Issuu on Google+

INMÉDIATS

DE L’AMBITION PARTAGÉE AU PROJET COLLECTIF FORUM TERRITORIAL

‘‘Vers un réseau régional des acteurs de la culture scientifique et technique’’

Fête de la Science, Têtes chercheuses, Saison ‘‘Zoom’’,...

TOUS LES évenements

2013

DOCTORANTS

UNE NOUVELLE GéNéRATION + COMMUNICANTE

CENTRE DE SCIENCES NOUVELLE Génération

une nouvelle aire pour une culture de l’innovation en Basse-NormandiE

© Bruther / ArtefactoryLab


PROGRAMME INMÉDIATS

DE L’AMBITION PARTAGÉE AU PROJET COLLECTIF

P. 6 UNE NOUVELLE AIRE POUR UNE CULTURE DE L’INNOVATION

UN CENTRE DE SCIENCES NOUVELLE GÉNÉRATION

SAISON CULTURELLE 2011-2013

ZOOM, BALADE ENTRE LES 2 INFINIS

P. 8

TÊTES CHERCHEUSES

SOUTENIR LES PROJETS DES CHERCHEURS

P. 24


FABLAB CAEN BASSE-NORMANDIE

UNE EXPÉRIMENTATION GRANDEUR NATURE

P. 18

FORUM TERRITORIAL 2013

METTRE EN RÉSEAU LES ACTEURS RÉGIONAUX

P. 26

P. 20

FÊTE DE LA SCIENCE

LE RENDEZ-VOUS DES CURIEUX

P. 22 MISSIONS DOCTORALES

PARCOURS CULTURELS SCIENTIFIQUES

DES ÉLÈVES ACTEURS DE LEURS DÉCOUVERTES

P. 28

LES JEUNES CHERCHEURS EN PREMIÈRE LIGNE

P. 29


Directeur de la publication : Bruno Dosseur Responsable d’édition : Guillaume Dupuy Conception graphique : Guillaume Dupuy et Stéphane Lebrun Crédits photographiques : Agence Bruther, Agence Bruther/ArtefactoryLab, Agence F. Castel Photographies, GREYC /J.-M. Routoure, Inmédiats/Clever Age, La Casemate - CCSTI de Grenoble, Studio “A vue d’oeil”, M. Taburet. Autres visuels sous licence CC. Ont également contribué à cette publication : Christine Chiamone, Matthieu Debar, Virginie Klauser et François Millet.

Relais d’sciences est soutenu par :

4 Edito | Rapport d’activité 2013

Le programme Inmédiats-MRI est soutenu par :


Edito

En guise d’ouverture Le 28 novembre 2013, la présentation de la maquette du futur bâtiment MRI, porté par Relais d’sciences, a donné corps à un travail collectif entamé en 2011 avec de nombreux partenaires. Elle a rendu un peu plus intelligible un projet polymorphe qui ne cesse de se compléter, de s’amender, de s’ouvrir et de se préciser. Un projet en mouvement, tout à la fois entité du programme national Inmediats et ancré dans un territoire local en pleine mutation. Le bâtiment est imposant, enthousiasmant, objet de beaucoup d’attentions, mais il n’est pas une fin en soi.

La mission de Relais d’sciences reste fondamentalement un projet construit sur la médiation culturelle des sciences et des technologies. Elle s’inscrit désormais dans une démarche ouverte qui propose une culture partagée de la connaissance et de l’innovation, inspirée des courants de l’open innovation, de l’open source et de la co-construction des savoirs. Le défi de cette année 2013 a été, pour l’équipe de Relais d’sciences, de concevoir la MRI dans le détail tout en maintenant une programmation culturelle de qualité pour les publics. Ce rapport d’activité se fait l’écho de

ces deux dynamiques, de leurs temps forts et des pistes de travail qui s’ouvrent en 2014. Sa nouvelle maquette est à l’image des transformations en cours. Inmédiats rythme désormais la quasi-totalité des actions de Relais d’sciences. Cette collaboration avec les collègues de Bordeaux, Toulouse, Rennes, Grenoble et Paris fonde une nouvelle façon de programmer un centre de sciences régional. Et ouvre la voie pour la future Maison de la Recherche et de l’imagination (MRI).

