Page 1

SEPTEMBRE 2009 – REFORMONS NOS LYCEE – RNL – REFORME DU LYCEE

Revendications de RNL pour la réforme du lycée «45 idées pour changer le lycée»

Par le Bureau National de l'Association RNL- Réformons Nos Lycées,


SEPTEMBRE 2009 – REFORMONS NOS LYCEE – RNL – REFORME DU LYCEE

SOMMAIRE I. INTRODUCTION II. LE LYCEE CAMPUS 1 – L'engagement volontaire valorisé 2 – De nouveaux espaces de vie 3 – Des lycéens entrepreneurs 4 – Un lycée ouvert le Week-End 5 – Création d'un poste de «Chargé de la Vie Lycéenne» 6 – L'information au lycée 7 – Une identité dans chaque lycée III. LE LYCEE 2.0 1 – Ordinateurs pour tous les lycéens 2 – Nouvelle façon de travailler 3 – Internet au lycée 4 – Une approche aux dangers d'internet 5 – Cours rattrapables 6 – Contacts facilités élèves-professeurs IV. LA DEMOCRATIE LYCEENNE 1 – Simplifier le mille-feuilles d'élus 2 – De vraies élections 3 – Plus de reconnaissance et de considération 4 – Des commissions, plus de réunions 5 – Un fond de vie lycéenne transparent 6 – Un local dans chaque lycée 7 – Affichage des actions des élus 8 – Une élection nationale: le CSE V. LES ECHANGES INTERNATIONAUX 1 – Des jumelages entre lycées européens 2 – Un Erasmus-lycéen 3 – Accepter les financements privés pour les voyages. 4 – Des Conférences thématiques VI. L'ORIENTATION 1 – Une orientation au fil des découvertes 2 – Entrevue du monde universitaire 3 – Cours introductifs dans chaque matière 4 – Rapport d'étape d'orientation 5 – Nouvelle approche 6 – Le mois de juin en seconde VII. LE BAC 1 – Langues: oral & écrit 2 – Epreuve d'ECJS 3 – Rapport de connaissances 4 – Dose de Contrôle continu 5 – Débouchés logiques


SEPTEMBRE 2009 – REFORMONS NOS LYCEE – RNL – REFORME DU LYCEE VIII. L'ORGANISATION DE L'ANNEE & QUELQUES DETAILS 1 – Parcours autonome 2 – Semestrialisation de l'année 3 – Seconde: classe de détermination 4 – Moins d'heures de cours 5 – Moins de vacances 6 – Un vrai cours d'ECJS IX. LES BLOCAGES D'ETABLISSEMENTS 1 – Loi contre l'obstruction d'un service public 2 – Sanctions rapides 3 – Application des sanctions X. CONCLUSION


SEPTEMBRE 2009 – REFORMONS NOS LYCEE – RNL – REFORME DU LYCEE

INTRODUCTION La réforme du lycée général et technologique français (le lycée professionnel ayant déjà été réformé récemment) s'impose comme une évidence aujourd'hui. Cependant, cette réforme aboutit sur des débats passionnés. La communauté éducative comprenant bien qu'il s'agit d'une occasion de modifier la philosophie même du lycée, les jeunes comprennant qu'ils ont leur mot à dire, sur leur façon de travailler mais surtout sur la façon d'être perçu dans une société qui ne les comprend pas toujours. Les modalités de cette réforme diffèrent selon les points de vue et chacun apporte sa contribution aux débats qui se sont; qui sont, ou qui seront engagés. L'association Réformons Nos Lycées (RNL) s'engage dans cette optique et tient à proposer ses propres idées, mûrement réfléchies, pour enrichir encore un peu plus les débats et s'assurer que tous les courants d'opinions soient écoutés. C'est donc dans ce cadre de questionnements et de changements que le Bureau National de RNL s'est lancé dans la rédaction de 45 idées qui pourraient constituer les bases du lycée du XXIème siècle. RNL a bien compris que les lycéens pouvaient rencontrer des difficultés à comprendre une réforme riche en détails techniques. Des évolutions techniques qui changent pourtant l'organisation du lycée. Les lycéens peuvent prendre peur face à de tels changements, qu'ils ne comprennent pas tous, c'est pour cela qu'il nous a paru important de faire un maximum de proposition sur le lycée au sens large, sur l'émancipation des lycéens. Les détails techniques sur l'organisation des emplois du temps, sur les programmes, sur le nombre d'heures sont très important mais nous ne pouvons pas nous estimer expert dans des domaines particulièrement ardus. Nous voulons un droit de regard sur les réformes qui touchent notre cadre de vie mais nous serons surtout attentif sur le statut du lycéen plus que sur les méthodes pédagogiques. Sans aucun doute, nous voulons un lycéen entreprenant, un lycéen ambitieux, un lycéen qui va de l'avant et qui a les moyens de le faire ! Pour nous, c'est l'enjeu de cette réforme. Nous voulons un nouveau lycée mais surtout un nouveau lycéen ! Vaste programme...

