Page 1

À découvrir:

Magazine n°2 Juin 2013

Des nouvelles des correspondants espagnols et australiens !


Pour ce dernier numéro de l’année scolaire 2012 - 2013, l’équipe du Collégien remercie tous les rédacteurs de leur dévouement à ce magazine et de leur rapidité à réaliser des articles de qualité, les graphistes et maquettistes d’avoir rendu ce magazine plus agréable à lire grâce à leurs talents, Mme Séba, qui encore une fois a mis sur pied ce projet, et bien évidemment nous remercions également Mr Pannier, d’avoir donné de son temps pour corriger ce magazine. Encore une fois un grand merci à tous, L’équipe du Collégien

Bonnes vacances d’été


Sommaire : Photo mania...................................................................................p04 à 05 L’origine des œufs de Pâques...............................................................p06 Le poids des cartables...........................................................................p07 Gâteau à l’orange...................................................................................p08 Crème brûlée.........................................................................................p09 Psy Gentleman......................................................................................p10 Lettre de remerciement des australiens..............................................p11 Los Juegos Olímpicos...........................................................................p12

p.16

Mensajes Intercambio...........................................................................p13 Bonjour de Majorque...........................................................................p14 Las Meninas...........................................................................................p15 Comte des Mille et une Nuits par les 6èmes de l’EaB..................p16 à 19 Les Derniers Mots des Morts d’Alice Guillaume-Manca............p20 à 23

Les Derniers Mots des Morts D’Alice G uil

laume-M anca

p.20 p.12

p.06 p.07

p.10


© Karolina Oleszczuk

Lanzarote-flowers

© Karolina Oleszczuk

04

A wag


Š Karolina Oleszczuk

The flight

05

Karolina Oleszczuk


Voilà d’où viennent les œufs de Pâques Il y a très longtemps, dans une vallée loin de tout, vivaient des poules brunes, des lapins cuisiniers, des lapins peintres, des lapins sculpteurs et des lapins porteurs… Dans cette vallée se préparaient des œufs étonnants. Les poules étaient magiques : elles pondaient… des œufs en chocolat ! Les lapins cuisiniers prenaient alors la charge des œufs, les vidaient (car aussi extraordinaire soient-ils, ils contenaient malgré tout du jaune et du blanc) et les fourraient à la vanille, à la nougatine, aux pralines, au café, au chocolat et même à la chantilly, ainsi qu’à la ganache. Après les délicieux fourrages, les petits marmitons les empaquetaient pour ensuite les confier aux petits artistes qu’étaient les lapins peintres. Ils allèrent donc au pied de l’arc-en-ciel qui leur cédait volontiers ses couleurs ; car de ses multiples 06 rayons tombaient des gouttes chatoyantes. Ils se mirent alors à l’œuvre, jonglant entre mille couleurs : le rose et le vert, le rouge et le bleu, le jaune et l’orange. Les œuvres terminées, les lapins porteurs les déposaient dans la réserve en attendant Pâques. Mais que faisaient les lapins sculpteurs ? Ils modelaient des poules en chocolat, ainsi que des lapins et des cloches… Difficile de trouver plus beau modèle que Lapina la Joconde. Les petits travailleurs, avec marteau et burin, finissaient leur œuvre avant l’aurore. Les lapins les portaient en silence dans la réserve. Le jour de Pâques arrivé, les lapins porteurs dispersaient alors leur précieux butin dans les bois, les champs et les jardins. Les sourires émerveillés des enfants les comblaient de joie. Voilà d’où viennent les œufs de Pâques, et aussi pourquoi on ne trouve pas de trésors au pied des arcs-en-ciel.

Domitille Monod


Les cartables sont-ils parfois trop lourds ? Même si nous avons la chance de ne pas à avoir à porter nos livres, certaines personnes pensent que le cartable est toujours trop lourd. C’est pourquoi je fais maintenant un sondage dessus. J’ai interrogé 11 élèves sur le poids de leur cartable :

Cartable lourd: | | | | | | | | | | | Cartable léger: O Total lourd: 11 Total léger: 0