Rapport d’activité 2013 | Edito 5


DOSSIER PROGRAMME INMÉDIATS

DE L’AMBITION PARTAGÉE AU PROJET COLLECTIF Lancé au niveau national en février 2012, Inmédiats permet la convergence des projets et moyens de 6 centres de sciences. Son objectif est d’imaginer une culture scientifique et technique du 21ème siècle participant au développement des territoires par une culture partagée de la connaissance et de l’innovation. Une petite révolution qui porte déjà ses fruits Inmédiats, c’est l’histoire de 6 centres de sciences régionaux convaincus que la culture scientifique et technique peut contribuer à relever certains défis socio-économiques, environnementaux et territoriaux auxquels notre société se trouve aujourd’hui confrontée. Pour faire face à ces défis, les membres d’Inmédiats ont donc

souhaité faire évoluer, voire renouveler, le concept et les pratiques de la culture scientifique. Cet objectif ambitieux a impliqué de bousculer les habitudes et d’interconnecter les logiques territoriales pour inventer un nouveau mode de collaboration entre les centres. Une petite révolution dans le monde de la culture scientifique qui a montré

en 2013 ses premiers résultats avec la participation des FabLabs au SummerLab, le partenariat autour des Fondamentales du CNRS ou encore la réalisation de la MRI (voir p. 8 à 13)= En savoir + www.inmediats.fr

En novembre 2013, les équipes Inmédiats se sont mobilisées pour enrichir les “Fondamentales du CNRS” d’une dimension collaborative grâce à une carte numérique alimentée par les publics.

6 Dossier | Rapport d’activité 2013


DOSSIER Le programme Inmédiats permet la convergence des projets et moyens de ses membres pour imaginer une nouvelle génération de centres de sciences.

consortium INmédiats

Le programme Inmédiats permet la convergence des projets et moyens de 6 centres de sciences. Le bilan d’actions du consortium est présenté dans le rapport Inmédiats #2 disponible sur : www.inmediats.fr

Relais d’sciences Caen Espace des Sciences Universcience Rennes Paris

Cap Sciences Bordeaux

La Casemate Grenoble

Science Animation Toulouse

Rapport d’activité 2013 | Dossier 7


DOSSIER UNE NOUVELLE AIRE POUR UNE CULTURE DE L’INNOVATION

UN CENTRE DE SCIENCES NOUVELLE GÉNÉRATION Au printemps 2015 ouvrira sur la Presqu’île de Caen le premier centre de sciences “made Inmédiats”. Espace de vie ouvert et convivial, ce bâtiment de 2 000 m2 mettra à disposition, des particuliers et des professionnels, des outils technologiques innovants pour encourager la création et favoriser l’émergence de projets originaux Depuis l’origine de Relais d’sciences il a été question d’une “maison des sciences” mais en l’absence d’une définition et d’un portage clairs du projet, aucun lieu de ce type n’a vu le jour en Basse-Normandie. Pendant près de 15 ans, l’équipe de Relais d’sciences a développé une culture scientifique “hors les murs”, gagnant en professionnalisme et

8 Dossier | Rapport d’activité 2013

en notoriété avec un projet axé sur les publics et sur l’originalité de sa programmation. Avec son plan stratégique 20102013, et après l’expérience “Jungle”, Relais d’sciences prend clairement le tournant des technologies numériques, s’investit auprès des 15-25 ans et renforce sa programmation en lien étroit

avec les collectivités de Basse-Normandie. Cette philosophie d’innovation en médiation culturelle le conduit à développer le programme Inmédiats avec les 5 plus grands centres de sciences de France (voir pages 6-7) et à créer un lieu d’un genre nouveau : la MRI=


DOSSIER

Ce projet est financé dans le cadre des Investissements d’Avenir. Il bénéficie du soutien de la Région Basse-Normandie, du Département du Calvados, de la communauté d’agglomération de Caen la mer et de la CCI Caen Normandie.

© Bruther / ArtefactoryLab

Premier centre de sciences “made Inmédiats”, la MRI ouvrira ses portes sur la Presqu’île de Caen au printemps 2015.

Rapport d’activité 2013 | Dossier 9


DOSSIER UN PROJET POUR UN TERRITOIRE On aurait pu imaginer qu’un centre de sciences de nouvelle génération serait un centre totalement dématérialisé, investissant au gré des projets et des partenariats des espaces existants, comme c’était jusqu’alors le cas pour Relais d’sciences ou pour son partenaire Science Animation. Mais si cette stratégie reste viable en MidiPyrénées, en Basse-Normandie les enjeux de développement territorial plaident au contraire pour la création d’un bâtiment.

préSENTATION du projet en vidéo

Une double question revient régulièrement dans les débats publics en Basse-Normandie et sur l’agglomération caennaise :

http://youtu.be/t9ssBAGULGA

l’attractivité du territoire et la nécessité d’y attirer et fidéliser des jeunes. S’y ajoute désormais la nécessité de réinventer les relations entre les territoires avec l’arrivée du Très Haut Débit (THD) et, en filigrane, l’émergence d’une véritable filière numérique. Ces enjeux majeurs de développement de la BasseNormandie ont posé les fondements de la réflexion de Relais d’sciences et l’ont conduit à proposer la création d’un lieu structurant pour le territoire par sa capacité à innover dans le rapport aux publics, à favoriser l’émergence de projets collectifs à l’échelle régionale, à rendre visible la recherche et l’innovation régionale à l’échelle nationale=

