Page 1

Le journal de la RÊgion Limousin N° 97 MAI 2012

TERRITOIRES PARCOURS

ENVOL

Marion Sauteraud, une jeune Limougeaude, est partie en Bulgarie et en Espagne grâce aux programmes d’Êchanges europÊens. Un vrai dÊpart personnel p. 5 et professionnel.

EN LIMOUSIN ET PAS AILLEURS

DONNER SA CHANCE À CHACUN

LA FILIĂˆRE LAINE S’ORGANISE

Deux associations multiplient les actions pour valoriser la laine des ĂŠlevages de la rĂŠgion.

La RÊgion vient de passer une nouvelle convention avec les missions locales du Limousin. Elle gÊnÊralise son dispositif d’insertion pour les jeunes. Lire en page 7

p. 2

CULTURE

www.region-limousin.fr

LES DIX CHOIX DE LA RÉDACTION p. 14

WIF 2012 : l’interactivitÊ au coeur du Limousin. Le festival international du design interactif tient sa quatrième Êdition dans quelques jours. Ce sera l’ÉvÊnement du moment pour le monde de l’Internet. p. 4

LE LIMOUSIN CÔTÉ EXCELLENCE Le Limousin concentre les savoir-faire qu’ils soient les hÊritiers d’une tradition ou l’expression d’une volontÊ d’excellence. Les entreprises sont nombreuses qui travaillent pour le secteur du haut de gamme et du luxe. La RÊgion les soutient dans leur dÊveloppement. Lire page 8

n ir

Š VINCENT CHÉDEVILLE

//LQGG




EN LIMOUSIN ET PAS AILLEURS Š VINCENT CHÉDEVILLE

Echange La laine a ĂŠtĂŠ souvent dĂŠlaissĂŠe, faute de rentabilitĂŠ. L’organisation de la ďŹ lière devrait permettre de mieux la valoriser. FĂŠdĂŠrer Des initiatives existent dĂŠjĂ en Limousin, en tĂŠmoigne ce mohair bio fabriquĂŠ en Creuse, reste Ă  les regrouper sous une mĂŞme bannière.

La ďŹ lière laine s’organise ! FIL Ă€ SUIVRE Des moutons, des ĂŠleveurs et des entreprises textiles :

et si on revalorisait la laine du Limousin? Le mouton du Limousin est davantage connu pour sa viande que pour sa laine. Le dÊveloppement des filières Viandes d’excellence a laissÊ de côtÊ l’exploitation de la laine. En fait, aujourd’hui, les brebis sont principalement ÊlevÊes pour la viande. La laine est devenue un sous-produit sans valeur. La vente d’une toison ne couvre même plus le prix de la tonte. Ce manque de valorisation a conduit les Êleveurs à rÊduire leurs efforts sur la qualitÊ de leurs laines. La propretÊ du chantier de tonte ou le tri des toisons sont devenus secondaires. Mais dans le contexte de la crise ovine, les acteurs se sont rendu compte que la laine pouvait apporter un complÊment de revenus non

nÊgligeable aux Êleveurs si elle Êtait revalorisÊe. D’oÚ la volontÊ de crÊer des filières pour dÊvelopper des activitÊs de transformation qui utilisent la laine de nos Êlevages. Des acteurs dynamiques en Limousin En Limousin, deux associations se sont saisies de la question. Laines locales RÊseau Limousin forme les Êleveurs, tondeurs et artisans, milite pour la transformation locale de la laine et son usage domestique. Lainamac, de son côtÊ, revalorise la laine à travers ses dÊclinaisons agricoles, artisanales, industrielles, artistiques et touristiques : aide à l’installation de nouveaux acteurs, encouragement à utiliser la laine

dans les hÊbergements touristiques, organisation de stages en arts textiles et tissÊs, sans oublier l’organisation des JournÊes de la laine de Felletin chaque annÊe. Pour coordonner et soutenir le travail de ces deux associations, la RÊgion s’est emparÊe de l’organisation de la filière locale. Un programme d’Êchanges europÊens (Ruract) a permis de transposer en Limousin un plan de dÊveloppement de la filière Laine. Son ambitieux plan d’actions court jusqu’en 2014 et doit servir d’exemple pour les autres rÊgions françaises. Ce plan concerne aussi bien l’action sur la formation agricole que le soutien aux porteurs de projets, la crÊation d’un label rÊgional, la mutualisation de la com-

munication sur des ÊvÊnements ou encore le dÊveloppement du marchÊ des isolants à base de laine. Il y a aussi une volontÊ d’expÊrimenter l’usage de laine locale au niveau des filatures creusoises de Rougnat ou Terrade et même des manufactures de tapisserie, ce qui implique d’obtenir une laine fine et de très grande qualitÊ, qui n’est pas la même, par exemple, que celle utilisÊe dans les matelas ou les isolants. Le potentiel est là, avec des Êlevages en plein air, nombre d’entreprises qui utilisent la laine et des acteurs associatifs dynamiques. Reste à tisser des liens entre tous ! Q laine.limousin@gmail.com http://laines-locales.com/ www.histoiredelaines.fr

LDS voit le son d’un autre œil LE SON N°1 Life Design Sonore (LDS), une sociÊtÊ installÊe

Ă La Borie en Limousin dĂŠveloppe une nouvelle approche du son dans notre quotidien.

 Du bruit, il en faut, mais pas n’importe lequel , assure BenoÎt Texier. Avec trois autres designers sonores, il vient de crÊer la sociÊtÊ LDS – Life design Sonore - à Solignac (Haute-Vienne).  Nous voulons gÊrer l’intÊgration du son dans notre quotidien, dÊvelopper son aspect esthÊtique et fonctionnel , explique le PDG de l’entreprise lancÊe en septembre avec le concours, entre autres, de Louis Dandrel, compositeur du Jardin des sons de Hong-Kong, du

Mont-Saint-Michel ou encore de celui, à venir, de La Borie en Limousin. LDS est encore à la phase  recherche et dÊveloppement . Mais à partir de septembre, elle compte bien, non seulement conseiller des architectes pour  amÊliorer la diffusion et la propagation de sons dans la maison , mais aussi proposer aux collectivitÊs d’Êquiper le mobilier urbain d’un système de diffusion d’informations.  Nous commençons aussi à Êtudier la possibilitÊ d’utiliser la porcelaine et le bois.

Nous travaillons Êgalement avec un designer new-yorkais capable d’intÊgrer du son dans du mobilier , annonce BenoÎt Texier. LDS pourrait embaucher cinq à sept personnes dans les deux ans. Q

CrÊation BenoÎt Texier, l’un des designers sonore de LDS. Š NICOLAS L.

2

//LQGG

LA LETTRE DU LIMOUSIN N° 97 MAI 2012




ÉDITORIAL

Innovation : Ceradrop en connaÎt un rayon INÉDIT L’entreprise installÊe à Ester Technopole est le fer de

lance d’un nouveau programme europÊen dans le domaine de la cÊramique et de l’Êlectronique.

Ceradrop, c’est avant tout un savoir-faire unique issu de l’universitÊ de Limoges. La jeune sociÊtÊ poursuit son dÊveloppement avec le projet Sprintronics basÊ sur un procÊdÊ inÊdit. Elle est arrivÊe à dÊposer de fines couches de matÊriaux cÊramiques ou mÊtalliques sur n’importe quel support au moyen d’une grosse imprimante à jet d’encre pour crÊer des composants Êlec-

troniques. Le projet vient de recevoir un label, dans le cadre du programme europÊen Euripides. Des dÊbouchÊs s’ouvrent dans l’aÊrospatiale, l’aÊronautique et la carte à puce. Ceradrop permettra aussi à l’entreprise DisaSolar, Êgalement installÊe à Limoges, de fabriquer des panneaux solaires souples de troisième gÊnÊration, un marchÊ très convoitÊ.  L’usine de fabrication et l’Êquipementier seront rÊunis

dans un rayon de cinq kilomètres, c’est assez exceptionnel , se rÊjouit RÊmi Noguera, le PDG de Ceradrop. Ceradrop est chef de file du projet mais, outre DisaSolar, Sprintronics associe Êgalement les laboratoires SPCTS et X-Lim et les deux pôles de compÊtitivitÊ. Si le projet est validÊ dans les trois ans, 150 emplois verraient le jour dans une future usine DisaSolar et 40 chez Ceradrop. Q

JEAN-PAUL DENANOT Des imprimantes cĂŠramiques 3D, c’est le cĹ“ur de mĂŠtier de CĂŠradrop. Les applications sont inďŹ nies.

PRÉSIDENT DU CONSEIL RÉGIONAL DU LIMOUSIN

Š CERADROP

Le Limousin, champion du bien-ĂŞtre social Le Limousin est frondeur. Avec d’autres rĂŠgions, il refuse le diktat du Produit IntĂŠrieur Brut (PIB). On le sait, le PIB ne reète que l’activitĂŠ ĂŠconomique et marchande, et absolument pas le niveau de redistribution des richesses. Fort heureusement, d’autres indicateurs ont vu le jour parmi lesquels l’indicateur de santĂŠ sociale qui prend en compte l’Êducation, l’espĂŠrance de vie ou le revenu mais ĂŠgalement le taux de surendettement ou le taux de chĂ´mage. AppliquĂŠ aux rĂŠgions, que rĂŠvèle ce nouvel indicateur ? La rĂŠgion la plus performante socialement n’est pas l’Ile-deFrance, malgrĂŠ sa richesse, mais le Limousin qui bĂŠnĂŠďŹ cie de la santĂŠ sociale la plus ĂŠlevĂŠe devant la Bretagne et les Pays de la Loire. Il est vrai que nous sommes la RĂŠgion qui investit le plus dans l’Êducation et l’une de celles qui soutiennent le plus le dĂŠveloppement ĂŠconomique. Car la politique que nous menons est guidĂŠe par une volontĂŠ forte, celle de constituer une protection face Ă la crise. ÂŤ Il n’est de richesse que d’hommes Âť. Cet adage bien connu, le Limousin l’a fait sien. Les territoires sont riches des hommes et des femmes qui naissent en leur sein ou choisissent d’y rĂŠsider. En Limousin, Claude Miller ĂŠtait l’un de ceux-lĂ . Creusois d’adoption, il ĂŠvoquait souvent son attachement Ă  notre territoire qu’il avait choisi pour ĂŠcrire et nourrir son imaginaire. C’est le cĹ“ur lourd que j’ai assistĂŠ Ă  ses obsèques pour tĂŠmoigner de la reconnaissance du Limousin envers ce rĂŠalisateur d’exception qui s’est montrĂŠ si gĂŠnĂŠreux avec notre rĂŠgion. Q

LA RÉGION EN ACTION

RÉCOMPENSE RUR@CT, le rĂŠseau europĂŠen en faveur de l’innovation est sĂŠlectionnĂŠ comme ďŹ naliste aux RegioStars Awards 2012. Cette initiative pilotĂŠe par la RĂŠgion Limousin depuis 2009 permet aux rĂŠgions partenaires de dĂŠcouvrir et ĂŠchanger sur les bonnes pratiques en matière de dĂŠveloppement ĂŠconomique, de cohĂŠsion sociale, de management environnemental ou de gouvernance territoriale. Il rassemble plus de 70 rĂŠgions. Les Regio Awards rĂŠcompensent les initiatives europĂŠennes exemplaires. RĂŠsultat le 14 juin prochain.

FORMATION SANTÉ La RĂŠgion a ouvert vingt places pour une première annĂŠe d’Êtudes prĂŠparatoires au certiďŹ cat de capacitĂŠ d’orthophoniste dès la

EN BREF prochaine rentrÊe universitaire et pour les trois annÊes suivantes. Cette formation sera dispensÊe par l’Institut limousin de formation aux mÊtiers de la rÊÊducation (ILFOMER). 20 places pour une formation d’ergothÊrapeute sont Êgalement prÊvues au sein de l’ILFOMER.

RAPIDE Le chantier de la mise à 2 x 2 voies de la RN141 avance plus vite que prÊvu. Les bonnes conditions mÊtÊo ont permis aux Êquipes de prendre de l’avance sur le calendrier. La mise en service de cette opÊration est programmÊe pour le 1er semestre 2013. La RÊgion investit près de 10 millions d’euros dans ces travaux. C’est la quasi-totalitÊ du parcours Limousin vers la Charente qui sera à 2 x 2 voies.

ÉGALITÉ Contribuer à l’ÊgalitÊ des chances avec la mise en place d’une expÊrimentation sur la gratuitÊ des manuels scolaires. Dès la rentrÊe prochaine, les Êlèves de terminale n’auront plus besoin d’acheter leurs livres scolaires, la RÊgion s’en chargera. Chaque lycÊe les prêtera aux Êlèves d’une annÊe sur l’autre. Le dispositif sera pro-

gressivement Êtendu aux autres classes dès 2013. Plus simple pour les familles, il remplacera la dotation de rentrÊe scolaire qui Êtait destinÊe à l’achat individuel de ces manuels.

