Page 1

N3 ROOTS A’S DE LA PERFECTION ONLINE EDITION WWW,ASDELAPERFECTION.COM


«Un peuple sans connaissance de son passé, de son origine et de son histoire est semblable à un arbre sans racine.»

Marcus Garvey

TEEN’ART Magazine - Roots


I ntro A bord de ce numéro 3, admirez une série de photos sous le soleil des Antilles après des escales à Venise avec son carnaval légendaire et au Togo pour le festival des divinités noires. Par la suite, soyez certains d’être captivés par les gardiennes des royaumes d’autrefois qui, au gré de leurs fantaisies, se transforment en amazone. Adoptez une attitude artistiquement pauvre et/ou entretenez une étroite collaboration avec la nature pour ne pas vous retrouver dans leurs quatre éléments. Si vous en sortez indemnes, prenez du temps pour votre «moi-extérieur» avec une formule secrète pour fabriquer votre propre savon et pourquoi pas sur une table pensée par vous et un ébéniste Hum ... Cela donne envie de fredonner un air Gospel bien naturel. Après, quoi de mieux que de se draper dans des tissus africains ou, sauf si vous arborez une crinière de locs, de se faire «marer» la tête à l’ombre, dans un jardin de Jade tout en assistant à la déchéance de Sakina Bâ ?

Blàcky Gyan TEEN’ART Magazine - Roots


Photo : Vincent Lemelin

A’S de la Perfect ion


www.asdelaperfection.com


TEEN’ART Magazine - Roots


Sommaire TEEN’ MODEL

SUR SCENE

BOUQUIN BELLITATEM

NATURE INSPIRE

DISQUE CHIC


Equipe


TEEN’ART Magazine - Roots


TEEN’ART Magazine - Roots


NATURE INSPIRE BIENVENUE SUR TEEN

GIUSSEPPE LICARI Son inspiration, son humus ARNAUD CARON-DANEAULT L’arneault des bois TENDANCE

Le tableau végétal LOUISE TRENCIA Fleur en bulle - Savonnerie

TEEN’ART Magazine - Roots


TEEN’ART Magazine - Roots


TEEN’ART Magazine - Roots


L'art-neault

des Bois interview & mise en page : Blàcky Gyan

Årnaud Caron-Daneault Artisan Ebéniste - Fabricant de Kora As-tu suivi une formation avant dʼentrer dans la vie active ? Si oui, en quoi consistait-elle ? J’ai toujours senti une attraction particulière pour le travail manuel. Ma plus importante formation a été celle de mon enfance ; j’aimais beaucoup être avec mon père et mon grand-père quand ils utilisaient les outils électriques. Mon grand-père était un menuisier autodidacte et intuitif dans ses inventions. J’ai énormément appris avec eux. Après avoir essayé le marché du travail et le CÉGEP, j’ai vite compris que je ne voulais pas vivre dans la consommation ; alors, j’ai suivi mon instinct créateur, j’ai fait un cours en ébénisterie pour perfectionner mon savoir-faire et maintenant, je continue mon apprentissage par moi-même. Je ne finirai jamais d’apprendre !

TEEN’ART Magazine - Roots


Son métier en quelques images

TEEN’ART Magazine - Roots


Comment est répartie lʼactivité entre le travail manuel et le travail plus « intellectuel » ? C’est une fusion : l’ébénisterie nous apprend à habiter notre corps et à savoir utiliser ses mouvements à la perfection et dans la plus grande fluidité. Je suis souvent en réflexion pour savoir comment je vais m’y prendre et griffonner ce que j’ai dans la tête pour mieux visualiser le projet. Les meilleures idées sont toujours celles qui me viennent quand je suis sur la lune. Quelles sont, dʼaprès toi, les qualités indispensables au métier dʼébéniste dʼart ? Avec le bois, on doit être sensible et ouvert d’esprit pour ne pas s’imposer de limites. Il faut savoir suivre son instinct pour prendre des décisions et être calme pour faire un travail soigné. Sachant quʼon vit dans une époque où la lumière et le progrès technologique et technique priment, crois-tu que ton métier est appelé à disparaître ou y at-il de lʼespoir ? Sur une planète où les ressources, que le progrès technique et technologique emploie, sont limitées, je suis convaincu que le bois sera un des matériaux les plus efficaces de l’avenir ; car, les arbres, s’ils sont gérés intelligemment, se renouvèlent très vite. L’évolution n’est pas à sens unique.

Et toi justement quels sont, dans lʼhistoire, les ébénistes que tu admires? Je n’ai pas vraiment d’admiration pour un ébéniste en particulier. J’admire tous les créateurs de ce monde. Quelles perspectives as-tu aujourdʼhui ? Je veux créer des meubles et objets inspirés de la nature. J’adore cette dernière et j’aime l’observer. Je suis en route vers l’autosuffisance et la simplicité volontaire. L’ébénisterie est mon métier mais avant tout, c’est une passion parmi tant d’autres !

Que répondrais-tu à tous ces gens qui disent que lʼâge du bois est révolu ? Comment vont-ils créer du métal ou du pétrole quand il n’y en aura plus «en stock» sur terre ? ... Le bois c’est renouvelable et son utilisation peut être gérée sans être un désastre pour l’écosystème de la terre. Ne vous leurrez pas à penser que le bois qui n’est pas «hi-tech» est désuet ! Comment décrirais-tu le métier dʼébéniste ? L’ébénisterie est un métier qu’on n’a jamais fini d’apprendre avec plein de surprises ; une activité qui nous fait voyager à travers le temps. Travailler avec le bois développe notre sensibilité envers la nature, notre souci du détail et notre esprit minutieux dans tout ce que l’on fait.

TEEN’ART Magazine - Roots


Le concept

Tendance Le tableau végétal

Le tableau végétal est une variante du mur végétal ou mur végétalisé et permet de faire entrer la nature à l’intérieur. Un sympathique mélange entre les plantes en pot et les natures mortes en tableau pour agrémenter de manière naturelle les murs de la maison. En effet, le tableau végétal permet simplement de cultiver des plantes verticalement dans son domicile. Notez également le gain de place non négligeable !

T Un tableau végétal selon ses goûts

De la même manière qu’une déco plus classique, le tableau végétal peut se personnaliser selon vos goûts ou les couleurs de votre intérieur. Certains tableaux sont commercialisés dans un choix de couleurs de cadre limité et prêts à poser. D’autres entreprises (le commerce a envahit Internet) vous proposent Comment ça marche ? de personnaliser comme vous le souhaitez votre nouvel objet de décoration. Le Pour le cadre, il se fixe au mur choix est vaste et n’a presque comme un tableau. Une fois qu’il est à aucune limite ! son emplacement, il convient de remplir la

réserve d’eau régulièrement. Après la pose du tableau, il faut être rigoureux sur cette tâche car la Selon le type poche de culture a besoin de se réhydrater. Pour l’entretien, le tableau dispose souvent d’un d’appartement et son témoin qui indique les moments où l’on exposition au soleil, vous doit remplir la réserve. La fréquence de choisirez des plantes ayant besoin remplissage peut varier en fonction de plus ou moins de lumière. Dans un de certains paramètres tels que appartement sombre, préférez les fougères la saison, l’exposition et la par exemple ! température ambiante. Avant achat, veillez à ce que la plante reste de petite taille afin qu’elle ne soit pas à l’étroit au niveau des racines. Enfin, il est possible de faire son propre cadre végétal à l’aide de nombreux tutoriels disponibles sur Internet ou grâce à son imagination et sa logique. Une bonne activité manuelle pour les adeptes !

TEEN’ART Magazine - Roots


Les plantes dépolluantes L’air de nos bureaux et de nos domiciles est pollué ; c’est un fait. Aérer souvent, ne pas trop chauffer, adopter des produits d’entretien respectueux de l’environnement etc. Autant de solutions pour purifier notre air !

