Issuu on Google+

Le magazine de vos sorties pleines d’esprit

79

N° juillet août 2009

Tous les festivals de l’été

gratuit

L’agenda de vos sorties culturelles

plus de 800 idées

pour bouger


LITTÉRATURE

OCCITANIE

CINEMA

JEUNE PUBLIC

2009 2010

ROCK

DANSE

CIRQUE

PHOTO

EXPOSITIONS

JAZZ ELECTRO

FESTIVALS EN MIDI-PYRÉNÉES Disponible en librairies, offices de tourisme, boulangeries, supérettes, sites culturels et de loisirs, Maison Midi-Pyrénées à Toulouse

gional é r il e s n o C u d it guide gratu


Sommaire Juillet/Août 2009

Sélections

5

Événements

6à9

Musique

11 à 17

Classique

19 à 23

Théâtre

24 à 31

Cinéma

32 à 39

Expos

41 à 48

L’agenda de vos sorties

49 à 77

Les dates et lieux des manifestations culturelles en Midi-Pyrénées

Les Univers de Frédéric Chambert 78

Votre publicité dans Ramdam

info@ramdam-magazine.com Tel. 05 34 31 26 31

Défendre une certaine idée de la culture

Défendre la culture, c’est permettre à chacun de se l’approprier. Il faut donc privilégier la circulation de l’information culturelle pour que chacun y ait accès. Défendre la culture, c’est susciter l’envie, expliquer, proposer, donner des clés… Ce type d’engagement passe par des actes radicaux et des engagements clairs et volontaires. À Ramdam, après plus de 13 ans de vente en kiosque, il nous a semblé que le temps était venu de pousser notre credo jusqu’au bout : porter la culture vers un plus grand nombre. Oui, le moment est venu d’embrasser l’air du temps sans renier notre ligne éditoriale. Aujourd’hui, nous optons pour la gratuité. Ramdam devient gratuit pour redonner au lecteur le désir d’aimer et non plus la pulsion de consommer. Nous pensons en effet que la liberté d’aimer l’art « nourrit » plus les individus que le fait de consommer de la culture. Éditer un magazine gratuit de qualité est un gros investissement. C’est un travail qui demande beaucoup d’énergie à une équipe de journalistes spécialisés qui doit fabriquer un support informatif, efficace et attractif. Notre engagement pour une culture vivante, transversale, plurielle, pour une culture « circulante » trouve tout son sens dans la nouvelle formule de Ramdam. La culture pour qu’elle prenne tout son sens social doit échapper à ceux qui la génèrent. Appropriez-vous Ramdam et faites-le circuler.

Ramdam rédaction : 51, rue des Paradoux - 31000 Toulouse. Téléphone : 05 34 31 26 31- Fax : 05 34 31 26 30 - E-mail : info@ramdam-magazine.com Directeur de publication et Directeur de la rédaction : Pierre Combes. Responsables rédaction : André Lacambra, Virginie Peytavi. Ont participé à ce numéro : Michel Grialou, Pierre Lepagnol, Maeva Robert, Jean Szurewski. Publicité tél. : 05 34 31 26 31, E-mail : commercial@ramdam.presse.fr. Assistants publicité : Jérôme Pasquer. Mise en page : LS. Impression : SEIL Loubet Drémil-Lafage. Crédit photo couverture : Bernard Benant Dépôt légal 2346.96. ISSN 1276-6267. Commission Paritaire : 0513 K 80192. Ramdam est une publication de Ligne Sud SARL 51, rue des Paradoux. Au capital de 8000 €. Par RCS Toulouse 1998B01046. APE 741 G. © Ligne Sud et les auteurs. Téléphone : 05 34 31 26 31 Sauf autorisation écrite de la direction, la reproduction des textes, illustrations, partiellement ou dans leur totalité est interdite. Les documents ou manuscrits non insérés ne seront pas rendus. La direction et la rédaction ne sont pas responsables des textes, dessins, illustrations, publicités publiées qui n’engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

3


3 1 J UI L L E T & 1ER A OÛT D E 2 2 H À 1 H

10

Lauzerte

1IPUPHSBQIJF‰3BQIBFM,BOO/JOB"EMFS

“Un cheminement dans la cité médiévale vers les cours et les jardins investis par les artistes”

4

INFO : 05 63 94 61 94 http://nuitsdelauzerte.free.fr Restauration et grignotage de 18h à 1h Navettes gratuites


Absolument Danse en place

La première édition en 2008 a remporté l’adhésion : le festival Danse en Place, qui envahit donc à nouveau la Place Nationale de Montauban est un véritable pari gagné qui doit son succès à la qualité de sa programmation. Cette année, ne ratez pas Boyakodah, par la compagnie George Momboye et Incidence Chorégraphique, avec les danseurs de l’Opéra de Paris. Deux références qui vous donnent une idée de la richesse de la manifestation.

Bateau Fish

Il est une péniche sur la Garonne, amarrée au Port Saint-Sauveur et déjà repérée pour son resto, qui s’est mis en tête d’accueillir des concerts. Et pas n’importe quels concerts : Bernardo Sandoval, Boudu les Cop’s, Paulo Costa se sont déjà succédé sur cette scène dont la barre est tenue par Gaby Sandoval, nommé programmateur. C’est l’idée de l’été.

L’Ensemble instrumental des Pays de Cocagne

L’Ensemble créé en 2006 sous l’impulsion de Benoît Tisserand fête l’Année Mondiale de l’Astronomie en donnant un concert à la Cité de l’Espace. Au programme Buxtehude, Strauss ou Haydn, mais aussi John Williams, compositeur du thème de La Guerre des Etoiles.

Le 20 juillet à la Cité de l’Espace, Toulouse.

Du 26 juillet au 1er août, Montauban.

© D.R.

séléctions

Certainement La table est mise

Rendez-vous à l’Abbaye de Belleperche à Cordes-Tolosannes dans le Tarn-et-Garonne pour découvrir une exposition alléchante : La table est mise ! Une mise en perspective historique et culturelle de l’art de la table. Jusqu’au 30 septembre, Abbaye de Belleperche, Cordes-Tolosannes.

Musique-sur-Ciel

C’est l’un des incontournables des festivals de musique classique en Midi-Pyrénées : Musique-sur-Ciel célèbre sa 38e édition en accueillant Jonathan Harvey en résidence. Du 17 au 29 juillet, Cordes-sur-Ciel.

Éventuellement

Les Journées Lagraulet

Si vous n’avez pas eu la bonne idée de vous rapprocher de Lagraulet cet été, pensez-y sérieusement : les Journées Lagraulet, festival d’art lyrique aussi sympathique qu’atypique vous attend de pied ferme avec une programmation qui débute par une soirée argentine, Omar Hasan en vedette. Le festival n’oublie jamais de célébrer la gastronomie en organisant des repas sur la place du village où vous pourrez croiser les artistes. C’est par où, le Gers ? Du 16 au 19 juillet, Lagraulet.

5


ÉVÉNEMENTs Expo

Bonnard. Guetteur sensible du quotidien. Jusqu’au 1er novembre. Musée de Lodève (Hérault).

6

© ADAGP Paris 2009

Bonnard, intimiste et moderne A partir des quelques 65 œuvres de Pierre Bonnard qui se partagent ses cimaises, le musée de Lodève peut prétendre avec une certaine légitimité restituer la trame de l’évolution artistique du peintre entre 1988 et 1947, avec un éclairage particulier sur les œuvres du Midi de la France où il séjourna longuement. Ces peintures, aquarelles, dessins, dont la réalisation s’échelonne sur l’ensemble de sa carrière, déroulent le fil d’une pensée libre et moderne, affranchie des nombreux mouvements balisés qui balayent cette première moitié du XXe siècle. Le mouvement des Nabis fut le premier et le seul auquel il revendiqua son attachement : il en garde une prédilection pour le travail de la couleur, la déconstruction de la représentation spatiale, les cadrages singuliers. On lui reproche plus tard cette attitude post-impressionniste : libre mais en questionnement permanent, il revient vers le dessin. Et revendique lui-même, et jusqu’à la fin, son goût pour le décoratif. Sa peinture n’observe pas de rupture franche, les réajustements sont progressifs, pour atteindre une plus grande liberté de forme à la fin de sa carrière. Seul le choix des sujets obéit à une certaine constance : scènes de la vie parisienne, paysages, nus, natures mortes. Ce sont des scènes familières, son environnement, ses proches, qu’il peint et repeint inlassablement. L’exotisme est ailleurs. Il est dans le regard qu’il leur porte, dans sa capacité à faire de postures et de détails de petits poèmes MR du quotidien.


FESTIVAL

© Aurore Dupuis

© D.R.

Hauteur de vue

Chambre avec vues 17 au 20 juillet à Rabastens, Tarn. 05 63 33 28 74 Porté par la personnalité de Guillaume Barraband, Chambre avec vues donne du rouge aux joues de la musique de chambre. Un bol d’air campagnard pour une expression musicale trop souvent cantonnée dans des intérieurs feutrés. En choisissant de prendre ses quartiers d’été à Rabastens dans le Tarn, le festival a l’ambition d’irriguer tout un territoire. Multipiste et à portée de tous, le projet innove tant dans sa volonté de valoriser le patrimoine que dans son souci de démocratiser la musique classique. Les musiciens se produiront dans des lieux inattendus, lavoirs, balcons, pigeonniers, cours ou parcs, toujours dans un esprit de plus grande proximité avec le public. La programmation décline un répertoire déployé de la musique ancienne au contemporain, sans oublier le jazz et le tango. Des choix artistiques originaux, des balades découvertes de l’environnement, une écocharte, de la restauration bio sous chapiteau font de Chambre avec vues un nouveau rendez-vous familial de grande tenue. AL

7


la culture en questions

%BS%JBG %BS%JBG

Jean Hurstel

%BS%JBG

Une nouvelle utopie

culturelle

en marche ?

%BS%JBG

%BS%JBG

ESSAI SUR UNE AUTRE VISION ANALYSE DÉCAPANTE DE L’ACTION NE CULTURELLE EN EUROPE

U

CONJUGUÉE À UN VRAI PLAISIR DE LECTURE !

