Issuu on Google+

Le journal de la Région Limousin N° 101 février 2013

territoires parcours

Alisson croit en l’humanitaire et s’engage

Elle est volontaire de solidarité internationale au Burkina.  p. 5

en limousin et pas ailleurs

Felletin

Le quartier de la gare connaît un dynamisme sans précédent. Lire en page 6

Plus fort ensemble

In Vivolim regroupe les acteurs des biotechnologies en Limousin. p. 3

culture

www.region-limousin.fr

les dix choix de la rédaction p. 14

Le CRJ

Huit ans d’actions au service des jeunes. Le conseil régional des jeunes affiche un beau bilan à quelques mois de la fin de mandats des jeunes conseillers. p. 7

TER, un train d’avance Augmentation du nombre de trains, horaires plus rythmés, amélioration des dessertes, des correspondances... La Région affiche ses ambitions ! Avec la nouvelle convention signée avec la SNCF, elle veut faire du TER le moyen de transport privilégié en Limousin.  Lire page 8 © SNCF


en limousin et pas ailleurs © NICOLAS L.

Inititation Petit cours de découverte de l’univers de la création numérique.

Passionnés Il aura fallu un investissement sur le long terme pour les créateurs de l’association.

Le 400, le must du numérique en Limousin INITIATIVE L’association le 400 lancera le mois prochain son usine

numérique, un lieu unique de production artistique qui mettra des outils professionnels à disposition du grand public. Le projet ne deviendra réalité qu’à la fin février. Mais déjà, Loïc Bentata, Pierre Magnol et Philippe Chapot travaillent d’arrache-pied. Bien­ tôt, l’ancienne usine de boutons de Saint-Viance, une petite commune corrézienne près de Brive, accueillera le 400, un centre de ressources, d’ateliers pédagogiques et de production liés aux nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC). Un espace unique en Limousin et dans les régions limitrophes. Trois mois de travaux auront été

nécessaires pour aménager un studio de tournage sur fond vert tout équipé, et un autre dévolu au web, à la télé et la radio, ainsi que les quatre postes multimédias ouverts gratuitement au grand public. « Nous voulions fédérer les compétences en NTIC en Corrèze », explique Loïc Bentata, le trésorier du 400. Pari réussi : de six membres à son lancement en juillet 2011, l’asso­ ciation est aujourd’hui passée à 34 personnes. « Il s’agit de stopper l’hémorragie des projets envoyés  à l’extérieur du Limousin. Pourquoi confier des réalisations à Pa-

investissement L’entreprise de fabrication de supports

publicitaires vient d’investir plus de 2,1 millions d’euros dans de nouvelles machines et un bâtiment.

2

« Nous pourrons travailler dans de plus grosses séries », explique Christian Dijoux, le PDG, qui vise des travaux de 20 à 20 000 unités. « En période de crise, il faut se démarquer. » La société ne lésine pas sur les moyens : un bâtiment de 4 000 m2 réservé au stockage, au collage et au conditionnement est opérationnel depuis septembre. Reconnue par de grands noms comme L’Oréal, TFI, Universal,

La lettre du limousiN N° 101 février 2013

d’outils hyper-professionnels et les rendre accessibles au plus grand nombre », fait valoir Pierre Magnol, le secrétaire du 400. « Mais on souhaitait aussi disposer d’un ensemble cohérent de fabrication et de diffusion de contenus numériques. C’est un réceptacle pour les réalisations artistiques et culturelles. » Le 400 a déjà plusieurs coups à son actif. L’association a notamment signé plusieurs films, dont un pour la compagnie de danse Hérvé Koubi.  n www.le400.fr © NICOLAS L.

EuroPLV cartonne

EuroPLV veut prendre un temps d’avance. Spécialiste de la création et de la fabrication supports publicitaires sur lieu de vente, l’entreprise de SaintVicturnien (Haute-Vienne) s’apprête à recevoir une presse à découper automatique grand format et une contre-colleuse dernière génération. Les deux nouvelles machines seront installées dans une nouvelle aile de 2 000 m2.

ris alors qu’ici, en Corrèze et dans  la région, nous avons toutes les compétences », s’interroge Loïc Bentata, bien décidé, comme ses comparses, à vulgariser les technologies qu’ils manient à longueur de journée. Le 400 proposera gratuitement des ateliers découverte des métiers des nouvelles technologies. Notamment aux lycéens, aux apprentis et aux enseignants. Objectif pour cette année : programmer 60 ateliers. « On espère aussi pouvoir toucher les collégiens l’an prochain », confie Loïc Bentata. « On voulait se doter

le secteur de l’édition et du jouet, EuroPLV emploie 120 personnes en CDI. Elle souhaite désormais faire passer son chiffre d’affaires de 18 à 26 millions d’euros. « Nous avons une grosse envie d’aller de l’avant », annonce Christian Dijoux. Croissance Le marché de la PLV (publicité sur le lieu de vente) va bien. La société de Christian Dijoux peut investir.


Biotechnologies en Limousin

Éditorial

naissance In Vivolim vient de voir le jour. Ce regroupement

rassemble les entreprises du secteur des biotechnologies : cosmétique, santé animale et santé humaine.

Invivolim est typique des entreprises du Limou­sin. Il rassemble une vingtaine de PME très innovantes, chacune avec une forte expertise dans son domaine. On y retrouve aussi bien le très connu Sothys, qu’Ingenomix, spécialisé en génomique animale ou Covertis qui fait dans la chimie organique verte. L’objectif de Jean Sainte-Laudy, le fondateur multicarte, avec JeanPierre Picot, du cluster : « agréger les compétences et les matériels techniques pour pouvoir répondre

à des appels d’offres auxquels aucune ne pourrait prétendre en restant seule. » Invivolim est la dernière initiative de cet homme actif. Installé en Limousin depuis 2004, il a participé à la création des Eaux de Treignac, a fondé le laboratoire spécialisé d’allergologie du CHRU et lancé B Cell Design, société spé­cialisée dans la production d’anticorps. Invivolim est tout jeune mais permet déjà de développer des partenariats commerciaux ou

projets de développement commun. Id Bio, par exemple regarde du côté des propriétés de l’eau de Treignac, particulièrement intéressantes pour le domaine de la cosmétique et B Cell Design se fournit maintenant en actif chez le même Id Bio tout en collaborant avec les laboratoires de sciences naturelles de l’Université. L’objectif en 2013 : consolider la structure et exporter. n www.invivolim.fr

© VINCENT CHÉDEVILLE

jean-paul denanot président du conseil régional du limousin

Dynamique Le regroupement permet d’établir de nouveaux partenariats.

LA RÉGION EN ACTION

www.region-limousin.fr

ÉNERGIE

Manuels scolaires gratuits : les lycéens et leurs familles très satisfaits. À la rentrée 2012, les manuels scolaires ont été prêtés aux

L’année qui s’est écoulée fut riche d’événements. Avec des faits marquants pour notre territoire, la négociation que la Région a menée sur le renouvellement de la convention TER en est un. Le dialogue fut parfois rude où il fallait défendre pied à pied l’intérêt des bassins de vie et des usagers tout en maîtrisant le budget de la collectivité. Cet exercice n’a pas été vain. Nous avons fini par travailler en transparence avec la SNCF. Chaque euro Limousin dépensé l’est à bon escient. Tous les élèves et les salariés sont « transportés » même s’il subsiste sur certaines lignes des services à redéfinir auxquels nous apporterons l’attention et les solutions techniques qui s’imposent. La problématique ferroviaire pour le Limousin est très importante. L’accès à la grande vitesse et aux communications transeuropéennes, la liaison train d’équilibre POLT, la desserte fine des territoires me préoccupent au plus haut point. Il s’agit là des trois piliers essentiels au développement équilibré de notre région et à la mobilité de ses habitants. Nous souhaitons tous, je n’en doute pas, un Limousin moderne qui attire de nouvelles populations, qui exporte ses savoir-faire et sa créativité, qui préserve la qualité de son vivre ensemble et qui ose, résolument, sa différence. n

en bref élèves de terminales des lycées Limousins. Pour évaluer cette nouvelle formule - prêt des livres plutôt qu’achat - et envisager son extension aux autres lycéens dans les meilleures conditions, la Région a mené une enquête auprès des parents et élèves. À ce stade, 98 % des familles sont satisfaites ou très satisfaites. Retrouvez fin février les résultats complets sur

LA Région TRÈS « MANUELS »

Pour un développement équilibré

Un diagnostic énergétique gratuit dans les entreprises industrielles et artisanales. Dans le cadre de l’appel à projet « économie d’énergie dans l’industrie et l’artisanat », la Région vous accompagne pour un diagnostic gratuit de l’ensemble des consomma-

tions avec un plan d’actions chiffré, le choix du niveau d’économie d’énergie (-10 % ou - 20 %) et la réalisation des investissements sur deux ans avec une aide de la Région Limousin pouvant aller jusqu’à 50 % et 200 000 €. Inscrivez-vous en ligne jusqu’au 31 mars 2013 sur www.region-limousin.fr// Diagnostic-energetique-gratuit

Renseignements au 05 87 21 30 20

Photovoltaïque

MARQUE LIMOUSIN Plus de 100 demandes d’adhésions ont déjà été reçues. L’événement de lancement de la marque Limousin au Zénith fin novembre a permis d’asseoir la notoriété de la marque Limousin. Les troisquarts de ces demandes sont en instance de validation par le comité de marque. Si tous les secteurs d’activités sont représentés, on retrouve majoritairement des acteurs du tourisme parmi les postulants. Pour adhérer : www.marquelimousin.fr

En 2016, Disasolar produira des films solaires organiques de troisième généra­tion à Limoges. Ce projet pilote de la PME limougeaude réunit également trois entreprises locales : Ceradrop, Cerinnov et Cerithermen et des partenaires nationaux. Dans un premier temps, l’unité de pro­ duction devrait générer 150 à 200 emplois. DisaSolar est aujourd’hui le spécialiste français du photovoltaïque souple.

