Page 1

Design: Amila Hrustic - Photo: Irfan Redzovic


« Le futur appartient à ceux qui croient à la beauté de leurs rêves. » Eleanor Roosevelt

TEEN’Art Magazine - Futur


Dans «Futur», vous ouvrirez un tiroir artistique renfermant toutes les configurations possibles que des êtres humains ont pensé doter leur art.

Blacky Gyan TEEN’Art Magazine - Futur


Disponible

partout dans le monde !

- MAGAZINE TRIMESTRIEL -

TEEN’Art Magazine - Futur


Contributeurs/trices :

TEEN’Art Magazine - Futur


TEEN’Art Magazine - Futur


Elles nous ont rejoints ...

Si vous souhaitez rejoindre notre équipe de rédacteurs, de graphistes, ... écrivez à :

teenartmagazine@asdelaperfection.com TEEN’Art Magazine - Futur


Sommaire

ART

Body Marie Remrov

MODE

Davis Lawrence Divamp Couture Amila Hrustic

CUISINE

514 Foodies Collective

BEAUTE-CHEVEUX

Rob The Original TEEN’Art Magazine - Futur


a l e d S ’ A TEEN’Art Magazine - Futur


www.asdelaperfection.com

n o i t c e f r e P a TEEN’Art Magazine - Futur


TEEN’Art Magazine - Futur


le magazine de la renaissance de l’art


Par Myriam Annick Tchameni

TEEN’Art Magazine - Futur


Modèles : Victoria Rose Valentina Synthia Dabiri Christine House Darina May Kana Suzuki Blair Joelle Higgs Maquillage : Melody Jefferson Keena Queen Sieva Floyd Chanda Boone Accessories/Bijoux : Davis Lawrence Styliste : Davis Lawrence Blaire Leon Photographes : David Berman Norman Ding Steve Bennett Erwin Simbulan Coiffure : Perry Amati Simon Bechara Nicole Whalen

TEEN’Art Magazine - Futur


TEEN’Art Magazine - Futur


« Mes débuts dans l'industrie était en 2008 lorsque Sharon Swilling, ancienne partenaire d'affaires et tante, a créé le logo Boho Designs », a déclaré Davis. « En 2014, j’ai ramifié dans les mers plus profondes pour en sortir avec ma marque Davis Lawrence. » Comme décrit par son fondateur, Davis Lawrence est une marque émergente qui offre un style, un ensemble de pièces exclusives pour le cou qui attireront sûrement l'attention du monde de la mode et ce, quelle que soit l'occasion. «J’ai tendance à me lancer des défis lorsqu’il s’agit de sortir ma dernière création," rajoute-t-il « l'innovation est la clé dans l'industrie de la mode. « Davis Lawrence Fashion Jewelry pousse ses consommateurs à anticiper sur ses prochaines sorties. Vous y trouverez des pièces exclusives et accrocheuses : des bijoux pour le cou, des colliers, des accessoires pour cheveux, bijoux, boucles d'oreilles, bracelets et bien plus Davis Lawrence encore. »

Neal Jr. est un homme ambitieux âgé de 30 ans. Après avoir étudié la fabrication de bijoux au Maryland Institute College of Art, il a développé un amour pour la créativité qui l'a finalement mené dans l'industrie de la mode. Davis Lawrence conçoit des bijoux qui conviennent à tout le monde, indépendamment de l'âge. «Je conçois ce qui se vend bien sur le marché, ce dont les gens ont besoin. » Davis est profondément attaché à ce qu'il fait. « La raison pour laquelle j'ai choisi mon nom Davis Lawrence est dû au simple fait que je suis ma marque. Tous les bijoux que je crée sont Davis Lawrence, la façon dont je vois la beauté. »

Davis ne veut pas que ses bijoux fassent partie de la vie des gens pour seulement une journée, mais pour de nombreuses années. « Je pense et crée sur les lignes de la longévité, des bijoux qui sont considérés comme aliment de base pour la garde-robe, quelque chose qui peut être transmis de génération en génération. »


TEEN’Art Magazine - Futur


TEEN’Art Magazine - Futur


PLATO’S COLLECTION

TEEN’Art Magazine - Futur


TEEN’Art Magazine - Futur


TEEN’Art Magazine - Futur


TEEN’Art Magazine - Futur


TEEN’Art Magazine - Futur


CREDITS :

Design: Amila Hrustic Photo: Irfan Redzovic Mise en page: Laura Bonnieu TEEN’Art Magazine - Futur


creacinelle.fr


Vouloir en mettre pleins les yeux ! Anniversaire, Mariage, Soirée à thème...

