‘ †‡•°”‡•—‡‘—””‹–—”‡’Ž—•±“—‹Ž‹„”±‡ƒ˜‡…Ž‡•’”‘†—‹–•”±‰‹‘ƒ—š’ƒ”Ž‡„‹ƒ‹•†‡”±—‹‘•†ǯ‹ˆ‘”ƒ–‹‘•‡–†‡Žƒ …‘‘’±”ƒ–‹‘†‡Žƒ”ƒ†‹‘Ž‘…ƒŽ‡ǡŽƒ‹•‡‡’Žƒ…‡†‡Œƒ”†‹†ƒ•Ž‡•±…‘Ž‡•‡–†ƒ•ŽǯŠØ’‹–ƒŽǤǤǤ ‡’”‘Œ‡–†±ƒ””‡Œ—•–‡ǡŽ‡•‹†±‡•Œƒ‹ŽŽ‹••‡–ǡ˜‹‡•ƒ’’‘”–‡”–ƒ’‹‡””‡Žǯ±†‹Ƥ…‡ǡ‡–”‡Œ‘‹–•‘—•†ƒ•…‡––‡„‡ŽŽ‡ƒ˜‡–—”‡Ǩǽ

10 - Septembre 2010 / ADN n°4

Reportages Reportages

 Ž ‘ … Ž Ž Ǽ ’ Ž ͝ Ž † Ž ’




 

   

  

des temoignages de ceux qui ont eu la motivation de se lancer dans cette aventure…

͞͠Œ—‹͜͜͞͝ǡƒ’”°•—‡—‹–Žǯƒ±”‘’‘”–†‡–š—’‡”›†‹”‡…–‹‘Ž‡ƒ‡”‘—ǡ ’ƒ›• ƒ‰‹“—‡ ƒ—š —Ž–‹’Ž‡• ˆƒ…‡––‡•ǡ ƒ—š ’ƒ›•ƒ‰‡•˜ƒ”‹±• ‡– ‰”ƒ†‹‘•‡• ǡ  Žƒ ’‘’—Žƒ–‹‘…ŠƒŽ‡—”‡—•‡‡–ƒ……—‡‹ŽŽƒ–‡Ǩ ǯ‡•–†‘…ƒ’”°•ͥ‘‹•†‡‰‡•–ƒ–‹‘ƒ’”°•ǼŽǯƒ…–‡ȋ•ȌǼȋƒ’’Žƒ—†‹••‡‡–’‘—” …‡ƒ‰‹Ƥ“—‡Œ‡—†‡‘–Ȍ“—‡‘–”‡’”‘Œ‡–†‡•‘Ž‹†ƒ”‹–±•‡…‘…”±–‹•‡Ǩ ‡––‡ƒ±‡‘–”‡’”‘Œ‡–•ǯ‡•–†±”‘—Ž±‡†‡—š’ƒ”–‹‡•ǣŽƒ’”‡‹°”‡±–ƒ‹–…‘•ƒ…”±‡ —†±’‹•–ƒ‰‡†— †ƒ•—‡˜‹ŽŽ‡ƒ—‘”††—ƒ‡”‘—Ǥˆƒ‹•ƒ‹–’”‹•‡• †‡ •ƒ‰ǡ ƒ‘…‡ †— †‹ƒ‰‘•–‹… ‡– ’”±˜‡–‹‘Ǥ ƒ •‡…‘†‡ ’ƒ”–‹‡ †— ˜‘›ƒ‰‡ …‘•‹•–ƒ‹–˜‘‹”•‹Ž‡’”‘Œ‡–†‡•–‘…ƒ‰‡‡–†‡”‡˜‡–‡†‡•…±”±ƒŽ‡•‹•‡’Žƒ…‡ Žǯƒ±‡†‡”‹°”‡ƒ˜ƒ‹–ˆ‘…–‹‘±Ǩ ǯ‹†±‡†‡…‡’”‘Œ‡–±–ƒ‹–†ǯƒ…Š‡–‡”†‡•…±”±ƒŽ‡•ǡ†‡Ž‡••–‘…‡”’—‹•†‡Ž‡•”‡˜‡†”‡  — ’”‹š •—’±”‹‡—” ’‘—” …”±‡” — „±±Ƥ…‡ †‹”‡…–‡‡– ”‡˜‡”•± ƒ— …‡–”‡ †‡ •ƒ–±’‘—”Ž‡•…‘•—Ž–ƒ–‹‘•’”±•…‘Žƒ‹”‡‡–’”±ƒ–ƒŽǤ‡’”‘Œ‡–‡•–ƒ‹•‹‰±”±’ƒ” Ž‡•ˆ‡‡•“—‹†±’‡†‡–†‡Žǯƒ‹”‡†‡•ƒ–±†—†‹•’‡•ƒ‹”‡Ǥ ƒ…ǯ‡•–Žƒ’ƒ”–‹‡’”±•‡–ƒ–‹‘†—’”‘Œ‡–ƒ‹•Ž‡˜‘›ƒ‰‡ǤǤǤǯ±–ƒ‹–’Ž—•’—‹••ƒ– “—‡Žƒ„‘„‡ƒ–‘‹“—‡ǡ’Ž—•‹””ƒ†‹ƒ–“—‡Žƒ’ƒ”–‹…—Ž‡ƒŽ’Šƒǡ’Ž—•ˆ‘”–“—‡Ž‡ “—ƒ†”‹…‡’•†ǯ—ƒ‘—–Šǡ‡–’Ž—•‹…”‘›ƒ„Ž‡“—‡Žƒ”±’Ž‹…ƒ–‹‘†‡ŽǯǤ ‡ ‡”ƒ…‘–‡”ƒ‹’ƒ•†ǯƒ‡…†‘–‡…ƒ”…‡ŽŽ‡“—‡Œǯƒ‹ƒ±–±Œ—‰±‡–”‘’†±‰—‡—Ǥƒ…Š‡œ Œ—•–‡“—‡²‡‡–”ƒ‹±ǡŽƒ„‘‹••‘Ž‘…ƒŽ‡’‡—–˜‘—•‡––”‡ƒŽ‡‘‹•†‡ †‡—šǡƒ‹•’ƒ•…ƒ—•‡†‡•‘†‡‰”±†ǯƒŽ…‘‘ŽǤǤǤ‡–“—ƒ†Ž‡•…Š‹‘––‡•”‡ˆ‘—Ž‡– ‡–“—ǯ‹Ž”‡•–‡’Ž—•“—‡ Ž‡ Žƒ˜ƒ„‘ǡ…ǯ‡•–’ƒ•”‹‰‘Ž‘Ǩȋ…‘–”ƒ‹”‡‡–…‡“—‡ Žǯ‘ ’‘—””ƒ‹–…”‘‹”‡ǯ‡•–’ƒ•—‡ƒ‰‡…‡†‡˜‘›ƒ‰‡ǨȌ ‘—•±–‹‘•‡’ƒ”–‡ƒ”‹ƒ–ƒ˜‡…—‡ Ž‘…ƒŽ‡ǡˆ”‹…ƒ ‘’‡ǡ“—‹’ƒ”–‹…‹’‡Žƒ’”‘‘–‹‘†ǯ‹‹–‹ƒ–‹˜‡•˜‹•ƒ–ƒ±Ž‹‘”‡” Ž‡•…‘†‹–‹‘•†‡˜‹‡†‡•’‘’—Žƒ–‹‘• Ž‡•’Ž—•†±ˆƒ˜‘”‹•±‡•Ǥ ‘—•ƒ˜‘•†‘……‘‡…±…‡––‡ƒ±‡ Žƒ”±‘˜ƒ–‹‘†ǯ— ‘”’Š‡Ž‹ƒ–ǡƒ—•‡‹†—“—‡Ž‘—•˜‘—Ž‹‘•‡––”‡‡’Žƒ…‡—…‡–”‡†ǯƒ……—‡‹Ž’‘—”Ž‡•‡ˆƒ–•ƒŽ—–”‹•Ǥ’ƒ”ƒŽŽ°Ž‡ǡ— …›„‡”…ƒˆ±˜ƒ²–”‡‹•‡’Žƒ…‡ǡŽ‡•„±±Ƥ…‡•†—…›„‡”…ƒˆ±•‡”‘–”‡˜‡”•±•Žǯ‘”’Š‡Ž‹ƒ–‡–ƒ—…‡–”‡†ǯƒ……—‡‹ŽƒƤ†ǯƒ••—”‡” Ž‡—”„‘ˆ‘…–‹‘‡‡–‡–Ž‡—”ƒ—–‘•—ƥ•ƒ…‡Ǥ‡––‡ƒ±‡Ž‡•–”ƒ˜ƒ—š’‘—””‡ˆƒ‹”‡—‡‘—˜‡ŽŽ‡…—‹•‹‡‘–±–±Žƒ…±•‡– Ž‡•‡ˆƒ–•†‡Žǯ‘”’Š‡Ž‹ƒ–‘–‡—†‡‘—˜‡ƒ—šƒ–‡Žƒ•ƒ‹•‹“—‡†‡•˜²–‡‡–•‡–†—ƒ–±”‹‡Ž•…‘Žƒ‹”‡”±…‘Ž–±•‡ ”ƒ…‡Ǥ Ǽ‘—”‘–”‡†‡”‹‡”™‡‡Ǧ‡†ǡ‘—•†±…‹†‘•†‡’ƒ”–‹”‡‡š…—”•‹‘—‹†ƒŠȋƒ…‹‡’‘”–†‡Žƒ–”ƒ‹–‡±‰”‹°”‡ȌǤ‘—• ’”‡‘•Ž‡•–”ƒ•’‘”–•“—‡–‘—–Ž‡‘†‡—–‹Ž‹•‡Ž„ƒ•’‘—”ƒŽŽ‡”†‡˜‹ŽŽ‡‡˜‹ŽŽ‡ǡ…ǯ‡•–†‹”‡Ž‡•Ǽ–ƒš‹•„”‘—••‡•ǽǨ‡ˆ‘‹• Ž‡–ƒš‹–”‘—˜±ǡ‘—•‡„ƒ”“—‘•ǤǤǤͣ͞†ƒ•—‡…ƒ‹‘‡––‡“—‹ǡ’‘—”‘—•ˆ”ƒ­ƒ‹•ǡǯƒ—”ƒ‹–’—…‘–‡‹”“—ǯƒ—ƒš‹— ͜͝’‡”•‘‡•ǤǤǤ‘—•ǯƒ˜‘•Œƒƒ‹•±–±ƒ—••‹’”‘…Š‡•†‡–‘—–Ž‡•±Œ‘—”ǨǣǦȌ—‹•͟Š†‡”‘—–‡’‘—”ˆƒ‹”‡͜͠‹Ž‘°–”‡•ǡƒ˜‡… Ž‡•’‘–•†ǯ±…Šƒ’’‡‡–•†‡•…ƒ‹‘••‘—•Ž‡‡œ†ƒ•Ž‡•‡„‘—–‡‹ŽŽƒ‰‡•‡–͟’ƒ‡••—”Ž‡–”ƒŒ‡–Ǥƒ‹•’‘—”Ƥ‹”ǡ‘—• †±…‘—˜”‘•Žƒ’Žƒ‰‡†‡—‹†ƒŠǡƒ‰‹Ƥ“—‡ǣ•ƒ„Ž‡Ƥǡ±…—‡†‡•˜ƒ‰—‡•ǡ’ƒŽ‹‡”•‡–“—ƒ•‹‡–’‡”•‘‡ƒ—šƒŽ‡–‘—”•ǤǤǤ Ž‡”²˜‡Ǩ‘—•†‘”‘•†ƒ•—‡’‡–‹–‡ƒ—„‡”‰‡•—”’Žƒ…‡‡–Ž‡†‹ƒ…Š‡”‡–‘—”•—”‘”–‘‘˜‘ǤǤǤ‘•‡”ƒ‹–„‹‡”‡•–±—’‡— ’Ž—•Ž‘‰–‡’•ƒ‹•Ž‡•–ƒ‰‡‡–Ž‡’”‘Œ‡–‘—•ƒ––‡†‡–Ǩǽ

