Page 1

Club des ornithologues de Québec inc. 5,25 $

Mot du président Assemblée générale annuelle 2010 Des nouvelles de votre CA Résumés d’excursions et de conférences Les activités saisonnières L’écrit des membres Les observations ornithologiques Été 2009 juin et juillet Recensement de Noël 2009 Attirer et nourrir les oiseaux Oiseaux migrateurs en voyage Les Bruants de Scarborough Marsh Chronique étymologique Pehr Gustav Tengmalm Grille thématique De toutes plumes

Volume 54, numéro 3, décembre 2009


LE BULLETIN ORNITHOLOGIQUE | VOLUME 54, NUMÉRO 3, DÉCEMBRE 2009

Sommaire | hiver 2010

Le Bulletin ornithologique

91 . . . Mot du président 92 . . . Assemblée générale annuelle 2010 94 . . . Des nouvelles de votre CA 97 . . . Résumés d’excursions et de conférences 100 . . Les activités saisonnières 104 . . L’écrit des membres 105 . . Les observations ornithologiques 119 . . Recensement de Noël 2009 124 . . Chronique étymologique 120 . . Attirer et nourrir les oiseaux 125 . . Grille thématique 121 . . Oiseaux migrateurs en voyage 126 . . De toutes plumes

Club des ornithologues de Québec inc. Domaine de Maizerets 2000, boulevard Montmorency Québec (Québec) G1J 5E7 Répondeur téléphonique: 418-661-3544 Ligne rouge : 418-660-9089 Courriel : coq@coq.qc.ca Site Internet : www.coq.qc.ca 100% PAPIER RECYCLÉ

Équipe du Bulletin

Merci aux personnes qui ont collaboré au présent Bulletin : Daniel Houx, Yolande Le Sieur, Louis Messely, Gaétan Lord, Fernand Grondin, Christian Chevalier, Norbert Lacroix, Olivier Barden, Dany Cloutier, Caroline Anctil, Catherine Plante, Réjean Paquet, Marguerite Larouche, Jean-François Rousseau, Alain Côté, Josée Normandeau, Samuel Denault, Gérard Cyr, François Grenon, Christian Detellier et Pierre Otis.

Merci aussi à toute l’équipe de l’expédition du Bulletin, dirigée par François Gouge et Yolande Le Sieur. Quel moment impressionnant que de pouvoir photographier une Gélinotte huppé alors qu’elle s’apprête à tambouriner. C’est ce que Daniel Houx nous présente en page couverture. Merci Daniel.

Éditeur délégué et rédacteur en chef Pierre Otis Compilation des feuillets ornithologiques Roger et François Dion Rédaction des observations ornithologiques Gérard Cyr, Jean-François Rousseau, Gaétan Lord et Olivier Barden Activités Réjean Paquet Conférences Norbert Lacroix

La présentation de la page couverture en couleurs a été rendue possible grâce à la contribution de notre principal annonceur, LE NATURALISTE.

Le conseil d'administration Norbert Lacroix - Président Marguerite Larouche - Vice-présidente, Kiosque Dany Cloutier - Trésorier, Publicité Louis Messely - Secrétaire, Environnement Pierre Otis - Bulletin Maurice Raymond - Site Internet Réjean Paquet - Activités Jean-Guy Picard - Comptoir des ventes, Répondeur téléphonique Yolande Le Sieur - Courrier, 5 à 7 Jocelyne Simard - Cours d’ornithologie Gaétan Lord - Observations saisonnières Sébastien de la Durantaye - Courrier électronique Robert Cavanagh - Relève-jeunesse Diane Labarre Denis Talbot Céline Poulin

418-871-3497 418-529-0952 418-704-3346 418-840-3668 418-687-1317 418-661-4043 418-623-6102 418-847-7645 418-667-1503 418-524-6391 418-654-0596 418-834-9657 418-653-3996 418-832-1575 418-845-9824 418-878-2090

Page 90

Correction de textes Caroline Anctil Catherine Plante Graphiste Éric Ampleman

Le Bulletin ornithologique est publié quatre fois par année par le Club des ornithologues de Québec inc. À partir de janvier 2008, les nouveaux tarifs pour l’adhésion individuelle au COQ sont de 22 $ pour un an et de 42 $ pour deux ans ; l'adhésion familiale ou celle d'un organisme est de 30 $ pour un an et de 56 $ pour deux ans. Le coût d’abonnement au Bulletin ornithologique seulement est de 21 $ pour un an et de 40 $ pour deux ans. L'abonnement familial ou celle d’un organisme pour un an est de 29 $ et de 54 $ pour deux ans. Le coût annuel pour étudiant est de 14 $. Envoi de publication, enregistrement PAP-NO9930. Dépôt légal : Bibliothèque nationale du Québec et Bibliothèque nationale du Canada ISSN-0007-5256. Les articles qui ne sont pas explicitement signés par le bureau de direction du COQ n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs. Le générique masculin utilisé dans le texte de cette publication ne véhicule aucune discrimination et doit être considéré comme incluant le générique féminin. Le contenu du Bulletin ornithologique peut être reproduit en citant la provenance. Pour toute correspondance concernant le Bulletin, utiliser l'adresse ci-haut mentionnée.

Autres responsables Marquis Lachance - Ligne rouge Jean-François Rousseau - Observations ornithologiques Lucie Vézina - Feuillets d’observation François Shaffer - Espèces menacées François Gouge - Liste des membres, Abonnements

Publicité Dany Cloutier

418-660-6552 418-856-5933 418-647-4367 418-682-0901 418-523-0019

« Nous reconnaissons l’aide financière du gouvernement du Canada, par l’entremise du Programme d’aide aux publications (PAP), pour nos dépenses d’envoi postal. »


VOLUME 54, NUMÉRO 3, DÉCEMBRE 2009 | LE BULLETIN ORNITHOLOGIQUE

Le mot du Norbert Lacroix

Ce message du président doit partir avant le 15 octobre afin de paraître dans le Bulletin de décembre 2009. Entre ces deux dates, le cadre ornithologique se sera fortement modifié, entraînant les rajustements correspondants dans nos sorties d’observation. Quelques derniers migrateurs nous auront-ils attendus afin que nous les notions à notre Avicourse annuelle qui se met en branle le 1er décembre? Une demande au sujet de certaines adresses de courriel Certains membres n’ont pas donné leur adresse de courriel au COQ, ou encore, ont de nouvelles adresses qui ne nous ont pas été transmises. Si vous désirez que nous ayons ces renseignements, prière de nous les fournir à l’adresse principale du Club, coq@coq.qc.ca. Nous nous chargerons de les faire parvenir à François Gouge, responsable du fichier des membres. À l’occasion, des annonces du COQ sont faites par courriel, par exemple pour rappeler un événement spécial. Reconnaissance à Jacques Lachance Depuis plusieurs années, Jacques Lachance pilotait le Comité des observations, assisté par trois membres de ce comité. Il a pris la décision de s’adonner à de nouvelles tâches, ce qui fut annoncé aux membres dans le Bulletin de septembre dernier (page 59). Le président et les membres du CA, en s’associant aux membres du COQ, adressent à notre collègue Jacques de vifs remerciements pour ses précieux services soutenus au comité. Nous lui souhaitons de grandes satisfactions avec les autres occupations qu’il choisira en parallèle avec la coordination de l’Avicourse.

président Publicité et commanditaires : appel de suggestions et même de renfort Je fais un appel à tous dans ce Mot du président pour obtenir des suggestions pertinentes à nos besoins en publicité et en commandites. Ces questions relèvent présentement de notre trésorier Dany Cloutier, assisté ponctuellement de Sylvie Saint-Pierre, membre du COQ. Ce serait bien s’ils n’étaient plus seuls dans ce dossier de la publicité! Prière aux membres qui pourraient leur venir en aide de me faire signe. Plus généralement, si des membres connaissaient une entreprise qui serait disposée à faire de la publicité dans notre Bulletin, il serait très apprécié que Dany ou moi en soyons informés. Nos coordonnées apparaissent à l’intérieur de la couverture arrière de ce Bulletin. Invitation à votre Assemblée générale annuelle Ailleurs dans ce numéro, vous recevrez l’invitation pour l’Assemblée générale annuelle du vendredi 26 février 2010. C’est un rendez-vous qui cristallise en une courte soirée le portrait de toute une année dans la vie du COQ. Une bonne façon de cultiver davantage son sentiment d’appartenance! Bonne saison hivernale! Bonnes observations sur le terrain! Et profitons bien des activités et événements proposés par notre Club, en particulier lors de ce qui s’appelle traditionnellement les longues soirées d’hiver! Norbert Lacroix, président du COQ

Publicité et commanditaires : appel de suggestions et même de renforts!

Collaborateurs recherchés

Afin de diversifier le contenu du Bulletin ornithologique et apporter de l’aide à l’équipe de rédaction, nous sommes à la recherche de collaborateurs pour produire des articles, des chroniques, des dessins, des témoignages, des jeux-questionnaires, des compte rendus de voyage ou tout écrit se rapportant aux oiseaux. Votre aide serait grandement appréciée et votre collaboration vous apportera sûrement une grande satisfaction. Pour plus d’informations ou pour proposer vos services, contactez Pierre Otis au 418-687-1317.

R app el des objec t ifs du C O Q • Faire connaître les oiseaux dans un contexte de détente et de loisir, et sensibiliser le public à la présence des oiseaux qui nous entourent; • Partager nos connaissances et nos expériences;

• Veiller à la protection de la faune aviaire, de ses habitats et des sites d’observation de la région; • Participer à l’amélioration des connaissances par des activités scientifiques.

Prochaine parution du Bulletin ornithologique : MARS

2010

Date limite de réception d’articles : 1 février 2010

Page 91


LE BULLETIN ORNITHOLOGIQUE | VOLUME 54, NUMÉRO 3, DÉCEMBRE 2009

Assemblée générale annuelle 2010 AVIS DE CONVOCATION À TOUS LES MEMBRES Le président Norbert Lacroix et le Conseil d’administration invitent tous les membres du COQ à l’Assemblée générale annuelle qui se tiendra le vendredi 26 février 2010, à 19 h 30, au domaine de Maizerets, 2000, boulevard Montmorency, à Québec. En cas de tempête, la rencontre aura lieu le 5 mars. Pour vérification au besoin, les renseignements seront sur la Ligne Rouge du COQ, au 418-660-9089. Aspects particuliers pour alléger le déroulement et agrémenter la soirée • Jeu-questionnaire ornithologique à l’accueil et durant la pause. • Adoption du procès-verbal sans lecture (car disponible à l’avance : voir le texte intitulé « Consultation du procès-verbal de l’AGA de 2009 » dans ce Bulletin ornithologique). • Présentations PowerPoint schématisées: rapport du président, rapports des comités et perspectives pour 2010. • Élections : candidatures recueillies au préalable par le Comité de mise en nomination et, le cas échéant, au moyen de l’article 18 des règlements (donc pas de nominations spontanées lors des élections). • Tirage de prix de présence. • Café, jus et accompagnements offerts gracieusement. Importance de cette assemblée • Elle est spécifiquement conçue pour les membres. • Elle se rapporte aux activités et à la vie de votre Club, dont le portrait annuel est présenté de manière condensée. • C’est l’occasion de rencontrer les membres du Conseil d’administration et d’autres membres.

26 février 2010

Ordre du jour 1. Adoption de l’ordre du jour. 2. Adoption du procès-verbal de l’AGA du 27 février 2009. 3. Affaires découlant du procès-verbal (autres que celles traitées dans les rapports). 4. Présentations PowerPoint : rapport du président et rapports des comités. 5. Rapport du trésorier (sur PowerPoint; version papier disponible le soir de l’AGA). 6. Ratification des actes posés par le Conseil d’administration depuis la dernière AGA. 7. Rapport du Comité de mise en nomination (texte annexé à cet ordre du jour : voir dans ce numéro-ci du Bulletin ornithologique) et élections de huit membres au Conseil d’administration. 8. Court ajournement : tirage des prix de présence pendant que le Conseil d’administration se retire quelques minutes afin d’élire le bureau de direction. 9. Reprise de l’assemblée par la présentation du nouveau bureau de direction élu par le CA. 10. Perspectives pour 2010 (brève présentation PowerPoint). 11. Autres questions. 12. Levée de l’assemblée. Le secrétaire, Louis Messely

Pinson des arbres (Alain Côté)

Consultation du procès-verbal de l’AGA de 2009 Par souci d’économie et pour alléger notre Bulletin ornithologique, le procès-verbal de l’AGA du 27 février 2009 est disponible selon les modes suivants : • en visitant notre site Internet www.coq.qc.ca et en interrogeant le menu à gauche de la page d’accueil; • par courriel, en adressant votre demande à coq@coq.qc.ca, avec votre identification et votre numéro de membre, après quoi le procès-verbal vous sera envoyé par courrier électronique en format PDF; • au moyen d’une demande sur notre répondeur au 418-661-3544, en vous identifiant avec votre numéro de membre et votre adresse postale complète, après quoi une version papier vous sera expédiée (sans les annexes); • enfin, vous pouvez faire votre demande par écrit au Club des ornithologues de Québec inc., 2000, boulevard Montmorency, Québec (Québec), G1J 5E7, sans oublier de vous identifier avec votre numéro de membre et votre adresse postale complète : une version papier vous sera alors expédiée (sans les annexes); • quelques copies papier (sans les annexes) seront aussi disponibles le soir même de l’AGA.

Page 92


VOLUME 54, NUMÉRO 3, DÉCEMBRE 2009 | LE BULLETIN ORNITHOLOGIQUE

Rapport du Comité de mise en nomination pour le Conseil d’administration du COQ en 2010 Conformément aux règlements de notre corporation, un Comité de mise en nomination a été formé par le Conseil d’administration afin de recueillir les candidatures pour combler huit sièges qui deviendront vacants au CA. Les membres du comité sont Jocelyne Simard, Pierre Otis et Denis Talbot. Le comité a déjà reçu les candidatures des huit membres suivants pour un mandat de deux ans : Marguerite Larouche Gérard Cyr Yolande Le Sieur Gaétan Lord Louis Messely Réjean Paquet Jean-Guy Picard Maurice Raymond NOTE : Gérard Cyr est candidat en remplacement de Céline Poulin qui ne désire pas renouveler son mandat qui prendra fin à l’AGA 2010.

S e l o n l ’ a r t i c l e 1 8 d es r èg l em en t s , t o u t e a u t r e p er s o n n e , m e m b r e e n r è g l e , p eu t s o u m e t t re s a c a n d i d a t u re à un p o s t e d ’ a d m i n i s t r a t e u r ( p o u r d e u x an s ) e n fa i s an t p ar v e n i r u n e p r o p o s i t i o n si g n é e p a r d e ux m e m b r e s e n rè g l e , d o n t l e c a n d i d a t , a u m o i n s v i n g t quatre heures avant l’assemblée générale annuelle, à : Louis Messely, secrétaire du COQ, 6245, rue Émile-Benoist, Québec (Québec), G2C 2A2. S’il y avait un total de plus de huit candidatures, des élections auraient lieu lors de l’AGA. Pour le bénéfice des lecteurs, les huit membres suivants demeurent en poste au CA pour une période d’un an avant l’échéance de leur mandat : Robert Cavanagh Dany Cloutier Sébastien de la Durantaye Diane Labarre Norbert Lacroix Pierre Otis Jocelyne Simard Denis Talbot P i e rr e O t i s Pour le Comité de mise en nomination

Pour le plaisir de partager! Découvrir des espèces rares ou inusitées ou tout simplement partager avec d’autres nos découvertes font partie des plus grandes joies de l’ornithologie. Voici donc les noms de toutes les personnes qui informent le Club sur la Ligne rouge ou par Internet, pour signaler des espèces rares. Les gens qui le feront recevront peut-être la visite de plusieurs personnes et seront un peu dérangés dans leur intimité, mais quelle joie ils auront à partager leurs observations! Merci de tout cœur aux personnes qui nous ont appelés et qui participent un tant soit peu à la connaissance des oiseaux qui nous entourent. Merci aux personnes qui ont collaboré à la Ligne rouge en juin et juillet :

Lise Coté, Arne Rasmussen, Jean Laporte, Louis Belleau, Maurice Raymond, Gérard Cyr, Carl Gauvreau, Réjean Jacques, Michel Dorion, Yvon Maheux, Isabelle Deschesnes, Donald McCutcheon, Paul-André Gagnon, Robert Rouleau, Louis Messely, René Séguin, Philippe Beaupré, Guy Lemelin, Jean Bernier, Roger Dion, Francois Dion, Sébastien de la Durantaye, Gaétan Lord, Francois Grenon, Robin Gingras, Pierre Gascons, Francois Hamel, Pierre Otis, Gilles Tremblay, Diane Labarre, Lorraine Plante, Daniel Campeau, Jean-Claude Germain, Peter Lane, Lise Grenon, Gérard Lavoie, Paul Vaillancourt, Serge Cloutier et Gaston Lepage. Marquis Lachance

Grèbe à cou noir (Josée Normandeau)

Page 93


LE BULLETIN ORNITHOLOGIQUE | VOLUME 54, NUMÉRO 3, DÉCEMBRE 2009

Des nouvelles de votre CA Pour le bénéfice des membres, ce texte se veut un résumé du travail du Conseil d’administration du COQ, de la fin juillet au 15 octobre 2009, date de tombée pour les articles à publier dans le présent Bulletin ornithologique.