Réalisations 2013 L’année 2013 a été principalement consacrée à la création de la MRI, en tant que bâtiment, nouveau modèle économique et nouvelle forme de programmation. 1 Rédaction du programme scientifique et culturel de l’établissement

2

A

B

Finalisation des financements et des partenariats

10 Dossier | Rapport d’activité 2013

3

Réalisation de la programmation architecturale avec le cabinet “Aubry & Guiguet”

Création du modèle économique

Réalisation du projet architectural avec le cabinet “Bruther” et ses partenaires

C Réflexions sur l’identité du lieu

4 Construction du bâtiment en 2014/2015

D Déploiement des dispositifs FabLab, LivingLab, Navinum


DOSSIER UN NOUVEAU RAPPORT AU PUBLIC Les flux traditionnels des centres culturels articulent des visites de groupes et des visites individuelles. Ces flux vont de pair avec une offre centrée sur la notion d’exposition. Sans rompre complètement avec cette approche, Relais d’sciences imagine un tiers-lieu multihabité capable d’accueillir non seulement des visiteurs dans le cadre d’un parcours d’exposition mais également un groupe de 5 jeunes venus travailler un après-midi au FabLab, 20 adultes en formation sur plusieurs jours dans une salle de créativité ou encore une conférence-débat avec une assemblée de 150 personnes. Le projet Inmédiats a choisi de privilégier les 15-25 ans avec un effort tout particulier vis-à-vis des filles et des publics distants de la culture (voir pages 6-7). Pour relever ce défi, Relais d’sciences rompt avec le positionnement habituel des jeunes dans les centres de sciences trop souvent limité à une activité scolaire très encadrée. Fidèle à sa vocation de co-construction des savoirs, la MRI met les jeunes en situation de concevoir et de réaliser par eux-mêmes pour valoriser leur expression et permettre le passage d’une venue par groupes captifs à une démarche volontaire hors temps scolaire.

La MRI mettra les jeunes en situation de concevoir et de réaliser par eux-mêmes.

Au travers de ce nouveau modèle culturel de la MRI, basé sur la diversification des publics et la récurrence de flux de fréquentation d’un public de proximité, il s’agit de favoriser l’accès à tous et d’inciter chaque visiteur à revenir le plus souvent possible pour le faire participer, au fil du temps, à une rencontre de fond avec la recherche et l’innovation= Rapport d’activité 2013 | Dossier 11


DOSSIER Réinterprétant l’image du hangar vertical, le projet architectural économise l’espace au sol et déploie 5 niveaux sur une hauteur totale de 34m.

Roof Résidence FabLab LivingLab Place publique © Bruther

UNE VITRINE DU TERRITOIRE L’étude du CESER de BasseNormandie parue en octobre 2012 (voir pages 26-27) met en avant l’extraordinaire diversité des acteurs de la diffusion de la culture scientifique et technique en région mais également la difficulté d’en identifier les parties prenantes. Depuis une quinzaine d’années, Relais d’sciences fonde sa démarche sur une dynamique territoriale. Aujourd’hui nommé Pôle Territorial de Référence (PTR) par le Préfet de région et le Président de la Région BasseNormandie, il lui appartient de créer du lien entre tous les acteurs du territoire agissant pour la diffusion de la culture scientifique 12 Dossier | Rapport d’activité 2013

et technique. La MRI apparaît comme le lieu emblématique de cette démarche de réseau du milieu professionnel. À la fois lieu d’incubation de projets, d’expérimentation, de projection et d’accueil des réalisations, la MRI peut devenir le carrefour et la vitrine de l’innovation en médiation culturelle pour les sujets scientifiques et technologiques. Pour donner corps à la MRI, les équipes du cabinet ‘‘Aubry & Guiguet’’ et de l’agence ‘‘Bruther’’ ont imaginé un bâtiment ouvert, flexible et rationnel (voir page ci-contre). La MRI ouvrira ses portes sur la Presqu’île de Caen au printemps 2015= En savoir + www.relais-sciences.org/mri

Interview DES architectes en vidéo

http://youtu.be/PysL8HWvoNU


DOSSIER PROGRAMME ARCHITECTURAL

UN BâTIMENT OUVERT, FLEXIBLE ET RATIONNEL Implantée dans un territoire en pleine mutation, la MRI se veut un bâtiment capable de s’adapter à de nouveaux enjeux et d’accompagner les mutations futures UNE ARCHITECTURE RATIONNELLE Pour répondre aux besoins de Relais d’sciences, l’agence ‘‘Bruther’’ a imaginé un bâtiment compact proposant une disponibilité maximale des espaces pour assurer une grande flexibilité d’usages et une réversibilité programmatique. Le recours à des technologies de pointe permet de concevoir un bâtiment économe et énergétiquement performant sans transiger avec la transparence, élément indispensable de dialogue avec le territoire=