Reportages Reportages

Le projet Madagascar

11 pu n. it on

‘–”‡ ’”‘Œ‡– ±–ƒ‹– †‡ ‘–‡” —‡ ‹Ƥ”‡”‹‡ †ƒ• — ˜‹ŽŽƒ‰‡ †— ‘ †‡ ƒ”‘Šƒ†›ǡ ȋ˜‹ŽŽƒ‰‡•ƒ•‡ƒ—‡–•ƒ•±Ž‡…–”‹…‹–±“—ƒ† ²‡Ȍǡ‡–†‡–”‘—˜‡”— ‹Ƥ”‹‡”…ƒ’ƒ„Ž‡ †‡Žƒ†‹”‹‰‡”Ǥƒ–”ƒ˜ƒ‹ŽŽ±‡’ƒ”–‡ƒ”‹ƒ–ƒ˜‡…—‡ƒ••‘…‹ƒ–‹‘Ž‘…ƒŽ‡ǡ ‹†‡•Ǥǯƒ”‰‡– ”ƒ’’‘”–±’ƒ”‘•ƒ…–‹‘•ƒ’‡”‹•†‡’ƒ›‡”Žƒ…‘•–”—…–‹‘†‡Žǯ‹Ƥ”‡”‹‡“—‹ƒ—”ƒŽ‹‡— ‡‘˜‡„”‡ǡ‡–±‰ƒŽ‡‡–†ǯƒ…Š‡–‡”†—ƒ–±”‹‡Ž’‘—”Ž‡•‡ˆƒ–•ŽǦ„ƒ•Ǥƒƒ—••‹‡— —„—–’Ž—•±†—…ƒ–‹ˆ†ƒ•Žǯ±…‘Ž‡†—˜‹ŽŽƒ‰‡‡ˆƒ‹•ƒ–†‡•ƒ‹ƒ–‹‘•ƒ˜‡…Ž‡•‡ˆƒ–•‡– †‡Žƒ’”±˜‡–‹‘ƒ—’”°•†‡•’ƒ”‡–•†ǯ±Ž°˜‡•Ǥ Ǽ†‡••‘—˜‡‹”•Ž‡’Ž—•‹•‘Ž‹–‡†‡‘–”‡˜‘›ƒ‰‡ƒ±–±‘–”‡†‡”‹‡”™‡‡Ǧ‡††ƒ•Ž‡ ˜‹ŽŽƒ‰‡Ǥ†‘”ƒ‹–ƒ—…±ƒ…Ž‡…Š‡œŽ‡•à—”•ǡ†ƒ•—‡ƒ„‹ƒ…‡”‡Ž‹‰‹‡—•‡†‘…Ǥƒ ˜‡‹ŽŽ‡†—͝͡ƒ‘ð–ǡŽ‡••à—”•‘–ˆƒ‹–˜à—†‡•‹Ž‡…‡Ǥ‘—•’‡†ƒ–…‡–‡’•‘ƒ’”‹•†— ”Š—‡–‘ƒ’”‘Ƥ–±†‡Žƒ•‘‹”±‡‡†‡˜‡ƒ–†‡’Ž—•‡’Ž—•Œ‘›‡—šǨ ‹ƒŽ‡‡–—‡ •à—”‡•–˜‡—‡’‘—”‘—•†‡ƒ†‡”†‡ˆƒ‹”‡—’‡—‘‹•†‡„”—‹–ǥ‘ƒ˜ƒ‹–’ƒ•Žǯƒ‹” –”°•Ƥ‡–•—”–‘—–‡–‘–ƒŽ†±…ƒŽƒ‰‡Ǩǽ Ǽ‡“—‹ǯƒƒ”“—±•—”–‘—–ǡ…ǯ‡•–Ž‡…‘–”ƒ•–‡‡–”‡Žƒ’ƒ—˜”‡–±‡–Ž‡•“—‡Ž“—‡•ƒ……°• Žƒ‘†‡”‹–±†—’ƒ›•Ǥƒ”‡š‡’Ž‡ǡŒ—•–‡…Ø–±†—†‡—š‹°‡ŠØ’‹–ƒŽ†—’ƒ›•ǡ‹Ž›ƒ—‡ ±‘”‡†±…Šƒ”‰‡‘•‰‡•˜‹‡‡–ƒ‰‡”†‡†ƒ•Ǥǽ

Le projet Cameroun Sud

    

Le projet Benin

   

ACTESǡ…‹“Ž‡––”‡•’‘—”••‘…‹ƒ–‹‘†‡‘‘’±”ƒ–‹‘†ƒ•Ž‡‹‡”•‘†‡’‘—”Žǯ†—…ƒ–‹‘ ‡– Žƒ ƒ–±ǡ ƒ‹•“—‹•—” Ž‡ –‡””ƒ‹•‹‰‹Ƥ‡– –‡ŽŽ‡‡– ’Ž—• Ǩ ‹˜‘—•²–‡•†‡• ±‘Ǧ͞ –‘—– „‡ƒ—š–‘—–ˆ”ƒ‹•ǡ’Ž‡‹†‡‘–‹˜ƒ–‹‘‡–†ǯ‡˜‹‡†‡˜‘—•‹˜‡•–‹”ǡ…‡––‡ƒ••‘…‹ƒ–‹‘†‡•‘Ž‹†ƒ”‹–± ‹–‡”ƒ–‹‘ƒŽ‡˜ƒ„‹‡˜‹–‡‡••ƒ›‡”†‡˜‘—•‡––”‡Ž‡‰”ƒ’’‹†‡••—•Ǥ‘—•‡˜‡””‡œ“—‡Ž‡—”• ƒƥ…Š‡•”‡–ƒ’‹••‡”Ž‡ŠƒŽŽ†‡Žƒˆƒ…’‘—”˜‘—•‹˜‹–‡”†‡•”±—‹‘•†ǯ‹ˆ‘”ƒ–‹‘•ǡ’‡—–Ǧ²–”‡ ²‡†‡•’‡–‹–•‘–•†ǯ‡—š†ƒ•˜‘•…ƒ•‹‡”•†‡”‘±‘•ǡ†‡•ƒ”–‹…Ž‡•†ƒ•˜‘–”‡Œ‘—”ƒŽ’”±ˆ±”±ǥ ‡–ŽŒ‡˜‘—•…‘ƒ‹•ǡ˜‘—•ƒŽŽ‡œ…‘‡…‡”˜‘—•’‘•‡”†‡•“—‡•–‹‘•ǡǼ–‘—–­ƒ†‘‹–…ƒ…Š‡” “—‡Ž“—‡…Š‘•‡ǡ‹Ž›ƒˆ‘”…±‡–ƒ‰—‹ŽŽ‡•‘—•”‘…Š‡Ǩǽ ƒŽ–‡Žƒ’•›…Š‘•‡ǨǨǨǢȌ‹˜‘—•˜‘—Ž‡œ …‘‡Ž‡•„±±˜‘Ž‡•†‡Žǯƒ†‡”‹‡”ƒ˜‘‹”†‡•–±‘‹‰ƒ‰‡•ƒ”“—ƒ–•”ƒ…‘–‡”‡–’‘—˜‘‹” ˜‘—•†‹”‡ǼŒǯƒ‹’—ƒ‹†‡”ǽǡǯŠ±•‹–‡œ’Ž—•‡–Žƒ‹••‡œǦ˜‘—•ƒŽŽ±‰”‡‡–’”‡†”‡†ƒ•Ž‡•ƤŽ‡–• †ǯǨ

ADN n°4 / Septembre 2009 - 11


Les prévisions météo pour cette nouvelle année... Ah… la rentrée !! Depuis ton plus jeune âge, elle a toujours été synonyme de changement… Est-ce que je pourrais emmener mon doudou à la grande école ? Est-ce que Jean Paul Edouard, mon amoureux depuis le CP sera dans ma classe, et par contre est-ce que Marie Jeanne Amélie la pimbêche de service aura changé de collège ? Pourrais-je continuer à ne rien glander au lycée ? Et ma vie à la fac, comment sera t’elle ? Vaste question, nous te l’accordons ! Voici un petit tour de ce qui va changer pour toi cette année (pour le meilleur et pour le pire…) Cyclones et raz de marée annoncés sur la P1, pardon, sur la Première Année Commune des Etudes de Santé (PACES pour les intimes !). Avec la fuuuuusion des facs de pharma et de médecine pour ce concours commun, à toi les joies des mathématiques, de la biostatistique, de l’anatomie… Pas de jaloux, bizuth, tu vas pouvoir exploser ton budget mouchoirs ! Et toi carré, finies les heures d’ennui à ressasser les mêmes cours, tu vas avoir de quoi occuper ta matière grise ! Car tu es aimé par tes supérieurs petit P1, tu vas pouvoir suivre tes cours qui seront répartis en différentes UE, histoire d’appartenir au système LMD, dans l’hypothèse où tu devrais repartir en fac, sans avoir complètement perdu une année de ta vie. Dans le même esprit grandiloquent, la fac t’offre même deux sélections pour le prix d’une (on sait que t’aimes ça !), comme ça, si en décembre tu te rends compte que tu es totalement largué et que tu ne panes rien à la médecine, et bien tu n’auras pas besoin de démissionner, tu seras directement mis à la porte ! Mais bon, ne noircissons pas le tableau, comparé à toutes les promos précédentes tu as droit à tes VACANCES DE NOËL !!! A toi le repas interminable du 25 décembre, à l’ouverture de tes cadeaux au milieu de toutes tes grand-tantes et tes arrière-cousins te demandant si tu penses avoir réussi, et surtout à un réveillon de nouvel an en toute insouciance !! Mais gare à ne pas prendre trop de mauvaises habitudes, tu auras un deuxième semestre bien hard après, en découvrant les cours spécifiques aux pharmas, dentaires, médecins et sage-femmes !

Le ciel sera plus clément sur la P2, tous tes fantasmes vont pouvoir être assouvis !! Tu as passé le cap de Bonne Espérance et te voilà en pleine résurrection ! Tu es passé par la case WEI qui t’a offert un bon bain de boue et des coups de seringues ethanolisés, et tu ne comptes pas t’arrêter sur ta lancée, plein de soirées démentes t’attendent et tu comptes en faire un maximum, dans les limites de ton portefeuille, et de ton foie surtout ! Heureusement que tu n’as pas cours les matins pour te remettre de tes émotions (et virer l’inconnu qui partage ton lit quand tu te réveilles !). Côté boulot ça va être assez calme. Tes prédécesseurs P2 ont servi de crash-test, en étant les cobayes de contrôles continus trop nombreux, trop volumineux, et trop pointilleux (comment veux-tu te rappeler des gènes codant pour le sommeil chez la drosophile dans un cours de 30 pages barbares  ?!) Tu vas donc être l’heureux bénéficiaire du régime à 2 contrôles continus par semestre !! Juste de quoi être capable de faire face aux partiels en décembre sans découvrir toutes tes ronéos deux semaines avant ! Et tu vas toi aussi pouvoir jouir (oh ouiiii) de tes vacances de Noël en toute liberté (et même faire la fête (ou leur fête) avec les petits P1 !). 12 - Septembre 2010 / ADN n°4 12 - Septembre 2010 / ADN n°4

- Raphaëlle Habert-Dantigny

Informations


Quelques nuages vont s’amonceler au dessus de la tête des D1 mais cela ne devrait pas donner de précipitations. L’âge d’or de la P2 s’est achevée pour toi un bel après-midi de juin (ou de juillet si tu étais trop déprimé à l’idée de quitter cette année d’insouciance, et que tu as fait exprès d’aller aux rattrapages pour faire durer le plaisir !). Te voilà maintenant un pré-externe, en stages le matin et en cours l’aprèm. Tu vas avoir le grandissime honneur de trier les papiers administratifs des hôpitaux de Lyon, de faire la plante verte dans les couloirs et de te pavaner ton stétho autour du cou alors qu’en fait, il vaudrait mieux qu’on évite de te demander de t’en servir car tu serais bien incapable de distinguer un thrill, d’un souffle de régurgitation ! Mais qu’importe, tu es content d’être là et de te lever de nouveau aux aurores ! ;) Coté ronéos à apprendre, tu vas être comblé, un programme chargé t’attend, avec tout un tas de nouvelles matières ! Une bouchée de parasito, une once de viro, quelques pincées de bactério et une bonne grosse louche de pharmaco, ça c’est sûr, tu n’auras pas l’estomac vide cette année ! Et cerise sur le baba au rhum, comparé aux D1 de l’année précédente, tu n’auras que 2 CC par semestre, et tu seras en vacances dès mai, et ouai, tu ne goûteras même pas au plaisir d’aller en stage en juin ! Petite bise glacé et refroidissement général sur la planète D2, avec renforcements des intempéries sibériennes au fur et à mesure de l’avancée dans l’externat. Cette année tu la redoutais et tu en as fait des cauchemars tout l’été, ou alors tu t’en es fait des films énormes où tu sauves des vies pendant tes gardes, et où tu apprends à choper les infirmières et tes collègues dans les endroits les plus improbables de l’hôpital. Dans tous les cas, tu sais qu’il te faut mettre une croix sur ta vie débauchée d’étudiant et qu’il va te falloir reprendre un rythme de vie plus sérieux et plus, disons, dense en travail. Te voilà pour trois ans en alternance entre les stages et les cours. La BU te rouvre ses portes, les boîtes à conf’ de même, et tu sens des relents de ta P1 dans l’air. Fini l’investissement dans les soirées, ton compte en banque souffre tellement à l’achat de tous les bouquins pour l’ECN que mis à part le café et les vitamines, tu te serres la ceinture. Car que cela soit dit, ce n’est pas les 80 euros que te verse la fac tous les mois qui te permettent de vivre ! Comme la fac ne veut pas faire de jaloux entre les différentes promos, toi aussi tu vas avoir un cadeau cette année ! On t’offre tes partiels de janvier ! Et oui, tu auras la chance de tout passer à la fin de l’année, tu n’es plus à quelques modules près ! Et ô joie, tu vas même avoir une épreuve orale pour voir comment tu te débrouilles en pratique avec un patient ! Et oui, tu t’en rend compte, être médecin, ce n’est pas seulement ingurgiter des connaissances et des connaissances mais c’est aussi savoir communiquer ! En plus, la BU te rouvre ses portes, même le dimanche après-midi grâce aux élus inter-asso !

Et bien ma mission est terminée, le flou sur ta nouvelle année est dissipé, il ne te reste plus qu’à la vivre pleinement et d’espérer que la météo ne soit pas trop mauvaise !

