Issuu on Google+

Belgique - België

Le journal des

Parrains

P.P. - P.B. B-07

N°22

Juillet - Août - Septembre 2007 Dépôt Bruxelles X P 405105

Trimestriel de la Croix‑Rouge de Belgique - Communauté francophone

Dans ce numéro : Le point sur nos projets en cours et à venir

Echos de nos activités


Les projets parrainés : quels sont-ils ?

Edito Chères Marraines, Chers Parrains, L’heure est aux premiers bilans de l’été, et j’ai le plaisir de vous informer que plus de 2 500 nouveaux parrains nous ont rejoints ces derniers mois. Je puis vous l’assurer : ces nouveaux moyens, couplés à ceux de nos fidèles donateurs, contribuent déjà à élargir nos défis liés à la « Protection de l’enfance vulnérable» en Afrique. D’année en année, de nouveaux projets nous permettent d’aider plus d’enfants en situation de grande vulnérabilité. Les programmes «enfants des rues» et «enfants issus des forces et groupes armés» restent plus que jamais au cœur de nos préoccupations. Mais aujourd’hui, nous voulons avec vous répondre à une nouvelle demande de notre partenaire au Sahel. Aussi, ensemble, à travers une approche spécifique déployée par nos équipes et le réseau solide de la CroixRouge locale, un vaste programme de lutte contre la malnutrition infantile se développe au Burkina Faso. Je vous donnerai des nouvelles dans quelques mois mais déjà, je vous remercie pour votre précieux soutien.

Pierre Hublet, Directeur du département International

Témoignage Interv iew de Steve ASEKE (18 ans) Steve est pris en charge par la Croix‑Rouge, depuis août 2006, dans le cadre du programme «Enfants sortis des forces et groupes armés» en RDC. C’est un jeune homme très dynamique et très respectueux. Il est toujours souriant et toujours en train de faire quelque chose. Il passe de temps en temps au bureau pour nous dire bonjour. Il a eu son permis de conduire et quelques notions de mécanique grâce au programme de réinsertion de la Croix‑Rouge car il a toujours voulu être chauffeur. Nous sommes accueillis chez son oncle paternel chez qui il habite. Son oncle est un vieil homme silencieux au regard grave qui semble bien encadrer ses enfants. Il nous reçoit avec beaucoup de gentillesse

Donner un avenir à des enfants ! Les enfants sont toujours les premières victimes en cas de guerres, catastrophes naturelles, famines et contextes de pauvreté,…

Ce qui revient à dire aussi que lorsqu’un parrain confie 5 € par mois à la Croix‑Rouge, environ 25 € vont chaque mois aux projets. Vous voyez donc l’importance capitale de votre appui !

Ceux d’entre vous qui nous soutiennent depuis longtemps le savent, les programmes d’aide au développement qui sont mis en œuvre par la Croix‑Rouge de Belgique - Communauté francophone, sont des programmes d’aide à l’enfance vulnérable.

d’exploitation. Il se concentre sur la satisfaction des besoins primaires (volet curatif), développe des activités d’encadrement (travail de rue, point d’accueil, hébergement à court terme,…) et de réintégration (recherche des familles, médiation, réinsertion scolaire, formation professionnelle…).

Plus efficaces ensemble La Croix‑Rouge de Belgique - Communauté francophone, travaille toujours en partenariat avec la Croix‑Rouge nationale du pays concerné. Un des objectifs est d’ailleurs de renforcer les capacités et les compétences de ce partenaire, afin que celui-ci soit de mieux en mieux capable d’assurer la continuité du programme sans notre aide. Pour ces programmes de développement, nous travaillons actuellement en partenariat avec les Croix‑Rouge du Bénin, du Burkina Faso, du Burundi, de la République démocratique du Congo (RDC) et du Rwanda.

Des projets cofinancés Grâce au soutien que représente l’ordre permanent bancaire des parrains, nous pouvons faire appel aux budgets des bailleurs de fonds institutionnels pour le développement, et orienter ceux-ci vers l’aide à l’enfance vulnérable. En effet, grâce à vous, nous sommes capables de fournir les fonds propres exigés par ces bailleurs qui fourniront 80 à 85 % du financement. Le tout formant le budget total d’un projet.

Ce qui a, notamment, permis à 389 enfants de retrouver leur famille, à 255 enfants d’être rescolarisés, et à 175 autres de bénéficier d’une formation.

