Issuu on Google+

-hVOJRVFKPVSOBMEFTPQQPSUVOJUĂ?TCJMJOHVFTEV(SBOE5PSPOUP /VNĂ?SPt.BSTtUFMtXXXCJMJOHVBMMJOLDPN

ÉVALUER LE POIDS DES LANGUES DANS LA MONDIALISATION

FOIRES D’EMPLOIS BILINGUES PRINTEMPS 2011

page 8

LA QUESTION DE LA LANGUE DANS LES RELATIONS ENTRE ÉCOLE ET MARCHÉ DU TRAVAIL ‘ page 9

page 15 UNE CRÉATION D'ENTREPRISE RAPIDE ET RÉUSSIE page 19

www.bilinguallink.com Yo u r u l t i m a t e L i n k t o b i l i n g u a l o p p o r t u n i t i e s

Looking to break into the bilingual market? Des questions sur les opportunitÊs bilingues? Jobs & Carrières Infos t+PCQPTUJOHT for bilinguals t(VJEFPGDPNQBnies t$BMFOEBSPGDBSFFSFWFOUTBOENPSF

t-JTUFEhFNQMPJTQPVSCJMJOHVFT t(VJEFEFTDPNQBOJFT t$BMFOESJFSEFTGPJSFTEhFNQMPJFUQMVT


2

EDITORIAL

Le pouls de l’économie canadienne selon le secteur privé

Jobs & Carrières Infos Publication: La Toile des Carrières Editeur Responsable: Rose Cathy Handy Rédacteur en chef Florence Danner Collaborateurs : Henji Milius Rose Cathy Handy Publicité: Tel: 1-866-784-3020 (2926) info@bilinguallink.com Graphisme : Mevlana Media Solutions Inc. fmelani@rogers.com 416-789-9933

Contacts: Jobs & Carrières Infos 998 Bloor Street West, Suite 10612 Toronto, ON M6H 1L8 Téléphone: 1.866.784.3020 (ext 2922) Courriel: journal@bilinguallink.com Site Web: www.bilinguallink.com

L’unique journal des opportunités bilingues du Grand Toronto. Jobs&Carrières Infos est une publication bimensuelle éditée par la Toile des Carrières qui paraît tous les premier et troisième vendredis du mois et également disponible en ligne (version téléchargeable) sur le site internet www.bilingualink.com. Nous déclinons toute responsabilité reliée au contenu des annonces publiées dans ce journal, aux fautes d’impression, de copie ou aux oublis ayant pu survenir, autres que celle concernant le choix de l’espace de l’annonceur. Toutes les annonces ainsi que les changements doivent nous parvenir au plus tard les vendredi avant 17h. Le contenu des annonces et des textes qui paraissent dans Jobs&Carrières Infos est protégé par copyright. Toute reproduction non explicitement autorisée par écrit est formellement interdite.

D

’après la revue financière publiée par le ministère des finances, le pouls économique canadien recommence à battre, mais tranquillement.

ières Canada, l’Université de Toronto (programme d’analyse politique et économique) et Valeurs mobilières Banque Laurentienne.”

L’enquête effectuée par ce ministère a principalement tenu compte des prévisions données par le secteur privé en décembre 2010. Grâce à ce secteur, le gouvernement utilise les prévisions pour définir les mesures économiques à prendre pour bien planifier le budget annuel et la mise à jour qui s’effectue à chaque automne.

En général, les perspectives qui ont été obtenues en décembre 2010 n’ont pas tellement changées par rapport à l’enquête de septembre. L’enquête a relevé que la moyenne des prévisions économiques du secteur privé de 2010 à 2015 s’élèvera légèrement.

En somme, 15 prévisionnistes ont fournis leurs commentaires et leurs points de vues sur l’économie actuelle. Ces organisations et compagnies sont: “la Bank of America Merrill Lynch, la Banque Royale du Canada, la Banque Scotia, BMO Marchés des capitaux, la Caisse de dépôt et placement du Québec, le Conference Board du Canada, Desjardins, la Deutsche Bank (Canada), la Financière Banque Nationale, le Groupe Financier Banque TD, IHS Global Insight, Marchés mondiaux CIBC, UBS Valeurs mobil-

Les prévisions faites de septembre à décembre 2010 sur l’inflation du PIB, le taux des obligations du gouvernement à 10 ans, et la croissance du PIB réel aux États-Unis augmenteront de 0,1 %. Le taux de change augmentera de 0,2 %. Il est clair que le gouvernement fédéral - qui fait partie d’un des trois niveaux de l’administration publique - fait appel aux secteurs du domaine économique et financier pour prendre les meilleurs décisions possibles afin de grandir et d’étendre l’économie canadienne.

par Henji Milius

qui les traitent et aux situations financières qui en découlent, pourquoi ce ministère n’a pas mis toutes ces informations dans la revue de décembre dernier?

Henji Milius

Cependant, le ministère des finances a omis la participation du niveau provincial et territorial, et local. Il n’est pas mentionné une fois dans cette revue que le ministère de finances ait demandé l’opinion des personnes et des organisations qui constituent ces deux derniers niveaux. Si le Système de comptabilité nationale du Canada mesure les activités liées à la production et la vente de biens et de services sur les marchés financiers, aux transactions financières

La réponse est à la fois simple et complexe. En séparant ces deux secteurs, le gouvernement peut mieux comprendre comment chaque secteur fonctionne seule et transforme l’économie. L’étude et la révisions de ces deux secteurs permettent à ce qu’il y ait moins de confusion en terme d’évaluation bureaucratique. Et finalement, le secteur public contient plus de gens que les 15 prévisionnistes qui peuvent, de façon plus rapide, intervenir auprès du gouvernement que les questionnaires, le recensement, et la participation obligatoire de plus de milliers de Canadiens. Cette enquête sur l’économie canadienne nous montre que le pouls de l’économie canadienne ce mesure avec précaution et tact au détriment d’une population qui pourrait contribuer également à cette revue.

SOMMAIRE PAGE 3 Concept Plastics est en pleine croissance à Mississauga L'économie ontarienne progresse et marque un cinquième trimestre consécutif de croissance Le gouvernement Harper maintient de faibles taux d’imposition pour les entreprises canadiennes créatrices d’emplois PAGE 5 Le secteur automobile ontarien poursuit sa reprise En Ontario, l'innovation crée de l'emploi Vers un accord de libre-échange Canada-Maroc Projets canadiens de libre échange  PAGE 6 Création de nouveaux emplois dans l'énergie verte à Toronto Le Plan énergétique à long terme fait un autre pas en avant L'Ontario dit non aux éoliennes au large de ses rives PAGE 7 Une entreprise de Fort Erie crée des emplois dans le secteur de l'énergie propre Le recyclage des appareils électroniques crée 200 emplois Créer des emplois et produire de l'énergie propre à Atikokan PAGE 8 Évaluer le poids des langues dans la mondialisation PAGE 9 La question de la langue dans les relations entre école et marché du

travail PAGE 10 Manger équilibré au travail Conseils pour mieux manger Le test : Mangez-vous équilibré ? PAGE 12 Aider les étudiants à trouver un emploi d'été L’étudiante Christine Henry du Collège Boréal participera aux Jeux d’hiver du Canada Une médaille d’or et des joncs d’argent décernés aux technologues en foresterie du Collège Boréal

PAGE 15 Les foires d'emploi bilingues, c'est reparti!

de sécurité au travail

PAGE 19 FamTour Promotion, une création d'entreprise rapide et réussie! Des entrepreneurs lancent de nouvelles entreprises à Thunder Bay PAGE 20 Pas d’augmentation du Salaire minimum en 2011 en Ontario Mise en péril du droit de grève dans les services de transport Nomination du conseil de prévention intérimaire en matière de santé et

PAGE 21 De nouveaux services d’emploi  pour les francophones de  Toronto PAGE 22 Comment réussir sa participation à une foire d’emplois PAGE 23 La carte d’affaires, un outil essentiel pour la recherche d’emploi PAGE 24 Nouvelles régionales du marché du travail par région

La Saison de printemps des foires d’emploi bilingue. Inscrivez les dates de ces rendez-vous incontournables dans votre agenda !

4 foires avec plus de 4000 opportunités d'embauche avec plus de 60 exposants! 16 Mars, Toronto Administration, Service à la clientèle, Recouvrement... 7 Avril, Mississauga Banques, Finance, Assurances... Pour plus 12 Mai, Mississauga d'informations Emplois d'été www.bilinguallink.com 8 Juin, Toronto Vente, Chaine logistique, Achat... ou appeler

Jobs & Carrières Infos • Numéro 15 • Mars 2011

1.866.284.3020


3

theRECHERCHE Connection | mag D’EMPLOI

Jobs & Carrières Infos • Numéro 15 • Mars 2011


4

NOUVELLES DU MARCHÉ DU TRAVAIL

Le gouvernement Harper maintient de faibles taux d’imposition pour les entreprises canadiennes créatrices d’emplois L’honorable Jim Flaherty, ministre des Finances, a souligné , de concert avec d’autres ministres qui ont fait de même partout au pays, les allègements fiscaux accordés aux entreprises canadiennes créatrices d’emplois

«L

’économie demeure la grande priorité de notre gouvernement, et c’est pourquoi nous gardons les impôts peu élevés pour les entreprises afin qu’elles puissent créer des emplois pour les travailleurs canadiens et faire croître notre économie », a déclaré le ministre Flaherty, qui prenait la parole à l’occasion d’un événement qui avait lieu dans les locaux de AGS Automative Systems, à Oshawa. Le Canada dispose d’un taux global d’imposition des nouveaux investissements des entreprises nettement plus bas que celui de tout autre pays du Groupe des Sept (G-7). La situation financière du Canada demeure la plus solide parmi les économies avancées, appuyée en cela par un environnement concurrentiel au titre de la fiscalité des entreprises et le ratio de la dette au produit intérieur brut (PIB) le plus bas parmi les pays du G-7. Le 1er janvier 2011, le taux général fédéral

d’imposition du revenu des sociétés est passé de 18 % à 16,5 %. Cet allègement fiscal précède la réduction finale de ce taux prévue par la loi, lequel passera à 15 % le 1er janvier 2012. Ces réductions permettront d’améliorer encore plus la compétitivité et la productivité du Canada et, en bout de ligne, le niveau de vie des Canadiens. « Ces faibles taux d’imposition ont pour effet d’encourager les entreprises à investir encore plus dans l’économie canadienne, ce qui a pour effet de stimuler la création d’emplois et la croissance économique, a ajouté le ministre Flaherty. Je désire féliciter les provinces et les territoires qui ont accepté en grand nombre de suivre notre exemple en réduisant également les impôts des entreprises créatrices d’emplois. » Le gouvernement Harper a accordé d’importants allègements fiscaux et d’autres formes d’aide aux entreprises canadiennes créatrices d’emplois, afin d’aider celles-ci à investir et à créer des emplois. Ainsi, depuis 2006, le gouvernement Harper :

La société Concept Plastics est en pleine croissance à Mississauga

L

e gouvernement McGuinty aide des entreprises locales à se développer, et à créer et à conserver 3 730 emplois L’Ontario aide une entreprise de fabrication de plastiques de Mississauga à développer une technologie nouvelle et novatrice qui lui permettra d’être plus compétitive, en plus de créer 27 nouveaux emplois et de soutenir 26 emplois actuels. Le gouvernement de l’Ontario va accorder à Concept Plastics Ltd, le seul fabricant de tapis pour autos au Canada et fabricant d’emballages et de contenants alimentaires et industriels, un prêt de 3,07 millions de dollars afin de l’aider à mettre en place de nouveaux équipements. Cela permettra à Concept Plastics d’utiliser de la poudre PVC dans le procédé de moulage par injection, ce qui lui permettra d’augmenter sa production, tout en réduisant ses coûts matériels de 40 pour cent. Les nouveaux équipements contribueront également à rendre l’entreprise plus compétitive face à des pays comme la Chine et l’Inde qui ont de faibles coûts de production. Le gouvernement de l’Ontario a également investi plus de 4 millions de dollars pour aider la compagnie Therapure Biopharma de Mississauga, qui construit actuellement de nouvelles installations et va créer 94 nouveaux emplois, tout en soutenant 40 emplois existants. L’aide apportée par l’Ontario va aussi contribuer à attirer des clients du monde entier intéressés par les bioproduits proposés par cette entreprise, et qui traitent des maladies comme des maladies infectieuses, le cancer et l’anémie. Par ailleurs, le gouvernement de l’Ontario a accordé une subvention de 16,7 millions de

• a éliminé la surtaxe des sociétés, à compter du 1er janvier 2008, pour toutes les sociétés; • a éliminé l’impôt fédéral sur le capital à compter du 1er janvier 2006; • a haussé de 300 000 $ à 500 000 $ la limite de revenu admissible au taux d’imposition des petites entreprises; • a réduit le taux d’imposition des petites entreprises de 12 % à 11 %; • a gelé les taux de cotisation de l’assuranceemploi de 2009 et de 2010 à leur niveau le plus bas depuis1982. « Nous faisons en sorte que les entrepreneurs canadiens, qui travaillent dur, puissent conserver une plus grande part de leur revenu durement

Sources: Canada News

L’économie ontarienne progresse et marque un cinquième trimestre consécutif de croissance

Source : Canada News

dollars à Electrovaya afin de créer 240 nouveaux emplois et de maintenir 50 emplois existants, en plus de développer et de fabriquer ses systèmes de batterie au lithiumion SuperPolymer destinés aux véhicules écologiques et électriques, ainsi que la somme de 51,3 millions de dollars à la compagnie Cyclone Manufacturing de Mississauga en vue de créer 133 nouveaux emplois et de conserver 111 emplois de plus, et de mettre en place des centres d’excellence en traitement des composites et des surfaces pour la fabrication de pièces d’aéronef. « Notre gouvernement s’engage à collaborer avec l’industrie pour s’assurer que l’innovation et la productivité demeurent une priorité clé pour le secteur manufacturier, en ouvrant ainsi la voie à une croissance à long terme, à la prospérité économique et à des emplois bien rétribués pour les Ontariennes et Ontariens. » – Sandra Pupatello, ministre du Développement économique et du Commerce. L’aide apportée par l’Ontario au secteur de l’automobile en plein rebond a également aidé Brampton à maintenir les 2 871 emplois de l’entreprise. En janvier, Chrysler a annoncé le lancement de la fabrication de trois nouveaux véhicules dans son usine de montage de Brampton, notamment celle du modèle 2011 de la nouvelle Chrysler 300 et de la Dodge Charger, ainsi que du modèle 2011 de la Dodge Challenger. Le gouvernement de l’Ontario a également aidé 2Source Manufacturing Inc. en lui accordant un prêt de 5,13 millions de dollars dans le cadre d’un investissement de 17,14 millions de dollars pour convertir son unité de production en un centre d’excellence pour les extracteurs d’avions et créer et conserver 138 emplois.

gagné afin de faire du Canada l’un des meilleurs endroits au monde pour faire des affaires. Les entreprises peuvent ainsi prospérer et créer plus d’emplois, ce qui est très positif pour notre économie et pour les familles canadiennes », a conclu le ministre Flaherty.

