Issuu on Google+

Ia 2013 la corse au sars 2013

/3m 23 février rt es e de versaill paris EXPO po

e P - Stand 70 Hall 7.2 - Allé e H - Stand 17 Hall 7.1 - Allé

c rsica u n a t e r r a d i l’ e c c e l l e n z a

Toute l’excellence d’un terroir

www.corse.fr/sia2013

DOSSIER DE PRESSE 2013


SOMMAIRE

edito

p3

LA CORSE, TERRE AGRICOLE

p4

LA CORSE, TERRE d’excellence

p8

LA CORSE, TERRE de rencontres

p22

liste des exposants

p28

2


Edito

Pour les 50 ans du Salon International de l’Agriculture, la Corse se tenait d’être encore une fois à la hauteur de l’évènement. Le territoire insulaire est riche de produits à valoriser, de savoirfaire d’hommes et de femmes qui s’investissent depuis de nombreuses années pour faire reconnaître l’excellence de leur terroir. C’est ce que nous avons voulu montrer cette année avec un espace de 500 m2 qui permettra aux visiteurs de venir découvrir ou redécouvrir toute la richesse et la diversité de nos produits. Cette excellence que nous avons souhaitée offrir au public est le reflet de la démarche engagée par l’ensemble des professionnels du monde agricole, pour valoriser leurs productions. Nous pouvons nous flatter de proposer trois nouvelles AOC qui placent la Corse aujourd’hui parmi les régions les plus labellisées, sachant que d’autres démarches de reconnaissance sont en cours comme l’AOC pour le fromage, l’IGP pour l’agneau, le cabri, les noisettes et les pomelos... Cette année, la Corse est également mise à l’honneur en accueillant le Grand Départ du Tour de France pour sa Centième édition. Et pour faire découvrir ce grand moment de fête sportive, le Salon de l’Agriculture est une occasion formidable de dévoiler au grand public ce parcours inédit que nous avons le bonheur et la fierté d’accueillir. Alors soyez nombreux encore une fois à nous rejoindre sur le stand de la Corse pour partager le meilleur de notre terroir. PAUL GIACOBBI, DEPUTE DE LA HAUTE-CORSE PRESIDENT DU CONSEIL EXECUTIF DE CORSE

L’inauguration officielle du stand aura lieu jeudi 28 février 2013 à 11 heures Hall 7-2 Allée P - Stand 70 en présence de

Paul Giacobbi, Député de la Haute Corse et Président du Conseil Exécutif de Corse, Dominique Bucchini, Président de l’Assemblée de Corse, Jean-Louis Luciani, Président de l’ODARC, Jean-Dominique Musso, Président de la Chambre d’Agriculture de la Corse du Sud, Jean-Marc Venturi, Président de la Chambre d’Agriculture de la Haute-Corse, et Christian Prudhomme, Directeur du Tour de France d’Amaury Sport Organisation

www.corse.fr/sia2013

3


LA CORSE, TERRE AGRICOLE


l’espace CORSE

LA CORSE AU SALON INTERNATIONAL DE L’AGRICULTURE : 100 EXPOSANTS TOUS UNIS DANS UNE MEME DEMARCHE, CELLE DE PROMOUVOIR L’EXCELLENCE D’UN TERROIR.

Aux côtés d’une centaine producteurs, la Collectivité Territoriale de Corse, en étroit partenariat avec les Chambres d’agriculture de la Corse du Sud et de la Haute-Corse, a conçu un espace de 500 m2 qui proposera chaque jour au public toute la richesse et la diversité des produits et des savoir-faire insulaires. Au sein de ce village corse, animations, dégustations, démonstrations in situ, présentation et commercialisation des produits permettront aux visiteurs de découvrir les saveurs de la Corse et de ses filières sur les stands 7.2 P56 et 7.2 N56 qui ont été conçus comme des espaces dévolus aux signes de qualité et d’authenticité des produits fermiers de notre île : charcuterie AOC, brocciu AOC, fromages fermiers, miel AOC, farine de châtaigne AOC, huile d’olive AOC, viande bovine biologique, confitures et confiseries, pâtes à tartiner aux noisettes, huile de noisettes, PPAM (plantes aromatiques et médicinales), vins AOC Corse ... Une mobilisation sans précédent pour faire reconnaître leur excellence : une agriculture identitaire, engagée dans une démarche respectueuse de la qualité, de l’héritage de ses savoir-faire locaux et de son terroir.

Rendez-vous : Hall 7-2 Allée P - Stand 70

5


Programme des animations A la rencontre des hommes et de leurs produits Pendant toute la durée du salon, des démonstrations culinaires et des dégustations feront découvrir au public toute la diversité des productions corses : brocciu, miel, fromages, vins, charcuterie, farine de châtaigne, noisettes et bien d’autres produits emblématiques. Sur le stand 7.2 P72, un pressoir à huile sera mis en place par le Syndicat interprofessionnel des oléiculteurs de Corse et la Coopérative oléicole de Balagne. Chaque jour, les olives de Corse seront pressées et l’huile d’olive réalisée sous les yeux des visiteurs (à 11 heures et 15 heures). Toutes les huiles d’olive AOC insulaires seront présentes. Dans un esprit d’authenticité et de partage, les visiteurs pourront également apprécier la grande diversité des vins AOC corses sur le stand 7.2 N70. Sous l’égide du Conseil interprofessionnel des vins de Corse (CIV Corse), un bar à vins animé par des vignerons et des sommeliers corses mettra à l’honneur les vins du terroir. Enfin sur le stand 7.2 R56, un restaurant corse proposera chaque jour des recettes traditionnelles avec des produits de terroir : lasagnes au brocciu, figatelli grillés et pulenta de farine de châtaigne, trippa piena (panse farcie), sauté de veau à la Népita,... Ce rendez-vous gourmand mis en place avec la collaboration de l’Association pour la formation professionnelle des adultes (AFPA-Corse) permettra à de jeunes insulaires de participer à cet événement incontournable du monde agricole et rural et d’animer cet espace placé sous le signe de la qualité, de l’identité et de la convivialité. Un espace d’informations et d’échanges - stand 7.2 P72 sera proposé à tous les visiteurs par la Collectivité Territoriale de Corse, l’Agence de Tourisme de la Corse, Bienvenue à la Ferme, l’Office National des Forêts. Dans le Hall 7.1 (stand H17), le collectif des races locales des massifs (CORAM) présentera des brebis de Corse. Une démonstration de fabrication de fromage et de brocciu aura lieu le 28 février de 9 heures à 13 heures. Et parce que les producteurs veulent partager leur expérience avec le plus grand nombre, ils animeront leur blog le temps du salon :

www.corse.fr/sia2013

6


LA CORSE SUR LE (GRAND) DEPART POUR LE 100E TOUR DE FRANCE Un espace sera consacré au Tour de France 2013 puisque la Corse accueillera le départ de la 100e édition de la plus grande compétition sportive suivie à travers le monde. Avec 3 étapes, du 29 juin au 1er juillet prochain, tous les regards seront tournés vers l’Île de Beauté. Durant tout le salon un espace sera dédié à cet événement exceptionnel et des goodies seront distribués aux couleurs de la Corse sportive. Comme diraient les Corses : « Tocca à Noï ! » (« A notre Tour ! »)

7


LA CORSE, TERRE D’excellence


la politique agricole et rurale de la région LA CORSE EST LA REGION FRANÇAISE QUI BENEFICIE DU PLUS GRAND NOMBRE DE SIGNES OFFICIELS DE QUALITE. Onze produits sont aujourd’hui protégés par une Appellation d’Origine Contrôlée (AOC) : vin, brocciu, huile d’olive, miel, farine de châtaigne, Prisuttu-jambon sec de Corse, Coppa di Corsica-Coppa de Corse et Lonzu-Lonzo de Corse. La clémentine, quant à elle, se distingue par une Indication Géographique Protégée (IGP), de même que les vins de l’île de Beauté.

•A

PPELLATI

N

D'ORIGIN

E

OTÉGÉE PR •

O

La Corse et ses producteurs souhaitent aujourd’hui aller encore plus loin. De nombreuses autres démarches de reconnaissance sont en cours : AOC pour les fromages, IGP pour l’agneau, le cabri, les noisettes et les pomelos, Label Rouge pour la charcuterie et la clémentine.