© Bruther / ArtefactoryLab

UN TERRITOIRE EN RENOUVELLEMENT La MRI se trouve au coeur de la dynamique de renouvellement urbain de la Presqu’île de Caen. Au sein de ce quartier marqué par une collection d’architectures autonomes, la forme simple de la MRI active et révèle les synergies=

l

a Can Abbaye aux Dames

MRI

BMVR

Le Cargö

ESAM

e

Orn

Port de Caen © Bruther

Rapport d’activité 2013 | Dossier 13


DOSSIER

La MRI intégrera des activités culturelles et économiques en favorisant la mixité entre elles. Tout le lieu est imaginé pour susciter la créativité et l’envie de réaliser, de s’impliquer, de produire et de partager. Présentation d’une journée type

MIDI

UNE JOURNÉE À LA MRI

MATIN

MISE EN VIE

MEGAFLOOR

SOIR

APRèS-MIDI

La structure du bâtiment offre des plateaux libres, flexibles et évolutifs, ajustés aux besoins du programme.

14 Dossier | Rapport d’activité 2013


DOSSIER

Résidence

Développer des projets

LivingLab

Découvrir, tester à grande échelle et s’exprimer FabLab

Imaginer et produire soi-même

Place et Roof

Animer et mettre en vie

Rapport d’activité 2013 | Dossier 15


LES INSTANCES de Relais d’sciences Assemblée générale

BUREAU

Adhérents

Conseil d’administration

Désigne et élit

5 membres de droit CNRS Normandie : Vincent GOUJOUN CYCERON : Francis EUSTACHE ENSICAEN : Dominique GOUTTE GANIL : Florent STALEY Université de Caen Basse-Normandie : Pierre SINEUX

Pilote

16 membres élus Virginie BEAUFRERE (La Cité de la Mer), René BROU, Pascal BULEON, Laurent CAURET (ISPA), Frédérick CHARDIN, Xavier DROUET, Patrice Mèche (Planète Sciences Normandie), Daniel DIGUET, Philippe HUGO, Pascal HUREL, Lynda LAHALLE, Jean LAMBERT-WILD (Comédie de Caen), Olivier LOPEZ, Franck MURRAY, Jacques ROBERT, Francis STUDER 13 invités permanents Préfet de Région Recteur de l’Académie de Caen Délégué Régional à la Recherche et à la Technologie Directeur Régional des Affaires Culturelles Président de la Région Basse-Normandie Président du Conseil Economique et Social Régional Directeur de la Recherche Directeur de la Culture Président du Conseil Général du Calvados Président du Conseil Général de la Manche Président du Conseil Général de l’Orne Président de la Communauté d’Agglomération Caen la mer Maire de Colombelles

Comit�� scientifique

Désigne

Lionel DUPRET - UCBN : Président Olivier LOPEZ - LPC : Délégué du conseil d’administration Pierre BAUDUIN - CRAHAM, Jean BONNET - CREM, Bernard GARNIER CRHQ, Pascal GAUDUCHON - GRECAN, Hervé GILLES - CIMAP, Michel MATHIEU - LBBM, François de OLIVEIRA - GANIL, Alain PAUTRAT CRISMAT

16 Les instances de Relais d’sciences | Rapport d’activité 2013

Franck Murray Président Jean-François HAMET Vice-Président Daniel DIGUET Trésorier Jacques ROBERT Trésorier adjoint Pascal HUREL Secrétaire Olivier LOPEZ Secrétaire adjoint

EQUIPE

Christine CHIAMONE Secrétaire comptable Matthieu DEBAR Responsable du développement culturel Bruno DOSSEUR Directeur Guillaume DUPUY Chargé de communication Virginie KLAUSER Animatrice scientifique Stéphane LEBRUN Infographiste Maquettiste François MILLET Responsable de la médiation scientifique

SERVICE éducatif Arnaud MESNILDREY Enseignant en collège Le service éducatif est composé d’un enseignant détaché par le Rectorat de l’Académie de Caen pour l’année scolaire. Celui-ci intervient auprès de ses homologues pour les accompagner dans l’offre culturelle de Relais d’sciences. Ce poste est assuré depuis le 5 octobre 2012 par Arnaud Mesnildrey, Enseignant en physique-chimie. Son travail a essentiellement porté sur l’exposition “Zoom” et les Parcours culturels scientifiques.