Une décoration unique... creacinelle.fr / Créa’cinelle sur Facebook / 06.68.77.78.97


Credit: Marquis magazine Photo: Peter Czernich Modèle: Nina de Lianin Maquillage: Angi del Rey

Photo : Blackula Modèle: Elena Vladi Personal

TEEN’Art Magazine - Futur

Par Myriam Annick Tchameni


Credit: Marquis magazine Photo: Peter Czernich Modèle: Nina de Lianin Maquillage: Angi del Rey

TEEN’Art Magazine - Futur


A 44 ans, Boyd Baten est designer à Divamp Couture, une marque qu’il a créée lui-même. Lorsqu’il était plus jeune, Baten avait l’habitude de peindre, personnaliser et modifier des t-shirts pour ses amis rien qu’en utilisant ses mains. Comme il le dit, c’est de sons père, sculpteur et professeur d’art, qu’il a hérédité de l’envie de créer avec ses mains. « Pendant mes études en Hollande, » explique Baten. « J’étais déjà occupé à vendre des costumes à des amis ainsi qu’à des boutiques. C’était ma principale occupation. Lorsque j’étais à l’école d’art à Barcelone il y a vingt ans, je pensais connaitre mieux que les professeurs eux-mêmes, j’ai donc abandonné très tôt. » C’est à Barcelone qu’il travaille et vit actuellement avec sa femme espagnole et leurs trois enfants. « J’ai rencontré Mina ici à Barcelone, mon premier et seul amour. » Sa femme le supporte énormément et l’aide dans tout ce qu’il fait. Ils sont tous les deux propriétaires de la boutique Goodtimes-Barcelona. « Pour cette boutique de brique et de mortier, je conçois les vêtements. L’Espagne est l’endroit qui convient le mieux à ma personnalité. » La toute première pièce qu’il a fabriquée était une chemise faite à partir d’un pantalon de baseball. « J’ai coupé les jambes et je les ai utilisées comme manches. Cela doit déjà faire 22 ans. » Baten n’admire et ne s’inspire de personne. « Je m’inspire normalement des objets ou de la nature, » dit-il. « Je suis un designer étrange. Lorsque je me mets corps et âme dans la fabrication de quelque chose, le résultat est toujours magnifique. Je dis toujours! » Il n’esquisse pas, ne rassemble pas les idées, et ne s’inspire pas d’objets en particulier ou du travail de quelqu’un d’autre. « Cela vient tout seul ou pas du tout! » Étant impatient de nature, le fait de pouvoir obtenir des résultats rapides en fabriquant des vêtements sans l’aide de qui que ce soit est ce que Baten aime le plus. « Je suis une sorte de solitaire sur ce point. » Pour ses costumes, il utilise majoritairement du PVC (Polychlorure de vinyle). « Pour mes autres marques, n’importe quel matériel est bon. » Jusqu’à présent, son travail a été exposé dans les plus grands spectacles en Espagne : Cybèle en Madrid et Gaudi à Barcelone. L’étranger est maintenant son objectif principal. Baten espère avoir du succès dans le futur. « Les jeunes aiment vraiment ce que je fais et peuvent s’y référer. Ils m’écrivent pour me dire à quel point je les inspire. C’est très motivant pour moi. » Il y a quelques moments, un ami lui a envoyé des photos d’œuvres provenant de classes d’art qui ont été inspirés de ses vêtements. « Je les ai aimées! C’est bien d’être une source d’inspiration pour les jeunes. Ca me motive! » Apparemment, l’amour de l’art est héréditaire dans la famille Baten. « Ma fille a surement un œil pour l’art. Je sais qu’elle l’a, mais elle doit elle-même trouver son opportunité, » explique-t-il. « Je lui ai dit que je pouvais lui montrer mais vous connaissez les adolescents, ils ne veulent pas apprendre de leur père! »