EN LIGNE La RÊgion se place à la pointe des services numÊriques avec sa plateforme de demande d’aides pour les entreprises et les organismes de formation professionnelle. Outre les dÊmarches facilitÊes, les gains de temps et le suivi personnalisÊ, PlaNet facilite les Êchanges et les sÊcurise. Les aides traitÊes via PlaNet Limousin se rapportent à l’accompagnement de l’entreprise dans sa phase de dÊveloppement. http://planet.region-limousin.fr

Š DREAL LIMOUSIN

Double A Depuis qu’elle a lancÊ l’emprunt Limousin, la RÊgion doit en passer par les agences de notation. Standard and Poor’s a confirmÊ dÊbut avril la note attribuÊe l’an dernier : un  AA stable sur le long terme  qui reflète  la gouvernance et la gestion financières positives de la RÊgion Limousin , selon l’agence, qui s’appuient sur  la volontÊ forte de prÊserver les Êquilibres budgÊtaires, un pilotage budgÊtaire de qualitÊ, ainsi qu’une gestion de la dette et de la trÊsorerie prudente . Bref, un bon point pour la RÊgion. Le CHU de Limoges recrute et le fait savoir Infirmiers, infirmiers de bloc opÊratoire, infirmiers anesthÊsistes, aides-soignants, masseurs kinÊsithÊrapeutes‌ les professions soignantes sont recherchÊes par tous les Êtablissements de santÊ. Le CHU de Limoges a lancÊ une campagne de recrutement avec un ensemble d’actions au niveau national, qui valorisent les parcours de carrière et la conduite de projets de recherche paramÊdicale pour ses Êquipes. lechudelimogesrecrute.com N° 97 MAI 2012 LA LETTRE DU LIMOUSIN

//LQGG

3




ACTUALITÉS Š PASCAL COSTE

L’entreprise Contamine Ă Saint-Junien a bĂŠnĂŠďŹ ciĂŠ des avances remboursables grâce au fonds d’Êpargne locale. A la clĂŠ, un nouveau bâtiment et 11 CDI.

En chiffres 25 607 000 EUROS. C’EST LA SOMME RÉCOLTÉE LORS DE LA SOUSCRIPTION. 128 035 OBLIGATIONS ACHETÉES. 85 % DE LA SOUSCRIPTION PROVIENT DES PARTICULIERS. 3 SEMAINES : C’EST LA PÉRIODE DE SOUSCRIPTION (DU 16 MAI AU 6 JUIN 2011). 5 ANS C’EST LA DURÉE DE L’EMPRUNT. 4,1 % C’EST LE TAUX D’INTÉRÊT.

Emprunt Limousin : la solidaritĂŠ en action

200 EUROS C’EST LA VALEUR NOMINALE D’UN TITRE.

SUCCĂˆS En mai 2011, l’emprunt Limousin a permis de rĂŠcolter plus de 25 millions d’euros en

seulement 18 jours de souscription. Cette Êpargne locale a dÊjà bÊnÊficiÊ à une vingtaine d’entreprises. Un grand emprunt rÊgional au service du dÊveloppement des entreprises, c’est le nouveau mode de financement que la RÊgion a expÊrimentÊ l’an dernier. L’emprunt Limousin est un placement sÝr, principalement destinÊ aux particuliers, qui permet d’agir concrètement sur l’Êconomie rÊgionale. L’intÊgralitÊ des fonds rÊcoltÊs a commencÊ à être injectÊ pour dÊvelopper la compÊtitivitÊ des entreprises et les accompagner dans leurs projets : embauche, accès à de nouveaux marchÊs, dÊveloppement de nouveaux produits ou services mais aussi orientation vers le dÊveloppement durable et l’Êconomie sociale... L’idÊe est de soutenir le dÊveloppement et la pÊrennitÊ de nos entre-

prises en proposant un placement sÝr et transparent. L’emprunt rÊgional court sur 5 ans, ce qui en fait un placement suffisamment court pour être attractif. Totalement garanti par la RÊgion à l’issue des cinq ans, il est aussi sÊduisant dans sa rÊmunÊration avec un taux d’intÊrêts à 4,1 %. Sur les 26 millions rÊcoltÊs, 11 millions sont consacrÊs à des avances remboursables en fonds propres, c’est-àdire des prêts à taux zÊro, et 15 millions ont permis la crÊation d’un fonds de co-investissement destinÊ à prendre des participations dans le capital d’entreprises. Ils ont ÊtÊ enrichis de 2 millions d’euros supplÊmentaires par le fonds europÊen de dÊveloppement rÊgional. À ce jour, une vingtaine d’entreprises ont dÊjà bÊnÊficiÊ d’une avance remboursable,

COMPRENDRE

ÉgalitÊ femmeshommes, la RÊgion s’engage PARITÉ La RÊgion a lancÊ son plan pour l’ÊgalitÊ des femmes et des hommes l’an dernier. Les premières actions viennent de voir le jour. L’objectif, permettre une prise de conscience rÊgionale des inÊgalitÊs et se donner les moyens de les rÊduire dans les prochaines annÊes.

4

//LQGG

pour un total de 2 millions et 50 crÊations d’emplois à la clÊ. C’est par exemple le cas de Contamine. Cette sociÊtÊ spÊcialisÊe dans la construction de rÊseaux et l’Êclairage public a ainsi bÊnÊficiÊ d’une avance remboursable de 200 000 ₏. De quoi accompagner son dÊveloppement : nouveau bâtiment, nouveaux matÊriels et onze nouveaux postes en CDI ! Le fonds de co-investissement a tenu sa première rÊunion fin avril. GÊrÊ par une sociÊtÊ indÊpendante, il va permettre d’accompagner les PME dans toutes les phases de leur dÊveloppement. Il investit au sein des PME et PMI avec un ou plusieurs partenaires privÊs dans les mêmes conditions. C’est donc 34 millions d’euros au total qu’il va

permettre d’investir dans l’Êconomie rÊgionale ! C’est bien d’une nouvelle forme de participation citoyenne à l’Êconomie rÊgionale dont s’est saisie la RÊgion Limousin avec cet emprunt. Si l’institution est en mesure de proposer un projet de financement aussi innovant, c’est parce qu’elle peut s’appuyer sur des finances saines. Pour procÊder à une Êmission obligataire, il est en effet nÊcessaire de disposer d’une notation qui Êvalue la santÊ financière de l’Êmetteur. La RÊgion est notÊe AA, ce qui est excellent et traduit un risque quasi-nul. Les Limousins l’ont bien compris puisque les particuliers reprÊsentent la grosse majoritÊ des souscripteurs. Q www.region-limousin.fr/ Emprunt-Limousin

LES AVANCES REMBOURSABLES EN FONDS PROPRES Parmi les outils mis en place par la RÊgion à destination des entreprises du territoire, l’avance remboursable en fonds propres permet d’accompagner les projets d’investissement des entreprises tout en consolidant leurs fonds propres. Ce dispositif s’adresse aux PME en phase de dÊveloppement crÊÊes depuis plus de 3 ans ou dans le cadre d’une reprise. L’accompagnement prend la forme d’un prêt dont le montant maximum est de 200 000 ₏, remboursable sur une pÊriode maximale de 9 ans. Voir les conditions d’ÊligibilitÊ sur lise.region-limousin.fr, le portail rÊgional des services aux entreprises.

Le contexte

La rĂŠflexion

Elles sont davantage au chômage, moins bien payÊes, plus souvent en travail à temps partiel et assurent la grande majoritÊ des tâches domestiques. On pourrait rallonger cette liste à l’envie mais rajouter aussi qu’elles vivent plus longtemps et sont aujourd’hui plus diplômÊes que les hommes. En Limousin comme en France, les femmes souffrent toujours d’un certain nombre d’inÊgalitÊs même si certains Êcarts se rÊduisent. Études, crÊations de statistiques, sensibilisations, incitations‌ les initiatives pour aider à atteindre l’ÊgalitÊ se multiplient et des actions Q dÊmontrent leur efficacitÊ.

En fÊvrier 2009, lors de la première confÊrence rÊgionale sur l’ÊgalitÊ entre les femmes et les hommes, la RÊgion signait  la charte europÊenne pour l’ÊgalitÊ des femmes et des hommes dans la vie locale . La RÊgion, par cet acte, s’engageait à Êlaborer un Plan d’actions rÊgional au titre du fonctionnement interne de l’institution et de la mise en œuvre des politiques rÊgionales. En 2010, pour optimiser sa rÊexion, la RÊgion s’inspire, à travers le rÊseau europÊen Rur@ct, de la bonne pratique  GENDER , la politique d’ÊgalitÊ des genres menÊe en Espagne par la CommunautÊ Q autonome d’Andalousie.

LA LETTRE DU LIMOUSIN N° 97 MAI 2012




PARCOURS

Les sĂŠjours europĂŠens forment la jeunesse ENVOL Marion Sauteraud, une jeune Limougeaude, a renforcĂŠ ses compĂŠtences professionnelles

grâce à ses sÊjours en Bulgarie et en Espagne dans le cadre de programmes europÊens.

Š NICOLAS L.

Aujourd’hui, Marion est plus confiante. Plus à l’aise en public aussi, lorsqu’elle doit prendre la parole devant des lycÊens et des collÊgiens. Et ça tombe bien. Depuis septembre, elle a trouvÊ un travail. Marion occupe un poste d’animatrice, en CDI, au sein de l’association rÊgionale des œuvres Êducatives et de vacances de l’Éducation nationale (Aroeven) à Limoges. Du haut de ses 23 ans, elle sourit dÊjà, avec une pointe de nostalgie lorsqu’elle Êvoque ses sÊjours à l’Êtranger. La Bulgarie durant l’automne et l’hiver 2008-2009, à l’occasion d’un service volontaire europÊen (SVE), rÊservÊ aux 18-30 ans. L’Espagne tout de suite après avec le programme EurodyssÊe.  C’Êtait une opportunitÊ à saisir, je n’ai pas hÊsitÊ et ça m’a bien servi  lâche la jeune femme. A 19 ans, c’Êtait pourtant la première fois qu’elle quittait aussi longtemps Limoges.  Je n’avais pas spÊcialement un pays en tête. J’avais simplement envie de partir pour faire de la mÊdiation culturelle , raconte Marion

au sujet de son service volontaire à Sofia, la capitale bulgare. Pendant six mois, son quotidien s’est organisÊ autour de l’animation d’ateliers de thÊâtre avec quinze à vingt enfants, dans une association. Les frais du billet d’avion, du logement, la nourriture et les transports pris en charge, la jeune femme pouvait compter sur suffisamment d’argent de poche, une soixantaine d’euros.  Il a fallu s’adapter. Je ne parle pas la langue, tout se faisait en anglais. Et puis l’environnement est complètement diffÊrent du nôtre, l’alphabet aussi.  Peu importe. Avec neuf autres stagiaires en SVE venus de France, du Luxembourg, du Danemark, d’Espagne et de Lituanie, Marion a peu à peu trouvÊ ses marques.  On vivait tous ensemble. C’Êtait un peu l’esprit Auberge espagnole , confiet-elle en rÊfÊrence au film de CÊdric Klapisch.  Tout ceci a ÊtÊ très formateur. DÊcouvrir d’autres modes de vie m’a poussÊe à me remettre en question. J’ai gagnÊ en ouverture d’esprit, en capacitÊ d’Êcoute et de dialogue.  Il n’a pas fallu plus d’un mois pour

qu’elle reparte. Vers Valence, cette fois. À Ontiniente, exactement.  Le Crij m’a demandÊ si je voulais aller en Espagne dans le cadre du programme europÊen EurodyssÊe. Le 1er mai, j’Êtais dans un train.  Marion possède dÊsormais une solide expÊrience dans un centre d’insertion pour adultes handicapÊs.  J’ai animÊ des ateliers, remplacÊ des professeurs, pris en charge un groupe pour le prÊparer aux concours de la fonction publique , Ênumère la jeune femme. Le tout pour 850 à 950 euros par mois à raison de 33 à 37 heures par semaine.  J’ai appris à m’adapter aux exigences des diffÊrents secteurs Êconomiques. Ce n’est pas nÊgligeable quand on cherche un travail.  L’argument semble avoir sÊduit son actuel employeur qui organise des Êchanges culturels avec l’Angleterre. Un domaine que Marion connaÎt bien. Q

INITIATIVES

EURODYSSÉE

ExpÊrience Avec ses deux sÊjours à l’Êtranger en service volontaire europÊen et EurodyssÊe, Marion a inscrit deux belles lignes sur son CV.