Le plan du gouvernement McGuinty engendre une forte croissance des investissements des entreprises

L

’économie de l’Ontario entreprises. Parmi les autres continue de croître, son modifications, citons : produit intérieur brut (PIB) • La réduction du taux géréel ayant progressé à un néral d’imposition des sociétaux annualisé de 1,0 % au tés de 28 % sur 3 ans troisième trimestre de 2010 • La réduction de 18 % des - enregistrant ainsi une croisimpôts sur le revenu des pesance pour le cinquième tritites entreprises; et mestre consécutif. Depuis • L’élimination intégrale le virage amorcé par la de la surtaxe sur la déducprovince après la récestion accordée aux petites sion, l’économie ontarienne entreprises. s’est redressée de 3,6%. Le gouvernement « Cinq trimestres consécutifs McGuinty continue de venir Le premier ministre ontarien de croissance économique en aide aux familles et de McGuinty sont de bonne augure, et faire équipe avec les entrenous entendons bien nous appliquer à consolider prises ontariennes par le biais de son plan Ontario encore l’économie de la province et à stimuler la ouvert sur le monde, afin de bâtir une économie création d’emplois. Notre plan Ontario ouvert sur plus vigoureuse, apte à créer de nouveaux emplois le monde fonctionne - les entreprises investissent stimulants, et de protéger les progrès rendus posen Ontario, nous avons regagné pratiquement tous sibles par les Ontariennes et Ontariens dans les les emplois perdus durant la récession, et la crois- écoles et hôpitaux de la province. sance économique gagne du terrain. » – Dwight Plus d’informations: Duncan, ministre des Finances. • Les dépenses réelles de consommation, qui La croissance observée au cours du trimestre représentent plus de 60 % du PIB réel, ont auga été stimulée par les investissements des entre- menté de 0,6 % au troisième trimestre, marquant prises ainsi que des gains soutenus au niveau des ainsi un sixième gain trimestriel consécutif. dépenses des consommateurs. Plus précisément, • L’Ontario a recouvré 96 % des emplois perdus les dépenses des entreprises en machines et ma- durant la récession. En 2010, l’économie ontaritériel ont grimpé de plus de 10 %. Ce fait reflète enne a produit 119 700 nouveaux emplois nets, l’incidence positive de la TVH qui, conjuguée à dont près de 85 % étant des emplois à temps plein d’autres mesures d’allégement fiscal, a pour ef• Les dépenses en capital engagées par les enfet de réduire de moitié les taxes perçues sur treprises de l’Ontario se sont élevées de 8,7 %, soit les nouveaux investissements commerciaux. Les le gain trimestriel le plus marqué depuis le quamodifications fiscales apportées par l’Ontario trième trimestre de 1998. visent à stimuler la compétitivité de la province et encouragent les nouveaux investissements des Sources: Canada News

Jobs & Carrières Infos • Numéro 15 • Mars 2011


5

NOUVELLES DU Connection MARCHÉ DU TRAVAIL the | mag

En Ontario, l’innovation crée de l’emploi Le gouvernement McGuinty soutient une entreprise de circuit intégré sans fil - 16 février 2011

L

es investissements de l’Ontario dans les entreprises de haute technologie rapportent en emplois et en croissance pour les inventeurs et les entrepreneurs. Aujourd’hui, le premier ministre McGuinty a visité Peraso Technologies* pour rencontrer les employés de cette entreprise qui est un chef de file pour l’avenir de l’Ontario en matière de solutions en communications et en information. L’entreprise a reçu 90  000  $ en fonds de démarrage des Centres d’excellence de l’Ontario*.« Le soutien financier du Centre d’excellence de l’Ontario a joué un rôle inestimable pour aider Peraso à développer de

solides composantes de la conjoncture du marché qui soutiennent notre plan d’affaires et qui donnent de la crédibilité parmi les investisseurs.  »   –  Ronald Glibbery président et directeur général, Peraso Technologies Inc. Peraso est en train de développer des circuits intégrés sans fil pour des appareils portatifs tels que les BlackBerrys, les téléphones intelligents et les ordinateurs portatifs. La technologie permettra aux Ontariennes et Ontariens d’obtenir des renseignements jusqu’à 10 fois plus rapidement qu’en ce moment avec leurs appareils portatifs. Cette année, l’entreprise devrait embaucher 20 nouveaux employés. «  Peraso Technologies accomplit des choses étonnantes dans le secteur des semi-conducteurs. Notre financement

Projets canadiens de libre échange

C

onformément à sa stratégie de commerce mondiale, le gouvernement du Canada met de l’avant un projet ferme et ambitieux d’accord de libre échange. En effet, une libération des échanges commerciaux est un facteur essentiel à la productivité, la croissance et la prospérité du Canada et est susceptible d’en assurer la compétitivité sur les marchés étrangers. Elle est aussi un élément déterminant de la réaction du gouvernement à la crise économique mondiale puisqu’elle soutient la croissance économique tout en condamnant clairement la lutte au protectionnisme. La détermination indéfectible du gouvernement à réclamer une libération des marchés devrait créer des emplois et générer la prospérité des Canadiens et des Canadiennes. À l’heure actuelle, le gouvernement négocie l’ouverture de nouveaux marchés avec environ 50 pays. À Toronto, conscients que le libre échange procure la croissance, les dirigeants du G20 se sont engagés à résister au protectionnisme trois ans de plus, soit jusqu’en 2013. À Séoul, ils ont réitéré leur invitation à conclure de manière globale, équilibrée et ambitieuse, le

cycle Doha de négociations commerciales multilatérales de l’Organisation mondiale du commerce. L’expérience positive du Canada en matière de libre échange _ et son ambitieux projet de libération des marchés _ sont de bons exemples pour ce qui est de montrer la voie à l’accentuation du commerce et de l’investissement. Accords de libre échange entrés en vigueur depuis 2006 Association européenne de libre-échange (Islande, Liechtenstein, Norvège et Suisse), entrée en vigueur le 1er juillet 2009; et avec le Pérou, le 1er août 2009. Accords de libre échange conclus depuis 2006 Colombie, le 21 novembre 2008; Jordanie, le 28 juin 2009; Panama, le 14 mai 2010. En matière de libre échange, le Canada a pris les autres mesures déterminantes suivantes depuis 2006 : Maroc •Le Premier ministre Stephen Harper a annoncé le lancement de négociations commerciales avec le Maroc le 27 janvier 2011 à Rabat. Union européenne •La sixième série des né-

Le secteur automobile ontarien poursuit sa reprise

Source : Canada News

de démarrage pour encourager l’innovation donne des résultats. L’entreprise vient d’allouer 8 millions en investissement privé et cela signifie de bons emplois pour les Ontariennes et Ontariens. Investir dans notre propre population aide à bâtir un Ontario plus fort.   » a déclaré Dalton McGuinty premier ministre de l’Ontario. Plus d’informations Cette année, l’Ontario a amené un contingent d’entreprises de haute technologie pour faire des affaires au Consumers Electronic Show de Las Vegas. La province a soutenu d’autres entreprises de produits sans fil telles que SiGe Semiconductor Inc. En Ontario, Toronto, Ottawa et Waterloo sont trois chefs de fille en ce qui a trait aux centres de technologie de l’information.

Source : Canada News

gociations de l’Accord économique et commercial global entre le Canada et l’Union européenne s’est déroulée du 17 au 21 janvier 2011 à Bruxelles. •Les parties continuent de rechercher un accord ambitieux et global. Inde •Le Premier ministre Harper a annoncé l’ouverture de pourparlers en vue de la conclusion d’un accord de libre-échange Canada-Inde le 12 novembre 2010. •Le 16 novembre 2010, Peter Van Loan, ministre du Commerce international du Canada, a tenu une première série de négociations productives en matière de libre échange, à Delhi, en Inde. Japon •Le Canada et le Japon explorent ensemble les possibilités d’atteindre le libre échange et de poursuivre leurs discussions. Autres pays •Le Canada cherche à donner plus d’ampleur aux accords de libre échange en vigueur avec le Chili, le Costa Rica et Israël.

Source : Canada News

L’appui du gouvernement McGuinty est essentiel au redressement de l’industrie

L

’industrie automobile de l’Ontario continue à rebondir, avec le lancement de la production de trois nouveaux modèles de véhicules, aujourd’hui, à l’usine de montage Chrysler de Brampton. Les récents investissements réalisés dans le secteur automobile de l’Ontario comprennent ce qui suit : • Honda est entrain d’ajouter un deuxième quart de travail qui fournit 400 nouveaux emplois aux travailleuses et travailleurs de l’Ontario dans son usine d’automobiles d’Alliston, au début de 2011, est entrain d’augmenter sa production quotidienne de 400 à 600 véhicules. • En août 2010, Chrysler a annoncé l’investissement de 27,2 millions de dollars dans son usine de coulage de pièces à Etobicoke, ce qui a permis de préserver 280 emplois de qualité au profit des Ontariens et d’éviter la fermeture de l’établissement. • En avril dernier, GM a remboursé ses emprunts aux gouvernements et est redevenue une société cotée en bourse en novembre. Au cours des 18 derniers mois, la société a rappelé tous ses employés mis à pied et créé 700 nouveaux postes à Oshawa et Ingersoll, pour un ajout total d’environ 2 000 emplois. • Toyota a ajouté un deuxième quart de travail à son usine de Woodstock au printemps 2010, créant ainsi plus de 800 nouveaux emplois et doublant sa production de RAV4 pour passer à environ 150 000 RAV4 unités par an. L’emploi dans le secteur automobile de l’Ontario a augmenté

de plus de 8 200 emplois depuis la restructuration de l’industrie en juin 2009. Depuis 2004, l’Ontario maintient sa place de chef de file en Amérique du Nord pour l’assemblage de pièces automobiles. « Partout en Ontario, des familles et des collectivités dépendent du secteur automobile. La production des toutes nouvelles Chrysler 300 et Dodge Charger 2011, ainsi que de la Dodge Challenger 2011 - ici même, à Brampton - démontre que l’Ontario demeure le meilleur endroit en Amérique du Nord pour le secteur automobile et manufacturier. Notre main-d’oeuvre hautement qualifiée, notre infrastructure solide et notre situation géographique privilégiée continuent à nous placer au premier rang sur les listes des sites propices à l’investissement des entreprises, ce qui contribue à la création d’emplois dans toute la province. » – Dwight Duncan, ministre des Finances. Le soutien apporté au secteur automobile de la province relève du plan quinquennal Ontario ouvert sur le monde qui vise à appuyer 89 000 travailleurs ontariens, à

créer de nouveaux emplois et à favoriser la croissance économique. « Félicitations à Chrysler et au personnel de l’usine de montage Chrysler de Brampton pour le lancement de la production de trois nouveaux modèles de véhicules. En 2009, le gouvernement McGuinty a démontré sa confiance en Chrysler et, aujourd’hui, le groupe continue à manifester sa confiance à l’égard de la main-d’oeuvre et des installations de l’Ontario. » – Sandra Pupatello ministre du Développement économique et du Commerce. Plus d’informations: Depuis décembre 2009, quatre des cinq constructeurs de véhicules de l’Ontario ont annoncé qu’ils augmentaient la production, les effectifs ou les investissements dans leurs usines ontariennes. Entre janvier et novembre 2010, l’Ontario a construit 1,92 million de véhicules, soit une hausse de 43 pour cent par rapport à la même période de 2009. Au total, l’industrie automobile appuie environ 400 000 emplois directs et indirects dans toute la province.

Vers un accord de libre-échange Canada-Maroc

Source : Canada News

Rabat (Maroc)

L

e gouvernement Harper s’emploie à créer des emplois, à promouvoir la croissance économique et à ouvrir de nouveaux marchés pour les agriculteurs et les entreprises grâce à la libéralisation du commerce. Conformément à cet objectif, le Canada et le Maroc ont lancé des négociations en vue d’un accord de libre-échange. Le Canada et le Maroc entretiennent déjà d’étroites relations économiques et il est à espérer qu’un accord de libre-échange entre les deux pays contribuera à accroître le commerce entre les deux pays. Un accord de libre-échange ouvrirait également la porte au renforcement de la présence commerciale canadienne dans la région méditerranéenne et en Afrique du nord.

Jobs & Carrières Infos • Numéro 15 • Mars 2011

Les premiers ministres du Canada et du Maroc

Le Canada cherche à conclure un accord de libre-échange global qui viserait de nombreux domaines, notamment le commerce des biens et services, l’investissement ainsi que les marchés publics. Cet accord pourrait également avoir des retombées commerciales dans plusieurs des secteurs, notamment la fabrica-

tion, l’agriculture, l’agroalimentaire ainsi que les industries de services. Conformément à sa politique de négociation d’accords de libre-échange, le Canada cherchera à inclure des dispositions relatives à la coopération dans les domaines de l’environnement et du travail.


6

PLANIFICATION DE CARRIÈRE

ÉNERGIES VERTES : CA BOUGE EN ONTARIO! Source : Canada News

Création de nouveaux emplois dans l’énergie verte à Toronto Le gouvernement McGuinty se réjouit de nouveaux investissements qui créeront jusqu’à 300 emplois

L

a nouvelle économie de l’énergie verte en Ontario sera le contexte d’une coentreprise qui créera jusqu’à 300 emplois de qualité dans le secteur de la fabrication et jusqu’à 2000 autres emplois dans celui de la construction, en permettant de produire plus de 200 mégawatts d’énergie solaire qui pourront alimenter plus de 25 000 foyers. Celestica Inc. et Recurrent Energy, une filiale de Sharp Corporation, ont conclu un partenariat pour fabriquer des composants solaires à l’usine de Celestica, au nord de Toronto. Ces composants serviront à réaliser de nouveaux projets d’énergie solaire qui prendront pied dans la province. « Celestica est heureuse d’offrir des solutions d’approvisionnement novatrices au marché de l’énergie solaire pour répondre à la demande de nouvelles options de production d’énergie et promouvoir

une industrie solaire florissante en Ontario. Nous envisageons avec plaisir de travailler avec Recurrent sur ce marché naissant. » – Mike Andrade premier vice-président, Amériques, Celestica. Le Plan énergétique à long terme de l’Ontario, Pour l’édification d’un avenir énergétique propre, prévoit la fermeture de toutes les centrales au charbon productrices de smog dans la province et favorise l’adoption de sources d’énergie plus propre, comme l’énergie éolienne, l’énergie solaire et la bioénergie. Ce plan a donné naissance à une nouvelle industrie dans la province et fait de l’Ontario un chef de file mondial en matière d’énergie propre. De nouvelles entreprises et de nouveaux partenariats approvisionnent les projets ontariens et vendent leurs produits de grande qualité partout en Amérique du Nord et dans le monde. « L’Ontario

félicite Celestica et Recurrent de cette passionnante initiative. Voilà un autre excellent exemple de la façon dont l’Ontario montre au monde entier qu’il est réceptif à des projets novateurs et rentables en matière d’énergie renouvelable. » – L’hon. Brad Duguid ministre de l’Énergie.L’industrie ontarienne de l’énergie propre attire donc des investisseurs tels que les sociétés Celestica et Recurrent. Cette initiative fait partie du plan Ontario ouvert sur le monde visant à bâtir une économie fondée sur l’énergie propre, créatrice d’emplois et respectueuse de l’environnement. Plus d’informations L’Ontario a déjà attiré des investissements de plus de 16 milliards de dollars du secteur privé dans le domaine de l’énergie verte, et plus de 20 sociétés ont annoncé des projets visant à étab-

lir ou à agrandir leurs opérations en Ontario. L’Ontario cesse la production d’énergie au charbon polluant et la remplace par des sources d’énergie plus propre. La province fermera toutes ses centrales de production d’électricité au charbon d’ici 2014. En 2003, l’Ontario comptait 19 centrales au charbon polluantes et n’avait aucun projet d’énergie solaire en cours. Aujourd’hui, plus de 2900 projets d’énergie solaire alimentent le réseau d’électricité de la province, huit centrales au charbon sont déjà fermées et

Le Plan énergétique à long terme fait un autre pas en avant

L’Ontario dit non aux éoliennes au large de ses rives

Le gouvernement McGuinty émet une directive sur l’approvisionnement en énergie et la transmission de l’énergie - 17 février 2011

L

’Ontario a franchi le prochain grand pas menant à la mise en œuvre du Plan énergétique à long terme d’une durée de 20 ans du gouvernement, intitulé Pour l’édification d’un avenir énergétique propre. Cela nous permettra de continuer d’éclairer nos foyers, nos entreprises, nos écoles et nos hôpitaux, de créer des milliers de nouveaux et bons emplois en Ontario et de purifier l’air que nous respirons. La province a émis la directive finale qui exige de l’Office de l’électricité de l’Ontario (OEO) qu’il mette en œuvre les aspects clés du bouquet énergétique. Cela signifie que l’OEO consultera ses partenaires et le public à mesure qu’il élaborera le plan complet de l’énergie en vue de le soumettre à la Commission de l’énergie de l’Ontario, plus tard cette année. Le Plan énergétique à long terme renferme les principaux éléments suivants : • la fermeture de toutes les centrales au charbon d’ici 2014 et l’accélération de la fermeture de deux autres centrales au charbon en 2011, trois ans avant la date prévue; • la plus grande expansion de la puissance hydroélectrique à se produire en près de 40 ans, grâce à de grands projets comme celui de la construction du tunnel de Niagara et l’accroissement de la production hydroélectrique de la rivière Mattagami inférieure; • l’obtention d’une puissance nucléaire de base qui soit propre et fiable, laquelle assurera la moitié de l’alimentation en électricité de l’Ontario; • la création de plus de 50 000 emplois dans le secteur de l’économie de

l’énergie propre (plus de 13 000 jusqu’à présent); • le fait d’aider à réduire les coûts à l’égard des consommateurs et d’accroître l’efficacité du réseau électrique grâce à l’économie d’énergie, en visant 7 100 mégawatts et 28 térawattsheures d’économie d’ici 2030, ce qui équivaut à retirer 2,4 millions de foyers du réseau. Le plan comprend aussi une augmentation de dix pour cent de l’alimentation en électricité provenant de sources renouvelables comme le vent, le soleil et la bioénergie, jusqu’à 10 700 mégawatts, en Ontario. Pour aider à atteindre cet objectif, l’Office de l’électricité de l’Ontario ira bientôt de l’avant en émettant la prochaine ronde de contrats relativement à l’énergie propre. La province charge également Hydro One d’aller immédiatement de l’avant quant à plusieurs projets prioritaires de transmission. Cela permettra de rendre davantage d’énergie propre disponible, de répondre à la demande en évolution et d’assurer la fiabilité. Ces projets incluent des améliorations à apporter à des lignes existantes et la construction d’une nouvelle ligne à l’ouest de London, ainsi que des mises à niveau dans le Sud-Ouest de l’Ontario. Hydro One va aussi commencer immédiatement à améliorer des postes de transformation clés. Ces améliorations vont permettre le branchement de petits projets d’énergie renouvelable, à travers la province. Pour aider les Ontariens et Ontariennes à assumer les coûts de l’accroissement de l’alimentation en énergie propre, le gouvernement :

toutes le seront d’ici 2014. Le Plan énergétique à long terme de l’Ontario prévoit la production de 10 700 MW d’énergie renouvelable (vent, soleil et bioénergie) d’ici 2018. Cette production équivaut aux besoins annuels en électricité de 2 millions de foyers. Grâce à la Prestation ontarienne pour l’énergie propre, qui réduit de 10 % les factures d’électricité des familles, le gouvernement aide la population ontarienne à vivre plus facilement la transition des centrales au charbon, qui sont une source de smog, vers les sources d’énergie plus propre.