TEEN’Art Magazine - Futur

Il a un bon conseil pour ceux qui aimeraient suivre son chemin. « Ne regardez pas trop ce que l’autre fait, n’essayez pas de copier et vous trouverez votre propre chemin et personnalité. » Graphiste: Andréa Deloche


Credit: Marquis magazine Photo: Peter Czernich Modèle: Nina de Lianin Maquillage: Angi del Rey

TEEN’Art Magazine - Futur


Photo: Studioivolution Modèle: Luna Alva Maquillage: Melissa Mari.

TEEN’Art Magazine - Futur


Contactez-nous au : 77 656 01 61 ou 70 479 45 15

Votre

Planner Event

Pour votre événement ...

Wedding planner (mariage de A à Z) Baby shower (avant ou après la naissance du bébé) Prestation de services (coaching, hôtesses, ...) Location de matériels (couverts, tables, chaises, ...) Organisation (séminaires, conférences, formations, ...) Traiteur, décoration Arbres de Noël Anniversaires à thème Autres événements d’entreprises et de particuliers

... Faites appel à nous !

www.groupeprovidencemarket.com


Heidi ...

... l’artiste autiste

aux dessins au crayon photoréalistes TEEN’Art Magazine - Futur

Propos recueillis par Blacky Gyan


M

« on nom est Heidi Vormer et mon nom d’artiste est Remrov ; il s’agit de mon nom de famille épelé à l’envers. Dès l’âge de 4ans, je me suis mise à dessiner quotidiennement. Aujourd’hui, je suis spécialisée dans les dessins photoréalistes au crayon de personnes, d’animaux, de maisons, d’arbres …de tout ce que je trouve intéressant. La plupart de mes dessins ont été réalisés au crayon, mais de temps à autre, j’aime bien utiliser mon stylo de dessin également. Mon autisme me fait voir les plus petits détails qui nous entourent ; cela se ressent dans mes dessins qui sont réalisés de manière très précise et détaillée. Pour moi, le monde est un endroit très chaotique. En public, je suis obligée de me concentrer sur beaucoup de choses à la fois. Plusieurs petits éléments se bousculent pour occuper la première place dans ma tête ; ce qui peut être très épuisant. Je me dois de me focaliser sur une chose uniquement, lorsque je réalise un dessin : les détails de celui-ci. C’est la raison pour laquelle j’adore énormément dessiner. J’aime faire des animaux et à travers mon art, je les aide aussi. Actuellement, je suis sur deux projets spéciaux. L’un porte sur les koalas. Je fais des portraits au crayon ainsi que des cartes de vœux dont 25% de la recette de vente seront reversés à Koala Hospital à Port Macquarie en Australie. En effet, ces animaux sont menacés d’extinction et dans cet hôpital, il s’y fait un excellent travail lorsqu’ils se blessent et qu’ils doivent repartir dans la nature. L’autre projet consiste à aider, en reversant toujours le même pourcentage de mes ventes, l’organisation Chengeta Faune qui lutte contre le braconnage en Afrique. Je dessine des éléphants et d’autres animaux

sauvages. Par ailleurs, je suis également dans les dessins animés et les illustrations, notamment pour livres d’enfants. Je suis en train de me pencher sur une bande dessiné avec mon perroquet de compagnie qui est le personnage principal. Cette bande dessinée qui sera publié s’intitule «Pilaf dans l’espace». Pour finir, je suis né aux Pays-Bas et ai immigré à Montréal, au Canada en 2013 afin d’être avec mon petit ami américain. Je réalise mon travail artistique dans ma nouvelle ville d’accueil avec comme objectif de poursuivre à créer des dessins photoréalistes avec le plus de détails possibles et de continuer à me défier au point de pouvoir vivre de ma passion. Si vous souhaitez voir encore plus d’illustrations, n’hésitez pas à visitez mon site web et à me laisser un commentaire www.remrovsar twork .com»