LA MEDICALE 157 COURS ALBERT THOMAS 69003 LYON ADN n°4 / Septembre 2009 - 13


Interview du Professeur Jean-François Guérin Pourquoi aviez-vous choisi de faire des études médicales ?

Pourriez-vous nous décrire votre activité hospitalière ?

JFG - J’ai d’abord commencé par des études de biologie. En réalisant mon D.E.A (actuel M2) dans un service d’histologie-embryologie axé sur la biologie de la reproduction (Pr Czyba), le labo lançait une recherche sur les spermatozoïdes humains en lien avec les débuts de la banque de sperme (CECOS : première banque de sperme à Lyon) en 1974. Je me suis alors rendu compte que si je voulais continuer dans cette recherche qui touchait l’humain (et non des souris), il me fallait une vue d’ensemble sur la physiologie et la pathologie humaine, je me suis alors lancé dans des études de médecine l’année où je soutenais ma thèse. C’était un peu difficile, mais j’ai survécu !

JFG - Sur le plan hospitalier, j’ai contribué à développer un labo de Biologie de la Reproduction (BDR), inexistant au départ. Nous avons commencé par l’élaboration de banques de sperme. On a appris à congeler le sperme, à faire des inséminations artificielles dans les cas d’infertilité masculine vu qu’à l’époque, on ne savait rien dessus. Progressivement, on a réalisé des inséminations non plus avec du sperme de donneur congelé mais avec le sperme du conjoint. Puis, au début des années 80, j’ai contribué à développer la grande révolution qu’était la FIV. Depuis 2000, je suis chef de service de médecine de la reproduction à l’HFME, qui a la particularité d’avoir une option à la fois clinique et biologique dont je m’occupe. Plus on avance en âge, plus on est pris par des tâches administratives mais je tiens toujours à participer aux discussions concernant l’élaboration d’une nouvelle technique, d’une nouvelle stratégie.

Si vous étiez… Une cellule : un ovocyte car c’est la cellule la plus intelligente de l’organisme. Un personnage célèbre : Un aventurier comme Mermoz ou Saint-Exupéry. Une boisson : un rosé de Provence. Du matériel médical : une compresse (qui a dit spéculum  ???!!) Un proverbe : « considère autrui comme toi-même » (M. le Professeur préfère la version Kantienne que celle biblique). Plutôt jogging ou costard chez vous  ? Jogging !! Fécondation in vivo ou in vitro ? Si possible, in vivo, à 100% !

14 - Septembre 2010 / ADN n°4

En dehors de votre labo, de quoi êtes-vous chargé à la fac ? JFG - Je tiens beaucoup à mon activité universitaire ! Les enseignants de médecine, et c’est là une particularité française, sont hospitalouniversitaires. Sur le plan de la fac, j’ai à la fois une activité de recherche et d’enseignement   : j’étais chargé de la coordination du premier cycle des études médicales à faculté Grange

Blanche, puis à Lyon Est je me suis occupée de la première année. Depuis cette année, je suis coordonateur de la PAES. Que pensez-vous de la L1 Santé ? JFG - La 1ère année est assez particulière, beaucoup d’étudiants, un ou des amphis à tenir. J’ai sévi pendant plus de 20 ans dans l’amphi Hermann où il fallait des tripes bien accrochées pour enseigner  !! La réforme de la L1 santé est partie du constat que la P1 est une année très difficile où beaucoup d’étudiants se retrouvent après 2 années bredouilles sans forcément avoir démérité. Une des solutions proposées a été de sélectionner à l’entrée des études mais les associations étudiantes sont contre, au nom de l’équité. Mais force des choses, beaucoup de gens pensent que cette réforme ne va rien arranger, car le fait de réorienter les étudiants à la fin du premier semestre risque de leur faire perdre encore 3-4 mois… De plus, mélanger des études médicales et pharmaceutiques pose problème au niveau de l’organisation entre enseignants, et faire quatre concours distincts alors qu’on aurait pu faire un concours commun ressemble plus à une « usine à gaz ». C’est également compliqué pour les étudiants qui devront choisir à la fin du S1 leurs options… Nous sommes tous assez sceptiques par rapport à cette réforme. On ne sait pas du tout quels vont être les flux dans les 4 U.E. Je ne suis pas persuadé que moins d’étudiants seront laissés sur la paille à la fin de l’année. En somme, nous sommes un peu inquiets.

Interviews


Quels conseils donneriezvous aux étudiants ? JFG - Surtout, et encore plus que les autres années : ne pas perdre pied au départ !!! Il faut savoir que le S1 va être extrêmement chargé : 240h de cours (programme officiel), et va compter pour la moitié de la note finale. Il faut vraiment se mettre dans le bain dès le tout début, car tout retard sera pénalisant. Le volume horaire par semaine est sensiblement le même que les années précédentes. Nous ne savons toujours pas quel sera le numérus clausus, on espère qu’il sera égal aux NC de médecine et de pharmacie. L’année dernière, il avait très légèrement diminué à Lyon pour augmenter dans les régions à faible densité médicale type Amiens (ndlr: beurk !).

Interviews

Que pensez-vous de l’avenir de l’hôpital, par rapport à toutes ces réformes ? Quelles en sont les conséquences sur votre activité de recherche ? JFG - L’hôpital français est en « déficit chronique ». Ce n’est pas un hasard si les plus grosses infrastructures où se font les plus grosses activités de recherche sont dans le rouge. Mais qu’est ce qu’on entend par déficit d’un hôpital ? Quand on admet qu’un hôpital doit soigner les gens, quelque soit leur pathologie, on se doit de traiter des maladies rares, à traitement très onéreux et autres pathologies pas forcément coûteuse. On ne peut pas parler de rentabilité, ou alors ce sont des données totalement subjectives. Actuellement, le type de comptabilité qui est imposé

pour dire qu’un service est rentable ou non c’est la T2A (tarification à l’acte). Grâce à ce système, on peut dire qu’une consultation ne rapporte pas beaucoup d’argent en termes de T2A par rapport à l’hospitalisation de jour. Pour moi, on ne peut pas considérer l’hôpital comme une petite entreprise censée rapporter de l’argent. C’est difficile pour nous car ce peut un frein aux techniques innopvantes. Quant à l’actiité de recherche, il y a une tendance à réduire les équipes, à exiger un certain niveau de publications, c’est plus difficile qu’avant. On ne peut pas dire qu’il y aura moins de recherches, mais moins d’équipes. La tendance est à la concentration en de grosses équipes : on conseille aux petites équipes de se rattacher à eux, ce qui impose de nombreuses contraintes… Il y aura donc moins de liberté sans forcément perdre au niveau qualité. Une anecdote marrante à nous raconter ? JFG - (hésite…) Un homme et une femme se présentent pour une FIV. Tout est prêt. A la dernière minute, quelqu’un du service remarque que cet homme est déjà venu dans la semaine avec une autre femme… SA femme ! Nous sommes alors obligés d’arrêter le processus car c’est tout à fait illégal. On discute avec cet homme qui ne semble pas vraiment gêné par la situation et qui répond « oh la la ne le dites surtout pas à ma maîtresse, elle ne me le pardonnerait jamais et me larguerait! ». Propos recueillis par Marion Reveillet ADN n°4 / Septembre 2009 - 15


If you’re going to San Francisco…

D

epuis la ruée vers l’or de 1849, le nord de la Californie n’en finit plus d’attirer les voyageurs, des paillettes dans les yeux. Autrefois bastion des chercheurs d’or et des filles de joie, San Francisco a aussi été le berceau de la génération hippie et la terre d’accueil de nombreux laisséspour-compte, des populations latinos aux homosexuels. Tour d’horizon à l’occasion d’un stage d’été. Les Etats-Unis ne sont pas suffisamment calqués sur le système français pour être le lieu idéal où effectuer un stage de médecine. Ceux d’entrevousqui ontsuivi les précédentes chroniques de Charleston, South Carolina, s’en sont rendu compte. J’en veux pour preuve les yeux écarquillés des jeunes de mon âge quand je leur disais que j’allais attaquer ma 4ème année, à l’heure où ils finissent seulement leurs quatre années d’« undergraduate school » et songent à s’inscrire au «  College of Medecine » (à des prix exorbitants d’ailleurs, plusieurs milliers de dollars, après une sélection des dossiers à l’entrée et un examen qui n’auraient rien à envier à feu notre concours de fin de PCEM1). En fait, les étudiants ne viennent effectuer des stages complets à l’hôpital qu’à partir de leur 4ème année de médecine, soit un BAC+7. Autant dire que l’externat n’a pas d’équivalent local, pas plus que le système de sécurité sociale. Outre Atlantique, de grands hôpitaux développent une médecine de pointe… pour ceux qui peuvent se le permettre. Je vous renvoie bien sûr au film critique de Michael Moore, Sicko, pour comprendre que les Américains paient leur santé au prix fort. Même luxe pour accéder aux études ici à UCSF (University of California San Francisco) ou dans les prestigieuses universités voisines de Stanford et Berkeley. Mais trêve de bavardage, place à la visite ! SF ne serait pas la même sans ses bars gays à Castro, et sans cette icône d’une révolution sexuelle mise à l’écran avec Sean Penn, Oscar du meilleur acteur, dans le rôle de Harvey Milk, conseiller municipal homosexuel. Côté médical, cette communauté a par ailleurs été violemment affectée par le fléau du VIH. Et les médecins peuvent ici prescrire de la marijuana aux séropositifs, de même qu’à certains patients atteints de cancers. Côté touristique, San Francisco étonne par sa tolérance et sa touche mexicaine, dans un Etat où 46% de la population parle espagnol (alors qu’actuellement, la politique de l’Arizona voisin est à l’expulsion des mexicains). La ville transporte de son Chinatown local à son quartier italien à North Beach, et ses musées au Golden Gate Park. Pour toutes ces raisons, « the City by the Bay » sur la péninsule californienne est une destination unique, à visée touristique ou professionnelle. Ne seraitce que pour prendre une photo de votre journal préféré devant l’une des « Seven Wonders of the Modern World » désignées par l’American Society au XXème siècle, le Golden Gate Bridge (allez, on révise les 6 autres pour vous inspirer à partir immortaliser celles qui manquent à l’ADN : le canal de Panama, le barrage d’Itaipu au Brésil, le tunnel sous la Manche, la tour CN à Toronto, le plan Delta aux Pays-Bas et l’Empire State Building à NYC). - Louis-Marie Petit

- Septembre 2010/ ADN / ADNn°4 n°4 16 16 - Septembre 2010

Reportages


Projet de solidarité des étudiantes en psychomotricité au Togo De l’humanitaire, il n’y a pas que les étudiants en Médecine qui en font ! Voici, pour vous, un petit aperçu de ce qu’il se passe dans une autre filière... Après 2 ans de réflexion pour monter un projet et réunir les fonds nécessaires, nous sommes parties avec le soutien de Lyon 1 pour une mission de solidarité au Togo dans un petit village du nom d’Agou Apégamé impliquant de l’animation, de la prévention et de la construction.

Accueillies à Lomé par l’association JUDEC, notre route s’est continuée jusqu’à Agou Apégamé, le village dans lequel nous allions vivre et travailler pendant un mois… Nous avons partagé le quotidien avec six volontaires togolais. Nous étions donc 12 pour mener à bien le projet.

Notre équipe d’étudiantes de la commission humanitaire de ELP (Etudiants Lyonnais en Psychomotricité) s’est soudée au fil des mois dans toute la recherche d’un projet utile qui nous corresponde, d’une association qui nous encadre (JUDEC, Jeunes Unis pour le Développement Et la Culture) et de financements pour donner à notre « rêve » les moyens de prendre vie…! Nous sommes par exemple devenues des lutins du Père Noël dans une grande enseigne du centre ville pour emballer des cadeaux ou avons harcelé les passants le 1er Mai de 00h01 à 23h59 pour leur vendre quelques brins de muguet (!), et enfin bénéficié de subventions précieuses venant du Fond de Solidarité et de Développement des Initiatives Etudiantes de l’Université Lyon 1.

Le travail de rénovation consistait à repeindre l’intérieur et l’extérieur de l’école du village et à débuter la construction de toilettes en dur inexistants et constituants des prémices d’hygiène pour les écoliers. Chaque jour, nous proposions aux enfants (des touts petits aux ados rebelles !) des grands jeux, rondes, chansons… dans un esprit de découverte de nos cultures respectives, nous appuyant sur les carnets confectionnés en France à partir des idées des enfants lyonnais. Nous nous servions aussi de ces temps d’animation pour proposer des jeux éducatifs autour des règles d’hygiène simples et pour tenter de transmettre un début de conscience écologique qui fait grandement défaut. Notre souhait étant de présenter une prévention adaptée et non moralisatrice, ce n’est ainsi qu’après avoir vécu quelque temps « à la togolaise » et longuement discuté avec les volontaires que nous avons pu commencer à aborder ces questions.