Le gouvernement McGuinty tient aux énergies renouvelables et protège du même coup l’environnement - 11 février 2011

• va réduire de dix pour cent la facture mensuelle d’électricité des familles, des fermes et des petites entreprises durant les cinq prochaines années, grâce à la Prestation ontarienne pour l’énergie propre; • ramène la période creuse de consommation d’électricité à 19 h, ce qui prolonge de dix heures par semaine la période où l’électricité coûte le moins cher. Plus d’informations • Pour veiller à ce que la mise en œuvre du Plan se produise efficacement et en temps opportun, la Commission de l’énergie de l’Ontario va terminer son examen du Plan énergétique en moins d’un an. • Plus de 20 entreprises ont annoncé qu’elles sont en train de créer de nouveaux emplois en Ontario, en implantant des usines de fabrication de pièces qui sont destinées aux industries solaire et éolienne, y compris à Toronto, à Windsor et à Burlington. • En 2003, 67 pour 100 de l’électricité, en Ontario, provenait de sources non polluantes. D’ici 2030, 92 pour 100 de notre approvisionnement diversifié sera propre et sans émissions. • En 2003, il y avait en Ontario 19 centrales au charbon polluantes et seulement dix turbines éoliennes; aujourd’hui, la province compte plus de 800 turbines éoliennes et elle fermera toutes les centrales au charbon d’ici 2014. • La fermeture de toutes les centrales au charbon polluantes de l’Ontario équivaut à retirer six millions de voitures de la route, soit presque toutes les voitures qui roulent aujourd’hui en Ontario.

L’Ontario dit non aux éoliennes au large de ses rives

L

’Ontario n’autorisera pas les projets de parcs éoliens au large de ses rives pendant que sont réalisées de plus amples études scientifiques sur le sujet. Aucune autorisation n’a été donnée pour l’exploitation d’énergies renouvelables au large des rives ontariennes et aucun projet d’aménagement de parcs éoliens au large ne sera concrétisé à ce moment-ci. Le gouvernement n’acceptera plus les demandes pour l’aménagement de parcs éoliens au large présentées dans le cadre du Programme de tarifs de rachat garantis pour l’énergie renouvelable, et les demandes déjà présentées seront suspendues. Les parcs éoliens en eau douce sont

Jobs & Carrières Infos • Numéro 15 • Mars 2011

aux premiers stades de développement et il n’en existe aucun en Amérique du Nord. Le parc éolien aménagé récemment dans le lac Vanern, en Suède, dans le cadre d’un projet pilote, est l’un des rares parcs éoliens en eau douce dans le monde. Un projet pilote de ce genre a été proposé dans l’État de l’Ohio. L’Ontario va suivre ces projets et examiner les données scientifiques qui en résulteront. L’Ontario va collaborer à des travaux de recherche avec ses voisins américains pour que tous les projets d’éoliennes puissent protéger l’environnement des deux côtés des Grands Lacs s’ils devaient être concrétisés.


7

FEATURE IS| HERE the Connection mag PLANIFICATION DE CARRIÈRE

ÉNERGIES VERTES : CA BOUGE EN ONTARIO!

Créer des emplois et produire de l’énergie propre à Atikokan A

tikokan Renewable Fuels a accepté une des premières offres nouvelles d’approvisionnement en bois faites par la province. L’entreprise produira des granulés de bois destinés aux clients nationaux et internationaux. Les granulés serviront au chauffage et à l’électricité. Ce projet entraînera la création de jusqu’à 95 emplois dans le secteur forestier et aidera à soutenir l’économie locale. Avec le soutien de la Société de gestion du Fonds du patrimoine du Nord de l’Ontario (SGFPNO), l’entreprise entend également transformer un site industriel en une usine qui produira les granulés de bois. La compétition pour l’approvisionnement en bois vise à tirer parti du capital forestier de l’Ontario tandis que le gouvernement prend des mesures pour instaurer un nouveau régime de tenure forestière et d’établissement

des prix. Aider à bâtir une industrie forestière plus forte fait partie intégrante du plan Ontario ouvert sur le monde visant à créer des emplois et des débouchés dans le Nord de l’Ontario. Plus d’informations Atikokan Renewable Fuels a accepté une offre d’approvisionnement en bois de 179 400 mètres cubes par année de fibre de peuplier et de bouleau. Cette offre s’ajoute à l’offre actuelle de 100 000 mètres cubes par année. L’Ontario investit un million de dollars dans le cadre du Programme de création d’emplois par les entreprises du Nord de la SGFPNO pour appuyer la transformation du site industriel en une usine, et 250 000 $ dans le cadre du Programme d’énergie pour le Nord pour appuyer la conversion du système de chauffage à gaz naturel à un sys-

tème de chauffage à base de fibres ligneuses. En mars dernier, l’Ontario a reçu 115 soumissions dans le cadre de la compétition provinciale pour l’approvisionnement en bois.

Source : Canada News

Ces soumissions provenaient d’entreprises forestières établies et nouvelles souhaitant à la fois tirer parti du bois appartenu par la province et investir dans la province.

Une entreprise de Fort Erie crée des emplois dans le secteur de l’énergie propre L

’économie de l’énergie propre en Ontario et la demande croissante partout dans le monde pour des projets d’énergie propre ont permis à DMI Industries de créer des emplois. Pour mieux répondre à la demande de tours éoliennes en Ontario, le personnel de l’entreprise est passé à 225 personnes. DMI Industries est l’une des plus de 20 entreprises qui ont annoncé qu’elles établissaient ou agrandissaient leurs installations afin de fabriquer des composantes pour l’industrie solaire et éolienne, créant

ainsi de nouveaux emplois en Ontario. « Notre plan énergétique est un plan économique qui place l’Ontario au premier plan en matière d’énergie propre, donne naissance à une nouvelle industrie et crée de nouveaux emplois. » – Brad Duguid ministre de l’Énergie. Le plan énergétique de l’Ontario - Pour l’édification d’un avenir énergétique propre - permet à la province de délaisser la production au charbon polluant, source de smog, pour passer à des sources d’énergie plus propres, comme le vent, le soleil et la bioénergie. Ce plan fait de

l’Ontario un chef de file mondial dans le domaine de l’énergie propre, propulsant une nouvelle industrie dans la province. De nouvelles entreprises et de nouveaux partenariats fournissent des composantes aux projets ontariens et commercialisent leurs produits de haute qualité partout en Amérique du Nord et dans le monde. « En matière de fabrication et d’énergie propre, l’entreprise DMI de Niagara est un exemple dynamique et imposant du plan énergétique de la province en pleine action. Chaque jour, les travailleurs de l’usine contri-

buent à rendre notre environnement plus sécuritaire et notre économie plus forte. » – Kim Craitor député provincial de Niagara Falls Plus d’informations • La nouvelle Prestation ontarienne pour l’énergie propre aide les familles, les producteurs agricoles et les petites entreprises de l’Ontario en réduisant de 10 pour cent leur facture d’électricité pour les cinq prochaines années. • En 2003, l’Ontario comptait 19 unités au charbon source de pollution, à peine 10 éoliennes et aucun

Le recyclage des appareils électroniques crée 200 emplois

D’ici la fin 2014, la province convertira la centrale de production d’Atikokan à la biomasse. À l’heure actuelle, la centrale est alimentée au charbon à forte teneur en souffre.

Source : Canada News

projet solaire raccordé au réseau. Aujourd’hui, l’Ontario compte plus de 700 éoliennes, plus de 2 900 projets solaires et, d’ici 2014, toutes les unités au charbon seront fermées ou converties à la biomasse ou au gaz naturel. • Plus de 20 sociétés ont annoncé des projets s’inscrivant dans l’économie de l’énergie propre de l’Ontario. • Depuis 1999, DMI a construit plus de 36 tours éoliennes pour les grands noms de l’industrie de l’énergie éolienne, par exemple, GE Wind, Siemens, Mitsubishi, et Vestas.

Source : Canada News

Ne pas déposer les appareils électroniques usagés dans les décharges crée de l’emploi et favorise l’économie verte.

S

ims Recycling Solutions a ouvert aujourd’hui ses installations de recyclage de l’électronique à Mississauga. L’initiative crée 200 emplois et permet de traiter 100 000 tonnes métriques de déchets électroniques et de pièces électriques par année, ce qui équivaut à 14 700 camions remplis de déchets. Les nouvelles installations de Sims utilisent une technologie de pointe pour retirer des appareils électroniques, notamment des télévisions et des écrans d’ordinateur,

la matière première qui peut être réutilisée. De plus, ils enlèvent les matériaux dangereux qui autrement se retrouveraient dans les sites d’enfouissement. « Je tiens à féliciter Sims Recycling Solutions pour son leadership environnemental. L’entreprise a su adhérer à la durabilité avec succès. Sims crée des emplois en utilisant des déchets qui seront transformés en nouveaux produits. Éviter d’encombrer les sites d’enfouissement nous permet de léguer un environnement sain à nos enfants

et à nos petits-enfants. » a déclaré John Wilkinson ministre de l’Environnement. Les programmes de réacheminement des déchets de l’Ontario appuient Ontario ouvert sur le monde pour établir une économie verte qui créera des occasions d’emploi et protègera l’environnement. Plus d’informations Le programme de recyclage des déchets électroniques de l’Ontario couvre 44 types de produits électroniques. Il existe plus de 500 lieux de col-

lecte des produits électroniques dont on souhaite se départir en Ontario. Les Ontariens ont recyclé plus de 33 000 tonnes de déchets électroniques depuis avril 2009.

Jobs & Carrières Infos • Numéro 15 • Mars 2011

Les ménages et les entreprises de l’Ontario se défont d’environ 85 000 tonnes de vieux ordinateurs, téléviseurs, photocopieurs, téléphones et de chaînes audio inutilisables chaque année.


8

DOSSIER Par Florence Danner

Évaluer le poids des langues dans la mondialisation Dans une ambiance studieuse et une salle bondée, le Professeur Louis-Jean Calvet présente son baromètre des langues à l’Alliance Française de Toronto.

D

ans le cadre de sa tournée Nord Américaine, le Professeur Louis-Jean Calvet fait découvrir son nouvel outil, le baromètre des langues, qui a pour but de définir le poids relatif des langues en fonction de différents facteurs. Quelles sont les langues dominantes dans le monde actuellement? Comment définir si une langue est plus importante qu’une autre? Ce baromètre va donner à chacun sa réponse en fonction de nombreux critères qu’on peut pondérer à sa convenance. Cet auteur de nombreux livres à succès (L’écologie des langues mondiale, La guerre des langues, L’histoire des mots…) et contributeur du « Français dans le monde », a consacré beaucoup d’ouvrages à la question linguistique dans le Maghreb, et vient de prendre sa retraite à Aixen-Provence, après avoir enseigné notamment à la Sorbonne à Paris. La répartition des langues dans le monde n’est pas forcément comme on l’imagine, par exemple 0,2 % des langues du monde sont parlées par 44% des locuteurs. Le monde comporte 7000 langues inégalement réparties sur la surface du globe : on parle seulement 3% des langues du monde en Europe. La Papouasie, la Nouvelle-Guinée et l’Afrique sont des réservoirs énormes de langues. Pour ordonner un peu ce grand désordre babélien, le chercheur présente un modèle gravitationnel. On y trouve une langue hyper centrale qu’est l’anglais, autour de laquelle vont graviter de langues super centrales : le français, l’espagnol, l’hindi, le chinois. Puis viennent les langues centrales et périphériques. Les bilingues sont les liens entre les langues. Ce modèle est très puissant car il a une valeur prédictive. On a toute les chances d’apprendre une langue qui est audessus de celle qu’on connaît d��jà dans cette « hiérarchie » définie par Louis-Jean Calvet. Un Berbère aurait plus tendance à apprendre l’arabe, et un francophone l’anglais. Les zones d’influences des langues dépendent bien sûr des zones géographiques mais aussi de l’époque. Le temps où Gargantua conseillait à son fils d’apprendre le grec et le latin est bien lointain. Une enquête dans six universités brésiliennes demandait aux étudiants : « Quelles langues souhaiteriez-vous apprendre ? », elle a donné les résultats suivant : 82% citent l’anglais, 30% citent l’espagnol, 25% citent le français. La place importante du français dans cette zone hors de son influence est intéressante et surprenante. Mais alors comment mesurer l’importance relative des

langues? Une réponse facile, quand on pose cette question, est de compter le nombre de locuteurs. Mais ce n’est pas une science exacte, car les mesures sont différentes selon les sources. Que veut dire parler une langue ? Compte-t-on seulement les locuteurs langue première ou aussi les locuteurs langue seconde? Avec son approche multifactorielle, le baromètre des langues prend en compte un certains nombre de facteurs dont les sources sont vérifiables et fiables. Certains d’entre eux sont parfois surprenants ! On prend en compte le nombre de locuteurs, le nombre de pays où c’est une langue officielle, le nombre d’articles dans Wikipédia dans la langue en question, le prix Nobel de littérature dans cette langue, l’entropie de la langue, le taux de fécondité, l’indice de développement humain, la pénétration sur internet, le nombre de traductions en langue cible, le nombre de traductions en langue source. Accueilli en en 6 langues par le portail Portalingua.info, le baromètre vous permet de choisir la pondération de chaque facteur. Il prend en compte les 137 langues de plus de 5 millions de locuteurs. La même valeur (1) est accordée par défaut à chacun des dix facteurs. En déplaçant les curseurs, chacun pourra pondérer le coefficient des différents facteurs en fonction de l’importance qu’il souhaite leur accorder. Si vous mettez tous les facteurs à égalité, voici le palmarès gagnant : anglais, français, espagnol... Il s’agit d’un instrument d’observation des langues. On pourra y voir le classement des années précédentes et observer sur quels facteurs les langues se sont transformées. Cet outil pourra être une aide à la décision en matière de politique linguistique. Comment améliorer le comportement de la langue? Faut-il accroître la présence de la langue sur internet ? Une langue peut être poussée par des décisions gouvernementales, par la traduction systématique dans les deux langues, par exemple. Elles peuvent aussi être soutenues par des militants qui font par exemple des contributions volontaires en une langue dans Wikipédia. Le baromètre pourra être utilisé pour des études commerciales. En quelles langues dois-je développer mon logiciel pour qu’il soit acheté? En quelle langue doisje lancer ma radio internationale? Décliné de façon régionale, ce baromètre permettra de définir des zones d’influence. Pour le chercheur, chercher à éviter la mort de certaines langues c’est comme dire « halte à la chute

des feuilles en automne » « les langues ne sont ni des bébés phoques, ni des baleines, les langues sont au service des êtres humains » et des groupes humains qui veulent les défendre. Si des langues meurent, d’autres sont créées : pour des raisons politiques comme par la séparation entre deux langues au Pakistan et en Inde, entre le serbe et le croate qui ont choisi des alphabets différents. Ils finiront par ne plus se comprendre ! Des évolutions sont à prévoir en particulier en fonction des séparations géographiques : l’anglais du Nigeria, le français plus globalement en Afrique. Des contacts important dans les pays du sud et les pays du nord francophones sont en mesure

de minimiser cet effet. Allons-nous assister à naissance d’une nouvelle langue qui tiendrait du français ce que le français tiendrait du latin ? Soulignée par l’assemblée, le rôle de l’Académie Française ne semble pas être assez efficace sans possibilité d’intervention efficace et rapide sur la langue. Avec les Alliances Françaises pour le français, les centres Confucius pour le chinois, les Instits Goethe pour l’allemand, les langues cherchent toujours à accroître leur cercle d’influence par le biais d’Institut de diffusion de la langue par exemple, mais c’est la situation socioéconomique qui est prépondérante dans la plupart des cas. « Toutes les langues sont égales, mais il y en a de plus égales que d’autres ! » conclut le professeur Louis-Jean Calvet. En chiffre : Le français est 15e en nombre de locuteurs et l’anglais 3e. Il y a en moyenne 35 langues par pays.