Les dernières réunions régulières du CA furent celles des 22 juin et 10 septembre, alors que celle du 15 octobre coïncida avec la date de tombée de ce Bulletin. Le courriel, le téléphone, les comités et les activités elles-mêmes maintiennent la cadence entre les rencontres. Le COQ et certaines questions environnementales Les nouvelles du CA dans le Bulletin de septembre faisaient état de quatre problèmes liés à l’environnement. Nous attendions un suivi pour deux d’entre eux, ce qui fait l’objet de quelques mots ici. Dans l’un des cas, nous mentionnions que les discussions sur les points de désaccord entre le Port de Québec et des organismes soucieux de l’environnement, sont sous la conduite du Conseil régional de l’environnement de Québec, et que le COQ y est représenté. Les développements d’importance se font toujours attendre. Dans le second cas, le remblayage, par la Ville de L’Ancienne-Lorette de terrains humides en bordure de la base de plein air de Sainte-Foy, nous faisait craindre que ces actions aient des effets négatifs sur l’état de la BPA et sa biodiversité. Les démarches de ce côté de la part du COQ ont amené l’inspection des lieux et un constat d’infraction a été signifié à la Ville. Un important dossier retient maintenant l’attention : le projet d’un parc éolien dans le secteur du Parc régional du Massif-du-Sud. Le président, au nom du COQ, a envoyé une lettre à la ministre Nathalie Normandeau (Ressources naturelles et Faune) et à la ministre Line Beauchamp (Développement durable, Environnement et Parcs), ayant pour objet nos sérieuses inquiétudes à plusieurs égards, et en particulier pour la population de Grives de Bicknell de ce secteur.

eaux usées. Nos suggestions vont dans le sens de favoriser la venue des oiseaux et la fréquentation par les observateurs de ces sites qui ont déjà démontré un étonnant potentiel ornithologique. Regroupement QuébecOiseaux (RQO) Le CA avait désigné ses quatre représentants à l’assemblée générale annuelle du RQO, qui est la fédération des clubs d’ornithologie au Québec : Diane Labarre, Maurice Raymond, Olivier Barden et Norbert Lacroix. Lors de cette assemblée, le 12 septembre, Olivier Barden a été réélu au CA du RQO comme représentant du COQ. Nos 20 ans au domaine de Maizerets Nous rappelons que le CA avait décidé de souligner les 20 ans de présence du COQ au domaine de Maizerets. Un article un peu plus loin dans ce Bulletin fait état de ce qui fut mis en place pour rendre visible ce jalon dans la vie de notre club. Derniers mots Divers dossiers sont à l’étude au moment d’écrire ces lignes, dans la première moitié d’octobre. Les résultats arriveront comme des nouvelles du CA dans les futurs numéros du Bulletin. Bonne saison ornithologique cet hiver! Les membres du CA se joignent à moi pour vous souhaiter un hiver ornithologique très productif, ponctué de belles récompenses, en particulier pour ceux et celles qui feront l’Avicourse du 1er décembre au 28 février. Au plaisir de nous retrouver sur le terrain et dans nos autres activités à l’horaire!

Enfin, le COQ est intervenu auprès de la ville de Montmagny qui projette de réaménager les abords de ses bassins d’épuration des

N o r b e r t La c r o i x Président du COQ

Nouveaux membres Il nous fait plaisir de souhaiter la bienvenue aux nouveaux membres inscrits de juillet à la fin de septembre 2009. Nathalie Bilodeau, Leight Bateman, Hughette Pagé, Benoît Laliberté, Éliane Gagnon, Camille Dufresne, Ronald Bériault, Marie-Denise Girard, Daniel Campeau, Jean-Pierre Veilleux, Louise Landry, Denis Semco, Francine Déry, Carole Vincent, Lucie Trépanier, Marie Vachon, Danielle Huot, Bernard Bélanger, Lucie Métivier, Mario Béland, Luce Béland, Maud Béland, Patrick Béland, Micheline Dussault et Nicole Beaudouin.

Page 94


VOLUME 54, NUMÉRO 3, DÉCEMBRE 2009 | LE BULLETIN ORNITHOLOGIQUE

Page 95


LE BULLETIN ORNITHOLOGIQUE | VOLUME 54, NUMÉRO 3, DÉCEMBRE 2009

Dates de tombée des articles pour les prochaines parutions Parution de juin :

Réception des articles le 1er mai

Parution de septembre :

Réception des articles le 1er août

Parution de décembre :

Réception des articles le 15 octobre

Parution de mars :

Réception des articles le 1er février

Un gros merci à tous ceux qui nous ont fait parvenir des articles pour cette parution et les précédentes. Nous comptons beaucoup sur votre collaboration et votre assiduité pour les prochains numéros. La direction

ANIMATEURS RECHERCHÉS POUR FAIRE DÉCOUVRIR AUX ENFANTS LES OISEAUX DU QUÉBEC Le Regroupement QuébecOiseaux (RQO) vient d’élaborer un programme éducatif qui permettra aux enfants de 6 à 12 ans de mieux connaître la faune aviaire et ses habitats. Il s’agit d’une trousse pédagogique pouvant être téléchargée et qui comprend des présentations en format PowerPoint, des fichiers nécessaires aux animations et des conseils sur le déroulement de celles-ci. Le RQO se charge de la promotion et de la gestion de ce programme auprès de la clientèle scolaire, des camps de jour et des services de garde. Il lui faut cependant disposer d’animateurs en nombre suffisant et, pour ce faire, il a recours aux clubs d’ornithologues pour l’aider à recruter des candidats, ce qui, en passant, rejoint tout à fait les visées de notre Club dans son désir d’assurer une relève auprès de la jeunesse. Une invitation est donc lancée aux membres du COQ de tout le territoire, qui désirent partager leur goût de l’ornithologie avec des plus jeunes et qui, contre rémunération, disposent à l’occasion de certains temps libres dans la journée pour animer une activité. Si vous désirez vous joindre aux autres animateurs, vous pouvez rejoindre le soussigné ou, pour de plus amples détails, Mme Audrey Moreau, adjointe au volet éducatif, Regroupement QuébecOiseaux : sans frais : 1 888 647-3289 ou par courriel à l’adresse : amoreau@quebecoiseaux.org

Cours d’initiation à l’ornithologie Prochaines sessions : Niveau 1 : Hiver : du 20 janvier au 10 mars 2010 Niveau 2 : Printemps : du 21 avril au 26 mai 2010 Coûts (paiement exigé avant le début des cours): membres: 50 $ non-membres: 70 $ non-résidents de la ville de Québec: 10 $ de frais supplémentaires Note : Les cours ont lieu les mercredis à 19 h 30 au domaine de Maizerets Pour vous inscrire (inscription obligatoire par téléphone) et pour de plus amples renseignements : J. Simard : 418-524-6391 Remplissez et retournez le coupon ci-dessous accompagné d’un chèque au nom du Club des ornithologues de Québec à l’adresse suivante: Cours d’initiation à l’ornithologie 2000, boul. Montmorency Québec (Québec) G1J 5E7

Je désire m’inscrire au cours de niveau:

1❏

ou

2❏

Nom: ______________________________________________ Robert Cavanagh Pour le Comité Relève-jeunesse du COQ 418-653-3996 r.cavan@sympatico.ca

Adresse: ____________________________________________ ___________________________________________________ Téléphone rés.:____________ Téléphone bur.:____________ Êtes-vous membre du Club des ornithologues de Québec ? Non ❏

Oui ❏

Numéro de membre ___________

À remplir au complet S.V.P. Page 96


VOLUME 54, NUMÉRO 3, DÉCEMBRE 2009 | LE BULLETIN ORNITHOLOGIQUE

Résumés d’excursions et de conférences Saint-Vallier – Montmagny 29 août 2009 Aujourd’hui, une sortie habilement dirigée par Gaétan Lord nous a permis toute une série de belles observations, dont 19 espèces de limicoles. Nous débutons la journée par l’observation de 5 Pluviers bronzés et de 3 Pluviers kildir dans un champ près de l’intersection de la route 281 et de la 132 à Saint-Michel-de-Bellechasse. Nous nous rendons ensuite au point de rendez-vous, soit au stationnement près de l’embouchure de la rivière Boyer. Il est alors 8 h 30. Une Grande Aigrette nous accueille de même que 1 Pygargue à tête blanche adulte et 2 pygargues immatures (un pygargue prend 5 ans avant d’acquérir sa maturité sexuelle). La marée étant très basse, nous nous aventurons dans la zone interdidale afin de nous approcher de ces petits points qui courent dans la vase. Ce qui est plaisant lorsque l’on fait une sortie avec un club d’ornithologues, c’est cette chance qu’on a d’être entourés de personnes très compétentes dans l’identification de ces oiseaux plutôt embêtants que peuvent être les limicoles. Gérard Cyr, Jacques Lachance et Gaétan Lord remplissent bien ce rôle en nous partageant leurs trucs sur l’identification autant visuelle qu’auditive des différentes espèces. Grâce à leurs bons soins, nous pouvons repérer et observer des Bécasseaux de Baird en nombre assez impressionnant (9). Un Faucon émerillon vient semer la pagaille dans les limicoles alors qu’il maraude régulièrement notre zone d’observation. Nous nous dirigeons ensuite vers l’anse Mercier, où un vent violent ne nous empêche pas de faire de belles trouvailles dont 1 Bécasseau roussâtre, plusieurs Bécasseaux sanderling, encore des Baird et une bonne diversité d’autres limicoles. Danielle Boutin repère 2 Phalaropes à bec étroit. Wow! Ce fut une première pour Anne au Québec!!! (Yves, tu vas avoir une demande de modification bientôt sur ton site). Un Faucon pèlerin vient un peu gâter la sauce en faisant s’envoler nos 2 vedettes, mais qu’à cela ne tienne, on garde le moral. Il est maintenant midi et Gaétan nous guide vers Montmagny. Notre premier arrêt est au parc à la base des chutes de Montmagny. Nous lunchons à cet endroit. Cependant, la marée est haute et ne nous permet pas d’observer d’espèce bien particulière. Nous nous dirigeons ensuite vers le cap aux Oies, avec le même résultat. Une visite aux marais de Montmagny, près du jardin communautaire, nous fait ajouter la Gallinule poule-d’eau à notre liste. Après quelques arrêts aux alentours, Gaétan nous propose de retourner aux chutes et c’est une très bonne décision. Nous y observons 3 Mouettes de Bonaparte, 1 Bécasseau à échasse, 1 Bécassin roux... et Camille Dufresne, collaboratrice à la revue QuébecOiseaux. Cela faisait « seulement » 13 ans que nous ne nous étions pas rencontrés. Ça vaut bien tous les limicoles de la terre!

Pour finir la journée en beauté, Gaétan nous propose de parcourir le chemin d’Azur et de faire une visite aux bassins de décantation de La Durantaye. Rien de nouveau à ces endroits, mais cette tournée nous procure l’occasion de découvrir tous les points d’observation majeurs de cette région. Merci Gaétan et au plaisir d’autres belles découvertes en ta compagnie. L aval R oy Bécasseau à échasses (Jean-François Rousseau)

Fin de semaine sur la Haute-Côte-Nord 29-30 août 2009 Exceptionnellement cette année, j’avais choisi la fin de semaine des 29 et 30 août et non celle de la fête du Travail pour ce voyage classique du COQ sur la Haute-Côte-Nord, dont c’était en 2009 la 17e édition d’automne consécutive. J’avais par ailleurs constaté que la marée du dimanche avant-midi (de la fin de semaine de la fête du Travail) à Portneuf-sur-Mer n’était pas favorable. Que ce soit en raison de cette courte fin de semaine ou de la météo s’annonçant maussade, nous ne sommes que 9, cette fois-ci, à nous donner rendez-vous au restaurant Le Vacancier à Baie-Sainte-Catherine le samedi matin à 8 h 45. Ma conjointe Julie Goulet et moi-même avons pris de l’avance, ayant quitté Québec le vendredi après-midi. Malheureusement, les 2 Grandes Aigrettes vues sur la batture à Montmorency ne compteront pas pour le voyage…

Page 97


LE BULLETIN ORNITHOLOGIQUE | VOLUME 54, NUMÉRO 3, DÉCEMBRE 2009

Les choses vont assez bien à Tadoussac et à la rivière GrandesBergeronnes, quoique les rapaces passent peu (une dizaine d’Éperviers bruns, 1 ou 2 Crécerelles). Les passereaux ne sont quant à eux pas au rendez-vous. Progressivement, le vent d’est s’accentue et rend l’observation inconfortable. Aux Escoumins, les mouettes (de Bonaparte, tridactyle) font leur spectacle, mais sans révéler ni la Mouette rieuse ni la Mouette pygmée, précédemment vues par Pierre Otis, Arne Rasmussen et Francine Lachance, rencontrés aux Bergeronnes. En après-midi, la marée est déjà trop basse, autant à la rivière Petits-Escoumins qu’à Baie-des-Bacon. Enfin, de petits arrêts à pointe au Boisvert nous procurent un Faucon pèlerin, quelques Tournepierres à collier et des Bécasseaux sanderlings. Au large, malgré le vent nord-est, aucun oiseau pélagique ne se manifeste, si ce n’est de quelques Fous de Bassan. La pluie débutant, nous entrons au gîte La Nichée, notre havre pour la nuit, où nous sommes accueillis par nos hôtes bien connus, Camille et Joachim Tremblay. Après un bon souper à Forestville (il n’y a plus de restaurant à Portneuf-sur-Mer) et une courte séance de feuillet (46 espèces) dans le salon, il est l’heure de dormir… Les averses, qui se sont abattues sur le secteur toute la nuit, semblent se calmer au cours de la matinée du dimanche, mais le vent du nord-est continue de pousser la bruine à l’horizontale. La marche dans les sentiers derrière le gîte est remise à une autre fois, car les neuf ornithologues demeurent eux aussi à l’horizontale jusqu’à l’heure du déjeuner… Les délicieux pancakes à Joachim dégustés, servis dans ses assiettes décorées de fruits taillés, le groupe quitte Portneuf-sur-Mer dans l’espoir de trouver ce qui n’a pas été vu hier. Nous n’avons pas plus de succès à la pointe au Boisvert, mais à Baie-des-Bacon la marée

est favorable, et ce sont des centaines de bécasseaux qui se laissent observer. Parmi eux, quelques Bécasseaux maubèches. Mais c’est aux Escoumins que nous aurons l’espèce la plus intéressante : une Mouette pygmée, finalement détectée au sein des nombreuses mouettes dans la baie. Pour plusieurs c’est une primeur à vie. Après un dîner au restaurant, le groupe couvre le camping BaieBon-Désir, mais sans succès. La file d’attente pour le traversier n’est pas trop longue à Tadoussac, et c’est à Saint-Irénée, dans Charlevoix, que le groupe fait ses dernières observations communes, des Plongeons huards. Bref, désavantagés samedi par une journée fraîche et venteuse, et dimanche matin par la pluie, les résultats en nombre d’espèces s’avèrent inférieurs à ceux des années précédentes. Nous n’avons vu qu’un total de 68 espèces, dont les plus importantes sont les suivantes : - 4 Fous de Bassan (pointe au Boisvert) - 1 Faucon pèlerin (pointe au Boisvert) - 5 Bécasseaux maubèches (Baie-des-Bacon) - 1 Mouette pygmée (Les Escoumins; adulte en plumage d’hiver) ... en plus d’un Ours noir traversant la route 138 devant nous dans le secteur des Escoumins. Mes remerciements vont aux participants qui furent d’excellents compagnons de voyage : outre ma conjointe Julie Goulet, je parle de Lucie Vézina, Yolande Le Sieur, Nicole Poirier, Claudine Bélanger, Christian Bédard, Huguette Rivard et Andrew Mulroney. Ornithologiquement vôtre, L o u i s M e s s el y

LIGNE ROUGE

AUX UTILISATEURS DE LA LIGNE

418-660-9089

Cela fait 14 ans que ce service est offert aux membres et très nombreux sont ceux qui ont eu l’occasion de s’en servir afin de nous informer de la présence de raretés dans la région ou tout simplement pour connaître les activités à venir du Club.

Cette ligne, à la disposition des membres du COQ, a deux buts principaux :

On peut donc dire que le téléphone « ne dérougit pas ». 1 Nous informer sur les raretés de la région. 2 Annoncer les activités à venir du Club. Si vous notez la présence d'oiseaux rares, entrez en contact avec la Ligne rouge. Laissez-y votre message ainsi que vos nom et numéro de téléphone.

Afin que ce service continue et s’améliore, nous rappelons aux utilisateurs réguliers et à tous les membres (débutants ou expérimentés) qui aimeraient s’en servir qu’il est suggéré de faire un don de 3 $ (minimum) au COQ en plus de la cotisation annuelle. Ce don peut servir en tout temps et est essentiel pour ce service.

Merci pour votre collaboration. Merci de votre compréhension et de votre générosité. Marquis Lachance

Page 98


VOLUME 54, NUMÉRO 3, DÉCEMBRE 2009 | LE BULLETIN ORNITHOLOGIQUE

Les 20 ans du COQ au domaine de Maizerets Le Conseil d’administration du COQ avait décidé de souligner cette année notre présence au domaine de Maizerets depuis 1989. Sans être l’objet de grandes festivités, ce vingtième anniversaire a été souligné à différentes occasions. Il y eut tout d’abord le samedi 5 septembre, jour d’un double anniversaire, car la Société du Domaine Maizerets (SDM) fêtait de son côté son 25e anniversaire d’existence. Cet organisme est gestionnaire du site pour le compte de la Ville de Québec qui est propriétaire du domaine de Maizerets. La SDM désirait en particulier que les groupes comme le nôtre, hébergés au domaine, soient présents lors de cette fête, ce qui nous a permis de fêter notre 20e « à l’intérieur du 25e ». Un kiosque avait été mis à notre disposition à l’intérieur de la marquise déployée sur le site du domaine. Sur la photo qui accompagne le présent article, nous voyons notre emplacement et le panneau qui publicise notre 20e et le 25e de la SDM. Le dimanche 27 sept embre, de 13 h à 16 h, avait lieu une des Journées de la Culture au domaine de Maizerets et notre présence était doublée de la mise en évidence, encore une fois, de nos 20 ans d’installation en ces lieux. La coordination au kiosque était l’œuvre de Yolande Le Sieur, en l’absence de Marguerite Larouche. Malgré que ces événements aient été annoncés à nos membres, nous avons constaté que ce sont surtout des gens du public qui se sont arrêtés à nos postes d’accueil en ces deux occasions.

Soulignement des 20 ans du COQ au Domaine de Maizerets, le 5 septembre 2009. De gauche à droite : Marguerite Larouche, Yolande Le Sieur et Lise Lévesque. Photo : Sylvie Slater.

Lors de la conférence du COQ, le 18 septembre, le panneau de nos 20 ans au domaine trônait à la vue de tous, et quelques mots du président rappelèrent sa signification aux membres et visiteurs présents. Au moment d’écrire ces lignes au début d’octobre, on peut affirmer qu’il sera encore question de nos 20 ans à Maizerets à l’occasion de chacune des conférences de cet automne. Rappelons aux membres qui sont au COQ depuis peu que notre organisme a plus d’ancienneté que ses vingt ans de présence au domaine de Maizerets! En effet, la fondation du COQ remonte à 1955, voilà donc 54 ans. Le 50e anniversaire a d’ailleurs été bien célébré en 2005! Le Comité du 20e anniversaire du COQ au domaine de Maizerets, responsable de la préparation de ces manifestations, était composé de Sylvie Slater, Martine Trussart, Pierre Otis et du soussigné. Grand merci pour ces contributions et celles des personnes présentes au kiosque les 5 et 27 septembre. N o r b e rt L a cr o i x , p r és i d en t d u C OQ

Labbe parasite (Samuel Denault)

Page 99


LE BULLETIN ORNITHOLOGIQUE | VOLUME 54, NUMÉRO 3, DÉCEMBRE 2009

Les activités AVIS

SAISONNIÈRES

La plupart des excursions commencent tôt le matin et se terminent habituellement en milieu d’après-midi. Nous vous suggérons de vous habiller adéquatement selon la saison et les prévisions atmosphériques. Rappelez-vous qu’il est plus facile d’enlever une épaisseur que d’en ajouter une... Dans la plupart des excursions, nous passons sur des terrains humides et vaseux: les bottes de marche ou imperméables s’avèrent utiles. Prévoyez un bon lunch à la mesure de votre appétit, ainsi que des fruits ou des noix pour une collation. Ne négligez pas de vous apporter suffisamment à boire, surtout par temps chaud. Et de grâce, n’oubliez pas vos jumelles!!! En cas de météo incertaine, nous vous conseillons de communiquer avec le responsable de l’excursion. Notez cependant que nous annulons rarement une activité. Comme le déplacement et le stationnement de plusieurs voitures sont souvent difficiles à gérer, de même que pour des considérations écologiques, nous privilégions le covoiturage. La répartition des participants dans les voitures se fait au point de rendez-vous. Par ailleurs, si vous êtes disposé à véhiculer les gens de votre secteur qui n’ont pas de moyen de transport jusqu’à ce point, communiquez avec le responsable qui vous mettra en contact les uns avec les autres. Afin de décourager le vandalisme, il est fortement recommandé de ne laisser aucun objet de valeur dans les véhicules, même dans le coffre. Nous invitons particulièrement les débutants à se joindre à nous lors des excursions, car y participer est une excellente façon d’acquérir de meilleures connaissances et de bonnes techniques d’observation. Il est suggéré aux membres de toujours vérifier sur la Ligne rouge (418-660-9089) les activités prévues dans le Bulletin. Toutes les activités sont annoncées au moins une semaine à l’avance, de même que toute modification à la programmation. Voilà une bonne façon d’être bien renseigné!