Un des piliers de notre projet était l’animation autour d’un échange culturel entre enfants togolais et français. Nous avons régulièrement rencontré et organisé avec des écoliers de Lyon des activités autour de la culture enfantine française (contes, jeux, chansons, recettes…) en leur promettant de leur faire découvrir ce que nous verrions de la culture togolaise au retour de notre voyage. 8 Juillet 2010 : le jour tant attendu de notre départ arrive enfin ! Toute l’équipe : Maud S., Hélène G.,

Reportages

Lors de nos temps libres, nous avons eu la chance de découvrir ce beau pays et sa culture encore authentique tant au niveau naturel qu’ethnique et préservée du tourisme de masse, en n’étant pas de simples spectatrices mais immergées et intégrées à la vie et aux fêtes traditionnelles d’Agou Apégamé, ceci facilité par la présence des bénévoles togolais. Aliette Z., Mathilde F., Albane P., Laura T.

ADN / Septembre 2010 ADN n°4n°4 / Septembre 2009 - 17- 17


L’ADN en va

Même loin de sa chère faculté, le carabin ressent le besoin d’emporter avec lui un peu de l’ambiance qui l’a bercé l’année précédente, histoire de se remémorer de bons souvenirs déjantés et de pouvoir un peu rêver à ce qui l’attend au retour de son périple. Nous avons donc récolté ces quelques clichés montrant votre journal préféré au quatre coins du globe,

18 - Septembre 2010 / ADN n°4

Reportages

h de

qu pa lit m Ec à Va en C à il un

En vi


vacances !!

me sa té, nt ter de cé te, rer és ver ur us lté és tre au ns be,

histoire de vous prouver que l’ADN, ce n’est pas du chiqué ! On le lit certes dans son lit, mais aussi et surtout en Ecosse, à Rome, à Sydney, à Venise, dans la Death Valley, à San Francisco, en Antarctique, dans la Chartreuse, à Boston, à New York... Seraitil en train de prendre une dimension internationale ? En bref, longue vie à l’ADN !

Reportages

ADN n°4 / Septembre 2009 - 19


A quoi s’attendre Parce que la communication de notre chère faculté sur les différents certificats et UE est renseignements auprès des différents départements de biologie relève du parcours du UE. Voici donc quelques témoignages qui, nous l’espérons, te seront utiles... UE BIOLOGIE MOLECULAIRE DE LA CELLULE (ou BMC pour les intimes !)

Anna Blache Le programme est organisé sous forme L’examen l’année dernière se déroulait en avril. Il durait de modules de 8 à 12h environ, chacun supervisé par un responsable, plus un ou plusieurs intervenants   – ce qui est appréciable quand on tombe sur des scientifiques de pure souche, pas pédagogues du tout. Au programme: Méthodes d’études de la cellule : 8h (rébarbatif mais indispensable) ; Les différents devenirs de la cellule et leur programmation : 12h (avis à ceux qui sont intéressés par les cellules souches !!) ; Expression de la différentiation et morphogénèse : 10h  ; -Coordination des activités cellulaires et plasticité moléculaire : 10h (10h avec Mr LEBECQUE à parler des cellules dendritiques, ca me rappelait l’époque biologie cellulaire à Grange Blanche  !!) ; Réponses des cellules aux stress : 12h (pas mal mais un peu long); Réponses des cellules aux xénobiotiques : 8h (liste quasi exhaustive des transporteurs ABC); Réponses des cellules à l’infection  : 10h (si vous avez envie d’apprendre que Mr MADJAR s’est fait mordre par un chien et qu’il a failli avoir la rage…).

4h, et on a eu 2 études d’article.On a eu un article de Mr LEBECQUE en anglais (il ne pensait pas nous piéger la dessus, pour lui, « obviously we speak english ! ») mais on l’avait étudié en cours, il fallait juste avoir ses notes sur soi! L’autre prof a choisi un sujet en français qu’on avait également étudié en cours, il suffisait d’avoir assisté et écouté le cours pour répondre aux questions! Ainsi les 16 premiers avaient «l’honneur» de faire un stage d’initiation à la recherche (RB25) dans le laboratoire de Mr ROUSSET: 2 semaines à temps –bien- plein où on manipulait le matin et on faisait des recherches sur ordi l’après midi en binôme, pour faire un exposé d’1/2h à la fin du stage, sur un sujet donné. Et pour bien terminer, le dernier matin du stage, interro écrite… Mais ce ne sont pas les plus a plaindre, car ceux qui ne font pas le stage chez Mr ROUSSET (i.e. les 24 autres !) ne peuvent pas valider le stage, Mr ROUSSET estimant qu’aucun labo ne peut fournir un stage d’initiation aussi complet que le sien !! * Mais de toute façon, comme maintenant Mr LEBECQUE est le nouveau coordinateur, ca va surement changer.

J’aime J’ai bien aimé être une petite quarantaine en cours, niveau ambiance, certains profs sont

intéressants, d’autres moins, ca dépend. De plus, LEBECQUE, MADJAR et ROUSSET sont très interactifs, ils veulent qu’on participe. J’aime pas Si c’était à refaire je referais la même UE, le seul inconvénient est que tout le monde n’ait pas accès au stage. »

BASES ANATOMIQUES ET FONCTIONNELLES DE LA SEMIOLOGIE

Sylvain Barratier « Cet enseignement se déroule forme d’un examen final de 2h fin avril. (il est possible dans les nouveaux amphis de Rockefeller, les jeudis soirs de 17h a 19h. Le responsable de l’enseignement est le professeur Xavier MARTIN, mais à chaque séance vient un prof différent, pour un cours différent. Sont abordés (liste non exhaustive): physiopathologie de la grippe, des infections urinaires, ulcères gastroduodénaux, insuffisance hépatique, ischémie aigue des membres inférieurs, un peu de sémio neurologique, incontinence anale (si si!), comment la cellule devient cancéreuse, insuffisance rénale, BPCO, etc.

Les cours se déroulent en amphi, en tout il y a 230 étudiants dont 50 de Lyon Sud. Inutile de chercher une ambiance« salle de classe », ici tu es dans un amphi ! Pas de grande différence avec les cours magistraux, si ce n’est que les bancs sont plus remplis (absence de ronéos ou bien cours plus intéressants ? Je vous laisse choisir votre réponse) . L’évaluation se déroule sous la

que quelques fuites transpirent à propos des cours qui tomberont, il y aura alors deux ou-trois questions dessus, en 30 min c’est torché, maintenant on peut aller boire un coup). En résumé, et d’un point de vue un peu personnel, je dirai que ce certificat s’adresse a tous ceux qui ne veulent pas faire d’UE, et qui ne veulent pas trop se fatiguer après une dure P1 (une quinzaine de cours de 2h en tout dans l’année, à comparer à certaines options où les gens ont dû passer leur mois de juin à Lyon pour finir leur mémoire…). Cependant, cette matière n’en reste pas moins très intéressante, avec des profs sympas, motivés, et à l’écoute (un coup de chapeau au professeur de l’incontinence anale qui a réussi a faire rire d’un sujet grave, et aussi au professeur de la cellule cancéreuse qui a réussi un cours très interactif, malgré le fait d’être en amphithéâtre».

J’aime La légèreté du nombre d’heures, le programme intéressant (réellement médical, et non

scientifique), des profs motivés (et surtout, cliniciens) et de la sémio en plus, ce n’est jamais inutile !! J’aime pas L’horaire 17h/19h qui bloque toute l’après midi et vous qui cherchez une atmosphère plus intimiste, qui sorte du cadre de l’amphi, et où l’on puisse faire plus de connaissances, ce n’est pas pour vous! 20 - Septembre 2010 / ADN n°4

Informations

s

au co


re

si vous avez choisi...

est du

aussi claire qu’un cours de neurophysiologie sur le paléocervelet, parce que glaner des combattant, il nous semblait nécessaire de faire une petite revue d’effectif des Certificats et GENETIQUE HUMAINE ET COMPAREE

Dorian Becas Les cours étaient très variables cellulaire ou moléculaire, polymorphismes, évolution d’une semaine à l’autre, tant au niveau du lieu que des horaires. Néanmoins, cela durait en moyenne 3h, et le cours se déroulait le plus souvent dans une salle d’ED à Rockefeller. Lors des «journées de la génétique», le cours peut avoir lieu à HFME, ou HEH, voire à la Doua. Ces journées (au nombre de trois et consécutives normalement) traitent de différents sujets (oncogénétique, neurogénétique...) et d’autres étudiants que nous y assistent. Le responsable parlait de les organiser à la manière « séminaire » en non-stop et à huis clos pour cette année, à confirmer... A savoir qu’en volume horaire (ne pas confondre avec travail perso et niveau d’intérêt de l’UE), c’est une des plus lourdes ! Oui ça pique, difficile d’aller à tous les cours mais cela dépendra des facilités et de la volonté de chacun... La plupart des cours sont assurés par le Pr CALENDER ainsi que d’autres intervenants occasionnels, (notamment lors des journées de la génétique) peuvent faire le cours. Au niveau du programme, le premier semestre est axé sur les bases de la génétique (structure ADN, modes de transmission des maladies et des mutations, techniques utilisées en génétique au niveau

des espèces...). Le second semestre quant à lui contient davantage d’études de pathologies (cardiomyopathie génétique, tumeurs endocrines, NF1, cancer du sein...). Pour valider l’UE théorique, il faut valider les partiels, les terminaux et un mémoire. Les partiels sont sous forme de QCM en janvier (assez hard mais timing suffisant, faire des annales de génétique de PCEM1 GB ou essayer de se procurer des annales de l’UE). Les terminaux se déroulent fin mai avec QCM + QROC sur les cours du second semestre et des questions sur un article scientifique en anglais. Il existe des stages, mais il y a peu de places et l’enseignant responsable n’en parle pas vraiment, (ne pas trop partir avec l’idée d’en faire un, donc...). Le mémoire est à rendre à l’écrit pour miJuin et à présenter à l’oral (powerpoint en 15 minutes) devant prof et étudiants fin Juin. Tout ça semble lourd et contraignant mais ça se valide sans problème pour qui s’en donne unminimum les moyens, le mémoire attendu ne demande pas plus d’un mois de boulot en fin d’année s’il est bien ciblé et pour peu que ça parle de génétique...

J’aime Le contenu, les enseignants, les journées de la génétique, les absences tolérées, le site internet

avec les cours (s’ils sont mis en ligne), le planning fourni à l’avance (mais qui bouge pas mal), la satisfaction de terminer son mémoire (dépendra de chacun) et de valider l’UE. J’aime pas Le travail est assez lourd quand même, l’enseignement n’est pas construit autour d’un plan très structuré (on peut s’y perdre) et les horaires sont très mobiles.

CERTIFICAT D’ANGLAIS PROFESSIONALISE Barbara Abadie Au programme :

- Avec Mme Beaufrère, lecture et compréhension d’articles scientifiques, puis initiation à la présentation d’une conférence scientifique en anglais. - Avec Mr Mac Gill, exercices de vocabulaire et d’expression reposant souvent sur des textes à trous, plus vidéos et exposés oraux. - Les quelques séances à la fin en soirée sont sur supports mixtes : texte, audio, etc. L’ambiance est en général assez bonne enfant puisqu’on est départagé en petits groupes de 15-20. Elle est différente dans les deux cours : l’ambiance dans le cours de Mme Beaufrère est extrêmement studieuse ; elle nous a aussi proposé de passer le TOEIC, pratique si tu pars à l’étranger! A l’inverse, les cours de Mr Mac Gill

sont plus un moment de dialogue (avec le prof et en Anglais bien sûr ^^) voire de dégustation (dans mon groupe, cette année, quitte à devoir faire un exposé minimum chacun, les élèves avaient jugé intéressant qu’à chaque séance quelqu’un présente une recette et fasse le service. A 16h30 ça tombe vraiment à pic :D) Pour les modalités d’évaluation, c’est beaucoup moins contraignant qu’une grande majorité d’options : on a en général un petit travail à faire pendant la séance à rendre à la fin de celle-ci ou pour la semaine suivante, ou alors une présentation orale seul ou en groupe. Tout cela nous vaut une bonne note à chaque fois si on a un minimum travaillé et nous dispense d’examen final : pas de révisions, pas de partiel! Aucun mémoire et aucun stage à faire.