Burkina Faso Un programme «Enfance vulnérable ». La Croix‑Rouge soutient, depuis 1996, un programme dans les zones les plus pauvres de la capitale (Ouagadougou) et de ses environs. Le pays est l’un des plus pauvres de la planète, 174e sur 177 suivant l’IDH ; La déléguée du Burundi visite le projet au Rwanda et rencontre les jeunes. 45 % de la population vit sous le seuil extrême de pauvreté, et l’espérance de vie n’atteint En 2006, nous avons pu ainsi investir 811.362,95 € pas 48 ans. dans les projets de protection de l’enfance vulnérable, 611.386,42 €, dans le projet «Enfantssoldats», et 205.156,19 € dans l’hôpital pédiatrique de Kalembe Lembe. Ces montants peuvent paraître peu importants, mais ils représentent beaucoup dans ces contextes locaux. A titre d’exemple, une année de scolarité primaire au Burkina Faso ne représente qu’un coût d’environ 15 € par enfant.

L’action se déploie en plusieurs volets : le travail en rue (identification des enfants, visites régulières, soins,…), l’accueil en centre d’hébergement, et la réinsertion (familiale, scolaire ou professionnelle). Le volet prévention et sensibilisation s’occupe d’informer l’opinion publique et de sensibiliser les villages et quartiers lors de visites dans ceux-ci ou au travers de médias.

Bénin

En 2006, grâce à vous, 177.667,43 € ont été investis dans le projet. 131 enfants ont pu ainsi réintégrer leur famille, 1439 enfants ont pu être soutenus dans la reprise d’un enseignement scolaire, 109 jeunes ont pu être placés en formation (mécanique, menuiserie…).

Un programme «Enfance vulnérable». Débuté en 2001, il se focalise sur la ville de Cotonou. L’IDH (Indice de Développement Humain) permettait, en 2004, de classer le pays 163e sur 177 dans les programmes des Nations Unies pour le développement. L’espérance de vie moyenne de la population du pays est de 59 ans, et 39 % des ménages n’ont pas d’accès à l’eau potable.

Le pays, classé, en 2004, 169e sur 177, sort d’une guerre civile de plus de 10 ans.

Le projet vise à réduire la vulnérabilité des enfants de la rue victimes de la traite et d’autres formes

L’objectif premier du projet est le renforcement de familles d’accueil (de nombreux enfants sont

Burundi Un projet démarré cette année 2007.

Bonjour Steve, comment es-tu sorti de l’armée ?

As-tu été pris en charge immédiatement par la Croix‑Rouge ?

J’étais dans l’armée gouvernementale, mon régiment était parti de Kinshasa vers Goma. A Mbandaka, je suis tombé malade et je n’ai pas pu continuer la route vers Goma. Je suis donc resté au sein d’une autre unité. Durant le temps passé à Mbandaka, j’ai retrouvé un oncle paternel chez qui j’habite actuellement. Au cours d’une parade, l’éducateur de la Croix‑Rouge, Dieudonné, est venu discuter avec mon commandant. Il l’a sensibilisé au désarmement et à la démobilisation obligatoires des mineurs. Le commandant a alors libéré Steve et cinq autres enfants. A partir de ce moment-là, nous avons été pris en charge par la Croix‑Rouge.

Non, j’ai attendu 5 mois avant de commencer ma formation.

Pourquoi as-tu choisi l’auto-école comme formation ? J’aime conduire, je veux être chauffeur mais il me fallait le permis de conduire.

Tu l’as eu grâce à la formation de la Croix‑Rouge, mais qu’est-ce qu’on t’a remis comme kit de fin de formation ? Une voiture ? Non, ce n’est pas possible. Mon kit était le permis car cela coûte, une blouse de travail et une initiation d’un mois chez un mécanicien afin d’avoir un avantage lorsque je me présente pour un emploi de chauffeur.

As-tu trouvé un poste de chauffeur ? Non, depuis que j’ai terminé en mars, je cherche mais il y a peu de postes à Mbandaka. Mais j’ai trouvé un poste de 2e chauffeur chez la sœur Geneviève. Une période d’essai de trois mois.

Tu as décidé de rester chez ton oncle ? Oui. Je suis bien et j’ai une femme, Sophie et une petite fille de 3 ans, Esther.

Un projet «Enfance vulnérable».

Pour l’année 2006, 228.811,81 € ont été consacrés au projet.

Afin de permettre aux nouveaux parrains et marraines de s’y retrouver, et aux plus anciens de se rendre compte des évolutions, nous allons dresser, dans cette édition, un petit récapitulatif des projets actuellement soutenus. Nous développons depuis plusieurs années trois grands types de programmes : des programmes de protection enfance vulnérable (axés enfants des rues), un programme ESFGA (Enfants Sortis des Forces et Groupes Armés), et un programme sanitaire KLL (hôpital pédiatrique Kalembe Lembe).