TEEN’Art Magazine - Futur


TEEN’Art Magazine - Futur


TEEN’Art Magazine - Futur


TEEN’Art Magazine - Futur


TEEN’Art Magazine - Futur


TEEN’Art Magazine - Futur


TEEN’Art Magazine - Futur


TEEN’Art Magazine - Futur


TEEN’Art Magazine - Futur


TEEN’Art Magazine - Futur


TEEN’Art Magazine - Futur


TEEN’Art Magazine - Futur


TEEN’Art Magazine - Futur


Née en 1984 au Canada, Marie-Michèle Gagnon est une enseignante en Arts plastiques, au primaire comme au secondaire. Lorsque sonne la fin des cours, Marie-Michèle passe le témoin à Bodymarie, une artiste aux multiples facettes que nous avons rencontrée et vous proposons de découvrir. En 1998-1999, j'avais 15 ans. À cette époque, je rêvais de liberté. Je jouais de la guitare depuis 2 ans et je chantais depuis 7 ans. Mon rêve était d'être une Rock Star. Ma passion était d'aller voir des spectacles de musique le plus souvent possible et de danser sur le son de mes groupes préférés. C'était important pour moi, à cette époque. En parallèle, j'aimais beaucoup mes cours d'arts plastiques du secondaire. Je me souviens d'un enseignant qui m'avait choisie pour faire une murale dans le corridor de l'école. J'étais fière de pouvoir y écrire le mot ''Liberté''. Par la suite, ce même enseignant m'a initiée à l'art abstrait et m'a fait découvrir un artiste, Wassily Kandinsky, qui a été, par la suite, une grande influence dans le développement de mes créations. Avec le temps, je me suis moins intéressée à la musique et beaucoup plus intéressée aux arts visuels. Lorsque j'ai dû faire un choix de carrière, j'ai décidé de poursuivre mes études en arts plastiques. J'ai obtenu un DEC en arts plastiques et médiatiques au CÉGEP de Lévis-Lauzon, une ville située sur la rive-sud du Québec. La musique est restée un passe-temps. Aujourd'hui, mes rêves se réalisent. J'ai de plus en plus de visibilité pour mes créations. J'aime ce que je fais et je suis assez polyvalente dans ce type d'art. Je participe à divers événements et expositions. J'ai un site internet (www.bodymarie.com) depuis quelques mois et je suis très fière de ce que j'ai accompli durant l'année 2013.

Je pense que j'ai toujours eu ce désir de créer, j'aime rendre visible ce qui se cache au plus profond de mon être.

TEEN’Art Magazine - Futur


TEEN’Art Magazine - Futur


Comment s’est faite votre rencontre avec la peinture ? Et pourquoi le body painting ? J'ai découvert la peinture acrylique lorsque j'étudiais au CÉGEP. Depuis, j'ai fait quelques toiles. Lorsque j'étudiais à l'université, j'avais commencé à explorer la fabrication de prothèses et le photomontage. Faire de la peinture sur un corps humain ne m'était pas vraiment venu à l'esprit. J’ai découvert l'art du body painting en 2009, grâce à une amie. Ma passion s'est développée en 2010, lorsque j'ai rencontré un modèle qui en faisait et qui m'a parlé du Studio Backstage. Je m’y suis présentée, une fois par mois, pour pratiquer cet art éphémère. Quelles sont vos inspirations artistiques actuelles? Vos influences? J'admire plusieurs artistes qui m'ont inspirée dans mon processus créatif dont Wassily Kandinsky, Vincent Vangog, Salvador Dali, Picasso, Matthiew Barney... pour leurs styles. Mes influences actuelles restent les mêmes artistes sauf que je m'inspire aussi de ce qui m'entoure, des gens que je rencontre, de la vie et de tout ce qui s'offre à moi dans le moment. Comment définiriez-vous votre art et votre façon de travailler ? Quelles sont vos techniques pour peindre ? « NI NU, NI HABILLE : LE CORPS SE TRANSFORME EN UNE ŒUVRE D’ART » J'utilise pinceaux, air brush, cartons pour pochoirs et tissus et matériaux variés pour la fabrication de mes accessoires et costumes. A quoi sert le Body painting ? Quels objectifs visent vos clients ? Et vous-même ? Le body painting est une forme d'art comme la peinture. Il sert surtout à divertir le public sous forme de performance en direct lors de spectacles variés. Nous pouvons également en faire des projets photographiques et vidéographiques ; tout dépend de l'idée de création. C'est un art éphémère. Il est difficile de reproduire le même maquillage et cette forme d'art est constamment en évolution. Cela me passionne parce que le support sur lequel je fais ma réalisation est vivant et je dois m'adapter à lui. Ça me permet d'avoir de belles rencontres et de connaître les besoins spécifiques des modèles liés à leur demande et au respect de chacun. La liberté de tous et de chacun est importante. Faire du maquillage sur un corps humain permet de démontrer au public que l'art peut se faire sur n'importe quel support ; l'art peut se faire partout.