LES CHIFFRES CLES DE L’AGRICULTURE EN CORSE Sources : ODARC/CRA

• Exploitations : 2810 • Surface agricole utile (SAU) totale : 180 000 ha • Unité de travail annuel (UTA) : 4 040 • 3 Interprofessions régionales reconnues par le Ministère - SIDOC : Interprofession oléicole - ILOCC : Interprofession lait - CIV Corse : Interprofession viticole

• 5 races/espèces locales reconnues : - Race Porcine Nustrale - Race Caprine Corse - Race Ovine Corse - Les travaux sur la race équine corse ont porté leurs fruits en 2012 avec la reconnaissance officielle du Cheval Corse. - Abeille écotype Corse Apis Melifera Melifera

• 16 Appellations d’Origine Contrôlée/Protégée: - 9 AOC Vins de Corse (1975), - AOC/AOP Miels de Corse (1998), - AOC/AOP Brocciu (1998), - AOC/AOP Huile d’olive de Corse (2004), - AOC/AOP Farine de châtaigne de Corse (2006) - AOC Prisuttu-jambon sec de Corse (2012) - AOC Coppa di Corsica-Coppa de Corse (2012) - AOC Lonzu-Lonzo de Corse (2012)

• Projets d’installation validés en 2012 : 52 projets (13 en Balagne, 6 en Centre Corse, 6 en Costa Verde.

• 2 Indications Géographiques Protégées : - IGP Clémentines de Corse - IGP Vins de l’île de beauté

• Projets d’installation validés en 2012 : 52 projets (13 en Balagne, 6 en Centre Corse, 6 en Costa VerdeCastagniccia, 4 en Extrême-Sud, 9 en Pays Bastiais, 1 en Ouest Corse, 2 en Pays Ajaccien, 9 en Plaine Orientale et 2 dans le Sartenais-Valinco-Taravo) Parmi ces 52 projets, 6 concernent la filière ovine, 8 la filière caprine, 8 la filière bovine, 4 la viticulture, 6 l’apiculture, 4 les filières agrumes/arboriculture, 4 la filière oléicole, 3 la filière porcine, 4 le maraîchage/ horticulture, 3 la filière fourrage/céréales, 1 la filière PPAM et 1 la filière équine.

9


LES COMPETENCES DE LA COLLECTIVITE TERRITORIALE DE CORSE La Collectivité Territoriale de Corse avec les Chambres d’Agriculture détermine et met en oeuvre la politique de développement agricole et rural de la Corse. Cette politique poursuit un triple objectif : • développer une économie rurale compétitive, riche en emplois, en s’appuyant sur les secteurs primaires (agriculture et sylviculture), secondaires (notamment les industries agro-alimentaires et utilisatrices de produits forestiers) et tertiaires (services, tourisme…) ; • assurer la promotion d’un développement territorial, pour et avec les populations et les acteurs des zones rurales dans leur diversité, en favorisant l’émergence de la polyactivité et en instaurant une dynamique de formation professionnelle adaptée aux besoins ; • assurer une valorisation des ressources naturelles et du patrimoine culturel, respectueuse des particularités territoriales. Dans le cadre de ses compétences et en application de sa politique, la CTC a voulu soutenir la présence de la Corse au Salon International de l’Agriculture 2013 pour accompagner les acteurs du monde rural et assurer la promotion des productions insulaires. Cette volonté de montrer une image de la Corse, qualitative, dynamique et authentique, s’inscrit dans une stratégie globale de développement de l’Ile, qui constitue le fondement du Programme de Développement Rural de la Corse. La politique corse de développement rural vise à valoriser les territoires ruraux via leurs ressources naturelles, patrimoniales et culturelles du point de vue économique, social et environnemental, en tirant parti de ses deux atouts majeurs : l’identité et la qualité.

« Promouvoir les savoir-faire dans toutes leurs saveurs mais aussi dans toutes leurs diversités ». La stratégie agricole menée par la Collectivité Territoriale de Corse consiste à étendre, à toute une gamme de produits, une politique concertée de valorisation basée sur l’identité et la qualité et ce, pour trois raisons : • différencier les produits corses des productions standards afin de favoriser leur valorisation et leur compétitivité et donc contribuer à améliorer le revenu des producteurs, • protéger et transmettre les savoir-faire pour pérenniser les produits et les activités qui les accompagnent et qui sont localisés dans les zones rurales souvent reconnues comme des milieux difficiles, victimes de la désertification, • donner à la Corse un statut de région gastronomique. Ces éléments sont positifs en terme de consommation des produits et ils contribuent à valoriser l’image de notre territoire sur le plan touristique.

10


LES PRODUITS IDENTITAIRES CORSES : DES LABELS DE QUALITE

La CTC a mis en place une politique d’excellence de ses produits visant la qualité tout en respectant l’environnement et l’héritage des savoir-faire locaux. Onze produits bénéficient aujourd’hui du label d’Appellation d’Origine Contrôlée (vin, brocciu, huile d’olive, miel, farine de châtaigne, Prisuttu-jambon sec de Corse, Coppa di Corsica-Coppa de Corse, Lonzu-Lonzo de Corse). La clémentine de Corse a obtenu une Indication Géographique Protégée et un Label Rouge est en cours d’instruction par l’INAO. Ces démarches d’identification ont montré qu’il est possible de sauvegarder la typicité des productions tout en optimisant leur commercialisation. La diversité et la pluralité de ces certifications placent notre région en tête des régions françaises en matière de produits qui ont des signes officiels de qualité.

ZOOM SUR LA QUALITE

Les démarches « qualité » engagées depuis de longues années par les filières agricoles corses portent leurs fruits. AOC vin de Corse en 1975, AOC miel de Corse et brocciu en 1998, AOC huile d’olive de Corse en 2004, AOC farine de châtaigne en 2006, AOC Prisuttu-jambon sec de Corse, AOC Coppa di Corsica-Coppa de Corse et AOC Lonzu-Lonzo de Corse en 2012. Les consommateurs ont une garantie, à travers ces signes officiels de qualité, non seulement sur l’origine du produit, mais aussi sur un mode de production et de transformation ancestral, typique de la Corse. Terroir et savoir-faire garantis, c’est également un engagement sur les propriétés organoleptiques des produits, arômes et saveurs de caractère, 100 % corses. C’est aussi le cas de la clémentine de Corse, qui a obtenu une Indication Géographique Protégée et dont la notoriété dépasse les frontières nationales ! Ce développement basé sur une économie « identitaire » est une démarche qui trouve son ancrage dans le passé, mais qui se situe aussi dans une problématique moderne, nécessitant des moyens techniques et organisationnels innovants. C’est notamment au travers de l’organisation en filières de production que les synergies entre l’amont et l’aval se développent, que les connaissances s’accroissent et sont transférées auprès des producteurs et que les projets aboutissent à la reconnaissance officielle de nos races locales et de nos produits d’origine.

LES DEMARCHES EN COURS DE RECONNAISSANCE

Les IGP « noisette de Cervioni » et « pomélo de Corse » ont été validées par l’INAO et ont été transmises auprès de la Commission européenne. Ces démarches devraient être officiellement reconnues début 2014. D’autres IGP sont également en cours pour l’agneau, le cabri et l’huile essentielle d’immortelle. Un dossier « Label Rouge » pour la clémentine a également été déposé à l’INAO et devrait aboutir en 2013. La reconnaissance de la race ovine corse et de la race caprine corse permet également d’initier une démarche AOC pour les fromages. Deux dossiers ont été déposés à l’INAO (AOC Niolu et AOC Bastelicaccia), trois autres sont en cours d’élaboration (AOC Venachese, Sartinese et Calinzana). Des travaux sur la reconnaissance de la race bovine corse sont également en cours. Les réalisations en terme de démarche qualité montrent donc que celles-ci participent à la pérennisation des productions typiques, au développement de leur marché et de leur notoriété. Si les démarches en cours se concrétisent, la Corse disposera alors d’une des gammes les plus étendues de produits certifiés en Europe. Cette gamme sera à la fois un argument commercial fort pour la vente des produits, un atout en matière de développement du territoire et un générateur de notoriété qui viendra soutenir le développement touristique.