J’aime Les petites évaluations régulières d’où le souci de l’examen final en moins, les exposés «cuisine»

sont un véritable bonheur et permettent un moment d’échange différent et très apprécié, ce certif est une opportunité pour ceux qui souhaitent avoir une approche diversifiée de la médecine en facilitant leur accès aux conférences et publications officielles qui sont pour la majeure partie en anglais. ! J’aime pas - les horaires : 4 heures à la suite, il faut être motivé! Au moins pour apprendre du nouveau vocabulaire, sinon les heures s’alloooongent... De plus, ce n’est pas toujours bien coordonné au niveau des intervenants et des salles de travail (allers- retours Laënnec-GB...). ADN n°4 / Septembre 2009 - 21

Informations


De la P1 à la D4,

L’eau (dite do semble une r e uce) se ulemen ssource si nat ni la po t pour l’ u lluer. H human relle qu’on ne eureuse ité, c’es ment, l’ t peu. F se rend pas fo ADN es A l’hôp aut dire rcémen t là pou ital, à la t co qu’on e r vous m s fac ou à des vila t presque mpte de sa ra ontrer ines ba r la 6,9 mil le m c h a e iso min. ct liards, a eté et sa précio Traque lors ça r les fu éries). A l’éch n, couper le r fait pas sité. 3% d’eau ites elle obinet litres* à po mal. Il n pendan l’année avec attention des HCL, c’es e faut n table t le sav t  ! Frotter d i ( e la gasp e ll s onnage es ont t centain la vaiss iller, endan minut es de elle 30

tout le monde en profite !

milliers ces à fu ieux (in 00 litre sans la ir…). U de litre dis Boire l’ s économisés isser couler l’e n s e d f ’eau sau pensable à l’éli uite d’u * à l’ann eau du au (ou vés. minatio n e r g é u obinet, outte p Attentio n la gran e pour un étud tiliser un petit ar seco n à la p d n ia ’O la d portan o n e v ll d , t e u c e s v ’e t e L ion de aisselle ul. st plus t le lab l’eau av yon, l’eau du , pour le de 600 el Arrêter robinet 0 ec l’util s p de boir NF environne lu s avec un chance isation e de l’ea ment o u d g x e r ) u a u, tout , avec q simplem des produits produits chim nd O. (ça fait uelque écologiq rêver, n s iques je ent, et s on ?) ues. tés dan e mettr e à d’au s l’évie r. Privil tres bois égiez d sons en es prod bouteil uits r, le u d te a e in v d e r r o r e : (cf part idien  t o u q  ! ie r u le d il échets) r a s la gasp n passe … de ne pa n peut s’e it ’o e g u n ’a q s n s o Il p . , m tc ie e e g t , r e e le g n uffa De l’é (depuis télé, cha ne pièce ’u ortable, p d , t e n r a iè t ) or lum asseur, … s ière en s flexe…) m é m o r r lu La mu n ib u la v , e ir lé r (il ven lti Eteindr (ordi, té vrait de rdinateu le i e il ’o n d e d v terrup prise à a ç n t , e e it il d e e e r t n a o p le h p éteind teur, pou isser d’a eurs de télép pense*) la s r a re p ) e er g N ne ar ntact appar plusieurs nt cher ch d’énergie qu’on nstration pratique, me co o n d a e r , b i D l é E s D s sL e démo fois. à la (pour un ment plu n ou de , est bien consom ur dans le noir s mmatio e o s u n iq o s c s sse mo ules cla Faire l’a s ampoules ba x ampo u a  ! e t e r r d u o r p ie e fér rap Utilis vie, par n bien in e io t d a e m é r la du onsom re et la c supérieu Un simple chargeur de portable constamment branché représente Et dans jusqu’à 4 kg de CO2 rejeté dans l’atmosphère tous les ans, pour rien. donc à servent ne (qui veille en ils une habitation, les dépenses liées à des appare ), soit cardio… de VG du prix (le an rien, à rien de rien) peuvent atteindre 50€ par ence. perman en e allumé le) l’équivalent d’une ampoule de 50W (grosse ampou

 ?

s u o v viez

ête ! b   s a P

a

Le s

Le pétrole, ça colle et ça pue [Christo phe, mouette révoltée]. Personne n’est sans ignorer qu’une voiture, ça pollue. En plus, dans un budget serré d’étudiant, assurance éventuelle de la vieille clio donnée + essence + réparation par Papy, ça coûte cher ! - Utiliser les transports en commu n, vous savez, les fameux TCL, jamais en grève et toujours à l’heure. En plus on sait le temps d’attente du métro , maintenant, D… - Sinon, il y a le vélo. Et le vélo’v représente une alternative franche ment économique à la voiture. Pou en ville, c’est aussi rapide (voir plus r un déplacement rapide*), et une carte vélo’v, ça ne coûte que 15€… par an, avec moult o 1h gratuite à chaque utilisation avantages : (si couplée à une carte TCL, 1/2h sino n) o Immédiatement disponible o Pas de parking à payer ni de plac e à chercher (sauf les jours de grèv e..) o Aucun autre frais à payer (assuran ce, essence, nettoyage de pare bris e..) o Le vélo’v existait à Lyon avant sa pâle copie (le Véli’b) parisienne ( argument décisift :D) (plus d’infos sur http://www.velov.gr andlyon.com/) - Enfin, dans les circonstances qui l’imposent (un stage à Saint Romain en Popey - si si, ça existe !) ou si vou un amour indéfectible pour la voit s éprouvez ure, il reste le covoiturage et les nom breux sites spécialisés pour vous sim tâche (une simple recherche google plifier la suffira à vous en convaincre). - Au pire, tu restes chez toi, les cours ça sert à rien d’y aller, il y a la ronéo (sauf pour toi, externe…). 22 - Septembre 2010 / ADN n°4

Informations

To To gr gr éc éc yy

à de


s

à oit .

Toujours Toujours soucieux soucieux de de votre votre porte-monnaie, porte-monnaie, l’ADN, l’ADN, non non content content d’être d’être gratuit, gratuit, vous vous propose propose ses ses bons bons plans plans pour pour qu’enfin qu’enfin rime rime économie économie et et écologie. écologie. Une Une forme forme d’écolomie d’écolomie (ou (ou éconogie, éconogie, comme comme vous vous préférez). préférez). Et Et ilil yy aa de de vrais vrais économies économies àà faire faire àà l’ACLE, l’ACLE, euh.. euh.. la la clef ! clef !

 ! e t ê b Pas  P e n

sez à rappo r ter v médicam ents inu os ou pér tilisés imés c hez vo épicier, tre euh, ph armacie le plus n proche. Ils seron alors t réutilisé s et/o recyclés u .

it nsommons et qui fin tique tout ce que nous co de tière de déchets, la pra is ma ma En ée, s. os tou arr t e en iré pir so e as un ils oi rès qu ap à us ce meilleure, rle pas de vo et accéder à une vie Par déchets, je ne pa uvent être valorisés pe ets ch dé ces us …) To à la poubelle. ent pour les déchets échelle étudiante, bénéfique (et uniquem de la ségrégation est ncrètement, à notre

in, mais co com/23x8jzs) : rler, de près ou de lo pa du ten en a en on (http://tinyurl. de Ly on d m an le Gr ut le r To . su t tri in ttes alu, cannettes, . Le po - Petit point sur le s de conserve, barque à l’autre, le tri diffère ite le bo vil s, e ue un D’ tiq  ? as pl où ns va azines, cours de P1, & flaco que faire ? Qui uillés, journaux, mag lle verte) : bouteilles so be n ou no (p s tif ge lla lec ba sé m tri Ce qui va au taires & cartons d’e sols, briques alimen plastique. t 27, de vin, etc. C’est bidon de sirop, aéro la poubelle, sans sac ns da t en m cte alibu, de rhum, de ge re m di de , re e, ett èr m bi A de . a, les dk (de vo -en !) bocaux, flacons colles & anna dégueulasse. Profite s : le verre… bouteilles it rre so ve ça à e os qu sil ns les sa ns ps Ce qui va da us en même tem  ! peux les mélanger to retirer les bouchons isés sont tenus de les le seul endroit où tu verre. Pense bien à & magasins spécial s en ce rts rfa ou su ya s & de s an re gr tu s pots de confi tech, piles. Le s, ifique : matériel high sser, cartons souillé Ce qui va au tri spéc . urs de piles ne, cintres, fer à repa cte rè lle ty co lys s po de & ir s vo ue d’a tiq reprendre et rt, barquettes plas l clable : pots de yaou ture et polluent le so ampoules, … Ce qui n’est pas recy dégrader dans la na préservatifs usagés, se s, à tte 1 es lo 2né cu 63 s an R s he cle de uc t rti co en l’a  selon Ils mett mouchoirs, posez à une amende (et autres déchets). ex re us ter vo r pa us s vo ot , ég us pl m s autre débat ;-) ). En - Ne jetez pas vo umons, mais c’est un yurl.com/36q747p (sans parler de vos po pas les produire ! r masqué… http://tin eu ng ve au re ga Et s déchets, c’est de ne se r cle cy re de du code pénal ! on e la meilleure faç N’oubliez jamais qu - Entre les cent aines de colle bouquins de l’i s & autres an nales de la P1 nternat, le papi et les er est au cent le bannir de no re de nos étud tre environnem es. Difficile de ent de travail. l’utiliser serein Voici quelques ement : conseils pour

Avec le logement, l’alimentation est un gros poste de dépense de l’étudiant… mais également un poste où il y a des économies à faire !

- Consommer moins de viande, un à deux fois par semaine. C’est autant d’économie pour votre porte feuille que pour les ressources planétaires. Et vous pourrez à ce moment là vous faire un petit plaisir, en achetant une viande meilleure. - Ne pas hésiter, si le temps vous le permet, à profiter des marchés. Vous y trouverez des produits locaux, directement vendus par le producteur, et souvent moins chers. - Consommer des produits de saison (aie, les fraises en hiver…) le plus possible (cf calendrier des produits de saison, me contacter)

Recycler le pa pier déjà impr imé d’un côté N’imprimer qu comme brouill e le nécessaire. on. Utiliser du pa pier gérées durablem recyclé de préférence, ou issu de forêts ent (norme FS C), ou non blan Recycler à son chi au chlore. tour le papier utilisé, dans le appropriées (c s poubelles de f déchets) tri Prendre exem ple sur l’ADN   : du papier re végétales, et n cyclé, des encr éanmoins une es publication de Utiliser du pa qu pier à base de alité ! crotte d’éléph ou panda ! Je ant, vache, ch déconne pas, eval ça existe. C’est le PooPooPaper (www.poopoop ! aper.com)

 ?

us o v viez

*sources ILBM (Institut Loïc Blanchet-Mazuel)

te !

par Loïc Blanchet-Mazuel (DCEM2) & Nicolas Guyotat (DCEM1)

Un étudiant de P1 utilise en moyenne 13 kg de papier pour les colles, 20 kg pour les cours et 7 kg pour les annales. Pour apprendre tout ça, il lui faut environ 5 kg de brouillon (et le double s’il passe carré !). A 5 g par feuille, ça donne 1000 feuilles de brouillon. Sachant qu’un arbre peut produire environ 10000 feuilles, si en guise de brouillon vous utilisez le verso de feuilles usagées, vous sauvez un dixième d’arbre ! Et en recyclant le reste, vous sauvez quasiment un arbre (il faut 54kg de papier à recycler pour épargner un arbre). Si les 3000 lecteurs (au moins !) de ce magnifique ADN font de même nous pouvons sauver près de 3000 arbres, et ceci tous les ans !* Ça vous la coupe hein  ? C’est encore plus impressionnant que la naissance d’octuplée, non ?!

a

Le s

ADN n°4 / Septembre 2009 - 23


Le bosseur, Ces deux catégories bien distinctes de gens fréquentent la fac chacune à leur façons. Voici pour toi une petite revue de comment elles perçoivent leur environnement dans leur vie étudiante quotidienne...

L’acharné du boulot

1/La BU : 1ères tables près des livres !

Tu arrives dès que possible à la BU, quitte à trépigner quelques minutes en attendant l’ouverture à 8h. Tu te poses toujours au même endroit, à croire que tu réserves ta place pour le lendemain… Tu prends rarement des pauses, environ 10 minutes pour 3h de travail intense, en fait, quand le besoin de glucose se fait sentir. Tu n’as pas que ta pile de cours, tu es toujours entouré de livres tous plus gros les uns que les autres !

2/ La corpo : côté boutique ou coin ronéos

La boutique te permet de récupérer ce qu’il te faut pour bosser : des cours et des annales pour les P1, ou la ronéo de la semaine pour les années sup. Tu profites de cet instant « corpo » pour regarder tous ceux qui passent leur après midi sur leur console, en te disant que quoi qu’il arrive, tu seras toujours meilleur qu’eux (ce qui n’est pas forcément vrai, méfie-toi !).

3/ Le RU

Ta mission : manger en un minimum de temps. Pour cela tu arrives dès l’ouverture pour éviter la longue queue qui se forme à partir de midi. Tu choisis ta file d’attente selon sa longueur pour être servi le plus vite possible. On reconnaît facilement les bosseurs : tu passes bien moins d’une demi heure au RU pour pouvoir te précipiter à la BU et recommencer à travailler.

24 - Septembre 2010 / ADN n°4

4/ L’amphi

et la

Ton endroit fétiche reste l’amphi pour suivre tous tes cours et tes ED. Dans les années sup, ils ne sont qu’une poignée à aller en cours. Ils se mettent toujours au même endroit et finissent par se connaître tous. Pendant les pauses, soit tu cherches à consolider les liens que tu entretiens avec tes amis, soit tu commences à apprendre le cours que tu viens de suivre.

5/ Le secrétariat

Endroit où tu retrouves tes amis qui bossent pour contester les horaires et la difficulté du niveau demandé par la faculté (mais pas trop longtemps quand même). Les différentes secrétaires écoutent tes revendications et, si elles sont bien lunées, font remonter les problèmes et tentent de trouver une solution pour que tout le monde soit satisfait.

6/ Le panneau d’affichage

Tu passes beaucoup de temps au panneau pour noter l’emploi du temps, les ED, les TP, les TD, …. Tu es toujours au courant du moindre changement de salle ou d’horaire, du coup tes amis glandeurs te demandent souvent de les tenir au courant des changements très nombreux au cours de l’année.