En vente en librairie le 17 juin et sur le site internet WWW.EDITIONS-ATTRIBUT.FR

%BS%JBG

8


ÉVÉNEMENTs

FESTIVAL

A Tue-Tête Castres ne connaît pas la crise ! La municipalité n’écoutant que son bon cœur a décidé de créer un nouveau festival fin juillet. C’était une promesse de campagne du maire, Pascal Bugis. Une grande manifestation pour la ville dédiée à la chanson française. Son nom : A Tue-Tête. Son affiche : Julien Clerc, Superbus et les BB Brunes. Il y en a donc pour tous les goûts. Pour les midinettes de 55 ans, le beau Julien leur dira à coup sûr qu’elles sont sa préférence et pour seulement 25€ elles y croiront l’espace du concert. Pour les vieux ados de 30 ans, l’explosive Jennifer Ayache, ses cheveux noirs, sa bouche carmin et sa voix… euh… frêle, alias Superbus, est quasi mythique. Et les ados de 14 ans connaissent par cœur les paroles, mais oui il y a du texte, des BB Brunes. Tout le monde se retrouve place du 1er mai pour trois jours de chansons les 24, 25 et 26 juillet. C’est dit !

FESTIVAL

Le Tour of the Universe passe par Carcassonne

C’est l’un des événements musicaux de l’année : la gigantesque tournée des Stades entamée par Depeche Mode après la sortie de l’album studio Sounds of the universe, tournée la plus importante jamais entreprise par le groupe, devrait au total réunir plus d’un million trois cent mille fans pour sa seule partie européenne. Et bonne nouvelle, le 6 juillet les piliers de l’électro-pop de Basildon, survivants de la décennie eighties, installent leurs synthés sur la scène du festival des 2 Cités à Carcassonne, devant les 12 000 spectateurs qui sont exceptionnellement attendus sur l’esplanade Gambetta. Du 4 au 31 juillet, Carcassonne.

9


du 19 mars au 22 septembre 2009

T02211 Insertion effervescente ramdam:Mise en page 1 02/

De Venise à Reynerie... mus ée paul-dupuy arts graphiques arts décoratifs

les dernières acquisitions 2002-2008

Ramdam:Mise en page 1

3/06/09

10:50

Offre valable du 1er juin au 26 septembre 2009

26 SEPTEMBRE 09 LA BUIKA “Niña del Fuego”

10 OCTOBRE 09

N° de licence 09-8730/ 09-8731/ 09-8732

JOSÉ LUIS BARRETO & TANGUÍSIMO

17 OCTOBRE 09 MIGUEL POVEDA “Récital flamenco”

16 JANVIER 10 JEAN-MARC PADOVANI SEPTET “Sketches”

30 JANVIER 10 GÉRARD DARMON “On s’aime”

Page 1

32 e FESTIVAL INTERNATIONAL DE MUSIQUE SACRÉE DE L’ABBAYE DE SYLVANÈS

Réservation Colomiers Info Culture : 05 61 15 23 82

Du 12 juillet au 30 août 2009 PLUS DE 30 CONCERTS À L’ABBAYE DE SYLVANÈS ET EN AVEYRON

Un itinéraire musical à travers les Grandes Traditions Sacrées et Populaires du Monde

L’Harmonie desPeuples

Du Sacré auTraditionnel

300 ARTISTES INVITÉS

Ensemble XVIII-21, le Baroque Nomade Ensemble Constantinople, Ensemble Baroque de Toulouse, Quatuor Accordo, Ensemble Héliade, Ensemble Gli Incogniti, Mathieu Abelli, Fuoco e Cenere, Michel Piquemal, Jean Gouzes, Jean-Michel Hasler, Sirba Octet et Isabelle Georges, Chœur Britten, Quatuor Debussy, Jeff Cohen, Chœur d’hommes Otxote Lurra Carla Pirès, Gospel Dream… RENSEIGNEMENTS & RÉSERVATIONS : 05 65 98 20 20 Retrouvez le programme complet sur www.sylvanes.com

10


© Bob Conan

musique 31 notes d’été

Manifestation estivale bien rôdée après déjà onze ans d’existence, 31 notes d’été explore avec curiosité et envie toutes les possibilités offertes par la création, les artistes et le patrimoine du département de la Haute-Garonne. Initié par le Conseil Général, le festival programme de juillet à août 31 spectacles gratuits dans 32 communes du département, animé d’un esprit d’ouverture qui mêle musique, danse, cirque et ciné-concert, musique classique, funk, hip hop et chanson française. C’est donc au final une centaine d’artistes qui cette année invite le public aux quatre coins du département, souvent dans des sites insolites ou peu connus. Car l’originalité du festival réside aussi dans cette complémentarité qui enrichit le programme musical de propositions des offices de Tourisme et Syndicats d’initiatives qui imaginent visites guidées, dégustations ou expositions en amont des spectacles du soir.  VP Du 7 juillet au 21 août, Haute-Garonne.

Ariège :

Dans ce piémont ariégeois, on métisse allégrement les musiques, le cirque et les arts de la rue depuis maintenant 16 ans, et on s’engage à fond, avec un œil rivé sur l’économie sociale et solidaire et les deux pieds dans le bio et le développement durable. À signaler sur scène la légende reggae Groundation, de l’électro-Brazil, Poum Tchak pour la touche manouche, les Taikonauts et la Tormenta, les cultissimes Violon Profond (standards de heavy metal au violoncelle…), Lone Kent et même du chant diphonique de Mongolie (Huun-Huur-Tu). C’est dire. À signaler Salam Toto et ses ânes en réjouissance circassienne. Un rendez-vous toujours très inventif, avec notamment le plasticien Némo à la déco du festival, secondé d’une bande de jeunes. PL

Terre de couleurs

Festival Terre de couleurs, à Daumazan-sur-Arize, 17,18 et 19 juillet.

Made in America

Des hordes de cow-boys à stetsons, quelques pas de danse country, un Roch Voisine et une poignée d’indiens : l’Amérique du festival de Country Music de Mirande, 1er festival du genre en Europe, s’installe dans le Gers du 9 au 14 juillet.

Souillac en Jazz

Programmation pointue, rencontres aventureuses et heureux métissages : le festival Souillac en jazz version 2009 plante le décor dès son ouverture en confrontant un duo Fred Lewin/Rachel Ratsizafy à l’acoustique des grottes de Lacave. L’exploration des dernières tendances jazz passera par les improvisations de Médéric Collignon et Sylvain Luc, guitariste qui rejoindra aussi Didier Lockwood, Ira Coleman, Keyvan et Bijane Chemirani. Du 21 au 26 juillet, Souillac.

Bijou éphémère

Lorsque l’été revient, le Bijou quitte ses pénates citadins : cette année la scène toulousaine de Philippe Pagès s’associe à la MJC de Luchon pour quatre concerts estivaux, des Malpolis à Didier Labbé.

11


12


Quand elle a sorti son Cheap Show en 2005, elle n’était qu’un O.V.N.I. Depuis, Anaïs s’est imposée comme un concentré pop et fantasque, chanteuse effervescente désormais incontournable. C’est avec elle que démarre à Albi le Festival Pause Guitare.

musique

un amour de femme

Propos recueillis par J. Z.

ruptures... Les histoires d’amour sont pour moi très profondes et j’ai envie de transmettre ça dans mes chansons, de dédramatiser les relations humaines.

Festival Pause Guitare, du 8 au 11 juillet, Albi.

© DR

Pourquoi avoir choisi Peut-être une angine comme premier single et donc emblème de ce nouvel album ? C’était une chanson écrite il y a longtemps et je voulais qu’elle ouvre l’album. Elle fait le pont entre Cheap Show et l’écriture différente de ce nouvel album. En quatre ans, j’ai évolué, mon ironie aussi (rires)… J’avais toujours envie de rire de la vie mais j’avais surtout le désir de laisser plus de place au chant.

Le succès phénoménal de Cheap Show, votre précédent album, a-t-il été une gêne ou un avantage pour composer ce nouvel opus intitulé The Love Album ? Anaïs : Non, pas une gêne, mais une certaine pression, c’est sûr. En fait, il n’y a pas vraiment de solution. Si on rate son premier album, difficile d’enchaîner un deuxième et si c’est un succès, il faut confirmer (rires)… Pourquoi The Love Album ? Je garde toujours le meilleur de mes relations et je reste toujours amie après les

L’amour est toujours aussi présent… Oui, ça m’amusait d’enfoncer le clou avec The Love Album . Déjà dans Cheap Show, je parlais d’amour. De toute façon, 99% des chansons parlent d’amour et de relations. Je crois qu’il n’y a pas grand intérêt à écrire sur autre chose (rires)… Le titre de l’album, c’est en quelque sorte un hommage au flower power, la promesse de quelque chose de très doux et presque de rassurant, une sorte de cadeau que je voulais faire aux gens, comme ça... Vous chantez également en anglais, auriez-vous envie un jour d’une carrière internationale ou de faire un album en anglais ? C’est vrai que j’aime beaucoup écrire en anglais. Même si j’ai beaucoup travaillé pour faire sortir le français. Mais l’anglais et les sonorités c’est beau pour la voix. 13


musique

L’Estivada de Rodez

Huit siècles jour pour jour après la prise de Béziers par l’abominable Montfort, le plus occitan des festivals repart à la rencontre de ses Orients : c’est l’Estivada à Rodez, qui réunira cet été 450 artistes, musiciens, écrivains, conteurs, chanteurs, poètes, soit plus de 60 spectacles, sans oublier le village occitan, l’espace éditeurs et le cabaret d’Oc. Animations de rue et sarabande populaire avec comme toujours quelques combos bouléguants. Sur scène, de Claude Marti à Natacha Atlas en passant par Miquel Gil et l’Orchestre Arabe de Barcelone, c’est parti pour un grand bond en avant sur la Méditerranée.  PL Estivada à Rodez, du 22 au 25 juillet.

Jazz à Montauban

300 artistes, 50 formations et plus d’un mois voué au jazz : le festival Jazz à Montauban n’hésite plus non seulement à s’étendre puisqu’il essaime désormais ses propositions sur l’ensemble du département, mais aussi et surtout à prendre de l’ampleur. Une 28 e édition placée sous le signe du voyage qui abolit les frontières en explorant toutes les racines, tous les continents, tous les styles, tous les jazz. Pour preuve : les Puppini Sisters, Keziah Jones, Richard Galliano et le Trio Rosenberg se partagent l’affiche.  VP Du 3 juillet au 8 août, Tarn-et-Garonne.

Jazz à Luz

Implanter au cœur des montagnes pyrénéennes un festival de jazz curieux, exigeant et avide de l’originalité de la musique actuelle : si le pari n’était pas gagné d’avance, il est depuis longtemps réussi. Le festival Jazz à Luz lance sa 19e édition sans avoir rien perdu de son envie, de son enthousiasme et de sa liberté. Du 10 au 13 juillet, Luz-Saint-Sauveur.