11


A LA DECOUVERTE DES PRODUITS … LES VINS DE CORSE ONT BENEFICIE LES PREMIERS D’UNE AOC EN 1975 Neuf aires d’appellation pour l’AOC (Ajaccio-Corse, Corse-Coteaux du Cap Corse, Corse Calvi, CorseFigari, muscat du Cap Corse, Corse-Porto Vecchio, Patrimonio, Corse-Sartène), 450 viticulteurs, des cépages traditionnels aux caractéristiques marquées (Vermentinu, Niellucciu, Sciaccarellu). Les vins de Corse sont reconnus pour leurs arômes incomparables par les plus grands chefs et les plus grands sommeliers. Les vins corses, surtout les AOC, sont épargnés de la crise internationale qui touche ce secteur grâce à leur typicité et leur qualité. La viticulture est la première activité agricole de l’île avec 6 700 ha de vignoble, environ 150 M€ de chiffre d’affaires et une production d’environ 350 000 hectolitres par an. LE MIEL DE CORSE BENEFICIE D’UNE AOC DEPUIS 1998 L’AOC miel de Corse - Mele di Corsica est la première AOC de terroir de France sur les miels. Cette reconnaissance repose sur la spécificité de la flore corse, qui compte un grand nombre d’espèces endémiques, et sur l’écotype de l’abeille corse qui s’est adaptée aux conditions climatiques et géographiques de l’île et peut butiner et récolter toute l’année la variété des nectars que lui offre le maquis. L’obtention de cette AOC/AOP miel de Corse a participé à la révolution dans la valorisation des miels. Elle a introduit pour la première fois en France la notion de « miel de terroir », qui s’oppose à celle de miel monofloral, par la reconnaissance de l’appellation sur une gamme de 6 miels (Printemps, Maquis de Printemps, Maquis d’Eté, Miellats du Maquis, Châtaigneraie et Maquis d’Automne). Pour obtenir ces variétés, les apiculteurs déplacent leurs abeilles de la mer à la montagne au fil des saisons, en suivant les floraisons complexes et variées de Corse qui confèrent à la gamme son originalité et sa grande diversité d’arômes et de saveurs, du plus doux au plus amer, tantôt délicat tantôt persistant. Fort d’une tradition, de savoir-faire apicoles et d’une technicité grandissante, les apiculteurs ont réussi à faire connaître et reconnaître ce produit et l’ont inscrit dans une dynamique d’accroissement des ventes et de nombreuses installations. Pour plus d’informations : site officiel du Syndicat AOC miel de Corse : www.mieldecorse.com LE BROCCIU BENEFICIE D’UNE AOC DEPUIS 1998 Le brocciu est obtenu à partir du lactosérum (petit lait) de chèvre ou de brebis, transformé en une délicate mousse gourmande déposée dans des faisselles. En France, il est le seul fromage AOC issu du lactosérum. Environ 500 tonnes sont produites chaque année dans l’île. Les autres fromages corses, transformés à partir de lait de brebis et de chèvre, sont forts en goût et caractéristiques d’une île au relief escarpé. L’HUILE D’OLIVE BENEFICIE D’UNE AOC DEPUIS 2004 Avec 2 000 hectares d’oliviers et 500 producteurs, l’huile d’olive corse a pu se frayer un chemin dans les épiceries fines et dans les meilleurs restaurants sur tout le territoire national. Ses arômes doux de noisette, d’artichaut, de maquis, de romarin, parfois de cacao font chanter tous les plats. L’obtention de cette Appellation d’Origine Contrôlée vient saluer un patrimoine oléicole insulaire millénaire, mis en évidence par des analyses ADN de variétés typiques de l’île (Ghjermana, Sabina, Zinzala). Ce travail sur la qualité a également permis de renforcer la notoriété de ce noble produit et de relancer la politique de rénovation des anciens vergers d’oliveraies dont on ne rappellera jamais assez l’intérêt en matière de protection contre les incendies. LA FARINE DE CHATAIGNE CORSE BENEFICIE D’UNE AOC DEPUIS 2006 Les châtaigneraies de Corse (environ 30 000 hectares) sont principalement regroupées au sein d’une région au nom évocateur, la Castagniccia. La surface entretenue et récoltée concerne 1 300 hectares, pour une production de farine de châtaigne qui avoisine les 300 tonnes annuelles. On recense encore 32 moulins en activité. La Corse apparaît, ainsi, comme l’une des premières régions productrices de châtaignes de France côtoyant de près l’Ardèche. L’AOC farine de châtaigne corse symbolise le lien fort qui existe entre un savoir-faire traditionnel et le terroir qui le porte. 12


• LA CHARCUTERIE La démarche de reconnaissance de la race porcine corse, le porc « Nustrale », préalable nécessaire à l’obtention d’une AOC charcuterie, a permis de faire connaître et de valoriser un élevage qualitatif, respectueux du bien-être des animaux et de l’environnement. Les animaux sont élevés en zone de montagne (maquis, chênaie, châtaigneraie, estive…), sur une période comprise entre 12 et 24 mois. L’abattage est exclusivement hivernal. Il est précédé d’une phase de finition des animaux aux glands et/ou aux châtaignes de 45 jours minimum. Les viandes sont ensuite transformées en charcuteries sèches, notamment en prisuttu (jambon sec traditionnel), en coppa (échine salée et séchée) et en lonzu (filet salé et séché). L’objectif principal est de faire aboutir la démarche de certification en AOC qui permettra de garantir au consommateur non seulement le savoir-faire traditionnel de la transformation charcutière insulaire, mais également le goût caractéristique des porcs de race, nés et élevés en Corse excluant ainsi les bêtes importées. Une démarche Label Rouge pour la viande porcine est également en cours. LA CHARCUTERIE BENEFICIE DE TROIS AOC DEPUIS 2012 Plusieurs produits de charcuterie sèche sont concernés par ce signe de qualité et d’origine : le « Jambon sec de Corse » ou « Prisuttu », produit phare de la gamme ; la « Coppa de Corse » ou « Coppa di Corsica » et le « Lonzu » ou « Lonzo de Corse ». Le « Prisuttu » est salé au sel sec de mer sans aucun autre additif ou conservateur. Sa maturation est lente et prend au minimum 12 mois. Il se distingue par sa couleur rouge soutenue, son onctuosité et sa richesse aromatique au petit goût de noisette. L’épaisseur du gras visible est importante. Ce gras doit être huileux, non rance avec une légère coloration rosée. La « Coppa di Corsica » se distingue par une bonne onctuosité et une texture sèche. La viande est d’une couleur rouge soutenue et persillée. Au tranchage, le gras intermusculaire est visible. La coppa doit être affinée durant au moins 5 mois avant d’être commercialisée. Le « Lonzu » se distingue par des arômes légers et frais, une saveur douce et légèrement salée mettant en avant une note de noisette, une légère onctuosité et une texture ferme et sèche. Au tranchage, on obtient une noix de muscle et une couche de gras de couverture. Le lonzu doit avoir au minimum 3 mois d’âge avant d’être commercialisé. LE MARAICHAGE La production maraîchère insulaire se répartit en cinq grandes familles de légumes : légumes feuilles (salade, blettes, céleris, chicorée, basilic, épinards et persil), légumes racines (carottes, navets et radis), légumes fruits (tomates, melons, courgettes, concombres, aubergines, poivrons, fraises et pastèques), légumes tiges (poireaux et oignons frais) et pommes de terre. Les maraîchers de Corse proposent des produits frais de qualité, issus d’une agriculture raisonnée qui limite les traitements, soigneusement sélectionnés, rendus uniques par le soleil insulaire et une terre généreuse. La création de l’Organisation des Maraîchers Corses a permis de travailler sur la notoriété des productions insulaires, la structuration de l’offre et sur l’évolution des systèmes de production. LES FRUITS DU SOLEIL : PRUNEAUX, NOISETTES, AMANDES, FRUITS D’ETE Les productions arboricoles représentent un poids économique non négligeable et sont essentiellement utilisées pour la transformation : confiserie, confitures… La noisette de Cervione (Indication Géographique Protégée en cours), non traitée, bénéficie d’une image extrêmement saine. Elle est très prisée sur les marchés extérieurs et en particulier par les transformateurs haut de gamme (confiseurs, chocolatiers…). La région Corse est également la première productrice d’amandes. Le verger insulaire se caractérise par des variétés d’excellence, réputées pour leur qualité organoleptiques. Bénéficiant d’un ensoleillement exceptionnel, les pruneaux de Corse sont excellents pour la santé, en grignotage et en cuisine. 13