Certaines plantes vertes sont très efficaces ! Les plantes dépolluantes nettoient l’air qui nous entoure. En effet, elles absorbent les molécules toxiques de l’air et les transforment en nutriments. Ainsi, en plus Exemples de son aspect décoratif, l’atmosphère est Voici quelques exemples de assainie. plantes et vertus assainissantes : Les azalées absorbent l’ammoniac présent dans les pièces où on utilise les produits d’entretien. Le spathiphyllum sera utile dans les pièces équipées de matériel émettant des ondes, telles que le bureau ou le salon. Pour les pièces à fumeurs, le spathiphyllum, le dracaena, le chamaedora et le chrysalidocarpus.

rédaction : Laura Bonnieu mise en page : Laura Bonnieu

TEEN’ART Magazine - Roots


TEEN’ART Magazine - Roots


Fleur en bulle savonnerie artisanale

interwiew de Louise Trencia

D’où vous vient cette activité de faire Quelles sont les techniques de base de des savons ? la création d’un savon ? Quand j’étais toute petite, ma mère nous amenait dans les sous-bois pour y cueillir du thé des bois. En mâchant la feuille, on inondait notre bouche du parfum de la plante. Ce fut l’étincelle à mon désir de transformer les matières naturelles, les intégrer dans mon quotidien. Vers l’âge de 27 ans, j’ai trouvé dans un livre, une recette de savon artisanal qu’on appelait “savon du pays”. Ma curiosité était piquée. Je me suis mise à faire du savon ! Peu à peu, je me suis aperçue que je pouvais intégrer toutes sortes de matières dans mes savons, pour les colorer et les enrichir. Après mille recherches et essais (pas toujours concluants), mon art arrive à maturité, même si la recherche active reste la clé de la création de nouveautés. Quand on est curieuse, on découvre toutes sortes de choses !

Le savon artisanal, c’est bien autre chose ! C’est, le produit de la réaction d’une base (hydroxyde de sodium) sur un corps gras (huiles, beurres). A la fin de la réaction, on obtient … un savon qui doit respecter le ph de la peau, la nourrir, l’aider à se régénérer, l’adoucir.

Quelles sont les caractéristiques de vos savons ?

Dans la fabrication de mes savons, j’utilise des huiles de noix de coco, d’olive, d’avocat, de ricin, de camélia, de jojoba, d’avoine, d’argan, des beurres de karité, de cacao, de mangue, de café. Je fais des macérats de camomille, de rose, de consoude et autres plantes que j’incorpore dans mes savons. Je les fabrique dans des bases de yogourt de brebis, d’eau de noix de coco verte, de jus d’aloès, de lait de chèvre. J’y ajoute Que pensezdes miels, des argiles, du vous des savons charbon et des extraits de bambou, de la protéine industriels ? de soie, de l’avoine, de la On nous dit toujours boue et des sels de la Mer de bien nous nourrir, Morte… et même du de faire de l’exercice, chocolat véritable. Alors, de soigner nos cheveux, vous voyez, un savon, notre visage… mais savons verveine et palmarosa c’est un monde plein de quand nous parlet-on de la santé de la peau de tout notre corps ressources, de couleurs, de propriétés et d’odeurs. ? En général, les savons commerciaux sont des détergents pour la peau composés de corps gras, de moussants, de colorants, de parfums et autres produits chimiques souvent nocifs pour la peau.

TEEN’ART Magazine - Roots


Ils existent alors différents parfums ? Y a t-il des conseils ou des mises en Différentes couleurs ? garde que vous aimeriez donner aux Mes savons sont parfumés avec des huiles lecteurs désirant se lancer dans la essentielles de plantes : fleurs, racines, cires création de savon ? florales, des absolus de cacao, de café, et parfois un parfum synthétique mais c’est très rare et il doit être de qualité. On peut colorer nos savons avec des argiles, du charbon de bambou, de la spiruline (une algue), des feuilles d’orties séchées et moulues, des micas, de la terre de rhassoul, du paprika et autres épices, de la poudre de cacao.

Attention ! La fabrication du savon artisanal quand on en connaît bien l’”ABC”, devient hautement “addictive” !

Comment se passe la vente de vos savons ?

La vente de savon artisanal demande un bon investissement. Il vous faut enregistrer votre compagnie, penser à un emballage, faire des étiquettes, penser aux frais énormes que vous demanderont les boutiques pour vendre vos savons. En ce qui me concerne, je fais mes ventes dans les festivals d’artisans, et sinon, on peut voir mes créations sur Facebook. Les gens choisissent et je les livre ou les envoie par la poste. Les ventes se font aussi lors d’un petit meeting à la maison, là où vos connaissances peuvent choisir leurs savons, les toucher, les sentir, tout en prenant un café et faisant un brin de causette.

savons huiles essentielles d’aiguilles de pin, de vetiver et labdanum

Est-ce possible de s’essayer à la maison ?

Si vous voulez fabriquer vos propres savons, je vous conseille de trouver un endroit où vous pouvez suivre un atelier de fabrication car il y a des manipulations importantes que vous devrez faire seul(e) par la suite. Vous verrez aussi la transformation de la pâte de savon et ses différentes étapes. Ensuite, vous pouvez commencer votre petite entreprise à la maison ! Les savons à la maison doivent se faire dans un endroit dégagé, aéré. Vous aurez besoin d’une petite armoire où mettre vos ustensiles, vos huiles essentielles, beurres (certaines huiles vous feront toutefois un peu encombrer le frigo familial !) La famille, les amis sont toujours heureux de partager votre savoir faire, alors, vos premières productions seront toujours des cadeaux pour eux. Je vous souhaite de beaux moments de travail, des belles créations.

TEEN’ART Magazine - Roots

Festival des Artisans de Ste-Marcelline

A Retrouv ez A Faceboo Louise Trencia k: sur sa p age Fleu

r en bul le - savo artisana nnerie le A


Pouvez vous nous donner un exemple de recette à préparer chez soi ?

Je peux vous donner la recette du baume corporel qui est super facile en attendant de vous aventurer dans la savonnerie. Ces ingrédients vous serviront aussi pour la fabrication de vos savons. Je vous donne la recette en %. Vous pouvez ajuster selon la quantité d’ingrédients que vous possédez. 35% beurres végétaux (soit de cacao, de karité, de mangue ou en mélange) 30% cire d’abeille pure 35% d’huiles (olive, amande douce, avocat, ou autre huile de bonne qualité que vous avez sous la main) Vous faites d’abord fondre la cire d’abeille au micro ondes ou à feu doux, ajouter les beurres végétaux, touillez un peu. Ajoutez finalement les huiles. Touillez bien. Si vous voulez parfumer votre baume corporel avec une huile essentielle ou autre parfum, ajoutez maintenant. Il est préférable d’y aller mollo et d’incorporer le parfum peu à peu. Versez dans des petits moules (petits pots de yaourt, bacs à glace, moules à chocolats : tout est bon !) La préparation va se solidifier. Vous pouvez mettre aussitôt au frigo. Et voilà un bon hydratant fait en peu de temps. A appliquer sur tout le corps après le bain, ou sur une peau trop sèche.

chaudron typique d’une savonnière

rédaction : Laura Bonnieu mise en page : Laura Bonnieu

savon chocolat noir et protéines de soie

savon à la rose, huile d’avocat et protéines de soie

savon coco et coriandre

TEEN’ART Magazine - Roots


Vincent Lemelin Photographe mariage | publicitĂŠ | portraits | mode | immobilier | ...


http://www.vincentlemelin.com vlphotographie@gmail.com 514-883-1966


DISQUE STEPHANIE RUPAIRE

M U S I Q U E

TEEN’ART Magazine - Roots


GOS PEL

Stéphanie Rupaire

L’itinéraire d’une « Gospel Singer » Guadeloupéenne

De Basse-Terre

à Paris : le choix d’une voix

interview et mise en page : Blàcky Gyan

TEEN’ART Magazine - Roots


J’

ai commencé à chanter dès l’âge de 8 ans. Mon enfance fût bercée par Disney, la variété française et la musique d’église. Ce n’est qu’à l’âge de 13 ans que j’ai connu l’univers du Gospel. Nous étions assises près de la chapelle de mon école quand une lycéenne s’approcha de nous et nous demanda si nous souhaitions faire partie d’un groupe de Gospel pour Noël. J’étais avec ma meilleure amie ce jour-là. Ainsi, commença l’aventure Gospel ! Après une formation aux techniques vocales à la Maison de la musique de Basse-Terre (Guadeloupe) auprès de Monique-Ange Hertin, j’ai pu m’exercer sur scène en tant que cho-

à Ray Charles en Tunisie en 2005.

riste et soliste au sein du groupe Gospel Generation. En 1998, une amie me fit part d’un casting pour une comédie musicale ; c’est ainsi que j’ai rejoint la troupe de Joël Pétrus pour la comédie musicale Hello. Je suis arrivée à Paris en 2003 et j’ai intégré le conservatoire de Créteil où j’ai évolué aux côtés de Lubin Régent, technicien de la voix et du placement. J’ai également fait l’apprentissage de musique lyrique avec Gérard Marie-Charlotte, chanteur à l’Opéra Bastille et l’Opéra Comique. A Paris, j’ai eu la chance de faire partie de plusieurs groupes de gospel en Île-de-France (Expression Gospel, Gospel Shine, NCC Gospel, Young Voices, Black Voices, …). C’est dans ce contexte que j’ai eu le privilège de rencontrer et d’accompagner des artistes tels que Tina Arena, Natacha SaintPierre, Chimène Badi, lors d’émissions telles que Symphonie Show ou la Fête de la musique sur l’Esplanade de la Défense, à Paris, en 2006. J’ai aussi été membre de l’équipe de Didier Quérin pour un hommage

TEEN’ART Magazine - Roots

Par la suite, je me suis ouverte à d’autres registres et intégré différents groupes : Carribean Jazz Gwada en 2007(Jazz), Wagane & RSA en 2010 (Reggae), Bèt’aFé dont je suis le leader en 2011 (Soul caribéenne). Enfin, en 2012, j’étais dans la distribution de «Gospel Sur la Colline» aux cotés de Ben Faleyras, Ange Fandoh, Dominique Magloire, Firmine Richard et Al Sanders. Aujourd’hui, je travaille sur mon projet d’album.


