Page 1

de bonne compagnie

Logiciel

Microélectronique

Optique-photonique

Sans-fil

Rapport d’activités de Prompt 2003-2013

Propulser la R-D en TIC


de bonne compagnie

DIX ANS D’INFLUENCE • Au cours des 10 dernières années, Prompt a permis de bonifier les 22 millions de dollars du gouvernement du Québec, lesquels ont permis la réalisation de 75 projets de R-D, entre l’industrie et les universités, évalués à plus de 70 millions de dollars. Soutenus par Prompt, ces projets ont généré, pour les entreprises collaboratrices, des rendements parfois supérieurs à un facteur de 5 pour 1. • Ces activités ont mené, en 2011, au lancement du projet Équation, d’une valeur de 70 millions de dollars. Coordonné par Prompt, cet important projet en ÉcoloTIC bénéficie de la participation financière de 6 grandes multinationales, à hauteur de 40 millions de dollars, et de 30 millions de dollars du gouvernement du Québec. Des solutions d’ÉcoloTIC, qui promettent de réduire les émissions de gaz à effet de serre et la consommation d’énergie, ont déjà été mises au point. • Les résultats obtenus par les partenariats en R-D soutenus par Prompt améliorent la capacité des entreprises participantes, en favorisant la création de nouveaux produits et d’emplois de grande valeur, ainsi que la croissance du secteur privé, ce qui entraîne des avantages socioéconomiques et environnementaux dans tout le Québec.

La pérennité du modèle de Prompt est claire, comme en témoigne l’impact réel de l’organisme sur l’innovation, l’industrie et l’économie, dans toutes les régions du Québec.

2


TABLE DES MATIÈRES

14-15 16-17 18-21 22-23 24-25 26-27 28-29 30-31 32-33 34-37 38 39 40

Dix ans d’influence Prompt en un coup d’œil Un important levier financier Lettre du président du conseil d’administration Lettre du président-directeur général Le pouvoir de Prompt… notre parcours Les technologies de l’information et des communications Cas de réussite, 10 ans : Ericsson Cas de réussite, 10 ans : Ultra Electronics Cas de réussite, 5 ans : ÉcoloTIC Cas de réussite : Thales Cas de réussite : IBM/RIM/TELUS Cas de réussite : EMOVI Cas de réussite : InterDigital Cas de réussite : Fujitsu Canada Cas de réussite : TeraXion Cas de réussite étudiante : Benoît Châtelain Cas de réussite étudiante : Frédéric Plourde Cas de réussite étudiante : Yan Basile-Bellavance Cas de réussite d’un chercheur : Jacques Beauvais Vue d’ensemble des projets de Prompt (2010-2013) Collaboration internationale Conseil d’administration Comité d’investissement et membres de Prompt Références

Rapport d’activités de Prompt 2003-2013

2 3 4-5 6-7 8-11 12-13

1


de bonne compagnie Prompt EN UN Coup d’œil

Mission Accroître l’avantage concurrentiel des entreprises québécoises du secteur des technologies de l’information et des communications (TIC) par des partenariats de R-D entre l’industrie et les universités.

Partenaire financier :

Partenaire de projets :

Prompt est un organisme sans but lucratif qui facilite la création de partenariats en R-D entre des entreprises et le milieu public de la recherche (les universités et les centres de recherche du gouvernement) afin d’améliorer la compétitivité du Québec sur le marché mondial des technologies de l’information et des communications (TIC).

crédits d’impôt pour la recherche scientifique et le développement expérimental (RS-DE), offerts par les gouvernements provincial et fédéral, la valeur de chaque dollar investi par l’entreprise peut atteindre un rendement de l’investissement net en R-D jusqu’à un facteur de cinq.

PROPOSITION DE VALEUR POUR LES ENTREPRISES, Prompt :

• offre l’accès à des partenaires industriels et à une

nouvelle source de financement pour la recherche;

Avec le soutien financier des gouvernements du Québec et du Canada ainsi que du secteur privé, Prompt favorise la création de nouvelles alliances qui améliorent les capacités de R-D des entreprises établies au Québec, stimule les investissements privés en recherche et favorise le développement de personnel hautement qualifié en : • assurant l’apport de financement pour les partenariats en R-D préconcurrentielle, auxquels participent au moins deux entreprises et deux institutions de recherche. Prompt stimule la mise en place de projets concertés qui doivent être réalisés dans les trois ans suivant l’octroi du financement afin d’assurer leur synergie avec les échéanciers fixés par l’industrie et les créneaux de marché; • établissant de nouvelles relations entre les chercheurs, les responsables du développement et les chefs de file du milieu universitaire, de l’industrie, du gouvernement et du milieu de l’investissement du Québec et même, de plus en plus, de tout le Canada et du monde entier. Prompt est le catalyseur de la création d’équipes dynamiques et de l’expansion des réseaux d’entreprises; • découvrant et en stimulant de nouvelles possibilités de R-D et de débouchés commerciaux pour les entreprises de TIC et les chercheurs de tout le Québec. Prompt partage un important point de vue technologique et d’affaires avec la communauté des TIC et aide les innovateurs à saisir de lucratives occasions au pays, comme à l’étranger.

• agit comme guichet unique pour offrir un vaste

Les partenariats soutenus par Prompt offrent aux entreprises une valeur très convaincante, ainsi qu’un important rendement du capital investi. Ces alliances sont financées par le secteur privé et les gouvernements du Québec et du Canada. Comme elles reçoivent souvent des fonds additionnels, consentis par le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie (CRSNG), et d’autres organismes subventionnaires, ainsi que des

• soutient la formation de personnel hautement

éventail de produits et de services orientés vers la recherche et pour faciliter les relations entre l’industrie et les universités; • contribue à stimuler de nouvelles formes de collaboration en matière de recherche, entre l’industrie et les universités; • facilite la participation de centres de recherche à l’extérieur du milieu universitaire pour assurer un impact encore plus grand.

POUR LES CHERCHEURS UNIVERSITAIRES, Prompt :

• agit comme passerelle efficace vers les universités, permettant ainsi aux entreprises d’accéder à l’expertise et aux ressources nécessaires pour atteindre les objectifs de R-D fixés; • stimule la R-D préconcurrentielle qui soutient directement les objectifs commerciaux, les feuilles de route technologiques et le développement de produits; • génère habituellement un rendement de 5 pour 1 pour les entreprises participant aux projets soutenus par Prompt; • crée une vitrine technologique virtuelle pour les innovateurs au Québec et tient un rôle de principale source d’information et de porte-parole pour l’industrie des TIC.

POUR LES INVESTISSEURS GOUVERNEMENTAUX, Prompt :

• maximise le rendement des investissements du gouvernement dans la recherche en TIC;

qualifié en accord avec les besoins de l’industrie des TIC; • encourage l’attraction et la rétention d’entreprises dans un secteur industriel très mondialisé; • favorise les partenariats avec des établissements universitaires à l’échelle internationale, afin de créer des projets pourvus d’une masse critique plus importante et de favoriser l’établissement de relations commerciales.

Les technologies de l’information et des communications ont envahi l’ensemble des secteurs de l’industrie et des sphères de l’activité humaine. L’énorme potentiel qu’ont ces technologies de transformer la société continuera de grandir.

2


L’équipe de Prompt

Un important levier financier Prompt facilite les partenariats en R-D dans le domaine des TIC, entre l’industrie et les universités, qui exercent un important levier financier. Dans la simulation suivante, une entreprise investit 100 000 $ dans le cadre d’un projet de recherche concerté avec une université québécoise. Comme l’entreprise dispose de crédits d’impôt pour la recherche scientifique et le développement expérimental (RS-DE), offerts par les gouvernements du Québec et du Canada, le coût total du projet pour l’entreprise représente un maximum de 58 000 $. Prompt verse directement à l’université 85 % de la somme investie par l’entreprise, ajoutant ainsi 85 000 $ dans le projet. Le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG) paie directement à l’université un apport équivalent à celui de l’entreprise, ajoutant à son tour 100 000 $ dans le projet de recherche. Une fois que l’université a déduit les frais d’administration de la recherche, l’investissement total dans le projet de R-D entre l’industrie et les universités atteint environ 257 000 $. Le coût net pour l’entreprise représente un maximum de 58 000 $. Grâce à la contribution de Prompt et à l’effet de levier exercé par d’autres investissements et crédits d’impôt, la valeur de chaque dollar investi par l’entreprise peut atteindre un facteur de cinq. Milliers $ CAD 300 290 280 270 260 250 240 230 220 210 200 190 180 170 160 150 140 130 120 110 100 90 80 70 60 50 40 30 20 10 0

Investissement

Frais université 27 750 $ CRSNG 100 000 $

PROMPT 85 000 $

Entreprise 100 000 $

Somme totale injectée en R-D 257 250 $ Économies liées à la RS&DE 42 000 à 53 000 $

Coût pour l’entreprise 47 000 à 58 000 $ Financement de Prompt

Financement du CRSNG

Entreprise

Économies pour l’entreprise

Rapport d’activités de Prompt 2003-2013

* Dans la simulation précédente, les avantages fiscaux totaux et les coûts après économie liés à la RS-DE peuvent varier selon la taille de l’entreprise. La simulation a été effectuée en fonction des politiques provinciales et fédérales de crédits d’impôt, en date du 3 mars 2011.

3


Lettre du Président du conseil d’administration Au cours des sept dernières années, j’ai eu l’honneur de travailler avec Prompt en tant que collaborateur industriel, directeur et maintenant président du conseil d’administration. Dès mes premiers contacts avec l’équipe de Prompt, jusqu’aux nombreux projets auxquels j’ai contribué à titre de partenaire industriel, la valeur du modèle Prompt m’est toujours apparue évidente. Ce modèle présente des avantages pour l’industrie et le milieu universitaire, comme pour le gouvernement. À l’aube de notre seconde décennie, il est clair que le modèle Prompt est là pour rester. Il est d’ailleurs devenu une référence dans le monde de la recherche et de l’innovation. On constate son incidence sur l’innovation, l’industrie et l’économie partout dans la province. Travaillant en étroite collaboration avec ses nombreux partenaires, Prompt a développé une communauté de l’innovation qui profite à des secteurs clés de notre économie locale. Fidèle aux principes qui sous-tendent son modèle, notre organisme a continuellement évolué en fonction des besoins du secteur des TIC au Québec.

Michel Desgagné Président du conseil d’administration, Prompt

Ce secteur a été le théâtre d’importantes transformations, au cours des 10 dernières années. Si nous repensons aux premières années de Prompt, le paysage des TIC était bien différent de celui d’aujourd’hui. De par sa participation à de nombreux projets financés par Prompt, Nortel Canada était alors l’un de nos principaux partenairesinvestisseurs de l’industrie. Les premières initiatives soutenues par Prompt étaient axées sur la R-D dans les télécommunications et visaient à répondre aux besoins spécifiques d’un petit groupe d’entreprises bien établies. Pendant la dernière décennie, les TIC se sont répandues dans tous les secteurs industriels et toutes les sphères de l’activité humaine. L’énorme potentiel qu’ont ces technologies de transformer la société est clairement reconnu. Compte tenu de cette multitude de possibilités, le secteur des TIC au Québec a grandement évolué au cours de cette période. En plus des multinationales prédominantes, ce secteur compte désormais un bassin de quelque 5 000 PME qui fournissent des produits et services technologiques dans divers secteurs : sciences de la vie, énergie, environnement, sécurité, aérospatiale, ressources

4

naturelles et divertissement. D’après l’Association québécoise des technologies, l’entreprise-type en TIC au Québec compte 36 employés, est en affaires depuis 17 ans et génère des ventes annuelles de 4,7 millions de dollars.1 Prompt n’a pas fait que s’adapter à ces changements, il a contribué à la croissance du secteur des TIC au Québec, qui a rapporté, en 2012, plus de 13 milliards de dollars2 (ou 5,1 % du PIB du Québec3) à notre économie. Suivant l’évolution du secteur, Prompt a élaboré une nouvelle stratégie qui a aidé les entreprises de TIC à établir des partenariats en R-D avec des innovateurs dans les principaux marchés verticaux comme la cybersanté, la sécurité publique, la défense et l’environnement. Des collaborations qui en ont découlé, sont nées de nouvelles applications commerciales dans différents secteurs de l’économie. Le développement et l’application de TIC destinées à améliorer l’efficacité énergétique et à réduire les émissions de gaz à effet de serre se révèlent un jalon marquant de cette stratégie. Prompt a fait preuve d’un leadership reconnu mondialement en matière d’ÉcoloTIC, réunissant les bons collaborateurs pour


une PME, chaque minute et chaque dollar comptent. Ces entreprises se concentrent sur des tâches essentielles liées à l’investissement, au développement d’affaires et à la rentrée de revenus. Nombre d’entre elles ne savent pas comment trouver le bon collaborateur ni mettre sur pied un projet en R-D avec des universités. Et elles n’ont certainement pas le temps d’évaluer de tels partenariats par elles-mêmes.

aider le Québec à profiter de l’occasion économique et écologique qui se présentait. Ces efforts ont abouti à l’une des initiatives les plus emballantes de l’histoire de Prompt : Équation. Ce projet évalué à 70 millions de dollars est tributaire de l’investissement visionnaire du gouvernement du Québec et de six entreprises de classe mondiale : CGI, Ericsson, Fujitsu Canada, IBM Canada, Miranda Technologies et Teledyne DALSA. Prompt a toujours conservé sa pertinence en tant qu’artisan de partenariats en R-D très productifs entre l’industrie et les universités. C’est l’un des avantages les plus appréciables que Prompt offre à l’industrie. Les idées comme les talents doivent être à la portée des entreprises pour que ces dernières puissent rester à l’avant-garde, dans une économie mondiale de plus en plus concurrentielle. Les entreprises soutenues par Prompt ne font pas qu’utiliser les résultats de ces projets, ils embauchent souvent leurs collaborateurs de recherche hautement qualifiés. Ces initiatives leur servent donc aussi à dépister les jeunes talents dont ils ont tant besoin. Par contre, de nombreuses entreprises n’ont toujours pas tissé de liens avec des professeurs, chercheurs ou étudiants universitaires qui pourraient collaborer avec leur équipe de R-D. Pour

Avec une formule gagnante comme celle-là, il n’est guère surprenant que la demande de partenariats en R-D, auprès de Prompt, ait toujours dépassé le financement qu’elle reçoit du secteur public. Il y a encore un potentiel extraordinaire à exploiter pour aider de nombreuses entreprises québécoises en TIC à atteindre leurs objectifs en R-D ! En améliorant notre modèle unique et en l’offrant à plus grande échelle encore, nous pourrons aider encore plus d’entreprises à connaître la force de Prompt. Si le passé est garant de l’avenir, Prompt sera encore plus profitable pour le Québec, au cours de la prochaine décennie. Le progrès accompli au cours des 10 dernières années montre bien ce qui peut être accompli lorsqu’une communauté partageant une même vision se serre les coudes pour atteindre des objectifs communs. J’aimerais remercier sincèrement le gouvernement du Québec de l’investissement stratégique qu’il accorde à Prompt, et par extension, au secteur des TIC au Québec, ainsi qu’aux nombreux sous-secteurs qu’il soutient. J’aimerais aussi remercier les autres investisseurs, dont le CRSNG, et les nombreuses entreprises et universités établies au Québec qui contribuent aux projets en R-D de Prompt. Je tiens aussi à saluer notre conseil d’administration, notre comité d’investissement et nos partenaires de l’industrie et des universités, sans oublier le personnel de Prompt pour leur dévouement à l’égard de la vision et du mandat de Prompt.

Enfin, et c’est peut-être le plus important, j’aimerais remercier les nombreux chercheurs et innovateurs en technologie derrière ces ÉcoloTIC novatrices qui offriront un avenir plus sûr, plus productif et plus sain aux gens de chez nous.

Rapport d’activités de Prompt 2003-2013

«

Prompt a toujours conservé sa pertinence en tant que courtier de partenariats en R-D très productifs entre l’industrie et les universités. C’est l’un des avantages les plus appréciables que Prompt offre à l’industrie. »

Prompt sert de porte d’entrée à des centaines de scientifiques et d’ingénieurs hautement qualifiés, de 17 universités de la province. Il fournit par ailleurs le courtage, le soutien et le financement pour aider ces entreprises à affecter ce talent à des projets appliqués qui leur permettront d’atteindre leurs objectifs. Elles peuvent ainsi profiter d’un effet de levier d’un facteur de 5 pour 1 sur l’argent qu’elles investissent en R-D, ce qui permet à leur équipe de R-D d’accomplir plus.

5


de bonne compagnie Lettre du président-directeur général de Prompt L’investissement du Québec dans les partenariats en R-D entre l’industrie, les universités et les centres de recherche produit des bénéfices tangibles. Des hommes et des femmes hautement qualifiés collaborent au développement de produits novateurs. Ils y occupent des emplois bien rémunérés au sein d’entreprises concurrentielles. Un bassin de nouvelles PME permet au Québec de profiter des débouchés que présentent les TIC. Fortes de l’expertise d’ici, de la recherche de calibre mondial et de l’investissement stratégique du gouvernement du Québec et d’autres bailleurs de fonds, les entreprises des TIC du Québec se révèlent concurrentielles à l’échelle internationale. Et leur R-D a des retombées économiques, sociales et environnementales pour nos citoyens. Prompt joue un rôle clé en stimulant les partenariats en R-D entre l’industrie et les universités, des partenariats qui accroissent la compétitivité du secteur des TIC.