Pour tout autre information concernant les activités spéciales, consultez notre site Internet au www.coq.qc.ca Le Club est à la recherche de personnes pour agir à titre de responsable d’excursion, que ce soit pour nos sites habituels ou pour de nouveaux sites. Être responsable d’excursion n’exige pas de si grandes compétences. Il faut surtout bien connaître le site à visiter, posséder une connaissance relative des oiseaux et une volonté de transmettre ses connaissances à d’autres gens. Un petit effort! Vous verrez, c’est très enrichissant! Les personnes intéressées doivent contacter Réjean Paquet au 418-623-6102.

Lors des excursions, le COQ favorise le covoiturage afin de partager les coûts et de protéger l’environnement. Pour chaque excursion, un montant est suggéré pour le covoiturage.

VENDREDI 11 DÉCEMBRE Conférence : Filmer les oiseaux, source d’émerveillement Capter des images saisissantes de beauté. Dévoiler des moments intimes. Entrer en contact étroit avec la nature. Ouvrez l’?il, tendez l’oreille, car je vous invite au c?ur d’un univers fascinant. Visionnement d’extraits de trois DVD : Becs Fins à la mangeoire et au champ, Un Vent de printemps, L’Été à toute volée. Conférencière : Danielle Després, Les Productions Sur Le Vif et www.surlevif.ca.

DIMANCHE, 20 DÉCEMBRE Recensement de Noël 2009 (Québec) Le recensement des oiseaux de Noël est toujours une des plus grandioses et populaires activités du COQ. En effet, pour la 66e année, une centaine d’ornithologues se concerteront pour inventorier l’avifaune d’un territoire de 12 km de rayon. À notre avis, tout ornithologue, même débutant, peut et doit participer au recensement. Le territoire est divisé en 75 parcelles. Consultez le tableau dans le Bulletin ornithologique pour identifier la zone qui vous intéresse et pour contacter le responsable de cette zone ou rejoindre l’un des responsables du recensement. L’activité se déroulera du lever au coucher du soleil.

On demande 5 $ par participant au recensement. L’argent sert à défrayer l’organisation du recensement et la publication des résultats dans la revue Audubon Field Notes et sur le site http://birdsource.cornell.edu/cbc. Bienvenue à tous! Responsable : Pierre Lamothe, 418-829-0379. Courriel : beaudet.lamothe@sympatico.ca

MERCREDI, 2 JANVIER Social ornitho Venez commencer l’année sous le thème des oiseaux. De fervents et joyeux observateurs vous attendent au 5 à 7 du COQ à l’Oeuforie Steak-frites, 850 boul. PierreBertrand à Vanier. À partir de l’autoroute Félix-Leclerc, prendre la sortie Pierre-Bertrand Sud et tourner à gauche au 2e feu de circulation. Souper facultatif. Apportez votre boisson alcoolisée préférée. Bienvenue à tous! Responsable : Yolande Le Sieur, 418-667-1503.

SAMEDI, 9 JANVIER Cap Tourmente Le site de prédilection! Tournée des mangeoires et petit lunch à la cabane à sucre. Une bonne marche vous permettra de faire passer les excès des Fêtes! Bienvenue à tous! Responsable : Jean-Guy Picard, 418-847-7645. Rendez-vous : 7 h 30 aux Galeries de la Canardière. Covoiturage : 6 $

• Selon la page 8 du Guide d’animation pour les excursions ornithologiques, janvier 2007, du Regroupement QuébecOiseaux, on peut lire : « De plus, il est suggéré d’aviser les gens que les enfants désireux de participer à une excursion doivent être accompagnés par un adulte; cela évite d’imposer à l’animateur(trice) une responsabilité supplémentaire ». • Le COQ adopte comme politique que la notion d’enfant, dans ce contexte, correspond à 12 ans et moins. • Ce choix se base sur le fait qu’aux conférences du COQ, nous acceptons gratuitement les personnes de 12 ans et moins, les considérant par le fait même comme des enfants, alors que celles de 13 ans et plus vont du côté des « adultes ». Ces âges correspondent également (à peu près) à la transition entre enfant et adolescent, ce dernier pouvant être gardien de plus jeunes.

Page 100

POLITIQUE DU COQ POUR L’ACCOMPAGNEMENT D’ENFANTS LORS D’EXCURSIONS


VOLUME 54, NUMÉRO 3, DÉCEMBRE 2009 | LE BULLETIN ORNITHOLOGIQUE

VENDREDI, 15 JANVIER Conférence : Trois générations de baguage à l’île aux Basques Notre conférencier décrira le programme de baguage d’oiseaux qu’il poursuit depuis 27 ans à l’île aux Basques. En plus d’illustrer la technique de baguage utilisé sur ces lieux, l’exposé présentera l’analyse des résultats. Conférencier : Pierre Laporte, membre du COQ et retraité du SCF. Le prix d’entrée est de 3 $ pour les membres et de 5 $ pour les non-membres. Gratuit pour les 12 ans et moins. Rendez-vous à 19h30 au domaine de Maizerets, 2000, boul. Montmorency, Québec. Ouvert à tous!

SAMEDI, 16 JANVIER Rive sud de Québec – secteur ouest Venez découvrir les plus beaux sites d’observation de cette région. Les secteurs de SaintJean-Chrysostome, SaintRomuald, Saint-Nicolas, SaintÉtienne et Saint-Lambert seront au programme de la journée. Visiter la rive sud, c’est une bonne résolution à prendre en ce début d’année! N’oubliez pas vos raquettes. Prévoir un petit lunch au restaurant. Réservé aux membres. Responsable : Sébastien de la Durantaye, 418-834-9657. Courriel : sdeladurantaye@parulines.com

Rendez-vous : 7 h 30 au Tim Horton’s de Saint-Romuald (sortie 318). Covoiturage : 6 $

SAMEDI, 23 JANVIER Secteur de Beauport Venez découvrir les sites de la baie de Beauport (Harfang des neiges?), du mélézin de Beauport (Bécassine de Wilson?), du mélézin de la rue Sainte-Thérèse (Pic à dos noir ou rayé?), de la rivière Beauport (Grand-duc?) et/ou d’autres endroits de Beauport, qui seront déterminés selon les oiseaux qui auront été vu dans les semaines précédentes. Habillez-vous chaudement. Prévoir un petit lunch au restaurant. Réservé aux membres. Responsable : Maurice Raymond, 418-661-4043. Courriel : maurice_raymond@hotmail.com Rendez-vous : 8 h aux Galeries de la Canardière. Covoiturage : 4 $

SAMEDI, 30 JANVIER Cap Tourmente Une deuxième tournée nous permettra peut-être de voir les oiseaux que nous n’aurons pas observés le 8 janvier ou de revoir les plus familiers. Bienvenue à tous! Responsable : Jean-Guy Picard, 418-847-7645 (rés.) Rendez-vous : 7 h 30 aux Galeries de la Canardière. Covoiturage : 6 $

MERCREDI, 3 FÉVRIER Social ornitho L’amour des oiseaux est au centre de nos rencontres au 5 à 7 du COQ. Venez partager vos découvertes ornithologiques à l’Oeuforie Steak-frites, 850 boul. Pierre-Bertrand à Vanier. À partir de l’autoroute Félix-Leclerc, prendre la sortie Pierre-Bertrand sud et tourner à gauche au 2e feu de circulation. Souper facultatif. Apportez votre boisson alcoolisée préférée. Bienvenue à tous! Responsable : Yolande Le Sieur, 418-667-1503.

SAMEDI, 6 FÉVRIER Recensement des oiseaux hivernants au Cap Tourmente. Venez en grand nombre participer à la 23e édition du recensement d’hiver du cap Tourmente. Observateurs débutants ou expérimentés, vous êtes les bienvenus! L’important est de participer et de partager. En cas de mauvaise température, l’activité sera remise au lendemain. Réservé aux membres. Responsable : Pierre Otis, 418687-1317. Rendez-vous : 7 h aux Galeries de la Canardière. Covoiturage : 6 $

MERCREDI, 10 FÉVRIER Domaine de Maizerets Même en hiver, le domaine de Maizerets peut nous réserver de

belles surprises! Canard branchu, Petite nyctale, hibou et chouette seront-ils au rendez-vous? Bienvenue à tous! Responsable : Ronald Lepage, 418-628-6426 Rendez-vous à 8 h 30 dans le stationnement du domaine.

DIMANCHE, 14 FÉVRIER Lac Saint-Charles et Tewkesbury Une petite visite hivernale des sentiers des Marais du Nord du lac Saint-Charles nous permettra de saluer des hôtes ailés très accueillants. Ensuite, nous profiterons du décor enchanteur de la vallée de la rivière JacquesCartier à Tewkesbury. La sortie se termine vers midi. Réservé aux membres. Responsable : Réjean Paquet, 418-623-6102. Courriel : rejean.paquet@videotron.ca Rendez-vous : 7 h 30 au stationnement des Galeries Charlesbourg (près du McDonald). Covoiturage : 6 $

MERCREDI, 17 FÉVRIER Sur la route des harfangs Tournée au Harfang des neiges en automobile dans les rangs de Saint-Michel-de-Bellechasse et de Saint-Vallier. Le covoiturage est fortement recommandé pour cette activité. Bienvenue à tous! Rendez-vous à midi au stationnement du Tim Horton’s, angle chemin des Quatre-Bourgeois et

Encouragez les annonceurs du Bulletin ! Chers membres, Plusieurs annonceurs offrent des rabais sur présentation de la carte de membre du COQ (5 à 10 %). La carte de membre du COQ devrait vous suivre partout, car elle pourrait vous faire économiser! Si vous avez des idées pour de nouveaux annonceurs, n’hésitez pas à nous en faire part. Pour continuer à vous offrir une adhésion à prix raisonnable et une revue de la qualité du Bulletin ornithologique, qui ne cesse de s’améliorer, il nous faut pouvoir les financer. Même si l’état de nos finances actuelles est bon, plusieurs activités nécessitent le support financier ou logistique de commanditaires et d’annonceurs. Alors si vous connaissez des entreprises ou personnes prêtes à investir pour se faire connaître ou s’associer à nos activités, nous serons très heureux d’échanger avec eux. Pour votre information, et à titre de référence, voici la tarification pour placer une annonce dans le Bulletin ornithologique.

• 340 $ pour une pleine page • 175 $ pour une 1/2 page, • 90 $ pour 1/4 de page 340 $ 175 $ • 40 $ pour une carte d’affaire. 175 $ 90 $ 40 $ 90 $ Ces prix comprennent la parution de l’annonce dans 4 numéros consécutifs du Bulletin ornithologique. Pour plus d’information ou pour nous référer un contact, veuillez communiquer avec Dany Cloutier au 418-704-3346 ou par courriel : danyjulie96@videotron.ca Page 101


LE BULLETIN ORNITHOLOGIQUE | VOLUME 54, NUMÉRO 3, DÉCEMBRE 2009

VENDREDI, 19 FÉVRIER Soirée de photos partagées (présentateurs et présentatrices recherchés) Nous revisiterons la formule d’autrefois des « Soirées de diapos ». Les présentateurs et présentatrices montreront des photos personnelles ou qui leur auront été prêtées par des proches ou des amis. Les projections sur écran se feront par ordinateur, par exemple au moyen de PowerPoint, ou avec un appareil à diapositives, selon chaque cas. Ce pourra être des séquences filmées également. Tous ces documents doivent être d’intérêt ornithologique. Prière de vous inscrire d’avance auprès de Norbert Lacroix (418871-3497 ou norbert.lacroix@mat.ulaval.ca). Nombre de « conférenciers » : à 15 minutes en moyenne par présentation, nous en aurions six, si autant de candidates et de candidats se bousculaient aux portes. Des détails plus précis pourront être annoncés environ une semaine avant la soirée. Prix d’entrée spéciaux : 1 $ pour les membres et 3 $ pour les nonmembres. Gratuit pour les 12 ans et moins. Rendez-vous à 19 h 30 au domaine de Maizerets, 2000, boul. Montmorency, Québec. Ouvert à tous!

VENDREDI, 26 FÉVRIER ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ANNUELLE Voir l’annonce officielle au début du Bulletin. En cas de tempête, la rencontre sera remise au vendredi 5 mars, au même endroit et à la même heure. Venez en grand nombre encourager notre conseil d’administration et discuter de vos idées ou interrogations. Rendez-vous : 19 h 30 au domaine de Maizerets, 2000 Boul. Montmorency, Québec.

Page 102

Forêt-Montmorency Dans cette forêt de conifères, tous les moyens de déplacement (skis, raquettes, bottes) sont bons pour découvrir la richesse faunique (Mésangeai du Canada, Mésange à tête brune, etc.). Le Tétras du Canada nous fera-t-il l’honneur de sa présence? De plus, Paul a noté cet automne l’arrivée de Bec-croisés. Espérons qu’ils seront présents lors de notre visite! Bienvenue à tous! Responsable : Paul Boulianne, 418-652-7883. Courriel : paulbouliane@hotmail.com Rendez-vous : 7 h au stationnement des Galeries Charlesbourg. Covoiturage : 10 $

MERCREDI, 3 MARS Social ornitho C’est aujourd’hui la fête qui souligne le succès de l’Avicourse. Un gagnant sera récompensé. Le rendez-vous est à l’Oeuforie Steakfrites, 850 boul. Pierre-Bertrand à Vanier. À partir de l’autoroute Félix-Leclerc, prendre la sortie Pierre-Bertrand Sud et tourner à gauche au 2e feu de circulation. Souper facultatif. Apportez votre boisson alcoolisée préférée. Bienvenue à tous! Responsable : Yolande Le Sieur, 418-667-1503.

SAMEDI, 6 MARS Cap Tourmente Dernière fin de semaine avant la fermeture des sentiers au cap Tourmente. Le temps commence à s’adoucir, venez prendre du soleil tout en explorant les mangeoires à la recherche des oiseaux hivernants. Réservé aux membres. Responsable : Peter Lane, 418849-1153. Courriel : plane_ave@hotmail.com Rendez-vous : 7 h 30 aux Galeries de la Canardière. Covoiturage : 6 $

MERCREDI, 17 MARS Domaine de Maizerets Venez parcourir les sentiers du domaine de Maizerets qui même sous la neige, sait nous faire aimer l’hiver et ses oiseaux. Bienvenue à tous!

Responsable : Jean-Guy Picard, 418-628-6426 Rendez-vous à 8 h 30 dans le stationnement du domaine.

VENDREDI, 19 MARS Conférence : L’avifaune des trois Amériques En Amérique, l’avifaune du Nord et celle du Sud comportent différences et ressemblances que nous explorerons pour le Québec, le Costa Rica et l’Équateur. Les caractéristiques de plusieurs familles importantes seront examinées et nous nous pencherons sur diverses questions fascinantes à leur sujet. En outre, les migrations de plus d’une vingtaine de nos espèces vers les États-Unis, les Antilles, l’Amérique centrale ou l’Amérique du Sud seront expliquées avec des cartes. L’ensemble du propos sera illustré de plus de 125 photos en couleur de différentes espèces. Conférencier : Jean Piuze, membre du COQ et scientifique retraité de Pêches et Océans Canada. Le prix d’entrée est de 3 $ pour les membres et de 5 $ pour les non-membres. Gratuit pour les 12 ans et moins. Rendez-vous à 19 h 30 au Domaine de Maizerets, 2000, boul. Montmorency, Québec. Ouvert à tous!

SAMEDI, 27 MARS De Cap-Rouge à Neuville Il y a encore de la glace sur le bord du fleuve, mais les rivières commencent à dégeler. À partir de la marina de Cap-Rouge, nous longerons le fleuve jusqu’à Neuville. Différents habitats seront visités (fleuve, rivière, parc urbain). Apportez vos raquettes au cas où les sentiers seraient encore très enneigés et prévoyez un lunch. Réservé aux membres. Responsable : Maurice Raymond, 418-661-4043. Courriel : maurice_raymond@hotmail.com Rendez-vous : 7 h 10 au stationnement de Tim Horton’s, chemin des Quatre-Bourgeois et avenue de Bourgogne OU 7 h 30 au stationnement de la marina de CapRouge. Covoiturage : 4 $

MERCREDI, 31 MARS Camping municipal de Beauport Le printemps étant à nos portes, nous vous invitons à venir découvrir les oiseaux de passage à ce site où calme et paix sont à l’honneur à cette période de l’année. Bienvenue à tous Rendez-vous : 8 h 30 au stationnement du camping. Responsable : Ronald Lepage, 418-628-6426

MERCREDI, 7 AVRIL MERCREDI, 24 MARS Parc de L’Escarpement Il est particulièrement intéressant de parcourir les sentiers de ce site enchanteur où coule la rivière Duberger. La faune ailée nous réservera-t-elle des surprises? N’oublions pas que Grand pic, cardinal et chouette ont déjà été les vedettes de ce parc! Bienvenue à tous! Responsable : Norbert Lacroix, 418-871-3497, norbert.lacroix@mat.ulaval.ca Rendez-vous : 8 h 30, dans le stationnement du parc sur la rue des Brumes, tout près de l’intersection avec la rue des Branches. Accès par le boulevard Lebourgneuf ou par le boulevard Saint-Jacques et la rue de la Broussaille.