Le bel âge

Art’Cade, scène de musiques actuelles, fête 20 ans de programmation audacieuse et d’activisme culturel forcené à Sainte-CroixVolvestre. Bouquet final des célébrations le 4 juillet avec Jim Murple Memorial.

14

Coup de Blues

La 28e édition du Cahors Bues Festival donne un coup de pouce aux bluesmen français avec le label Blues on Tour. Après une année de préparation, Miguel M, Lenny Lafargue et Guillaume Petite se produiront le 15 juillet à Cahors avant de partir en tournée en Europe.


© DR

musique

La chaleur venue du froid

© DR

Tempo latino n’en finit pas de se réinventer et démontre années après années un talent inné pour surprendre : sûr de ses choix souvent audacieux, guidé par le seul étalon de la qualité et animé d’une foi aveugle en son public, c’est cette année en Angleterre et en Suède que le festival est allé dénicher ses dernières trouvailles, nouvelles sensations de la scène latino mondiale. Résultat : une programmation qui détonne en alignant Snowboy, gourou de la scène afro cubaine en Angleterre à l’origine d’un son explosif et Calle real, formation suédoise qui n’a pas à rougir devant les pointures plus attendues et notamment cubaines, comme Cubanismo, grand orchestre plus traditionnel lui aussi présent à Vic.  VP Du 23 au 26 juillet, Vic-Fezensac.

Les Estivales de Lavaur

C’est par une programmation tous azimuts qui emprunte au théâtre comme au gospel, que la ville de Lavaur propose de ponctuer ses soirs d’été. Lancement en musique le 3 juillet avec Benoît Mardon Quintet dans la cour de la Médiathèque avant d’explorer la musique classique, notamment avec l’Orchestre national du Capitole de Toulouse et La Symphonie du nouveau monde de Dvorak le 10 juillet. Du 3 juillet au 16 août, Lavaur.

Toulouse d’été

La scène musicale toulousaine dans sa très grande diversité répond en été à un rendez-vous rassembleur : guitaristes flamenco, artistes lyriques, accordéonistes, violonistes, tous invitent le public dans les plus grands lieux du patrimoine pour donner vie à un festival qui, piochant ses références au jazz comme à la musique de chambre, s’envisage comme une vitrine enthousiasmante de la richesse créative et de l’énergie inspirée par la ville rose. Toulouse d’été mêle donc dans une joyeuse inspiration des hommages à Haydn et Mendelssohn menés par l’Orchestre de chambre de Toulouse, le Quatuor Ardeo, Adam Laloum ou encore le Quatuor Modigliani, des citations à Nougaro imaginées par Paulo Costa ou de grands rassemblements d’artistes portés par la même fougue : ce sera le cas avec la soirée Toulouse en chansons… du monde, création d’un collectif inédit qui met en scène 9 artistes aux horizons musicaux très différents, de Guillaume Barraband à Rita Macedo, d’ Ange B à François Dorembus.  VP Du 15 juillet au 7 août, Toulouse.

15


16


musique

Pourquoi faut-il

(encore) aller à Marciac ? Si le côté tout simplement incontournable de l’événement ne suffit pas à vous donner immédiatement envie de goûter à l’ambiance du plus grand festival jazz de France quitte à y aller sur les mains, voici 3 raisons objectives qui vous obligeront à faire la route jusqu’à Marciac, quitte à y aller en marchant sur des braises.

1/Pour l’ouverture : Sonny Rollins, rien de moins, ouvre le 32e festival Jazz in Marciac. Derrière ses lunettes noires et son saxophone, près de 80 ans de jazz vous contemplent. Et pas n’importe quel jazz : celui du New-York des années 30, celui des clubs de Harlem qui voient défiler Billie Holiday, Ella Fitzgerald, Charlie Parker et bien d’autres encore. Celui de la contestation des années 50 et du retour aux racines, au cœur de l’Afrique, du calypso et du gospel. Celui d’un son mythique, de la légende. 2/Pour la clôture : les Latin Giants, rien de moins, font la clôture de Jazz in Marciac. Sur scène, 17 musiciens dont d’anciens membres de l’orchestre de Tito Puente se lancent dans une relecture du jazz des années 40 et 50 à New York. 3/Pour l’intervalle : Thomas Dutronc, Ahmad Jamal, Jan Garbarek, Wynton Marsalis, David Krakauer, Avishai Cohen, Manu Katché, des pointures comme des découvertes : un vrai festival, quoi !  VP Du 31 juillet au 16 août, Marciac.

Tangopostale

Tous les tangueros du monde se donnent rendez-vous du 1er au 5 juillet à Toulouse pour la première édition du festival Tangopostale. Animations de rue, concerts, bals et conférences au programme.

Caves de jazz

Un nouveau venu du côté des festivals jazz : il s’appelle Vinovaliejazz et marie musique et vins du sud-ouest, mêlant dans une heureuse combinaison pointures et découvertes, caves de Fronton et Médéric Collignon, Pulcinella et vignoble de Técou.

Millau en Jazz Pour fêter sa majorité (déjà 18 ans de présence estivale), Millau en jazz a décidé de n’en faire qu’à sa tête et de ne programmer que les vrais coups de cœur de l’équipe du festival. Fidèle à sa réputation Millau résiste donc à l’uniformisation des goûts et propose aux festivaliers de satisfaire leur curiosité. Ibrahim Maalouf, Serge Lazarévitch et Stabat Akish sont au programme. Du 11 au 18 juillet, Millau.

Traversée musicale La traversée se poursuit jusqu’au 28 juillet pour les péniches du festival Convivencia qui proposent à chacune de leurs étapes une programmation musiques du monde.

17


Le moment le plus jazz de l’été

32éme festival

marciac, gers, Midi-Pyrénées

31 juillet 16 août 2009

MAIRIE DE MARCIAC

18


Classique © Bernard Benant

Le piano aux sommets

Comme un très large public européen, participez cet été encore à la recherche, à l’approfondissement des richesses des patrimoines culturels, intra-muros, et par-delà nos frontières. Suivez simplement l’itinéraire musical de ce Festival, pôle culturel unique car, à travers les Grandes Traditions, c’est bien toute l’Harmonie des Peuples, du Sacré au Traditionnel, qui s’invite au voyage et à la découverte. A l’Abbatiale, les Polyphonies, qu’elles soient, corses, basques, de Georgie ou d’Italie du Sud enchanteront les présents. Un grand moment de pur classicisme avec le Requiem allemand de Johannes Brahms donné en version orchestre ou deux pianos. L’Amérique du Nord vous apportera des pièces classiques de Bernstein et Gershwin ou à un concert bien plus rare de musique traditionnelle yiddish à l’âge d’or de la comédie musicale américaine. Les lieux mythiques vous feront presser le pas car il y a foison encore. Pensez, 27 MG évènements, plus un Festival Off !  Festival de l’Abbaye de Sylvanès-du12 juillet au 30 août.

XXXIIè Festival International de Musique Sacrée

de L’Abbaye de Sylvanès

Piotr Anderszewski

Le pianiste Piotr Anderszewski nous livre en 2 CD un bien beau récital enregistré live au Carnegie Hall de New-York. Le programme court de J. S. Bach avec une Partita à Bela Bartok en passant par Beethoven, Schumann et Leos Janâcek. Virgin Classics.

Comment diable faire sortir la musique classique des salles de concert ? Le festival Piano Pic apporte sa réponse en faisant prendre l’air aux pianos, qu’il transporte dans quelques hauts lieux du patrimoine pyrénéen, de l’abbaye de l’Escaladieu au Pic du Midi. Un accueil au cœur des vallées pyrénéennes pour les musiciens de haut niveau et de renommée internationale programmés par Piano Pic.

Orgue à Cintegabelle

Déjà le 20e anniversaire du festival. L’église de Cintegabelle continue d’accueillir les plus grands organistes pour des concerts à 17h à des tarifs plus que confidentiels. On retiendra le cœur du festival, Orgue ô champs, les 17, 18 et 19 juillet, qui réunira l’Ensemble Organum, l’Ensemble Antiphona ou encore Christophe Mantoux à l’orgue. Les Jacob, Zakova, Bouvard, Menissier, Revel, Dupont seront au rendez-vous, les amoureux de l’orgue, aussi. Du 5 juillet au 17 octobre, Cintegabelle.

Maria Joao Pires

Pour son dernier album, Maria Joao Pires a choisi d’interpréter des oeuvres du Frédéric Chopin tardif. Un véritable cheminement dans cette période qui inclut la Sonate pour violoncelle et piano. Un double CD dégageant une troublante émotion. Parution chez DG.

19


Vof!tbjtpo!ef!s‘wf)t*Ê Bojan Z Trio / François Morel / Renegades Steel Orchestra / Patrice Chéreau / Dominique Blanc / Patrick Pineau / Jean-Pierre Darroussin / Burhan Oçal et l’Istanbul Oriental Ensemble / The Last Poets / David Gabison / François Rancillac / Jean Sclavis / Emilie Valantin / Christian Gonon / Comédie Française / Gilles Bouillon / David Dimitri / Figuren Theater Tübingen / Le Cirque Précaire / Cie O.P.U.S / Casse Noisette made in China / Ballets de Lorraine / Didier Deschamps / CCN du Havre / Hervé Robbe / Les insolites de mars /La Zampa / Bernard Soustrot et les solistes de la Camerata de France / Haïdouti Orkestar / Taraf Dékalé / Quatuor Bedrich…

s a i s o n

2 0 0 9/ 2 0 1 0

THÉÂTRE, ARTS CROISÉS, DANSE, MUSIQUES, SCÈNES SLAM, SAISON JEUNE PUBLIC, CINÉMA ART & ESSAI, SPECTACLES DÉCENTRALISÉS…

www.sn-albi.fr

Scène Nationale d’Albi - place de l’Amitié entre les Peuples 81000 ALBI - 05 63 38 55 56 - accueil@sn-albi.fr Conception : Fresco François Cadeau/Pauline Redoulès - Scène Nationale d’Albi - Licences d’entrepreneur de spectacles : n°1-1003357- n°2-1003358 - n°3-1003359

20


Classique

© Andrew French

Trois quatuors

Quatuor Modigliani

Pour l’anecdote, Philippe Bernhard, violon, et Laurent Marfaing, alto, ont arpenté tout jeunes les couloirs du CNR de Toulouse. Depuis ils ont fait du chemin et ont créé en 2003, avec deux autres amis rencontré au CNSM de Paris, le quatuor Modigliani. Dans le cadre du festival Toulouse d’Eté, ils interprètent un programme dédié à Haydn et Mendelssohn, compositeurs dont ils ont gravé deux enregistrements salués par la critique. Ils joueront les célèbres instruments du Quatuor des Evangélistes de Jean-Baptiste Vuillaume, grand maître de la lutherie. Un moment de beauté musicale au Cloître des Jacobins.

