Issuu on Google+

Les droits culturels, c’est quoi ? Les droits culturels sont partie intégrante des droits de l’homme, qui sont universels, indissociables et interdépendants. (…) Toute personne doit ainsi pouvoir s’exprimer, créer et diffuser ses œuvres dans la langue de son choix et en particulier dans sa langue maternelle ; toute personne a le droit à une éducation et une formation de qualité qui respectent pleinement son identité culturelle ; toute personne doit pouvoir participer à la vie culturelle de son choix et exercer ses propres pratiques culturelles, dans les limites qu’impose le respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales. Article 5, Déclaration universelle de l’UNESCO sur de la diversité culturelle (2001)

La Déclaration de Fribourg sur les droits culturels (2007) permet de clarifier l’importance cruciale de ces droits, libertés et responsabilités ainsi que des dimensions culturelles des autres droits de l’homme. Disponible sur le site www.droitsculturels.org

*

le programme Paideia vise à créer des outils de formation professionnelle aux droits culturels. Il permettra le développement des compétences nécessaires à leur prise en compte, notamment dans les secteurs du social, de l’éducation, de l’économie, de l’aménagement des territoires et de la citoyenneté. Le programme se déploie au travers d’étapes locales, nationales et européennes. Il est mené par l’Observatoire de la diversité et des droits culturels (programme de l’Institut interdisciplinaire d’éthique et des droits de l’homme de l’Université de Fribourg) avec son coordinateur Patrice Meyer-Bisch, en collaboration avec Culture et Démocratie en Belgique, la Chaire Unesco de Bergame en Italie et Réseau culture 21 en France.

« Rio+20 et la dimension culturelle de la durabilité », de Patrice Meyer-Bisch et Jordi Pascual, in « Culture et développement durable », supplément de Mouvement n°64.

*

*

* Enseignement formel et informel,

« (...) On a largement ignoré l’importance des droits culturels pour le respect de la dignité humaine, le développement des personnes et des communautés. On a considéré la culture comme un dernier palier, moins important que les besoins, jugés fondamentaux. Étonnante cécité quand on sait qu’il faut des savoirs pour cultiver la terre, pour habiter son environnement de façon équilibrée, pour soigner et se soigner, nourrir et se nourrir, pour exercer un métier utile à la société et épanouissant pour soi-même et les siens, pour décider pour soi et participer à la vie collective et, enfin, pour transmettre les valeurs les mieux adaptées à ses enfants. Le domaine culturel vaut pour lui-même et pour les autres. Au même titre que les autres droits humains en effet, les droits culturels sont les fins et les moyens du développement. »

* Ardèche, Gironde, Nord, Territoire de Belfort

sont les 4 premiers départements engagés dans une démarche de recherche-action pour observer et évaluer leurs politiques publiques au regard des droits culturels. Des groupes de travail intersectoriels, des temps d’élaboration départementaux et inter-départementaux, et des rencontres publiques permettent de s’informer, s’intéresser, s’impliquer et construire ensemble une nouvelle approche de l’action publique. L’Assemblée des Départements de France (ADF), Culture et Départements et le Canopéea s’associent à la démarche afin de valoriser et élargir les expériences, mutualiser et rendre visibles les recommandations formulées par le projet en matière de politique départementale et territoriale dans le champ des droits culturels. De nouveaux départements rejoindront la démarche en 2014.

www.droitsculturels.org

*

C 64 - M 47 - J 25 - N 5

www.droitsculturels.org

iiedh

O B S E RVATO I R E D E L A D I V E R S I T E E T D ES D RO I T S C U LT U R EL S C H A I R E U N ES CO P O U R L ES D RO I T S D E L’ H O M M E E T D E L A D EM O C R AT I E


Paideia préseantation générale