Social ornitho Plusieurs espèces d’oiseaux sont déjà parmi nous. Voilà une autre bonne raison de se réjouir ensemble au 5 à 7 du COQ à l’Oeuforie Steak-frites, 850 boul. Pierre-Bertrand à Vanier. À partir de l’autoroute Félix-Leclerc, prendre la sortie Pierre-Bertrand Sud et tourner à gauche au 2e feu de circulation. Souper facultatif. Apportez votre boisson alcoolisée préférée. Bienvenue à tous! Responsable : Yolande Le Sieur, 418-667-1503. NOTE : rappelons que c’est le dernier rendez-vous de la saison. De retour en septembre. Bon été!

MERCREDI, 14 AVRIL Domaine de Maizerets Soyez des nôtres au domaine où nous aurons sûrement la chance de découvrir les premiers migra-

SAMEDI, 27 FÉVRIER avenue de Bourgogne. Responsable : Marguerite Larouche : 418-524-7982. Courriel : marlarou @sympatico.ca Covoiturage : 8 $


VOLUME 54, NUMÉRO 3, DÉCEMBRE 2009 | LE BULLETIN ORNITHOLOGIQUE

teurs de passage : Carouges, bruants, hérons, canards et peutêtre quelques surprises… Bienvenue à tous! Responsable : Jean-Guy Picard, 418-847-7645 Rendez-vous à 8 h 30 dans le stationnement du domaine.

VENDREDI, 16 AVRIL Conférence : La Société Duvetnor et les eiders du Saint-Laurent Le conférencier nous présentera la Société Duvetnor, les îles de l’estuaire du Saint-Laurent, leurs oiseaux et les possibilités d’excursions ornithologiques. Situées en plein cœur de l’estuaire près de Rivière-du-Loup, les îles proté-

gées par Duvetnor abritent une diversité importante d’oiseaux incluant plusieurs espèces observées habituellement en milieu marin. Il nous présentera aussi les résultats de ses recherches sur les eiders à duvet et l’implication de la Société pour la conservation de cette espèce. La récolte de duvet effectuée par Duvetnor est un exemple unique d’utilisation d’une ressource renouvelable qui, réalisée en collaboration avec les chercheurs, permet de suivre l’état de la population d’eiders. Les revenus générés servent à maintenir des programmes de conservation, d’éducation et d’écotourisme, qui sont les objectifs premiers de la Société Duvetnor. Conférencier : Jean-François

Giroux, professeur titulaire, Département des sciences biologiques, Université du Québec à Montréal et membre du CA de Duvetnor. Le prix d’entrée est de 3 $ pour les membres et de 5 $ pour les non-membres. Gratuit pour les 12 ans et moins. Rendez-vous à 19 h 30 au domaine de Maizerets, 2000, boul. Montmorency, Québec. Ouvert à tous!

MERCREDI, 21 AVRIL Baie-du-Febvre Oies, bernaches, Érismature rousse, canards de toutes espèces, Poule-d’eau, gallinules, foulques, bécasseaux et plus encore vous

attendent afin de vous éblouir. Soyez des nôtres avec votre lunch et votre capacité de vous réjouir de toutes ces beautés de la nature à notre portée! Le covoiturage est fortement recommandé pour cette activité. Bienvenue à tous! Rendez-vous : 10 h au stationnement du Tim Horton’s, angle chemin des Quatre-Bourgeois et avenue de Bourgogne. De retour en fin de journée. Responsable : Marguerite Larouche : 418-524-7982 et Norbert Lacroix, 418-871-3497, norbert.lacroix@mat.ulaval.ca Pour ceux et celles qui se rendent directement à Baie-du-Febvre, rendez-vous sur le chemin Janelle au 1er bassin. Covoiturage : 15 $

Télescope Bushnell Spacemaster II à vendre Il est équipé d'un oculaire fixe 25X. Il y a quelques marques sur le métal extérieur mais le verre est en excellente condition. Je demande 375$ (ces télescopes sont meilleurs que les Spacemaster vendus aujourd'hui et ils sont indestructibles. Si intéressé, contacter: Josée Normandeau, jno1@videotron.ca

Contribuez à protéger des territoires réputés pour les oiseaux : l’île aux Basques et le marais Léon-Provancher. Devenez membre de la Société Provancher. La Société Provancher d’histoire naturelle du Canada 1400 route de l’Aéroport Québec (Québec) G7A 2A3

Membre individuel : 25 $ Carte familiale : 30 $ Membre corporatif : 50 $

Téléphone : 418-831-4188 Télécopieur : 418-831-8744

provancher@videotron.ca www.provancher.qc.ca

Page 103


LE BULLETIN ORNITHOLOGIQUE | VOLUME 54, NUMÉRO 3, DÉCEMBRE 2009

L’écrit des membres Le « Huard » du Pacifique à Neuville N.D.L.R : Suite à une demande d’informations concernant les circonstances de cette observation, l’auteur nous a fourni ce texte. Nous avons jugé qu’il serait intéressant de le publier dans son intégralité. 16 juin 2009, 8 h 45. Je suis sur le quai de la marina de Neuville. Le ciel est dégagé, le vent léger. J’ai vu ce matin mes premiers Labbes à longue queue en sol québécois, ma 388e espèce au Québec. Je suis certain de détenir le record absolu pour la position séquentielle de cette espèce sur une liste de birder au Québec - record peu enviable qui devrait tenir quelques générations. J’ai commencé à noter mes espèces le 1er janvier 1978; 31 ans et 387 espèces plus tard, un vieux compte est désormais réglé. Je suis accompagné de Jean-Pierre Ouellet, Michèle Lafleur et des frères François et Roger Dion. Nancy Chauvette, qui m’accompagnait depuis l’aube et avec qui j’ai eu le bonheur de partager les labbes, est sur la route du retour pour Montréal - malheureusement. Nous cherchons à retrouver les Labbes à longue queue. Je fais un tour d’horizon aux jumelles en direction de l’aval. J’ai maintenant les ponts de Québec en toile de fond et j’aperçois un oiseau volant vers nous, bas au-dessus de l’eau, nous faisant pratiquement face. L’oiseau est très loin (plusieurs km) et à contre-jour; je le compte pour un cormoran et je poursuis mon tour d’horizon vers la gauche. Dans la minute qui suit, j’en suis à refaire mon tour d’horizon en sens inverse (amont) quand je retombe sur cet oiseau. Il est un peu plus près de nous, mais encore pratiquement de face. Je n’arrête pas et me dis « c’est mon cormoran de tout à l’heure » et je le dépasse. Je baisse mes jumelles et m’apprête à regarder vers l’ouest où mes compagnons croient avoir retrouvé les labbes. Et c’est ici qu’arrive ce qui me donne encore des frissons. J’ai un doute, une voix intérieure qui parvient enfin à ma conscience et me dit : « Il Page 104

n’est pas réglo, ton cormoran ». Il doit être 8 h 47. Je reprends les jumelles et retombe tout de suite sur l’oiseau. Il est encore en aval par rapport à nous, à peu près au milieu du fleuve (peut-être un peu plus de notre côté). Il est maintenant de 3/4 profil avant (c’est-à-dire qu’il s’approche de nous à un angle de 45 degrés). Effectivement, ça ne va pas. Les proportions, la silhouette : c’est un huard (celui qui va me convaincre d’adopter « Plongeon » n’est pas né!). Je crie : « Huard au vol vers la droite, au raz de l’eau, milieu du fleuve ». Je bondis sur ma lunette et mire l’oiseau sans délai. Sans aucun autre repère que mon expérience, je le trouve petit. Les 30 secondes qui suivent sont parmi les plus intenses que j’ai vécues en 31 ans de birding. L’oiseau est maintenant presque parfaitement de profil et continue sa course vers l’amont. Je note le bec très petit par rapport à la tête, la coloration noire de la gorge et de la face qui tourne graduellement au gris au niveau de la tête puis au gris argenté au niveau de la nuque. Les ailes semblent relativement courtes. Je note des motifs en damiers sur les parties supérieures et au bout d’une quinzaine de secondes, quand l’oiseau s’éloigne en amont et est de 3/4 profil arrière, je note que les damiers sont circonscrits

Photo : Donald McCutcheon

au niveau des scapulaires (c’est-à-dire qu’il y a des lignes noires continues qui délimitent les damiers en zones, dont les deux zones en « ballon de football » des scapulaires). La bande sonore qui vient avec tout cela : « ... Maudit qu’il n’est pas gros... Surveillez ça! Surveillez ça! Le bec est petit!... HUARD DU PACIFIQUE!!!... HUARD DU PACIFIQUE!!!... gorge noire... tête grise... nuque pâle... les damiers sur le dos... ADULTE NUPTIAL! ». À 8 h 54, j’annonçais la nouvelle à Alain Côté (j’ai encore l’appel dans mon registre de cellulaire). Tous les ans, en mai, je relis comme un moine les textes concernant les huards et je cherche le Huard du Pacifique. La veille encore, j’étudiais depuis Lasalle un candidat potentiel sur le bassin de Laprairie. J’étais prêt. Une 389e coche hautement technique et difficile. La rencontre intense et inouïe de la chance, de la préparation et de l’expérience. Un moment beaucoup plus intense que le Pluvier grand-gravelot, parce que ce dernier, je le cherchais depuis de longues minutes et je l’ai étudié longuement. Le huard, lui, m’a surpris et ne m’a laissé que 30 secondes. Du birding pur jus. François Grenon

Plongeon du Pacifique (Ron Wolf)


VOLUME 54, NUMÉRO 3, DÉCEMBRE 2009 | LE BULLETIN ORNITHOLOGIQUE

Les observations ORNITHOLOGIQUES Les observations de la chronique « Observations ornithologiques » proviennent des feuillets d’observations quotidiennes. Ces feuillets, que le club distribue gratuitement sur demande aux membres qui veulent nous faire connaître leurs observations, doivent nous être expédiés une fois remplis, selon les dates fixées plus bas. Qu'est-ce que le feuillet d'observations quotidiennes? Le feuillet d'observations quotidiennes est la pierre angulaire du système québécois de connaissance et de publication des mentions ornithologiques. Ces informations sont compilées dans la chronique « Observations ornithologiques » de chaque Bulletin. Les mentions les plus intéressantes sont aussi incluses dans la chronique « Les Observations saisonnières » qui paraît dans chaque numéro de la revue QuébecOiseaux. Elles sont reprises aussi à l'échelle nord-américaine dans la revue Field Notes de l'ABA (American Birding Association).

À quoi servent nos observations? La compilation des observations contribue à mieux faire connaître nos oiseaux, leur statut, leur répartition, leurs comportements, etc. Les mentions contenues dans nos feuillets sont saisies et intégrées à la base de données EPOQ (Étude des populations d'oiseaux du Québec). Cette base est un atout majeur pour la recherche scientifique ainsi que la protection des oiseaux et de leurs habitats. Le simple geste de remplir un feuillet d'observations contribue à l'avancement de nos connaissances sur les oiseaux. Il importe alors de bien le remplir et de respecter les règles dans la colonne de droite :

Comment lire les statistiques sur les espèces ? À côté du nom de chaque espèce, le N indique le nombre de mentions que nous avons reçues pour la saison. Entre parenthèses, celles-ci sont ventilées par mois.

Région ornithologique du COQ Île aux Basques

1- Indiquer de façon précise la localité et le site (s'il y a lieu) d'où proviennent vos observations. P.ex. : Lévis (Pointe de la Martinière). 2- Écrire la date au complet (le mois en lettres). (P.ex. : 31 octobre 2000). Il faut remplir un feuillet par jour. 3- Préciser l'heure en utilisant le système international. (P.ex. : de 17 h 30 à 18 h 15). 4- Bien indiquer le nom des observateurs en commençant par celui qui remplit le feuillet. 5- Inscrire sur votre feuillet le plus précisément possible la quantité de toutes les espèces observées au cours de votre sortie. Il vaut mieux indiquer un chiffre approximatif plutôt que de cocher (√) l'espèce. 6- Souligner les espèces observées afin d'éviter des erreurs de ligne. 7- Mettre « Note » à côté d'une espèce afin d'indiquer qu'il y a des commentaires ou une description au dos du feuillet. Indiquer s'il s'agit d'un mâle, d'une femelle ou d'un jeune. Documenter toute mention concernant des espèces peu fréquentes ou des comportements intéressants. Communiquer sans délai à la Ligne rouge l'observation d'une espèce non inscrite sur le feuillet. 8- On peut utiliser le code « sp. » pour souligner l'importance de la présence d'un certain oiseau. Ce code est utilisé lorsque l'observateur n'a pas pu identifier l'espèce. (Ex. : Mouette sp. signifie qu'on est sûr qu'il s'agit d'une mouette mais qu'on n'a pu identifier l'espèce.) 9- Ne pas utiliser de crayon de plomb, prendre plutôt un stylo. 10- Ne nous expédier que des feuillets pour vos excursions sur le territoire du COQ (voir la carte du COQ). Veuillez faire parvenir les autres feuillets aux Clubs correspondants. Les adresses se trouvent au verso des feuillets. Adresse pour les envois au COQ : Club des ornithologues de Québec A/S Jean-François Rousseau 32, chemin du Vide Saint-Onésime-d’Ixworth (Québec) G0R 3W0 11- Afin d'éviter les retards, nous faisons paraître dans chaque Bulletin la date limite de réception des feuillets selon les périodes d'observation. Nous vous prions de toujours la consulter et de la respecter, afin de bien traiter et analyser vos mentions.

Période d'observation Décembre, janvier, février Mars, avril, mai Juin, juillet Août, septembre, octobre, novembre

Date limite de réception 5 mars 5 juin 5 août 5 décembre Page 105


LE BULLETIN ORNITHOLOGIQUE | VOLUME 54, NUMÉRO 3, DÉCEMBRE 2009

Été 2009 | juin et juillet Pour les amateurs de beau temps, l’été 2009 en sera un second consécutif à oublier. Juin, mais surtout juillet, ont été plutôt gris et pluvieux. Misère! Nous avons eu plus de 20 jours avec de la pluie en juillet dans certaines régions. Malgré tout, le nombre de 240 feuillets traités (même mouillés!) est le plus grand en été depuis 2003. Les observateurs de la région observent et quand les observateurs observent, ils trouvent! La preuve, 22 8 espèces ont été identifiées, le plus fort total en été depuis dix ans! Bravo! Le fleuve dans les secteurs de Portneuf et de Neuville a été témoin d’une « marée » d’oiseaux rares entre le 14 et le 16 juin. Plusieurs observateurs se sont rapidement passé le mot et lors de ces 3 jours, Plongeon du Pacifique, Grand Cormoran, Mouette rosée et Mouette de Sabine, Sternes caspiennes (2) et Labbe à longue queue (2 égale-

ment) se sont pointés dans la mire des ornithologues au rendezvous. Du côté des passereaux, un Viréo aux yeux blancs est retrouvé au cap Tourmente le 3 juin. Il s’agit fort probablement de celui (ou de l’un de ceux?) trouvé en mai dernier au même endroit. Un autre « énigmatique » Pinson des arbres a fait la joie de nombreux ornithologues de partout au Québec quand il a décidé de séjourner pendant près d’un mois à Saint-Joseph-de-la-Rive. Là-dessus, bonne lecture et bon hiver! Qu’est-ce que la saison blanche vous réserve? J e a n- F r a nç o i s R o u s s e a u Comité des observations

Vous aurez peut-être remarqué que l’ordre de présentation des espèces a changé au cours des derniers bulletins. En effet, entre autres changements, ce sont maintenant les canards et non les plongeons qui arrivent en premier. Ce nouvel ordre taxinomique respecte celui adopté dans le feuillet d’observations quotidiennes, qui lui-même dérive de la classification en vigueur à l’American Ornithologists’ Union (AOU). Cette classification en constante évolution reflète les nombreuses connaissances acquises dans la biologie des oiseaux. Il faut donc s’attendre à ce qu’il y ait d’autres modifications dans les prochaines années, au fur et à mesure des nouvelles découvertes.

Rappel concernant les feuillets d’observations quotidiennes Certains d’entre vous utilisent des feuillets à imprimer pour nous communiquer leurs observations. Ces feuillets ne comportent pas les cases nécessaires à la codification et ont le désavantage d’être répartis sur deux pages. Nous vous demandons plutôt d’utiliser le feuillet d’observations conventionnel, disponible sans frais en communiquant avec Lucie Vézina au 418-647-4367. Je vous rappelle que chaque feuillet ne doit contenir que les observations d’un seul site ou localité et d’une seule journée; le résumé d’une excursion d’un jour dans la région de Charlevoix ou pire, celui d’une fin de semaine à quatre sites différents, c’est plutôt difficile à traiter pour les compilateurs! Plusieurs personnes consacrent beaucoup de temps et d’énergie à la rédaction de leurs feuillets. Assurez-vous que ces derniers font partie des données servant à la rédaction des Observations en nous les faisant parvenir le plus rapidement possible à la fin de chaque saison ornithologique. Les dates de tombée ne nous permettent pas d’attendre les retardataires indéfiniment! Vous pouvez vous procurer (gratuitement bien sûr!) des feuillets vierges au magasin Le Naturaliste (2925, chemin Sainte-Foy, Québec). Nous nous chargerons de les acheminer au compilateur par la suite. Une autre possibilité : postez vos feuillets directement à Jean-François Rousseau au 32, chemin du Vide, Saint-Onésime-d’Ixworth (Québec) G0R 3W0. Cela permettra aux retardataires de gagner quelques jours pour l’envoi de leurs feuillets, ce qui peut faire la différence entre « juste à temps » ou « désolé, trop tard! ». Merci de votre collaboration et continuez de nous faire parvenir vos précieuses observations, de la façon qui vous conviendra le mieux. Jean-François Rousseau, responsable du Comité des observations ENCADRÉS : un rappel afin de rafraîchir la mémoire du lecteur sur la signification des encadrés autour de certaines espèces dans les « Observations » : nous utilisons deux niveaux d’encadrés : le plus mince entoure les mentions rares; le plus épais entoure les mentions exceptionnelles.

Statistiques sur les feuillets

Nombre Nombre Nombre Nombre

Page 106

de feuillets de mentions moyen mentions/feuillet d’espèces

Juin

Juillet

Total

127 4170 32,8

113 3324 29,4

140 7494 31,2 228


VOLUME 54, NUMÉRO 3, DÉCEMBRE 2009 | LE BULLETIN ORNITHOLOGIQUE

Oie des neiges : N = 40 (28,12) Le 7 juin, G. Cyr observe un oiseau et laisse la note suivante sur son feuillet : « Elle se tenait sur le fleuve et semblait avoir une aile pendante. Je ne sais pas pourquoi… ». Cela se passait au marais Léon-Provancher. Bernache cravant : N = 2 (2,1) Les 2 mentions de juin proviennent du marais Léon-Provancher, le 16, où R.

