Issuu on Google+

Introduction à la lecture sur écran

Dossier réalisé par RATICELOIRE – www.raticeloire.org élaboré de manière collective, ce dossier a vocation d'être modifié et enrichi au gré des expériences et des contributions

Introduction à la lecture sur écran

page 1


I - Généralités sur la lecture en rapport avec les TIC a / Différentes lectures sur écran aujourd’hui : b / Ne pas confondre support ("opus mechanicum") et contenu. c / Des faits (extraits de l’étude Ipsos 2011)

II - Les nouveaux supports de lecture a / L'écran d'ordinateur b / Le smartphone c / Le livre électronique d / La tablette

III - Les contenus a / Les sources b / Les modèles économiques c / Les formats numériques

IV - Les questionnements a / La linéarité des contenus b / La distraction c / Le livre demain

Introduction à la lecture sur écran

page 2


I - Généralités sur la lecture en rapport avec les TIC a / Différentes lectures sur écran aujourd’hui : > Une lecture “Imposée” (écrans divers, ordinateurs…), ou choisie (appareils mobiles) La lecture sur écran est rentrée dans les mœurs depuis de nombreuses années et de manière souvent insidieuse : Télévision/Cinéma (sous -titres), mails, les informations sur Internet, mais aussi via les informations sur panneau publicitaires électroniques, dans les bus, les grandes surfaces, … Mais la révolution se situe plutôt sur la lecture choisie en tant qu’ouvrage, avec un support mobile.

b / Ne pas confondre support ("opus mechanicum") et contenu. > Le livre électronique, qu’est-ce que c’est ? Voir le bel article citant entre autre Kant: « Ecriture numérique et livres électroniques », (Publié le 19 juillet 2010 par Fmarie) sur : http://www.paperblog.fr/3488483/ecriture-numeriqueet-livres-electroniques/ Dans ce texte, on rappelle le besoin aujourd’hui « d'un mode de narration polyphonique, plurimédia, multidimensionnel que rendent aujourd'hui possibles Internet et les nouveaux supports comme le iPad. (…) Une nouvelle "écriture" doit naître des nouveaux supports numériques. Un livre numérique n'est pas seulement (voire pas du tout) le support nouveau de livres anciens conçus pour le papier selon des normes éditoriales établies il y a quatre siècles ou plus, et numérisés à l'identique. Pour Dos Passos, dit Sartre, "Raconter, c'est faire une addition" (o.c.). Addition multimédia aujourd'hui. »

c / Des faits (extraits de l’étude Ipsos 2011) Depuis 2009, un contexte favorable tant au niveau des supports (développement des terminaux portables) que des contenus (fortes numérisations, plateformes de téléchargement, amélioration des présentations) - 8% de l’ensemble de la population française (plus de 15 ans) a lu un livre ou une partie de livre numérique en 201 (5 % en 2009) - 16% de ces lecteurs sont des grands lecteurs de livres papier. - 34 % se sont procuré ces livres sur un site Internet gratuit. Supports en priorité : ordinateur fixe, portables, téléphone mobile type Smartphone, tablette

Introduction à la lecture sur écran

page 3


numérique, Liseuse Les freins à la lecture de ce genre de livre sont en priorité « une lecture sur écran fatigante, et l’absence de contact physique avec le livre.

II - Les nouveaux supports de lecture a / L'écran d'ordinateur Une de nos principales sources de lecture est aujourd'hui Internet qui en moins de 20 ans s'est imposé comme LA source d'information et d'actualité. On lit ainsi principalement sur un ordinateur et donc par l'intermédiaire d'un navigateur Internet ( Internet Explorer, Mozilla Firefox, Safari, Opera, …). Ce mode de lecture n'est pas sans poser quelques questions, on parle en effet beaucoup de lecture zapping, segmentée. En effet, la lecture sur une navigateur internet est souvent parsemée de publicités, des liens hypertexte ou encore de flux twitter ce qui peut créer un environnement difficile pour la lecture approfondie. De nombreux spécialistes se penchent sur la question. Nous tenterons de lister ces dernières dans la partie 4 de ce dossier. Quelques astuces : Les modules d'extension du navigateur internet - Readability : permet d'afficher que les contenus principaux d'une page Internet - Readable : équivalent de Readability avec plus d'options d'affichage et d'impression Par défaut sur le navigateur Safari : - la fonctionnalité Lecteur depuis SAFARI 5