www.disasolar.fr

Un annuaire des clubs de sport

Un annuaire régional des clubs de sport. La Région recense sur BeLim.fr plus de 2000 clubs sportifs limousins dans un annuaire participatif. Particulièrement facile d’utili­ sation, chaque club peut compléter les informations le concernant en ajoutant ses contacts, son logo ou une photo d’une équipe, un compte Twitter… L’annuaire liste également les clubs partenaires du dispositif Chèq’Up. À retrouver sur www.belim.fr

N° 101 février 2013 La lettre du limousin

3


actualités © VINCENT CHÉDEVILLE

Excellence Le Limousin va se montrer sous un nouveau jour au salon. (Photo 2012)

Salon de l’agriculture : le Limousin joue sa différence ANNIVERSAIRE C’est la cinquantième édition du salon de l’agriculture. Du burger Limousin au tourisme

insolite, le Limousin en fait un temps fort de sa promotion. Le salon, pour le Limousin, est toujours une grosse machine. Préparé depuis des mois, il mobilise dans tous les secteurs. Les éleveurs préparent leurs animaux, tout comme les lycées agricoles. Les associations de promotion des produits agroalimentaires imaginent leurs stands et leurs animations, les producteurs s’inscrivent pour participer… La Région et le comité régional du tourisme ne sont pas en reste, ils doivent réfléchir à leur présence commune pour cette vitrine unique du Limousin. Pendant 10 jours, près de 700 000 personnes vont défiler

d’un stand à l’autre dans sept pavillons gigantesques. Il faut savoir les captiver et retenir leur attention constamment sollicitée. Cette année, le Limousin se démarque résolument avec sa nouvelle identité visuelle aux couleurs de la marque Limousin lancée en novembre dernier au Zénith de Limoges et un concept original en forme de jeu de piste. Le Limousin a décidé de surfer sur le succès du Géocaching. Le jeu de piste basé sur GPS lancé par le CRT connaît un développement impressionnant. C’est ce principe qu’on retrouvera sur l’ensemble de

comprendre

Le budget 2013 Maintenir le cap et préparer la sortie de crise

Les marges de manœuvre sont réduites pour la Région. Tout en veillant à la bonne santé de ses comptes, elle maintient le cap général et met tout en œuvre pour répondre à la crise économique.

4

La lettre du limousiN N° 101 février 2013

l’espace Limousin, le GPS en moins. Les visiteurs seront amenés à découvrir de nouveaux indices sur chaque stand. Le CRT profite également de l’occasion pour présenter son nouveau site. Après sejourenlimousin.fr qui recense des idées de week-ends par grands thèmes, c’est limousinenfamille. fr qui vient de voir le jour. Son nom est assez explicite. Toutes les offres ont été sélectionnées pour leur adaptation aux besoins des familles : équipements spécifiques, visites dédiées aux enfants, accueil chaleureux… Des activités aux hébergements en

passant par les restaurants et les manifestations l’internaute pourra organiser selon ses goûts son séjour ou ses sorties. Mais le salon de l’agriculture, c’est avant tout les produits et les animaux. Les visiteurs pourront comme chaque année découvrir les représentants des six labels rouges des viandes du Limousin. Et les producteurs ont répondu présents. On découvrira des figues fourrées au foie gras, de la bière ambrée, des nougats au miel, le vin Paillé, les châtaignes du Limousin ou encore des glaces au lait en provenance directe de la ferme.

Le contexte Le budget 2013 a été élaboré dans un contexte économique parti­ culièrement difficile. Les diffi­ cultés proviennent en partie de la crise socio-économique, mais aussi des mesures de gel budgétaire et de réduction de l’autonomie fis­cale. L’exercice est donc contraint pour la Région. Elle doit composer avec le peu de dynamisme de ses recettes, constituées essentiellement de dotations provenant de l’État. Celles-ci ne lui donnent guère de marge de manœuvre, et l’emprunt ne peut évidemment pas être une solution régulière et unique aux problèmes de ressources. 

Quel est le menu ? Le restaurant Limousin, dont les produits sont choisis pour leur qualité propose son menu complet 100% Limousin : Viandes Limousines Label Rouge et / ou IGP. Et enfin, la grande nouveauté de l’année, le nouveau burger du Limousin, qui répond au cahier des charges 100 % Limousin. Pain à la farine de châtaignes, pomme AOP, steack haché de race Limousine, fromage Limousin, et une sauce onctueuse qui met le tout en valeur. www.sejourenlimousin.fr www.limousinenfamille.com www.viandesetpommesdulimousin.com www.salon-agriculture.com

Stagnation des dotations de l’Etat CRISE ÉCONOMIQUE

Stagnation des recettes de la Région PAS DE RECETTES FISCALES*

Un n contexte coontexte difficile

*Avec la réforme de la taxe professionnelle, les Régions sont privées de recettes. Elles ont désormais un pouvoir fiscal sur moins de 10 % de leurs recettes de fonctionnement (taux des cartes grises et des permis de conduire (6 % pour le Limousin)

La réflexion La Région Limousin doit continuer à accompagner et soutenir le développement économique local, tout en préservant les grands équilibres financiers de la collectivité. En raison des incertitudes sur les prochains transferts de compétences aux Régions, accompagnés par une reforme de la fiscalité locale, le projet de budget est construit avec prudence. Il prend en compte des recettes contraintes, la nécessaire maîtrise des dépenses de fonctionnement, le soutien indispensable à l’économie locale, et préserve les conditions d’un maintien des grands équilibres financiers de la collectivité. 


parcours

« L’important, c’est de se rendre utile » coopérerVolontaire de solidarité internationale, Alisson facilite la coopération décentralisée

avec les collectivités de la région du Plateau Central au Burkina-Faso.

Avant avril dernier, elle n’avait jamais mis les pieds en Afrique. Désormais, le collier qu’elle porte témoigne à lui seul des neuf mois qu’elle vient de passer là-bas, aux côtés des partenaires burkinabés de la Région Limousin. Alisson Pistre, 24 ans, est de celles qui ne font pas les choses à la légère. En sortant de son Master 2 de sciences politiques à Paris, elle aurait pu aller en Tunisie avec une ONG de défense des Droits de l’Homme : c’est un thème qui lui tient à cœur. Finalement, elle a opté pour le Limousin. D’abord pour un stage à la Délégation à la coopération du conseil régional. Ensuite comme volontaire de solidarité internationale. « J’ai une attirance pour la diplomatie, pour ce qui permet d’établir un contact entre les peuples, confie Alisson, qui a choisi de se spécialiser en droit international. En choisissant le Limousin, aux forts liens avec le Burkina-Faso depuis 30 ans, je savais que j’interviendrais sur du long terme. Pour moi, l’important, c’est de se rendre utile. » Elle participe désormais au déroulement de Fasolim, le programme de coopération entre le Limousin, la région du Plateau Central et du réseau de communes de l’Oubritenga. « À la demande des parties burkinabées, nous contribuons à réaliser des bâtiments, comme des écoles et des dispensaires. Mais nous collaborons aussi aux actions de formation des collectivités locales et des populations », détaille Alisson. Elle participe aussi au soutien du développement des entreprises, de l’agriculture locale, ainsi qu’à la réalisation d’installations hy-

drauliques et d’assainissement. En décembre, la jeune femme a facilité la formation de trois fonctionnaires burkinabés. « Nous leur faisons partager l’expérience de l’institution en matière d’aide à la décision, en leur fournissant des éléments qu’ils pourraient adapter chez eux. » Pas question de décider à la place des Burkinabés. « Travailler ici et partir là-bas, c’est savoir s’adapter, c’est apprendre de l’autre, sans, la plupart du temps, se permettre de juger », explique la jeune femme qui restera au Burkina-Faso jusqu’en octobre. « On m’a confié des responsabilités que je n’aurais pas eues dans d’autres Régions à mon âge. La coopération, c’est un système qui fait confiance à la jeunesse. »

Un double impératif PRÉSERVER L'ÉQUILIBRE FINANCIER

Dynamiser l'économie avec l'initiative régionale pour la croissance et l'emploi en Limousin

SOUTENIR L'ÉCONOMIE LOCALE

DR © ©

Projets Alisson lors de l’installation d’un jardin botanique au Burkina.

Préparer l'avenir de la jeunesse en Limousin : priorité à la formation et à l'insertion professionnelle des jeunes

Accompagner le développement de l'économie et de l'emploi durable

Placer les enjeux environnementaux au cœur des politiques régionales

nicolas L. ©

Favoriser le développement solidaire de l'ensemble du territoire

L’action Deux mesures phares à retenir pour cet exercice 2013. En premier lieu, 14 millions d’euros ont été débloqués pour le programme d’Initiative pour la Croissance et l’Emploi. Cette enveloppe est dédiée à initier ou accélérer des projets d’investissement porteurs de commandes aux entreprises locales, et donc de retombées économiques pour le Limousin. Autre dispositif phare : l’accompagnement des emplois d’avenir qui concerne plus de 1270 jeunes en Limousin. C’est la Région qui a été choisie pour cette mission qui doit offrir une véritable insertion professionnelle aux jeunes éloignés de l’emploi.

INITIATIVES

Le VSI, en pratique Le volontariat de solidarité internationale (VSI) est une mission d’intérêt général, à plein-temps à temps, dans un pays en voie de développement. Il est ouvert à toute personne majeure, sans condition de nationalité. La mission dure entre six mois et deux ans dans une association agréée dont la liste est disponible sur le site www.servicepublic.fr Un VSI touche une indemnité comprise entre 100 euros et 813,07 euros, hors transport, logement et nourriture. Il est possible de percevoir une indemnité supplémentaire liée à l’affectation à l’étranger (montant variable selon les pays).

Budget 2013

469 millions d'euros

En millions d'euros :

Dépenses de fonctionnement : 325,2 Dépenses d’investissement : 143,6 Formation 138,8 €

Moyens pour l’Ambition Régionale

107,9 €

PAR PÔLE

Communication, Citoyenneté et Jeunesse

67,5 €

4,4 € «Europe et Coopération Internationale»

14,1

Economie et Emploi

Aménagement du Territoire Nouvelle convention TER (+4 M€) + transfert des démarches collectives territorialisées (DCT) du pôle Economie vers le pôle Aménagement du Territoire.

