Issuu on Google+

SEL infos_n114 27/11/13 12:23 Page1

Informations Décembre 2013

Faites-leur aussi un cad'EAU ! 6

« On entre dans un havre de paix » 11

Journal de bord d'un déléguée du SEL

Trimestriel 2013/12 - N°114

16

C’est l'eau que nous buvons !

www.selfrance.org

Une action chrétienne dans un monde en détresse


SEL infos_n114 27/11/13 12:23 Page2

ÉD ITORI AL

Membre du Conseil d'Administration du SEL

SOMMAIRE P2 : Editorial. Questions à Patrick Guiborat P3 : Dossier projets de développement : Pourquoi faisons-nous des cadeaux ? « Sans le savoir, on buvait aussi les urines et les excréments des reptiles ! » Faites un cad'EAU à une famille ou un village P9 : Ticket-Repas : Mieux se nourrir pour mieux guérir p10 : 101 idées cadeaux : Partagez Noël ici et... là-bas p11 : Parrainage : « On entre dans un havre de paix » C'est arrivé ! Kwamé a un parrain ! P15 : Nouvelles p16 : La page est à vous : Journal de bord d'une déléguée du SEL p17 : Défi Michée : « Prendre la corruption par les cornes » p18 : Artisanat SEL fête ses 30 ans ! P19 : Ils ont quelque chose à partager avec vous...

2

Questions à Patrick Guiborat, Directeur général du SEL

2013 s’achève, quel bilan pouvez-vous faire de cette année ? Comme tous les ans à pareille époque, vous découvrirez « L’essentiel du rapport financier » à fin mars. Nous sommes très reconnaissants pour les 8.284 enfants parrainés, pour la centaine de projets financés dont 31 Ticket-Repas, et pour neuf interventions d’urgence. Même si les dons sont globalement en baisse de 1% (hors legs et assurance-vie), le parrainage et les projets de développement communautaire sont en hausse, et les fonds versés sur le terrain ont malgré tout augmenté. Au nom de nos partenaires chrétiens, nous vous remercions donc pour ce précieux soutien : ils peuvent ainsi être sel et lumière au milieu d’un monde parfois bien sombre. Le SEL informations nous parle à nouveau des problèmes d’accès à l’eau, ces besoins sont-ils toujours croissants ? Il y a des progrès sans précédent, puisque

cette cible 7C des Objectifs du Millénaire pour le Développement devrait être globalement atteinte, à savoir réduire de moitié pour 2015 (base 1990) le pourcentage de la population qui n’a pas accès à un approvisionnement en eau potable. Il ne reste donc plus « que » près de 800 millions de personnes, surtout dans les zones rurales et 40% en Afrique subsaharienne, qui n’ont même pas accès à une source d’eau améliorée. Cette réussite est néanmoins atténuée par le fait que ces sources améliorées ont un degré de potabilité variable. L’eau, cadeau de Dieu indispensable à la vie, tue donc encore beaucoup trop. Par le Cad’EAU que nous vous invitons à faire, Noël pourra revêtir un sens tout particulier pour des personnes sans accès à de l’eau potable, qui est elle aussi un signe de l’eau éternelle que Dieu peut donner (Jean 4).

Partenaires du SEL Le Défi Michée veut mobiliser les chrétiens contre l’extrême pauvreté, notamment en les encourageant à interpeller les gouvernants au sujet de leur engagement pris en 2000 de réduire l’extrême pauvreté de moitié d’ici 2015 (Objectifs du Millénaire pour le Développement). Depuis 1983, ARTISANAT SEL s’inscrit dans une démarche de commerce équitable pour permettre à des femmes et des hommes de vivre dignement de leur travail par l’échange économique. Distincte du SEL, l’association agréée entreprise solidaire fait vivre aujourd’hui plusieurs milliers d’artisans et de producteurs à travers le monde. Les dons faits au SEL vous permettent de recevoir un reçu fiscal donnant droit à une réduction d’impôts (66%, ou 75% aux Ticket-Repas, ou 60% pour une entreprise) ; vous pouvez aussi nommer le SEL bénéficiaire d’une assurance vie. De plus, par le compte abrité à la Fondation du Protestantisme (47 rue de Clichy, 75311 Paris cedex 09), vous pouvez attribuer un legs à cette Fondation (en mentionnant « pour le SEL ») ou, pour la déduction ISF, en lui envoyant un chèque à son ordre et à son adresse, et en mentionnant au verso « pour le SEL ». Une action chrétienne dans un monde en détresse Le SEL est une association protestante de solidarité internationale qui fonde son action sur une vision responsable de l’engagement chrétien en vue de réduire la pauvreté dans les pays en développement. Les actions Vous recevez peut-être pour la première Association Service d’Entraide qu’il entreprend visent à améliofois notre journal. Si vous souhaitez être et de Liaison rer les conditions de vie de pertenus au courant de nos activités, vous 157 rue des Blains - 92220 BAGNEUX sonnes et de populations en pouvez vous abonner au prix indiqué cisituations de pauvreté, dans une Tél. 01 45 36 41 51 - Fax 01 46 16 20 86 dessous. perspective d’autonomie. Si vous ne souhaitez pas recevoir notre contact@selfrance.org

A NOS NOUVEAUX LECTEURS

Créé par l'Alliance Evangélique Française en 1980, le SEL déploie des activités basées sur l'enseignement biblique qui associe la Parole et les actes afin de transmettre l'amour de Dieu. C’est pourquoi le SEL travaille en partenariat avec des organisations chrétiennes locales, responsables des projets qu’elles élaborent et mettent elles-mêmes en œuvre. Le SEL mène une action humanitaire : le financement qu’il octroie à ses partenaires s’inscrit donc dans ce cadre ; ceux-ci déploient leur action au-delà des différences de religion, d’opinions politiques ou d’origines ethniques et en prenant en compte l’ensemble des besoins physiques, économiques et spirituels des bénéficiaires finaux. © photos : SEL (sauf mention)

journal, dites-le-nous en renvoyant votre étiquette. Nous ne voudrions pas vous importuner davantage. Conformément à l’article 27 de la loi du 6 janvier 1978, vous disposez d’un droit d’accès et de rectification aux données vous concernant dans nos fichiers.