Gingras note 2 oiseaux. L’autre mention, qu’on pourrait qualifier d’exceptionnelle, concerne un seul oiseau et date du 7 juillet à l’île aux Coudres (R. Lepage, G. Breton, F. Leduc et D. Hamel). C’est seulement la 3e mention sur le territoire du COQ en juillet, les autres remontant au 2 juillet 1990 à StNicolas par L. Messely et au 17 juillet 1971 à Beauport par C. Simard et al.

Bernache du Canada : N = 41 (31,10) R. Gingras et J. Forgues nous envoient cette note : « Un couple a niché avec succès à St-Léon-de-Standon. Aujourd’hui (le 1er juin), 5 petits oisons sont observés avec leurs parents sur un petit lac d’environ 500 pieds de diamètre. Ces oiseaux sont revus tout l’été jusqu’au début du mois d’août ».

Les canards Observations par ordre décroissant du nombre de mentions Espèce

N (juin, juillet) Notes

Canard colvert Canard noir Canard chipeau Sarcelle d’hiver Canard souchet Eider à duvet Sarcelle à ailes bleue Canard branchu

121 (69,52) 67 (38,29) 41 (26,15) 38 (23,15) 34 (25,9) 31 (17,14) 26 (21,5) 23 (13,10)

Macreuse à front blanc Garrot à œil d’or Canard d’Amérique Canard pilet

14 (9,5) 13 (6,7) 12 (7,5) 7 (1,6)

Grand Harle Fuligule à collier Harle couronné Harle huppé Macreuse brune

9 9 9 8 2

Macreuse noire

2 (1,1)

Eider à tête grise

2 (2,0)

Harelde kakawi Garrot d’Islande Fuligule milouinan Petit Fuligule

2 1 1 1

(6,3) (5,4) (2,7) (8,0) (1,1)

(2,0) (1,0) (0,1) (0,1)

Perdrix choukar : N = 1 (1,0) Lors d’une sortie du COQ à Lotbinière, le 20 juin, L. Messely et M. Raymond, les 2 seuls valeureux à défier une température maussade (voir texte vol. 54, no. 2, page 53), rencontrent 2 individus de ce magnifique phasianidé européen et notent ce qui suit : « Il y a une ferme d’élevage de galliformes de l’autre côté de la 132. L’un d’eux a la man-

L. Messely mentionne une famille de 8 oiseaux au cap Tourmente le 11 juillet.

« Une femelle avec sa nichée de 7 cannetons dans un étang de l’ancien dépôt à neige situé au nord de la base de plein air de Ste-Foy. Probablement la 1re mention de nidification de cette espèce à la base de plein air (G. Lord, le 16 juin) ». Des adultes accompagnés de jeunes ont aussi été notés au marais Léon-Provancher au début de juillet.

Une femelle accompagnée de 7 jeunes se trouvaient au marais Léon-Provancher le 14 juin (G. Cyr).

G. Cyr observe 2 individus le 21 juin à l’île au Coudres tandis que C. Girard et C. Auchu en notent 3 sur la traverse de Rivière-du-Loup–St-Siméon le 19 juillet. Treize oiseaux à Rivière-Ouelle le 7 juin par C. Girard et C. Auchu et trente autres à l’île aux Coudres le 7 juillet par G. Breton, R. Lepage, F. Leduc et D. Hamel. Les 2 mentions proviennent de St-Irénée et concernent un mâle : le 5 juin (D. McCutcheon, A, Rasmussen et P. Otis) et le 12 juin (J. Goulet et L. Messely). L. Messely en note 4 le 6 juin à Rivière-Ouelle et un autre le 13 juin à Port-au-Saumon. St-Irénée le 12 juin par J. Goulet et L. Messely. La Pocatière le 23 juillet par C Girard et C. Auchu. Montmagny le 28 juillet par G. Lord. dibule supérieure mal formée : longue avec crochet au bout ». Perdrix grise : N = 1 (1,0) Le 14 juin dans un champs de La Pocatière, C. Auchu et C. Girard surprennent 2 oiseaux, 1 mâle et 1 femelle, ayant un comportement nicheur. Même s’ils n’ont pas trouvé de poussins, il est plutôt rare de voir

ces perdrix s’envoler et se poser à moins de 30 m plus loin pour ensuite revenir vers les marcheurs... Gélinotte huppée : N = 10 (8,2) R. Lepage observe 2 adultes avec des poussins à St-Raphaël le 14 juin.

Page 107


LE BULLETIN ORNITHOLOGIQUE | VOLUME 54, NUMÉRO 3, DÉCEMBRE 2009

Tétras du Canada : N = 1 (0,1) Au Parc régional du Massif-du-Sud, le 6 juillet, J. Cormack et M. Labrie ont repéré 3 familles pour un total de 16 individus. Plongeon catmarin : N = 10 (4,6) Un maximum impressionnant de 54 oiseaux est rapporté le 7 juin à Rivière-Ouelle par C. Auchu et C. Girard. Plongeon du Pacifique : N = 1 (1,0) Le 16 juin au quai de Neuville, F. Grenon, M. Lafleur, J.-P. Ouellet, R. Dion et F. Dion ont la chance d’observer ce magnifique et trop rare petit plongeon. Nous vous laissons le soin de lire l’article de F. Grenon, publié dans ce bulletin, sur les circonstances de cette découverte. Plongeon huard : N = 30 (22,8) Grèbe à bec bigarré : N = 35 (25,10) G. Lord note un maximum de 12 oiseaux le 23 juillet au cap Tourmente. Grèbe jougris : N = 1 (1,0) La seule mention estivale concerne 2 individus et provient de Rivière-Ouelle le 6 juin (L. Messely). Fou de Bassan : N = 6 (4,2) R. Demers observe un oiseau à partir de la promenade Champlain à Québec le 18 juin, ce qui constitue la mention la plus à l’ouest : « Un adulte en vol vers l’ouest, bas au dessus du fleuve, se pose et perdu de vue ». Cormoran à aigrettes : N = 76 (35,41) Grand Cormoran : N = 2 (2,0) R. et F. Dion observent cet oiseau à Neuville le 16 juin et notent ce qui suit : « Gros cormoran immature au vol lourd, à gros bec et gros cou foncé, ventre pâle, ailes larges et brunes… ». L’autre mention concerne un adulte découvert par M. Lafleur et J.-P. Ouellet le 23 juin à Cap-à-l’Aigle. Cet oiseau n’est pas observé régulièrement sur notre territoire pendant la saison estivale. Butor d’Amérique : N = 28 (18,10) P. Otis, avec son œil de lynx, repère un total de 8 individus le 16 juin au cap Tourmente. Ça relève de l’exploit si l’on considère le caractère discret de cette espèce. Petit Blongios : N = 2 (2,0) Le 13 juin au matin, G. Cyr et G. Lord entendent ce petit ardéidé dans le marais de Page 108

la Grande-Ferme au cap Tourmente. Il est revu à nouveau le 18 juin par R. Lepage qui nous laisse cette note : « …Vu au vol et entendu chanter à maintes reprises de 6 h 30 à 8 h 20, moment de mon départ du site ». Grand Héron : N = 85 (24,61) Grande Aigrette : N = 3 (0,3) Les 3 mentions se sont effectuées dans les derniers jours de juillet : P. Otis en observe 2 le 28 à Beauport (Montmorency), le lendemain O. Barden en observe 1 sur les battures de St-Romuald… mais à partir du toit de la maison à Ste-Foy!!! Il possède un télescope bionique à ce qu’on dit.. M. Raymond rapporte le dernier le 31 au lac St-Charles. Serait-ce le prélude à une invasion automnale? Ne manquez surtout pas la prochaine chronique! Héron vert : N = 1 (0,1) La seule mention concerne un oiseau observé par G. Cyr au marais des Graves au cap Tourmente le 19 juillet. Bihoreau gris : N = 25 (16,9) Urubu à tête rouge : N = 61 (24,37) D. Campeau dénombre un maximum de 18 oiseaux le 25 juillet à St-Alban.

Busard Saint-Martin : N = 45 (19,26) Épervier brun : N = 8 (5,3) Laissons C. Girard et C. Auchu nous raconter : « En circulant près d’un massif de conifère, nous entendons des cris répétés, provenant sans doute d’un oisillon réclamant de la nourriture. Tout à coup, nous voyons un Épervier brun adulte avec une proie dans les serres entrer dans le massif de conifère. À ce moment, le nombre de cris a décuplé et au moins 2 oisillons devaient être présents! ». Ça se passait à Sainte-Louise le 28 juillet. Épervier de Cooper : N = 7 (5,2) Quatre des sept mentions datent du 6 juin : Lac Écho par P. Lane et J. Labrecque, La Pocatière par C. Girard et C. Auchu (« un oiseau au plumage très usé passe au dessus d’un verger avec une proie dans les serres »), cap Tourmente par G. Cyr (« il houspillait et se faisait houspiller par une Corneille d’Amérique […] ») et Beauport par M. Raymond. Autour des palombes : N = 4 (3,1) Trois mentions proviennent de La Pocatière : le 6 juin par L. Messely, les 13 et 14 juin par C. Girard et C. Auchu. L’autre mention vient de Lac-Beauport le 11 juillet par P. Lane et J. Labrecque.

Balbuzard pêcheur : N = 16 (7,9) Buse à épaulettes : N = 28 (18,10) Pygargue à tête blanche : N = 18 (14,4) M. Raymond et L. Messely comptent pas moins de 23 oiseaux à Lotbinière le 20 juin : « À peu près tous des immatures d’âge divers. Trois ou quatre adultes ou subadultes tout au plus. ». Ils en ajoutent 6 à Leclercville pour un total de 29 lors de cette sortie. Qui dit mieux?

Petite Buse : N = 16 (8,8) Buse à queue rousse : N = 16 (12,4) C. Auchu et C. Girard notent un mouvement migratoire tardif de rapaces le 14 juin à La Pocatière et comptent 35 individus de cette espèce. Ils nous laissent cette note : « […] ce n’est pas la première fois que nous sommes Épervier de Cooper dévorant un Merle d'Amérique (Réjean Paquet)


VOLUME 54, NUMÉRO 3, DÉCEMBRE 2009 | LE BULLETIN ORNITHOLOGIQUE

témoins d’un déplacement migratoire de rapaces à la mi-juin; il s’agit donc d’un phénomène normal qui n’est que rarement détecté ». Buse pattue : N = 1 (1,0) Le seul oiseau de la saison est noté à Rivière-Ouelle le 7 juin par C. Auchu et C. Girard. Aigle royal : N = 1 (1,0) Le 13 juin, D. Labarre observe un adulte volant très haut au-dessus du centre d’interprétation Le Draveur dans le Parc national des Hautes-Gorges-de-la-Rivière-Malbaie. On sait que 2 nids avaient été découverts dans ce secteur en 2007 par les gardiens du parc. Crécerelle d’Amérique : N = 30 (16,14) Au début des années 1990, qui aurait imaginé que le nombre de mentions estivales du Faucon pèlerin rattraperait celui de la crécerelle? C’est pourtant (presque) le cas cet été. À l’époque, on récoltait 60-70 mentions pour la crécerelle contre une dizaine pour le pèlerin.

Faucon émerillon : N = 17 (5,12) Faucon pèlerin : N = 28 (13,15) Le 18 juin au cap Tourmente, R. Lepage observe 3 fauconneaux au nid. Le 25 juillet au lac Long (Portneuf), D. Campeau trouve un nid sur de grandes falaises lors d’une promenade en kayak. Deux adultes et deux jeunes se tenaient dans le secteur. Au moins un autre était aussi dans une falaise au mont du Curé-Gravel à L’Ange-Gardien cet été (F. Shaffer). Râle jaune : N = 1 (0,1) Comme l’été dernier, la seule mention provient de l’île aux Grues où P. Otis, F. Lachance et A. Rasmussen entendent le cliquetis caractéristique de 2 oiseaux le 20 juillet. Râle de Virginie : N = 15 (11,4) Jusqu’à 4 oiseaux sont notés le 16 juin au marais Léon-Provancher par G. Cyr.

Gallinule poule-d’eau : N = 1 (1,0) Il semble bien qu’elle n’ait niché qu’au marais de Canards Illimités à Montmagny où R. Gingras trouve un adulte et un jeune le 30 juin. Foulque d’Amérique : N = 1 (1,0) Le seul oiseau noté cet été est observé le 30 juin à Montmagny par R. Gingras. Grue du Canada : N = 2 (1,1) La 1re mention fait état de 2 oiseaux observés le 7 juin par B. Côté, R. Côté et J. Côté dans un marais jouxtant le lac à Jack dans la Réserve faunique des Laurentides. La description fournie permet d’éliminer à coup sûr le Grand Héron. La 2e mention est l’œuvre de L. Roy et A. Déry qui identifient 3 Grues du Canada volant très haut le 15 juillet. C’est déjà pas mal, mais ce qui est singulier, c’est que L. Roy a repéré les oiseaux en faisant cuire son steak sur le barbecue chez lui, à Sillery…

Marouette de Caroline : N = 24 (14,10) Le maximum est de 5 individus trouvés le 7 juillet à St-Joseph-de-la-Rive par D. Hamel et al.

Les limicoles Les 13 espèces de limicoles migrateurs représentent le plus haut nombre depuis l’été 2004, mais le total de 51 mentions est plutôt maigre. À noter qu’il y a 10 ans, on pouvait facilement noter 15 à 17 espèces totalisant 100 à 150 mentions estivales. Malgré tout, 2 raretés se démarquent de la liste ci-dessous, soit le Bécasseau violet et le Phalarope de Wilson. La lettre « D » indique la date de départ des derniers migrateurs printaniers alors que le « A » se rapporte aux premiers migrateurs automnaux. Espèce

N (J,J)

Date

Site

Observateurs

Pluvier semipalmé

10 (5,5)

Bécasseau semipalmé

8 (1,7)

Grand Chevalier

7 (1,6)

Bécasseau minuscule

7 (2,5)

Tournepierre à collier*

6 (5,1)

D A D A D A D A D

Pluvier argenté Petit Chevalier Phalarope à bec étroit* Bécasseau sanderling Courlis corlieu Bécasseau violet* Bécasseau variable Bécassin roux Phalarope de Wilson*

3 3 3 2 1 1 1 1 1

St-Vallier Portneuf St-Vallier Portneuf Cap Tourmente Portneuf Cap Tourmente Cap Tourmente St-Vallier Rivière-Ouelle St-Vallier Portneuf La Pocatière Montmagny Rivière-Ouelle Rivière-Ouelle Rivière-Ouelle St-Vallier Rivière-Ouelle Montmagny

G. Lord G. Lord G. Lord G. Lord R. Lepage G. Lord R. Gingras L. Messely G. Lord C. Auchu, C. Girard O. Barden G. Cyr C. Auchu, C. Girard Y. et N. Bernier C. Auchu, C. Girard C. Auchu, C. Girard C. Auchu, C. Girard G. Lord C. Auchu, C. Girard R. Gingras

(3,0) (0,3) (3,0) (0,2) (0,1) (1,0) (1,0) (0,1) (1,0)

: 7 juin : 20 juil. : 7 juin : 20 juil. : 18 juin : 20 juil. : 5 juin : 11 juil. : 7 juin 7 juin A : 27 juil. D : 18 juin A : 23 juil. D : 4 juin A : 24 juil. A : 31 juil. D : 7 juin D : 7 juin A : 24 juil. ? : 30 juin

Page 109


LE BULLETIN ORNITHOLOGIQUE | VOLUME 54, NUMÉRO 3, DÉCEMBRE 2009

*Tournepierre à collier : 36 individus sont dénombrés le 7 juin à Rivière-Ouelle par C. Auchu et C. Girard. *Bécasseau violet : Il s’agit d’une date record de départ pour notre territoire. *Phalarope de Wilson : Cette date intrigante suggère la possibilité que cette femelle, trouvée dans les étangs d’épuration de Montmagny, aurait pu nicher dans les environs. On sait que l’île aux Grues et l’île aux Oies, situées à proximité, ont déjà accueilli des nicheurs dans le passé. *Phalarope à bec étroit : 2 oiseaux sont présents du 2 au 4 juin dans les étangs d’épuration de Montmagny. Pluvier kildir : N = 77 (47,30) Chevalier grivelé : N = 41 (22,19) Chevalier solitaire : N = 2 (0,2) La première mention fait état d’un oiseau fort probablement nicheur observé le 26 juillet par Y. Hamel et D. Fournier dans la Réserve faunique des Laurentides. La seconde observation concerne un migrateur noté le 29 juillet par O. Barden à Ste-Foy. Maubèche des champs : N = 4 (2,2) Bécassine de Wilson : N = 32 (22,10) Bécasse d’Amérique : N = 5 (3,2) Mouette de Franklin : N = 3 (3,0) Cette élégante mouette en est à sa 4e présence estivale en 5 ans dans Charlevoix. Le 13 juin à St-Irénée, J. Bernier et N. Boucher observent un adulte en plumage nuptial. Cet oiseau sera revu le lendemain au même endroit par L. Messely et J. Goulet. Mouette pygmée : N = 1 (1,0) Un oiseau de 1er été est observé le 23 juin à La Malbaie par J.-P. Ouellet et M. Lafleur.

Mouette de Bonaparte : N = 8 (4,4) Un groupe de 50 individus est noté le 20 juin à Lotbinière par L. Messely et son groupe. La plupart des oiseaux arborent un capuchon grisé. Goéland à bec cerclé : N = 148 (72,76) Un impressionnant total de 2500 individus est dénombré le 21 juin à l’île aux Coudres par G. Cyr. Goéland argenté : N = 89 (47,42) Les 300 oiseaux comptés par D. Campeau le 13 juin à Cap-à-l’Aigle sont dignes de mention. Goéland arctique : N = 7 (7,0) G. Lord compte jusqu’à 8 individus le 4 juin à La Malbaie. Les derniers de la saison sont notés le 15 juin. Goéland brun : N = 11 (9,2) Jusqu’à 6 individus sont mentionnés le 4 juin à La Malbaie par G. Lord et J. Bernier. L’espèce fut également observée à St-Irénée, Port-au-Saumon et l’île aux Coudres. Cependant, Charlevoix n’a pas le monopole de cette espèce puisqu’elle a aussi été notée au marais Léon-Provancher et à Pont-Rouge.