LES AGRUMES Avec ses 1 200 hectares, la Corse est la seule et unique région de production de clémentines en France. Les caractéristiques, propres à la clémentine insulaire, ont été reconnues en 2007 par l’Union européenne à travers l’Indication Géographique Protégée « clémentine de Corse ». Une démarche Label Rouge est en cours d’instruction auprès de l’INAO, qui viendra encore renforcer l’image qualitative du produit. Le pomelo suit la voie ouverte par la clémentine. En effet, cueilli à maturité, frais et non traité après récolte, il devrait obtenir une reconnaissance en IGP très prochainement. LES OVINS - CAPRINS Les producteurs ovins et caprins sont regroupés au sein d’une interprofession régionale déclinée en associations et syndicats de promotion, afin de porter les démarches de certification, de valoriser collectivement les produits et de bénéficier d’une meilleure représentativité. Ils ont su conserver les traditions pastorales tout en ayant recours aux nouvelles technologies. LA VIANDE BOVINE La filière s’organise au sein du groupement Corsica Vaccaghji. Son objectif premier est de définir des cahiers des charges extrêmement précis sur des produits traditionnels, par exemple le veau sous la mère ou « vitellu», qui représente un tiers de la production insulaire, ou encore le jeune bovin de plus d’un an, appelé « u manzu». Parallèlement, une action de conservation et de développement de la race bovine corse est en cours. Les différentes campagnes de promotion ont permis d’obtenir une meilleure visibilité et la garantie, avec la marque collective « Corsicarne », d’une viande 100 % corse. PLANTES A PARFUM AROMATIQUES ET MEDICINALES Cette filière, créée en 1997, est organisée au sein du syndicat PPAM qui regroupe huit exploitants inscrits dans un schéma de production - cueillette - distillation pour l’obtention d’huiles essentielles en agriculture biologique. Ces huiles, produites, pour la plupart, à partir de plantes endémiques, sont écoulées presque totalement hors de Corse, à destination de grands laboratoires pharmaceutiques ou cosmétiques. Les sites de cueillette se situent entre 0 et 1 500 m d’altitude. La Corse est la seule région d’Europe à posséder une réglementation qui définisse les méthodes de cueillette. La richesse de cette flore permet aux producteurs insulaires de bénéficier d’une large gamme d’huiles essentielles. L’AGRICULTURE BIOLOGIQUE Sur une terre à l’abri des pollutions industrielles, des excès de l’agriculture productiviste et dans un environnement préservé, l’agriculture biologique corse semblait une évidence : ce mode de production repose sur des cahiers des charges stricts, excluant notamment le recours à la plupart des produits phytosanitaires, notamment ceux issus des molécules synthétiques et aux antibiotiques. La filière a su se développer sur plus de 5 000 ha et propose une gamme diversifiée de produits issus des productions animales comme végétales : viande, fromage, miel, fruits et légumes, vin, jus de fruits, plantes aromatiques, fruits secs, confitures et autres produits transformés... La marque collective « Terra Bio Corsica » est l’outil de valorisation des productions certifiées AB de Corse, elle est aussi l’outil de valorisation du consommateur. « Terra Bio Corsica » n’est pas une simple étiquette, c’est un pacte éthique entre l’Homme et sa Terre.

14


LES TERRITOIRES FETENT LEURS PRODUITS Afin de créer une synergie entre l’agriculture, l’artisanat, la culture et le tourisme, les « Routes des Sens Authentiques » et les foires rurales à thème se sont unies dans une démarche de valorisation des territoires et des savoir-faire insulaires.

calendrier 2013 FIERA DI A TUMBERA DI RENNU (février) Rennu FESTA DI L’OLIU NOVU (mars) Santa Lucia di Tallà FIERA IN CASTAGNICCIA (mars/avril) Pedicroce FIERA DI U CASGIU (mai) Venacu FIERA DI U VINU (juillet) Luri FIERA DI L’ALIVU (juillet) Montegrossu FIERA BOCA DI U PRATU (juillet) Quercitello FIERA DI U TURISMU CAMPAGNOLU (août) Filitosa FIERA DI L’AMANDULU (août) Aregnu FIERA DI A NUCIOLA (août) Cervione FIERA DI U NIOLU (septembre) Casamaccioli FIERA DI U FICU (septembre) Peri U MELE IN FESTA (septembre) Murzu CLEMENTINA IN FESTA (novembre) Linguizetta FIERA DI A CASTAGNA (décembre) Bucugnà 15


TERRITOIRE ALTA ROCCA SUD CORSE

TERRITOIRE BALAGNA

Important territoire du Sud de la Corse, il offre un mariage réussi entre mer et montagne. De son histoire, l’Alta Rocca a gardé de nombreux trésors : centre préhistorique important, il regorge également de villages marqués par des périodes plus récentes. Il dévoile aussi des espaces naturels préservés : les aiguilles de Bavella, la vallée du Rizzanese ou encore la forêt de l’Ospedale en font un cadre privilégié pour de longues balades, riches en découvertes. Plus au Sud, ce territoire est riche de forêts, d’oliveraies, de domaines viticoles et de vergers entouré de maquis.

Située au Nord-Ouest de la Corse, la Balagne associe toutes les caractéristiques du littoral et de l’intérieur. Tandis qu’au sommet de ses collines, le Giussani prend des allures de paysages montagneux, ses villages en balcon sont autant de niches prospères et parfumées. La Balagne propose la découverte des produits de son terroir, tels que le vin certifié par l’AOC Calvi, l’huile d’olive dont la qualité et le goût ont été officiellement reconnus, ou encore l’amande qui s’inscrit comme perle prometteuse de cette filière rurale. Ce territoire invite également à apprécier le talent des artisans, dont la créativité et l’amour des matières nobles témoignent de savoir-faire anciens. Certains villages ont ainsi fait de l’artisanat le terreau de leur développement avec le verre, la poterie, la création d’instruments musicaux traditionnels ou la fabrication de jouets en bois.

FOIRE : « FESTA DI L’OLIU NOVU » Fin mars, Santa Lucia di Tallà Cette foire est dédiée à l’huile d’olive. Elle permet au monde oléicole de se retrouver, d’échanger et, aux amateurs, de se régaler. Tous les produits agricoles typiques y sont également représentés : fromage, farine de châtaigne, miel, confiture, vin… Les artisans locaux proposent leur production : travail du bois, de la pierre, du cuir, du verre, ainsi que couteaux, vanneries, poteries, bijoux et artisanat d’art.

FOIRE : « FIERA DI L’ALIVU » Fin juillet, à Montegrosso Créée en 1989, après les grands incendies qui avaient ravagé la Balagne, cette foire est née d’une démarche collective de sensibilisation regroupant toutes les composantes de l’oléiculture. A fiera di l’Alivu est une fête qui célèbre l’olivier, patrimoine économique, culturel et écologique de la Balagne. Cette foire est un lieu de rencontres et d’échanges avec les oléiculteurs sardes, toscans, crétois, portugais et provençaux. Mais elle a également su s’ouvrir aux autres productions locales : artisans, potiers, ferronniers, vanneurs, ébénistes, couteliers, sculpteurs, fromagers, pâtissiers, apiculteurs, charcutiers et viticulteurs.

16


TERRITOIRE CAPICORSU NEBBIU - CUSTERA

TERRITOIRE CASTAGNICCIA

Au-delà de sa géographie où se succèdent vallées encaissées et terres fertiles dominées par des villages au patrimoine architectural remarquable, ce territoire est surtout connu pour la qualité de ses vins. Enchâssé entre le désert de l’Agriate et le massif de Pinio, le vignoble de l’AOC Patrimonio investit le paysage. Héritiers d’un savoir-faire remontant à l’Antiquité, ces vignerons produisent ainsi un vin authentique, qui bénéficie d’un terroir à l’environnement exceptionnel.

Villages perchés sur des contreforts rocheux, maisons aux toits recouverts de lauze, forêts de chênes, de hêtres, d’aulnes et châtaigniers centenaires, la Castagniccia est un territoire aussi authentique que surprenant. De cet environnement généreux et abondant, les anciens ont su élaborer des produits de qualité, dont le savoir-faire se perpétue. La farine de châtaigne est le produit emblématique de cette région. Jusqu’à la fin de la seconde guerre mondiale, la farine de châtaigne était la reine de la cuisine corse. Aujourd’hui, l’Appellation d’Origine Contrôlée, dont elle bénéficie, récompense les efforts des castanéiculteurs mobilisés pour la mise en valeur de ce patrimoine.