La RÊgion Limousin participe au programme EurodyssÊe. Le dispositif s’adresse aux demandeurs d’emploi ou jeunes diplômÊs de 18 et 30 ans domiciliÊs en Limousin qui possèdent une connaissance de base de la langue du pays dans lequel ils souhaitent se rendre, notamment pour l’Espagne, l’Allemagne et l’Italie. Un bon niveau en anglais est requis pour les autres destinations. Le stage en entreprise hors cursus universitaire et en rapport avec sa formation initiale dure de trois à sept mois (dont un mois de formation linguistique). La liste des rÊgions europÊennes est disponible auprès du Crij Limousin au 05 55 10 60 98 ou par mail : europe@crijlimousin.org Conditions d’accueil et offres pour chaque rÊgion partenaire sur : Q www.eurodyssee.eu

L’action Le Plan d’actions rÊgional pour l’ÊgalitÊ des femmes et des hommes dans la vie locale a ÊtÊ adoptÊ par le conseil rÊgional rÊuni en assemblÊe plÊnière le 24 juin 2011. Il valorise les mesures dans lesquelles la RÊgion est dÊjà engagÊe et propose de nouvelles Êvolutions pour favoriser l’ÊgalitÊ entre les femmes et les hommes, tout en intÊgrant des ÊlÊments inspirÊs par la bonne pratique andalouse. Il prÊvoit la crÊation d’un observatoire pour disposer d’un diagnostic sur la situation des femmes en Limousin, connaÎtre le niveau des inÊgalitÊs et avoir un suivi des Êvolutions et de l’impact des politiques Q rÊgionales.

N° 97 MAI 2012 LA LETTRE DU LIMOUSIN

//LQGG

5




TERRITOIRES Š AVEC

Double ÊvÊnement Pour la première fois, le festival sera couplÊ avec le salon Numeritec, salon des usages et solutions numÊriques.

WIF 2012 l’interactivitÊ au cœur du Limousin WEB DESIGN Le WIF, festival international du design interactif

se dÊroulera du 29 au 31 mai à la FacultÊ de droit de Limoges. C’est l’ÉvÊnement du moment pour le monde de l’Internet. L’attrait pour le festival ne se dÊment pas. Plus de 760 compÊtiteurs et près de 200 Êquipes, issus de 36 pays, ont participÊ aux prÊsÊlections en ligne du Wif Design Challenge, les 16 et 17 mars derniers. La compÊtition, organisÊe par l’Avec (Agence de valorisation Êconomique et culturelle) a pour vocation de faire Êmerger des projets de design interactif novateurs et d’encourager l’entreprenariat en Limousin. Les 118 Êquipes professionnelles et 79 Êquipes Êtudiantes se sont affrontÊes pendant 24 h non-stop sur le thème du dÊveloppement durable. Elles ont rÊalisÊ des prototypes interactifs qui pouvaient prendre diffÊrentes formes : un site

web, une application ou un site mobile, une application logicielle, une surface interactive ou un objet connectÊ. 134 projets ont ÊtÊ finalement prÊsentÊs pour permettre d’identifier les Êquipes proposant les interfaces les plus pertinentes. Les 30 meilleurs projets ont ÊtÊ dÊpartagÊs par un jury international de 13 professionnels. Ce sont ces Êquipes qui sont invitÊes à participer à la finale, les 29-30 et 31 mai prochains. Rassemblement Pour cette Êdition, le festival s’est fixÊ l’ambition de rassembler les entreprises issues de la filière numÊrique, les acteurs de l’enseignement

et de la recherche, les designers et les professionnels du numÊrique. Le Wif, ce sont 12 confÊrences, 18 ateliers, des tables rondes, des moments d’Êchanges conviviaux (petits-dÊjeuners, dÊjeuners, 3 soirÊes thÊmatiques) ainsi que la dÊsormais fameuse compÊtition internationale de design qui lui donne son nom, le Wif Design Challenge. Plus de 30 intervenants professionnels proposeront lors de cette Êdition un tour d’horizon des pratiques et des enjeux soulevÊs par le design interactif. Ils offriront des perspectives sur la façon dont il contribue à l’innovation Êconomique, sociale et culturelle. En clôture du festival, une soirÊe ouverte à tous se tien-

dra le 31 mai à l’OpÊra-thÊâtre de Limoges. Elle permettra de rÊcompenser les meilleurs projets de la finale du Wif Design Challenge et se conclura par un spectacle annoncÊ comme  Êtonnant . En marge du Wif, une exposition est prÊsentÊe, du 30 avril au 31 mai, à la Bfm de Limoges. Elle s’articulera autour de 5 projets phares, tÊmoignant de l’Êvolution des mÊtiers du design (industriel, interactif et graphique). Q Pour connaÎtre tous les dÊtails de la programmation, rendez-vous sur wif2012.com

NOUVEAUTÉ En 2012, le WIF, festival international de design interactif et NumÊritec, salon des usages et solutions numÊriques, se dÊrouleront aux mêmes dates dans le centre-ville de Limoges, dans le quartier de l’Hôtel de Ville (FacultÊ de droit et Carrefour des Êtudiants). Ce double ÊvÊnement rassemblÊ sous l’appellation  Le mix digital  devrait permettre la rencontre d’un public très large passionnÊ par les nouvelles technologies et les innovations. Pour en savoir plus : www.lemixdigital.com

Š AVEC

La saison a dÊjà commencÊ à Vassivière CULTURE L’ÊtÊ sera culturel à Vassivière

mais pas seulement. Les animations ont dĂŠjĂ commencĂŠ autour du lac et les bateaux taxis gratuits ont repris du service.

DÊbut avril, les bateauxtaxis ont recommencÊ à sillonner le lac. La RÊgion avec les TER proposent à nouveau le forfait Pass au Vert (5 euros pour un allerretour Limoges-Vassivière) et, beau temps aidant, le sentier de rives voit passer VTT, promeneurs et cavaliers. Les animations proposÊes tout autour du lac, qu’elles soient sportives ou culturelles ont Êgalement repris. Bref, l’ÊtÊ approche et Vassivière en offre dÊjà un avant-goÝt. La saison estivale sera un peu spÊciale puisque

6

//LQGG

Evasion Contes, concerts et farniente, c’est une partie du programme de Vassivière cet ÊtÊ.

le lac fêtera ses 60 ans, le centre d’art ses 20 ans et, plus modestement, la saison culturelle et artistique, ses 5 ans. Cette 5e Êdition sur l’Île de Vassivière, organisÊe par l’agence de valorisation culturelle et Êconomique du Limousin dÊbutera le 30 juin. Avec ses six week-ends thÊmatiques, elle promet des expÊriences multiples et inattendues, des grands concerts à la magie simple des balades contÊes. Q Programme à venir sur www.avec-limousin.fr En attendant : www.lelacdevassiviere.com

LA LETTRE DU LIMOUSIN N° 97 MAI 2012




Š EMMANUELLE MAYER

ENTRETIEN AVEC...

SolidaritÊ La RÊgion a gÊnÊralisÊ son dispositif d’accompagnement.

ARMELLE MARTIN VICE-PRÉSIDENTE DU CONSEIL RÉGIONAL, EN CHARGE DU PÔLE FORMATION

ÂŤDonner sa chance Ă tous les jeunes avec le SAS Âť Avec cette nouvelle convention, la RĂŠgion renforce son soutien aux Missions Locales‌ Nous nous sommes engagĂŠs, dans notre contrat de plan rĂŠgional de dĂŠveloppement des formations professionnelles, Ă  renforcer le lien entre orientation, formation et emploi. Ce lien est la clĂŠ de l’insertion car l’orientation est devenue compliquĂŠe, l’accès Ă  l’emploi difficile, les diplĂ´mes n’Êtant plus la seule garantie. Nous avons renforcĂŠ notre ďŹ nancement aux missions locales en tenant compte, pour chacune d’elles, du nombre de jeunes suivis, du territoire d’action et de la situation sociale des jeunes. Nous avons par exemple augmentĂŠ le montant des aides de certaines missions locales rurales oĂš beaucoup de jeunes sont en situation difficile. Les missions Locales ont-elles un rĂ´le social ? Bien sĂťr. L’accompagnement des missions locales n’est pas uniquement professionnel mais aussi social. L’appui Ă  l’autonomie est une de leurs missions : problèmes de logement, de mobilitĂŠ, de prise en charge de la santĂŠ, etc. Sans cet accompagnement-lĂ , l’insertion professionnelle ne peut se faire !

Insertion des jeunes

PARTENARIAT La RÊgion s’engage avec les missions locales. En fÊvrier dernier, la RÊgion Limousin a renouvelÊ son partenariat avec les Missions locales à travers la signature d’une nouvelle convention triennale couvrant la pÊriode 2012-2014. RÊparties sur tout le territoire, les Missions locales remplissent une mission de service public pour l’orientation et l’insertion professionnelle et sociale des 16-25 ans. Leur rôle : accueillir, informer, conseiller, orienter, accompagner les jeunes dans leurs parcours d’insertion mais aussi observer le territoire et apporter une expertise, dÊvelopper une ingÊnierie de projet et animer le partenariat local. La RÊgion les

soutient à travers une aide au fonctionnement centrÊe sur 4 axes : l’information et l’orientation active des jeunes demandeurs d’emploi, l’accompagnement vers la formation professionnelle, l’accompagnement vers l’emploi et l’appui à l’autonomie. La convention insiste particulièrement sur le partenariat avec les autres acteurs de l’accueil-orientation, comme la CitÊ des mÊtiers de Limoges. Un effort particulier sera menÊ pour impulser la participation d’un maximum de jeunes aux  zooms mÊtiers  organisÊs par la CitÊ. Autre point important de la convention : la gÊnÊralisation du

Le Patrimoine à l’heure du numÊrique TOURISME Saint-LÊonard-de-Noblat

met en service des visio-guides pour faire dÊcouvrir son patrimoine. C’est une nouvelle animation très familiale que propose l’office de tourisme de SaintLÊonard-de-Noblat. Dix GPS visioguides vont permettre dès le mois de juin de partir à la dÊcouverte du patrimoine de la ville. Son, image, vidÊo et gÊolocalisation orientent les visiteurs sur trois parcours. Deux d’entre eux, dont un pour les enfants, les promèneront dans la citÊ mÊdiÊvale pour expliquer sa construction et dÊcouvrir son architecture en s’attardant sur sa collÊgiale inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco au titre des chemins de Saint-

Jacques de Compostelle. Le troisième,  hors les murs  s’attarde sur la dÊcouverte de l’environnement naturel pÊriurbain, le quartier du faubourg du Pont de Noblat et la VallÊe de la Vienne. Les visiteurs sont guidÊs par un petit personnage un peu loufoque nommÊ LÊonard qui anime le circuit avec ses quiz et jeux. Les parcours sont enrichis d’images d’archives, de dÊtails d’architecture et de vidÊos de la faune de l’environnement pÊriurbain de Saint-LÊonard-de-Noblat. Q OT de Noblat : 05 55 56 25 06 www.tourisme-noblat.fr

SAS, dispositif rÊgional d’orientation active à destination des jeunes sortis du système scolaire et accompagnÊ par la Mission locale depuis au moins un an, sans projet clairement dÊfini ni rÊelle solution d’insertion professionnelle. Le SAS leur permet, collectivement, de se mobiliser et bâtir un plan d’actions (formation, compÊtences à acquÊrir, dÊmÊnagement‌). En Êchange d’un contrat d’engagement, les jeunes perçoivent une petite rÊmunÊration sous la forme d’une allocation mensuelle d’orientation et peuvent bÊnÊficier d’un pack autonomie. Q

Cette convention gĂŠnĂŠralise le SAS. Quel est le bilan de l’expĂŠrimentation de 2011 ? Le SAS est un dispositif qui permet de redonner conďŹ ance aux jeunes sans

emploi depuis plus d’un an en leur proposant un accompagnement collectif et concentrÊ sur plusieurs mois. Le bilan est très positif. Tout d’abord, le SAS permet de rompre l’isolement, de ne pas rester tout seul dans son coin. C’est aussi un espace oÚ les jeunes peuvent exprimer leurs problÊmatiques -mobilitÊ en tête- et, grâce au collectif, Êchanger, se conseiller, s’entraider. C’est formidable de voir qu’ils renouent avec le groupe, qu’ils peuvent compter les uns sur les autres même après le SAS. J’ai ÊtÊ très impressionnÊe par leur talent dans le cadre d’un spectacle de thÊâtre montÊ par l’un des groupes. En outre, le dispositif a mobilisÊ la majoritÊ des participants sur un projet : un emploi, une formation, une immersion en entreprise, l’inscription dans une auto-Êcole‌ Le SAS est Êgalement positif pour les conseillers des missions locales car ils ont ÊtÊ spÊcialement formÊs à cette pÊdagogie du travail collectif et partenarial avec les autres organismes de l’orientation, de la formation et de l’emploi. Pourquoi l’accompagnement classique des missions Locales ne suffit pas toujours ? Tous les systèmes d’accompagnement ne sont pas adaptÊs à tous les jeunes. Pour certains l’accompagnement individuel classique fonctionne très bien, pour d’autres, l’Êmulation collective est plus efficace, ainsi que la concentration des rendez-vous dans la durÊe, d’oÚ la Q mise en place du SAS.