Goéland bourgmestre : N = 1 (1,0) G. Lord est l’auteur de la seule mention de l’été, soit le 15 juin à St-Irénée. Goéland marin : N = 69 (34,35) Mouette rosée : N = 1 (1,0) Le 16 juin vers 19 h 30, une belle surprise attendait les observateurs qui s’étaient déplacés à Neuville pour espérer retrouver les Labbes à longue queue observés les 2 jours précédents dans ce secteur. La surprise en question était rien de moins qu’une Mouette rosée, une 1re mention sur le territoire du COQ et une 11e pour le Québec. C’est R. Dion qui repère d’abord l’oiseau au large du quai de Neuville, assez loin le long d’une barre de courant, en avant des bouées. Il croit avoir affaire à une Mouette pygmée mais quand J.-P. Ouellet braque son télé sur l’oiseau ce dernier crie tout de suite « Ross » (Ross’s Gull : Mouette rosée). Les autres observateurs présents, F. Dion, M. Lafleur et A. Côté, se rendent à l’évidence et confirment cette identification. Les critères suivants sont notés : petite mouette à sous-alaires gris foncé, dessus des ailes gris uni, ailes relativement pointues, tête et bec petits, queue longue et cunéiforme, du rosé au ventre, bord de fuite des secondaires blanc, ne se rendant pas au bout des primaires. Observée pendant 2 à 3 minutes. L’absence de collier noir indiquerait un oiseau de 2e été. Mouette de Sabine : N = 1 (1,0) Toujours en cette fameuse journée du 16 juin, cette fois au quai de Portneuf, J.-P. Ouellet et M. Lafleur ajoutent à leur impressionnante liste de la journée une Mouette de Sabine adulte. Mouette tridactyle : N = 6 (5,1)

Mouette atricille (Albert Poitras)

Page 110


VOLUME 54, NUMÉRO 3, DÉCEMBRE 2009 | LE BULLETIN ORNITHOLOGIQUE

Sterne caspienne : N = 2 (1,1) Le 14 juin, lors d’une excursion du COQ au marais Provancher à Neuville, S. de la Durantaye, P. Samson et S. Lemieux ont la chance de voir 2 Sternes caspiennes au fleuve, en plus des Labbes à longue queue. L’autre mention concerne un oiseau repéré le 21 juillet au quai de Rivière-Ouelle par M. Therrien. Guifette noire : N = 5 (5,0) Deux oiseaux fréquentent le marais du lac Noir à Tourville en juin (J.-G. Chouinard et al.) tandis que des individus solitaires sont observés à St-Vallier le 7 juin (G. Lord) et à Deschambault le 18 juin (G. Cyr). Sterne pierregarin : N = 10 (6,4) Sterne arctique : N = 1 (1,0) Le 7 juin à Rivière-Ouelle, C. Auchu et C. Girard réussissent à identifier un groupe de 25 Sternes arctiques s’approchant suffisamment du bout du quai. Les 450 autres sternes, non identifiées à l’espèce, étaient probablement aussi de cette espèce. Labbe parasite : N = 1 (1,0) Le seul Labbe parasite de la saison, un migrateur tardif ou un estivant, est repéré par L. Messely le 26 juin à La Malbaie.

Labbe à longue queue : N = 5 (5,0) Les vents du nord-est qui ont soufflé à la mi-juin dans la région de Québec ont apporté quelques espèces pélagiques intéressantes dont 2 magnifiques Labbes à longue queue adultes en plumage presque parfait. Ces derniers ont d’abord été trouvés par S. de la Durantaye, P. Samson et S. Lemieux lors d’une excursion du COQ au marais Léon-Provancher à Neuville. Les oiseaux seront revus dans ce secteur les 15 et 16 juin par plusieurs observateurs, parfois d’assez près. La plupart auront noté le vol léger de sterne, les ailes étroites et, surtout, les 2 longues rectrices ondoyant en vol. Il importe de souligner le caractère exceptionnel des mentions de cet été : ce n’est que la 5e fois qu’on mentionne le Labbe à longue queue sur notre territoire (la 2e fois en été, les 3 autres en automne), la 1re fois où plus d’un individu est signalé et, enfin, la 1re fois que l’observation s’étend sur plus d’une journée (3 jours dans le cas présent). Guillemot marmette : N = 3 (2,1) C. Auchu et C. Girard sont les auteurs de 2 mentions : la première le 7 juin à RivièreOuelle avec 2 individus et la seconde le 19 juillet à partir du traversier de Rivière-duLoup–St-Siméon avec 3 oiseaux. Un indivi-

du aurait aussi été vu à Lévis en juin par J. Lachance, mais nous n’avons pas la date précise. Petit Pingouin : N = 17 (11,6) Le maximum : 96 oiseaux dénombrés le 26 juin par L. Messely à La Malbaie. Guillemot à miroir : N = 11 (9,2) Pigeon biset : N = 57 (27,30) Tourterelle triste : N = 153 (77,76) Coulicou à bec noir : N = 7 (3,4) Cette espèce particulièrement discrète s’est manifestée à plusieurs endroits sur notre territoire cet été. On l’a signalé au marais Léon-Provancher, à St-Pierre-de-l’Îled’Orléans, au cap Tourmente, à SteCatherine-de-la-Jacques-Cartier et à SteLouise. Pas plus d’un individu à la fois. Grand-duc d’Amérique : N = 3 (1,2) Le 9 juillet à St-Étienne-de-Lauzon, L. Messely entend un couple qui se répond, l’un chantant plus grave que l’autre. Chouette rayée : N = 5 (3,2) P. Otis note 2 oiseaux le 16 juin au cap Tourmente.

Page 111


LE BULLETIN ORNITHOLOGIQUE | VOLUME 54, NUMÉRO 3, DÉCEMBRE 2009

Hibou des marais : N = 1 (0,1) Le 20 juillet à l’île aux Grues, P. Otis, F. Lachance et A. Rasmussen voient le seul Hibou des marais de la saison. P. Otis et F. Lachance avaient fait de même l’an dernier au même endroit. Engoulevent d’Amérique : N = 6 (6,0) Aucune mention en juillet! Engoulevent bois-pourri : N = 3 (1,2) Jusqu’à 5 individus le 5 juin à St-Étiennede-Lauzon (G. Lord). Au même site le 9 juillet, L. Messely observe 3 individus en vol formant un groupe compact en périphérie de la forêt. Martinet ramoneur : N = 23 (8,15) Colibri à gorge rubis : N = 64 (29,35) Martin-pêcheur d’Amérique : N = 25 (13,12) Franchement sous la moyenne…

Moucherolle des aulnes : N = 96 (62,34)

Geai bleu : N = 96 (54,42)

Moucherolle des saules : N = 17 (14,3)

Corneille d’Amérique : N = 195 (102,93)

Moucherolle tchébec : N = 49 (32,17)

Grand Corbeau : N = 73 (36,37)

Moucherolle phébi : N = 47 (27,20) Il s’agit du meilleur été depuis plus de 20 ans sur le territoire du COQ. Ils étaient partout et parfois en nombre important.

Alouette hausse-col : N = 1 (0,1) Très discrète en été, notre sous-espèce résidente est sous-rapportée en période de nidification. C’est à Rivière-Ouelle que C. Auchu et C. Girard notent les 2 seules.

Tyran huppé : N = 35 (27,8) Tyran tritri : N = 77 (39,38) Viréo aux yeux blancs : N = 1 (1,0) Un individu observé par J.-P. Ouellet dans le sentier L’Allée d’Ormes du cap Tourmente le 3 juin s’ajoute aux autres mentions de ce printemps mémorable sur notre territoire. Noté de façon irrégulière du 14 mai au 3 juin dans divers sentiers du cap, qui sait combien de Viréo aux yeux blancs différents y ont séjourné? Un, deux, trois, qui dit mieux?

Pic maculé : N = 28 (15,13) Viréo à tête bleue : N = 35 (21,14) Pic mineur : N = 82 (42,40) Pic chevelu : N = 56 (30,26) Pic à dos rayé : N = 1 (0,1) Une seule mention fort intéressante de ce pic de la forêt boréale, en provenance des Éboulements le 11 juillet (H. Mead). On le trouve chez nous environs 1 été sur 2.

Viréo mélodieux : N = 46 (29,17) Il s’agit du meilleur été depuis 2002 pour ce petit viréo pâle. Viréo de Philadelphie : N = 10 (7,3) Viréo aux yeux rouges : N = 164 (87,77) Jusqu’à 81 individus sont dénombrés par S. Lemieux au lac St-Joseph le 9 juillet.

Pic à dos noir : N = 2 (1,1)

Hirondelle noire : N = 2 (1,1) Une douzaine d’individus fréquentaient encore la colonie de Ste-Croix en 2009. Hirondelle bicolore : N = 127 (81,46) Hirondelle à ailes hérissées : N = 2 (1,1) Les 2 mentions font état d’un seul individu à Leclercville. Hirondelle de rivage : N = 31 (17,14) Hirondelle à front blanc : N = 44 (19,25) Des bons décomptes de cette espèce qui en a arraché avec toute cette pluie estivale ont été réalisés au cap Tourmente le 12 juillet (200, B. Laliberté et M. Morissette) et à StRaphaël le 23 juillet (175, R. Lepage). Hirondelle rustique : N = 53 (19,34) Il y a nette amélioration pour le nombre de mentions en comparaison avec l’été dernier, mais nous sommes encore bien loin des chiffres d’antan. Mésange à tête noire : N = 149 (72,77)

Mésangeai du Canada : N = 3 (2,1) Pic flamboyant : N = 101 (47,54)

Mésange à tête brune : N = 4 (2,2)

Grand Pic : N = 11 (6,5) Moucherolle à côtés olive : N = 4 (4,0) Espérons que le nombre de mentions sera plus élevé l’an prochain avec l’initiation du terrain pour le 2e Atlas des oiseaux nicheurs du Québec. Pioui de l’Est : N = 41 (27,14) Moucherolle à ventre jaune : N = 7 (5,2) C. Auchu et C. Girard notent 2 migrateurs tardifs le 14 juin dans une zone buissonneuse au milieu des grands champs agricoles de La Pocatière. La veille, les mêmes observateurs notent 12 individus à St-Onésimed’Ixworth. Viréo aux yeux blancs (Christian Chevalier)

Page 112


VOLUME 54, NUMÉRO 3, DÉCEMBRE 2009 | LE BULLETIN ORNITHOLOGIQUE

Page 113


LE BULLETIN ORNITHOLOGIQUE | VOLUME 54, NUMÉRO 3, DÉCEMBRE 2009

Mésange bicolore : N = 1 (1,0) L. Messely et J. Goulet entendent un individu chanter le 8 juin près de l’anse aux Sarcelles à St-Nicolas. C’est dans ce même secteur que 2 individus avaient été trouvés à la fin novembre 2008 et y ont été signalées au courant du mois de décembre. La présence d’un oiseau chanteur en juin laisse croire qu’elles y auraient peut-être niché...

Troglodyte des marais : N = 18 (11,7)

Sittelle à poitrine rousse : N = 40 (17,23)

Merlebleu de l’Est : N = 53 (26,27) Le nombre exceptionnellement élevé de mentions a été rendu possible en partie grâce à la présence de 2 couples au cap Tourmente cet été.

Sittelle à poitrine blanche : N = 29 (12,17) Grimpereau brun : N = 4 (1,3) Un autre qui se fait discret en été. Indice : cherchez entre l’arbre et l’écorce! Troglodyte de Caroline : N = 1 (0,1) L’été est la saison pendant laquelle les mentions de T. de Caroline se font les plus rares, et de loin. Rien ne laisse croire à une nidification possible cette fois, alors que D. Campeau reçoit la brève visite d’un individu derrière chez lui à Limoilou le matin du 21 juillet.

Roitelet à couronne dorée : N = 22 (11,11) Ne nous méprenons pas, tous les oiseaux de la forêt boréale de conifères ont été nettement moins rapportés cet été, possiblement à cause de la mauvaise météo qui aurait retenu les observateurs près de leur patelin… Roitelet à couronne rubis : N = 15 (8,7)

Grive fauve : N = 105 (61,44) Jusqu’à 40 grives sont dénombrées par S. Lemieux à Québec (Ancienne-Lorette) le 16 juillet. Grive à joues grises : N = 1 (1,0) M. Raymond repère un migrateur le 4 juin au domaine de Maizerets à Québec. Grive de Bicknell : N = 1 (1,0) Grive à dos olive : N = 30 (18,12)

Troglodyte familier : N = 20 (12,8) Grive solitaire : N = 60 (25,35) Troglodyte mignon : N = 36 (19,17) Il s’agit du plus petit nombre de mentions depuis fort longtemps.

Grive des bois : N = 12 (9,3)

Merle d’Amérique : N = 190 (102,88) S. Lemieux note jusqu’à 135 individus à StAugustin le 17 juillet. Moqueur chat : N = 72 (43,29) Moqueur polyglotte : N = 15 (11,4) Noté en juin à St-Léon-de-Standon, à PontRouge et à La Pocatière. C’est à ce site que C. Auchu et C. Girard repèrent un nid le 4 juillet grâce aux cris d’un jeune quémandant de la nourriture. Moqueur roux : N = 17 (8,9) Le 5 juillet, C. Auchu et C. Girard découvrent un nid de Moqueur roux à moins de 100 m du nid de Moqueur poyglotte au centre-ville de La Pocatière! Ce nid était cependant beaucoup moins avancé que celui du meilleur imitateur : les 3 jeunes qui s’y trouvaient étaient nus et avaient encore les paupières soudées. Étourneau sansonnet : N = 135 (76,59) S. Lemieux estime leur nombre à 1682 (pas un de plus, pas un de moins!) le 13 juillet à Québec, secteur L’Ancienne-Lorette. Jaseur d’Amérique : N = 165 (78,87) Abondant, il s’agit d’un nombre de mentions nettement supérieur à la moyenne des derniers étés. De plus, G. Cyr en compte 175 au cap Tourmente le 6 juin.

Grive à dos olive (Jean-Guy Chouinard)

Page 114


VOLUME 54, NUMÉRO 3, DÉCEMBRE 2009 | LE BULLETIN ORNITHOLOGIQUE

Les parulines Pour un second été consécutif, aucune paruline rare ne figure au tableau. Le nombre de mentions est inférieur à la moyenne pour la grande majorité des espèces sauf les plus communes, de milieux plus ouverts, c’est-à-dire les 4 premières de la liste… Hypothèse : à cause des mauvaises conditions météo, les observateurs sont restés plus souvent près de leur demeure… Espèce Paruline Paruline Paruline Paruline Paruline Paruline Paruline Paruline Paruline Paruline Paruline Paruline

masquée jaune flamboyante à flancs marron à tête cendrée couronnée à gorge noire à joues grises* noir et blanc triste bleue à croupion jaune

N (J,J)

Espèce

150 (81,69) 133 (74,59) 119 (76,43) 85 (60,25) 71 (41,30) 56 (18,18) 50 (33,17) 44 (27,17) 44 (28,16) 41 (29,12) 38 (27,11) 31 (20,11)

Paruline Paruline Paruline Paruline Paruline Paruline Paruline Paruline Paruline Paruline Paruline

N (J,J) à gorge orangée rayé à collier obscure des pins* à poitrine baie tigrée des ruisseaux à couronne rousse* à calotte noire du Canada

28 (23,5) 18 (18,0) 16 (11,5) 14 (10,4) 9 (9,0) 7 (6,1) 5 (2,3) 5 (5,0) 3 (2,1) 10 (10,0) 12 (11,1)

*P. à joues grises : H. Mead en rapporte 45 aux Éboulements le 25 juin. *P. des pins : Le cap Tourmente et Pont-Rouge se partagent les observations de cette paruline « locale ». Au cap Tourmente, lors d’une observation surprenante le 26 juin, L. Messely note : « Elle chante au sommet d’un feuillu, derrière une maison au début (est) du village de cap Tourmente ». Les pinèdes que recherche généralement l’espèce en été se situent quelques km plus loin. *P. à couronne rousse : Le 13 juin à partir de St-Onésime-d’Ixworth, C. Auchu et C. Girard notent : « Treize P. à couronne rousse, dont plusieurs mâles chanteurs sont observées dans un bûcher. Cette espèce fréquente ce même bûcher durant la saison de nidification depuis au moins 1995 ».

Les bruants Jadis plus régulier, notez l’absence du B. de Leconte pour un second été consécutif. Le B. vespéral fait à peine meilleure figure avec seulement 3 petites mentions; on en a déjà vu plus… Finalement, le B. des champs fera seul office de vedette au tableau. Espèce

N (J,J)

Nombres importants.

Bruant chanteur Bruant à gorge blanche Bruant familier Bruant des prés Bruant des marais Junco ardoisé Bruant de Nelson Bruant de Lincoln Bruant des plaines* Bruant fauve Bruant vespéral Bruant des champs*

182 (95,87) 134 (73,61) 112 (55,57) 91 (43,48) 57 (32,25) 19 (12,7) 18 (6,12) 5 (3,2) 4 (3,1) 4 (3,1) 3 (2,1) 1 (1,0)

132 ind. le 17 juillet à St-Augustin par S. Lemieux.

18 ind. le 27 juillet à La Pocatière par C. Auchu et C. Girard.

*B. des plaines : Les observations proviennent toute du cap Tourmente et il pourrait bien y avoir eu 2 individus. *B. des champs : Plus rare que son frère des plaines, c’est le 15 juin à Québec (Neufchâtel) que G. Cyr fait la belle découverte. Le bruant a pu être observé « à satiété » (au dire même de l’observateur!) dans le parc Chauveau en bordure d’un champ près de la rivière St-Charles. C’est seulement la 2e observation estivale depuis 2000, la dernière remontant à l’été 2007.

Page 115


LE BULLETIN ORNITHOLOGIQUE | VOLUME 54, NUMÉRO 3, DÉCEMBRE 2009

Piranga écarlate : N = 11 (10,1) Nouveau nom, même brillance… Cardinal rouge : N = 31 (21,10) Encore un été à voir rouge, surtout en périphérie de Québec. Cardinal à poitrine rose : N = 47 (28,19) Passerin indigo : N = 26 (16,10) Le cap Tourmente produit la majorité des observations et on y recense jusqu’à 11 individus le 27 juin (COQ, P. Otis). Goglu des prés : N = 55 (30,25) Carouge à épaulettes : N = 162 (82,80) Les carouges aiment l’eau, c’est connu… Il s’agit du plus « gros » été depuis longtemps pour le nombre de mentions. Sturnelle des prés : N = 9 (6,3) Quiscale rouilleux : N = 4 (3,1) Deux observations au cap Tourmente les 7 et 13 juin (M. Grégoire, M. Wapler) concernaient probablement des migrateurs.

Oriole de Baltimore : N = 29 (24,5) Scène parentale : Le 1er juillet à St-Vallier, G. Cyr voit un mâle adulte nourrir un jeune hors du nid. Roselin pourpré : N = 73 (35,38) Roselin familier : N = 18 (9,9) Jusqu’à 21 individus sont rapportés le 16 juillet à Québec (L’Ancienne-Lorette) par S. Lemieux. Bec-croisé des sapins : N = 1 (0,1) Nous n’avions pas eu d’observation l’été dernier, d’où l’importance des 2 trouvés à Lac-Beauport le 27 juillet par P. Lane. Bec-croisé bifascié : N = 3 (0,3) Il est vraiment au creux de son cycle! On pourra s’attendre maintenant à voir le nombre de mentions augmenter en été pour quelques 3, 4 ou 5 ans. Tarin des pins : N = 20 (12,8) Tout petit été pour lui aussi, la moyenne se situant autour de 40. Chardonneret jaune : N = 175 (84,91)

Quiscale bronzé : N = 153 (87,66) Un adulte avec des jeunes est noté à Québec (M. Raymond, domaine de Maizerets) aussi tôt que le 4 juin. Dans un autre ordre d’idée, S. Lemieux en compte jusqu’à 353 le 13 juillet à Québec (Ancienne-Lorette). Vacher à tête brune : N = 52 (34,18) Au chapitre des espèces parasitées par le vacher cet été : Bruant chanteur, Bruant à gorge blanche et Paruline flamboyante.