FOIRE : « FIERA DI U VINU » Début juillet, à Luri Dans le Cap Corse à Luri, a lieu « A fiera di u Vinu ». En 1987, l’association « A Cunfraternità» relance la fête religieuse de Saint-Pierre qui devient très vite une foire artisanale où le thème du vin, compte tenu du passé viticole du territoire, donne naissance à « A fiera di u Vinu ». Cette foire célèbre le vin, la vigne et les hommes qui la font. Elle présente la richesse des cépages et des vins corses dont la renommée a été officialisée par l’obtention de neuf AOC, vins de pays de l’Île de Beauté et vins de cépages. Un concours régional agréé récompense chaque année les meilleurs vins dans les catégories : rouge, rosé, blanc et muscat.

FOIRE : « BOCCA DI U PRATU » Fin juillet, à Quercitello (Col de Prato) A fiera di l’Allevu a pour thème l’élevage. Qu’il soit bovin, ovin, caprin ou porcin, l’objectif est la mise en valeur de toutes ces filières. Créée en 1947, cette foire vise à la reconnaissance de la race bovine corse et récompense les meilleurs élevages ovins, caprins et porcins. Une dégustation de veau corse permet de découvrir les différentes facettes de la gastronomie corse. L’artisanat corse y est également présent avec 50 exposants et de nombreuses animations, dont la fabrication du brocciu, qui rythment la foire. FOIRE : « FIERA DI A NUCIOLA » Fin août, à Cervioni Juste avant la récolte des noisettes, cette rencontre, qui a vu le jour en 2000, permet de réunir grand public et professionnels autour de dégustations et réflexions sur l’avenir de la noiseraie corse. FOIRE : A SANTA - FIERA DI U NIOLU Septembre, à Casamaccioli A l’occasion de la fête de la nativité de la vierge (messe et chants traditionnels), se déroule une foire pastorale et commerciale. Cette foire donne lieu à des rencontres culturelles et traditionnelles auxquelles participent, de manière informelle, groupes et chanteurs, de renom ou anonymes. 17


TERRITOIRE CENTRU DI CORSICA Territoire fortement montagneux et caractérisé par ses villages à l’architecture typique, le Centru di Corsica revêt un caractère agropastoral encore omniprésent aujourd’hui. Les bergeries jalonnant les hauts plateaux du Niolu perpétuant les chemins de transhumance en sont certainement le plus bel exemple. Territoire d’élevage par excellence, le Centru di Corsica est le berceau d’une importante production fromagère. FOIRE : « FIERA DI U CASGIU » Début mai, à Venacu Créée en 1996, cette foire présente le concours régional des fromages fermiers de Corse et attribue un prix d’excellence qui récompense et valorise la production fromagère locale de qualité. Une commission technique composée de producteurs, d’ingénieurs et de techniciens spécialisés, organise sur chaque territoire de Corse et pour chaque type de fromage reconnu, des dégustations permettant d’identifier les critères de typicité requis susceptibles d’être primés lors de la foire. Plus d’une centaine d’exposants sont régulièrement présents sur cette foire : producteurs fermiers, agroalimentaires et artisans d’art. Elle permet de réconcilier les pratiques productives et la pérennisation des savoir-faire et usages locaux. TERRITOIRE COSTA SERENA Espace d’échanges et de commerce, la Costa Serena est également réputée pour la fertilité de ses terres. Productions fermières, cultures fruitières et maraîchères, agrumiculture, aquaculture, agriculture biologique et viticulture sont autant d’activités qui caractérisent ce territoire.

TERRITOIRE DUI SEVI DUI SORRU - CINARCA

Composé de neuf communes allant du golfe de Girolata jusqu’à la pointe de Cargese par le littoral, le canton des Dui Sevi abrite notamment la réserve naturelle de Scandola, les saisissantes Calanches de Piana et la majestueuse forêt d’Aïtone. Le canton des Dui Sorru s’ouvre sur le magnifique golfe de Sagone que se partagent les communes de Coggia et Vico et qui offre de grandes et belles plages. La vallée de la Cinarca est une région douce et sauvage mêlant campagne et montagne. Maillée de routes étroites traversant les villages typiques, elle surplombe généreusement le golfe de la Liscia qui, entouré de deux tours génoises, cache une magnifique plage de sable fin. FOIRE : « A TUMBERA DI RENNU » Début février, à Rennu Créée en 1986, cette foire met à l’honneur l’incomparable charcuterie traditionnelle corse. Chaque année, les visiteurs peuvent retrouver le goût authentique des produits consommés pendant la période d’abattage. Le porc corse a été reconnu officiellement en tant que race propre : «Nustrale» et la charcuterie corse a obtenu une Appellation d’Origine Contrôlée (AOC). FOIRE : « U MELE IN FESTA » Fin septembre, à Murzu Si tous les produits artisanaux du terroir corse y sont présents, le miel en reste l’emblème. Il s’agit du rendez-vous annuel de tous les apiculteurs de l’île. Les amateurs profitent de cette occasion pour déguster tous les miels : miellat du maquis, maquis d’été, maquis de printemps, maquis d’automne, miel de la châtaigneraie, miel de printemps. Le syndicat des apiculteurs organise des journées techniques qui contribuent à l’enrichissement des connaissances de tous ces produits. Premiers miels de terroir à obtenir une AOC, les miels de Corse offrent une grande diversité de goûts et de saveurs. 18


TERRITOIRE I TRE VADDI

TERRITOIRE VALINCU, ROCCA, SARTINESU

Les vallées de la Gravona, du Prunelli et du Cruzzini constituent un ensemble d’accès facile, proche d’Ajaccio, de son port et de son aéroport. Elles offrent des lieux de visite et de résidence idéaux pour découvrir la Corse intérieure. Profondément attachés à leur terre, les Gravuninchi, Prunellinchi et Cruzzinesi œuvrent pour que l’hospitalité, le respect de l’environnement, l’art, le savoirfaire et la qualité de vie se conjuguent au quotidien. Les liens ancestraux entre ces trois vallées - attestés par les routes et chemins transversaux issus de la pratique de la transhumance - trouvent aujourd’hui un nouveau mode d’expression.

Il s’agit d’une région à la nature généreuse et au passé historique et culturel très riche. Les deux tiers des mégalithes de Corse se trouvent sur ce territoire, notamment à Filitosa, Paddaghju et Cauria avec des dolmens et de nombreux menhirs. Immense « cuvette » encerclée par les monts San Petru, Pilosu, Sirau et Sarra d’Arbiddali et s’inclinant par la plaine de Baracci jusqu’à la mer, la Rocca englobe les hauts plateaux de Santa Maria Figaniedda, les villages de Fuzzà, d’Arbiddali et de Vighjaneddu. Elle se distingue de l’Alta Rocca qui englobe les pievi de Carbini, Scupamè et Tallà. Le territoire, dont la ferveur religieuse est encore très forte, célèbre chaque année le Catinacciu à Sartè, ainsi que la miséricorde et la SaintErasme à Prupià.

FOIRE : « FIERA DI A CASTAGNA » Début décembre, à Bucugnà Créée en 1982, cette foire est la plus ancienne foire à thème de l’île. Chaque année, elle célèbre la châtaigne et récompense à travers son concours régional la meilleure farine de châtaigne. Rendez-vous incontournable de la castaneïculture, cette foire a permis aux producteurs et aux transformateurs de structurer une filière qui a obtenu l’AOC pour sa farine. Outre la châtaigne, tous les produits typiques de la Corse y sont représentés : miel, fromage, vin, charcuterie, artisanat d’art… La notoriété de cette manifestation a largement dépassé les frontières de la Corse puisqu’elle reçoit chaque année des délégations étrangères.

19


TERRITOIRE TARAVU Des contreforts du Haut Taravu à la grande plaine alluviale du Bas Taravu, ce territoire offre, au détour de ses routes départementales, la diversité et la richesse d’une région sculptée dans le granit. Terre d’Histoire qui témoigne d’une vie préhistorique et mégalithique importante, elle est également une terre de senteurs et de saveurs qui comble les gastronomes par ses mets délicieusement parfumés, issus de produits authentiques. FOIRE : « FIERA DI U TURISIMU CAMPAGNOLU » Début août, à Filitosa Chaque année, au cœur du site préhistorique de Filitosa a lieu A fiera di u Turisimu Campagnolu. Créée en 1992, pour fêter le tourisme rural, elle est devenue au fil des années un rendez-vous estival apprécié et attendu dans toute la région. Grâce aux liens qu’elle a su tisser avec la Sardaigne et la Toscane, cette foire présente toutes les routes à thèmes de Méditerranée. Elle propose la dégustation et la vente de produits régionaux de qualité : fromage, huile d’olive, vin, miel… L’artisanat y déploie ses savoir-faire à travers la poterie, la vannerie, le bois et la coutellerie. De nombreuses animations permettent aux enfants et aux parents de passer un agréable moment autour d’un repas composé de veau corse Bio rôti à la broche.

