Issuu on Google+

SÉCURITÉ

EN PLEIN AIR LE COÛT DE NOTRE IMPRUDENCE

DESTINATIONS

11

CAMPS DE BASE pour prendre racine au Québec

// ÉVALUER SOI-MÊME L’EAU DES RIVIÈRES // RANDONNÉE EN ISLANDE ÉQUIPEMENT

:_nYeccWdZ[c[djifekhiʃgk_f[h¼fWiY^[h½ IWYi}ZeifekhbWYekhi[ Iekb_[hi¼l[hji½

LE MÉDIA PLEIN AIR ET AVENTURE #1 AU QUÉBEC

B6>'%%-T<G6IJ>ITlll#ZheVXZh#fX#XV


SOMMAIRE$$KDAJB:M>>>"CJBwGD*"B6&'%%$$KDAJB:M>>>"CJBwGD*"B6>'%%GUIDE DE L’ÉTÉ Q',S ('H;D:;P#LEKIÀD;F7IC7DGK;H

+& '  '97CFI:;87I;FEKH FH;D:H;H79?D;7KGKx8;9 8Wi#IW_dj#BWkh[djGdbVci^fjZ½Vj7^X 9Žj[#DehZ¿YZjmeVhYZIVYdjhhVX =Wifƒi_[6bW^VcXZ[Zhi^kZ IW]k[dWoGZedhY^k^c BWkh[dj_Z[i:cidjiZh^bea^X^i‚ CWkh_Y_[6jXÃjgYZhWd^h =Wifƒi_[EZgX‚!hVchaZh^cXdck‚c^Zcih 9^Whb[le_n8]VgbZgjhi^fjZYVch aZh<gVcYh"?VgY^ch 9Wdjedi#Z[#bÊ;ijB‚\V"Xdc[dgi EkWjWekW_i)%%aVXh|aÉ]dg^odc 9^WkZ_„h[#7ffWbWY^[i7^_djXVX]‚

,* K  DLxH?J78B;I7<7H? 7KGKx8;9

© SEPAQ / Parc national du Bic / Mathieu Dupuis

DcXgd^i|idgifjZeajhdckVVjÒc[dcYYZhWd^h! eajhaZhX]VcXZhYZXgd^hZgYZhW„iZhhVjkV\Zh Vj\bZciZci#8ÉZhiedjgiVciYZeVgiZiYÉVjigZ YjHV^ci"AVjgZcifjÉdcdWhZgkZaZeajhYÉVc^bVjm# 8Zb^a^ZjcVijgZag^X]ZZiY^kZgh^҂Xdci^ZcibVgV^h! Wd^h‚hZcg‚\‚c‚gVi^dcZiWdgYhYZbZg#Dcnkd^i YZaV[VjcZ|Xdjeh’g½djegZhfjZ

®


espace libre Mai 2008 :: Vol 13 :: No 5

Éditeur : Stéphane Corbeil (stephane@espaces.qc.ca)

Rédacteur en Chef : Christian Lévesque

(christian.levesque@espaces.qc.ca)

Collaborateurs : Jean-Philippe Angers, Didier Bert, Florence Bourg,

Catherine Cardinal, Alain Demers, Marie-Soleil Desautels, Jean-Philippe Fortin, Catherine Eve Groleau, Mélanie Lamontagne, Catherine Naulleau, Mélanie Pageau, Daniel Paré, Anne Pflaum, Sybille Pluvinage, Joanna Prime, Mathieu-Robert Sauvé, Marie-Christine St-Hilaire, Louis St-Jean, Gil Thériault, Mélissa Vaillancourt et Maeva Vilain. Stagiaire à la rédaction : Jennifer Semet Photo de la page couverture : © Peter McBride / Aurora Photos Un kayakiste près d’une chute sur la rivière Zermanja en Croatie..

