Page 1

LA REVUE DE PRESSE “Hollande, c’est un mélange de Chirac et de Mitterrand” André Vallini, député de l’Isère et « fan » de François Hollande, défend son champion, qui cherche son second souffle.

A. V. Hollande développe l’idée que, malgré les difficultés, on peut rassembler le pays sur le thème : donnons un avenir à la jeunesse. Montebourg prône la démondialisation, ce qui n’est pas très crédible. Quant à Valls, l’idée qu’il met en avant, c’est… lui-même ! F.-S. Et Ségolène Royal évoque « la France qui souffre »…

FRANCE-SOIR Le concept de « président normal » n’a-t-il pas fait long feu ?

A. V. Il faut lui reconnaître une vraie capacité d’écoute. Elle est entendue par les classes

ANDRÉ VALLINI Ce que François a voulu dire, c’est qu’il exercerait une présidence normale, apaisée, équilibrée s’il était au pouvoir. L’homme, lui, a des qualités exceptionnelles : tout le monde connaît son brio intellectuel et sa compétence – notamment sur les questions économiques et financières. Mais tout le monde ne connaît pas sa culture, et je le regrette. Il aime beaucoup l’histoire. Il s’isole. Il lit. Il travaille énormément

populaires, dans les quartiers. Nous ne devons pas la sous-estimer. F.-S. Hollande n’a jamais été ministre… A. V. L’expérience d’un chef de parti en période de cohabitation vaut tous les ministères. Quand il était à Matignon, Lionel Jospin ne prenait pas une décision sans avoir, au préalable, consulté le premier secrétaire du PS. Il avait une très grande

F.-S. Il a perdu de sa rondeur…

confiance en François qui, de ce fait, connaît parfaitement

A. V. Quand on aspire à devenir président, on ne peut pas passer son temps à faire de l’humour. Il faut convaincre les Français que l’on est pénétré de l’importance de la fonction à laquelle on aspire. Les Français n’ont pas envie d’un

le

fonctionnement

de

l’Etat.

Hollande, c’est un mélange de Chirac et de Mitterrand :

il

a,

comme

le

premier,

une

connaissance intime de la province française et, comme le second, une habileté politique qui fait mouche.

candidat qui les fasse rire ! F.-S. Ne craignez-vous pas les dérapages F.-S. Comment Hollande et Aubry vont-ils se

dans la primaire ?

différencier ? A. V. Quand certains se laissent aller, François leur rappelle que nous ne devons rien dire qui puisse être utilisé par la droite. Il a toujours eu le


souci de l’unité des socialistes. On dit aujourd’hui que Martine Aubry rassemble, sauf que François a rassemblé les socialistes bien avant elle ! Publié le 10 juin 2011- France Soir

Soutenu par B. Derosier, F. Hollande cultive ses amitiés dans le Nord Depuis de longs mois, Bernard Derosier, ancien président du conseil général du Nord et député de la deuxième circonscription, soutient François Hollande dans sa quête à l'investiture socialiste pour la présidentielle. ... Mardi matin, en marge de la réunion du groupe socialiste à l'Assemblée nationale, les deux hommes ont évoqué le sens d'un tel rapprochement, eux qui se retrouvent tous les quinze jours pour un comité de pilotage de la campagne. « Ce soutien m'est précieux et en même temps pas surprenant, attaque François Hollande. Bernard et moi avons un long cheminement commun, notamment à travers toutes les décisions que j'ai pu prendre en tant que premier secrétaire. »

Relais Bernard Derosier confirme la concordance de vues, appuyant sur le côté personnel.

« La présidentielle, c'est le choix d'une personne, sur lequel reposent des éléments d'analyse partagés, un charisme et une relation aux autres de qualité. C'est le cas de François, dont la manière de diriger le parti nous a permis d'enregistrer des résultats plus que satisfaisants. Tout cela m'a conduit à le soutenir sans état d'âme. »