En savoir plus ? www.region-limousin.fr www.missions-locales-limousin.fr

Les Missions locales en chiffres (2011) 6 antennes de la Mission locale en Limousin + de nombreuses permanences sur les communes 15 826 entrĂŠes en situation dont : 11 239 entrĂŠes en emploi, 2150 entrĂŠes en formation, 769 en alternance, 931 en immersion (dĂŠcouverte professionnelle), 237 entrĂŠes en scolaritĂŠ.

EN BREF

DÊcouverte La collÊgiale de Saint-LÊonard comme vous ne l’avez jamais vue.

GÊocaching saison 2 Les Poï’z reviennent en Limousin pour une seconde saison. Le jeu lancÊ par le comitÊ rÊgional du tourisme l’an dernier a connu un beau succès. Dans le gÊocaching, on doit chercher à l’aide d’un GPS des caches oÚ l’on trouve de petits objets placÊs dans des boÎtes.

Les gÊocacheurs sont guidÊs de point en point grâce à une sÊrie d’Ênigmes, pour finalement, trouver le lieu du trÊsor. En Limousin, dans chaque cache, on trouve en plus des Poï’z, petits personnages à collectionner. Les caches sont thÊmatiques (savoir-faire, contes, mÊdiÊval...) et rÊparties sur tout le territoire. Chaque mois, le meilleur gÊocacheur gagne un lot. Tous les dÊtails sur terra-aventura.fr N° 97 MAI 2012 LA LETTRE DU LIMOUSIN

//LQGG

7




LE LIMOUSIN CÔTÉ EXCELLENCE SAVOIR-FAIRE LE LIMOUSIN CONCENTRE ÉNORMÉMENT D’ENTREPRISES TRAVAILLANT POUR LE SECTEUR DU LUXE ET DU HAUT DE GAMME. LA RÉGION LES SOUTIENT DANS LEUR DÉVELOPPEMENT ET LEURS ACTIONS DE COMMUNICATION. ndianapolis, finale du Super Bowl 2012. Madonna enflamme la scène dans un show spectaculaire. Toute de Givenchy vêtue, elle arbore une paire de gants fabriquÊs pour la marque à ... Saint-Junien, en Limousin, par la manufacture Agnelle. On ne le sait pas toujours, mais la plupart des maisons de haute couture -Dior en tête- travaillent avec la ganterie depuis des annÊes pour la confection de leurs gants, avec ChÊri Bibi pour leurs chapeaux, ou encore avec C2000 pour les vêtements, autant d’entreprises limousines au savoir-faire reconnu internationalement. Qui dit excellence limousine dit Êvidemment aussi porcelaine, cÊramique, tapisserie... Dans un monde en crise, qui dÊlocalise, on ne peut que se rÊjouir de voir nos savoir-faire rÊsister. Pourtant, ça n’est pas Êvident. Premier dÊfi : rester moderne, être à l’Êcoute des tendances voire en être prÊcurseurs, innover constamment. Dans le domaine de la porcelaine,

8

//LQGG

on pense à Sylvie Coquet et sa sociÊtÊ Feeling’s, à la pointe de l’innovation, ou à Esprit Porcelaine, collectif de 28 crÊateurs crÊÊ en 1984 avec l’envie de dÊpoussiÊrer l’image et l’industrie de la porcelaine.  Nous nous donnons des thèmes sur lesquels nous travaillons tous, ce qui crÊe Êmulation et cohÊrence  explique Christian Couty, son prÊsident, ancien modeleur chez Raynaud puis professeur à l’ENSA. Des arts de la table aux luminaires, des vases aux objets dÊcoratifs, Esprit Porcelaine ose le design avec un matÊriau qui Êvoquait encore il y a peu le service de grand-mère. Cette association a même rÊussi à hisser des pièces en porcelaine au rang d’art contemporain exposÊ dans le monde entier, en tÊmoigne  le festin , une œuvre collective qui a attirÊ 20 000 visiteurs au musÊe du design de Gand (Belgique).  Ça commence à marcher. Nous avons maintenant notre propre marque, qui figure sur les pièces avec le nom

de l’artiste, ainsi que la mention Limoges car nous faisons fabriquer ici par Carpenet et les Porcelaines de la fabrique  prÊcise Christian Couty. Moderniser la cÊramique, ce n’est pas uniquement faire de la porcelaine design, c’est aussi dÊvelopper la cÊramique technique. Le Pôle de compÊtitivitÊ Elopsys a ainsi permis de structurer et de dÊgager des moyens pour favoriser l’innovation dans ce domaine, avec la crÊation de matÊriaux high-tech aux applications diverses. De l’artisanat au luxe  Les entreprises de cÊramique qui ont ÊmergÊ du Pôle, de l’incubateur ou de l’UniversitÊ, sollicitent la RÊgion pour des aides en recherche et dÊveloppement, de nouveaux process, là oÚ le secteur de la cÊramique traditionnel, c’est-à-dire les arts de la table, a besoin de coups de pouce pour se dÊvelopper à l’international, faire de la prospection au MoyenOrient mais aussi en Inde, au BrÊsil

ou encore crÊer de nouveaux modèles en faisant appel à un designer extÊrieur par exemple...  rÊsume GÊrard Vandenbroucke, vice-prÊsident du conseil rÊgional chargÊ de l’Êconomie. Savoir s’entourer, voilà une autre clÊ du succès dans un monde en crise. Cyril Delage, crÊateur de mobilier en châtaignier qui perpÊtue le savoir faire ancestral des feuillardiers l’a bien compris. Pour dÊvelopper sa marque, Enkidoo, il a fait appel à des signatures prestigieuses du monde du design (Godefroid de Virieu, Matali Crasset ou les 5.5 designers) pour lui dessiner des modèles qu’il fabrique depuis son atelier en Haute-Vienne. De l’artisanat haut de gamme au luxe, il n’y a qu’un pas, que beaucoup de savoir-faire d’excellence ont choisi de faire.  Il y a quarante ans, tout le monde portait des gants, on avait les gants de printemps, ceux d’hiver, sans compter les gants militaires, administratifs... Pour ne pas voir pÊricliter le savoir-faire

avec le dÊclin du port du gant, ma mère est allÊe frapper à la porte de Dior  raconte Sophie GrÊgoire, actuelle PDG d’Agnelle. En diversifiant vers le luxe, Madame GrÊgoire a su prÊserver le travail de prÊcision et d’expertise de son entreprise sur les peaux et travail du cuir. Les manufactures de tapisserie comme Four et Pinton se sont Êgalement tournÊes vers le luxe, qu’il s’agisse des tapis d’une qualitÊ inÊgalÊe pour le bureau d’un ministre ou d’une œuvre pour un Êmir. Mais pour être sollicitÊ par une personnalitÊ, une marque de haute couture ou un distributeur de luxe, encore faut-il être connu. La Maison du Limousin à Paris est aussi un partenaire de choix pour la communication nationale. En 2009, elle a ainsi rÊalisÊ l’ÊvÊnement  ItinÊraires de l’excellence en Limousin  qui valorisait les secteurs de la porcelaine et de la cÊramique, de la tapisserie, des Êmaux, du cuir et de la mode, mais aussi les crÊateurs de mobiliers en

LA LETTRE DU LIMOUSIN N° 97 MAI 2012




1

TROIS QUESTIONS À‌ JEAN-PAUL DENANOT PRÉSIDENT DU CONSEIL RÉGIONAL DU LIMOUSIN

 Le Limousin, ça n’est pas seulement des  petites mains ‌ Le Limousin, une rÊgion qui travaille pour le luxe, on ne s’y attend pas... Et pourtant si, nous avons un vivier d’entreprises de produits de luxe. L’excellence Limousine dans le cuir, la porcelaine, l’Êmail, la cÊramique et le textile est largement reconnue, c’est pourquoi ces entreprises trouvent des dÊbouchÊs dans le luxe.

Le Limousin est ďŹ nalement une rĂŠgion d’ouvriers talentueux et d’artisans de gĂŠnie...

1. La ganterie Agnelle à Saint-Junien, l’excellence et le savoir-faire reconnu par les plus grands.

Oui mais attention. Le Limousin, ça n’est pas seulement des  petites mains  exceptionnelles, c’est aussi des crÊations originales. Dans le textile, Smuggler, Agnelle ou ChÊri Bibi, par exemple, dÊveloppent leur propre marque. Le Limousin sait utiliser son savoir-faire pour crÊer de l’innovation.

Regardez le laboratoire d’idÊes qu’est Esprit Porcelaine ou les entreprises d’Elopsys !

Comment la rĂŠgion soutientelle ces savoir-faire ? Nous sommes au cĂ´tĂŠ de toutes les entreprises limousines pour accompagner leur dĂŠveloppement, et notamment, pour le secteur du luxe, les aider Ă s’Êtendre Ă  l’export. Mais certains savoir-faire sont Ă  envisager comme un patrimoine Ă  sauvegarder et pour lequel les collectivitĂŠs doivent se mobiliser. Je pense Ă  la fabrique d’accordĂŠon Maugein. Si le projet de reprise en sociĂŠtĂŠ coopĂŠrative ĂŠtait retenu, la RĂŠgion pourrait bien sĂťr apporter son appui ďŹ nancier (contrat de croissance, avances remboursables) aďŹ n de pĂŠrenniser les emplois et les savoir-faire uniques de cette entreprise. Q

Š

2

2. Christian Couty, le prÊsident d’Esprit Porcelaine et Michelle Dumain la directrice du collectif. 3, 4 et 5. Les très aÊriennes crÊations du groupement de crÊateurs Esprit Porcelaine.

Il y a quarante ans, tout le monde portait des gants, on avait les gants de printemps, ceux d’hiver, sans compter les gants militaires, administratifs...  châtaignier ou les accordÊons Maugein. Un ÊvÊnement qui a donnÊ suite à une brochure touristique  Destination Prestige  ÊditÊe par le comitÊ rÊgional du tourisme. Le CRT met Êgalement en avant ces entreprises à travers ses diffÊrentes offres et notamment par le biais des visites d’entreprises. Mutualiser la communication Pour pouvoir s’offrir une communication digne de ce nom, les entreprises peuvent se regrouper. Ainsi, le secteur du cuir et des peaux est en train de se structurer autour d’un projet de maison du cuir et de la ganterie à Saint-Junien, labellisÊ Pôle d’excellence rural en 2011, qui rassemble mÊgisserie, tannerie, sÊrigraphie du cuir et bien sÝr crÊation (gants, chaussures...) et qui a, là encore, fait l’objet d’une exposition à la Maison du Limousin à Paris. C’est avec cette même idÊe de se regrouper pour coopÊrer que l’association Luxe et Excellence a ÊtÊ crÊÊe en 2010. PortÊe par la CCI de la HauteVienne, cette association rassemble

aujourd’hui 13 sociÊtÊs, parmi lesquelles Pinton, C2000, Agnelle, Lamellux, Ratinaud, Jean-Louis Coquet, Sothys... Leur objectif : mutualiser des opÊrations commerciales d’envergure, avec une scÊnographie qui les met chacun en valeur, aussi bien à l’Êchelle nationale qu’internationale. Parmi ses actions : la participation au carrousel des mÊtiers d’art et de crÊation du Louvre, une exposition de boÎtes de porcelaine chez Wako au Japon (l’Êquivalent nippon des Galeries Lafayette), un vÊritable succès, ou encore une confÊrence de presse avec show-room à Paris à la Tour Eiffel en 2011, la veille du salon Maison et Objet, le grand salon dÊcoration national. Luxe et Excellence part bientôt prÊsenter nos entreprises dans un salon à Djedda en Arabie Saoudite. Pour faire connaÎtre leur savoir-faire d’excellence, les entreprises limousines misent Êgalement sur la labellisation, et notamment  Entreprise du patrimoine vivant  (EPV) (voir p. 10). Ce label permet en effet une valorisation touristique et mÊdia-

tique, l’accès à des marchÊs publics et la collaboration entre entreprises. Aujourd’hui le nouveau label à la mode est  Origine France Garantie  (voir p. 10). En pleine tendance  cocoricocool  qui rend le  made in France  branchÊ, mettre en valeur la fabrication locale est un rÊel argument. PrÊsident de la CCI, Jean-Pierre Limousin est d’ailleurs allÊ plaider la cause des entreprises labellisÊes EPV auprès du ministre Baroin pour qu’elles puissent automatiquement bÊnÊficier de ce nouveau label prometteur. Le costumier Smuggler, dont l’atelier est situÊ à Limoges, vient d’ailleurs d’obtenir son label Origine France et s’engouffre avec succès dans le marketing qui va avec ! Il est d’ailleurs citÊ dans le dossier du magazine L’Entreprise consacrÊ au  made in France  (avril 2012). Ou comment le made in Limousin est en train de devenir un atout... Q

3

4

5

Esprit Porcelaine : www.espritporcelaine.fr Luxe et Excellence : 05 55 45 16 20 aurelie.arnaudon@limoges.cci.fr Visiter les entreprises avec le CRT : www.visites-entreprises-limousin. com

N° 97 MAI 2012 LA LETTRE DU LIMOUSIN

//LQGG

9




DOSSIER Š EMMANUELLE MAYER

Š VINCENT CHÉDEVILLE

Des crÊations sur mesure pour des gants qui habilleront des mains souvent cÊlèbres.

