Page 1

À L’A V A N T - S C È N E

TEMPS FORTS

Être ou paraître!  P. 9 Le «Swiss Made» n ’est pas le fait de comptabiliser qui a fait le travail, mais bien comment il a été fait. Ce n ’est pas la quantité suisse qui prévaut, mais la qualité suisse. Il faut garder cet enjeu dans nos esprits! →

SAVO I R-FAI R E

Industrie horlogère  P. 15 L ’intégration d ’une innovation dans un processus industriel ouvre des perspectives nouvelles et rencontre des défis concrets. Un tour d ’horizon des méthodes et solutions proposées… →

À l’œuvre 

P. 59

La maison d ’horlogerie joaillière DeLaneau célèbre les métiers d ’art et le savoir-faire séculaire de l ’émail Grand Feu à travers une collection de garde-temps uniques et féeriques. →

fondé en 1876 — {140 e année – Automne 2016} — www.jsh.ch

MONTRE FABERGÉ VISIONNAIRE DTZ OR ROSE 18 CARATS. FONCTIONS: HEURES, MINUTES, DEUXIÈME FUSEAU HORAIRE AU CENTRE. MOUVEMENT: MÉCANIQUE À REMONTAGE AUTOMATIQUE, 21 600 A/H.

PHILIPPE DUFOUR — Rédacteur en chef invité de ce numéro CHF 12.–/ EUR 10.–


ÉDITO

L  ’invité

REGARDONS LES CHOSES EN FACE!

© LION E L DE R IAZ

S

PHILIPPE DUFOUR, rédacteur en chef invité de ce numéro.

oyons réalistes: la situation n ’est pas bonne. Un seul indicateur devrait nous alarmer: les stocks sont trop abondants! On parle même de 24 mois de montres en réserve. Ceci nous amène tout logiquement à une crise qui va s ’installer dans la durée, car il faut du temps pour résorber tout ce surplus. Nous avons, dans le secteur horloger, déjà connu des crises. Elles sont même périodiques! Mais, à chaque fois, il a fallu trouver une solution nouvelle... car chaque crise a des causes différentes et donc il faut chercher une «sortie de crise» nouvelle. Il va falloir à nouveau se réinventer en cherchant dans nos fondamentaux. Faisons une rapide analyse: les signaux globaux ne sont pas bons, car l ’incertitude géopolitique s ’étend, le ralentissement économique gagne de nouvelles régions et l ’état du monde se détériore passablement! Dans le même laps de temps, on sait que les produits de luxe sur le long terme sont en croissance, tout comme la concurrence! Donc, une fois de plus, il va falloir trouver des réponses nouvelles à des problématiques anciennes: une demande changeante, une concurrence farouche et offrir une différenciation suffisamment attractive. Entre l ’offre et la demande, nous devons, nous les horlogers suisses, trouver notre voie. Face à un produit devenu bien inutile dans sa fonction première, le fait de donner l ’heure, le pouvoir représentatif et la créativité de l ’objet tendent à perdre de leur sens. Serait-ce comme de vendre un lit qui ne sert pas à dormir? Il faut de l ’imagination! La solution est à chercher du côté de la montre elle-même... c ’est à propos de sa fabrication: le tour de main; son mouvement: la perpétuité; sa finition: la précision qui compte... sans oublier, bien sûr, les métiers qu ’il faut réhabiliter et la beauté mécanique elle-même qu ’il faut raconter. L ’avenir serait d ’inventer un nouveau récit basé sur une différenciation authentique... c ’est cela qui ferait vendre nos montres... et certainement pas la notion de l ’heure! Mais être capable de développer une telle histoire authentique autour de ce changement de paradigme, c ’est d ’abord revoir nos codes de marketing et de positionnement (retrouver un ADN vrai et non fabriqué) et c ’est ensuite créer une nouvelle image/représentation plus proche du produit lui-même. La vedette de l ’horlogerie devrait être la «régleuse», pas la «starlette hollywoodienne»! Il faut s ’éloigner du paraître pour se rapprocher de l ’être. ◉ ◉ ◉

JOURNAL SUISSE D’HORLOGERIE AUTOMNE 2016 / /

.3


SOMMAIRE

AUTOMNE 2016 Administration et service des abonnements: Promoédition SA Rue des Bains 35 – CP 5615 CH – 1211 Genève 11 Tél. +41 (0)22 809 94 63 Fax +41 (0)22 781 14 14 www.jsh.ch Editeur délégué et directeur de la publication: Roland Ray Rédacteur en chef invité: Philippe Dufour Direction éditoriale du pôle horloger: Xavier Comtesse

Fabergé, Lady Levity en or rose 18 carats.

Coordination: Elena Stefanova Rédacteurs: Nathalie Brignoli, Estelle Daval, Elena Stefanova, Martin K. Wehrli Graphisme et mise en page: Laurence Bullat, Atelier Promoédition Production: Maryse Avidor, Jean-Marie Antenen

TEMPS FORTS ÉDITO Regardons les choses en face! par Philippe Dufour  À L ’AVANT-SCÈNE «Être ou paraître!» – Dialogue entre Philippe Dufour et Xavier Comtesse

9

INDUSTRIE HORLOGÈRE Interview de Patrick Hauser,

Publicité: Promoguide SA Ivana Davidovic i.davidovic@promoguide.ch Rue des Bains 35 – CP 5615 CH – 1211 Genève 11 Tél. +41 (0)22 809 94 63 Fax +41 (0)22 809 94 99

Conseiller des chefs de projets, fondateur de ProJ: La gestion

Photographe, crédits photos: Lionel Deriaz, Le studio Deriaz S.à.r.l., Lausanne. © DR sauf mention contraire

→ Programme complet 

Diffusion / abonnements: abo@promoedition.ch ISSN 1422-9323 Prix au numéro: CHF 12.- / EUR 10.© 2016 Promoédition SA La reproduction même partielle des articles, photos et illustrations parus dans le JSH – Journal Suisse d ’Horlogerie est interdite sous toutes ses formes, éditoriales ou électroniques, sauf autorisation écrite préalable. Remerciements: Tous nos remerciements vont à Corinne Béroujon, Marketing & Communication du Grand Théâtre de Genève pour nous avoir accueillis au Grand Théâtre de Genève à l’Opéra des Nations pour la séance photo de Philippe Dufour et Xavier Comtesse.

3

de projet industriel. Intégrer une innovation. 

15

SOCIÉTÉ SUISSE DE CHRONOMÉTRIE → 16e Congrès International de Chronométrie – Innovation, facteur clé de succès pour l ’horlogerie

21 22

L’ECHO DES FABRIQUES → Bergeon, 225 ans au service du temps

25

→ La commande numérique FANUC souffle ses 60 bougies 

26

→ PX Group, le défi de la miniaturisation 

27

→ Positive Coating s ’offre un nouvel écrin et une image de société mature 

27

→ RDI-Charles Kaeser, un nouvel édifice sur mesure pour des remontoirs d ’exception 

28

→ B&F Tech, des fermoirs innovants sans vis ni soudures 

29

→ Guillod Gunther, 150 ans d ’expertise dans la production de boîtiers haut de gamme 

31

→ UCS s ’offre un chronographe pour ses 5 ans

32

→ JIMH, Kalust Zorik passe le flambeau 

32

JOURNAL SUISSE D’HORLOGERIE PRINTEMPS 2016 / /

.5


SALONS PROFESSIONNELS → S IAMS 2016 La 15e édition du salon biennal de la microtechnique et des outils de précision réaffirme sa place centrale pour l’industrie et son caractère unique.

35

→E  PHJ-EPMT-SMT 2016 Un bilan positif pour la 15e édition du Salon et ses trois secteurs en évolution constante.

39

→ P RODEX & SWISSTECH 2016 Le rendez-vous biennal de la technologie suisse se tiendra à Messe Basel, du 15 au 18 novembre 2016. 

43

TERRITOIRES ACTUALITÉ MARQUE → Interview d ’Aurélie Picaud, directrice de la division horlogère de Fabergé Timepieces: Au nom du Maître. Les montres Fabergé, au cœur d ’une histoire extraordinaire.

47

MOUVEMENT GROS PLAN Nouvelle identité horlogère pour les montres Fabergé → Interview de Jean-Marc Wiederrecht, Manufacture Agenhor: La distinction et l’authenticité.

53

SAVOIR-FAIR E À L’ŒUVRE Maison DeLaneau: Émaux et merveilles.

© MARC GYSIN

Quand la magie du feu sublime la nature. 

DeLaneau, Rondo 42 Love Swallow.

59

PX Group, des pièces miniatures travaillées à l’échelle du micron. JOURNAL SUISSE D’HORLOGERIE AUTOMNE 2016 / /

.7


TEMPS FORTS

A l  ’avant-scène

ÊTRE OU PARAÎTRE!

E

tabli dans sa Vallée de Joux, les petites et grandes histoires remontent ainsi depuis les vallées jurassiennes jusqu ’à lui. Il est au cœur même de cette région de la

manufacture horlogère mondialement respectée qui possède, ne l ’oublions pas, la particularité d ’être francophone. Voici donc une courte transcription des dernières nouvelles du front «horloger» sous forme de dialogue.

Philippe Dufour: On est en crise. Je reviens de Hong Kong. J ’ai vu les stocks de nos partenaires, ils sont immenses. Il y a une saturation de ces derniers partout pour au moins 24 mois! Il va nous falloir des années pour résorber tout cela. C ’est un grave problème qui se pose à nous... Xavier Comtesse: Et pourquoi est-ce un problème? P.D.: Car après deux ans, les montres stockées ainsi doivent être révisées... l ’huile se fige... et la montre marche beaucoup moins bien... évidemment!

PHOTOS: © LIONEL DERIAZ

RENCONTRER PHILIPPE DUFOUR, C'EST COMME PASSER UN BON MOMENT AU BORD D'UN COURT DE TENNIS AVEC ROGER FEDERER: TOUT SEMBLE FACILE, ÉVIDENT ET LIMPIDE! SA CONNAISSANCE DU SAVOIR-FAIRE HORLOGER EST IMMENSE ET RECONNUE DE TOUS. CE QUI SURPREND LE PLUS DANS UNE DISCUSSION INTENSE EN TÊTE À TÊTE C'EST SON FRANC-PARLER, SON STYLE NARRATIF ET SON AISANCE À VOUS RELATER LES HISTOIRES SECRÈTES DU MONDE HORLOGER.

X.C.: Incroyable! P.D.: Eh oui, la montre est un produit “périssable”! X.C.: OK, je vois bien la question des stocks, mais n ’avons-nous pas aussi un problème de service après-vente?

Philippe Dufour.

P.D.: Bien sûr... depuis quelques années! Nous avons vendu l ’idée d ’éternité et d ’héritage sans véritablement garantir cela par le maintien d ’un véritable réseau de révision et de réparation. Souvenez-vous, il y a encore quelques décennies existaient des magasins d ’horlogers-réparateurs JOURNAL SUISSE D’HORLOGERIE AUTOMNE 2016 / /

.9


Philippe Dufour et Xavier Comtesse en dialogue au sein du Grand Théâtre de Genève à l’Opéra des Nations.

partout dans nos villes. Ils ont cédé la place à des boutiques de marque. On a poussé la vente au maximum possible sans trop penser au lendemain. Il faut tout revoir! X.C.: On a donc trop poussé le marketing en oubliant que la chaîne de la valeur implique aussi un bon service aprèsvente. La montre ne devrait pas être un produit jetable, mais bien un produit avec lequel on établit une relation durable!

P.D.: Justement, le marketing a pris le dessus et les responsables ont, durant cette dernière décennie, surtout augmenté les prix en faisant croire qu ’il n ’y aurait pas de limites à cette ascension. En quelque sorte plus c ’était cher, plus vous aviez la garantie d ’avoir fait une bonne affaire, puisque l ’année suivante les prix grimpaient encore. C ’est une méthode qui se base sur le mode de la nouveauté, mais on a largement exagéré. Ce

d ’autant que cette augmentation des prix n ’a pas été accompagnée d ’un relèvement de la qualité, bien au contraire…

ordinaires et surtout des fonctionnalités nouvelles. On valorise l ’être plutôt que le paraître, comme vous aimez tant à le dire!

X.C.: Vous diriez que ce fut une période où le marketing a dirigé les maisons horlogères?