Dr Charles Despins, ing. Président-directeur général Prompt

«

À l’aube de notre seconde décennie, je suis heureux d’annoncer que Prompt atteint ses objectifs, les dépassant même dans bien des cas. »

6

À l’aube de notre seconde décennie, je suis heureux d’annoncer que Prompt atteint ses objectifs, les dépassant même dans bien des cas. Depuis la création de Prompt en 2002, le gouvernement du Québec a injecté 52 millions de dollars dans notre écosystème d’innovation en TIC par l’intermédiaire de notre organisme, dont 22 millions ont été consacrés aux partenariats en R-D entre l’industrie, les universités et les centres de recherche qui tirent parti de ce modèle de projet qui constitue l’essence même de Prompt. Ces activités ont également mené en 2011 au lancement du projet Équation de 70 millions de dollars. Cette initiative réunit six leaders de l’industrie qui s’engagent à investir 40 millions de dollars, une somme qui s’ajoute aux 30 millions de dollars investis par le gouvernement du Québec par le biais de Prompt. En tenant compte du financement injecté par des collaborateurs de l’industrie et des organismes subventionnaires fédéraux comme le CRSNG, les partenariats en R-D soutenus par Prompt ont généré un rendement de plus de 3 pour 1 pour chaque dollar investi par le gouvernement du Québec. Au cours des 10 dernières années, l’investissement de 22 millions de dollars a permis à un total de 75 projets de R-D de se partager une valeur totale dépassant les 70 millions de dollars. Ces investissements, ainsi rentables pour

les contribuables du Québec, le sont d’autant plus qu’ils ont permis d’augmenter la capacité d’innovation de notre écosystème des TIC. Il s’ensuit une création d’emplois à forte valeur ajoutée et une croissance du secteur privé grâce auxquelles notre secteur des TIC représente plus de 5 pour cent du produit intérieur brut (PIB) du Québec. Il importe d’interpréter ces chiffres dans la perspective de leurs retombées pour le Québec et ses citoyens. Au cours de ces 10 années, plusieurs chercheurs, étudiants, universités québécoises, centres de recherche et entreprises établies au Québec ont contribué aux projets en R-D pilotés par Prompt. Parmi ces entreprises : • des multinationales bien établies qui procurent des emplois à des milliers de Québécois et qui investissent au Québec des millions de dollars en R-D chaque année; et • de nombreuses nouvelles entreprises et de petites et moyennes entreprises qui ouvrent sans cesse de nouveaux marchés et contribuent à diversifier notre économie. Prompt stimule la croissance des entreprises en TIC partout au Québec. En effet, celles-ci font rayonner notre expertise de Montréal à Québec, de Bromont à Val-d’Or, et de Gatineau à Trois-Rivières. En collaboration avec nos chercheurs chevronnés, elles ciblent le développement de TIC novatrices dans divers segments, soit la microélectronique, la photonique, les technologies sans fil, les réseaux et services de télécommunications, le logiciel et le multimédia. Le fruit de leur travail, qu’il s’agisse de composants, dispositifs ou systèmes, se retrouve dans plusieurs secteurs de notre économie et dans nos activités quotidiennes. Les collaborations financées par Prompt renforcent la capacité en R-D des entreprises établies au Québec qui conçoivent des produits novateurs, créent de l’emploi et contribuent à construire notre économie. Ultimement, les résultats de ces projets engendrent des bénéfices sociaux pour nos citoyens. Comme vous le lirez dans les descriptions des réussites dans ce rapport, Prompt contribue en effet au développement et à l’application de nouvelles technologies dans les secteurs des sciences de la vie, de la sécurité publique, de la défense, du transport, de l’énergie et de l’environnement. L’adoption de ces nouvelles technologies permettra d’améliorer la productivité, la santé et la prospérité de nos citoyens, en plus de contribuer aux villes intelligentes du futur. À cet égard, et à la suite de diverses initiatives stratégiques en ÉcoloTIC, Prompt fut choisi par le gouvernement du Québec pour coordonner le projet Équation de 70 millions de dollars4. Cette initiative aidera le Québec à tirer profit des bénéfices économiques et environnementaux de l’infonuagique, des réseaux


Quant à l’avenir, nous comptons miser sur les résultats obtenus jusqu’à présent et continuer d’optimiser notre offre de partenariat de R-D entre l’industrie, les universités et les centres de recherche. Afin d’atteindre cet objectif, nous avons rationalisé notre processus de demande de financement, de sorte qu’il soit plus simple pour nos collaborateurs de l’industrie et des universités de compléter le montage financier d’un projet. En effet, les partenaires peuvent déposer en tout temps leurs propositions de projets de collaboration en R-D. Grâce à notre étroite collaboration avec le CRSNG, les demandeurs peuvent aussi recevoir les décisions de financement des deux paliers de gouvernement dans le même laps de temps, ou presque, que les demandes de financement traditionnelles auprès du CRSNG. Forts de l’engagement et du dévouement inébranlables de notre conseil d’administration, de notre équipe de direction et de nos membres, nous nous employons à respecter les meilleures pratiques de gouvernance pour un organisme sans but lucratif. Des processus d’audit aux décisions de financement des projets, la direction travaille en étroite collaboration avec le conseil d’administration afin d’assurer la plus grande valeur ajoutée à nos partenaires des secteurs public et privé. Dans un secteur des TIC en constante évolution, nous ne cessons de scruter les besoins de notre communauté. Au début de 2012, nous avons mené un sondage auprès des entreprises de TIC au Québec afin d’obtenir des suggestions et des recommandations qui nous aideraient à optimiser encore davantage nos offres de partenariat. Nous avons obtenu des réponses de 130 entreprises, dont près de 85 pour cent étaient des PME de 250 employés ou moins. Les résultats de ce sondage nous ont permis de prioriser les orientations de notre prochain plan stratégique et nous permettront d’accroître la valeur des services que nous offrons à la communauté des TIC au Québec. Par exemple : • Les deux tiers des entreprises qui ont répondu ne collaborent ni avec des universités ni avec des centres de recherche en R-D. Les répondants attribuaient cette absence de collaboration à des entraves administratives perçues, au manque de ressources et à une connaissance minimale des avantages d’une telle coopération. • Par contre, la grande majorité (91 pour cent) des entreprises qui collaborent déjà avec des universités et des centres de recherche souhaitent poursuivre ces partenariats en R-D.

• Les répondants ont indiqué que l’un des plus

grands avantages de la collaboration en R-D entre l’industrie et les universités était l’accès et la formation de personnel hautement qualifié; les entreprises ont indiqué que le principal obstacle à de tels partenariats était lié au manque de connaissances des enjeux commerciaux de la part des universités. • Plus de 50 pour cent des entreprises qui ont répondu au sondage sont déjà impliquées dans des partenariats de R-D à l’international avec des collaborateurs d’Amérique du Nord, d’Europe et d’Asie, ou prévoient s’engager dans de tels partenariats. À la lumière des résultats du sondage, Prompt entend élaborer des stratégies ciblées et des plans d’action pour saisir les opportunités émergentes et surmonter les défis qui en découlent au cours des années à venir. Ces résultats confirment aussi la valeur des collaborations internationales en R-D développées par Prompt ces dix dernières années. Ces partenariats sont fort avantageux pour appuyer le démarchage de nouveaux marchés et pour accroître le rayonnement à l’étranger de notre écosystème d’innovation en TIC. Au terme de cette période de 10 ans et à l’aube de notre seconde décennie, c’est avec une grande fierté que je constate tout ce que nous avons accompli avec l’appui de notre communauté des TIC. Je tiens à remercier sincèrement le gouvernement du Québec pour son appui indéfectible à Prompt et ses partenariats en R-D. Je tiens aussi à remercier le CRSNG et nos nombreux partenaires de l’industrie, des universités et des centres de recherche; ce sont eux qui rendent possible l’action de Prompt. Je salue également notre conseil d’administration, les membres des comités et les employés de Prompt, avec lesquels j’ai eu le privilège de travailler, dans certains cas, depuis maintenant dix ans. Votre dévouement et votre travail acharné ont contribué à stimuler l’innovation en TIC, à renforcer notre économie et à améliorer la qualité de vie des citoyens partout au Québec.

Rapport d’activités de Prompt 2003-2013

électriques intelligents et d’autres technologies qui réduisent les émissions de CO2, augmentent l’efficacité énergétique et améliorent notre qualité de vie. La réalisation de tels bénéfices est l’un des principaux objectifs de Prompt.

7


de bonne compagnie Le pouvoir de Prompt… notre parcours : Tout créer, de A à Z Au début de 2003, des chercheurs, des ingénieurs et des scientifiques, de toutes les régions du Québec, s’employaient à effectuer des recherches de calibre international, au sein de leurs laboratoires. Comptant 17 universités et des géants de la R-D, tels que Nortel, Ericsson et Bell Québec, la province était reconnue comme une plaque tournante de la recherche de classe mondiale dans le secteur des TIC. Des cohortes de diplômés hautement qualifiés sortaient des universités en un flot continu, créant un important bassin pour les entreprises technologiques locales qui s’empressaient d’y puiser des gens de talent.

membrEs FONDATEURS DE PROMPT • AdtekPhotomask • École Polytechnique de Montréal • École de technologie supérieure (ÉTS) • Ericsson • Hyperchip • IBM Canada • INRS • Université McGill • Miranda Technologies • Université de Sherbrooke

La formation de la prochaine génération de travailleurs de haut niveau ne représentait pas la seule priorité des professeurs d’université et des chercheurs. En plus de jongler avec les exigences de l’enseignement, les propositions et la recherche, ces innovateurs devaient également relever le défi d’explorer de nouvelles possibilités de collaboration en R-D. Aucun mécanisme permettant d’établir des liens avec des collègues universitaires ou des entreprises aux intérêts complémentaires n’existait au Québec; on était encore bien loin de créer des projets concertés de R-D. Comme de nombreux chercheurs et entreprises travaillaient de manière indépendante sur des projets et des objectifs spécifiques, l’écosystème était en quelque sorte fragmenté. De plus, la rareté des occasions permettant à la communauté d’interagir de manière significative rendait encore plus difficile le fait de nouer de nouvelles relations avec des collègues innovateurs du secteur des TIC et de conclure des partenariats en R-D. Compte tenu de la vigueur de l’industrie et du pôle de recherche en TIC au Québec, il était difficile de croire qu’une telle plateforme était toujours absente. Cette lacune dans l’écosystème de l’innovation représentait à la fois un défi et une occasion pour la communauté québécoise des TIC. Ainsi, en 2002, certains des plus éminents chercheurs universitaires ont pris les devants et décidé d’agir. Il s’agissait d’une initiative locale audacieuse, doublée d’une vision ambitieuse. Ces innovateurs comptaient mobiliser et mettre à profit les capacités de recherche, l’expertise de pointe et les ressources de la communauté des TIC pour améliorer la compétitivité du Québec. Leur intention n’était pas de créer un nouvel instrument de financement des projets de R-D ni de bâtir de nouvelles installations

8

de recherche ou d’équiper les laboratoires industriels et universitaires des plus récentes technologies, mais de stimuler, entre l’industrie et les universités, l’établissement de partenariats en R-D qui permettraient d’accroître les capacités et l’influence de tous les participants. Ils reconnaissaient qu’une proposition de valeur gagnante et un taux de rendement élevé étaient essentiels à leur succès. C’était le seul moyen de créer une communauté des TIC engagée, investie et intégrée, dont la taille permettrait d’assurer une masse critique. Chaque mesure prise devait entraîner de réels avantages économiques et sociaux pour les intervenants et les citoyens du Québec. Avant d’élaborer un plan, l’équipe s’est engagée à choisir et à mobiliser les participants qui lui permettraient de transformer sa vision en réalité et a donc décidé de créer un groupe de dix personnes, composé, en proportions égales, d’acteurs de l’industrie et du milieu universitaire. Mais il fallait, avant de se mettre à la recherche de tels champions, donner à l’initiative un nom reflétant sa vision. C’est le professeur Mohamed Chaker, de l’INRS, l’un des fondateurs de cette nouvelle initiative, qui a trouvé le nom de Prompt. Il s’agit d’un acronyme aussi bien adapté en français – Partenariats de recherche orientée en microélectronique, photonique et télécommunications – qu’en anglais : Partnerships for Research on Microelectronics, Photonics and Telecommunications. Il était maintenant temps de bâtir une équipe puissante. Dans le cadre de ce processus, les chercheurs ont sollicité l’aide de chefs de file de l’industrie québécoise des TIC. C’est ainsi qu’ils ont fait appel au directeur des techniques informatiques, chez Bell Nordiq (puis chez Bell Aliant), qui avait déjà été professeur de génie à l’INRS. Possédant un bagage d’expérience peu commun acquis tant au sein de l’industrie que dans le milieu universitaire, plus de 20 années d’expertise en recherche technologique et une profonde connaissance du secteur québécois des TIC, Charles Despins a accepté d’assumer le rôle de présidentdirecteur général de l’entité qu’ils prévoyaient créer. Dotés d’une vision et d’un engagement communs qui allaient, une décennie plus tard, les amener à demeurer très actifs au sein de Prompt, les dix membres fondateurs de l’organisme, des chefs de file en matière d’innovation, ont décidé d’élaborer un plan stratégique. Pour ce faire, ils ont consulté des leaders de la communauté et examiné des partenariats réussis en R-D, comme celui qui avait été établi par François Gagnon, de l’ÉTS, et Ultra-TCS. Ces alliances ont contribué à la création d’un plan directeur sur lequel repose l’organisme. Dans le cadre de ce processus,


Après avoir trouvé les acteurs de l’innovation appropriés, l’équipe s’est employée à élaborer un modèle adéquat de partenariat en R-D. Son objectif : stimuler la collaboration en R-D préconcurrentielle. Elle voulait en effet mettre sur pied un organisme sans but lucratif qui agirait comme intermédiaire transparent et impartial et qui permettrait à tous les intervenants de créer des projets dans un environnement tout à fait neutre. Cette entité ne chercherait pas à détenir des intérêts financiers dans les entreprises en démarrage ni à s’arroger des droits de propriété intellectuelle ou des redevances prévues aux contrats de licences. Elle fournirait des capitaux, des idées novatrices et la possibilité de communiquer avec des collaborateurs potentiels. Elle simplifierait l’équation souvent complexe que représentent les partenariats entre l’industrie et les universités, en augmentant la confiance des participants et en créant une plateforme visant à élaborer un plan concret et axé sur les résultats. Enfin, elle réunirait le financement des secteurs public et privé afin d’aider les investisseurs à obtenir un meilleur rendement de chaque dollar investi. Ces principes sont au cœur de la démarche couronnée de succès de Prompt. En 2002, l’équipe a multiplié ses efforts pour approcher des investisseurs du gouvernement du Québec, de l’industrie et d’autres sources pour contribuer au démarrage de Prompt. Malgré la rareté des ressources, l’équipe a réussi à obtenir les capitaux d’amorçage nécessaires du gouvernement du Québec, par l’intermédiaire d’un organisme connu alors sous le nom de VRQ. Cet investissement a permis à Prompt de procéder à son premier appel de propositions, le 29 novembre 2002, et de financer le tout premier projet de R-D en TIC, réunissant des acteurs de l’industrie et des universités. Ces premières années ont permis d’établir de solides assises sur lesquelles Prompt et son modèle unique ont été érigés.

Démonstration de la validation du principe À la suite de la phase de démarrage de l’entreprise, Prompt a ensuite mis au point un solide modèle d’exploitation et a très tôt démontré son impact dans tout le Québec. L’organisme a continué d’appliquer une approche entrepreneuriale, de poursuivre ses activités à titre d’intermédiaire et de maintenir des coûts indirects minimaux. Prompt emploie toujours cette approche aujourd’hui, investissant la majorité de ses fonds dans des projets de R-D pertinents pour l’industrie et qui génèrent de la valeur à court terme pour les entreprises partenaires. Cette stratégie est nécessaire pour soutenir et ajouter de la valeur aux cycles d’innovation brefs et aux créneaux de marché concurrentiels administrés par les entreprises technologiques. Dirigé par un conseil d’administration dévoué et collaborant étroitement avec la communauté qu’elle dessert, Prompt a obtenu, en 2005, un nouvel investissement du gouvernement du Québec, par le truchement du ministère du Développement économique, de l’Innovation et de l’Exportation (MDEIE). L’organisme a ainsi été en mesure d’élargir son offre et de répondre plus adéquatement à la demande croissante de partenariats en R-D. Ce financement lui a également permis d’organiser et de tenir le premier symposium annuel en R-D, une initiative unique au Québec. Cet événement a servi de vitrine pour la promotion des résultats des projets concertés de R-D soutenus par Prompt et a facilité le nécessaire établissement de relations entre les membres de la communauté des TIC. Selon Charles Despins : « Ce fut un moment charnière dans le parcours de Prompt et celui de la communauté des TIC qu’il dessert. Nous avons en effet eu l’occasion de démontrer que nous pouvions collectivement aspirer à la productivité et générer des résultats. Nous possédons d’ailleurs les prototypes qui le prouvent. »

Rapport d’activités de Prompt 2003-2013

l’équipe a dressé la liste de tous les ingrédients requis pour réussir : • des chercheurs talentueux : scientifiques, ingénieurs et étudiants provenant des universités et des centres de recherche; • des entreprises spécialisées en TIC, qu’il s’agisse de multinationales bien établies ou de PME, de nouvelles entreprises ou d’entrepreneurs; • le gouvernement du Québec; et • d’éventuels bailleurs de fonds en R-D, du Québec et du Canada, voire du monde entier.

9


de bonne compagnie

Tracer une trajectoire de forte croissance En 2006, Prompt a connu une importante lancée, élargissant sa portée technologique et sectorielle et augmentant son impact. À la suite du succès initial des projets de R-D soutenus par Prompt et des démonstrations de plusieurs prototypes, l’industrie a commencé à investir de manière significative dans l’organisme. Sa valeur, à titre d’intermédiaire dans les partenariats en R-D entre l’industrie et les universités, et la proposition de valeur qui y est associée, pour les entreprises de TIC et l’ensemble du secteur, ont été reconnues. La demande d’alliances soutenues par Prompt a grimpé à un niveau jamais atteint et continue de croître.

«

Au moyen de partenariats en R-D très productifs, auxquels participent les esprits les plus brillants du Québec, nous nous efforçons d’aider les entreprises en TIC à connaître de meilleurs résultats, à développer leur potentiel d’exportation et à accroître leur impact socioéconomique. »

Pour tirer le meilleur parti possible du financement offert par le gouvernement et l’industrie, Prompt a mis en place des partenariats fructueux entre les organismes subventionnaires, dont le CRSNG. Il a renforcé sa structure de gouvernance, mis sur pied un nouveau comité d’examen de l’aide financière, regroupant des chercheurs universitaires, ainsi que des experts des secteurs des investissements et de l’industrie provenant du Québec et d’ailleurs, et rehaussé son déjà très rigoureux processus d’évaluation et de financement. Surtout, Prompt a élaboré un plan stratégique visant à élargir les possibilités de recherche et de débouchés commerciaux pour ses intervenants et à accroître la compétitivité du secteur québécois des TIC. Ce plan est axé sur les possibilités lucratives offertes par trois marchés verticaux, où les TIC se sont avérées habilitantes : la cybersanté, la sécurité publique et l’énergie. En 2008, Prompt a reçu un nouvel investissement du gouvernement du Québec afin de stimuler le développement de nouveaux partenariats en R-D entre l’industrie et les universités, tel que souligné

10


Démontrant son leadership et son ardent plaidoyer en faveur de nouvelles possibilités, l’organisme a contribué à plusieurs projets en ÉcoloTIC, dont les réseaux GreenStar (financé par CANARIE) et Netvirt, ainsi qu’à des partenariats transfrontaliers, soutenus par le Partenariat d’innovation stratégique Canada Californie (PISCC). Ces collaborations à forte visibilité ont finalement amené le gouvernement du Québec à confier à Prompt, en 2011, la gestion d’Équation, un projet de 70 millions de dollars. Équation comporte six projets en ÉcoloTIC, pilotés par des partenaires industriels, et qui ont été rendus possible grâce au financement de 30 millions de dollars, offert par le gouvernement du Québec, et un total de 40 millions de dollars octroyé par six multinationales parmi les plus puissantes au monde et dont la présence en R-D est particulièrement forte au Québec : CGI, Ericsson, Fujitsu Canada, IBM Canada, Miranda Technologies et Teledyne DALSA. Lancé en novembre 2011, ce nouveau partenariat public-privé vise à mettre au point des solutions d’ÉcoloTIC qui permettront de réduire les émissions de gaz à effet de serre et la consommation d’énergie. Dans le cadre d’Équation, chacun des six projets d’ÉcoloTIC repose sur le modèle de partenariat élaboré par Prompt, lequel réunit des sociétés bien établies, des PME établies au Québec, des entrepreneurs et des chercheurs universitaires. Ces initiatives aideront le Québec à profiter des avantages économiques, sociaux et environnementaux conférés par l’infonuagique, les réseaux intelligents et d’autres technologies. La réalisation de ces avantages est un objectif clé du projet Équation et de Prompt.