Jobs & Carrières Infos • Numéro 15 • Mars 2011


9

the Connection | mag DOSSIER

La question de la langue dans les relations entre école et marché du travail D

ans une conférence organisée par le CREFO le mercredi 26 janvier à Toronto, les conférenciers Dr. Philippe Hambye et Dr. JeanLouis Siroux évoquent la question de la langue dans les relations entre école et marché du travail. Les compétences linguistiques constituent un atout majeur dans le monde du travail. Les bilingues s’y trouvent avantagés. Quel doit être l’impact de ce constat sur l’enseignement ? L’enseignement du français en Ontario doit-il être motivé par l’envie de transmettre la culture francophone ou par le besoin de disposer de profils bilingues? Les deux approches sont-elles contradictoires? Ce sont quelques-unes des nombreuses questions qu’éveille la conférence des deux chercheurs Dr. Philippe Hambye et Dr. Jean-Louis Siroux, issus de l’Université catholique de Louvain dans un autre pays multilingue qu’est la Belgique. Ils soulignent les changements radicaux apparus dans notre façon de percevoir la langue dans l’enseignement. La configuration des relations entre l’école et le marché du travail a changé. Les besoins du monde du travail influencent les enseignements et ce qu’on cherche à transmettre aux élèves. Professeur de sociolinguistique, Philippe Hambye, mène des recherches sur la situation du français dans l’espace francophone, sur les enjeux de la langue en milieu scolaire et professionnel, et sur les politiques linguistiques. Il nous présente deux conceptions de l’enseignement qui s’affrontent présentement. La première, «  paradigme de l’institution », définit l’école comme

Philippe Hambye

un lieu de formation des individus inscrits dans une communauté particulière, avec ses valeurs, ses normes, sa langue, sa culture. La deuxième, « paradigme de la reproduction scolaire  », tente de répondre aux besoins du marché du travail et de créer des individus directement employables. Cela suppose une articulation beaucoup plus stricte entre les logiques professionnelles et scolaires. Le «  Paradigme de l’institution  » a longtemps dominé le monde éducatif. Il forme des citoyens avec un objectif de socialisation fort et la capacité de reproduire une communauté. Dans le «  paradigme de la reproduction scolaire », l’insertion sociale n’est plus une finalité en tant que telle, mais on donne aux élèves les compétences nécessaires pour réaliser leur projet professionnel. Cette deuxième approche a le vent en poupe. On transmet des compétences de base utiles à tous les individus, en éludant la dimension culturelle. Transversale, l’évaluation est de moins en moins basée sur la créativité ou le style. On crée des travailleurs mobiles, dotés de compétences techniques, comme une «  boite à outil  »  qu’ils pourront utiliser d’une entreprise à l’autre. Dans ce modèle, on

s’adapte et on apprend tout au long de la vie. Chacun à la responsabilité de renouveler son capital humain continuellement. Dans une économie tertiaire et axée principalement sur les services, la question de la langue se trouve au cœur de cette tension : la langue fait partie de la culture au sens large que l’école est censée transmettre aux élèves, mais les compétences linguistiques constituent aussi des enjeux importants dans le milieu du travail, où tant le bilinguisme que la capacité à «communiquer efficacement» sont des objets très prisés. Jean-Louis Siroux, sociologue, nous illustre ces deux approches par deux exemples représentatifs. Le premier se déroule dans une université élitiste et le second dans un établissement professionnalisant, toujours en Belgique. D’un côté, les étudiants universitaires s’affrontent dans un concours d’éloquence organisé, en grande pompe et selon le protocole, par les pontes de l’université. De l’autre, les étudiants assistants administratifs sont entraînés à de petits jeux de rôle où ils doivent reproduire des situations communes du monde du travail : un client arrive à la réception par exemple. Dans le premier cas, on transmet la culture, l’éloquence, la capacité de parler en public et d’affirmer ses idées, et dans le deuxième, sous couvert de transmettre des compétences techniques directement applicables, on apprend la retenue, l’effacement et l’obéissance. Le savoir-être transmis lors de concours d’éloquence est un marqueur social d’appartenance à une élite, participant à sa

Par Florence Danner

Jean-Louis Siroux

reproduction et s’affirmant en tant que tel. La négation de la dimension culturelle dans les enseignements de type professionnel est une erreur, selon le conférencier. Ce type de transmission est tout sauf neutre. Un autre exemple est l’exercice, bien connu par les chercheurs d’emploi, de la rédaction d’une lettre de motivation. Elle est un révélateur du type d’éducation du candidat. Il y démontre une habilité à intégrer les codes sociaux que sont les formules de politesses, le type de langage, etc. Ce test de passage démontre l’appartenance à un groupe qui connait ces normes ou à un second groupe qui a intégré ces normes pour correspondre aux besoins du monde de l’emploi. Exercice difficile, il n’en est pas moins un test efficace de la compétence du candidat à rédiger des documents, dans un cadre professionnel. À partir de ces recherches menées sur le terrain de la Belgique, les chercheurs soulignent les défis qu’elles posent pour les communautés linguistiques minoritaires. En toile de fond de la conférence, se dessine la complexité politique pour la minorité franco ontarienne. Face aux attaques

Jobs & Carrières Infos • Numéro 15 • Mars 2011

constantes soulignées par l’assemblée, le système d’éducation en langue française doit se démarquer aux yeux du grand public. Il doit légitimer son existence face au système d’immersion. Mais doit-il le faire en mettant en avant la culture qu’il transmet ou en soulignant l’atout considérable que sera le bilinguisme pour les jeunes qui suivront ses programmes? La communauté francophone cherche à transmettre sa culture et ses valeurs et ne se reconnait pas dans une vision strictement utilitariste des langues. Les enseignements ne peuvent pas être défini en fonction des besoins du monde de l’emploi. On ne forme pas des bilingues pour en faire des experts en centres d’appels, malgré une demande constante. De leur côté, les élèves semblent connaitre la valeur de leurs compétences linguistiques, ils savent qu’ils utiliseront leur bilinguisme pour trouver un meilleur emploi. Les bilingues semblent avoir de beaux jours devant eux car, d’après les deux chercheurs « tant que les gens désireront être servi dans leur langue, les profils bilingues continueront à être recherchés ».


10

PAUSE CAFÉ

Manger équilibré au travail S

elon les conditions, bien manger au travail peut vite s’avérer être le parcours du combattant. Alors que certaines places sont dotées d’une cantine, d’autres sont simplement équipées d’un micro-onde et un frigo et d’autres ne sont parfois tout simplement pas équipées du tout. Cependant quelques soient vos conditions, il ne faut pas baisser les bras et de continuer d’avoir une alimentation équilibrée au quotidien au travail. Comme se restaurer correctement est primordial, voici quelques conseils et idées pratiques pour vous faciliter la tâche. Essayer à tout prix d’éviter les fastfoods, qui même si ils sont rapide et faciles d’accès, ils ne sont pas une solution pour vous nourrir de façon équilibrée à long terme. Il sera plus intéressant de ramener un plat que vous aurez cuisiné vous-même à la maison qui sera plus sain et moins cher. Pour vous restaurer sainement en toute occasion, pensez aux fruits, galettes de riz et de maïs, crackers pauvres en matières grasses, poulet ou dinde en tranches, laitages, thon, salades en conserve, les fruits secs… L’unique et seule boisson qui doit être consommée au quotidien est l’eau! Vous pouvez la consommer sans modération. Essayez de ne pas sauter de repas, c’est très mauvais pour votre corps, mais aussi pour votre productivité. Si vous n’avez pas d’autre solution mangez un fruit comme une banane par exemple ou des fruits secs.

Pourquoi une saine alimentation doit être une préoccupation dans le milieu du travail? Une saine alimentation et une vie active, alliées à une attitude positive, peuvent : • Réduire les risques de cardiopathies et de certaines formes de cancer; • Procurer entrain, énergie et estime de soi; • Apaiser les angoisses et le stress; • Susciter des occasions de passer des moments agréables entre collègues Quels types d’aliments pouvez-vous facilement apporter au travail? Voici quelques suggestions de goûters santé : À ranger dans votre bureau ou votre casier: Craquelins, fruits séchés/en conserve, boîtes à jus, galettes de riz soufflé, céréales, barres de céréales (Granola), beurre d’arachide, poisson en conserve À ranger dans le frigo au boulot : Bagels/pain, muffins au son, yogourt, fromage cottage, fruits frais, légumes crus, fromage, lait, laitue. Pour la route : Minicarottes, bâtonnets de céleri, bouchées de bagel, galettes de riz, pommes, craquelins, bretzels Comment intégrer les bonnes habitudes alimentaires aux réunions et autres situations de travail astreignantes? En Réunion : Modérez votre consommation : beignes, muffins

Le test : Mangez-vous équilibré ?

Source : par la rédaction

Source : Canada News

géants, biscuits, thé et café avec crème Favorisez plutôt : petits muffins, bagels, « Scones », biscuits pour le thé, fruits frais, jus/eau, lait

I

Distributeurs automatiques/cantines mobiles :

Vous consommer des produits laitiers : ☺Vous ne buvez pas trop de lait mais vous essayez d’en prendre une fois par jour. ☻ Une fois par semaine environ. ☺☺A chaque repas vous terminez par une part de fromage ou un yaourt.

Modérez votre consommation : danoises, tablettes de chocolat, frites, boissons gazeuses, croustilles Favorisez plutôt : jus/eau, bretzels, sandwiches, lait, soupe, fruits, céréales à déjeuner, yogourt, pains de blé entier Horaire très chargé/ longues heures de travail : Modérez votre consommation : croustilles, biscuits, café avec crème, hot-dogs, pizza avec double ration de fromage et pepperoni Favorisez plutôt : fruits frais, muffins, crudités, salades avec vinaigrettes faibles en matières grasses, viandes froides maigres, lait, yogourt Sur la route/déjeuner de travail : Modérez votre consommation : croustilles, aliments frits, hamburgers géants, salades noyées de vinaigrette, Favorisez plutôt : petits hamburgers réguliers, bagels, barres de céréales, craquelins et fromage, jus/ eau, sandwiches à la dinde, pizza garnie de jambon et de légumes (Renseignements tirés de : Les diététistes du Canada « Nutrion to go! Away from home »)

l est primordial de manger équilibré pour garder la santé ! Faites ce test pour vérifier l’équilibre de votre alimentation.

Comment décririez-vous votre petit déjeuner? ☺☺☺Complet : jus de fruit, laitage, céréales ou tartine, thé ou café ☻Incertain : tantôt vous prenez un bol de céréales, tantôt un verre de jus avalé sur le pouce ☻☻Inexistant : vous prenez un café au travail Vous consommez des légumes: ☻Deux fois par semaine. ☺Une fois par jour. ☺☺Vous adorez les légumes... ils font partie de chacun de vos repas. Combien mangez-vous de fruits par jour ? ☺ Entre un et trois. ☺☺ Plus de quatre. ☻Peut-être un ou deux par semaine ! Lors des repas, vous buvez :

☺☺De l’eau ! ☻☻ Vous raffoler des sodas ☻ Bière ou vin selon l’humeur. Les deux produits surgelés que vous achetez le plus souvent : ☺Poêlée de légumes et crêpes au jambon. ☺☺Epinards et poisson. ☻☻Hamburger et frites.

Conseils pour mieux manger

Question 8 : Le midi en semaine, vous mangez : ☺Une salade et un yaourt. ☻Un sandwich crudité poulet Mayo avec un coca et une part de tarte. ☺☺ Entrée, plat dessert et eau minérale au self de l’entreprise. Votre dernière visite dans un fast-food ? ☺☺☺Il y a plusieurs années ☻☻Pas plus tard qu’hier, après le boulot ☻La semaine dernière, à l’heure du déjeuner A l’heure du gouter, vous: ☺☻Croquez une pomme, grignotez des amandes, le tout accompagné d’un verre d’eau ☻Prenez un soda au distributeur de boissons pour couper votre faim ☺☺Avez rarement faim, déjeuner copieux oblige Votre collègue vous propose des biscuits. Vous : ☺☺Pensez aux calories et refusez gentiment ☺Vous laissez tenter par un petit biscuit ☻Vous vous jetez sur le paquet, Avez-vous déjà mis les pieds dans un supermarché bio ? ☺☺Evidemment, c’est votre repère ☻Non, pour quoi faire ? ☺Vous y allez de temps en

temps Calculez votre score en comptant ☻= -1 ☺=1 Votre score est de 24 à 10 – Vous aimez l’équilibre ! Félicitation ! Votre alimentation semble équilibrée. Vous êtes attentif au le contenu de votre assiette. Attention manger doit aussi rester un plaisir ! Vous pouvez vous permettre vous quelques écarts dans votre ligne de conduite de temps en temps. Votre score est de 10 à 0 – Faites plus attention ! Pas si mal ! Vous semblez faire attention à votre alimentation, mais celle-ci pourrait présenter quelques carences. Vous devriez être plus vigilant. Il est essentiel de prendre soin de vous et donc de bien nourrir votre corps ! Votre score est de 0 à -15 Halte aux carences ! Attention ! Votre alimentation ne semble pas du tout équilibrée. Mangez plus varié, ne négligez pas les fruits et les légumes et de boire au moins un litre et demi d’eau par jour. Vous risquez des carences nutritionnelles et à terme des problèmes de santé ! Il est temps de faire le bilan de votre régime alimentaire.

Source : par la rédaction

Suggestions du Guide alimentaire Canadien • Consommez les quantités et types d’aliments recommandés chaque jour. • Mangez au moins un légume vert foncé et un légume orangé chaque jour. • Choisissez des légumes et des

fruits préparés avec peu ou pas de matières grasses, sucre ou sel. • Consommez des légumes et des fruits de préférence aux jus. • Consommez au moins la moitié de vos portions de produits céréaliers sous forme de grains entiers.

• Choisissez des produits céréaliers plus faibles en lipides, sucre ou sel. • Buvez chaque jour du lait écrémé ou du lait 1 % ou 2 % M.G. • Choisissez des substituts du lait plus faibles en matières grasses. • Consommez souvent des substi-

tuts de la viande comme des • légumineuses ou du tofu. • Consommez au moins deux portions du Guide alimentaire de poisson chaque semaine. • Choisissez des viandes maigres et des substituts préparés avec peu ou pas de matières grasses ou sel.

Jobs & Carrières Infos • Numéro 15 • Mars 2011

• Consommez une petite quantité de lipides insaturés chaque jour. • Buvez de l’eau pour étancher votre soif. • Limitez votre consommation d’aliments et boissons riches en calories, lipides, sucre ou sel. • Soyez actif chaque jour.


11

the Connection | mag NOS SERVICES

Nous sommes sur Twitter, l’êtes-vous aussi ? Nous sommes sur Facebook, l’êtes-vous aussi ? Rendez-vous sur

Rejoignez nous Suivez nous Lisez sur nous Dites-nous tout Venez nous voir Parlez nous

Hourrahhhhhhhh, on y est ... Tapez juste Bilingual Link

Go on Facebook and Click on

Like Bilingual Link…

You could win the best tip to find a job: your profile in this newspaper Job & Carrières Infos. As soon as 200 people

Like

the page Bilingual Link, a drawing lots will determinate the winner of a full profile in

this newspaper among the likers. For the winner, it will be an original and unique opportunity to attract companies’ attention on his profile and multiply his chance to be hired. Go, Go… Go find us and Like us on Facebook!

Jobs & Carrières Infos • Numéro 15 • Mars 2011


12

JEUNES ET ÉDUCATION NOS SERVICES Source: Gouvernement de l’Ontario

Aider les étudiants à trouver un emploi d’été L

es étudiantes et étudiants de toute la province peuvent maintenant postuler à une vaste gamme d’emplois d’été grâce au gouvernement de l’Ontario.

diants de faire de leur passion leur emploi d’été et d’acquérir une expérience professionnelle importante qui les mènera à une carrière gratifiante.

Le programme Emplois d’été Ontario aide les étudiants à trouver des emplois dans le secteur privé ou public et offre des soutiens pour aider les jeunes entrepreneurs à lancer leur propre entreprise d’été. Il fournit de nombreuses occasions aux étu-

Les étudiants âgés de 15 à 30 ans qui prévoient poursuivre leurs études cet automne sont admissibles à ce programme et peuvent faire une demande en ligne à ontario.ca/emploisdete. Sur ce site, ils peuvent : • trouver des offres d’emploi;

• chercher un emploi par l’entremise des organismes d’Emploi Ontario; • obtenir de l’aide afin d’améliorer leurs compétences en autopromotion et en rédaction de curriculum vitae; • apprendre comment démarrer leur propre entreprise d’été; • postuler un emploi d’été au gouvernement de l’Ontario. De plus, une incitation à l’embauche de 2 $ l’heure en-

courage les employeurs à engager des étudiants et à fournir ainsi une formation pratique à la main-d’oeuvre de demain. « Les emplois d’été aident les étudiants à découvrir le milieu de travail et à explorer leur passion et leurs talents. De plus, ils permettent aux jeunes de gagner une rémunération qui les aidera à financer leurs études et à contribuer à l’avenir de l’Ontario. » – John Milloy, ministre de la Formation et des Collèges et

Une médaille d’or et des joncs d’argent décernés aux technologues en foresterie du Collège Boréal

S

udbury – L’Institut forestier du Canada a remis des joncs d’argent aux diplômés du programme de Technologie forestière de cet établissement. Les professeurs du Collège Boréal Marc Nellis et Marc Hébert, respectivement membre de la Section Ontario-centre de l’Institut forestier du Canada et membre du conseil d’administration de cette section, ont remis à leurs diplômés en Technologie forestière des joncs représentatifs de leur corps de métier : « Il est largement reconnu que les techniciens et technologues en foresterie jouent un rôle clé au sein des équipes de gestion forestière. L’objectif principal de la remise des joncs est, quant à lui, de souligner l’achèvement d’un programme d’études ca-

Les récipiendaires des joncs d’argent de l’Institut forestier du Canada entourés par l’équipe du Collège Boréal

nadien en foresterie. » Le président du Collège Boréal, Denis Hubert-Dutrisac, se félicite

pour sa part de ces accomplissements : « Les professeurs et moi-même sommes fiers que

L’étudiante Christine Henry du Collège Boréal participera aux Jeux d’hiver du Canada

nos technologues forestiers se voient confier cet anneau d’argent en reconnaissance du

Universités. Le programme Emplois d’été fait partie du plan Ontario ouvert sur le monde du gouvernement McGuinty, dont l’objectif est d’aider chaque étudiant à réussir et de bâtir une économie future fondée sur le savoir. Le Services d’emplois d’été est destiné aux élèves et aux étudiants de 15 à 30 ans qui comptent poursuivre leurs études à l’automne. L’été dernier, le gouvernement a aidé plus de 127 000 étudiants de l’Ontario à trouver un emploi.