Page 116

mâle a pu être vu et entendu par de nombreux observateurs d’un peu partout au Québec, en séjournant à St-Joseph-de-laRive pendant presque un mois, entre le 24 juin et 15 juillet (D. Hamel et al.).

Pinson des arbres : N = 5 (1,4) S’ajoutant aux quelques observations du printemps dernier, un Pinson des arbres

Le quesionnement sur l’origine de ces Pinsons des arbres observés récemment a déjà été posé dans le Bulletin du printemps dernier. Il s’agit d’une espèce migratrice commune en Europe et il est vrai qu’une invasion d’envergure à eu lieu en Islande au printemps 2009. Mais aussi, cette espèce est peut-être plus fréquente qu’on pourrait le croire en captivité. Des « lâchés », peut-être même en nombre importants, pourraient avoir eu lieu ailleurs en Amérique du Nord. Gros-bec errant : N = 21 (11,10) À partir de sa maison dans le chemin du Vide à St-Onésime-d’Ixworth le 6 juillet, J.F. Rousseau nous relate une intéressante observation : « Femelle adulte nourrit une femelle juvénile près de la mangeoire. Quelques gros-bec sont présents tous les jours. C’est le deuxième été consécutif que des juvéniles sont vus dans ou près de ma mangeoire ». Moineau domestique : N = 65 (31,34)


VOLUME 54, NUMÉRO 3, DÉCEMBRE 2009 | LE BULLETIN ORNITHOLOGIQUE

Observateurs de l’été 2009 N om

Nbre de Cote f e u i l l e t s d’ a c t . Auchu, Claude 25 146,3 Barden, Olivier 5 20,8 Bernier, Jean 2 10,1 3,5 Blais, Anne-Sophie 1 6 15,7 Breton, Gaëtane Campeau, Daniel 4 16,1 Chouinard, Jean-Guy 5 18,3 COQ 6 27,8 Côté, Brigitte 1 1,3 Côté, Jacynthe 1 1,3 Côté, Richard 1 1,3 Cyr, Gérard 37 174,9 de la Durantaye, Sébastien 2 13,7 Demers, Raphaël 1 0,9 Déry, Anne 1 1,0 Dion, François 12 40,8 Dion, Roger 12 40,8

Dussault, Émilie 2 Dussault-Chouinard, Iris 3 Dussault, Johanne 5 Forgues, Jocelyn 1 2 Fournier, Denise 1 Gélinas, Denis Gervais, Lise 1 Gingras, Robin 8 Girard, Christiane 18 Goulet, Julie 6 Grégoire, Mireille 4 Hamel, Denis 5 Hamel, Yvon 3 Labarre, Diane 4 Labrecque, Jacqueline 6 Lachance, Francine 5 Lafleur, Michèle 3 Laliberté, Benoit 1 Lane, Peter 7

6,4 11,9 18,3 1,3 3,2 3,1 4,1 33,7 97,4 16,5 15,7 12,1 7,1 17,4 26,7 20,1 3,1 5,4 30,5

Laporte, Jean 1 Larouche, Marguerite 1 Leclerc, Sylvie 1 Leduc, France 1 Lemieux, Serge 9 17 Lepage, Ronald 19 Lord, Gaétan McCutcheon, Donald 1 Mead, Harvey 5 Messely, Louis 25 Morisette, Manon 1 Noël, Robert 1 Normand, Pierre 2 Otis, Pierre 9 Ouellet, Jean-Pierre 5 Picard, Jean-Guy 1 Potvin, Claire 1 Poulin, Jean-Denis 1 Rasmussen, Arne 8 Rasmussen, Patrick 1

4,6 2,2 4,1 4,1 45,1 78,2 73,6 2,5 15,5 89,2 5,4 3,1 6,9 42,2 7,8 0,9 3,1 6,9 24,1 2,0

Raymond, Maurice 19 Robert, Michel 2 Rousseau, 3 Jean-François Roy, Laval 1 Rubénovitch, 1 Michel-André 1 Samson, Paule Shaffer, François 1 Therrien, Myriam 1 Tremblay, Guylaine 3 1 Turbide, Liette Wapler, Michel 4

62,8 6,4 10,2 1,0 2,1 7,5 3,9 2,1 5,4 0,6 15,7

Nombre d’observateurs : 67 Cote moyenne d’activité : 21,0 La cote d’activité est calculé ainsi : (NF X 0,5) + (NM X 0,1) + (NMS X 0,3) où NF = Nombre de feuillets, NM = Nombre de mentions, NMS = Nombre de mentions sélectionnées. Les rédacteurs des observations, Jean-François Rousseau, Gaétan Lord, Gérard Cyr et Olivier Barden vous remercient de votre précieuse collaboration.

Page 117


LE BULLETIN ORNITHOLOGIQUE | VOLUME 54, NUMÉRO 3, DÉCEMBRE 2009

Page 118


VOLUME 54, NUMÉRO 3, DÉCEMBRE 2009 | LE BULLETIN ORNITHOLOGIQUE

RECENSEMENT DE NOËL 2009 Le recensement des oiseaux de Noël est toujours une des populaires activités du COQ. En effet, pour la 66e année à Québec, une centaine d’ornithologues se concerteront en décembre prochain pour inventorier l’avifaune d’un territoire circulaire de quelque 12 km de rayon, soit une superficie de 452 km2. Le recensement de Québec n’est pas le seul; en 2008 il y a eu 32 RON au Québec, 362 au Canada et près de 2100 en Amérique. Qui peut participer? À notre avis, tout ornithologue, même débutant, peut et doit participer au recensement. En hiver, il y a moins d’espèces d’oiseaux et ces espèces sont pour la plupart faciles à identifier. De plus, on peut faire équipe avec une personne plus expérimentée si on ne sent pas à l’aise tout seul. Où participer? Le territoire est divisé en 75 parcelles qui peuvent se parcourir à pied ou en automobile. Consultez le tableau en annexe de ce texte pour identifier la zone qui vous intéresse puis contactez le ou la responsable de zone pour vous faire attribuer une parcelle. Il est bon d’entreprendre ces démarches le plus tôt possible pour que vous puissiez établir un plan d’attaque avec votre responsable. Quand participer? Cette année, le recensement aura lieu le dimanche 20 décembre. En effet, la Société Audubon demande à ce que tous les RON aient lieu chaque année entre le 14 décembre et le 5 janvier. Le soleil se lèvera vers 7 h 15 et les ornithologues se lèveront un peu avant, car c’est souvent au lever du soleil que les oiseaux sont les plus actifs. L’appel des hiboux pourra être tenté avant par les plus maniaques… Le recensement se termine généralement avec le coucher du soleil, c’est à dire vers 16 h. Cependant, il est possible d’arrêter avant si le territoire a été couvert ou si les conditions météo se détériorent. Sous quelles conditions météorologiques? Il est possible qu’une tempête de neige rende impossible la tenue du recensement.

Cependant, à cause de l’ampleur de l’organisation, seules des conditions extrêmes peuvent entraîner l’annulation de l’activité. En cas de doute le matin du recensement, communiquez avec le responsable Pierre Lamothe (418-829-0379 ou 418-956-8541) entre 6 h et 7 h afin de confirmer l’annulation. En cas d’annulation, le recensement sera reporté au dimanche 27 décembre. Nous vous suggérons alors de contacter votre responsable de zone afin de l’aviser de votre disponibilité. Quels sont les frais? La Société Audubon, qui patronne et publie les recensements de Noël à travers l’Amérique du Nord, s’est associée à Études d’oiseaux Canada pour la gestion des données. On demande 5 $ par participant(e) au recensement. L’argent sert à défrayer l’organisation du recensement et la publication des résultats sur Internet (http://birdsource.cornell.edu/cbc/) et dans la revue Audubon Field Notes. De plus, ils sont habituellement reproduits dans le Bulletin ornithologique. Le COQ trouve important que ces résultats soient publiés, mais son budget ne permet pas d’en assumer la charge financière. Les responsables du recensement, Pierre Lamothe et Thérèse Beaudet. 418-829-0379 ou 418-956-8541 beaudet.lamothe@sympatico.ca

LISTE DES ZONES DE RECENSEMENT 2009 Pour chacune des zones de recensement, vous trouverez : le libellé de la zone, les numéros de parcelles à recenser, le nom du ou de la responsable (noms à confirmer) et son numéro de téléphone. A. Saint-Romuald, Charny-Nord. Parcelles 16-22-23-24-25. Pierre Brousseau, 418-839-6511. B. Saint-Nicolas, Bernières, Saint-Rédempteur. Parcelles 30-31-32. Olivier Barden, 418-659-1696.

J. Orsainville, Charlesbourg-Est. Parcelles 68-69-70-71. Pierre Lamothe, 418-829-0379.

C. Cap-Rouge, Jouvence, Lac Saint-Augustin. Parcelles 33-34-35-38-39. Pierre Otis, 418-687-1317.

K. Maizerets, Beauport-Ouest. Parcelles 64-65-66-72. Maurice Raymond, 418-661-4043.

D. Montchatel, Les Saules, L’Ancienne-Lorette. Parcelles 40-41-42-43-44. Daniel Bordage, 418-845-2019.

L. Beauport-Est, Villeneuve, Montmorency, Sainte-Pétronille. Parcelles 73-74-75. Gérard Cyr, 418-843-0740.

E. Sainte-Foy, Sillery, Plage JacquesCartier. Parcelles 36-37-46-47-48. Pierre Bernier, 418-688-0490.

M. Lévis-Lauzon, Harlaka. Parcelles 1-2-3-6-7-8. Jean-Pierre Savard, 418-834-2060.

F. Vanier, Duberger, Champigny, Parc Colbert. Parcelles 45-49-50-58-59. Jean-Guy Picard, 418-847-7645. G. Neufchâtel, Lebourgneuf, Charlesbourg-Ouest. Parcelles 51-56-57-67. Marcel Darveau, 418-876-2741. H. Saint-Émile, Neufchâtel, Loretteville, VillageHuron. Parcelles 52-53-54-55. Christine Renaud, 418-842-9114.

Mésange à tête brune (Jean-Guy Chouinard)

I. Bois-de-Coulonge, Plaines, Le Foulon, Bassin Louise. Parcelles 60-61-62-63. François Shaffer, 418-682-0901.

N. Christ-Roi, Saint-David, Hadlow. Parcelles 9-10-11-15. Sébastien de la Durantaye, 418-834-9657. O. Saint-Louis-dePintendre. Parcelles 4-5-12-13-14. Mario Roy, 418-833-4805. P. Saint-JeanChrysostome-Est. Parcelles 17-18-19-20. Claire Bélanger, 418-831-5733. Q. Charny-Sud, Saint-JeanChrysostome-Ouest. Parcelles 21-26-27-28-29. Pierre Lamothe, 418-829-0379.

Page 119


LE BULLETIN ORNITHOLOGIQUE | VOLUME 54, NUMÉRO 3, DÉCEMBRE 2009

A t t ir e r e t nou r r ir le s oi se a u x Charmants voisins

J’étais là, au salon, à me demander ce que je pourrais bien faire en cette soirée orageuse lorsqu’un léger mouvement attira mon attention. Je me dépêchai à saisir mes jumelles, et jouant les voyeuses, fixai avec minutie les pommetiers du voisin. Bien installés sur chacune des branchettes, des Jaseurs d’Amérique se payaient un festin de pétales! Une très jolie apparition qui ne m’était pas arrivée depuis longtemps. Plus d’un an certainement, les arbustes ayant été boudés durant tout l’hiver par les oiseaux. Malgré l’abondance des petits fruits rouges, aucune clientèle ne s’était pointé le bout du bec. Le doux chant de ces oiseaux me rappelle les chaleurs de l’été. Quoique le mot chant soit difficilement applicable au discret sifflement des jaseurs. Quant à moi, je dis qu’ils ne chantent pas… ils jasent! L’observation des jaseurs me procure des souvenirs des plus agréables. Leurs comportements peuvent être des plus fascinants à regarder. Saviez-vous que les membres du couple s’échangent des cadeaux sous forme de pétales et de petits fruits? Le mâle présente à sa partenaire une offrande qu’elle prend du bec. Elle la lui redonne ensuite, pour la reprendre à nouveau. Ce petit manège dure jusqu’à ce qu’un des deux oiseaux avale la baie. Bénis soient les pommetiers!

de fruits et d’insectes. Ces derniers sont régulièrement capturés en plein vol, à la manière des moucherolles. Et c’est quoi, un moucherolle? C’est un oiseau qui guette sa proie d’un perchoir, s’envole, l’attrape et retourne aussitôt à son point de départ. Comme beaucoup d’autres espèces, le Jaseur d’Amérique a souffert de l’utilisation de pesticides tels que le DDT. Heureusement, une fois ces produits interdits, les populations d’oiseaux se sont rétablies. Les anciens sites de coupe forestière lui sont aussi favorables. Ces milieux ouverts fourmillent d’arbres et arbustes fruitiers de toutes sortes : cerisiers, framboisiers, sorbiers… Les jaseurs apprécient les bordures de forêts, les clairières, les rives boisées… et les banlieues. La popularité grandissante des arbres fruitiers ornementaux contribue à l’augmentation du nombre

Des petits fruits offerts sur un plateau pourront, avec un peu de chance, attirer leur convoitise. Leur alimentation est composée

OUVERT LES FINS DE SEMAINE DE DÉCEMBRE Page 120

de ces charmants visiteurs près de nos maisons. Les jaseurs vous font l’honneur d’une petite visite? Pourquoi ne pas leur offrir quelques bouts de ficelle? Ils s’en saisiront prestement pour construire leur nid. Placé en hauteur, c’est principalement la femelle qui le construira. Elle couve seule, mais elle sera nourrie par le mâle durant toute cette période. Cela lui évitera d’interrompre la couvaison. Cette espèce niche plus tard en saison, pour profiter de l’abondance des fruits. Décidément, je ne suis pas la seule à aimer les petits fruits d’été. D i a n e L ab ar r e Ce texte a paru dans la chronique « Bec et plumes » dans le Journal de Québec, le 10 juin 2007.

Jaseur d'Amérique (Christian Chevalier)


VOLUME 54, NUMÉRO 3, DÉCEMBRE 2009 | LE BULLETIN ORNITHOLOGIQUE

Oiseaux migrateurs en voyage Le but de cette chronique est de sensibiliser le lecteur sur les mœurs de « nos » oiseaux durant leurs migrations. Au lieu de vous présenter une série de textes théoriques, le soussigné vous racontera des mises en situation fictives, avec des ornithologues qui pourraient très bien exister, mais des espèces d’oiseaux et des sites qui, eux, seront réels. Au fil des numéros qui suivront, une succession de petites nouvelles vous seront racontées. Elles débuteront ici, au Québec, en l’occurrence en Minganie, et elles se termineront dans le sud du continent, en Patagonie. Au passage, nous aurons visité les côtes étatsuniennes, des chênaies appalachiennes, les Everglades, la forêt tropicale costaricaine… Je vous souhaite une bonne lecture ! Louis Messely

4. LES BRUANTS DE SCARBOROUGH MARSH Pour les besoins du lecteur, les conversations et les réflexions faisant partie de cette histoire ont été traduites de l’anglais au français. Dans la haie à l’orée du stationnement du Wendy’s de South Portland, un Roselin familier se vit soudain renversé de son perchoir par un humain traversant sa haie. « Excusez-moi! Je suis allé jeter un coup d’oeil dans la baie en attendant! » - Oh, salut Jimmy !, répondirent deux ou trois personnes, elles aussi munies de jumelles. Témoin de cette entrée remarquée, Nelson Collingdale ne pouvait croire que ce jeune, joignant les excursionnistes de la Maine Audubon Society, pouvait être le responsable de l’excursion. Le jeune homme ne pouvait avoir plus de 20-22 ans, mais… à en juger par ses jumelles, ses bottes de marche usées et son regard confiant, il ne semblait pas débutant. Ayant presque 40 ans d’expérience, Nelson avait bien le goût de s’affirmer dès le début et de proposer son aide au jeune responsable… mais il se retint. Nelson Collingdale n’avait pas participé à une sortie de la Société depuis fort longtemps, préférant plutôt observer en couple ou en solitaire ces dernières années. Curieux de voir comment se déroulaient maintenant les excursions, il avait choisi celle de Scarborough à la fin mai, une classique. Au bout de Ocean St., les 20 excursionnistes furent accueillis par l’activité migratoire de Two Lights State Park, à Cape Elizabeth. Court arrêt mais néanmoins fertile en passereaux, et peu d’oiseaux au large, le site tirant sa réputation des canards plongeurs et des alcidés en automne et en hiver. Jimmy n’avait pas formé de sous-groupes, et ceci irritait un peu Nelson, mais il constata qu’à part quelques personnes fort autonomes, Jimmy, deux observatrices d’expérience et lui-même avaient rapidement pris en charge les débutants, les aidant à démêler les diverses parulines ou à voir tel pic ou tel viréo. D’ailleurs, c’est un beau Viréo à gorge jaune – trouvé par le jeune Jimmy – qui s’avéra être la première rareté de l’excursion. Rejoignant Black Point Rd., puis l’autoroute 1, Jimmy mena le groupe au bout de Dunstan Landing Rd., à Scarborough, pour marcher sur la vieille digue à marée baissante. Autre bonne décision : plusieurs passereaux dès le début de la randonnée, dont des Mésanges bicolores et des Orioles de Baltimore. Dans le marais, les limicoles poussés par la marée haute se laissaient observer à loisir : (Jean-Guy Chouinard) Paruline obscure Bécasseaux minuscules, Bécassins roux, Chevaliers à pattes jaunes et même un Chevalier semipalmé. Les mouches se faisant agaçantes, le groupe retraita aux voitures pour se rendre sur Pine Point Rd. et stationner au début de la fameuse Eastern Trail, une ancienne voie ferrée traversant le marais de Scarborough. Moins de mouches ici avec une petite brise de milieu ouvert… Scarborough Marsh en pleine migration est toujours un spectacle merveilleux : outre les groupes de limicoles retraitant le long des canaux de drainage à marée baissante ou au vol, on ne pouvait manquer ces élégants oiseaux blancs que sont la Grande Aigrette et l’Aigrette neigeuse. Les accompagnant, d’occasionnels Ibis falcinelles et Aigrettes bleues déclenchaient chez les ornithologues divers « aaah » et « oooh » d’admiration. Nelson était satisfait de remarquer que Jimmy assistait encore quelques débutants. En plus du marais lui-même, et l’expérience aidant, Nelson pensa à guetter le ciel plus attentivement, et fit bientôt remarquer au groupe des oiseaux de proie en ascension au-dessus du marais. Bien sûr, à cette date, la migration était terminée, mais les oiseaux nicheurs des forêts avoisinantes aimaient s’élever pour mieux reconnaître leur territoire et chercher leurs proies. C’était le cas de l’Épervier de Cooper, de la Buse à épaulettes et du Pygargue à tête blanche. Jimmy, qui n’avait qu’entendu parler du « vieux » Nelson Collingdale, se disait maintenant que la réputation n’était pas exagérée… Jimmy faisait aussi remarquer aux participants les Bruants chanteurs dans le marais. Expliquant que le marais de Scarborough est le seul endroit où le Bruant de Nelson et le Bruant à queue aiguë nichent côte à côte, il leur pointa quelques individus en soulevant les critères d’identification. En pointant ces critères, il remarqua soudain que l’un Page 121