Publicité : Jonathan Marcil, Directeur des ventes

jonathan.marcil@espaces.qc.ca / 514-277-3477 #28

Emmanuel Paquin, Coordonnateur aux ventes emmanuel.paquin@espaces.qc.ca / 514-277-3577 #26

Marie-Christine Hallé, Conseillère aux ventes marie-christine.halle@espaces.qc.ca / 514-277-3577 #27

Abonnement et distribution Claude-Isabelle Gratton claude.isabelle@espaces.qc.ca / 514.277.3477, poste 21

Abonnement / Tarification (livraison à domicile) : 1 an / 6 numéros : 18$ • 2 ans / 12 numéros : 32$ (taxes, manutention et frais d’envois inclus) Libeller chèque ou mandat-poste au nom de « Revue Espaces » à l’adresse indiquée ci-dessous.

Infographie : Sève design. Révision : Lise Lortie Site Internet : www.espaces.qc.ca Correspondance pour éditorial info@espaces.qc.ca

Correspondance postale Revue Espaces 911, rue Jean-Talon Est, bureau 205 Montréal (Qué) CANADA H2R 1V5 Les propositions de textes doivent nous être présentées par courriel uniquement. Il en est de même pour tout communiqué de presse. Tirage : 60 000 exemplaires distribués là où sont les amateurs de plein air. ESPACES est la publication plein air ayant le plus grand tirage au Québec. 162 000 lecteurs par édition. ESPACES est publiée six fois par année par Les Éditions Espaces inc. Propositions d’articles. ESPACES accueille avec plaisir et attention toute proposition d’article et de photographie. Communiquez avec le rédacteur en chef pour en discuter. Le matériel non sollicité sera retourné si accompagné d’une enveloppe affranchie. ESPACES n’est pas respon-sable des textes, photographies ou autre matériel envoyés à son attention. Si vous ne conservez pas la revue ESPACES pour vos archives personnelles, veuillez vous assurer de la transmettre à un ami ou de la recycler. Les opinions exprimées sont celles des auteurs et ne sont pas nécessairement partagées par l’éditeur. Certaines activités présentées dans ESPACES comportent des risques importants de blessures pour ceux et celles qui les pratiquent. ESPACES et ses journalistes, collaborateurs, photographes et les autres membres de l’équipe ne recommandent pas la pratique de ces activités aux personnes qui n’en maîtrisent pas les techniques et habiletés requises. ESPACES n’est pas responsable des informations contenues dans les publicités. Toute reproduction du matériel publié dans ESPACES est interdite sans l’autorisation de l’éditeur. La forme masculine utilisée dans cette publication désigne aussi bien les femmes que les hommes. Dépôt légal Bibliothèque nationale du Québec 2007. Dépôt légal Bibliothèque nationale du Canada 2007.

Partir

sans laisser d’adresse _ L’an dernier, la Sûreté du Québec a reçu 1800 appels de détresse. De ce nombre, 150 ont nécessité une intervention majeure de recherche et sauvetage. Pourtant, impossible d’en connaître les coûts, ni même de déterminer les activités pratiquées par les personnes en détresse. Pire encore, les statistiques ne différencient pas les pratiquants de plein air aux évadés de prison ou aux personnes dépressives qui sont aussi l’objet de recherches en forêt.

avant de profiter de leurs installations. Cette simple mesure pourrait éviter les nombreux accidents dans ce sport qui sont causés à 80% par des erreurs humaines. De l’aveu même de la Sûreté du Québec, on connaît encore mal le portrait typique du Québécois égaré en pleine nature. Et les protocoles d’intervention sont mal adaptés : « Les Québécois sont plus aventureux qu’ailleurs. Nous les retrouvons parfois en dehors de notre zone habituelle de recherche », dit Alain Croteau, technicien en recherche pour les services d’urgence à la Sûreté du Québec.