136,1 €

N° 101 février 2013 La lettre du limousin

5


territoires © EMMANUELLE MAYER

Felletin en ébullition

c’est possible… En quelques années, le quartier

de la gare à Felletin est devenu le théâtre d’une dynamique économique, sociale et culturelle grâce à des trentenaires ultra-motivés.

Créatifs Ils font bouger la ville et redonne vie à tout un quartier.

Ça bouge à Felletin ! En moins de dix ans, plusieurs activités innovantes se sont installées autour de la gare : la brasserie de la Creuse (bière La Felis), l’ébénisterie Dia Délos (création de mobilier durable), l’artiste-designer Vincent Dubourg, la Scop des ateliers (écoconstruction), le maître verrier Julien Valageas ou encore l’atelier de sérigraphie Les Michelines. Ces créateurs, trentenaires écolos et branchés, originaires de la région pour beaucoup, ont eu envie d’aller plus loin en créant Quartier Rouge en 2006. Cette association de production artistique s’est petit à petit spécialisée dans les œuvres et les projets qui questionnent l’espace public, à

l’image des fameuses marches sonores de Pierre Redon mais aussi du Mur de la Mort (spectacle à motos entre art forain et art contemporain) ou encore du projet de sculpture mobile de la plasticienne Johanna Fournier. Hébergée dans les locaux de Pixel Point, Quartier rouge porte un projet de lieu d’exposition et de résidence dans l’un des deux bâtiments de l’ancienne gare SNCF appelé La petite vitesse. Mais tout ce petit monde ne compte pas s’arrêter là et, dans la foulée, a créé une autre association, La Draisine Express, qui porte un autre projet de lieu, cette fois-ci pour le bâtiment voyageurs de la gare. « Nous allons ouvrir un barrestaurant au rez-de-chaussée, et

à l’étage, des bureaux associatifs et un espace de coworking pour les indépendants... » explique Mélanie Leduc, graphiste au sein des Michelines. On y mangera une cuisine réalisée à base de produits locaux et / ou bio, qui fera découvrir des saveurs du monde et des producteurs. Activateur de lien social, la Draisine Express souhaite

formaliser son rôle dans l’accueil des nouvelles populations et l’accompagnement à la création d’activités, en lien avec les acteurs d’Aubusson et ceux du plateau de Millevaches. Enfin, pour parfaire cette dynamique du quartier de la gare, la municipalité de Felletin va développer devant le bâtiment voyageur un pôle intermodal de

mobilité, qui fera le lien entre le TER et les autocars et accueillera parking à vélo et zone de covoiturage. « Grâce à cette nouvelle dynamique, Felletin est devenue « the place to be » dans le coin » assure en riant Marjolaine Dumontant, chargée de communication du Lycée des Métiers du Bâtiment et présidente de Quartier Rouge. 

Projet soutenu par la Communauté de communes Ces associations innovantes ont séduit les élus de la communauté de communes Aubusson-Felletin, propriétaire des bâtiments de la gare depuis décembre, et ceux de la municipalité de Felletin, en cours d’acquisition de la place située devant. Une fois rénovés, les bâtiments de la gare seront loués à Quartier Rouge et La Draisine Express, selon un protocole d’accord signé entre toutes les parties fin novembre. © Association l’abeille Héraultaise

Lutter contre le frelon asiatique tueur d’abeilles Un réseau régional

propose de piéger les reines de cette espèce invasive. L’espèce est classée dans la liste des dangers sanitaires de deuxième catégorie pour l’abeille domestique sur tout le territoire français. Un frelon peut décimer une colonie d’abeilles en quelques heures. Les apiculteurs du Limousin proposent donc des moyens de lutte. Outre la destruction des nids avant l’automne, la capture par piégeage des reines est un bon moyen. Elle se fait princi-

6

palement de février à avril en utilisant des pièges sélectifs qui permettent à d’autres insectes capturés de pouvoir s’échapper. Passé le 1er mai, il vaut mieux retirer les pièges qui risquent de capturer de nombreuses espèces autochtones (frelons jaunes, guêpes, etc.). 

La lettre du limousiN N° 101 février 2013

Qui contacter en Limousin ?

© Guêpes et Frelons Le Forum

Réseau de signalement et de piégeage du Frelon asiatique en Limousin : Haute-Vienne : FDGDON 87 (Fédération Départementale des Groupements de Défenses contre les Organismes Nuisibles de la Hte-Vienne) 05 55 04 64 06 – fdgdon87@gmail.com

Creuse : GDSA 23 (Groupement de Défense Sanitaire section Apicole de la Creuse) 05 55 61 50 23 - foret-etang@creuse.chambagri.fr

Corrèze : GDSA 19 (Groupement de Défense Sanitaire section Apicole de la Corrèze) 05 55 20 84 33 - gds19@reseaugds.com

Qui est qui ? À gauche, Vespa velutina, le frelon asiatique et Vespa cabro, le frelon européen.


© murielle maingant

Les Projets du CRJ IDÉES Promotion des transports

en commun, festival de musiques actuelles, coopération décentralisée… petit tour d’horizon des réalisations les plus marquantes du conseil régional des jeunes. « À l’école de l’égalité »

Le CRJ prend en charge, depuis 2008, la scolarisation de 25 enfants du Burkina qui ont été choisis selon des critères sociaux. Ce parrainage est prévu pour la totalité de la scolarisation, du début du primaire et à la fin collège, soit 10 ans. Le CRJ prend en charge, sur cette période, l’achat de fournitures (cartable, cahier, crayons, gomme, règle...), les frais d’inscription, une participation à l’achat de nourriture, un kit d’hygiène… « Les trophées du développement durable »

Conseil régional des jeunes du Limousin VERS L’AVENIR La troisième génération de jeunes

conseillers entame la dernière année de son mandat. Depuis 2005, la jeune assemblée fourmille de projets.

Cette troisième génération de conseillers voit son mandat prolongé jusqu’à la fin de l’année. Une évaluation est en cours sur le conseil régional des jeunes (CRJ) et les conseillers vont réfléchir avec les élus régionaux à l’évolution possible de leur structure. En effet, il est parfois difficile à des jeunes lycéens et étudiants de conjuguer sur le long terme l’engagement dans

un mandat parfois très prenant Depuis 2005, on doit au CRJ le festival Vache’ment jeunes, des actions de coopérations avec le Burkina, un nombre incalculable de participations à des réflexionsrégionales ou européennes et bon nombre de représentations à des événements officiels. Dès les premiers mandats, le CRJ s’est organisé en quatre commissions pour pouvoir élaborer des projets

à tous les niveaux, de la solidarité au développement durable en passant par la citoyenneté, mais aussi parfois sur des thèmes où on ne les attendait pas comme le patrimoine ou la conservation de la mémoire. www.facebook.com/ crjlimousin www.region-limousin.fr/crj

Jobs d’été 2013 postuler Les 28 et 29 mars au Carré

Jourdan à Limoges, le CRIJ et Pôle emploi organisent leur opération Jobs d’Été 2013. Des milliers de postes à pourvoir en Limousin et dans les régions Aquitaine, Poitou-Charentes, Midi-Pyrénées seront affichées, dans les domaines de l’hôtellerie, la restauration, l’animation sportive et culturelle, le tourisme, l’aide à domicile, la manutention, l’agriculture et le secteur de l’intérim... Des services pour aider les jeunes dans leurs recherches seront également au programme : ateliers CV-lettre de motivation, espace jobs à l’étranger, infos sur la législation… Une vingtaine

d’organismes et entreprises se relaieront pour présélectionner des candidats. Les BIJ et PIJ du réseau Information Jeunesse organisent également des « journées jobs d’été » sur notre région : toutes les dates prochainement sur le site internet du CRIJ. Contact : Crij Carré Jourdan 13 cours Jourdan 87000 Limoges 05 55 100 800 www.crijlimousin.org

Investis Depuis 2005, les jeunes conseillers ont multiplié les projets.

des risques liés aux IST et à l’alcoolisme au volant. Vache’ment jeune permet à des jeunes artistes régionaux de connaître leur 1re scène professionnelle et d’être accompagnés par les techniciens des salles de musiques actuelles. Retrouvez Vache’ment jeune Le 15 mars à John Lennon à Limoges, le 30 mars aux Lendemains qui chantent à Tulle et le 5 avril au centre culturel Yves Furet de La Souterraine. Entrée gratuite… « J’ mon Limousin »

Le CRJ a organisé un concours ouvert à tous les jeunes âgés de 12 à 21 ans pour valoriser le patrimoine du Limousin. Ils devaient réaliser une plaquette de promotion d’un élément du patrimoine matériel ou immatériel de la Région. 17 dossiers ont été déposés. Les prix seront remis le jeudi 14 février lors de la journée des « amoureux du Limousin ».

Les conseillers régionaux jeunes ont souhaité soutenir l’innovation dans le domaine de l’ « écocitoyenneté » avec un concours régional qui récompense les acteurs et les initiatives innovantes. Les dossiers de candidature sont à déposer jusqu’au 10 février et les trophées seront remis le 6 avril au cours de la semaine du développement durable. Mais aussi  l’opération « TER j’adhère », le prix régional du Concours Na­ tional de la Résistance et de la Déportation, un soutien aux ac­ tivités physiques et culturelles aux écoles primaires en Oubri­ tenga (Burkina Faso) ou encore un programme de prévention des IST. Vache’ment jeune le festival

Initié en 2009, le festival fête son 5e anniversaire et accueillera un groupe de musiciens du Burkina. Consacré aux musiques actuelles, il a été étendu en 2012 à la pratique de la danse et s’inscrit dans une démarche de développement durable et de prévention en bref

La finance solidaire en action !

Les membres de la cigale Déclic du Val de Vienne recherchent des moyens de développer de nouvelles cigales. Cette forme de finance solidaire est portée par les habitants eux-mêmes. Elle favorise l’implantation d’entreprises à taille humaine qui redynamisent les bourgs tout en aidant les porteurs de projets. Acteurs de leur territoire, les cigaliers souhaitent partager leur expérience de l’économie sociale et solidaire par une rencontre le vendredi 8 mars à 19 h au café-librairie Le Temps de Vivre, lui-même financé par Déclic. 