Grâce au passé commun qui lie la Belgique et le Congo, les deux Croix‑Rouge se connaissent bien, ce qui explique une présence plus importante de la Croix‑Rouge de Belgique.

Steve sur la moto des délégués de la Croix-Rouge.

Les activités génératrices de revenus développées par les familles leur permettent de subvenir aux besoins de leurs enfants.

orphelins suite au conflit), l’appui aux enfants scolarisés (achat et distribution de fournitures scolaires) et la réhabilitation d’un local afin de le reconvertir en centre de formation. 68.370,00 € ont déjà été investis à cette fin en 2006‑2007.

Rwanda Un programme «Enfance vulnérable». Le projet actuel, né en 2001, exerce son action dans le sud du Rwanda dans le district de Huye, l’une des provinces les plus pauvres et les plus peuplées du pays (le Rwanda était classé en 2004, 158e pays sur 177). L’objectif est ici encore de réduire la vulnérabilité des enfants de la rue, ainsi que de les dissuader de rejoindre cette rue. Le travail se développe selon le même processus que celui effectué au Burkina Faso. La Croix‑Rouge , grâce à votre soutien, a pu investir 179.744,47 € en 2006. Cette année, 162 enfants ont été réunifiés avec leurs familles, 209 adolescents ont démarré leur formation professionnelle, 39 ont pu trouver un emploi, 83 enfants ont été scolarisés en primaire et 53 en secondaire.

République démocratique du Congo Trois projets existent simultanément en RDC. Le pays, 167e sur 177, touché par des années de guerre civile, a vu l’espérance de vie de sa population chuter à 44 ans.

Tu es rémunéré ? Non, mais je peux m’exercer et montrer que je suis capable si un poste se présente.

Tu penses aller chercher un poste à Kinshasa ? Non, j’ai ma famille ici.

De quoi vis-tu ? Je fais le jardinage un peu partout en attendant et mon oncle m’aide.

As-tu toujours des relations avec la Croix‑Rouge ?

Le projet a débuté en 1998 et se concentre sur les enfants des rues de Kinshasa. Ces enfants abandonnés ou rejetés, orphelins de guerre ou du SIDA, accusés de sorcellerie, sont contraints à travailler ou à mendier. Le phénomène n’est pas nouveau mais il a pris une ampleur sans précédent ces 15 dernières années. Le projet, d’abord très similaire à celui décrit pour le Rwanda et le Burkina Faso a évolué en 2006 : le volet «hébergement» est abandonné au profit d’une réinsertion directe dans les familles. Une approche spécifique pour les filles est également développée actuellement. En 2006, 213.687,08 € ont été consacrés à ce projet. Ces fonds ont permis de sortir 178 enfants de la rue et d’aider des familles en situation vulnérable afin que 230 enfants ne se retrouvent pas dans ces rues. Un projet «Enfants sortis des forces et groupes armés». Le projet, démarré en 2003, vise la réintégration familiale et communautaire des enfants démobilisés ou ayant fui les groupes armés (voir édition précédente de ce journal). Travail délicat car il concerne des enfants ayant parfois été raflés très jeunes (5 à 6 ans) et ayant souvent vécu des événements difficiles. Un volet réinsertion est développé afin de restituer ces enfants dans leurs droits. Le projet actif à Kinshasa et Mbandaka, tend à se développer dans des localités plus enclavées du sud de la province d’Equateur. Ce projet, de par son ampleur, est celui qui nécessite le plus de fonds. En 2006, 611.386,42 € y ont été investis. Depuis 2003, 1065 enfants ont pu être aidés par ce projet. Un hôpital pédiatrique. La Croix‑Rouge appuie depuis 1998 la gestion et la réhabilitation de l’hôpital pédiatrique de Kalembe Lembe (Journal des Parrains n°20). L’hôpital permet de soigner les enfants venant de Kinshasa mais aussi des provinces de l’Equateur, du Bas Congo, et même de pays limitrophes tels que l’Angola. Sans soutien, le coût des soins serait inaccessible pour la plupart des familles. Selon les statistiques de l’OMS, à Kinshasa, 42 % de la population vit avec moins de 1$ par jour ! 205.156,19 € ont été investis en 2006, ce qui permet à l’hôpital de prendre, par mois, en moyenne 2500 enfants en consultation et 300 enfants en hospitalisation.