LE LYCEE CAMPUS 1. Le lycée doit être un lieu de vie qui amène le lycéen a apprendre l'autonomie. Des tâches doivent être confier aux élèves. Ils doivent être associer à la gestion du réfectoire, du foyer, du CDI... On peut penser que les élèves, sur la base «d'un volontariat valorisé» puissent participer à quelques tâches dans leur établissement. Il ne s'agit pas d'exploiter les élèves pour faire des économies mais bien de les impliquer dans la vie de leur lycée, pas plus de quelques heures par mois, pendant les heures vides de l'emploi du temps. Cet engagement volontaire serait mis en valeur sur le bulletin scolaire. 2. Il faut créer des espaces de vie, cyber-café, salle de danse, salle de sport, salle d'exposition, gérer par les élèves quand cela est possible.


SEPTEMBRE 2009 – REFORMONS NOS LYCEE – RNL – REFORME DU LYCEE 3. Il faut que les élèves puissent entreprendre des initiatives dans leur lycée. La création d'une association à l'intérieur d'un établissement, par des élèves mineurs, doit être facilitée. Ces associations pourraient avoir plusieurs buts: sportifs, jumelages, solidarité, etc... 4. Un lycée ouvert en dehors des heures de cours, le week-end et pendant les vacances scolaires. Il doit être un lieu d'apprentissage mais aussi un lieu d'épanouissement personnel, un lieu où les élèves peuvent entreprendre facilement des projets qui seront enrichissisants. 5. Un contact plus facile avec l'administration du lycée. Une équipe de direction qui aide les élèves à réaliser leurs projets. Création d'un poste de chargé de la vie lycéenne dans tous les lycées. 6. Installation dans le lycée, dans un lieu de passage d'un kiosque à journaux (autre que le CDI) avec une télévision retransmettant une chaîne d'information en continue. L'information est devenue importante dans notre société. Mais les élèves ne sont pas égaux devant l'accès à l'information. Ils doivent y être inciter. 7. Identité propre à chaque lycée: logo/symbole, plus d'autonomie (droit de demander le port d'un uniforme, avec par exemple, un polo aux couleurs de l'établissement; fête du lycée; remise de prix/diplômes, etc). Chaque établissement doit être en capacité d'imposer sa propre image bien que les programmes scolaires soient les mêmes partout. LE LYCEE 2.0 1. Ouverture du lycée à l'enjeu numérique: lancement d'une offre «un portable pour 1€ par jour» / prêt d'ordinateur par la région. Cette opération doit réduire les disparités entre les élèves face à l'informatique. 2. Possibilité d'écrire ses cours sur ordinateur, faire rentrée le numérique dans la classe. Bien que cette idée n'est pas souhaitable en primaire et au collège, le lycéen doit commencer à intégrer l'outil informatique dans sa façon de travailler. 3. Installation de bornes wifi dans les établissements. Les heures de CDI sont rarement souples, avec une connection wifi l'élève pourrait se connecter partout (ou dans une salle ouverte spécifique) pour faire une recherche express. 4. Plusieurs initiations durant l'année sur les enjeux d'internet et ses dangers. L'information sur les dangers d'internet doit être offerte aux lycéens, une à deux fois dans l'année. 5. Cours rattrapables sur internet, agendas électroniques. De façon à rattraper plus facilement les cours perdus en cas d'absence. 6. Adresse email personnelle au nom prenom.nom@nomdulycee.fr qui permettrait un l'administration, les professeurs et l'élève.