Soutenir de futurs partenariats en R-D qui entraîneront des avantages économiques, sociaux et environnementaux Aujourd’hui, Prompt se concentre tout particulièrement sur sa mission. Les partenariats gagnants-gagnants qu’il facilite sont financés par le secteur privé et les gouvernements du Québec et du Canada. Ils exercent un important effet de levier pour tous les investisseurs. En effet, comme les projets soutenus par Prompt reçoivent souvent des fonds additionnels, consentis par des organismes subventionnaires, tels que le CRSNG, ainsi que des crédits d’impôt pour la recherche scientifique et le développement expérimental (RS-DE), offerts par les gouvernements provincial et fédéral, la valeur de chaque dollar investi par une entreprise peut obtenir un rendement jusqu’à un facteur de cinq. Pour l’avenir, Prompt compte tabler sur les résultats obtenus à ce jour et continuer de bâtir une communauté de TIC encore plus forte et plus intégrée, au Québec. « Nous nous concentrons sur le développement et l’application de nouvelles TIC qui contribuent à assurer des avantages économiques, sociaux et environnementaux pour le Québec, explique Dr Charles Despins, président-directeur général de Prompt. Au moyen de partenariats en R-D très productifs, auxquels participent les esprits les plus brillants du Québec, nous nous efforçons d’aider les entreprises de TIC à connaître de meilleurs résultats, à développer leur potentiel d’exportation et à accroître leur impact socioéconomique. Des projets, comme Équation et les prochaines initiatives en économie numérique, qui visent à bâtir les villes intelligentes de l’avenir, nous aideront à nous arrimer avec ces objectifs. Ensemble, nous pouvons créer une société durable, branchée et prospère, au Québec. »

Pour l’avenir, Prompt compte tabler sur les résultats obtenus à ce jour et continuer de bâtir une communauté de TIC encore plus forte et plus intégrée, au Québec.

Rapport d’activités de Prompt 2003-2013

dans son plan stratégique. Les six millions de dollars octroyés par le MDEIE allaient permettre à l’organisme de poursuivre la mise en œuvre de son plan stratégique. En plus de faciliter la collaboration entre les universités et les entreprises du Québec, il a conclu des alliances stratégiques avec des sociétés du Canada et de l’étranger. Tel que prévu dans son approche, Prompt a ciblé des possibilités qui sont à l’avantage de tous et profitent aux intervenants du Québec, ainsi qu’à leurs futurs clients, partenaires et employés dans le monde entier. Parmi elles se trouvent des collaborations qui ont contribué à engendrer la vision de Prompt en matière d’ÉcoloTIC, pour le Québec.

11


de bonne compagnie

Les technologies de l’information et des communications créent un monde plus intelligent, mieux connecté et une économie plus forte Les technologies de l’information et des communications (TIC) sont des appareils et des systèmes intelligents composés d’équipements et de logiciels qui nous permettent de mieux communiquer les uns avec les autres, ainsi qu’avec le monde qui nous entoure… à la maison, au bureau ou à l’hôpital; en avion, en train ou en automobile; lorsque nous assistons à un concert rock, jouons à un jeu vidéo ou visitons une réserve naturelle. Ces technologies permettent de recueillir, stocker, traiter, transmettre et présenter de l’information en plus de faciliter l’offre de services connexes. L’action de Prompt cible un large éventail de TIC, des équipements aux logiciels, des composantes aux réseaux, jusqu’aux applications. Ceci permet à Prompt de créer des masses critiques de projets dans différents marchés verticaux, y compris la santé, la sécurité, les services mobiles, les télécommunications, les villes intelligentes, le transport et les ÉcoloTIC. Les chaînes de valeur des TIC sont de plus en plus définies selon ces marchés verticaux. Voici les principaux sous-secteurs des TIC : • La microélectronique – la conception et la fabrication de micropuces ou de minuscules composants électroniques à base de semi-conducteurs. • L’optique-photonique – la génération et le contrôle de la lumière pour diverses applications. • Les technologies sans fil – la transmission, la réception et la communication de l’information par ondes radio dans le spectre électromagnétique. • Les réseaux et services de télécommunications – des systèmes de communication à grande capacité et à haute vitesse qui combinent le matériel, les logiciels et l’équipement de communication et qui permettent l’utilisation d’applications utilisateur connexes. • Le logiciel – les programmes et les langages symboliques définissant les opérations de l’équipement afin de créer une myriade d’applications utilisées partout dans la société. Le Québec est l’un des centres nerveux de l’innovation des TIC, avec plus de 7 800 entreprises (dont 5 000 petites et moyennes entreprises) qui emploient plus de 131 000 personnes et génèrent un revenu annuel de 35 milliards de dollars pour notre économie, ce qui représente 5,1 %1 du produit intérieur brut du

Logiciel

12

Microélectronique

Optique-photonique

Sans-fil


L’industrie des TIC est de loin celle qui contribue le plus au développement d’une société québécoise innovante, en investissant chaque année près d’un milliard de dollars en R-D7. Avec ses 17 universités, le Québec dispose d’un important bassin d’universitaires talentueux qui stimulent l’innovation et la croissance du secteur. D’autre part, le Québec bénéficie d’un puissant écosystème de l’innovation soutenu par les laboratoires du gouvernement, les agences de l’innovation et des consortiums de R-D tels que Prompt. Non seulement les innovations apportées par le secteur des TIC au Québec bénéficient directement à l’économie en terme de ventes et d’emplois bien rémunérés, mais elles sont aussi, indirectement, un puissant moteur de croissance économique et de progrès humain par le biais de la convergence technologique. Ces systèmes convergents sont compatibles avec des applications dans tous les domaines, comme l’illustrent les exemples suivants : • La santé – des dispositifs de diagnostic et des dispositifs sans fil pour la surveillance physiologique des patients; des applications de dossiers médicaux informatisés sécurisés en nuage; des applications mobiles en matière de santé qui facilitent la communication en temps réel entre les médecins et les patients; des outils novateurs de simulation utilisés en formation médicale. • La sécurité – la surveillance en temps réel et les systèmes de communication militaires; des solutions fondées sur les TIC pour combattre le cybercrime; des applications permettant au personnel d’application de la loi de signaler et de communiquer des renseignements en temps réel. • Les services mobiles – des tablettes et téléphones intelligents haut de gamme qui peuvent effectuer des transactions bancaires complexes, permettant

Sécurité

Intermachine

Transport

ÉcoloTIC

une navigation en temps réel dans sa ville, en 3D, et la connexion de millions d’enthousiastes en pleine action dans un jeu en ligne, sur un écran haute définition d’un mobile. • L’intermachine – des machines branchées qui, en fait, communiquent directement, voire exclusivement, entre elles… à partir d’un compteur intelligent transmettant un relevé de consommation au serveur d’un fournisseur d’électricité ou d’un réveil matin qui s’informe des conditions routières sur le Web pour ajuster l’heure du réveil et le démarrage de la cafetière. • Les télécommunications – des réseaux de télécommunications qui facilitent la transmission rapide de grandes quantités de données en l’espace d’un instant auxquels se greffe une panoplie de technologies sans fil qui permettent à nos mobiles, tablettes et portables d’accéder, en tout temps et en tous lieux, aux différents services numériques. • Les villes intelligentes – l’urbanisation et les technologies comme les médias sociaux, les applications mobiles et les plates-formes de collaboration qui permettent de créer des services d’immeubles intelligents; des solutions d’automatisation dans la maison; des systèmes de transport et de gestion de la circulation plus efficaces et intelligents; un accès haute vitesse à large bande pour tous les citoyens. • Le transport – des systèmes de guidage routier et de navigation par GPS; des solutions pour gérer la circulation; des réseaux de transport en commun et des systèmes d’intervention d’urgence intelligents; des outils d’analyse de données qui permettent aux conducteurs de prendre des décisions éclairées en temps réel sur leur déplacement. • Les ÉcoloTIC – des solutions novatrices en TIC qui améliorent l’efficacité énergétique et réduisent les émissions de gaz à effet de serre comme des réseaux de télécommunications en nuage, des réseaux électriques plus intelligents et de nouveaux processus de fabrication qui réduisent les eaux usées et la consommation d’énergie.

Services mobiles

Santé

Télécoms

Villes intelligentes

Rapport d’activités de Prompt 2003-2013

Québec (PIB). Ces 11 dernières années, la croissance annuelle du secteur des TIC, en terme de PIB, a été deux fois plus rapide que celle enregistrée pour l’ensemble de l’économie du Québec6.

13


Cas de réussite : Ericsson, Université McGill, Université Concordia

Place à la multiplication : la collaboration en R-D soutenue par Prompt... une constante dans l’équation de l’innovation d’Ericsson depuis maintenant dix ans Une entreprise qui fournit des équipements à plus de 1 000 réseaux, comptant quelque 2,5 milliards d’abonnés dans 180 pays... achemine plus de 40 % du trafic mobile mondial… détient plus de 30 000 brevets… et qui a réalisé, en 2012, un chiffre d’affaires net de plus de 33,8 milliards de dollars à l’échelle planétaire. Ericsson est sans contredit l’un des plus importants fournisseurs de technologies et de services de télécommunication au monde. Forte d’une équipe de R-D composée de 22 000 employés, dont une solide équipe de chercheurs à Montréal, au Québec, cette multinationale travaille avec certains des meilleurs innovateurs internationaux du domaine des TIC. Au Canada, Ericsson a choisi Prompt comme partenaire, avec qui elle collabore depuis maintenant dix ans. Cette relation allait de soi, car Prompt favorise et soutient les partenariats de R-D entre l’industrie et les universités qui accroissent l’avantage concurrentiel des entreprises du secteur des TIC.

Pierre Boucher Directeur de la recherche, Ericsson Canada

«

Prompt a établi un modèle éprouvé qui met à profit le savoir-faire de plusieurs acteurs de l’industrie des TIC du Québec, en plus d’offrir un effet de levier de cinq pour un pour chaque dollar investi en R-D et un rendement considérable. Prompt favorise de nouvelles compétences et capacités qui font rayonner le Québec sur la scène mondiale et lui permettent de saisir de nouveaux débouchés internationaux. »

14

Au cours de la dernière décennie, Ericsson a pris part à des projets appuyés par Prompt qui portaient sur la sécurité des réseaux, les technologies à large bande et les solutions réseau et les TIC « vertes » écoénergétiques qui réduisent les émissions de gaz à effet de serre. Grâce à ces initiatives, Ericsson a pu renforcer les capacités d’innovation de son équipe de R-D, accélérer leurs efforts de recherche et améliorer leur apport à la gamme de produits mondiaux d’Ericsson. Selon Pierre Boucher, directeur de la recherche chez Ericsson Canada, la collaboration facilitée par Prompt a accru la productivité et la compétitivité de son équipe de R-D de Montréal et d’Ericsson, dans l’ensemble. « Prompt a une mission essentielle à accomplir : établir des partenariats de R-D industrie-universités qui permettront d’avoir un avantage concurrentiel sur le marché, souligne-t-il. Il s’agit d’un modèle qui a fait ses preuves. Prompt fait plus que financer de nouveaux partenariats de R-D, tout en offrant un important effet de levier sur chaque dollar investi, il facilite la création de partenariats. Ce rôle de facilitateur est précieux, car il aide les entreprises à trouver l’université et les collaborateurs qui leur conviennent et à travailler avec eux de manière économique et efficace. » Fait tout aussi important, les partenariats soutenus par Prompt engendrent des résultats. Ils permettent à Ericsson Canada d’atteindre ses principaux objectifs en matière de R-D et de renforcer le secteur des TIC au Québec. À titre d’exemple, Ericsson a collaboré, en 2008, à un projet novateur de télécommunications sans fil avec M. Tho Le-Ngoc, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en communications à large bande et M. Fabrice Labeau, tous deux de l’Université McGill, et M. Ferhat Khendek de l’Université Concordia. Leur objectif : une solution de réseau qui optimise la qualité et la continuité du service pour les

consommateurs à la recherche d’applications à large bande passante « sur demande ». À une époque où les documents YouTubeMC, TwitterMC et BlogTVMC sont transmis en continu à un nombre croissant d’appareils portables, l’équipe souhaitait répondre aux exigences des utilisateurs, indépendamment de la condition du réseau et du type d’appareil (tel qu’un téléphone cellulaire, assistant numérique personnel et ordinateur) sur lequel l’utilisateur final reçoit le flux de données. L’équipe soutenue par Prompt s’est penchée sur trois éléments différents qui sont responsables du problème de bande passante : les éléments sans fil, le réseau et les applications. Les chercheurs ont élaboré de nouveaux algorithmes et architectures de réseaux qui améliorent la gestion et le traitement de l’information pour les applications exigeantes en bande passante, notamment la vidéo sur demande. Encore aujourd’hui, Ericsson continue de s’appuyer sur les connaissances et les résultats découlant de ce projet pour développer de nouveaux produits sans fil. Ericsson a aussi travaillé avec M. Mourad Debbabi, de l’Université Concordia, à la mise au point d’un outil logiciel novateur qui permet aux ingénieurs de définir des exigences de sécurité et de les intégrer directement au code durant l’étape du développement. Il est impossible de valider des centaines de milliers de lignes de code de façon uniforme, et il peut s’avérer coûteux de régler des problèmes de sécurité à la fin du processus de conception. Grâce à cet outil, les concepteurs sont en mesure de valider de manière proactive, les exigences de sécurité et les caractéristiques du code simplement en appuyant sur un bouton, ce qui se traduit par des économies de temps et d’argent. Ericsson souhaitait que tous les développeurs de logiciels au monde aient accès à cette innovation de manière à régler plus efficacement les défis liés à la sécurité des réseaux. « Nous mettons cet outil à la disposition de la communauté


ainsi que ceux du projet Équation, tant sur les plans économique, environnemental que social.

Le projet Équation, lancé en novembre 2011, fait partie des collaborations les plus stimulantes appuyées par Prompt. Tablant sur les résultats de projets écologiques antérieurs du domaine des TIC, et conformément à l’engagement d’Ericsson en matière de durabilité mondiale, le projet Équation vise le développement et la démonstration de nouveaux produits, procédés et services de l’industrie des TIC qui réduiront les émissions de gaz à effet de serre et la consommation énergétique. Évalué à 70 millions de dollars, le projet Équation a permis d’établir un consortium industriel de R-D en ÉcoloTIC qui comprend Ericsson et d’autres partenaires du Québec. De concert avec Prompt, ces partenaires mettront à profit leur expérience respective pour accélérer la mise au point d’innovations en ÉcoloTIC. Dans le cadre du projet Équation, Ericsson dirige un projet axé sur les télécommunications en nuage; des réseaux en nuage aussi robustes que les réseaux de télécommunications classiques, qui offrent la même qualité de service. Le projet prévoit le développement du matériel et des logiciels utilisés par les opérateurs de réseaux et les centres de traitement de données8 pour gérer le réseau, qui favorisent une réduction de la consommation énergétique. Ce qui est encore plus prometteur est l’objectif que s’est donné Ericsson d’aider les centres de traitement de données à évaluer leur consommation d’énergie et à se servir de sources d’énergie renouvelable comme l’énergie éolienne, l’hydroélectricité et l’énergie solaire pour faire fonctionner le réseau. Cet objectif appuie directement la vision d’Ericsson d’une société réseautée et durable,

Quand Pierre Boucher se remémore les dix dernières années avec Prompt, à titre de collaborateur, de directeur et d’ancien président du conseil d’administration, il se souvient de la première invitation qu’il a reçue pour participer à ce consortium en TIC. Il ne savait pas à quoi s’attendre. Dans les mois qui ont suivi le lancement du premier projet mené par l’industrie et les chercheurs universitaires soutenus par Prompt, Ericsson a commencé à récolter les fruits de cette collaboration. M. Boucher et son équipe ont constaté toute la puissance de Prompt, un organisme unique dans le secteur des TIC, selon lui. « Prompt a établi un modèle éprouvé qui met à profit le savoirfaire de plusieurs acteurs de l’industrie des TIC du Québec, en plus d’offrir un effet de levier de cinq pour un pour chaque dollar investi en R-D et un rendement considérable, poursuit-il. Il est rare de trouver un tel effet multiplicateur dans le contexte économique d’aujourd’hui. En dotant les projets concertés de R-D d’une masse critique, Prompt favorise de nouvelles compétences et capacités qui font rayonner le Québec sur la scène mondiale et lui permettent de saisir de nouveaux débouchés internationaux. Cela fournit un avantage concurrentiel aux entreprises de la province, des PME aux multinationales comme Ericsson. Voilà pourquoi je poursuis ma collaboration avec Prompt. Je suis enthousiaste à l’idée de travailler avec l’équipe de Prompt et ses nombreux collaborateurs universitaires, industriels et gouvernementaux afin de continuer à accroître l’incidence de Prompt, au sein du secteur des TIC, dans les décennies à venir. »

Sécurité

ÉcoloTIC

Logiciel

Rapport d’activités de Prompt 2003-2013

de concepteurs sous forme de solution ouverte, en vue d’une diffusion globale et pour permettre à tous d’y avoir un accès et d’en retirer des avantages. », a affirmé M. Boucher.