Dans la rude bataille qui s'annonce, François Hollande peut donc compter sur un relais important dans le Nord - Pas-deCalais. Une région stratégique à bien des égards, pas seulement parce que Martine Aubry y est chez elle. « Dans le Nord, nous avons, avec Bernard, beaucoup d'amis », glisse le maire de Tulle, attentif à une terre emblématique pour la gauche. « Cette région affronte plus de difficultés que d'autres, mais peut aussi s'appuyer sur de nombreux atouts. Je pense par exemple aux ports de Dunkerque, Boulogne, Calais ou au ferroviaire dans le Valenciennois. Relancer et soutenir l'industrie, cela suppose une politique offensive d'ancrage dans les territoires ». Sur ce plan-là aussi, le président du conseil général de Corrèze pourra compter sur Bernard Derosier. « C'est une sorte de référence en la matière », sourit François Hollande. jeudi 09.06.2011- La Voix du Nord

François Hollande: mettre sur le marché "un million de logements nouveaux" François Hollande, candidat à la primaire socialiste, a estimé mercredi que mettre sur le marché "un million de logements nouveaux" devrait être "l'objectif du prochain mandat" et a plaidé pour "encadrer les loyers" lors de la première mise en location ou la relocation. M. Hollande s'exprimait aux Etats généraux sur le logement organisés mercredi à Paris par quelque 30 associations, lors d'une table ronde


consacrée au thème "le logement cher, une fatalité '" Il faut "construire un million de logements nouveaux" et "ce devrait être l'objectif du prochain mandat", a déclaré le député corrézien. Le thème du logement "doit être un engagement majeur pour les 5 prochaines années", a-t-il dit à la presse à l'issue du débat, proposant, s'il était élu en 2012 "qu'il y ait une loi de programmation sur 5 ans, au lendemain de l'élection présidentielle". Cette loi prendrait "en compte tous les éléments du dossier: foncier, aides fiscales, logements sociaux et documents d'urbanisme pour qu'il y ait davantage de logements et surtout de meilleurs logements", a-t-il détaillé. Pour augmenter le nombre de logements sociaux", il propose de faire passer les sommes consacrées par l'Etat à la pierre pour le logement social de "500 millions d'euros" aujourd'hui à "800 millions à un milliard d'euros". "Si j'étais président", a-t-il dit à la presse, "je demanderais qu'il y ait une disposition législative qui soit prise (...) pour que lors de la première mise en location du logement et lorsqu'il y a relocation du logement, il puisse y avoir encadrement du loyer en fonction des prix pratiqués dans le quartier considéré". M. Hollande veut aussi "recycler une partie des

RSA: une "provocation", selon François Hollande Le candidat à la primaire socialiste François Hollande a estimé qu'il y avait "une entourloupe" et une "provocation" à vouloir revoir les conditions d'obtention du Revenu de solidarité active (RSA), aujourd'hui en marge des Etats généraux du logement à Paris. À la question de savoir s'il était d'accord avec l'expression d'"entourloupes" utilisée par Martin Hirsch, père du RSA, François Hollande a répondu à la presse "il y a à la fois une entourloupe et une provocation". "Il y a une entourloupe, Martin Hirsch a raison. Il y a eu des dispositions fiscales qui ont été prises pour financer le RSA, notamment la reprise d'activité", a expliqué le candidat à la primaire socialiste. "Que constate-t-on ? Finalement, comme il y a eu peu de reprises d'activité liées au RSA, cette ressource a été utilisée à d'autres fins, pour d'autres missions. Et Martin Hirsch a raison de dénoncer ce qui a été une spoliation au détriment des possibles bénéficiaires du RSA", a poursuivi le député corrézien. "Et puis il y a une provocation. Au moment-même où l'UMP discute de la question de savoir s'il faut durcir les conditions d'obtentions du RSA, à l'Assemblée nationale, il y a des dispositions qui sont votées pour alléger l'impôt sur la fortune des plus privilégiés de notre pays !", a-t-il lancé. "Si on pense que ce sont les plus pauvres qui sont les plus privilégiés, on doit considérer que la politique de Nicolas Sarkozy est la bonne !", a-t-il ironisé. publié le 08/06/2011- Le Figaro

aides fiscales, qui sont aujourd'hui dépensées au bénéfice de propriétaires qui ne font pas forcément l'effort souhaité", a-t-il dit. Une partie de ces aides devraient aller à la construction de logements sociaux plus nombreux ou des logements privés, selon lui. Il a également dit retenir "la proposition d'une loi d'orientation foncière", pour "pour éviter qu'un certain nombre de propriétaires de terrains puissent bénéficier d'une rente, donc récupérer une part de ces ressources pour les affecter à la construction de logements". publié le 08/06/2011- l’express