On lit également d'autres contenus sur l'écran de son ordinateur et selon les formats : - Les documents PDF avec des lecteurs PDF tels qu'acrobat Reader. - Des diaporama au travers des lecteurs de diaporama tels que PowerPoint. - Des documents de bureautique au travers de logiciels de bureautique tels que Word, Writer...

b / Le Smartphone Depuis l'arrivé des smartphones, l'écran du téléphone portable peut être considéré comme un

Introduction à la lecture sur écran

page 4


support de lecture à part entière. Si sa taille ne permet pas un confort de lecture optimal, c'est dans la mobilité qu'il tire son épingle du jeu. Toujours dans le sac ou dans la poche il est à porté de main lorsqu'on attend chez le médecin ou chez le coiffeur. Etude GFK : 34% des personnes qui déclarent avoir téléchargé un livre numérique ont utilisé les applications pour téléphone. Pour lire sur un téléphone portable il faut souvent au préalable avoir téléchargé une application particulière. Ainsi chaque journal dispose d'une application dédiée qu'il faut télécharger et installer sur son mobile. Ce mode d'accès semble se généraliser et dessine les contours d'un nouveau modèle d'accès à l'information. Quelques applications majeures : Livres, romans iBIBLIOTHEQUE ( IOS ) / iBooks ( IOS ) / Aldiko Book Reader ( Android ) Presse Lemonde / Leparisien / lefigaro / rue89 / libération /RMC / Bande dessinée Ave!comics / bdtouch

c / Les livres électroniques Les derniers livres électroniques (également appelé liseuse ) reposent sur l'utilisation d'une encre électronique. En gros, cela ressemble un peu au procédé des ardoises magiques d'antan. Pas de rétro-éclairage, non seulement les yeux sont moins fatigués, mais surtout, le livre ne demande de l'énergie que lors de l'actualisation d'une page. D'où l'autonomie incroyable de ce type d'appareil. Pour ce qui est du chargement de livres, les ebooks présents sur le marché français ne peuvent que rarement se passer de câble USB pour être alimentés en énergie et en contenu. On passe alors par des sites d'éditeurs ou l'on télécharge des ebooks que l'on copie enfin sur son livre électronique. Quelques modèles tel le Kindle ou le FnacBook sont équipé d'une connexion 3G (le réseau des téléphones portables) afin de pouvoir accéder directement au catalogue (de laFnac pour le FnacBook ou d'Amazon pour le Kindle) pour acquérir des ebooks.

Introduction à la lecture sur écran

page 5


Les livres électroniques savent généralement lire d'autres documents comme les PDF et les RTF et les TXT.

2 technologies d'écrans électronique - La technologie Pearl du fabricant E-Ink ( Sony Reader & Amazon Kindle) - La technologie Sipix du fabricant Auoptronics ( FnacBook & Cybook Orizon ) C'est la technologie E-ink qui domine le marché. Les écrans Sipix dont le texte est moins noir, et le fond moins blanc donnent un contraste inférieur. La technologie utilisée est totalement différente.

Introduction à la lecture sur écran

page 6


c / tablette La tablette est à la croisée des chemins entre le smartphone et l'ordinateur, c'est un appareil de 7 à 10 pouces, généralement tactile et orienté pour la mobilité. Une tablette permet de surfer sur Internet, d'écouter de la musique, de visionner des vidéos, de jouer à des jeux ou encore de lire la presse, tout cela au travers des centaines d'application dédiées. En 2010, on note un net retrait de la vente d'ordinateurs et il se pourrait bien que les tablettes n'y soient pas étrangère avec 20 millions d'unités vendues. En 2011, les spécialistes prévoient que plus de 50 millions de tablettes vont s'écouler, 200 millions en 2015. Ecran 7 pouces et 10 pouces - autonomie de 6 h à 10 h Système d'exploitation IOS d'Apple, Android de Google ou Windows7 de Microsoft L'Ipad 85% de part de marché en 2010.