Quel est le quotidien d’une artiste du body painting au Québec ? Le quotidien est surtout de pratiquer. Avec l'expérience, on se rend compte de ce qu'on préfère comme produits de maquillage pour nos réalisations. J'aime rencontrer d'autres artistes pour partager mes connaissances et pour développer mon réseau de contact. Il faut être positif et ne pas avoir peur de foncer et de produire pour se faire voir. Je suis constamment en recherche d'inspiration ; je persévère pour développer mon réseau de contact et ma visibilité ; je continue d’apprendre chaque jour.

Selon Andre Brasilier « peindre c’est traduire plastiquement les émotions de la vie en tentant d’aller au-delà et de les faire partager » Que pensez-vous de cette citation ? Je pense que la citation d'André Brasilier représente clairement ce que je pense de mon art et de ce que je veux partager avec les gens qui l'apprécient car le seul moyen de faire du bon travail est d'aimer ce que l'on fait et cela doit venir du cœur. Chaque artiste est unique et c'est ce qui fait la beauté de leur talent.

Par Ayayi Senam D’Almeida

TEEN’Art Magazine - Futur


Graphiste: AndrĂŠa Deloche


TEEN’Art Magazine - Futur


TEEN’Art Magazine - Futur


TEEN’Art Magazine - Futur


TEEN’Art Magazine - Futur


TEEN’Art Magazine - Futur


TEEN’Art Magazine - Futur


TEEN’Art Magazine - Futur


TEEN’Art Magazine - Futur


TEEN’Art Magazine - Futur


TEEN’Art Magazine - Futur


TEEN’Art Magazine - Futur


TEEN’Art Magazine - Futur


TEEN’Art Magazine - Futur


TEEN’Art Magazine - Futur


Le 20 février 2012, le français Philippe Manoury reçut la Victoire de la musique classique du meilleur compositeur, pour son opéra La Nuit de Gutenberg. Cette récompense, il la doit, bien sûr, à son talent, mais aussi à un musicien pas comme les autres : le logiciel Antescofo, conçu par l'Institut de Recherche et Coordination Acoustique/Musique (Ircam). En effet, ce programme informatique est capable de jouer une partition de musique via la carte son d'un ordinateur et de modifier son jeu en suivant celui des autres interprètes, à l'image d'un musicien dans un ensemble. Le couplage du système d'écoute interactive et d'accompagnement réactif est l'idée principale derrière le projet Antescofo à travers lequel l'ordinateur joue le rôle d'un musicien et réagit, en temps réel, au jeu de l'instrumentiste. Le synthétique et le virtuel égalant désormais le réel, une question fondamentale se pose sur le devenir des musiciens : pourront-ils coexister avec une technologie qui, au jour le jour, apprend à les remplacer ? Toutefois, c’est le milieu des années 80 qui confirme la métamorphose du genre musical, avec l’arrivée des synthétiseurs. La new wave s’implante, tout comme le hip hop, la house, le garage … Les années 90 vont ensuite, grâce au développement de la puissance des ordinateurs et de l’informatique, en particulier, proposer aux musiciens des solutions d’enregistrement multipistes directement sur ordinateur. La musique assistée par ordinateur, offrant un coût relativement maitrisé et une qualité quasi identique à celle des instruments traditionnels, connaitra une expansion exponentielle au cours des années, au point de constituer un standard en matière de production et de prestations musicales. En 2007, le compositeur italien Marco Stroppa se lança le défi de faire interagir un musicien et un ordinateur sur scène pendant le concert, comme si ce dernier était humain. Un projet des plus avant-gardistes voit ainsi le jour. Avec l’avènement de la musique assistée par ordinateur et du home studio, il suffit d’un smartphone, d’une tablette ou d’un ordinateur pour posséder un orchestre virtuel, certes, mais produisant une musique bien réelle. Des dizaines de kilogrammes d’instruments contenus en quelques octets … Les années 40, déjà, dénotaient de l’interdisciplinarité art-science-technologie avec des concepts tels que "la musique concrète" qui utilisait comme matériau sonore des sons enregistrés qui étaient, ensuite, modifiés et montés en studio. La décennie 1960 sera celle des années « studios », en termes d’expérimentation et d’ingéniosité, marquée par la naissance en 1969 de l’informatique musicale à travers la création par Mathews, un programme où l’utilisateur construit un instrument à partir de blocs de programmation. Les recherches sur la composition en temps réel conduiront dans des années 70 au développement du premier synthétiseur numérique par le compositeur et chercheur John Chowning.