TRADITION AVOIR UN MÉTIER DANS LA PEAU, JAMAIS UN TERME N’A ÉTÉ PLUS APPROPRIÉ.

AGNELLE, GANTIER DES STARS

D

e nombreuses personnalitÊs du monde entier portent des gants de grandes marques de haute-couture fabriquÊs à SaintJunien. Nulle trace d’ostentation, pour autant, quand on pÊnètre le bâtiment d’Agnelle à Saint-Junien, dont l’enseigne en façade tÊmoigne de son appartenance au paysage local depuis 1937. Le bâtiment semble exigu, l’entrÊe est encombrÊe, mais c’est bien ici que l’on rÊceptionne les matières premières, coupe et coud les gants de Givenchy, Lanvin, Balenciaga, Dior... Un rouleau du fameux tissu Êcossais

Burberry attend son sort à l’entrÊe, à côtÊ des peaux d’agneaux venant d’Afrique, du Yemen ou d’Espagne, d’une incroyable souplesse.  On utilise peu d’agneau français car il est trop gras, son grain de peau n’est pas assez fin  explique le chef d’atelier. La plupart des clients utilisent la gamme de coloris de la maison, mais la haute couture a ses exigences et parfois, Agnelle doit faire teindre le cuir d’une couleur prÊcise et subtile à la mÊgisserie de SaintJunien ou d’Isle. Quand il ne s’agit pas de travailler du cuir de cerf, de pÊcari, de serpent, d’autruche, et

même d’anguille et de kangourou ! 32 personnes travaillent sur le site, rÊalisant entre 50 et 150 paires de gants par modèles. Les modèles sont rÊalisÊs à partir des croquis du couturier, Agnelle rÊalise un prototype et le modifie jusqu’à validation. Mais Agnelle crÊÊ Êgalement ses propres modèles, pour sa marque de gants haut de gamme.  Nous avons devancÊ et non subi la crise en travaillant avec une usine de confection aux Philippines, qui rÊalise principalement les produits de la marque Agnelle  explique JoÍlle, au service administratif. Une usine dont le travail est en-

tièrement supervisÊ et contrôlÊ à Saint-Junien. Depuis 20 ans, Sophie GrÊgoire, PDG, s’attache à dÊvelopper cette marque, innovant avec des stylistes free-lance ou en partenariat avec d’autres marques.  Nous sommes prÊsents dans les grands magasins, aux Galeries Lafayette et au Bon MarchÊ, et nous avons un show-room à Paris. J’espère pouvoir bientôt ouvrir une boutique  explique la dynamique chef d’entreprise qui tient à prÊciser  je revendique notre appartenance au Limousin, nous participons à faire parler de notre rÊgion . Q www.agnelle.com

Š EMMANUELLE MAYER

QUESTIONS & RÉPONSES SAVOIR FAIRE D’EXCELLENCE ET LABELS QU’EST-CE QU’UNE ENTREPRISE DU PATRIMOINE VIVANT ? QCe label reconnaĂŽt et valorise les savoir-faire français. En Haute-Vienne, 40 entreprises bĂŠnĂŠďŹ cient de ce label, ce qui place le dĂŠpartement en 3e position sur le plan national. Elles sont beaucoup moins en Corrèze et en Creuse car la dĂŠmarche a moins ĂŠtĂŠ suivie. On y retrouve les porcelainiers (Bernardaud, Raynaud, JeanLouis Coquet...) les entreprises du cuir (tannerie FrĂŠdĂŠric Bastin, Weston, Agnelle, Ganterie de St Junien...), les manufactures de tapisserie creusoises (Robert Four, Pinton...), le textile de luxe comme ChĂŠri Bibi ou encore l’artisanat haut de gamme comme Maugein en Corrèze. www.patrimoine-vivant.com

QUE SIGNIFIE ÂŤORIGINE FRANCE GARANTIEÂť ? QNouveau label qui a pour objectif de valoriser le savoirfaire français Ă l’Êtranger mais aussi sur le territoire national, aďŹ n d’informer les consommateurs enclins Ă  prĂŠfĂŠrer le local, le fait main, la qualitĂŠ et authenticitĂŠ.

Des Inrocks à Glamour en passant par Maison magazine ou L’Entreprise, tous les mÊdias ont annoncÊ ce retour du made in France, que ce soit dans la gastronomie, la mode, l’ameublement ou l’Êquipement. www.profrance.org

10

//LQGG

CrÊÊ à l’origine en 1907, l’atelier est aujourd’hui une coopÊrative ouvrière.

LA LETTRE DU LIMOUSIN N° 97 MAI 2012




Chez Maugein, dernier fabricant d’accordéons en France, on construit tout, de A à Z, un savoir-faire unique.

L’AVIS DE... JEAN-PIERRE LIMOUSIN PRÉSIDENT DE LA CHAMBRE DE COMMERCE DE LA HAUTE-VIENNE

« L’innovation est l’avenir de nos savoir-faire ». Le Limousin est-il particulièrement riche en savoir-faire traditionnels ? Tout à fait et j’en veux pour preuve que les villes où se perpétuent nos savoir-faire les plus emblématiques sont devenues des noms communs ! Ne dit-on pas que l’on achète du « Limoges » pour parler d’une porcelaine, un « Aubusson » pour une tapisserie d’Aubusson ou encore du tulle, pour une dentelle de Tulle ? Avoir ainsi 3 produits phares, 3 marques en somme, est unique du Limousin. Les autres régions n’en ont pas autant. Comment le Limousin a-t-il pu garder vivantes ces traditions ? Notre région est longtemps restée à l’écart des grands courants d’échanges, migrations et guerres, ce qui a ancré nos savoir-faire et permis leur transmission. Avec le passage à l’industrie, ils ont acquis une renommée mondiale. Aujourd’hui ces industries sont bien moins florissantes mais Bernardaud, Weston et d’autres

entreprises importantes jouent les locomotives. Des mégisseries et des tanneries, se maintiennent grâce à Weston et Agnelle par exemple. Citons également Beyrand qui fait du décor sur porcelaine ou la Cristallerie St Paul, qui est le seul fabriquant en Europe de poudre d’émaux, installée ici car le travail des émaux perdure dans notre région. Ces savoir-faire doivent-ils se moderniser pour se maintenir ? Bien-sûr, l’innovation est l’avenir de nos savoir-faire. Je pense à Urbacer, cet appel à projet qui a permis de créer du mobilier urbain résistant, propre et design en porcelaine. Mais il faut aussi arrêter de croire que la porcelaine de Limoges dans les arts de la table, c’est fini. L’évolution des modes de vie la rend moins compétitive, mais au Brésil, aux États-Unis, en Inde ou en Chine, la porcelaine de Limoges a une aura incontestable. À nous, de nous en servir de cheval de Troie pour valoriser nos autres savoirQ faire. http://urbacer.com

© VINCENT CHÉDEVILLE

Une jeune créatrice essaie sa dernière fabrication.

MAUGEIN POUR L’ACCORDÉON, DU SWING AU MUSETTE…

LA FABRIQUE QUI FABRIQUE

C

hez Maugein, depuis 1919, on fabrique des accordéons. De A à Z. C’est ce qui frappe lorsqu’on visite l’usine à Tulle. Aucun poste n’est sous-traité. Même l’application de résine pailletée sur la caisse en bois, même les claviers avec leurs nombreux boutons, même les lames destinée à jouer la note, découpée dans des bandes d’acier spécial, même l’accord des instruments, tout est fait ici, par les 21 ouvriers spécialisés. Autant dire des pointures : ébénistes talentueux, accordeurs à l’oreille « intégrale », mécaniciens de précisions, assembleurs minutieux... Fabriquer un accordéon nécessite plus de 100 h de travail ! Pour répondre aux besoins des artistes, Maugein propose des instruments sur-mesure. Les musiciens peuvent choisir l’ac-

cord (plutôt musette ou swing ?), le nombre de boutons, la palette des notes jouées, les dimensions, les coloris... Du haut de gamme ! Les premiers modèles sont à 2650 € et cela peut monter jusqu’à 10 000 €. Pas étonnant quand on voit la complexité de ces machines, que l’on peut sans aucun doute qualifier d’œuvres d’art. Mais la survie de cet art est menacée depuis les années 60, où l’accordéon a perdu sa popularité. Les fabricants français et italiens ont commencé à décliner et aujourd’hui, Maugein est la dernière usine d’accordéon en France. Cet instrument magique opère un retour en force depuis une vingtaine d’années, « nous avons enfin eu la reconnaissance des conservatoires, en 1985, la notoriété est à nouveau là, mais on n’est pas revenu à la popularité

des années 20 et surtout, nous avons maintenant la concurrence des Chinois » explique René Lachèze, gérant en retraite, arrière petit neveu de Robert Maugein, l’un des 3 frères fondateurs. « Comment être compétitif face à la Chine quand on fabrique l’instrument dans son ensemble ? On calcule au plus juste, on se serre la ceinture. Garder la diversité de nos métiers est un luxe mais c’est notre assurance qualité ». Soutenu depuis 30 ans par la ville de Tulle, le conseil général de la Corrèze et le conseil régional du Limousin, Maugein s’est développé à l’export dans 18 pays. À l’heure où René Lachèze souhaite partir pour une retraite bien méritée, un projet de reprise en société coopérative d’intérêt collectif est en cours. Q

© EMMANUELLE MAYER

Maugein est aussi un véritable musée du « piano à bretelles ».

www.accordeons-maugein.com

N° 97 MAI 2012 LA LETTRE DU LIMOUSIN

//LQGG

11




POLITIQUE

LES CINQ TRIBUNES DES GROUPES DU CONSEIL RÉGIONAL PARTI SOCIALISTE GROUPE PRÉSIDÉ PAR

GÉRARD VANDENBROUCKE CONSEILLERS RÉGIONAUX SYLVIE ACHARD SYLVIE AUCOUTURIERVAUGELADE GÉRARD AUDOUZE CATHERINE BEAUBATIE PATRICIA BORDAS STÉPHANE CAMBOU CHRISTÈLE COURSAT NATHALIE DELCOUDERC-JUILLARD JEAN-PAUL DENANOT SHAMIRA KASRI ALAIN LAGARDE CATHERINE L’OFFICIAL ARMELLE MARTIN GILLES PALLIER PHILIPPE REILHAC MICHÈLE RELIAT JEAN-MARIE ROUGIER BERNARD ROUX ANDRÉA SOYER CLAUDE TRÉMOUILLE

C’est au niveau local que réside l’énergie d’un peuple libre… En dépit des lourdes difficultés imposées au long des mois écoulés, des absurdes accusations de «gaspillage» lancées par les tenants de l’Etat UMP, en dépit d’une véritable mise au «régime sec» de ses recettes, notre Région n’a cessé d’avancer, au service des Limousins, dans tous les domaines relevant de sa compétence, parfois même au-delà… C’est l’économie, l’application du Schéma Régional de Développement, l’aide raisonnée à la création et à la croissance des entreprises, le soutien à l’emploi ; c’est l’ensemble des dispositifs favorisant l’insertion des jeunes ; c’est le «coup de pouce» à la recherche, à l’innovation, clefs du développement… C’est l’aménagement du territoire et les aides multiples aux projets. C’est notre engagement pour des infrastructures de qualité : LGV, lignes ferroviaires, haut et très haut débit… C’est la formation, et l’investissement continu dans les lycées. C’est aussi, après la création, voici déjà longtemps, de la dotation régionale de rentrée pour les lycéens, la mise en place, dans un souci d’égalité républicaine, de la fourniture gratuite des manuels scolaires à tous les jeunes scolarisés en terminale. D’aucuns s’en sont émus ou, donneurs de leçons occasionnels, ont feint de l’être : là où il s’agit d’une aide aux élèves, aux familles, comme pour la précédente dotation régionale de rentrée, ils ont voulu voir une

aide aux établissements d’enseignement quels qu’ils soient, une entorse aux principes de laïcité. Qui pourrait les croire ? Respect de l’autre, liberté de conscience, primauté de l’éducation, volonté d’associer développement personnel et progrès social… est-il vraiment besoin de redire que ces valeurs sont les nôtres ? « C’est au niveau local que réside l’énergie d’un peuple libre ; les institutions locales sont à la liberté ce que les écoles primaires sont à la science, elles la mettent à la portée de tous », c’est ainsi que Tocqueville résume l’enjeu que représente la décentralisation pour les démocraties d’aujourd’hui. Mise en place dans les années 80, la décentralisation a été développée par la réforme de 2003 qui en acte les grands principes et permet le transfert de compétences, notamment, pour les Régions, en matière d’économie, de formation, de transport et d’aménagement du territoire. De fait, elle a bien souvent permis à l’Etat de se délester sur des collectivités qui allaient devoir gérer, avec toute la rigueur imposée, des compétences chaque année plus coûteuses. A titre d’exemple, là où l’Etat mettait 7 millions d’euros, la Région en affecte chaque année une vingtaine pour l’entretien lourd des lycées. Parfois au bord de l’asphyxie financière, les collectivités n’ont

