Issuu on Google+

www.midipyrenees.fr

Tourisme

Énergie

Partez à la découverte des sept joyaux de la « Collection Ariège » : de la préhistoire à aujourd’hui, ce Grand Site est un voyage à travers 14 000 ans d’histoire. PAGE 14

Vous voulez réduire votre consommation d’énergie et votre facture ? Demandez « l’éco-chèque », il est déjà disponible ! PAGE 19

N  44 o

info Novembre/Décembre 2011

ordilib’, chéquier lecture, pass mutuelle santé, bourses, caution logement…

La Région réduit la facture de leurs études

Aéronautique

La Région vient d’adopter le plan ADER 3. En 10 ans ses deux premières versions ont permis de soutenir 429 entreprises du secteur dans la région. Page 18

Agriculture

Pages 7 à 11

À la veille de la SISQA, huit vignobles du Sud-Ouest viennent d’obtenir l’appellation d’origine contrôlée (AOC). Pages 3 et 20

événement

Rendez-vous les 5 et 6 novembre au salon Vivons Livres ! avec comme invité d’honneur l’écrivain Jean-Claude Carrière. Page 6

Occitan

« Ensenhar », qu’es aco ? C’est le nom de la nouvelle bourse régionale à destination des futurs instituteurs bilingues françaisoccitan. Page 15

Il était une fois L’université en Midi-Pyrénées

Décodage Santé : état des lieux en Midi-Pyrénées Comment maintenir une offre de soins de santé partout et pour tous ? La question a animé le grand débat public qu’a accueilli la Région et auquel étaient conviés tous les acteurs de la santé en MidiPyrénées. Lire pages 16-17

De la fondation de l’Université de Toulouse en 1229, la 2e en France après la Sorbonne, à nos jours, découvrez comment l’enseignement supérieur s’est développé dans la région. Pages 24 à 27


© Bénédicte Deramaux

Le blog-notes de Midi-Pyrénées par Martin Malvy, ancien Ministre, Président de la Région Midi-Pyrénées

Crise : les raisons d’espérer

Agenda

Peut-on encore être optimiste quand chaque jour semble confirmer l’aggravation de la crise ? Karine Berger et Valérie Rabault, économistes, ont recensé* les raisons d’espérer et proposent des solutions réalistes. Pour résumer, trois scénarios sont possibles. Continuer sur la pente actuelle et s’enfoncer dans l’endettement. Sacrifier à la rigueur et donner l’impression pendant quelques mois d’un redressement des comptes, tout en s’empêchant durablement de faire diminuer la dette qui plombe notre économie. Reste un seul scénario raisonnable : l’investissement public dans des secteurs ciblés, producteurs de richesse que sont par exemple les transports, l’énergie, la santé… C’est d’une certaine façon la voie choisie par Obama alors que les gouvernements européens semblent, eux, adeptes des saignées. Or, on sait depuis Molière que grâce à elles, les malades meurent guéris. * « Les Trente glorieuses sont devant nous », Karine Berger et Valérie Rabault (éd. Rue Fromentin)

Une nuit sur la rocade

© Emmanuel Grimault

Avec quelques élus régionaux, le préfet de région et les responsables de la SNCF et de Réseau ferré de France, j’ai assisté à la mise en place d’un nouveau pont ferroviaire sur la rocade toulousaine. Ce nouveau pont symbolise l’avancée du doublement de la voie entre Toulouse et SaintSulpice qui permettra de réorganiser tout le service de trains régionaux en direction du NordEst de Midi-Pyrénées : Albi, Castres, Rodez, Figeac. C’est le plus grand chantier du plan Rail, que la Région a initié pour sauver le réseau TER. Les usagers concernés subissent momentané- Le président de la Région, Martin Malvy et le ment des perturbations que nous savons péni- préfet de région Henri-Michel Comet, lors de leur bles. Mais l’achèvement du plan Rail, dans deux visite nocturne du chantier de la ligne Toulouseans, facilitera un nouveau doublement du nom- Saint-Sulpice en juillet dernier. bre de voyages en TER, qui est déjà passé de 5 à 10 millions en 10 ans.

L’Académie de Toulouse rayée de la carte ? C’est une banalité, mais il semble qu’on la perde parfois de vue : toute société se construit sur l’éducation de ses enfants. C’est la clé du civisme, de la citoyenneté, de l’emploi, de la création. Tous les pays émergents – la Chine, l’Inde, le Brésil, etc. – investissent massivement dans la formation car ils ont compris que la compétitivité économique se construit essentiellement aujourd’hui sur la fameuse « économie de la connaissance ». Face aux difficultés actuelles et à venir, comment croire que la solution consiste à faire des coupes sombres dans le budget de l’Éducation ? À sacrifier l’avenir au présent ? Et pourtant, la réalité est là : depuis 2007, le gouvernement a supprimé 65 000 postes d’enseignants, l’équivalent de tous les postes de l’Académie de Toulouse ! Les premières conséquences ont été des classes surchargées, jusqu’à 35 élèves, voire plus. Mais aujourd’hui, le tissu éducatif craque de toutes parts. L’an dernier, une classe de seconde du lycée de Blagnac n’a pas eu cours de maths pendant plus de 3 mois. C’est inacceptable et pas seulement pour les membres de la communauté éducative, mais pour la société dans son ensemble. 2-

Midi-Pyrénées Info - Novembre/Décembre 2011

> 5 et 6 novembre : « Vivons livres ! », salon du livre de Midi-Pyrénées, à Toulouse (centre Pierre-Baudis) > 8 au 11 décembre : SISQA, salon de la qualité alimentaire, Toulouse Parc des Expos. > 23 novembre : Prix de l’égalité professionnelle, Hôtel de Région. > 15 décembre : Assemblée plénière. La Région vote son budget 2012.

Podium La Région Midi-Pyrénées commence son 1er trimestre avec une moisson de bonnes notes : plus faible endettement de France, 2e rang pour le niveau d’investissement par habitant, championne de la croissance, région la plus créatrice d’emplois salariés. Ce n’est pas une raison pour nous endormir sur nos lauriers, mais c’est un fort encouragement pour tous : l’effort, la créativité, l’innovation, la solidarité aussi, donnent des résultats. (références et détails sur www.midipyrenees.fr)

Le chiffre En Midi-Pyrénées, 100 000 travailleurs appartiennent à un ménage pauvre, vivant avec moins de 880 euros par mois et par unité de consommation, nous apprend l’INSEE. J’avais déjà été frappé de constater que 25 % des familles qui ont acquis un ordinateur portable en passant par le dispositif inventé par la Région, l’OrdiLib’, avaient bénéficié du tarif le plus bas, 30 euros, parce qu’elles justifiaient d’un revenu mensuel moyen inférieur à 800 euros pour une famille de deux enfants. Comment peut-on lire ces chiffres sans s’en indigner ? Et sans convenir qu’une réforme en profondeur de nos sociétés est nécessaire ?

La Région en ligne www.midipyrenees.fr/facebook www.midipyrenees.fr/twitter www.dailymotion.com/ tvregion-midipyrenees

midipyrenees.fr


Actualités À vos agendas… C’est bientôt

Service aux publics

De Muret à Miradoux, le multimédia en renfort

la SISQA !

© Patrice Thébault

Du 8 au 11 décembre prochains, prenez le temps d’aller flâner dans les allées du Parc des Expositions de Toulouse où se déroulera le 9e Salon de la qualité alimentaire (SISQA). Où ailleurs qu’à la SISQA peut-on à la fois déguster un vieil Armagnac, goûter du porc noir et assister à une course d’escargot ? Ce salon, organisé par la Région*, est un rendez-vous unique, placé cette année sous le signe de l’agriculture durable, où producteurs, éleveurs et consommateurs peuvent se rencontrer dans une ambiance conviviale de découverte et de partage autour des produits de la région. Et il y en aura pour tous les goûts : pendant que les grands dégusteront vins, spiritueux et de nombreuses spécialités présentées par plus d’une centaine d’exposants dans les « Halles » et les « Découvertes », les plus petits pourront découvrir les quelque 200 animaux de « La Ferme » et participer, entre autres, à la fabrication de fromages. Toute la famille pourra se retrouver sur le « Parcours des sens » qui Après le succès de « La prairie aux agneaux » l’an ne manquera pas d’étonner les yeux et les papilles passé, les petits pourront cette année approcher veaux, de chacun. Entrée 3e. Gratuit tous les jours pour porcelets et chevreaux. les enfants de moins de 12 ans et pour les seniors les *en partenariat avec l’Institut régional de la qualité agroalimentaire de Mijeudi et vendredi. di-Pyrénées (IRQUALIM), la Chambre régionale d’agriculture de Midi-

Depuis juillet, la ville de Muret dispose d’une cyberbase de 50 m2 intégrée à la médiathèque municipale.

© Bénédicte Déramaux

Ouvert plus de 30 heures par semaine, ce service permet la consultation libre d’internet et propose des ateliers à destination de différents publics : demandeurs d’emploi, jeunes, primo-arrivants… L’ouverture de cette cyberbase répond à la volonté de la Région Midi-Pyrénées de faciliter l’accès de tous à Internet et d’en enrichir les usages. La cyberbase de Muret fonctionne d’ailleurs en lien avec un réseau qui comptera à terme cent espaces répartis sur l’ensemble du territoire midi-pyrénéen. Ce maillage passe aussi par l’implantation de points visio-public, comme dernièrement sur la commune de Miradoux. Concrètement, ces guichets en ligne, très facile à utiliser, permettent aux habitants des communes rurales d’accéder à distance à un dialogue direct et personnalisé pour de nombreuses démarches administratives (CAF, CPAM, Banque de France, Pôle Emploi…). Avec, à la clé, moins de déplacements et du temps de gagné.

Préparez votre visite en vous rendant sur : sisqa.midipyrenees.fr

ART CONTEMPORAIN

Pierre Soulages parrain des Maisons Daura

© Vincent Cunillère

n° 44- novembre/décembre 2011. ISSN 1955-0146 - Dépôt légal. Tirage : 1 300 000 ex. Pour nous écrire ou pour vous abonner gratuitement : Hôtel de Région, Service des publications, 22, boulevard du Maréchal-Juin 31 406 Toulouse Cedex 9 - Fax 05 61 33 50 16 - courriel : midipy.press@cr-mip.fr Directeur de la publication Martin Malvy, Président de la Région Midi-Pyrénées Directeur du Cabinet Philippe Joachim Directrice de communication Marie-Christine de Zeeuw Responsable du service presse et publications Thierry Charmasson Responsable des publications Leïla Halhouli Rédaction T. Charmasson, L. Dupau, L. Halhouli, M. Hugues, V. Huet, J. Duquenne Recherche iconographique Nina Camberoque assistée de Carine Malbosc Couverture Une : Christian Rivière - Vignette Tourisme : Dominique Viet / CRT Midi-Pyrénées Agriculture : Bernard Tauran - Décodage : Philippe Guionie Charte graphique et maquette LesZines Sandrine Arribeux, Céline Colombo Impression : Occitane d’imprimerie.

Pyrénées (CRAMP) et l’Association du concours régional agricole de Toulouse(ACRAT)

Dans le petit village de Saint-Cirq Lapopie (46), chaque année, une dizaine d’artistes prennent possession pendant plusieurs mois, à l’automne et au printemps, d’une superbe bâtisse du XIIe siècle rénovée par la Région et appelée les Maisons Daura*, du nom du peintre catalan Pierre Daura qui vécut dans cette maison entre 1930 et 1976. Pour ces artistes prometteurs triés sur le volet, c’est une occasion unique de créer de nouvelles œuvres en profitant de la beauté d’un des plus beaux villages médiévaux de France et de la nature environnante. Les heureux élus de la promotion 2012 auront en plus la chance d’avoir un parrain de choix, rien de moins que le plus grand peintre français actuel : Pierre Soulages. En attendant que le musée qui porte son nom n’ouvre ses portes dans sa ville natale de Rodez (début 2013), l’inventeur de « l’Outrenoir » était à l’hôtel de Région Midi-Pyrénées les 20 et 21 octobre derniers pour annoncer les résultats en compagnie de Martin Malvy, président de la Région Midi-Pyrénées, Dominique Salomon, vice-présidente de la Région chargée de la culture et Jean-François de Canchy, président de la Maison des arts Georges-Pompidou. *Les Maisons Daura sont gérées par la Maison des Arts Georges Pompidou située à Cajarc (46) Midi-Pyrénées Info - Novembre/Décembre 2011 -

3


Actualités Chez vous

Coopération décentralisée

Une agora pour mutualiser les compétences

avec l’aide de la Région 46

CAHORS

RODEZ

MONTAUBAN 82

32

12

ALBI

AUCH

81

TOULOUSE TARBES 65

31

FOIX 09

Plusieurs médecins, infirmiers et kinésithérapeutes emménageront bientôt au sein de la maison de santé pluridisciplinaire de Mauvezin dont les locaux seront situés près de la place centrale. Pour faire face à la baisse du nombre de médecins dans les zones rurales et afin d’améliorer l’accès aux soins de santé, la Région a déjà participé à la création de 20 maisons de santé en Midi-Pyrénées.

Bientôt du réseau (09) Les habitants des communes de Prades, Pradières, Malleon et Ventenac pourront bientôt utiliser leur téléphone portable sans avoir de problème de réseau. La Région soutient en effet le projet du département de l’Ariège de relier ces communes actuellement situées en « zones blanches », c’està-dire non desservies par les opérateurs, au réseau de téléphonie mobile.

Extension de l’IFAS à Lannemezan (65) L’Institut de formation des aides-soignants (IFAS) de Lannemezan s’agrandit. Les locaux actuels de l’établissement, situés au sein du centre hospitalier de Lannemezan, vont être rénovés afin d’accueillir plus d’élèves et d’améliorer les formations proposées.

Gérard Onesta, vice-président, en déplacement dans la Région de Saint-Louis (Sénégal) avec laquelle Midi-Pyrénées a mis en place plusieurs actions de coopération décentralisée.

Le 3 octobre dernier, la Région a réuni pas moins de 300 structures engagées dans la coopération décentralisée. À Saint-Louis du Sénégal, grâce à l’investissement de la Région, les 1 200 élèves de l’historique lycée Faidherbe bénéficient de bâtiments réhabilités et de salles de science équipées. Dans la province de Son La, au Vietnam, l’Asodia (Association Sud Ouest pour le Développement International Agricole), mène depuis plusieurs années grâce à l’aide de la Région des missions pour améliorer la productivité de la filière laitière.

