Issuu on Google+


Rp Eh C o tEoN gC r aEpM h iE qN u eT Quand la mémoire individuelle devient mémoire collective Ricardo Lacuta

Entre l’éphémère et l’éternel, une photo retient l’instant évanescent d’une respiration. Chaque flash est un moment de vie qui signifie comme une petite victoire sur l’oubli d’un point de vue personnel, mais qui, déclenché lors d’un événement, à une date particulière, peut s’insérer dans une perspective véritablement historique. Dans le Grand Atelier de la Maison de quartier Champ de Mars, 338 séances photographiques ont été réalisées en dix jours (près de 1 000 personnes ont défilé), durant la semaine où devait survenir la “fin du monde”, au cours de laquelle allait se produire un alignement de planètes. Moment où chacune des personnes photographiées avait un âge précis, d’autres préoccupations, des espoirs, où elles écoutaient certaines musiques, aimaient tel ou telle autre... D’une certaine manière, cela a déterminé la façon dont chacun s’est présenté face à la caméra et l’a interpellée en choisissant sa pose, en lui tournant le dos, en grimaçant, en se déshabillant. Et c’est là, dans le regard de celui ou celle qui répond par la photographie, que s’instaure cet échange d’intensités. Ainsi, “Recensement photographique” devient l’autoportrait du quartier. C’est le produit d’une réponse à la façon dont chacun se voit, dont chacun se sent. C’est aussi une manière de parler de nous-mêmes (qui faisons désormais partie du quartier), liée à nos propres rapports personnels et au contexte socioculturel de réalisation du projet. C’est pourquoi, plus qu’un document fixe et momentané, nous laissons là un témoignage de ce que nous fûmes “maintenant”. À partir de là, le regard se fait inévitablement contemplation.


En résidence à la Maison de quartier Madeleine Champ de Mars à Nantes, du 11 au 21 décembre 2012, le collectif La Vigie a ouvert un studio éphémère accessible à tous. Six photographes mais un seul appareil, une unité de cadrage, de lumière, une esthétique sobre. C’est dans ce contexte que les personnes résidant, travaillant, étudiant ou traversant simplement le quartier des « Olivette » ont été invitées à se faire photographier.

Collectif La Vigie: Charlotte Bommelaer Jérémy Jasper Herman Germain Herriau Ricardo Lacuta Séverine Pierre Marie Préchac



Recensement Photographique