Présidentielle 2012: Hollande garde sa ligne Le candidat à la primaire socialiste, favori des sondages depuis la mise hors jeu de StraussKahn, poursuit sa campagne de terrain. Malgré son nouveau statut, il refuse de changer de stratégie. Avec ça, je vais très haut. Je suis inarrêtable”. En déplacement dans une usine de défense et d’aéronautique près de Bordeaux, François Hollande ne résiste pas à un bon mot sur 2012 lorsqu’on lui


présente des composites destinés à alléger les moteurs d’avion. Mais aussitôt, il retrouve son sérieux pour écouter, concentré, les explications techniques de ses interlocuteurs. Propulsé en pole position de la course à la primaire PS depuis l’explosion en vol de DSK, le socialiste prend garde à ne pas se brûler les ailes. “Je ne change pas de ligne de conduite, martèle-t-il. Je n’ai jamais déterminé mon engagement par rapport à qui que ce soit.” Le président du conseil général de Corrèze continue son bonhomme de chemin, multipliant les déplacements en province, comme aujourd’hui à Bordeaux, pour cultiver son image d’homme du terroir et son réseau de militants.

"La liberté, c'est laisser la possibilité à deux personnes qui s'aiment, quelle que soit leur orientation sexuelle de s'unir. L'égalité, c'est permettre à tout couple de recourir au même dispositif juridique sans discrimination", a affirmé mardi l'ancien patron du PS sur son site. "Maintenir une telle différenciation entre couples hétérosexuels et ceux issus d'une union homosexuelle n'est rien d'autre qu'une hiérarchisation des couples en vertu de l'orientation

Loin des batailles d’appareil. Alors que les grandes manœuvres commencent rue de Solferino et que certains évoquent un front “Tout sauf Hollande” qui chercherait à lui barrer la route, il fait mine de pas s’en préoccuper. “Faire campagne, c’est aller chercher les électeurs, pas faire de la tactique de congrès.” Pas question donc de commenter la candidature de Manuel Valls, réactivée la veille. Rien n’a vraiment changé depuis l’affaire de New York ? “C’est vrai que mon statut n’est plus le même, admet-il. Cela m’amène à être encore plus exigeant dans mes propositions.” S’il ne renie pas son credo du “président normal”, raillé par ses adversaires, en particulier après sa photo tout sourire sur son scooter en une du Parisien, il convient que ce ne sera pas suffisant pour l’emporter. La future stratégie se met en place : il se présentera comme “le président du quotidien”.

sexuelle", a affirmé le député de Corrèze. Alors que se tient le débat à l'Assemblée sur la proposition de loi socialiste relative au "mariage pour tous", M. Hollande pour qui l'adoption du pacte civil de solidarité (Pacs) a été "une grande avancée pour notre société", a "la conviction que nous devons franchir une nouvelle étape". "En matière sociétale, deux principes doivent l'emporter: la liberté et l'égalité", a-t-il jugé. Publié le 07-06-11 le Nouvel Obs

Son nouveau statut, Hollande le teste quelques instants plus tard avant d’intervenir face à des jeunes de l’Institut d’études politiques de Bordeaux. “Je viens peut-être de serrer la main du futur chef de l’Etat”, s’enthousiasme Erwann. L’étudiant encarté au Parti socialiste fait ses pronostics : “Il a 25 % de chances d’être élu. Ce sera du 50-50 face à Aubry, puis du 5050 face à Sarkozy.”

François Hollande pour une réflexion au niveau européen sur la dépénalisation du cannabis

Publié le 08-06-2011 – Métrofrance.com

François Hollande, candidat déclaré à la primaire PS, s'est dit lundi favorable à une réflexion à l'échelle de l'Europe sur la dépénalisation du

François Hollande favorable au mariage homosexuel François Hollande, candidat socialiste à la primaire

cannabis, alors qu'aux Etats-Unis un rapport officiel vient de faire le constat de l'échec du combat mondial contre la drogue. "Il y a une commission qui vient de se réunir aux Etats-Unis, qui a établi que la situation actuelle n'est

socialiste, s'est déclaré mardi favorable au mariage

pas la bonne, ni pour les pays producteurs, ni pour

homosexuel, soulignant qu'il veut laisser "la

les pays consommateurs", a déclaré le député de

possibilité pour deux personnes qui s'aiment, quelle

Corrèze, lors d'un débat à La Bellevilloise (Paris

que soit leur orientation sexuelle, de s'unir".