Des projets de ce type, il y en a des centaines qui naissent chaque année en Midi-Pyrénées, portés par les collectivités, les universités, l’Agence de l’eau… et bien sûr les associations ONG de Midi-Pyrénées. « Notre but n’est pas de dispenser je ne sais quelle manne financière en provenance du Nord vers les pays du Sud » explique Gérard Onesta, viceprésident chargé des affaires internationales et de la coopération décentralisée, « mais

© Thierry Charmasson

Création d’une maison de santé à Mauvezin (32)

de rentrer avec eux dans un devons faire évoluer la polivéritable partenariat : les gens tique régionale en matière de du Sud ont aussi des choses coopération décentralisée », a à nous apprendre. » D’où le expliqué Martin Malvy, préprojet de la Région Midi-Py- sident de la Région Midi-Pyrénées d’organirénées en marge Échanger des ser la première de cette première agora réunissant savoir-faire, par- Agora. tous les acteurs, tager des idées, Un site Internet publics, privés ou et mutualiser les collaboratif a égaassociatifs, de ce lement été créé sur expériences… secteur. Ce prowww.agoramip.fr. jet s’est concrétisé le 3 octobre L’objectif ? Offrir un lieu pour dernier à l’hôtel de Région où échanger des savoir-faire, parprès de 300 structures engagées tager des idées et mettre en codans la coopération décentra- hérence des projets afin qu’ils lisée étaient réunies. « Ces ren- soient encore plus efficaces. contres, ces échanges, ces ate- Rendez-vous dans un an… liers vont nous permettre de pour le premier bilan. décider si et comment nous

Égalité hommes-femmes

Des vidéos pour être égaux L’association V.ideaux* organise son premier concours de films amateurs « Buzzons contre le sexisme ». Un concours de vidéos amateurs pour lutter contre le sexisme. Voilà la dernière

invention de l’association V.ideaux* qui s’est créée il y a trois ans à Toulouse pour sensibiliser le grand public aux inégalités de genre. Après la création en septembre 2010 de la chaîne de télévision sur Internet Télédebout, l’association vise cette fois-ci les 10-22 ans. « Aujourd’hui, avec les différentes lois sur la parité, c’est pas facile de motiver les jeunes sur ce sujet parce qu’ils ont l’impression que c’est dépassé », estime Barbara Wolman, vidéaste pour Télédebout. « Mais en creusant un peu, on se rend vite compte qu’ils ne sont pas dupes sur le fait que les inégalités persistent ». C’est justement pour les impliquer, « mais de manière ludique », que l’association a lancé, avec le soutien de la Région Midi-Pyrénées, le concours vidéo « Buzzons contre le sexisme ». Seuls, avec leur classe ou en équipe, les vidéastes en herbe sont invités à réaliser un minifilm de 2 à 20 minutes sur la thématique de l’égalité. Du clip vidéo au documentaire en passant par la fiction, tous les coups sont permis… à condition de s’inscrire avant le 31 décembre sur : http://teledebout.org/concours. Les projets lauréats seront diffusés sur France 3 Midi-Pyrénées et dans certaines salles de cinéma de la région. À vos caméras ! * L’association est par ailleurs membre du comité consultatif régional de l’égalité femmes-hommes, instance de concertation sur la politique régionale présidée par Nadia Pellefigue, conseillère régionale déléguée à l’égalité femmes-hommes.

4 Midi-Pyrénées Info - Novembre/Décembre 2011


Actualités 2011 : une année très Pyrénées ! Chez vous avec l’aide de la Région

© Frédéric Lancelot

D’Arrens-Marsous à Londres, 2011, ce fut « l’Année des Pyrénées ». Au moment où Midi-Pyrénées remet la présidence de la Communauté de Travail des Pyrénées à la Navarre, retour sur une année bien remplie qui s’achève en ce moment sur les écrans cinéma…du Royaume Uni !

Le 9 juillet dernier la Grande Randonnée, point d’orgue de l’Année des Pyrénées, s’est achevée à Arrens-Marsous(65).

Martin Malvy a reçu, dès octobre 2009, au nom de Midi-Pyrénées, la présidence de la Communauté de Travail des Pyrénées qui associe toutes les Régions transfrontalières françaises et espagnoles – et Andorre ! – pour la promotion du Massif. Avec une orientation claire donnée à cette présidence : construire des actions pour la promotion et la préservation du massif, notamment en matière de développement durable. D’où la création de l’observatoire pyrénéen du changement climatique qui fournit désormais un travail précieux en matière de préservation de la biodiversité et de développement durable. D’où, parallèlement au lancement de nouveaux programmes frontaliers financés par l’Europe, l’organisation de « 2011, l’Année des Pyrénées » : plus de 400 événements qui ont mis le Massif sous les projecteurs de l’actualité. Inaugurée par la projection d’une carte de vœux géante, le 1er janvier à 0h00, sur les pistes de Peyragudes, l’Année a notamment culminé à Arrens-Marsous où ont convergé, le 9 juillet, quatre randonnées parties quelques semaines plus tôt de l’Atlantique et de la Méditerranée. Ces derniers jours, un film très « british »* est parti à la conquête du public des cinémas dans neuf villes du Royaume Uni, mais aussi de Paris et du Grand Sud, pour booster la saison d’hiver. *voir le film sur www.pyrineo.eu

Dix-huit voix, une Méditerranée

© François Passerini

Ils sont Toulousains et se produisent dans les plus grandes salles du monde, au Canada, aux États-Unis, au Liban, en Égypte, en Espagne ou en Grande-Bretagne…

Joël Suhubiette, fondateur du chœur de chambre Les Éléments.

Créé en 1997, le chœur de chambre « Les Éléments », dirigé depuis sa création en 1997 par Joël Suhubiette, s’est affirmé en quelques années comme l’un des principaux acteurs de la scène chorale française. Accueillis en résidence à Odyssud à partir de 2001 et depuis 2006 à l’Abbaye-école de Sorèze, « Les Éléments » explorent autant la création contemporaine que le riche répertoire du XXe siècle a cappella, ainsi que l’oratorio baroque et classique. À l’approche de son quinzième anniversaire, le chœur

vous embarque pour une « croisière œcuménique » : un disque, « Méditerranée sacrée », cinq langues (hébreu, arabe, araméen, latin et grec ancien) et dix-huit splendides voix de femmes et d’hommes pour parcourir huit siècles de musique sacrée. Un fabuleux voyage à vivre aussi les 8 et 9 novembre chapelle de l’Hôtel-Dieu à Toulouse. Réservation au : 05 34 41 15 47 www.les-elements.fr

Des logements « éco » à Portet (31) Dans le cadre de son « Plan Énergies » la Région soutient la réhabilitation de 23 logements sociaux locatifs à Portet-sur-Garonne. Les travaux réalisés permettront de réduire d’au moins 30 % la consommation d’énergie et de quelques centaines d’euros la facture annuelle des locataires. Au total ce plan prévoit la rénovation énergétique de 3 700 logements sociaux par an pendant 10 ans.

3 pépinières d’entreprises aidées (31) Les pépinières d’entreprises Prologue à Labège, CEEI Théogone à Ramonville Saint-Agne et la pépinière de « Basso Cambo, Montaudran, Perget », vont toutes trois recevoir une aide régionale pour améliorer leur fonctionnement et ainsi développer les services (conseils, formation, mise à disposition de locaux, etc.) qu’elles proposent aux créateurs d’entreprises.

De l’art au lycée (31) C’est le projet de l’artiste plasticien Sébastien Vonier, intitulé Le Récif, qui a été retenu pour embellir le lycée Gallieni de Toulouse. La réalisation de cette sculpture, financée par la Région, intervient dans le cadre du « 1 % artistique », une mesure qui vise à soutenir la création contemporaine et à sensibiliser le public à l’art tout en décorant les bâtiments publics.

Midi-Pyrénées Info - Novembre/Décembre 2011 - 5


Remarqués avec l’aide de la Région

Jean-Claude Carrière : Le Mexique, Buñuel et le virus de la lecture

Le lycée Victor Hugo s’agrandit (81) Pour faire face aux prévisions d’augmentation du nombre d’élèves, la Région finance l’extension du Lycée général Victor Hugo de Gaillac à hauteur de 8,5 millions d’euros. Au terme des travaux, l’établissement sera doté de salles de classes supplémentaires et pourra accueillir 1 190 élèves, contre 760 aujourd’hui.

Commerce multiservices à Saint-Daunès (46) Le cœur du village de Saint-Daunès va s’animer à nouveau : grâce à une aide de la Région, l’ancienne école maternelle va être transformée en un commerce multiservices comprenant une épicerie, un bar-restaurant et un relais Poste. Le restaurant préparera également des plats à livrer aux personnes âgées et aux ouvriers agricoles.

L’écrivain est l’invité d’honneur de Vivons Livres !*, le salon du livre de Midi-Pyrénées qui se déroulera les 5 et 6 novembre prochains au Centre PierreBaudis de Toulouse. Depuis plus de 50 ans Jean-Claude Carrière touche à tout avec talent et discrétion. Tour à tour scénariste (« Cyrano de Bergerac »), acteur (« Journal d’une femme de chambre »), auteur (« La contro-

conte-t-il. L’écrivain nous fait partager ses souvenirs, ses coups de cœur et ses réflexions dans son Dictionnaire amoureux du Mexique, paru en 2010, dont il parlera au cours d’une des deux rencontres auxquelles il participera lors de Vivons Livres ! La seconde sera consacrée aux figures de l’exil mexicain, dont Luis Buñuel auquel il a récemment consacré un ouvrage, Le réveil de Buñuel. Retrouvez toute la programmation de Vivons livres ! sur : www.crl-midipyrenees.fr

*organisé par le Centre régional des lettres de Midi-Pyrénées et la Région et en partenariat avec la mairie de Toulouse.

Un atlas pour les malvoyants

Jean-Pierre Alaux

Ses polars adaptés à la télé Question d’eau-de-vie ou de mort, Sous la robe de Margaux, Boire et déboires en val de Loire… Les titres des polars de Jean-Pierre Alaux ne font pas que mettre l’eau à la bouche, ils donnent aussi une bonne indication sur ce qui fait leur originalité. C’est en effet le monde du vin qui inspire cet auteur de 56 ans, né à Cahors, et par ailleurs journaliste sur Radio Présence. Au lieu du traditionnel commissaire de police, c’est un œnologue qui mène l’enquête et en profite au passage pour faire découvrir au lecteur la richesse des terroirs français. Après un beau succès en librairie, c’est maintenant la télé qui a décidé d’adapter cette série coécrite avec Noël Balen, et intitulée « le Sang de la Vigne ». Le premier épisode a d’ailleurs valu à France 3 la meilleure audience pour un samedi soir depuis plusieurs années et trois nouveaux épisodes ont été tournés cet été avec dans le rôle principal, celui de l’œnologue  : Pierre Arditi. « C’est vrai que je suis un peu sur un nuage », confie Jean-Pierre Alaux. Au printemps devrait sortir – enfin – un nouvel épisode livresque de sa série consacré au vin de Cahors. Titre provisoire : « À la Recherche des tannins perdus ».

© Jérôme Boudy

Une nouvelle salle des fêtes va voir le jour sur le foirail de Rodez. Ce nouvel espace plus spacieux pourra en plus de ses anciennes fonctions accueillir des spectacles. À noter que la Région a approuvé en septembre dernier la candidature de Rodez au label « Grands Sites ». Rodez a donc rejoint les 24 autres Grands sites de Midi-Pyrénées.

© Jean-Jacques Ader

Ça se fête à Rodez (12)

verse de Valladolid »), il a collaboré avec les plus grands, de Jacques Tati à Milos Forman, en passant par Jean-Luc Godard. Mais à 80 ans JeanClaude Carrière reste avant tout un amoureux des livres. Ce « virus de la lecture » attrapé dans son enfance l’a tout naturellement amené à endosser avec enthousiasme le rôle d’invité d’honneur de « Vivons livres ! » D’autant plus que le pays invité cette année est le Mexique, un pays qu’il connaît bien pour y avoir régulièrement travaillé pendant 20 ans avec son ami le réalisateur Luis Buñuel, exilé au Mexique à la fin de la guerre civile espagnole. « Le Mexique c’est un mélange de parfaite étrangeté et de familiarité absolue. C’est ce paradoxe qui m’étonne toujours et me séduit énormément », ra-

6 Midi-Pyrénées Info - Novembre/Décembre 2011

© DR

Chez vous

Après deux ans de travail, Delphine Picard, professeur de psychologie à l’Université du Mirail de Toulouse, a enfin la joie de voir aboutir son projet d’« Atlas visuo-tactile de Midi-Pyrénées ». Cet ensemble de cartes des 8 départements de la région, perceptibles à la fois par la vue et le toucher (grâce à des traits en relief et des inscriptions en braille), permettra aux personnes malvoyantes et aveugles de découvrir seules la géographie de Midi-Pyrénées. « Ça fait chaud au cœur de voir que les résultats de mes recherches vont être utiles pour les gens », se réjouit cette enseignante-chercheuse spécialiste de la perception tactile et du handicap visuel. Delphine Picard est aujourd’hui à la recherche d’un éditeur pour commercialiser l’atlas et imagine déjà les déclinaisons possibles de son invention.


Dossier

Réduisez la facture de vos études

© éric Médous

La Région s’investit pour les jeunes

Les vacances de la Toussaint sont déjà terminées et la page de la rentrée est tournée. Cette rentrée 2011, la Région l’a souhaitée ambitieuse et solidaire : formation, équipement, santé, culture, logement, mobilité… En cette période de difficultés économiques et sociales, la Région réaffirme le rôle prioritaire de l’Education et de la Formation et place ses actions en direction des jeunes - et de leurs familles – sous le signe de la solidarité, pour que tous puissent étudier dans les meilleures conditions. La Région, qui consacre 45% de son budget à l’éducation et à la formation, va au plus loin de ses compétences pour construire, rénover et agrandir les lycées publics par exemple. En 10 ans, 9 lycées ont été construits et 134 opérations de rénovation sont actuellement en cours sur l’ensemble du territoire régional. Au-delà, l’accent a été mis sur l’équipement des établissements. Tous les lycées de Midi-Pyrénées disposent désormais d’équipement informatiques « nouvelle génération », de leur Environnement numérique de travail, une plateforme en ligne à

la disposition des enseignants, des élèves et de leurs parents, et plus de 400 salles et laboratoires de langues ont été créés. Si la Région a placé cette rentrée sous le signe de la solidarité c’est également en raison des restrictions budgétaires et des suppressions de postes d’enseignants auxquelles le Gouvernement procède depuis maintenant plusieurs années. Pour cette rentrée 2011, Midi-Pyrénées n’a pas été épargnée : 182 postes, dont 32 pour les lycées, ont été supprimés alors que le nombre d’élèves lui ne cesse d’augmenter avec 4200 élèves en plus du primaire à la terminale.