Impossible donc de déterminer quels sont les sports et les endroits à risque dans la province. Personne ne recense les accidents qui surviennent. Difficile alors d’être en mesure de les prévenir : la plupart du temps, il faut un accident grave ou une enquête du coroner pour nous À ce « Québécois aventureux », le récréologue Daniel Gauvreau du Conseil éclairer. Le cas extraordinaire d’Aron Ralston – qui était parti en mai québécois du loisir lui ajoute « un manque de jugement face à des 2003 pour une journée de plein air dans les canyons de l’Utah et passa situations risquées » (voir notre texte en page 68). Sommes-nous donc six jours avec un bras emprisonné entre deux rochers pour finalement si téméraires? À ce point inconscients? Faisons plutôt le pari que nous manquons d’information pour connaître les le couper avec son canif mal aiguisé – aurait dangers du plein air. À ce « Québécois pourtant dû servir de leçon à tous.

aventureux »,

Sans formation obligatoire, n’importe qui Alors que les activités de plein air sont le récréologue Daniel peut louer une embarcation, se lancer dans plus populaires que jamais, on se demande la rivière de son choix et se retrouver devant pourquoi les autorités ne prennent pas plus Gauvreau lui ajoute un rapide imprévu… qui est pourtant bien sérieusement en compte les dangers qui « un manque de indiqué sur une carte! Sans l’expérience leurs sont associés. Pourquoi se préoccupe- jugement face à des nécessaire, une fin de semaine d’orientation t-on si peu d’améliorer cette situation? Au situations risquées ». peu vite se transformer en un mauvais Québec, le terrain de jeu est immense et plusieurs endroits sont accessibles sans inscription obligatoire. Cette épisode de « The Amazing Race ». Sans savoir combien coûte formalité permettrait pourtant aux secouristes d’avoir une idée du une opération de sauvetage, peu achètent une assurance privée trajet, des distances parcourues et des endroits à fouiller. Faute de ou s’inscrivent au service d’Air Médic (qui fait passer le coût données objectives, on ose imaginer qu’une telle option diminuerait le opérationnel de ce service de 7 000 $ de l’heure à 30 $). Sans connaître les conséquences possibles de nos bravades en nature, il est facile de se temps de réponse des interventions et pourrait sauver des vies. déresponsabiliser. Il est si tentant de surestimer ses capacités. Aron Ironiquement, même les destinations où il faut s’enregistrer sont peu Ralston qualifiait le canyon qui l’a piégé de « facile » et n’estimait pas sécuritaires. À titre d’exemple, n’importe qui peut obtenir une carte de la nécessaire de prévenir ses amis de son escapade. Partir sans laisser de Fédération québécoise de la montagne et de l’escalade qui donne accès traces peut parfois coûter beaucoup plus qu’on ose l’envisager… à de nombreux sites d’escalade extérieure. On remplit un formulaire, on Christian Lévesque, rédacteur en chef paye sa cotisation annuelle et le tour est joué. Il serait pourtant facile christian.levesque@espaces.qc.ca d’installer des lieux d’accréditation puisque chaque centre d’escalade intérieure de la province oblige ses membres à prouver leur compétence