31 juillet, Eglise de Martel 2 août, cour Caviole à Cahors

Toulouse d’été 17 juillet

Quatuor Jeu de Dame

Ce carré féminin est ouvert aux quatre vents musicaux. Le quatuor Jeu de Dame ne craint pas les grands écarts et propose dans le cadre du festival de Saint-Céré le quatuor jazzy en fa majeur de Ravel, mais encore des ragtimes enjoués de Scott Joplin, le gros rock de Nirvana et pour finir une touche pop from Beatles. Une audace payante pour un projet atypique élaboré autour du rythme.

Quatuor Ardeo

Un quatuor exclusivement féminin à l’ardeur communicative. Les quatre instrumentistes se sont rencontrées au Conservatoire supérieur de Paris et ont créé dans la foulée le quatuor Ardeo. Ces dernières années, les jeunes musiciennes accumulent prix et récompenses qui honorent un engagement, une ampleur et une homogénéité de son exceptionnels. À Toulouse, elles joueront AL Haydn, Mendelssohn et Ligeti.

Toulouse d’été 4 août, Cloître des Jacobins, Toulouse

21


de se laisser tenter

22

w w w.09bonnesraiso n s . c o m

DDB Travel & Tourism - Illustration Camille Baudoin

09 bonnes raisons


© DR

Classique Festival de Saint – Céré,

Pour sa 29e édition, ce festival revient à ses fondamentaux, souhait de son créateur Olivier Desbordes, à savoir : accompagnement et insertion professionnelle de jeunes artistes, élargissement des répertoires, actions de décentralisation, et développement vers tous les publics, résident ou estival, tout cela par une collaboration active avec des villes comme Cahors, Souillac, …afin d’irriguer toute la région, tout en animant des lieux patrimoniaux splendides. Ainsi la famille d’artistes s’agrandit et élargit ses choix musicaux pour les partager avec ses publics et poursuivre la formidable aventure. Ce sera une nouvelle production de La Flûte

le retour aux sources

enchantée dirigée par Joël Suhubiette et mise en scène par le ’vieux’ complice Eric Perez, avec une nouvelle génération de jeunes chanteurs. Une reprise, La Traviata, ce drame discret de la bourgeoisie, dont la mise en scène fut saluée ainsi que la direction rigoureuse de Dominique Trottein. Une création en France, Berlin, années 20 ! , la revue créée à Berlin en 1929 par Marlène Dietrich et Margo Lion. Un oratorio se glisse pour trois soirées, Carmina Burana, la fameuse cantate scénique de Carl Orff. Entre un récital de Mélodies de Kurt Weill, une soirée éclectique Quatuor à cordes, des lieder de Schubert revisités selon l’artiste musicien Bernard Cavanna, il faut repérer le Festival Off avec neuf concertsMG découvertes gratuits à Saint-Céré.  Du 27 juillet au 15 Août, Saint-Céré.

Sous l’égide du CIRMA – centre itinérant de recherche sur les musiques anciennes – dépendant de l’association Organum résidant à l’abbaye de Moissac, ce festival de musique sacrée s’organise cet été autour de deux temps forts : la fête de Saint-Jacques de Compostelle avec un chœur du CIRMA très sollicité, et la grande journée de l’improvisation dans les musiques anciennes avec luth, cornet à bouquin, carillon, viole vièle, …et chanteurs. Des moments très forts dans des lieux si imprégnés de musique.

© DR

Les Diagonales d’été

Du 13 au 26 juillet, Moissac, Lauzerte

Musique des lumières Un festival l’été, c’est tout d’abord un lieu. L’Abbaye- Ecole de Sorèze en est un. Patrimoine architectural brillamment restauré, elle renoue avec sa tradition culturelle mais sous une autre forme. Le symphonique fait l’ouverture avec l’Orchestre national du Capitole dirigé par Tugan Sokhiev. Chan-

ticleer, un ensemble américain, fera revivre quatre siècles de chants folkloriques, populaires et spirituels. Joël Suhubiette et le Chœur de Chambre «  Les Eléments » participent à deux soirées, le Requiem de Mozart, et Méditerranée, un ensemble de Polyphonies anciennes et

modernes en hébreu, araméen, latin et grec ancien. Avec sa Traviata, l’Opéra Eclaté disputera la vedette à l’ensemble Pythagore résolument tourné vers les XXe et XXIe siècles. Mais, Haendel, Haydn, sont là aussi. Consultez l’agenda ! Du 4 au 18 juillet, AbbayeEcole, Sorèze. 23


théâtre

Création Pascal Pariselle ©2009 / 06 100 95 200 > N° licences entrepreneur de spectacles : 315696 / 315697 / 315698

Moissac entend des voix

Pendant cinq jours, des voix venues de tous les horizons résonneront dans les rues, sur les places, dans les jardins et les hauts lieux de Moissac : c’est la 13e édition de son Festival de la voix, festival événement planté au beau milieu de l’été qui ne cesse de s’épanouir. Contes, chansons, théâtre, lectures feront entendre les voix d’artistes de nature et de réputation diverses, dont l’incontournable timbre de Julia Migenes et l’énergie explosive d’Amélie Les Crayons. C’est par une étape du festival Convivencia que s’ouvre la manifestation, et donc par un concert voix du monde, et plus précisément de Guinée Bissau avec Eneida Marta, avant de faire la place au théâtre, et notamment à la Cie 198 Os, qui présentera son Horace Nomade et aux Lectures au jardin de la compagnie Paradis Eprouvette. A pister, les programmations jeune public et arts du cirque qui proposent de belles découvertes.  VP Du 9 au 13 juillet, Moissac.

Cyrano,

Renseignements

05 62 27 60 71 www.toulousedete.org

Rimailleur, bravache, chevaleresque, flambard et spirituel. Bavard, amoureux, douloureux, vraiment too much, il faut à Cyrano de Bergerac une scène à la dimension de sa démesure. Le festival de Gavarnie lui offre tout un cirque avec des tréteaux classés au patrimoine mondial de l’Unesco. De la hauteur, de la grandeur, du lyrisme, Cyrano enfin chez lui.

au sommet de la rime

16-28 juillet par le Théâtre Fébus, Gavarnie.

24


Au chevet de la planète

Festival de la création enfantine, Festi’drôle reprend ses quartiers d’été à Simorre dans le Gers les 4 et 5 juillet. Pour sa 15e édition, la manifestation a décidé d’initier les enfants au développement durable.

Cirque, danse et théâtre sont au programme de sept week-ends d’été au Château de Laréole. Des spectacles gratuits qui mettent à la fois en lumière des artistes locaux et le riche patrimoine de ce château Renaissance classé à l’Inventaire des Monuments Historiques et propriété depuis 1984 du Conseil Général de la HauteGaronne. Parmi les compagnies invitées, on retiendra Le Grenier de Toulouse, Paradis-Eprouvette, le Boustrophédon ou les Furieuses : que du bon !

© DR

Laréole se donne en spectacle

Fêtes médiévales

Ne ratez surtout pas les 38e Fêtes médiévales de Cordessur-Ciel si vous avez toujours été tenté par l’aventure d’un voyage dans le temps. Bals, ateliers, banquet médiéval costumé créent l’illusion parfaite les 13 et 14 juillet.

Du 11 juillet au 23 août, Château de Laréole.

L’Eté de Vaour

L’humour signe l’originalité du festival de Vaour. Une thématique fédératrice pour cette manifestation née en 1986 qui accueillait alors 1 600 spectateurs. Aujourd’hui, fort des 12 000 personnes venues lors de la précédente édition, le festival se positionne comme un grand de la région

Midi-Pyrénées. C’est en plein air, en salle ou sous chapiteau que L’Eté de Vaour prend ses aises et envahit le petit village tarnais avec une trentaine de propositions scéniques. Depuis toujours consacrée à « l’humour sous toutes ses formes » la programmation surfe sur le théâtre, le cirque et les spectacles musicaux. Allez hop, on y va ! Du 1er au 8 août, Vaour.

25


Voix ¡ Chemin Faisant ! Pôle Territorial de Rayonnement Culturel de Moissac

de la

FESTIVAL

La rentrée à la Salle Nougaro

Moissac TARN

et

GARONNE

Licence de spectacle: 824920-824921-824922 / SIRET : 33976378100012 . Réalisation : LDM - www.assolocomotiv.com

Chanson 

Récréations Nougaro

Jeu 10 et Ven 11 septembre 20h30 Hervé Suhubiette et Pulcinella Jazz 

«Le Coq et la Pendule» Mar 22 septembre 20h30

Hommage à Claude : Ceccarelli, Linx, Imbert, Goualch

DU 0 9 J U I L L E T a u 1 3 JUILLET 2009 JULIA MIGENES, HUUN HUUR TU, COMMANDO NOUGARO, AMELIE LES CRAYONS

PADAM, JACKIE STAR, CIRQUE PRECAIRE, LE PETIT BAL PERDU, ENEIDA MARTA Cie ECHAPPEE BELLE, EMILIE CADIOU, CHET NUNETA, GUILLAUME LOPEZ en COMPANHIA Cie ISADORA, Cie CREATURE, Cie PARADIS EPROUVETTE, Cie du BOUT DU NEZ, Cie GORKY, Cie 198OS, DU BARTAS…

www.moissac-festivaldelavoix.fr Renseignements et réservations : 05 63 04 65 14

26


3

1 2 3

© Nelly Blaya

théâtre

raisons

d’aller au Festival théâtral de Figeac

1 Pour les créations

Toujours dirigé par les Tréteaux de France, le festival de Figeac affiche la nouvelle création de l’année de cette compagnie itinérante à savoir Oncle Vania. Marcel Maréchal et Michel Demiautte mettent en scène la pièce d’Anton Tchekhov dans la traduction originale d’Arthur Adamov. Deuxième création, celle de la compagnie L’œil du Silence, Macbeth et Lady, mise en scène par Anne Sicco. Une adaptation originale du Macbeth de Shakespeare.