du lycée, exemple: contact plus direct entre


SEPTEMBRE 2009 – REFORMONS NOS LYCEE – RNL – REFORME DU LYCEE LA DEMOCRATIE LYCEENNE 1. Rendre le mille-feuilles de la démocratie lycéenne plus lisible. Le CVL (Conseil de la Vie Lycéenne) est constitué de lycéens élus pour un an, d'autres pour deux ans, certains élus par tous les élèves de l'établissements, d'autres élus par les délégués de classes... Trop de démocratie lycéenne tue la démocratie lycéenne. Nous voulons 10 lycéens par CVL, tous élus lors d'une même élection, pour une durée de mandat de 1an. Pourquoi réduire le mandat à un an ? Chaque année les élus de terminale cèdent leur place à d'hypothétiques suppléants... qui ne connaissent pas leur rôle, qui ne savent pas où en est le CVL. Cette mauvaise succession aboutit à la mort du CVL lors de la deuxième moitié du mandat... Enfin nous voulons qu'il s'agisse d'un scrutin de listes. Une liste de 20 noms, 10 titulaires et 10 suppléants. Pourquoi une liste ? Afin de favoriser les candidatures sérieuses, d'amener au CVL un groupe qui sache travailler ensemble et favoriser les débats entre différentes organisations lycéennes. Mais cela n'est possible que si l'élection est retardée (en novembre au lieu d'octobre) et qu'une importante information a lieu dans l'établissement dès la rentrée pour demander aux lycéens de se présenter. Dès le lendemain de l'élection, le CVL est constitué à la proportionnelle selon les résultats. A la suite de la constitution du CVL, la tête de liste de la liste gagnante devient Vice-Président de l'instance, interlocuteur priviligié du Proviseur. Le CVL procède en interne, à l'élection des représentants au Conseil d'Administration, au Conseil de Discipline, ... Au niveau académique: il faut des circonscriptions précises, ce qui n'est pas le cas actuellement où chaque rectorat a fait son propre code électoral ! Il y a un titulaire et deux suppléants comme aujourd'hui, qui se présentent aux élus des CVL de sa circonscription. Puis, chaque CAVL élit son représentant au CNVL. 2. Des élections dignent de ce nom. Aujourd'hui, dans beaucoup d'établissements, les élections sont baclées et organisées sans respecter aucune règle de base de la démocratie. Aucune information sur les élections, des taux d'abstention record par manque d'information, autant de candidats (choisis par l'administration !) que de places à pourvoir, ... Nous devons obliger les établissements à considérer ces élections et à les organiser correctement. 3. Une meilleur reconnaissance par la direction de l'établissement. Les élus doivent être considérés comme des interlocuteurs de premier ordre. Ils doivent être reçus régulièrement par le proviseur. 4. Des réunions plus régulières, des commissions. Une fois élu, le CVL doit se diviser en commissions qui plancheront chacunes sur des sujets précis. Les élus lycéens se répartiront dans ces commissions et se spécialiseront dans des projets. 5. Un fond de «vie lycéenne» connu des élus et gerer par eux. Chaque CVL reçoit un fond de vie lycéenne... Hélas quand les élus demandent le montant de celui-ci, il est rare qu'une réponse soit apportée... Le plus souvent, ce fond de vie lycéenne comble une dépense qui n'a rien à voir avec la démocratie lycéenne et les projets lycéens. Les élus doivent avoir le monopole de ce budget, approuvé par le proviseur.


SEPTEMBRE 2009 – REFORMONS NOS LYCEE – RNL – REFORME DU LYCEE 6. Un local pour les élus lycéens, qui serait un point de rencontre entre les lycéens, un lieu de débats et qui serait le point de départ des projets lycéens. Aujourd'hui le constat est que les lycéens ne connaissent pas leurs élus, que les élus ont du mal à appliquer leur mandat comme ils l'aimeraient... Manque de considération, manque de matériel... 7. Un affichage des débats lycéens, des organisations lycéennes. Les comptesrendus des réunions, les initiatives des élus, les évènements, l'agenda du lycée, etc... Actuellement, l'élu lycéen est frustré de ne pas pouvoir faire connaître ses activités, ses projets... 8. Une élection CSE nationale et direct. Trois lycéens sont élus au CSE. Un nombre suffisant selon nous. Mais nous pensons que la campagne doit être nationale, avec un jour précis d'élection, dans tous les établissements, privés comme publics. Seuls les élus académiques pourraient être candidats (comme aujourd'hui) mais tous les lycéens seraient électeurs. Il faudrait un certain nombre de parainages pour être candidat. LES ECHANGES INTERNATIONAUX 1. Jumelage des lycées avec d'autres établissements européens. Ouvrir nos lycées à l'Europe et aux échanges entre différentes cultures est important selon nous. Ces jumelages faciliteraient les voyages scolaires et la connaissance de l'Europe. 2. Erasmus lycéen. L’Europe au lycée c’est aussi l’intensification des programmes de type «Voltaire». Ce programme permets aux lycéens franco-allemands de partir 6 mois dans le pays opposé. Ils sont intégrés à une famille, à un lycée… Ce programme est trop peu connu. Ce type de programme, véritable «Erasmus lycéens», doit être démocratisé et étendu au Royaume Uni, à l’Italie et à l’Espagne. 3. La possibilité pour les établissements d'aller chercher des financements d'entreprises privés, notamment pour l'organisation de voyage. Nous pensons qu'il n'y a rien de choquant à ce qu'une entreprise privée paraine un projet lycéen. Trop souvent, des voyages scolaires ne voyent pas le jour par manque de moyens. 4. Multiplier les échanges, les conférences sur l'Europe et le Monde. Nous aimerions que dans l'emploi du temps du lycéen, il y ait deux heures mensuelles réservées à des conférences sur l'Europe, le Monde, l'actualité,... Plusieurs classes assisteraient à ces conférences dans lesquelles des personnalités extérieures pourraient intervenir. C'est un premier pas au monde universitaire. L'ORIENTATION 1. RNL milite pour une orientation de découverte: aujourd'hui, les occasions de découvrir les débouchées sont trop rares. Il faut montrer de façon simple quelles filières amènent à tels métiers. Il faut que les lycéens puissent entreprendre des stages de courtes durées dans les entreprises, les administrations, etc... Non pour se former mais pour découvrir.