8 _ ESPACES _ Mai 2008 _ www.espaces.qc.ca


reportage

sécurité en plein air

Sans une assurance pour les accidents, les services de secours peuvent coûter très cher quand vous sortez des sentiers battus… Vous ne le savez peut-être pas, mais les accidents qui surviennent en plein air peuvent vider votre portefeuille. Vaut mieux savoir quoi faire avant de partir… et contracter une bonne assurance ! _Mathieu-Robert Sauvé _ Anik Lauzon a bien mal choisi son endroit pour se blesser à la clavicule en motoquad durant l’été 2007 : une forêt au nord de SaintMichel-des-Saints. À la suite d’un appel de détresse, la jeune femme a été héliportée à l’hôpital de Joliette. La blessure était mineure, mais pas le montant réclamé par la compagnie AirMédic : 26 598 $. [NDLR : cette somme a été ajustée à 2659 $ après un reportage de l’émission La Facture, à Radio-Canada] Quand on part à l’aventure hors des sentiers battus, on ne compte que sur soi-même. Mais en cas d’accident, on peut facilement se retrouver dans de beaux draps. Parlez-en à cette skieuse montréalaise qui s’est perdue à Jay Peak (au Vermont) l’hiver dernier : elle devra rembourser une grande partie des 70 000 $ engagés dans son sauvetage. Heureuse d’être en vie, elle en sera quitte pour une nuit blanche dans le froid… et une nouvelle hypothèque sur sa maison! « Au Québec, certains coût des sauvetages sont de responsabilité municipale », explique le directeur de la Fédération québécoise de la montagne et de l’escalade (FQME), Steve Castonguay. Ainsi, quand la police, les pompiers ou d’autres services sont appelés, c’est à la ville concernée de payer. « Mais celle-ci peut refiler la facture à l’usager s’il n’est pas résident. Alors, vaut mieux avoir une bonne assurance! », lance-t-il. Quand une opération de plus grande envergure est nécessaire, c’est le groupe d’intervention de la Sûreté du Québec qui est appelé à la rescousse. Heureusement, les énormes frais d’une telle recherche sont assumés par la Sûreté du Québec. Pour éviter un réveil brutal dans un lit d’hôpital, Steve Castonguay recommande aux amateurs d’escalade de joindre la FQME ou un organisme affilié. En devenant membre, l’adhérent est assuré contre ce type de mésaventure, et une partie des coûts de l’évacuation est remboursée par la compagnie (généralement de 50 à 70 % de la

facture totale). « La Régie de l’assurance maladie du Québec couvre les soins médicaux que vous recevez dans un hôpital, mais pas les dépenses engagées pour le moyen de transport qui vous y conduit », rappelle Marc Lortie, porte-parole de l’organisme. C’est pourquoi il vaut mieux être assuré personnellement pour couvrir les frais. Mais l’assurance n’est pas que financière. La FQME, comme la plupart des fédérations québécoises de plein air, a publié des guides de

« La municipalité peut refiler la facture à l’usager s’il n’est pas résident. Alors, vaut mieux avoir une bonne assurance! », lance Steve Castonguay de la FQM sécurité comprenant les normes, exigences et procédures de sécurité qui permettent d’éviter aux aventuriers de se retrouver dans de fâcheuses positions. En canot-camping, le recueil fait la synthèse d’une trentaine d’années d’expertise en matière de sécurité nautique. « Le guide n’a pas force de loi, mais il donne aux adeptes des orientations claires sur les pratiques sécuritaires », mentionne Pierre Trudel, directeur général de la Fédération québécoise de canot et de kayak (FQCK). En plus de présenter les mesures de sécurité à appliquer dans le grand terrain de jeu que constitue le territoire québécois, on y indique, par exemple, quel doit être le ratio de participants pour chaque accompagnateur

68 _ ESPACES _ Mai 2008 _ www.espaces.qc.ca

pour une sortie en eau vive ou en lac. Il indique aussi les consignes de sauvetage et d’évacuation, qu’on soit en autonomie ou à l’intérieur d’un groupe organisé. Pour ce vieux routier du plein air, le canot et le kayak ne causent pas de très nombreux accidents, compte tenu du nombre élevé d’adeptes (les Québécois possèdent 244 000 canots, 12 000 kayaks de mer et 35 000 kayaks de rivière), mais il y a beaucoup de situations qui seraient « passées proches » de finir sur une mauvaise note. Selon lui, il s’agit habituellement de personnes qui croient être des pagayeurs expérimentés et qui s’attaquent à des projets démesurés. Ils réussissent à s’en sortir, mais surtout grâce à la chance! Le soir, autour du feu, ils racontent avec émotion comment ils sont « passés proche » d’y laisser leur peau… Une description que partage le récréologue Daniel Gauvreau, du Conseil québécois du loisir : « Le principal problème des amateurs de plein air, au Québec, c’est le manque de jugement face à des situations risquées ». Pour celui qui a orchestré la publication des guides de sécurité pour le compte de cinq fédérations de plein air du Québec (le vélo et la plongée subaquatique suivront bientôt), la faute repose majoritairement sur les victimes elles-mêmes : « Quand il y a des accidents, c’est généralement la victime qui a sous-estimé le niveau de difficulté de son projet. » L’exemple des noyades est probant : la plupart du temps, les personnes qui meurent ne portent pas leur vêtement de flottaison lorsque leur embarcation chavire. Deux décès de gens expérimentés ont secoué la Mauricie l’an dernier : Marc Lemay s’est noyé en pleine course de canots sur le Saint-Maurice, alors que Guy Tremblay a trouvé la mort lors d’un entraînement en vue de cette compétition. Ni l’un ni l’autre ne portait de VFI (veste de flottaison individuelle).