Des actions, des parrains ! Le tour d’horizon rapide de ces projets n’a pour but que de vous informer. Il ne permet que peu de se rendre compte de leur valeur pour les enfants et de l’importance de votre soutien. Il est difficile de traduire, par des mots et des chiffres, la réalité d’une situation.

Oui, on croise toujours des éducateurs dans la ville et je passe parfois à la province.

Merci de votre générosité envers ces enfants. Leurs sourires retrouvés, c’est en votre nom que nos partenaires les reçoivent.

Merci Steve et bonne chance pour tes recherches.

« Etre homme, c’est être responsable. C’est sentir, en posant sa pierre, que l’on contribue à bâtir le monde. » (Antoine de Saint-Exupéry).

Propos recueillis par Julien Cadu, Mbandaka, le 05/06/07.

Ne doutez pas de l’importance de votre soutien ! Ne doutez pas de la gratitude des bénéficiaires de votre soutien ! Ne vous y trompez pas, sans vous ces projets ne pourraient pas exister ! Si vous désirez plus d’information sur les différents programmes, n’hésitez pas à consulter notre site www.croix‑rouge.be ou à demander le rapport annuel 2006 de nos activités internationales.


«Là-bas… Na Poto…» Dans le cadre de ses programmes de sensibilisation en RDC, et grâce au soutien de la Commission européenne, la Croix‑Rouge vient de finaliser une bande dessinée. Celle-ci a pour but de sensibiliser les jeunes Congolais (16 à 20 ans) aux risques et aux conséquences de la migration, qu’elle soit légale ou non. Cette BD a pour titre « Là-bas… Na Poto… ». Elle sera utilisée dans les écoles congolaises auprès d’étudiants du dernier degré secondaire et d’étudiants en pédagogie, afin d’initier des débats et des discussions.

Echos de nos activités Un cours général de droit international humanitaire tous publics Pour la 2e année consécutive, la Croix‑Rouge propose un cours général de droit international humanitaire (DIH) pour tous publics. Ce cours vise à donner une information synthétique et complète sur les principaux thèmes du droit international humanitaire avec une approche pratique de la matière au regard de l’actualité internationale et des enjeux humanitaires. Pour rappel, le droit international humanitaire est appli‑ cable exclusivement en situation de conflit armé et vise à procurer une protection minimale à la dignité humaine. Au regard des nombreux conflits qui se déroulent dans le monde et du développement de la justice pénale internationale, la Croix‑Rouge estime qu’il est important de vulgariser la diffusion et l’application du DIH.

tation des projets internationaux dans les antennes de la Croix‑Rouge en provinces de Liège et de Namur. Autre initiative originale à souligner : en guise de cadeaux de mariage, un couple a proposé à ses invités de faire un don à la Croix‑Rouge afin de soutenir le programme de diffusion des normes humanitaires “Halte-là, violence à vue !” développé par la Croix‑Rouge à Kinshasa.

Pérou : action d’urgence ! Le mercredi 15 août 2007, un violent séisme d’une magnitude de 7,7 sur l’échelle de Richter frappait le Pérou. Un second séisme de magnitude 5,5 secouait de nouveau la région le vendredi.

Cours organisé au siège de la Croix‑Rouge à Uccle, chaque mercredi (19h00-21h30), du 17 octobre au 19 décembre 2007. Date limite d’inscription : 10 octobre 2007. Pro‑ gramme téléchargeable sur www.croix‑rouge.be

Il s’agit d’une œuvre collective, de 72 pages, réalisée avec la participation de 10 artistes, 8 auteurs dessinateurs vivant à Kinshasa et 2 vivant en Europe. Asimba Bathy, Charly Tshimpaka, Didier Kawende, Jason Kibiswa, Dick Esale, Albert Luba, Djemba Djeis, Hissa Nsoli, Fifi Mukuna et Pat Masioni, nous livrent chacun une histoire et un point de vue concernant les différences culturelles, les réalités vécues par les migrants, les enjeux de l’immigration et de l’émigration…

Le réseau Croix‑Rouge se mobilise lui aussi pour soutenir les projets «enfance vulnérable» Avec en tête de liste, la section locale de Malmedy qui ne soutient pas moins de 5 projets au Burkina Faso (construc‑ tion d’un dortoir pour les filles du centre d’accueil et d’un bloc sanitaire) et en République démocratique du Congo (achat de blouses pour le personnel de l’hôpital pédiatrique de Kalembe Lembe, appui sanitaire

© Hector Emmanuel / American Red Cross Séisme au Pérou : suite au désastre, de nombreuses familles sont à reloger rapidement.