QUE PEUX-TU NOUS DIRE DE « GOSPEL SUR LA COLLINE » DE BENJAMIN FALEYRAS, PREMIÈRE COMÉDIE MUSICALE DE GOSPEL FRANCOPHONE QUI SʼEST PRODUITE LE TEMPS DʼUN SOIR SUR LA SCÈNE DU CASINO DE PARIS, EN SEPTEMBRE 2012 ? Gospel Sur la Colline, autour de l’histoire de Rosa l’Amour … C’est plutôt l’ambiance des églises afro-américaines des années 40 qui est mis en avant ; les petites histoires qui ressortent des placards ; les chants ; le pasteur ; la chorale. L’histoire se passe dans une petite église de Louisiane où les fidèles partagent une grande célébration. Emotion, ferveur, rires et danse sont exécutés dans la plus pure tradition de la musique noire La comédie a été entièrement composée par Ben : les chants, la mise en scène… Nous étions une quarantaine d’artistes engagés dans ce projet. Gospel Sur la Colline a pour objectif d’effectuer une grande tournée et nous sommes en train d’y travailler. EN OCTOBRE 2013, TU REMPORTAIS TA PLACE POUR LE TREMPLIN DÉCOUVERTE 2013 GRÂCE À TON PUBLIC QUI

A VOTÉ EN MASSE ET TE PRODUISAIS LORS DU FESTIVAL HIP-HOP ET DES CULTURES URBAINES. QUE RETIENS-TU DE CETTE AVENTURE ?

Oui ! Je suis arrivée à la 3ème place avec 2145 votes. Ce que je retiens de cette aventure, c’est que, parfois, on ne croit pas en soi, en son potentiel, en son talent, mais c’est le public qui vous soutient qui vous insuffle la force et le courage de continuer, vous réconforte et vous permet de ne pas baisser les bras. On ne se rend pas forcément compte du monde qui peut nous suivre ; je reste vraiment abasourdie quant au nombre d’anonymes qui ont pu voter pour moi et je les remercie infiniment, J’avais aussi pu noter leur présence lors du concours tremplin Voix Off en juin 2012 avec près de 900 voix. QUE

PENSES-TU DE LʼÉVOLUTION DU GOSPEL EN FRANCE ET DE SA PLACE SUR LA SCÈNE MONDIALE ? QUELLES SONT LES PARTICULARITÉS ET DIFFICULTÉS DU GOSPEL ? DʼAPRÈS TOI, LES GENS VOIENT-ILS GÉNÉRALEMENT LE GOSPEL COMME DE LA MUSIQUE TOUT BONNEMENT OU PLUTÔT COMME UN MOYEN DE SE RAPPROCHER DE DIEU ?

TEEN’ART Magazine - Roots


Le Gospel en France a beaucoup évolué notamment avec la progression du Gospel contemporain dans les métropoles. En revanche, dans les petits villages, les gens s’attendent toujours au Gospel traditionnel qu’ils connaissent et n’adhèrent pas forcément au Gospel contemporain, Il faut tout de même noter que le Gospel est, en quelque sorte, associé à l’exotisme, dans la tête des français. Ils s’attardent beaucoup plus au show qu’à la spiritualité, lors des prestations de mariages ou des concerts. Sur la scène mondiale, je dirai que le Gospel à sa place. Elle peut avoir plusieurs styles et demande c’est une une cert a i n e o u v e r - Musique trÈs ture, de la tolérance, de la reriche et trÈs cherche de soi et de l’autre, du partvariée . age et de la foi. Aujourd’hui, nombreuses sont les communautés (noires ou pas) qui chantent le Gospel. Pour nous, chanteurs de Gospel, bien que le show soit au rendez-vous, c’est avant tout Dieu que nous chantons, que nous mettons en avant. On introduit les chants par un petit message à l’intention du public ; on peut traduire les chants. Aux Antilles, le Gospel est très présent et c’est la communauté antillaise qui «porte» le Gospel sur Paris. AVEC QUELS MODÈLES MUSICAUX AS-TU GRANDI ? Pendant mon enfance, il y a eu Disney, les chanteurs de variété française tels que Mike Brant et la musique d’église. Durant mon adolescence, j’ai découvert Lara Fabian, Céline Dion, Shakira, les chanteurs et compositeurs de Gospel, … Aujourd’hui, je suis beaucoup plus sensible aux voix des chanteuses antillaises telles qu’Orlane , Tania Saint Val, Zouk Machine, Méthy’s, ... QUEL STYLE DE MUSIQUE AFFECTIONNES-TU ?

TEEN’ART Magazine - Roots

J’aime la musique en elle-même, j’aime les mélanges que l’on peut y faire, pouvoir passer d’un style à un autre, d’un rythme à un autre. C’est pour cela que je répondrais : la Soul caribéenne. QUELS

MESSAGES SOUHAITERAIS-TU FAIRE PASSER AUX AUDITEURS DU GOSPEL AUJOURDʼHUI?

Chantez autant que vous pouvez !!!


TEEN’ART Magazine - Roots


TEEN’ART Magazine - Roots


BOUQUIN LE MALHEUR DE VIVRE

NDEYE FATOU KANE

TEEN’ART Magazine - Roots


A l’heure où les griots se taisent, l’histoire ne devient pas pour autant muette. Et si le son des Kora s’est depuis estompté, le cœur continue de battre au gré des pages qui, minute après minute, nous livre les périples de Sakina. Dominé par un contraste tradition – modernité de même qu’un fort ancrage biculturel, « LE MALHEUR DE VIVRE » est un ouvrage de l’écrivaine Sénégalaise Ndèye Fatou Kane pour coMMencer, reprenons Le titre du Livre « Le MaLheur de vivre » : pourquoi ce titre ? Le titre est on ne peut plus explicatif de la trame du livre. La vie renvoie généralement au bonheur, à la félicité … Mais dans ce cas précis, la vie du personnage principal, Sakina est une succession de malheurs à partir du moment où elle rencontrera Ousmane, celui qui va être à l’origine de sa chute. coMMent vous est venue L’idée de créer cette histoire ? de quoi vous Êtes-vous inspirée pour créer votre histoire et Les personnages ?

Si le proverbe veut que la nuit porte conseil, pour Ndèye Fatou Kane elle est sutout source d’inspiration. Major de promotion, philanthrope, écrivaine, nous partons à la découverte d’une femme aux multiples compétences et de son premier ouvrage littéraire. interview & mise en page : Ayayi Senam Dʼalmeida

TEEN’ART Magazine - Roots

En observant le monde dans lequel j’évoluais, l’expérience que j’ai capitalisée en Europe, ça m’a tout de suite donné envie d’écrire sur cela. Le cadre spatio – temporel de ce livre est axé autour du Sénégal et de la France des années 1980. En tournant résolument mon récit vers le passé, je voulais faire appel à des valeurs culturelles et cultuelles qui régissent nos sociétés. La première génération d’écrivains africains, tels que Cheikh Hamidou Kane, Ahmadou Hampâté Bâ, Ahmadou Kourouma, Aminata Sow Fall entre autres, avait un style d’écriture très imagé et très descriptif, et en les lisant, on se plonge instantanément dans ce qu’ils relatent et décrivent. J’ai été guidée dans mes choix d’écriture par ces illustres auteurs. À

travers votre Livre, queL(s) Message(s) souhaiteZ-vous véhicuLer ?

A travers ce livre, je véhicule un message tout simple : celui de ne jamais perdre de vue qui l’on est, là d’où l’on vient, ce qui fait notre particularité en tant qu’individu


Nous vivons dans un village planétaire, où il faut donner et recevoir. Alors, il est important de certes recevoir, mais de ne pas tout donner au point d’être acculturé. queLs sont Les preMiers échos sur pLutÔt FéLicitations ou critiques ?

Le Livre

?