Ces opportunités ont suscité l’intérêt de la société mère suédoise, qui a récemment visité Ericsson Canada afin d’établir de nouveaux liens entre les ingénieurs de Montréal et de Stockholm, les chercheurs des universités québécoises, les scientifiques de l’Institut royal de technologie (KTH) de la Suède et Prompt. Comptant sur la participation des dirigeants d’Ericsson, cette mission comportait des séances de présentation par affiches, des exposés et des rencontres de jumelage. Elle a notamment servi à souligner les principaux résultats de recherche de l’équipe d’Ericsson, de Montréal. Ces activités ont permis d’établir plusieurs nouveaux projets de recherche multinationaux dans le domaine de la technologie sans fil. M. Boucher ajoute que : « Cette visite constitue l’un des moments charnières de nos dix années de collaboration avec Prompt. Nous profitons maintenant de cette impulsion pour explorer d’autres occasions de travaux concertés de R-D en TIC, à l’échelle internationale. Prompt a récemment fait appel à des chercheurs d’Ericsson Chine et compte aider les innovateurs québécois à établir, dans un avenir rapproché, des partenariats de R-D en Asie et en Amérique du Sud. »

15


Cas de réussite : Ultra Electronics, ÉTS

Une fructueuse décennie de travaux de recherche concertée soutenus par Prompt engendre de nouvelles compétences, technologies et opportunités d’affaires Lorsque François Gagnon mène des recherches, il a une vue sur le dynamique paysage urbain du centre-ville de Montréal ou encore sur le paisible parc du Mont-Royal. À titre de titulaire de la Chaire de recherche industrielle CRSNG-Ultra Electronics TCS en communications sans fil tactiques et d’urgence de haute performance et de professeur d’ingénierie à l’École de technologie supérieure (ÉTS), Dr Gagnon joue plusieurs rôles et s’acquitte de divers mandats. Qu’il enseigne aux étudiants de niveaux supérieurs à l’ÉTS, mette au point un nouveau système de communications militaires au laboratoire, ou participe à une réunion sur l’établissement de cartes routières technologiques à Ultra Electronics, il n’a qu’un objectif : mettre ses connaissances d’ingénieur au service de la société. Cette passion pour l’innovation sous-tend son solide partenariat en R-D avec Ultra Electronics, un chef de file mondial en systèmes de radiocommunication, de cyberguerre et de renseignements d’origine électromagnétique de grande capacité.

De gauche à droite : Iwan Jemczyk Président, Ultra Electronics Dr François Gagnon Professeur d’ingénierie, ÉTS

«

Prompt facilite l’innovation et contribue grandement au rendement de notre investissement et de nos projets avec l’ÉTS. »

16

Depuis près de quinze ans, cette collaboration a contribué à la création de nouvelles technologies de communications militaires, gammes de produits et compétences chez Ultra. De plus, elle a permis de former plus de 80 nouveaux ingénieurs, tout en renforçant le bassin de spécialistes à la disposition des entreprises et universités québécoises. Il s’agit d’un partenariat qui tire parti de la puissance des travaux de R-D qui sont facilités par Prompt, depuis plus de dix ans.

Cette puissante coopération en recherche a été remarquée par Charles Despins, président-directeur général de Prompt et collègue de longue date de Dr Gagnon, avec qui il avait commencé à travailler, au début des années 1990. En 2001, dans le cadre de ses fonctions au sein du secteur privé, M. Despins s’est associé à François Gagnon, ainsi qu’à d’autres universitaires et représentants de l’industrie afin de définir le modèle de Prompt. Cette première collaboration entre l’ÉTS et Ultra a servi de plan directeur aux partenariats en R-D, appuyés par Prompt.

Cette aventure a commencé lorsque le directeur de l’ingénierie de la Canadian Marconi Corporation (CMC) s’est rendu au laboratoire du Dr Gagnon, à l’ÉTS, en 1997, et a été mis au fait des nombreuses technologies novatrices en cours d’élaboration. Quelques mois plus tard, la compagnie a conclu une entente de partenariat de recherche industrieuniversités avec le chercheur, en vue de la mise au point concertée d’un prototype de radio logicielle.9 La réussite de cette collaboration en recherche s’est traduite par la signature d’un contrat de plusieurs millions de dollars, entre l’ÉTS et CMC, pour mettre au point le tout premier produit de radio logicielle à être commercialisé.

Au moment de la création de Prompt en 2003, Dr Gagnon en était à préciser quel serait son prochain défi important en R-D. Il souhaitait offrir une valeur considérable à Ultra, renforcer les capacités de recherche de l’ÉTS, et accélérer la formation de la prochaine génération d’ingénieurs hautement qualifiés du Québec. Conscient de l’utilité de Prompt à titre de courtier et de catalyseur de R-D, il a donné le coup d’envoi aux premiers d’une longue série de projets de recherche soutenus par Prompt. Au départ, il souhaitait se concentrer sur la mise au point de technologies de communications militaires à large bande passante plus robustes.

En 2001, l’entreprise a mis sur pied la Chaire de recherche industrielle Ultra Electronics TCS en communications sans fil, avec comme titulaire le Dr Gagnon. Depuis 2009, la chaire bénéficie également du soutien du CRSNG et s’appelle désormais Chaire de recherche industrielle CRSNGUltra Electronics TCS en communications sans fil tactiques et d’urgence de haute performance. Quand Ultra a acquis CMC Electronics, en 2003, elle était résolue à faire de la collaboration avec le Dr Gagnon et l’équipe de l’ÉTS un volet essentiel de sa stratégie de R-D.

Dans un espace de combat de plus en plus numérisé, les besoins de communications des troupes changent constamment, et exigent des capacités accrues à tous les échelons de la chaîne de commandement. Alors qu’on s’attend à ce que le marché mondial de l’informatique, des données et des TI militaires (qui comprend les systèmes, produits et appareils électroniques servant à la transmission et à la réception de signaux vidéo, audio et de données lors des opérations militaires) représente plus de 68,6 milliards de dollars américains, d’ici 2022, la pertinence et l’impact potentiel de ce projet ne faisaient aucun doute.


notre équipe, en 2008. Au cours des dernières années, nos efforts de recherche ont permis la mise au point de nouvelles technologies qui renforcent les capacités de la récente radio multimission haute performance d’Ultra. Une fois peaufinée, cette technologie sera en mesure de s’autoreconfigurer en situation d’urgence. L’utilisateur disposera ainsi d’une solution simple et transparente, ce qui accroîtra la fiabilité des communications sur le terrain entre le personnel militaire et le matériel. »

Dans les communications radio, telles que celles utilisées par les forces armées, une antenne ou un mât de communication envoie un signal à une autre antenne ou un autre mât situé à de nombreux kilomètres de distance. Les obstacles et réflexions qui changent rapidement, interrompent et déforment fréquemment les ondes radio qui vont d’une antenne à l’autre, brouillant et détruisant les informations pendant la transmission. Pour remédier à ces problèmes, l’équipe a conçu des multiégaliseurs qui permettent de reconstruire le message, et de faire en sorte qu’il soit reçu correctement. Elle a élaboré de nouveaux algorithmes et de nouvelles techniques de simulation susceptibles de surmonter ces divers obstacles et d’aider à améliorer l’intégrité du signal. L’équipe a breveté cette innovation et Ultra s’est servie des connaissances connexes lors du processus d’élaboration de plusieurs produits de communications militaires. Dr Gagnon souligne l’importance de telles innovations et d’autres résultats facilités par Prompt. « Chaque projet appuyé par Prompt, que nous avons entrepris, a engendré une valeur ajoutée pour tous les participants. L’aboutissement de cette longue collaboration de recherche entre l’industrie et les universités est le Prix Synergie pour l’innovation que le CRSNG a décerné à

Logiciel

Voilà l’une des principales raisons pour lesquelles Ultra investit, depuis maintenant dix ans, dans les travaux de recherche concertée menés avec Dr Gagnon et son équipe de l’ÉTS et compte poursuivre dans cette voie. Prompt offre un effet de levier considérable pour chaque dollar investi par Ultra dans ces projets collaboratifs, en augmentant leur budget global de R-D et celui dont dispose leur équipe de R-D. Selon le président d’Ultra, cet apport est très précieux pour l’entreprise. « Prompt facilite l’innovation et contribue grandement au rendement de notre investissement et de nos projets avec l’ÉTS, affirme Iwan Jemczyk, président d’Ultra. L’innovation est parfois difficile à définir, mais lorsqu’on en est témoin, on le sait instantanément. Dans le cadre de nos collaborations avec Prompt, le Dr Gagnon et ses étudiants à l’ÉTS et notre équipe d’ingénieurs chevronnés, nous sommes quotidiennement en mode innovation chez Ultra. Notre entreprise en tire profit sur le plan commercial et bénéficie d’un avantage concurrentiel à l’échelle mondiale. Prompt stimule l’innovation sur laquelle repose la réussite d’Ultra. », ajoute-t-il. Aujourd’hui, vous pouvez retrouver le Dr Gagnon à son bureau, au siège social d’Ultra à Montréal, en train de participer à une réunion de R-D ou encore en train d’encadrer un jeune ingénieur, ou même un diplômé de l’ÉTS embauché par Ultra. Il publie en moyenne 15 articles chaque année, tout en supervisant une vingtaine d’étudiants et en menant des travaux de R-D dans des domaines complémentaires tels que les communications au moyen de véhicules aériens sans pilote. Peu importe ce qu’il fait, ce chercheur contribue inévitablement à construire le patrimoine du génie au Québec.

Rapport d’activités de Prompt 2003-2013

En travaillant étroitement avec d’autres chefs de file en recherche de l’ÉTS et d’Ultra, le chercheur visait à concevoir des solutions qui amélioreraient la fiabilité des communications militaires en temps réel, de manière à accroître l’efficacité et la sécurité du personnel de la Défense. Il souhaitait ainsi déterminer de nouvelles façons de prendre en charge des applications de vidéo « en mouvement » (On-the-Move ou OTM) et d’assurer la qualité des services, quelles que soient les conditions.

Selon le professeur, les résultats de recherche obtenus par l’ÉTS et Ultra, dans la dernière décennie, n’auraient pas été possibles sans le soutien de Prompt. « Prompt joue un rôle unique dans le système de l’innovation du Québec, car il appuie directement la mise au point concertée de technologies. Ce rôle est irremplaçable, puisqu’il facilite la création d’une nouvelle expertise qui est profitable aux collaborateurs universitaires et industriels. Il permet l’établissement d’une équipe de projet professionnelle dont les compétences et l’expérience peuvent être mises à profit, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de la salle de classe.»

Sécurité

17


Cas de réussite : ÉcoloTIC

ÉcoloTIC

Quatre années de projets de R-D en ÉcoloTIC, soutenus par Prompt, engendrent des avantages socioéconomiques et environnementaux importants pour le Québec Le Québec possède de vastes sources d’énergie renouvelable. Reconnu partout dans le monde pour son rôle de chef de file dans la production d’énergie durable, le Québec est en voie de devenir le leader énergétique nordaméricain en hydroélectricité et énergie verte. Il est possible d’utiliser de nombreuses façons ces ressources naturelles et sources d’énergie, au profit de la région et de ses citoyens. Par exemple, l’énergie renouvelable pourrait alimenter plusieurs choses, telles que le téléchargement d’un film ou un appel de téléphone cellulaire, le fonctionnement des lampadaires dans les rues et des tours de contrôle des aéroports ou une intervention chirurgicale gérée à distance par un chirurgien qui se trouve à des milliers de kilomètres d’un patient. Imaginez si ces capacités technologiques étaient accessibles à l’extérieur des principaux centres urbains, comme Montréal, dans toutes les collectivités éloignées du Québec. Cette vision sera possible grâce aux ÉcoloTIC, qui permettront la prestation de télécommunications et autres services réseau en recourant à l’énergie renouvelable. En octobre 2012, treize des plus importants fournisseurs du secteur mondial des télécommunications ont lancé un appel à l’action en vue du développement de réseaux virtuels (ou infonuagique) qui optimisent l’efficacité et la rentabilité, tout en réduisant les coûts d’exploitation. Même si une telle demande découle strictement d’impératifs économiques, ces « réseaux de télécommunications en nuage » se veulent aussi écologiques, puisqu’ils engendrent de nombreuses occasions d’accroître considérablement l’efficacité énergétique et de réduire les émissions de gaz à effet de serre. De concert avec les chercheurs et les entreprises de la province, Prompt aide le Québec à faire preuve de leadership et à créer un avenir vert alimenté par cette technologie intelligente. Au cours des quatre dernières années, Prompt a dirigé l’élaboration et l’implantation d’une stratégie d’ÉcoloTIC qui facilite la réalisation de projets prometteurs de R-D, dans ce domaine. En aval, ces innovations ont le potentiel d’aider à créer une société interreliée et écoénergétique. Elles permettront au Québec d’atteindre un triple résultat, à savoir des avantages sur les plans économique, environnemental et social. Comme l’illustrent les initiatives de R-D suivantes, soutenues par Prompt, ces avenues mènent à un avenir vert, alimenté par les technologies intelligentes.

18

Le réseau GreenStar : poser les jalons du premier réseau alimenté par l’énergie renouvelable En 2009, l’École de technologie supérieure (ÉTS) a mené l’établissement d’un consortium d’organismes industriels, universitaires et gouvernementaux de classe mondiale, qui avait pour objectif la réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) attribuables aux services de technologies de l’information et des communications (TIC). Forts du financement de CANARIE, l’ÉTS, le Centre de recherches sur les communications, Inocybe Technologies, Ideal Consulting et d’autres collaborateurs industriels et universitaires ont mis sur pied le réseau GreenStar. L’objectif : créer le premier réseau Internet au monde qui est alimenté exclusivement par de l’énergie renouvelable tout en offrant la même fiabilité que celle de l’Internet classique. Le réseau GreenStar a permis la mise en place d’un réseau d’infonuagique réparti dans l’ensemble du Canada. Il était composé de quatre unités de traitement de données installées en Colombie-Britannique, en Alberta, en Ontario et au Québec, qui étaient alimentées uniquement par l’hydroélectricité et l’énergie solaire. Prompt a participé aux activités de collaboration et facilité la création de nouveaux partenariats nationaux et internationaux avec la Chine et les États-Unis (New York et Californie), pour faire avancer les objectifs du réseau GreenStar. « En 2011, Prompt a joué un rôle de facilitateur lors de la démonstration du réseau GreenStar, entre Montréal et la Chine, illustrant la toute première téléconférence mondiale alimentée par l’énergie renouvelable, a déclaré Mohamed Cheriet, directeur du laboratoire Synchromedia, à l’ÉTS. Les responsables des gouvernements participants ont ainsi été en mesure de constater les avantages que le Québec pourrait retirer des centres de traitement de données écologiques fonctionnant à l’hydroélectricité et à l’énergie solaire. »


Netvirt : le projet de virtualisation qui a lancé une entreprise en démarrage et la carrière d’étudiants

NoviFlow : exploiter les compétences des étudiants en génie et l’expertise en ÉcoloTIC du Québec

Pour mettre en œuvre des réseaux écoénergétiques, les fournisseurs ont besoin de nouvelles approches et technologies qui réduisent le nombre d’équipements émetteurs de gaz à effet de serre et offrent une capacité informatique robuste. En 2009, Prompt a financé l’initiative Netvirt, un projet mené par l’Université du Québec à Montréal (UQAM), auquel prenait également part Ericsson, Inocybe Technologies et l’École Polytechnique de Montréal. Netvirt devait servir à examiner les possibilités et les défis propres à la virtualisation de réseau. Par virtualisation, on entend la création d’une version virtuelle (et non physique) d’une entité, comme un système d’exploitation, serveur, dispositif de stockage de données ou réseau. Elle permet d’accéder à plusieurs ressources informatiques depuis un seul serveur, et donc, d’utiliser un moins grand nombre de serveurs, ce qui permet de consommer moins d’énergie et nécessite moins de maintenance10. L’équipe du projet Netvirt souhaitait mettre au point de nouvelles technologies de réseau virtuel qui créent des approches plus souples, économiques et écoénergétiques en matière de conception et de développement de réseaux.

Tablant directement sur les résultats de Netvirt, l’UQAM a lancé l’entreprise NoviFlow, au début de 2012, avec deux étudiants en génie du projet. L’entreprise de démarrage commercialise des technologies « vertes » susceptibles de permettre une réduction de la consommation énergétique par les centres de traitement de données dans les prochaines années. NoviFlow travaille à la mise au point de solutions de réseautage programmables SDN (software defined networks) qui déplaceront les capacités de gestion de réseau du matériel physique (comme les serveurs) vers une application logicielle. De nos jours, la plupart des équipements de mise en réseau émetteurs de gaz à effet de serre sont sousutilisés, fonctionnant souvent à 15 % de leur capacité. Les technologies de réseautage programmables SDN limitent le recours à ce type de matériel et optimisent l’utilisation de l’ensemble des ressources du réseau. NoviFlow a lancé son premier produit SDN, en décembre 2012. L’entreprise travaille actuellement avec des chercheurs de l’ÉTS et d’Inocybe afin de fournir une technologie à Ericsson en vue des prochaines démonstrations de son projet Équation, axé sur l’infonuagique.

« Ericsson et Inocybe ont dégagé d’importantes connaissances grâce à ce projet, qui a mené à la mise au point de technologies de virtualisation pouvant être adoptées par les centres de traitement de données, afin de réduire leur empreinte carbone. », a affirmé M. Omar Cherkaoui, professeur au Département d’informatique de l’UQAM et codirecteur de Netvirt. « Le projet a aussi facilité le lancement d’une entreprise dérivée de l’UQAM appelée NoviFlow. »

Selon Dominique Jodoin, président-directeur général de NoviFlow : « L’apport de Prompt au projet Netvirt a permis à des étudiants à la maîtrise de l’UQAM d’acquérir une expérience précieuse auprès de chefs de file de l’industrie, comme Ericsson. Ces employés tirent parti de ces compétences, tous les jours à NoviFlow. Avec le produit que nous avons mis au point, nous sommes au moins un an en avance sur tous les concurrents mondiaux. »

19


Cas de réussite : ÉcoloTIC

ÉcoloTIC

Ericsson : traduire un idéal en solutions d’infonuagique écologiques À l’instar de NoviFlow, le centre de R-D de Montréal d’Ericsson s’appuie sur les résultats de plusieurs projets d’ÉcoloTIC, soutenus par Prompt. Tablant sur de nombreuses années de collaboration en R-D au Québec, dans ce secteur, la multinationale dirige un projet Équation de plusieurs millions de dollars. L’équipe entend créer un réseau d’infonuagique très performant, alimenté à l’énergie renouvelable, offrant des services de télécommunications haute vitesse fiables. Dans le cadre du « Ericsson Cloud System », l’entreprise et ses collaborateurs mettent au point : • Un logiciel qui permet de gérer et de contrôler ce réseau de télécommunications depuis le nuage et d’optimiser l’utilisation des sources d’énergie renouvelable et l’efficacité énergétique; cette initiative s’inspire des concepts proposés lors du projet de réseau GreenStar; • Du matériel spécialisé qui prend en charge la mise en œuvre d’un « réseau virtuel », aidant ainsi à réduire le nombre d’équipements physiques émetteurs de gaz à effet de serre dans le réseau; cette initiative s’appuie directement sur les résultats du projet Netvirt. Selon Pierre Boucher, directeur de la recherche chez Ericsson Canada : « Les résultats de nos récents projets d’ÉcoloTIC, appuyés par Prompt, ont aidé notre équipe de R-D de Montréal à obtenir un mandat stratégique dans le cadre du « Ericsson Cloud System ». Ce projet Équation nous permet de tirer profit des fonds octroyés par le gouvernement du Québec, de l’expertise des chercheurs locaux et des PME comme Inocybe, et de nombreuses années de collaboration avec Prompt. Les innovations qui en découleront auront des retombées de taille sur l’économie québécoise et sur la société, de façon générale. »