Du 23 juillet au 1er août, Figeac (Lot)

2 Pour les compagnies régionales

Depuis toujours, le festival fait la part belle aux meilleures compagnies régionales. Cette édition programme Didier Carette et le théâtre Sorano avec la pièce de Copi Le Frigo, un monologue tragi-comique porté avec talent par le comédien Régis Goudot. Le Tarnais Ivan Morane nous fait découvrir le romancier Georges Brassens avec La Tour des miracles. La compagnie Les Carboni de Marseille présente l’opérette Un de la Canebière de Vincent Scotto. Avis de Tempête (La Rochelle) métisse l’Ubu Roi de Jarry mêlant théâtre, cirque et marionnettes sous chapiteau. Enfin, la compagnie L’Art Mobile (Sainte-Geneviève-des-Bois) joue Homme pour homme de Bertold Brecht.

3 Pour les lectures et les entretiens

Du texte, de l’insolence et de l’humour, du grave et du léger, Place des Ecritures dévore tout. Autour d’Adamov et de Boris Vian, ces lectures théâtrales ont pour thème la redécouverte du théâtre français des années 50. En collaboration avec Lire à Figeac et Africajarc, le festival organise une rencontre avec Mohamed Kacimi. Enfin, le festival se fait aussi l’écho des manifestations qui se déroulent pendant son temps comme pour les Entretiens de Figeac et la Fête théâtrale de Prendeignes. 27


28


© Juanjo Montilla

théâtre

Festival en Bastides

Villefranche-de-Rouergue, La Bastide-L’Évêque, Sauveterre-deRouergue, Najac, Villeneuve-d’Aveyron : cinq en lice pour cette 10e édition du Festival en Bastides, soit cinq bastides aveyronnaises, réunies cette année encore pour une programmation qui mêle dans la bonne humeur théâtre de rue, danse contemporaine, cirque, déambulations et mouvements. Au rayon cirque, Les Sanglés feront intervenir La brigade de dépollution. Il y aura aussi les Apostrophés, qui jonglent et

Spectacles de grands chemins en vallées d’Ax

Cela se passe en bas, dans la station d’Ax-lesThermes, mais aussi là-haut sur le plateau de Bonascre, à Orlu, à Mérens comme à Bestiac, toujours en Ariège. Un festival de monts et vaux qui mêle théâtre de rue, cirque et musiques. Pour cette douzième édition, on retrouvera quelques habitués des lieux, avec notamment Les Alama’s Givrés, Turak théâtre d’objets, Carnage Productions, l’Agence Tartar(e), mais aussi les Colombiens de Barcelone Palo Q’Sea, l’Opéra Pagaï et même les Trois Points de Suspension pour un Voyage en bordure du bord du bout du monde, pas moins…  PL du 29 juillet au 1er août, Ax-les-Thermes.

dansent leur Passage désemboité, et les…Décatalogués, sans oublier des propositions clowns et marionnettes ; le jeune public devrait donc s’y retrouver. En décalage fanfare, Taraf Goulamas, soit une fanfare culinaire tzigane, et les Ouiche Lorène, plutôt skafunkpunk. La Droguerie Moderne fera aussi sa Réclame dans la rue. Côté danse, les compagnies Banc Public et les Baigneurs. Une rubrique cape et d’épée a même été prévue, avec l’Afag Théâtre qui racontera Les trois mousquePL taires en une demi-heure… Respect. Festival en Bastides, du 3 au 8 août. Aveyron

Mirepoix, castelet pour marionnettes

Mirepoix, la cité où l’on aime le déguisement et la farce, entretient un lien privilégié avec la marionnette, qu’elle célèbre au mois d’août depuis 21 ans : un festival qui participe et profite tout à la fois du renouveau de la marionnette contemporaine comme en atteste la très dense programmation proposée sur quatre petits jours de festival. Les compagnies témoignent cette année encore de leur formidable capacité de renouvellement, de leur créativité, de leur diversité, et affichent toujours de belles surprises. Aux côtés du festival Marionnettissimo, le réseau se dessine et s’affirme en Midi-Pyrénées. MR Festival MiMa. 6 – 9 août, Mirepoix

29


ART ABSTRAIT D’APRÈS-GUERRE ET ART CONTEMPORAIN

26, rue de Metz s 31000 Toulouse +33 (0) 561 142 327 s +33 (0) 689 991 065 l a g a l e r i e 5 @ o r a n g e . f r s w w w. l a g a l e r i e 5 . f r Gal5-RamDam.indd 1

5/06/09 15:55:49

3, place du Capitole 31000 Toulouse_téléphone 05 62 30 23 30 e-mail : contact@caisseepargne-art-contemporain.fr site : www.caisseepargne-art-contemporain.fr blog : www.lesfeesetlecureuil.org

du mardi au samedi de 11h à 19h30 et le premier dimanche de chaque mois de 15h à 19h30_entrée libre

respiration Marine Bourgeois

8 juillet au 5 septembre 2009

Fondation d’entreprise espace écureuil / Caisse d’Epargne Midi-Pyrénées

30 Bourgeois-ramdam.indd 1

28/05/09 10:20:49


© DR

théâtre

L’été à la Cave

Une programmation pleine de fraîcheur pour savourer l’été : la cave Poésie ne ferme pas ses portes avec la chaleur et maintient au cœur de la ville rose une programmation de qualité. Se succèderont donc Jean-Pierre Tailhade, Esther Nourri, la Compagnie Paradis-Eprouvette ou encore Ananda.

Nouvelle Arène

C’est sur la commune de Coutures en Tarn-et-Garonne que la Cie Arène Théâtre d’Eric Sanjou inaugure un nouvel espace de représentation en plein air. L’Arène accueillera donc leur dernière création, Marat-Sade de Peter Weiss, du 24 au 31 juillet.

© Philippe Laurençon

Pronomade(s)

L’été au Colombier C’est pour le moins un spectacle de saison que propose la programmation estivale du Théâtre du Colombier en puisant du côté de Shakespeare avec Le Songe d’une nuit d’été. Une mise en scène pleine de surprises, des décors truffés d’inventivité accompagnent le texte de Shakespeare servi par la troupe du Théâtre Lamartine, qui fête ses vingt ans. Du 21 juillet au 1er août, Théâtre Le Colombier, Cordes-sur-Ciel.

Dans le Comminges, Les Pronomades, c’est une large saison de danse, de cirque, de propositions et de parcours, de théâtre de rue par monts et villages. Des inédits et de belles surprises dont vous serez le spectateur, parfois même le héros convaincu. Les 3 et 4 juillet, c’est le cirque Aero qui pose son chapiteau derrière l’église de Labastide-Paumès pour présenter le tome deux de sa trilogie circassienne. Les 8 et 9 juillet, au tombé du soir, la Cie Iatus vous invite à une errance poétique dans le parc du château de Saint-Ignan. Un parcours nocturne, paisible et sensible, rythmé de sculptures sonores, d’objets animés, de musiques de rêves… Cette année, la rituelle balade champêtre collective n’aura pas lieu, mais pour la fin août (28, 29 et 30), la chorégraphe Patricia Ferrara et le groupe Unber-Humber ont concocté des «Promenades préparées», pour petits groupes (pensez à réserver). Vous suivrez les danseurs sur un chemin en marchant avec eux à travers le paysage, ou à côté, ou en dedans. Une expérience spatiale, du temps soudain retrouvé, et de belles sensations en perspectives. À la rentrée, quelques «perturbations chorégraphiques» sont prévues jeudi 3 septembre dans le centre de Saint-Gaudens, : un travail discret comme un contact intime, soit quatre miniatures dansées à saisir comme l’instant même, proposées par PL la Cie Pernette du côté du marché…  Pronomades en Haute-Garonne

31


cinÉma

© Cinémathèque de Toulouse

Mercredi 15 juillet Adam Laloum, piano Bon anniversaire Monsieur Mendelssohn Jeudi 16 juillet Association Escambiar Le Quartier en dansant et en chantant poliment Jeudi 16 juillet Orchestre de chambre de Toulouse Hommage à Haydn Vendredi 17 juillet Quatuor Modigliani Vive Haydn et Mendelssohn Mardi 21 juillet Ensemble Doulce Mémoire Requiem des rois de France Mercredi 22 juillet Le Grand Toz et Kat ça-i Prise de Terre (création) Jeudi 23 juillet Paco Serrano… Palokortao (création)

CINÉMA EN LIBERTÉ

Vendredi 24 juillet Yol Hikayesi D’Istanbul à Toulouse (création) Mardi 28 juillet Stabat Akish Stabat Akish (création) Mercredi 29 juillet Paulo Costa… Toulouse en Bossa (création) Jeudi 30 juillet Collectif Toulouse en chanson Toulouse en chansons… du monde (création)

Mardi 4 août Quatuor Ardeo Vive Haydn et Mendelssohn Mercredi 5 août Diana Baroni Trio and guests Flor de verano Jeudi 6 août Souleyman’ & the Yala Crew Mix up, mix up, roots reggae soul music (création) Vendredi 7 août Les Vieilles Pies et la Fanfare P4 Quais en fête 15, 16, 21, 23, 28, 30 juillet, 4 et 6 août Les Pauses musicales (d’été) Renseignements : 05 62 27 60 71 www.toulousedete.org

32

Création Pascal Pariselle ©2009 / 06 100 95 200 > N° licences entrepreneur de spectacles : 315696 / 315697 / 315698

Vendredi 31 juillet Leonardo Sanchez… Tangoleón (création)

C’est devenu un rituel, un rendezvous qui marque l’arrivée des beaux jours et donne l’impression de faire l’école buissonnière : l’été venu la Cinémathèque se met au diapason des vacances, délaisse le confort de ses fauteuils et le silence des salles obscures pour installer quelques chaises en plein air et organiser des projections dans la cour du 69 rue du Taur. Pour que le plaisir soit total à s’abandonner à cette coupure estivale, l’institution prend des libertés avec sa ligne de conduite en proposant une programmation qui s’affranchit de toute thématique. La seule exigence est de rassembler des grands films de l’histoire du cinéma. On y verra donc Gilda, Le Dictateur, Mean Streets ou La Nuit du Chasseur. Le tout à la belle étoile, on y court.  VP Jusqu’au 1er août, Cinémathèque, Toulouse.

Résistances 100 films, 4 thèmes : le festival Résistances fait encore face et respecte sa ligne de conduite. Du 3 au 11 juillet à Foix, c’est de cinéma engagé dont il est question.

Rien à perdre À voir absolument, Rien à perdre, le dernier film de Jean-Henri Meunier, réalisateur de Ici Najac, A vous la terre. Un regard sur le combat des mal-logés à Toulouse.