Il y a toujours un fort enthousiasme autour de l’ouvrage ; la librairie l’Harmattan du Sénégal s’achemine vers le 3e tirage et celle de Paris en est à son 2e. Beaucoup de personnes, notamment des jeunes me font part de leur contentement après lecture de mon livre, et j’en suis fort heureuse. Mais des critiques subsistent néanmoins et j’essaie d’en tenir compte autant que faire se peut. qu’est-ce

qui vous a donné envie d’écrire et À quand reMonte cette passion ?

Enfant, je rêvais déjà d’être écrivaine. J’ai eu la chance d’être très tôt initiée à la lecture, et ai grandi avec une passion pour la lecture. Plus je lisais, plus j’avais envie à mon tour d ’é c r i r e , “PARCE de pub-QUʼECRIRE MʼEST lier un livre. Ayant créé AUSSI NECES- un blog où je pou- SAIRE, SINON vais écrire à satié- VITAL QUE LʼAIR té, l’idée d’écrire un QUE JʼINHALE ET livre s’est de plus en EXHALE DE MES plus imposée à moi. POUMONS” Une de mes principales sources d’inspiration est mon très cher grand-père et modèle, Cheikh Hamidou Kane, à qui je voue respect et admiration, et qui incarne des valeurs auxquelles je crois, celles de l’enracinement et de l’ouverture. coMbien de teMps aveZ-vous Mis pour écrire ce Livre ? et que reteneZ-vous de cette preMiÈre eXpérience dans L’écriture ? J’ai mis 6 mois à écrire ce livre, mais le temps que je l’envoie en édition et qu’ils me valident le manuscrit, ça a mis 1 an en tout … Je retiens principalement que tout début est difficile… Les éditeurs sont très durs à convaincre, ont des sensibilités différentes

de la nôtre et que pour peu qu’on essuie quelques refus, on peut être amené à renoncer, ce qu’il ne faut surtout pas faire ! subisseZ-vous des inFLuences ou des de L’éditeur ou des investisseurs ?

pressions

Je suis totalement libre dans ce que j’écris … Car écrire s’apparente à créer, donc subir des pressions de quelque nature que ce soit entraverait ce processus de création … coMMent aveZ-vous su quand Le Livre achevé ? utiLiseZ-vous des brouiLLons ?

était

Oui, car j’écris sur du papier, un cahier et un stylo sont mes compagnons de tous les jours. Alors quand j’ai eu le projet de livre en tête, j’ai consigné toutes les idées relatives à ce livre dans ce cahier. Et quand j’en suis venue à bout, j’ai su que le livre était presque fini organiseZ-vous des séances de dédicaces ? que ressenteZ-vous Lorsque vous rencontreZ des Fans ? J’en ai organisé une majeure quand je lançais le livre. Depuis, je suis allée dans quelques écoles pour rencontrer des lecteurs et des potentiels lecteurs … A chaque fois, je ressens beaucoup d’émotion, car je suis assaillie de questions et fais mon possible pour contenter tout ce monde. Si le modeste parcours que j’ai eu jusqu’ici peut les inspirer, alors pourquoi m’en priver ? Il est important d’aller à la rencontre du public, car c’est eux qui donnent des feedbacks relatifs à mon œuvre et me donnent envie de continuer. aveZ-vous d’autres

proJets en tÊte indice sur une potentieLLe suite ?

? un

petit

J’ai beaucoup de projets en tête, notamment dans le domaine de l’écriture … Je laisse le temps au temps Tout ce que je puis dire, c’est qu’il sera question de l’Afrique, ce continent qui m’est si cher et que je continue de représenter en toutes circonstances et en tous lieux.

TEEN’ART Magazine - Roots


TEEN’ART Magazine - Roots


TEEN’ART Magazine - Roots


SUR SCENE TOGO Festival des Divinités Noires VENISE, ANTILLES, ... Escapades Carnavalesques

TEEN’ART Magazine - Roots


La porte des initiés ne s’était pas refermée… Leurs pieds, sous les yeux de tous, martelaient le sol et écorchaient la terre rouge. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, point de poussière, le sol s’était tassé sur lui-même, n’osant pas les déranger. Aux yeux incultes, il n’y avait, là, que de drôles de gens, drôlement habillés et se mouvant de curieuses manières en ce vingt et unième siècle. Pourtant, nos drôles de gens, initiés aux danses rituelles, ne sont que messagers et porteurs d’hommages aux divinités noires bien trop longtemps oubliées. rédaction : Ayayi Senam D’Almeida mise en page : Blàcky Gyan crédit photos : http://www.festivaldesdivinitesnoires.info/

FESTIVALDESDIVINITESNOIRES les danses sacrées, rituelles, culturelles et chorégraphiées. Chacun de leur pas, chaque air fredonné semble être une quête des sources de l’histoire qui ont façonné les peuples d’Afrique noire, profondément animistes et attachés à leurs croyances ancestrales, toujours vivantes et manifestées à travers les cérémonies rituelles, les chants, les danses sobres, parfois, endiablées, le folklore, l’art…

A

demi-nus ou drapés des couleurs les plus vives, recouverts d’apparats des plus curieux, allant de la peinture corporelle aux bijoux les plus flamboyants ou les plus bruyants, des sociétés initiatiques et des groupes traditionnels se succèdent dans un effort de mémoire, de réhabilitation et de valorisation du patrimoine culturel africain. Les tabous levés, les initiés exposent

Ces majestueux danseurs ont des gestes saccadés mais tendres. Ils racontent des histoires, célèbrent leurs divinités sous les regards crédules et curieux de l’assistance qui semble envoutée, perdue dans une rêverie rythmé par le son du nkonka et de l’ingungu* lorsqu’un hurlement se fait entendre. Nos drôles de gens s’arrêtent, tous, et d’un parfait ensemble, tournent la tête vers nous. Un silence pesant s’installe, ils nous regardent et nous ne pouvons que leur rendre leur regard sans oser respirer. Soudain un bruit insolite brise le silence. Quelqu’un applaudit, « chut il est fou… comment ose t-il ? », qu’on le fasse arrêter. Mais il persiste, pire, d’autres se joignent à lui ; puis, on se rappelle, oui, le spectacle est fini, oui, les danseurs Zulu viennent de finir leurs prestations. Enfin on se rappelle où l’on est,

TEEN’ART Magazine - Roots


TEEN’ART Magazine - Roots


Cérémonie de la prise de la pierre sacrée

TEEN’ART Magazine - Roots


enfin on ose respirer et l’assistance explose, l’ovation fait trembler les chaises, la plupart se lèvent, presque soulagée d’être de retour dans le monde moderne. Nous ne sommes pas dans un village Zulu oublié du temps mais dans une salle de l’Association pour la sauvegarde du patrimoine culturel africain (ACOFIN) à Aného, une ville côtière du Togo, petit pays de la côte du Golfe de Guinée pris en sandwich entre le Bénin et le Ghana. Nous sommes précisément l’avant dernier jour de la huitième édition du Festival des Divinités Noires mis en place en 2006 par l’association pour la sauvegarde du patrimoine ACOFIN, elle-même créée en 2005. Ce festival est, depuis huit ans, un rendez-vous pérenne d’échanges, de transmission, de partage unique pour l’affirmation et la défense de l’identité traditionnelle africaine et de la diaspora. D’année en année, le nombre de participants croit ainsi que celui des spectateurs grâce aux valeurs d’ACOFIN qui sont : des promesses tenues, la régularité, la confiance des partenaires, la passion d’une équipe, le respect du spectateur et de l’environnement et la maîtrise de l’évènement. Ainsi, en huit ans, le Festival des Divinités Noires a déjà accueilli : le ballet folklorique de Bahia de Salvador De Bahia (Brésil), Caretas de Acupe de Santo Amaro (Brésil), les Dogons (Mali), Poro (Côte-d’ivoire), Espoir 2000 (Côte-d’ivoire), Compagnie Djilili (Martinique), Compagnie Kossiwa (France), Compagnie des Mille Saveurs (Suisse), Compagnie Roberta Tirrassa (Italie), Les Kondonas De Pya (Togo), Les Shy d’Accra (Ghana), Les jeunes filles vierges et les danseurs de feu Bassar (Togo), Sakpatè de Ouidah (Bénin), Hiébièsso de Ouidah (Bénin), la styliste Mame Fagueye Bâ (Sénégal).