jamais fui leurs responsabilités. Ainsi, notre conseil régional s’est parfois même substitué partiellement à l’Etat dans le domaine éducatif, pédagogie dans le secondaire, constructions et recherche dans le supérieur, dans l’intérêt de nos concitoyens. La réforme amorcée en 2010 va hélas dans le sens d’une recentralisation et d’une reprise en mains des collectivités locales. Pour s’en convaincre il suffirait d’évoquer cette création d’un conseiller « hybride », le conseiller territorial, symbole de l’affaiblissement des assemblées départementales et régionales face au pouvoir de l’Etat. Ce rapprochement Département - Région irait à l’encontre de leur fonctionnement naturel qui veut que la Région prenne en charge les politiques stratégiques, économiques et les grands équipements tandis qu’au Département revient tout ce qui relève de la proximité. C’est pourquoi nous sommes nombreux, élus et citoyens, à souhaiter un authentique nouvel acte de décentralisation. Nos territoires sont source de démocratie et d’innovation : nous devons nous appuyer sur eux pour retrouver la croissance. Aujourd’hui, malgré un contexte économique dégradé, ils ont fait face. Ils sont à l’origine d’initiatives innovantes ; en témoigne l’exemple de l’Emprunt obligataire limousin mis en place par la Région pour soutenir les projets des entreprises locales. Les compétences des collecti-

vités territoriales doivent être clarifiées et, pour plus d’efficacité encore, de nouveaux moyens doivent leur être attribués. Cela implique une définition de règles claires avec l’Etat, une réforme de la fiscalité locale pour plus de justice et de péréquation entre les territoires. Il faudrait qu’aux Régions, soucieuses de prendre en main leur avenir, soient attribuées de nouvelles compétences décentralisées : Elles leur permettraient d’intervenir plus fortement, et avec des compensations financières suffisantes, dans de nouveaux domaines, tel par exemple l’enseignement supérieur. Enfin, cette création idéologique, populiste même, qu’est le conseiller territorial devrait être résolument écartée. Les semaines à venir en décideront. Le risque serait que se défasse un peu plus l’œuvre des fondateurs de notre Etat décentralisé, au détriment de la démocratie locale, essentielle dans un Etat du XXIème siècle, au détriment de l’efficacité de gestion, au détriment du service rendu à nos concitoyens. Un nouvel acte de décentralisation permettrait au contraire à nos régions, à nos territoires d’être demain les moteurs efficaces de la croissance comme le font certains de nos voisins européens : nous en avons les capacités ; nous en avons la volonté. Reste à nous en donner les moyens. Q

Pour contacter le groupe du Parti Socialiste tél. : 05 55 45 00 77 - www.socialistes-limousin.fr

UNION POUR UN MOUVEMENT POPULAIRE GROUPE PRÉSIDÉ PAR

RAYMOND ARCHER CONSEILLERS RÉGIONAUX JEAN-PAUL ADENIS FRANÇOISE BEZIAT FRANCIS COMBY MARIE-CLAUDE LAINEZ FRÉDÉRIQUE MEUNIER MICHÈLE SUCHAUD JEAN-PIERRE TRONCHE NATHALIE VILLENEUVE-DELAGE VINCENT TURPINAT

Le conseiller territorial : une bonne réforme ! En 2014 seront élus des conseillers territoriaux en lieu et place des conseillers généraux et régionaux. La gauche est contre parce qu’elle y perdra nombre d’élus locaux, relais pour la maîtrise des territoires et les fonds qui vont avec. Pourtant il fallait ouvrir une nouvelle ère de décentralisation parce que : - L’organisation territoriale actuelle a été conçue pour satisfaire une gouvernance centralisée avant qu’existe l’Union Européenne. - L’abstention est de plus en plus élevée : plus de 50 % aux régionales de mars 2010 et moins d’un français sur cinq connaît son président de conseil régional et 4/5 confondent les deux institutions. - Il y a la crise : ces 25 dernières années, les dépenses des collectivités locales ont augmenté deux fois plus vite que la richesse nationale. Cette nouvelle décentralisation devra : - En finir avec l’empilement des

structures ; il doit y avoir désormais deux grandes familles : un couple Région-Départements, un couple communes-intercommunalités sans suppression d’échelon. Le Département est l’échelon historique avec la solidarité ; la Région est l’échelon économique avec l’impulsion et la coordination. La commune est l’échelon de proximité. Il faut qu’ils travaillent ensemble. - Procéder à une nouvelle répartition des compétences et mettre fin aux financements croisés. Les Français ne savent pas quelle compétence est rattachée à telle collectivité. Seules les communes conserveront la clause de compétence générale. Désormais, le conseiller territorial portera un territoire devant deux assemblées et il aura à connaître l’intégralité des dossiers avec une vision régionale des questions de développement économique. Son existence va permettre un meilleur contrôle de l’efficacité de la dépense publique.

Enfin, on peut balayer les autres critiques : - Un conseiller à plein-temps ! N’existe-t-il pas aujourd’hui de nombreux cas de cumuls de mandats ? (député-maire, députéprésident de conseil général)

dans les compétences et non pas des élus qui les exercent. Q

« La spécificité viendra de la clarté dans les compétences et non pas des élus qui les exercent.. »

- Gérer un territoire plus grand et siéger dans deux assemblées ! «Grand» n’a pas de sens puisque les nouveaux territoires compteront environ 9 000 habitants, soit la moyenne de la situation actuelle. «Deux» assemblées et alors ! Puisque les compétences auront changé, seront limitées et que les cofinancements et les financements croisés seront encadrés. - La perte de spécificité de chaque collectivité : c’est faux ! La spécificité viendra de la clarté

Pour contacter le groupe UMP, tél. : 05 55 45 19 38

12

//LQGG

LA LETTRE DU LIMOUSIN N° 97 MAI 2012




EUROPE ÉCOLOGIE LES VERTS

GROUPE PRÉSIDÉ PAR

MARC HORVAT CONSEILLERS RÉGIONAUX JEAN-BERNARD DAMIENS GHILAINE JEANNOT-PAGÈS

2 ans de mandat, déjà Dans cette campagne présidentielle, l’écologie se trouve systématiquement soit minimisée, soit ouvertement raillée, alors que plus que jamais l’écologie se révèle être « la mère de toutes les questions ». Loin du match auquel les équipes (de campagne) participent sans trop se préoccuper du terrain qui se dégrade dangereusement, nous portons l’idée que rien n’est durablement envisageable sans prendre en compte la planète et ses ressources. S’il n’est pas toujours facile de faire cohabiter des idéaux différents au sein d’un exécutif, nous avons réussi cet exercice dans un

grand nombre de domaines, de l’environnement, bien sûr, mais aussi du social, de l’innovation ou de l’économie. La coopération a, entre autre, enrichi l’action du conseil régional dans le nouveau schéma régional de développement économique qui acte la conditionnalité des aides, une politique forestière renouvelée, qui embrasse durablement la richesse de nos territoires, l’adoption d’outils contraignants pour lutter contre les paradis fiscaux. Cette coopération a également contribué à la réforme de l’ARF (Association des Régions de France), pour que la diversité des opinions soit représentée, tout

comme l’accompagnement actif du CR aux actions associatives, consulaires, entrepreneuriales et coopératives pour inscrire notre région dans le monde contemporain. Cette majorité porte de plus, la volonté d’accompagner les alternatives agronomiques, et offrir ainsi le choix aux agriculteurs de surmonter

le cap difficile du dérèglement climatique. Les élus Europe Ecologie-Les Verts vous renouvellent leurs remerciements pour la confiance que vous leur avez octroyée il y a deux ans, et œuvrent, dans le quotidien de leur mandat, à ce que leurs actions soient à la hauteur de cette confiance. Q

Rien n’est durablement envisageable sans prendre en compte la planète et ses ressources. »

Pour contacter le groupe Europe Écologie Les Verts, tél. : 05 55 45 17 22

ADS MEL GROUPE PRÉSIDÉ PAR

JACQUELINE LHOMME-LÉOMENT ALTERNATIVE DÉMOCRATIE SOCIALISTE

CONSEILLER RÉGIONAL JEAN DANIEL MOUVEMENT ÉCOLOGISTE LIMOUSIN

Priorité à la formation Malmené depuis plusieurs années par une politique de droite, fondée exclusivement sur une logique comptable, notre système éducatif est en crise, au risque même de remettre en cause le droit inaliénable de l’accès à l’éducation pour tous. La formation professionnelle n’a évidemment pas échappé à cette tourmente et les suppressions de poste touchent en priorité ses établissements. Plus insidieux, l’apprentissage est utilisé comme moyen pour remettre en cause l’obligation de scolarité jusqu’à 16 ans et pour torpiller un

enseignement technologique jugé trop onéreux. Sans se préoccuper au préalable des capacités d’accueil ou

plus l’apprentissage dans un rôle de formation au rabais ou de source temporaire et bon marché de main-d’œuvre d’appoint.

Le temps est bien venu de libérer aussi la formation professionnelle de la dictature de la calculette et qu’elle redevienne une priorité de notre société. »

de la qualité d’encadrement, l’augmentation annoncée du nombre d’apprentis n’est pas raisonnable. Cela aurait pour conséquence d’enfermer encore

En le considérant comme une formation complémentaire et non concurrente des autres formations professionnelles, il faut donc lui donner tous les moyens nécessaires. Le temps est bien venu de libérer aussi la formation professionnelle de la dictature de la calculette et qu’elle redevienne une priorité de notre société. Q

Il faut au contraire que l’apprentissage soit toujours un véritable choix de formation et cesse d’être, comme souvent, une voie de garage.

Pour contacter le groupe Alternative démocratie socialiste et Mouvement écologiste Limousin, tél. : 05 55 45 19 45

LIMOUSIN TERRE DE GAUCHE PARTI COMMUNISTE FRANÇAIS PARTI DE GAUCHE NOUVEAU PARTI ANTICAPITALISTE

GROUPE PRÉSIDÉ PAR

CHRISTIAN AUDOUIN CONSEILLERS RÉGIONAUX STÉPHANE LAJAUMONT VÉRONIQUE MOMENTEAU LAURENCE PACHE JOËL RATIER PASCALE ROME

Gratuité des livres scolaires : oui pour les lycées publics, non pour les lycées privés ! Lors de la séance plénière du jeudi 22 mars, le Conseil Régional du Limousin a adopté le principe de la gratuité des livres scolaires sous forme de subvention d’équipement accordée aux lycées pour l’achat des manuels et leur mise à disposition des élèves (ce qui couvre l’ensemble des frais de livres scolaires, contrairement au dispositif antérieur). Ce dispositif sera mis en œuvre progressivement de la rentrée 2012 à 2014. Favorables à cette mesure qui était dans notre programme de campagne, nous dénonçons le fait qu’elle s’applique aux lycées privés alors qu’aucune obligation légale ne l’impose. Même le CESER (Conseil économique, social et

environnemental régional) qui précise que, sur les livres scolaires, « les dotations aux établissements doivent se concentrer sur les établissements publics », nous avons donc déposé un amendement écartant les lycées privés sous contrat d’association, réservant cette gratuité aux seuls lycéens de l’Education nationale et du ministère de l’agriculture.