Artisanat-SEL BP 21002 - 45701 Villemandeur Tél. 02 38 89 21 00 - Fax 02 38 85 14 09 contact@artisanatsel.com www.artisanatsel.com 

Dons uniquement : IBAN : FR57 2004 1000 0100 0195 5F02 034 BIC : PSSTFRPPPAR Parrainage et Ticket-Repas : IBAN - FR34 2004 1000 0113 7110 9S02 033 BIC - PSSTFRPPPAR

Mise en page : J. Maré Impression : IMEAF Tél. 04 75 90 20 70 CPPAP N°1116H80951 (30/11/2016)

N°ISSN 1145-2269 Prix du n° : 1 € Abonnement : 4 € Abonnement de soutien : 20 €

Directeurs de la publication : Claude Grandjean et Patrick Guiborat Responsable de la rédaction : Nathalie Dobozy Sécrétariat de rédaction : Rachel Colosimo Comité de Rédaction : Rachel Colosimo, Nathalie Dobozy, Patrick Guiborat, Ann Hatava, Daniel Hillion, Véronique Lavoué, Thierry Seewald, Yves Turquais

SEL PROJETS BELGIQUE

SEL SUISSE ROMANDE

243 route Provinciale - 1301 BIERGES Tél. / Fax (010) 65.08.51 Compte FORTIS : 001-2133930-06 avec la mention DON

E-mail : sel@each.ch Compte bancaire : Banque COOP CH 413585.300070-9

Imprimé sur papier 100 % recyclé

Genèse 2:6 De l’eau se mit à sourdre et à irriguer toute la surface du sol. Genèse 6:17 Et moi, je vais faire venir le déluge d’eau sur la terre pour détruire, sous le ciel, tout être animé de vie. Tout ce qui est sur la terre périra. Au moment où j’écris ces lignes on annonce l’arrivée du terrible Typhon aux Philippines, avec de fortes pluies et des vents très violents. Cette image de nature destructrice est en contradiction avec celle d’un Dieu créateur qui irrigue la terre grâces aux sources et aux torrents. «  Et Dieu vit que cela était bon !». Notre besoin en eau est vital. Pour étancher notre soif, pour nos besoins domestiques mais aussi pour faire vivre et grandir une nature qui nous offrira ensuite de quoi nous nourrir. Nous attendons l’eau parfois longtemps mais parfois c’est aussi sous forme de déluge torrentiel qu’elle nous parvient. Elle ne nous permet plus alors de récolter le fruit de nos semences mais au contraire détruit tout. C’est d’autant plus vrai en Afrique. L’une de nos préoccupations au SEL est justement d’aider les populations là-bas à avoir accès à de l’eau pour la culture et pour la vie quotidienne. Mais surtout de donner accès à une eau propre pour diminuer les maladies hydriques, cause de tant de décès ! Dans certains pays, comme en RD Congo, il suffira d’aménager une source, même loin du village. Dans d’autres, accéder à l’eau potable sera plus complexe : il faudra creuser un puits ou faire un forage profond. Dans tous les cas, ces besoins nécessitent un investissement financier assez lourd. Que pouvons-nous faire ? Surtout ne pas rester les bras ballants. Le SEL ne peut rien faire si les lecteurs de cette revue ne s’impliquent pas. En cette période de Noël où nous offrons beaucoup à ceux que nous aimons, peutêtre pourrions-nous offrir quelque chose d’aussi vital que l’accès à l’eau à une famille, là-bas, en Afrique francophone. Que Dieu vous bénisse et vous inspire en cette fin d’année, période de cad’EAUX. G.Klopfenstein


SEL infos_n114 27/11/13 12:23 Page3

Imprimé sur papier 100 % recyclé

PROJETS DE DÉVELOPPEMENT

Pourquoi faisons-nous des cadeaux ? Pour certains la réponse paraîtra évidente : par amour tout simplement ! Mais d’autres admettront que c’est parfois par simple habitude : à Noël (ou pour un anniversaire), il faut faire des cadeaux (même si l’on n’en a pas toujours envie ou que l’on a du mal à trouver des idées). L’essentiel reste cependant de faire plaisir et de marquer notre affection à ceux que nous aimons par un geste concret.

U

n cadeau, normalement, c’est gratuit ou ça devrait l’être. Personne ne vous demandera de payer le cadeau qu’il vous fait ! Quand on y réfléchit, cependant, on se rend compte que les choses sont un peu plus complexes  : tous les cadeaux ne sont pas sans arrièrepensées. Un cadeau peut être un moyen de se concilier la faveur

de quelqu’un ou appeler un cadeau en retour (on parle de «  don  » et de «  contre-don  »), voire être un moyen de fausser la justice (le pot-de-vin). Les cadeaux de Noël eux-mêmes s’inscrivent souvent aujourd’hui dans une logique douteuse, extrêmement commerciale : cette fête de la grâce (et donc de la

gratuité) semble être devenue un prétexte à davantage de consommation. Cela ne risquet-il pas de faire perdre son sens à nos cadeaux  ? Certains chrétiens choisiront peut-être, dans ces conditions, de renoncer totalement à échanger des cadeaux à l’occasion de Noël. Après tout, il n’y a rien là d’indispensable.

3


SEL infos_n114 27/11/13 12:23 Page4

PROJETS DE DÉVELOPPEMENT

Mais il y a peut-être aussi moyen de vivre cette fête dans une autre logique. En premier lieu, Noël pourrait être une occasion particulière pour se souvenir du cadeau que Dieu a fait aux humains. Il a donné son Fils qui s’est incarné pour nous les hommes et pour notre salut. Noël est une fête de la grâce et de la joie  : aujourd’hui dans la ville de David, il vous est né un Sauveur qui est le Christ, le Seigneur  ! Et si Noël était d’abord et avant tout un temps pour se souvenir de JésusChrist ? Il est le cadeau de Dieu et la source de la vie, de la satisfaction de nos besoins essentiels. En second lieu, Noël peut être l’occasion de nous décentrer de nous-mêmes en nous ouvrant aux autres. A nos proches bien-sûr, mais pourquoi ne pas regarder plus loin ? Nous pourrions élargir la notion de cadeau, en y ajoutant celles du partage, de l’accueil et de la solidarité. Et si Noël était l’occasion de faire un pas vers des personnes isolées (de notre Donner l'accès à l'eau à une population peut être une Église ou de notre voisinage)  ? Ou encore de nous souvenir des très belle manière de partager Noël. pauvres ? Le SEL veut mettre l’accent, en cette période de fêtes, et qu’il a donné aux humains en Et comme le SEL travaille en parsur l’accès à l’eau qui est encore leur confiant la gestion de la terre. tenariat avec des organisations un problème pour des Ceci implique que nous chrétiennes locales dans des pays centaines de millions nous organisions de telle en développement, votre cadeau Et si Noël manière que chacun permettra de renforcer le témoide personnes dans le était monde. puisse en profiter pour gnage de ceux qui, sur place, veul’occasion ses besoins essentiels : lent vivre dans la lumière de Celui La Bible parle de Dieu boire, se laver, vivre dans qui est venu à Noël. de nous comme de « celui qui de bonnes conditions Daniel Hillion Responsable des Relations Publiques a fait le ciel, la terre, d’hygiène et de santé. souvenir la mer et les sources des Retrouvez les projets d’eaux  » (Apocalypse Et si Noël était un temps pauvres ? 14.7). L’eau est une pour penser à notre prode développement dans création de Dieu qui chain en nous montrant les domaines de l'eau et s’en sert pour entretenir la vie. solidaires de ceux qui manquent de l'assainissement sur Pas de doute : l’eau est un cadeau, d’eau potable, leur faisant ainsi www.selfrance.org un bien que Dieu destine à tous un beau cadeau (ou cad’eau ?) ? 4