TEEN’Art Magazine - Futur


Il est frappant que le cœur même de l'activité musicale ait été en grande partie délaissé. Tout se passe comme si l'être-concret du musicien était absent des analyses sur la musique digitale (Philippe Le Guern, Professeur en Sciences de la Communication) Nous avons aussi terriblement besoin de nouveaux instruments… les musiciens doivent aborder cette question avec le plus grand sérieux, aidés par des ingénieurs spécialisés (Edgard Varese, compositeur américain) Les ordinateurs, c'est de la merde. Tout ce qu'il faut faire, c'est acheter des guitares ! (Noel Gallagher, Oasis) Dans chaque instrument, se rejoignent l’idéal de beauté et l’esprit d’invention de l’époque. (Björk chanteuse Irlandaise) Aujourd'hui on peut faire de la musique avec des ordinateurs, mais l'ordinateur a toujours existé dans la tête des compositeurs. (Milan Kundera - L'Art du roman) L’ordinateur et les nouvelles technologies radicalisent donc les attitudes de création, remettent en cause les habitudes compositionnelles… Le compositeur doit développer de nouvelles compétences, avoir des connaissances scientifiques. (Marie-Noëlle Heinrich, enseignant chercheur en sciences de l’information et de la communication) Notre idée était de construire une boîte noire qui serait la palette du compositeur à la maison. Cela serait leur studio. L'idée était de la concevoir de telle sorte que ce soit comme un ordinateur analogique. Ce n'était pas un instrument de musique mais cela permettrait des modulations... (Subotnick, 1962) Par Ayayi Senam D’Almeida