2013 en chiffres DirectE

21 846

visiteurs

Inmédiats

6 055 visiteurs

1 2579 Fête de la Science 5 560 Têtes chercheuses 6 055 Inmédiats

5 372 Visiteurs IRLs 683 Visiteurs virtuels

InDirectE

WeB

63 300

visiteurs

62 000 Jungle à Rennes 5 560 Zoom à Orsay

58% 15/25 ans

267 500 visiteurs

FIL’ INFO 3 185 abonnés

706 Fans

1 534 abonnés

Répartition Géographique de nos actions

ET AUSSI... =Bordeaux (Ateliers), =Nantes (SummerLab), =Paris (Les Fondamentales, =Zoom), Rennes (Jungle)

Rapport d’activité 2013 | 2013 en chiffres 17


DOSSIER FABLAB CAEN BASSE-NORMANDIE

UNE EXPÉRIMENTATION GRANDEUR NATURE Installé au Forum digital sur le Campus Effiscience (Colombelles), le FabLab poursuit son développement entamé en 2012 par Relais d’sciences. Il prendra ses quartiers définitifs au sein du futur centre de sciences en 2015

636 C’est le nombre de 15-25 ans qui ont fréquenté le FabLab en 2013, soit 35% de la fréquentation totale.

Après une première période de définition du projet, d’équipement et de formation, le FabLab coordonné par Relais d’sciences est entré en 2013 dans une phase de préfiguration fonctionnelle.

L’année 2013 a également été l’occasion de renforcer les liens avec les autres FabLabs du réseau Inmédiats avec, notamment, une présentation commune au SummerLab de Nantes en juillet.

Les activités se sont articulées autour d’accueil de groupes pour des sessions de découverte et d’initiation aux techniques de prototypage rapide, d’interventions “hors les murs” et d’accompagnement de projets.

Relais d’sciences a porté et déposé la réponse à l’appel à projets national du Ministère de l’Economie numérique en proposant de développer la plateforme web francophone des FabLabs= En savoir + www.relais-sciences.org/fablab

Programmation 2014 En 2014, le FabLab a inauguré une programmation dédiée aux professionnels et aux particuliers. Pour la première édition, l’équipe de Relais d’sciences, en partenariat avec le pôle ATEN, a imaginé 3 formats de rendez-vous : les

18 Dossier | Rapport d’activité 2013

portes ouvertes “Happy hours” pour découvrir le FabLab et ses équipements, les rencontres “Mise en bouche” pour éveiller les appétits créatifs et les ateliers “Prise en main” pour apprendre à maîtriser logiciels et machines=


DOSSIER En 2013, plus de la moitié des publics du FabLab ont été touchés lors d’opérations “hors les murs” comme ici lors du festival “Nördik Impakt” à Caen.

Portrait Vincent Marguerie, Directeur du développement à W2Next, et Sylvain Garnavault, Jongleur de la Compagnie Parabole ont développé leurs projets au FabLab en 2013. Leurs témoignages sont à lire sur le blog du FabLab=

Rapport d’activité 2013 | Dossier 19


RÉALISATIONS SAISON CULTURELLE 2011-2013

ZOOM, BALADE ENTRE LES 2 INFINIS L’exposition “Zoom” a fermé ses portes le 21 janvier 2013. Cette programmation est à ce jour le projet le plus ambitieux porté par Relais d’sciences. Des premières ébauches à son ouverture au public, près de 2 ans auront été nécessaires pour lui donner vie

87% C’est le taux de visiteurs de 15 à 25 ans qui conseilleraient l’exposition à leurs amis.

+ de photos

www.flickr.com/photos/relaisdsciences/ sets/72157631943831309/

20 Réalisations | Rapport d’activité 2013

Élément phare d’une programmation culturelle dédiée à la physique des 2 infinis, l’exposition “Zoom” invite les publics, et notamment les 15-25 ans, à une balade dans l’intimité de la matière grâce à 6 machines interactives dotées de technologies innovantes : écrans tactiles multipoints, capteurs Kinect, réalité augmentée, ... Après avoir accueilli 4 295 visiteurs à Caen, l’exposition est diffusée sur d’autres territoires, notamment sur le plateau de Saclay en octobre 2013 auprès de 1 300 visiteurs. Les défis relevés pour la mettre en place constituent pour Relais d’sciences une expérience majeure=

BOOM ! PHYSIQUE DE SUPER-HÉROS En clôture de la saison, Relais d’sciences a imaginé une soirée pour un public de jeunes adultes. Cette opération nécessitait la collaboration du public en amont. En association avec le collectif d’artistes “Band Gang”, Relais d’sciences a ouvert un espace web participatif dédié aux superhéros. Au final, cette galerie compte 73 contributions libres des internautes. La soirée organisée le 12 avril au Café des Images mêlait films, jeux et vidéos de Roland Lehoucq, physicien au CEA=


RÉALISATIONS Dans une dynamique du LivingLab, certaines machines sont en cours d’adaptation, notamment pour les Jeux Équestres Mondiaux 2014.