Sur 11 personnes, 11 ont répondu que le cartable était trop lourd. Il fait en moyenne 7kg. Il paraîtrait que dans tous les collèges le cartable fait 7kg, mais «ce n’est pas une raison pour avoir des cartables lourds» me dit l’une des élèves. Un anonyme m’a même confié qu’il s’était déplacé une vertébre à cause de son cartable. Certains élèves m’ont communiqué l’avis de leurs parents: Note des parents d’élèves: «Non il est vraiment trop lourd !! j’ai essayé de le porter, même pour mon dos c’est lourd !» « je demande souvent à ma fille: «pourquoi tu mets des cailloux dans ton cartable ?». «Je pense que les cartables sont bien trop lourds pourtant il serait plus simple de n’emporter que des copies et de laisser les classeurs à la maison»

07 http://0z.fr/sMlUU

Les avis exprimés ici ne sont pas forcément ce que l’auteur de cet article pense. Toutes les informations resteront anonymes.

Tania Olivier

Les Cartables Origine :

Le mot cartable vient du latin charta. L’ancien usage de ce mot désignait un grand portefeuille qui servait à transporter des feuilles. Au XIXème siècle, on portait le cartable en bandoulière. L’usage des deux bretelles est apparu seulement au XXème siècle. Poids du cartable :

Le cartable doit normalement peser 10% du poids de l’enfant. Malgré les plaintes des enfants et des parents, rien n’est mis en place pour diminuer le poids trop élevé des cartables. De nombreux médecins estiment que les problèmes de scolioses des enfants sont dus majoritairement aux cartables surchargés. Rappel : le cartable est là pour aider pas pour surcharger.

Gabrielle Steg


Gâteau à l’orange Dessert

Préparation : 20 minutes Cuisson : 30 minutes

Pour 6 personnes : • 115g de beurre • 115g de sucre • 115g de farine • 2 œufs • 1 orange (ou 12 cl de jus d’orange industriel multivitaminé ou nature) • 1 cuillère à café de levure chimique • (50g de chocolat noir) facultatif 1. Épluchez les zestes de l’orange puis coupez-la en deux et pressez le jus. 2. Préchauffez le four à 180°C (thermostat 6 ou 7 ou 350°F) 3. Mettez le beurre à fondre jusqu’à ce qu’il devienne liquide. Versez-le dans un saladier 08 avec le sucre et mélangez bien. Ajoutez les œufs un par un en mélangeant entre chacun. Ensuite, versez-y le jus d’orange et les zestes (ou simplement le jus d’orange industriel). Mélangez et, toujours en mélangeant, ajoutez la farine et la levure chimique. Goutez la pâte pour savoir si elle a bien le goût d’orange. 4. Beurrez et farinez votre moule, versez-y la pâte et enfournez. Après 30 minutes de cuisson, enfoncez un couteau dans le gâteau. S’il ressort propre, sortez-le ; mais si il est sale, gardez-le au four 5 minutes et renouvelez l’opération jusqu’à ce que le couteau ressorte propre. Laissez-le refroidir à température ambiante. Quand il est frais servez ou faites le truc bonus. Bonus : Faites fondre le chocolat au bain-marie ou au micro-ondes. Versez-le sur le gâteau et étalez. Laissez le chocolat durcir et quand c’est fait servez et régalez-vous. Bon appétit ! Commentaire :

Ce gâteau est une recette simple et délicieuse. Le gâteau n’est pas sec comme plein de gâteaux surtout avec le chocolat. Chaque fois que je dis son nom, tout le monde me dit : « Oh ! Tu sais, les gâteaux à l’orange, j’aime pas trop ça. » Au final, le gâteau est toujours fini et de temps en temps, il n’y en a même pas pour moi. Les gens en reprennent et quand j’arrive enfin au buffet (car je le fait souvent pour des fêtes), le plat est vide. La recette est aussi faisable au citron en remplaçant l’orange par le zeste d’un citron et le jus de deux citrons. Paul Bardon


Crème Brulée

Cuisine facile à faire

La seule, la vraie, l’inimitable : une crème parfumée à la vanille très onctueuse, cuite doucement et longuement au four.