20

Inocybe Technologies : stimuler le développement de produits D’ÉcoloTIC et la réussite d’une PME À Gatineau, au Québec, Mathieu Lemay ne ménage aucun effort. Présidentdirecteur général d’Inocybe Technologies et collaborateur au sein des projets du réseau GreenStar, du projet Netvirt et d’Équation, on lui demande constamment de mettre à profit ses compétences et ses technologies. Cet innovateur et doctorant est habitué à ce rythme effréné. En 2005, il a fondé Inocybe tout en travaillant au Centre de recherches sur les communications (CRC) du Canada. Sa PME québécoise élabore des solutions de réseaux virtuels qui permettent aux opérateurs de réseaux de disposer des mêmes capacités informatiques et de communication au sein d’une infrastructure partagée, en utilisant moins d’équipements émetteurs de gaz à effet de serre. Il s’agit d’une approche très économique, grâce à laquelle les centres de traitement de données et les opérateurs de télécommunications sont en mesure d’accroître leur rentabilité, tout en réduisant leur impact sur l’environnement. À titre de participant du sous-projet d’Équation mené par Ericsson, M. Lemay voit actuellement à la création d’un logiciel qui permettra de gérer et de contrôler divers services de télécommunications en nuage. Grâce à cette solution révolutionnaire, les opérateurs de réseau seront en mesure d’évaluer les émissions de gaz à effet de serre produites par leur infrastructure réseau et les applications gérées en nuage. Ce projet dirigé par Ericsson fournit l’occasion de valider le logiciel au moyen de démonstrations et de tests préalables à la commercialisation. M. Lemay est d’avis que les nombreux projets d’ÉcoloTIC auxquels il a pris part ont accéléré le développement de sa technologie et de son entreprise. « Ces dernières années, nous avons travaillé étroitement avec l’ÉTS, Ericsson et Prompt. Je crois que cette collaboration nous a permis de développer plus rapidement nos produits. Dans l’année qui vient, nous entendons exploiter notre technologie et toutes les leçons tirées en ÉcoloTIC, dans le cadre d’un déploiement commercial à grande échelle. Cette démonstration de faisabilité fera rayonner notre entreprise québécoise dans plusieurs marchés mondiaux et nous permettra d’ajouter des ressources à notre équipe. »


Comment ces initiatives d’ÉcoloTIC engendreront-elles des avantages sur les plans environnemental et social, pour le Québec? Située au sud-est du Québec, Magog est une petite ville qui voit grand en matière d’ÉcoloTIC. La municipalité de 28 000 habitants souhaite devenir l’une des villes les plus écologiques du pays. Elle examine les moyens par lesquels les technologies vertes pourraient engendrer des avantages économiques, sociaux et environnementaux pour la région, en déployant de nouvelles solutions réseaux et en organisant dans l’ensemble de la ville, des démonstrations et des expériences servant à illustrer diverses applications intelligentes. Elle est bien placée pour adopter plusieurs des innovations en ÉcoloTIC, facilitées par Prompt, et prend les mesures qui s’imposent pour créer la ville intelligente de demain. La ville met en place la première infrastructure de réseau intelligent du genre qui sera utilisée par tous les citoyens de Magog. Ce réseau ultra rapide sera aussi ouvert et accessible que les routes physiques que nous empruntons chaque jour, de sorte que les utilisateurs n’auront pas, pour y accéder, à acheter des services connexes d’un opérateur de réseau de télécommunications traditionnel. Le réseau fera partie de l’infrastructure municipale de la ville de Magog, au même titre que les rues, les trottoirs et les conduites d’eau, et il fournira des capacités supérieures à celle de l’Internet classique. Tirant parti de la technologie sans fil et de la « fibre optique jusqu’au domicile », Magog sera la première région au Canada à offrir un tel service à l’ensemble de ses citoyens. Disposant de deux barrages à proximité sur la rivière Magog, et d’une entreprise de services publics indépendante, la ville est très bien placée pour exploiter l’hydroélectricité et d’autres sources d’énergie renouvelable, afin d’alimenter ce réseau. De plus, la ville établira des laboratoires d’usagers (des écosystèmes de recherche ouverte en innovation axée sur les utilisateurs11) au moyen desquels ses citoyens pourront mettre à l’essai des technologies et applications intelligentes, dont celles appuyées par Prompt. La ville se servira des commentaires recueillis pour prendre des décisions quant aux innovations qui sont susceptibles d’avoir la plus grande incidence sur les familles de la région.

L’avenir vert du Québec passe par l’intégration de la communauté des TIC En 2008, Prompt a établi une vision puissante pour le Québec. L’organisme visait à réunir les acteurs de la communauté des TIC en vue du développement de technologies et d’applications intelligentes qui permettent au Québec et à ses citoyens de tendre à un avenir plus vert et prospère. En travaillant étroitement avec ses intervenants, Prompt concrétise cette vision. Les résultats qui découlent de ces nombreux projets de R-D en ÉcoloTIC, appuyés par Prompt, du réseau GreenStar à l’initiative Équation, sont éloquents. En mettant en commun les compétences et les ressources des multinationales, des PME, des organismes d’innovation et du gouvernement du Québec, Prompt et le milieu des TIC exploitent les technologies intelligentes qui engendrent des avantages environnementaux, économiques et sociaux pour le Québec.

« La synergie naturelle entre le CRIM et Prompt s’est traduite par une collaboration extrêmement fructueuse, au cours des dix dernières années. À titre de centre de recherche appliquée en technologies de l’information (TI), le CRIM joue un rôle direct et stratégique dans la R-D effectuée au Québec, par les entreprises de TI, ce qui lui donne l’occasion de mettre son expertise à contribution dans plusieurs projets soutenus par Prompt, y compris Équation. Prompt a véritablement transformé l’univers québécois des TIC en créant une communauté intégrée et en stimulant la collaboration entre l’industrie et les universités, dans le cadre de projets de R-D qui produisent des résultats. » Daniel Blanche, président-directeur général, Centre de recherche informatique de Montréal (CRIM)

En créant la ville intelligente du futur, Magog compte favoriser la formation et la conservation d’employés talentueux, offrir des emplois de haute qualité pour la génération à venir, renforcer l’économie locale et améliorer la qualité de vie des citoyens. Comment la ville atteindra-t-elle ces objectifs? Par l’adoption de technologies et approches ÉcoloTIC, dont celles mises au point par des innovateurs soutenus par Prompt, au profit des gens du Québec. En aval, Magog pourrait servir de référence en création de villes intelligentes au Québec et fournir un exemple de stratégie d’économie numérique au reste du monde.

21


Cas de réussite : Thales, Université Laval, RDDC

Commandement et contrôle du cerveau humain : la technologie au service d’une prise de décision rapide et efficace dans les situations de stress

Imaginez la scène… vous êtes un contrôleur aérien qui assurez la sécurité de milliers de passagers chaque jour… un commandant de recherche et sauvetage qui déploie ses équipes pour retrouver les victimes d’une catastrophe naturelle… une urgentologue qui pose un diagnostic et traite des dizaines de patients en phase critique, au cours d’un quart de travail. Sans relâche, on fait appel à vous. Vous devez prendre des décisions cruciales et passer à l’action, souvent en quelques secondes. Le personnel qui remplit ce types de rôles est préparé à gérer la pression, mais a besoin d’information ciblée, précise et opportune pour donner sa pleine mesure. Les systèmes d’aide à la décision (SAD) sont des technologies interactives qui leur facilitent la tâche en réunissant de l’information utile provenant de sources diverses; en assurant la surveillance, l’évaluation et le classement des données; puis en aidant les utilisateurs à repérer les problèmes et à les résoudre en vue d’une prise de décision. Grâce à l’aide précieuse de Prompt, M. Sébastien Tremblay, professeur de psychologie à l’Université Laval, espère mettre les SAD au service des situations de type « commandement et contrôle » (C2). Une question demeure : la technologie peut-elle réellement améliorer notre jugement et nos capacités décisionnelles?

De gauche à droite : Richard Breton RDDC Richard Grenier Thales Sébastien Tremblay Université Laval

Pour en avoir le cœur net, M. Tremblay collabore avec Thales, un chef de file des produits de défense et un joueur de premier plan sur les marchés civils et

Cas de réussite : IBM, RIM, TELUS, Université Laval, Université McGill

La prescription du médecin : Des TIC qui améliorent la productivité des fournisseurs de soins de santé et la qualité des soins offerts aux patients Au Canada, les patients peinent de plus en plus à obtenir les soins requis de leur médecin, au moment opportun. Selon les résultats du Sondage national des médecins 2010, cette situation découlerait des exigences de plus en plus lourdes imposées à l’horaire des médecins.

Suzanne Rochford TELUS

En raison des coûts astronomiques des soins de santé, les approches de prestation de soins de santé plus efficaces n’ont jamais été aussi nécessaires. Avec l’appui de Prompt, une équipe de recherche multidisciplinaire élabore des solutions de TIC qui améliorent la productivité des professionnels de la santé et la qualité des soins offerts aux patients. Membre clé du projet « Amélioration des technologies de l’information pour les applications en santé (ATIAS) », un réseau national de recherche financé par le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie, le Dr Mark Coates croit que les TIC peuvent améliorer la logistique du travail en soins de santé ainsi que les soins offerts aux patients et leur sécurité. Il entend concevoir des systèmes et des applications de communications sans fil évolués pour les hôpitaux et les soins à domicile. Au sein du projet ATIAS, appuyé financièrement par Prompt, le professeur travaille avec des chercheurs des universités McGill et Laval, ainsi qu’avec RIM, IBM et TELUS Solutions en santé. Grâce au financement de Prompt, l’équipe met au point : • Une architecture de réseau intelligent (ou le cadre sous-jacent du réseau) qui permet d’implanter

22


commerciaux mondiaux, ainsi qu’avec Recherche et développement pour la défense Canada (RDDC), une agence fédérale à Valcartier qui relève de la Défense nationale et qui répond aux besoins scientifiques et technologiques des Forces canadiennes. Mettant à profit le financement de Prompt et du CRSNG du Canada, l’équipe entend déterminer de quelle façon le SAD facilite le processus décisionnel humain et établir des mesures pour évaluer son efficacité dans les scénarios de C2. Dans le cadre de simulations en laboratoire, des utilisateurs de SAD auront à exécuter des tâches précises. Les chercheurs observeront les mouvements oculaires des sujets, leurs réactions et leurs comportements. « Si nous comprenons les facteurs qui influent sur la prise de décision dans des situations extrêmes, nous pourrons faire en sorte que les SAD offrent un soutien optimal aux utilisateurs, explique M. Tremblay. Nos mesures favoriseront le développement d’une technologie qui aidera des personnes compétentes à prendre de meilleures décisions plus rapidement ». Ce projet fait appel à des compétences en génie, en psychologie et en sciences cognitives de même qu’à des connaissances dans les domaines de la défense, de l’aérospatiale et de la sécurité. Comme le signale M. Tremblay : « Le financement assuré par Prompt nous a permis de monter une équipe solide et d’attirer des chefs de file comme RDDC et Thales, qui

des communications sans fil efficaces dans un environnement de soins de santé complexe et qui répond aux défis uniques d’un hôpital, dont la nécessité de transmettre les signaux de façon sécuritaire et efficace, en gérant diverses contraintes (appareils médicaux de pointe, interférence électromagnétique et murs de béton). • Une technologie sans fil servant à faire le suivi du personnel et des appareils dans l’hôpital. L’équipe se penche sur des capteurs portables qui assurent la surveillance des signes vitaux des patients et fournissent des données en temps réel aux médecins. • Des techniques de compression de données novatrices qui permettent la transmission, le stockage et la consultation fiables en milieu clinique de grands volumes de données numériques (images et vidéos haute résolution) par le réseau sans fil. • L’appareil Tomo-Bra, un système de prédétection novateur grâce auquel les femmes pourront détecter un cancer du sein, à un stade très précoce, à même leur domicile. Ce soutien-gorge muni de capteurs émettra des impulsions dans le tissu mammaire, et aidera le médecin à détecter des petites tumeurs de 6 à 10 mm de diamètre. « Nous mettons en commun nos compétences en génie, en sciences de la vie et dans d’autres domaines, dans le but de transformer notre

saisissent très bien les exigences du monde réel, les besoins des utilisateurs et les applications possibles de cette technologie. Le potentiel commercial de nos résultats s’en trouve augmenté et nos étudiants ont accès à une formation dans l’industrie. » « Nous tirons d’importants avantages de notre collaboration avec Prompt, l’Université Laval et RDDC, fait remarquer pour sa part Richard Grenier, directeur du bureau québécois de Thales Canada. Nous avons accès à des chercheurs de talent qui rehaussent nos capacités de R-D et à des idées novatrices susceptibles d’améliorer notre ligne de produits. Nous avons investi dans ce projet parce qu’il est en synergie avec nos orientations stratégiques et offre l’occasion de rentabiliser notre investissement en R-D. Prompt catalyse l’innovation, suscite des partenariats fructueux et a un effet multiplicateur sur les investissements de l’industrie. Nous ne pourrions atteindre nos objectifs sans cet appui. »

Sécurité

Logiciel

Les résultats de ce projet serviront à Thales et RDDC dans le cadre du développement de technologies futures et de la R-D connexe dans les secteurs de la sécurité, de la défense et de l’aérospatiale. Ils permettront aussi d’élaborer de premières lignes directrices pour la conception de SAD plus performants.

savoir collectif en applications de TIC innovantes susceptibles de réduire le temps et les coûts alloués à la prestation des soins de santé et d’améliorer les soins offerts aux patients, affirme le Dr Mark Coates, professeur de génie à l’Université McGill. Grâce au financement de Prompt, nous avons formé une équipe remarquable composée de personnes hautement qualifiées. Prompt contribue à l’essor de la communauté de R-D axée sur le développement d’applications de TIC destinées au secteur de la santé. En participant à cette communauté, nous pouvons établir des relations fructueuses. » « Ce consortium de recherche entre l’industrie et les universités a été très utile pour TELUS, qui cherche à concevoir des innovations pour le marché des soins de santé, a mentionné Suzanne Rochford, directrice, conception orientée utilisateur, TELUS Solutions en santé. Fort du financement et du soutien de Prompt, ce projet nous a permis d’établir des liens avec les talents des universités, des partenaires en R-D et des clients potentiels, et d’explorer des idées que nous n’aurions peutêtre pas envisagées. Nous pourrons appliquer les connaissances dégagées de ce projet à la mise au point de nos nouveaux produits. C’est une entreprise très productive et enrichissante pour nous, rendue possible grâce à Prompt. »

Santé

Logiciel

Sans-fil

Optique-photonique

23


Cas de réussite : EMOVI, ÉTS, Université de Montréal

Un nouvel outil diagnostique pour les blessures au genou dans l’arsenal des médecins – et un nouveau débouché pour une PME du Québec

Que vous soyez un athlète professionnel ou une vedette du sport en devenir, un bon fonctionnement du genou est essentiel à la performance – et plus généralement, à la mobilité qui contribue à la qualité de vie. Le ligament croisé antérieur (LCA) est un ligament important du genou qui crée la stabilité du mouvement, et particulièrement de la torsion.12 Chaque année, on estime que 200 000 blessures au LCA se produisent aux États-Unis, ce qui comprend environ 95 000 déchirures ou ruptures du LCA.13 Malgré la prévalence des blessures au LCA, les médecins doivent relever le défi de poser un diagnostic exact et de recommander le meilleur traitement. Compte tenu de la quantité limitée des outils diagnostiques dont disposent les praticiens, il est très difficile de mesurer avec exactitude le mouvement des os de la jambe se produisant autour de cette articulation complexe. Cette mesure est souvent considérée comme un art, car l’interprétation des résultats est très subjective.

De gauche à droite : Michelle Laflamme EMOVI Dre Nicola Hagemeister ÉTS

La Dre Nicola Hagemeister, professeure en génie à l’École de technologie supérieure (ÉTS) a tenté d’ajouter un outil à l’arsenal des médecins. En réunissant un financement et un soutien en gestion de projet auprès de Prompt et en collaborant avec EMOVI (une entreprise québécoise qui crée des produits médicaux permettant d’évaluer l’état des articulations), elle a élaboré une innovation qui aide

Cas de réussite : InterDigital, Université Concordia, Université McGill

Repenser le réseau pour s’attaquer au problème de la largeur de bande dans l’univers du sans-fil

De gauche à droite : Michel Desgagné InterDigital Dr Tho Le-Ngoc Université McGill Dr Benoît Champagne Université McGill Dr Mohammad Reza Soleymani Université Concordia Patrick Tooher InterDigital 24

Chaque année, l’utilisation des applications multimédia en réseau sur les appareils mobiles tels le BlackBerry™, l’iPhone™ et l’iPad™ va en s’intensifiant à l’échelle planétaire. À lui seul, You Tube™ enregistre quelque deux milliards de vues par jour – soit près du double de l’auditoire des trois principaux réseaux américains de radio et de télédiffusion aux heures de grande écoute. Lorsqu’on ajoute à cela l’essor du visionnement en continu de vidéos et d’émissions de télévision, des jeux en ligne et d’autres services à forte intensité de données offerts sur les appareils mobiles, l’on ne s’étonne plus que le marché mondial des logiciels mobiles promette de franchir le cap des 79,7 milliards, d’ici 201714. La popularité croissante du multimédia mobile ne va pas sans poser quelques problèmes aux usagers. Au premier chef, la largeur de bande ne suffit pas à répondre à la demande, ce qui affecte la qualité, la vitesse et la fiabilité de la transmission des données vers l’appareil mobile lors de l’utilisation d’une application multimédia et, en bout de ligne, l’expérience des utilisateurs. C’est là le défi qu’a choisi de relever M. Tho Le-Ngoc, titulaire d’une chaire de recherche du Canada en communications à large bande et professeur à l’Université McGill. Bénéficiant de l’aide précieuse de Prompt et du CRSNG, M. Tho Le-Ngoc cherche de nouveaux moyens d’optimiser l’utilisation


les médecins à mesurer avec plus d’exactitude la fonction du genou. En misant sur les résultats d’un projet financé par le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie (CRSNG), la Dre Hagemeister et ses collaborateurs ont transformé les fonctionnalités d’un harnais muni de capteurs optoélectroniques qui évalue le mouvement des os autour du genou, et ce, sans procédure invasive. L’équipe, bénéficiant de l’appui de Prompt, a remplacé de coûteux capteurs optoélectroniques par des capteurs MEMS (systèmes microélectromécaniques) de série et donc beaucoup plus rentables, qui mesurent l’accélération et la vélocité des os reliés à l’articulation du genou. Le groupe a intégré ces nouvelles « machines miniaturisées » dans un prototype, puis a analysé la corrélation entre ce qu’un médecin sent lorsqu’il fait bouger le genou pendant un test manuel et la mesure du dispositif. Il en découle une marge d’erreur minimale entre les deux évaluations, ce qui offre la possibilité de mesurer la fonction du genou avec plus d’exactitude – et de façon normalisée. Cette innovation offre un potentiel commercial considérable. Ces dispositifs MEMS de série pourront être intégrés aux produits médicaux actuels, tels ceux conçus par EMOVI, servant à évaluer l’état des articulations. « En misant sur le modèle de partenariat de Prompt, nous avons

de cette largeur de bande limitée, de façon à ce que plus d’utilisateurs puissent l’exploiter. À cette fin, il collabore avec la société InterDigital, un fer de lance des technologies sans fil au cœur des appareils, des réseaux et des services mobiles, ainsi qu’avec MM. Benoît Champagne et Mohammad Reza Soleymani, professeurs d’électrotechnique et de génie informatique aux universités McGill et Concordia. L’équipe entend améliorer la capacité des systèmes sans fil en mettant au point des communications de pointe axées sur la collaboration ainsi que des techniques adaptatives de traitement du signal qui tirent parti de plusieurs dimensions comme le temps, l’espace et le lieu où se trouve l’utilisateur au cours de la transmission et de la réception des signaux radioélectriques. La recherche s’inscrit dans le contexte des futurs réseaux 4G, qui verront la transmission de données sans fil passer de la traditionnelle architecture de système point à point à une architecture multipoints dans laquelle de nombreux nœuds sans fil collaborent pour améliorer la performance d’ensemble. « Nous voulons créer des solutions qui augmentent la capacité des systèmes, qui permettent aux fournisseurs de services de pleinement exploiter la largeur de bande disponible et qui offrent aux utilisateurs une expérience uniforme au sein de la zone desservie », résume M. Le-Ngoc.