Vers une DIFFUSION NATIONALE

ZOOM, LE WEBDOCUMENTAIRE Au terme de la saison, Relais d’sciences a mis en ligne un webdocumentaire dont l’expérience de visite est basée sur celle de l’application “Balade entre les 2 infinis”. La consultation de ce webdocumentaire est possible avec une version web et une version mobile. Il permet la cohabitation des contenus scientifiques et des productions du public= En savoir + www.relais-sciences.org/zoom

Après son exploitation sur Caen, l’exposition «Zoom» a fait l’objet de modifications en vue de sa diffusion nationale et l’adaptation de ses modules pour de nouveaux projets. Ces changements concernent notamment la création de nouveaux écrans de diffusion pour la Vallée de la stabilité et la personnalisation des contenus pour les locataires de l’exposition. Un effort particulier de communication a été réalisé pour susciter l’intérêt des professionnels au plan national. Il est notamment constitué d’un film court destiné au web présentant l’exposition et ses innovations et d’un site Internet de présentation pour les professionnels. Cette diffusion nationale a commencé dès octobre 2013 avec la présentation de l’exposition sur le plateau de Saclay. Elle se poursuivra en 2014 à Laval= En savoir + www. zoom.relais-sciences.org

Cette exposition est cofinancée par l’Union européenne. L’Europe s’engage en Basse-Normandie avec le Fonds européen de développement régional.

Rapport d’activité 2013 | Réalisations 21


RÉALISATIONS FÊTE DE LA SCIENCE

LE RENDEZ-VOUS DES CURIEUX Coordonnée en Basse-Normandie par Relais d’sciences, la 22ème édition de la Fête de la Science s’est déroulée du 7 au 13 octobre 2013. Avec près de 13 000 visiteurs, cette manifestation incontournable a une nouvelle fois confirmé son statut de première manifestation de culture scientifique et technique

12 579 La Fête de la Science en Basse-Normandie a attiré 12 579 visiteurs. Du 7 au 13 octobre, plus de 400 acteurs régionaux de la culture scientifique issus de 68 structures se sont mobilisés pour animer près de 60 opérations dans 25 villes. LES ÉVÈNEMENTS EN RÉGION Cette édition 2013 de la Fête de la Science a été marquée par une forte mobilisation des porteurs de projets dans les territoires : ce sont deux fois plus d’ateliers, de portes ouvertes de laboratoires et de musées, de débats et de conférences qui ont fait l’actualité de 25 villes de Basse-Normandie=

22 Réalisations | Rapport d’activité 2013

LE VILLAGE DES SCIENCES Opération phare de la Fête de la Science en Basse-Normandie, le Village des sciences s’est une nouvelle fois installé sur la Presqu’île de Caen au sein de la pépinière “Norlanda 3”. Au cœur de 3 000 m2 de halls scénographiés, 9 000 visiteurs ont pu participer à 30 opérations parmi lesquelles les 4 “Têtes chercheuses” (voir p. 25) et, pour la première fois, l’Atelier du chercheur (voir p. 22-24). Ce Village a été marqué par une présence renforcée des entreprises innovantes=

La Fête de la Science est soutenu par le Ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, la Région Basse-Normandie, les Départements de la Manche et de l’Orne ainsi que la Communauté d’agglomération Caen la mer.

ET en 2014 ? La prochaine édition se déroulera du 26 septembre au 19 octobre 2014. Cette 23ème Fête de la Science s’avèrera donc toute particulière puisque les sciences et techniques seront mises à l’honneur partout en France pendant 3 semaines. Suite à cette évolution, la Fête de la Science devrait connaître des modifications en Basse-Normandie=

En savoir + www..relais-sciences.org


RÉALISATIONS

Opération phare de la Fête de la Science en Basse-Normandie, le Village des sciences installé au sein de la pépinière “Norlanda 3” a attiré 9 000 visiteurs.

Rapport d’activité 2013 | Réalisations 23


RÉALISATIONS Captil permet au spectateur de mieux comprendre comment une machine interagit avec son environnement grâce à des capteurs.

Billotron

Labosaïque

Cérébro

Les 3 lauréats précédents du Prix Musée Schlumberger poursuivent leur chemin. Ils étaient notamment présents lors des rencontres académiques ÉcolySciences (voir p. 28) et sur le Village des sciences.