P.D.: De plus, il ne faut pas l ’oublier, dans les marchés en général les parts du gâteau sont limitées et parfois même elles se réduisent sous l ’effet de crise géopolitique ou économique. Alors arrêtons de toujours croire que l ’on est les meilleurs – les autres ont beaucoup progressé – et travaillons à reprendre une place dans la qualité et non dans l ’excès!

P.D.: En effet, aujourd ’hui, les dirigeants sont plus des hommes d ’affaires que des horlogers. L ’âme s ’est perdue en chemin. Un fossé s ’est creusé. Regardez, d ’un côté, ils offrent des «loupes» en cadeau à leurs bons clients. Que sont-ils alors censés regarder? Les défauts? Et de l ’autre, ils se pavanent à Baselworld avec des stars. Dans quel but? Quel en est le récit? N ’est-ce pas la fin d ’un cycle? Le monde a changé. Il est participatif et personnalisé. Donc exit Hollywood! X.C.: Vous avez raison. Le jeu a changé. Regardez aujourd ’hui la publicité des nouveaux venus tels que Samsung, Apple ou Google. Ils mettent en avant les gens

X.C.: Vous pensez que l ’on a changé d ’époque? P.D.: Oui, prenons juste un exemple: aujourd ’hui, le client est beaucoup plus éduqué. Regardez les Chinois, on ne peut pas juste leur vendre du luxe, il faut leur parler autrement... il faut les convaincre par un langage authentique. Le temps du paraître est bien fini.... JOURNAL SUISSE D’HORLOGERIE AUTOMNE 2016 / /

.11


TEMPS FORTS

Le Grand Théâtre de Genève a accueilli l’équipe rédactionnelle du Journal Suisse d’Horlogerie à l’Opéra des Nations, en lui réservant l’exclusivité de sa salle et de son avant-scène.

«UNE MONTRE DOIT ÊTRE PORTÉE POUR ÊTRE ET NON PARAÎTRE, VOILÀ LA CLÉ DU SUCCÈS FUTUR.»

— Philippe Dufour

X.C.: Que faire alors...?

XAVIER COMTESSE Mathématicien et docteur en informatique de l ’Université de Genève, Xavier Comtesse est passionné de communication et d  ’informatique depuis les années 1970. Son esprit d ’ouverture et sa force d’entreprise le mènent à la création de trois start-up à Genève:

P.D.: D ’abord, il faudrait nettoyer tout le secteur depuis le haut, car on a des vents contraires et il faut des dirigeants pour le gros temps. Cela ne peut pas être ceux qui naviguent par petit vent, tout le monde le sait. Ensuite, il faut revoir toute la chaîne de la valeur, de la création à la vente et surtout apporter du service, notamment en après-vente en accentuant un réseau performant de réparation des montres.

dans l ’édition, la communication et les télécommunications. Puis

X.C.: Il y a du travail!

X.C.: OK, mais, aujourd ’hui, l ’industrie du luxe est partie dans une direction dite du fashion ou du high-end fashion, comme le nomment les anglo-saxons. Et cette direction implique le saisonnier. L ’industrie horlogère semble sur ce point vouloir poursuivre sur sa voie solitaire de l ’éternel, alors que des grandes marques du luxe, je pense ici à Chanel, Hermès ou Dior, très performantes avec leurs produits dans cette stratégie, semblent fléchir avec le produit montre. Ne devrions-nous pas coller à la réalité du fashion et arrêter de croire qu ’il y aurait dans le luxe une exception horlogère?

il entreprend une carrière de diplomate scientifique et fonde la Swissnex à Boston. De 2002 à 2014, il est directeur romand du Think Tank «Avenir Suisse», chargé de l   ’innovation et des nouvelles

P.D.: Bien sûr. Mais je vous rappelle que l ’on vient juste d ’entrer en crise et qu ’il va falloir travailler dur pour en sortir, car nous avons un véritable nouveau défi qui est: «comment vendre un produit inutile?»

pensées territoriales en politique. Depuis juin 2014, Xavier Comtesse s  ’occupe de l  ’animation du Swiss

X.C.: Vu sous cet angle cela semble peine perdue! Non?

Creative Center à Neuchâtel, dont il a contribué à la fondation en 2012. Ce visionnaire est né à St-Imier (en face de chez Longines) en 1949. Il est marié et père de trois fils. Il vit à Genève.

.12 / / JOURNAL SUISSE D’HORLOGERIE AUTOMNE 2016

P.D.: Non... si l ’on sait réhabiliter le travail, faire des produits avec une âme et un récit fort afin d ’amener une différence pour reprendre du terrain.

P.D.: Vous avez raison... comme dit le proverbe: seuls les poissons nagent à contre-courant... il faut s ’inspirer du mouvement général et définir nos propres atouts. Être performant, c ’est ne pas avoir raison contre tous, mais apporter sa pierre à l ’édifice... et ici, c ’est la différentiation, la spécificité, la personnalisation, etc. qui comptent. X.C.: Si je vous comprends bien, il s ’agit de redéfinir des concepts comme le «Swiss Made» ou celui de la «Haute Horlogerie»?


P.D.: Oui exactement. «Fait en Suisse» doit signifier quelque chose sur le comment c ’est fait. Le «Swiss Made» n ’est pas le fait de comptabiliser qui a fait le travail, mais bien comment il a été fait. Ce n ’est pas la quantité suisse qui prévaut, mais la qualité suisse. Il faut garder cet enjeu dans nos esprits! Quant à la notion de Haute Horlogerie personne (et surtout pas un groupe d ’experts, aussi brillants soient-ils) n  ’est qualifié ni autorisé à publier une liste «blanche» des maisons horlogères dites de «Haute Horlogerie»! Le nom des maisons historiques «oubliées» démontre d ’ailleurs du peu de sérieux de l ’opération. Les clients avisés finiront par juger. Comme toujours! X.C.: Cette opération de la Fondation de la Haute Horlogerie démontre à mes yeux l ’état de désarroi de la profession. On ne sait plus à quel saint se vouer alors on en invente... plusieurs si possible! Je crois qu ’il est grand temps de repenser le luxe horloger sur de nouvelles bases. P.D.: Certainement.

X.C.: Alors que pensez du lien entre bijouterie et horlogerie?

PHILIPPE DUFOUR «Naissance d ’une montre» a été

P.D.: Je crois que cela serait une erreur. La montre, c ’est avant tout une mécanique. La beauté est dans les rouages et les complications. La montre n ’est pas un bijou, car sa valeur ne dépend pas uniquement des pierres et matériaux précieux. Aujourd ’hui, l ’essence de la montre c ’est de la mécanique fine et miniaturisée. Oubliez la précision, admirez la qualité du mécanisme et la justesse de son assemblage... faisons rêver avec l ’essentiel et redécouvrir les métiers de cette prouesse technologique. Une montre doit être portée pour être et non paraître, voilà la clé du succès futur. Quand je rencontre quelqu ’un qui a acheté une de mes montres, il me raconte des histoires vécues avec celle-ci... on discute et jamais il ne va me dire qu ’il s ’est pavané avec elle... il n ’y a que Jacques Séguéla et sa phrase absurde à propos de Rolex pour faire croire que «paraître» est la seule chose à laquelle aspirent les gens. C ’est faux, ils aspirent avant tout à «être»... et souvent le plus longtemps possible! ◉ ◉ ◉

vendue récemment pour 1,45 million de francs suisses. Elle a été présentée aux enchères par Christie ’s à Hong Kong. Ce projet mené en collaboration avec Robert Greubel, Stephen Forsey et Michel Boulanger, est une sorte de «montre-école» pour laquelle tous les «gestes» authentiques de fabrication ont été (re) trouvés. Il s ’agissait de faire vivre les savoir-faire anciens. Le produit de la vente ira à la Fondation Time Aeon afin de sauvegarder les métiers de base de l ’horlogerie. Ce projet est bien le reflet de la démarche d ’une vie professionnelle bien remplie, celle de Philippe Dufour, maître horloger qui a fabriqué de ses mains environ 200 montres. C ’est peu et c ’est beaucoup au regard de la qualité de sa production vraiment très personnalisée. Chaque montre a été façonnée en quelque sorte pour elle-même, donc elle possède sa propre histoire, sa propre finition. C ’est cela l ’authenticité absolue! JOURNAL SUISSE D’HORLOGERIE AUTOMNE 2016 / /

.13


TEMPS FORTS

Industrie horlogère

LA GESTION DE PROJET INDUSTRIEL INTÉGRER UNE INNOVATION

P

atrick Hauser conseille les chefs de projet dans l ’industrie horlogère et dans les autres métiers de la mécanique fine depuis plus de vingt-cinq ans. À l ’écoute des problématiques quotidiennes liées à la mise au point, à l ’industrialisation et à la production de montres et composants horlogers, il a bâti une solide expérience et une fine compréhension des méandres techniques et humains qui influencent les processus des manufactures. Ouvert d ’esprit, toujours prêt à investiguer et à résoudre une nouvelle problématique, sa vaste connaissance et son indéniable sens des relations humaines lui permettent d ’ajuster ou de débloquer des situations complexes ainsi que de transmettre des connaissances précieuses. Notre curiosité s ’aiguise lorsqu ’il nous parle d ’innovations et de leur intégration dans les processus industriels. Le Journal Suisse d ’Horlogerie a ouvert la discussion. → Pour commencer, quels sont précisément la place et le rôle du chef de projet dans le processus d ’industrialisation? Patrick Hauser: Le chef de projet a la responsabilité de faire réaliser le projet. Son rôle principal est la coordination:

Patrick Hauser, ProJ - Conseiller des chefs de projets. Certifié PMI

le type du marché que l ’on souhaite avoir et, après, on demande au chef de projet de créer le produit, on perd la synergie créatrice entre le marketing et la technique. À mon avis, ce chemin serait plus performant si la première étape était que l ’ équipe commerciale détermine le besoin et la deuxième, avec l ’aide de la technique, était d ’ évaluer ce qui est réellement faisable. C ’est seulement ensuite que le marketing pourra affiner les volumes et les marchés potentiels. La technique l ’ industrialisera. Si l ’on demande trop tout de suite, sans un avis technique, on risque de mal évaluer les paramètres commerciaux. Le projet est une suite de jalons, on avance petit à petit, étape par étape.

PROPOS RECUEILLIS PAR ELENA STEFANOVA

L’INTÉGRATION D’UNE INNOVATION DANS UN PROCESSUS INDUSTRIEL OUVRE DES PERSPECTIVES NOUVELLES ET RENCONTRE DES DÉFIS CONCRETS. UN TOUR D’HORIZON DES MÉTHODES ET SOLUTIONS PROPOSÉES PAR PATRICK HAUSER, EXPERT ET CONSEILLER EN GESTION DE PROJET INDUSTRIEL.

(Project Management Institute), certifié Prince 2 Foundation & Practitioner, certifié Scrum, certifié Microsoft Project MCTS (Microsoft Certified Technical Specialist), Brevet Fédéral de formateur d’adultes (M1).

récolter les informations, les synthétiser et les redistribuer. La vie d ’un produit, de sa naissance à sa sortie, est une suite de projets: recherche et développement, industrialisation, création de versions, modification de la production, mais aussi, à la fin, sa sortie du marché. Souvent ce chemin n ’est pas idéal, car on demande trop de choses trop tôt. Par exemple, si l ’on demande au marketing d ’ évaluer le besoin, le volume et

→ Comment évaluer ce risque? P.H.: Le risque existe toujours, il doit rester raisonnable. En anglais risk désigne «risque et opportunité». Le risque n ’est pas forcément négatif. Il y a des produits célèbres qui ont totalement dépassé le marché qu ’ ils visaient initialement. Un exemple est la Citroën 2CV, la «deux chevaux», qui visait le marché des paysans. Elle devait être économique, facile à entretenir et pouvoir traverser un champ avec un panier d ’œufs dans le coffre sans les casser. En fait, elle est JOURNAL SUISSE D’HORLOGERIE AUTOMNE 2016 / /