09 1) Les ingrédients (6 Personnes 15 Min) Jaune(s) d’œuf(s) : 8 pièce(s) Lait 1/2 écrémé : 40 centilitres (s) Crème liquide entière : 40 centilitres (s) Gousse(s) de vanille : 2 pièce(s) Sucre semoule : 100 grammes (s) Cassonade : 20 grammes (s) 2) Description de la recette Préchauffer le four à 100 °C. Mettre le lait et la crème à bouillir avec les gousses de vanille fendues et grattées. Blanchir les jaunes avec le sucre en les fouettant énergiquement, verser dessus le lait vanillé et remplir les ramequins à crème brûlée. Cuire ensuite à sec dans un four à 100 °C pendant 40 min à 1 heure. Laisser refroidir puis saupoudrer de cassonade. Caraméliser pour finir avec un chalumeau, ou sous le gril du four. 3) Pour vous aidez allez sur internet puis insérez l’adresse suivante : http://www.youtube.com/watch?v=Kz3iNOv82Sg Je vous souhaite une très bonne dégustation Kentaro Nagaoka


Musique

10

Le nouveau clip du rappeur sud-coréen Psy, «Gentleman» est sorti le 12 avril 2013 et a été regardé mardi 16 avril plus de 82 millions de fois sur YouTube, dans la foulée du succès planétaire de son «Gangnam Style» à l’automne dernier. Le «Gangnam Style», qui détient le record du nombre de consultations sur YouTube avec plus de 1,5 milliard de visionnages, a propulsé en très peu de temps Psy au rang de star mondiale. Le clip de «Gentleman» a été vu plus de 20 millions de fois lors des 24 heures suivant sa diffusion samedi soir. Il a facilement dépassé les huit millions de visionnages de «Boyfriend», du chanteur canadien Justin Bieber, au cours des premières 24 heures. Tania Olivier


9 Australian students at EIB

7 - 15 april 2013 (Extrait de la lettre de remerciement adressée à l’école)

Thank you so so much for taking such wonderful care of our students during their visit to your school and homestay experience with your students’ families!! From all reports our students had a wonderful time and your families made a special effort to show them around Paris and gave them the opportunity to experience life as a Parisian teenager ! I have heard that they made lots of new friends and I sincerely hope that they will keep connected via email and Facebook in the coming months and years!

I believe that our students not only experienced a different culture and language, but also a different social class than they are used to at home here in Australia!! This is something extra special that is not so easy to do in your home country. I am very happy that our students had this opportunity at this stage of their young lives – it has really opened up their minds to new possibilities! ……

Please say a special thank you to all of the families, students and staff involved in making our visit such a wonderful success!! Many many thanks and kind regards, Simone Kugimiya

Exchange Coordinator at St.Peter’s College Cranbourne .

11


Los Juegos Olímpicos

Los Juegos Olímpicos de las escuelas Nace han sido en Castellón del 25 al 27 de abril. La mascota de los Juegos Olímpicos se llama Bolágora y nos ha acompañado a la piscina para entrenarnos Hemos competido con escuelas de Barcelona, Castellón, Madrid y Palma de Mallorca. Todos hemos recibido una medalla y algunos de los alumnos de nuestra escuela han ganado copas. Hemos estado en familias de acogida que son muy simpáticas. La escuela Lledó de Castellón es muy grande. Hay muchas clases y un comedor muy grande con vistas a la piscina. Hay un parque con juegos para los niños pequeños y otro para los niños más grandes. Hay dos pistas de deporte, un campo de baloncesto y otro de fútbol. Los alumnos y los profesores son muy simpáticos y acogedores. Aunque ha llovido, nos gusta ha gustado estar en Castellón.

Camille BERTON, Julia CORNUT, Angela GALES, Margot GERARD, Caroline FOVET, Indi RICK et Juliette HARTY DE PIERREBOURG

12

Nosotros no estudiamos español pero hemos aprendido algunas palabras: Hola – Adiós – Hasta mañana – Por favor – Gracias – De nada –Tortilla – Habitación – Piscina – Comedor – Me gusta – No me gusta – Vamos - Quiero…

Maximilien DJANGUIROV, Fanny GARCON, Amanda BRAZIL-SUFFERT, Leïla HAMDAOUI-MAIRE, Kentaro NAGAKOA .

Os presentamos a la mascota de los Juegos Olímpicos de Castellón: se llama Bolágora.


Mensajes Intercambio Mi binomio durante la semana del intercambio se llama Josep Oliver. Es muy simpático. A mí me gustó mucho su visita. Cuando ha llegado, hemos cogido un taxi para mostrarle la ciudad “by night”.