Les conséquences sont multiples : tion des conditions d’études et de classes surchargées, enseignants non vie des jeunes. Le retour d’Ordilib’ remplacés, embauche par Pôle Em- pour la deuxième année conséploi d’enseignants vacataires non cutive - qui permet aux lycéens formés et dans des conditions pré- d’acheter un ordinateur portable à caires, cours en petits groupes non 30€ pour les familles aux revenus les plus modestes -, la assurés… caution solidaire pour Le problème des efle logement étudiant fectifs n’est pas le et les aides à la mobiseul. L’éducation est en Midi-Pyrénées lité pour les étudiants de plus en plus sysont autant de disposinonyme de dépen- • 111265 lycéens tifs régionaux destinés ses pour les familles : • 241 lycées à compenser la baisse cette année les coûts - - - - - - - - - - - - - - - - du pouvoir d’achat des de rentrée ont aug- • 18675 apprentis jeunes et de leurs famenté de 7% pour • 64 CFA et sections milles. Avec la récente les familles dont les d’apprentissage création du « Pass Muenfants sont en col- - - - - - - - - - - - - - - - - tuelle Santé Etudiant », lège ou lycée,* et de • 110 000 étudiants 4% pour les étu- • 3 universités à Toulouse la Région met plus que diants**. • 9 pôles universitaires jamais l’accent sur la justice sociale et, du Dans un tel contex- hors métropole lycée à l’entrée dans la te économique et - - - - - - - - - - - - - - - - vie active, accompagne social, les inégalités • 50000 enseignants et d’accès aux forma- personnels administratifs les jeunes dans toutes les étapes de leur partions et aux outils cours. de la connaissance se creusent, c’est pourquoi la Région va au-delà de ses compéten- *Etude de Famille de France. ces et s’investit dans l’améliora- **Selon l’étude de l’UNEF

L’éducation

Midi-Pyrénées Info - Novembre/Décembre 2011 -

7


Dossier

La région s’investit pour les jeunes

C’est la grande nouveauté de la rentrée 2011 : la Région a lancé le dispositif « Pass Mutuelle Etudiant  », une nouvelle mesure de justice sociale en faveur des étudiants boursiers de Midi-Pyrénées. Le chiffre paraît incroyable mais 20% d’étudiants en France, et 26% en Midi-Pyrénées, renoncent à des traitements médicaux pour des raisons financières*. Depuis septembre dernier, le Pass Mutuelle, une aide forfaitaire de 100 e par an, permet aux 20 000 étudiants boursiers sur critères sociaux de Midi-Pyrénées** d’acquérir gratuitement une couvertu-

Logement étudiant

La caution de la Région Tous les étudiants ne pouvant présenter un garant, vivant seuls ou en colocation, et dont le loyer ne dépasse pas les 500€ (650€ pour les personnes en couple), peuvent bénéficier du dispositif « Garantie Midi-Pyrénées » : la Région se porte garante auprès des propriétaires si l’étudiant est en difficulté pour s’acquitter de son loyer. Informations et formalités : http://garant.univ-toulouse.fr/

© Jean-Jacques Ader

La Région crée le « Pass Mutuelle »

re de santé complémentaire pour les soins de base : les consultations chez le médecin traitant, les frais de pharmacie et d’hospitalisation sont entièrement pris en charge. Les démar-

ches pour obtenir un Pass Matuelle se font directement auprès des mutuelles partenaires de la Région, dont la liste est consultable et régulièrement mise à jour sur le site Internet de la Région. Avec le Pass Mutuelle, les étudiants n’ont désormais plus à choisir entre payer leur loyer, s’acheter une carte de transports et se soigner.

Toute la marche à suivre sur : www. midipyrenees.fr/passmutuelle * Etude LMDE 2011 sur la santé des étudiants. ** Non éligibles à la CMU-C et à l’Aide à l’acquisition d’une complémentaire santé (ACS).

Les coups de pouce de la Région

Le chéquier lecture Les lycéens et apprentis de Midi-Pyrénées peuvent acquérir des livres (des manuels scolaires mais aussi des romans, des dictionnaires…) grâce à ce chéquier gratuit d’une valeur comprise entre 50 et 100e, selon leur situation scolaire. Le chéquier lecture peut être commandé jusqu’au 31 décembre. www.midipyrenees.fr/Le-Chequier-Lecture

Bourse régionale de premier équipement Pour aider les lycéens et apprentis à se procurer leur matériel de rentrée, la Région leur accorde une bourse d’un montant allant jusqu’à 588€, selon la formation suivie.

Nouveauté cette année : la demande de bourse peut se faire directement sur le site Internet de la Région, jusqu’au 15 novembre pour les lycéens et jusqu’au 20 janvier 2012 pour les apprentis. Rendez-vous sur www. midipyrenees.fr/brpe

Réductions TER Jusqu’à 75% de réduction sur le prix d’un trajet ! Que vous soyez lycéen, apprenti ou étudiant, vous pouvez bénéficier des nouveaux tarifs sur le réseau TER (trains et bus) avec le pack illimité jeune et le pack liberté jeune pour les moins de 26 ans. Plus d’infos sur www. ter-sncf.com/Regions/midi_pyrenees/fr

Culture

La créativité des jeunes encouragée L’édition 2011-2012 des «Projets d’avenir  » est lancée  ! A travers ce dispositif la Région soutient depuis plusieurs années les initiatives portées par des lycéens et apprentis de Midi-Pyrénées. C’est l’occasion pour eux de s’im8

Midi-Pyrénées Info - Novembre/Décembre 2011

pliquer dans un projet tout au long de l’année et de laisser libre cours à leur créativité et à leur engagement citoyen. Les projets sélectionnés par la Région seront présentés lors du Festiv’, le festival des lycéens et apprentis, qui se déroulera le 24 mai

2012 au Zénith de Toulouse. Les dossiers de candidature aux « Projets d’avenir 2011-2012  » peuvent être déposés jusqu’au 10 novembre prochain sur  : www.midipyrenees. fr/Projets-avenir

2 questions à

Nicole Belloubet Vice-présidente du Conseil Régional en charge de l’Education, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. La Région s’implique de plus en plus dans l’amélioration des conditions d’études et de vie des jeunes, alors que cela ne relève pas directement de sa compétence. Comment expliquez-vous cela ? Tout simplement parce qu’il y a un réel besoin de solidarité envers les jeunes et leurs familles. A force de coupes sombres, l’éducation nationale ne remplit plus totalement ses missions de service public et seuls les parents qui en ont les moyens peuvent offrir les meilleures conditions de réussite à leurs enfants. Cela pose un vrai problème d’égalité des chances. La Région a donc décidé d’intervenir pour rétablir cette égalité avec des dispositifs de justice sociale comme Ordilib’, la caution logement ou encore le Pass Mutuelle Étudiant. La crise économique actuelle ne justifie-t-elle pas les restrictions budgétaires annoncées par le gouvernement ? C’est justement parce que nous traversons une période de crise que nous devons investir dans notre jeunesse et non pas la sacrifier. L’éducation est la clef de voûte de notre société : c’est une certitude pour la Région Midi-Pyrénées qui consacre près de la moitié de son budget à la formation ! Aujourd’hui les professeurs, les élèves et leurs parents attendent une vraie révolution éducative et cette révolution ne se fera pas en supprimant des postes d’enseignants ou en fermant des formations. Les problèmes économiques actuels ne doivent pas mettre en péril la formation des générations futures. Leur avenir repose avant tout sur la connaissance.


Dossier

La région s’investit pour les jeunes

Ordilib’ : l’ordinateur pour tous Après une première opération cou- coûteux. Calculé en fonction ronnée de succès, puisque près de des ressources familiales, le prix d’un Ordilib’ varie de 13 000 jeunes ont fait 30 euros pour les fal’acquisition d’un ordiLe chiffre : milles les plus modesnateur l’an passé, l’OrEn 2010 l’opération tes à 480 euros. dilib’ revient ! PremièOrdilib’ a permis à Nouveauté cette anre Région de France à 13 000 lycéens née  : la commanavoir mis en œuvre un tel dispositif en 2010, d’acquérir un ordinateur de pouvait se faire portable neuf en ligne, afin de dila Région Midi-Pyréà un prix inférieur minuer le temps de nées souhaite permettraitement des detre à toutes les familles à celui du marché mandes. Actuelled’équiper leur enfant d’un ordinateur, devenu aujourd’hui ment les distributions sont en cours un outil de travail indispensable mais et on estime à 16 000 le nombre de

Martin Malvy, Président de la Région Midi-Pyrénées lors de la première opération de distribution Ordilib’ en 2010.

lycéens qui vont bénéficier d’un ordinateur flambant neuf, garanti 1 an, fourni avec une clé USB et équipé

d’un antivirus, d’un logiciel de traitement de texte, ou encore d’un lecteur et graveur audio.

En Midi-Pyrénées les langues Le tutorat, une

sont bien vivantes

© Valérie Quemener

D’ici fin 2012 tous les lycées de la région seront équipés de salles et labos de langues.

En anglais, en espagnol ou en allemand, les résultats ne sont pas brillants  : selon une étude menée en 2009*, la France se situe au 6ème rang des plus mauvais systèmes européens concernant l’apprentissage et la connaissance des langues étrangères. En 2010 la Région a pris ce problème à bras le corps en votant un « Plan Langues ». L’objectif ? Equiper les lycées publics d’un matériel moderne destiné à offrir les meilleures conditions d’apprentissage aux enseignants et aux élèves. En un an, 394 salles de langues ont été aména-

gées et 69 laboratoires ont été créés. Les professeurs, dont la présence reste indispensable malgré ces nouveaux outils, ont désormais à leur disposition des salles de langues pour les travaux en classe entière, ainsi que des labos de langues où les élèves peuvent travailler en petits groupes ou individuellement grâce à des ordinateurs avec casques-micro. Des lecteurs-enregistreurs MP3 permettent également aux élèves de rendre des devoirs sous la forme de fichiers audio…Un bon moyen de travailler l’oral, même à la maison ! Les investissements régionaux vont se poursuivre jusqu’à la fin de l’année 2012 pour finir d’équiper l’ensemble des lycées de Midi-Pyrénées. * Étude Eurostat

© Frédéric Lancelot

Pour la deuxième rentrée consécutive la Région permet à tous les élèves de seconde, ainsi qu’aux élèves de 1re année de CAP et de BEP, d’acquérir un ordinateur portable à partir de 30 euros.

Solidarité

option vers la réussite Depuis 2006 des étudiants de études et se détournent des filières Sciences-Po Toulouse accompa- d’excellence. gnent des lycéens dans le cadre « Il s’agit avant tout d’une démardu programme DISPO (Dynami- che citoyenne », explique Philippe ques de l’innovation sociale et po- Raimbault, Directeur de Sciences-Po litique). Un programme en faveur Toulouse. « Les grandes écoles doide l’égalité des chances soutenu vent jouer leur rôle dans la démocratisation de l’accès au savoir et partipar la Région Midi-Pyrénées. Cette année ils sont encore un peu ciper au développement de l’égalité plus d’une centaine à quitter pen- des chances sur leur territoire. » Et ça dant quelques heures les bancs de marche ! Non seulement 100% des Sciences-Po pour se rendre dans les lycéens engagés dans le programme 16 lycées de la région engagés dans ont obtenu leur bac mais 60% d’entre eux s’orientent vers DISPO. Au programLE CHIFFRE : des études supérieures me ? Des séances de tralongues après la terminavail avec des groupes le. Toutefois, d’autres réd’élèves de la seconde à des lycéens sultats n’apparaissent pas la terminale autour de projets spécifiques : pré- engagés dans dans les statistiques : la riparation d’un concours le programme chesse des échanges entre les étudiants et les lycéens, d’actualité (2nde), partiont obtenu la fierté de partager son cipation à un colloque leur bac expérience ou tout simlycéen (1ere) et révision du concours d’accès aux Instituts plement le plaisir de transmettre ce que l’on a appris. d’Etudes Politiques (Terminale). Au-delà de ces activités pédagogiques, l’objectif de DISPO est de • L’Hôtel de Région accueillera le 30 mai 2012 le concours d’actualité donner confiance à des lycéens qui, préparé tout au long de l’année par pour des raisons géographiques, les élèves de seconde. Cette année économiques ou culturelles, n’envi- les participants devront réfléchir sur sagent pas de poursuivre de longues le thème « Origine(s) ».

100%

Midi-Pyrénées Info - Novembre/Décembre 2011 -

9


Dossier

La région s’investit pour les jeunes

L’ENT, c’est fait ! La Région a tenu son engagement : depuis la rentrée 2011, tous les lycées publics de l’Education nationale de Midi-Pyrénées sont équipés d’un espace numérique de travail (ENT). Vie du lycée, cahier de texte, gestion des absences, messagerie, cours en ligne… Les lycéens, mais également leurs parents, ainsi que les enseignants, le personnel administratif et les agents techniques ont désormais à leur disposition un bureau virtuel et personnel accessible depuis n’importe quel ordinateur connecté à internet. Et le succès est au rendez-vous  : on dénombre aujourd’hui 500 000

connexions par mois contre un peu plus d’un millier au lancement de l’ENT en 2008 ! L’enjeu est maintenant de développer les usages pédagogiques proposés sur ces plateformes numériques tout en poursuivant leur déploiement. L’étape suivante concernera dans les prochains mois l’équipement des lycées agricoles, pour qu’à terme tous les élèves de la région puissent franchir le portail de leur lycée en un seul clic.

travaux

Des internats

flambant neufs

Pour les internes, le lycée est plus qu’un lieu d’étude, c’est un lieu de vie. Il est primordial pour leur réussite que ces élèves qui vivent loin de leur famille bénéficient de bonnes conditions d’hébergement.

Selon une étude menée en 2011*, les différents utilisateurs de l’ENT (Environnement numérique de travail) se sont bien appropriés ce nouvel outil. Les connexions d’élèves ont fortement progressé (+ 188% en 1 an) jusqu’à atteindre un pic de 300000 connexions en mars 2011. Les professeurs et les parents se montrent les plus assidus dans leur utilisation puisqu’ils sont respectivement 65% et 30% à se connecter au moins une fois par jour à l’ENT. Le cahier de texte est le service jugé le plus utile : 52% des parents considèrent ainsi que ça leur permet de mieux suivre le travail de leur enfant. Évolution des connexions par profil

A la rentrée, le Lycée agricole de Fonlabour à Albi (photo) ou encore le Lycée professionnel Elisabeth et Norbert Casteret de Saint-Gaudens ont inauguré leur nouvel internat.

300 000

Elèves

250 000

Enseignants

150 000

Congés d’été

Congés d’été

Connexions

200 000

Parents Personnels non enseignant

100 000 50 000 Mars 2009

© Philippe Grollier

L’ENT en chiffres

Mars 2010

Mars 2011

*Etude réalisée par l’agence Kurt Salmon pour la Région Midi-Pyrénées et le rectorat de Toulouse.