Contact : 06 10 46 79 37 declic@mail.com

N° 101 février 2013 La lettre du limousin

7


TER : un train d’avance

TRAIN DE VIE Augmentation du nombre de trains, horaires cadencés, amélioration des correspondances... la nouvelle convention entre la région et la SNCF est entrée en application. Le Limousin croit en ce moyen de transport écologique et le prouve ! n les reconnaît à leur couleur bleu roi et à leur design fuselé, pour les modèles les plus récents. Les TER ou « trains express régio­naux » serpentent de villes en villages pour mailler tout le territoire régional et les dépar­ tements voisins. Depuis le 9 décembre dernier, les nouveaux horaires de ces trains ont été mis en application, selon les modalités de la nouvelle convention signée entre la SNCF et la Région Limousin au terme d’une longue négociation. « Il n’est pas toujours facile d’accorder les intérêts de chacun, mais nous avons abouti à une convention novatrice, moti-

8

La lettre du limousiN N° 101 février 2013

vante pour chacune des parties » se réjouit Gilles Pallier, vice-président délégué au transport. Selon le texte, la SNCF doit parvenir à une augmentation de la fréquentation des TER d’au moins 25 % en 5 ans, soit l’équivalent de l’augmentation du nombre de passagers observée sur les dix dernières années. Un objectif ambitieux fixé par la Région, un intéressement à la clé pour la SNCF, voilà le nouveau style de cette convention qui offre 4 % de trains supplémentaires circulant sur le réseau. « Cela représente tout de même plusieurs centaines de milliers de kilomètres en train.

Globalement, la tendance depuis partent le matin à 7 h 11 et 8 h 11 plusieurs années est à l’augmen- et le soir à 16 h 11, 17 h 11, 18 h 11, tation ». 19 h 11. « Les horaires cadencés améliorent la visibilité de l’offre. C’est un confort supplémentaire Vers le cadencement Autre point fort de la nouvelle de savoir que l’on peut prendre le convention : l’introduction du ca- train à une heure et que le suivant dencement des trains. Ce terme est une heure après à la même désigne la circulation des trains minute » souligne Gilles Pallier. à la même minute toutes les Si les TER relient les villes entre heures ou toutes les deux heures, elles et permettent les corresles mêmes trains desservant les pondances avec les trains namêmes arrêts. Impossible de le tionaux, la volonté de la Région déployer sur toutes les lignes est bien de desservir l’ensemble mais les acteurs ont fait le maxi- du territoire. Fini les situations mum pour qu’il soit mis en place ubuesques avec des trains à sens aux heures de pointe. Ainsi sur la unique : désormais si l’on part le ligne Limoges-Guéret, les trains matin d’une gare, on peut forcé-

ment rentrer le soir ! Quant aux trajets vers les régions voisines, Clermont-Ferrand, Bordeaux, Orléans, Toulouse, Poitiers et Angoulême ils sont plus faciles et plus nombreux. Seul bémol : réseau ferré de France (RFF) a engagé de nombreux travaux de modernisation des voies cette année, ce qui empêchera temporairement certains usagers de profiter pleinement des améliorations de la nouvelle convention. La Région a obtenu que RFF et la SNCF informent au mieux les voyageurs.




TROIS QUESTIONS À… Jean-Paul Denanot président du conseil régional du Limousin

« En Limousin, on ne laisse aucun territoire sur le côté ! » Quel est votre objectif avec cette nouvelle convention ? Nous avons amélioré le service et augmenté l’offre dans le but d’accroître la fréquentation. Il ne s’agit pas de mettre tout le monde dans le train, mais de donner le réflexe de le prendre quand cela est possible, de convaincre ceux qui hésitent ! Notre train régional est performant, il serait dommage de s’en priver ! Comment la LGV LimogesPoitiers va-t-elle s’intégrer dans le réseau ferroviaire régional ? Lorsque le TGV arrivera, avant 2020, Limoges et Brive deviendront d’importants nœuds de correspondance : les TER arriveront, le TGV partira et inversement. C’est pour cela que la LGV profi-

tera à tout le Limousin et pas seulement aux villes. C’est la preuve que le dévelop­pement des villes est intimement lié à celui des campagne. Certains y voient pourtant l’abandon des territoires ruraux... En Limousin, région rurale s’il en est, on ne laisse aucun territoire sur le côté et nous les avons tous défendus lors de notre négociation avec la SNCF ! Par exemple, les liaisons transversales TulleUssel, Ussel-Felletin ou Felletin-Ussel, en train ou en car, complètent efficacement le réseau en étoile autour de Limoges et Brive. Les lignes maillent l’ensemble du territoire. Enfin, la modernisation de la ligne Paris-Toulouse est une preuve supplémentaire de la pérennité de cet axe qui permet de rallier directement Paris depuis la Creuse.

Mobilimousin Le défi actuel, c’est l’intermodalité c’est-à-dire passer facilement d’un moyen de transport à l’autre : en emmenant son vélo dans le train, en proposant une tarification groupée entre le TER et le bus, comme avec Passeo entre Tulle et Brive, en informant des correspondances train-car à l’intérieur de la gare comme à Limoges etc. C’est ce que permet Mobilimousin en rassemblant toute l’offre de moyens de transport de la région. Le site permet d’organiser ses déplacements en les combinant les uns avec les autres.

Avis de grands travaux

L

a ligne Polt (Paris-Or- Toutes les informations sur les léans-Limoges-Tou- travaux prévus sur le réseau louse) est en cours de TER Limousin : rénovation. C’est un www.ter-sncf.com/regions/ grand chantier. En effet, Réseau limousin/fr/. Ferré de France a opté pour des travaux massifiés en fermant la ligne entre 4 et 8 heures par jour en milieu de journée du lundi au jeudi, et certains week-ends. Un gage d’efficacité et de rapidité dans le temps qui entraîne de très fortes perturbations. Sur le site de RFF, il est possible de télécharger une carte où sont précisés tous les endroits en travaux :

www.mobilimousin.fr N° vert 0800 87 23 19

© SNCF

http://bit.ly/S2S6US

D’autres travaux ferroviaires sont prévus en 2013 en Limousin, principalement sur la ligne Limoges-Guéret. Ils correspondent à une seconde phase de remplacement de la signalisation. N° 101 février 2013 La lettre du limousin

9


DOSSIER

Un vrai dialogue avec les usagers

U

ne nouvelle grille horaire, même conçue en concertation avec les habitants, apporte toujours son lot de mécontentements. Si certains expriment simplement une réticence au changement, d’autres sont tout à fait légitimes. C’est pourquoi la Région est à l’écoute des associations et collectifs d’usagers tels que « Train d’union » sur la ligne Limoges-Guéret, « Périgord Rail Plus » sur LimogesPérigueux ou encore le nouveau « Collectif TER », pour LimogesEymoutiers-Ussel. En effet, sur cette ligne, le collec­ tif a demandé le rétablissement d’un train vers Limoges le ven-

dredi après-midi pour les lycéens internes à Meymac qui se re­ trou­vaient sans solution entre la fermeture du lycée et l’arrivée du train de 18 h. « Un décalage simplement dû à une erreur de calendrier entre la conception des emplois du temps du lycée et celle des horaires de la ligne » explique le responsable du transport ferroviaire à la Région. Immédiatement la Région a mis en place une solution temporaire en car, avant de décaler un train à 16 h 30, horaire qui convient aux lycéens. D’autres demandes émanent de ce collec­tif, comme le rétablis­se­ ment du train permet­tant d’arriver avant 8 h à Ussel du mardi

au vendredi, mais c’est difficile à envisager car ce train ne circulait qu’avec trois passagers en moyenne. « Dans l’im­médiat nous avons donc proposé un « taxi TER » ». On le voit, le dialogue est ouvert. Des modifications en cours d’année restent exception­ nelles car difficiles à mettre en place sans chambouler les horaires aussi bien locaux que nationaux. Sinon, cars ou taxi peuvent répondre à certaines demandes, en attendant d’éventuelles possibilités de modifi­ ca­tions des horaires de train l’année suivante. Ils permettent également de se substituer aux trains dans les périodes de travaux.

Plan rail Durant les dernières années, la Région avait engagé avec ses partenaires plus de 100 millions d’euros de travaux pour refaire les voies. Ici, la ligne Limoges-Périgueux.

© SNCF

Le chemin de fer, c’est ce qu’ils préfèrent ! Sylvie chargée de mission dans une collectivité territoriale

J’

habite à quelques minutes de la gare de Chateauneuf-Bujaleuf. Je travaille à Limoges et j’ai fait le choix depuis longtemps de m’y rendre tous les jours en train. D’abord, parce c’est un mode de transport plus sécurisant que la route, qui permet de décompresser, rêver en toute tranquillité après le boulot. Contrairement à la voiture, la baisse de vigilance y est autorisée ! Ensuite, j’ai une tendance à rester au bureau donc le train, avec ses horaires fixes, m’oblige à quitter mon travail. Autre avantage, et non des moindres,

10

ce mode de transport est très économique. L’employeur a désormais l’obligation de prendre en charge la moitié du coût des transports en commun. Prendre le train me revient à 36 € par mois ! Et puis j’évite les embouteillages, les radars, je peux me permettre de conserver ma

La lettre du limousiN N° 101 février 2013

vieille voiture car je l’utilise très peu. Seul bémol, malgré les travaux sur la ligne, il me faut toujours une heure pour aller de mon domicile à mon bureau, et les horaires sont moins souples. Bref ça pourrait être encore mieux. C’est un moyen de transport qui le mérite.