© Andreas Lamm

Le coût de notre imprudence


Série noire Escalade

Le 3 août 2002, les alpinistes Lucie Poirier et Jacques Veillette s’apprêtent à monter sur une plate-forme qu’ils ont fixée pour passer la nuit sur la paroi du Cap-Trinité, au Saguenay. Leur installation se rompt et le couple chute. Le lendemain, on constatera leur décès au bas de la falaise. Cet accident fatal est le dixième à survenir au Québec depuis 1990 durant des ascensions en montagne. Il s’est produit à peine un an après le décès d’Alexandre Adam, au mont Orford, le 9 juin 2001. Le jeune homme de 21 ans est mort après qu’une corde eut cédé, précipitant l’alpiniste dans le vide. Plus récemment, le 12 juin 2006, au parc du mont Wright, à Stoneham, la jeune Joanie Gilbert se tue au terme d’une chute de 17 mètres.

Plongée 

En plongée subaquatique, on a rapporté 14 noyades entre 1996 et 2002. La situation a poussé la Fédération québécoise à repenser l’ensemble de ses mesures de sécurité.

Eau vive

Le monde de l’eau vive n’a pas été épargné par les décès. En plein festival du rafting, en 2004, un homme de 49 ans, Réal Carbonneau, a fait un plongeon mortel dans la rivière Magog sous les yeux des promoteurs. Cette tragédie suivait le décès de Raphaël Bernier, 5 ans, survenu dans la rivière Nouvelle (en Gaspésie) un an plus tôt. Même les pagayeurs aguerris ont été touchés. L’an dernier, deux canoteurs ont trouvé la mort dans la rivière Saint-Maurice.

On se console

Tous ces morts sont bien sûr de trop. Mais le plein air n’affiche pas un si mauvais bilan quand on le compare à d’autres activités extérieures. Le bureau du coroner a rapporté, entre 1990 et 2004, 26 décès de skieurs québécois sur des pistes de ski alpin. Depuis, d’autres tragédies sont venues alourdir ce répertoire.

Le directeur général d’Aventure Écotourisme Québec (AEQ), Pierre Gaudreault, rappelle que l’étendue du territoire et la faible densité de population font de la province un endroit à risque, que ce soit sur des terres publiques ou dans des parcs nationaux. Lui aussi suggère aux amateurs de plein air d’engager l’une ou l’autre des 122 entreprises qu’il représente, car elles sont assurées contre les accidents. « Depuis quelques années, nous avons pris un virage à 180 degrés, côté sécurité. Aujourd’hui, chaque entreprise membre de notre regroupement est visitée et évaluée périodiquement. Si un membre ne respecte pas certaines conditions, il est exclu. » Cela dit, toute activité comporte des risques. Un randonneur de 53 ans est décédé lors d’une sortie de raquette au parc du mont Tremblant, le 22 décembre dernier. Victime d’un arrêt cardiaque, il est mort sous les yeux de son guide et du groupe parti de Montréal le matin de l’excursion. L’activité était organisée par une entreprise bien connue et membre de l’AEQ. « La responsabilité de notre organisme n’est pas en cause, se défend le porteparole de l’entreprise concernée qui préfère ne pas être identifié. Ce malaise

Depuis 2002, quatre personnes sont mortes au Québec en pratiquant l’escalade.