Depuis 2000 la Région a donc porté une partie de ses efforts sur la construction et la rénovation d’internats. Au total, sur les 19500 lits répartis dans l’ensemble des lycées publics de Midi-Pyrénées, plus d’un tiers (7700) a été rénové en 10 ans et 1160 lits ont été créés. Plus qu’un simple moyen d’hébergement, les internats permettent aux familles de scolariser leurs en-

fants dans des établissements éloignés de leur domicile, et qui sont parfois les seuls à dispenser la formation choisie, sans avoir à supporter des frais de transport trop importants. Dans le courant de l’année, d’autres internats seront inaugurés au Lycée général Michelet à Lannemezan (65), au Lycée professionnel François-Camel à Saint-Girons ou encore au Lycée Jean Baylet à Valence d’Agen (82).

orientation

Rendez-vous à Infosup Les lycéens et étudiants de Midi-Pyrénées pourront trouver des réponses à ces questions et à bien d’autres en se rendant au salon de l’enseignement supérieur organisé par l’Académie de Toulouse, 10

Midi-Pyrénées Info - Novembre/Décembre 2011

la Région et l’Onisep MidiPyrénées du 8 au 11 novembre prochains, au Parc des Expositions de Toulouse. L’ensemble des formations post-bac sera présenté sur 280 stands aux élèves de pre-

mière et de terminale ainsi qu’aux étudiants. Le salon sera ouvert de 9h à 17h. Entrée gratuite. Plus d’infos sur : www.ac-toulouse.fr

© Patrice Thebault

Que faire après le bac ? Quelle formation choisir ? Qu’est-ce que l’apprentissage ?


Dossier

La région s’investit pour les jeunes

Études à l’étranger, un plus sur le CV Des aides sur-mesure • Midi-Pyrénées Horizons : 1 dispositif, 5 formules Une bourse d’études et de stages à l’étranger de 75e par semaine, pour les étudiants boursiers qui souhaitent effectuer une mobilité de 6 à 36 semaines (24 pour les stages) dans n’importe quel pays. A cette bourse s’ajoute 4 aides forfaitaires de 600e, ouvertes à tous sans conditions de ressources : - Le chèque Eurocampus, pour des études ou un stage en Catalogne ou aux Iles Baléares. - Le chèque Coopération décentralisée, pour effectuer un stage dans une des régions d’ Egypte, du Maroc, du Sénégal ou encore du Vietnam, partenaires de Midi-Pyrénées. - Le chèque humanitaire, destiné aux étudiants de la filière sanitaire et sociale qui souhaitent réaliser un stage dans un pays bénéficiaire de l’aide publique au développement. - Le chèque Pegasus, pour les étudiants inscrits dans un établissement membre de « Pegasus », un réseau de 24 écoles aéronautiques réparties dans 9 pays européens.

• La bourse de stage Eramus – filière sanitaire et sociale Cette bourse de 400€ permet aux élèves (infirmiers, kinésithérapeutes…) de s’envoler pour trois mois maximum vers un pays d’Europe.

Retrouvez toutes les informations concernant les aides à la mobilité sur www.midipyrenees.fr /la-region-vous-aide

© J.L Exposito

Depuis octobre 2010 Lise Jouvent est responsable d’un salon de coiffure à Vayrac dans le Lot.

Pour des études ou un stage, en Europe, en Afrique ou ailleurs, la Région aide les jeunes à bouger ! Que vous soyez étudiant ou apprenti, vous pouvez bénéficier des aides régionales à la mobilité pour financer en partie votre séjour à l’étranger dans le cadre de votre formation.

lucie griffe 22 ans. Étudiante en Master 2 Biologie végétale à l’Université Paul-Sabatier à Toulouse • Stage à l’université de Barcelone avec le chèque Eurocampus

« C’était ma première vraie expérience professionnelle. C’est rare de pouvoir partir 5 mois dans le cadre de son cursus, surtout à la fac. Presque tous mes camarades sont restés en France et ont intégré l’INRA (Institut national de la recherche

agronomique). Moi au moins j’ai fait quelque chose de plus original, je pense que ça fait la différence sur un CV. Puis cette mobilité m’a donné envie de repartir, mais plutôt en Angleterre, pour améliorer mon anglais. »

MORGAN PEREZ 19 ans. 2e année de BTS « Services en espace rural » au lycée Beaulieu Lavacant à Auch (32)

• Stage à Sanaar au Sénégal avec le chèque Coopération décentralisée.

« En 3 mois j’ai énormément évolué. Personne ne croyait à mon projet au départ, l’obtention de cette aide de la Région a été déterminante pour prouver que c’était du solide. Arrivé à Sanaar (Sénégal) j’ai géré seul le projet de construction de la bi-

La mobilité, c’est aussi pour les apprentis ! La Région finance diverses bourses pour aider les apprentis à découvrir comment leur métier s’exerce à l’étranger. Lise Jouvent (26 ans), ancienne apprentie au CFA de Cahors, a effectué deux stages, en Slovaquie puis en Espagne, grâce à la bourse Ap’n’Go.

« Au départ ce qui m’attirait dans le fait de faire des stages à l’étranger c’était avant tout l’exotisme. Je voulais partir le plus loin possible, je n’avais jamais pris l’avion de ma vie ! J’ai fait un premier stage en Slovaquie, en mars 2009. Dans le salon de coiffure où je travaillais, les gens ne parlaient pas anglais, les gestes et le regard étaient nos seuls moyens de communication. Humainement c’était très enrichissant d’échanger de cette manière, j’étais obligée de me débrouiller avec les moyens du bord ! ça m’a permis de vraiment prendre confiance en moi. Mon deuxième stage à Barcelone en 2010 était complètement différent : c’est une ville de référence dans le milieu de la mode et de la coiffure, j’ai énormément appris sur le plan professionnel. Ces deux expériences m’ont permis d’enrichir ma formation et de me sentir prête quand la coiffeuse chez qui j’avais travaillé en alternance m’a nommée responsable d’un de ses salons à Vayrac (46). »

bliothèque de l’école du village, j’ai même réussi à nouer un partenariat avec l’école de mon village à Baziège (31) pour l’envoi de livres. C’est mon rêve de vivre et travailler là-bas. J’espère pouvoir y retourner en mission à la fin de mon BTS ».

Elle a dit : Monique Iborra

Vice-présidente du Conseil Régional chargée de l’apprentissage. « Le développement de l’aide à la mobilité européenne des apprentis permet à plus de 400 jeunes par an de réaliser des périodes de stages à l’étranger. Ce dispositif favorise l’acquisition d’autres savoir-faire, l’ouverture à d’autres cultures et donne une dimension européenne aux formations offertes en Midi-Pyrénées. Ainsi, le soutien à la mobilité s’inscrit dans la droite ligne de la politique de la Région en matière d’apprentissage : privilégier une formation de qualité. La Région accompagne les centres de formation d’apprentis dans leur souhait de développement sans démagogie et de façon concrète : ouverture de formations, investissement, équipement… Le soutien à la mobilité des apprentis est un exemple concret d’une politique régionale ambitieuse pour les jeunes ». Midi-Pyrénées Info - Novembre/Décembre 2011 -

11


Ma planète

C’est bien beau le Grenelle, le Rio et tous ces sommets, mais chez moi au Sénégal, le désert avance et les forêts brûlent toujours. Il faut agir. C’est par l’action que les choses changeront. » Haidar El Ali, écologiste sénégalais, président de l’Oceanium de Dakar. 

Pour prolonger concrètement les Assises, Martin Malvy a proposé la création d’un « espace permanent de référence des bonnes pratiques locales ».

En ce qui concerne la transition énergétique, il va falloir appuyer sur l’accélérateur » Thierry Salomon, Président de Négawatt.

Forte mobilisation des acteurs locaux qui se sont réunis à Toulouse les 13 et 14 octobre derniers lors des 6es Assises nationales du développement durable (ANDD) organisées par la Région Midi-Pyrénées.

La vie est devenue une valeur monétaire. » Riccardo Petrella, économiste spécialiste des biens communs.

© Frédéric Lancelot

Quand allons-nous commencer à aimer ce XXIe siècle ? » Jean-François Caron, maire de Loos-en-Gohelle, président de la commission « Transformation écologique et sociale » de la Région Nord-Pas-de-Calais.

Elle a dit…

Plus de 4 000 personnes : 1 000 Ce document servira de base présentes, auxquelles s’ajou- pour présenter au titre de l’Astent 1 000 personsociation des Rénes qui ont partigions de France 50 % des cipé à des ateliers d’autres colFrançais font etlectivités décentralisés aux locales d’abord confiance 4 coins de la Franun mémoranaux collectivités ce et 2 000 qui ont dum au prochain locales pour faire suivi les débats en Sommet de la face aux enjeux ligne, souvent en y du développement Terre de Rio en participant. L’objuin 2012. durable, bien jectif était de faiavant l’État ou les re connaître les institutions interna- *Sondage CSA, actions durables octobre 2011. tionales (19 %)*. réussies à l’échel** 1 126 actions le locale et d’élaborer un guide locales exemplaires ont été pour mutualiser et diffuser ces recensées. Retrouvez-les sur : bonnes pratiques**. www.andd.fr

14 ateliers étaient organisés pour explorer tous les aspects du développement durable.

Françoise Dedieu-Casties

12 Midi-Pyrénées Info - Novembre/Décembre 2011

© Frédéric Lancelot

vice-présidente du Conseil régional chargée du développement durable.

« En quelques années, la prise de conscience environnementale est devenue une réalité. L’enjeu aujourd’hui n’est plus tant de faire évoluer les mentalités que de proposer des solutions concrètes. Tel était précisément l’angle de ces Assises nationales pour le développement durable : voir les projets qui ont marché quelque part pour les généraliser dans les autres territoires. Plus de 1 126 réalisations exemplaires ont ainsi été présentées, provenant de la France entière. »

© Frédéric Lancelot

Le pétrole est encore le type d’énergie le plus subventionné dans le monde. » Jacques Ravaillault, Directeur exécutif de l’action territoriale ADEME.

4000 personnes mobilisées pour la planète Développement durable

« L’arbre à contributions », construit à partir de palettes de récupération.

© Frédéric Lancelot

Paroles d’experts

Le médecin-explorateur Jean-Louis Etienne était en visioconférence des Etats-Unis.


$36,64$BFRXSRQB0LGL3\,QIRB[LQGG




Vivre al Païs s

Grands sites 5/24 Collection Ariège

Découvrez dans chaque numéro de Midi-Pyrénées Info, l’un des 24 Grands Sites touristiques de la région.

Un voyage à travers

© Viet Dominique / CRT Midi-Pyrénées

l’histoire

Le château de Montségur, haut lieu de la résistance cathare est l’un des sept sites qui composent la Collection Ariège.

Grand lifting © Viet Dominique / CRT Midi-Pyrénées

au Palais des Evêques Contrairement à la plupart des autres Grands Sites, la Collection Ariège n’est pas un lieu unique mais un ensemble de sept joyaux qui retracent à eux seuls… 14 000 ans d’histoire !

dans les ruelles du centre ancien de la ville. Sur les hauteurs, le château offre un point de vue unique sur la cité ainsi que sur les Pyrénées et invite le public à une véritable immersion dans la vie au Moyen-Âge. Enfin, le voyage se termine en apothéose au temps La Collection Ariège est un Grand Site à part qui in- des Cathares en passant d’abord à travers les rues anivite les curieux à un voyage dans le temps et l’espa- mées de la bastide de Mirepoix, qui vient d’être intégrée à la Collection Ariège, avant d’arrice… Commençons la visite il y a plus de 14 000 ans par Niaux qui abrite l’une des De la préhistoire ver au château de Montségur. Après vingt plus célèbres grottes préhistoriques d’Eu- à nos jours, tous bonnes minutes de marche, les courageux rope. Des centaines de représentations ani- les âges de l’hu- pourront découvrir cette citadelle perchée males datant de l’époque des Magdaléniens manité ont laissé à 1 207 mètres d’altitude et qui fut le tragisont dessinées sur ses parois. Pour en savoir leur empreinte que théâtre de la croisade contre le catharisme. Ainsi s’achève donc le parcours qui, plus, le Parc de la préhistoire de Tarasconen Ariège. depuis la création du label Grands Sites mis sur-Ariège propose un circuit de découverte autour de la vie à cette époque. La suite du program- en place par la Région pour booster la filière touristime nous emmène au Mas d’Azil, où une autre grotte que en Midi-Pyrénées, a vu sa fréquentation battre des ainsi que son musée présentent cette fois-ci des vestiges records. « Cela a créé une émulation entre les différents lieux », se réjouit Philippe Jugie, directeur de l’Agende la civilisation azilienne. Après un bond dans l’histoire, nous voici dans la cité ce de développement touristique d’Ariège-Pyrénées. médiévale de Saint-Lizier. Étape majeure des chemins « Aujourd’hui, quand les visiteurs sont sur un site, ils de Compostelle, elle est dominée par le Palais des Évê- nous demandent comment accéder à un autre : le pari ques qui vient d’être rénové (lire encadré). Le périple se est gagné ! » poursuit à Foix, capitale de l’Ariège, où il fait bon flâner www.ariegepyrenees.com ou www.sesta.fr

C’est après plus de cinq ans d’un vaste programme de restructuration que le Palais des Evêques de Saint-Lizier a été inauguré par Martin Malvy le 6 juillet dernier. Intégré à la Collection Ariège des Grands Sites de Midi-Pyrénées, cet ensemble exceptionnel construit au XVIIe siècle, a été entièrement repensé et réaménagé afin de valoriser les collections de son musée départemental de l’histoire du Couserans, ainsi que les peintures murales datant du XVe siècle, récemment découvertes dans l’enceinte de l’ancienne cathédrale Notre-Dame de la Sède.

s

La collection Grands Sites est constituée de 25 Grands Sites répartis sur le territoire régional et sur l’ensemble des départements : Collection Ariège : « 14 000 ans d’Histoire », Pic du Midi, Gavarnie, Cauterets-Pont d’Espagne, Lourdes, Marciac, Auch, Flaran/Baïse/Armagnac, Moissac, Vallée de la Dordogne/St-Céré, Rocamadour, Figeac, Cahors, St-Cirq Lapopie, Conques, Villefranche de Rouergue/Najac, Viaduc de Millau, Cordes, Albi, Sorèze-Revel-St-Férréol : « Aux sources du Canal du Midi », Toulouse, Canal des deux mers, Bagnères de Luchon, St-Bertrand de Comminges, Rodez.

14 Midi-Pyrénées Info - Novembre/Décembre 2011


Vivre al Païs

Occitan : borsas entaus regents futurs

Archéologie

Le trésor d’Eauze

s’enrichit

© Fanette Bruel

Que sian associativas (las « Calandretas »), privadas o publicas, las escòlas mairaus e primàrias bilingüas occitan - francés que receben escolans mes numerós cada an. Tà respóner ad aquera demanda, be caleré un nombre sufisent de professors qu’estóssen formats. La Region Mieidia-Pirenèus qu’a decidit donc d’amplificar lo recrutament deus professors d’occitan. Alavetz, un sistèma de borsas qu’ei estat metut en plaça a destinacion de tots los estudiants de MieijornPirenèus especializats en occitan e desirós de passar lo concors de recrutament deus professors de las escòlas. En contrapartida, aquestes que s’engatjan naturaument d’exercir dens ua classa bilingüa francésoccitan dens la region, pendent 5 ans minímum.