établi une relation de travail mutuellement bénéfique avec la Dre Hagemeister et avons mis à profit sa créativité en l’intégrant à notre équipe de R-D. », indique Mme Michelle Laflamme, présidente et chef de la direction d’EMOVI. « À titre de petite entreprise, nous ne possédons simplement pas toute l’expertise nécessaire pour élaborer de telles innovations. Les résultats de ce projet nous permettront d’améliorer la fonctionnalité de nos produits, tout en en réduisant le coût. Notre gamme de produits évoluera d’autant plus rapidement ce qui améliorera le positionnement concurrentiel de notre entreprise.»

Santé

Microélectronique

Selon la Dre Hagemeister, Prompt a été essentiel au succès de ce projet. « Prompt nous a orientés vers ce nouveau domaine et a encouragé notre équipe à explorer les solutions fondées sur les MEMS. Le financement nous a permis de mettre au point un prototype, à titre de preuve concept, que nous pouvons présenter aux cliniciens. Ce soutien collectif et la participation des utilisateurs finaux nous ont permis d’obtenir des résultats brevetables, ainsi qu’une innovation offrant un potentiel d’application dans de nombreux secteurs. Il n’existe rien de comparable sur le marché aujourd’hui. »

Les méthodes novatrices et les algorithmes qui découlent de ce projet de R-D concerté intéressent vivement la société InterDigital, qui a pignon sur rue à Montréal. « Notre créneau est de concevoir des solutions qui accentuent l’efficacité des réseaux sans fil et enrichissent l’expérience multimédia bien des années avant la mise en marché, d’expliquer Michel Desgagné, ancien vice-président de la R-D pour l’entreprise. Conformément à la feuille de route technologique d’InterDigital, ce projet financé par Prompt permet d’analyser certains défis techniques complexes associés à l’espace sans fil, puis d’intégrer les connaissances et les résultats obtenus dans les programmes de développement technologique de l’entreprise. InterDigital est en mesure de tirer parti de ce financement, parce que Prompt comprend son modèle d’affaires et ses conséquences pour ses partenariats de R-D. »

Télécoms

Sans-fil

Microélectronique

De l’avis de M. Desgagné, « la collaboration avec les universités McGill et Concordia s’est avérée précieuse à plus d’un titre. Grâce à l’aide financière de Prompt, nous avons pu élargir la portée de notre travail de R-D et tripler la valeur de chaque dollar investi dans le projet. Nous avons également engagé plusieurs étudiants diplômés ayant acquis des compétences fort pertinentes au cours de ces projets de recherche, ce qui leur a permis de contribuer de façon immédiate à notre travail de R-D. »

25


Cas de réussite : Fujitsu Canada, Université Laval, RDDC

Créer un logiciel de logistique des urgences qui permet de prendre des décisions rapides concernant la mise en œuvre de l’aide humanitaire pendant une catastrophe – et qui aide à sauver des vies

Lorsque l’un des tremblements de terre les plus puissants jamais enregistrés a frappé le Japon, en mars 2011, il n’a laissé que la dévastation derrière lui, soit la perte tragique de plus de 14 000 vies humaines, le déplacement de centaines de milliers de personnes, la destruction d’infrastructures essentielles et une catastrophe nucléaire qui pose un risque à long terme pour la santé, l’environnement et l’économie du pays. Bien que l’aide continue de parvenir de toutes les régions du globe, les travailleurs humanitaires doivent relever des défis de taille en tentant de distribuer de la nourriture, de l’eau propre et d’autres ravitaillements le plus rapidement possible aux personnes qui en ont le plus besoin. Lorsque des catastrophes naturelles telles que des ouragans, des tremblements de terre et des tsunamis se produisent, la mobilisation rapide des intervenants d’urgence et la mise en place de l’aide humanitaire deviennent réellement une question de vie ou de mort. Devant le besoin croissant d’améliorer la planification de la logistique et la gestion de la chaîne d’approvisionnement dans le domaine de la gestion des catastrophes, cette question a amené le Dr Jacques Renaud à prendre action.

De gauche à droite : Dr Sébastien Paquet Fujitsu Canada Dr Jacques Renaud Université Laval

Le directeur du département des systèmes d’exploitation et de prise de décisions de l’Université Laval aspirait à mettre au point une technologie permettant au personnel de gestion des urgences de

Cas de réussite : TeraXion, Université de Sherbrooke, Université Laval

L’impératif de la vitesse : la lumière et le silicium au service de la puissance des réseaux optiques

De gauche à droite : Dre Sophie Larochelle Université Laval Yves Painchaud TeraXion Martin Guy TeraXion Alexandre D. Simard Université Laval

26

Dans notre monde dominé par les données, la vitesse devient un impératif croissant. Alors qu’un éventail toujours plus grand de technologies nous relie aux gens, aux lieux et aux objets, où qu’ils soient et à tout instant, une course mondiale s’engage pour transmettre plus d’information, plus rapidement que jamais. En 2011, la Corée du Sud a établi la connexion Internet la plus rapide au monde, transmettant des données à des centaines de foyers sur un réseau à bande ultra-large à raison d’un gigabit par seconde – un débit cent fois plus élevé que la connexion Internet moyenne en Amérique du Nord15.

En juillet 2012, Google a lancé à Kansas City un service Internet ultra-rapide qui offre « des téléchargements instantanés, une télévision haute définition d’une qualité exceptionnelle et des possibilités illimitées ». D’après la multinationale, cette première installation de Google Fibre servira de projet pilote en vue d’un déploiement plus vaste dans les foyers américains et permettra d’explorer de nouvelles pistes qui repousseront les frontières techniques d’Internet. On doit cette capacité au réseau optique, un réseau de cylindres ou de fibres de verre qui utilise la lumière pour transmettre des données volumineuses de façon rapide et fiable sur de grandes distances. TeraXion met au point des technologies destinées à améliorer la vitesse et la capacité de ces réseaux. Chef de fil mondial dans la conception et la fabrication de composants et de modules optiques, cette entreprise de Québec rehausse les capacités des compagnies de télécommunications, des fournisseurs d’accès Internet et des utilisateurs finaux. Au cours des dix dernières années, TeraXion a vendu plus de 100 000 dispositifs optiques à quelque 500 clients internationaux et son carnet de commandes ne dérougit pas. D’après Martin Guy, vice-président de la R-D, il ne fait aucun doute que les travaux de recherche concertée réalisés avec l’Université Laval et l’Université de Sherbrooke, donnent à l’entreprise un puissant avantage sur le plan de l’innovation. Au moment d’affiner sa technologie et son orientation stratégique, TeraXion a fait appel à ses partenaires de recherche financés par Prompt pour l’aider à


créer rapidement le plan de logistique le plus efficace pour la distribution de l’aide humanitaire pendant une telle catastrophe. En obtenant un financement essentiel de Prompt et du CRSNG et en collaborant avec Fujitsu Canada et Recherche et développement pour la défense Canada (RDDC) à Valcartier, il a mis au point un nouveau logiciel de gestion de la logistique qui offre cette nouvelle fonction. Ce système très interactif permet au personnel de gestion des urgences de saisir des renseignements précis relativement à une catastrophe et de retrouver des recommandations ciblées sur la mise en œuvre optimale de l’aide humanitaire dans les conditions que sous-tend cette catastrophe. Cela comprend les éléments suivants : des conseils sur le nombre et l’emplacement des centres de distribution de l’aide dans une zone touchée par une catastrophe, l’affectation des ressources dans chaque centre de distribution et le transport et la livraison des ressources dans les régions touchées. Ces données permettent aux travailleurs humanitaires de prendre des décisions rapides et éclairées et d’appliquer un plan d’action efficace. Cette innovation, qui offre la possibilité de travailler sur n’importe quel ordinateur personnel et d’entrer de nouveaux renseignements au fur et à mesure que les conditions évoluent, promet d’améliorer l’intervention en cas de catastrophe, d’accélérer la mise en place systématique de l’aide humanitaire et

atteindre ses objectifs. L’entreprise voulait examiner les possibilités de la photonique sur silicium, une technologie en pleine évolution qui permet de transférer des données sur une puce d’ordinateur au moyen d’impulsions lumineuses. Celle-ci combine, sur une même puce, les technologies laser et silicium, améliorant la vitesse, la puissance et le rendement du traitement de données.16 Le défi : Comment exploiter judicieusement cette technologie complexe dans les produits de prochaine génération de TeraXion? Grâce au financement et au soutien de Prompt, TeraXion a formé un partenariat avec Dre Sophie Larochelle, titulaire d’une Chaire de recherche du Canada en communications et composants à fibres optiques à l’Université Laval, dans le domaine des dispositifs photoniques sur silicium. « Nous avons mené une série d’expériences qui nous ont renseignés sur les capacités et les limites particulières de cette technologie, et sur la conception, la caractérisation et la fabrication d’un dispositif fonctionnel, explique Dre Larochelle. Nous avons réalisé plusieurs prototypes au laboratoire de nanofabrication de l’Université de Sherbrooke. Cela nous a permis de mettre nos théories à l’essai, de mieux comprendre les avantages de la photonique sur silicium et de cerner les facteurs qui limitent la vitesse, la fonctionnalité et le rendement de la transmission des données. »

surtout de sauver des vies. Selon le Dr Renaud, cela aurait été impossible sans le soutien de Prompt. « Le financement de Prompt nous a permis d’explorer la logistique des urgences en tant que nouveau domaine de recherche, affirme le Dr Renaud. Il nous a permis d’embaucher plusieurs étudiants très qualifiés, qui ont élaboré de nouveaux algorithmes et de nouveaux modèles mathématiques que nous aurions eu de la difficulté à produire par nous-mêmes. En misant sur le talent des étudiants, nous avons amélioré la fonctionnalité et accéléré la mise au point du logiciel. »

Sécurité

Logiciel

« Nous étions ravis de répondre à l’appel de Prompt pour les projets en sécurité publique, affirme le Dr Sébastien Paquet, directeur de la R-D à Fujitsu Canada. Notre entreprise a bénéficié de plusieurs événements de réseautage organisés par Prompt, au cours de la dernière année, et nous étions impatients de contribuer à un projet de R-D stratégique. Le modèle de Prompt nous a permis de collaborer avec des chercheurs de l’Université Laval et de majorer notre investissement dans cette initiative. À Fujitsu Canada, nous aspirons à effectuer un test beta de cette innovation auprès de nos clients et d’intégrer ce logiciel à un système de gestion des urgences dans l’avenir. »

D’après Martin Guy, ce projet a porté ses fruits. « Nous investissons de manière stratégique dans la photonique sur silicium afin de réduire davantage l’empreinte carbone de nos produits, leur consommation d’énergie et leur coût. Grâce à notre collaboration avec l’Université Laval, l’Université de Sherbrooke et Prompt, nous avons pu évaluer efficacement cette technologie, et avons obtenu de premiers résultats prometteurs. Il s’agit maintenant d’appliquer les connaissances acquises à notre plateforme technologique de prochaine génération afin d’accroître la vitesse et les capacités des réseaux optiques et d’offrir une valeur ajoutée à nos clients. Cet aspect est important puisque nous recherchons de nouveaux débouchés dans les secteurs de l’industrie, de l’aérospatiale, de la défense et de la sécurité publique. » M. Guy souligne le rôle crucial qu’a joué Prompt dans le cadre de ce projet, ainsi que sa contribution plus générale à l’industrie des TIC. « Prompt nous a permis d’accroître notre capacité de R-D et de mettre à profit notre investissement dans la photonique sur silicium. Son financement nous a aidés à atténuer les risques techniques et à accélérer le développement de notre technologie de prochaine génération. Il nous a également permis d’offrir à plusieurs stagiaires de l’Université Laval une expérience pratique au sein d’une équipe de R-D commerciale. Ceci contribue à former les ingénieurs de talent dont le secteur québécois des TIC a besoin pour devenir plus concurrentiel. Prompt poursuit sa collaboration avec nous en vue de repérer de nouvelles possibilités de partenariat. »

Télécoms

Optique-photonique

27


Cas de réussite étudiante : Benoît Châtelain, ÉTS, Université McGill

Benoît

Châtelain

Le financement de Prompt encourage les multinationales à recruter de jeunes esprits brillants dans leurs équipes de R-D établies au Québec Benoît Châtelain se passionne pour les réseaux optiques. Durant ses années d’études à la maîtrise sous la direction du Dr François Gagnon, titulaire d’une chaire de recherche Ultra Electronics en communications sans fil, à l’ÉTS, il s’est attaqué à plusieurs défis de R-D auxquels font face les entreprises du sans fil et de l’optique. Cette recherche l’a amené à travailler avec quelques-uns des plus grands chefs de file de la R-D en photonique dans ces domaines, puis à entamer un doctorat sous la direction du Dr David Plant, titulaire d’une chaire de recherche industrielle Bell Canada/ CRSNG, à l’Université McGill.

De gauche à droite : Jean Noël Ciena Benoît Châtelain ÉTS, Université McGill

«

Prompt permet aux étudiants diplômés de travailler en étroite collaboration avec les acteurs de l’industrie. »

La recherche financée par Prompt a donc eu une influence marquante sur la carrière de M. Châtelain. Elle lui a non seulement permis d’enrichir ses connaissances auprès d’experts en optique, mais également d’explorer ses propres idées, de les éprouver et d’en présenter les résultats aux chefs de file de l’industrie. La possibilité de mettre en valeur son talent a aidé M. Châtelain à décrocher un poste au centre montréalais d’ingénierie de réseau de l’entreprise Ciena, en 2012. Tout a commencé par un projet de recherche financé par Prompt et réunissant des chercheurs de l’ÉTS, de l’Université McGill, d’Ultra Electronics et de Nortel. L’objet de la recherche : les réseaux de grande distance qui transmettent des signaux lumineux au moyen de câbles à fibres optiques couvrant souvent des centaines, voire des milliers de kilomètres. Une énorme quantité de données parcourent ces fils de verre sur des distances considérables et à un débit pouvant atteindre 100 gigabits par seconde, ce qui permet leur utilisation dans une foule d’applications. Bien que cette technologie ait nettement évolué depuis dix ans, la circulation sur les réseaux augmente de façon exponentielle, chaque année. Les opérateurs de réseaux optiques cherchent toujours de nouveaux moyens de transmettre les données plus rapidement, en plus grand nombre et à moindre coût. Ce défi a incité l’équipe à explorer différentes pistes susceptibles d’améliorer la capacité et la performance des réseaux optiques. De concert avec le Dr David Plant et d’autres collaborateurs de

Cas de réussite étudiante : Frédéric Plourde, ÉTS

Frédéric

Plourde

Frédéric Plourde ÉTS InterDigital

28

Démarrage de carrières et développement de l’industrie québécoise des technologies Demandez à Frédéric Plourde quelle est la valeur de ses études de deuxième cycle à l’École de technologie supérieure (ÉTS) et il vous répondra qu’il en a tiré bien plus qu’un simple grade de maîtrise ! Travaillant sous la direction de MM. Claude Thibeault et François Gagnon, cet étudiant a eu l’occasion de collaborer à un projet de R-D appuyé par Prompt, qui l’a initié à tout un monde de possibilités. Avec le soutien de ses professeurs, M. Plourde s’est donné l’objectif de relever certains grands défis de R-D de Octasic, un fournisseur montréalais de semi-conducteurs qui compte parmi les chefs de file de l’industrie. Le projet de recherche de M. Plourde l’a mené à faire équipe avec le personnel de l’entreprise et, ainsi, comprendre ses produits, ses clients et ses activités. À son insu, cette collaboration de recherche, orchestrée par Prompt et axée sur les solutions d’ingénierie d’Octasic, a constitué une sorte de formation « sur le terrain ».