TEEN’ART Magazine - Roots

Man l’Afrique arc en L’édition 2013, dernière en date, a porté le thème « Mandela, l’Afrique arc en ciel et ses trésors » avec, à l’honneur, les Zoulous d’Afrique du sud qui, malgré le deuil qui a frappé leur pays, en particulier et l’Afrique, en générale, ont su émerveiller le public à travers la beauté de leurs danses et chants. Les autres pays invités ont été le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’ivoire, le Ghana, le Nigéria, la France, Haïti et le Brésil pour un total de 10 pays participants.


ndela, ciel et ses trésors En bref, sur une durée totale de 9 jours, le Festival des Divinités Noires c’est une dizaine de spectacles par jour, des stands pour goûter la nourriture locale, des vernissages et expositions d’art, des défilés de mode traditionnelle, des rencontres et discussions avec les spécialistes des divinités négro-africaines, des rencontres avec les têtes couronnées, gardiens de la tradition millénaire, des concerts de musique live avec des artistes nationaux et internationaux.

Toutefois, le festival n’est pas seulement un moment de distraction, c’est également une action sociale dynamique qui a permis la réhabilitation des 41 temples des 41 divinités de Glidji, la rénovation de la place de Glidji et la réfection de ses tribunes, les dons de ballons de football aux écoles et collèges, la construction de latrines, la construction d’une place de loisir à Aného avec un podium géant et un projet de création d’une académie de perles. Pour reprendre les mots de Me Yves Têtê Wilson-Bahun, Président & Directeur du Festival « Le premier lien reste le partage de la culture noire…….la valorisation du patrimoine culturel africain et la défense du patrimoine immatériel de l’Afrique ». Vous êtes donc attendu le 15 décembre prochain et ceux à suivre pour replonger dans ce monde presque oublié pour un voyage mêlant enchantement, rythmes, respect, amitiés pour faire rayonner le Togo et l’Afrique dans le monde.

TEEN’ART Magazine - Roots


TEEN’ART Magazine - Roots


Photographie

BERNY DIENE

peuX-tu nous parLer de… …ta toute preMiÈre photo de carnavaL ?

Février 2010 : Parade dans les rues de Fort de France, en Martinique … Fièvre carnavalesque … Ma copine et moi étions tellement portées par le flot des carnavaliers en délire que nous avons raté la navette qui devait nous ramener à l’hôtel.

TEEN’ART Magazine - Roots


…La

photo

qui

résuMe

Le MieuX ton travaiL sur ce suJet

?

…La photo que tu préFÈres parMi toutes ceLLes que tu as prises ? Carnaval de Venise 2011

TEEN’ART Magazine - Roots


…La photo qui t’a Le pLus Marqué ?

De par lʼagressivité des photographes et la bataille quʼil a fallu livré pour obtenir certains clichés

…et pour Le cÔté poétique ?

Une hésitation entre ces 2 photos :

TEEN’ART Magazine - Roots


…La photo qui capture L’essence du carnavaL seLon toi ? Carnaval de Paris 2011 … Essence en raison du Brésil

…La photo La pLus cocasse ?

interview & mise en page : Blàcky Gyan

TEEN’ART Magazine - Roots


TEEN’ARTMagazine Magazine- -Roots Roots TEEN’ART


TEEN’ART Magazine - Roots


Grobljar Photographe Slovénie

TEEN’ART Magazine - Roots


r Vanjo

TEEN’ART Magazine - Roots


TEEN’ART Magazine - Roots


TEEN’ART Magazine - Roots


TEEN’ART Magazine - Roots


TEEN’ART Magazine - Roots


Portfolio Facebook

TEEN’ART Magazine - Roots


TEEN’ART Magazine - Roots


TEEN’ART Magazine - Roots


www.ecoledemassage.ca/


TEEN’ART Magazine - Roots


MODEL T E E N ’

ACTRICE, MODELE, AUTEURE

TEEN’ART Magazine - Roots


Nerissa Irving Amour, santé et sexe

on sait que nerissa veut dire «bLacK-haired» ou «déesse de La Mer» Mais seLon toi, qui est nerissa irving ? Nerissa Irving est une femme romantique, douce et qui, réellement, n’a pas froid aux yeux… J’adore passer du temps avec ma famille que j’aime énormément. Je suis friande de nouvelles choses et je sais faire preuve d’une franchise brutale. Je tolère très peu le sabotage de ses propres chances de réussir et la négativité. Fière de mes origines afro-caribéennes, je m’assure que tous mes actes s’imprègnent de ma culture.

TEEN’ART Magazine - Roots


bLoggeuse, Mannequin, rédactrice de MagaZine, actrice, écrivaine, naturaListe, MÈre, …. coMMent arrives-tu À conciLier toutes ces Fonctions ? J’agis de façon très naturelle. Apprendre de nouvelles choses, prendre des photos et écrire et partager des informations sont des actes qui me passionnent et que je fais au quotidien. Internet m’a permis de partager plus facilement mes talents avec le monde et ce, de manière plus organisée. Devenir mère m’a aidée à développer ma créativité financière. Et aujourd’hui, avec ma famille dont je dois m’occuper, je ne peux plus «jouer» comme auparavant.

en

te suivant depuis queLques teMps, J’ai reMarqué que Les Mots «MÈre» et «nature» revÊtent une iMportance trÈs signiFicative À tes yeuX. peuX-tu nous eXpLiquer pourquoi ?

Sans vouloir être sexiste, je dirais que le monde est féminin.

Seule une femme peut donner la vie.

Je pense que la recherche de notre réel but dans la vie passe par une considération de la nature. La terre nous fournit tout ce qui est essentiel “naturellement” à notre survie.

TEEN’ART Magazine - Roots

Dame Nature donne quotidiennement naissance au remède. Quand vous vous éloignez des sources naturelles, vous avez tendance à devenir physiquement et spirituellement malades.


d’aiLLeurs, pourquoi nerissa neFeteri organics ? est-ce un cLin d’ŒiL À La déesse égyptienne néFertari ? Oui. Cependant, j’ai souhaité l’écrire autrement …

et KaMoy MagaZine … coMMent est née cette idée ? Kamoy est mon deuxième prénom. Je souhaite le faire connaître comme un moyen de donner le choix aux gens (ndlr : Kamoy est l’acronyme des mots Keep, Aspiring, Minds, Of et Youth qui signfient respectivement Garder, Aspirant, Esprits er Jeunesse). Je souhaite avoir une plateforme qui inspire et promeut la positivité.

sur ton site Web, iL y a L’ongLet «My vagina» qui M’intrigue. peuX-tu nous en dire pLus ? L’hygiène féminine m’obsède. Beaucoup de femmes grandissent dans l’ignorance des conditions appropriées pour prendre soin de leur vagin et cela me dérangerait.

qu’est-ce Donc, je me suis faite une promesse qui est de toujours diffuser les meilleures informations relatives au vagin à mes dames (rires).

te

sens-tu oFFensée si on te dit «r asta WoMan» sachant La connotation négative que certains attribuent auX gens qui ont des Locs ?

Non, je ne le suis pas. J’ai grandi et je grandis dans une famille Rasta. Toutefois, les connotations négatives ne se limitent pas qu’aux Rastafaris mais s’étendent au peuple africain.

que Je ne t’ai pas deMandé et que tu aiMerais partager avec nos Lecteurs(trices) ?

Restez connectés ! Informations et amusement seront bientôt au rendezvous sur mon nouveau site Web et ma boutique en ligne. www.nerissairving.com Twitter: @nerissanefeteri Instagram: @nerissanefeteri Magazine : KAMOY interview, traduction et mise en page : Blàcky Gyan

TEEN’ART Magazine - Roots


CHIC EMMANUELLE SOUNDJATA Mare tet YVETTE QUESNEL Jardin de jade

MARIE CATHERINE KINGBO Mayofashion

TEEN’ART Magazine - Roots


www.millardiz.fr

TEEN’ART Magazine - Roots


Il était une fois … le foulard Du continent africain à l’empire romain, en passant par le Nil ancien, avec Nefertiti et sa beauté légendaire, ce tissu léger (L’étymologie de foulard vient du mot provençal «foulat» qui veut dire tissu léger.), a connu plusieurs utilisations. Certains diront qu’ils voient une connotation religieuse du foulard chez les femmes des terres d’Afrique à qu’il s’agit d’un moyen de mettre en valeur leur beauté ; mais elles l’ont, depuis longtemps, utilisé à des fins protectrices contre les intempéries. Toutefois, selon la façon dont il est porté, les motifs qui le composent ou la matière du tissu qui le caractérise, le foulard envoie des signaux que seuls un certain nombre de personnes décèle. Situation matrimoniale ou pouvoir ; poétiques ou imagés, nombreux sont ces signaux qui font que la tradition du foulard soit très riche sur le vieux continent. Aujourd’hui, on assiste à une vraie révolution du foulard, surtout ethnique, qui s’invite sur la tête des modèles pour les barons de la mode mais également sur celle de diverses stars. Nous avons rencontré une jeune femme qui change la tête du monde en quelques minutes.