© Marie-Hélène Carcanague

Pour palier le manque de professeurs d’occitan, la Région met en place une bourse spécifique baptisée « Ensenhar ».

D’après une enquête récente, 1 Midi-Pyrénéen sur 2 déclare parler ou avoir des notions d’occitan.

Las borsas que seràn atribui- « Ensenhar », lo dispositiu qu’ei das segon la situaaccessible tre encion financèra deus Les boursiers guan. Tà aver mes deestudiants, la distàns’engagent à talhs e informacions, cia ostau / lòc de forenseigner en non trantalhetz pas de macion… Calculadas Midi-Pyrénées contactar la mission per ua temporada de pendant 5 ans Lenga e cultura occita10 mes, lo montant nas au 05 61 39 62 47. d’aqueras borsas que varia de Plus d’infos sur : 500 euros a 4 370 euros. Batejat www.midipyrenees.fr/ensenhar

De nouvelles résidences pour stimuler la création artistique Spectacle vivant

© Jean-Alexandre LAHOCSINSZKY

Un nouveau lieu d’accueil de compagnies des arts de la rue a été inauguré le 25 juin dernier à Encausse (Haute-Garonne). Après avoir été successivement une station thermale, une usine d’embouteillage puis un centre de vacances, les Thermes de la petite commune d’Encausse ont subi une nouvelle mue

pour désormais accueillir des résidences d’artistes. Après dix-huit mois de travaux financés à hauteur de 20 % par la Région, ce lieu atypique a ouvert en février dernier sous l’orchestration de l’association Pronomade(s)* en Haute-Garonne. « Au-delà nos actions culturelles sur le territoire, il nous manquait un lieu pour aider les artistes à la création », confirme Philippe Saunier-Borrell, directeur de Pronomade(s). Une dizaine de compagnies, dont la moitié

issue de la région, a ainsi été accueillie cette année aux Thermes d’Encausse qui disposent à la fois de salles de répétition et fabrication, mais aussi d’un véritable lieu de vie avec cuisine, salon et chambres. De quoi donner des ailes aux projets futurs de l’association, avec notamment l’accueil d’artistes internationaux, rendu possible grâce au soutien du réseau Sud qui associe Pronomade(s) à trois autres structures : Circa à Auch, l’Estive à Foix et le Parvis à Tarbes.

*Pronomade(s) est reconnu par l’État, aux côtés de 8 autres lieux en France, en tant que Centre NaUne nouvelle vie tional des Arts de la Rue. Leurs pour les Thermes missions portent sur l’accompad’Encausse qui gnement de la création, la diffuaccueillent désorsion, l’action culturelle et le travail mais des artistes en résidence. en réseaux.

La dernière campagne de fouille sur le site archéologique d’époque gallo-romaine* d’Eauze (32) vient de s’achever. Il aura fallu 10 ans pour mettre au jour les trésors que recèle la Domus d’Elusa (ancien nom de la ville d’Eauze), une riche demeure citadine de plus de 3 000 m2 dont la construction remonte au IIIe siècle après J.-C., époque à laquelle Elusa était la capitale de la province romaine de Novempopulanie. La Domus fait désormais partie d’un important pôle archéologique qui comprend également la villa gallo-romaine de Séviac, ses thermes privés et ses 450 m2 de mosaïques, situés à une dizaine de kilomètres de là à Montréal-du-Gers, ainsi que les 28 000 pièces du Trésor d’Eauze conservées dans le musée de la ville. « Ces sites sont complémentaires », explique Pierre Pisani, archéologue à l’Institut national de recherches archéologiques préventives (INRAP) et responsable du programme de fouille. « La villa de Séviac nous avait apporté des informations sur la vie à la campagne à l’époque gallo-romaine. Les recherches menées autour de la Domus en revanche nous apprennent beaucoup sur la vie en ville, une vie plutôt simple malgré la fortune des propriétaires ». Et la Domus n’a pas fini de livrer tous ses secrets : plusieurs centaines d’objets récoltés sur le site sont actuellement analysées en laboratoire. *période qui s’étend du Ier siècle avant J.-C. au Ve siècle après J.-C. Midi-Pyrénées Info - Novembre/Décembre 2011 - 15


Décodage Santé, état des lieux

Santé : l’accès aux soins (source DREES)

en débat

Midi-Pyrénées compte 2,9 millions d’habitants. La population a progressé de 1,2% par an en moyenne entre 1999 et 2006, contre 0,7% sur l’ensemble de la métropole.

Si l’accès aux soins est un problème croissant en zones urbaines, il est déjà un véritable parcours du combattant pour les personnes qui vivent à la campagne. Pour tirer le signal d’alarme sur la pénurie de l’offre dans certains territoires, la Région a accueilli le 5 octobre dernier un débat public en présence de tous les acteurs de la santé en Midi-Pyrénées.

La santé

en Midi-Pyrénées

La densité de médecins généralistes libéraux a baissé de -3,2% entre 2000 et 2009 en neuf ans.

© Philippe Guionie

La densité d’infirmiers libéraux s’élevait à 193 infirmiers pour 100 000 habitants en 2009, contre 182,8 en 2000 (+5,6%).

Les habitants de Toulouse, Castres, Tarbes ou Albi, de la DREES (Direction de la Recherche, des Etuont en général accès à l’offre de soins dont ils ont des, de l’Evaluation et des Statistiques), la situabesoin. Même si, comme dans toutes les villes de tion n’est pas prête de s’améliorer puisque la denFrance, ils ont trop souvent des difficultés à trouver sité médicale en Midi-Pyrénées aura chuté de 22% un médecin en secteur 1 – le seul to- d’ici à 2030. Alors que l’Agence Régionale de Santé (ARS) - qui en a la responsabitalement pris en lité au nom du gouvernement charge – dans « La santé est un droit - planche actuellement sur un telle ou telle fondamental, pas un spécialité. Sans privilège. Chaque citoyen Plan régional pour les quatre parler du ren- doit pouvoir recevoir des années à venir, il est devenu urgent de mener une réflexion chérissement soins de qualité, mais sur les solutions à mettre en des coûts des cette évidence est loin œuvre afin de garantir l’accès mutuelles imd’être acquise » aux soins pour tous. posé par le gouMartin Malvy, vernement. 29% président de la Région C’est justement pour réclamer des solutions que la Région – de la population Midi-Pyrénées en partenariat avec l’ARS - a renonceraient à se soigner pour des raisons accueilli le 5 octobre dernier tous les acteurs de la santé, les collectivités et les habitants de Midi-Pyfinancières*. rénées pour échanger sur la thématique : santé et Ces difficultés se trou- aménagement du territoire. Car si ces deux dovent aggravées pour maines ont longtemps été gérés à part, il apparaît les personnes qui vi- aujourd’hui nécessaire de les relier afin de mener vent en milieu rural. des politiques cohérentes comme le fait le Conseil Il faut dire qu’en- régional avec ses Maisons de santé pluridisciplitre 2000 et 2009, naires (lire page suivante). « Midi-Pyrénées est alors que la popu- un territoire très étendu où l’offre de soins, bien lation n’a cessé de qu’elle soit de grande qualité, a tendance à se recroître en Midi-Py- plier sur les grandes villes », constate le Professeur rénées (+1,2% par Alain Grand, président de la CRSA (Conférence an en moyenne), la régionale de la Santé et l’Autonomie). « Les noudémographie velles générations de médecins ne veulent plus médicale a s’installer dans les zones rurales, et pour les attilargement rer, il faut rendre ces territoires plus attractifs avec d i m i n u é la présence de services, d’écoles… ». L’enjeu est (-3,2% de d’autant plus grand que d’après les analyses prosg é n é r a - pectives, près de la moitié des généralistes partira listes). Et à la retraite dans les prochaines années. Il est déd’après les sormais urgent que des politiques nationales viena n a l y s e s nent répondre à ces défis. * Sondage CSA pour Europe Assistance, « Les soins de santé en Europe et aux Etats-Unis » 2011.

16

Midi-Pyrénées Info - Novembre/Décembre 2011


Développement

Le Plan ADER passe à Mach III ! Dès 2001, la Région Midi-Pyrénées et l’État ont mis en œuvre un concept unique au niveau national pour aider la filière aéronautique en Midi-Pyrénées, le Plan ADER : un programme spécifique « d’Actions pour le Développement des Entreprises Régionales » de la sous-traitance aéronautique.

© Airbus SAS 2007 - H.Goussé / Exm Company

En 10 ans, un millier d’actions  La filière aéronautique emploie ont pu être engagées auprès 63 000 personnes en Midi-Pyrénées. de 429 entreprises bénéficiaires pour un total d’aide État/ Région de 55,7 M€. Ces investissements ont permis aux sous-traitants de trouver un soutien technique et financier dans des domaines tels que l’ingénierie, l’export, la formation… et plus globalement de rester compétitifs face à la concurrence croissante qui s’exerce dans le domaine de l’aéronautique au niveau mondial. Après évaluation et évolution, le Plan ADER III a été officiellement adopté le 14 septembre dernier. Celuici doit permettre aux PME de la ré- lui sont assignés : la structuration de gion d’anticiper les mutations à l’œu- la filière par le rapprochement stratévre dans le secteur de l’aéronautique. gique d’entreprises, ainsi que la créaPour cela, deux objectifs principaux tion d’une charte de bonne conduite

Une charte, des bonnes pratiques

entre donneurs d’ordres et sous-traitants (voir ci-contre). Pour un développement économique durable et partagé.

Aerolia fait partie de la dizaine de grands donneurs d’ordres de l’aéronautique que compte notre région. En juin 2010, cette entreprise avait réuni ses fournisseurs et sous-traitants afin de leur expliquer sa stratégie et de leur proposer la mise en œuvre d’une politique d’achat responsable. Cette démarche a abouti le 19 septembre dernier à la signature d’une charte d’engagement entre Aerolia et ses partenaires. Concrètement, cette charte doit permettre d’éviter à ces fournisseurs et sous-traitants d’avoir à subir de plein fouet les effets de cycles, c’est-à-dire les variations de commandes de leur client principal. Une initiative qui répond parfaitement à la philosophie du Plan ADER III.

Aménagement du territoire

Deux ans et demi, c’est long et court à la fois : long pour un village privé de commerce depuis le départ à la retraite en décembre 2008 du patron du café-restaurant, et assez court en revanche pour trouver un nouveau projet, des financements et des gens motivés pour s’y investir. Ce défi, la mairie de Lestrade et Thouels l’a relevé, en commençant par racheter les murs… Et depuis le mois d’août dernier, cette petite bourgade aveyronnaise de 500 âmes située entre Albi et Millau, dans le parc naturel régional des Grands Causses, revit. « La Beckée » a ouvert et en plus de l’activité de café-restaurant, le commerce fait aussi dépôt de pain, vend des enveloppes et des timbres… « Il s’agissait certes de relancer un commerce, mais surtout de créer un 18 Midi-Pyrénées Info - Novembre/Décembre 2011

lieu de vie convivial et d’amener un plus aux gens », explique le maire Bernard Castanier particulièrement fier que le projet ait abouti, malgré la frilosité des banques, grâce aux aides publiques dont celle de la Région qui couvrent 70 % des coûts. Julien et Vinciane Beck, y ont cru eux depuis le départ. Ce jeune couple, deux enfants du pays, n’a pas hésité à se lancer dans l’aventure et à investir en prenant à sa charge tout le mobilier. Quelques mois après l’ouvertu-

Le chiffre :

depuis 2004, 177 commerces

multiservices de proximité ont ouvert avec l’aide de la Région Midi-Pyrénées.

© Dominique Delpoux

La « Beckée » pour les enfants du village

 Tous les midis, la grande salle du restaurant se coupe en deux et une vingtaine d’enfants de l’école du village viennent profiter de cette cantine « améliorée ».

re, la fréquentation de l’établissement semble leur donner raison. À midi, les ouvriers qui travaillent dans les environs viennent pour le plat du jour et côtoient la vingtaine d’enfants de l’école du village qui trouvent ici une cantine améliorée. Le soir ou le week-end, c’est une cuisine plus élaborée que l’on vient déguster. Car avant ce retour aux sources, Julien, qui cuisine pendant que Vinciane s’occupe « de tout le reste »,

a exercé dans pas mal de restaurants et acquis assez d’expérience pour apprécier aujourd’hui de « faire la cuisine dont il a envie ». Depuis quelques années, la population de Lestrade et Thouels qui avait diminué de moitié en 40 ans s’est mise à augmenter. Un nouveau médecin est arrivé, un lotissement est en construction… et les habitants ont maintenant un lieu pour se retrouver.


Développement L’écochèque est disponible

Nous vous annoncions dans notre dernier numéro son entrée en vigueur pour le 1er décembre. Bonne nouvelle, le nouvel « éco-chèque logement » est disponible avec deux mois d’avance, depuis le 1er octobre. Vous pouvez donc en bénéficier dès aujourd’hui pour tous vos travaux d’isolation, de chauffage… et ainsi voir fondre dès cet hiver vos factures d’énergie. « L’éco-chèque logement » est une aide régionale accordée aux propriétaires, sous conditions de ressources, qui habitent leur logement elle est dans ce cas d’un montant de 1 500 euros- ou à ceux qui le louent et qui ont conventionné avec l’ANAH (Agence nationale de l’Habitat) – elle est alors de 1 000 euros. L’autre condition pour bénéficier de « l’écochèque Logement » est l’efficacité énergétique. Les travaux que vous souhaitez réaliser devront permettre une économie d’énergie d’au moins 25 % pour que la Région s’engage auprès de vous. Plus d’infos : www.midipyrenees.fr/ecocheque

Aide aux entreprises

2 500 plats bio par jour « Le Bonheur est dans le pot », société spécialisée dans la fabrication artisanale de conserves bio, vient de s’installer à Revel (31). Elle y a fait construire un nouveau bâtiment pour accompagner son développement, avec l’aide de la Région.