7/ L’entrée de la fac

Pour toi, c’est juste un lieu de passage. Toutes ces affiches colorées pour les soirées, tu ne les aperçois qu’à peine et complètement floues. Franchement, il n’y a que les glandeurs pour aller dans ces soirées ! Tu n’as qu’un objectif : suivre les lignes au sol et les panneaux pour arriver sur ton lieu de travail. ÇA, c’est du concret.

Reportages


,

le glandu

a fac

Le vrai branlo

1/ La BU !

Tu arrives tôt le matin (enfin, tôt, 9h30 quoi), tu poses tes affaires là où tu trouves de la place, vu que tous les bosseurs sont déjà là… On te revoit souvent dehors pendant la journée, soit en train de discuter avec ceux qui essayent de travailler, soit pour venir chercher un autre café ou prendre un gros goûter. Pour toi, la BU c’est LE moyen d’embêter les autres pour entretenir ta vie sociale !!

2/ La corpo !

Du côté détente de la corpo, tu peux te remettre de ta soirée (cad cuver…) ou de ton stage en t’affalant sur les différents canapés (plus ou moins propres…) qui te sont dédiés. Plus tard dans l’après midi après une bonne sieste, tu retrouves tes amis glandeurs pour une partie déchainée de Guitar Hero, Mario Kart, Unreal Tournament ou autres glandouilleries que tu affectionnes.

3/ La cafétéria

La Cafèt’ t’accueille tout au long de la journée et te propose de te rassasier avec, entre autres, gaufres, cookies, muffins… Endroit très prisé, elle te permet de retrouver tes amis glandeurs pour un bon goûter à toute heure de la journée, après les 10 minutes de travail intense que tu as réussi à fournir à la BU.

4/ Le RU

C’est pour toi un moment de partage et de convivialité ! On reconnaît facilement les glandeurs au temps qu’ils passent au RU dans les files d’attente, puisque patienter pour avoir LE plat qu’ils veulent manger ne les dérange pas, et au nombre de personnes présentes à leur table ! Car le glandeur est bavard et a toujours un sujet de conversation autre que le travail sous le coude !

Reportages

5/La machine à café

C’est l’un de tes endroits favoris, car glander de tous les cotés, les soirées, les assos, ça fatigue mine de rien  ! Pas de raison que tu n’aies pas toi aussi besoin de ta dose de caféine  ! Après avoir essayé toutes les machines à café de la fac, celle de la corpo pharma apparaît comme la plus économique et il n’est pas donc pas rare d’y croiser quelques glandeurs radins de médecine. Si tu es glandeur et en plus plein aux as, tu connais la machine de droite de la Rabelais III et son fameux café noisette qu’elle est la seule à pouvoir te fournir…

6/ La pelouse et les escaliers devant la fac

C’est un point de ralliement fétiche quand il fait beau. Une petite sieste post-prandiale dans l’herbe s’impose pour rattraper les heures de sommeil délaissées au profit d’une soirée. Si le sommeil ne vient pas, l’escalier permet de se retrouver en groupe pour refaire le monde tout en étant à égale distance de la sortie que de la machine à café.

7/ L’entrée de la fac

L’endroit le plus important ! C’est là que tu obtiens les précieux sésames qui te permettent d’accéder aux soirées. Ainsi, tout au long de l’année, tu rôdes dans l’entrée pour dénicher le plus de soirées possibles et commencer une collection d’affiches pour refaire la décoration de ta chambre. Bah oui, ça fait pas cher le rouleaux de papier peint, et en plus c’est très zouli. Alors plutôt bosseur ou glandeur ? Quoi qu’il en soit, on te souhaite bon séjour à la fac ! Ludivine PETIT Paul MAGUY

ADN n°4 / Septembre 2009 - 25


Q

r Nain’Bus u e t c eso D tu l ? ue

Q1 : Qu’est-ce qui t’a poussé à faire médecine ? A - Tu as toujours su que c’était ta voie, tu vises même le prix Nobel ! B - N’ayant aucune personalité, t’as suivi les pas de ton père. C - La médecine c’est cool ! On sauve plein de vits ! D - Tu as choisi médecine afin de pouvoir soigner les maux qui te rongent. E - Le fait de pouvoir choper du paramédical comme tu veux t’excite à mort ! Q2 : Le premier jour de ta P1, qu’as-tu ressenti ? A - Waouh ! il y a pas mal de canons par ici !!! B - Tu as dit quelques blagues à tes voisins et tu t’es fais plein d’amis. C - Tu t’es vite adapté, aucun problème pour toi, le travail ça te connait, t’es un vrai bosseur. D - Tu t’es senti un peu paumé par tout ce monde… t’es resté tout seul dans ton coin. E - T’as bien compris qu’on allait pas parler beaucoup de pathologies en P1 Q3 : Ton idole médicale ? A - René Théophile hyacinthe Laennec, il inventa le stéthoscope qui révolutionna la médecine. B - Alexis CAREL, prix Nobel de Médecine pour ses succès dans la suture des vaisseaux sanguins et les transplants d’organes. C - Rael, bon il est pas vraiment médecin mais c’est un bon gourou… D - Un simple patient, tu te sens tellement proche d’eux. E - James Dewey WATSON, l’un des deux découvreurs de la structure de l’ADN.

Q6 : Ca y est, tu es enfin externe et les stages commencent ! A - Tu passes plus de temps avec l’équipe infirmière qu’avec tes patients, allez savoir pourquoi ! B - Tu es heureux de commencer, tu aimes parler avec les patients et transmettre ta bonne humeur. C - Tu t’équipes avec plein de petits bouquins afin de pouvoir travailler en permanence. D - Tu suis les internes de partout et réponds à toutes les questions. E - Trop cool, tu vas apprendre à reconnaitre les symptômes : enfin la pratique ! Q7 : En écoutant les infos, tu apprends qu’un vaccin contre le sida est sur le point d’arriver, qu’en penses-tu ? A - Tu t’en fous, t’aimes pas la virologie ! B - T’as la mort ! tu aurais aimé le trouver, tant pis, tu trouveras celui du palu. C - Vaccin ou pas, tu ne dérogeras pas au dépistage mensuel, on n’est jamais sur ! D - énorme, tu vas pouvoir baiser sans capote sans avoir peur de le choper ! E - Tu penses que c’est une formidable avancée de la médecine : un petit pas pour la médecine, un bond de géant en vie sauvées. Q8 : Ton gouter préféré ? A - Un thé vert à la menthe, des amis, des rires ; un remake de alcool, drogue and rock’n roll. B - Tu ne manges que des produits emballés afin qu’ils respectent les normes européenes. C - Ce que tu aimes c’est quand tu goutes au plaisir de la chaire. D - Une bonne revue type « science » avec un pain au chocolat. E - Les pauses, c’est comme les amis, tu connais pas vraiment !

Q4 : Comment appréhendes-tu les exams ? A - Avec toi, pas de souci, tu fais au feeling, comme avec tes partenaires d’ailleurs. B - Comme chaque année tu tombes malade une semaine avant. C - Tu stresses comme un fou alors tu révises des fiches de fiches de fiches en continu. D - No stress, tu as bien travaillé, ça devrait passer, enfin tu l’espères... E - T’es du genre à tout connaitre 1 mois avant !

Q9 : Ta future spécialité ? A - Médecine interne, tu veux avoir réponse à tout, plus pour toi que pour les autres. B - Médecine Générale, tu suis plein de familles et t’es en contact avec une équipe pluridisciplinaire. C - Biologiste/chercheur en laboratoire, comme ça personne ne vient te faire chier pendant que tu travailles. D - Neurochirurgie, une spé super pointue qui demande beaucoup de connaissances ! E - Proctologue, tu sens que ça va encore tourner autour du trou de balle cette affaire !

Q5 : La journée est finie, tu rentres chez toi, que fais-tu ? A - Tu t’installes devant docteur House pour associer relaxation et révision. B - Tu files au Hammam puis tu finis en boite échangiste : faut bien faire du sport ! C - Tu fais le check-list de de ton body pour déceler la moindre suspicion de symptômes. D - Une bonne soirée c’est une soirée studieuse avec ton ami le VG ! E - Tu invites tes amis pour une soirée kalinox, poppers et une touche d’alcool !

Q10 : Le matin, tu te réveilles au coté de ton/ta partenaire : A - Tu as fortement envie de faire le plein d’endorphines pour la journée . B - T’as déjà en tête le planning de ta journée bien remplie où le travail est en bonne position. C - Gentiment tu vas préparer un petit dèj au lit pour ta moitié. D - Tu restes bien collé pour garder la chaleur et ne pas attraper froid E - Toi t’es pas du matin, tu ne dis mots jusqu’à 9H ! En début de journée, comme tout le temps, faut pas te faire chier !

26 - Septembre 2010 / ADN n°4

26 - Septembre 2010 / ADN n°4


ADN n°4n°4/ Septembre ADN / Septembre2010 2009-- 27 27


Critique

cinéma Pour ce premier numéro 2010-11 de l’ADN, j’ai décidé de sélectionner 6 films qui pourraient vous intéresser... D’une part, parce qu’il s’agit de films sympas, et d’autre part parce qu’ils ont tous un lien plus ou moins direct au monde de la médecine, de la science. Histoire de vous faire découvrir des longs-métrages, j’ai tapé en partie dans le cinéma un peu moins médiatique (loin du film d’auteur incompréhensible, qu’on s’entende bien!). C’est pourquoi mes propositions ne plairont pas à tous... Maintenant prévenus, je vous souhaite un Bon Visionnage! Votre dévouée Kéké.

Fragments (2008)

mentaux, ces derniers étant plus difficiles à détecter et à prendre en charge. Se mettre du côté des victimes pour tenter de cerner leurs ressentis.. Comprendre pour mieux agir, mieux guérir. Et malgré la lenteur de ce film qui manque peutêtre un peu de profondeur finalement, les flash-backs à la scène de crime nous permettent d’avancer au fil du film, en suivant en quelque sorte la pensée et la psychologie des personnages.. Un bon entraînement? Un film intéressant à voir, vraiment.

Film de Rowan Woods, avec Kate Beckinsale, Forest Whitaker, Dakota Fanning.

Une chaîne de Fast-Food aux Etats Unis un matin ordinaire... Quelques clients qui ne se connaissent pas les uns les autres, les cuisiniers, une serveuse. Un homme armé fait son entrée, tire, tue. Puis se suicide brutalement, sans raison apparente. Les survivants doivent alors apprendre à vivre avec le souvenir de cet événement terrible. Axé sur la psychologie post-traumatique, ce film retrace le parcours de rémission de ce groupe de personnes qui ont assisté à la macabre scène, sans avoir été pris pour cible. Des adolescents, un médecin, une jeune mère de famille dépassée ou encore un afro-américain quinquagénaire cancéreux... personne n’est épargné par ce souvenir perturbant. Différents points de vue qui divergent selon l’âge, le sexe ou encore la catégorie socio-professionnelle du témoin considéré, mais toujours un même constat : ce jour aura radicalement changé leur vie. Les réactions des personnages ne sont pas toujours tout à fait crédibles.. Honnêtement, on ne comprend pas tout. Il plane un certain mystère sur les comportements de chaque individu après la fusillade, des comportements qui nous tiennent en haleine et nous intriguent cependant au point de nous donner envie de nous concentrer jusqu’au bout. On peut être déçu des réponses, mais globalement le film sait nous amener peu à peu à la vérité... qui n’est pas toujours celle qui s’imposait à nous au départ. En tant que futurs professionnels de la santé, vous aurez à soigner les traumatismes qu’ils soient physiques ou 28 - Septembre 2010 / ADN n°4

Narco (2004) Film de Gilles Lellouche et Tristan Aurouet avec Guillaume Canet, Benoît Poelvoorde, Zabou Breitman...

Identity (2003) Film de James Mangold avec John Cusack, Ray Liotta.

Mini critique pour un film qui se doit de garder beaucoup de mystère... Il est connu, il est culte. Si toute fois vous ne l’avez pas vu, il mérite le détour. A la limite du Thriller, Policier, Horreur, Fantastique, c’est une production assez complète! Un petit remake des «Dix Petits Nègres» d’Agatha Cristie pour une intrigue à multiples rebondissements, et une conclusion très inattendue, plutôt très bien trouvée. Ce film conviendra parfaitement à tous ceux qui aiment les surprises de taille, peutêtre un peu moins à ceux qui craignent les scènes sanglantes. Globalement, je crois que c’est un film qu’il faut avoir vu, qu’il nous ait plu ou non... Un film qui vous fera probablement réfléchir, et qui vous servira peut-être dans votre carrière un jour ou l’autre. (Peut-être, qui sait)!

