Page 1

BIRDLAND Une installation cinétique des Éoliens

Les éoliens Projet 2017


BIRDLAND

œuvre cinétique éolienne BIRDLAND est une installation d’art environnemental mobile qui propose une plage graphique dans des sites naturels ou urbains : parcs, jardins, places, sites patrimoniaux, classés, réserves naturelles... Inspirée par les oiseaux et le vent, c’est un paysage comme un morceau de jazz, une structure et une improvisation de l’air. Un vol de plumes en mouvement se déploie et adopte diverses formes, en dialogue avec les espaces et les sites.

3


BIRDLAND utilise des matériaux simples, communs, disponibles, (bambou, osier, plumes d’oiseaux, vent...) pour une approche sensorielle. Chaque élément (entre 2 et 6 m de hauteur) est conçu d’après un schéma commun. Composé de bambou pour la partie fixe, d’osier et de plumes pour la partie mobile ; l’assemblage se fait sous la forme d’un atelier mobile ; « l’atelier des ÉOliens, jardiniers du vent », ouvert aux regards et aux questions du public présent lors du montage (les blouses rouges signalent notre présence dans les sites).

4


Exemple d’étude pour le festival Land Art Rayol 2017 BIRDLAND est une installation en dialogue. Elle comprend de 50 à 250 éléments mobiles et se déploie de manière à valoriser les sites.

Voie verte

env. 15/20u

Escalier/Banc Pergola

Groupée ou diffuse, elle permet d’orienter les visiteurs ou les regards. Les densités et les hauteurs sont variables pour jouer avec les reliefs et créer des surprises, des repères.

Grand excalier 1

Les plumes blanches captent vents et lumière, pour une improvisation visuelle : le vent qui souffle devient visible.

Grand excalier 2

BIRDLAND est une vibration visuelle, en résonance avec le paysage, en lien avec la nature, en écho avec le souffle.

env. 15/20u env. 6u/10u (positionnement latéral) 66 u

30 u

Terrasse vide

Vallon des fougères env. 15/20 u

Vers le Patec env. 20 u

Zoyzia

Zoyzia

env.40/50 u

2,5 m

Pergolat

Suspensions

Cistes

env. 20 u

Zone de retournement env. 20 u

Grand excalier 2à4m

Vallon des fougères 4m

5


6


Festival de l’ESTRAN 2015 à marée basse

7


Festival de l’ESTRAN 2015 à marée haute

8


Références Collectif d’artistes et de paysagistes, nous installons des sculptures cinétique animées par le vent, conçues et disposées en relation avec les paysages, urbains ou jardinés. Nos installations ont pour ambition d’étonner les visiteurs, de les rendre sensibles à des instants poétiques. Elles cherchent la justesse du geste, du sens et de l’équilibre pour la valorisation des sites. Notre présence dans les sites fait partie intégrante de notre pratique : nos blouses rouges interpellent, provoquent rencontres et discutions autour des oeuvres et de notre philosophie de travail : faire avec.

Contacts http://www.leseoliens.blogspot.com https://www.facebook.com/pages/Les-éoliens [Rémi Duthoit] ,

12 av. des Lavandes, 04300 Forcalquier http://rduthoit.blogspot.fr/ remi.duthoit@gmail.com 06 87 14 57 60

TiO

[franck Feurté] 33000 Bordeaux www.ateliertio.com ff.tio@free.fr 06 19 01 27 03

2016 : Sentier des Arts, Communauté de commune de Royan. 2015 : Festival de l’Estran, Fact/ Ile Saint Denis Paris. 2014 : Palarbres, Lycée agricole de VALABRE/Arbories/Domaine du Rayol. // Braderie de l’art de Liège. 2013 : Festival LAND-ART au jardin des méditerranées Domaine du Rayol, Janvier-Novembre.  2011 : Inauguration du KLAP/Marseille/Anémochore.  2009 : Festival «  Printemps de paroles » à Rentilly (performances& théatre de rue). 2008 : Fêtes de la science à Reims, Fête du Soleil à Aubagne.  2007 : PARIS PLAGE : Atelier public, exposition performances.  2006/2005 : Paris 19éme, fêtes des bassins de la Villette.  2004 : Les Envies Rhônements d’ILOTOPIE, Salin de Giraud.  «Lille 2004» capitale européenne de la culture: Maison Folie de Wazemme.  Compagnie EUX & ELLES, «  l’affiche vivante  »(Marseille)  ;  2003 : Le Festival du vent de Calvi. FESTIVENTU

9


La stratégie du frémissement Une plume c’est peu. En poids c’est rien, juste du vent. Mais ça tourne. Il fallait y penser : piquer la rémige à son point d’équilibre, la placer dans le courant de l’air et voilà une hélice. Même les oiseaux s’en étonnent : construites à même leur peau puis abandonnées dans la chute les plumes tournent, éoliennes parfaites, offertes ainsi à ceux qui voudront en faire autre chose qu’un bouquet d’intérieur en décor figé. La plume est un témoin des mouvements, elle traduit les différences d’invisibles pressions dans l’atmosphère, elle s’anime au moindre frémissement. Mais pour les Eoliens tout fait plume car tout fait vent, tout tourne et ça chante en silence. On peut se mettre au jeu avec les feuilles et le bambou, les coquilles impondérable des marins, les plastiques abandonnés renvoyés par la mer et, si l’on s’y prend bien, avec les boîtes de conserve en métal allégé délicatement perforées d’ouïes par où la brise invisible s’engage. Sur l’axe de rotation construit par l’artiste l’air venu d’on ne sait où fait tourner le cylindre à l’infini . C’est vrai, j’en ai une chez moi, boîte-objet de fascination : les Eoliens sont passées par là et je n’en finis pas de compter les tours… L’art ici se tient dans l’entre-temps : ce qui sépare et relie à la fois l’objet de son mouvement. Il pourrait y avoir des plumomètres chez les Eoliens : on mesurerait l’intensité poétique d’une installation. On s’apercevrait, dans ce monde de l’art, que la plus légère des œuvres est peut-être celle qui porte le message le plus consistant. L’une d’elle dirait : toutes nos excuses fleurs et fruits, toutes nos excuses hirondelles et moineaux , nous ne faisons que passer, avec le vent porteur nous ne faisons que passer ; ces maisons, ces routes, ces usines c’était pour rire, nous ne faisons que passer. Reste le vent. Sur cet appui indestructible se construit le rêve éolien. Gilles Clément Le 6 décembre en l’air entre Paris et Abidjan.

10


11

Birdland  
Birdland  

Une proposition des éoliens, jardiniers du vent.

Advertisement