24 Réalisations | Rapport d’activité 2013


RÉALISATIONS TÊTES CHERCHEUSES

SOUTENIR LES PROJETS DES CHERCHEURS Organisé depuis 2010 par Relais d’sciences et la Fondation Musée Schlumberger, le concours “Têtes chercheuses” met chaque année en lumière le dynamisme de la recherche bas-normande et de ses acteurs. Le GREYC est le lauréat 2013 pour son projet Captil Le concours “Têtes chercheuses” est organisé pour encourager les initiatives des laboratoires de recherche de Basse-Normandie. En 2013, le jury a choisi de décerner le Prix Musée Schlumberger au Groupe de Recherche en Informatique, Image, Automatique et Instrumentation de Caen (GREYC) pour son projet “Captil”. L’EMPIRE DES SENS NUMERIQUES L’électronique et les ordinateurs nous entourent dans chacun de nos actes quotidiens. Aujourd’hui, plus personne ne s’étonne de voir une machine attraper un objet ou se déplacer tout en contournant les obstacles sur sa route mais, au final, combien d’entre nous savent comment elles y parviennent ?

Spécialisés dans l’étude et le développement de capteurs très performants, les membres de l’équipe “Electronique” du GREYC ont souhaité attirer l’attention du grand public sur l’importance de l’électronique dans notre société. Dévoilé en avant-première sur le Village de sciences, “Captil” est un dispositif interactif où le spectateur devient acteur pour mieux comprendre comment une machine peut transformer son environnement en un monde numérique fait de “0” et de “1” à l’aide de capteurs= En savoir + www.relais-sciences.org

En route vers 2014... Le lauréat 2014 du Prix Musée Schlumberger est le laboratoire “Géographie physique et environnement” (LETG-Caen Géophen, UMR CNRS 6554). Son projet intitulé “Dynam’Eau” sera présenté en avant-première lors de l’édition 2014 de la Fête de la Science. Dans le même temps, “Captil” poursuit sa route. Il intégrera en 2014 le dispositif “Complément d’objets” développé par Relais d’sciences et “Le Style”=

Rapport d’activité 2013 | Réalisations 25


évènements FORUM TERRITORIAL 2013

METTRE EN RÉSEAU LES ACTEURS RÉGIONAUX 28 novembre 2013, Université de Caen Basse-Normandie. À l’initiative de la Région Basse-Normandie, de l’AMCSTI et d’Universcience, Relais d’sciences réunit tous les acteurs régionaux de la culture scientifique, technique et industrielle pour le 1er Forum territorial de Basse-Normandie. Objectif de cette journée : poser les bases d’un réseau professionnel de coopération à dimension régionale UN MILIEU EN PROFONDE ÉVOLUTION

VERS UN RÉSEAU RÉGIONAL DE COOPÉRATION

Depuis 2010 et la désignation d’Universcience comme Pôle National de Référence, l’organisation de la culture scientifique et technique française connaît une profonde évolution.

Pour faire suite à cette étude, Relais d’sciences, récemment nommé Pôle Territorial de Référence (PTR), a convié les acteurs de la culture scientifique et technique en BasseNormandie à poser ensemble les bases d’un réseau professionnel de coopération à dimension régionale.

Dans ce contexte évolutif, le CESER de Basse-Normandie a dressé un état des lieux exhaustif. Au terme de cette étude, l’avis du CESER insiste sur l’importance de “créer des synergies fortes, de fédérer les acteurs (...) en vue de favoriser les partages d’expériences, les regards croisés et de rechercher ainsi des cohérences d’actions”.

26 Evènements | Rapport d’activité 2013

Premier enseignement de cette consultation : ce projet de réseau professionnel est soutenu par la grande majorité des acteurs. Deuxième enseignement : ce réseau doit tout d’abord être mis au profit d’une amélioration des

pratiques professionnelles. La question de la valorisation et d’une meilleure visibilité des acteurs et des projets arrive en second lieu. Troisième enseignement : la mise en mouvement du réseau doit se faire par la mise en place d’une gouvernance thématique afin de permettre de constituer des groupes d’acteurs aux problématiques proches. La mise en place des actions du réseau devra se faire en lien avec la MRI (voir p. 8-13) afin d’offrir une visibilité nationale aux actions régionales=


évènements Les attendus des participants du Forum territorial ont été recueillis à l’aide du système de sondage et de datavisualisation “Datadirect” développé par Relais d’sciences dans le cadre du programme “Inmédiats”.

Une rencontre en vidéo

http://youtu.be/gop1vIeoaHE

Les outils du réseaux

Plusieurs outils attendus dans les missions du PTR ont d’ores et déjà été mis en oeuvre par Relais d’sciences comme à l’exemple de l’agenda régional de la culture scientifique et du Fil’Info, newsletter mensuelle d’actualité qui compte plus de 3 000 abonnés= Abonnez-vous www..relais-sciences.org Rapport d’activité 2013 | Evènements 27


évènements PARCOURS CULTURELS SCIENTIFIQUES

DES ÉLÈVES ACTEURS DE LEURS DÉCOUVERTES Développés depuis 2007, les Parcours culturels proposent aux collégiens, lycéens et apprentis un parcours de découverte ponctué de rencontres avec des chercheurs, des interventions d’acteurs culturels et des visites de sites