LE BULLETIN ORNITHOLOGIQUE | VOLUME 54, NUMÉRO 3, DÉCEMBRE 2009

des Bruants de Nelson était plus coloré (orangé) que ceux nichant habituellement sur place. « Justement, dit-il, la race qui niche ici est la race Atlantique, alors qu’on peut aussi voir ici en migration quelques individus de la race qui niche à la baie James ». Scarborough Marsh, Maine Le marais de Scarborough est le plus grand marais salé du Maine. Du petit centre d’interprétation de la Maine Audubon Society, situé sur Pine Point Rd., peuvent être mouillés canots ou kayaks pour découvrir le marais. Il faut cependant tenir compte de la marée. Pour se rendre à Scarborough Marsh depuis l’autoroute 95, prendre la sortie pour la « 1 », direction Scarborough. Sur la « 1 », tourner à droite jusqu’à Pine Point Rd. Les races du Bruant de Nelson Au Québec comme au marais de Scarborough, les races Ammodramus nelsoni alterus et Ammodramus nelsoni nelsoni, qui nichent respectivement à la baie James et dans les Prairies, passent tard en migration. Au printemps, alors que la race Atlantique locale Ammodramus nelsoni subvirgatus, qui niche au Québec, dans les Maritimes et dans le Maine, est déjà sur ses sites de nidification, les races migratrices passent en visiteurs. À cette saison, il y a abondance de nourriture dans les marais, et leur présence ne dérange que peu la race nicheuse. D’ailleurs, contrairement aux nicheurs locaux, ils ne chanteront pas, et ne resteront pas longtemps de toute façon. L’automne venu, le même phénomène se répète : A. n. alterus passe plus tard en migration, des individus pouvant encore arriver en novembre à Scarborough Marsh. Eastern Trail n’avait pas fini de payer : à l’orée de la forêt au nord-est, la pimpante Mme Sandhurst avait surpris un Moucherolle à côtés olive, une rareté pour le Maine côtier et un oiseau toujours difficile à trouver. Le retour vers les voitures pu donc être encore plus joyeux grâce à cette découverte. C’est donc avec des estomacs grondants que le groupe se rendit à l’extrémité de Pine Point Rd. sur King St., dans le stationnement de la marina, pour y casser la croûte. Les Huîtriers d’Amérique fréquentant l’estuaire de la rivière Scarborough en fin d’été et au printemps étaient absents cette journée-là, sans doute occupés par leur nidification sur Stratton Island. Par contre, les sternes donnaient tout un spectacle, dont quelques belles Sternes de Dougall. Jimmy mena ensuite le groupe vers le cimetière de Saco, sur Beach St. L’extrémité du cimetière, donnant sur la rivière Saco, s’avérait un poste d’observation fiable pour trouver la Corneille de rivage, ici à sa limite nordique de distribution. Mais alors que le groupe circulait sur une avenue entre les pierres, Nelson remarqua l’absence de Mme Sandhurst. Retournant à l’entrée du cimetière, elle lui confia son inconfort à faire de l’ornithologie dans un cimetière. « Il n’y a pas de trouble, les ornithologues fréquentent régulièrement les cimetières. Parfois les meilleurs sites d’observation urbains sont dans les cimetières, par exemple Mount Auburn Cemetary à Boston! Et ne vous en faites pas, il suffit de respecter la propriété privée, de marcher sur les chemins asphaltés et aucun membre de la famille ne vous en voudra... ». Le groupe ne vit pas de Corneille de rivage cette fois-ci, mais une demi-heure plus tard, un des participants en route vers chez lui en surprit une dans un petit parc en plein cœur de Biddeford, de l’autre côté de la rivière. « Pauvre Mme Sandhurst, elle aurait peut-être préféré venir ici… ». Sur le chemin du retour vers le Wendy’s de South Portland, Nelson et Jimmy se retrouvèrent dans la même voiture. Échangeant sur les belles trouvailles de la journée, sur leurs expériences respectives, un grand respect s’ouvrit entre les deux observateurs, et tombèrent en même temps quelques préjugés… Ornithologiquement vôtre, L o u i s M es s e l y Sources d’informations : Greenlaw, Jon S. et G. E. Woolfenden (2007) « Wintering distributions and migration of Saltmarsh and Nelson's Sharptailed sparrows », The Wilson Journal of Ornithology, Septembre 2007. Sibley, David (1996) « Field identification of the Sharp-tailed Sparrow complex », Birding, vol. 28, no 3, juin 1996, p. 197208.

White, Mel. (1999) National Geographic Guide to Birdwatching Sites – Eastern U.S., Washington D.C., 320 p. http://www.maine.gov/doc/nrimc/mnap/focusarea/ scarborough-marsh.pdf

Page 122

Bruant de Nelson (Jim Burns)


VOLUME 54, NUMÉRO 3, DÉCEMBRE 2009 | LE BULLETIN ORNITHOLOGIQUE

Page 123


LE BULLETIN ORNITHOLOGIQUE | VOLUME 54, NUMÉRO 3, DÉCEMBRE 2009

Chronique étymologique

Les noms propres des oiseaux par Christian Detellier

9. Pehr Gustav Tengmalm (1754-1803) Nyctale de Tengmalm. Nyc-ta-le-de-Teng-malm. Répétez. On dirait un exercice de prononciation d’une musicalité exotique, saugrenue peut-être. Un nom scandé aux accents scandinaves. Une sonorité bien loin pourtant de son chant qui, nous dit Dendroica, « rappelle le bruit produit par les rectrices chez la Bécassine des marais, mais les notes sont plus claires, plus rapides et se terminent abruptement ».

mais quand même, et à juste titre, le nom de Tengmalm lui restera associé dans plusieurs langues, dont le français. Nyctale de Tengmalm (Christian Chevalier)

Nyctale, ça dit bien ce que ça veut dire. C’est le « nyct » de la nuit, c’est le nuktos grec, celui que l’on retrouve chez les nyctalopes, c’est celui des oiseaux de la nuit. Elle s’appelle aussi Aegolius funereus. Aegolius, passe encore, lui qui vient du latin aegolios qui signifie rapace nocturne. Mais funereus… Funereus, ça, c’est un nom à vous faire mal démarrer dans la vie. Ca fait funèbre, ça fait funeste. En somme, ça fait oiseau de nuit, ça fait hibou à clouer sur les portes des granges pour chasser le mauvais sort. Elle s’appelait Nyctale boréale. Mais là, maintenant, elle doit s’appeler Nyctale de Tengmalm. Et tant pis pour nos gencives. Tengmalm? Il s’agit de Pehr Gustav Tengmalm, un Suédois né à Stockholm, un 29 mars (ou un 29 juin, selon d’autres sources) de l’an 1754, donc un contemporain d’Alexander Wilson (1766-1813) et de Thomas Hutchins (1742?-1789). Il devient médecin en 1785, diplômé de l’Université d’Uppsala, et passe ses loisirs à observer et étudier les oiseaux, devenant aussi par ailleurs un remarquable taxidermiste. Durant ses études, il aura pris le temps de publier les résultats de ses travaux ornithologiques à l’Académie des sciences de Suède. Il va s’installer pendant 7 ans comme médecin dans une petite ville à 80 km à l’ouest de Stockholm avant de voyager en Écosse et en Angleterre en 1792, afin de rencontrer d’autres naturalistes. Revenu en Suède en 1793, il devient médecin militaire au Västmanland, une région de marais et d’étangs, et en profite pour étudier les oiseaux aquatiques, surtout les grèbes. Il continue à publier des articles scientifiques de médecine et d’ornithologie à l’Académie, dont il deviendra membre en 1797. Une épidémie de dysenterie frappe la région en 1803 et il accompagne dans la mort ses patients, le 27 août de cette année.

Et peut-être que Baudelaire pensait à la nyctale lorsque, dans son poème « Les Hiboux », du recueil Les Fleurs du Mal, il écrivait, en parlant des hiboux : Leur attitude au sage enseigne Qu’il faut en ce monde qu’il craigne Le tumulte et le mouvement Un bon conseil, en ces temps de BlackBerry. Bibliographie - Beolens, B. et M. Watkins (2003) Whose Bird?. New Haven : Yale University Press. - Cabard, Pierre et Bernard Chauvet (2003) L’étymologie des noms d’oiseaux. Paris : Éditions Bélin.

Pehr Tengmalm a toute sa vie été intéressé, fasciné sans doute, par les strigidés. En 1793, il publie, en suédois, une Histoire naturelle de quelques chouettes, en particulier les espèces de Suède, un ouvrage qui améliore la classification que Linné avait précédemment établie. C’est Johann Friedrich Gmelin qui nomme une chouette d’après lui en 1788 (Strix tengmalmi), pensant, à tort, que Tengmalm avait été le premier à la décrire, alors que Linné, bien plus tôt, avait déjà nommé l’espèce Strix funerea après en avoir reçu des gravures en couleurs en 1746. La Strix sera reclassée et deviendra l’une des quatre Aegolius,

Page 124

André Grenier – Yves Bourret

623-9942

-

TROPHÉE/PLAQUES SIGNALISATION GILETS D’ÉQUIPE GRAVURE PUBLICITÉ PAR L’OBJET MÉRITAS SÉRIGRAPHIE MÉDAILLES TRANSFERT DIVERS


VOLUME 54, NUMÉRO 3, DÉCEMBRE 2009 | LE BULLETIN ORNITHOLOGIQUE

Grille thématique

HORIZONTAL 1 2 3 4

-

56789101113151617181920-

Corvidé qui vient manger dans notre main. En anglais, une mouette porte son nom. Goéland nordique. Petits passereaux d’Afrique au bec recourbé, semblables aux colibris. Mammifère prédateur de certains oiseaux. Bécasseau. Père artistique de l’ornithologie nord-américaine. De la même famille que les milans. Un autre passereau d’Afrique reconnu pour ses nids tissés. Gros anatidé. Activité exercée par les grues lors de leurs parades. — Une sterne porte son nom. — Mets recherché par le merle. Elle accepte volontiers un nichoir. — Couver. Ratite d’Amérique du Sud. — Astres qui servent de guide aux migrateurs. En ville, habitats de prédilection du moineau. Pluvier. Jeune. À bord de ceux-ci, on peut y observer des oiseaux de mer. Guide d’identification.

par Fernand Grondin

VERTICAL 1 - Nouvelle espèce d’anatidés. 3 - Famille de l’étourneau. — Elle est tubulaire sur le bec des puffins. 5 - Les alcidés savent très bien le faire, même sous l’eau. — Bernache exceptionnelle au Québec. 6 - Grand oiseau coureur de l’île Maurice, exterminé au XVIIIe siècle. 8 - Canard d’Europe ou pluvier. — Saison de nidification. 9 - Famille d’oiseaux noirs. 10- Mouette ou tourterelle. 11- Partie d’un fleuve ou d’une rivière qui offre beaucoup de nourriture aux oiseaux (pl). 12- Aigrette. 14- Se dit de l’oisillon qui quitte le nid peu de temps après l’éclosion. — Rassemblement de plusieurs canetons sous la surveillance de quelques femelles (pl). 16- Habitat des canards barboteurs. — Fruit dans le nom d’un certain moucherolle. 17- Lieu où des mâles d’une même espèce, surtout des gallinacés, se rassemblent pour parader devant les femelles. 18- Grand parc de la Floride, paradis des ibis et aigrettes. 19- Une buse et une paruline portent son nom. 20- Crier en parlant du corbeau. Page 125


LE BULLETIN ORNITHOLOGIQUE | VOLUME 54, NUMÉRO 3, DÉCEMBRE 2009

De toutes plumes Merci ! 7 octobre 2009 Voici un message que j’ai laissé en conclusion de reportage sur le forum Passion PhotoNature : Tout d’abord un gros MERCI à vous tous pour l’aide à l’identification et pour les nombreux commentaires reçus. Jamais je n’aurais cru que ces photographies auraient autant d’impact, soit 1640 visites en 2 jours !

J’ai eu tout autant de plaisir à partager ces photos qu’à les réaliser. Je tiens à préciser que je n’ai jamais eu la prétention d’être un photographe aviaire ou animalier, je suis un professionnel de l’image qui s’émerveille encore après 37 années dans l’univers multimédia et qui trimballe son coffre d’outil dans la nature pour en découvrir les beautés. Merci à tous les amis ornithologues, les Pierre Bannon, Michel Bertrand, Pierre Otis et Maurice Raymond; c’est votre passion qui a fait qu’un jour, j’ai pointé mes objectifs de caméra sur les oiseaux. J’ai tout à apprendre de votre hobby et de vous et j’ai tout à partager ! Amitiés photographiques, C h ri s t i a n C h e v a l i er cheber@videotron.ca

Le deuxième Atlas des oiseaux nicheurs du Québec s’en vient!

Pour réaliser ce projet, nous avons besoin de votre participation. À partir du printemps prochain (2010) et pour les cinq prochaines années, le projet d’atlas sera sur les lèvres de tous les ornithologues du Québec!

Connaissez-vous l’Atlas des oiseaux nicheurs du Québec? Paru en 1995 et véritable « bible des oiseaux du Québec », cet ouvrage (Gauthier & Aubry, 1995) nous a permis de cartographier la répartition des espèces d’oiseaux du Québec méridional. De 1984 à 1989, près de 1000 bénévoles ont contribué à récolter des données pour ce premier atlas. Vingt ans plus tard, le Regroupement QuébecOiseaux, le Service canadien de la faune d’Environnement Canada et Étude d’oiseaux Canada s’associent afin de réaliser un deuxième Atlas des oiseaux nicheurs du Québec. On s’en doute, de nombreux changements sont survenus au cours des deux dernières décennies au sein des populations d’oiseaux. Par exemple, l’Urubu à tête rouge, le Cardinal rouge, le Dindon sauvage et la Mésange bicolore sont toutes des espèces qui ont connu une expansion vers le nord. À l’inverse, peut-être découvrirons-nous que d’autres espèces sont en régression dans certaines régions. Les atlas nous permettent de mesurer ces changements. Les données serviront à la recherche et surtout, s’avèreront des outils très utiles pour la conservation et le suivi des populations d’oiseaux du Québec. Seul ou en groupe, débutant ou expérimenté, vous pourrez tous participer à ce grand projet. Participer à l’atlas, c’est pratiquer une activité d’observation où l’on se donne comme défi de trouver des indices de nidification pour le plus grand nombre d’espèces. Page 126

Surveillez les annonces dans votre club et le magazine QuébecOiseaux pour connaître le déroulement des activités de l’atlas. Bon atlas! B en o i t L a l i b e rt é Adjoint à la coordination Atlas des oiseaux nicheurs du Québec


VOLUME 54, NUMÉRO 3, DÉCEMBRE 2009 | LE BULLETIN ORNITHOLOGIQUE

Votre conseil d’administration 2009 NORBERT LACROIX, président 4765, carré Duclaux Québec (Québec) G1P 1C3 Tél. : 418-871-3497

MARGUERITE LAROUCHE, vice-présidente 190, rue de Bernière, app. 2 Québec (Québec) G1R 2L7 Tél. : 418-524-7982

norbert.lacroix@mat.ulaval.ca

marlarou@sympatico.ca

LOUIS MESSELY, secrétaire 6245, rue Émile-Benoist Québec (Québec) G2C 2A2 Tél. : 418-840-3668

DANY CLOUTIER, trésorier 111, rue Lapensée Québec (Québec) G1B 3N9 Tél.: 418-704-3346

lmessely@mediom.qc.ca

danyjulie96@videotron.ca

GAÉTAN LORD 3416, carré Roland-Couillard, app. 2 Québec (Québec) G1W 2L6 Tél. : 418-654-0596

ROBERT CAVANAGH 4179, rue de la Rive Québec (Québec) G1Y 1G1 Tél. : 418-653-3996

gaetanlord33@hotmail.com

r.cavan@sympatico.ca

YOLANDE LE SIEUR 2005, rue Georgette-Lavallée, app. 201 Québec (Québec) G1J 1M7 Tél. : 418-667-1503

JEAN-GUY PICARD 1185, rue du Castor, app. 3 Québec (Québec) G3K 1E7 Tél. : 418-847-7645 picard.jeanguy@videotron.ca

PIERRE OTIS 1142, avenue des Érables, app. 1 Québec (Québec) G1R 2N2 Tél. : 418-687-1317

DIANE LABARRE 101, rue Boutin Sud, app. 1 Breakeyville (Québec) G0S 1E3 Tél. : 418-832-1575 ve2aqu@hotmail.com

MAURICE RAYMOND 3145, rue Dubord Québec (Québec) G1E 1R8 Tél. : 418-661-4043

JOCELYNE SIMARD 585, rue Bon-Pasteur, app. 403 Québec (Québec) G1R 5J2 Tél. : 418-524-6391

maurice_raymond@hotmail.com

jossimard@videotron.ca

SÉBASTIEN DE LA DURANTAYE 1074, rue des Champs Saint-Jean-Chrysostome (Québec) G6Z 1V3 Tél. : 418-834-9657

DENIS TALBOT 11980, rue Rochefort Québec (Québec) G2A 3N7 Tél. : 418-845-9824

sdeladurantaye@parulines.com

denis.talbot@sympatico.ca

CÉLINE POULIN 319, rue de l’Entrain, app. 2 Saint-Augustin (Québec) G3A 1L7 Tél. : 418-878-2090

RÉJEAN PAQUET 4897, rue des Roses Québec (Québec) G1G 1P6 Tél. : 418-623-6102 rejean.paquet@rrq.gouv.qc.ca

Page 127


LE BULLETIN ORNITHOLOGIQUE | VOLUME 54, NUMÉRO 3, DÉCEMBRE 2009

Page 128

Bulletin des ornithologues - Déc. 2009  

Bulletin d'information du Club des ornithologues de Québec.

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you