.15


TEMPS FORTS LA VIE D ’UN PRODUIT, DE SA NAISSANCE À SA SORTIE, EST UNE SUITE DE PROJETS: RECHERCHE ET DÉVELOPPEMENT, INDUSTRIALISATION, CRÉATION DE VERSIONS, MODIFICATION DE LA PRODUCTION, MAIS AUSSI, À LA FIN, SA SORTIE DU MARCHÉ. devenue la voiture des étudiants, des baroudeurs et des ouvriers, atteignant le succès que nous lui connaissons. De même, la Renault Twingo qui se destinait aux retraités, avec peu de compteurs, de gros boutons et de grands affichages, a finalement séduit les jeunes qui l ’ont trouvée drôle et sympathique justement à cause de ses gros boutons! Il aurait été dommage de manquer ces opportunités en restant bloqués sur les objectifs initiaux. Dans ces exemples, le marketing s ’est adapté à la demande. → Où commence la notion de qualité dans un projet industriel? P.H.: Ce n ’est pas au chef de projet de définir le niveau de qualité désiré. Par contre, il doit l ’atteindre, en mettant en place les processus et les méthodes nécessaires. Il ne doit pas non plus la dépasser! La qualité à atteindre est définie par la marque (le marketing) ou le «sponsor» (le demandeur du projet) selon le marché et le prix visés. → Est-ce que l ’innovation contrarie la production? P.H.: Oui, tout changement perturbe. C ’est comme pour toute chose dans la vie. Il faut s ’adapter pour accepter. Une fois que le changement est accepté, généralement on est satisfait et on ne voudrait pas revenir en arrière. Chaque fois que je change de téléphone portable, je m ’énerve, car je dois m ’adapter aux nouvelles fonctions, etc. Une fois que je les ai comprises, je les trouve très utiles et je ne peux plus m ’en passer… jusqu ’au prochain changement! Cela dépend aussi du type d ’innovation. Dans le cas de la montre connectée par exemple, il faut revoir en profondeur le système de production qui n ’incluait pas l ’électronique. Cela demande de nouveaux savoirfaire, de nouveaux recrutements ou de la formation du personnel. Les horlogers n ’ont pas non plus l ’habitude de fournisseurs qui changent très régulièrement leurs gammes de produits. Dans la gestion de l ’innovation et du changement de la production, la robotique qui avance à grande vitesse et l ’automatisation qui simplifie la production en la rendant plus efficace demandent de former du personnel, d ’adapter les compétences et même de changer de métier. Dans l ’univers de l ’automobile il n ’y a plus de diplômes de mécanicien automobile, mais des mécatroniciens, le mot résulte de la contraction de «mécanicien» et d ’«électronicien». Quel prochain métier pour les horlogers, alors, des «horlogéniciens»? → D ’où exactement provient la complexité lors de l ’intégration d ’une innovation dans le processus industriel? P.H.: En horlogerie, le premier défi dans la gestion du changement est de gérer les personnes. Trouver de nouveaux fournisseurs, créer

.16 / / JOURNAL SUISSE D’HORLOGERIE AUTOMNE 2016

la relation, former le personnel, réorganiser les équipes, informer et convaincre les clients. Le deuxième est de gérer le temps. La date de mise en service d ’un produit est définie en fonction du marché et non en fonction du temps nécessaire à sa réalisation. Pour l ’horlogerie, ce sont les présentations commerciales, les expositions annuelles comme Baselworld et les dates des lancements. Pour reparler de la montre connectée, nous mixons deux cultures différentes: horlogère et électronique. Rappelons-nous la première Loi de Moore, en 1965: «La complexité double tous les ans pour un coût constant». Gordon E. Moore fut à la tête d ’une des trois entreprises fondatrices d ’Intel. Donc, le nouveau produit doit être deux fois plus petit, consommer deux fois moins d ’énergie et être deux fois moins cher pour le même résultat. Tous les deux ans, les composants changent complètement. L ’évolution est rapide, il n ’y a pas de constance. Ce n ’est pas du tout dans les habitudes de l ’industrie horlogère. Pour donner un exemple de différence culturelle, l ’entreprise Dell ne réalise pas de stock, elle fonctionne selon la formule «just in time». Si l ’on commande mille ordinateurs, ils ne seront pas tous identiques! Les composants seront achetés en fonction de la disponibilité de différents fournisseurs. Dell, c ’est une marque, un assembleur, qui ne fabrique pas ses composants. À la différence des marques horlogères qui assemblent leurs produits, fabriquent certains composants et achètent toujours les mêmes pièces. → Comment appréhender et résoudre les contraintes et les situations à risque? P.H.: Les contraintes standard de la gestion de projet sont les coûts, les délais, le contenu du produit, la qualité, la gestion des ressources. Dans la méthodologie de PMI (Project Management Institute), on rajoute la contrainte de «Satisfaction client» dans le projet. Pour ma part, cette notion fait partie intégrante de toutes les étapes du projet. Selon la méthode Prince2, on rajoute celle de toujours suivre le «Business case» ou la raison stratégique pour laquelle on lance le projet. On ne doit pas dévier de cette cible! Sinon, cela deviendrait un autre projet. Toutes ces contraintes sont des risques. Ces risques sont liés. Pour gagner du temps, on peut augmenter les coûts ou baisser la qualité. Du côté du «sponsor», celui qui demande le projet, les points de risque sont naturellement que ses besoins et attentes soient mal compris. Le plus difficile est d ’établir une liste de risques potentiels. Pour dresser une telle liste, les sources importantes sont les «leçons apprises» et l ’historique des précédents projets qui, malheureusement, manquent souvent dans les entreprises. Contrairement aux risques techniques, les risques et contraintes de la gestion de projet sont sous-estimés.


Loi de Moore Double tous les 18 mois

Itanium 2 (9 Mo) Itanium 2 (1.5 Mo)

Processeurs Intel

Pentium 4 HT Pentium 4 Itanium Pentium II Pentium Pro Pentium

Pentium III

Intel486 80286

Intel386

8008 4004

Les Lois de Moore sont des lois empiriques qui ont trait à l’évolution de la puissance des ordinateurs et de la complexité du matériel informatique. Au sens strict, on ne devrait pas parler de «lois de Moore» mais de «conjectures de Moore» puisque les énoncés de Moore ne sont en fait que des suppositions. Loi de Moore Double tous les 18 mois

Deux des principales sources de risques et de conflits sont une mauvaise communication ou l ’oubli de parties prenantes qui sont toutes les personnes impliquées ou impactées d ’une façon ou d ’une autre dans le projet. Une fois la liste des risques établie, pour chacun d ’entre eux on évalue la probabilité et l ’impact et ensuite on cherche comment diminuer ces risques, on ne prend pas juste une marge «pour le cas où»! Pour donner un exemple d ’oubli de parties prenantes: on construit une nouvelle route. Elle est pratiquement finie et c ’est là qu ’interviennent les défenseurs de l ’écologie en disant que les grenouilles doivent pouvoir traverser. Donc, le chantier est arrêté, une tranchée doit être creusée, un tuyau être posé et ensuite il faut recouvrir à nouveau. Cela coûte cher et prend du temps. Si l ’on avait pensé à consulter les défenseurs de l ’écologie dès le début du projet, on aurait acheté un tuyau que l ’on aurait posé pendant la construction de la route, cela n ’aurait coûté qu ’une dizaine de francs et n ’aurait pris que quelques minutes! Un chef de projet n ’a jamais de certitude. Il navigue en quelques sortes «dans le flou»,

Processeurs Intel

en utilisant les indices dont il dispose. Il doit savoir doser le doute afin de faire avancer son projet. Ne disposant pas de toutes les informations, il doit pourtant prendre des décisions à un moment précis, sans certitude et sans pouvoir attendre des informations complémentaires, contraint même de modifier légèrement ses choix plus tard.

LES «LOIS DE MOORE» La première «Loi de Moore» a été exprimée en 1965 dans le magazine Electronics par Gordon E. Moore, ingénieur de Fairchild Semiconductor, un des trois fondateurs d ’Intel. Constatant

→ Les montres «intelligentes», sontelles aussi soumises, comme les montres mécaniques, aux mêmes problématiques d ’industrialisation? P.H.: Pour la partie mécanique, les problématiques sont les mêmes. Pour la partie électronique, c ’est nouveau et ce n ’est pas encore dans la culture horlogère suisse. La liaison entre mécanique et électronique ou entre mécanique et objets externes (connexions à des objets, données, capteurs, etc., externes à la montre) est aussi nouvelle. En Suisse, cette compétence existe dans les domaines de la micromécanique médicale, aéronautique ou automobile. La montre connectée est un défi! Est-ce incontournable? Et la montre intelligente? Je n ’aime pas ce terme de «montre

que la complexité des semiconducteurs proposés en entrée de gamme doublait tous les ans à coût constant depuis 1959, date de leur invention, il postulait la poursuite de cette croissance (en 1965, le circuit le plus performant comportait 64 transistors). Cette augmentation exponentielle fut rapidement nommée «loi de Moore» ou, compte tenu de l ’ajustement ultérieur, «première loi de Moore».

JOURNAL SUISSE D’HORLOGERIE AUTOMNE 2016 / /

.17


TEMPS FORTS

intelligente», car il signifie qu ’il faudra négocier avec elle! Par exemple, si j ’avais une voiture «intelligente» et autonome, et que je lui demandais de rentrer à la maison par le bord du lac, elle répondrait non, c ’est mieux par l ’autoroute. Il s ’ensuivrait alors une négociation avec la voiture, car elle est «intelligente». Je préfère encore une voiture «arriérée et docile»! La montre connectée, est-ce l ’avenir? Je pense que oui. Mon Smartphone, je l ’ai presque toujours avec moi. Il contient tout ce qui est important pour moi: mes contacts, mon agenda, mes photos, mes documents, mes moyens de communication… Ma montre, par contre, je l ’ai toujours avec moi! La limite à dépasser est la taille de l ’affichage. Steve Jobs, le créateur d ’Apple, disait: «Si vous avez besoin d ’une documentation, l ’ordinateur ou le programme est trop compliqué, trouvez un moyen de simplifier l ’interface.» Il faut lancer des défis «impossibles» aux ingénieurs, les obliger à être créatifs, à remettre en question certains principes et à trouver des solutions novatrices pour faire progresser les produits et les entreprises. C ’est à la direction de lancer ces défis. Les grands gestionnaires comme Steve Jobs, Walt Disney, Nicolas Hayek, étaient des lanceurs de défis! → Qu ’est-ce que l ’innovation dans l ’horlogerie industrielle, une nouvelle fonction ou technologie, un nouveau matériau ou un nouveau processus? P.H.: Il y a beaucoup d ’innovations possibles. Mais pour le futur de l ’horlogerie, pour l ’image de la Suisse horlogère, le plus important est que ces innovations soient visibles. Pour démontrer que nous sommes toujours à la pointe. Pour être visible, l ’innovation doit être soutenue par le marketing. Par exemple, un nouveau processus innovant de fabrication «équitable» doit obtenir un label, devenant ainsi un argument de marketing. Aujourd ’hui, il y a une demande pour les montres connectées. En réalité, cette demande n ’est pas pour la montre elle-même, mais pour la mesure de

.18 / / JOURNAL SUISSE D’HORLOGERIE AUTOMNE 2016

paramètres prise au poignet. Les personnes qui analysent ces paramètres consultent en général les courbes et les statistiques obtenues sur leur téléphone ou sur leur ordinateur. Le «bracelet connecté» est, dans ce sens, une bonne réponse innovante. La montre connectée, donc électronique, consomme de l ’énergie et utilise des métaux et des matières rares comme le lithium dans la pile, mais aussi dans les composants électroniques. De plus, dans quelques petites années, cette montre sera jetée et remplacée. Ce n ’est donc pas pour le bien de la planète, ce n ’est pas écologique. Comme le téléphone, la montre connectée est très mal recyclée. L ’horlogerie mécanique est une industrie propre, qui produit un minimum de déchets, et qui est durable, car elle entretient et répare ses produits (SAV – Service aprèsvente) plus de vingt ans après la vente.