XXème) organisé par les initiateurs de "l'appel du 21


avril" pour un candidat unique à gauche dès le

déclare le président du Conseil général de Corrèze

premier tour.

dans un entretien publié dans "Le journal du

Il a ajouté : "Il va falloir réunir une commission à

dimanche".

l'échelle de l'Europe, comme celle qui vient d'avoir

"Je ne propose pas de définir des échéances à 30

lieu aux Etats-Unis. Le Portugal est dans la

ou 40 ans, mais de poser un engagement pour les

dépénalisation, mais pas tout à fait dans la

15 prochaines années", ajoute-t-il. "Les écologistes

légalisation. Ca mérite qu'on regarde ce qui se

ont le droit d'être pour la sortie du nucléaire, mais

passe au Portugal. Ca mérite qu'on fasse une

nous avons le devoir de dire ce que nous ferons

proposition pour l'Europe entière".

ensemble pour le prochain quinquennat".

"Ce n'est pas parce

Si "tous les socialistes défendent l'idée qu'il faut

que on légalise le

baisser la part du nucléaire dans la production

cannabis qu'il n'y

d'électricité en France", François Hollande souligne

aura plus de trafic", a

toutefois que "nous ne sommes pas dans la même

aussi souligné François Hollande. "Ma proposition :

situation qu'outre-Rhin". "An Allemagne, 22% de la

une commission d'experts notamment sur la

production vient du nucléaire, en France, 75% de

question du soin et par rapport à la dépénalisation",

l'électricité est d'origine nucléaire", rappelle-t-il

a-t-il poursuivi.

Publié le 04-06-11 – Le nouvel Obs

Dans un rapport publié le 2 juin par la Commission mondiale sur la politique des drogues (Global Commission on Drug Policy), une kyrielle de personnalités, parmi lesquelles d'anciens présidents latino-américains, estiment que le combat mondial contre la drogue a "échoué" et que le seul recours est désormais la dépénalisation du cannabis. Publié le 06-06-11 – Le Nouvel Obs

Les propositions de François Hollande pour "s'émanciper du nucléaire" "Le Nouvel Observateur" a posé quatre questions aux principaux candidats à la primaire socialiste. Seul le

François Hollande veut réduire "de 75 à 50%" la dépendance française au nucléaire

"candidat normal" a précisé ses intentions. Faut-il sortir du nucléaire ou se contenter de réduire notre dépendance à cette énergie ? A quelle échéance ?

Le candidat aux primaires socialistes François

- La France est le pays qui produit le plus

Hollande propose que la France réduise "de 75 à

d'électricité à partir du nucléaire : 75% contre 25%

50%" sa dépendance au nucléaire en 15 ans, sur le

au Japon, 22% en Allemagne 20 au Royaume-Uni

modèle de l'Allemagne.

comme aux Etats-Unis. Cette situation résulte du

"La France doit faire le

choix industriel fait au milieu des années 1970 et

même effort que

d'une politique menée continûment depuis pour

l'Allemagne en 15 ans,

limiter notre dépendance à l'égard des énergies

soit réduire de 75 à 50%

fossiles. Aujourd'hui, pour des raisons qui tiennent

notre dépendance au nucléaire d'ici à 2025",

aux exigences de sécurité après Fukushima, à


l'obsolescence des vieilles centrales, au traitement

Faut-il démanteler les centrales en fin de vie,

des déchets et à l'épuisement des ressources en

notamment celle de Fessenheim ?

uranium, nous devons nous émanciper du nucléaire. Plutôt que de débattre indéfiniment de la sortie du nucléaire à l'horizon 2040, 2050 ou 2060 sans dire d'ailleurs comment nous y parviendrions -, je prends un engagement pour les quinze prochaines années. C'est-à-dire celles qui relèvent de la responsabilité du prochain président de la République. Je propose de réduire de 75% à 50% la production d'électricité d'origine nucléaire à l'horizon 2025. Exactement le même effort que les Allemands, qui vont passer de 22% à 0% en quinze ans. Pour atteindre cet objectif, il faudra fermer les