© Gilles Bouquillon

Économies d’énergies

En parcourant ses nouveaux locaux, Jean-François Marie se rend compte du chemin parcouru depuis la naissance du « Bonheur est dans le pot », l’entreprise qu’il a créée avec Malgré le développement industriel du Bonheur est dans le Pot, la cuisine reste sa femme Karine en 2000 : « Et dire une affaire de famille pour les gérants Karine et Jean-François. qu’on a démarré avec un autoclave et deux marmites, autant dire avec moussaka d’aubergine au tofu, la sou- pour soutenir le développement des pe des Indes ou encore le tajine de len- entreprises et l’emploi en Midi-Pyrérien ! », s’amuse-t-il. nées. Une aide de 110 000 € leur perC’est grâce à une détermination à tilles au potimarron. Le succès de leurs met d’acheter un terrain de 15 600 m² toutes épreuves, à conserves à la fois à Revel et d’y faire construire un bâtila découverte de saines et savou- ment plus spacieux. « Ici nous avons saveurs exotiques reuses ne tarde pas de meilleures conditions de préparalors de nombreux à les dépasser : la tion et de conditionnement, nous alvoyages, et à quelen 4 ans, la Région a signé demande des ma- lons pouvoir nous développer et créer ques recettes ro903 contrats d’appui gasins bio est forte 4 à 5 emplois de plus », se réjouit Jeandées avec succès aux entreprises. et Jean-François et François Marie. sur des marchés Karine se retrou- Aujourd’hui 2 500 conserves et plats gersois, que le couple installe sa première conserverie à vent vite à l’étroit dans leurs locaux bio sortent de leurs cuisines revéloiToulouse en 2002. Mais c’est toujours toulousains. Ils font alors la demande ses. Un chiffre qu’ils espèrent voir dans la cuisine familiale qu’ils inven- d’un « contrat d’appui », un disposi- augmenter grâce à cette nouvelle tent des plats étonnants tels que la tif mis en place en 2007 par la Région installation.

Le chiffre :

Agriculture

Et si on produisait NOS protéines pour NOS vaches ?

© Nina Camberoque

La Région prépare actuellement un Plan « protéines » dans le but d’aider les éleveurs à produire eux-mêmes les aliments riches en protéines dont leurs animaux ont besoin.

Produire localement, par exemple le soja avec lequel on va nourrir ses troupeaux, l’idée est séduisante. Mais difficile à réaliser, car c’est toute une filière qu’il faut mettre en place. Elle comporte néanmoins de nombreux avantages pour les éleveurs : une meilleure maîtrise des coûts, une qualité et une traçabilité

contrôlée, moins de transports et donc de pollution… La coopérative lotoise Sicaseli, avec le soutien du Conseil régional, expérimente depuis janvier 2010 un projet d’auto-approvisionnement en protéines des troupeaux de vaches de ses quelque 650 adhérents. « Nous avons notamment fait un test sur plusieurs hectares avec la luzerne, et le bilan de cette première année est plutôt positif », se réjouit-on à la Sicaseli, qui s’est déjà fixé un objectif de 800 à 1 000 hectares de culture de cette plante dans les prochaines années. Midi-Pyrénées Info - Novembre/Décembre 2011 - 19


Développement Vins du Sud-Ouest : le vin noir dans la cour des grands

Ce millésime 2011 s’annonce très du Brulhois acceptent d’harmoniser prometteur dans huit vignobles du leurs pratiques : définir le pourcenSud-Ouest*. Et pour cause, ils vien- tage de chaque cépage qui compose nent d’accéder cette année à la ca- le vin, éliminer les parcelles ne correspondant pas aux critètégorie prestigieuse des “C’est une res de l’appellation... Bref, vins d’appellation d’origine contrôlée (AOC). victoire, et une accepter de « jouer collecC’est notamment le cas fierté surtout. ” tif ». Ce long travail ne sera d’un tout petit vignoble Joël Carcenac pas vain. Thierry Cambarel, vigneron indépendant de 200 hectares, le BrulPrésident domaine de Thermes à hois, à cheval sur trois de l’ODG du du Auvillar, en est convaincu : départements (TarnBrulhois « Notre vin est toujours le et-Garonne, Lot-et-Garonne et Gers) et sur deux régions même, mais l’AOC va nous ouvrir des portes et nous permettre d’accé(Aquitaine et Midi-Pyrénées). « C’est une victoire, et une fierté sur- der à de nouveaux marchés. » Plus tout. C’est la reconnaissance du tra- généralement, c’est l’ensemble des vail de nos vignerons et de la qualité de vins du Sud-Ouest réunis au sein de notre vin », s’enthousiasme Joël Car- l’interprofession qui devrait profiter cenac, président de l’organisme de dé- de cette reconnaissance pour mieux fense et de gestion de l’AOC Brulhois se faire connaître. et figure historique du vignoble. • Retrouvez le reportage vidéo Si Joël Carcenac parle de victoire, consacré aux vins du Brulhois sur c’est que le chemin a été long pour www.midipyrenees.fr/brulhois passer de l’Appellation d’Origine Vin • Pour en savoir plus sur les vins de Qualité Supérieure à l’AOC. « La du Sud-Ouest sur première demande date de 2003 », se www.france-sudouest.com souvient-il, « et elle n’a abouti qu’en *Les 7 autres vignobles qui accèdent à l’AOC sont : février 2011 ». Pour y arriver, il aura Tursan, Estaing, Coteaux du Quercy, Saint-Mont, fallu que la cinquantaine de vignerons Saint Sardos, Entraygues et Fel, Côtes de Millau.

Vendange du cépage « Côt » à Aureilhan (65), fin septembre 2011.

PLAN RAIL

La deuxième voie progresse Après quatre mois de fermeture, la ligne ferroviaire Toulouse/ Saint-Sulpice a rouvert le 19 septembre dernier. Ce n’est que la fin de la première tranche de ce chan-

pice, l’une des lignes à voie unique les plus chargées de France. À terme, les trains pourront enfin se croiser, ce qui permettra d’augmenter la cadence des dessertes. Et d’améliorer le confort des voyageurs puisque c’est toute l’infrastructure existante qui sera changée

tier qui se poursuivra pendant encore deux ans, et qui nécessitera de nouvelles fermetures de la ligne. Il vise principalement à doubler les voies entre Toulouse et Saint-Sul-

Des travaux réalisés sur la ligne Toulouse/St Sulpice vont améliorer le confort des 6000 voyageurs qui l’empruntent chaque jour.

ou remise à neuf  : traverses, rails, ballast, mais aussi des dizaines de ponts, des tunnels... autant d’opérations qui font du Plan Rail MidiPyrénées le plus grand chantier de France dédié au TER. Plus d’infos sur : www.planrail.fr

© Emmanuel Grimault

Nouveaux tarifs TER : un très bon départ

20

Midi-Pyrénées Info - Novembre/Décembre 2011

« Depuis leur lancement en juin dernier, les nouvelles offres tarifaires des TER connaissent un vrai succès », se réjouit Charles Marziani, vice-président de la Région Midi-Pyrénées, chargé des Transports. Normal, puisqu’elles s’adaptent à la fréquence d’utilisation du train par chacun. Rien que cet été, près de 20 000 Tikemouv’ (2,50 e par tranche de 40 kilomètres sur certains trains) et 10 000 Packs Liberté (le nouvel abonnement pour les usagers très réguliers) ont été vendus. Depuis le 19 septembre (voir ci-dessus), les Tikemouv’ sont aussi disponibles pour des trajets dans le Nord-Est de la région à des prix toujours aussi avantageux. Quelques exemples : Toulouse-Montastruc : 2,50 e (au lieu de 4,10 e au tarif normal) Toulouse-Albi Ville : 5 e au lieu de 12,60 e au tarif normal, Toulouse-Rodez : 10 e au lieu de 24,10 e au tarif normal. Rendez-vous sur www.ter-sncf.com/regions/midi_pyrenees/fr

© Bernard Tauran

Les vins du Brulhois, connus au Moyen-Âge pour produire un « vin noir » très apprécié à la cour d’Angleterre, viennent d’obtenir l’appellation d’origine contrôlée, comme 7 autres vignobles du Sud-Ouest*.


Développement Si vous souhaitez approfondir la lecture de MidiPyrénées Info et découvrir de nombreux autres reportages sur la région, rendez-vous sur le site du Conseil régional. Vous y trouverez notamment une vidéo sur l’un des 8 vignobles du Sud-Ouest qui viennent d’accéder cette année à la très convoitée appellation d’origine contrôlée : le Brulhois, un vin produit sur trois départements (Tarn-et-Garonne, Gers et Lot-et-Garonne).

Retrouvez également : Nos Pyrénées sur les grands écrans des cinémas anglais : il s’agit d’un spot cinéma sur l’Année des Pyrénées, diffusé en Angleterre, Espagne, Andorre et France. Enfin, ne ratez pas les films sur les dernières innovations présentées à l’occasion des assises du développement durable, les rencontres eurorégionales de la culture et bientôt en images les interviews de plusieurs auteurs et éditeurs présents lors du dernier salon Vivons livres ! Toute l’actualité régionale est sur www.midipyrenees.fr/-TV-Region

Volontariat International en Entreprise

Un passeport pour l’export des PME

Zone d’intérêt régional

Pyrène Aéropole

n’en finit pas de décoller Un quatrième hôtel d’entreprises va ouvrir d’ici la fin de l’année. A deux pas de l’aéroport de Ossun-Tarbes, sur la commune de Jullian (65), la zone d’intérêt régional Pyrène Aéropole ne connaît pas la crise. Ses trois premiers hôtels d’entreprises affichent d’ores et déjà complet avec ses quelques 800 salariés pour plus de 25 firmes. Une jolie revanche pour l’emploi alors que la fermeture du site de Tarbes de Giat Indus« Nous développons depuis plusieurs années des tries avait mis sur le carreau près Zones d’activités de haut niveau comme Pyrène Aéropole. Une vingtaine sont déjà opérationnelles, une dizaine sont de 800 personnes fin 2005. Ausen cours de création, pour favoriser l’emploi dans les si, fort du succès des activités de territoires. » Bernard Raynaud, vice-président au la zone, la communauté de comDéveloppement économique. munes du canton d’Ossun a décidé, avec l’aide du Conseil régional, de lancer la construction d’un quatrième salariés de la zone, avec l’ouverture d’une bâtiment qui devrait ouvrir ses portes d’ici crèche d’entreprise, une conciergerie ou à la fin de l’année. Baptisé Téléport 4, ce encore un restaurant. L’objectif ? Garantir nouvel hôtel d’entreprises d’une surface de une véritable qualité de services aux per2 000 m2 réalisé dans le respect des normes sonnes afin de faciliter l’implantation de environnementales (BBC) sera principa- nouvelles entreprises, et ainsi créer de noulement dédié à des activités de services aux veaux emplois.

© Philippe Grollier

Pour tout savoir sur votre région

Les rues animées d’Osaka sont devenues le quotidien de Grégory Solier, en VIE au Japon depuis juillet 2011.

L’entreprise spécialisée dans le mar- treprise – grâce auquel quage de câbles par laser UV Laselec, 50% des indemnités une trentaine de salariés à Toulouse, du V.I.E sont prises en réalise 80% de son chiffre d’affaires charge - pour ainsi enà l’étranger. Bien implantée en Amé- voyer un jeune toulousain ouvrir de nouveaux rique du nord, la PME marchés au Japon. Une souhaite désormais dé“ Cela donne velopper ses activités une dimension aubaine pour Grégory internationale Solier, jeune diplômé de en Asie. Pour ce faire, à mon profil. ” l’Insa, qui voit dans cetelle a fait appel au disGrégory Solier te première expérience positif d’aide de la Région à l’embauche de en V.I.E au Japon. professionnelle un vériVolontaires Internationaux en En- table booster de CV. « Cela donne

© Y Shimizu JNTO

Grâce au soutien de la Région, l’entreprise toulousaine Laselec a envoyé un jeune ingénieur au Japon dans le cadre du Vonlontariat international en entreprise (V.I.E).

une dimension internationale à mon profil, indispensable pour continuer à travailler à l’étranger, et ça me permet aussi d’avoir des responsabilités que je n’aurai pas pu avoir aussi rapidement si j’étais resté en France », témoigne le jeune homme de 25 ans qui s’est installé à Osaka en juillet

dernier. Pour Laselec, l’objectif est de développer ce bureau japonais afin d’une part de pérenniser le poste de Grégory, mais aussi de générer de nouveaux emplois à Toulouse. En savoir plus : www.midipyrenees.fr Midi-Pyrénées Info - Novembre/Décembre 2011 -

21


© Carine Malbosc/Arch. Munvez Morel Cassel et associés

Tribune

Une partie des Services du Conseil régional ont emménagé cet été dans le nouveau Bâtiment Sud de l’Hôtel de Région, permettant le regroupement sur un seul site de l’ensemble des personnels dont le nombre a augmenté, au fil des décennies, pour faire face aux missions nouvelles confiées par la Loi aux Régions. Avec cette extension, l’Hôtel de Région dont la construction a commencé en 1983, est pour l’essentiel achevé.

Groupe SOCIALISTE ET RÉPUBLICAIN

Une question de choix Entre les coupes sombres dans l’Éducation Nationale, la suppression de 16 000 postes supplémentaires (soit 80 000 sous le quinquennat Sarkozy), les fermetures de classes et l’augmentation des fournitures (le coût moyen pour un lycéen est de 187 euros)…la rentrée 2011 s’est déroulée dans un climat d’inquiétude et de colère légitime des parents et des enseignants. En plaçant l’éducation sous le seul signe des économies budgétaires, le gouvernement fait le choix aberrant de briser ce service public. Les suppressions de postes représentent 138 millions d’économies, des sommes très en deçà des milliards d’euros de cadeaux fiscaux pour les plus riches ou encore du coût de la baisse de la TVA sur la restauration (l’équivalent de 8 années de non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux.) La France a le taux d’encadrement scolaire le plus faible de l’OCDE avec 6,1 enseignants pour 100 jeunes, loin derrière l’Italie, l’Espagne, le Royaume-Uni, l’Irlande, l’Autriche et les pays Scandinaves. Selon l’OCDE, la qualité du système éducatif s’est dégradée : la France est passée, en 10 ans, de la 13e à la 22e place pour l’apprentissage de l’écrit et des mathématiques. La droite oublie qu’une société est le résultat des efforts que les gouvernements portent aux domaines de l’éducation et de la formation.

L’éducation mise à mal par les choix du gouvernement En Midi-Pyrénées, on compte 182 postes en moins pour 4 200 élèves en plus. Le nombre d’élèves par classe s’accroît. En cas d’absence, les enseignants ne peuvent être remplacés. Le Rectorat a ainsi reconnu 50 000 heures de cours non effectuées en 2010. L’enseignement des langues est en berne avec 50 postes en moins, alors même que notre collectivité aura aménagé 533 laboratoires de langues dans les lycées. Et que dire de la décision de recruter via Pôle Emploi des contractuels non formés pour exercer la fonction de professeurs… Loin de l’égalité des chances, la réussite des jeunes dépend de plus en plus des ressources des parents qui payent des cours particuliers. Le manque de moyens ne permet pas de lutter contre le décrochage scolaire et les sorties sans qualification.

La Région au cœur de l’égalité des chances Rénover, agrandir, construire, nous offrons aux jeunes Midi-Pyrénéens les meilleures conditions de formation, preuves de notre action : Pour la rentrée 2011, nous avons entrepris la restructuration du lycée  La Découverte à Decazeville, la restructuration générale du lycée  Sixte Vignon à 22 Midi-Pyrénées Info - Novembre/Décembre 2011

Les textes qui sont publiés dans cette rubrique relèvent de la seule responsabilité des groupes politiques signataires. Ils ne sauraient en aucun cas engager la responsabilité du Conseil régional Midi-Pyrénées.