SEL infos_n114 27/11/13 12:23 Page5

PROJETS DE DÉVELOPPEMENT

« Sans le savoir, on buvait aussi les urines et les excréments des reptiles ! » Marceline, Paul, Marie-Thérèse ou encore Alphonsine, buvaient une eau insalubre qui affectait leur vie quotidienne et les rendait malades. La source de leur village n’était à cette époque, pas encore aménagée. Voici leurs témoignages. «  Avant ce projet, nous étions dans une situation « Avant le projet, nous buvions l’eau de notre rivière Nkoko, une eau impure, polluée et nuisible à la santé car il y a toujours, en amont de la rivière, des gens qui font la lessive, la vaisselle et qui utilisent des pesticides pour la pêche, [on y retrouve aussi] les matières fécales des bœufs alors qu’en aval, les gens puisent cette eau. Comme conséquence, la santé humaine est constamment menacée. » M. Paul M.M.

« Avant le début du programme, nous vivions dans une situation très laborieuse dans notre localité en raison de la difficulté pour puiser de l’eau potable. Il faut aller chercher l’eau à la rivière. Des fois, ce sont les hommes qui se lavent en amont et les femmes qui puisent l’eau de boisson en aval. D’autres fois, certaines femmes lavent les habits et font la vaisselle en amont pendant qu’en aval, d’autres femmes puisent l’eau de boisson. Nous avons beaucoup souffert de la verminose, amibiase, bilharziose et de toutes sortes de maux dont la contagion se fait par l’eau de boisson. » Mme Alphonsine W. V.

assez dramatique et vraiment douloureuse. Dans notre village, la source était non aménagée. Elle était couverte de feuilles et de branches qui empêchaient l’accès au trou d’où jaillissait l’eau. Cet endroit était devenu le sanctuaire de reptiles qui se reproduisaient dans le milieu. Donc, sans le savoir, on buvait aussi les urines et excréments de ces êtres vivants. Ensuite, plusieurs personnes souffraient de maladies liées à l’ e a u n o n potable dans notre centre de santé.  » Mme Marceline K.B.

« Dans notre village, nous avions une source non entretenue. Un ruisseau est là mais il tarie en saison sèche. Le débit de la source était très lent et les femmes et les enfants mettaient de 30 à 50 minutes pour puiser 25 litres. » Mme Marie-Thérèse K.

Depuis, la source de leur village a été aménagée. Leur quotidien en a été transformé. C’est un projet similaire à celui-ci que le SEL Informations souhaite vous présenter dans les pages suivantes. 5


SEL infos_n114 27/11/13 12:24 Page6

U f A e n u E à ’ d a n u c s e Fait Là-bas, en RD Congo, l’eau peut être un véritable fléau :  l’eau indispensable à la vie, peut donner aussi la mort. Là-bas, grâce à votre soutien, notre partenaire chrétienne, l’ONG AVOLAR peut éviter  à 20 villages, soit environ 1 200 familles de subir ce danger… 

L’eau : une évidence ici, un cad’eau là-bas L’eau est indispensable pour : se laver les dents, tirer la chasse d’eau, préparer son café ou thé du matin, se laver les mains, faire cuire les pâtes, laver la vaisselle, nos habits, prendre une douche etc.

D’après Eau-France, nous avons besoin de 3 litres d’eau par jour et par personne pour survivre et nous en consommons en moyenne 150 litres par jour et par personne dans les pays du Nord, soit 600 litres pour une famille de 4 personnes.

Imaginez votre journée si l’eau que vous consommez ne coulait pas du robinet mais d’une source ou d’une rivière située à 500 mètres ou plus de votre habitation, qu’il faille la ramener dans des bidons de 25 litres et qu’elle ne soit pas salubre...

Le projet là-bas Dans les villages du secteur de Boko, en RD Congo, ce n’est pas tant la disponibilité de l’eau qui pose problème mais sa salubrité.

peuvent limiter la propagation de maladies hydriques. Des comités de suivi et d’entretien sont mis en place dans les villages pour veiller au bon entretien des sources aménagées (couCe n’est per les herbes autour des pas tant la sources, vérifier que l’eau disponibilité ne stagne pas au pied de de l’eau la source). Enfin, une personne par village est forqui pose mée pour réparer les problème dommages pouvant surmais sa venir sur la source amésalubrité. nagée.

Le manque d’aménagement des sources pousse les villageois à puiser l’eau dans les rivières où l’on se lave, fait la lessive et où les bœufs font leurs besoins.

Notre partenaire, l’AVOLAR, a à cœur d’améliorer le quotidien de la communauté locale en aménageant les sources de 20 villages de ce secteur. La population est impliquée à chaque étape de la réalisation du projet. Dans chaque village, le comité villageois est sollicité afin de mobiliser les habitants. Leur participation consiste à ramasser moellons, sable, gravier et caillasse et à les transporter du lieu d’extraction à la source. Femmes, enfants et hommes participent à cette action commune ce qui renforce la cohésion sociale du village.

Des formations à l’hygiène sont dispensées à la population afin d’enseigner les gestes simples qui 6

Les bénéfices que retire la population de ce projet sont nombreux. En plus d’apporter une eau salubre et de sensibiliser la population à l’hygiène, il amène les habitants à réfléchir ensemble à l’aménagement de leur village et aux actions qu’ils peuvent mettre en place pour améliorer leurs conditions de vie.


SEL infos_n114 27/11/13 12:24 Page7

! e g la il v n u u o le il m fa e

Soutenez ! t e j o r p ce

Le partenaire « Cette situation nous a bouleversés et nous avons voulu agir ! » C’est ce que déclare dans son interview, Elvis Mbiya Tekadiomona, secrétaire général de l’AVOLAR (l’Association de Volontaires pour l’Autopromotion Rurale).

PARTAGEZ NOËL LÀ-BAS : Avec Permettre à des hommes et des femmes de boire une eau pure : la mission que s'est donnée l'Avolar.