La primera noche, con mis padres, hemos hablado de su familia, de nosotros, de la vida en España y un poco de la vida en Dinamarca también. Como yo, tiene un hermano de 20 años que vive en otra ciudad para estudiar.

El miércoles en la tarde, hemos visto el Stade de France. El fútbol es tan popular en España como en Francia y es una cultura que compartimos.

¡Después hemos comido en un restaurante japonés! ¡A Josep y a mí nos encanta la comida japonesa! Espero el viaje a Mallorca con impaciencia.

Simon W.O. Larsen

Nuestros binomios se llaman María y Elizabeth. Cuando han llegado a casa hemos cenado. María ha traído una tarta típica de Mallorca. El lunes han ido al colegio. Hemos comido todas juntas. El martes han ido a Versailles y el miércoles, por la tarde, hemos ido de compras. ¡Qué bien! El jueves han ido a Notre Dame y a los Champs- Elysées. El viernes hemos comido todos los alumnos del intercambio como despedida. El intercambio ha sido interesante, ahora tenemos nuevos amigos y hemos aprendido más español.

Léna (4°) y Klara (6°) NAGY

La semana antes de las vacaciones, he recibido a mi binomio de España. Sofía era muy simpática. Cuando ha llegado, hemos preparado con mi familia una comida muy francesa: una “blanquette de veau” con una tarta de chocolate hecha por mí. El día siguiente, hemos ido a Montmartre con la escuela. El martes, después de la escuela, mi binomio me ha acompañado a mi curso de teatro. Ha tenido el papel con el texto de la obra de teatro para comprender lo que estábamos haciendo. El miércoles, por la tarde, hemos ido a la Tour Eiffel, para montar en un “bateau-mouche” de Paris. Era muy interesante. Después, mientras que mi madre y mi binomio han ido de compras a la “Place des Ternes”, yo he hecho “crêpes” para el postre de la cena. El jueves, hemos ido a la escuela como de costumbre. Por la tarde, mi binomio ha hecho su maleta y el viernes, ha vuelto a Mallorca.

Paul BARDON (4°)

Mi binomio de llama Álvaro y es bueno con los trucos de magia. El lunes, los alumnos españoles del intercambio participaron en las clases de los alumnos franceses. Por la noche, mi familia vino a casa y se familiarizaron con Álvaro. Mi tío hablaba español que había aprendido. El miércoles, si quería, Álvaro podía nadar con nosotros en la AS. El viernes había una comida de despedida en la sala 1. El intercambio estuvo bien durante la semana. Ahora, ya puedo imaginar estar en Mallorca.

Indi RICK (5°)

13


Bonjour de Majorque

14

Fuimos 15 alumnos de Àgora Portals y la profesora de francés, Madame Colinet, a Paris. El viaje consistía en hacer un intercambio de alumnos entre una escuela parisina (EAB Monceau) y la nuestra. Cada estudiante tiene un correspondiente el cual acogería a cada uno en su casa. Durante nuestra estancia asistimos a clases, visitamos los lugares más emblemáticos de la cuidad, mejoramos nuestro vocabulario y compartimos muchas experiencias con nuestros nuevos amigos franceses. Esperamos impacientes visita de los franceses en Mallorca en junio. Ha sido un viaje inolvidable. Hemos disfrutado mucho de nuetsra estancia en Paris. Agradecemos a EAB Monceau y a Àgora Portals que hayan hecho posible este intercambio. Emma Fernández, Natalia Buxó, Jessica Foster


Las Meninas

Interpretación del cuadro de Velázquez (pintor español), Las Meninas, (1656)

15

Julia Cornut


Un nouveau conte des Mille et une Nuits écrit collectivement par les 6èmes de l’EaB.


Un nouveau conte des Mille et une Nuits a été écrit collectivement par les 6èmes, pendant la semaine de voyage. Sur une trame proposée, ils se sont inspirés de leur visite à l’Institut du Monde Arabe, de lectures de contes et du film Ali Baba et les quarante voleurs pour détailler l’intrigue. BABOUCH, LE MARCHAND DE DATTES Episode 1 lui :

Dans son palais, la Sultane recevait Babouch, son marchand de dattes. Mais elle se désintéressait de

Babouch jaloux, voyait la Sultane hésiter devant tant de merveilles.