Les meilleurs moments en vidéo

http://www.youtube.com/playlist?list=PLHV meGDCGTAoFwzjrepuGkJXrar8tgERv

UN DISPOSITIF D’APPUI POUR LES COLLÈGES 85 élèves issus de 5 collèges (Colombelles, Falaise, Alençon, Argentan et Saint-Martin des Champs) ont mené des ateliers avec le soutien du Fonds Social Européen (FSE). Ce travail a donné lieu à la réalisation d’un livret de créations graphiques sur la physique des 2 infinis. UN DISPOSITIF D’ANIMATION POUR LES LYCÉES

En savoir + www.relais-sciences.org

569

C’est le nombre de personnes présentes le 21 février pour la rencontre «Grand témoin» avec Julien Bobroff

28 Evènements | Rapport d’activité 2013

Pour cette nouvelle édition, 3 thèmes étaient proposés : “Mathématiques en pratique” en

partenariat avec le Laboratoire de Mathématiques Nicolas Oresme, “Passeport pour les 2 infinis” avec le GANIL et “Webjournalisme” avec le CLEMI du Rectorat de Caen. 8 projets ont ainsi été réalisés à Caen, Bayeux, Hérouville SaintClair, Vire, Argentan, Domfront et Granville. 94 élèves ont bénéficié de ces parcours. À la rentrée 2013, 8 nouveaux projets ont été initiés mobilisant un public encore plus nombreux= Ce dispositif est soutenu par la Région Basse-Normandie, Rectorat de Caen et est cofinancée par l’Union européenne. L’Europe s’engage en Basse-Normandie avec le Fonds Social Européen.


GRAND ANGLE MISSIONS DOCTORALES

LES JEUNES CHERCHEURS EN PREMIÈRE LIGNE Tout au long de l’année 2013, Relais d’sciences a choisi de renforcer son action auprès des doctorant(e)s. Pas encore chercheurs mais plus tout à fait étudiants, ils sont 800 en Basse-Normandie. Une nouvelle génération à découvrir !

Depuis plus de 30 ans, la notion de culture scientifique et technique a fait son chemin dans la communauté de la recherche. Chaque année, laboratoires et chercheurs sont de plus en plus nombreux à intervenir auprès des publics. Toutefois, il reste encore à convaincre de nombreuses équipes de se mobiliser, quelques jours dans l’année, pour partager leur passion avec le public. Les doctorants sont tout particulièrement concernés par cette mission. Présents au sein de tous les laboratoires, ils représentent une nouvelle génération qui doit être encouragée à communiquer. Pour accompagner ceux qui souhaitent s’engager dans cette démarche, Relais d’sciences a

développé un programme de formation associant théorie et missions pratiques telles que l’Atelier du chercheur, l’animation d’expositions ou l’accompagnement de projets scolaires. La Région BasseNormandie apporte son soutien en encourageant les jeunes chercheurs qu’elle finance à intégrer le dispositif. En parallèle, Relais d’sciences et l’Université ont également mis en place les «Missions doctorales de diffusion de la culture scientifique» pour permettre aux doctorants volontaires de s’impliquer plus fortement auprès des médiateurs du centre de sciences=

33+4 En 2013, 33 doctorants issus de 21 laboratoires ont participé à l’Atelier du chercheur. Kévin Fossez (GANIL) et Elodie Legouée (LPC) ont finalisé leur Mission doctorale. Pierre Chauveau (GANIL) et Anne-Sophie Gleitz (LMNO) sont les candidats retenus pour l’année 2013/2014=

Les Missions doctorales de diffusion de la culture scientifique ont été mises en place avec le CNRS et le GANIL.

Rapport d’activité 2013 | Grand angle 29


Kévin FOSSEZ 26 ans, Grand Accélérateur national d’Ions lourds (GANIL)

Thibaut PREUX 23 ans, Laboratoire “Géographie physique et Environnement” (Géophen)

Stéphanie FOUGEROLLE 28 ans, Labéo

Flavie BIDEL 26 ans, Groupe Mémoire et Plasticité comportementale (GMPc)


Jonathan RENOULT 27 ans, Laboratoire “Lettres, Arts du spectacle, Langues romanes” (LASLAR)

Pierre CHAUVEAU

Elodie LEGOUéE 28 ans, Laboratoire de Physique Corpusculaire (LPC)

23 ans, Grand Accélérateur national d’Ions lourds (GANIL)

Anne-Sophie GLEITZ 23 ans, Laboratoire de Mathématiques Nicolas Oresme (LMNO)


Š Bruther / ArtefactoryLab

Relais d’sciences - Campus Effiscience 1 rue du Bocage - 14460 Colombelles 02 31 06 60 50 - www.relais-sciences.org


Rapport 2013