SEPTEMBRE 2009 – REFORMONS NOS LYCEE – RNL – REFORME DU LYCEE 2. Faire découvrir les universités aux lycéens en organisant des journées portes ouvertes, avec la possibilité d'assister à un cours en amphi, de découvrir un campus mais aussi le mode de fonctionnement d'une université. 3. Avoir dans chaque matière, un cours introductif en début d'année sur les possibilités d'études et débouchés dans la matière en question. Connaître les qualités à avoir pour suivre telles ou telles études. Il faut que chaque lycéen ait un entretien individuel chaque année. Ce qui n'est pas encore le cas pour tout le monde... 4. Demander au lycée un rapport d'étape sur son projet, son orientation. Grâce à ce rapport d'étape, l'équipe pédagogique s'apercevrait des lycéens rencontrant un problème d'orientation. Un second entretient serait alors conseiller. 5. Il faut changer la méthode d'orientation: aujourd'hui, beaucoup d'élèves réfléchissent à un métier puis les études qu'il faut pour y parvenir. Il faut une orientation plus progressive, par centre d'intérêt, puis avec les métiers débouchant sur ces centres d'intérêts. Cette méthode permettrait de découvrir des métiers auxquels les lycéens ne pensent pas toujours... 6. En seconde, nous ne sommes pas partisant de «la reconquête du mois de juin». Ce mois doit être entièrement dédié à l'orientation, stages, immersion dans différents secteurs, tout doit être mis en oeuvre pour que les lycéens volontaires puissent partir à la découverte de leur avenir ! LE BAC 1. Langues: examens oraux pour la LV1 et la LV2 doublés par un contrôle continu pour l’écrit. Une note de bac serait donc constituée de 50% par l’examen oral et 50% par le contrôle continu écrit. Ainsi, l'élève serait évaluer sur l'oral et l'écrit. 2. Une nouvelle épreuve- courte- d’ECJS coefficientée 2, qui se résumerait en un QCM assorti d’une question argumentée. RNL propose que l’ECJS (Enseignement Civique Juridique & Social) qui passe aujourd’hui souvent à la trappe devienne réellement obligatoire avec un programme précis, ce qui n’est pas le cas actuellement. 3. Nous reprenons l'idée de Benoist Apparu d'une nouvelle épreuve avec un fort coefficient qui consisterait à réaliser et présenter un dossier faisant état des expériences pratiques et des réflexions alimentées pendant l’année. 4. Le contrôle continu ne doit s’appliquer qu’aux matières mineures. Il est important d’avoir un examen qui ait la même valeur pour tous les lycéens, c’est pour cela que nous le préférons identiques pour tous les élèves pour les matières à fort coefficient. 5. Un diplôme qui doit ouvrir aux études en fonction de la série passée: il n’est pas normal qu’un bac S permette des études supérieures littéraires et qu’un bac L ne permette pas de faire des études scientifiques. Pour RNL, c'est la solution au