Assurément motivé et stimulé par le travail à accomplir tout au long de ce projet, d’une durée de deux ans, M. Plourde a eu la chance de perfectionner des compétences et d’accumuler une expérience pertinente aux yeux de l’industrie tout en affinant de précieuses connaissances théoriques acquises à l’ÉTS. De fait, la principale responsabilité de M. Plourde consistait à créer un nouvel algorithme (ou programme pas à pas) relatif à un processeur de signal numérique (PSN). Intégrée à des dispositifs comme des téléphones cellulaires, qui reçoivent et transmettent de l’information, la technologie des PSN analyse et traite, en un éclair, les signaux radioélectriques entrants, puis produit des données de qualité supérieure en temps réel, qu’il s’agisse d’éléments visuels (comme l’image générée par un téléviseur ou un moniteur cardiaque), de sons (comme la musique produite par un iPod) ou de mesures (comme la magnitude d’un séisme ou le niveau de l’activité cérébrale). Il s’agit là d’une technologie-clé essentielle pour les fournisseurs de semi-conducteurs qui conçoivent et fabriquent des dispositifs électroniques sur silicium — y compris Octasic, une entreprise privée dont le siège social est à Montréal et qui propose à des clients du monde entier des solutions logicielles et des solutions sur silicium pour le traitement média et le traitement sans fil sur bande de base. Dans le cadre du projet de collaboration entre l’industrie et le milieu universitaire, M. Plourde a conçu des algorithmes et mis au point des méthodes visant un nouveau PSN adapté aux


recherche, M. Châtelain s’est donc mis en quête de nouveaux moyens de préserver l’intégrité du signal durant son passage dans les fibres optiques. La lumière peut se déformer dans les fils de verre, ce qui perturbe la transmission des données et réduit la fonctionnalité du réseau. L’étudiant de doctorat a examiné diverses « formes d’ondes » (ou manières de façonner la lumière) capables de maintenir la force du signal et d’assurer une transmission fiable d’un bout à l’autre de la fibre. Il a réussi à identifier des formes d’ondes particulières qui rendent les systèmes optiques plus tolérants aux distorsions, si bien que la performance globale du réseau s’en trouve améliorée. De 2008 à 2011, M. Châtelain a présenté ses résultats de recherche dans le cadre de l’OFC, le plus grand congrès international sur les télécommunications par fibres optiques. Or, les résultats auxquels il est arrivé ont éveillé l’intérêt de la société Ciena. Comptant quelque 4 000 employés et plus de 1 000 clients à l’échelle mondiale, Ciena offre des solutions de pointe en matière d’infrastructure de réseaux, de logiciels intelligents ainsi qu’une gamme complète de services. L’entreprise a directement bénéficié du travail de M. Châtelain. « Son travail nous a fait comprendre la valeur des différentes formes d’ondes et la manière de les utiliser pour améliorer la capacité et la performance des réseaux – deux des grands défis que notre secteur d’activité doit relever, explique Marc-Antoine de Santis, directeur des services de réseaux régionaux, pour le bureau de Ciena, à

besoins particuliers d’Octasic. Misant sur ses vastes connaissances en matière de technologies sans fil de troisième génération, l’étudiant a créé une nouvelle méthode de développement de PSN propre aux applications sans fil d’Octasic. L’algorithme corrige les signaux erronés, ce qui favorise un meilleur rendement des produits. Par ailleurs, loin de s’appliquer à un seul produit, cette innovation fonctionne avec la plate-forme technologique qui sous-tend toute la gamme des solutions sans fil d’Octasic. Ainsi, la nouvelle méthode s’avère encore plus précieuse pour l’entreprise et ses clients. D’ailleurs, après avoir incorporé le nouvel algorithme à ses produits, en 2008, Octasic s’est empressée d’offrir un emploi à son créateur ! M. Plourde estime que le projet de recherche appuyé par Prompt lui a permis d’acquérir l’expérience pratique nécessaire pour lancer sa carrière de concepteur de logiciels intégrés, chez Octasic. « En me donnant la chance de collaborer étroitement avec des chefs de file de la R-D, cette initiative de recherche m’a permis de bien comprendre et maîtriser la plate-forme technologique d’Octasic, ainsi que ses algorithmes en place et ses exigences en matière de PSN. Ainsi, j’ai réussi à mettre au point une nouvelle méthode qui reflète les besoins de l’entreprise et contribue à améliorer ses produits. Un tel savoir-faire a aussi fait de moi une précieuse recrue. Prompt a financé ma participation à cet effort de recherche concertée et j’en suis très

Montréal. Nous avons transmis ces connaissances à notre équipe de R-D et appliqué certaines des nouvelles techniques aux innovations en cours de développement. » Impressionnée par les résultats de recherche de l’étudiant, la société Ciena l’a recruté dans son équipe d’ingénierie de réseaux montréalaise, où il est affecté aux systèmes de câbles et aux réseaux sous-marins. « L’expérience de recherche de M. Châtelain, financée par Prompt, constitue un atout indéniable pour Ciena, déclare M. de Santis. Il a toujours des suggestions pour repousser les limites de notre technologie, améliorer la performance de nos produits et automatiser davantage notre processus en laboratoire en vue de la mise en place sur le terrain. La possibilité de recruter de jeunes esprits brillants et hautement qualifiés, comme Benoît Châtelain, est l’une des clés de la réussite de Ciena dans l’écosystème québécois de l’innovation. »

Télécoms

Optique-photonique

Selon M. Châtelain : « Prompt permet aux étudiants diplômés de travailler en étroite collaboration avec les acteurs de l’industrie et d’acquérir ainsi les compétences et l’expérience en ingénierie dont les entreprises ont besoin. Les projets de R-D financés par Prompt portent sur des problèmes concrets. Cette formation en phase avec l’industrie augmente les chances d’être recruté et d’avoir un travail valorisant au sein d’une entreprise de classe mondiale. Je profite de cette expérience chaque jour dans le cadre de mes fonctions chez Ciena. »

reconnaissant, car le projet a donné le coup d’envoi de ma carrière chez Octasic. » Selon Emmanuel Gresset, directeur de la R-D chez Octasic : « Les projets de R-D qu’appuie Prompt constituent une occasion unique pour une entreprise québécoise comme Octasic de soutenir localement sa croissance par l’établissement d’un réservoir de main-d’œuvre, la prestation d’une formation sur mesure et le recrutement de quelques-uns des plus brillants jeunes ingénieurs de la province. L’optimisation du financement de Prompt nous a permis de définir, avec M. Plourde, un projet pertinent et opportun pour relever des défis de R-D propres à notre gamme de solutions sans fil. Nous avons intégré à nos produits l’algorithme résultant, puis offert à son inventeur un poste au sein de notre équipe de R-D. Aujourd’hui, M. Plourde continue de tirer parti de l’expérience acquise, grâce à Prompt, pour faire une contribution productive à nos activités. »

Télécoms

Logiciel

Microélectronique

Frédéric Plourde s’estime chanceux de pouvoir assouvir sa passion du génie au sein d’une entreprise montréalaise qui met au point des applications sans fil novatrices et qui constitue l’une des rares entreprises canadiennes à concevoir sa propre technologie de PSN. Comptant maintenant à son actif une participation au développement de nombreux produits, de renommée mondiale, cet innovateur québécois rêve de faire sa marque dans l’industrie mondiale des semi-conducteurs. 29


Cas de réussite étudiante : Yan Basile-Bellavance, École Polytechnique de Montréal

Yan

BasileBellavance

La formation et le mentorat inspirent un étudiant à lancer de nouvelles entreprises. Lorsque Yan Basile-Bellavance a entrepris sa maîtrise à l’École Polytechnique de Montréal, en 2007, il était incertain quant à son choix de carrière. L’ingénierie le fascinait, mais il ne savait pas exactement où il voulait aller. La possibilité de lancer une entreprise ou de devenir un entrepreneur accompli ne lui a même jamais traversé l’esprit. Difficile à croire, surtout que l’étudiant novateur a remporté une mention de distinction dans la catégorie « Services aux entreprises », du Concours québécois en entrepreneuriat, en 2010, devant plus de 250 autres nouvelles entreprises.

Yan Basile-Bellavance École Polytechnique de Montréal

«

Le mentorat et la formation pratique que j’ai reçus des Drs Savaria et Blaquière, au cours du projet financé par Prompt, m’a inspiré pour lancer mon entreprise. Nous discutions constamment des défis technologiques, débouchés commerciaux et exigences de la clientèle. »

Ayant pour mission de favoriser l’entrepreneuriat partout dans la province, le concours a permis de reconnaître M. Basile-Bellavance et ses partenaires pour la création d’une entreprise en pleine croissance, en gestion de l’énergie, située à Montréal. Avec le lancement d’une deuxième entreprise à son actif, M. Basile-Bellavance reconnaît que son esprit d’entrepreneuriat lui provient de l’expérience qu’il a acquise avec le projet de recherche DreamWafer. Parmi les initiatives de R-D les plus avant-gardistes financées par Prompt, ce projet repousse presque toutes les limites du marché et de la technologie. Grâce aux innombrables séances de remueméninges, discussions stratégiques et défis qu’ils ont dû relever, DreamWafer a servi de parfaite formation pour cette étoile montante de l’industrie. Après tout, ce projet lui a permis de travailler avec certains des meilleurs chefs de file du domaine de la microélectronique du Québec. Réunissant le financement de Prompt, de TechnoCap et d’autres investisseurs, ce projet rassemble Richard Norman, entrepreneur et innovateur en technologie, Richard Prytula, président et fondateur de TechnoCap, ainsi que les Drs Yvon Savaria et Yves Blaquière, professeurs et chercheurs en recherche à l’École Polytechnique et à l’Université du Québec à Montréal. Ces spécialistes en microélectronique collaborent pour développer le premier système mondial de prototypage rapide en microélectronique. Ressemblant à un grille-sandwich, la plate-forme

Cas de réussite d’un chercheur : Dr Jacques Beauvais, Université de Sherbrooke

Jacques

Beauvais

Dr Jacques Beauvais Université de Sherbrooke

« J’ai eu le privilège de contribuer à la création de Prompt, en 2003. À titre de chercheur à l’Université de Sherbrooke, j’ai aidé à rédiger la première proposition soumise à Valorisation-Recherche Québec en vue d’obtenir des fonds de démarrage pour Prompt. Par la suite, j’ai compté parmi les nombreux chercheurs qui ont directement bénéficié des services de ce consortium voué à la R-D dans le domaine des TIC.

«

Prompt a joué le rôle essentiel de catalyseur dans le développement de ces compétences de R-D axées sur les microsystèmes. Au cours des dix dernières années, Prompt a favorisé une collaboration fructueuse entre les universités, les PME et les multinationales. »

En guise d’exemple, Prompt a financé un projet de recherche préliminaire sur des techniques de nanofabrication, mené conjointement par Quantiscript, une jeune entreprise sherbrookoise, et des chercheurs de l’Université Laval, de l’Université McGill et de l’Université de Sherbrooke. Les résultats du projet ont permis la mise au point de procédés avancés de lithographie (gravure) et de fabrication pour dispositifs photoniques. Bien que l’entreprise ait cessé ses activités en 2006, elle a directement contribué à l’émergence d’une expertise de calibre mondial en micro et en nanofabrication, à l’Université de Sherbrooke. Prompt a joué le rôle essentiel de catalyseur dans le développement de ces compétences de R-D axées sur les microsystèmes. Des compétences aujourd’hui reconnues à l’échelle internationale. À titre d’ancien chercheur et d’entrepreneur et en ma qualité actuelle de vice-recteur à la recherche,

30


« WaferBoard » permettra à un ingénieur de créer plus rapidement des prototypes électroniques fonctionnels de validation. Les étapes de conception, simulation et expérimentation, qui prenaient auparavant des mois à effectuer, seront complétées en quelques minutes. Cette innovation du Québec promet de révolutionner un secteur important de l’industrie mondiale de l’électronique. Elle a aussi joué un rôle clé dans l’avenir entrepreneurial de M. Basile-Bellavance.

constamment des défis technologiques, débouchés commerciaux et exigences de la clientèle. Ces discussions m’ont permis d’en apprendre autant en matière d’entreprise qu’en microélectronique. J’ai tiré beaucoup de leçons de ces conseils que j’ai appliqués à mes nouvelles entreprises. Prompt m’a permis de contribuer à ce projet novateur et de travailler avec ces innovateurs en technologie et ces spécialistes de R-D en microélectronique. »

Sous la supervision des Drs Savaria et Blaquière, l’étudiant s’est joint à l’équipe de DreamWafer en 2007 et a développé un algorithme, ou processus novateur, qui améliore la tolérance aux failles d’un système électronique. Si, dans un circuit intégré, un seul fil contient une faille ou un court-circuit qui empêche la transmission d’un signal électrique, c’est tout le circuit qui ne fonctionne pas. « C’est comparable à une guirlande de lumières de Noël qui a besoin que toutes les ampoules fonctionnent pour s’illuminer. », affirme M. Basile-Bellavance. Pour éviter ce problème, le jeune ingénieur a développé une procédure permettant à un concepteur de créer un circuit qui répare lui-même chaque faille. La méthode qu’il propose est une importante partie du brevet à l’étude. Elle a aussi été incorporée à la dernière version du DreamWafer.

M. Basile-Bellavance a mis cette expérience à contribution dans les deux entreprises qu’il a lancées, au Québec. En 2009, avec trois partenaires, il a lancé Inovae, une entreprise de solutions environnementales qui aide les clients à réduire les coûts de gestion d’énergie tout en augmentant l’efficacité énergétique. En moins d’un an, l’entreprise compte 20 clients et a vu son chiffre d’affaires augmenter considérablement. Misant sur son expérience, M. Basile-Bellavance a lancé une nouvelle entreprise de solutions sans fil, dans le Nord-du-Québec, qui offrira aux entreprises de gestion des ressources et aux sociétés minières, situées dans les régions éloignées, un accès Internet haute vitesse fiable et économique. Bien que ce projet n’en soit qu’à ses débuts, M. Basile-Bellavance a bien l’intention d’appliquer les connaissances acquises dans le cadre du projet financé par Prompt à sa nouvelle entreprise. Si la tendance se maintient, ce projet sera un succès assuré.

Selon M. Basile-Bellavance : « Le mentorat et la formation pratique que j’ai reçus des Drs Savaria et Blaquière, au cours du projet financé par Prompt, m’a inspiré pour lancer mon entreprise. Nous discutions

je peux témoigner de la valeur de Prompt pour le milieu universitaire et l’industrie. Au cours des dix dernières années, Prompt a favorisé une collaboration fructueuse entre les universités, les PME et les multinationales. En plus d’éliminer d’importants obstacles à la recherche concertée, ce consortium de R-D, dans le domaine des TIC, offre un effet de levier appréciable pour chaque dollar investi. Ce rendement attire des joueurs de haut calibre et permet la réalisation de projets prolifiques menés par l’industrie. Les projets concernent notamment de nouvelles applications dans des secteurs prioritaires tels que les sciences de la vie, la sécurité publique, l’énergie et l’environnement. En aval, la commercialisation des résultats de la recherche accroît la compétitivité du Québec et entraîne des retombées économiques et sociales dont profitent les citoyens des quatre coins de la province. C’est avec fierté que je siège aujourd’hui sur le conseil d’administration de cet organisme. »

ÉcoloTIC

Sans-fil

Microélectronique

Optique-photonique

31


de bonne compagnie partenariats industriels-universitaires de R-D financés par Prompt (2010-2013) Partenaires industriels PROJET

370 000

300 000

2 932 382

3 902 382

Université de Sherbrooke (CP* : Dr Luc Fréchette), Cégep de Sherbrooke

250 000

284 000

250 000

500 000

1 284 000

Université de Sherbrooke (CP* : Dr Réjean Fontaine), Université du Québec en Outaouais

835 000

135 000

300 000

1 046 744

2 316 744

Université Laval (CP* : Dr Philippe Corbeil), Cégep de SaintHyacinthe, Université de Montréal, Institut de Recherche Robert Sauvé en Santé et en Sécurité

125 494

126 960

125 494

250 988

628 936

Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (CP* : Dr Gilles Delisle), Cégep de Trois-Rivières

207 660

50 720

175 000

252 184

685 564

Université de Sherbrooke (CP* : Dr Andrew Grant), Hôpital MaisonneuveRosemont

1 500 000

417 000

600 000

903 400

3 420 400

Un système MIMO novateur pour les liaisons avec ou sans visibilité directe (LOS/NLOS) dans les futures communications sans fil en milieu minier souterrain Télébec, MPB Communications

*CP : Chercheur principal

32

300 000

Chaire de recherche industrielle en informatique et en diagnostics – CRSNG/SIEMENS Siemens, SAND

PROJET

Université McGill (CP* : Dr Mark Coates), Université Laval

Acquisition et traitement sans fil des paramètres influant sur l’efficacité énergétique et l’émission des GES des trains Télébec Mobilité, RGD2, Bombardier, Thales

PROJET

Investissement total

Développement d’un système de mesure pour quantifier la dynamique des membres inférieurs lors d’activités fonctionnelles quotidiennes Ergorecherche, Clinique du pied Équilibre

PROJET

CRSNG

Scanneurs de tomographie d’émission par positrons haute performance Gamma Medica, Excelitas

PROJET

PROMPT

Évaluation du rendement d’un système photovoltaïque ultraperformant à concentration dépassant 1000 soleils TechnoCap, Hydro-Sherbrooke

PROJET

Industrie Industrie (en espèces) (en nature)

ATIAS : Amélioration des technologies de l’information pour les applications en santé RIM, TELUS, IBM

PROJET

partenaires institutionnels

Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (CP* : Dr Mourad Nedil), INRS, Université du Québec en Outaouais

240 000

111 000

240 000

351 000

942 000


Valeur totale du portefeuille de projets : 25

434 823 $ Investissement de Prompt : 4 049 219 $ Contribution en espèces de l’industrie : 5 882 504 $ Investissement du CRSNG : 10 190 911 $

(Pour la période de deux ans qui constitue le délai de réalisation des projets financés par Prompt)

Autres investissements : 5 Partenaires industriels

907 280

460 000

740 000

2 567 280

Université Laval (CP* : Dr Sébastien Tremblay), Université de Montréal

195 000

179 400

135 000

224 330

733 730

Université de Sherbrooke (CP* : Dr Paul Charrette), École Polytechnique

900 000

1 792 389

765 000

1 563 815

5 021 204

Université de Montréal (CP* : Dr Mickaël Begon), École Polytechnique

97 500

24 000

97 500

75 640

294 640

École Polytechnique de Montréal (CP* : Dr Yvon Savaria), UQAM, UQO

340 000

367 200

169 375

600 000

1 476 575

Traçage, profilage et débogage intégrés pour l’ajustement de grappes hétérogènes complexes Ericsson Canada, Revolution Linux

PROJET

460 000

DreamWafer (le WaferBoard au service de l’aérospatiale) TechnoCap, CMC Electronics

PROJET

École de technologie supérieure (CP* : Dr René Landry), Université de Sherbrooke

Développement d’un outil optoélectronique pour évaluer le complexe de l’épaule et son appareillage orthopédique Médicus, VLAM

PROJET

Investissement total

Imageur infrarouge Teledyne DALSA, SPTS Technologies

PROJET

CRSNG

Capacités de localisation et auto-synchronisation en contexte de gestion de crise CAE, R-D défense Canada

PROJET

PROMPT

Système de suivi de véhicules et de diagnostic d’accidents iMetrik, Future Electronics

PROJET

Industrie Industrie (en espèces) (en nature)

École Polytechnique de Montréal (CP* : Dr Michel Dagenais), École de technologie supérieure

251 850

235 440

251 850

438 000

1 177 140

Modulateurs photoniques sur silicium pour les formats de modulation complexes utilisés dans des applications de centre de données TeraXion, CMC Microsystems

Université Laval (CP* : Dre Sophie Larochelle), Université McGill

180 000

311 800

180 000

312 428

984 228 Rapport d’activités de Prompt 2003-2013

PROJET

partenaires institutionnels

312 189 $

33


de bonne compagnie

renforcent l’économie locale. Une économie plus forte, à son tour, améliore la qualité de vie et les chances d’avenir des citoyens. C’est pour ces raisons que Prompt s’est appliquée à favoriser les rapprochements, dans le domaine de la R-D, entre le Québec et les chefs de file de l’innovation établis aux États-Unis, en Chine et dans d’autres pays du monde. En mettant le cap sur des secteurs prioritaires communs de R-D, tels que l’environnement, les changements climatiques et la cybersanté17, nous pouvons accélérer la réalisation de nos objectifs collectifs et offrir de nombreux avantages à la population québécoise.

