Page 1

Andrea Moorhead

dialogue des fantômes (et autres poèmes)

Ce

qui

reste


Andrea Moorhead

dialogue des fantômes (et autres poèmes)

P oèmes

et photographies

Ce

qui

reste


dialogue des fantômes c’est la nuit, dors-tu encore ? les feux nous approchent trop vite assourdis sous cette pluie électrique des flammes bleues le long de ta peau sans chaleur sans oxygène ce sont des mirages que tu vois des figures vagabondes sur le mur en face des dauphins des hirondelles des cercles magiques aux centres parfumés. dors-tu encore ? c’est la nuit ta voix coule comme le reflux d’une marée blanche et la sœur d’Icare aux yeux verts au cœur doré murmure ton nom sous le vent de l’ouest. * * *


Il y a des séismes rares dans les catacombes de silence tes yeux encore des points radieux un vieux a prédit une explosion cosmique un feu de nature inconnue qui nous écarterait du système solaire. nos yeux montent à la surface de la nuit jettent des lumières fausses comme les phares dans une tempête qui secoue et abolit distance et intimité ne sens-tu pas la possibilité de continuer dans le silence des pierres dans l’extase des flammes sans rien dire sans tourner la tête sans respirer le parfum des jours à venir ? * * *


Cerveau électrique et instable Martelé par la foudre tu ne marches plus sous les ailes de Niagara ton cœur saignant reste sur l’autel obscur de l’autre rive où on écrit des alphabets plutoniques dans la couronne d’un arbre éclaté ses feuilles en cascades mauves lavent tes yeux éblouis ton visage effaré et froid où les traces d’un feu mortel se confondent avec les décharges de songe libéré. * * *


feu de neige tu n’as pas encore allumÊ la lampe de fer et de silex qui va nous montrer le chemin le plus court aux rives de l’inconnu. * * *


Qu’as-tu trouvé dans ce champ d’hiver ? quelle couleur pour tes yeux cette fois-ci, quelle couleur pour ta peau, tes lèvres, ton ventre ? veux-tu être une femme dorée ? une femme d’ébène aux mains de fleurs délicates, aux jambes de blé ? ou as-tu déjà considéré la fuite l’évasion, la disparition ? dépêche-toi, la lune verse son miel trompeur sur les hautes neiges des désastres éternels. * * *


L'auteure


Andrea Moorhead est directrice de la revue internationale Osiris. Elle a publié plusieurs recueils de poèmes dont Géocide aux Éditions du Noroît et Terres de mémoire aux Éditions de l’Atlantique. En 2017, elle va publier À l’ombre de ta voix aux Éditions du Noroît et The Carver’s Dream au Red Dragonfly Press. Photographe amateure et naturaliste passionnée, ses photographies ont paru dans de nombreux livres à Anterem Edizioni en Italie. Dans son numéro d’automne 2016, la revue Phœnix présente un dossier sur son œuvre.


La revue Ce qui reste RALENTIR POÈME 1 Un poème est un pont jeté en travers du temps Jean-Michel Maulpoix

Prendre le temps de lire un poème est un acte de résistance libérateur, une manière de rester dans l’instant présent, d’échapper à la fuite en avant permanente que nous impose le rythme de notre époque. C’est reprendre sa respiration avec l’inspiration des autres. La revue Ce qui reste, coéditée par Cécile A. Holdban et Sébastien de Cornuaud-Marcheteau, vous propose de marquer cette pause en vous faisant découvrir chaque semaine un auteur et un artiste (peintre, graveur, sculpteur, photographe, mais aussi pourquoi pas, musicien, cinéastre, etc).

Ralentir travaux de René Char, Paul Éluard et André Breton, recueil de trente brefs poèmes précédés de trois préfaces, 1930, José Corti 1


© Avril 2017 — Poèmes d'Andrea Moorhead Photographies d'Andrea Moorhead La revue Ce qui reste pour la présente édition 16, chemin des Androns 33710 Bayon sur Gironde www.cequireste.fr — revue.cequireste@gmail.com Revue numérique hebdomadaire - ISSN 2497-2363


« ne sens-tu pas la possibilité de continuer dans le silence des pierres dans l’extase des flammes sans rien dire sans tourner la tête sans respirer le parfum des jours à venir ? » Andrea Moorhead

Ce

qui

reste

dialogue des fantômes (et autres poèmes) - Andrea Moorhead  

« ne sens-tu pas la possibilité de continuer dans le silence des pierres dans l’extase des flammes sans rien dire sans tourner la tête sans...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you