SEPTEMBRE 2009 – REFORMONS NOS LYCEE – RNL – REFORME DU LYCEE problème actuel de hiérarchisation des filières. Quand une filière permet d'aller partout (S) et qu'une autre est plus restrictive (L), il est logique qu'une hiérarchie se fasse. Nous devons supprimer cette hiérarchie, cause de nombreuses erreurs d'orientation. L'ORGANISATION DE L'ANNEE & QUELQUES DETAILS 1. Plus d'autonomie dans la construction de son parcours, le lycée à la carte, même si il ne peut être total doit être possible pour un certain nombre d'heures par semaine. Nous voulons que les lycéens bénéficient d'une certaine liberté de choix. Pour RNL, six heures doivent être mises à disposition de l'élève pour approfondir une matière ou pour des matières plus originales. 2. Année semestrialisée, permettant de faire un bilan et de changer d'options, uniquement en seconde. Nous reprenons cette idée présente dans le projet de réforme «Darcos- De Gaudemar». Benoist Apparu l'avait lui aussi repris dans son rapport parlementaire. Il s'agit là d'une véritable innovation. Il faut repenser le rythme de l'année scolaire. A quoi servent les trimestres ? Pas à grand chose si ce n'est d'envoyer un bulletin de notes... Il faut que le conseil de classe prenne des décisions et réalise un bilan d'étape de l'élève. 3. Classe de seconde ouverte, année de découverte, d'observation. Pour RNL, la seconde doit être une année de pause où l'on réfléchit à la suite de son parcourt. On ne peut plus accepter que les lycéens en terminale répondent qu'ils n'ont aucune idée de débouchées ! Cette année de seconde doit permettre de découvrir les filières, de changer, d'avoir un droit à l'erreur ! 4. Diminution du nombre d'heures des cours magistraux. La France est l'un des pays où il y a le plus d'heures de cours. Nous pensons qu'il faut réduire le nombre total d'heure. Comment y parvenir ? Revoir les objectifs d'apprentissage. Nous voulons que les filières soient encore plus spécialisées, sauf dans des matières «culturelles» telles que l'histoire-géo ou encore la philosophie. Ainsi, un élève en filière littéraire n'a aucun intérêt à suivre beaucoup d'heures de maths, de sciences etc... Et inversement, un élève en filière scientifique, devrait suivre moins d'heures de français. 5. Diminution des vacances d'été permettant moins d'heures par semaines. Commencer l'année fin août, la terminer la première semaine de juillet, réduire de quelques jours les vacances intermédiaires afin d'avoir un emploi du temps moins lourd en semaine et permettre au lycéen de s'épanouir dans des activités extrascolaires ou un engagement dans le lycée en dehors des heures de cours. 6. L'ECJS doit être un cours de société, d'information où l'on décrypte l'actualité, où l'on se cultive. Passer de l'apprentissage de la théorie à la compréhension de celleci. Voilà l'enjeu du nouveau lycée. L'enseignement actuel se distingue par


SEPTEMBRE 2009 – REFORMONS NOS LYCEE – RNL – REFORME DU LYCEE l'apprentissage de grandes théories, de grandes règles, de grands auteurs, de grands textes, etc... Mais le lycée ne doit pas s'arrêter à ces théories. Nous devons faire comprendre aux lycéens comment celles-ci prennent formes dans nos sociétés. L'ECJS doit être un cours de décryptage de l'actualité. Pour que ce cours ait lieu, il doit être organiser par un professeur s'occupant exclusivement de cette matière, aujourd'hui, les heures d'ECJS sont avalées par le professeur d'histoiregéographie qui rattrape ses heures...pour finir son programme.

LES BLOCAGES D'ETABLISSEMENTS 1. Fermeté des proviseurs, des recteurs face au blocage d'un établissement. Il doit être débloqué par les forces de l'ordre dans les plus brefs délais. Trop souvent, la peur d'un accrochage médiatique entre les CRS et les lycéens empêche tout débloquage et pénalise directement les élèves. Nous voulons une loi précise et appliquée interdisant «l'obstruction des bâtiments publics». 2. Sanctions rapides des bloqueurs. Exclusion d'une semaine puis signature d'un renoncement à la violence et aux actions illégales lors d'un Conseil de Discipline. En cas de récidive, exclusion définitive sans repasser par le Conseil de Discipline. Sanctions pénales contre les bloqueurs majeurs. 3. Contrôle de l'avancement des sanctions par le Recteur lui-même. Trop souvent, certains proviseurs approuvement implicitement les blocages. Le sujet est trop important, pour RNL, il doit y avoir une tolérance zéro. Nous ne pouvons pas rendre les débats sur l'avenir de l'éducation otages des blocages.

Livre blanc RNL  

45 propositions pour changer le lycée !