20


LE CONCOURS GENERAL AGRICOLE EN CORSE Contexte : Depuis sa création en 1870, le Concours Général Agricole, organisé dans le cadre du Salon International de l’Agriculture, a pour ambition de sélectionner et de primer les meilleurs produits du terroir français et les meilleurs animaux reproducteurs. Régi par des modes de sélection rigoureux, le Concours Général Agricole est reconnu à la fois au niveau national mais également international pour son impartialité et la valeur de ses résultats. Cependant, ce concours ne revêt aucun aspect obligatoire, et donc comme pour tous les concours, les personnes ou entités souhaitant y participer doivent s’inscrire de leur propre chef. Si le Concours Général Agricole est représentatif de l’ensemble des produits issus du terroir, on distingue néanmoins deux phases différentes : • Le concours des vins • Le concours des autres produits Une distinction qui se situe essentiellement au niveau de l’organisation, puisque seul le concours des vins comprend une présélection régionale, avant la finale à Paris. Le concours des autres produits quant à lui, regroupe l’ensemble des autres productions agricoles, des fromages en passant par l’huile d’olive et les poulets, jusqu’à la vanille qui a intégré le concours en 2009. Depuis 2009, les prélèvements ainsi que toutes les opérations logistiques régionales sont gérés par la Chambre régionale d’agriculture de Corse. Six agents sont ainsi mobilisés pendant un mois et demi à travers toute la Corse pour préparer cet évènement attendu par de nombreux producteurs. Le suivi du concours est total : lancement de la campagne d’inscription, en passant par les formalités administratives et l’accompagnement des candidats. En termes d’organisation, le concours c’est aussi des partenariats avec diverses structures professionnelles qui permettent de garantir la qualité des prélèvements et l’équité entre les différents candidats. Un partenariat avec le Groupement intersyndical des appellations contrôlées Afin de gérer au mieux l’organisation de la présélection locale dans le cadre du « Concours des Vins », la Chambre régionale d’agriculture a construit depuis 2009, un partenariat avec le Groupement intersyndical des appellations contrôlées (GIAC) de Corse, organisme agréé par les services de l’INAO (Institut national des appellations d’origine) disposant de compétences propres au contrôle des produits et à leur certification. Ainsi, les équipes de la Chambre d’agriculture ont bénéficié de l’appui méthodologique et logistique du GIAC tout au long de la campagne de prélèvement. Le GIAC qui est également chargé de la réalisation de l’anonymat lors de la phase de présélection afin de garantir la neutralité du concours. Une compétence qu’il conservera aussi lors de la phase finale à Paris. Le Concours Général Agricole 2013 en chiffres. Des candidats inscrits dans six concours différents : - Les vins : - L’huile d’olive : - Les produits fromagers : - Le miel : - Les apéritifs : - Les huitres : Ainsi que des candidats inscrits respectivement dans les concours expérimentaux « confitures » et « safran ». Soit près de 370 produits présents sur les tables des jurés parisiens. Le palmarès de la Corse pour l’année 2012 : Largement récompensés, les produits corses ont obtenu 48 médailles dont 23 médailles d’Or, 17 en Argent et 8 en Bronze pour le concours des vins et 31 médailles dont 9 médailles d’Or, 9 en Argent et 13 en Bronze pour le concours des produits. Pour le concours des vins, la Corse s’est une nouvelle fois distinguée avec 48 médailles dont 23 médailles d’Or, 17 médailles d’Argent et 8 médailles de Bronze. Pour le concours produits, les produits corses ont obtenu 31 médailles avec 9 médailles d’Or, 9 médailles d’Argent, 13 médailles de Bronze dont : • Catégorie « produits laitiers » : 5 médailles d’Or, 6 médailles d’Argent, 11 médailles de Bronze • Catégorie « produits oléicoles » : 2 médailles d’Or, 3 médailles d’Argent, • Catégorie « apéritifs » : 1 médaille de Bronze • Catégorie « miel » : 2 médailles d’Or, 1 médaille de Bronze 21


LA CORSE, TERRE De rencontres


LES ORGANISATEURS La présence de la Corse au Salon International de l’Agriculture 2013 s’effectue sous l’égide de la Collectivité Territoriale de Corse, qui en assure la maîtrise d’ouvrage, en étroit partenariat avec les Chambres d’agriculture de la Corse du Sud et de la Haute-Corse.

LA COLLECTIVITE TERRITORIALE DE CORSE (CTC)

Dotée d’un statut particulier, la Collectivité Territoriale de Corse possède une organisation institutionnelle originale et des compétences plus étendues que les régions de droit commun. SON ORGANISATION INSTITUTIONNELLE La CTC est composée : • du Conseil exécutif de Corse, qui dirige l’action de la Collectivité Territoriale de Corse dans tous ses domaines d’intervention ; • de l’Assemblée de Corse, qui règle par ses délibérations les affaires de la Corse dans les nombreux domaines de compétence qui sont dévolus par la loi ; • du Conseil économique, social et culturel de Corse, qui assiste le Conseil exécutif et l’Assemblée de Corse. Pour mettre en œuvre cette politique, la Collectivité Territoriale de Corse s’appuie sur ses offices et agences. Seront présents sur le stand institutionnel :

L’OFFICE DE DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET RURAL DE CORSE - ODARC

Ses missions : • Aménager l’espace rural et valoriser les ressources naturelles. • Développer un pastoralisme respectueux de l’environnement. • Moderniser les exploitations agricoles. • Soutenir l’installation des jeunes agriculteurs. • Diversifier les productions. • Structurer et professionnaliser les filières. • Soutenir les démarches de certification de qualité, de promotion et de commercialisation des produits spécifiques insulaires. La Collectivité Territoriale de Corse est compétente pour la détermination des grandes orientations du développement agricole, rural et forestier de l’île. Le statut de 1982 crée l’Office du Développement Agricole et Rural de Corse, établissement public industriel et commercial à statut national. Il est l’organe coordonnateur des politiques de développement agricole et de l’ensemble des actions de développement de l’agriculture menées en Corse. La loi du 13 mai 1991, portant statut de la Collectivité Territoriale de Corse, réalise une avancée plus sensible qui se traduit par un transfert de compétences. Elle précise en effet que la « Collectivité Territoriale de Corse détermine dans le cadre du plan de développement les grandes orientations du développement agricole et rural de l’île ». L’ODARC devient un établissement public territorial, placé sous la tutelle de la CTC. L’Etat n’exerce plus qu’un contrôle de légalité. Les missions de l’office restent inchangées, mais elles s’exercent au profit de la collectivité dans le cadre des orientations définies par celle-ci. En partenariat avec les services de l’État et les Chambres d’agriculture, l’ODARC contribue à la mise en œuvre du Plan de Développement Rural de la Corse, au travers des mesures liées à la modernisation des exploitations agricoles, à l’installation des jeunes agriculteurs, au développement des filières de production, à la conversion en AB, à la conservation des races locales, à la mobilisation foncière et à la diversification agritouristique. Ce large panel d’interventions est complété par des actions visant le développement de la sylviculture et la création d’activités en zones rurales. De plus, l’office est l’organisme payeur du FEADER. L’ODARC gère également une station expérimentale visant à l’amélioration des techniques d’élevage et participe activement aux programmes de coopération européens.