SEL  : Quelle est la mission de l’AVOLAR ? EMT  : L’AVOLAR a été créée en 1992 par un groupe de chrétiens. La mission de l’association est d’accompagner les communautés rurales dans l’amélioration de leurs conditions de vie. Nous menons des projets dans les domaines de l’agriculture, de la santé, de l’eau et de la prise en charge d’enfants vulnérables. SEL  : Comment est né ce projet d’aménagement des sources ? EMT  : Vous savez, les conditions de vie dans les villages en Afrique sont dramatiques. Souvent, ils se trouvent près d’un cours d’eau où les populations vont puiser de l’eau à boire. Mais, en amont du cours d’eau, les gens font la lessive, la vaisselle ou encore leurs besoins ; alors qu’en aval, les autres puisent de l’eau de boisson. On constate un très grand nombre de maladies liées à l’eau dans les centres de santé de la région. Cette situation nous a bouleversés

et nous avons voulu agir sur les causes et permettre aux populations d’avoir une source aménagée dans leur village. SEL  : Vous avez déjà aménagé 20 sources dans un autre district l’année dernière. Quels changements avez-vous pu observer ? EMT : Il n’y a pas de changement spectaculaire pour ainsi dire mais nous avons été heureux de constater une diminution sensible des cas de maladies hydriques enregistrés dans les centres de santé. Cela améliore le quotidien des familles qui peuvent ainsi diminuer leurs dépenses de santé. Vous savez, en moyenne, une source aménagée permet d’améliorer le quotidien de 500 personnes. Vous pouvez soutenir ce projet via le coupon joint à ce numéro. Pour obtenir plus d’éléments sur les projets eau, rendezvous sur www.selfrance.org

offrez à une famille l'accès à une source d'eau potable. (soit environ 5€ après réduction d'impôts)

Avec offrez à un village les outils pour aménager une source. (soit environ 13€ après réduction d'impôts)

Avec offrez une formation de maintenance, financez la mise en place d'un comité de gestion de la source ainsi que des séances de sensibilisation à l'hygiène pour les habitants (soit environ 36€ après réduction d'impôts)

NB : Vous pouvez faire un don via le coupon joint à ce numéro. 7


SEL infos_n114 27/11/13 12:24 Page8

TICKET-REPAS

Mieux se nourrir pour mieux guérir Monsieur G est atteint du VIH/sida. Sa femme l’a abandonné, lui laissant à charge leurs deux enfants. Faible, avec un état de santé fortement dégradé, il supportait mal les effets secondaires du traitement antirétroviral qu’il suivait. Dans cette situation difficile, s’alimenter était devenu presqu’impossible ce qui l’affaiblissait davantage… Un cas parmi tant d’autres Le cas de Monsieur G n’est pas exceptionnel. En fait, c’est le lot de beaucoup de malades du VIH/sida. Rejetés par leur famille, ils se trouvent démunis de tout soutien psychologique et affectif pour faire face à la maladie. Stigmatisés par la société, ils perdent souvent leur travail et se retrouvent pris dans un cercle vicieux où ils n’ont plus les moyens de se nourrir ce qui les affaiblit et les empêche de supporter leur traitement.

Un soutien nutritionnel et plus encore Depuis 2002, l’hôpital Bethesda, partenaire local du SEL au Bénin, s’est engagé dans la lutte contre le VIH/sida. Ayant à cœur d’aider les personnes vulnérables atteintes par cette maladie, ils ont mis en place un service de prise en charge médicale des personnes vivant avec le VIH/sida. Cet accompagnement ne se limite pas à l’aspect médical. Les patients sont aussi suivis sur le plan spirituel et social.

Voyant à quel point l’alimentation joue un rôle important dans le traitement de la maladie, l’hôpital Bethesda a rapidement mis en place une distribution de nourriture pour aider les malades à supporter le traitement antirétroviral. Ainsi, les malades reçoivent, deux fois par mois, un kit alimentaire constitué de maïs, riz, soja et farine de moringa. Des séances d’éducation nutritionnelle enseignent aux participants à diversifier leur alimentation en y incorporant des aliments riches en protéines et vitamines.

Les visages des bénéficiaires de ce Ticket-Repas ont été floutées afin de préserver leur anonymat.

8

En plus d’une aide sur le plan nutritionnel, le service de prise en charge des PVVIH (personnes vivant avec le VIH) accompagne les bénéficiaires sur le plan social, notamment en les aidant à restaurer des relations familiales brisées (dans le cas du rejet du malade par sa famille) et en encourageant l’entourage à ne pas stigmatiser leur proche. Ce service intervient également auprès des employeurs dans le cas de licencie-


SEL infos_n114 27/11/13 12:24 Page9

TICKET-REPAS

ment en raison de la maladie de l’employé. L’action de notre partenaire est particulièrement intéressante et pertinente car elle considère le malade dans sa globalité. Elle prend en compte l’aspect physique mais aussi social et spirituel des bénéficiaires. C’est primordial dans le traitement de la maladie lorsqu’on sait à quel point le bienêtre mental d’un malade peut l’aider à lutter contre la maladie.

Il est important pour les bénéficiaires d'apprendre à diversifier leur alimentation.

En 2011, l’ONU recensait environ Bethesda à Cotonou, Monsieur 34 millions de personnes vivant G. a pu bénéficier d’une aide nuavec le VIH dans le monde. tritionnelle. Il a repris des forces Ce programme prend en charge et a pu supporter la phase d’adapSouvent stigmatisées par leur 30 personnes pour une environnement, les personnes tation aux antirétrodurée d’environ 6 mois. vulnérables atteintes du VIH viraux. Après une péL’alimentation riode se retrouvent seules et sans de six mois et Une fois cette étape de joue un rôle moyens pour faire face à cette grâce à un accompaimportant réhabilitation nutritionmaladie. gnement personnalisé, nelle passée, l’hôpital dans le il a commencé une Bethesda propose aux traitement Au Bénin, le nombre de peractivité génératrice de patients sous traitement, sonnes (adultes et enfants) inrevenus et subvient de la maladie désormais à ses becapables de s’auto-alifectées par le VIH/sida était menter correctement estimé à 61 000 en 2011. Dans soins et à ceux de ses et ayant un projet professionnel, deux enfants. Le service d’assistance les faits, les personnes atteintes de les assister dans leur réinté- sociale de l’hôpital Bethesda a se trouvent fragilisées et ont gration sociale par le biais de mi- constitué un dossier d’exonération du mal à garder leur travail crocrédits les aidant à lancer une des frais de scolarité de ses car elles tombent souvent maactivité génératrice de revenus. lades. De plus, elles sont souvent enfants. Monsieur G. peut donc rejetées par leur communauté utiliser ses revenus pour les Ainsi Madame Q., veuve de 50 ans besoins de base de sa famille. et leur famille. abandonnée par ses enfants, a commencé à exercer une activité génératrice de revenus grâce à un microcrédit de l’ONG Bethesda après avoir récupéré sur le plan Le SEL désire soutenir cette action en créant un projet Ticnutritionnel. Les visites à domicile ket-Repas. Par votre soutien régulier mensuel de 16€, (4€ de l’assistante sociale de l’hôpital après réduction d'impôts) vous pouvez contribuer au volet de ont permis de la réconcilier avec réhabilitation nutritionnelle (distribution de vivres et séances sa famille. d’éducation nutritionnelle) de ce projet et aider les bénéficiaires à retrouver dignité et autonomie. Nous avons besoin de Un vrai changement dans la l’engagement de 51 personnes pour financer ce projet.