L ’innovation est aussi une prise de risque et une opportunité. En Suisse, nous améliorons sans cesse nos produits. Les Américains prennent plus de risque et obtiennent des innovations de rupture: la télécommande, le téléphone sans fil, le Smartphone, Facebook, Uber, etc. Ces innovations ont changé notre façon de vivre, aussi en Suisse. La mise en danger ou la crise d ’un secteur est toujours source d ’innovation. Dans le confort du succès, il n ’y a que peu d ’innovation. Pour une remise en question il faut une raison. Et, pour citer Charles Darwin, «pour survivre une espèce doit évoluer, car son environnement change». Moi, je préfère Mark Twain: «Ils ne savaient pas que c  ’était impossible, alors ils l ’ont fait». ◉ ◉ ◉

NOUVEAU PRODUIT

Retour marché Développement idée

Amélioration

Opportunité

Idée

Opportunité

Développement idée Validation de l’idée lors de la séance

Idée Analyse du marché et de la demande

Conception / formulation

Analyse du concept technique

Validation du concept

Concept Estimation quantités + prix

Prototypage

Création du prototype Validation du prototype

Prototype Concept marketing

Lancement marketing

Industrialisation

Industrialisation

Industrialisation

Homologation si nécessaire

Production

Demande client

Validation coût + concept marketing

Transfert dossier à la production

Bilan Marketing

Technique

Comité de pilotage


TEMPS FORTS

Société Suisse de Chronométrie

16 CONGRÈS INTERNATIONAL DE CHRONOMÉTRIE E

INNOVATION, FACTEUR CLÉ DE SUCCÈS POUR L’HORLOGERIE

16E CONGRÈS INTERNATIONAL DE CHRONOMÉTRIE 28-29 septembre 2016 Auditorium Stravinski Music & Convention Centre (2m2c) Av. Claude-Nobs 5 1820 Montreux 1 – Suisse

R

éunis autour du thème de l ’«Innovation, facteur clé de succès pour l ’horlogerie», les dixneuf exposés inscrits au programme traiteront de technologies et matériaux innovants, de produits horlogers hautement distinctifs par la complexité de leur conception et leurs fonctions ainsi que de méthodologies de mesure et d ’amélioration des performances chronométriques des montres. Àl  ’ouverture du cycle de conférences sera abordé le destin commun de l  ’image de la Suisse et de la haute horlogerie. Son rayonnement international historique et contemporain appelle à la réflexion et aux actions afin de préserver ce précieux patrimoine et développer l ’avenir de l ’ensemble des métiers horlogers. L ’innovation et la créativité dans tous les domaines horlogers, de la conception à l ’industrialisation et à la production, ont toujours assuré à l ’horlogerie suisse sa

place de leader mondial. Notre époque vit des changements et des remises en questions fondamentales. À l ’image des grandes périodes de transition des siècles passés, les bouleversements sociétaux actuels se font sentir dans tous les domaines. Rappelons-nous qu ’à chaque fois auparavant, l ’horlogerie a su se réinventer et a rebondi avec de nouvelles formes, de nouvelles fonctions et de meilleures performances. La capacité d ’innover redevient aujourd ’hui, une fois de plus, la garante d ’un avenir jalonné de nouvelles prouesses techniques aussi bien dans l ’univers de l ’horlogerie mécanique que dans celui des montres électroniques et connectées. Durant les journées de conférences, des moments privilégiés sont réservés aux trois événements exclusifs: la remise des prix du Concours SSC de réglage 2016, la remise de la Médaille d ’Or et la nomination d ’un Membre d ’Honneur. ◉ ◉ ◉

JOURNAL SUISSE D’HORLOGERIE AUTOMNE 2016 / /

TEXTE: ELENA STEFANOVA

DEUX JOURNÉES DE CONFÉRENCES ET D’ÉCHANGES S’OFFRENT AUX DÉLÉGUÉS DU 16E CONGRÈS INTERNATIONAL DE CHRONOMÉTRIE ORGANISÉ PAR LA SSC-SOCIÉTÉ SUISSE DE CHRONOMÉTRIE LES 28 ET 29 SEPTEMBRE 2016 À MONTREUX.

.21


TEMPS FORTS

PROGRAMME MERCREDI 28 SEPTEMBRE Dès 7 h 30 Accueil 8 h 00 Assemblée générale 9 h 00 Ouverture officielle Jean-Paul Girardin 9 h 05 L’image de la Suisse et de la haute horlogerie: un destin commun Nicolas Bideau, Présence Suisse, Département fédéral des affaires étrangères 9 h 55 Nuit lumineuse – Transformation de l’énergie mécanique pour illuminer les diamants de l’astérisme d’une constellation Alain Eeckhoutte et Nicolas Stalder, Van Cleef & Arpels 10 h 20 Pause 10 h 45 Le pouvoir inattendu de la montre à quartz connectée Medard Rieder, HES-SO Valais/Wallis, Institut systèmes industriels (ISI) 11 h 10 Forme idéale de cellules solaires pour montre analogique Yuta Saito et Narutoshi Minami, The Horological Institute of Japan

16 h 35 Clôture

12 h 00 Repas

16 h 45 Vin d’honneur offert par Chopard & Cie SA

14 h 00 Engrenages sans jeu. Description, applications et moyens de production Jean-Marc Wiederrecht, Agenhor SA et Grégoire Genolet, Mimotec SA

17 h 30 Spectacle Cuche et Barbezat

11 h 35 Nouvel appareil de mesure de marche et d’amplitude pour oscillateurs à échappement non conventionnel Roman Merz, Witschi Electronic AG et Laurent Balet, CSEM SA

Dès 19 h 15 Gala – Montreux Palace

12 h 00 Repas

9 h 00 Ouverture

14 h 00 HYT – Horlogerie Hydromécanique Vincent Perriard et Lionel Roy, HYT SA

9 h 05 Nouvelle normalité dans l’horlogerie suisse Claude Vuillemez, Richemont

14 h 25 Pivots flexibles pour oscillateurs horlogers Mohammad Hussein Kahrobaiyan, INSTANT-LAB – IMT – STI – EPFL, Micromechanical and Horological Design Laboratory

9 h 55 Chronoworks®: des innovations au service de la production industrielle Sylvain Huot-Marchand, Breitling Chronométrie SA

15 h 45 PowerDrive & PreciDrive: nouvelles technologies de référence pour les mouvements quartz ETA Jean Laconte et François Klopfenstein, ETA SA

14 h 50 Oscillateur ou échappement: où placer l’accent dans la conception? Douglas Bateman

10 h 20 Pause

16 h 10 Nouvelle méthode de contrôle de la précision chronométrique d’une montre Emmanuel Dupas, ROLEX SA

JEUDI 29 SEPTEMBRE Dès 8 h 30 Accueil

15 h 15 Pause

10 h 45 Le chassage par ultrasons, une technique innovante pour un vieux problème horloger Csaba Azau, Haute Ecole Arc Ingénierie

15 h 50 Référence 57260, la montre la plus compliquée jamais réalisée par Vacheron Constantin Geoffroy Lefebvre, Vacheron Constantin

11 h 10 Une montre à calendrier chinois astronomique entièrement mécanisé Yu Fu, Tianjin Seagull Watch Group Co. Ltd, China

16 h 15 Remise de la Médaille d’Or Jean-Paul Girardin

11 h 35 La perfection dans le lavage des composants horlogers avec solvants en toute sécurité d’exploitation Thierry Favre et Nicolas Jeanneret, Patric concept SA

16 h 25 Nomination d’un Membre d’Honneur .22 / / JOURNAL SUISSE D’HORLOGERIE AUTOMNE 2016

14 h 25 Développement d’une technologie de miniaturisation d’une montre solaire GPS Toshihiro Mitani et Norimitsu Baba, Seiko Epson Corporation, Japan 14 h 50 Remise des prix du Concours SSC 2016 15 h 15 Pause

16 h 35 SUPERLATIVE CONTROL: un nouvel équipement de contrôle de performance des montres Philippe Bentele, ROLEX SA 17 h 00 Clôture officielle Jean-Paul Girardin


TEMPS FORTS

L’écho des fabriques Bergeon, 225 ans au service du temps

Des brucelles au stéréomicroscope en passant par les loupes, les tournevis ou les établis horlogers, plus de 10 000 produits sont référencés dans le fameux catalogue jaune de la marque. Et si par hasard le client n ’y trouvait pas son bonheur, les ingénieurs du département Recherche & Développement se chargent de tout mettre en œuvre pour concrétiser les projets de nouveaux outils ou concepts. ◉ ◉ ◉

TEXTE: ESTELLE DAVAL

C ’est en 1791, au Locle, que l ’entreprise neuchâteloise a vu le jour sous le nom de Faure, patronyme de son fondateur. La maison restera dans le giron familial jusqu ’à la Première guerre mondiale avant que, faute de descendants, la direction soit reprise par certains de ses employés, dont Jules Bergeon qui en prendra entièrement les rennes avec son fils, Marcel, dès 1931. Au fil des siècles, la manufacture a traversé sans encombres les tumultes de l ’histoire et s ’est imposée comme un acteur incontournable non seulement du monde horloger mais aussi de toute l ’industrie de la mécanique de précision en développant un outillage toujours plus pointu. Au cours des années cinquante, Bergeon a poursuivi son essor en prenant le train de l ’industrialisation. Ce qui lui permettra d ’asseoir sa notoriété au-delà des frontières helvétiques. Aujourd ’hui dirigée par Vladimir Zennaro, la société compte quelque 65 collaborateurs répartis sur deux sites loclois. Sa filiale de Hong Kong se consacre aux besoins de l ’ancienne colonie britannique, de la Chine et de l ’Asie du Sud-Est. Afin de développer ce marché, un autre bureau a été créé à Shenzhen en 2014.

WWW.BERGEON.CH

JOURNAL SUISSE D’HORLOGERIE AUTOMNE 2016 / /

.25


L’écho des fabriques La commande numérique FANUC souffle ses 60 bougies C ’est en 1956, date de la création de l ’entreprise, que FANUC a marqué d ’une pierre blanche l ’automatisation des machines-outils avec la naissance d ’une première commande numérique d ’un moteur à impulsion électrique développée par son fondateur, le Dr Seiuemon Inaba. Une invention qui, de l ’automatisation d ’une machine unique à l ’automatisation de lignes entières de production, a participé à la révolution manufacturière mondiale. Soixante années plus tard, avec plus de 2,4 millions de commandes numériques et 400 000 robots installés dans le monde, FANUC s ’est indubitablement imposé comme le leader mondial des systèmes d ’automatisation industrielle. Rester à la pointe de l ’innovation et aider ses clients à optimiser leurs processus de production, voilà le credo qui, depuis plus d ’un demi-siècle, guide les prouesses du fabricant. ◉ ◉ ◉ WWW.FANUC.CH

.26 / / JOURNAL SUISSE D’HORLOGERIE AUTOMNE 2016


L’écho des fabriques Positive Coating SA s’offre un nouvel écrin et une image de société mature

PX Group, le défi de la miniaturisation Afin de répondre au besoin croissant de miniaturisation des composants dans les microtechniques, PX Group a récemment dévoilé une de ses dernières innovations, développée avec la société américaine Supercool Metal: des verres métalliques nouvelle génération. Ces nouveaux matériaux dont PX Group maîtrise les alliages depuis des années présentent d ’indéniables avantages, notamment en terme de résistance mécanique et d ’élasticité. Ils peuvent être travaillés comme du verre lorsqu’ils sont chauffés, tout en garantissant un matériau plus résistant que les métaux traditionnels. Le nouveau procédé mis au point avec la jeune spin-off américaine issue de l ’Université de Yale permet de travailler à l ’échelle du micron afin de produire des pièces miniatures, telles que les composants de mouvement. Des prototypes ont déjà été fabriqués aux Etats-Unis, démontrant ainsi la maturité d ’une technologie que PX Group compte développer et industrialiser en Suisse et en Europe. ◉ ◉ ◉

Après une dizaine d ’années d ’activité au sein du parc technologique et industriel NEODE qui héberge de nombreuses startups, la société Positive Coating SA franchit un nouveau seuil dans son développement industriel en emménageant dans de nouveaux locaux entièrement rénovés, situés au numéro 12 de la rue des Champs à La Chaux-de-Fonds. Ce déménagement permet à l ’entreprise de gagner près d ’un tiers d ’espace supplémentaire et de bénéficier d ’installations techniques flambant neuves, à la pointe de la technologie. Positive Coating entend ainsi gagner en visibilité et en indépendance et profite de l ’occasion pour donner un coup de jeune à son identité visuelle avec la création d ’un nouveau logo. Créée en 2004, la dynamique société s ’est imposée, en une dizaine d ’années seulement, comme un acteur majeur dans le développement de solutions innovantes en matière de traitements de surfaces basés sur les technologies PVD (Physical Vapor Deposition) et CVD (Chemical Vapor Deposition). Son activité principale repose sur les revêtements de type décoratifs pour les articles de luxe (métallique, céramique, en verre et en plastique). ◉ ◉ ◉ WWW.POSITIVECOATING.CH

WWW.PXGROUP.COM

JOURNAL SUISSE D’HORLOGERIE AUTOMNE 2016 / /

.27


L’écho des fabriques RDI-Charles Kaeser, un nouvel édifice sur mesure pour des remontoirs d’exception Voilà près de trois ans que la société RDI-Charles Kaeser, se sentant un peu à l ’étroit dans ses locaux actuels, était à la recherche du terrain idéal pour y construire une oasis architecturale digne des exceptionnels remontoirs qu ’elle conçoit. Et bien, c ’est chose faite! Courant 2017, l ’entreprise prendra ses quartiers dans un lumineux et spacieux bâtiment contemporain qui s ’élèvera sur une parcelle entourée de verdure à Servion, dans le canton de Vaud. Créée en 2006, la maison familiale développe des automates, des accessoires pour de prestigieuses manufactures horlogères, ainsi que des écrins rotatifs haut de gamme imaginés pour accueillir les plus précieux des garde-temps.