23


L’OFFICE DE L’ENVIRONNEMENT DE LA CORSE (OEC)

Ses missions : • Assurer la protection, la mise en valeur, la gestion, l’animation et la promotion du patrimoine naturel de la Corse. • L’Office de l’Environnement de la Corse, au-delà des missions régulièrement assurées au titre de la préservation et de la protection des espaces, s’est investi dans les dispositifs de soutien aux opérateurs du développement rural et en particulier auprès des agriculteurs et des pêcheurs. Ainsi, l’Office de l’Environnement de la Corse a en charge, dans le cadre du développement rural de la Corse, l’animation et l’instruction des mesures agro-environnementales territorialisées. Ces mesures permettent de soutenir les agriculteurs pour améliorer leurs pratiques dans un souci de respect de l’environnement. 15 millions d’euros sont affectés à ces opérations. Ce sont près de 350 agriculteurs pour plus de 6 000 hectares qui sont concernés. Enfin, l’Office de l’Environnement de la Corse est le partenaire privilégié du secteur de la pêche et de l’aquaculture. A ce titre, il est en charge de l’exécution du Fonds européen pour la pêche (FEP) en qualité d’instructeur et de payeur.

L’AGENCE DU TOURISME DE LA CORSE (ATC)

Ses missions : • Coordonner l’ensemble des acteurs du tourisme. • Assurer la promotion et la commercialisation des produits insulaires sur les marchés national et international. • Soutenir la création et la modernisation des structures d’hébergement. • Favoriser le rapprochement entre agriculture et activité touristique. Parmi les thématiques retenues dans la politique touristique régionale, l’agrotourisme constitue une priorité car il a vocation à valoriser l’identité et la singularité de notre destination. En effet, la Corse, qui présente une identité agropastorale très forte, a clairement inscrit comme axe de développement touristique les atouts liés à la culture, au terroir et à l’art de vivre. Il s’agit pour l’ATC d’une valeur concurrentielle forte sur le marché méditerranéen qui correspond tout à fait à l’image d’une île naturelle, authentique et préservée. L’association entre l’agriculture et l’activité touristique permet de favoriser un étalement de la saison et de développer un tourisme axé non seulement sur le balnéaire mais aussi sur l’art de vivre et les produits du terroir. Dans cette perspective, l’Agence du Tourisme de la Corse, fédérant les offices de tourisme de l’île, participe du 25 février au 4 mars 2012 au Salon International de l’Agriculture, au sein de l’espace corse porté par la Collectivité Territoriale de Corse.

24


LA CHAMBRE D’AGRICULTURE DE LA CORSE DU SUD

Une politique territoriale pour replacer l’homme au centre du dispositif. A travers son projet stratégique fondé sur quatre axes majeurs : « Produire plus, produire mieux, produire propre et produire identitaire », la Chambre d’agriculture de la Corse du Sud soutient les productions fermières et par-là même replace les producteurs au centre des préoccupations. Pas d’agriculture sans producteurs En effet, sans producteurs, aucune agriculture n’est possible car ce sont eux qui détiennent un savoir-faire spécifique et qui, par leur activité, participent à la cohésion sociale, économique et culturelle sur les territoires. De même, leur présence et leur travail sur les territoires a longtemps permis de maintenir un équilibre entre espaces urbain et rural. Aujourd’hui, cet équilibre est fortement ébranlé. La mission de la Chambre d’agriculture de la Corse du Sud est non seulement d’accompagner les agriculteurs mais aussi de favoriser l’installation des jeunes en agriculture et la transmission des savoir-faire. Seuls le maintien des agriculteurs et le renouvellement des générations permettront d’augmenter la production fermière en Corse, fortifiant ainsi le secteur. De même, il ne peut y avoir d’agriculture sans terre, outil indispensable pour produire. La Chambre d’agriculture de Corse du Sud a fait de la défense des terres agricoles le principal axe de sa politique. Pour que l’agriculture corse vive et se développe, il est nécessaire : • d’augmenter la production fermière, • de redéfinir l’occupation de l’espace rural, • de mettre en place une véritable politique foncière, • de préparer et d’accompagner l’installation des jeunes agriculteurs dans des conditions optimales, • de rechercher de la valeur ajoutée dans les productions fermières, • de redonner à l’agriculteur ses fonctions sociale, territoriale, environnementale et culturelle. Pour la Chambre d’agriculture de la Corse du Sud, faire de l’installation en agriculture une cause d’intérêt régional et mettre en place une politique foncière ambitieuse sont les bases les plus pertinentes d’une politique de développement agricole en Corse.

LA CHAMBRE D’AGRICULTURE DE LA HAUTE-CORSE

C’est autour de deux axes majeurs que la Chambre d’agriculture de Haute-Corse sera présente au Salon International de l’Agriculture : l’avenir et la qualité. L’avenir : la Chambre d’agriculture de la Haute-Corse a décidé d’accompagner les jeunes agriculteurs à ce salon comme tout au long des étapes importantes de leur vie professionnelle : • leur parcours à l’installation, • le soutien à la gestion de leurs exploitations, • la promotion de leurs produits au Salon International de l’Agriculture, la plus grande vitrine du monde agricole. Un effort particulier est porté par la Chambre d’agriculture de la Haute-Corse en termes de renouvellement des générations et de préservation des terres agricoles pour permettre les installations à venir. C’est une de ses missions et aussi un de ses « credo »… La qualité : les jeunes agriculteurs présents ont tous intégré des démarches Qualité : certification, labellisation, AOC, démarches fortement soutenues par la Chambre d’agriculture de la Haute-Corse. Miel, fromage, brocciu, charcuterie, viande bovine, huile d’olive, clémentine, noisette, plantes aromatiques et médicinales, viticulture, castanéiculture, bio, seront présentés au SIA. La Chambre d’agriculture de la Haute-Corse mise sur la diversité, la représentativité des filières du monde agricole et surtout sur la qualité et l’excellence des produits. Les démarches de qualité sont le gage de la reconnaissance et de la sauvegarde de notre patrimoine agrosylvo-pastoral. L’essence de la Corse émane du monde agricole et rural, notre culture tout entière en découle. Il nous faut donc la sauvegarder, tout comme il nous faut préserver nos terres agricoles pour permettre aux nouvelles générations de « vivre au pays ! ». En Corse comme au SIA, nous croyons fortement à « des Hommes, un Territoire, des Savoir-faire ». 25


L’AFPA (ASSOCIATION POUR LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES ADULTES) La Collectivité Territoriale de Corse s’engage pour l’insertion professionnelle de jeunes insulaires sur le SIA 2013 au côté de l’Association pour la formation professionnelle des adultes (AFPA Corse) : La formation professionnelle est une des compétences majeures de la Collectivité Territoriale de Corse. Soucieuse de favoriser l’insertion professionnelle de jeunes insulaires, elle a signé, pour la deuxième année consécutive, une convention avec l’AFPA région Corse afin de proposer un restaurant pédagogique, vitrine des savoir-faire culinaires insulaires, pendant la durée du salon. L’objectif est de permettre à ses élèves de développer leurs compétences au contact de professionnels du monde agricole et de mettre en avant la qualité des produits insulaires. Avec près de 1,7M de personnes formées chaque année, l’AFPA est depuis plus de 60 ans, la première entreprise de formation des actifs en France. Elle propose une large gamme de formations adaptées aux besoins de tous les actifs. Acteur majeur de l’alternance, l’AFPA accompagne de la formation à l’emploi: insertion, reconversion, professionnalisation. L’AFPA est également le premier organisme de formation pour les travailleurs handicapés. L’AFPA Corse rayonne sur l’ensemble du territoire régional Trois centres de formation principaux à Ajaccio, Corte et Borgo proposent une offre de formation pour les demandeurs d’emploi et les salariés. En 2012, l’AFPA Corse a ainsi accueilli 2600 actifs pour plus de 800 salariés et les a accompagnés dans leurs parcours de formation qualifiante, de perfectionnement ou de transition professionnelle. Un Contrat de Professionnalisation sur 4 est réalisé par l’AFPA en Région. L’offre de formation de l’AFPA prend les couleurs de l’économie Corse ; le tourisme, l’hôtellerie et la restauration, le bâtiment, les services aux personnes, la gestion et l’administration des entreprises … La Collectivité Territoriale de Corse finance des parcours de formation pour les Demandeurs d’Emploi à hauteur de 6,4 M€ (soit 60% du budget de fonctionnement de l’AFPA Corse). Un rendez-vous culinaire à ne pas manquer Le restaurant pédagogique installé sur le campus d’Ajaccio sera « délocalisé » durant la période du SIA 2013 au sein du stand de la Corse. 10 stagiaires en formation de « Cuisinier » et 10 stagiaires en formation de « Serveur en restauration » encadrés par leurs trois formateurs Jean-François Sialelli, Yannick Polizzi, pour la cuisine, et Jérôme Cabanes pour le Service en Restauration prendront en charge plus de 400 repas par jour pendant les 9 jours du Salon. Ils seront assistés par des personnels d’appui et logistique de l’AFPA Corse. Il s’agit là d’une occasion de valoriser la gastronomie régionale élaborée de produits identitaires, mais aussi de promouvoir les compétences d’un centre de formation et de ses stagiaires. Une démarche pédagogique tout terrain Un challenge pour ces 20 stagiaires Demandeurs d’Emploi très motivés et mobilisés sur ce projet depuis novembre 2012. Une occasion unique de se mesurer à la réalité de leur futur métier, d’appréhender les différentes techniques apprises en formation, et de tester leur savoir-faire en se prêtant à l’exercice pratique de la cuisine du service en restauration, notamment auprès d’une clientèle internationale. Sens de l’organisation, aisance relationnelle, dynamisme et dextérité seront de rigueur pour relever ce défi. Bilan de l’opération menée en 2012 L’engouement pour le restaurant pédagogique au SIA 2012 s’est révélé être une vitrine pour la Corse, sa gastronomie mais aussi les compétences des hommes et stagiaires de la formation professionnelle et plus particulièrement de l’AFPA Corse. Les stagiaires ont vécu une expérience « d’exception ». Des élus, des corses, des amis de la Corse mais aussi des visiteurs du Salon ont pu, certains pour la première fois, constaté la qualité de services d’un restaurant pédagogique tenu par des stagiaires de la formation professionnelle en situation d’apprentissage.