Préparer la réintégration des patients

Seulement 16 € par mois

vie de Monsieur G. Avec l’aide du service de prise en charge des personnes vivant avec le VIH/sida de l’hôpital

Engagez-vous pour ce Ticket-Repas sur : www.selfrance.org ou via le bulletin de souscription présent au centre du magazine. 9


SEL infos_n114 27/11/13 12:24 Page10

1 0 1 ID ÉES CAD EAU X

Partagez Noël ici et… là-bas Un chèque pour Jérémie ? Un parfum pour Mamie ? Et pour Maman ? Vous êtes à court d’idées : consultez vite www.101ideescadeaux.fr Noël arrive, et avec lui, le temps des cadeaux. Vous manquez peutêtre d’idées, vous ne voyez vraiment pas quoi offrir à un ado, à votre grand-mère ou à un ami ?  Pour vous aider à faire votre liste de cadeaux, Progressif Média a mis en place le site www.101ideescadeaux.fr qui recueille 101 idées cadeaux proposées par des éditeurs, des artistes, des titres de presse…  

Vous y trouverez aussi des cadeaux à faire soi-même. Cette idée originale et innovante est certes utile ici, mais pas seulement… Elle aussi l’occasion de rappeler qu’il est possible de partager un peu de notre Noël avec celles et ceux qui vivent des situations de détresse. 3 occasions d’agir avec le SEL sont proposées. Merci à toute l’équipe de

Progressif Media qui a souhaité mettre cette initiative au bénéfice des partenaires du SEL. Merci à toutes celles et ceux qui ont souhaité aussi faire connaître le SEL en retour. Vous aussi, partagez, likez, transmettez ce site autour de vous : plus que quelques semaines pour faire le buzz !

www.101ideescadeaux.fr 10


SEL infos_n114 27/11/13 12:24 Page11

PARRAINAGE D'ENFANTS

« On entre dans un havre de paix » Patrick Guiborat, Directeur Général du SEL a passé 3 jours dans des centres d'accueil d'enfants parrainés en Haïti. Quelle a été votre impression générale en arrivant dans les centres ? Lorsqu’on arrive dans un centre d’accueil, on a vraiment l’impression d’entrer dans un havre de paix, un endroit protégé du monde alentour. Les adultes de l’équipe sont là pour s’occuper des enfants, les suivre, les accueillir. En fait, les enfants sont comme immergés dans une grande famille. Que pouvez-vous nous dire de votre rencontre avec les enfants ? Il y a d’abord une certaine timidité mais qui s’efface assez vite. Ce sont des enfants vivants, joyeux, parfois espiègles. On a du mal à s’imaginer que ces enfants vivent encore dans des conditions très difficiles. On peut voir qu’ils se sentent bien au centre d’accueil. Pour les plus âgés, je les sens plus impliqués, plus conscients de leurs responsabilités, formant souvent le noyau d’un groupe de jeunes de l’Eglise. Quels sont les défis les plus difficiles auxquels l’équipe du centre doit faire face ? Ce qu’ils m’ont dit c’est que le plus difficile pour eux reste

11

Rencontre avec les enfants d'un centre d'accueil

le suivi méticuleux de chaque enfant, notamment pour les plus vulnérables. C’est aussi le point fort du programme de Compassion et l’équipe a vraiment à cœur de bien accomplir cette mission. Mais c’est vrai que cela représente beaucoup de travail. J’ai pu voir les dossiers volumineux des enfants parrainés qui montrent à quel point ce travail est sérieux et minutieux. Un autre défi important est celui du contexte difficile dans lequel

vit l’enfant et sa famille, ce qui rend d’autant plus valable le travail accompli pour libérer l’enfant de la pauvreté. Comment les centres d’accueil de Compassion sont-ils perçus par les familles et dans la localité ? Pour les familles, le parrainage est très positif, non seulement pour l’enfant parrainé lui-même mais aussi pour les autres membres de la famille. Il faut dire que le programme de Compassion intègre les parents qui sont rencontrés périodiquement et sollicités pour des cours sur l’éducation, l’hygiène, etc. Et l’aide de Compassion, grâce aux parrains, s’étend souvent

11 CENTRÉ SUR CHRIST – POUR L’ENFANT – EN COLLABORATION AVEC L’ÉGLISE


SEL infos_n114 27/11/13 12:24 Page12

PARRAINAGE D'ENFANTS

aux familles par des projets complémentaires. Par ailleurs, les pasteurs que j’ai rencontrés ont de leur côté une grande estime pour le travail de Compassion qui est perçu comme un appui à leur ministère dont le développement de l’enfant fait partie dans ses aspects éducatif, médical et spirituel.

Reste-t-il encore beaucoup à faire au niveau du parrainage ? Il y a environ 75  000 enfants parrainés par Compassion Haïti, c’est beaucoup et bien peu à la fois ! Haïti compte près de 10 millions d’habitants et 35 % de la population a moins de 15 ans : le champ de progression est donc énorme. Particulièrement, il reste encore beaucoup à faire au niveau de l’environnement de l’enfant. Com-

12

passion Haïti essaye d’améliorer leur vie quotidienne autant qu’il le peut : par exemple, il est prévu que l’ensemble des centres d’accueil soient entièrement alimentés en eau potable d’ici quelques années. Nous y participons grâce au parrainage plus. Avez-vous rencontré d’anciens enfants parrainés qui ont envie de rester en Haïti pour reconstruire le pays et non pas d’émigrer comme beaucoup ? J’ai passé une soirée avec quatre étudiants qui avaient été parrainés et qui suivent désormais des études dans différents domaines. Ils avaient tous un objectif commun : choisir un métier qui leur permettra par la suite de s’investir dans leur pays. L’un d’entre eux va retourner dans son Église d’origine, dans un contexte extrêmement pauvre, pour y développer diverses activités. Un autre souhaite retourner sur son île, la Gonave, pour s’investir dans un centre social. Un autre après avoir fini ses études, est parti à l’étranger puis est revenu en Haïti pour mener des projets d’eau potable. Oui, pour beaucoup d'entre eux, il y a une volonté délibérée de mettre leurs compétences au service de leur pays malgré l’énorme pression pour partir à l’étranger.