.28 / / JOURNAL SUISSE D’HORLOGERIE AUTOMNE 2016

La marque compte aujourd ’hui quatre gammes de remontoirs conçus selon les exigences du label Swiss made et figurant parmi les plus silencieux du marché: Signature, qui se décline en deux différentes parures de marqueterie réalisées par l ’artiste parisienne Rose Saneuil; Prestige, dont la version Dream est entièrement personnalisable; Safe-Lift, un remontoir à complications entièrement automatisé qui rend hommage à la tradition de la haute horlogerie; et le dernierné, Horizon, un modèle habillé de cuir au design épuré. Soin du détail, souci des finitions, et passion pour l ’innovation caractérisent chacun de ces audacieux et luxueux cocons technologiques. ◉ ◉ ◉ WWW.RDI-REMONTOIRS.CH


L’écho des fabriques B&F-Tech, des fermoirs innovants sans vis ni soudures Issue d ’Elfix Production SA – spécialiste de l ’usinage de composants pour l ’habillement horloger –, la société B&F Tech, créée en 1999 par Gilles Garino, s ’est fait un nom dans

l ’étude et la conception de fermoirs en acier inox ou métal précieux pour bracelet de montre. L ’entreprise a notamment mis au point son propre système de fermeture innovant et fiable. Ses fermoirs bilame de sécurité munis d ’un système de réglage de longueur offrant une aisance optimale sont adaptables sur les bracelets cuir, caoutchouc ou métal. Actrice incontournable de ce marché, tant pour les marques horlogères que pour les fabricants de bracelets, la maison B&F Tech joue la proximité, le délai et la qualité. Des atouts qui lui permettent d ’offrir bien plus qu ’une

simple prestation de fournisseur à tous ceux pour qui le Swiss made, la réactivité et l ’innovation sont des gages incontournables d ’excellence. ◉ ◉ ◉ WWW.BF-TECH.CH

JOURNAL SUISSE D’HORLOGERIE AUTOMNE 2016 / /

.29


L’écho des fabriques Guillod Gunther, 150 ans d ’expertise dans la production de boîtiers haut de gamme Acteur historique de la sous-traitance horlogère depuis 1866, Guillod Gunther a, au fil du temps, affirmé sa position de référence dans la production de boîtiers pour de grandes maisons horlogères. Avec des engagements fermes de moyens et de résultats, l ’entreprise se distingue par l ’application de compétences «sur mesure» et l ’offre de nouveaux services à forte valeur tel que «sav patrimoine» qui reproduit fidèlement d ’anciens boîtiers ou composants. À l ’occasion de son 150e anniversaire, le service Innovation de Guillod Gunther a développé une pièce entièrement fabriquée au sein de sa cellule prototype. Cette boîte de montre réalisée grâce à différentes techniques de pointe d ’usinage, dont l ’électroérosion par enfonçage et à fil, incarne les nombreux savoir-faire de la manufacture: choix d ’un mouvement et optimisation de l ’intégration, développement et réalisation d ’un système novateur d ’armage circulaire d ’une fonction chronographe, proposition de divers jeux de terminaison et traitements de surface, finalisation et emboîtage de plusieurs pièces fonctionnelles… ◉ ◉ ◉ WWW.GUILLOD-GUNTHER.CH

JOURNAL SUISSE D’HORLOGERIE AUTOMNE 2016 / /

.31


TEMPS FORTS

L’écho des fabriques UCS s’offre un chronographe pour ses 5 ans Créée en 2011 par Jean-Jacques Merlet, la marque horlogère UCS (Urban Color Style), dont la philosophie consiste d ’une part à occuper des personnes au parcours de vie chahuté et de l ’autre à produire des montres à un prix accessible, célèbre ses cinq ans d ’existence en ajoutant un chronographe à sa collection. Simplicité, style, personnalisation à l ’envi, boîtier en aluminium et couleurs flashy, la dernière-née des montres UCS ne renie en rien les gènes de la famille. Sous le cadran, fabriqué selon une technique «maison» particulière, le rythme est donné par un mouvement ETA G10.212 AP, indicateur de date à 4 heures, petite seconde à 6 heures et compteur 30 minutes. Les montres UCS sont produites dans le berceau de l ’horlogerie suisse par NORKOM production SA, maison fondée par M. Merlet et son complice Alfonso Osuna à Montfaucon, dans le Jura suisse. L ’entreprise occupe essentiellement des collaborateurs en phase de réinsertion professionnelle dans les domaines de la mécanique ou micromécanique, de la sous-traitance horlogère et du polissage. Au début uniquement disponibles sur le site internet de la marque, ces garde-temps pas tout à fait comme les autres figurent aujourd ’hui dans les vitrines de quelques distributeurs helvétiques. ◉ ◉ ◉ WWW.UCSSHOP.COM

JIMH, Kalust Zorik passe le flambeau Alors que la préparation de la prochaine Journée Internationale du Marketing Horloger bat son plein, Kalust Zorik, président-fondateur des JIMH, a annoncé qu ’au terme de cette 20e édition il passerait le relais à Laetitia Vifian Benoît, vice-présidente actuelle. C ’est pour préserver l ’entière indépendance et neutralité de l ’association que le consultant en marketing, qui a désormais rejoint la marque horlogère KERBEDANZ en tant qu ’administrateur et CMO, a choisi de se retirer. Fondée en 1996 par Kalust Zorik et certains membres du Swiss Marketing Club de Neuchâtel, l ’association des JIMH a pour mission d ’élever l ’esprit marketing à un niveau complémentaire et équivalent à l ’investissement technique dans l ’horlogerie: le faire savoir au niveau du savoir faire.

.32 / / JOURNAL SUISSE D’HORLOGERIE AUTOMNE 2016

Dix ans après le lancement de la première JIMH, l ’association a également institué la Journée de Recherche en Marketing Horloger (JRMH), l ’alter ego académique des JIMH. Le fruit de ces journées de réflexion sur le futur du marketing a donné lieu à la publication de huit ouvrages qui font référence dans le domaine. En 2010, ces efforts ont été couronnés par la création – en partenariat avec la Fédération de l ’industrie horlogère suisse et la Convention patronale de l ’industrie horlogère – de l ’Institut du Marketing Horloger dans le cadre de la Haute Ecole de Gestion Arc, seul Institut au monde à mener des projets de recherche et à enseigner spécifiquement le marketing horloger. La 20e édition des JIMH se tiendra le 1er décembre 2016, à L ’Heure Bleue, théâtre de la Chaux-de-Fonds. La 11e édition de la

Journée de Recherche en Marketing Horloger aura lieu le 30 novembre 2016, à la Haute Ecole de Gestion Arc à Neuchâtel. ◉ ◉ ◉ WWW.MARKETINGHORLOGER.CH


TEMPS FORTS

Revue et points forts

LA 15 E ÉDITION DU SALON BIENNAL DE LA MICROTECHNIQUE ET DES OUTILS DE PRÉCISION A RÉAFFIRMÉ SA PLACE CENTRALE POUR L’INDUSTRIE ET SON CARACTÈRE UNIQUE

TEXTE: ELENA STEFANOVA

SIAMS 2016

LE RENDEZ-VOUS BIENNAL, DEVENU AU COURS DES ANNÉES INCONTOURNABLE POUR L’INDUSTRIE DE LA MICROTECHNIQUE ET DES MÉTIERS DE LA HAUTE PRÉCISION, A RÉÉLU QUARTIERS À MOUTIER, AU CŒUR DE L’ARC JURASSIEN DU 19 AU 22 AVRIL 2016.

U

n bilan positif d ’une rencontre riche d ’échanges et d ’affaires conclues dans un climat dynamique et convivial désigne les quatre jours du salon SIAMS 2016. Une fois de plus, le salon a su affirmer sa renommée de manifestation primordiale, à la fois régionale, nationale et internationale, pour le secteur de la microtechnique

et des outils de précision. Centre de gravité pour l ’industrie, SIAMS est surtout la vitrine des savoir-faire d ’exception de toute la région jurassienne et de ses entrepreneurs de talent. Au centre de toutes les attentions, l ’innovation et le progrès technologique comme arguments principaux face à une situation économique défavorable et aux difficultés que présente la globalisation. Les 200 innovations inscrites avant le début du salon JOURNAL SUISSE D’HORLOGERIE AUTOMNE 2016 / /

.35


TEMPS FORTS

NOUS AVONS VOULU METTRE L ’INNOVATION À L ’HONNEUR TOUT AU LONG DU SALON

— Pierre-Yves Kohler

L’édition 2016 du salon SIAMS a accueilli près de 17 000 exposants et visiteurs professionnels venus à Moutier du monde entier.

PROCHAIN RENDEZ-VOUS: SIAMS 2018 17 - 20 | 04 | 2018 Moutier, Suisse

ont vu leur nombre augmenter dès le premier jour. Tous les secteurs représentés y ont fortement contribué: machines, équipements et assemblage, automatisation, instruments de mesure et de contrôle, outils, matières premières, transformation de métaux et matières plastiques, services et organisation. Reconnu également comme moyen de veille technologique, le salon représente une plateforme exceptionnelle qui permet d ’apporter des réponses concrètes aux visiteurs professionnels en quête d ’une solution technique. Pierre-Yves Kohler, directeur de SIAMS, confirme cette orientation: «Nous avons voulu mettre l ’innovation à l ’honneur tout au long du salon et également lors de la journée officielle». Le thème de l ’innovation et de la microtechnique fut développé, spécialement pour l ’événement, par un invité de prestige, Mario El-Khoury, CEO du CSEM. Le transfert de technologies des centres de recherche vers l ’industrie est un des piliers principaux de l ’activité du CSEM qui agit en tant qu ’accélérateur de l ’innovation, le plus important moteur de croissance économique pour la Suisse et pour le maintien de sa compétitivité internationale. Attentifs à l ’image de marque de SIAMS,

.36 / / JOURNAL SUISSE D’HORLOGERIE AUTOMNE 2016

les organisateurs ont créé une plate-forme de publication de nouvelles industrielles en continu sur le site web du salon. La rubrique News permet à toutes les entreprises participantes de garder le lien privilégié avec le salon, ses clients, ses partenaires et ses fournisseurs à travers des publications spontanées en ligne. Pierre-Yves Kohler explique le concept: «Notre idée est de permettre à nos exposants de faire se rencontrer leur offre avec une demande de qualité. Ceci durant le salon, mais également entre les manifestations. Nous sommes satisfaits de l ’évolution du système de publication de news (www.siams.ch/news) puisque plus de 80 nouvelles ont été publiées dans les deux mois qui ont suivi le salon.» L ’édition 2016 a enregistré près de 17 000 exposants et visiteurs professionnels venus du monde entier pendant les quatre jours d ’ouverture. L ’édition 2018, agendée du 17 au 20 avril, annonce désormais un nouveau succès, des stands aux dimensions optimisées et une évolution significative en termes d ’accueil et de communication. ◉ ◉ ◉


TEMPS FORTS

Revue et points forts

LA 15 ÉDITION DU SALON EPHJ-EPMT-SMT: UN BILAN POSITIF POUR DES SECTEURS EN ÉVOLUTION CONSTANTE

TEXTE: NATHALIE BRIGNOLI

E

DÉJÀ LA 15E ÉDITION POUR LE SALON EPHJ-EPMT-SMT! UN TRÈS BEAU PARCOURS RÉALISÉ PAR CE SALON ENTIÈREMENT CONSACRÉ AUX MÉTIERS DE LA HAUTE PRÉCISION DANS L’HORLOGERIE-JOAILLERIE (EPHJ), LES MICROTECHNOLOGIES (EPMT), OU LES MEDTECHS (SMT). DANS UN CONTEXTE ÉCONOMIQUE DIFFICILE, LES EXPOSANTS TOUJOURS PLUS NOMBREUX, ONT PRÉSENTÉ DE BELLES INNOVATIONS.