Le TER permet de décompresser après le boulot »

La LGV me fera gagner presque deux heures sur une journée à Paris »

Kevin Gallot directeur d’Inflexia

L

a ligne grande vitesse (LGV) qui doit relier Limoges à Paris me paraît indispensable, tant pour notre région qu’à titre personnel. En effet, Inflexia, ma société de conseil en marketing numérique et réseaux sociaux, est basée à Paris mais possède des bureaux à Eymoutiers, où je vis. Du coup, je me rends à Paris en moyenne deux fois par mois. Actuellement, il faut plus de trois heures. Pour peu que l’on ait un rendez-vous à 9 h, seul le train de 5 h permet d’y être à temps. Imaginez le réveil, sans compter qu’à ces heures

matinales, le TER ne circule pas et je suis obligé de me rendre à Limoges en voiture ! Pour un aller-retour dans la journée, je gagnerai au moins deux heures avec la LGV ! C’est considérable ! La LGV permettra aussi de gagner en souplesse et en réactivité. Pour avoir vécu dans le SudEst, la durée du Paris-Marseille est la même que celle du ParisLimoges actuellement... pour faire deux fois plus de kilomètres ! Cette LGV sera indéniablement un atout pour le développement économique, l’attractivité et le tourisme en Limousin.


vous soutenez le projet de LGV ? Dites-le et démontez les idées reçues !

J’aime la LGV © SNCF

L

a Ligne à grande vitesse Limoges-Poitiers est une incroyable chance pour notre région. Depuis Limoges, Poitiers sera à 35 min, Paris à 2 h, Lille à 3 h (sans arrêt à Paris), Strasbourg à 4 h 30 (sans arrêt à Paris). Sans compter un accès facilité à la façade atlan­ tique mais aussi à l’Espagne, à Londres, à Bruxelles, bref la grande Europe à portée de rail ! En tout 12 allers-retours par jour, dont la plupart partiront de Brive. Mais comme tout projet de développement ambitieux, la LGV a ses opposants, qui s’expriment haut et fort face à une majorité favorable mais... silencieuse ! Alors si vous soutenez le « Limousin grande vitesse », dites-le ! Rendez-vous sur le site jaimelgv.com pour poster des témoignages, télécharger bannières et photos pour vos sites web, vous procurer des badges. Rejoignez les 1600 fans sur la page Facebook (www.facebook. com/jaimelgv) et démontez les idées reçues ! Non cette LGV ne détruit pas l’agriculture locale. L’impact au sol se limitera à un couloir de 30 mètres maximum puisqu’il s’agit d’une voie unique. Les maisons trop près des voies sont rachetées par RFF et dans la plupart des cas,

cela se fait à l’amiable. Quant à la ligne Polt (Paris-Orléans-Limoges-Toulouse), elle ne va pas s’arrêter, Réseau ferré de France vient d’y engager des dizaines de millions de travaux ! La moderniser ne suffirait pas à atteindre la grande vitesse, à moins d’ajouter une LGV le long de la ligne existante, soit un projet irréaliste dans la mesure où une LGV existe déjà entre Paris et Poitiers. Mais le Polt est indispensable pour rallier les régions Centre et Midi-Pyrénées et restera la ligne principale pour rejoindre Paris depuis la Creuse via La Souterraine. Quant à ceux qui pensent que le gain de temps entre le Polt et le TGV ne sera que d’une demi-heure sur un Limoges-Paris, ils se trompent, il s’agit d’une heure. En effet, les trains Limoges-Paris du Polt mettent actuellement entre 3 h 05 et 3 h 15 selon le nombre d’arrêts. Ces arrêts se maintiendront lorsque le TGV circulera entre Limoges et Paris. En outre l’enjeu de cette LGV ne se calcule pas uniquement en minute. Avec seulement 120 kilomètres de LGV à construire, on se connecte au réseau TGV actuel et à venir, soit un réseau de transport écologique entre les grandes villes, presque aussi indispensable qu’internet !

N° 101 février 2013 La lettre du limousin

11


politique

LES cinq tribunes des groupes du conseil régional parti socialiste groupe présidé par

Gérard Vandenbroucke conseillers régionaux Sylvie Achard Sylvie Aucouturier-Vaugelade Gérard Audouze Catherine Beaubatie Patricia Bordas Stéphane Cambou Christèle Coursat Nathalie Delcouderc-Juillard Jean-Paul Denanot Shamira Kasri Alain Lagarde Catherine L’Official Armelle Martin Gilles Pallier Philippe Reilhac Michèle Reliat Jean-Marie Rougier Bernard Roux Andréa BROUILLE Claude Trémouille

Plus que jamais mobilisés : « Il y a toujours un avenir pour ceux qui pensent à l’avenir» Le contexte économique est certes difficile et la période particulièrement délicate pour de nombreux Limousins. Ce sont des raisons supplémentaires pour agir, pour multiplier les initiatives, pour préparer vraiment l’avenir en écartant résolument toute tentation de céder à cette sorte de sinistrose ambiante, curieux mélange d’impatiences mal maîtrisées et de découragements prématurés.

marquent un changement de tendance démographique historique, essentiellement dû à des gains migratoires qui résultent d’une politique volontariste menée depuis plusieurs années par la majorité régionale.

Certes, il ne s’agit pas de nier une réalité éprouvante pour nombre de Limousins, mais il ne s’agit pas non plus de baisser les bras, d’oublier que notre Limousin dispose de bien des atouts, que les motifs d’espérer sont nombreux et qu’il nous faut croire en l’avenir de notre région, un avenir qui dépend d’abord de nous, de notre implication, de notre enthousiasme.

Un Limousin qui se donne les moyens de son dévelop­ pement… Oui, jour après jour, nous donnons à notre région les infrastructures indispensables à son développement : circulation des TER améliorée, participation à certains travaux routiers départementaux, pour améliorer les circulations internes, contribution au financement des aéroports de Limoges et Brive, mais aussi vigilance quant à l’amélioration de la ligne ferroviaire « POLLT », développement du haut débit, pour une plus large ouverture… Et 2013 pourrait être l’année de la LGV, l’année qui pourrait nous rapprocher plus que jamais de la réalisation de ce formidable outil de développement économique qui rendra le Limousin plus accessible

Un Limousin qui entreprend… Oui, nous faisons avancer notre région, et d’abord par une politique d’accueil qui, de la formation à l’aménagement du territoire, au plus près des préoccupations de chacun, s’applique à toujours répondre aux besoins des habitants : Les chiffres de l’INSEE, qui donnent 32 000 habitants de plus au Limousin en 10 ans,

encore, plus ouvert sur l’Europe du nord comme du sud Un Limousin qui ose… Par ailleurs, la récente mise en place d’une marque partagée, vient d’apporter un outil

Jour après jour, nous donnons à notre région les infrastructures indispensables à son développement… »

qui permettra lui aussi de renforcer l’attractivité du Limousin en dynamisant son image. Un Limousin qui se bat… Mais surtout les élus socialistes restent plus que jamais mobi­ lisés dans la bataille pour l’emploi, s’inscrivant en cela parfaitement dans la stratégie mise en place par le Président de la République, qui a fait de ce sujet sa priorité en 2013, pour enfin renverser la courbe du chômage. Le fonds de co-investissement, les différentes mesures prises pour soutenir les initiatives des entreprises, « le plan régional pour la croissance et l’emploi » voté lors de la séance plénière du 16 octobre 2012 vont dans ce sens. Ils complètent ce dispositif national en faveur de l’emploi et de la relance

économique dont la Banque Publique d’investissement, les emplois d’avenir et les contrats de génération constituent les premières dispositions. Ce travail s’accompagne également des efforts des élus socialistes pour placer notre région à la pointe de l’innovation dans de nombreux domaines d’excellence (ses laboratoires, ses chercheurs, ses pôles de compéti­ tivité,…) et pour faire de notre Limousin un territoire à haute valeur humaine ajoutée. « Il y a toujours un avenir pour ceux qui pensent à l’avenir » disait François Mitterrand… et peu d’avenir, pourrait-on ajouter, pour ceux qui, dépourvu d’idées constructives, ont choisi d’inlassablement peindre en noir leur région, de la déprécier sans cesse, simplement pour se donner quelques mauvais motifs de critiquer ceux qui la dirigent, et qui n’ont d’autre obsession que de la développer, au service des Limousins, de tous les Limousins !

Pour contacter le groupe du Parti Socialiste tél. : 05 55 45 00 77 - www.socialistes-limousin.fr

union pour un mouvement populaire groupe présidé par

Raymond Archer conseillers régionaux Jean-Paul Adenis Françoise Beziat Francis Comby Marie-Claude Lainez Frédérique Meunier Michèle Suchaud Jean-Pierre Tronche Nathalie Villeneuve-Delage Vincent Turpinat

Désillusions et dégringolade Les socialistes sont au pouvoir à tous les niveaux et celui qui voulait laver plus blanc que blanc n’a pas de lessive. Il nomme l’ancien directeur de cabinet de Jospin à la présidence du Conseil Supérieur de l’audiovisuel. Ce dernier n’a aucune expérience de l’audiovisuel, mais peu importe puisqu’il pourra servir les intérêts des socialistes. L’ancien leader de la CFDT nommé lui aussi par le gouvernement à l’Inspection générale des affaires sociales, va en plus présider le think tank de gauche Terra Nova. Vous voyez bien que les socialistes, ardents défenseurs de la classe ouvrière, peuvent faire plus de 35 heures par semaine, si ça rapporte plus ! L’Association des Régions de France réclame la délégation intégrale aux régions de la gestion des fonds européens

parce que, pour un socialiste, l’important est d’avoir de l’argent à dépenser quelle que soit l’efficacité de la dépense, mais à condition qu’elle fasse plaisir aux amis proches. C’est cela la démocratie de proximité. Donc, Hollande va

On ne s’étonnera pas de la dégringolade record de la popularité du couple gouvernemental ! ».

donner satisfaction aux présidents de Région, qui vont voir leur budget enfler et leur fierté avec. Malheureusement, leur ami président va les flouer une nouvelle fois, car, ce sera aux régions d’apporter les fonds en contrepartie. Ce sera une grave désillusion pour les populations. Des contraintes supplémentaires de gestion seront donc introduites en face desquelles

