Issuu on Google+

Une coproduction Ville de Cherbourg-Octeville Groupe Astronomique Hague Querqueville

Une conférence

“ La folie du pendule de Foucault ” Une conférence grand public pour comprendre. Par William Tobin, spécialiste de Foucault, et présentation de l’expérience du pendule, suivies d’une séance de dédicace de son ouvrage “Léon Foucault, le miroir et le pendule”. “A la moitié du 19e siècle, le mouvement diurne de la Terre (son mouvement de rotation sur elle-même) ne fait plus aucun doute pour le monde savant. Les grandes expériences de l’époque sont tournées vers l’électricité, la lumière et l’optique plutôt que vers l’astronomie et la mécanique. Pourtant, c’est bien un simple pendule mécanique qui va déchaîner les passions. Imaginé par Léon Foucault, bricoleur de génie et un des savants les plus féconds du 19e, le pendule, constitué d’une sphère de 28  kg suspendue au bout d’un fil d’acier de 63 m, est installé au Panthéon où le public est invité à “voir la Terre tourner”. William Tobin nous raconte la genèse de cette expérience et nous explique pourquoi elle a suscité un tel engouement tant auprès du grand public que du monde savant”.

Vendredi 14 septembre, à 21h00 (entrée libre et gratuite)

Remerciements Ville de Cherbourg-Octeville, Le Trident Scène Nationale, M. l’abbé Deschamps, Mme Thouzard, École de danse Samuel Gourfink, CAC Chantereyne, association Larmamuze Artistes et techniciens A l’orgue : M. Binder - Danseurs : M. Bonhomme, N. Suc, D. Görich, S. Curco-Llovera – Comédiens : P. Paute et Y. Audigou - Son et lumière : théâtre de Cherbourg ; W. Godefroy - Auteur et metteur en scène : C. Boust.

Venez voir la

Terre ! tourner

E CONFÉRENC EXPÉRIENCE

SPECTACLES

Le pendule de Foucault en la Contact : Groupe Astronomique Hague Querqueville 61, rue Roger Glinel 50460 QUERQUEVILLE Tél. 02 33 03 37 09 Courriel : gahq.astronomie@laposte.net Site Internet : http://gahq.astronomie.free.fr

Basilique Sainte-Trinité de Cherbourg

L’expérience du pendule, réalisée pour la première fois par Léon Foucault, en 1851 au Panthéon, à Paris, est la seule qui permette de mettre en évidence la rotation de la Terre sur elle-même hors de toute considération astronomique. Elle est majestueuse et simple dans son principe. Elle constitue une invitation à s’interroger sur les mouvements de la Terre et des objets du système solaire.

JOURNÉES DU PATRIMOINE 2012


Des spectacles “ Le pendule de Foucault ”

Un spectacle pour rêver... Comme lors de sa dernière présentation du pendule de Foucault en la Basilique Sainte-Trinité de Cherbourg en 1995, le Groupe Astronomique Hague Querqueville a choisi de mettre en scène cette fantastique expérience pour permettre à un large public de percer les secrets du pendule en faisant la place belle au rêve et à l’imaginaire ; le spectacle mêlera chorégraphie, musique et théâtre, tout en mettant en valeur la majesté du lieu qui l’accueille. “ Il vient de l’autre bout de la Terre  ; il croit tout connaître de la sphère étoilée. C’est sans compter sur le secret que vont lui révéler les habitants inattendus de cet édifice mystérieux dans lequel l’orage l’a poussé à s’abriter… La musique l’accueille  ; les objets s’animent, hostiles ou bienveillants ? mais… qui est le maître des lieux ? ” Attention, les portes de la basilique seront fermées à l’heure précise du début des spectacles.

Samedi 15 septembre, à 16h00, 21h00 et 23h00 Dimanche 16 septembre, à 16h00 et 18h00 (entrée libre et gratuite) D'autres représentations du spectacle auront lieu les 12 (à 14h30), 13 (à 10h00 et 14h30) et 14 septembre (à 10h) sur réservation au 02 33 03 37 09 ou par mail à : gahq.astronomie@laposte.net (voir aussi http://gahq.astronomie.free.fr)

Le pendule du GAHQ à Cherbourg Le pendule qui sera présenté par le Groupe Astronomique Hague Querqueville est constitué par une sphère d’acier de 32 kg suspendue par un câble de 13 m sous la coupole de la Basilique de la Trinité. Il oscille avec une période 7  secondes. Son plan d’oscillation fait un tour en 32 heures. La pointe située à sa base va entailler, un peu plus à chaque passage (1,7 mm par heure), des murs de farine distants d’un mètre disposés sur une table. A la fin du spectacle ou de la conférence, le public pourra venir voir de près l’avancement du phénomène. Le Groupe Astronomique Hague Querqueville a déjà présenté cette expérience à l’église du Vœu en 1990 et en la Basilique de la Trinité en 1995.

FOUCAULT : le bricoleur génial La première moitié du 19e siècle est une période de grandes expériences sur l’électricité, la lumière et l’optique. Le jeune Léon Foucault, né à Paris en 1819, s’intéresse à ces travaux aux côtés de personnages illustres comme Arago, Fresnel, Daguerre et Le Verrier. Il délaisse ses études de médecine et devient journaliste scientifique au «Journal des Débats». Il invente le gyroscope, découvre les courants électriques que l’on utilise aujourd’hui dans nos fours à micro-ondes. Il améliore les performances des télescopes en déposant sur la surface de leur miroir de verre, une fine couche d’argent. L’Histoire retiendra surtout de son œuvre la première preuve expérimentale du mouvement de rotation de la Terre sur elle-même, en 1851. Il réalise la célèbre expérience dite du pendule de Foucault, sous la coupole du Panthéon. Une sphère en laiton de 28 kg est suspendue au bout d’un fil d’acier de

63 mètres de longueur ; la durée d’une double oscillation, ou période, est de 16 secondes et la déviation atteint 3 minutes d’arc pendant cet intervalle. On peut suivre le mouvement durant plus de cinq heures, malgré l’amortissement du mouvement, et constater une rotation du plan d’oscillation du pendule de plusieurs dizaines de degrés. Ce n’est, en fait, qu’un mouvement apparent. C’est bien l’édifice qui tourne, emporté par le mouvement de rotation de notre planète. Le pendule, quant à lui, tend à garder la direction que lui a donnée l’impulsion première, comme suspendu dans l’espace. Aux pôles, la durée de rotation du plan d’oscillation du pendule est de 24 heures. A l’équateur, elle est nulle. Foucault démontra qu’entre les deux, cette durée de rotation vaut 24h que divise le sinus de la latitude du lieu. Elle est d’environ 32 heures à Cherbourg. Cette expérience fut renouvelée par Camille Flammarion en 1902, au Panthéon. Plus près de nous, l’abbé Levert, curé de Cambernon, dans la Manche, la réalisa le 26 janvier 1962 dans la cathédrale de Coutances. On l’observe en permanence notamment sous la coupole du Panthéon et au musée des Arts et Métiers à Paris.


Venez voir tourner la Terre !