« Revenez plus tard, Babouch, j’attends une livraison de soie venant de Chine ! » Le marchand, furieux, alla se cacher derrière une colonne pour découvrir la suite des évènements. Le caravanier arriva. Aidé par son jeune fils, il déballa sa marchandise : « Voici sept rouleaux de soie, Sultane. Vous pouvez choisir de la soie blanche aux broderies dorées, une soie rouge rubis, une autre verte avec des diamants, une soie légère comme l’écume, une soie dorée, une autre encore cousue de perles et enfin une multicolore. »

Alexis, David, Alexis Episode 2 La Sultane décida d’acheter les sept rouleaux de soie au caravanier : elle voulait faire coudre de nouvelles tenues pour elle et le Sultan. Trois jours plus tard, elle convoqua Irmah, l’une de ses servantes et la meilleure couturière du harem, pour commencer le travail. 17 Quand la sultane voulut choisir parmi les rouleaux de soie, elle découvrit qu’il en manquait un ! Elle ordonna au Grand Vizir de retrouver le rouleau disparu. Ce dernier posa des questions à toutes les servantes, mena son enquête jusqu’à ce qu’il retrouve de la soie sous le lit d’Irmah… Celle-ci protesta : « Ma Sultane, je suis désolée mais ce n’est pas le rouleau manquant, cette soie est un cadeau que le caravanier m’a donné ! » Hélas, le caravanier était déjà reparti… Alors la servante Irmah fut condamnée par le Grand Vizir : sa punition fut d’aller en prison et d’être vendue comme esclave.

Mila, Camélia, Ihssane, Diego Episode 3 (résumé) Or Youssef, le jeune fils du caravanier, très malade, est resté au palais. Son père l’avait confié à Irmah pour que celle-ci le soigne en attendant son retour. Un matin, l’enfant est guéri et réclame la servante : on lui explique le drame.

Benjamin, César, Spencer ont perdu leur texte. Episode 4 Youssef, lui, savait que la servante n’avait pas volé la soie : c’était un présent de son père pour qu’elle prenne bien soin de lui pendant son absence. Donc le garçon partit à la recherche d’Irmah, en explorant toutes les pièces du palais… sans succès. Il désira parler à la Sultane pour lui expliquer la vérité. Hélas, les gardes lui interdirent de franchir le seuil de la chambre royale ! Alors il eut une idée : sachant que le Grand Vizir faisait sa promenade quotidienne dans les jardins,


Youssef décida de le rejoindre. Pendant leur rencontre, il expliqua tout. Mais le Grand Vizir lui répondit : « Tu ne racontes que des balivernes, tu n’es qu’un enfant ! Hors de ma vue, j’ai des affaires qui m’attendent… »

Camille, Vandarika Episode 5 Youssef repartit chercher Irmah dans toute la ville. Il courut dans toutes les rues et interrogea les gens. Enfin, il arriva au marché et la découvrit entourée de marchands qui l’examinaient : le Grand Vizir la vendait comme esclave ! Soudain, Irmah aperçut Youssef et lui désigna le beau turban turquoise sur la tête de Babouch qui l’emmenait. L’enfant reconnut tout de suite la magnifique soie volée, brodée d’or sur le tissu léger. Il les suivit discrètement en se cachant derrière les murs et les buissons… Babouch conduisit Irmah, sa nouvelle esclave, dans une réserve qui se trouvait en dehors de la ville, près d’une oasis, pour la faire travailler. Youssef y entra rapidement, se cacha derrière d’immenses piles de paniers et attendit.

Hannah, Anna-Chiara, Agnès

Episode 6 La servante devait remplir des paniers de dattes à livrer pour la fête du palais. Quand elle prit un grand panier vide dans une pile, elle découvrit à l’intérieur un rouleau de soie caché dans un vieux tapis ! Elle reconnut la soie turquoise brodée d’or à laquelle il manquait un morceau…. Celui du turban de Babouch ! Irmah l’a vite enroulé et déposé dans le panier au milieu des dattes qui devaient être livrées. Elle appela Youssef sorti de sa cachette : 18 « Va vite mon enfant porter ce panier à la Sultane, et dis-lui que c’est de la part de Babouch ! - J’y cours, » répondit Youssef, comprenant l’importance de sa mission. Il alla aussi vite que l’éclair au palais. Il entra facilement avec tous les livreurs et remit le panier à la Sultane. Quand elle l’ouvrit pour vérifier la qualité des dattes, elle découvrit avec surprise le rouleau de soie… Il y avait maintenant huit pièces de soie, alors qu’elle n’en avait acheté que sept !