Pour contacter le groupe UMP, tél. : 05 55 45 19 38

12

La lettre du limousiN N° 101 février 2013

il faudra bien embaucher quelques camarades spécialistes de la dépense. Et, Hollande se sera déchargé de dépenses et il aura allégé les problèmes budgétaires nationaux qu’il aura refilés aux régions sous le regard amusé

des départements. Mais pour le malheur des populations qui verront croître la pression fiscale et qui n’en retireront aucun bénéfice. Une autre désillusion se prépare en liaison avec l’Europe. Le nombre de pays membres n’a cessé de croître et parmi eux nombreux sont moins riches. Donc, une région comme le Limousin va de­ venir statistiquement riche

ou moyennement riche et, par conséquent, elle va voir diminuer les fonds européens perçus alors que l’on entend le président régional « invoquer » régulièrement le secours européen pour nous sortir de la crise ! Encore une erreur, source de désillusion ! C’est pire qu’une erreur, c’est un contresens ! Alors que tous les pays dits avancés de la vieille Europe peinent devant leurs déficits et leur dette, comment demander plus à l’Europe qui dépend entièrement pour son budget des contributions des États membres que ceux-ci ne veulent et ne peuvent plus augmenter, sauf à autoriser l’Europe à faire plus d’emprunt, donc elle aussi à s’endetter et accroître indirectement l’endettement des États ! Quelle désillusion !


europe écologie LES VERTS groupe présidé par

marc horvat conseillers régionaux Jean-Bernard Damiens Ghilaine Jeannot-Pagès

Quand nécessité fait loi... enfin ! Faire de la politique sous la double contrainte sociale et économique n’est pas chose facile, mais quand cela s’additionne à la dégradation globale de notre planète, et plus précisément de notre climat, il est bon de disposer d’acteurs compétents dans tous ces domaines pour résoudre l’équation complexe du triptyque durable. Ce qui est fait par le groupe Europe-Écologie / Les Verts par le biais de ses élus se traduit par la prise en compte de cette

complexité dans les schémas régionaux, du moins en partie. L’adoption prochaine du SRCAE, acronyme barbare du Schéma Régional ClimatAir-Énergie démontre que ce qui était considéré il y a peu comme délire métaphysique d’écolos devient par la prise de conscience collective les grandes lignes de la politique régionale. Devant la menace que font peser les gaz à effet de serre sur notre qualité de vie, sur les milieux et l’avenir, un état des lieux décrit précisément la situation des

transports, de l’habitat, de l’agriculture et de la forêt pour inscrire durablement des préconisations pour les années à venir. Bien sûr, les vieilles habitudes sont tenaces, et on ne peut que regretter quelques contradictions, comme préconiser le développement des transports de marchandises par rail et plus loin inscrire une ligne grande vitesse Limoges-Poitiers, impropre justement à ces mêmes marchandises. Ou bien s’interroger sur la diversifica-

Bien sûr, les vieilles habitudes sont tenaces… »

tion agricole quand la certitude est de mise, et y trouver un manque d’ambition, en termes énergétique par exemple, source de développement et d’emplois non délocalisables quand elles sont renouvelables, à l’inverse des gaz de schistes. Mais le pli est pris, de prendre l’écologie au sérieux.

Pour contacter le groupe Europe Écologie Les Verts, tél. : 05 55 45 17 22

ADS MEL groupe présidé par

Jacqueline Lhomme-Léoment Alternative Démocratie SocialistE

conseiller régional jean daniel mouvement écologiste limousin

« Des transports dignes de notre région » Plus de 84 millions d’euros en investissement et fonctionnement pour les transports en commun en Limousin. Sur un budget 2013 de 450 millions d’euros ce n’est pas rien, si on ajoute les routes, l’aérien et le très haut débit, c’est près de 100 millions qui seront consacrés aux communications dans notre région. Malgré la crise financière qui touche le pays et en dépit de cette période de basses eaux financières, la Région a choisi de

maintenir son effort. Un travail conséquent a été effectué avec un seul objectif : développer un Limousin au bénéfice de tous ses habitants, c’est donc dans une cohérence globale que les actions de la Région ont été choisies : couverture du territoire, amélioration des voies, renouvellement des matériels roulants, aide à la multimodalité des gares, promotion de la billétique, mise en place de tarifs « sociaux », de tarifications régionales, raccorde­

ment du Limousin à la grande vitesse ferroviaire Européenne, liaison interrégionale, rien n’a été oublié. Bien sûr, beaucoup reste à faire, et je crois qu’il faudra dans l’avenir, dans un souci à la fois d’efficacité et d’utilisation d’un argent public qui se fait rare, concentrer nos efforts sur les secteurs qui ont le plus d’avenir en matière de transports collectifs. À l’exemple de ce que nous avons fait pour

Limoges -Poitiers ou Brive -Tulle, nos efforts devront porter dans les années à venir sur les liaisons inter « secteurs agglomérés » régionaux ou interrégionaux. Il faut que nos trains circulent et il faut qu’ils circulent avec un maximum d’usagers. Il nous faut donc continuer dans cet esprit qui marie l’efficacité de la raison et la recherche de l’équité sociale.

Pour contacter le groupe Alternative démocratie socialiste et Mouvement écologiste Limousin, tél. : 05 55 45 19 45

LIMOUSIN terre de gauche Parti communiste français Parti de gauche Nouveau parti anticapitaliste

groupe présidé par

Christian Audouin conseillers régionaux Stéphane Lajaumont Véronique Momenteau Laurence Pache Joël Ratier Pascale Rome

Budget régional : le choix d’accompagner l’austérité Voté par le seul groupe socialiste et ses alliés, le budget régional 2013 porte l’empreinte des politiques d’austérité nationales et européennes. Alors que les investissements publics locaux représentent 73 % des investissements publics en France, le gel des dotations de l’État, mesure sarkozyste reconduite par le gouvernement Ayrault, entraîne en effet une stagnation des dépenses régionales voire une réduction sensible de certaines d’entre elles. Cela conduit à nourrir la récession économique générale, marquée par la casse des emplois industriels – à l’exemple du plan scandaleux de restructuration du groupe Albany à Saint-Junien – ainsi que par

la régression des chiffres d’affaires et des investissements d’une majorité de PME. Par ailleurs, les choix budgétaires de l’exécutif régional sont contestables : baisse de l’investissement dans les lycées (de 14 % entre 2010 et 2013 !), développement de l’apprentissage aux dépens de l’enseignement professionnel, aides économiques avec de très faibles conditions (et même parfois à des multi­ nationales), financement de la LGV Limoges-Poitiers aux dépens de la ligne historique POLLT… L’exigence d’un véritable changement L’austérité est le moteur de la récession. En sortir nécessite

de rompre avec une politique alignée sur les exigences des places financières et du patronat. Il faut sans plus attendre mettre en œuvre une véritable révolution fiscale (taxation des revenus du capital au même niveau que celui du travail, impôt plus progressif, meilleur rendement de l’ISF…), interdire les licenciements boursiers, redonner aux services publics et aux collectivités locales les moyens de leurs missions. Il faut dire non au projet censé sécuriser l’emploi mais destiné en réalité à flexibiliser et précariser davantage les salariés. Il faut mettre en place un pôle public de financement de l’investissement productif chargé d’assurer le développement des PME en région en

L’exigence d’un véritable changement… »

lien avec le développement des filières territoriales puisque le secteur bancaire privé n’assure pas ses missions, préférant spéculer. Ces choix politiques, véritables marqueurs d’une gauche de transformation sociale et écologique, nécessitent une large mobilisation de tous ceux qui aspirent à un vrai changement. Les élus Limousin Terre de Gauche au Conseil régional entendent y contribuer activement. Pensez à vous inscrire à la lettre d’information de Limousin Terre de Gauche (PCF, PG, NPA) sur www.Terredegauche.fr

Pour contacter le groupe Terre de gauche, tél. : 05 55 45 17 26

N° 101 février 2013 La lettre du limousin

13


agenda

Accessible dans tous les sens

1

PARTENARIAT La compagnie Les Singuliers

Associés a fait de l’accessibilité son cheval de bataille. Elle recense sur une plaquette en braille près de 80 spectacles accessibles aux handicapés.

Cette saison, près de 80 spectacles en Limousin sont accessibles aux personnes aveugles, malvoyantes, sourdes ou malentendantes. L’initiative est unique en France et commence à porter ses fruits : les théâtres et festivals sont peu à peu investis par des publics qui, auparavant, n’y trouvaient pas leur place. Les équipes des lieux partenaires ont inscrit ces priorités avec enthousiasme dans leur travail de relation publique, de communication et de production. « Dans tous les sens », c’est le nom de cette mission confiée par la direction régionale des affaires culturelles du Limousin aux Singuliers Associés, compagnie théâtrale de Limoges dont les protagonistes œuvrent depuis de nombreuses années pour la médiation culturelle auprès des publics handicapés. L’accès à la culture pour ces publics ne se limite pas à l’accessibilité des lieux de diffusion. Il

englobe également l’accès aux œuvres pour les personnes en situation de handicap sensoriel : aveugles, malvoyants, sourds et malentendants. La mission des singuliers associés s’articule donc autour de 3 axes. En premier lieu, ils informent et sensibilisent les équipes des lieux de diffusion en Limousin aux problématiques de l’accessibilité aux œuvres du spectacle vivant. Ensuite, ils repèrent, sélectionnent et communiquent sur les spectacles accessibles en éditant la plaquette Dans tous les sens et sur le site spécialement adapté

14

Aubusson Scène nationale d’Aubusson Théâtre Jean Lurçat 05 55 83 09 09

www.ccajl.com

Derniers remords avant l’oubli Le 7 février Dans Derniers remords avant l’oubli, ce qui anime chacun des personnages c’est un besoin d’amour et de vérité impossibles à rassasier. Dans un lointain passé, Hélène, Paul et Pierre se sont aimés dans une maison achetée en commun. Accompagnés de leurs conjoints, Hélène et Paul reviennent pour convaincre Pierre de vendre la maison. Et la partie de campagne tourne au règlement de comptes. Une mise en scène d’une impressionnante simplicité qui met en valeur un jeu réaliste d’acteurs très convaincants, parfois drôles et souvent suffocants. Texte Jean-Luc Lagarce - Rodolphe Dana - Collectif Les Possédés.

www.culture-en-limousin.fr/dtls

en partenariat avec l’agence de valorisation économique et culturelle du Limousin. Enfin, les singuliers associés coordonnent et encadrent des rencontres entre les publics, les lieux de diffusion et les artistes autour des spectacles accessibles.