enfant haïtien et dans la vie de son pays ? Dans l’immédiat, il part à l’opposé d’une vie fragile et misérable ! Et puis progressivement, grâce à un programme de parrainage adapté et persévérant, se met en place un quadruple impact dans la durée : dans la vie de l’enfant, dans sa famille, autour de lui, mais aussi dans l’Eglise locale dont l’action auprès des plus vulnérables est renforcée. Et j’en ajouterai un 5ème : l’impact pour le parrain qui est partie prenante dans la transformation de la vie de cet enfant. J’ajouterai aussi cette spécificité, c’est que le changement de mentalité est au cœur du programme de parrainage d’enfants : non seulement aller à l’encontre d’une mentalité de fatalisme si présente en Haïti mais aussi apporter l’espérance que seule Dieu peut donner. Qu’est-ce qui marque le plus quand on visite des centres de parrainage en Haïti ? Qu’est-ce que vous auriez envie de communiquer à nos lecteurs suite à ce que vous avez vu ? Face à cet océan de difficultés et de misère, rencontrer des hommes et des femmes qui ont à cœur de changer la vie de tant d’enfants, c’est un privilège  ! Tout comme c’est un privilège de pouvoir soutenir leurs actions, de ne pas prétendre faire à leur place mais de pouvoir les accompagner dans leur combat contre la pauvreté au nom de Jésus. Et cela donne de beaux résultats !

En quoi pensez-vous que le parrainage peut faire une différence à long terme dans la vie d’un

CENTRÉ SUR CHRIST – POUR L’ENFANT – EN COLLABORATION AVEC L’ÉGLISE


SEL infos_n114 27/11/13 12:24 Page13

PARRAINAGE D'ENFANTS

C’est arrivé ! Kwamé a un parrain ! Il est 10h, le soleil est déjà haut dans le ciel qui surplombe le petit village de Zélu, au Ghana. Kofi s’attèle à sa tâche  ; des gouttes de sueurs perlent sur son front par cette chaleur matinale étouffante. Leur fils Kwamé l’aide dans son travail, il coupe des morceaux de bois qu’ils iront revendre ensuite aux habitants du village.

K

Alors qu’ils ramassent les derniers morceaux de bois, Kofi entend un bruit de moteur, celui d’une petite camionnette qu’il voit s’approcher dans un nuage de poussière. Il la reconnait. Il l’a vue dans la cour du centre d’accueil d’enfants, tout comme il reconnait les deux personnes qui en descendent. Kofi commence à sentir son cœur battre fort dans sa poitrine. — Akweley, viens tout de suite ! Akweley apparaît rapidement dans l’embrasure de la porte, tout en s’essuyant les mains sur un tablier sale et troué. Elle comprend au son de la voix de son mari que quelque chose d’inhabituel se passe. Kwamé, lui, se tient à distance mais suffisamment proche pour ne pas perdre une miette de ce qui se déroule sous ses yeux. — Qu’y a-t-il ?

© Photo Compassion

wamé a 8 ans. C’est un garçon espiègle mais réservé. Son père a de grandes aspirations pour lui. Il voit bien qu’il est intelligent. Il voit bien qu’il peut aller loin, qu’il peut mener une vie différente de la sienne…

Elle obtient sa réponse en suivant le regard de son mari. Elle voit un homme et une femme descendre d’une camionnette. A son tour, elle les reconnait, à son tour son cœur se met à battre fort dans sa poitrine. — Bonjour Kofi , bonjour Akweley ! lancent les deux animateurs du centre d’accueil d’enfants, en s’avançant. — Bonjour… — Vous allez bien ? — Oui nous allons bien merci et vous-même ? — Oui merci.

Les salutations paraissent interminables aux deux parents qui peinent à cacher leur impatience. Pourquoi sont-ils venus ? Pourquoi ont-ils fait le déplacement ? Est-ce pour une bonne ou une mauvaise nouvelle ? Après un court silence qui parait être une éternité, l’animatrice se lance : — Vous vous souvenez du jour où nous avons inscrit Kwamé sur la liste des enfants en attente d’un parrain ? — Oui nous nous en souvenons. Vous nous avez dit d’être patients et qu’un jour, avec la grâce 13


SEL infos_n114 27/11/13 12:24 Page14

PARRAINAGE D'ENFANTS

de Dieu, Kwamé aura un parrain. — Oui c’est cela. Nous sommes venus vous voir aujourd’hui… pour vous dire que c’est arrivé ! Kwamé a un parrain ! Kofi ressentit soudain une explosion de joie dans son cœur, un élan d’amour ! Sans réfléchir, les deux parents prirent les animateurs dans leurs bras. Ces derniers partageaient leur joie.

Kwamé, lui, avait du mal à réaliser  ! Il avait tellement attendu ce jour ! Il fréquentait déjà le centre d’accueil d’enfants

parrainés mais il enviait beaucoup les enfants qui avaient un parrain. Ils recevaient des lettres tellement encourageantes  ! Des lettres dans lesquelles leur parrain disait prier pour l’enfant et même l’aimer ! Oui, à son tour Kwamé aussi allait recevoir des lettres, lui aussi allait se retrouver dans les prières et dans le cœur d’une personne… Ce récit a été rédigé d’après différents éléments vidéo. Les personnages sont fictifs.

© Photo Compassion

— Quelle bonne nouvelle ! Quelle joie immense ! Merci Seigneur ! Merci à vous !

Akweley entonna un chant gai en tapant des mains ! Son mari mêla sa voix à la sienne  ! La maman attrapa son fils, l’entoura de ses bras en riant  ! «  Tu as un parrain mon fils, tu as un parrain ! » Elle continua à chanter et à danser autour de lui ! Kofi, les larmes aux yeux, riait lui aussi, quel bonheur immense ! Leurs prières avaient été entendues !

Vous aussi, changez le monde d’un enfant en le parrainant ! En lui écrivant, en priant pour lui, en le soutenant avec seulement 28 € par mois, vous lui prouvez qu’il compte à vos yeux et aux yeux de Dieu. Ça change tout pour lui ! Rendez-vous sur www.selfrance.org rubrique « parrainer maintenant » ou via le coupon joint à ce numéro.

Parrainez, partagez et changez le monde d’un enfant !

14

CENTRÉ SUR CHRIST – POUR L’ENFANT – EN COLLABORATION AVEC L’ÉGLISE


SEL infos_n114 27/11/13 12:24 Page15

NOUVEL L ES

Urgences / Philippines L

e 8 novembre dernier, un typhon frappait violemment le centre des Philippines. Le SEL s’est mobilisé et a ouvert un fonds d’urgence afin de soutenir le travail de notre partenaire sur place, Compassion Philippines, qui gère là-bas depuis 40 ans, en lien étroit avec les Eglises locales, plus de 300 centres d’accueil d’enfants parrainés. Merci à tous ceux et celles qui ont déjà manifesté leur soutien que ce soit par des dons ou des prières. Vous pouvez suivre l’actualité de cet événement sur www.selfrance.org, rubrique : Secours d’urgence.