est des États-Unis), un enregistrement est obligatoire pour tout nouvel arrivant avant d’accéder aux pistes. Mais une telle surveillance coûte cher et demande une organisation que la FQME ne peut pas assurer seule, faute de moyens suffisants. La FQME maintient des droits d’accès à un réseau de 22 sites où se pratique l’escalade : du parc Dufresne (à Val David) à la dalle Edgen (au Saguenay), en passant par les sites de neuf parcs nationaux. Personne n’accède à ce réseau sans être membre de la Fédération. Mais cela est minime quand on sait que 75 autres parois sont régulièrement utilisées par les grimpeurs québécois, sans compter les centaines de sites non répertoriés. L’escalade est un sport qui gagne en popularité grâce à l’existence de près de 800 murs intérieurs qui attirent une nouvelle clientèle de tout âge et de toute condition physique. Mais plusieurs blessures surviennent quand on passe à l’extérieur, explique Steve Castonguay : « Les conditions ne sont pas les mêmes. Les intempéries, ainsi que la solidité du rocher et de la glace font que la technique, qui semble acquise sur des murs intérieurs, est beaucoup plus difficile à maîtriser en milieu naturel ». Pourtant, la FQME n’effectue aucune vérification des compétences des adeptes avant de leur remettre une carte de membre... suite du texte page 70

aurait pu lui arriver n’importe où ! » S’il est vrai qu’avant de prendre part à l’excursion, l’homme a rempli un formulaire de santé, un doute plane toujours sur la sécurité des usagers. Même la Sûreté du Québec classe ce décès accidentel comme « Information confidentielle » et refuse de répondre aux questions. Pourtant, dès qu’un accident mortel survient sur nos routes, tous ont accès aux noms et âges des victimes ainsi qu’aux circonstances de l’accident. Étrange qu’un tel manque de transparence s’installe lorsqu’on aborde les activités de plein air.

Drames évitables La sécurité des amateurs de plein air devrait donc être davantage prise en compte au Québec. Depuis 1990, une série noire d’incidents mortels a frappé les amateurs. Des drames sont survenus en canot, en rafting, en plongée subaquatique et dans d’autres activités. L’alpinisme n’y a pas échappé. Depuis 2002, quatre personnes sont mortes au Québec en pratiquant ce sport.

© Brian Finestone

Steve Castonguay, qui rédige actuellement à l’Université Laval une maîtrise en santé publique sur les accidents d’alpinisme survenus en Amérique du Nord entre 1976 et 2007, rappelle que 80 % de ceux-ci résultent de chutes et 20 % d’objets qui frappent la victime. La plupart des 76 incidents répertoriés, qui vont de la simple contusion à la chute mortelle, auraient pu être évités si les grimpeurs avaient mieux évalué les risques auxquels ils s’exposaient. Ailleurs, comme aux monts McKinley (en Alaska) ou Katahdin (au nordESPACES _ mai 2008 _ www.espaces.qc.ca _ 69


reportage

23 24 mai mai 2008 25 2008 Dynamique, Dynamique, passionné passionné

et et curieux curieux??

Devenez Devenez bénévole bénévole!!

Prix Prixde departicipation, participation,repas repas du du midi, midi,party party de de clôture clôture et et plus... plus...

festivalpleinair.ca festivalpleinair.ca benevole@espaces.qc.ca benevole@espaces.qc.ca/ /514-277-3477 514-277-3477#31 #31

présente présente

Besoin Besoin d’aventure d’aventure tt ??