CARRÉ DE SOIE, CACHE-MOI … HABILLE-MOI ! rédaction et mise en page : Blàcky Gyan crédit photos : Lonete Lucien

TEEN’ART Magazine - Roots


En plus d’être l’instauratrice du premier concept store «multiculturelles» appelé «Tematik Boutik» et sis à Fort de France, en Martinique, cette entrepreneure de 30 ans, avec des origines entre le Sénégal et la Martinique, est une multitâche. En effet, Emmanuelle Guye nous montre, à travers sa page Facebook «Papayaa … Be Not Conformed», entre autres, sa large polyvalence. Inspirée et inspiratrice, cette divin’artiste des foulards organise des ateliers autour de la beauté et du bien-être au naturel ; notamment, les «Ateliers Maré tèt»TM ou l’art du nouage de foulards dont le slogan est : «Osez porter le style !». Elle a aussi lancé le concept «Bel Chivé» (beaux cheveux, en créole martiniquais) qui veut offrir conseils et entretiens du cheveu naturel à toute tête crépue, bouclée ou frisée. qu’est-ce que Le Maré tÈt ? Littéralement, «maré tèt» pourrait se traduire par «attacher la tête». Donc, c’est l’art de se «marer» ou de s’attacher un foulard sur la tête. A l’origine, l’art de l’attaché de foulard ou headwrapping ou encore maré tèt s’agissait, suivant la façon dont il était fait, d’un signe d’appartenance sociale ou de provenance pour toute femme qui l’arborait. De nos jours, cet art, coordonné à la tenue et aux accessoires, permet à la gente féminine qui ne s’impose aucune limite quant à sa créativité, de paraître facilement plus habillée, de protéger ses cheveux contre les agressions climatiques ou tout simplement de cacher la mauvaise apparence capillaire du moment.

coMMent est venue L’idée ou L’envie de Faire des ateLiers de Maré tÈt ? L’idée m’est venue, tout simplement, à la suite des demandes de personnes qui m’arrêtaient dans la rue pour savoir comment j’arrivais à obtenir de jolis maré tèt mais aussi de l’envie et de la passion que la vue de cet art a fait naître en moi. Il est vrai que j’ai toujours aimé les tissus tels qu’ils soient ainsi que leurs motifs, leurs spécificités, … qui permettent de laisser libre cours à l’expression créative. Le tissu évolue avec les sociétés, l’histoire et les individus. C’est un outil de l’homme, fait par l’homme et pour l’homme ; donc, c’est un art qui demande à être partagé. Lors des ateliers Maré tèt, je propose plu-

TEEN’ART Magazine - Roots


sieurs façons de porter le turban, grâce à différentes techniques de pliage et tout ceci dans le but d’obtenir des attachés, à la fois, traditionnels et modernes. Tout est pris en compte : couleurs, textures, formes et types de tissu pour chaque visage, … C’est l’occasion de découvrir les styles qui s’adapteront à toutes les saisons et surtout, de faire parler sa créativité. De quoi t’inspires-tu pour créer un modèle d’attaché de foulards ? C’est plutôt l’inspiration qui me trouve ! Je me rends entièrement disponible pour elle, comme une antenne. Ensuite, ma marmite personne n’intervient que lorsqu’il faut matérialiser ce signal. pourrais-tu nous décrire une bonne technique de se «Marer» ? Il faut prendre, dans le sens de la longueur, environ deux mètres de tissu en coton qu’on saisit à l’aide de la main gauche, à 10 cm du bord gauche et 70 cm du même bord, avec la main droite. 60 cm devrait donc séparer les deux mains. Ensuite, placer la partie de 60 cm à l’arrière de la tête en se penchant vers l’avant, au préalable. Une fois placé, tirer le tissu et le croiser sur le front en plaçant la partie de 10 cm sous la partie droite. Maintenir l’ensemble avec les doigts de la main droite en les plaquant sur le tissu et sur le front. Puis, faire passer le restant de tissu derrière en le soulevant par-dessus la tête. De la main gauche, attraper le tissu derrière la tête et le tordre. Tout en effectuant cette torsion, enrouler le tissu autour de la tête jusqu’à obtention d’une bonne torsade. Fixer l’ensemble en faisant rentrer les extrémités. Enfin, enrouler le tissu grâce à une torsade à l’avant. Attention, toutefois, à ne pas serrer ou à utiliser un foulard sur des cheveux mouillés !

TEEN’ART Magazine - Roots


TEEN’ART Magazine - Roots


TEEN’ART Magazine - Roots


TEEN’ART Magazine - Roots


TEEN’ART Magazine - Roots


TEEN’ART Magazine - Roots


TEEN’ART Magazine - Roots


OSEZ

Visitez ses pages : Atelier MARE TET Bel Chivé PAPAYAA

TEEN’ART Magazine - Roots


PORTER LE STYLE

TEEN’ART Magazine - Roots


TEEN’ART Magazine - Roots


Jardin de Jade

Yvette Quesnel YVETTE QUESNEL EST ORIGINAIRE DE LA RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO (L’EX-ZAÏRE). ELLE EST DÉTENTRICE DE DIPLÔMES EN COMPTABILITÉ

interview : Bernie Diène mise en page : Am - Xippil Xole

DE GESTION ET EN COMMERCE INTERNATIONAL. OUI, DEUX DOMAINES QUI N’ONT AUCUNE CORRÉLATION AVEC UN DE SES MÉTIERS ACTUELS QUE VOUS DÉCOUVRIREZ AU FIL DE CES LIGNES. DEVENIR MÈRE EST UN DES PLUS GRANDS VOIRE LE PLUS GRAND PLAISIR D’UNE FEMME (NDLR). APRÈS AVOIR CONNU CE «PRIVILÈGE» ET AUJOURD’HUI, AVEC DES ENFANTS QUI GRANDISSENT ET DEVIENNENT PLUS INDÉPENDANTS, CETTE MÈRE A PU RETROUVER DU TEMPS POUR S’ADONNER À UNE PASSION : CELLE DE RENDRE UNIQUE, D’UN POINT DE VUE VESTIMENTAIRE, LA GENTE FÉMININE EN LUI PROPOSANT DES CRÉATIONS … FAITES ENTIÈREMENT À LA MAIN ; D’OÙ

Pièces uniques ? Collections ?

LA NAISSANCE DE JARDIN DE JADE. CE

UN MODÈLE EST FABRIQUÉ EN UNE SÉRIE LIMITÉE,

CONCEPT EST NÉ DEPUIS FORT LONG-

AVEC DES MATIÈRES NATURELLES QUI SE CARACTÉ-

TEMPS MAIS N’A VU LE JOUR QU’IL Y A

RISENT PAR UNE CERTAINE BEAUTÉ. IL EST FAIT À

UNE DIZAINE DE MOIS.

PARTIR DU WAX, DU CUIR OU DU BAZIN, ENTRE AU-

PARTEZ À LA DÉCOUVERTE DE CE QUI

TRES ET ACCESSOIRISÉ SOUS DIFFÉRENTES FORMES.

ANIME LA FONDATRICE DE JARDIN DE

JE CONFECTIONNE ÉGALEMENT DES COLLECTIONS

JADE, UNE CRÉATION QUI SE VEUT TRÈS

SUIVANT UN THÈME PRÉCIS.

TENDANCE ET MODERNE DE LA MODE ET DE LA MAROQUINERIE AFRICAINE

L’envie de créer est venue ... D’UNE PASSION, DES COULEURS QUE REGORGENT L’AFRIQUE ... PASSIONNÉE PAR L’ARTISANAT DES DIFFÉRENTS PAYS OÙ J’AI SÉJOURNÉ, J’AI FINI PAR CHOISIR LE SAVOIR-FAIRE AFRICAIN, RECONNU PAR SES MATIÈRES NATURELLES ET NOBLES ; CE QUI M’A PERMIS DE ME LANCER DANS LA CRÉATION, TOUT SIMPLEMENT, AVEC AMOUR ET PASSION POUR LA MODE ET PLUS PRÉCISÉMENT POUR LA MAROQUINERIE, LE FAIT-MAIN DE L’ARTISANAT AFRICAIN.

TEEN’ART Magazine - Roots


L’inspiration …

A TRAVERS MON VÉCU ET LES GENS QUI M’ENTOURENT ... ACTUELLEMENT, MES INSPIRATIONS SONT PORTÉES PAR LE WAX, LE BAZIN, LE CUIR OU TOUT AUTRE TISSU TRADITIONNEL DE MON CONTINENT MAIS ÉGALEMENT PAR MES PROPRES EXPÉRIENCES. JE CHERCHE À EXPRIMER MA PERSONNALITÉ DANS MES CRÉATIONS. J’AI SU SYNTHÉTISER MES MULTIPLES INFLUENCES DANS UNE ESTHÉTIQUE ALLANT À L’ESSENTIEL .