26


Sera également présent sur le salon :

L’OFFICE NATIONAL DES FORETS :

Suite à la loi du 22 janvier 2002, le domaine forestier privé de l’État (55 000 hectares) a été transféré à la Collectivité Territoriale de Corse ; ce transfert en pleine propriété est devenu effectif au 1er janvier 2004. La Collectivité Territoriale de Corse en a confié la délégation de service public à l’Office National des Forêts qui gère aujourd’hui les 31 forêts territoriales mais également les 131 forêts communales, le Conca. Cet espace de 150.261 hectares représente 27% de la surface boisée de l’île principalement en haute montagne et rassemble les plus grandes forêts corses, notamment les riches futaies de pins laricio. Les missions de l’Office National des Forêts : • La protection du territoire par la gestion des risques naturels de la forêt par la création de réserves naturelles et biologiques • La production en conjuguant les exigences économiques, écologiques et sociales • L’accueil du public par les aménagements, l’information et la sensibilisation à l’environnement • L’activité de «partenaire naturel» au service de tous les responsables de milieux naturels (au plan national et international)

27


Liste des exposants STAND 7.2 P56

Baldacci Marie-Dominique (AOP Oliu di Corsica, Dui-Sevi) Belanger Philippe (confiture, sirop, Bunifaziu) Bernardi-Bellini Sandra (miel AOP, Gravona) Berria Bastien (Fromage fermier de brebis, Gravona) Bianchi Paul (viande de veau Bio, Villanova) Bizon-Maroselli Bastien (miel AOP, Afa) Buisson Jacques (charcuterie fermière, Gravona) Buresi Yves (Miel AOP, Taravu) Casanova Lucien (Charcuterie fermière, Prunelli) Celli Sebastien et Stéphanie (Fromage fermier de brebis, Gravona) Clementi Antoine (Clos Clementi, vin AOC Patrimonio, Capi Corsu) Delcroix Elisabeth (fromage fermier de brebis et chèvre, Alta Rocca) Franchi Jean-Dominique (Fromage fermier de brebis, Gravona) Leoni Véronique (confiture et marrons glacés, Taravu) Luccioni Joseph (Fromage fermier de brebis, Taravu) Magni Pierre (charcuterie fermière, Taravu) Mamelli Jean-André (fromage fermier de brebis, Gravona) Marcaggi Antoine (charcuterie fermière, Gravona) Musso Louis (Domaine de la Sorba vin AOC Ajaccio, Aiacciu) Poggioli Antoine et Sebastien (U Porcu Neru Charcuterie fermière / éleveur sélectionneur de la « Race Nustrale », Gravona) Poly Sébastien (Domaine de Stiliccionu, vin en biodynamie, AOC Ajaccio, Taravu) Rogliano Rose (fromage fermier de brebis et chèvre, Alata) Scarbonchi Marie-Claude (U Poghju, confiture Bio, farine de châtaigne AOP, Gravona) Vanucci Josée et Couloumere Fabrice (Clos Fornelli, Vin AOC de Corse, Costa Serena) Vellutini Virginie (Biortu, confiture Bio, Taravu) Versini José (charcuterie fermière, Dui-Sevi)

STAND 7.2 N56

AOC Brocciu Albertini Jean-Charles (Charcuterie AOC) Barbaras Christophe (Apicole, Les ruches da casaluna) Biaggi Ludovic (Casta, Farine de chataîgne AOP) Carboni Pierre-Henri (Apicole, Miel Bio AOP) Carli Pierre (Apicole, Miel AOP) Ceccaldi Dominique (Charcuterie) Crestey Murielle (Cosmétique naturel corse, Realia) Coopérative Carne Paesana (Veau Corse : Vitellu) Donsimoni Nicole (Fromage fermiers de brebis et de chèvres, Fromagerie Donsimoni) Gherardi Jean-Louis (Casta, Farine de chataîgne AOP) Graziani Marie-Pierre (Fromage Fermier de chèvre, U casgiu di ascu) Graziani Anne-Marie (Apicole, Miel AOP) Guelfucci Petru Santu (Safran) Luciani Maria Felicitada (Fromage Fermier de Brebis, Fromagerie Cismonte) Peygnier Raphaëlle (Huile de Noisette - Olive, Le verger de Raphaëlle) Pischedda Serge (Fromage Fermier de Brebis) Orsini Jean-Victor (Casta, Farine de chataîgne AOP Bio, A Ziffra) Valentini Alain (Apicole, Miel AOP)

28


STAND 7.2 N70 : CIV Corse

Victor Sonnet (CIV Corse/Commis), Sylvain Rogel (CIV Corse), Pierre-François Maestracci (Producteur de bière A Ribella), Véronique Denis (CIV Corse), Gilles Seroin (Domaine Sant’armettu), Philippe Cazali (CIV Corse/Domaine Sant’Armettu), Elisabeth Quilichini (CIV Corse/ Domaine Castellu di Barricci), Christian Esteve (CIV Corse/Clos Caneraccia), Jean-Noël Jubert (sommelier), Joelle Villegas (sommelier), Christophe Chiorboli (sommelier), Thomas Vaissiere (sommelier), Christophe Giraud (sommelier)

STAND 7.2 P72 : Oléiculteurs, Tour de France, CTC, ATC, Bienvenue à la Ferme, ONF, Offices de Tourisme

René Colombani (Coopérative de Balagne), Romain Lions, Antoine Ambrosini, Jean-Claude Pierini, Don Jean SantaLucia (Sainte Lucie de Tallano), Frédérique Ceccaldi (technicienne), François Andreani (Folleli), Cyril Carias (Petra Serena), Joseph Rioli (Prunete), Laetita Guironnet (dégustatrice), Antoine Santoni (Ota)

STAND 7.2 P70 : Place de village Musiciens et restaurant pédagogique

STAND 7.2 R56

Restaurant pédagogique animé par l’Association pour la formation professionnelle des adultes.

STAND 7.1 H17

Le Collectif des races locales des massifs (CORAM) présentera des brebis de Corse accompagnées de leurs éleveurs.

29


CONTACT S

Crédits photos : Dominique Kremmer - VBianca/Graphite - Fotolia.

CONTACTS PRESSE NATIONALE

Agence VFC Relations Publics 14, rue Carnot 92309 - Levallois-Perret Cedex - T. 01 47 57 67 77 Contact : Caroline Fenaillon cfenaillon@vfc.fr ATOUT CORSE 1, rue saint Roch - 20000 Ajaccio - T. 06 15 05 29 74 Contact : Graziella Luisi atoutcorse@wanadoo.fr

CONTACTS PRESSE REGIONALE

François-Dominique de PERETTI, Directeur de Cabinet du Président du Conseil Exécutif Antoine FERACCI Benjamin GOUR Aurélia MARCAGGI communication@ct-corse.fr

CONTACT BLOG WEBMASTER Marie-France PIANELLI contact@corse.fr

www.corse.fr/sia2013


dossier-de-presse-2013