Aureilhan… l’extension du lycée Clémence Royer à Fonsorbes… Entre 2000 et 2013, c’est 1,3 milliard d’€ consacrés aux lycées par la Région. L’opération « Ordilib » est poursuivie. Midi-Pyrénées fut la première Région, en 2010, à s’engager à fournir un ordinateur portable à chaque lycéen de seconde, sous condition de ressources. 13 000 familles ont pu ainsi acquérir l’an passé un ordinateur ; 65 % des portables ont été remis à des foyers dont les revenus sont inférieurs à 2000 euros par mois pour un couple avec 2 enfants. Le chéquier lecture, d’une valeur de 50 à 100 euros, est offert aux 120 000 lycéens et apprentis qui disposent toujours pour leur formation de la bourse de premier équipement. Nous avons décidé un gel des tarifs maximum des 90 000 repas servis chaque jour dans nos lycées. Le coût réel d’un repas est de 7 euros, la Région finance la différence entre les 2,80 euros acquittés en moyenne par la famille et le coût réel. Avec la caution régionale pour le logement étudiant, nous garantissons au bailleur le paiement des loyers et charges locatives pour les étudiants qui n’ont pas de garants. Cette année encore, nos choix politiques se traduisent par une nouvelle opération de solidarité, envers les étudiants. En effet, les élus socialistes et républicains ont contribué à la création du Pass Mutuelle Santé permettant à tout étudiant boursier, non bénéficiaire de la CMU, d’accéder à une couverture complémentaire et de ne plus renoncer aux soins faute d’argent. Lycéens, apprentis, étudiants, nous faisons le choix d’œuvrer à la réussite de l’ensemble des jeunes Midi-Pyrénéen(e)s. n Thierry Suaud, Président du groupe Socialiste et Républicain. www.groupe-psr-midipyrenees.fr

Groupe EUROPE ÉCOLOGIE

La santé doit redevenir une priorité Selon une enquête TNS/Sofres, la Santé est la deuxième préoccupation après l’emploi, des personnes vivant en France. Accès aux soins, inégalités devant la santé, remise en cause du service public de Santé, augmentation des pathologies liées à l’environnement, en particulier des cancers y compris dans le cadre du travail, nombreux sont les motifs d’inquiétude. Les réformes imposées par le gouvernement par le biais des Agences Régionales de Santé, ainsi que les décisions répétées de diminution des remboursements, du calcul des indemnités journalières, de l’augmentation des ponctions sur les mutuelles, tout concourt au démantèlement de la solidarité nationale que sont la Sécurité Sociale et le maintien d’un véritable service public sur tout le territoire.


Conseil régional

Le « manifeste des 123 pour une Santé égale et solidaire », initié par des professionnels de santé est un autre signal d’alarme. EELV n’accepte pas que soit remis en cause le droit à la santé pour tous, que ce soit en terme de remboursement des soins, d’accessibilité sur l’ensemble du territoire ou par carence d’une politique sanitaire de prévention et de réduction des risques. Cette position d’EELV se manifeste par l’action de François Simon, vice-président aux solidarités : maintien des hôpitaux et maternités de proximité, des services d’urgence (entre autre à Carmaux), lutte contre la désertification médicale et paramédicale en zone rurale, mise en place d’un Pass mutuelle pour les étudiants boursiers, aide à la recherche en prévention dans le cadre du plan cancer. La santé est un bien commun que nous n’acceptons pas de voir remis en cause. n Guillaume Cros, pour le Groupe EELV www.ee-crmip.org • rmp.europe-ecologie.org • 0561335159 Facebook - Élus Europe Écologie Midi-Pyrénées

GROUPE DES RADICAUX DE GAUCHE

Mieux former aux métiers de demain Compétence majeure de la Région qui y consacre chaque année près de 230 M€ (plus de 22 % de son budget), la formation professionnelle et l’apprentissage sont plus que jamais l’un des grands enjeux des années à venir. En effet, dans la petite entreprise artisanale (TPE) jusque dans les PMIs en passant par les PMEs et les ETIs (Entreprises de Taille Intermédiaire), trop nombreux encore sont les postes non pourvus faute d’une offre de formation suffisamment adaptée aux besoins d’une économie en constante et rapide évolution. C’est le cas notamment du secteur aéronautique dans lequel fournisseurs et sous-traitants sont à la recherche de personnels qualifiés. Face à cette situation paradoxale dans un contexte économique globalement dégradé, mieux anticiper les besoins de compétences des entreprises afin de favoriser leur compétitivité et donc l’emploi durable, devient, pour l’ensemble des acteurs de la formation professionnelle, un impératif stratégique. Pour les élus Radicaux de Gauche et Sylvia Pinel, c’est ce à quoi devra notamment répondre le nouveau Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles de Midi-Pyrénées (CPRDF) pour la période 2001-2015 que l’assemblée régionale examinera fin novembre. n Contact : rmp.prg@cr-mip.fr

Groupe FRONT DE GAUCHE : PCF-PG-GU

Vie chère : assez ! Créer un véritable « front contre la vie chère », remettre au cœur du débat politique les questions auxquelles est confrontée l’immense majorité de notre peuple : telle est l’une des actions menées en cette période par le Front de gauche, ses élus, ses militants. Défendre l’emploi, le pouvoir d’achat du plus grand nombre, centrer les débats publics sur les moyens de mettre en œuvre une politique visant la satisfaction des intérêts populaires : voilà l’essentiel. Loin des opérations politiciennes et des débats nauséabonds mis en scène par ceux qui refusent le véritable changement social

© Polo Garat

libre

Expression des groupes politiques

dont notre pays a un besoin urgent après 4 ans de sarkozysme. Nous allons travailler avec tous ceux qui le souhaitent à traduire en actes forts cette priorité. n Groupe Front de gauche  Mail : rmp.fdg@cr-mip.fr - Tél. 05 61 33 54 13

GROUPE OSONS MIDI-PYRÉNÉES Avec plus de 8 jeunes sur 10 insérés durablement dans l’emploi à l���obtention de leur diplôme, l’apprentissage est une voie d’excellence pour l’intégration professionnelle. La promotion de l’apprentissage, à tous les niveaux de formation, doit donc mobiliser et fédérer l’ensemble des acteurs. En ce sens, le Gouvernement a annoncé, au début de l’été, des mesures concrètes pour faciliter la réussite du plus grand nombre d’apprentis. Au niveau national, l’État s’apprête à investir 500 M€ pour moderniser l’outil de formation. Parallèlement, pour atteindre un objectif de 800 000 jeunes en alternance en 2015, des mesures fortes ont été mises en place en direction des entreprises pour les inciter à recourir aux apprentis. En Midi-Pyrénées, le contrat 2005-2010 entre l’État et la Région avait permis de passer de 15 100 apprentis en 2004 à 17 400 en 2010. Dans le cadre du Contrat d’Objectifs et de Moyens (COM) 2011-2015, le gouvernement est prêt à investir 50 M€ en Midi-Pyrénées, soit 80 % de plus que le contrat précédent, et vise un objectif de 25 500 apprentis en 2015. Au-delà du nombre, qui peut être débattu, nous considérons que des objectifs quantitatifs et qualitatifs ne sont pas antinomiques, et que le combat pour l’emploi mérite une grande ambition. Nous invitons donc la Région à signer au plus vite, à l’instar de 12 autres régions, le COM 2011-2015, en proposant des dispositifs novateurs, permettant par exemple de promouvoir l’apprentissage dans le supérieur comme prolongement de l’apprentissage avant le baccalauréat. n Les élus du groupe Osons Midi-Pyrénées www.osonsmidipyrenees.fr

groupe Républicains & Territoires

Aider nos PME à exporter Si la balance commerciale de notre Région est excédentaire, trop peu de PME régionales sont présentes à l’export. Or, nos entreprises ont tout à gagner à l’ouverture internationale. L’exportation est, en effet, un formidable accélérateur de croissance. Nous devons donc convaincre les chefs d’entreprise de faire, en plus grand nombre, le pari de l’export. Pour cela, il convient de faciliter leurs démarches par la mise en place d’un « guichet unique » réunissant tous les opérateurs de l’international (Ubifrance, Oséo, Coface, Conseil Régional, CCI, conseillers du commerce extérieur…). Cette agence dédiée au développement international de nos entreprises, que nous pourrions baptiser Midi-Pyrénées Export et dont la gouvernance pourrait être partagée par la CRCI et le Conseil Régional, est attendue par les acteurs économiques. Ne manque que la volonté politique de la créer. C’est à la Région, « chef de file » dans le domaine du développement économique, d’en prendre l’initiative. n Gérard TREMEGE Mail : republicains-et-territoires@cr-mip.fr Midi-Pyrénées Info - Novembre/Décembre 2011 - 23


Il était une fois…

© Jean-Jacques Ader

L’arche du Mirail : d’ici 2015, c’est tout le site universitaire du Mirail qui sera reconstruit dans le cadre du contrat de projet Etat-Région.

L’Université en Midi-Pyrénées

“Bordeaux pour dispendre* Et Toulouse pour apprendre. © Collection partic

ulière

Paris pour voir, Lyon pour avoir,

24

mphitheatre cours de latin dans l’a Etudiants de licence en 4. de Lettres, en avril 196 Marsan de l’université

*dépenser Midi-Pyrénées Info - Novembre/Décembre 2011

Au XVIe siècle, l’université toulousaine connaît l’une de ses périodes les plus fastes et sa réputation, comme en témoigne ce quatrain anonyme, n’est déjà plus à faire dans l’ensemble du royaume de France et même au-delà. On y vient de toute l’Europe, pour se former au Droit principalement. L’histoire de l’université de Toulouse, aujourd’hui la deuxième de France par le nombre d’étudiants qui la fréquentent (110 000), commence pourtant bien plus tôt. Et dans des circonstances très particulières liées au contexte politique de l’époque…


L’UniversitÊ en Midi-PyrÊnÊes

L’universitÊ pour ramener Toulouse dans le giron de l’Eglise Le reste du document est d’une tout autre importance historique puisqu’il marque la fin de la croisade engagÊe contre les cathares soutenus par Raimond VII. Ce dernier a Êgalement du accepter que sa fille Êpouse le frère du roi. Le compte à rebours qui mène le comtÊ de Toulouse à son rattachement à la couronne vient de s’enclencher. L’annexion sera effective en 1271. On comprend donc que Raimond VII ne se soit pas montrÊ d’un enthousiasme dÊbordant au sujet de

l’universitÊ. A l’instar de Au Moyen Age, la basilique Saint-Sernin la population toulousaine Êtait le cœur du quartier Êtudiant. qui perçoit cette manœuvre, à juste titre comme un moyen de ramener Toulouse dans le double giron de la papautÊ et de la royautÊ. Les premiers professeurs qui arrivent à Toulouse, - à la faveur d’une grève de la Sorbonne - repartiront d’ailleurs assez vite, leurs salaires n’Êtant pas versÊs par Raimond VII. Ils seront remplacÊs par des dominicains, ceux-là même qui reprÊsentent à Toulouse saine sont issus plusieurs papes, dont Innocent VI l’Inquisition. Ils abandonneront aussi leurs postes (1352-1362) qui relancera au cours de son pontià la suite d’Êmeutes populaires. ficat la facultÊ de thÊologie toulousaine. Quelques Ce n’est qu’à la fin du XIIIe siècle que l’universitÊ annÊes plus tard, le transfert des reliques de saint prend vÊritablement son essor. Des quatre facultÊs Thomas d’Aquin consacre le retour de Toulouse (ThÊologie, MÊdecine, Arts et Droit), c’est celle de dans l’orthodoxie papale. Droit qui acquiert rapidement une rÊputation d’excellence. Les juristes qui en sortent diplômÊs sont Une cohabitation difficile avec appelÊs à de hautes fonctions dans tout le Langue- la population doc, et auprès de la papautÊ installÊe à cette Êpo- A cette Êpoque, le quartier universitaire se situe que en Avignon. Des rangs de l’universitÊ toulou- autour de Saint-Sernin. Les Êtudiants trouvent le gÎte et le couvert dans des collèges gÊrÊs par le cler-

Š Alain Baschenis

L

’universitÊ de Toulouse est crÊÊe le 12 avril 1229. C’est la deuxième plus ancienne de France et l’une des dix plus anciennes d’Europe. Que l’on dispose d’une date aussi prÊcise peut surprendre. Ce n’est pas le cas par exemple pour la Sorbonne de Paris. On sait seulement que l’universitÊ fondÊe par Robert de Sorbon fonctionnait dÊjà quand la crÊation de celle de Toulouse est en quelque sorte  dÊcrÊtÊe . C’est en effet par une dÊcision royale, le traitÊ de Meaux-Paris, que le comte de Toulouse Raimond VII se voit imposer d’entretenir pendant 10 ans quatorze maÎtres : quatre en ThÊologie, deux en Droit canonique (ÊdictÊ par le Pape), six en Arts libÊraux (Logique et Philosophie) et deux en Grammaire.

Entre 1229 et aujourd’hui, l’universitÊ s’est dÊveloppÊe, bien sÝr, mais elle s’est Êgalement diffusÊe sur tout le territoire de la rÊgion. Dans les annÊes 1990-2010, la carte de l’enseignement supÊrieur en Midi-PyrÊnÊes a profondÊment ÊvoluÊ. Alors que presque toute l’offre universitaire Êtait auparavant concentrÊe sur Toulouse, 10 nouveaux sites universitaires rÊpartis sur l’ensemble du territoire rÊgional sont nÊs au cours de cette pÊriode. Qu’il s’agisse d’antennes des universitÊs toulousaines, d’IUT, ou de grandes Êcoles d’ingÊnieurs comme l’Êcole des Mines de Carmaux-Albi crÊÊe en 1992, ces implantations ont permis de dynamiser des territoires tout entier. Ce mouvement de dÊconcentration aura aussi permis d’offrir à des Êtudiants issus de familles aux revenus modestes la possibilitÊ de poursuivre des Êtudes supÊrieures près de chez eux, en Êconomisant notamment les frais de logement.

3IĂ’GESDUNIVERSITĂ?S

%COLESJURIDIQUESETADMINISTRATIVES

3ITESSECONDAIRES DUNIVERSITĂ?S

%COLESSUPĂ?RIEURES DARTETDECULTURE

%TABLISSEMENTS UNIVERSITAIRESPRIVĂ?S

%COLESPARAMĂ?DICALESETSOCIALES !UTRESĂ?COLES

)54

#ENTREUNIVERSITAIRE#HAMPOLLION

!UTRESFORMATIONS DINGĂ?NIEURS %COLESDECOMMERCE GESTIONETCOMPTABILITĂ?

#.23

).2!

/.%2!