Graphiste: Andréa Deloche


TEEN’Art Magazine - Futur


The 514 Foodies Collective

TEEN’Art Magazine - Futur


Confidences de Raky Hanne Ly

trer comment, de mon for intérieur, je me dédie friends à leur and apporter un festin sur main table. Mon of events with the goal of sharing a meal with «The 514 Foodies Collective has objectif était d’utiliser la nourriture comme Le 514 Collective été pendant building stronger friendships and at different occasion have been a dream of mine Foodies for many a family connecteur ; autrement dit, une the façon, à la longtemps de mes je crois que meunthat relationships within 514FCla reminded the most et years and I dounbelieve that rêves it all etalways fois, imparfaite authentique, de célébrer cela a débuté trèswhen tôt, dès l’instant où jeinme Community, through a shared meal thing relation in life was the peut started quite quel early était I wasbut important qu’on entretenir avec les autres demandais mon sur terre. De cooked withlelove and passion. human experience. And in myleur case montrer it reflecting on my purpose earth. et de que partage d’unThe remon enfance à l’âgeond’adulte, j’ai toujours pas va au-delà de l’acte simple de se nourrir. 514FC is a large family that ceases to was thepour humanlaexperience through From my toddler to my adultetlife, I eu une attirance forte passionnée tard, après grow huit through annéesthe à Montréal, nourriture. de nouveaux melting pot j’ai of food and plats, gatheringPlus people around have always hadJ’aime a stronggoûter and passiocréé le 514 Collective Foods, instigateur, dedécouvrir des saveurs, des textures, des people and houses thatle ‘’une bonne table’’. puis 2012, d’unecultures, nate relationship with food. I love série d’événements dont odeurs etdishes voyager à travers deThis merveilleux allows creating the most special was my purpose, to cook for tasting new to discover the plats. J’ai eu la chance d’évoluer au milieu but principal est de développer de solides rethesein 514FC people,ma giveplus them an unforgettable flavors, the textures, the smells and depuis lations amicales gatherings. et autresAtau degatherings, la comde plusieurs cultures et ce, munauté 514FC, grâce au partage d’un repas you will be able to discover what it experience renfrom my heart to theirs travel these marvelous tendrethrough enfance. En effet, mes premières préparé avec amour et passion. Le 514FC est contresI was aveclucky la nourriture étaient means to share a meal the Seneand show them my inner self ‘’mets’’. to always beethnique une grande famille qui nethe cesse de croître à avec mesbyamis d’école quiatm’invitaient galese way, Ethiopian way, the through my afin dedicated work of brinsurrounded different cultures, travers la diversité des cultures, les gens et les deearly partager un first délicieux repas préparé Moroccan the French way (‘’ à gingperfection. a feast to the table. My purpose an age.maman In fact, my avec encounmaisons accueillant ses way, membres pour des par leur amour et la spéciaux. bonne franquette’’), way was to use food asrassemblements a connector, as ters with ethnic food were mes with my Lors the desItalian évèneMon environnement, amis, mes connaisments du 514FC, vous découvrirez le partage just to name a few and this is what an imperfect and authentic way to friends when sances,from messchool, voyages et they mon histoire m’ont d’un plat with à la sénégalaise, à l’éthiopienne, donnémeénormément d’expériences avecourla relationship celebrate makes it a beauty. You will tastingà invited at their house and we la marocaine, à la française («à la bonne frannourriture. amour meal pour cette authentic dishesautres made; d’où with leur the others,dernière to let them knowà that would share Mon a delicious quette), l’italienne, … entre et tous les superbes souvenirs qui découpassion for food that our mothers sharing this meal means something cooked by their moms with love and laient suite au partage d’un repas avec des charme. Vous goûterez d’authentiques plats à and grandmothers havenos always had that goes the sole of perfection. my de act passion comme ceux que mères amis ou My ma environment, famille, à l’occasion, me beyond rap- base et grands-mères ont toujours préparés pour when preparing a meal for their nourishing oneself. friends, my toujours acquaintances, my l’expérience travels pellent que humaine leurs ce, partout lethe monde. estmyimportante une vie.Fast Et Forward pour ma and this alldans around globe. in time, after familles spending etfamily and story have givendans me tremenLa communauté 514FC ainsi que ses évènepart, elle se matérialise par des personnes The 514FC à events and community dous amount of experiences with 8 years in Montreal,ments I have created offrent l’occasion chaque membre rassemblées autour d’une bonne table. Collective that the 514 Foodies has give to each member of this large food. My love for food and all the de ressentir un sentiment d’appartenance. Ma vision était de cuisiner pour des perfamily a sense of belonging.» since 2012 curating a series superb memories that procurer I had when unebeen sonnes, de leur expérience Propos recueillis et traduits par Blacky Gyan inoubliable venant du cœur et de leur mon-


The 514 Foodies Collective

TEEN’Art Magazine - Futur


TEEN’Art Magazine - Futur


TEEN’Art Magazine - Futur


www.514fc.com Graphiste: AndrĂŠa Deloche


N°1 des petites annonces sur Internet au Sénégal

Automobile

Immobilier

Electroménager

Mode

www.expat-dakar.com

Emploi


Design: Amila Hrustic - Photo: Irfan Redzovic

© 2014. Tous droits réservés. TEEN’Art Magazine. Marque déposée.

R Magazine (ex-Teen'Art)_Numéro 4 : Futur  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you