Les dotations aux établissements doivent se concentrer sur les établissements publics . »

Nous regrettons de ne pas avoir été entendus sur ce point par la majorité régionale. Les lycées privés ne sont pas sous la tutelle de la Région, il n’y a donc aucune raison qu’elle les finance. Il s’agit là d’un choix politique qui va au-delà de ce que la loi oblige à faire. En faisant le choix de subventionner des lycées confessionnels l’exécutif porte une atteinte majeure au principe de laïcité. C’est également un bien mauvais signal envoyé à tous ceux, enseignants, élus, parents d’élèves en lutte pour préserver le service public de l’Education nationale au moment où l’enseignement public est mis en grande difficulté par les suppressions massives de postes décidées par le gouvernement

Sarkozy. Par cette dotation, la majorité régionale fait le choix d’entretenir la concurrence scolaire au seul profit de l’enseignement privé. Nous réaffirmons notre opposition à cette décision politique qui entretient le dualisme scolaire, au détriment de l’école publique et laïque, qui est la seule école légitime de la République. Q Pensez à vous inscrire à la lettre d’information de Limousin Terre de Gauche (PCF, PG, NPA) sur www.Terredegauche.fr

Pour contacter le groupe Terre de gauche, tél. : 05 55 45 17 26

N° 97 MAI 2012 LA LETTRE DU LIMOUSIN

//LQGG

13




AGENDA

1

Ecrire les images

2

PASSION Le cinéaste Claude Miller était investi dans la vie culturelle du

Limousin à travers une résidence d’écriture et un festival de cinéma. Claude Miller portait un véritable amour à la Creuse qu’il avait adopté. C’est pourquoi, avec sa femme, ils avaient créé dans leur maison une résidence d’écriture de scénarios et le très beau festival Ciné des villes, ciné des champs. Alors que le cinéaste vient de nous quitter, Annie Miller, sa femme, a tenu à maintenir l’atelier de scénario qui entre dans sa deuxième année. « Lavaud Soubranne écrire les images », c’est son nom, se veut un lieu de transmission des savoirs. L’atelier propose, en mai et octobre sur quatre semaines, d’accompagner et de parfaire l’écriture de scénarios de trois lauréats élus par les membres d’un jury prestigieux. Accueillis en résidence à Lavaud Soubranne, en Creuse, ils bénéficient du savoir faire et de l’expérience de cinéastes professionnels : auteurs et réalisateurs, producteurs et techniciens, acteurs. Sa finalité est d’obtenir une version définitive des scénarios assurant à des producteurs éventuels des textes de qualité permettant la mise en production des films. Pour clôturer l’atelier, les scénarios finalisés à Lavaud Soubranne sont lus et mis en scène au théâtre Jean Lurçat à Aubusson. L’association Lavaud Soubranne écrire les images organise le festival de cinéma Ciné des Villes Ciné des Champs jusqu’au 2 juin. Le festival offre une très belle programmation : Tom boy, L’effrontée,

Foyer rural et École de bourrée de Davignac www.davignac.com

LE FESTIVAL DE DAVIGNAC

Ceux qui restent, Les infidèles… On y retrouvera Anne le Ny, Vincent Lindon, Gilles Lelouche, JeanPaul Rappeneau, Céline Sciamma,

LE BILLET OCCITAN L’Institut d’Études Occitanes du Limousin a inauguré il y a peu son nouveau site Internet, que les amoureux et défenseurs de nòstra brava lenga lemosina attendaient avec impatience. Ils seront heureux de constater que cela valait la peine de patienter un peu. Notons tout d’abord qu’il est trilingue et que l’on peut le visiter en occitan, en français et en anglais. Vous y trouverez pour commencer l’incontournable rubrique Qué de nuòu ? (Quoi de neuf ?) dans laquelle vous pourrez suivre les principales actualités de l’occitanisme ainsi qu’un agenda bien fourni des diverses manifestations autour de la langue et de la culture limousines : festivals, stages, concerts, bals, lectures, projections, spectacles, dédicaces, etc. Vous trouverez également sur le site les essentielles informations sur la langue occitane et sur l’I.E.O. qui lutte pour sa sauvegarde et sa diffusion depuis des décennies. Vous découvrirez aussi une rubrique servicis dans laquelle est répertoriée toute l’offre régionale et interrégionale des outils mis à votre disposition pour apprendre, parler et diffuser l’occitan. Bientôt même une botica en linha ouvrira

14

//LQGG

Charlotte Gainsbourg… www.lavaudsoubranne.com 06 09 66 10 77

L’occitan sur Internet, du nouveau ! Baptiste Chrétien et Jean-Pierre Cavaillé

où l’on trouvera les articles de la Libraria occitana de Limòtges. Et puis arrive le joyau de ce site : La Biaça (la besace). Depuis de très nombreuses années, l’I.E.O. et ses

de viure, notre façon d’être. Des centaines d’heures de son et de vidéo ont ainsi été conservées. Ce trésor linguistique et ethnologique revient aujourd’hui aux Limou-

La Biaça donne tout simplement à voir et à entendre ce qui existait il y a peu et qui bien souvent n’existe plus. La rubrique est en constante évolution, des enregistrements et des vidéos y sont ajoutés en permanence, alors n’hésitez pas à vous y promener régulièrement. Vous pouvez également participer à l’alimenter en partageant les enregistrements en occitan que vous possédez (quels que soient le support et la qualité), qu’il s’agisse d’un enregistrement familial, dans le voisinage, d’une émission radio ou télévisée ancienne... Pour cela, il vous suffit de contacter l’I.E.O. dau Lemosin. Q http://ieo-lemosin.org

partenaires parcourent l’aire linguistique limousine et marchoise (Haute-Vienne, Creuse, Corrèze, Charente limousine et moitié nord de la Dordogne) pour enregistrer et filmer dins la lenga dau pais mai en francès des gens qui parlent occitan et ont des choses à nous transmettre sur nos coutumes, nos pratiques, notre biais

sins eux-mêmes grâce à l’énorme travail réalisé par une poignée de personnes. Vous pouvez désormais aller foussiner dans cette pleine besace de témoignages, proverbes, chansons, histoires en tous genres qui constituent bel et bien l’âme profonde et la culture de notre région.

Signalons également le site du « projet Massif central » qui traite plus spécifiquement de chant, de musique et de danse et qui fédère divers organismes (dont l’I.EO. dau Lemosin et le Centre Régional des Musiques Traditionnelles en Limousin) autour de ces thématiques. Vous trouverez là aussi de nombreuses ressources en ligne (films, sons, etc.). http://patrimoine-oral-massif-central.fr

DU 10 AU 12 MAI ET DU 18 AU 19 MAI Le Festival sous le chapiteau de Davignac les 18 et 19 mai présente une affiche qui va de l’électro au rock avec Lofofora en tête et leur métal toujours engagés. Lofofora, Mr Browne, Trap, Janski Beeeats, Broussai, La Ruelle en chantier, Les ducs… Un chapiteau arrimé, coûte que coûte, sur les contreforts du Plateau de Millevaches. Des kyrielles de bénévoles généreux, engagés, entêtés. Des partenaires fidèles. Des solidarités fortes sur le territoire et dans le paysage culturel de la région. Une Plateforme Musiques Actuelles pour tricoter du réseau. Plein de gaillards en noir pour assurer un accueil technique irréprochable. Des rêves plein les têtes. Une programmation artistique exigeante, chaleureuse, riche, diverse, colorée, festive. C’est Davignac ! C’est la 26e édition du Festival portée par l’association « Foyer rural et école de bourrée » qui fête, ellemême, cette année, ses quarante printemps. le festival va connaître 2 temps forts : le Barathon les 10,11, 12 mai à Egletons, Meymac et Ussel. De bar en bar, de bibliothèque en librairie, de rue en rue, les concerts et les styles musicaux se succèdent. Rock, pop, chanson … Il y en aura pour tous les goûts. Tous les concerts sont gratuits.

Saint-Yrieix CC Jean-Pierre Fabrègue 05 55 08 88 78

Cirque et danse/Tout public LES INCUBÉS Compagnie Rêves au carré LE 11 MAI À 20H30 Un cube, cinq personnages… Une conteuse silencieuse, un espace réduit qui favorise les confrontations, Un univers abstrait et des personnages hauts en couleurs. Spectacle de cirque contemporain et de danse autour d’une structure originale, ce collectif de cinq artistes, propose une pièce surprenante et poétique. Grâce à ce nouvel élément scénographique qu’est le cube, la compagnie crée un spectacle collectif dynamique et décalé. Portés-acrobatiques, équilibre, danse, acrobatie, jonglerie, mât chinois... A retrouver également le 9 mai à 14h et 17h, des stages arts du cirque avec les danseurs de la Compagnie.

LA LETTRE DU LIMOUSIN N° 97 MAI 2012




LIVRES ET DISQUES

LES 10 CHOIX DE LA RÉDACTION 3

4

Texte de Jeanne TABONI MISÉRAZZI et Didier JEAN & ZAD - Illustrations de ISALY 2 VIVES VOIX Editions Collection Bisous de famille © A. BACZYNSKY

Théâtre du Cloître - scène conventionnée de Bellac 05 55 60 88 97

www.theatre-du-cloitre.fr

Théâtre & nouvelles technologies OTTO, AUTOBIOGRAPHIE D’UN OURS EN PELUCHE LE 13 MAI, 15H30 D’après Tomi Ungerer – Mise en scène : Alban Coulaud / Cie O’Navio Théâtre Otto ou l’autobiographie d’un ours en peluche durant la Seconde Guerre mondiale. Il sera témoin des différents épisodes de l’Histoire et témoin des histoires entre les hommes, passant de main en main. Il symbolisera aussi les blessures physiques et morales que ces derniers subiront puisque ses coutures sont favorables à la représentation de la cicatrice..

Scène nationale d’Aubusson

Limousin par fragments depuis une dizaine d’années. Rainier Lericolais est musicien, spécialiste du « sampling », c’est-à-dire d’une technique de montage sonore faite sur l’ordinateur. Il est également plasticien à la démarche hors norme.

FESTIVAL « DANSES VAGABONDES EN LIMOUSIN » DU 22 MAI AU 2 JUIN 2012 Cette cinquième édition fait la part belle à Nathalie Pernette et sa compagnie Pernette, également artiste associé Danse à la scène nationale. Deux spectacles et des ateliers de danse sont au programme : La peur du loup, la dernière création de Nathalie Pernette sera présentée, du mardi 22 au vendredi 25 mai, chez nos voisins partenaires, Centre culturel Yves Furet de La Souterraine, La Fabrique à Guéret, Théâtre du Cloître à Bellac. Les Miniatures, des formes dansées pour l’espace public, vagabonderont, du lundi 28 mai au samedi 2 juin, à St-GeorgesNigremont, Bourganeuf, Chambon-sur-Voueize, Ussel et Aubusson. La soirée du samedi 2 juin à Aubusson sera festive avec un parcours chorégraphique de « miniatures » de la compagnie complété par des « miniatures » de danseurs amateurs, suivi d’un pique-nique et d’un bal musette pour agréablement terminer le festival. Alors, laissez-vous séduire par de la danse en plein air !

FRAC Limousin Les Coopérateurs IMPASSE DES CHARENTES 87100 LIMOGES 05 55 77 08 98

www.fraclimousin.fr

RAINIER LERICOLAIS VOLUME 4 JUSQU’AU 2 JUIN L’exposition Volume 4 entend montrer toutes les facettes plastiques de l’œuvre de Rainier Lericolais que le public a pu régulièrement aperçevoir en

Théâtre municipal de Brive RÉSERVATIONS, RENSEIGNEMENTS 05 55 76 11 04 (CAMERATA VOCALE)

www.cameratavocale.fr

ENSEMBLE CHRONOCHROMIE CHŒUR DE CHAMBRE DE LA CAMERATA VOCALE DE BRIVE

Il ne s’agit pas d’une rétrospective mais plutôt d’un florilège représentatif, une sorte de vaste cabinet de curiosités, « emblème d’un regard ouvert à l’étonnement et à la contamination réciproque des choses, des significations et des imaginaires… ».

05 55 83 09 09

www.ccajl.com

des arts plastiques, du cinéma, de la littérature, de l’histoire, du spectacle vivant : musique, danse et conte.

Pavillon du Verdurier, place St-Pierre, Limoges

LE 15 JUIN À 20H Histoire de Bêtes et Fables Immorales Humour - Sauvagerie - Sagesse 10 Voix -1 Piano Musique française du XXème siècle de Saint-Sæns, Caplet, Fauré, Ravel, Poulenc, Schmitt et Messiæn. «Les Fables» de La Fontaine mises en musique par André Caplet et «Le Bestaire» d’Apollinaire par Francis Poulenc, ont en commun la poésie et un esprit d’humour.

www.ipel.org

ITINÉRAIRES PHOTOGRAPHIQUES EN LIMOUSIN - édition 2012

05 55 75 86 05

www.lemovicesenfete.canalblog.com

Centre du Dessin de Presse de Saint-Just-le-Martel Saint-Just-le-Martel

Les Printemps de Haute-Corrèze

05 55 09 26 70

05 55 95 23 30

ALPHONSE ALLAIS, CLAUDE TURIER ET L’AFFAIRE BLAIREAU

www.printemps-hautecorreze. blogspot.com

JUSQU’AU 16 JUIN Depuis 2004, à l’initiative du Centre d’art contemporain de Meymac, un ensemble de structures associatives imagine un festival autour d’un thème fédérateur, renouvelé chaque année. L’édition 2012 met à l’honneur l’Afrique Sub-Saharienne. Le principe du festival reste le même : les associations locales et les établissements scolaires, avec le soutien des collectivités, ont imaginé une série d’événements dans les domaines

www.st-just.com

JUSQU’AU 30 JUIN Mis en dessins par Claude TURIER, le Centre du dessin de presse de Saint-Justle-Martel présente les plus drôles des citations d’Alphonse Allais. Célèbre à la Belle Époque, parfois considéré comme l’un des plus grands conteurs français, reconnu pour sa plume acerbe et son humour absurde, Alphonse Allais est notamment renommé pour ses calembours et jeux de mots, ses écrits humoristiques, ses idées loufoques… Berrichon d’adoption, Parisien

de Haute-Corrèze vous transportent en Afrique jusqu’au 16 juin.

