Issuu on Google+

Le Jardin de CĂŠzanne Photographies michel gasarian/signatures

La Vie silencieuse


Le Jardin de Cézanne. Ces paysages font retourarrière sur les paysages enchanteurs de Provence qui marquèrent mon enfance, sur une fulgurance de la lumière. Tout jeune, j’ai eu la passion des paysages. Je me suis confondu avec eux. Plus tard, la peinture, la littérature, la photographie, la poésie, m’offrirent des équivalences. Avec le temps, délicatement, Cézanne plus que d’autres déposa sur mon regard, la sensation, la vibration, la structure, la couleur et les audaces. Je compris que son sujet, son combat, était la peinture. Que pour lui, le fruit, le paysage ou le jardinier n’étaient que prétextes à l’aventure de peindre. Ces paysages, qui portent l’écho de la vie et des silences, tissent le fil conducteur qui relie lieux et objets, imaginaire et réalité, matière et transparence, où le noir est la lumière de l’ombre.


Plateau de Bibémus - Au-dessus de Château Noir Juillet 2007


Carrières de bibÊmus - juin 2006


carrières de bibÊmus

- juin 2006


carrières de bibémus

- décembre 2009


carrières de bibémus

- décembre 2009


carrières de bibÊmus

- juillet 2007


carrières de bibÊmus

- juillet 2007


carrières de bibémus

- décembre 2009


carrières de bibémus

- décembre 2009


carrières de bibÊmus

- juillet 2007


carrières de bibÊmus

- juin 2006


carrières de bibÊmus

- septembre 2009


carrières de bibÊmus

- juin 2006


carrières de bibÊmus

- juin 2006


ch창teau noir

- juillet 2007


ch창teau noir

- juillet 2007


carrières de bibÊmus

- septembre 2009


La Vie silencieuse. L’atelier des Lauves est un sanctuaire où l’immobilité est en mouvement perpétuel. Entre la grande verrière du nord et les hautes fenêtres du sud, la lumière baigne doucement le lieu et dépose ses limons d’argent. Elle offre une vie inépuisable et féconde aux objets, aux choses. Dans un climat intemporel, comme coupée du monde mais monde en soi, la vie silencieuse n’est pas seulement la vie des objets inanimés mais également une juste métaphore de la photographie. En ignorant la vitesse, elle favorise la réflexion, la contemplation, et ce silence éloquent de l’image est ce qui nous permet d’entendre le bruissement muet mais sensible des choses.


atelier des lauves

- novembre 2009


atelier des lauves

- dĂŠcembre 2009


atelier des lauves

- novembre 2009


atelier des lauves

- dĂŠcembre 2009


atelier des lauves

- novembre 2009


atelier des lauves

- novembre 2009


atelier des lauves

- novembre 2009


atelier des lauves

- novembre 2009


atelier des lauves

- dĂŠcembre 2009


atelier des lauves

- novembre 2009


atelier des lauves

- novembre 2009


atelier des lauves

- dĂŠcembre 2009


atelier des lauves

- dĂŠcembre 2009


atelier des lauves

- novembre 2009


atelier des lauves

- novembre 2009


atelier des lauves

- novembre 2009


atelier des lauves

- novembre 2009


atelier des lauves

- dĂŠcembre 2009


Photographe depuis 1988, diplômé de l’Ecole nationale supérieure de la photographie d’Arles et membre de ‘Signatures, maison de photographes’, je réalise depuis les années 1990, un travail tourné à la fois vers les autres, mais aussi un travail à partir des paysages et des natures mortes : une façon d’interroger l’image à l’épreuve du réel, et de considérer la photographie comme une empreinte sensible, un espace comme un seuil, une parenthèse ouverte et jamais refermée.


atelier des lauves

- novembre 2009


Michel Gasarian 27 rue de la rĂŠpublique 30300 Beaucaire Port. 06 14 48 91 49 michel.gasarian@wanadoo.fr


La vie silencieuse