FAITES DE L’IMAGE

Une nuit entière vouée à l’image et aux émotions cinématographiques, la proposition est suffisamment inattendue et originale pour qu’on l’accepte illico. D’autant qu’elle émane des Vidéophages, collectif de passionnés qui organise là sa 8e Faîtes de l’image. L’événement, itinérant, investit cette année le quartier toulousain des Minimes de ses expositions, ateliers, installations, projections et cinéspectacles. Conseil d’ami : laissez-vous captiver par les Machines à Images du Professeur Masson, passé maître dans l’art du détournement. 4 juillet, Quartier des Minimes, Toulouse.

vagabondages

© Luc Adolphe

C’est autour d’une rétrospective Luc Moullet que sont organisées ces 25e Rencontres Cinéma de Gindou, toutes prêtes au rythme d’une projection par jour à explorer la dérision et le burlesque de ce touche-à-tout. Les habitués retrouveront la carte blanche laissée à la Cinémathèque de Toulouse, sur le thème cette année de l’orientalisme au cinéma, et les vagabondages cinématographiques du festival. Du 22 au 29 août, Gindou.

La toile filante

Si la Toile Filante reste avant tout un événement cinématographique, ce festival itinérant lancé voilà 14 ans par le Parvis Scène nationale emprunte tous les chemins pour mener son aventure à bien et signer son originalité. D’abord en soignant le cadre : les sites choisis pour accueillir ses projections en plein air se démarquent par leur richesse patrimoniale ou leur singularité. Ensuite en faisant une place à la musique avec des concerts musique du monde en première partie de soirée. Enfin en menant une sélection de films tous azimuts, en projetant aussi bien des documentaires que des fictions, des films d’animation comme des films muets. Jusqu’au 31 juillet, Hautes-Pyrénées.

Work in progress

C’est comme du cinéma en direct, inédit, surprenant, hypnotique : l’installation s’appelle Déchets d’œuvres et prend pour point de départ une esplanade jonchée d’objets abandonnés. Guidé par un parcours de luminaires et de sculptures, le visiteur est invité à y déambuler et à s’emparer de ces objets offerts à sa créativité. Une retransmission vidéo immédiate de l’œuvre en cours clôt le dispositif. Ce n’est là qu’une expérience parmi tant d’autres à vivre durant Les Nuits de Lauzerte, spectaculaire festival qui fête sa 10e édition autour du thème de la Cité mutante et mêlant rideaux et concerts d’images, musiciens, danseurs, plasticiens parvient à fixer dans les rétines l’étrangeté de ces nuits. 31 juillet et 1er août, Lauzerte.

33


34


cinÉma

Après De battre mon cœur s’est arrêté, le réalisateur Jacques Audiard signe un nouveau choc avec Un prophète, récit puissant de l’ascension fulgurante en milieu carcéral d’un sans-abri illettré.

Le fils prodige

Propos recueillis par Jean Zeid

en faire un film : mon héros doit tout à la prison.

Le film de prison est un genre en soi, un genre américain d’ailleurs… Jacques Audiard : Oui, c’est vrai, il y avait la volonté de faire un film de genre mais c’était avant tout dicté par le scénario que j’avais sous la main. Il y avait surtout de la défiance. Ces temps-ci, la représentation que l’on a de la prison est, soit marquée par le fait de société traité par les médias, soit par les séries américaines comme Prison Break ou Oz. Et à vrai dire, ni l’une ni l’autre ne me satisfont. La vérité est peut-être entre les deux. C’était une ironie suffisamment intéressante pour

Cela me plaît de faire bouger les lignes.

La précision de la reconstitution participe également à l’efficacité de ce huis clos. J. A. : Je ne sais pas si les détails sont justes mais je sais que je voulais que tout soit crédible, que ces détails existent comme du réel. Alors, oui, on s’est pas mal documenté avant de tourner le film. Au départ, on a cherché un décor et on a donc visité pas mal de prisons et de maisons d’arrêt. Comme on ne pouvait pas tourner dans ces lieux, nous avons été dans l’obligation de construire un décor. Mais attention, ce n’est pas un décor comme en studio où l’on peut bouger les murs pour pouvoir placer les caméras. On voulait une taule rien que pour nous et on l’a eue. Après, le réalisme vient de luimême.

Un prophète est un film de genre, mais mélange aussi les genres : l’onirisme, le fantastique… J. A. : Je voulais faire un film de genre avec des visages inconnus hormis celui de Niels. Les scènes oniriques et le fantastique avec le fantôme permettaient de donner une vie intérieure au héros. Cela me plaît de faire bouger les lignes. Le cinéma ne doit plus seulement utiliser un outil légué par le passé.

35


DDB Travel &Tourism - Crédit photo : L. Moynat

ENVIE DE TARN ?

Découvrez tous nos bons plans sur :

36

www.tourisme-tarn.com


cinÉma

d’origine maghrébine. Trois générations se rencontrent et se racontent : les anciens ouvriers dont l’usine est maintenant désaffectée, leurs enfants qui cherchent désespérément un meilleur travail, et les petits enfants dont l’avenir semble bien compromis. Pas de banlieue parisienne, pas d’esthétisation de la misère, pas de relations conflictuelles entre les personnages, juste un beau film léger et émouvant. Jean-Pierre Bacri est parfait dans son rôle de bougon, bon bougre pétri de sentiments mais acharné à n'en rien laisser paraître. À découvrir absolument. Le 22 juillet © François Duhamel

Adieu Gary

Un premier film, on y met tout, toute sa jeune vie, de Nassim Amaouche toutes ses envies. Quant ça passe la barre de la digestion, ça s'appelle un coup de cœur, une belle découverte. C'est ainsi que l'on peut qualifier le premier long métrage de Nassim Amaouche, Adieu Gary. Grand Prix de la Semaine de la Critique au dernier Festival de Cannes, Adieu Gary nous balade dans une ancienne cité ouvrière Ardéchoise, aux allures de village fantôme de western. Là vit une poignée d’habitants

Là-haut

Après les jouets, les monstres, un de Pete Docter et Bob Peterson rat cuisinier ou encore un poisson-clown, les studios Pixar sont de retour avec une nouvelle animation à haute teneur en émotion. Leur dixième film s’attache à un étonnant duo : un vieillard et un garçon dodu dans une maison attachée à des milliers de ballons. Mais où peuvent-ils bien trouver des idées pareilles, me direz-vous ? Mystère. En tout cas, le premier film en 3D made in Pixar est un ravissement capable de faire rire mais aussi pleurer, le tout avec des lunettes sur le nez. Un exploit… Le 29 juillet

Inglourious Basterds

de Quentin Tarantino

Entre Les douze salopards et Kill Bill Volume 2, Quentin Tarantino revisite l’occupation allemande dans la France de 39/45. Inglourious Basterds collectionne ainsi les références au cinéma européen : western spaghetti, Clouzot, Leni Riefenstahl, etc. Côté distribution, c’est la fête au générique avec Brad Pitt, Eli Roth, Daniel Brühl, Michael Fassbender, Diane Kruger, Mélanie Laurent et surtout l’épatant acteur Christoph Waltz, formidable prix d’interprétation au dernier Festival de Cannes. Sauf qu’il ne sauve pas Tarantino d’une propension au bavardage incessant. Un film de guerre sans guerre en somme… Heureusement, le film va connaître quelques retouches au montage avant sa sortie internationale. Le 19 Août 37


38


cinÉma

Public Enemies de Michael Mann

Après Collateral et Miami Vice, le réalisateur Michael Mann adapte l’histoire vraie de John Dillinger, braqueur de banque hors pair dans l’Amérique des années 30. Avancé comme l’ennemi public numéro 1 par le patron du FBI, John Edgar Hoover, Dillinger sera traqué sans relâche par un agent fédéral hors norme… Casting chic et choc pour ce biopic violent et tragique : Johnny Depp, Christian Bale et Marion Cotillard. Le 8 juillet

Harry Potter et le Prince de sang mêlé de David Yates

Bien sûr, on l’attend depuis longtemps, ce nouvel opus de l’apprenti sorcier, Harry Potter, qui démarre cette sixième année à l’école des sorciers par la découverte d’un mystérieux grimoire sur lequel est inscrit : «ce livre appartient au prince de sang-mêlé». La parenthèse enchantée est définitivement terminée, et Poudlard n’est plus le havre de paix que ses résidents ont connu. Un avant-dernier volet plus sombre et encore plus fidèle à la saga littéraire.

Un Prophète

Dans la forme, un roman initiatique passionnant ; dans le fond, un huis clos étouffant en prison, cet univers carcéral où le réalisateur Jacques Audiard puise une nouvelle vitalité. Mise en scène libre, montage nerveux, atmosphère coupe-gorge, c’est avec brutalité que la vie souterraine (ses clans, son économie parallèle, ses codes...) se révèle ici, dans ce thriller magistral, souterrain et suffocant. Après De battre mon coeur s’est arrêté, Un prophète forme donc un film d’apprentissage et un vrai choc émotionnel, un récit de formation tatoué sur la peau d’un jeune homme de 19 ans, Malik el-Djebena, qui vient d’entrer en prison pour y purger une peine de six ans suite à un délit qu’on peut supposer grave. Parce qu’il est jeune, timide, naïf et tendre, le stagiaire tombe sous la coupe des pros de la prison, un clan de détenus corses dirigé par un certain César Luciani. Véritable machine à penser, qui ne pose jamais de questions, ce prophète observe, fait ce qu’on lui demande et ne raconte jamais de bobards. Son cerveau enregistre et exécute. Ainsi, rien qu’en préparant le café pour ses geôliers corses, Malik réussit peu à peu à les comprendre et à parler leur patois.… Si Niels Arestrup est parfait en parrain, Un prophète est aussi le film d’une révélation sidérante : l’inconnu Tahar Rahim dans le rôle de Malik. Le 26 aout

Le 15 juillet

The Time That Remains d’Elie Suleiman

Après Intervention Divine, le Palestinien Elia Suleiman est de retour avec The Time that Remains soit un autoportrait qui se confond avec l’histoire mouvementée d’Israël et un ton qui oscille entre Chaplin, Buster Keaton et Tati. Le 12 aout

Lesbian Vampire Killers de Phil Claydon

Après les très bons Shaun Of The Dead et Hot Fuzz, voilà encore un film d’horreur pour de rire, le script peut en témoigner : leurs femmes ayant été réduites à l’esclavage pour un groupe de vampires lesbiennes, la communauté mâle d’un village gallois envoie deux malheureux jeunes au sacrifice... Oups… Le 22 juillet

Bruno

de Larry Charles Après Borat, voici Brüno, un homosexuel autrichien, roi de la mode et personnage créé par Sacha Baron Cohen pour son émission de télévision «Da Ali G Show». Et toujours comme Borat, Bruno va, à l’occasion de sa première aventure cinématographique se rendre aux Etats-Unis et traverser le pays. Un faux documentaire hilarant interdit aux puritains. Le 22 juillet

39


Avec le

REVEL

Musée et Jardins du Canal du Midi, Rendez-vous

partez à la découverte du Canal du Midi et de son ingénieux concepteur Pierre-Paul RIQUET

Parmi les 100 plus beaux marchés de France Le marché de Revel du samedi matin...