Gustave Klopp (Gus) est narcoleptique depuis toujours et s’endort absolument n’importe où, n’importe quand... ce qui constitue un handicap majeur pour sa vie professionnelle ou encore familiale: sa femme ne le supporte plus, son fils est un «rebelle» alors qu’il est incapable de garder un boulot (puisqu’il s’endort constamment). Quand il ferme les yeux, ses rêves le mettent en scène dans la peau d’un super héros qui vit des épopées fantastiques, le sortant de sa routine pathétique et de son train-train minable. Lorsqu’il décide d’en profiter, en prennant les choses en main pour enfin donner un sens à sa vie, il entreprend de dessiner tout ce qu’il voit en rêve. Mais pour lui, à ce moment là, tout bascule et les ennuis commencent... Une réalisation correcte, de belles images un peu à l’américaine, de bonnes transitions notamment entre sa réalité et ses rêves.. Décousu mais cohérent, le montage est bien en phase avec l’histoire un peu atypique de ce gars qui passe plus de temps à rêver qu’à vivre concrètement. Despersonnagescaricaturaux, desacteurs pas toujours très crédibles dans leur jeu exagéré mais une trame correcte et un fil rouge : la maladie de Gus, la narcolepsie. 1h45 tirant un peu en longueur, des scènes inutiles ralentissent la rythmique pour nous donner cette impression de «meublage» un peu maladroit à certains moments. Des répliques fabuleuses («Eh oh, ma pizza 4 fromages c’est pas moi qui

Inclassables


va la chier hein») des apparitions rapides de têtes bien connues (JCVD magnifique, Valérie Lemercier parfaite) mais une fin déphasée, quelque peu incohérente, décevante et difficile à accepter. Et cette absence de bonne conclusion est regrettable puisqu’une bonne clôture de fin aurait certainement relevé le niveau du film, donnant à Narco une toute autre dimension et laissant le spectateur rêveur, plus que déçu. En bref, une histoire qui, dans d’autres mains, aurait pu donner un chef d’oeuvre cinématographique (je pense en particulier au célèbre Tim Burton qui aurait certainement pu en faire quelque chose de topissime) mais qui reste ici une «simple pas trop mauvaise production française». En clair : un film à regarder quand on a rien d’autre en stock, et qu’on veut passer un moment sympa...

One week (2008) Film de Michael McGowan avec Joshua Jackson

Ben Tyler est un jeune homme sur le point de se marier (avec une fille très moche), professeur d’anglais plus par nécessité que par passion... il est déçu de sa monotone vie pas très passionnante. Il apprend un beau jour qu’il est cancéreux et qu’il n’a plus beaucoup de temps a vivre. En rentrant de chez le médecin qui vient de lui annoncer la bonne nouvelle, il achète à un vieil homme une moto, l’enfourche et décide de faire sur son dos le voyage de Toronto à Vancouver (Canada). C’est alors qu’il profite de chaque instant, de chaque décor, chaque rencontre. Il vit enfin. Une accumulation de beaux paysages, de photos «cartes postales» prises sur la route... Son voyage au Canada en est un peu un pour nous aussi. De l’espoir dans le malheur, voilà ce qu’on aperçoit. Un film rythmé par les visites de grands monuments, par des rencontres, des

Inclassables

moments inoubliables... One week pose une question : «Que feriez-vous s’il ne vous restait plus qu’une semaine a vivre?». Ben nous donne sa réponse : s’attarder aux petits détails de la vie, ceux qu’on oublie de regarder d’habitude. Ceux qui nous paraissent insignifiants. Ce film nous ouvre alors les yeux, nous force à regarder autrement notre quotidien. Sommes-nous en couple pour les bonnes raisons? Ne nous sommes nous pas trompés de vocation? On réalise que parfois, on oublie que tout peut s’arrêter demain, ou dans 1 semaine. Je vous recommande vivement ce film assez léger qui traite pourtant d’un sujet plutôt (très) lourd. Vous verrez qu’on n’est pas obligé de faire pleurer dans les chaumières même quand on parle de maladie, de mort et d’avenir un peu compromis.

Pathology (2008) Film de Marc Schoelermann avec Milo Ventimiglia, Alyssa Milano...

Un groupe d’internes en médecine légale, jeunes, beaux et pas du tout gros... qui s’adonnent à des jeux bizarres. Sexe, cadavres et défis mortels voilà un peu la recette de ce film à la limite du thriller un peu cracra... (Y’a des morts, y’a du sang quoi...). Le but : Qui d’eux parviendra à réaliser le crime parfait, que personne ne pourra élucider? Milo Ventimiglia incarne alors le nouveau venu qui prend part au macabre petit jeu et qui finit par se poser des questions sur ses agissements.. Le rebelle quoi. On voit des cadavres, des autopsies plutôt réalistes (notamment pour ceux qui n’en ont encore jamais vues, qui rêvent d’en voir et qui baveront certainement devant la scène finale)... dans une ambiance un peu glauque et froide (on peut s’y attendre). En somme : un bon petit thriller pour passer le temps, pas bien plus.

Special (2006) Film de Hal Haberman et Jeremy Passmore avec Michael Rapaport

Les Franken (non ils ne sont pas plusieurs c’est juste son prénom, Les) est contractuel à LA, un peu simple d’esprit, seul et pas très épanoui. Il laisse défiler sa vie devant ses yeux, lisant des comics pour s’évader. A plus de 30ans il n’a vraiment rien d’enviable. Histoire de mettre un peu de beurre dans ses épinards, il accepte de tester un antidepresseur miracle : le «Special». Les choses ne se passent pas comme prévu, effets secondaires ou super pouvoir...? Avant de vous lancer dans le visionnage de Special, rappelez-vous qu’il ne plaira pas à 80% des spectateurs... oui je sais, ce n’est pas très motivant, mais si vous faites partie des 20% vous ne pouvez pas passer à coté! Le test pharmaceutique. Quelque chose qui nous concerne plus ou moins directement tous, puisque médecins, pharmaciens, etc. seront éventuellement amenés à en encadrer, à en mener à terme. Parfois, les effets attendus ne sont pas tout à fait les effets obtenus, et Special vous le prouvera d’une manière simple et efficace. Outre cet élément «pratique», ce qui m’a plus dans cette production... sa simplicité, sa douceur, son côté décalé. Un mini budget pour un résultat surprenant, un scénario original (avec quelques lourdeurs cependant) pour un produit final différent de ce qu’on a l’habitude de voir. Vous verrez qu’on n’a pas besoin de banquer des milliards pour produire quelque chose qui tient (bien) la route. Un peu dans le genre de «Kick Ass» plus récent et plus médiatique, on a ici affaire à un film de super héros d’un tout autre genre, à un brave personnage bien moins intouchable... Bien plus commun. Une ambiance sobrissime, ce film est touchant, «drôle», étonnant, prenant... Ceux qui aimeront auront du mal à définir concrètement leur ressenti au moment du générique de fin. A contrario, ceux qui sont déçus m’en voudront de leur avoir fait perdre 1h30 de leur précieux temps. Mais je m’en fous un peu, rien ne vous empêche d’arrêter après 10minutes. Quoiqu’il en soit, Special fait partie de mes films fétiches et si je peux convertir 2 ou 3 trouducs, j’en serai ravie! ADN n°4 / Septembre 2009 - 29


Que l’on bosse à l’hôpital pendant l’été, que l’on essaie de profiter du soleil, que l’on parte en voyage ou avec sa famille, on aura toujours ce petit moment de solitude qui nous fait dire que, p****n, fait ch**r, on a vraiment une vie de merde ! Ainsi donc, nous avons récolté pour vous quelques petits échantillons bien représentatifs du carabin en vacances. Enjoy! Aujourd’hui, j’ai choisi un seul patient en Hôpital de jour d’endocrinologie. Il est narcoleptique. Il s’est endormi avant l’ECG, puis s’est réveillé en sursaut lors de l’acquisition… Son tracé ressemble à des montagnes russes, c’est pratique pour l’interprétation. VDM par SoleilJauneBrilleSurPrairieVerteEtADroiteSangSurLaRoute Aujourd’hui, mon médecin généraliste m’a dit : «surtout, ne par ClémentFaugierCowgirl fais pas ce métier». VDM

Aujourd’hui, après avoir fait ma DCEM1 l’an passé, je rentre en par C’est_trop_la_looze DCEM1. VDM

Aujourd’hui, un kiné aveugle m’a appris à faire un bandage sans par Padbra?Padchocola! aide... De quoi se sentir manchot. VDM Aujourd’hui, un patient tétraplégique a besoin de suppositoires pour émettre ses selles. Je les lui mets. Il me rappelle : «Mademoiselle, par Suppo_lover_du_69 vous ne les avez pas mis assez profond».

Aujourd’hui, je fais le pire babysitting de ma vie. Je travaille en gériatrie. VDM par J’MLesVieuxIlsSontLeFuturDeLaFrance Aujourd’hui, on me fait remarquer que la personne que j’aide à manger depuis un mois que je suis aide-soignant par TroBonTroCon est totalement autonome. VDM

Aujourd’hui, en vacances en famille, impossible de fermer l’œil à cause des parents qui ronflent. Je décide de les réveiller pour qu’ils arrêtent et qu’on se rendorme tous comme il faut. C’est à ce moment précis que les voisins se par NoBoulesQuies sont lancés dans leurs « activités » nocturnes… VDM Aujourd’hui, en partant en vacances, j’ai crevé et je me suis rendu compte que le concessionnaire ne m’avait pas rendu le cric avec la voiture. VDM par FoutuGaragiste!

Aujourd’hui, mon voisin de camping à Amsterdam s’est foutu à poil et s’est couché dans l’herbe, une odeur étrange sortant de sa tente. Je par HueCannabis! ne comprends pas. VDM

Aujourd’hui, un patient un peu fort qui aime jouer avec les nerfs du personnel m’appelle à l’aide pour aller aux toilettes. Nous arrivons donc à trois pour le soutenir quand il se met à uriner, glisse dans la flaque et nous entraine par terre, impuissants, pour finalement nous dire, goguenard : « Je vous avais par ZipLePingouinVersionJaune bien dit que j’avais envie de pisser. » VDM

Aujourd’hui, je suis en stage infirmier et, pour la première fois on me laisse la possibilité d’assister le chirurgien. Sauf que je ne sais pas m’habiller en stérile et par LesChirOntLaGrosseTête que personne n’a le temps de m’apprendre. VDM Aujourd’hui, j’ai dû changer la protection d’une patiente au moment où elle faisait une hémorragie par TiensVoilàDuBoudin digestive. VDM

Aujourd’hui, on est samedi, réveil difficile, je vais en stage. Sauf qu’aujourd’hui, on est samedi, je dois donc en plus amener les par BoulangeriePâtisserie croissants. VDM

Aujourd’hui, en consultation : « Monsieur, serrez les dents, y’en a pas pour longtemps. par C’estLaBoulette Mais j’en ai plus ! » VDM

Aujourd’hui, dernier jour de camping sauvage, dernier paquet de pâtes. Après 30 minutes de cuisson, le manche se casse et la casserole finit par par BahTanPisJ’MangeraiDesRadis terre. VDM

Aujourd’hui, c’est les vacances, il fait beau, les oiseaux chantent, les enfants du voisin batifolent dans la piscine... C’est le temps par RédakCheFesseDuMeilleurJournalDuMonde idéal pour se faire dorer la pilule. Sauf que j’ai un journal à faire. VDM

On sait que tes Vacances c’est De la Merde !! 30 - ADN2010 n°4/ /ADN Septembre 2010 30• - Septembre n°4

Inclassables

„‘—“ ‘‹… …‘ǡ ‡ • …ƒ” „‘


à ns e

el le ar is

ur, -

s. ar

N D A ’ l

n

L

s

- radi

TRIBUNE des Vieux ! Ƥ ‘—• ƒ˜‘• — Ž‹‡— ’‘—” •ǯ‡š’”‹‡”‡–†‹”‡…‡“—‡Žǯ‘’‡•‡ǡ’‘—” ˆƒ‹”‡…‡“—‡Žǯ‘˜‡—–‡–’”‘…Žƒ‡”ǣǼǯ±–ƒ‹–‹‡—š ƒ˜ƒ– ǨǽǤ Ž• ˜‡—Ž‡– ‘—• ‡––”‡ ƒ— ’Žƒ…ƒ”†ǡ ‘—• Žƒ‹••‡” †ƒ• ‘• „‘—“—‹•…‘‡†‡•˜‹‡‹ŽŽ‡•…Šƒ—••‡––‡•ǡƒ‹•ǡ‘—••‘‡•Ž…ƒ”‘—•ƒ˜‘•‡…‘”‡˜‘—•ƒ’’”‡†”‡ǣ‡˜‘‹…‹Žƒ’”‡—˜‡Ǩ ‘‹…‹ — ’‡–‹– ”‡…—‡‹Ž †ǯ‡š’”‡••‹‘• “—‹ ˜‘– …Šƒ‰‡” ˜‘–”‡ ˆƒ­‘ †‡ ’‡•‡” ǣ  ‡•– Ž‹„”‡ †‡ …”‘‹”‡ “—ǯ‘ ‡•– …‘ǡƒ‹•‘‡•–…‘†‡…”‘‹”‡“—ǯ‘ ‡•– Ž‹„”‡ Ǧ ƒ ‡‹ŽŽ‡—”‡†‡•ˆ±‡ǡ…ǯ‡•–Žƒˆ±‡Žƒ–‹‘Ǧ‹‡ ‡ •‡”– †‡ …‘—”‹”ǡ ‹‡—š ˜ƒ—– › ƒŽŽ‡” ‡ –”ƒ‹ǦŒ‘—”Œǯ‹”ƒ‹˜‹˜”‡‡Š±‘”‹‡ǡ …ƒ” ‡ Š±‘”‹‡ –‘—– •‡ ’ƒ••‡ „‹‡ Ǧ Œǯƒ‹ †±…‹†± †ǯ²–”‡ Š‡—”‡—š …ƒ” …ǯ‡•– n „‘’‘—”Žƒ•ƒ–±Ǧ