Introduction à la lecture sur écran

page 7


III - Les contenus a / les sources Où trouver des e-books ? 75 % des ebooks téléchargés en France sont des ebooks gratuits. Mais ce ne sont pas forcement des livres libres de droit, il y a aussi des nouveautés piratées. Une sélection de sites faite par e-bouquin Les livres gratuits : http://www.ebooksgratuits.com/ http://fr.feedbooks.com/ http://www.gutenberg.org/wiki/Main_Page http://fr.wikisource.org/wiki/Wikisource:Accueil Les livres payants : http://www.epagine.fr/ http://fr.feedbooks.com/ http://livreelectronique.fnac.com/ http://numerique.harlequin.fr/ http://librairie.immateriel.fr/ http://www.publie.net/ http://www.placedesediteurs.com/ http://www.relay.com/ Tous les sites ci dessus sont faciles d'accès et ne proposent pas tous le téléchargement au même format. La plupart du temps les nouveautés n'ont pas un prix très attractif par rapport à l'offre papier. Publie.net propose une offre différente des autres sites car les livres publiés ne le sont qu'en version numérique. Deux sites proposent de la presse en ligne : http://www.relay.com/ http://www.lekiosque.fr/

Introduction à la lecture sur écran

page 8


b / les modèles économiques Il est difficile de parler de modèle économique sans parler de DRM. En effet, les éditeurs ont pour la plupart choisis de protéger les ouvrages par ces verrous électroniques. Définition des DRM : La gestion des droits numériques ou GDN en anglais : Digital Rights Management - DRM a pour objectif de contrôler l'utilisation qui est faite des œuvres numériques, par des mesures techniques de protection. Ces dispositifs peuvent s'appliquer à tous types de supports numériques physiques (disques, DVD, Blu-ray, logiciels…) ou de transmission (télédiffusion, services Internet…) grâce à un système d'accès conditionnel.Ces dispositifs techniques ou logiciels peuvent viser à : - restreindre la lecture du support à une zone géographique prévue (par exemple les zones des DVD) - restreindre ou interdire la copie privée du support (transfert vers un appareil externe) - restreindre ou verrouiller certaines fonctions de lecture du support (désactivation de l'avance rapide sur certains passages d'un DVD) - identifier et tatouer numériquement toute œuvre et tout équipement de lecture ou enregistrement (pour faciliter le pistage des copies non autorisées) Les mesures techniques exploitent un chiffrement de l'œuvre, combiné à un accès conditionnel. L'éditeur ou le distributeur qui exploite ce contrôle d'accès ne confie la clé de contrôle d'accès du produit, qu'en échange d'une preuve d'achat ou de souscription pour y accéder (abonnement à une chaîne payante, VOD, téléchargement…). L'accès à la lecture (et/ou sa copie) du document ainsi protégé n'est alors autorisée que pour l'équipement ou l'identification logicielle certifiée par le fournisseur. Les notions concernant les mesures techniques de protection existent dans le droit (DMCA en Europe comme aux États-Unis, le DADVSI en France), faisant l'objet d'un accord international. La loi reconnaît l'accès conditionnel comme une mesure de protection et punit les usagers qui les contournent ou en publient les secrets. Ces mesures technologiques provoquent cependant le débat, car elles peuvent restreindre la lecture des œuvres, au seul équipement certifié par le diffuseur (les dispositifs concurrents pouvant être incompatibles entre eux). Devenues des normes (pourtant commerciales et industrielle) adoptées sur le plan international par les diffuseurs, elles se révèlent parfois délicates à adapter aux spécificités du droit local, telles que par exemple la copie privée, le dépôt légal, le droit de courte citation, etc. En associant de façon obligatoire, tel éditeur de produit avec tel éditeur de contenus, elles sont aussi accusées d'engendrer des situations de monopoles et de non concurrence. Source : Wikipédia Le prix du livre électronique : Le prix unique du livre est une forme de contrôle vertical du prix de vente de détail des livres par l'éditeur.