Pour la conception d’une pièce,

IL Y A PLUSIEURS ÉTAPES. TOUT SE PASSE DANS MA TÊTE, DANS UN PREMIER TEMPS ; PAR LA SUITE, JE RETRANSCRIS SUR PAPIER ET APRÈS, JE VAIS À LA RECHERCHE DU TISSU ET DES MATIÈRES QUI VONT CONSTITUER LA PIÈCE ET POUR FINIR, J’EN DISCUTE AVEC MON FAÇONNIER QUI SE TROUVE À DAKAR. MES CRÉATIONS SONT EFFECTIVEMENT RÉALISÉES AU SÉNÉGAL. A PARTIR D’UN ÉCHANTILLON, NOUS DISCUTONS DANS LE BUT DE SAVOIR SI CELA CORRESPONDRA AUX ATTENTES DE NOS CLIENTS LES PLUS EXIGEANTES ; CE QUI PEUT PRENDRE DES JOURS VOIRE DES SEMAINES. CRÉATIONS. J’AI SU SYNTHÉTISER MES MULTIPLES INFLUENCES DANS UNE ESTHÉTIQUE ALLANT À L’ESSENTIEL .

La chose vibrante dans ce métier ...

LE RÉSULTAT APRÈS LA CONFECTION D’UNE PIÈCE, LE RÉSULTAT FINAL : LE PLAISIR OBTENU PAR LA CLIENTE.

La matière préférée pour travailler ...

Les créations sont destinées ...

AUX CLIENTES PASSIONNÉES ET AMOUREUSES DU PAGNE

LE WAX, PIÈCE MAITRESSE DE TOUT

ET À TOUTE PERSONNE DÉSIRANT FAIRE CONNAISSANCE

CE QUE JE FAIS. J’AIME AUSSI LE BAZIN POUR CE CÔTÉ BRILLANT ; C’EST

ET DÉCOUVRIR LA MAROQUINERIE ET LES ACCESSOIRES OU

UNE MATIÈRE EXCEPTIONNELLE ET TRÈS RÉSISTANTE COMME LE CUIR.

L’ARTISANAT AFRICAIN, EN GÉNÉRAL.

D’AILLEURS, C’EST LA RAISON POUR LAQUELLE J’AI CHOISI D’UTILISÉ CES

Une pièce préférée ? Une fierté pour une création ?

TROIS MATIÈRES.

TOUTES MES CRÉATIONS … CAR ELLES ONT ÉTÉ FAITES AVEC UNE GRANDE PASSION ET LA CURIOSITÉ DE LES DÉCOUVRIR MOI-MÊME. TOUTEFOIS, MES SNOODS KINGO ETHNIQUES DE MA COLLECTION AUTOMNE-HIVER ONT

Vos grands maîtres ...

PERSONNE À PART MON DIEU. MAIS, S’IL FAUT DONNER UNE RÉPONSE, JE DIRAI QU’IL Y A L’INFLUENCE DES GRANDS CRÉATEURS ET CRÉATRICES DE LA MODE.

Des projets ...

UNE COLLECTION POUR FIN 2014 ET BEAUCOUP DE SURPRISES PROCHAINEMENT !

TRÈS BIEN MARCHÉS.

TEEN’ART Magazine - Roots

WW.JARDINDEJADE.NET FACEBOOK.COM/JARDIN.JADE JARDINDEJADE2013@GMAIL.COM


TEEN’ART Magazine - Roots


TEEN’ART Magazine - Roots TEEN’ART Magazine - Roots


MAYOFASHION

MARIE CATHERINE KINGBO

CRÉÉE EN JUIN 2012, LA MARQUE MAYOFASHION QUI TIRE SES INFLUENCES DE LʼORIGINE BÉNINOISE DE SA CRÉATRICE ; NOTAMMENT, AVEC LES GRANDES DAMES DE LA SOUS-RÉGION «NANA BENZ» MAIS ÉGALEMENT DE LA TENDANCE AU SÉNÉGAL, CHERCHE À RENDRE SES CLIENTS SPÉCIAUX EN LEUR PROPOSANT DES CRÉATIONS UNIQUES. rédaction & mise en page : Blàcky Gyan

Marie Catherine Kingbo est l’instigatrice de cette marque qui a, jusqu’ici, lancé cinq collections. Elle occupe, en parallèle, le poste de General Manager du Groupe Providence Market, une structure évoluant dans l’événementiel et la mode. Même si elle entretient une étroite collaboration avec des tailleurs basés en Côte d’Ivoire ou au Togo et leur fait entièrement confiance, il n’en demeure pas moins que sa mère, couturière, reste sa véritable source d’inspiration et elle ajoute qu’elle est sa grande maîtresse et conseillère. Elle suit également les travaux

de la créatrice de mode, Adama Ndiaye, plus communément, appelée Adama Paris. Elle nous a confié que ses tissus de prédilection sont le wax et le woodin car ils cachent plusieurs facettes et sont devenus des tissus très en vogue. Etre designer de mode a permis à Marie Catherine d’aller à la rencontre de personnes et de goûts qui diffèrent mais de faire vivre aussi sa passion du pagne, le pagne de chez elle et de lire la satisfaction qui s’affiche sur le visage de ses clients lorsqu’ils découvrent ses créations. N’hésitez pas à découvrir cette marque qui va prochainement lancer une collection pour les plus petits !

TEEN’ART Magazine - Roots


BELLITATEM MISS AFRIQUE MONTRÉAL

CONCOURS BEAUTÉ, ACADEMIE, ...

TEEN’ART Magazine - Roots


UMFAZI « Connaître son histoire. Savoir d’où l’on vient. Puiser dans ses racines. Retourner à la source. »

M

« iss Afrique Montréal est une aventure humaine et éducative qui s’étend sur plusieurs mois. Notre mission est simple : promouvoir la culture africaine et œuvrer à l’épanouissement de sa relève féminine à Montréal, un groupe de jeunes femmes, membres de la diaspora, toutes ambassadrices d’une Afrique forte et rayonnante. À travers différents thèmes spécifiques, nous faisons vœu de faire l’ode à la femme d’Afrique ainsi que de mettre en avant les différentes causes touchant la Terre Mère.» Umfazi : Femme en Zoulu

interview & mise en page : Blàcky Gyan

TEEN’ART Magazine - Roots


-

tout d’abord, parLeZ-nous de qui est (ou sont) derriÈre Miss aFrique MontréaL ?

Miss Afrique Montréal est un événement qui a vu le jour sous l’impulsion de Mohamed Coulibaly, jeune montréalais d’origine malienne, mais c’est surtout une grande famille de personnes dynamiques œuvrant pour la promotion de la culture africaine depuis maintenant 4 ans. Le staff est composé de plusieurs personnes provenant d’horizons divers et de milieux variés. -

«MÈre aFrique, FeMMe d’aFrique», «entre traditions et Modernité », … et «retour auX sources» ! coMMent sont choisis ces thÈMes ?

Le premier thème était pour nous une évidence, étant donné que notre mission était de faire une ode à la Femme et au continent africain. Ensuite, les autres thèmes se sont également imposés avec logique. ‘’Entre traditions et modernité’’ est un thème qui, pour nous, souligne le quotidien de toute jeune fille africaine qui vit en occident, dans un monde axé sur la modernité, mais qui, malgré tout, reste attachée à ses valeurs et à sa culture de souche. Avant le ‘’Retour aux sources’’, qui fait appel à l’importance de maîtriser son histoire et de connaître ses origines, nous avons eu ‘’Quand les Racines ont des Ailes’’, thème illustrant la force des racines africaines qui, à travers la diaspora, s’étendait et influençait le monde. Ces thèmes sont choisis dans une volonté de faire une continuité, une corrélation entre nos différentes éditions. pourquoi «retour auX sources» ? Le Retour aux Sources s’est naturellement imposé comme thème de la quatrième édition, à une époque où la jeunesse africaine a, de plus en plus, besoin de repères, de modèles et d’exemples afin de s’émanciper. Et nous pensons fortement que pour avancer dans son développement toute personne a besoin d’être ancrée à quelque chose et de savoir d’où elle vient. -

au-deLÀ

de L’aspect physique, on dénote un concours de beauté inteLLectueLLe. est-ce pour ceLa qu’on parLe, entre autres, d’acadéMie Miss aFrique MontréaL ?