).3%2-

)2$

-%4%/&2!.#%

#.%3 ).2!0

Midi-PyrĂŠnĂŠes Info - Novembre/DĂŠcembre 2011 -

25

2Ă?ALIS ATION/CT -ISSION3)'š)'.

Une RĂŠgion universitaire


Il était une fois…

Le XVIe siècle est celui de la renaissance de l’université toulousaine et de la ville. La culture du pastel dans le Lauragais voisin provoque un boom économique sans précédent. La ville se transforme, de splendides hôtels particuliers sont construits comme celui d’Assézat. Il accueille encore aujourd’hui l’académie des jeux floraux, la plus ancienne société savante de France (1323),

Dans les années 1960, la salle capitulaire du couvent des Cordeliers, rue des Lois, servait de restaurant universitaire.

© CROUS Toulouse

gé local. Ils sont facilement identifiables par la population grâce à leur vêtement caractéristique : une robe longue. Mais la cohabitation entre étudiants et les habitants du bourg connaît parfois de graves tensions. Les étudiants sont placés sous la juridiction du Pape et non des capitouls toulousains. Ils jouissent en plus d’avantages fiscaux de par ce statut à part. En 1332, Aymery Bérenger, un jeune étudiant ou le serviteur d’un étudiant (les sources divergent), poignarde et tue un des capitouls de Toulouse. Il est arrêté dès le lendemain, condamné à mort et exécuté. Les étudiants en appellent au pape et au roi pour obtenir réparation. L’affaire prend des proportions énormes et deux ans plus tard, le parlement de Paris prononce la suppression de la municipalité et retire aux capitouls le pouvoir d’administrer la ville. Ils le reprendront six mois plus tard moyennant le paiement d’une forte amende mais le pouvoir royal a encore un peu plus « marqué son territoire ».

qui abandonne en 1513 la langue d’oc au profit du français. L’université se développe elle aussi, attire notamment beaucoup d’Espagnols et devient un passage obligé des pérégrinations estudiantines de l’époque.

La révolution supprime les universités C’est ce périple qui amène Pantagruel, le personnage de Rabelais à y faire un bref séjour avant de fuir devant les violences des guerres de religion. « Il s’en vint à Toulouse, où il apprit fort bien à danser et à jouer de l’épée à deux mains se-

lon l’usage des étudiants de ladite université, mais il n’y demeura guère quand il vit qu’ils faisaient brûler leurs professeurs tout vifs comme harengs saurs. » (Pantagruel, 1532, chapitre V). En 1598, date de la proclamation de l’Edit de Nantes qui autorise le culte protestant, une faculté de théologie protestante est fondée à Montauban. Elle fermera à sa révocation pour rouvrir sous Napoléon, et fonctionnera jusqu’en 1918.

Toulouse est encore au XVIIe siècle la deuxième université du royaume par ses effectifs, mais un certain laisser-aller qui tourne parfois à la corruption gangrène toutes les universités du pays. Il faudra attendre le règne du Roi Soleil pour qu’un peu d’ordre soit mis dans ce domaine. Dans la région, cela a pour conséquence la réunion en 1751 de l’université de Toulouse et de celle de Cahors qui avait été créée en 1331-1332 par le cadurcien Jean XXII. L’université lotoise fut jugée comme l’un des pires exemples de la décadence des universités françaises.

La rénovation des campus se poursuit

La bibliothèque universitaire de l’Université Paul-Sabatier a été rouverte en début d’année après d’importants travaux de rénovation.

26

Midi-Pyrénées Info - Novembre/Décembre 2011

© Jean-Noel Herranz

La Région Midi-Pyrénées finance plusieurs opérations sur les campus de tout le territoire régional. Au Mirail, le 2ème bâtiment de l’UFR de Langues sera livré fin 2011 alors que la reconstruction du restaurant universitaire est en cours (livraison janvier 2013). A l’Université Toulouse 1 Capitole, la construction de l’école d’économie de Toulouse (TSE) est sur le point de démarrer tandis qu’à Paul Sabatier, après la bibliothèque universitaire, c’est celle dédiée à la santé qui va être rénovée. Hors de Toulouse, le campus d’Albi va être rénové, et la rénovation des locaux de l’IUFM de Cahors est également envisagée.


L’Université en Midi-Pyrénées

La Région Midi-Pyrénées finance la réhabilitation et les constructions de logements étudiants. Depuis 2000, elle a accompagné la rénovation de 2 010 logements et la construction de 1 759 nouveaux logements, à Toulouse mais aussi à Albi, Castres, Figeac... A cette rentrée, 500 nouveaux logements ont été livrés. Les résidences l’Aérophile et MaryseBastier ont été construites sur des terrains mis à disposition par la Région (les lycées H. Boucher et R. Bonnet à Toulouse).

© Philippe Grollier

3759 logements rénovés ou construits en 10 ans

préparer son déménagement vers le nouveau quartier du Mirail. Au début des années 1970, les facultés toulousaines disparaissent au profit de trois universités éclatés : Toulouse I (Droit), Toulouse II le Mirail (Lettres et Sciences humaines) et Toulouse III (Sciences et Médecine), plus connue sous le nom de PaulSabatier. Dans les années 1960 naît également l’Ecole nationale d’ingénieurs de Tarbes. Un autre mouvement va marquer l’enseignement supérieur et l’économie de la région : le transfert dans l’agglomération toulousaine au cours de ces mêmes années 1960 de la plupart des écoles et institutions de recherche du secteur aéronautique et de l’espace.

© Nouveau Logis Méridional / Groupe SNI

Il faudra attendre la création du PRES Université de Toulouse Le LAPMA, un des laboratoires de l’université (Pôle de Recherche et d’Enseigne- Paul Sabatier, membre de l’Institut des ment Supérieur) près de 40 ans après Sciences du Cerveau de Toulouse. l’éclatement des universités toulousaines pour que l’enseignement su- Près de 800 ans après sa création, l’université fait périeur retrouve une coordination partie intégrante de la région et contribue grandesur l’ensemble de la région Midi-Py- ment à son dynamisme notamment sur le plan écorénées. Avec ses 4 universités toulou- nomique grâce à son potentiel de recherche, l’un saines, et ses 11 établissements d’en- des plus importants du pays. Avec ses 6520 cherseignements supérieurs répartis sur cheurs rien que dans le secteur public, ses écoles tout le territoire, le Press Universi- d’ingénieur, les laboratoires privés qui s’appuient té de Toulouse étend également son sur cette ressource… la région Midi-Pyrénées est La résidence universitaire Maryse-Bastié située sur le site du Lycée action aux sites situés hors de l’ag- aujourd’hui en France celle qui consacre la plus Renée Bonnet de Toulouse. glomération toulousaine comme le grande part de son PIB à la Recherche (4,2%) et la CUFR Champollion (Albi, Castres, 8ème au niveau européen. La Révolution supprime les universités « sur tout le Rodez, Figeac) et le Centre universitaire Tarbes-Pyterritoire de la République » le 15 septembre 1793. rénées. C’est grâce à cette unité, au soutien des col- D’ici 2016, 56 000 m2 de nouveaux bâtiments seDes initiatives privées pour la plupart font vivoter lectivités locales et à la qualité du projet bâti par le ront construits et 108 000 m2 rénovés pour amél’enseignement supérieur jusqu’à Napoléon qui re- PRES Université de Toulouse que la candidature de liorer les conditions de travail des centaines de l’Université de Toulouse a été retenue dans le cadre milliers de personnes qui forment l’enseignement fonde l’université toulousaine. Le début du XXe siècle est un tournant pour l’ensei- du Plan Campus. L’objectif : donner à l’université supérieur en Midi-Pyrénées. De quoi donner un gnement supérieur régional. C’est à ce moment-là un rayonnement européen. La cohérence et l’unité nouvel élan à l’université de Toulouse Midi-Pyrédes établissements d’enseignement supé- nées et lui permettre d’écrire une nouvelle page de que la vocation scientifique et Près de 800 ans rieur s’affirment aujourd’hui avec encore son histoire. technique de Toulouse comaprès sa création, plus de force dans les projets d’Investissemence à s’affirmer, notamment grâce à l’engagement l’université fait partie ments d’Avenir. Sources principales: -« Et Toulouse pour apprendre : sept siècles d’histoire de l’univerintégrante de la de Paul Sabatier qui obtiende Toulouse », presses Universitaires du Mirail, 21 euros, région et contribue Une démarche qui n’est pas sans rappeler sité dra le prix Nobel de Chimie 200 pages. celle de Jean Jaurès alors adjoint au mai- -« Nouvelle histoire de Toulouse », sous la direction de Michel en 1912. Plusieurs instigrandement re de Toulouse chargé des affaires scolai- Taillefer, Privat, 28 euros, 384 pages tuts voient le jour : Chimie à son dynamisme res et universitaires (1906), Electrotechnique (1907), Agriculture (1909), Etudes méridionales s’adressant au président de la Au cœur du plus grand campus d’Europe (1913)… Les effectifs augmentent alors sensible- République Sadi Carnot venu ment. Entre la période napoléonienne et le début inaugurer la faculté de MédeSaviez-vous que Midi-Pyrénées fait partie d’un campus du XXe siècle ils passent de 493 juristes à 850, de cine en 1892 : « Nous attenuniversitaire comptant plus d’un demi million d’étudiants ? 30 à la faculté de lettres à 250. Cette augmentation dons avec confiance la loi qui Si étonnant que cela puisse paraître c’est une réalité depuis que continuera jusqu’à l’explosion de 1968 : 4 600 en doit organiser les universités et les Régions Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon, et les Comdonner à l’enseignement supéDroit et économie et 9 500 en Lettres. munautés de Catalogne et des Iles Baléares ont créé l’Eurocamrieur cette unité extérieure et visible qui manifeste et achève L’éclatement de l’université en 1968 pus en 2009 : 1er en Europe et 7e au niveau mondial, ce campus Les faculté de Médecine, de Pharmacie et de Scien- l’unité intérieure. Nous avons « géant » est composé d’un réseau de 87 établissements et de ces déménagent alors à Rangueil sur le premier cam- rempli et au-delà les condi45 000 chercheurs répartis sur les 4 territoires de l’Eurorégion pus construit en France sur le modèle américain, et tions les plus strictes marquées Pyrénées-Méditerranée. en partie à Purpan. Le Droit s’étend sur les terrains par elle.(…) Vous voyez tous de l’ancien arsenal en centre ville. Quant aux Let- nos efforts, vous devinez nos Plus d’infos sur : www.eurocampusweb.eu tres, les démarches sont engagées dès 1965 pour espérances. » Midi-Pyrénées Info - Novembre/Décembre 2011 -

27


Rencontre

Le Plateau de Bel À peine élu président du Sénat, Jean-Pierre Bel, second personnage de l’État, est rentré chez lui, en Ariège. « L’Ariège m’a tant donné », a-t-il dit à la population ariégeoise enthousiaste qui lui disait sa grande fierté.

La fierté. C’était bien sûr le mot que tous les élus ariégeois avaient à la bouche en cette journée de rassemblement quasi familial dans ce Conseil général qu’il connaît bien. Pendant une dizaine d’années, à partir de 1986, sous la houlette de son beau-père, Robert Naudy, alors président du Conseil Général, il y fut chargé des affaires juridiques et de la communication. Mais devant ses amis élus locaux, ce jour-là, il endosse son nouvel habit national : « Plus que d’émotion, c’est de gravité dont je me sens imprégné ». À 59 ans, Jean-Pierre Bel est au pays pour payer sa dette à ce Sud-Ouest dont il s’est nourri. Aux auteurs du livre « La bataille du Sénat » (Robert Laffont), il raconte sa jeunesse toulousaine et tarbaise : « Mon enfance a été rythmée par l’engagement politique et syndical de ma famille. Mon père a été licencié huit fois. Quand il arrivait dans une société, il montait une section CGT. Nous étions quatre enfants, nous habitions dans la cité ouvrière d’Empalot à Toulouse. Ma mère était syndicaliste dans les PTT. » Sa famille l’envoie au lycée à 28 Midi-Pyrénées Info - Novembre/Décembre 2011

© Audrey Cerdan

À Lavelanet dont il fut le maire de 2001 à 2008, il a déposé une rose au pied de la statue de Jean Jaurès. À Foix, il s’est recueilli devant la stèle dédiée aux résistants. Pas de hasard dans ces choix. Quand il naît le 30 décembre 1951, à Lavaur, dans le Tarn, ses parents sont encore marqués par leurs années de maquis dans la Montagne Noire. Il conserve d’ailleurs pieusement la mitraillette Sten de son père.

Tarbes, chez l’oncle René, avocat. « Il tion il prend sa carte du Parti Sociaétait socialiste, beaucoup plus mo- liste. En 1986 il fait la connaissance déré que mon père. Il m’a beaucoup de Lionel Jospin. Rencontre fondaappris, formé intellectuellement. Ma mentale. Dans le sillage du Premier secrétaire de Parti personnalité s’est forSocialiste, sa carrière gée dans cette dualiQuand il naît le décolle. Jean-Pierre té », raconte-t-il. 30 décembre 1951, Bel devient président à Lavaur, dans le de l’Union régionale Bac en poche, Jean- Tarn, ses parents Pierre Bel s’inscrit à la sont encore marqués Midi-Pyrénées du PS. En 1998, il est élu fac de Droit de Tou- par leurs années conseiller général de louse. Il y vit ses prede maquis dans Lavelanet et sénateur miers engagements la Montagne Noire. de l’Ariège. politiques auprès des antifranquistes, proches de la Ligue communiste révo- À Paris, il accède aux postes de reslutionnaire. En 1978, il abandon- ponsabilité de l’appareil socialiste, ne l’Université et l’extrême gauche secrétaire national aux fédérations pour suivre son épouse dans le can- puis aux élections. En 2004, il s’emton de Quérigut. « Il n’hésitait pas pare de la présidence du groupe soà donner un coup de main pour les cialiste sénatorial qui lui ouvre finafoins », se souviennent les 91 habi- lement, le 1er octobre 2011, la route tants de Mijanès dont il fut le maire du « Plateau », comme les habitués de 1983 à 1995. Le jour de cette élec- du Palais du Luxembourg appellent

cette tribune où siège le président de la Haute Assemblée. Il s’amuse de la surprise des médias parisiens qui le découvrent tardivement : « S ur les dix-sept présidents du Sénat, à peine un ou deux étaient véritablement connus. Je ne nourris donc pas de complexe ». L’Ariégeois est monté au Plateau. Dans son discours inaugural, il s’est prononcé pour l’abrogation de la réforme territoriale « qui doit être entièrement repensée », pour une marche en avant de la décentralisation et pour des états-généraux des territoires. La « colère profonde » des territoires sera son combat, ces territoires « stigmatisés, désorientés, peut-être aussi abandonnés face à leurs immenses difficultés ». En conquérant le Sénat, Bel l’Ariégeois leur offre une tribune sur un plateau.


Midi Pyrénées Info n°44