www.singuliersassocies.org 05 55 79 38 87

LE BILLET occitan Michel Chadeuil, écrivain occitan originaire d’Agonac, en Dordogne, est bien connu de ceux qui s’intéressent à notre chère langue limousine, dans laquelle il a publié depuis les années 1970 de nombreux romans, recueils de poèmes, chroniques et autres livres de recettes. Récemment, il a publié un pas­ sionnant essai d’ethnographie : J’ai refermé mon couteau. Loin du jargon des sciences humaines mais avec une grande rigueur d’analyse, Micheu Chapduelh nous livre ici une somme d’observations collectées auprès de ses voisins depuis des décennies, d’où ressortent des caractères, des us et des coutumes tout à fait propres au Limousin et parfois plus largement à la paysannerie française et européenne. Puisque toute la vie rurale, il y a encore quelques années, se vivait en occitan, la langue a bien sûr la place qu’elle mérite dans cet ouvrage écrit en français. L’auteur nous replonge dans un monde pas si éloigné mais cependant en voie d’extinction, où chaque chose avait son im-

© VICTOR TONELLI

Etnologia lemosina  Baptiste Chrétien

portance, chaque signe était interprété, chaque geste était mesuré et analysé, chaque mot comptait. Un monde de savoirfaire, de savoir-vivre et de savoir-parler. « Venetz un de quilhs jorns butir nòstre cledon » (venez un de ces jours pousser notre portil­lon), c’est par cette formule rituelle de convit que Michel Chadeuil nous convie à entrer dans son livre comme on entre chez les gens après le rituel « Chabatz d’entrar ». À l’intérieur, on découvre les objets autour desquels toute la vie s’organisait. Comme les deux bancs qui longeaient la longue table rectangulaire et grâce auxquels la taulada s’organisait en respec­ tant un véritable protocole, car on ne cobdeia pas avec n’importe qui. C’est à côté du convive que l’on apprécie le plus que l’on s’assoit. C’est à lui que l’on enverra des coups de coude tout le temps du repas pour lui en conter une. Et l’on pouvait se vexer, voire se fâcher si d’aventure il venait l’idée au bon copain (le mot prend ici tout son sens) de s’installer

La lettre du limousiN N° 101 février 2013

face à vous au lieu de venir à vos côtés. C’est à des dizaines d’objets du quotidien que Michel Chadeuil rend ainsi toute leur importance et leur symbolique. Mais il s’intéresse également à tout ce riche patrimoine immatériel fait de mythes, de croyances et de formules ancestrales. Les figures incontournables de la vie rurale limousine nous sont expliquées, depuis les êtres fantastiques comme los leberons (loups-garous) ou las tòrnas (fantômes) jusqu’aux êtres vivants, tous singuliers, comme l’einocent, l’idiot du village dirait-on en français, lo borges, le bourgeois, ou encore le vilaud, le citadin (souvent un cousin) qui s’installe au village le temps des vacances et dont la maladresse et la préciosité font tellement rire les paysans. Michel Chadeuil complète ici nos connaissances du pays limousin et de sa civilisation1. La lecture de son ouvrage ne 1 Pour qui s’intéresse à la civilisation limousine, il faut notamment lire les nombreux ouvrages de Marcelle Delpastre, Maurice Robert, Yves Lavalade et Marie-France Houdart.

Bellac - Théâtre du Cloître Scène subventionnée 05 55 60 88 97

www.theatre-du-cloitre.fr

Ciné concert : Bruno Régnier et Jazz à tout va : Sherlock junior de Buster Keaton Le 9 février Sherlock Junior,

© agence meurisse

manquera pas de raviver de nombreux souvenirs chez certains lecteurs ayant été en contact avec le monde paysan. Aux autres, elle donnera de précieuses clés indispensables à la compréhension profonde de notre terre limousine et de ses gens.

tourné en 1924, est sans doute le film burlesque le plus étrange et le plus profond de Buster Keaton. Pour accompagner le voyage entre rêve et réalité qu’accomplit Buster Keaton tout au long du film, huit musiciens jouent en direct la musique composée par Bruno Regnier et se livrent au plaisir de l’improvisation. Blues, valse et solos très libres se mêlent, dans une écriture pleine d’humour, toujours au service de l’image. « une mise en couleurs poétique d’un chef d’œuvre burlesque ». Cette musique intimiste met en valeur chacun des musiciens pour des numéros de duettiste avec le héros. « Un retour au bonheur des films noirs et blancs, aux histoires sans paroles, avec la magie du jazz. »

2


livres et disques

les 10 choix de la rédaction 4

3

5

Thierry Girard précédé d’Insoumission de Pierre Bergounioux, Loco / L’atelier d’édition, 2012

Paysages insoumis

© GÉRALDINE ARESTEANU

© EDWIGE PLUCHART

Orchestre de Limoges et du Limousin (région) L’aube viennoise Et les 73 musiciens de l’OLL le 6 FÉVRIER Opéra-théâtre de Limoges 05 55 45 95 95

www.operalimoges.fr

le 8 FÉVRIER La Mégisserie - Saint-Junien 05 55 02 87 98

le 9 FÉVRIER Salle André-Lejeune - Guéret 05 55 52 84 94

www.ville-gueret.fr

le 10 FÉVRIER Les Treize Arches - Théâtre de Brive 05 55 24 62 22

www.lestreizearches.com

À la mémoire d’un ange, concerto d’Alban Berg, et Symphonie n° 4 en mi mineur opus 98 de Johannes Brahms. Direction : Jérôme Kaltenbach, Violon : Frederieke Saeijs. La jeune lauréate du Concours Jacques-Long 2005, Frederieke Saeijs, sera l’ange gardien de ce programme dirigé par Jérôme Kaltenbach, associé depuis 2010 à l’Orchestre de Limoges et du Limousin. La violoniste hollandaise, armée de prix prestigieux récoltés dès l’âge de seize ans, seule ou avec le Trio Suleika, s’est distinguée bien au-delà des frontières de son pays, particulièrement en Asie.

Tulle Théâtre des 7 collines 05 55 26 99 10

www.septcollines.com

Dans la solitude des champs de coton de Koltès Du 11 au 13 février Une mise

en scène lumineuse, étonnante pour ce Koltès. La mise en scène de Marine Mane épouse

au plus près l’écriture de Koltès dans tous ses méandres. Nous sommes dans l’évocation des affrontements mas-qués du désir. À chaque tournant du dia-logue naît une approche nouvelle de deux hommes, un marchand et un client, une autre façon de définir l’attaque et la riposte. Marine Mane respecte du texte sa vigueur concrète, ses accidents, sa chair, son humour aussi. Elle ne choisit pas entre l’intellect et la peau, elle prend tout. Chacun des deux hommes, celui qui vend, celui qui ne veut pas acheter, nous fait juges ou complices de cette joute.

Ussel Centre culturel Jean Ferrat www.ussel19.fr

L’OPERETTE EN MÉNAGE Le 12 février Opéra-comique Un couple, une scène... de ménage et les plus grands airs de l’opérette, d’Irma la Douce à « Phiphi » en passant par « La Belle Hélène » et beaucoup d’autres. Une expérience inédite pour le plaisir des yeux, des oreilles... et des zygomatiques ! Un vrai délice ce spectacle ! Un duo drôle et tendre à la fois ! Par la compagnie du café théâtre, avec Cécile Galois et Jacques Duparc.

Saint-Yrieix-la-Perche Centre culturel Jean-Pierre-Fabrègue 05 55 08 88 77

www.saint-yrieix.fr

Perchés Compagnie Chabatz d’Entrar / Cirque Le 15 février « Bon sang ! Si on vivait tous à cette hauteur-là, sur des bouts de bois, notre vision du monde et notre comportement seraient radicalement différents. Si quelqu’un

vivait quotidiennement sur des échasses, arriverait-il à s’adapter à notre point de vue de simple terrien ? » Voici le point de départ de ce spectacle… Un homme et une femme. Un en l’air, l’autre au sol. Deux univers, deux points de vue complètement différents de ce qui les entoure. Il s’agit d’apprendre l’univers de l’autre à coup de tendresse, d’humour, d’amour, d’acrobatie, de conflits aussi, de désaccord, de solidarité.

Saint-Angel (19) La Chélidoine 05 55 72 55 84

www.lachelidoine.fr

Les Nuits Blanches Le 15 février Deux jeunes personnes, chacun vivant de ses rêves, de l’espoir d’un ailleurs, d’une autre vie, d’une « vraie vie ». Chacun préoccupé par sa propre attente. Un événement désagréable et hasardeux les mène à se rencontrer, et en quelques instants il passe entre eux un fluide innommable. Ils ne l’acceptent, ne le comprennent peut-être pas tout de suite, mais ils sont liés, c’est le mystère de l’invisible…C’est un questionnement sur l’aujourd’hui, sur les auteurs, c’est un désir d’engagement et de mouvement. Adapté des Nuits blanches de Dostoïevski et dirigé par Aurélie Ruby. Production Compagnie du Pas Suivant avec Aurore James et Thomas Visonneau.

Fondation La Borie en Limousin - Solignac Au Théâtre Expression 7, Limoges 05 55 31 84 84

www.fondationlaborie.com

Le Flamant Bleu Le 20 Février De ses voyages en compagnie de musiciens turkmènes, pakistanais et iraniens, Fred Pouget tire la sub­ stance d’un langage universel où l’écoute et le désir invitent à

la création. Ses qualités d’instrumentiste, vif et précis, nourrissent une écriture virevoltante. « Je veux » dit-il « une musique tout terrain, sans barrières, capable de s’adapter à notre environnement, une musique ouverte, prête aux rencontres et à l’échange. » Le trio – violoncelle, batterie, clarinette basse – est le format léger, inventif, pour servir ces envies. Ce répertoire, en ouverture sur le monde, offre des mélodies imprégnées d’ailleurs, pleines à craquer du goût de vivre.