Victoria, Lyna Episode 7 L’enfant expliqua à la Sultane la soie offerte par son père à Irmah pour récompenser sa surveillance quand il était malade, et dévoila le vol du marchand de dattes. Le Grand Vizir fut appelé : - Seigneur Vizir ! Irmah n’est pas coupable ! s’exclama Youssef. - Oh ! Encore toi, petit ! Et as-tu une preuve ? - Convoquez le marchand de dattes et nous verrons, répliqua la Sultane. Le Vizir fit venir le marchand. -Qu’y a-t-il ? aboya Babouch traîné par des gardes devant tous . -Vous avez, selon les dires du jeune Youssef, volé la soie de la Sultane, accusa le Vizir. -Je ne vois pas de quoi vous parlez ! Mais Youssef pointa son turban… -N’est-ce pas là les motifs de la soie volée ?


La Sultane approuva et exigea la punition du marchand : -Vous serez exécuté durant la fête du palais et vos restes seront jetés à l’eau ! Pendant la fête, tout le monde mangeait, riait et s’amusait, sauf Babouch enchaîné qui attendait dans une prison, près de son bourreau. La servante Irmah fut libérée et retrouva Youssef et son père enfin revenu.

Simon, Aria, Femon

19


Les Derniers Mots des Morts D’Alice Guillaume-Manca


Les Derniers Mots des morts L’autre jour, alors que je cherchais au hasard dans le dictionnaire une idée pour ma rédaction de français, mon regard buta sur un mot : Mort Soudain je la vis. Elle. La Mort. Grande, toute de noir vêtue, un grand capuchon cachant son visage émacié et tenant une faux dans la main droite telle un Chronos des temps modernes. Elle m’envoûtait ; son visage se rapprochait du mien. Je remarquai alors ses yeux : rouges et sans pupilles, flottant dans leurs orbites, plus brillants que des étoiles. Ils m’attiraient, inexorablement vers un destin que je savais funeste. Je sombrai dans ses bras squelettiques. A mon réveil, elle était penchée sur moi, me transperçant de ce même regard écarlate. Je frissonnai. Aussitôt, elle se redressa. - Pourquoi m’as-tu appelée ? me demanda-t-elle. - Je n’ai rien fait ! m’exclamais-je. - Silence, mortel ! rugit-elle. Qui es-tu pour me parler ainsi ? Silence ! Ou je t’extermine comme de la vermine ! Je restai coite, tétanisée par sa voix évoquant le crissement de la craie sur une ardoise qui me rappelait avec effroi mon ancienne professeure d’anglais, Mlle Bludgeon. Elle se radoucit ; puis, son courroux calmé, elle reprit : - J’ignore ce qui s’est passé mais je te préviens : tu es chez moi, et si tu ne parviens pas à sortir d’ici avant minuit, tu resteras bloquée ici pour l’éternité, ce que je ne te souhaite pas. Ton sablier se figera alors : tu ne pourras plus mourir. Sauf bien sûr si j’en décide autrement. Elle s’apprêtait à poursuivre ; voyant mon air ahuri, elle se ravisa. - Oh ! Tu ignores l’existence des sabliers ! Mais que vous apprend-on à l’école ? Suis-moi. Nous traversâmes de nombreuses salles, toutes plus insolites les unes que les autres. Notre voyage s’arrêta 21 devant une grande porte noire que la Mort ouvrit à l’aide d’une petite clé sortie des replis de sa robe. La pièce qui s’ouvrit à nous était si grande qu’on n’en voyait pas les murs. Sur des étagères –noires encore une fois-, des rangées de sabliers s’étiraient vers l’infini. Ils étaient tous de tailles différentes, le sable étant plus ou moins écoulé. - Ces sabliers, commença la Mort, représentent la vie des Hommes. Chacun en possède un. Quand le sable est écoulé, Son propriétaire meurt. - En avez-vous un aussi ? lui demandais-je. - Bien sûr que non ! s’exclama-t-elle. Je ne suis pas humaine ! Tu imagines ce qui se passerait si je disparaissais ? Les mourants seraient condamnés à rester sur Terre ! Sysiphe, le seul Homme qui a voulu m’emprisonner pour éviter son trépas est maintenant enfermé au Tartare, un enfer spécial, et réduit à pousser un rocher jusqu’à la fin des temps ! - Il devait vraiment être très fort pour réussir à vous emprisonner, déclarai-je. - Juste désespéré, ce qui a suffit, grommela t-elle. Mais parlons d’autre chose veux-tu ; tiens, voici ton sablier. Il était de petite taille, et le sable presque entièrement écoulé. Mon nom était effectivement inscrit dessus, à mon grand désespoir. - M...m...m...mais... je vais mourir ! bégayai-je. - Précisément dans une minute et treize secondes, me répondit-elle. Des dernières volontés ? - Vous êtes d’une cruauté ! m’écriai-je. Très calmement, elle me répondit : - Alice, je ne peux pas être cruelle. Je suis la Mort. Je fais juste mon travail. Elle fit une petite pause pour l’effet dramatique et ajouta : - Une minute. - Mais je ne veux pas mourir ! Je suis trop jeune ! S’il vous plaît ! la suppliai-je. - Personnellement, je préfère appeler ça Sélection naturelle, déclara t-elle. Et tu sais, la vie, la mort, c’est du pareil au même. Regarde-moi, je ne suis ni morte ni vivante, et je me porte comme un charme !