Source: Collège Boréal

succès de leur formation. Cette réussite témoigne du dévouement de toute l’équipe du Collège Boréal. » À cette occasion, Marc Nellis a également remis la Médaille d’or de l’Institut forestier du Canada à Félix Duguay de Englehart, pour ses excellents résultats académiques, sportifs et communautaires tout au long de ses trois années de formation. Enseignant au programme de foresterie, Marc Hébert, R.P.F., précise en quoi Félix Duguay a su mériter cette reconnaissance : « Félix est un étudiant studieux qui démontre un intérêt exceptionnel envers la foresterie. J’ai eu le plaisir de lui enseigner et de reconnaître, très tôt, son engagement à s’investir dans le domaine forestier ».

Source: Collège Boréal

www.Handicaps.ca

S

udbury – Christine Henry, une étudiante du Collège Boréal inscrite en 1re année du programme d’Éducation en service à l’enfance, participera la semaine prochaine à l’édition 2011 des Jeux d’hiver du Canada qui se déroulent à Halifax jusqu’au 27 février prochain. Née à Timmins et élevée à Marathon, cette jeune athlète de 19 ans prendra part aux compétitions

de ski de fond dédiées aux pé) et 800 m sprint debout. « personnes handicapées. Pour Cette compétition représente la première fois cette année, pour moi une opportunité de le ski paranordique et le ski voyager et de découvrir de para-alpin s’ajoutent en ef- nouveaux paysages. Grâce au fet aux compétitions tenues soutien de ma famille, de mes habituellement lors des Jeux amis et de mon entraîneure, d’hiver du Canada. Ayant une Patti Kittler, j’ai toutes les déficience visuelle, Chris- chances de mon côté pour tine Henry participera aux avoir du plaisir et faire de épreuves paraféminines de mon mieux lors de ces pres2,5 km ski debout (inter- tigieux jeux d’hiver » souligne Pour tout les personnes avec handicap. valle), 5 km ski debout (grou-savoir Christine Henry.

Jobs & Carrières Infos • Numéro 15 • Mars 2011

Christine Henry


13

the RECHERCHE ConnectionD’EMPLOI | mag

De nouveaux services d’emploi pour les francophones de Toronto

Par Florence Danner

Le Centre francophone de Toronto et le Collège Boréal ont inauguré de nouveaux services d’emploi destinés à appuyer le développement de l’employabilité de la communauté francophone du Grand Toronto

L

es nouveaux services d’emploi francophone sont proposés dans un centre d’emploi unique, situé en plein de cœur de Toronto, au 22 rue Collège. Ces services sont offerts conjointement par les deux organismes, le Centre francophone de Toronto et le Collège Boréal, qui sont ravis de cette entente qui leur permet d’offrir ce nouveau guichet unique pour les services d’emploi. La directrice générale du Centre francophone de Toronto, Lise Marie Baudry, précise les avantages d’une telle collaboration. « Nous sommes particulièrement heureux d’offrir une nouvelle plateforme d’employabilité destinée à la population francophone de Toronto. Grâce à notre connaissance approfondie de la communauté francophone torontoise et à l’expertise provinciale du collège Boréal en matière de formation et d’insertion professionnelle, nous sommes plus que jamais en mesure d’offrir des services de qualité à nos clients ». Pour sa part, la vice-présidente associée à l’enseignement du Collège Boréal pour le Centre-SudOuest, Diane Dubois, rappelle l’un des atouts majeurs de ce nouveau partenariat : « Grâce à son travail de terrain auprès des employeurs et de par sa connaissance des secteurs en plein croissance, le Collège Boréal est en mesure d’appuyer le Centre francophone de Toronto dans le développement et l’enrichissement des nouveaux services d’emplois. Les francophones de Toronto ne peuvent que se réjouir de cette nouvelle alliance.»

Cette collaboration a été mise en place depuis le premier août ; après une première phase de bâtissage réussie, les deux organismes sont très fiers de procéder au lancement officiel. Les services pour les chercheurs d’emploi sont très complets. On y trouve des consultations personnalisées, des ateliers de recherche d’emploi, un programme de Deuxième carrière, du placement, etc. Les chercheurs d’emploi sont donc très bien pris en charge, mais

les deux organismes souhaitent aussi renforcer les services envers les employeurs. Les prospecteurs d’emploi ont un rôle clef pour aider les employeurs qui sont à la recherche d’employés qualifiés bilingues : « Beaucoup d’employeurs viennent vers nous naturellement et nous sollicitent car ils ont du mal à trouver des profils bilingues ». Avec l’aide de ces deux équipes dynamiques et qualifiées, les chercheurs d’emploi francophones sont entre de bonnes mains !

Les deux équipes du nouveau Centre d’emploi francophone

Les heures d’ouverture de ce nouveau centre d’emploi sont de 9h à 17h du lundi au vendredi. Certains ont déjà eu la chance de bénéficier de ces nouveaux services. Deux chercheuses d’emploi sont venues témoigner de leur expérience avec les nouveaux services d’emploi. Carine, nouvellement arrivée, recherche un emploi depuis trois semaines et a participé à de nombreux ateliers. Ce qu’elle a le plus apprécié : « c’est le côté humain que ces formations donnent de la recherche d’emploi ». Elle a reçu gratuitement des formations sur les thématiques suivantes : comment passer des entretiens, comment écrire des lettres de motivation, etc. Pour sa part, Soumaya a dû refaire son CV à partir de zéro car les règles entre le Canada et son pays d’origine ne sont pas les mêmes. « On y met la photo, la nationalité et l’âge, il a fallu tout refaire ! ». Elle a beaucoup apprécié l’aide apportée par les services à l’emploi, particulièrement l’aide personnalisée des conseillers. « Je suis confiante et prête à faire des entretiens. J’espère trouver du travail dans mon domaine rapidement ». C’est tout ce qu’on lui souhaite, ainsi qu’à tous les chercheurs d’emploi francophones qui ne devront pas hésiter à utiliser ces nouveaux services d’emploi parfaitement adaptés à leurs besoins.

Jobs & Carrières Infos • Numéro 15 • Mars 2011


14

FOIRE D’EMPLOIS

You bring superior customer service skills to deliver brilliant service. You are a solutions-focused individual. You go the extra mile to exceed customers’ expectations. You get things done the right way. You are a team player. If those qualities relate to you and you’re looking for a stimulating career, a supportive learning environment and a culture where you’re recognized for working hard and taking initiative, you’ve come to the right place.

To learn more, visit our website at: www.b2btrust.com

Centre d'Emploi et Francophones de la RĂŠgion de Durham

TĂŠl: 905-436-6989 Fax: 905-436-623

www.emploi.cofrd.org centredemploi@cofrd.org 2H-57, rue Simcoe Sud, Oshawa, ON, L1H 4G4

DATA Supports Employment Equity. POSITIONS: :adaf_mYd;da]flK]jna[]kJ]hj]k]flYlan]k :adaf_mYdHYqjgdd9\eafakljYlgj :adaf_mYdALJgd]k Š 2007 The DATA Group of Companies. All rights reserved.

Hyundai Auto Canada Corp. is headquartered in Markham, Ontario, located f]Yj@a_`oYq/$bmkleafml]k^jge@a_`oYq,(,&wGmjhjg\m[lk`Yn]]klYZdak`]\l`]ek]dn]koal`afl`]eYjc]lhdY[]Yf\[gfkme]jk`Yn]fgla[]\$ Yddgoaf_@qmf\Yalg]ph]ja]f[][gflafm]\egfl`Y^l]jegfl`kYd]kkm[[]kk&ww Oal`l`akkm[[]kk[ge]kghhgjlmfalq&wO]Yj]dggcaf_^gjh]ghd]o`gYj]ja[` aflYd]flYf\oYfllg_jgooal`Yd]Y\af_Ymlgeglan][gehYfq&wAfj]lmjfo] hjgna\]gmj]ehdgq]]koal`l`]ghhgjlmfalqlgd]Yjf$\]n]dghYf\Zmad\Y j]oYj\af_[Yj]]j&wGmjogjcaf_]fnajgfe]flakgf]l`Ylhjgegl]kl`]jYha\ exchange of information and ideas, all directed at helping the Company Y[`a]n]alk_gYdk&

Established in 1971, Findhelp Information Services (Findhelp) is a charitable nonprofit organization that is a leader in information and referral (I&R).

The mission of the Canadian Forces is to: protect Canada, defend North America in co operation with the U.S., and contribute to international peace and security.

poss • ca

The Canadian Forces has over 100 career paths

1-800-856-8488

COMPANY OVERVIEW The DATA Group of Companies is a leader in providing comprehensive, cost-effective solutions to improve business processes and the flow of documents within an organization. DATAĂ…fs solutions incorporate the most effective combination of print and electronic-based technologies. Please visit our company website at www.datagroup.ca to learn more about us.

www.forces.ca

Established in 1975, TDS is a privately owned and operated Canadian company servicing the staffing requirements of businesses in the Greater Toronto Area. TDS is a full service employment agency recruiting Permanent, Temporary and Contract positions on behalf of our clients. We are constantly recruiting qualified candidates for the following fields: Communications/Marketing/Advertising, Financial services, Real estate/Property management, Insurance, High technology/Telecommunications, Legal, Non-profit, Entertainment,Customer service.

Findhelp is supported by diverse funding sources including the United Way of Greater Toronto and the municipal, provincial, and federal government. Findhelp is an Alliance of Information and Referral Systems (AIRS) accredited agency recognized for organizational merit and the high calibre of service provided by its staff.

AltisHR is a recognized leader in the delivery of recruitment and ÂœÂ?ŠĜ—Â?ČąÂœÂŽÂ›Â&#x;Â’ÂŒÂŽÂœČąÂ’Â—Čą˜›˜—Â?Â˜Ç°Čą’œœ’œœŠžÂ?Šǰȹ˜›Â?‘ȹÂ˜Â›Â”Ç°ČąŠ—Œ˜žÂ&#x;Ž›ȹŠ—Â?Čą ĴŠ ŠǯȹÂŽČąÂ™Â•ÂŠÂŒÂŽČąÂšÂžÂŠÂ•Â’Ä™ÂŽÂ?ČąÂ“Â˜Â‹ČąÂœÂŽÂŽÂ”ÂŽÂ›ÂœČąÂ’Â—ČąÂ?ÂŽÂ–Â™Â˜Â›ÂŠÂ›Â˘Ç°ČąÂŒÂ˜Â—Â?›ŠŒÂ?ȹŠ—Â?Čą ™Ž›–Š—Ž—Â?ČąÂ™Â˜ÂœÂ’Â?Â’Â˜Â—ÂœČąÂ Â’Â?‘’—ȹÂ?Â‘ÂŽČąÂŠÂ›ÂŽÂŠÂœČąÂ˜Â?ČąÂ?–’—’œÂ?›ŠÂ?Â’Â&#x;ÂŽČąž™™˜›Â?Ç°Čą ŒŒ˜ž—Â?’—Â?Ç°Čą ž–Š—ȹÂŽÂœÂ˜ÂžÂ›ÂŒÂŽÂœČąÂŠÂ—Â?Čą›˜Â?ÂŽÂœÂœÂ’Â˜Â—ÂŠÂ•ČąÂŽÂœÂ˜ÂžÂ›ÂŒÂŽÂœÇŻČą

Votre emploi vous attend. Nous vous aiderons à le trouver. Jobs & Carrières Infos • NumÊro 15 • Mars 2011


15

FOIRE D’EMPLOIS the Connection | mag

Par Florence Danner

Les foires des emplois bilingues, c’est reparti pour 2011! La Saison de printemps des foires d’emplois bilingues est lancée avec une première foire le 16 mars 2011 au Fairmont Royal York de Toronto. Cette nouvelle saison sera truffée d’opportunités d’emploi que vous ne pouvez pas vous permettre de manquer!

L

es foires d’emplois bilingues ce sont des occasions incroyables de rencontrer les employeurs et de trouver un emploi. Cette année la saison est lancée avec un tout nouveau concept: les foires d’emplois sectorielles. Les foires d’emplois seront donc organisées selon des secteurs d’activité et vous offriront une occasion par mois d’échanger avec les employeurs. Cette toute nouvelle formule vous permettra de rencontrer des recruteurs dans votre secteur d’activité qui seront très intéressés par votre profil. Leader des foires d’emplois bilingues depuis 13 ans, La Toile des Carrières ouvre une nouvelle

ère dans l’emploi bilingue en lançant ces foires sectorielles en 2011 « Cette spécialisation permettra d’assurer un placement plus ciblé des candidats, elle correspond aux besoins du marché, ce qui assurera la satisfaction des employeurs et des candidats », déclare Rose Cathy HANDY, l’initiatrice de ces foires et directrice de La Toile des Carrières, qui est un groupe spécialisé dans la promotion des opportunités d’emploi et de carrière pour les bilingues du Grand Toronto.

Une foire d’emploi par mois, c’est le signe du grand dynamisme de l’emploi bilingue en ce

La Saison de printemps des foires d’emploi bilingue

moment. Voici le programme du printemps 2011. Le 16 mars, on se retrouve au Fairmont Royal York de Toronto pour une foire consacrée à l’administration, le service à la clientèle et le recouvrement. Le 7 avril, c’est au Novotel de Mississauga pour une session consacrée aux banques, à la finance et aux assurances. Le 12 mai, il sera temps de penser aux emplois d’été, toujours au Novotel de Mississauga. Le 8 juin, au Fairmont Royal York de Toronto, la foire sera consacrée à la vente, la chaîne logistique et aux achats. Sur un total de quatre foires avec plus de

60 exposants, le nombre d’opportunités d’embauche se chiffrera à plus de 4000! Vous aurez l’occasion d’y rencontrer les responsables des ressources humaines des différentes entreprises présentes. Cet échange vous permettra de soumettre directement votre candidature sur place en déposant votre CV. Ce face-à-face vous permettra de mettre en valeur vos connaissances, votre expérience professionnelle et vos qualités interpersonnelles. Contrairement à l’envoi d’un CV par la poste ou par Internet, vous

rencontrerez directement des employeurs qui seront intéressés par vos compétences et votre profil bilingue. Rencontrer et échanger, vous permettra de dénicher un emploi à la hauteur de vos compétences et de vos aspirations. Une attitude positive et une préparation adéquate pourront faire des miracles! Vous ferez certainement partie de ces milliers de candidats qui ont trouvé du travail grâce à nos foires des emplois bilingues. Bonne saison des foires d’emploi bilingue! Plus d’informations : www.bilinguallink.com

Foire d’emploi Bilingue

Inscrivez les dates de ces rendez-vous incontournables dans votre agenda !

4 foires avec plus de 4000 opportunités d'embauche avec plus de 60 exposants! Pour plus d'informations www.bilinguallink.com ou appeler 1.866.284.3020

* 16 Mars, Toronto Administration, Service à la clientèle, Recouvrement... * 7 Avril, Mississauga Banques, Finance, Assurances... * 12 Mai, Mississauga Emplois d'été * 8 Juin, Toronto Vente, Chaine logistique, Achat...

Jobs & Carrières Infos • Numéro 15 • Mars 2011


16

À VENIR

Jobs & Carrières Infos • Numéro 15 • Mars 2011


17

VENIR the Connection À| mag

Jobs & Carrières Infos • Numéro 15 • Mars 2011


18

PROMOTIONS

t, n a e g i r i D

Femmes de carrière, femmes d'avenir, femmes de pouvoir, femme d'influence, femmes immigrées, femmes venues d'ailleurs... et surtout si déterminées dans leurs carrières.

Découvrez la nouvelle publication « 100 femmes de carrière en Ontario», mars 2011. journal@bilinguallink.com

Dirigeante

,

, t n e d i s Pré Présidente

,

, e s i r p e r t n Chef d'e

Entreprene

ur,

, e r u e n e Entrepr Responsable d'orga

nisation...