Tout l'été

le Musée

7 août Spectacle pyrotechnique sur le lac de Saint-Ferréol à la gloire de Pierre-Paul RIQUET Avec la ville de Revel

vous invite

à venir fêter

le 400ème anniversaire de la naissance

de Pierre-Paul RIQUET

tout l'été Les dimanches de la halle Antiquités, arts Collections et vieux papiers... Vide grenier le 5 juillet. Brocantes d'été 12 juillet et 2 août Concert ADDA 31 le 15 juillet Marchés de nuit 21 juillet, 4 aôut, 18 août Embrasement du Beffroi, artisanat d'art, produits régionaux 14 juillet Les violons du Lac 4 au 6 août Les lectur'Halles 13 août Toro piscine 19 août Festival Européen, l'Italie à Revel du 20 au 23 août. Concert de variétés françaises le 25 août

40

Concerts

Conférences

Théâtre

Récits

spectacles

«Un soir avec Riquet»

Animations gratuites au Musée et Jardins du Canal du Midi A partir du 30 juin et tous les mercredis soir de l'été


expos

Les énergies

primaires de Claude Viseux

Bien connu pour ses sculptures, parfois monumentales, et ses nombreuses réalisations pour les espaces publics, Claude Viseux l’est moins pour ses collages, une pratique qu’il poursuit pourtant avec constance tout au long de sa carrière. Dans le prolongement de sa technique de la sculpture, essentiellement à partir de matériaux récupérés et assemblés, il revient vers le berceau de la vie et réinvente un univers originel : visions organiques, embryonnaires, formes géométriques des énergies cosmiques, assemblages de pièces mécaniques, évocations mystiques… A travers son art, Claude Viseux semble vouer un culte à une mythologie personnelle, un monde en gestation où coquillages, insectes mutants, magma, divinités hybrides et forces surnaturelles célèbrent les formes de vie et les énergies les plus primaires. Claude Viseux est mort au moment où l’exposition s’amorçait. Celle-ci prend la forme d’un hommage à l’artiste, aux côtés de celui que rend l’abbaye de Beaulieu à Frédéric Benrath et Simon Hantaï, artistes amis récemment disparus. Claude Viseux, Collages 1956 – 2008. 7 juin – 30 septembre. Abbaye de Beaulieu, Ginals (82).

Voyage autour de la sphère

Papillonnage dans les Jardins du Muséum

Philippe Caillaud a planté dans les Jardins du Muséum une forêt de Lépidohomes, minimalistes et poétiques abris dont la fonctionnalité serait d’accueillir les papillons : l’efficacité du dispositif n’est pas une fin en soi, mais invite l’Homme à revoir son rapport à l’écosystème en même temps qu’il introduit un dialogue entre l’art et l’environnement. Défenseur du design inutile, il propose aussi un Lépidohome à monter soi-même et à planter sur son balcon, maison de nuit pour papillons dont l’inutilité potentielle n’a d’égale que la beauté bleu d’outremer.  MR

Jusqu’au 15 septembre, Jardins du Muséum, Toulouse (quartier Borderouge).

Bille ou ballon, lourde ou légère, immobile ou mobile, la sphère de Vladimir Skoda introduit le visiteur dans une vision cosmogonique de l’énergie et du monde et instaure aussi un dialogue avec le musée et les sculptures qui l’habitent. Vladimir Skoda. Le monde entre l’amour et la folie. Du 3 juillet au 8 novembre, musée Denys Puech, Rodez.

Coups de vent, orages et tempêtes…

…balayent cette belle exposition – la première du genre en France - où les phénomènes climatiques ont le vent en poupe. Ils ont fasciné les peintres les plus fameux et portent aujourd’hui à travers leurs cieux tourmentés, un éclairage particulier sur deux cents ans de peintures de paysage en France, entre 1750 et 1950. Jusqu’au 30 août. Musée du pays vaurais, Lavaur.

41


MÉCÉNAT CULTUREL DÉVELOPPEMENT URBAIN

CITOYENNETÉ

COHÉSION SOCIALE

AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE

DÉVELOPPEMENT DURABLE 7l[YJ_iiƒe" b[cƒYƒdWjZ[djh[fh_i[jhWdifehj[ bWYkbjkh[WkY¸khZ[bW]]be CƒY„d[Ykbjkh[b"J_iiƒeiekj_[djb[Zƒl[beff[c[djYkbjkh[bbeYWbgk_fWhj_Y_f[} b½WjjhWYj_l_jƒZkj[hh_je_h[Z[Jekbeki[[jZ[b½W]]becƒhWj_ed$ CƒY„d[Ykbjkh[b"J_iiƒeZedd[iWfbWY[}bWYkbjkh[Yecc[iekhY[Z[Ye^ƒi_edieY_Wb[" Z[Y_jeo[dd[jƒ"Z[Zƒl[beff[c[djkhXW_d"Z½WcƒdW][c[djZkj[hh_je_h[ekZ[ Zƒl[beff[c[djZkhWXb[$ CƒY„d[Ykbjkh[b"J_iiƒei_cfb_gk[Z[\W‚edY_jeo[dd[ZWdibWl_[Z[bW9_jƒ$J_iiƒe hƒfedZW_di_}bWZƒcWhY^[WcX_j_[ki[_iik[Z[i7ii_i[iZ[bW9kbjkh[c[dƒ[ifWhbW L_bb[Z[Jekbeki[0bW9kbjkh[WkY·khZ[bWhƒ\b[n_edkhXW_d[[jZ[i[d`[knkhXW_di$ CƒY„d[Ykbjkh[bZWdib[YWZh[Zkd[ijhWjƒ]_[b_ƒ[}iedcƒj_[h"b[jhWdifehjfkXb_Y" J_iiƒe[dj[dZfb[_d[c[dj`ek[hiedhŽb[Z½[djh[fh_i[Y_jeo[dd[[d]W]ƒ[fekh Yedijhk_h[bWL_bb[Z[Z[cW_d$

42

Il est temps de vivre avec son temps

www.tisseo.fr


Questions à François Saint-Pierre, directeur artistique de l’Eté Photographique de Lectoure. 18 juillet - 23 août

expos

Le temps de voir

Propos recueillis par Ma��va Robert

est de présenter la photographie dans tous ses états pour la replacer dans le champ de l’art contemporain et témoigner d’une certaine porosité entre les disciplines : dessin, peinture, photo, vidéo, cinéma... L’Eté photographique présente une dizaine d’expositions, pas plus, pour rester à l’échelle de la ville, inviter le public à prendre le temps de voir les choses, et aussi profiter de Lectoure qui est très agréable l’été. Le festival, enfin, ne montre que des découvertes : œuvres d’artistes connus peu montrées en France, artistes peu connus, créations, pour donner aussi leur chance à de jeunes talents. Notre public de connaisseurs ne doit pas faire le trajet jusqu’à Lectoure pour retrouver du déjà-vu. Cette édition met en lumière, entre autres, la ville d’Istanbul. Comment décide-t-on du choix d’un thème ? Pourquoi celui-ci ?

vais intéressant de présenter l’âme d’une ville vue par des artistes, sans prendre nullement parti. Istanbul, c’est Byzance, Constantinople : une ville qui inspire fortement l’imaginaire. Les artistes incontournables de cette édition ? Sarkis, la «star»

du moment : Pompidou, Biennale de Lyon, Istanbul, Louvre, musée Bourdelle... Et bien sûr Ara Güler, photographe mythique, «l’œil d’Istanbul». Les plus prometteurs ? Hermine Bourgadier, Frédéric Nauczyciel La démarche la plus singulière ? Alain Fidon, qui a entamé

dans les années 70 une carrière très prometteuse, puis s’est bru-

talement arrêté pour reprendre sa fonction de représentant de commerce. Il a redémarré son activité dans les années 2000, loin de tout courant. La plus belle découverte ? La jeune scène artistique d’Istanbul : Gül Ilgaz, Ceren Oykut, Deniz Gül… Et d’autres encore que nous n’avons pu exposer. Les artistes du cru ? Isabelle Souriment, une Lectouroise, dont le travail que je suis depuis longtemps mérite d’être connu. Le collectif toulousain Odessa, des photographes professionnels qui ont eu envie de s’aventurer vers la photographie artistique, et que nous avons souhaité accompagner.

© Frédéric Nauczyciel

En quoi se distingue l’Eté Photographique des autres festivals photo français ? Notre parti pris

C’est la toulousaine Jeanne Lacombe qui m’a fait découvrir une artiste turque, Gül Ilgaz, à l’occasion d’un échange de résidence. Gül est elle-même arrivée avec les dossiers d’autres artistes turcs. Par hasard, 2009 est la Saison de la Turquie en France. Au regard du débat européen autour la Turquie, je trou43


les

grands interprètes

réservations

05 61 21 09 00

www.grandsinterpretes.com

Visuel - www.lejeaille.com

09 .10

licences n°2-1000602 / n°3-1000603

toulouse


Art et métier

En même temps qu’il fut successivement l’un des principaux représentants de mouvements picturaux majeurs du siècle dernier – surréalisme, expressionnisme, mouvement CoBrA – Pierre Aleshinsky s’est passionné pour d’autres usages du papier et de la couleur (Action painting, calligraphie…). Les 165 planches originales que l’artiste a réalisées depuis plus d’un demi-siècle témoignent ici de sa fascination pour l’imprimerie, ses rouages, ses contraintes, avec laquelle il compose une œuvre puissante où la poésie de la mécanique révèle le geste de l’artiste.  MR Aleshinsky, les affiches. Jusqu’au 11 octobre, musée de Gajac (47)

expos

Contes d’Orient

En écho au festival Rio Loco, l’espace Croix-Baragnon se tourne vers le Maghreb et présente une certaine vision de l’avant-garde orientale en matière de design. Comme une nécessité fondamentale, cette poignée de créateurs puise son inspiration dans sa culture originelle. Soit le supplément d’âme orientale qui teinte de poésie les objets du quotidien. Design / Maghreb. Jusqu’au 12 septembre, Espace Croix-Baragnon, Toulouse.