he

ue nt

utatio

lèc Me

e

m

Me lo

n

Qu

e

e, st es

d n a

la

Une de ’‡”†—‡ǡ …‹“ †‘‹‰–•†‡”‡–”‘—˜±•Ǧ ‡•Š‘‡••‘–…‘‡Žǯ‡••‡…‡ǣ‡•’‹‡†•Žƒ …‡‹–—”‡…ǯ‡•–†—•—’‡”ǡ†‡Žƒ…‡‹–—”‡ƒ—š±’ƒ—Ž‡• …ǯ‡•–†‡Žǯ‘”†‹ƒ‹”‡ǡ‡–†‡•±’ƒ—Ž‡•Žƒ–²–‡…ǯ‡•– †—•ƒ•’Ž‘„ǦǯƒŽ…‘‘Žǯ‡•–’ƒ•Žƒ”±’‘•‡ǡ ƒ‹•ƒ—‘‹•‹Žˆƒ‹–‘—„Ž‹‡”Žƒ“—‡•–‹‘Ǧ‹‡ ‡•‡”–†‡ˆ‘—–”‡†ƒ•Žǯ‘‡‹Ž†‡•ƒˆ‡‡’‘—” Ž—‹’”‘—˜‡”“—‡Žǯƒ‘—””‡†ƒ˜‡—‰Ž‡Ǧ—• “—‹•‘—’‹”ǯƒ’ƒ•…‡“—ǯ‹Ž†±•‹”‡Ǧ ‡ǯƒ‹Œƒƒ‹• ƒ„—•±†‡ŽǯƒŽ…‘‘Žǡ‹Žƒ–‘—Œ‘—”•±–±…‘•‡–ƒ– Ǧ ‡ „—–†ǯ— Žƒ„›”‹–Š‡‡•–†ǯ›”‡–”‡”’—‹• †ǯ›•‘”–‹”Ǥ‡ˆ‡‡…ǯ‡•–’ƒ”‡‹Žƒ‹•‹Žˆƒ—– ”±’±–‡”Ǧ‡•†±••‘–’‹’±•ǡ†‘ƒ‰‡ǡŒǯƒ—”ƒ‹• ’”±ˆ±”± ‘ ˜‹– Ǧ ‡ ’ƒ••ƒ‰‡  –ƒ„ƒ… ‡ ’”‘˜‘“—‡ ’ƒ• Ž‡ …ƒ…‡” †‡•’‘—‘•Ǩ ǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦ ǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦ ǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦ ǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦ ǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦ ǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦ ǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦ ǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦ ǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦ ǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦ ǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦ ǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦ ǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦ ǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦǦ ‡•‡•…ƒ…Š±†‡•…Š‘•‡• Ǩ ǦǦ  ˜‡œ ˜‘—• •‡—Ž‡‡–…‘•…‹‡…‡ǦǦ “—‡‘–”‡‘†‡‡•–ˆƒ‹–†‡ •›„‘Ž‡ǡ ǦǦ †‡ ’Š”ƒ•‡• …ƒ…Š±• –‡ŽŽ‡• †‡• •›„‘Ž‡• ’‡”†—•ǤǤǤ ǦǦ  ‘– ƒ˜‡”–‹ǦǦ‡˜ƒ—š†‡—šǨ ‡ ‘†‡ ”‡…°Ž‡ †‡ –”±•‘”• ǦǦ ‡– †‡ …ƒ…Š‡––‡• ǦǦ ˜‘—• •ƒ—”‡œ ’‡”…‡” Ž‡• •‡…”‡–•ǡ Œǯ‡ •—‹• •—” Ǩ ǦǦ Ž‘”• ’‘—”“—‘‹ ‡ ’ƒ• …‘‡…‡” Ǧ ƒ‹–‡ƒ– ǦǦ ’ƒ” …‡––‡—–ƒ–‹‘ǣ

Inclassables

ADNADN n°4 n°4 / Septembre 2010 - 31- 31 / Septembre 2009


Chopez-moi t Ils sont comme toi en soirée : ils peuvent aller à gauche, à doite, en haut, en bas, à l’endroit, à l’envers...

E E B A H C C A M O R B L E U X U N E N

K E S P E C U L U M E P N D L P A M R W

D I C T I O N N A I R E R N L B N F I E

O I G N O N A G L E E A P E U S I A A M

D P B I E R E A Z M N O U C S C B L T S

V M B E N M L G A A U T H R I O A U E I

V U E A I O E D C I R O R O X L R C R N

P E Q M S G A D L E D M E P I A A H C A

R U N S E G O L I O A A P H R R C E X N

E A O T A H E L N R O T O I E I T F E C

J L B S R U P O O A O E H L T T B T S I

G O C E X I S S D R Y C C E S E S U E C

E A U U L O P B A R P U K E A I F E G N

R L E R R A O O C L I O P F N M N S O T

K U C E N L I M T R B R C U E I A I X U

G D U A R A M S Y E E A M N L L P Y I T

A M E U S O L V L H N M A E A R L I M O

E M S I T N A G I G O T S D O N A E E R

D R A D N E P L E C D A E M E F A C R A

T R E S O R I E R E V M E R T N A I D T

ACLE - AMEUSO - ANEMF - Arnaque - Asterixis - Bar - Bière - Blasphème - Bug - Café - Canard - Car Carabin - Choper - Clinodactylie - Communiste - Coprologie - Démence - Diantre - Dictionnaire - Faluche Gigantisme - Glossolalie - Gueux - Herpes - Journal - Macchabée - Madagascar - Maraud - Morbleu - Morpion - Nabuchodonosore - Nanisme - Nécrophile - Oignon - Pendard - Pleutre - PMU - Pouilleux - Prez - Pub - Rabelais - Remix - Rockfeller - Salade - Scolarité - Sexcrétaire - Speculum - Tomate - Trésorière - Tutorat Vaseline - Ventripotent

Groupez-les moi par deux! Pingouin dans le jardin, Disparition du monde, Révolution terminée, Tonneaux vidés, Qui se prend pour une girouette, Plus loin à l’Est, Crocodile insulté, 32 - Septembre 2010 32 • - Septembre 2010 / ADN n°4/ ADN n°4

le salut des abeilles est proche principes tués. plus de bruit pour les voisins. c’est l’Ouest. rivière difficile à traverser. l´hiver n’est pas loin. des cris des corbeaux sera assiégé.


i tout ça !!!!!!

7 différences se sont bien cachées mais rien ne peux échapper à ton oeil de prédateur...

ADN n°4 / Septembre 2009 - 33

ADN n°4 / Septembre 2010 - 33


I.CHANG

Ce à quoi vous avez échappé... pour l’instant

Vous n’êtes pas sans le savoir, c’est la rentrée. Nous avions préparé quelques fiches pour vous avancer dans votre travail, mais par manque de fonds et de temps, nous nous sommes vu dans l’obligation d’abandonner ce projet. Veuillez recevoir nos plus sincères excuses. Etaient au programme : • Une mise à niveau en culture générale : - Un cours d’histoire sur l’alphabet franc-maçon : pourquoi et comment les franc-maçons ont dissimulé leur message sous tous les ponts de Clermont. - Une étude de l’œuvre musicale « Salade, Tomate, Oignon ». - Un peu de cinéma avec la bande annonce de Saw VI et la choucroute. • Des rappels d’Education Civique : - Un interview de Chuck Norris. - Une lettre ouverte écrite par René-André Ferraudier, agriculteur dans la Creuse, au sujet de la réforme de la PACES. • - -

Des consignes pour avoir une attitude citoyenne, responsable et respectueuse de l’environnement : Un reportage sur comment recycler vos cercueils (made in ACLE). Un article sur comment utiliser la pièce IKEA qui reste toujours à la fin.

• Des sessions « découverte » en informatique : - Le cours intensif de Paul sur «qu’est-ce qu’on peut faire avec une baguette magique sur Photoshop???». - L’encyclopédie « Les Mille et Une manières de faire planter son ordinateur ». - Une histoire du matériel informatique avec parcours de découverte pour observer des spécimens rares à travers la fac (BU, salles informatiques, cafet’…). • Pour finir, des conseils pour votre méthode de travail : - Un compte-rendu détaillé en 54 pages sur comment déléguer tout son travail à ses subalternes. - Comment éliminer discrètement, définitivement et sans abondance de sang en un coup de stylo vos adversaires.

J n’ ai l’o

J es vo «P tr

J’aime les awesome D1 Lyon Est, et tout particulièrement Paul Jaulent ! ;)

M te m

34 - Septembre 2010 / ADN n°4

Inclassables


Prof : Tu consacres ta vie à ta réussite professionnelle, avec succès. Cependant tu n’es jamais satisfait et t’en veux toujours plus peu importe les sacrifices, c’est sur ta volonté et ta détermination te mèneront loin mais en payant le prix fort. Tu écrases tout le monde tel «mister je sais tout» et à force tu te fais des ennemis.. Conseil : Reste humble ou bientôt ta vanité de perdra Grincheux / timide : T’es du genre vilain petit canard, toujours tout seul et sans ami. Mais attention ! C’est pas la faute des autres, c’est de la tienne : jamais tu n’as essayé de t’intégrer avec les gens qui t’entourent. Ta devise serait « je préfère mépriser les autres avant qu’ils ne me méprisent » et tu la mets tellement bien en pratique qu’il est bien difficile de percer la coquille qui t’entoure. Conseil : Va, cours, vole à la rencontre des autres sinon ta vie sera bien grise Joyeux / simplet : En tant que mec plutôt cool, ta vie te réussit pas mal. Toujours de bonne humeur avec un sourire à faire décrocher la lune tu n’as qu’un mot en bouche « bonheur ».Toi, t’as décidé d’être heureux parce que c’est bon pour la santé et il parait que c‘est pour cette raison que tes amis disent souvent que tu vis au pays des bisousnours ! Mais tu t’en fous car dans ton monde, tout le monde il est gentil ! (Si plus de personne te ressemblaient, le monde serait meilleur) Conseil : Partage ta joie de vivre, certains ont besoin de rayon de soleil comme toi ! Atchoum : Trop souvent, tu prends les expériences de la vie qui t’entourent trop à cœur. Te voilà tout entier centré sur un aspect, pas des moindres, de ton existence : ta santé. Seulement à vouloir en faire trop, tu agaces et fais rire ton entourage. Ouvre les yeux petit hypochondiaque, le monde stérile que tu recherches n’est pas encore là, alors laisse tomber tous ces médocs, herbes et plantes, et viens vivre la vraie vie ! Conseil : trop de soin tue le soin ! Dormeur (ou pas): Mais alors toi !! Un vrai lapin sur pile, tu sautes sur tout ce qui bouge. Ta soif immodérée en matière de sexe risquerait de devenir pathologique mais tu satisfais si bien les filles qu’elles aussi en redemandent ; alors pourquoi se priver de plaisir ? Cependant, n’oublie pas qu’à ce jeu là il y a des limites à ne pas dépasser, souviens-toi en ou tu courirras à ta perte ! Conseil : fais gaffe à la rupture de frein !!

Tu te demandes bien quelles peuvent-être les solutions de ces jeux particulièrement évolués qui nous t’avons proposés? Jeux des 7 différences : un volet a été ouvert, une poubelle a disparu (catastrophe), une raie blanche du parking n’est plus là, ce n’est plus une université où tu passes tes journées mais une vniversité, une plaque d’égouts s’est mystérieusement volatilisée, ainsi qu’un des idiots de la photo. Si tu n’es vraiment pas très doué et peu observateur, il est temps que nous te fassions découvrir l’ours caché derrière l’un des sapins (mais si tu as raté cet élément, il semblerait que ce jeu soit d’un niveau trop élevé pour toi). Jeux des dictons : «Pingouin dans le jardin, l’hiver n’est pas loin», «Disparition du monde, le salut des abeilles est proche», «Révolution terminée, principes tués», «Tonneaux vidés, plus de bruits pour les voisins», «Qui se prend pour une girouette, des cris des corbeaux sera assiégé», «Plus loin à l’Est, c’est l’Ouest», «Crocodile insulté, rivière difficile à traverser». Mots à trouver : Eh ! Oh ! On va pas te mâcher tout le boulot quand même !

iatif ? l’assoc

ous

n Viens

r dans plique al. m ’i t x à journ veu . : s t u u e t s : o e .n n c o is corp non t@acle er, écr es An Wiii de ris à contac xprim M ’e C t s , c Petit e e é d LE ou es écrir nté), erche tu aim E rech caux de l’AC e la Sa èi L d S C s . r s ’A r L ie t lo tes fili dacteu es Mé ns les des ré rum d r les différen urquoi o e voir da F h ( c r S e e M o ech résent rojet F lités, p urnal r ter le p PAES pour p n des spécia info.fr. Vous n - Le jo ail.com o m m tatio ts de .fmss pour adn@g ntaire aux étudian sup : présen fos sur www d pas). lo o v s r s rait de dédiée lus d’in année ne mo E voud ournée sera servée aux aux ECN ? P promis elle L C ’A L ( ré er ej corpo déchir re sera o ? Un Kézak -L1, une aut ment tout Reveillet à la m n st ADN n°4 / Septembre 2009 - 35 res po master et Co ander Mario n m u e d z e faire pouv


Papier p36 vert

36 - Septembre 2010 / ADN n째4


ADN 4