Découvrez la nouvelle publication « 100 Dirigeants francophones en Ontario », fin mars 2011. journal@bilinguallink.com

Jobs & Carrières Infos • Numéro 15 • Mars 2011


19

ENTREPRENEURIAT the Connection | mag

FamTour Promotion, une création d’entreprise rapide et réussie! E

n avril 2010, Fayza Abdallaoui fonde son entreprise « FamTour Promotion ». Cette entrepreneure de 33 ans, qui est aussi mère de famille, a accepté de partager son expérience. Jobs et Carrières Infos : Quand avez-vous décidé de vous lancer dans la création d’une entreprise? Fayza Abdallaoui : C’est un objectif que j’ai commencé à mûrir bien avant mon arrivée au Canada, alors que j’étais encore en France. Ça a toujours fait partie intégrante de mes objectifs de carrière à moyen terme. Avec plus de 10 ans d’expérience dans mon métier, j’avais envie de créer mon entreprise dans le domaine du tourisme. Comme les États-Unis, le Canada encourage énormément la création d’entreprise. Mon arrivée au Canada a donc été le moment idéal pour concrétiser mon projet. J&C Infos : Quelles ont été les grandes étapes de votre création d’entreprise? F. A. : Tout d’abord, j’ai cherché à comprendre le fonctionnement : quelles sont les démarches administratives, à quelles structures dois-je m’adresser, quels sont les fonds existants, quel suivi sera requis au niveau comptable... J’ai pu acquérir ces compétences grâce à la formation sur l’entrepreneuriat que j’ai suivie en février chez Oasis. Comme le Canada favorise la création d’entreprise, j’ai pu trouver toutes les informations nécessaires en ligne. J’ai rempli un formulaire sur Internet, puis j’ai imprimé le document de création de mon entreprise. Cela m’a pris, en tout et pour tout, une heure! J’ai aussi protégé le nom de mon entreprise dans tout le Canada et ai opté pour le statut de travailleur autonome.

J&C Infos : En quoi votre participation à l’atelier Entrepreneuriat d’Oasis vous a aidé dans votre projet? F. A. : Les informations sont naturellement venues à moi dans une ambiance exceptionnelle. Voir autant de femmes ayant toutes envie de créer une entreprise dans des domaines complètement différents est très motivant! J’ai aussi beaucoup appris sur des aspects pratiques tels que les terminologies précises, les attitudes et l’étiquette entrepreneuriale. Cela a été décisif pour la mise en place de mon projet. Cela m’aurait pris beaucoup plus de temps psychologiquement et administrativement sans cette formation. Je recommande vivement aux femmes de participer à des atelier de ce type. J&C Infos : Quelle a été la plus grande difficulté pour créer votre entreprise? Comment l’avez-vous surmontée? F. A. : La difficulté à laquelle je me suis confrontée est liée à mon type d’activité. Comme je suis sur une activité de prospection commerciale, il me fallait acquérir rapidement les codes des pratiques commerciales du Canada : comment on vend, comment on prospecte, comment on négocie... J’ai trouvé ma solution dans le réseautage, qui est un autre aspect très important de l’activité professionnelle. Il est essentiel de créer un réseau, notamment au travers des associations professionnelles de votre secteur d’activité. Il ne faut pas hésiter à demander ce qu’on attend de vous, les gens sont ravis de pouvoir vous aider particulièrement quand vous êtes nouvelle arrivante. J&C Infos : Quels sont pour vous

les avantages et les inconvénients d’être à son compte? F. A. : L’avantage, c’est la maîtrise de son temps! Étant jeune maman, je fais partie de la nouvelle vague des “Mumpreuneurs”. Je peux passer du temps avec mon fils et être efficace avec les clients. J’aime la flexibilité de mon agenda qui me permet de travailler le soir. Cependant, il faut être prête à faire des heures supplémentaires et à dormir un peu moins. Il est primordial d’avoir le soutien de son entourage. J&C Infos : Quels conseils donneriez-vous as une jeune entrepreneuse qui souhaite créer une entreprise? F. A. : Osez! C’est encouragé et reconnu. Il ne faut pas avoir peur de faire des erreurs, on en fait tous, on apprend et on avance. Il faut aussi adhérer très vite à des associations professionnelles dans son secteur, ce qui sera déterminant pour la suite. N’ayez pas peur du plan d’affaire qui est incroyablement facile à rédiger une fois qu’on a les idées claires sur son projet. Il faut bien construire les étapes sur les trois années à venir : en termes de reconnaissance, de nombre de clients, de visibilité... Cela aide vraiment, car on ne peut pas tout faire tout de suite. Le risque est de partir dans toutes les directions et de se trouver très vite noyé par le travail à accomplir. Il faut absolument planifier et prioriser. Par ailleurs, n’hésitez pas à investir dans un Iphone par exemple. Ses nombreuses applications m’aident à rester connectée en permanence et à gérer mes tâches

FayzaAbdallaoui

et mon agenda. Je conseillerai aussi de bien très bien choisir son logiciel de gestion de base de données, pour ne pas perdre de temps dans le suivi des clients. Plus d’informations - Octobre 2008: Arrivée de Fayza au Canada - Février 2010 : Première démarche pour la création de Fam Tour Promotion avec le formation Oasis - Avril 2010 : Création de Fam-

Des entrepreneurs lancent de nouvelles entreprises à Thunder Bay T

rois entrepreneurs ont démarré leurs propres entreprises à Thunder Bay, contribuant ainsi à créer environ six emplois nouveaux à temps plein et à temps partiel, de même qu’à stimuler l’économie locale. Avec le soutien de la Société de gestion du Fonds du patrimoine du Nord de l’Ontario (SGFPNO), les entrepreneurs offrent de nouveaux produits et services dans la région de Thunder Bay: • BluTec - une entreprise de market-

ing qui offrira des services mobiles de marketing téléphonique; • NWO Master Blaster - une entreprise qui offre des services de décapage au jet de bicarbonate de soude et de décapage de peinture; • Sleepy G Farm - une petite exploitation agricole traditionnelle qui pratique l’agriculture écologique. « Je suis heureux que notre gouvernement ait aidé ces gens du Nord, qui travaillent si fort, à démarrer leurs entreprises. Je leur souhaite tous bon succès. » à déclaré M. Michael

Gravelle, ministre du Développement du Nord, des Mines et des Forêts et président de la SGFPNO. La SGFPNO accorde 25 000 $ chacun à BluTec et Sleepy G Farm dans le cadre du Programme des jeunes entrepreneurs, et 50 000 $ à NWO Master Blaster dans le cadre du Programme des entrepreneurs du Nord de l’Ontario. Depuis octobre 2003, la SGFPNO a approuvé l’octroi de fonds totalisant plus de 597 millions de dollars, lesquels ont produit des fonds supplémentaires totalisant deux milliards de dollars à l’appui de 3 651 projets dans le Nord de l’Ontario.

Jobs & Carrières Infos • Numéro 15 • Mars 2011

Tour Promotion FamTour Promotion Famtour propose des services de marketing communication et de représentation commerciale sur Le Canada et États-Unis pour le compte de professionnels du tourisme et de l’hôtellerie d’Europe et d’Amérique du sud : développent des ventes, prospection, formation, organisation d’événements, études, etc.

Source le gouvernement de l’Ontario


20

CONSEIL

Mise en péril du droit de grève dans les services de transport L

e gouvernement de l’Ontario considère la possibilité de supprimer le droit de grève aux employés de la Commission de transport de Toronto (CTT). Les services de la CTT, utilisé par 1,5 millions de personnes chaque jour ouvrable, seraient en passe d’être considérés par une loi provinciale comme un service essentiel ce qui mettrait fin aux arrêts de travail et aux grèves. Charles Sousa, Ministre du Travail, a déclaré : « Nous présenterons le projet de loi à la demande de la ville de Toronto et s’il est adopté, il reconnaîtra l’importance vitale que la CTT représente pour notre économie, l’environnement et les centaines de milliers de personnes

qui comptent sur le réseau de transport en commun de la ville pour se rendre au travail, à l’école et pour faire des achats. Notre projet de loi répond aux besoins et aux préoccupations uniques de Toronto en ce qui a trait au transport en commun, à la santé et la sécurité du public et au bien-être économique. ». L’importance de la CTT n’est pas à prouver, mais est-ce une raison suffisante pour priver ses travailleurs du droit de grève? Les syndicats de la Ville de Toronto sont en difficulté suite à la présentation de ce projet de loi, intitulé Loi de 2011 sur le règlement des conflits de travail à la Commission de transport de Toronto. Le conseil municipal de To-

Par la rédaction

ronto a adopté une résolution le 16 décembre 2010 en vue de demander une loi provinciale désignant la CTT comme un service essentiel. Cette loi, si elle est adoptée, prévoit l’arbitrage exécutoire par une tierce partie neutre lorsqu’on n’arrive pas à conclure des conventions collectives par la négociation collective. Elle prévoit aussi un examen de la loi après une période de cinq ans. La ville de Toronto évalue que les arrêts de travail de la CTT entraînent des coûts de 50 millions de dollars par jour pour l’économie. Mais quel est le coût social de suppression du droit de grève pour les employées de la CTT ?

Pas d’augmentation du Salaire minimum en 2011 en Ontario L

e gouvernement de l’Ontario a annoncé que le taux du salaire minimum en Ontario demeurera à 10,25 $ de l’heure pour 2011. Il s’agit du salaire minimum provincial le plus élevé au Canada. Le plus bas est de 8$ en Colombie Britannique. Au cours des sept dernières années, le salaire minimum en Ontario a augmenté de 50 pour 100 avec les augmentations annuelles. Ces augmentations ont pris une avance considérable sur l’inflation pour en partie combler un gel du salaire minimum de neuf ans, soit de 1995 à 2004. Le gouvernement McGuinty a récemment offert une gamme étendue de soutiens et

d’allégements fiscaux aux familles ontariennes, dont des réductions d’impôt, une formation pour une deuxième carrière, la Prestation ontarienne pour enfants et la Prestation ontarienne pour l’énergie propre - une réduction de 10 pour 100 sur les comptes d’électricité. « Les familles ontariennes méritent un salaire équitable et nos entreprises ont besoin de stabilité et de certitude. Nous avons trouvé le juste milieu en offrant un salaire minimum équitable, une aide pour les travailleurs qui ont besoin d’une formation pour trouver un emploi, des allègements fiscaux pour les familles, ainsi qu’une réduction

de 10 pour 100 sur leurs comptes d’électricité. » –Charles Sousa, ministre du Travail. À l’automne 2011, le gouvernement nommera un comité représentant les entreprises et les travailleurs pour lui fournir des conseils sur le salaire minimum avant le budget de 2012.

 

Plus d’informations : http://www.labour.gov.on.ca/ Le salaire minimum est le taux de salaire le plus bas que l’employeur puisse accorder à ses employés. La plupart des travailleurs sont admissibles au salaire minimum, qu’ils soient employés à temps plein ou à

temps partiel, qu’ils soient des travailleurs occasionnels, qu’ils soient rémunérés selon un taux horaire, à

Nomination du conseil de prévention intérimaire en matière de santé et de sécurité au travail L

’Ontario a nommé les membres du conseil de prévention intérimaire pour améliorer la santé et la sécurité au travail dans la province. Le conseil de prévention intérimaire aidera le gouvernement de l’Ontario à mettre en oeuvre les recommandations principales du Comité consultatif d’experts de la santé et de la sécurité au travail, dont le recrutement d’un directeur général de la prévention. Le comité de prévention intérimaire, dirigé par Paavo Kivisto, ancien sous-ministre de l’Environnement et ancien sousministre du Travail, comprend les membres suivants : • Joan Eakin - professeure, Dalla

Lana School of Public Health • Vernon Edwards - directeur de santé et de sécurité, Fédération du travail de l’Ontario • John A. Macnamara - viceprésident, santé, sécurité et environnement, Hydro One • Domenic Mattina - vice-président des ventes et de l’évaluation, Mattina Mechanical Ltd. • Carmine Tiano - directeur des services professionnels et d’intervention - CSPAAT, Building and Construction Trades Council of Ontario Les recommandations du Comité consultatif d’experts de la santé et de la sécurité au travail ont été formulées à la suite des consulta-

la commission, à l’acte ou selon un taux fixe ou qu’ils soient salariés.

Par la rédaction

tions à grande échelle menées au- l’Ontario. Le 16 décembre 2010, le a reçu plus de 400 réponses et orprès des syndicats, des entreprises comité consultatif composé de 10 ganisé 50 réunions auprès des inet des organismes pour la santé et membres a présenté au gouverne- tervenants. Source Gouvernement de l’Ontario la sécurité au travail. « Nous som- ment de l’Ontario 46 recommanPlus d’informations : mes tout à fait ravis de l’expertise dations visant à améliorer la santé http://www.ontario.ca et l’engagement que ces personnes et la sécurité au travail. Le comité contribueront au comité de prévention Mevlana Media Solutions Inc. intérimaire. C’est un autre pas très imporNewspaper & Magazine tant en vue de rendre nos lieux de travail Layout & Graphics en Ontario encore plus sécuritaires pour For All Stages of Prepress Needs - Samples Provided nos travailleuses et travailleurs et leurs 4 1 6 – 7 8 9 – 9 9 3 3 familles. » à déclaré fmelani@rogers.com Charles Sousa, ministre du Travail de

Jobs & Carrières Infos • Numéro 15 • Mars 2011


21

VENIR the Connection À| mag

Jobs & Carrières Infos • Numéro 15 • Mars 2011


22

RECHERCHE D’EMPLOI

Comment réussir sa participation à une foire d’emplois N

ous sommes à nouveau dans la saison printanière des foires d’emplois. Plusieurs foires sont programmées ici et là et les espoirs de décrocher un travail temporaire ou permanent sont aussi grands qu’ils sont illusoires dépendamment de sa préparation, participation et la suite qu’on y donne. Année après année, saison après saison, on est toujours stupéfié de l’attente que les participants placent sur les organisateurs des foires; alors qu’en réalité que vous soyez embauché ou pas par un employeur participant dépend en rien de l’organisateur de la foire. L’organisateur n’a aucune influence sur l’embauche, sur les candidats et les employeurs. L’organisateur n’a aucun contrôle sur la qualité des candidats, leurs qualifications, leur enthousiasme ou leurs choix de kiosque à visiter. De la même façon que l’organisateur d’une foire d’emploi n’a aucun contrôle sur le type d’employeur qui s’inscrit, les postes qu’ils ont à offrir, les secteurs représentés, les choix des candidats à embaucher, la durée des contrats…etc. La seule responsabilité que peut et doit assumer l’organisateur d’une foire d’emplois est : le choix de l’emplacement, les installations, la promotion de l’événement et la communication du déroulement, entre autres. En marge de cette mise au point, il faut noter qu’il y a certaines règles de base qui peuvent permettre à tout participant – candidat ou employeur - à une foire d’emplois de tirer profit au maximum de ses chances d’embauche ou de capitaliser sur sa participation. Une foire d’emplois reste une plateforme de recrutement, mais aussi un lieu de réseautage par excellence quand on est à la recherche d’une meilleure opportunité d’emploi. Voici quelques conseils à suivre pour rendre sa participation fructueuse dans une foire d’emplois : Pour le candidat participant : • Apportez plusieurs CV. Plusieurs candidats continuent de commettre l’erreur de

venir avec une seule copie de leur CV. En allant dans un marché de l’emploi où il y a plusieurs employeurs présents éventuellement, pourquoi une personne va penser qu’elle n’a pas besoin de se donner la peine de donner son CV à chaque employeur, est toujours une énigme. Si une foire d’emplois à laquelle vous avez décidé de participer affiche qu’il y aurait 50 exposants. Il faut apprêter 50 copies de CV. Le principe est toujours de remettre son CV à un maximum d’employeurs, sinon tous. Ainsi vous multipliez vos chances. Mais si pour une raison matérielle ou financière vous ne pouvez pas aller à un centre communautaire ou de ressources d’emplois et apprêter plusieurs copies de votre CV, n’hésitez pas de demander un formulaire de collecte d’information de base que chaque employeur apporte toujours, et offrez-leur de leur acheminer une copie de votre CV dans les 24 heures. • Ayez votre CV en anglais. Bien que les employeurs cherchent des personnes bilingues donc qui parlent français et anglais, il faut toujours savoir que parfois, les recruteurs ou intervieweurs qui vont sélectionner et interviewer les candidats, ne parlent pas français du tout du tout. Ce qui n’est pas un crime. La foire n’est donc pas un endroit pour venir revendiquer la francophonie ou les droits fondamentaux des francophones. Vous venez chercher du travail et non faire la politique linguistique. Mettez donc toutes les chances de votre côté et offrez leur un CV dans une langue que l’employeur peut lire immédiatement et vous revenir là-dessus plus vite. Si vous insistez à leur donner un CV en français alors qu’ils ne peuvent pas le lire, ils vont poliment le prendre. Mais pensez-vous qu’ils vont vraiment dépenser du temps et de l’argent à le faire traduire afin qu’ils puissent comprendre ce que vous dites et vous donnez une chance? Alors pourquoi courir ce risque? Ne venez pas mettre les employeurs à l’épreuve, car ils

vous diront qu’ils n’ont rien à vous prouver. Venez mettre toutes les chances de votre côté, y compris leur donner la documentation dans la langue qu’ils comprennent vite. Si vous ne le faites pas, les 100 autres candidats vont le faire. •Faites des recherches sur les compagnies participantes. Il n’y a rien de pire que de venir non préparé à une foire. Les organisateurs prennent toujours la peine d’afficher la liste des employeurs qui seront présents à la foire. Il incombe au chercheur d’emploi de faire ses devoirs. Ce n’est pas à la foire qu’il faut venir découvrir tout sur la compagnie. Vous venez à la foire pour vous positionner comme le meilleur candidat pour le poste que chaque employeur présent à la foire vient offrir. Avant de leur parler, sachez qui ils sont. Grâce à l’internet qui est disponible partout aujourd’hui et gratuitement, il n’y a vraiment plus d’excuse pour personne aujourd’hui d’arriver à une foire sans savoir si Manpower est une agence de recrutement ou une compagnie de construction, ou si TD Waterhouse est une compagnie financière ou une maison de distribution d’eau. • Démontrez de l’enthousiasme devant les employeurs. La raison pour laquelle les employeurs se donnent de la

peine de venir dans les foires d’emplois, ce n’est pas forcément parce qu’ils n’ont pas d’autres moyens d’avoir des candidats, mais plus pour donner une première impression directement aux candidats sur leur compagnie. En contre partie il est important que le candidat sache profiter de la foire d’emploi pour donner une première impression positive. Quoi de mieux que l’enthousiasme. Même si vous êtes au bord du gouffre, de la dépression nerveuse, de la fatigue mentale extrême ou vous avez cherché du travail depuis 12 mois sans succès, toutes les compagnies vous rejettent, on ne sait plus quel autre drame vous vivez, ce n’est jamais le moment d’amener tout ce bagage aux employeurs à la foire. Ils ne sont pas là pour avoir pitié de vous, les employeurs n’embauchent pas par pitié ou par empathie ou par compassion, toute embauche est un investissement pour eux. Alors donner leur envie d’investir sur vous en projetant un esprit positif, de l’enthousiasme, un sourire, une petite phrase brise-glace…etc. •Ayez une apparence professionnelle. Comment vous vous habillez ce jour, comment vous communiquez, votre attitude, et votre présentation sont de signes qui comptent énormément dans ce jeu de première impres-