La côte Sud est la région la plus touchée; la ville de Pisco est dévastée à 70 %. Le bilan humain est très lourd : on ne dénombre pas moins de 500 morts et plus de 2000 blessés. Au total, la catastrophe a fait plus de 200 000 sinistrés. Beaucoup se retrouvent abrités sous des bâches de fortune au beau milieu de l’hiver. La situation est d’autant plus compli‑ quée en raison du manque d’eau, d’aliments, de tentes et de médicaments. La Croix‑Rouge , avec l’aide du gouvernement belge (B-Fast) qui a dégagé un budget de 500.000 €, a im‑ médiatement acheminé deux envois de matériel d’aide d’urgence.

La conception, la mise en œuvre et la diffusion sont menées conjointement par les Croix‑Rouge belge et congolaise. Les premiers exemplaires ont déjà été acheminés à Kinshasa afin d’être disponibles dès la rentrée des classes. La BD est présentée en Belgique dans le cadre du festival Yambi, au sein de l’exposition «Talatala» qui retrace plus de 50 ans d’histoire de la BD congolaise, et se tient à Bruxelles, en l’Espace Wallonie, du 5 septembre au 27 octobre.

Vous désirez nous aider plus encore ?

Dans vos connaissances, des gens s’intéres‑ sent à notre action. Faites-leur lire ce journal et prolongez la chaîne de la solidarité ! Agrandissez la famille des Parrains ! Aidez-nous en diffusant nos coordonnées. Pour tout renseignement, contactez-nous : • par mail : service.parrainage@redcross-fr.be ; • par téléphone : 02 371 32 07 ; • par courrier : Croix‑Rouge de Belgique, Cellule parrainage : rue de Stalle 96 – 1180 Bruxelles. Retrouvez également nos autres activités sur notre site : www.croix‑rouge.be

Parrains, bailleurs de fonds, réseau Croix-Rouge ; tous ensemble pour aider les familles et les enfants.

aux enfants des rues de Kinshasa et accompagnement des filles enceintes et des jeunes mères). La section de Floreffe a, elle aussi, opté pour le projet “accompagne‑ ment des filles enceintes et des jeunes mères”, (on n’est jamais trop nombreux à soutenir de tels programmes). La section de Herve s’est intéressée au projet “animations socioculturelles et sensibilisation communautaire à la problématique des enfants des rues en RDC”.

Un premier envoi de 20 tonnes de matériel, parti dès les premiers jours qui ont suivi la catastrophe, était composé de tentes, couvertures et jerricans. Un second envoi de 30 tonnes, composé de 550 tentes, a quitté la Belgique quelques jours plus tard. Parallèlement à cette aide de première urgence, la Croix‑Rouge a lancé un appel aux dons auprès de la population belge sur le compte 000-0000025-25 : “Fonds d’urgence”. L’aide de la Croix-Rouge ne s’arrête pas à ces envois : une mission exploratoire est actuellement en cours afin de déterminer quel type d’aide (programme de recons‑ truction, accompagnement des victimes,…) pourrait être mise sur pied à plus long terme.

La section de Jemeppe-sur-Sambre a souhaité, quant à elle, soutenir la construction d’une maison unifamiliale au Sri Lanka. Cette mobilisation fait suite à une présen‑

Le journal des Parrains Publication trimestrielle de la Croix‑Rouge de Belgique, Communauté francophone - 10e année - n°22 Juillet - Août - Septembre 2007 rue de Stalle 96 - 1180 Bruxelles - Tél. 02 371 32 12 www.croix‑rouge.be Coordination : Didier Bytebier Secrétaire de rédaction : Anne-Marie Huygens Rédaction : Didier Bytebier et Anne-Marie Huygens Photos et illustrations : Croix‑Rouge de Belgique Graphisme & réalisation : Sébastien Jacqmin // TellThem.be Impression : Curium Ce numéro a été tiré à 11.000 exemplaires. Editeur responsable : Danièle Sondag – rue de Stalle 96 – 1180 Bruxelles

Les projets Parrainage sont développés avec le soutien de :

N° de compte réservé au parrainage

096-9999999-96 N.B. Pour bénéficier d’une attestation fiscale, le montant de votre ordre permanent doit atteindre, au minimum, 2.50 € par mois. Les dons cumulés à partir de 30 € sur l’année 2007 vous donnent droit à une attestation fiscale qui vous sera délivrée en mars 2008. Imprimé sur papier recyclé


JDP22