L

e Salon EPHJ-EPMT-SMT, dont la 15e édition s ’est déroulée du 14 au 17 juin 2016 à Palexpo – Genève, est devenu en quelques années le Salon international leader dans le domaine de la haute précision, qu ’elle soit horlogère, microtechnologique ou médicale. L ’aventure commence en 2002, avec une idée de base: celle de permettre aux clients et aux fournisseurs

de se rencontrer lors d ’un salon indépendant, comme nous l ’expliquaient les deux fondateurs du Salon, André Colard et Olivier Saenger. Très vite, il s ’est avéré que ce salon répondait à un besoin réel. Depuis, il n ’a cessé de croître. Des synergies se sont ainsi créées au fil du temps, d ’abord entre l ’horlogerie et la microtechnologie, puis s ’est adjoint un nouveau domaine d ’expertise, l ’EPMT, avant d ’intégrer également le medtech (SMT). Les acteurs de ces trois JOURNAL SUISSE D’HORLOGERIE AUTOMNE 2016 / /

.39


TEMPS FORTS

Photos: © DYNAMICSGROUP

POUR LES PME INDUSTRIELLES, LE SALON EST UN ÉVÉNEMENT MAJEUR. SON POSITIONNEMENT FAIT PARFAITEMENT ÉCHO AUX PÔLES D ’EXCELLENCE DE L ’INDUSTRIE RÉGIONALE.

— Jean-Nathanaël Karakash, président du Conseil d ’Etat neuchâtelois

L’excellence et un savoir-faire unique.

secteurs se sont retrouvés dans une vraie alliance commune, qui allait permettre aux exposants de s ’enrichir mutuellement, de se faire connaître et de favoriser des opportunités d ’affaires. Depuis, malgré une conjoncture difficile pour l ’industrie suisse, des marchés finaux d ’exportation en crise et la force du franc, le succès du Salon EPHJ-EPMT-SMT ne s ’est jamais démenti.

Un pôle d ’échanges et une vitrine collective pour les exposants À la fin de cette édition 2016, le premier bilan dressé fut positif. Comme en 2015, le nombre de visiteurs professionnels a encore une fois dépassé le cap des 20 000. Le nombre d ’exposants a également augmenté par rapport à l ’an passé, avec 881 exposants, venus de 13 pays différents. La Suisse représentait 80% des exposants, avec parmi les cantons les plus représentés: Neuchâtel (160 exposants), Berne (137), Genève (110), Vaud (89), Jura (76) et Zurich (30). Pour le canton de Neuchâtel, par exemple, le Salon EPHJEPMT-SMT demeure, cette année encore, une magnifique vitrine. Jean-Nathanaël Karakash, président du Conseil d ’Etat neuchâtelois, développait son point de vue enthousiaste pendant l ’événement: «Pour les PME industrielles, le Salon est un événement majeur. Le positionnement du Salon fait

.40 / / JOURNAL SUISSE D’HORLOGERIE AUTOMNE 2016

parfaitement écho aux pôles d ’excellence de l ’industrie régionale, dans le domaine de la très haute précision. Les retombées se mesurent en termes d ’investissements porteurs, de projets futurs et de création de valeur ajoutée pour les entreprises». Outre le président du Conseil d ’Etat, divers élus ont exprimé durant l ’événement leur attachement à ce savoir-faire industriel unique, notamment Pierre Maudet, Conseiller d ’Etat genevois en charge de l ’Economie et de la Coopération, et Jacques Gerber, Ministre jurassien de l ’Economie et de la Coopération.

Innovation, débats et créativité Le Salon EPHJ-EPMT-SMT, c ’est à la fois une ambiance conviviale et des relations d ’affaires qui se nouent entre exposants et visiteurs, mais également entre les exposants des différents secteurs. PME créatives, start-up inventives, visiteurs à l ’affût d ’une découverte pour l ’amélioration d ’un produit fini, l ’esprit d ’innovation se ressent ici partout. Cette année, c ’est la société jurassienne AJS Production SA qui a été distinguée par ses pairs en remportant le Grand Prix des Exposants 2016, avec le Modularium. Un prix spécial du jury a été décerné exceptionnellement à la Haute Ecole Arc Ingénierie, de Neuchâtel, pour la Micro5, une fraiseuse 5 axes aux dimensions

impressionnantes. Les traditionnelles tables rondes du Salon ont permis encore une fois des échanges passionnants entre personnalités suisses et étrangères sur des sujets aussi divers que Les nouvelles applications Laser, Le potentiel des medtechs, Les limites de l ’impression 3D ou l ’avenir de l ’horlogerie. La révélation d ’un important sondage exclusif, réalisé auprès des jeunes suisses, concernant leurs liens avec les montres fut également l ’un des moments forts du Salon: son résultat a nourri de nombreux débats et confirmé principalement l ’attachement fort des jeunes suisses à la montre traditionnelle. Le rendez-vous est déjà fixé à Palexpo – Genève pour la prochaine édition: du 20 au 23 juin 2017. ◉ ◉ ◉

Le Salon, c’est à la fois une ambiance conviviale et des relations d ’affaires qui se nouent entre exposants et visiteurs.


TEMPS FORTS

Faire-part

PRODEX ET SWISSTECH 2016 LE PLUS IMPORTANT SALON PROFESSIONNEL INTERNATIONAL DE LA MACHINEOUTIL, DE L'OUTILLAGE ET DE LA MÉTROLOGIE DE PRODUCTION OUVRIRA SES PORTES À MESSE BASEL, DU 15 AU 18 NOVEMBRE 2016.

UN SUPPORT AU PLUS HAUT NIVEAU D’EXPERTISE Soutenu par les plus importantes associations professionnelles de la branche MEM, SWISSMEM et TECHNOSWISS, le salon PRODEX & SWISSTECH concentre les intérêts des presque 1000 sociétés membres de SWISSMEM, actives dans l ’industrie des machines, des équipements électriques et des métaux. TECNOSWISS, l ’association suisse des négociants en machines et outils, regroupe les sociétés suisses actives dans l ’achat-vente

L

ors de l ’édition 2016, les salons PRODEX et SWISSTECH présenteront les évolutions dans les branches technologiques de pointe de l ’industrie MEM. Unique en son genre, ce rendez-vous biennal permet à tous les participants – exposants, experts et visiteurs – de démontrer leurs capacités d ’innover, d ’optimiser des technologies et processus éprouvés, de parfaire leurs compétences et d ’échanger leur expertise. Réunis, PRODEX, le salon international de la machine-outil, de l ’outillage et de la métrologie de production, et SWISSTECH, le salon international des matériaux,

TEXTE: ELENA STEFANOVA

LE RENDEZ-VOUS BIENNAL DE LA TECHNOLOGIE SUISSE

composants et solutions systèmes, allieront leurs forces pour faire face aux exigences d ’une actualité mouvementée, globalisée et fortement compétitive. Dédié à l ’optimisation des chaînes de production et des processus qui leur sont associés, au gain d ’efficience et à la valorisation des produits industriels, le salon PRODEX mise sur une approche complète et réaliste, permettant à ses nombreux visiteurs d ’acquérir une vision à 360° au sein du secteur des machines et de la production, domaines d ’importance majeure pour la Suisse. SWISSTECH concentre un savoir-faire unique en termes de matériaux, de traitements de surfaces, de composants

de machines-outils et d ’outillage. JOURNAL SUISSE D’HORLOGERIE AUTOMNE 2016 / /

.43


TEMPS FORTS

Le Forum PRODEX.

PRODEX & SWISSTECH 2016 Date du 15 au 18 Novembre 2016 Lieu

L’édition 2014 du salon PRODEX a accueilli près de 53 000 visiteurs professionnels venus du monde entier.

pour appareils et machines ainsi que de services et solutions de systèmes ou d ’infrastructure technique. Le salon constitue une plate-forme privilégiée pour les échanges et les relations entre partenaires, fournisseurs, acheteurs et décideurs, créant un écosystème unique, dédié à la qualité dans chaque domaine d ’expertise.

MCH Messe Basel Horaire d'ouverture: mardi à vendredi de 9 à 17 h

.44 / / JOURNAL SUISSE D’HORLOGERIE AUTOMNE 2016

Le programme de l ’édition 2016 compte plusieurs événements d ’importance à ne pas manquer: › La journée pour les jeunes professionnels aura lieu le premier jour du salon. › Le Forum offrira pendant quatre jours un programme informatif et varié, dont des conférences et des tables rondes avec d'éminents intervenants venant du monde des affaires et de l’éducation, accessible aux visiteurs gratuitement. › L ’exposition «Professional 3D-Printing Show», créée en 2014, réintégrera l ’édition 2016 du salon, pour répondre à l ’intérêt du public pour le développement accéléré des technologies additives. › Le prix PRODEX Award 2016, le plus important prix de technologie suisse, sera

remis pour la cinquième fois lors de la soirée des exposants 2016. Décerné par un jury d ’experts, il récompense des produits ou des procédés de pointe originaires du monde entier dans les domaines de la fabrication et de la production. L ’édition 2014 a enregistré près de 53 000 visiteurs professionnels pendant les quatre jours d ’ouverture. L ’édition 2016 s ’annonce dorénavant prometteuse et riche de nouveautés technologiques, de produits et de matériaux, jouissant d'un esprit d ’échanges des plus constructifs.◉ ◉ ◉

Le plan de l’édition 2016 du salon.


TERRITOIRES

Actualité marque

AU NOM DU MAÎTRE FRAÎCHEUR ET DYNAMISME REMPLISSENT, EN CE DÉBUT D’ÉTÉ 2016, LA SALLE DE RÉUNIONS DE LA JEUNE MAISON FABERGÉ TIMEPIECES ÉTABLIE DANS LA ZONE INDUSTRIELLE DE GENÈVE. AURÉLIE PICAUD, DIRECTRICE DE LA DIVISION HORLOGÈRE DE LA MAISON, NOUS OUVRE EN EXCLUSIVITÉ SON UNIVERS MAGIQUE, EMPREINT DE LA MÉMOIRE DU GRAND MAÎTRE DE LA JOAILLERIE ET DE L’ORFÈVRERIE QUE FUT PETER-CARL FABERGÉ, TOUT EN NOUS PROJETANT DANS LA RENAISSANCE CONTEMPORAINE DE SON ILLUSTRE PATRONYME. VOICI LE RECUEIL DE SA NARRATION PASSIONNÉE.

L’«Œuf du couronnement» par Peter-Carl Fabergé, un chef d’œuvre d’orfèvrerie – Courtesy of The Forbes Collection.

→ Qu ’est-ce qu ’évoque aujourd ’hui la légende Fabergé? Aurélie Picaud: Le nom Fabergé évoque énormément d'émotion. Il est connu à travers le monde entier et sa seule évocation crée du rêve: Saint-Pétersbourg, orfèvre officiel de la cour impériale russe…! Voici, en quelques mots, comment est née sa légende: l ’Empereur Alexandre III commanda en 1885 à Peter-Carl Fabergé un Œuf de Pâques en or pour son épouse, Marie Fedorovna. Ainsi débuta la série d ’œufs impériaux signés Fabergé. Ce tout premier œuf précieux fut tellement ingénieux, cachant en lui une multitude de surprises, que l ’Empereur demanda chaque année à Peter-Carl Fabergé de créer une nouvelle sensation, afin d ’amuser son épouse. Cette tradition s ’est transmise dans la famille impériale russe et l ’ingéniosité du joaillier-orfèvre ne cessa de grandir. Il mélangeait les matières avec une grande liberté et n ’hésitait pas à briser les codes de la tradition. Des pierres semi-précieuses comme la néphrite, la bowénite, la rhodonite, le cristal de roche ou l ’agate cohabitent avec JOURNAL SUISSE D’HORLOGERIE AUTOMNE 2016 / /

PROPOS RECUEILLIS PAR ELENA STEFANOVA

LES MONTRES FABERGÉ, AU CŒUR D’UNE HISTOIRE EXTRAORDINAIRE

.47


TERRITOIRES

© CORBIS

La Maison Fabergé à la rue Bolchaïa Morskaïa à Saint-Pétersbourg –

Peter-Carl Fabergé à l’œuvre dans ses ateliers à Saint-Pétersbourg en 1900 – Courtesy of Geza Von Habsburg.

Courtesy of Geza Von Habsburg.