Le SEL recrute : • un animateur du réseau des délégués Depuis deux ans, le SEL met en place, dans les églises en France, un réseau de délégués chargés de relayer régulièrement les actions et les nouvelles du SEL. Le SEL recrute une personne qui sera chargée d’animer le réseau existant de 80 délégués et de développer des contacts pour la mise en place de nouveaux délégués. Poste en CDI.

• un collaborateur (service parrainage d’enfants) Vous êtes rigoureux et avez le sens du contact. Vous aimez le travail administratif, les contacts téléphonique et électronique. Dans le cadre d’un travail en équipe, vous gérez la relation entre les parrains et les filleuls. Vous démontrez une véritable capacité d’écoute. De niveau Bac+2, vous êtes à l’aise avec les outils bureautiques et maîtrisez l’anglais. Vous êtes motivé pour donner à des enfants démunis de pays en développement, un avenir fait d’espérance. Vous adhérez aux valeurs portées par le SEL. Poste en CDD (pouvant évoluer en CDI). Ces deux postes sont basés à Bagneux (92). Adresser CV et lettre de motivation à : recrutement@selfrance.org.

Votre reçu fiscal Il reprend l’ensemble de vos dons faits au SEL du 1er janvier au 31 décembre 2013. Il vous sera envoyé par voie postale fin février.

Information à nos donateurs par prélèvement automatique Nous allons au 10 janvier 2014 remplacer le service de prélèvement national par le nouveau service de prélèvement européen SEPA. Vous n’avez aucune démarche à accomplir auprès de votre banque, et vos échéances, du même montant et selon les modalités fixées initialement, continueront à être débitées sur votre compte. Après le passage au prélèvement SEPA, les prélèvements apparaîtront sous une nouvelle référence unique de mandat (RUM) sur vos relevés bancaires. Vous pouvez obtenir la référence de la RUM ou nous faire part de vos demandes de modification, réclamation ou révocation auprès de notre point de contact unique pour les prélèvements SEPA. Email : prelevements@selfrance.org. Téléphone : 01 45 36 41 68. Le nouvel Identifiant Créancier SEPA (ICS) du SEL est FR94ZZZ470611.

Plus de détails sur le poste : www.selfrance.org (Nous rejoindre - en bas du site). 15


SEL infos_n114 27/11/13 12:24 Page16

LA PAGE EST À VOUS

Journal de bord guée du sel d’une délé

pour le SEL il y a plus ée gu lé dé e qu nt ta en e engagé Ségolène Brinkert s’est bord de l’année écoulée. de al rn jou un e vr ou us d’un an. Elle no

: me voici officiellement Le pasteur est d’accord  Mai 2012 : C’est parti  ! vient sérieux ! déléguée du SEL ! Ça de le temps de l’Eglise. Cela me donne à e us cre n so sai la st Eté 2012 : C’e ion que je vais mener… réfléchir à la première act présentation donne son aval pour une me il nse Co Le ? bre tem st sûr ! Euh... Quoi, déjà sep va bien se passer, c’e ut To . bre vem no 11 le du SEL re ? mais comment m’y prend te une panoplie de oit ! Je reçois par mail tou urv po r eu ign Se Le : re Octob oisir… pas si simple ! ne me reste plus qu’à ch Il . es ers div es urc so res ité de prier ! chrétiens ont la possibil les e qu t en em us ure He bien. Nous visionnons La présentation se passe J ! ur Jo : re mb ve no 11 l’Eglise sont contents nir un projet, ça jets du SEL. Les gens de ement concret pour soute un clip présentant les pro ag ng d’e e cor en s pa a is il n’y de cette collaboration, ma viendra ! nc pas de culte ssion, nous ne ferons do mi de n rai ter pre pro n déjà so unes. Ils ne sont que Mars : Notre Eglise a e soirée au Groupe de Je un ns iso an org us no , contre par ce qu’ils voient, « Journée du SEL ». Par otant des chips. Touchés gn gri en »  : 58 « film le r ts. cinq ce soir-là à visionne nt marquera leurs espri t. J’espère que ce mome ba dé le ns da ns tro en nous e de mettre en même occasion, je décid ère bougie de déléguée ! Par la rganiserai des j’o 1 e, la rentré Mai 2013 : Je souffle ma re connaître le SEL : à fai x eu mi ur po ale gin place une méthode ori are » pour le SEL ! réunions type « tupperw a va bien u stressée. Est-ce que cel pe un is su Je n. nio réu sur les actions st la première nner des informations do Octobre : Aujourd’hui, c’e de »,  : 58 « film le t les photos des regarder me motive en regardan se passer ? J’ai prévu de Je rt. sse de n d’u r tou clore au menées par le SEL et de s agir ! pour eux que nous voulon st c’e : r ine rra enfants à pa bien, mais aucune rveille ! Nous discutons me à le rou dé se t tou ive... Et son mari pour s’engager 20 h : Tout le monde arr uhaite en discuter avec so me fem ue aq Ch là. irdécision n’est prise ce so l. ilia fam u au nivea Seigneur ! suite à la réunion ! Merci J+2 : Premier parrainage ez, on commence! Les s présents inattendus, all de , nts se ab s De n. nio réu attendre pour voir des réMi-octobre : Deuxième rageant, même s’il faut cou en st c’e , ille fam en décisions seront prises sultats.

er nde le DVD pour le regard s participantes me dema de e Un : 7 J+  ! ge ina rra J+1 : Un deuxième pa t à parrainer. ite sur internet un enfan en famille et choisir ensu ement la suivante ! Vous aussi vous souhaitez vous engaQuelle belle année ! Viv

ger pour le SEL et devenir délégué(e) ? Rendez-vous sur www.selfrance.org (Cf. en bas du site : Nous rejoindre).

16


SEL infos_n114 27/11/13 12:24 Page17

DÉFI MICHÉE

« Prendre la corruption par les cornes » La Semaine de prière et d’action EXPOSED a pris fin le 20 octobre dernier. Après des centaines de veillées de par le monde et des milliers de signatures récoltées, le combat contre la corruption n’est bien évidemment pas terminé.