Tentez Tentezun unparcours parcoursétonnant étonnant!!

festivalpleinair.ca festivalpleinair.ca ou ou514-277-3477 514-277-3477#34 #34

© Daniel Cardiff

présente présente

Dites-le à votre assureur ! Depuis 2001, les compagnies d’assurance en responsabilité civile ont resserré leurs critères d’admissibilité afin de mieux évaluer les risques. Les entreprises de plein air ont vu leurs primes atteindre des proportions démesurées (jusqu’à 30 000 $ par année pour une assurance responsabilité chez une agence de canot-camping, par exemple). Depuis, les fédérations ont obtenu des ententes collectives et ont pu en faire profiter leurs membres. Mais au Québec, assurer les organismes de plein air demeure une dépense majeure. Sur le plan individuel, les compagnies d’assurance-invalidité et d’assurance-vie demeurent craintives devant un client qui fait des activités de plein air. Dany Prasakis, directeur des ventes chez L’Excellence, une compagnie d’assurance-vie québécoise fondée dans les années 1960, dit que l’alpiniste et le plongeur subaquatique seront automatiquement exclus d’une police d’assurance-invalidité, de même que l’adepte de sports aériens (parachutisme, delta-plane) et d’eau vive. « Ce n’est même pas nous qui décidons de ces exclusions, mais les réassureurs avec qui nous faisons affaires, expliquet-il. Ce sont eux qui dictent les règles; nous les appliquons. » Pour l’assurance-vie, l’alpiniste, le plongeur et le canoteur pourront être couverts, à condition de le mentionner au moment de signer un contrat. L’élément fondamental : si vous ne déclarez pas vos activités, les réclamations seront refusées. « Il suffit de mentionner sur le questionnaire que vous faites du plein air, dit le porte-parole. Ça va coûter une surprime de 10 à 20 %, mais vous serez pleinement couvert », dit-il. Pour le canot, il est impossible de contrôler l’accès aux plans d’eau de la province. On procède donc par une approche incitative et par la formation, et on recommande d’engager des guides accrédités. Pierre Trudel rappelle toutefois qu’il ne faut pas alarmer la population. « C’est bien de parler sécurité, mais il ne faut pas exagérer les dangers du plein air. Je sais que certaines commissions scolaires s’opposent aux sorties en canot, sous prétexte que c’est un sport à risque. Cela prive des milliers de jeunes d’une

expérience formidable. Il faut changer cette perception. Pratiquer des activités de plein air dans un encadrement sécuritaire, c’est aussi très agréable ». Pour réduire les coûts de ses mésaventures en plein air, vaut donc mieux freiner ses désirs d’aventures... à moins d’avoir un bon assureur !

Que faire avant de partir ?  

Les amateurs de plein air qui prévoient effectuer une sortie en région éloignée doivent informer quelqu’un de leur destination, de l’itinéraire, du jour et de l’heure de retour qui a été prévu. Ils doivent aussi établir un plan d’urgence au cas où ils auraient besoin d’être évacués. S’ils ne possèdent pas de téléphone satellitaire, un émetteur à ondes courtes pourrait les aider à communiquer avec la Sûreté du Québec. Un appareil de GPS les localisera avec précision. La Fédération québécoise de la montagne et de l’escalade recommande à ses membres la prudence par une série de mesures : Choisir un parcours respectant l’habileté technique de chacun. Il importe aussi de bien vérifier l’état du matériel avant de partir. Acquérir une formation et des connaissances adéquates. Des cours d’escalade et de premiers soins doivent avoir été donnés par des personnes qualifiées. Posséder de l’équipement sécuritaire. Le matériel recommandé par les fédérations est homologué par l’Union internationale des associations d’alpinisme ou le Comité européen de normalisation. Être en santé et en bonne condition physique... et psychologique. La témérité augmente le niveau de risque ! Avoir la météo de son bord : annuler une sortie n’est pas un crime, surtout si on annonce des conditions météorologiques difficiles.


Pour ou contre L’IMPOSITION OBLIGATOIRE DES COMPENSATIONS DE CARBONE LORS DES VOYAGES EN AVION?

Certaines compagnies aériennes et agences de voyages proposent aux voyageurs de payer des compensations de carbone lors de leurs déplacements en avion. C’est le concept du pollueur-payeur. Tout fonctionne sur une base volontaire : devrait-on l’imposer à tous les passagers?