Parcours d’art contemporain en vallée du Lot Direction l’environnement préservé et privilégié de la vallée du Lot pour questionner sur le mode de l’imaginaire le devenir de notre planète, à travers le regard de sept artistes qui deviennent le temps d’un été nos Veilleurs du monde. Du 5 juillet au 13 septembre.

Dessins d’aujourd’hui

Esquisse préparatoire, pratique annexe… le dessin est encore aujourd’hui rarement perçu comme une œuvre aboutie. Neuf artistes originaires de neufs pays européens, artistes côtés et outsiders, lui rendent ici ses lettres de noblesse, réunis sous la houlette de l’artiste roumain Serghei Litvin Manoliu, fondateur du Cercle D, mouvement de promotion du dessin contemporain. «Hommes, Terre, Ciel». Jusqu’ au 4 octobre. musée Rignault, Saint-Cirq-Lapopie 45


7Xedd[p#leki

H6>HDC

Zk'-`k_dWk')`k_bb[j

%.$&% Mjdfodft!;!202114451-!2114442-!2114443-!2114444!!302114445!!402114446

8^gfjZEajbZ AZ8VYgZcd^g Hidbe @^g^`dj ;gVcX^h=jhiZg 8aVjYZG^X] <VadiiV ;Vccn6gYVci :YdjVgY7VZg Da^k^ZgEn 7aVcXVA^ 7‚_Vgi7VaaZi AVjhVccZ 7V\djZi Zi,%VjigZhheZXiVXaZh½

haute-garonne.fr

16!72!82!86!26! mmm$eZoiikZ$Yec >c[dgbVi^dchZiW^aaZiiZg^ZZca^\cZ

JEUX DÉCOUVERTE D’OBJETS LECTURES ATELIERS VISITES COMMENTÉES

Le Muséum d’histoire naturelle de Toulouse organise des animations lors de chaque vacance scolaire spécialement destinées aux enfants. Programme à l’accueil du muséum quelques jours avant les vacances ou

■ Studio Pastre

www.museum.toulouse.fr Pour les enfants de 3 à 12 ans et les familles.

46


Illustres plasticiens aujourd’hui disparus, créateurs renommés du monde entier et jeune scène française se retrouvent cet été à Montauban pour célébrer le grand maître en revisitant ses chefs d’œuvres. Picasso, Dali, Rauschenberg, Bacon, Hockney... ont en commun d’avoir un jour pris possession d’une peinture d’Ingres comme d’une image populaire pour en faire le support de leur propre créativité. Et ils ne sont pas les seuls. À travers plus de 200 œuvres, de Man Ray à Ernest Pignon – Ernest, en passant par Miss.Tic, ils renouvellent le regard posé sur l’œuvre du maître, les plus éminents dans l’enceinte du musée, les plus underground sur les murs de la ville ou sur les autobus. Admirative, irrévérencieuse parfois, leur démarche reste dans tous les cas le témoignage le plus élogieux de la place qu’occupe aujourd’hui l’œuvre d’Ingres dans l’histoire des arts plastiques.  Ingres et les Modernes. Du 4 juillet au 4 octobre, Musée Ingres, Montauban.

expos

Ingres, revu et corrigé

Cabinet de curiosités littéraires Le château-musée du Cayla, demeure familiale des poètes romantiques Maurice et Eugénie de Guérin aujourd’hui ouverte au public, dévoile une pièce jusqu’alors tenue secrète : on y découvre un cabinet de curiosité, réinterprétation de cette tradition très en vogue du vivant des occupants des lieux. Sa composition a été confiée à la plasticienne Violaine Laveaux qui y a rassemblé quelques témoins intimes de leur quotidien, ainsi que ses propres créations pour en faire une mise en scène contemporaine d’objets d’un temps révolu, dans une atmosphère poétique en harmonie avec l’âme de la maison.  Château – musée du Cayla, Andillac.

Marine Bourgeois : la quête de l’Absolu

L’œuvre de Marine Bourgeois est une expérience plastique autant que spirituelle. Tout le temps passé à explorer les possibilités offertes par les médiums plastiques traditionnels – peinture, photos, vidéos, installations… -, ne représente pour l’artiste qu’autant de temps à tenter de prendre conscience de l’instant présent : une expérience qui passe de manière fondamentale par l’investissement du corps, par le geste, et une disponibilité de tous les instants. On aborde son œuvre minimaliste et monumentale par le temps passé à sa réalisation comme une lancinante invitation à la méditation.  Du 8 juillet au 5 septembre, Espace Ecureuil, Toulouse.

47


expos

Tal-Coat, l’âme celte

Grand peintre du XX e siècle, Pierre Tal-Coat a côtoyé et entretenu des amitiés avec les plus grands artistes et intellectuels de son temps, exposé dans les galeries et musées les plus prestigieux, alimenté les meilleures collections. Les toiles comme leur auteur ont parcouru le monde, mais l’inspiration, elle, reste fidèlement ancrée dans la terre et la pierre gaélique de sa Bretagne natale. Sa peinture non figurative renvoie aux sensations les plus primitives. Esquisses, signes, silhouettes fugitives… Le peintre semble capturer sur le support les formes en mouvement, à la manière d’un instan-

tané photographique dont ne subsisterait qu’une trame visuelle abstraite et évocatrice. Sensible à la lumière, comme à tout ce qui évoque l’essence du monde, il restitue des atmosphères colorées, terreuses comme le sol, vives comme le ciel. Pierre Tal-Coat ressentait infiniment la nature, comme un sorcier indien ressent l’ordre du monde, et toute sa vie il a cherché à en restituer l’essence. Peintures, aquarelles, lavis : «le» Carmel revient sur l’œuvre de l’artiste, éclairée par la sensibilité du photographe Michel Dieuzaide, qui approcha le peintre et lui consacra un documentaire. Pierre Tal Coat (1905 – 1985). 8 juin – 20 septembre, la Carmel, Tarbes.

Le bronze se dévergonde

Philippe Berry ne se prend pas au sérieux et détourne l’usage traditionnel de la sculpture en bronze pour la mettre au service d’un univers ludique et plein d’humour. Au château de Laréole, aux Olivétains et dans l’Ancienne Gendarmerie de Saint-Bertrand-de-Comminges, il déballe de sa malle aux merveilles, œuvres monumentales, créations animalières et autres farces sculptées. Philippe Berry. Jusqu’au 27 septembre, Château de Laréole, Olivétains et Ancienne gendarmerie, Saint-Bertrand-de-Comminges.

Plein Soleil / l’été des centres d’art Pour ne pas perdre de vue l’actualité artistique contemporaine au fil de vos pérégrinations estivales, direction www.flowersway.com/pleinsoleil2009 pour une sélection d’itinéraires originaux parmi les quelques 50 centres d’art dispersés en France.

Le temps du rêve. Dans la grotte du Mas d’Azil en Ariège, au cœur d’un patrimoine préhistorique et naturel unique, et aux origines de l’art, une quinzaine d’artistes en résidence se sont interrogés sur l’interaction entre les prémices de la représentation artistique et la création contemporaine. Le résultat de ce vaste programme intitulé Dreamtime, mené conjointement avec scientifiques et penseurs, est à voir jusqu’au 31 août aux Abattoirs, jusqu’au 11 novembre au Mas d’Azil. 48

Ballet mécanique. Errance anxiogène dans un quartier malfamé de New York, l’exposition de Malachi Farrel, créée pour les Moulins Albigeois, pointe du doigt, comme l’ensemble de son oeuvre, la violence de notre société. Il utilise la technologie et le bricolage pour faire naître un étrange ballet de machines et automates articulés, décor fantasmagorique destiné à pousser notre imaginaire vers une réflexion engagée. Malachi Farrel. Jusqu’au 31 octobre, les Moulins Albigeois, Albi.


univers Propos recueillis

Patrice Nin

par Maëva Robert

Les univers de

Frédéric Chambert,

directeur artistique du théâtre du Capitole. Votre plus grande qualité professionnelle ? Opiniâtreté. Votre pire défaut ? Soupe au lait.

C’est mon côté provençal. Votre pire souvenir ? Une grève

à l’Opéra de Paris, pour la première de Guerre et Paix, énorme opéra de Prokofiev. Je ne voyais que des mois de travail, 200 personnes sur le plateau, un budget énorme. Dans le hall, un couple en larmes : cette soirée était un cadeau que l’homme faisait à sa femme pour leur cinquante ans de mariage. J’ai pris conscience de tout ce que l’opéra véhicule dans l’imaginaire du public. Votre meilleur souvenir ? La pre-

mière représentation d’un opéra de Pascal Dusapin, le premier spectacle que j’ai accompagné d’un bout à l’autre. Une grande expérience.

78

Le dernier coup de cœur littéraire ? Un tout petit livre, écrit par

Patrice Chéreau sur la mise en scène d’opéra, qui m’a été offert par un libraire toulousain. Des nouvelles inédites de Stefan Zweig sur la déliquescence de l’amour, bouleversantes. La plus belle découverte musicale ? C’est le contraire d’une

découverte. Ce sont les concertos de Mozart en général, et pour clarinette en particulier. Je les écoute en boucle depuis l’âge de douze ans. Qu’est-ce qui vous fait rire ?

Rarement les choses faites pour ça. Plutôt les situations, les quiproquos. Vos talents cachés ? J’aime cui-

siner, jardiner. Votre spécialité culinaire ? La

daube de Saint-Gilles, une daube des confins de la Camargue et de la

Provence, que je prépare avec du vin blanc, du bœuf et des anchois. Le talent que vous auriez aimé avoir ? Avoir le regard d’un peintre. Le peintre que vous admirez ?

Paul Klee : la rencontre la plus évidente du regard, de l’analyse de l’objet, du rapport des formes et des couleurs, et à la fois une immense sensualité. À l’autre extrême de la palette : Le Greco, un peintre lié à une émotion d’enfance. Le moment de la journée que vous préférez ? Le matin. Il porte

en lui tous les possibles. Descendre dans la rue, aller acheter des croissants. Dans la nature, le moment qui suit le lever du jour est magique Un lieu toulousain que vous aimez ? Les bords de la Garonne.

Le quai de la Daurade, le matin justement, est incroyable. Les lieux que j’aime me ramènent toujours là où il y a de l’eau. Si vous deviez changer de vie…

J’irai au bout d’une autre de mes passions : le bateau. La vie de marin m’aurait convenu, en liberté, mais aussi en responsabilités.


79


80


Ramdam 79