L

e théologien protestant allemand Dietrich Bonhoeffer, mort martyr du nazisme, a un jour imaginé un fou au volant d’une voiture, dans une zone commerçante animée, renversant des piétons. Si cela arrive une seule fois, dit-il, votre priorité sera d’assister les blessés. Mais si le fou revenait, votre priorité serait d’éviter d’autres blessés en l’empêchant de refaire les mêmes dégâts. Bonhoeffer cherchait à expliquer par cette illustration, pourquoi lui, pasteur allemand, se sentait concerné par les crimes du nazisme et a eu à cœur de rentrer dans l’opposition active à Hitler. Plus que cela, il a ressenti que c’était son devoir devant Dieu de tenter de mettre fin à ce régime tellement meurtrier et destructeur.

Lorsque nous mettons en lumière la corruption, nous touchons de manière profonde à d’autres problèmes qui affectent les gens dans la société, et notamment les plus vulnérables. La question de notre responsabilité est alors posée. Qu’elle soit individuelle ou collective, nos actions ici en France ont des répercussions ailleurs et parfois bien loin de nous. Bien que nous ne soyons pas coupables des choix corrompus de tel ou tel dirigeant, et que nous ne soyons pas appelés à les destituer par la force, ne rien dire face à ces pratiques risque de nous rendre complaisants. Puisque nous

pouvons faire entendre notre voix, rester silencieux, c’est un peu comme accepter que la corruption continue de favoriser l’appauvrissement de milliers d’individus.

lager la souffrance humaine et tenter d’en réduire des causes comme le manque de transparence qui favorise la corruption.

Nous pouvons bien essayer d’agir sur les effets visibles de la corruption et de la pauvreté, mais comme nous le montre Bonhoeffer, si les causes premières dont nous avons connaissance ne sont pas prises en compte, ne nous attendons pas à ce que la corruption recule. Même de manière infime à notre échelon individuel, nous pouvons changer les choses.

La campagne EXPOSED-Pleins feux sur la corruption continue en 2014. Si vous n’avez pas encore signé l’Appel Mondial pour mettre fin à la corruption, il est encore temps de la faire sur : www.exposed2013.fr Les signatures seront remises aux dirigeants du G20 en novembre 2014 à Brisbane, en Australie et nous attendons un million de signatures.

Il nous faut tout à la fois être réalistes quant à la nature pécheresse de l’être humain et à sa corruption tant qu’il n’est pas réconcilié avec son Créateur, mais en même temps ne pas être inactif pour sou-

De plus, continuons à intercéder pour que nos gouvernants et ceux qui sont en situation d’autorité prennent des mesures, ou mettent en œuvre des mesures déjà prises, pour plus de transparence. 17


SEL infos_n114 27/11/13 12:24 Page18

COMMERC E ÉQUI TABLE

Artisanat SEL fête ses 30 ans ! Depuis 30 ans, Artisanat SEL s’inscrit dans une démarche de commerce équitable pour permettre à des femmes et des hommes de vivre dignement de leur travail par l’échange économique. A l’occasion de cet anniversaire, nous avons souhaité vous rappeler son identité  : une association dont « l’action est portée par des principes éthiques de justice sociale, économique et commerciale, tels qu’on les trouve dans la Bible  ». (Extrait du projet associatif)

Notre activité : L’association compte 7 salariés, travaille directement dans 21 pays avec 31 groupes de producteurs d’artisanat, importe et distribue une large gamme de produits alimentaires équitables, bio et cosmétique naturel, objets déco et cadeaux. Elle s’appuie sur notre connaissance des matières premières et des compétences des artisans pour concevoir et développer de nouveaux objets répondant aux besoins de toute la famille tout en s’adaptant aux nouveaux modes de vie des consommateurs. Artisanat SEL a également créé sa propre marque alimentaire, Saveurs Equitables.

Nos valeurs bibliques de justice sociale : L’association Artisanat SEL a été fondée par des chrétiens qui ont pris conscience de la détresse économique et sociale de millions d’hommes et de femmes. Amour du prochain, souci d’équité et de justice, solidarité et respect de la dignité des personnes sont les principales valeurs qui soustendent son action. Si Artisanat SEL et ses partenaires fournisseurs

En 2013, 40 artisans et leur familles sont bénéficiaires du travail d’Artisanat SEL et de ses partenaires dans 21 pays.

d’objets artisanaux ont à cœur de témoigner de l’amour de Dieu autour d’eux, ils mènent leurs projets sans distinction de race, d’ethnie ou de religion.

• Protection des enfants, refus du travail des enfants. • Relations commerciales équilibrées dans une démarche de Développement Durable.

Ses valeurs s’appuient également sur les 10 principes clés de WTFO, World Fair Trade Organisation, une association internationale regroupant les artisans au Sud et les importateurs au Nord. En voici quelques-unes :

Vous pouvez consultez le catalogue d’Artisanat SEL sur www.artisanatsel.com ou le recevoir gratuitement chez vous sur simple demande au 02.38.89.83.33

• Paiement d’un prix juste et versement d’un salaire digne. • Egalité des sexes, non-discrimination des minorités et des plus faibles. • Refus de l’exploitation par le travail, sécurité des artisans, garantie des droits fondamentaux.

En tant que chrétien, dans mon Eglise, je peux m’engager. Je motive mon Eglise à organiser un comptoir de vente éphémère de produits. L’opération « modules Eglises  » proposée en septembre 2013 est valable jusqu’en juin 2014. Votre achat ici, donne du sens là-bas !

Rejoignez-nous sur Facebook : www.facebook.com/AssoArtisanatSel 18


3

date d a l e t i v Eglise. z e r t o v e d Réserve l’agenda s n a d 4 1 SEL 20 vidéos s e l t e r dossie e l z rces. e u g o r s a s h e c R é l Té ce.org n a r f l e s . n sur www ouverez : la réflexio limenter

ra s tr ques pou ossier vou du culte t thémati Dans le d e s e u mps forts q te li s ib le b s jeunes r ts e n me nche et le ur anim a o p im s d o • Des élé u é d id s ces v rètement es d’école rs séquen nts group ager conc rt re a fé p if • Plusieu r d u s o p le r en oeuvre ations pou es à mettre il • Des anim c fa t e s ons simple • Des acti nis lus dému avec les p ur nous.

eux. Po r u o P . t u change to a ç , r e g a Part

Avec la permission de Compassion International © Tous droits réservés.

ET R E T U O S ÉC POUR LE SPÉCIAL » : « E T L U C N e du VIVRE U e la journé

Une action chrétienne dans un monde en détresse page 19 cc.indd 1

27/11/13 12:40


SEL infos_n114 27/11/13 12:24 Page20

Avec

1

offrez à une famille en RD Congo l’accès à l’eau potable ! 1

Soit environ 5€ après réduction d’impôts

Avec

2

offrez à un village les outils pour aménager une source ! 2

Soit 13€ après réduction d’impôts

Agissez sur www.selfrance.org ou via le coupon joint à ce numéro.


Sel infos n114