Les ateliers Fabergé – Courtesy of Geza Von Habsburg.

des pierres précieuses comme les rubis et les saphirs. Des émaux translucides parent des guillochages d ’une remarquable finesse, alors que les métaux nobles se conjuguent en quatre couleurs: or jaune, or blanc, or rose et or vert. Il aimait beaucoup utiliser l ’argent et certaines

.48 / / JOURNAL SUISSE D’HORLOGERIE AUTOMNE 2016

associations de matières et de couleurs sont totalement inhabituelles, révélant un goût prononcé pour l ’avant-gardisme esthétique. Peter-Carl Fabergé avait l ’âme d ’un artiste et ses créations sont des œuvres d ’art. Des chefs-d ’œuvre de l ’art joaillier!

Le maître savait s ’entourer des meilleurs artisans dans des domaines techniques différents: ce furent ses Work-Masters. Il avait un sens de génie lorsqu ’il choisissait ses collaborateurs. La Maison Fabergé à SaintPétersbourg, avec sa belle façade donnant sur la rue Bolchaïa Morskaïa, rappelle la splendeur des grandes maisons parisiennes. Parmi les fantastiques créations d ’orfèvrerie, réalisées dans ses ateliers, se trouvaient beaucoup d ’objets mécaniques: des automates, des horloges et des montresbracelets, richement ornés. Parmi les mécanismes qui équipaient ces créations il y avait des mouvements H. Moser & Cie (cette vénérable manufacture horlogère suisse se trouvait à la même époque en Russie) ou encore des mouvements Vacheron Constantin. Le style Fabergé, avec beaucoup d ’associations inattendues de formes et de matières, était très caractéristique au niveau des proportions de ses boîtiers ainsi que de ses bracelets. Lors de la création de notre toute première montre féminine, nous nous sommes inspirés précisément d ’un de ses fabuleux dessins et avons préservé les proportions entre le bracelet et la tête de montre.


NOUS CHERCHONS À SURPRENDRE PAR LA TECHNIQUE EMPLOYÉE OU PAR LA PLACE INHABITUELLE QU ’UNE FONCTION PEUT OCCUPER.

— Aurélie Picaud

Fabergé Lady Compliquée Peacock, Grand Prix d’Horlogerie de Genève «Haute mécanique pour dame» 2015.

→ Comment projetez-vous précisément l ’héritage du célèbre joaillier et orfèvre sur votre collection horlogère? A.P.: Nous avons soigneusement étudié et respectueusement repris les codes et les principes de Fabergé. Nous les appelons les key design attributes. Il y a par exemple le mélange de matières et de couleurs: le design est conçu de manière à permettre ces mélanges. Nous utilisons des patterns spécifiques, inspirés des motifs créés par Peter-Carl Fabergé, par exemple sur des boites à cigarettes. Nous nous inspirons des objets historiques et des dessins d ’archives. Très importantes pour nous sont les proportions, très spécifiques, notamment entre le boitier et le bracelet, au niveau des maillons et, également, au niveau des cadrans. Le raffinement est important pour chaque

élément, tout doit être travaillé, jusqu ’aux détails les plus infimes au dos de la montre, sur l ’envers des composants ou à l ’intérieur du mouvement. En signe ultime du style Fabergé: il faut intégrer un élément de surprise! Cependant, il ne s ’agit pas nécessairement de montres à secrets. Nous cherchons à surprendre par la technique employée ou par la place inhabituelle qu ’une fonction peut occuper. Nous avons perpétué le concept de travailler avec des Work-Masters comme, par exemple, les maisons-conceptrices de mécanismes géniaux Agenhor, Renaud & Papi ainsi que tous nos fournisseurs de talent qui nous rejoignent spécifiquement pour un savoir-faire adapté à une création concrète. Toute une équipe se crée, dédiée à chaque type de projet.

→ Est-ce difficile d ’établir une signature fortement horlogère dans un univers joaillier? A.P.: Le lien est l ’univers mécanique, déjà très présent dans l ’œuvre de Fabergé, ainsi que le raffinement extrême, jusqu ’aux plus petits détails. L ’artisanat d ’excellence et le raffinement sont des valeurs horlogères. N ’oublions pas que Peter-Carl Fabergé employait d ’excellentes mécaniques horlogères. Aujourd ’hui, nous dévoilons et remettons en valeur ce patrimoine et ce lien évident avec les objets mécaniques. Mais notre véritable signature se révèle par la création de surprises. → D ’où puisez-vous l ’inspiration dans votre travail sur les nouvelles montres Fabergé? A.P.: Des archives, c est un véritable trésor que nous souhaitons préserver. Notre défi quotidien est de faire revivre ce nom magique: Fabergé! Nous tentons de garder une cohérence à tous les niveaux de notre travail, afin d ’exprimer les mêmes valeurs d ’excellence et les faire revivre à notre époque. Des éléments contemporains sont mélangés avec des éléments du passé. Nous gardons le cap vers l ’avant, Peter-Carl Fabergé était un avant-gardiste. Le nom Fabergé est exceptionnel et nous essayons d ’être à la hauteur. La pression est JOURNAL SUISSE D’HORLOGERIE AUTOMNE 2016 / /

.49


TERRITOIRES

Aurélie Picaud, directrice de Fabergé Timepieces.

AURÉLIE PICAUD

Fabergé Lady Levity en or rose 18 carats

énorme tout comme le bonheur de travailler pour un nom qui véhicule tant de magie! Cela nous pousse toujours en avant.

Aurélie Picaud, directrice de la division horlogère de Fabergé, est une cheffe de produit expérimentée, passionnée de montres. Son parcours professionnel de plus de treize ans, avec des rôles clés au sein du Groupe Swatch, chez Oméga, et plus récemment chez Audemars Piguet, lui a permis de développer des stratégies de lancement pour de nouvelles lignes de produits iconiques. Diplômée de l ’École d ’ingénieurs ITECH à Lyon, elle a travaillé en France, en Allemagne, en Suisse et au Royaume-Uni. Aurélie a rejoint Fabergé en novembre 2013 et a, depuis, activement contribué au renforcement de la gamme de montres Fabergé, dont le développement et le lancement de quatre nouvelles collections en partenariat avec des maîtres horlogers suisses du plus grand renom.

.50 / / JOURNAL SUISSE D’HORLOGERIE AUTOMNE 2016

→ Quelle est votre vision pour l  ’avenir des montres Fabergé? A.P.: Les gens auront toujours besoin de l ’art. Pour cette raison, nous continuerons de faire des complications mécaniques au plus haut degré de l ’art horloger. Nous avons aussi accès, à travers la maison Gemfields, aux meilleures pierres précieuses. Au début de notre nouvelle histoire, nous avons lancé plusieurs nouveaux mouvements. Nous souhaitons actuellement pérenniser nos nouvelles créations et modèles, notre identité horlogère, pour amplifier sa présence et communiquer nos nouveaux produits auprès des collectionneurs et du public, toujours gardant un lien avec la passion pour Fabergé à travers le temps. Les œuvres d ’art traversent les époques et cela nous donne confiance en l ’avenir. Comme dans l ’art, les passionnés d ’horlogerie d ’excellence le resteront pour toujours.

Fabergé Visionnaire DTZ en or rose 18 carats.

→ En tant que femme aux commandes des montres Fabergé, quels sont vos plus grands défis et vos plus belles conquêtes professionnelles? A.P.: Les plus grands défis? Tous ensemble, assurer un long terme pour les montres Fabergé, créer la surprise et la découverte pour nos clients. Cela nous motive à travailler tous les jours. Présenter une montre et constater que «la magie opère» est notre plus belle récompense. Être une femme? Cela peut être un avantage et un inconvénient, comme pour toute chose. Un «cliché» peut-être: la sensibilité! Nous faisons un travail d ’équipe extraordinaire. Le défi était grand de réunir ces magnifiques équipes et de créer la surprise et l ’émotion à l ’interne du projet. La plus belle récompense fut certainement de gagner le Grand Prix d ’Horlogerie de Genève en 2015, l ’année du lancement de notre nouvelle histoire. Ce fut un prix pour toute l ’équipe, pour chacun avec sa mission, pour que tous réussissent. Chaque personne a joué un rôle incontournable pour la création de chaque composant. Voir la lueur de la passion au fond des yeux de chacun des acteurs du projet, c ’est cela la réussite. La partager, tout simplement. ◉ ◉ ◉


MOUVEMENT

Gros plan

LA DISTINCTION ET L’AUTHENTICITÉ PROPOS RECUEILLIS PAR ELENA STEFANOVA

LA MAISON AGENHOR FÊTERA PROCHAINEMENT SON 20E ANNIVERSAIRE. VINGT ANNÉES RICHES DE CRÉATION, DE TRAVAIL ASSIDU ET DE PASSION AU SERVICE DE MARQUES DE RENOM. JEAN-MARC WIEDERRECHT, FONDATEUR D’AGENHOR ET CRÉATEUR D’INGÉNIEUX MOUVEMENTS QUI ÉQUIPENT LES MONTRES FABERGÉ, LÈVE LE RIDEAU SUR CETTE AVENTURE AUSSI INNOVANTE QU’INDÉNIABLEMENT HORLOGÈRE.

C

→ Comment a débuté votre collaboration avec Fabergé Timepieces? Jean-Marc Wiederrecht: Dès la première heure de notre rencontre avec Aurélie Picaud, la directrice de Fabergé Timepieces, nous nous sommes compris l ’un l ’autre. La demande d ’Aurélie Picaud fut de créer des mouvements originaux et exclusifs, qui n ’appartiennent qu ’à Fabergé et qui devaient être au plus haut niveau de conception et de finitions horlogères. L ’exigence de la qualité fut, dès le début, équivalente à celle du Poinçon de Genève. Cela signifie l ’excellence horlogère ultime. Le règlement du Poinçon de Genève est très strict avec ses critères hautement exigeants de fonctionnalité, de fabrication et de finitions. De plus, un tel mouvement est

© POINT-OF-VIEWS.CH

réatrice de mouvements et de systèmes horlogers de référence, la maison Agenhor a bâti sa solide réputation en moins d ’un quart de siècle. Son fondateur Jean-Marc Wiederrecht s ’est souvent distingué par son ingéniosité d ’artiste, par sa justesse dans l ’approche des projets de ses illustres clients et partenaires ainsi que par son profond respect envers la plus pure tradition horlogère. En véritable chef d ’orchestre, souvent récompensé par de nombreux prix, Jean-Marc Wiederrecht tourne aujourd ’hui les projecteurs vers son exceptionnelle équipe de «solistes», pour valoriser la qualité de leur travail et de leurs exploits. Perfectionnistes, Jean-Marc Wiederrecht et son équipe œuvrent en profondeur à la genèse de la nouvelle histoire horlogère de Fabergé Timepieces, en la qualité de «Work Masters» comme au temps de Peter-Carl Fabergé.

Jean-Marc Wiederrecht. JOURNAL SUISSE D’HORLOGERIE PRINTEMPS 2016 / /

.53


MOUVEMENT

LA MONTRE FABERGÉ VISIONNAIRE DTZ PERMET D ’ACCÉDER D ’UNE NOUVELLE MANIÈRE AU MONDE FONCTIONNEL ET UTILE DE L ’HOMME QUI VOYAGE.

La construction du «puits optique» du deuxième fuseau horaire.

Montre Fabergé Visionnaire DTZ en titane et or rose 18 carats. Fonctions: heures, minutes, deuxième fuseau horaire au centre. Mouvement mécanique à remontage automatique, cal. Agenhor 6924, 21 600 A/h.

très beau, toutes les surfaces de tous les composants sont reprises et terminées. Le respect de tous les critères d ’excellence fait la noblesse des mouvements genevois et c ’est la qualité intrinsèque du label. Peter-Carl Fabergé était un homme extraordinaire, un créateur fabuleux, libre de faire ses propres choix esthétiques et techniques pour réaliser les plus belles pièces. Il nous fallait être à son niveau d ’excellence. Les mouvements Fabergé devaient être des calibres complets, dont les fonctions ne peuvent pas être séparées du mouvement

.54 / / JOURNAL SUISSE D’HORLOGERIE AUTOMNE 2016

de base. Ils devaient être innovants, mais faits selon les vraies règles horlogères, des mouvements qui perdurent, qui sont réparables et qui ne perdent pas leur valeur avec le temps. Les montres Fabergé devaient pouvoir être réparées par tout horloger qualifié pour le service aprèsvente (SAV) en tout lieu dans le monde. Ainsi tout était réuni pour mettre au point la nouvelle identité horlogère de Fabergé. Cette nouvelle aventure a contribué à l’épanouissement de nos deux maisons. Agenhor a créé trois calibres de base

complets pour Fabergé, ce qui nous a permis de franchir une étape significative pour notre manufacture: affirmer notre statut de concepteurs de mouvements complets avec des complications intégrées. Pour nous qui maîtrisions de longue date les modules additionnels, cela concrétise notre nouvelle orientation. La montre Fabergé Visionnaire DTZ devait être une montre de base pour homme, accessible au niveau du prix, avec des fonctions utiles et confortables à utiliser, novatrice, élégante, mais aussi un brin classique… Le calibre Agenhor 6924, destiné à la Visionnaire DTZ, est né sous ces excellents auspices. Lorsque les rêves deviennent réalité, le monde se révèle sacrément beau! → Quels systèmes novateurs font la différence dans ce calibre? J.-M.W.: Au premier regard, vous voyez le gros chiffre au centre de la montre. Ceci


PETER-CARL FABERGÉ AIMAIT CRÉER LA SURPRISE AU CENTRE DE SES OBJETS D ’EXCEPTION. NOUS NOUS SOMMES INSCRITS DANS CETTE IDENTITÉ DE CRÉATEURS.