Jobs & Carrières Infos • Numéro 15 • Mars 2011

Par Rose Cathy Handy

sion. Je me souviens toujours d’un jeune qui était venu à une foire précédente pour rencontrer la compagnie Sunlife pour laquelle il postulait depuis deux ans comme actuaire, expliquait-il, mais n’avait jamais de réponse. Il laissait des messages et toujours pas de réponse. C’est vrai que sur papier- à la lecture de son CV-, il donnait l’impression d’être jeune sans expérience, donc un risque pour la compagnie. Mais sachant que son CV ne racontait pas toute son histoire, il disait chercher juste une opportunité de leur parler car il savait qu’il peut les convaincre du contraire si seulement il pouvait avoir l’opportunité d’une entrevue ou d’une communication. Ayant vu que la compagnie allait participer à la foire, le jeune homme est venu juste pour rencontrer les recruteurs face-à- face et leur parler directement en se disant que c’est sa chance de leur montrer qui il était. Il est venu habillé en costume, bien coiffé, proprement arrangé, avec sa documentation bien organisée dans un classeur qui présentait les avantages à l’embaucher. Il est rentré en toute confiance, a passé 20 minutes à l’intérieur. On l’observait parler à la directrice de ressources humaines qui y était. Il est ressorti après. 2 semaines après la foire, il a téléphoné pour nous annoncer qu’il a été embauché.


23

RÉSAUTAGE the Connection | mag

La carte d’affaires, un outil essentiel pour la recherche d’emploi E

n période de recherche d’emploi, la carte d’affaires, encore appelée carte de visite, est un de vos outils clefs. Vous devez toujours l’avoir à portée de main. Quel meilleur moyen de laisser un souvenir concret de vous à vos interlocuteurs ? Quel meilleur moyen d’obtenir les cartes de visites des personnes qui peuvent vous aider à trouver emploi que de proposer la sienne ? Ces cartes permettent à des relations potentiellement utiles de se souvenir de vous, notamment de vos compétences, de vos objectifs et de vos qualifications, et d’utiliser ce moyen pour prendre contact avec vous ultérieurement. Au Canada, où le réseau sera votre meilleur atout pour trouver votre prochain poste, la carte de visite est un laissez-passer obligatoire. Aux chercheurs d’emploi qui n’ont pas de carte de visite et qui doutent de son utilité, rappelezvous la dernière situation où vous avez souhaité laisser vos coordonnées à quelqu’un. Peut-être vous-êtes vous trouvé dans la même situation qu’Anne qui a lancé une discussion dans les vestiaires de son club de gym avec inconnue. Après quelques phrases échangées, Anne mentionne rapidement qu’elle est en recherche d’emploi actuellement. Son interlocutrice travaillant dans le recrutement, propose à Anne qu’elle lui envoie son CV. Enchantée, Anne lui suggère donc d’inscrire son adresse courriel sur un bout de papier qu’elle a rapidement trouvé au fond de son sac de gym. De retour, à la maison elle s’empresse d’envoyer ce courriel qui pourra peut-être changer sa vie professionnelle, mais le courriel s’avère indéchiffrable. Anne n’arrivera pas à joindre son interlocutrice. Si Anne s’était munie de ses cartes de visite pour aller à la gym en les glissant dans son sac, elle aurait simplement pu donner sa carte ce qui aurait prouvé son professionnalisme et sa détermination, mais aurait aussi permis à son contact de la joindre. Quand vous êtes en recherche, les possibilités d’emploi se présentent lorsqu’on s’y attend le moins. Ayez donc vos cartes en permanence sur vous, à l’épicerie, dans le bus, à la bibliothèque, etc. Essayez de ne jamais être pris au dépourvu. Si vous avez eu une conversation intéressante avec quelqu’un, si vous avez éveillé l’intérêt de votre interlocuteur, demandez la carte d’affaires à la fin de la conversation en offrant la vôtre, si votre interlocuteur vous précède et vous demande la vôtre en premier, assurez-vous de lui demander aussitôt la sienne. Comment faire ma carte d’affaires? Les cartes de visite peuvent servir de cartes avec vos coordonnées simplement ou de Curriculum Vitae condensé. Classiquement de petite taille de 85mm × 55mm, on peut les trouver sous plusieurs formats selon les informations qu’on souhaite y faire figurer. Généralement, la carte présente les coordonnées personnelles du détenteur : nom, prénom, numéro de téléphone, adresse postale et électronique. À l’heure actuelle, on y ajoutera votre profil LinkedIn, in-

Par Florence Danner

dispensable, et votre compte Twitter, pour les utilisateurs acharnés, parfois votre identifiant Skype, selon les sphères d’activités. Il y a deux écoles quant aux informations à faire figurer sur une carte de visite. Si votre recherche d’emploi est très large et que vous ne ciblez pas de poste en particulier, votre carte de visite peut juste contenir les informations citées ci-dessus, qui sont simplement des moyens de vous contacter. Si vous êtes dans le cadre d’une recherche d’emploi ciblée, ce qui est plus souhaitable car plus efficace, faites figurer l’intitulé de poste en-dessous de

et très payant. Son objectif final est que l’on se souvienne de vous. Que faire de mes cartes d’affaires?

votre nom et des informations sur votre cursus professionnel. Vous pouvez lister vos compétences principales, ou vos domaines d’activité, ainsi que le poste que vous recherchez. N’hésitez pas à être créatif. Cependant, souvenezvous que les mots que vous placez sur votre carte sont ceux dont votre interlocuteur va se souvenir à propos de vous. Listez y vos talents, mettez l’emphase sur votre objectif ! Pour leur forme, les cartes de visite sont généralement rectangulaires et en papier fort (kraft, bristol, carton…). La carte de visite fait partie de votre « marque personnelle » qui est l’image de vous que vous vendez à vos employeurs potentiels. La qualité est donc primordiale. Si vous vous en sentez capable, innovez, vous pouvez utiliser une forme atypique ou un pelliculage particulier par exemple. Vous pourrez ainsi renforcer le concept de votre marque personnelle. Mais souvenez-vous que la fonction d’échange et de conservation de vos coordonnées est primordiale. Les formes trop excentriques qui ne se glissent pas dans le portefeuille risquent de voir votre carte de visite vite abandonnée par son nouveau propriétaire. Le look oui, mais l’utilité avant tout. Vous avez une marge de manœuvre énorme en ce qui concerne le design de la carte lui-même. Une approche raisonnable est de faire correspondre la mise en page de la carte à la mise en page de votre CV. Preuve de constance, cette approche est intéressante et ne manquera pas d’être remarquée par les employeurs qui recevront votre CV par la suite. Pour le design, n’hésitez pas à demander l’aider de vos amis les plus créatifs et à le faire valider par votre entourage qui sera de bon conseil pour vous dire si la carte atteint l’objectif recherché. Souvenez-vous que vos cartes d’affaires doivent donner une image professionnelle de vous, tout en étant

remarquée par ceux qui la reçoivent. Pour l’impression, il est important de choisir une impression de qualité. Dommage de passer tant d’heures à définir le contenu et la forme d’une carte pour qu’elle soit finalement illisible à cause d’une impression de mauvaise qualité. Même si la solution du logiciel maison pour les produire vous-même semble séduisante et moins onéreuse, elle est à utiliser avec précaution car le rendu doit être impeccable. Pourquoi ne pas utiliser les services d’un imprimeur ? On en trouve en ligne qui pratiquent des prix très abordables et même « gratuit » (visiter le site de Vistaprint par exemple). Comme peu de cartes de visite sont réellement originales, vous faire remarquer ne sera pas difficile

Imprimez-les en grande quantité si vos coordonnées ou vos objectifs ne sont pas susceptible de changer. On a tendance à donner plus facilement ses cartes lorsqu’on sait qu’il en reste 250 à la maison, le but étant bien de les diffuser le plus largement possible. Vous pourriez distribuer vos cartes de visites aux personnes dont vous donnez le nom en référence pour les aider à parler de vous, à vos amis et aux membres de votre famille pour qu’ils aient une idée exacte de ce que vous faites et de ce que vous cherchez, aux personnes que vous rencontrez en faisant du réseautage lors de réunions, de soirées, ou à tout endroit où il semble déplacé de présenter un C.V Faire un bon usage des cartes d’affaires Conservez les cartes que vous avez durement acquises comme un trésor. Rien n’est plus rageant qu’une carte importante perdue et impossible à retrouver lorsqu’on en a vraiment besoin. L’idéal serait d’avoir un rangecartes, mais une boîte quelconque est bien suffisante.

Traitez la carte de l’autre personne avec respect ; la retourner pour écrire à l’endos est considéré comme impoli. Lorsqu’on souhaite le transmettre, ajouter un numéro de téléphone personnel sur une carte d’entreprise peut être utile. Les cartes d’affaires nouvelle génération La plupart des téléphones mobiles et des assistants personnels sont capables de transmettre, par infrarouge ou Bluetooth, ou à défaut par SMS, une carte de visite électronique, qui s’ajoute automatiquement dans le carnet d’adresses du receveur. VCard est un format dématérialisé de carte de visite, utilisé dans le courrier électronique. Malgré toutes ces innovations, rien ne remplace une bonne édition papier, qui est encore la norme dans nos sociétés. Sachez qu’une bonne carte d’affaires entre de bonnes mains peut être transmise à la bonne personne lorsqu’elle aura besoin d’un profil comme le vôtre. Bien que les cartes ne fassent pas de miracles, elles peuvent raccourcir le cycle de votre recherche d’emploi de façon spectaculaire, pour peu qu’elles soient bien distribuées.

La Saison de printemps des foires d’emploi bilingue. Inscrivez les dates de ces rendez-vous incontournables dans votre agenda !

4 foires avec plus de 4000 opportunités d'embauche avec plus de 60 exposants! 16 Mars, Toronto Administration, Service à la clientèle, Recouvrement... 7 Avril, Mississauga Banques, Finance, Assurances... Pour plus 12 Mai, Mississauga d'informations Emplois d'été www.bilinguallink.com 8 Juin, Toronto Vente, Chaine logistique, Achat... ou appeler

Jobs & Carrières Infos • Numéro 15 • Mars 2011

1.866.284.3020


24

NOUVELLES RÉGIONALES

Nouvelles régionales du marché du travail par région HAMILTON e Teeder Youth Kennedy Arena à Port Colborne fermera ses portes en mars 2011. Un bureau de la FirstOntario Credit Union a ouvert au mail Hamilton South Square et 6 personnes y travaillent. Citoyenneté et Immigration Canada a versé 128 000 $ au Niagara Folk Arts Multicultural Centre, un organisme de St. Catharines, pour qu’il aide 60 nouveaux arrivants au pays à s’installer dans la région de Hamilton. Deux emplois ont été créés. Le Delhi Community Health Centre a embauché une infirmière gériatrique à temps plein. Plus de 500 patients âgés pourront ainsi profiter de soins intégrés chaque mois. Le Community Care Access Centre, desservant Hamilton, Niagara, Haldimand et Brant, a reçu un financement provincial de 3,8 millions de dollars. Le financement permettra d’alléger la demande de salles d’urgence et d’accroître le soutien à domicile. Le gouvernement fédéral a versé 300 000 $ au St. Joseph Immigrant Women’s Centre pour venir en aide à 1 000 autres clients et embaucher 13 employés. Une succursale des magasins de vins et spiritueux de la LCBO a ouvert ses portes sur la Barton Street East, à Hamilton, et 15 personnes y travaillent. L’entreprise Performance Hyundai a ouvert une concession de plus de 5 000 m2 à St. Catharines et 35 personnes y travaillent.

L

KITCHENER-WATERLOO-BARRIE ’hôpital Royal Victoria à Barrie a embauché quatre nouveaux oncologues médicaux et radio oncologues pour le centre de traitement du cancer de Simcoe-Muskoka. On prévoit que ce nouveau centre ouvrira ses portes au début de 2012. À Kitchener, la société CompX ErgonomX embauchera 50 travailleurs pour son usine de Manitou Drive. Cette société fabrique des pièces pour des produits ergonomiques de bureau. On vient d’y regrouper les activités d’une usine qui a fermé ses portes dans le Michigan. À Guelph, l’entreprise Barber Glass Industries Inc. s’est déclarée en faillite. Cette entreprise pourrait mettre à pied 100 employés à Guelph et 45 employés à son usine de Collingwood. Grant Thornton Limited a été nommé séquestre. Le volet commerce de détail de l’entreprise a été racheté du séquestre et continuera d’être exploité. La société tente d’obtenir de nouveaux capitaux pour les opérations de fabrication. Elle fabrique et exporte des produits de verre feuilleté et trempé à des fins de construction et de travaux architecturaux. À Orillia, la fermeture à la fin décembre de l’entreprise Berry Plastics, située Hughes Road,

L

touchera 25 employés. La société regroupera les activités de deux de ses usines de la région à un seul emplacement situé avenue Forest. Le bureau d’Orillia de la Société canadienne du cancer a fermé ses portes et s’est joint à celui de Barrie. Une baisse des dons est à l’origine de la décision de réduire les frais administratifs. Les services locaux ne seront pas touchés. Swelling Solutions, un bureau de gestion de massothérapie et de lymphoedème a ouvert ses portes sur l’avenue Belmont à Kitchener. Quatre spécialistes de ces traitements y travaillent. La société DALSA de Waterloo est sur le point d’être vendue à une filiale de Teledyne Le ministère de la Recherche et de l’Innovation dépense un montant initial de 886 000 $ pour ouvrir et doter le Centre d’innovation de Guelph sur la rue Wyndham Nord. Ce centre est un des 14 centres d’innovation régionaux d’un bout à l’autre de la province qui s’inscrivent dans le Réseau ontarien d’excellence. Les entrepreneurs, chercheurs et fabricants locaux pourront y puiser des ressources et de l’expertise commerciale pour un produit ou une activité. À Kitchener, les investisseurs, employés et gestionnaires de Coreworx Inc. ont racheté auprès d’Acorn Energy cette entreprise qui fabrique des logiciels de gestion de projet pour de vastes initiatives de construction du domaine énergétique et minier. LONDON ans le cadre du programme Connexion compétence, Youth Opportunities Unlimited (YOU) de London, a reçu un financement de 962 000 $ du ministère des  Ressources humaines, développement et des compétences Canada (RHDCC), en vue d’appuyer deux projets d’emploi intitulés Youth Endeavouring for Success et Enterprise Services. Cette subvention aidera 285 jeunes à acquérir les compétences et l’expérience nécessaires pour trouver du travail. L’usine d’assemblage de châssis de siège de Keiper Canada, à London, fermera ses portes à la fin du mois de mars, ce qui touchera en-

D

viron 150 emplois. Keiper Recaro Group, sa société mère allemande, a vendu son entreprise automobile à Johnson Controls Incorporated. La compagnie recherche activement à transférer ses employés dans d’autres usines de la région de London afin de diminuer le nombre de personnes qui se retrouveront au chômage à la fin du mois de mars.   General Dynamic Land Systems Canada de London a reçu  un contrat de 138 millions de dollars pour fournir 82 véhicules VBL II au gouvernement américain. La Corporation commerciale canadienne est responsable du contrat de vente de ces véhicules blindés légers. La production devrait être finie dans deux ans. H & H Wood Products Inc., un fabricant de palettes, de conteneurs, de caisses de transport et de présentoirs de serres, prend de l’expansion à London. La compagnie a récemment acheté une propriété de 23 000 pieds carrés sur Colonel Talbot Road. Elle va déménager de son local temporaire de 20 000 pieds carrés qu’elle occupait depuis 2009. L’usine compte déjà 7 employés, mais prévoit en embaucher 25 autres au cours des deux prochaines années. Bell Canada a renouvelé son bail dans la tour à bureau sur la rue Dundas au centre-ville de London. Ce nouveau contrat a maintenu l’emploi d’environ 700 personnes. Giant Tiger va ouvrir un magasin à l’ancien emplacement de Dollarama dans le centre commercial situé à l’intersection des rues Dundas et Clark à Woodstock. Le nouveau magasin compte ouvrir ses portes en mai 2011. OTTAWA e nouveau Centre des congrès d’Ottawa, qui ouvrira en avril 2011, a déjà inscrit 80 conférences à son carnet de réservation, soit deux fois plus que le nombre prévu par ses dirigeants. En conséquence, le nombre d’emplois offerts devrait doubler de 1 200 à 2 400. Le Conference Board of Canada prévoit une croissance modeste dans le secteur du tourisme à Ottawa l’an prochain. Le ralentissement dans le secteur du tourisme est attribué principalement à la baisse

L

du nombre de visiteurs américains en raison de la hausse du dollar canadien, aux nouvelles exigences liées au passeport et à la croissance modeste du revenu disponible. Le projet Trade Roots du Collège St. Lawrence a reçu un financement de plus de 232 000 $ du programme Sensibilisation jeunesse de Service Canada en vue d’organiser six salons de l’emploi jeunesse dans l’Est de l’Ontario. Ces salons se tiendront à Kemptville, Morrisburg, Smiths Falls, Casselman, Kingston et Tyendinaga. Ils permettront de sensibiliser les jeunes et les moins jeunes aux programmes d’apprentissage et aux autres possibilités de carrière. General Dynamics Canada à Ottawa a réduit ses effectifs de 20 %, soit de 300 personnes, l’année dernière. L’entrepreneur du secteur de la défense emploie toujours 1 150 personnes. Il a mentionné que les licenciements étaient attribuables aux étapes de la conception et de la livraison des projets.