Introduction à la lecture sur écran

page 9


En France, le prix unique du livre est régi par la loi Lang (1981). 30 ans après, le 17 mai 2011, une loi permet au livre sous forme numérique d'être régi par les mêmes règles que le livre papier. Ainsi, seul l'éditeur peut fixer le prix du livre numérique, qui doit être le même quel que soit le canal de vente au public. Ce texte transpose ainsi l'esprit de la « loi Lang » de 1981 à l'univers numérique tout en prenant en compte ses spécificités s'agissant des supports et des modes de diffusion.

c / les formats numériques Il existe de nombreux formats de fichiers pour les livres numériques : Pdf, ePub, Mobi, Prc, Azw, Cbr, Cbz... Cette question des extensions n' est pas à négliger puisque votre équipement ne saura pas forcement tous le lire. Voici un tableau récapitulatif de la compatibilité des formats avec les liseuses tablettes :

Source : Wikipédia

Certains formats sont dits « propriétaires » c'est à dire qu'il appartiennent à une société et ne sont donc compatibles qu'avec les produits que fabrique ladite société : Exemple : le format Azw avec Amazon et son kindle Ainsi il faut donc tenter d'avoir une vision à long terme, car si votre bibliothèque d'ebooks ne changera pas chaque année, on peut imaginer que vous changerez de liseuses à fréquence régulière. Il faut donc vous garantir une certaine compatibilité. Le format Epub fait à ce jour office de préféré puisqu'il s'agit d'un format ouvert standardisé que bon nombre de constructeurs ont d'ors et déjà accepté. Plutôt dédié aux texte simples qu'aux textes illustrés ou aux bandes dessinées, le format Epub a pour principale qualité la capacité à s'adapter à chaque résolution d'écran. Vous pourrez donc bénéficier d'une ergonomie de lecture optimale que vous lisiez votre ebook sur un écran de téléphone, une liseuse ou une tablette.

Introduction à la lecture sur écran

page 10


Attention, le Kindle d'amazon ne lit pas le format Epub Le format PDF d'adobe est compatible avec presque toutes les liseuses. Cet ancien format dont la force est de garantir le respect de la mise en page définie par son auteur et ce quelque soit la plate forme utilisée, est dans le monde des ebooks aussi sa faiblesse. En effet, cette caractéristique empêche la justification du texte automatique, on se retrouve donc à devoir naviguer latéralement ou verticalement pour lire son ebooks lorsque l'on zoom. Les autres formats sont généralement spécifiques à chaque constructeur, on peut cependant en choisir un et le convertir à postériori pour le rendre compatible avec un matériel différent . Certains logiciels tels que Calibre font cela parfaitement, attention cependant aux questions de DRM qui bloquent le processus de conversion.

Introduction à la lecture sur écran

page 11


IV - Les questionnements a / La linéarité des contenus Vidéo de Claire Belisle intitulée « Internet et la lecture » sur la linéarité de la lecture et l'appréhension des nouveaux marqueurs qui permettent de contextualiser les informations auxquelles on accède : lien : http://www.canal-u.tv/canalu/content/view/full/94994

b / La distraction et l'organisation des informations Un article intitulé « Is Google Making Us Stupid » publié en 2008 questionne sur la façon dont le Net érode la capacité de concentration et de réflexion et la façon dont Google « taylorise » la recherche d'information. Is Google Making Us Stupid? Est-ce que Google nous rend idiots ? Nicholas Carr - juin 2008 - The Atlantic (Traduction sur le site Framablog.org) « Plus ils utilisent le Web, plus ils doivent se battre pour rester concentrés sur de longues pages d’écriture » c / Le livre demain Frédéric Kaplan Ingénieur - Chercheur en intelligence artificielle

Enrichir la lecture "Les livres de demain pourront se rappeler une multitude de choses sur la manière dont ils sont lus : le temps passé sur chaque page, les sauts de chapitre, les retours en arrière, les passages relus plusieurs fois, les interruptions dans la lecture et même l’attention du lecteur sur chaque partie du texte. Ils sauront aussi dans quels contextes ils sont lus, qu’il s’agisse d’un wagon de train de banlieue aux heures de pointe ou du calme de la salle de lecture d’une bibliothèque. Ils sauront enfin qui les lit et qui les a lus. Ces traces viendront enrichir le livre en plus des multiples annotations, soulignements, signets que le lecteur voudrait volontairement inscrire. Le tabou de notre culture qui nous retient d’annoter ou de commenter les livres des autres pourra être enfin levé, car le lecteur pourra au choix décider à tout moment du degré d’”enrichissement” qu’il souhaite pour son expérience de lecture."

Introduction à la lecture sur écran

page 12


Avec la participation de :

Introduction Ă  la lecture sur ĂŠcran

page 13


Introduction a la lecture sur ecran