2 Aurez-vous peur du loup ? Une danse vagabonde de l’artiste associé à la Scène nationale d’Aubusson.

4 Les incubés :

Oppidum de la Motte Chalard à Saint-Gence (87)

La Camerata vocale de Brive les a réunis en « Fables morales, immorales et sans morales. » « Dans un bouquet musical du début du XXe, ces bêtes nous montrent bien les côtés absurdes de notre vie ici sur terre. Suiveznous et écoutez les dromadaires, chèvres, sauterelles, dauphins, écrevisses, carpes, oiseaux, corbeaux, renards, cigales, fourmis, loups, agneaux et colombes nous raconter la vie des Hommes. »

1 Les printemps

3 Les nus retravaillés de Pierre Cambon pour les itinéraires photographiques du Limousin.

A retrouver également au Centre l’exposition «Présidents, poils aux dents», caricatures présidentielles, exposition qui joue les prolongations…

05 55 32 73 44

DU 19 MAI AU 3 JUIN Yvon BOBINET, Artifices Pierre CAMBON, Du couple Sandrine ELBERG Portraits de femmes dans les appartements moscovites Cécile HENRYON, Vanité parasite Martial LENOIR, La loge des rats Sarah LOUETTE, Traces (et autres extension de soi) Images recomposées, travaillées en 3D sur ordinateurs, natures mortes stylisées, nues, noirs et blancs sales, images dessinées… c’est ce que livre cette nouvelle fournée des talents dénichés par les itinéraires photographiques en Limousin. On pourra les découvrir tout au long de l’été à La Souterraine, Uzerche, Mortemart ou Saint-Junien.

d’origine, Claude Turier vit à présent à Argenton-sur-Creuse. Membre de l’Académie Alphonse Allais dont il illustre les publications, il rêvait depuis longtemps d’adapter sous forme de B.D. les jeux de mots et aphorismes d’Alphonse Allais, d’où «Le petit Allais illustré» aux Éditions Chantal Trubert.

LE MAGASIN DE SOUVENIRS

LES JOURNÉES GAULOISES DE SAINT-GENCE LES 23 ET 24 JUIN L’association Les Lémovices En Fête organise cette première reconstitution de deux jours mettant en scène l’histoire vivante des civilisations gauloise et romaine au 1er siècle av J.C. Véritable spectacle d’histoire vivante, basé sur les résultats les plus récents de la recherche archéologique, en particulier sur les fouilles réalisées depuis une dizaine d’années sur le territoire communal. L’animation « reconstitution » est ainsi assurée par des troupes spécialisées comprenant des comédiens, des cascadeurs, des animateurs et également des archéologues, tous réunis par la passion de transmettre un savoir rigoureux au public de la manière la plus vivante possible. Une autre partie de l’animation tourne autour de « l’expérimentation ». Elle doit permettre, en particulier aux enfants, de s’initier aux techniques archéologiques, de découvrir le savoir faire culinaire gaulois ou de s’exercer à la fabrication et au maniement des armes. La partie « spectacle » enfin est assurée par les « reconstituteurs » et les musiciens. On trouvera également des conférences, des films, des artisans…

cinq personnages, une conteuse, un espace réduit... À découvrir à Saint-Yrieix.

Ce texte poétique aborde un sujet auquel les enfants peuvent se trouver confrontés : la maladie de leurs grandsparents. L’image du magasin de souvenirs que la petite Célia permet de mettre des mots sur cette maladie de l’oubli. En consignant les souvenirs de Mamine, la petite fille partage aussi avec sa grand-mère son passé et devient elle-même dépositaire de ces histoires qu’elle pourra transmettre. Album à partir de 6 ans 40 pages - 15,50 €

Maurice Robert Maïade éditions

RETOUR À LA TERRE PATRIMOINE FUNÉRAIRE EN LIMOUSIN On ne présente plus Maurice Robert, chercheur ethnologue dont l’œuvre profuse explore le Limousin dans de multiples registres. C’est à la mort qu’il se consacre ici. Le patrimoine funéraire du Limousin est riche, il n’est pas dénué d’originalité, ni d’humour. « Maurice Robert a parcouru tout le Limousin pour écouter les trépassés lui parler de la vie quotidienne, de toutes les angoisses anciennes qui, sous des formes diverses, sont toujours celles d’aujourd’hui. C’est une histoire du Limousin que nos pauvres défunts lui ont livrée, pour qu’il la transmette aux vivants. » 27€, 240 pages, plus de 600 illustrations

E Ensemble bl circassien i i de Jordanie Ad vitam records

CIRCASSIA MUSIQUE TCHERKESSE Ad Vitam records, le label creusois explore les terres méconnues de la musique d’un pays qui n’existe plus. Circassia enregistré à Amman en Jordanie donne à entendre la musique traditionnelle de l’Ensemble circassien de Jordanie. Une musique festive et mélancolique où l’accordéon a toute sa place. Les Circassiens étaient des guerriers à cheval, un peuple originaire du NordOuest du Caucase. Un peuple aujourd’hui dispersé dans le monde entier. 15€, distribution Harmonia Mundi

N° 97 MAI 2012 LA LETTRE DU LIMOUSIN

//LQGG

15




PORTRAIT

 Ouvrir le centre !  Marianne Lanavère, la nouvelle directrice du centre d’art de Vassivière

est arrivÊe sur l’Île dÊbut mars. Un projet ambitieux et un enthousiasme communicatif.

Š EMMANUELLE MAYER

27, BOULEVARD DE LA CORDERIE CS 3116 - 87031 LIMOGES CEDEX 05 55 45 19 00

DIRECTEUR DE LA PUBLICATION Jean-Paul Denanot RESPONSABLE DE LA RÉDACTION Sybille Mangin RÉDACTEUR EN CHEF Guillaume Fontaine RÉDACTION Emmanuelle Mayer, Nicolas L. avec la collaboration des services et agences de la RÊgion

PHOTOS Guillaume Fontaine Sauf mention contraire

CONCEPTION GRAPHIQUE Agence Cinquième Colonne 04 73 87 15 27

MISE EN PAGE Graphik Studio 05 55 32 06 32

IMPRESSION Rivet Presse Édition 05 55 04 49 50

L’entreprise Rivet Presse Édition est labellisÊe Imprim’vert. Elle respecte un cahier des charges strict sur le recyclage de ses dÊchets et la composition de ses encres. La Lettre du Limousin est imprimÊe sur du papier recyclÊ avec des encres vÊgÊtales. ISSN N° 0151-2587 365 000 exemplaires

Recevez La Lettre du Limousin Vous avez un autocollant Stop pub ou vous n’habitez pas en Limousin mais vous voulez recevoir La Lettre du Limousin, abonnez-vous sur simple demande en prÊcisant nom, prÊnom et adresse postale à : lalettredulimousin@cr-limousin.fr ou par courrier à: Abonnement La Lettre du Limousin 27, boulevard de la Corderie CS 3116 - 87031 Limoges Cedex

facebook.com/regionlimousin twitter.com/regionlimousin

 Comment je suis arrivÊe ici ?  rÊpète-t-elle un peu incrÊdule. Le sentiment d’Êvidence de sa rÊponse est tel qu’il ferait rougir n’importe quel intervieweur.  Mais parce que Vassivière est un lieu avec une immense rÊputation, en France comme à l’Êtranger. Avec mon parcours et mes orientations, on ne peut pas ne pas vouloir diriger un centre d’art qui a une telle signature.  Tout simplement. C’est qu’en Limousin, on finirait par oublier l’aura du lieu dans le monde de l’art contemporain. Le centre international d’art et du paysage (Ciap) n’usurpe pas son titre. Pour preuve, la nomination d’une nouvelle directrice a fait Êcho dans toute la presse spÊcialisÊe de la planète. Alors, oui, pour Marianne Lanavère, la nouvelle directrice qui a pris son poste en mars dernier, il y a une Êvidence à être arrivÊe sur l’Île. Le poste a pourtant suscitÊ relativement peu de candidatures, 54 au total.  C’est parce que ce n’est pas simplement un poste, c’est aussi un projet de vie. On ne vient pas ici par hasard. Il y a peu de lieux spÊcialisÊs dans l’art et le paysage. C’Êtait pour moi une chance à saisir de lier tout ce sur quoi je travaillais dÊjà à Noisy-le-Sec.  Marianne a dirigÊ le centre d’art La Galerie dans cette banlieue de Seine-Saint-Denis pendant 7 ans.  Mais je voulais un lieu oÚ l’approche du paysage est rÊellement possible, pas seulement

16

//LQGG

un lieu oÚ on peut faire des choses sur le paysage.  L’installation s’est faite un peu prÊcipitamment.  Je voulais prendre mes fonctions le plus vite possible. Je me suis donnÊ un mois. . Pour trouver un logement et dÊmÊnager, c’est peu. Son mari, sculpteur, professeur aux beaux-arts de Caen, pris un peu de court, va jongler avec son emploi du temps en attendant de pouvoir se rapatrier au plus près. Elle a choisi de vivre à Eymoutiers. Elle aurait pu prendre la maison sur l’Île proposÊe aux directeurs du centre mais elle veut s’investir dans la vie locale. Une intention qui cadre avec le projet qu’elle compte dÊvelopper pour le centre. L’ouverture en est le maÎtre mot. Tout sauf une Île  Le centre ne doit pas être coupÊ du plateau.  Pour elle, il est certes sur l’Île mais il doit être tout sauf une Île.  Je le conçois comme un relais, un lieu le plus ouvert possible.  Avant de postuler, elle s’est intÊressÊe de près à la rÊgion. Elle en connaÎt chaque lieu de crÊation :  C’est une concentration unique sur un tel territoire qui mêle des institutions comme le Frac, le château de Rochechouart ou l’abbaye de Meymac, des initiatives privÊes comme Treignac Projet, La Pommerie ou Chamalot et d’autres encore ! Il y a aussi des artistes installÊs en Limousin, souvent plus connus à l’extÊrieur

C’est parce que ce n’est pas simplement un poste, c’est aussi un projet de vie. On ne vient pas ici par hasard. Il y a peu de lieux spÊcialisÊs dans l’art et le paysage. C’Êtait pour moi une chance à saisir . comme Fabien Giraud qui travaille à Saint-LÊonard-de-Noblat.  Elle y voit autant de possibilitÊs de collaboration ou partenariats futurs. Dans le document très complet qu’elle a rendu au jury pour expliquer ce qu’elle voulait dans les annÊes à venir, c’est ce tissu de relations qu’elle veut tisser ou retisser avec le territoire qui a sÊduit les membres. NouveautÊ au Ciap, à partir de juillet, le château de l’Île abritera trois rÊsidences d’artistes en permanence.  Le lieu a ÊtÊ vraiment très bien mis en valeur par les architectes avec des espaces de crÊation magnifiques. Je voudrais des rÊsidences longues de quatre mois, dans des champs diffÊrents : un plasticien, de l’Êcriture, une troisième ouverte à toutes les disciplines. L’esprit du lieu est respectÊ. Depuis sa crÊation, la particularitÊ du Ciap est de proposer des crÊations faites sur mesure,

souvent inspirÊes du territoire. Le bois de sculptures qui est à l’origine de la crÊation du Centre a ainsi fait travailler chaque artiste sur un projet personnel en lien avec l’Île ou le plateau. C’est ce que rappellera la première exposition, Champ d’expÊriences, qui sera inaugurÊe le 7 juillet, en lien avec les 60 ans du lac.  Tout reste à construire mais je veux donner un avant-goÝt des artistes à venir. Elle fera des clins d’œil aux productions passÊes (Bertrand Lamarche, Rosa Barba‌), montrera des œuvres du Frac et de l’artothèque pour donner de la visibilitÊ aux collections rÊgionales, peut-être aussi une tapisserie d’Aubusson et des artistes qui ont choisi de vivre ici comme Chrystèle Lerisse, Sam Basu ou encore Julie Chaumette, une artiste diplômÊe de l’Êcole de Limoges.  Les idÊes dÊbordent peut-être encore la capacitÊ du lieu pour cette exposition anniversaire. Mais ces limites, la nouvelle directrice compte de toute façon essayer de s’en affranchir. Il y a un rayonnement du centre à construire, autant dans le travail avec les artistes locaux que dans la participation à des dispositifs qui amènent l’art vers de nouveaux publics ou de nouveaux lieux.  Alors, non seulement le centre n’est pas pour elle une Île mais en plus, il risque bien de s’Êchapper de son Île. Q www.ciapiledevassiviere.com

Bio express 1974 NAISSANCE À PARIS

SORTIE DU NUMÉRO 98 LE 2 JUILLET

2001 PREMIER COMMISSARIAT D’EXPOSITION À LONDRES 2005 DIRECTRICE DE LA GALERIE À NOISY-LE-SEC 2012 DIRECTRICE DU CIAP

RĂŠgion Limousin Une chance Ă saisir

LA LETTRE DU LIMOUSIN N° 97 MAI 2012



Lettre du Limousin 97  

Le journal de La Région Limousin

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you