Pour

_ Nous pensons qu’il serait avantageux d’imposer la compensation obligatoire des émissions de gaz à effet de serre (GES) des vols en avion. Nous estimons d’ailleurs qu’à terme, toutes les émissions non évitables de GES devront être compensées. Autrement, le climat continuerait de se réchauffer inexorablement. L’imposition de mesures de compensation obligatoire qui s’appliqueraient uniquement aux vols en avion représente, malgré tout, une avancée considérable. Surtout si l’on considère que dans certains marchés, l’avion fait concurrence aux trains, ce qui entraîne une hausse ahurissante des émissions de GES. Nous pensons que l’imposition de cibles absolues de réduction des émissions de GES, comme ce qui est prévu dans le protocole de Kyoto, doit néanmoins être privilégiée. Nous pensons que des efforts importants de réduction des émissions doivent être faits, la compensation demeurant une mesure complémentaire intéressante puisqu’elle réduit davantage l’impact sur l’environnement. Plusieurs compagnies aériennes offrent déjà de compenser les émissions de GES attribuables à l’utilisation d’un siège dans leurs avions par la plantation d’arbres. L’imposition obligatoire des mesures de compensation permettrait d’établir une norme assurant la séquestration du carbone et non simplement la plantation de jeunes arbres, dont personne ne se préoccupe de la survie ou de leur utilisation finale. D’ailleurs, la plantation d’arbres n’est pas nécessairement la manière la plus adéquate de compenser les émissions de GES, par contre l’imposition de la compensation permettrait d’assurer la performance des mesures défrayées par les voyageurs. Nous estimons qu’un coût doit être imputé aux émissions de carbone, soit par une taxe, une bourse du carbone ou des mesures de compensation obligatoires qui semblent être privilégiées par les compagnies aériennes actuellement.

Contre

_ Imposer systématiquement des frais de crédits carbones aux voyageurs risque de réduire une pratique importante du tourisme responsable à un simple frais de service. Les méthodes pour neutraliser les émissions de carbone seraient inévitablement influencées (pour plusieurs compagnies) par le maintien des prix compétitifs au lieu de tenir compte de l’impact réel sur l’environnement. Les calculs utilisés pour déterminer les émissions de carbone reliées au transport aérien sont plus complexes que l’on pourrait imaginer. Expéditions Monde croit qu’il est essentiel que les voyageurs soient conscients que la simple neutralisation de la quantité de pétrole consommée par un vol n’est pas suffisante pour obtenir un résultat concret. Le calcul des incidences du transport aérien devrait aussi englober les émissions en haute altitude, ce qui fait une différence capitale dans les résultats finaux. Il faut savoir qu’il existe également plusieurs « faux » crédits. Les crédits d’énergies renouvelables doivent être en conformité avec les plus hautes normes internationales – comme le Gold Standard – et confirmés par une source indépendante. L’utilisation de demi-mesures, lors du calcul, combinées à un crédit carbone bon marché aura comme résultat une diminution considérable du prix final, mais surtout une diminution des bienfaits concrets sur les changements climatiques. Expéditions Monde encourage fortement ses voyageurs à neutraliser leur transport aérien, de même que nous le faisons pour l’ensemble de nos activités. Par contre, nous ne croyons pas qu’un impact important sera obtenu en imposant des crédits de carbone sans que le consommateur puisse le choisir consciemment.

Mathieu Castonguay Directeur général Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique

40000

Caroline Mongrain Responsable des communications Expéditions Monde

Le chiffre du mois

_ C’est le nombre de tonnes d’émissions de gaz à effet de serre (GES) qu’espère réduire l’entreprise de fidélisation Aéroplan cette année avec son nouveau programme de compensation carbone. Les membres inscrits peuvent désormais réduire l’impact de leurs voyages grâce à leurs miles de récompenses accumulés. La compagnie ajoutera 20% du total des miles échangés et transférera le montant final au Fonds de réduction de carbone, un organisme qui finance des projets de compensation. (www.carbonreductionfund.org)

86 _ ESPACES _ Mai 2008 _ www.espaces.qc.ca

© Stephen Strathdee

DERNIÈRE PAGE



Juin 2008 / Espaces