Vassivière 05 55 69 27 27

www.ciapiledevassiviere.com

Dominique Ghesquière « Terre de profondeur  » Jusqu’au 31 mars En écho au caractère artificiel de l’île de Vassivière, le Centre international d’art et du paysage a invité Dominique Ghesquière à concevoir pour ce site unique un ensemble d’œuvres dont la fragilité se mesure à la puissance de l’architecture. L’artiste s’est intéressée en particulier à l’histoire de la création de l’île de Vassivière et du barrage EDF. Elle a construit son projet d’exposition durant sa résidence artistique au Château de Vassivière, en s’appropriant le lieu à travers la découverte du territoire et de son histoire. En s’inspirant des éléments (terre, eau, feu, air), l’artiste reconstitue des paysages et des phénomènes naturels.

Nexon - Le Sirque 05 55 58 34 71

wwww.sirquenexon.com

Week-end cirque Les 30 et 31 mars C’est la nou­ veauté 2013 à Nexon. Des weekends cirques encadrés par des artistes en résidence à Nexon. Au menu de ce premier weekend : trampoline, trapèze grand ballant, jonglage et danse acrobatique avec le collectif AOC. Dix ans après la création de leur 1er spectacle à Nexon, les artistes du Collectif AOC (« Appellation d’Origine Circassienne ») ont tourné dans le monde entier. Ils poursuivent leur cheminement artistique basé sur le rythme, une technique inspirée, des personnages hauts en couleur et un art consumé du dérapage comique.

1

Dernier remords avant l’oubli, au théâtre Jean Lurçat à Aubusson.

2

Frederieke Saeijs, lauréate du concours Jacques-Long 2005, jouera avec l’OLL : quatre dates et quatre lieux…

3

Dans la solitude des champs de coton, pièce écrite en 1985 par Bernard-Marie Koltès.

4

Nuits blanches à La Chélidoine à Saint-Angel.

5 Ne ratez pas ce week-end cirque les 30 et 31 mars à Nexon.

Photographe installé de longue date en Poitou-Charentes, Thierry Girard est souvent venu en voisin en Limousin. Bon connaisseur de l’histoire de la région, il est marqué par le caractère rebelle des Limousins et par les nombreux épisodes de révolte et de résistance qui ont émaillé l’Histoire de cette région. Dans la préface qu’il donne à l’ouvrage, Pierre Bergounioux avance que, mal dotés en bonnes terres, tenus à l’écart des progrès du monde, les Limousins se seraient très tôt révoltés contre les receveurs de gabelle ou les sergents recruteurs. Thierry Girard, quant à lui, interroge à la fois le paysage et le spectateur de ses images, bien plus qu’il n’avance de réponse. 96 pages, 35 €

DVD de Georges Chatain, Pascal Plas et Patrick Séraudie, réalisé par Patrick Séraudie. WILLY RONIS, UNE JOURNÉE À ORADOUR Le 12 Juin 1949, à l’initiative de Louis Aragon et Frédéric JoliotCurie, une caravane d’artistes et d’intellectuels proches du mouvement de la Paix se rend à Oradour-sur-Glane pour une journée commémorative. À la demande de Louis Aragon, Willy Ronis accompagne cette délégation d’intellectuels et d’artistes. Lors de cette journée, parallèlement à l’événement immortalisé par la photo d’Aragon brandissant le Livre d’Or au-dessus de la foule, il pose son regard de photographe humaniste sur la population du village. Willy Ronis, une journée à Oradour, un film de 26 minutes pour dévoiler une partie jusqu’alors méconnue de l’œuvre du photographe. Pyramide productions, 20 €

Bulletin de la société historique et régionaliste du Bas Limousin Lémouzi n°204 Depuis 1893, Lémouzi poursuit son exploration de la mémoire du Limousin. La publication a certes connu une interruption de 1931 à 1961 mais elle affiche tout de même plus de 200 numéros. Ethnologie, poésie occitane, littérature, histoire, géographie… Lémouzi traite des arts et des sciences humaines. La revue laisse toujours une large part au témoignage, reproduit cartes postales et photos anciennes, explore les lieux et leur mémoire. Son aspect souvent austère ne doit pas décourager, chaque numéro est une mine sur la région. 170 pages - 16 €

N° 101 février 2013 La lettre du limousin

15


portrait

Sculpteur d’origamis Vincent Folderer, artiste mondialement reconnu pour ses œuvres en origami

a créé le Centre de recherche international de modélisation par le pli, qui relie l’art à la science. Rencontre avec un rebelle du pli.

© EMMANUELLE MAYER

27, boulevard de la Corderie CS 3116 - 87031 Limoges Cedex 05 55 45 19 00

Directeur de la publication Jean-Paul Denanot Responsable de la rédaction Sybille Mangin Rédacteur en chef Guillaume Fontaine Rédaction Nicolas L., Emmanuelle Mayer avec la collaboration des services et agences de la Région

Photos Guillaume Fontaine Sauf mention contraire

conception graphique Agence Cinquième Colonne 04 73 87 15 27

Mise en page Graphik Studio 05 55 32 06 32

Impression Rivet Presse Édition 05 55 04 49 50

L’entreprise Rivet Presse Édition est labellisée Imprim’vert. Elle respecte un cahier des charges strict sur le recyclage de ses déchets et la composition de ses encres. La Lettre du Limousin est imprimée sur du papier recyclé avec des encres végétales. ISSN N° 0151-2587 345 000 exemplaires

Recevez La Lettre du Limousin Vous avez un autocollant Stop pub ou vous n’habitez pas en Limousin mais vous voulez recevoir La Lettre du Limousin, abonnez-vous sur simple demande en précisant nom, prénom et adresse postale à : lalettredulimousin@cr-limousin.fr ou par courrier à: Abonnement La Lettre du Limousin 27, boulevard de la Corderie CS 3116 - 87031 Limoges Cedex facebook.com/regionlimousin twitter.com/regionlimousin

Pour Vincent Folderer, au départ, le pliage n’est qu’une façon légère et originale de faire de la sculpture, surtout quand on est un jeune étudiant aux Beaux-Arts de Paris avec une studette de 9m2 pour tout atelier. Tout gamin déjà, ce Corrézien fabriquait avions en papier et autres cocottes, mais son goût pour l’origami (« papier plié » en japonais) s’épanouit lorsqu’à 20 ans, il se documente sur le sujet à la Librairie Japonaise. Un monde s’ouvre à lui : « le pli, c’est une notion universelle, il se trouve partout dans l’espace, le vivant, le corps, c’est un immense et passionnant sujet d’étude ! ». En 1989, il consacre son diplôme de fin d’études à cette discipline peu connue et rencontre le Mouvement français des plieurs de papier, dont il devient un membre actif. « L’information ne circulait pas comme aujourd’hui et je ne savais pas qu’il existait une communauté internationale d’artistes et de scientifiques autour de l’origami ». Très vite, dès 1991, il revient au pays. Parce qu’il a besoin de la nature, sa principale source d’inspiration, mais aussi parce qu’il préfère la vie à

16

la campagne, libre, comme celle qu’il a connue enfant à observer les petites bêtes dans la forêt. Son talent se déploie, il crée des modèles, expose dans le monde entier, intervient dans les écoles... Du pliage au froissage

Il se passionne alors pour les champignons, dont il reconstitue l’évolution biologique par les plis : « plus ils sont chiffonnés, plus leur surface de reproduction augmente, c’est ainsi que la morille a évolué vers la truffe ». Mais le plus incroyable, c’est que les plis de ces champignons, Vincent Folderer est capable de les reproduire en papier et de les modéliser. Il utilise pour cela la technique du froissage, théorisé par Paul Jackson. « Mélanger le pliage classique et le froissage ouvre de nouvelles possibilités » explique l’artiste qui se lance à la fin des années 90 dans le modelage de champignons à partir de papier froissé puis mouillé. C’est l’explosion, ses délicats et sublimes champignons de papier se vendent en milliers d’euros. Mais avec la réussite arrive aussi la polémique. « J’ai bouleversé les codes en sortant de l’approche

La lettre du limousiN N° 101 février 2013

Le pli est une solution d’économie dans la nature ».

scolaire mais la nature ne plie pas que des carrés blancs, elle se permet de chiffonner ! Je plie à partir d’un mouvement a priori chaotique mais en réalité contrôlé. On m’a traité d’anarchiste, j’ai dit que je préférais ça aux intégristes ! » sourit ce précurseur. En effet, comme dans la musique, l’origami possède une notation internationale, sorte de solfège, et une technique classique : le pliage à plat sans découpage, qui suit un modèle. « Les bases classiques datent d’il y a plus de 1000 ans et ce n’est que depuis les années 50 que les choses ont commencé à évoluer, d’où les réactions hostiles au départ face à un certain modernisme ». Applications scientifiques

En 2000, Vincent veut explorer davantage le potentiel du pliage,

partager ses techniques et soutenir les jeunes talents. Il crée le Crimp, Centre de recherche international de modélisation par le pli. Basé à Saint-Viance, cette association rassemble une vingtaine d’artistes-plieurs tels que Manuel Madaleno ou Fritz Junior Jacquet. Elle étudie l’intérêt du pli dans de nombreux domaines : les emballages, avec l’Université de Troyes, les isolants sains et compacts et les structures déployables d’habitation d’urgence, avec la Région Limousin et d’autres partenaires. « Le pli est une solution d’économie dans la nature. Regardez le cerveau ! Déplié, il prendrait beaucoup trop de place » justifie Vincent. Mais le Crimp c’est bien sûr également un espace de création artistique. Installations monumentales à l’univers onirique ou petits pliages incroyables de précision, les œuvres du collectif se marient lors d’expositions, comme ce mois-ci à la Maison du Limousin à Paris ou à Saragosse du 14 mars au 16 juin, sur 600 m2. Rien que ça ! Une belle visibilité pour le Crimp, à l’heure où l’origami émerge enfin sur le marché de l’art.

Bio express

SORTIE DU NUMÉRO 102 en mai

1961 Naissance à Brive 1989 Diplômé de l’école nationale supérieure des beaux-arts de Paris 1997 Premiers froissages 2000 Fonde le Crimp 2013 EXPOSITION À LA MAISON DU LIMOUSIN

Région Limousin Une chance à saisir


Lettre du Limousin 101