Elle surprit mon regard sceptique, et rajouta : - Après, tout est relatif. Elle me prit mon sablier, qu’elle reposa sur son étagère. Puis elle reprit : - Comme je t’aime bien, je vais te faire une fleur. Ca te dit la réincarnation en chat ? - Non ! répondis-je. - Dommage, c’est bien les chats. Elle jeta un coup d’œil à mon sablier. -Trente secondes. Elle vérifia du bout de la phalange le tranchant de la lame de sa faux. - Ne t’inquiète pas, c’est très rapide, tu ne sentiras rien, tenta t-elle de me rassurer. Dix secondes. Je voulus m’enfuir, mais mes muscles refusaient de m’obéir. Elle me regarda, l’air navré malgré le manque d’expression de son visage. - Ce n’est que pour ton bien que je fais ça. C’est fatigant de passer pour la méchante, tu sais, déplora t-elle. Je n’ai jamais de vacances, moi. J’adorerais aller aux Bahamas, juste une fois. Mais je ne les verrai jamais qu’en rêve. Je crois que j’étais un peu désolée pour elle. - Adieu Alice. Dommage, tu étais...intéressante. Au moment où le dernier grain de sable quitta la partie supérieure du sablier, elle leva sa lame, qui siffla dans l’air en s’abattant sur moi. Je me réveillai en sursaut. Quel rêve étrange. Au loin, l’aube pointait. Je réalisai alors que j’avais enfin une idée pour ma rédaction. Il fallait que je me dépêche. Rapidement je sortis quelques feuilles et commençai mon brouillon.

22

Alice Guillaume-Manca


Redacteur en chef: Mme Séba

Redacteurs: Karolina OLESZCZUK Domitille MONOD Tania OLIVIER Gabrielle STEG Paul BARDON Kentaro NAGAOKA Tania OLIVIER Camille BERTON Julia CORNUT Angela GALES Margot GERARD Caroline FOVET Indi RICK Juliette HARTY DE PIERREBOURG Maximilien DJANGUIROV Fanny GARCON Amanda BRAZIL-SUFFERT Leïla HAMDAOUI-MAIRE Kentaro NAGAKOA

Simon W.O. LARSEN éna (4°) y Klara (6°) NAGY Paul BARDON Indi RICK (5°) Emma FERNÁNDEZ Natalia BUXÓ Jessica FOSTER Alexis, David, Alexis Mila, Camélia, Ihssane, Diego Benjamin, César, Spencer Camille, Vandarika Hannah, Anna-Chiara, Agnès Victoria, Lyna Simon, Aria, Femon Alice GUILLAUME-MANCA

Correcteur: Mr Pannier

Dessinateurs: Julia CORNUT


graphiste: Jesse Insdorf

Maquettiste: Tom Chemaly

Conseiller artistique Guilhem Jeanjean Migot

Communication Jesse Insdorf Guilhem Jeanjean Migot Tom Chemaly

Merci Ă tous


www.le-collegien.eu

Le collégien n°2  

Le magazine de l'École Active Bilingue / École International Bilingue