- Oui, il le faut. Et les résultats de l'audit qui a été décidé au lendemain de Fukushima nous seront utiles, à condition que celui-ci ait été mené de façon rigoureuse et indépendante. Toute centrale qui présentera le risque le plus minime sera fermée. L'Autorité de Sûreté nucléaire verra ses pouvoirs renforcés. Je veux même aller plus loin et adopter une position de principe : définir un âge maximal de 35 ans pour la durée de vie des centrales et engager sur quinze ans un programme de démantèlement (16 réacteurs sur 58 sont en activité depuis plus de trente ans).

centrales en fin de vie, augmenter massivement les énergies renouvelables et diminuer fortement la

Faut-il investir dans les réacteurs de troisième

consommation d'énergie par un plan d'isolation

génération du type EPR ?

thermique des logements. En 2025, une autre étape

- La construction de la centrale EPR de Flamanville

devra être franchie en fonction du potentiel des

est très avancée. Ce serait un gâchis financier,

autres énergies, du changement climatique et des

économique et technologique que de procéder à

nouvelles technologies du nucléaire. Mais ce qui

son arrêt. D'autant qu'elle présente des garanties de

compte en politique, c'est de décider maintenant

sécurité plus élevées que les vieilles centrales

pour la prochaine génération en fixant une

qu'elle aura vocation à remplacer. Mais je considère

perspective ambitieuse, mais à notre portée.

qu'il n'est pas opportun de lancer la construction

En matière de politique énergétique, faut-il

d'une vague de centrales nucléaires de troisième

organiser un débat, légiférer ou proposer un

génération. Ainsi le projet de Penly sera

référendum ?

abandonné. Tous les efforts financiers doivent désormais être consacrés à l'efficience énergétique,

- L'organisation d'un débat national doit être l'une des premières décisions du prochain quinquennat. Ce débat doit être conduit par des personnalités scientifiques indépendantes et largement ouvert aux citoyens. Le sujet doit aller au-delà du nucléaire et concerner l'ensemble de la transition énergétique (mode de transport, fiscalité écologique, traitement des déchets... ) C'est au terme de cette grande délibération démocratique qu'il sera décidé ou non de consulter les Français par référendum. Mais en toute hypothèse, ce sera au Parlement qu'il reviendra de définir et de mettre en œuvre la nouvelle politique énergétique de la France.

aux réseaux électriques intelligents et au développement des énergies renouvelables, avec un cadre de prix et de réglementation garanti sur dix ans. C'est un enjeu économique et social considérable car la révolution énergétique est susceptible de créer des dizaines de milliers d'emplois autour de nouvelles filières industrielles et même autour du démantèlement des installations. Une centaine de centrales dans le monde attendent d'être démantelées. Il s'agit là d'un nouveau marché pour les entreprises françaises comme Areva si elles savent s'en saisir et si les politiques publiques les y encouragent. Paru dans "Le Nouvel Observateur" du 9 juin 2011


François Hollande publie le 17 août "Un destin pour la France" François Hollande, candidat à la primaire socialiste, publie le 17 août chez Fayard "Un destin pour la France", a annoncé vendredi l'éditeur. "Même s'il est dans la vie politique depuis trente ans, il demeure assez peu connu des Français. Dans ce livre vif, écrit à la première personne, il se dévoile pour la première fois en même temps qu'il avance quelques unes de ses propositions, notamment en matière d'emploi et d'éducation qui constitueraient l'armature d'une future campagne présidentielle", indique le programme de Fayard. L'ancien patron du PS (1997-2008) évoque également le traumatisme du 21 avril 2002 avec l'élimination de Lionel Jospin et veut dissiper les malentendus sur la place qu'il occupe au sein du Parti socialiste, sur les conflits de personnes et bien sûr sur Ségolène Royal, son ancienne compagne, mère de ses quatre enfants, qui se prépare à concourir à la primaire, affirme aussi l'éditeur. Le député de Corrèze avait publié un livre d'entretiens, "Droit d'inventaires", en octobre 2009. Toujours chez Fayard, le journaliste Serge Raffy, rédacteur en chef au Nouvel Observateur, sort à la même date "François Hollande", une biographie sous-titrée "le rescapé". "Qui se cache derrière ce Chirac de gauche, ce Corrézien dont les origines familiales se trouvent dans le Pas-de-Calais, pays des mines et des corons?", interroge Serge Raffy, également biographe de Lionel Jospin. Publié le 03-06-11- Le nouvel Obs

Revue de Presse  

Revue de Presse

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you