La beauté, pour nous, forme un tout. Elle est tant physique qu’intellectuelle, tant du cœur que de l’esprit. L’Académie Miss Afrique Montréal est, en effet, une école dédiée à l’appren-

TEEN’ART Magazine - Roots

tissage, l’éducation, la créativité et l’engagement. Pendant plusieurs mois, encadrées par des professionnels en la matière, les candidates suivent un coaching personnalisé et récurrent. Au programme : expression scénique, danse, entraînement sportif, expression orale, ateliers sociaux, conf.érences, coaching


beauté et défilé ainsi qu’une panoplie d’autres activités et/ou séances disciplinaires. qui est, donc, La Miss aFrique MontréaL, en généraL (caractéristiques, quaLités, …) ? La Miss Afrique Montréal est une jeune femme battante, volontaire, intègre, attachée à ses racines, ancrée à ses valeurs et surtout désireuse de les valoriser et de les défendre. pourquoi, seLon vous, ary sidibé, Miss guinée, a-t-eLLe reMporté Le titre ? Toutes nos finalistes sont, au sortir de l’aventure, des gagnantes et plus encore des ambassadrices du continent. Chacune, dans sa spécificité et son unicité, fait notre fierté et est garante de nos valeurs. Parmi elles, il a fallu en choisir une pour porter le flambeau et à ce petit jeu, c’est Ary Sidibé qui a reçu les honneurs du jury, pour sa prestation scénique lors du Gala UMFAZI mais aussi pour toute son exemplarité durant les 6 mois d’aventure.

-

dans certains pays coMMe La France, Le concours Miss bLacK, par eXeMpLe, a suscité beaucoup de poLéMiques. que répondrieZ-vous auX gens qui quaLiFient ces concours de repLi coMMunautaire ou de discriMination positive ou encore d’idéoLogie douteuse ?

Nous répondrons à ces personnes que la valorisation de la culture d’une communauté et d’un continent est une tâche que nous pensons noble et que nous nous sommes donnés comme mission. Notre élection de Miss, qui est, soit-dit-en-passant, très particulière voire unique, est un moyen comme un autre d’atteindre nos objectifs sans pour autant se ghettoïser ou faire du repli communautaire pour reprendre vos mots. a quand Mister aFrique MontréaL ? Une question qui revient souvent depuis la première édition ! C’est un projet qui, pour le moment, n’est pas inscrit à notre agenda. Cependant, nous sommes ouverts à toutes suggestions tant qu’elles ne nous écartent pas de notre mission. des proJets À venir ? Nous préparons dès à présent le 5ème anniversaire de Miss Afrique Montréal qui aura donc lieu lors de l’aventure 2014-2015. Nous réservons au public de grandes surprises et de l’inédit à cette occasion. Nous en profitons pour remercier tous ceux qui nous suivent à travers le monde mais aussi et surtout les plateformes médiatiques telles la vôtre qui permettent de faire un relai entre nous et le reste de la diaspora.

TEEN’ART Magazine - Roots


TEEN’ART Magazine - Roots


Amazone de la côte des Ivoires, Amazone du cavally, de la Comoé, du Denguélé, du Sassandra, du Marahoué, de la vallée du Bandama; Femme fière artisane du succès de sa patrie. Amazone de la Paix. Amazone de l’union, de la discipline et du travail. Beauté de la nature!

TEEN’ART Magazine - Roots


TEEN’ART Magazine - Roots


La linguère aux allures royales, femme du royaume de Waalo; Amazone du lion rouge, Amazone du fleuve Sénégal. Héroïne de la résistance à la colonisation française et Maure. Digne Mère des tirailleurs Sénégalais, femme belle et battante, belle gazelle de la Téranga!

TEEN’ART Magazine - Roots


TEEN’ART Magazine - Roots


Amazone du royaume d’Abomey, actuel Bénin. Vaillante guerrière, Femme fière et battante au courage intrépide. Sa particularité: le corps à corps; les soldats Français du commandant Dodds pourront vous conter la résistance et l’endurance de cette vaillante femme, lors des combats. Belle, avec un entraînement physique hors du commun. L’amour de son royaume guidait le courage et l’endurance de cette femme d’élite, fière, intelligente et forte!

TEEN’ART Magazine - Roots


TEEN’ART Magazine - Roots


Amazone de l’empire du Mali; Amazone du Mandé Kalikan ou “charte du Mandé“. Femme de la savane ouest soudanaise. Travailleuse du coton et de la richesse des graines d’arachides. Amazone à la beauté charismatique et vénérable. Amazone de Soundiata Keita,maître d’oeuvre de l’abolition de l’esclavage. Beauté de la savane.

TEEN’ART Magazine - Roots


TEEN’ART Magazine - Roots


Amazone du fleuve Congo, Amazone du royaume ya Kongo, Guerrière au pas ferme face à l’explorateur Savorgnan de Brazza, Amazone du riche travail du fer, Femme aux allures de déesse, Femmes aux traits harmonieux, Femme aux pieds luisants comme le marbre, Femme Kituba, Lingala et Téké. Beauté angélique de la forêt tropicale, Beauté-insigne de la prospérité de sa patrie!

TEEN’ART Magazine - Roots


TEEN’ART Magazine - Roots


Amazone du Juwama, Amazone du royaume de Koush; Femme belle, guerrière aux allures fières et indomptables. Femme douce et rebelle, voix infaillible de justice, de liberté et de prospérité pour son peuple. Beauté du désert!

TEEN’ART Magazine - Roots


TEEN’ART Magazine - Roots


Amazone du royaume de Bioko, Amazone du Golfe de Guinée. Femme de Malabo, Luba et Riaba; Femme du travail de la poterie et de la pêche; âme vaillante et douce. Beauté de la vallée du Moka, Beauté des monts volcaniques!

TEEN’ART Magazine - Roots


TEEN’ART Magazine - Roots


Amazone de la latitude ouest du Mont Nimba et de la forêt équatoriale. Femme du Fouta Djallon, le “Chàteau d’eau de l’Afrique de l’Ouest”. Amazone des Monts, Femme grande et forte, Femme intègre et travaillante. Femme Bassari, Diakhanké, Jalonké, Guerzé, Kissi, Koniaké, Kono, Toma, Poular, Nalu, Sarakolé, Miguiforé… Amazone pour une des premières indépendances de l’Ouest africain. Beauté des Monts!

TEEN’ART Magazine - Roots


TEEN’ART Magazine - Roots


Amazone de la Corne de l’Afrique, Amazone du berceau de l’humanité, Amazone du royaume d’Aksoum. Beauté aux allures autoritaires et charismatiqueS. Femme du Nil bleu, de la montagne de Balé, du desert Danakil. Beauté des hauts plateaux Éthiopiens!

TEEN’ART Magazine - Roots TEEN’ART Magazine - Roots


TEEN’ART Magazine - Roots


Amazone du Mont Cameroun, Amazone des cités balnéaires de Kribi et Limbé. Femme des royaumes Bamoun et Mandara. Amazone du bassin de Wouri, Amazone de N’gondo. Beauté du littoral, Femme bamiléké et Tikar, Femme Bamoun et Béti, Femme Bassa et Yabassi, Femme Dibom et Sawa. Vaillante guerrière, Beauté Bantou!

TEEN’ART Magazine - Roots TEEN’ART Magazine - Roots


TEEN’ART Magazine - Roots


Amazone des royaumes du Tekrour, du Bandial, du Djolof; Femme fière et debout devant le colonisateur Portugais Alvaro Fernandez. Femme noire couleur d’ébène. Amazone du travail du phosphate. Beauté du “sable rouge” du Kadior.

TEEN’ART Magazine - Roots


TEEN’ART Magazine - Roots


Amazone du pays des milles collines et des grands lacs; Amazone du Lac et Volcan dans les montagnes des Virunga; Femme d’unité, de travail et de patriotisme. Beauté douce des collines

TEEN’ART Magazine - Roots


TEEN’ART Magazine - Roots


‘’La fuerza de Guinea Ecuatorial”; Amazone de L’île “ Formosa”, de l’île d’Annob’on et de l’île de Corisco. Femme que ni l’influence Américaine, Espagnole ou Portugaise n’a délogée de sa fière et belle île. Amazone du littoral africain, femme de conviction, femme entreprenante, beauté des eaux!

TEEN’ART Magazine - Roots


Photo : Vincent Lemelin

TEEN’ART Magazine - Roots


TEEN’ART Magazine - Roots


TEEN’ART Magazine - Root Rootss


TEEN’ART Magazine - Root TEEN’ART s Magazine - Roots


TEEN’ART Magazine - Roots


TEEN’ART Magazine - Roots


R Magazine (ex-Teen'Art)_Numéro 3 : Roots (Racines)  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you