Le Québec et la Californie collaborent à la recherche sur les Écolotic pour freiner les changements climatiques

«

En mettant le cap sur des secteurs prioritaires communs de R-D, tels que l’environnement, les changements climatiques et la cybersanté, nous pouvons hâter la réalisation de nos objectifs collectifs et apporter de nombreux avantages à la population québécoise. »

34

Avec l’aide de Prompt, les innovateurs du Québec bénéficient d’un accès accru aux capacités de R-D et aux marchés mondiaux Au sein d’un paysage fortement multidisciplinaire et d’une économie mondiale marquée par l’interdépendance, les partenariats internationaux en R-D font figure d’élément essentiel pour l’écosystème québécois de l’innovation. Il est souvent ardu pour les chercheurs, les entrepreneurs et les entreprises du Québec de trouver l’expertise recherchée, d’attirer des investissements et de pénétrer de nouveaux marchés. Les partenariats internationaux de R-D ouvrent une foule de possibilités aux innovateurs du Québec. Ils leur permettent d’exploiter des capacités de recherche, des ressources et des investissements étrangers qui confèrent une valeur ajoutée aux projets, aux produits et aux entreprises d’ici. Par ailleurs, ces collaborations en matière de R-D tendent à faciliter l’accès à de nouveaux marchés internationaux, aidant les innovateurs à générer des recettes qui

Grâce au soutien du Partenariat d’innovation stratégique Canada-Californie (PISCC), Prompt a dressé, en 2010, un plan d’affaires en vue de la formation d’un consortium transfrontalier de R-D, dans le domaine des TIC écologiques (ÉcoloTIC, ou encore « informatique éco-responsable »18), de concert avec l’Université McGill et le California Institute for Telecommunications and Information Technology (CALIT2) de l’Université de Californie, à San Diego. L’équipe a réuni dix universités canadiennes, deux campus de l’Université de Californie et CANARIE, le réseau évolué de recherche et d’innovation du Canada, afin de déterminer si une application judicieuse des TIC ne permettrait pas de freiner la cadence du réchauffement climatique. L’équipe multidisciplinaire a organisé deux ateliers bilatéraux axés sur l’échange d’idées et d’informations et a examiné les pistes de R-D concertée susceptibles d’être mutuellement avantageuses dans le cadre de ce consortium. Les innovateurs établis au Québec ont ainsi pu prendre appui sur les capacités, les ressources et l’expertise qu’offrait la Californie pour mener à bien leurs travaux de recherche sur les ÉcoloTIC. Les résultats de ce projet phare et d’autres initiatives connexes ont mené au choix de Prompt, à titre de coordonnateur du projet Équation, lancé en novembre 2011.


Jerry Sheehan, Chef de cabinet, California Institute for Telecommunications and Information Technology (CALIT2), Université de Californie, San Diego

Image de gauche : MM. John Hepburn, Université de la Colombie-Britannique (à gauche), Charles Despins, Prompt (au centre), et Jerry Sheehan, Université de Californie (à droite), signent un accord visant l’exploration de solutions bilatérales dans le domaine des ÉcoloTIC à l’occasion du Sommet 2008 du PISCC tenu à Montréal. Image de droite : Jacques Mc Neill (gauche) discute avec un délégué au « World Cafe », lors du symposium 2012 de l’UIT

Promotion du Québec à titre de chef de file mondial dans le domaine des ÉcoloTIC en partenariat avec l’Union internationale des télécommunications (UIT) des Nations Unies Au cours des dernières années, Prompt s’est également appliqué à faire connaître, sur la scène mondiale, l’esprit d’initiative et l’expertise du Québec dans le domaine des technologies de l’information et des communications vertes (ÉcoloTIC), stimulant la formation de partenariats internationaux pour les universités et les entreprises de la province. L’organisme a participé à plusieurs rendez-vous technologiques internationaux qui ont mis en vitrine l’exploitation des TIC, par les innovateurs du Québec, en vue de réduire les émissions de gaz à effet de serre et de freiner le réchauffement planétaire. Prompt a notamment été présent aux congrès de l’Union internationale des télécommunications, une agence spécialisée des Nations Unies responsable des enjeux liés aux TIC. Charles Despins, le président-directeur général de Prompt, est l’unique conférencier canadien à avoir pris part au Symposium inaugural de l’UIT sur les TIC et les changements climatiques à Tokyo, au Japon, en 2008. L’année suivante, Jacques Mc Neill, coordonnateur de l’initiative Équation de Prompt, a présenté un exposé remarqué, devant 400

représentants de l’industrie et du milieu universitaire rassemblés à l’occasion du même symposium, tenu à Quito, en Équateur. Ayant attiré l’événement à Montréal, au Québec, Prompt a été l’hôte de la septième édition du Symposium de l’UIT sur les TIC, l’environnement et les changements climatiques, en mai 2012. Ce symposium a réuni des centaines de représentants des milieux industriel, universitaire et gouvernemental qui se sont interrogés sur l’utilité éventuelle des solutions ÉcoloTIC dans la surveillance des changements climatiques et le ralentissement de leur progression. Le symposium a alimenté un dialogue important sur le projet Équation, financé par le gouvernement du Québec, et sur d’autres initiatives ÉcoloTIC appuyées par Prompt.

«

La collaboration avec des partenaires internationaux est indispensable, si l’on veut s’attaquer à l’enjeu mondial de la durabilité. Vu la taille modeste de notre population, nous devons coopérer avec d’autres pays et former une communauté internationale soudée qui dispose d’une masse critique favorable aux ÉcoloTIC. Ce niveau de coopération est nécessaire pour orienter les changements et susciter des mesures ayant des effets tangibles. » Jacques Mc Neill Coordonnateur du projet Équation, Prompt

Rapport d’activités de Prompt 2003-2013

«

Prompt s’est révélé un atout indispensable dans le cadre de nos efforts de collaboration avec les chefs de file mondiaux, pour mettre au point des ÉcoloTIC qui posent les jalons d’un avenir faible en carbone. L’organisme sert d’intermédiaire de confiance entre les secteurs public, privé et sans but lucratif, et facilite la collaboration requise pour créer des solutions évolutives qui répondent à nos grands défis de société. Prompt est un ardent défenseur du changement et un catalyseur qui nous a permis d’amplifier les incidences de notre recherche. »

35


de bonne compagnie

Dr Charles Despins, président-directeur général de Prompt (au centre, à l’arrière), rencontre les membres chinois de l’équipe Québec-Chine, du projet de R-D en cybersanté, le 30 mars 2010, à la BUPT, à Beijing (Chine). Avec lui se trouvent Mme Guixia Kang, de la BUPT (deuxième à partir de la gauche), M. Jiangong Li (à gauche), M. Jianyu Li (à droite) et Mme Shuhui Ma (à l’avant), qui travaillent au Laboratoire d’ingénierie des applications du service à large bande de China Unicom.

36

Un projet de R-D Québec-Chine accélère le développement des technologies de cybersanté En 2010, Prompt a lancé un nouveau projet de R-D Québec-Chine, dont l’objectif était d’accélérer le développement et l’application des technologies de cybersanté sans fil et d’améliorer la qualité des soins tout en réduisant les coûts de prestation qui y sont liés. Créé à la suite de nombreuses démarches en Chine par Prompt, ce partenariat de R-D réunit l’Université McGill et Bell Canada, au Québec, et la Beijing University of Posts and Telecommunications (BUPT) et China Unicom, un géant des télécommunications, en Chine. Ce projet stimulera le transfert de nouvelles percées québécoises en TIC, du laboratoire au milieu clinique, et ce, des deux côtés de la planète, permettant ainsi aux entreprises participantes d’exploiter le marché mondial des services et des soins de santé.

L’équipe Québec-Chine utilisera les solutions de cybersanté sans fil qui exploitent l’information émanant de capteurs biomédicaux et de capteurs utilisés pour la localisation du personnel et de l’équipement en milieu clinique, dans le but de les intégrer dans les établissements de soins de santé du Québec et de la Chine. Les chercheurs ont eu recours à des méthodologies de travail et à des mesures de la qualité et de l’efficacité pour évaluer les répercussions de ces technologies sur la prestation des services de soins de santé. Ils ont ciblé au départ trois importants marchés éventuels de la cybersanté : la télémédecine, les soins à domicile et la télésurveillance des patients. Ce projet découlait du deuxième appel de proposition conjoint Québec-Chine entre le gouvernement du Québec et le ministère chinois des Sciences et des Technologies.


Le Québec en quête de nouvelles possibilités de R-D sur la scène mondiale L’univers de la R-D gagne en complexité à mesure que convergent des disciplines scientifiques, des technologies et des secteurs industriels variés, faisant monter en puissance les capacités et les liens dans le domaine de la R-D. Pour pleinement tirer parti des avantages économiques et sociaux de ce phénomène de convergence, les innovateurs doivent miser sur la R-D concertée à l’échelon mondial. Les applications qui en découleront pourraient permettre de relever les grands défis auxquels font face le Québec et divers pays. La collaboration internationale donne accès à plusieurs capacités de R-D, de ressources et de compétences qui accélèrent la commercialisation des nouvelles technologies, ouvrent de nouveaux marchés mondiaux et contribuent à renforcer la politique intérieure. Prompt entend aider le Québec à saisir la balle au bond. En guise d’exemple, Prompt continue d’appuyer les leaders du projet GreenStar (GSN) dans leurs efforts pour nouer de nouveaux liens et partenariats avec la Californie, l’Europe et la Chine, en vue de soutenir la réalisation des objectifs du projet. Cette coopération pourrait accélérer la création du premier réseau Internet au monde à être alimenté par des énergies renouvelables, ici même au Québec.

collègues internationaux. Ces derniers étant de grands spécialistes du domaine, qu’il s’agisse de hauts responsables des politiques, d’ingénieurs, de concepteurs, de planificateurs, de représentants de gouvernement, de chargés de la réglementation et d’experts en normes. Les nouvelles normes aideront le secteur des TIC à mieux quantifier les avantages économiques et environnementaux associés à diverses ÉcoloTIC. Les entreprises et les décideurs du Québec et d’ailleurs pourront ainsi prendre des décisions éclairées, notamment sur le plan des investissements, en ce qui concerne les solutions ÉcoloTIC les plus efficaces. Ce ne sont là que quelques moyens grâce auxquels Prompt espère aider le Québec à profiter des avantages d’une collaboration internationale en R-D. Ces efforts revêtent une grande importance. L’économie et l’écosystème de la recherche étant désormais sous le signe de l’interdépendance, c’est dire que l’avenir doit être regardé dans une perspective intégrée. Prompt aide le Québec à se positionner à titre de partenaire idéal pour les projets internationaux de R-D concertée, tout en suscitant des partenariats et des investissements étrangers qui ont des retombées constructives sur notre économie et notre société.

Prompt aide le Québec à se positionner à titre de partenaire idéal pour les projets internationaux de R-D concertée, tout en suscitant des partenariats et des investissements étrangers qui ont des retombées constructives sur notre économie et notre société.

Rapport d’activités de Prompt 2003-2013

Prompt cherche également à renforcer ses liens stratégiques avec l’UIT. Olivier Munger, conseiller au développement des projets chez Prompt, participe aux initiatives de l’UIT visant à définir les premières normes mondiales de TIC favorables à une économie verte. À titre de délégué connaissant à fond la communauté québécoise des TIC, M. Munger communique d’importantes pistes de réflexion et recommandations à ses estimés

37


de bonne compagnie

CONSEIL D’ADMINISTRATION prompt 2012-2013 Industriels Universitaires Observateurs

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13 14

15

16

17

38

1. Michel Desgagné, président, Groupe Zinnovia (président du conseil d’administration) 2. Pierre Boucher, directeur de la recherche, Ericsson Canada 3. Mike Cegelski, président exécutif, iBWave Solutions 4. Charles Despins, président-directeur général Prompt 5. Iwan Jemczyk, président, Ultra Electronics 6. Louis Labelle, directeur en chef, Usine de Bromont, IBM Canada 7. Richard Norman, président, DreamWafer 8. Yves Pelletier, vice-président, Alithis 9. Salvatore Rodi, directeur général, Evandro

10. Jacques Beauvais, vice-recteur à la recherche, Université de Sherbrooke 11. Claude Bédard, doyen à la recherche et au transfert technologique, École de technologie supérieure 12. Daniel Blanche, président-directeur général, Centre de Recherche en Informatique de Montréal (CRIM) 13. Sophie D’Amours, vice-rectrice à la recherche et à la création, Université Laval 14. Gilles Savard, directeur recherche et innovation, École Polytechnique de Montréal 15. Geneviève Tanguay, vice-rectrice à la recherche, la création et l’innovation, Université de Montréal 16. Marco Blouin, directeur, Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche, de la Science et de la Technologie, Gouvernement du Québec 17. Maryse Lassonde, directrice scientifique, Fonds de recherche du Québec – nature et technologies


COMITÉ D’INVESTISSEMENT

MEMBRES INDUSTRIELS

Les propositions de partenariats industrieuniversités de R-D sont d’abord évaluées par un comité d’investissement de Prompt avant l’évaluation par les pairs d’un organisme subventionnaire (le CRSNG et le FQRNT). Ce comité consultatif du conseil d’administration de Prompt effectue une évaluation (non technique) des propositions en fonction de critères liés à la qualité du partenariat, de l’engagement de l’entreprise et des impacts envisagés à la fois pour l’entreprise, l’université et le Québec en général. Le comité d’investissement est présidé par un membre du conseil d’administration de Prompt et comprend cinq membres votants. Il achemine ses recommandations au conseil d’administration qui prend les décisions de financement de projet. La composition du comité d’investissement est indiquée ci-dessous.

Une entreprise devient membre de Prompt lorsqu’elle appuie en espèces un partenariat de R-D. Elle le demeure jusqu’à un an suivant la fin du projet (à moins de démarrer un nouveau projet). En date de février 2013, les membres industriels de Prompt sont : • • • • • • • • • • • •

Bell Aliant Bell Canada Bombardier CAE Électronique CGI Ericsson Canada Fujitsu Canada Gestion TechnoCap Hydro Sherbrooke IBM Canada Inocybe Technologies InterDigital

• • • • • • • • • • • •

Miranda Technologies Octasic OSEMI RDG2 RIM SAND Technologies Siemens Teledyne DALSA TELUS TeraXion Thales Ultra Electronics

MEMBRES UNIVERSITAIRES

Alan Bernardi, directeur général, Centre de recherche en technologies langagières (CRTL) Paul Fortier, vice-recteur adjoint à la recherche et à la création, Université Laval Jean-Louis Legault, président, Association pour le développement de la recherche et de l’innovation du Québec (ADRIQ) Salvatore Rodi, directeur général, Evandro

ObservATEUR Marco Blouin, directeur, Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche, de la Science et de la Technologie, gouvernement du Québec

Secrétaire du Comité Josée Dagenais, directrice de l’exploitation, Prompt

• • • • • • • • • • • • •

ÉTS École Polytechnique de Montréal INRS Université Concordia Université Laval Université McGill Université de Montréal Université de Sherbrooke UQAT UQAM UQAR UQO UQTR

MEMBRES PARTENAIRES • Centre collégial de transfert technologique en optique-photonique (OPTECH) • Centre collégial de transfert de technologie en télécommunications (C2T3) • Centre d’innovation en microélectronique du Québec (CIMEQ) • Centre de recherche informatique de Montréal (CRIM) • Recherche et développement pour la défense Canada • Institut national d’optique (INO) • MiQroInnovation Collaboration Center

Rapport d’activités de Prompt 2003-2013

Richard Norman, président du comité d’investissement, président, DreamWafer

39


RÉFÉRENCES

40

1.

http://www.newswire.ca/en/story/1054191/aqt-barometer-the-ict-industry-is-on-the-lookout-for-new-opportunities

2.

http://www.ictc-ctic.ca/wp-content/uploads/2013/01/ICTC_QUEBEC_LabourMarketReport_2013.pdf

3.

http://www.economie.gouv.qc.ca/objectifs/informer/par-secteur-dactivite/technologies-de-linformation-et-descommunications/

4.

Le projet Équation est expliqué en détail dans une autre section du Rapport annuel 2012 d’Équation.

5.

http://www.economie.gouv.qc.ca/objectifs/informer/par-secteur-dactivite/technologies-de-linformation-et-descommunications/

6.

http://www.economie.gouv.qc.ca/objectifs/informer/par-secteur-dactivite/technologies-de-linformation-et-descommunications/page/le-secteur-10878/?tx_igaffichagepages_pi1%5Bmode%5D=single&tx_igaffichagepages_ pi1%5BbackPid%5D=158&tx_igaffichagepages_pi1%5BcurrentCat%5D=&cHash=cdbfbae7219be0726f8d15506bf070a0

7.

http://www.economie.gouv.qc.ca/objectifs/informer/par-secteur-dactivite/technologies-de-linformation-et-descommunications/page/le-secteur-10878/?tx_igaffichagepages_pi1%5Bmode%5D=single&tx_igaffichagepages_ pi1%5BbackPid%5D=158&tx_igaffichagepages_pi1%5BcurrentCat%5D=&cHash=cdbfbae7219be0726f8d15506bf070a0

8.

Un centre de traitement des données est un lieu où se trouvent différents systèmes informatiques et composants connexes, dont des systèmes de télécommunications; http://fr.wikipedia.org/wiki/Centre_de_traitement_de_données

9.

Radio logicielle s’entend d’un système de radio communication dans lequel les composants qui sont généralement mis en œuvre dans le matériel, tels que les mélangeurs, filtres et amplificateurs, sont implantés dans un ordinateur personnel ou un système intégré au moyen de logiciels; http://fr.wikipedia.org/wiki/Radio_logicielle

10.

http://www.edtechmagazine.com/higher/article/2012/10/what-virtualization

11.

http://en.wikipedia.org/wiki/Living_lab

12.

http://houghtonphysicaltherapy.com/RehabPrograms/ACLInjuries.aspx

13.

http://emedicine.medscape.com/article/89442-overview

14.

http://www.prweb.com/releases/2011/4/prweb8310947.htm

15.

http://www.bloomberg.com/slideshow/2013-01-23/top-10-countries-with-the-fastest-internet.html

16.

http://whatis.techtarget.com/definition/silicon-photonics

17.

Le terme « cybersanté » renvoie à une pratique des soins de santé soutenue par une communication et des procédés électroniques; la cybersanté englobe les dossiers médicaux électroniques; la télémédecine; l’informatique de la santé pour les consommateurs; la gestion des connaissances en santé; les équipes soignantes virtuelles; la mSanté (utilisation de dispositifs mobiles pour réunir des données globales et individuelles sur la santé); les systèmes d’information sur les soins de santé. http://en.wikipedia.org/wiki/E-health

18.

http://en.wikipedia.org/wiki/Green_ICT


Rapport d’activités de Prompt 2003-2013


Financement de la R-D en TIC

Prompt 1155, rue UniversitĂŠ, bureau 903 MontrĂŠal (QC) H3B 3A7 514 875-0032 info@promptinc.org

Prompt - Rapport 10 ans  

Prompt célèbre cette année ses 10 bougies et pour l’occasion, publie son rapport d’activités 2003-2013, soulignant les grands moments de son...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you