Avaya, compagnie spécialisée dans les systèmes de communications pour les entreprises, prévoit dépenser 165 millions de dollars dans la recherche et le développement au cours des trois prochaines années. Le gouvernement de l’Ontario investira 5 millions de dollars afin de conserver les emplois spécialisés en Ontario. Avaya, qui a acheté Enterprise Solutions de Nortel à la fin de 2009, emploie 375 personnes à Ottawa et 200 personnes à Belleville. Le service de détail en ligne Shopify.com a obtenu 7 millions de dollars pour élargir ses activités. Cette entreprise d’Ottawa, qui aide les clients à établir des commerces en ligne, a fait passer son effectif de quatre à trente-cinq employés. L’entreprise QNX Software, située à Kanata, a fait du recrutement dernièrement afin de pourvoir 21 postes différents. Elle augmente son effectif pour développer le nouvel ordinateur tablette Playbook de Research In Motion (RIM) Limited. Bon nombre des emplois sont des postes de techniciens en logiciel, mais l’entreprise recrutait également des rédacteurs techniques, des vendeurs et des employés en ressources humaines. Elle a été achetée par RIM l’été dernier. L’entreprise américaine j2 Global Communications a acquis Protus IP Solutions Inc. en décembre 2010.

Jobs & Carrières Infos • Numéro 15 • Mars 2011

Un nombre inconnu d’employés devaient être licenciés. Protus compte 260 employés. Les deux entreprises sont actives dans le secteur de la télécopie par Internet. Un nouveau magasin à grande surface d’articles de plein air appelé Sail a ouvert ses portes à Ottawa en décembre 2010. Il emploiera environ 150 personnes. Il s’agit d’un investissement canadien de 15 millions de dollars dans un immeuble de 70 000 pieds carrés. Le magasin est situé à l’extrémité est du centre commercial Train Yards d’Ottawa. STRATFORD e Festival de Shakespeare à Stratford a reçu un financement additionnel de 3,9 millions de dollars du Fonds d’investissement dans les arts de l’Ontario. Ce festival emploie 1 000 personnes. Il génère des revenus de 134 millions de dollars et des recettes fiscales de 70 millions de dollars. Le financement additionnel stimulera les initiatives de mar-

L

keting du festival en vue d’accroître son auditoire. La clinique médicale de Brockton, située sur le terrain de l’hôpital de Walkerton, est maintenant terminée. Son ouverture devrait attirer de nouveaux médecins. Un nouveau médecin de famille se joindra à la South Bruce Peninsula Family Health Organization à l’automne 2011. Les autorités sanitaires ont signalé que North Perth est en pénurie de médecins, car elle n’en compte que trois actuellement. Cette pénurie s’accentuera lorsque les médecins actuels prendront leur retraite ou réduiront leurs heures de travail. Afin de remédier à cette situation, les autorités sanitaires espèrent mobiliser la collectivité afin de recueillir des fonds pour créer des mesures incitatives et d’autres initiatives de marketing visant à attirer des médecins additionnels dans la région. Centraide Perth-Huron a reçu une subvention de 81 000 $ de la Fondation Trillium de l’Ontario. Une partie des fonds servira à embaucher un agent de marketing/relations publiques. Une station-service Shell devrait ouvrir à l’extrémité ouest de Stratford à la fin de janvier. Elle sera ouverte 24 heures sur 24 et emploiera une dizaine d’employés à temps plein et à temps partiel.


25

NOUVELLES RÉGIONALES the Connection | mag WINDSOR es fonctionnaires du gouvernement de l’Ontario se sont engagés à construire l’autoroute de Windsor-Essex. Le projet coûtera 1,4 milliard de dollars, ce qui est moins que l’estimation précédente de 1,6 milliard de dollars. La construction devrait être achevée d’ici 2014 et permettra de créer 12 000 emplois directs et indirects. L’entreprise Kehoe Marine Construction, établie près de Gananoque (Ontario), a décroché le contrat pour réparer les dommages qu’une tornade de force F2 a causés sur la rive à Leamington, en juin 2010. Le projet de rénovation est de 1,2 million de dollars. Le YMCA de Chatham-Kent recrutera 15 employés à temps plein pour sa nouvelle installation situé sur Courthouse Lane, à Chatham. Les postes seront dans les secteurs des services aux membres, ainsi que de la santé et du mieux-être. L’embauche commencera au printemps 2011. Le centre de santé communautaire de Chatham Kent recrute divers professionnels de la santé. Trois organismes locaux de Chatham-Kent, soit Acceptional Riders, Les Grands Frères et Grandes sœurs, et Habitat pour l’humanité, ont reçu 220 200 $ de la Fondation Trillium de l’Ontario pour étendre et améliorer les programmes et les services qu’ils offrent aux collectivités locales. Chrysler Canada Inc. ajoute jusqu’à 25 nouveaux postes à partir d’un bassin de travailleurs mis à pied de Martinrea Fabco à son usine de montage de Windsor. Dix-huit autres postes ont été dotés à partir d’un bassin de candidats composé d’anciens travailleurs de Chrysler à Brampton et à Etobicoke. Les postes ont été créés pour respecter les nouvelles normes de fabrication en vertu des procédés de fabrication de calibre mondial de Fiat SpA. La municipalité de Chatham-Kent et le comté d’Essex recevront une aide totale de 309 680 $ du gouvernement provincial dans le cadre du Programme de renseignements municipaux en ligne sur l’immigration. Ils utiliseront les fonds pour améliorer leurs portails sur l’immigration afin de stimuler la croissance économique. Turtle Island Recycling ramassera les ordures ménagères à Windsor à compter du 13 décembre 2010, dans le cadre du contrat de sept ans conclu entre l’entreprise de Toronto et la ville de Windsor. Les employés de l’ancien service de ramassage des déchets de la ville sont mutés au service des parcs. Le bureau d’immatriculation des véhicules automobiles à la Chambre de commerce de Sarnia Lambton a fermé ses portes après près de 90 ans. Le service a été réinstallé au centre commercial Bayside, rue Christina, à Sarnia. Huit employés ont été mis à pied. Le parc éolien de Pointe-auxRoches, dans la ville de Lakeshore, a reçu 27 tours fabriquées par Essar Algoma Steel, à Sault Ste. Marie (Ontario). Cette centrale devrait permettre la création de 126 emplois en construction et emplois indirects, et produire jusqu’à 46,8 mégawatts d’électricité par année.

L

TORONTO e réaménagement et l’agrandissement de l’Hôpital de Markham-Stouffville ont commencé en décembre. L’agrandissement doublera la taille de l’établissement et mènera à l’ajout de 875 employés et de 60 nouveaux médecins. Le gouvernement provincial investit plus de 13 millions de dollars dans 13 collèges pour le Programme apprentissage-diplôme à partir de l’année d’étude 20112012. Ce financement permettra aux étudiants de prendre part à un programme d’apprentissage en cours d’emploi et de suivre les cours menant à l’obtention d’un diplôme. La société Ontario Power Generation accordera 5 millions de dollars au Collège Durham et à l’Institut universitaire de technologie de l’Ontario sur cinq ans. Ces fonds serviront surtout à l’élaboration de programmes d’énergie nucléaire, à l’achat de

L

pour fabriquer du biodiésel immédiatement commercialisable. L’ouverture de cette usine, prévue pour le printemps 2011, entraînera la création de 12 emplois à temps plein. La société prévoit également ouvrir 8 centres de production de biodiésel de plus en Ontario.

Markham. Le magasin a déjà embauché 100 employés. Le gouvernement fédéral investit des fonds de 2 millions de dollars afin d’aider les nouveaux arrivants à Toronto et dans le reste de la province à s’intégrer à la collectivité. Ces fonds permettront d’accroître l’accès des immigrants aux services, de façon à atténuer leurs difficultés sociales et économiques. Le Peel Newcomer Strategy Group a reçu 225 000 $ de la Fondation Trillium de l’Ontario dans le but d’aider les nouveaux arrivants qui vivent en périphérie. Ce financement permettra également à ce groupe d’augmenter la capacité de prestation de services aux immigrant KINGSTON laintree Systems Inc. a annoncé la création d’Arnprior Fire Trucks Corp., une filiale dont elle est entièrement propriétaire. La nouvelle entreprise emploiera immédiatement 10 travailleurs spécialisés qui ont été licenciés après la fermeture d’Almonte Fire Trucks Corp. Elle fabriquera des camions légers et lourds, des camions-citernes et des autopompes de sauvetage. Les propriétaires prévoient embaucher d’autres travailleurs en prévision des contrats municipaux en 2011. La North Hastings Community Integration Association de Bancroft a reçu une subvention de 131 200 $ de la Fondation Trillium de l’Ontario. L’argent servira à embaucher un coordonnateur à temps plein pour les projets Celebrate Youth Motion et Youth in Action. L’association fournit des services aux personnes ayant des déficiences intellectuelles et à leurs familles. Le Syndicat canadien des métallurgistes unis d’Amérique représentera désormais plus de 1 200 employés en administration et en services généraux à l’Université Queen’s. La Commission des relations de travail de l’Ontario devrait accréditer l’unité de négociation après que l’université et le syndicat auront réglé les dernières questions relatives à la classification des employés. Le Fonds du système de justice pour les jeunes investit la somme de 454 200 $ dans le programme de plan de vie et d'encadrement de la Société John Howard. Le

P matériel et à l’octroi de bourses d’étude aux étudiants dans le domaine de l’énergie nucléaire. De même, la somme de 1 million de dollars permettra de donner de l’expansion aux programmes de métiers spécialisés du Collège Durham. Barclays Capital a ouvert un nouveau bureau au centre de Toronto. L’entreprise emploie 45 personnes et prévoit embaucher d’autres analystes. À Newmarket, SunEdison commencera à produire des panneaux solaires photovoltaïques au printemps 2011. La société embauchera 100 ouvriers qualifiés au cours des prochains mois. Dans la région de York, Sherwood Electromotion Inc. a fait l’acquisition d’une usine existante de 116 000 pieds carrés. L’expansion devrait créer 60 nouveaux emplois. Eclipsall Energy Corporation investit 10 millions de dollars dans une nouvelle usine de fabrication de produits d’énergie solaire à Toronto. L’installation devrait être opérationnelle d’ici juin 2011 et créer 90 emplois. Energy Innovation Corporation ouvrira la première usine de fabrication de biodiésel de Toronto. La société utilisera une installation existante de 8 600 pieds carrés

L&T Infotech prévoit ajouter 100 emplois à son installation de Mississauga en 2011. Celle-ci emploie actuellement 215 personnes et fournit des services financiers à ses clients. ViXS Systems Inc., une entreprise de technologie à Toronto, envisage d’embaucher plus de 30 travailleurs pour doter divers postes en génie, en marketing et dans les ventes. Cette entreprise est un innovateur dans le domaine des solutions multimédia. Recurrent Energy, une entreprise vouée au développement de l’énergie solaire, investira 650 millions de dollars en Ontario et créera des centaines d’emplois « verts ». Le bureau de Toronto comptera une douzaine d’employés et supervisera les opérations au Canada et dans l’Est des États-Unis. Perasco Technologies Inc., une entreprise de semi-conducteurs non fabricante, embauche quatre personnes pour son bureau à Toronto. Marshalls, un réseau de magasins de détail dont le siège social est établi aux États-Unis, devrait ouvrir quatre magasins au cours de la prochaine année dans la région de Toronto. L’épicerie escompte de Metro, Food Basics, a ouvert une nouvelle épicerie dans le Nord-Est de

Jobs & Carrières Infos • Numéro 15 • Mars 2011

programme de Belleville embauchera de huit à dix moniteurs agréés pour aider les jeunes ayant des problèmes de santé mentale, des déficiences cognitives, des problèmes de toxicomanie ou des démêlés avec la justice. Le Fonds du système de justice pour les jeunes octroie chaque année des subventions et des contributions totalisant cinq millions de dollars. Avaya, société spécialisée dans les systèmes de communications pour les entreprises, investira 165 millions de dollars dans ses installations de recherche et de développement à Belleville et à Ottawa. Jusqu’à 10 postes d’ingénieur sont à pourvoir en ce moment. L’usine de Belleville a embauché environ 200 personnes depuis qu’Avaya a acquis l’installation de Nortel Enterprise Solutions à la fin de 2009. Le ministère du Tourisme et de la Culture a accordé une subvention de 875 000 $ par année à l’Ontario Highlands Tourism Organization (OHTO) pour l’année en cours et la prochaine année financière. Ces fonds serviront à embaucher au moins trois employés et consultants à temps plein au nouveau bureau de l’OHTO situé à Pembroke. SkyPower Ltd. de Toronto a annoncé un investissement de 70 millions de dollars dans deux parcs solaires, un dans le canton de Stone Mills, et l’autre à Thunder Bay. Les deux parcs devraient être terminés au milieu de 2011. L’entreprise exploite le premier parc solaire commercial du Canada, à Stone Mills, près de Napanee. MUSKOKA eston Bakeries, située à Cobourg, a reçu 2,5 millions de dollars du Programme de développement des collectivités rurales de l’Ontario en vue d’agrandir son usine de fabrication Ready Bake. L’entreprise déménage dans une usine rénovée de Cobourg, où elle fabriquera de nouvelles gammes de produits. Elle prévoit embaucher 60 travailleurs supplémentaires dans sa nouvelle usine. Infinity, division de Reachingout Family Homes, a ouvert ses portes dernièrement à Lindsay. L’organisme offre un programme aux adultes qui ont besoin de soutien pour améliorer leur capacité de lecture et d’écriture, leurs compétences professionnelles et leur capacité de vie autonome. La Société d’aide au développement des collectivités (SADC) de Northumberland recevra 634 285 $ par le truchement du Fonds d’adaptation des collectivités du gouvernement fédéral. Les fonds serviront à aider les petites entreprises du comté. Un investissement précédent de 500 000 $ a été affecté aux entreprises dans les secteurs du tourisme, du commerce de détail et de la fabrication. Sources: labourmarketinformation.ca

W


26

Le site de carrière www.bilinguallink.com

Jobs & Carrières Infos • Numéro 15 • Mars 2011


27

RÉPERTOIRE DES SERVICES the Connection | mag

Instantly

RESHAPE

Your BODY and REVITALIZE your health

- NO sweat - NO Chemicals - NO Starvation - NO Surgery

DONICA Hair Stylist Coiffeuse Bilingue Français /Anglais Vous êtes francophone et vous ne savez plus comment décrire la coiffure de vos rêves en anglais…. Any style you name it: - Perm - Treat - Weave - Braids - Up Doe’s - Finger Wave - Cut

Just Call Carole now at :

416 - 827- 4934 !

SEE FOR YOURSELF! Work For Men Too!

Drop up to 3

sizes

l To l a C out in just minutes! d n fi w! Ho Great Business Opportunity www.ardysslife.com/divinebody2010

Marcia: 647-449-3888

La Saison de printemps des foires d’emploi bilingue

Foire d’emploi Bilingue

Inscrivez les dates de ces rendez-vous incontournables dans votre agenda !

4 foires avec plus de 4000 opportunités d'embauche avec plus de 60 exposants! Pour plus d'informations www.bilinguallink.com ou appeler 1.866.284.3020

* 16 Mars, Toronto Administration, Service à la clientèle, Recouvrement... * 7 Avril, Mississauga Banques, Finance, Assurances... * 12 Mai, Mississauga Emplois d'été * 8 Juin, Toronto Vente, Chaine logistique, Achat...

Jobs & Carrières Infos • Numéro 15 • Mars 2011

you It ! e Hav



Jobs & Carrières Infos