Le mouvement à remontage automatique cal. Agenhor 6924 vu de dos avec le disque des 24 heures du GMT.

semble évident, mais, en effet, c ’est un système qui concentre des éléments révolutionnaires! Il s ’agit de la fonction GMT, le deuxième fuseau horaire (DTZ pour dual-time-zone), qui est totalement inhabituelle, car elle provient de la base du mouvement, logée en profondeur dans la construction. En effet, il s ’agit d ’une toute nouvelle approche de la fonction GMT. Nos concepteurs ont recréé complètement ce système, spécifiquement pour cette montre. Ce deuxième fuseau horaire est visible au centre du mouvement, à la place de l ’aiguillage. D ’infimes dimensions, le disque des 24 heures est placé sous un «puits optique», une cage de forme conique munie d ’une loupe, dont les parois réfléchissent la lumière, faisant apparaître le chiffre fortement grossi en surface. Ce système optique fut, luimême, une épopée créative hors normes. Pour avoir un chiffre bien visible au centre de la montre, nous voulions absolument éviter l ’effet de déformation de la lecture que la loupe crée souvent. Ainsi, seule la plus grande distance permettait d ’éviter les distorsions tout en grossissant le chiffre. Nous nous sommes tournés vers les spécialistes d ’optique de l ’Université de Genève qui nous ont donné leur savoir en matière de lois optiques et de maîtrise des reflets de la lumière selon les formes et les matières. Sur cette base, nous avons construit notre puits conique afin de pouvoir amener un maximum de lumière tout au fond du calibre et d ’obtenir une lecture optimale du chiffre, grossi et bien éclairé, à la surface. Le plus grand défi fut cependant relevé par nos constructeurs et horlogers qui ont su vaincre les obstacles supplémentaires qui se sont présentés et ont pu adapter le mouvement à la position centrale et aux proportions du cône. Cette architecture est complètement nouvelle et vraiment différente! L ’heure du deuxième fuseau horaire est une heure sautante instantanée, dont les sauts sont quasi imperceptibles pour l ’œil humain. Nous avons opté pour un système permettant le saut instantané qui accumule l ’énergie qui lui est nécessaire pendant 60 minutes. L ’énergie supplémentaire, requise au fonctionnement

de ce système, est constante, sans variations en permanence, par opposition au système traditionnel qui accumule l ’énergie nécessaire au saut uniquement durant 3 minutes avant le saut. De plus, la correction de l ’heure peut être ainsi faite en tout temps. Rappelons-nous que Peter-Carl Fabergé aimait créer la surprise au centre de ses objets d ’exception. Nous nous sommes inscrits dans cette identité de créateurs et avons occupé le centre de la pièce à notre façon, mais tout de même dans le respect du grand Maître. Un clin d ’œil très technique en quelque sorte! Nous avons également rendu hommage à un des thèmes privilégiés de Peter-Carl Fabergé: le paon, en recréant sa silhouette à l ’intérieur de notre mouvement sur deux des composants principaux de la fonction du deuxième fuseau horaire: le secteur et la came. Le secteur a une forme de paon tandis que la came qui lui est associée contient des épis de blé gravés. Notre souci est de soigner tous les détails, même ceux que personne ne voit!

Le secteur et la came du système de deuxième fuseau horaire, avec la silhouette du paon et les épis de blé gravés. JOURNAL SUISSE D’HORLOGERIE AUTOMNE 2016 / /

.55


MOUVEMENT

Le système spiral-coq breveté face et dos.

La masse oscillante du côté du cadran.

Montre Fabergé Visionnaire DTZ pour homme, en or rose 18 carats.

.56 / / JOURNAL SUISSE D’HORLOGERIE AUTOMNE 2016

→ En contemplant le mouvement de dos, avec ses superbes mécaniques et finitions, nous avons l ’impression qu ’il s ’agit d ’un calibre à remontage manuel, pourtant il est automatique! Comment avez-vous réussi à dissimuler la masse oscillante? J.-M.W.: Le rotor aurait effectivement enlevé un peu de la beauté mécanique! Nous l ’avons placé directement sous le cadran, ce qui nous a permis de dégager la vue sur le mouvement et ses composants tout en préservant le fonctionnement automatique. La particularité de ce rotor est qu ’il ne tourne pas sur un roulement à billes, mais il se fixe sur un grand palier, de diamètre de 1cm, au centre. Ces oscillations sont très délicatement perceptibles du côté du cadran de la montre, en transparence. → En explorant plus en profondeur la construction du mouvement, nous nous posons la question: quelle fut la volonté qui vous a guidé dans l ’élaboration d ’un tout nouveau système de fixation du spiral au coq? J.-M.W.: Il s ’agit effectivement d ’une innovation dans le système réglant, elle fait l ’objet d ’un brevet. Nous avons voulu simplifier le système classique en supprimant le piton obligatoirement fixé au spiral, la raquette et les vis de réglage

du balancier. Le résultat est un tout nouveau système de fixation du spiral directement au coq moyennant une pince qui s ’ouvre et qui se referme, laissant passer le spiral et permettant à l ’horloger de régler sa longueur avec précision. Ce nouveau dispositif est réalisé avec des fournitures d ’horlogerie, permettant de très belles finitions. Le balancier est un balancier annulaire, simple et précis, l ’assortiment est celui, classique, d ’Agenhor. C ’est un calibre 3 Hz (21 600 A/h). La totalité du mouvement est conçue pour permettre une utilisation confortable et une lecture facilitée. Tout y est prévu pour éviter d ’endommager le mouvement, même si l ’on ne manipule pas les fonctions correctement. Nous avons un bec escamotable qui autorise le réglage des fonctions dans les deux sens: en avant et en arrière. Il n ’y a pas de manipulations proscrites. Seul le deuxième fuseau horaire ne sautera pas s ’il est ajusté à l ’arrière, mais sautera toujours lorsqu ’il est ajusté vers l ’avant. L ’ajustage du GMT se fait par pression sur un bouton-poussoir qui lui est dédié et qui se trouve sur le flanc de la carrure à 10 h. La montre Fabergé Visionnaire DTZ permet d ’accéder d ’une nouvelle manière au monde fonctionnel et utile de l ’homme qui voyage. Ce n ’est pas une talking piece, mais une montre classique pour «l ’homme Fabergé», réalisée en parfait accord avec la tradition horlogère d ’excellence. Avec ses fonctions confortables, c ’est une montre utile et, aussi, accessible au niveau du prix. ◉ ◉ ◉


SAVOIR-FAIR E

À l  ’œuvre

ÉMAUX ET MERVEILLES QUAND LA MAGIE DU FEU SUBLIME LA NATURE

F

Au cours de sa longue histoire, la marque a toujours su préserver son ADN et sa spécificité de maître des montres bijoux. Jessica Walther, CEO, entend bien perpétuer cette philosophie d ’indépendance et de liberté qui a forgé l ’identité de la maison. Avec son équipe, elle se donne pour challenge de développer de nouveaux marchés tout en cultivant l ’étincelle créative et l ’inspiration visionnaire qui préside à la naissance des plus fascinants des garde-temps.

© LAURENT BURST

ondée en 1949 à Bienne par Rolf et Yolanda Tschudin, la manufacture horlogère conçoit des gardetemps exceptionnels qui réunissent les savoir-faire de la gravure, de l  ’émaillage et du sertissage de pierres. Chaque modèle DeLaneau est réalisé sur mesure dans la plus pure tradition de l ’artisanat d ’art.

Sise au quai du Général-Guisan 10, la boutique DeLaneau joue la carte de l’originalité et de la créativité jusque dans la scénographie de ses vitrines.

Pénétrer chez DeLaneau tient plus de la visite d ’un atelier d ’artiste que de celle d ’une boutique horlogère. C ’est l ’inspiration et non l ’ostentation qui guide ici les pas de l ’acquéreur. On n ’entre pas là pour acheter une «marque», aussi prestigieuse soit-elle, mais pour répondre au désir de voir naître et s ’accomplir, étape après étape, une création intime et originale, chargée d ’âme et de sens. Pour DeLaneau, le client n ’est pas un consommateur passif, mais un acteur clé de la conception d ’un projet guidé par l ’imagination et l ’émotion. Qu ’il s ’agisse de la réalisation d ’un modèle choisi parmi les créations maison ou d ’une commande spéciale, chaque détail – du sujet représenté à la forme du boîtier, en passant par la couleur et la taille des pierres précieuses, le type de mouvement ou la finition du bracelet – est décidé par le client entouré des conseils et de l ’expertise de l ’équipe DeLaneau. Installées depuis 2013 au premier étage de la boutique, quai du GénéralGuisan, dans un atelier offrant une vue imprenable sur le lac et la rade, Florence et Béatrice, les deux émailleuses de la maison, pratiquent leur art avec passion et patience dans une totale liberté de JOURNAL SUISSE D’HORLOGERIE PRINTEMPS 2016 / /

TEXTE: ESTELLE DAVAL

LA MAISON D’HORLOGERIE JOAILLIÈRE DELANEAU CÉLÈBRE LES MÉTIERS D’ART ET LE SAVOIR-FAIRE SÉCULAIRE DE L’ÉMAIL GRAND FEU À TRAVERS UNE COLLECTION DE GARDE-TEMPS UNIQUES ET FÉERIQUES, CRÉÉS ESSENTIELLEMENT PAR DES FEMMES ET PRINCIPALEMENT POUR DES FEMMES COMME DE VÉRITABLES ŒUVRES D’ART.

.59


SAVOIR-FAIR E

© MARC GYSIN

Le cadran de la montre Atame Celeste met merveilleusement en valeur la technique du paillonné.

Un modèle qui a demandé à Florence pas moins de 64 heures de recherche pour sublimer l’alliance des paillons d’or et d’argent.

créativité. Ici, le seul maître à bord s ’appelle Vesta (déesse du foyer et symbole du feu éternel chez les Romains), le four à émaux qui en quelques minutes peut donner vie au plus beau des chefs-d ’œuvre ou ruiner de longues semaines de travail. C ’est, paradoxalement, à la découverte d ’un savoir-faire où le temps n ’a pas de prise que nous invite Florence en nous initiant aux arcanes d ’un métier d ’art qu ’elles ne sont plus qu ’une poignée à pratiquer.

d ’humilité pour accepter l ’épreuve du feu! Qu ’après des heures d ’un minutieux labeur et une dizaine de passages au four, tout soit définitivement perdu. C ’est de plus un art qui fait appel à notre perception sensorielle. Les yeux bien entendu, mais le toucher et l ’ouïe jouent aussi un rôle prépondérant dans la préparation de la poudre d ’émail. C ’est essentiellement à l ’oreille, puis au toucher que l ’on va savoir si la granulométrie recherchée lors du broyage des blocs d ’émail est atteinte.

→ Quel est le secret d ’un bon émailleur? C ’est un métier qui requiert des connaissances artistiques et techniques très pointues, une bonne dose de patience et de longues années d ’expérience. Il nécessite également un important travail sur soi… Maîtriser l ’art du lâcher-prise afin d ’admettre que l ’on ne peut avoir le contrôle sur toutes les étapes de création et qu ’il y a toujours une part d ’aléatoire dans le résultat. Il faut beaucoup

→ Les cadrans des garde-temps DeLaneau font appel à différentes techniques d ’émaillage, lesquels? Ici, le travail de l ’émail n ’a pas de limite et est sans cesse réinventé au gré des projets. Nous sommes toujours à la recherche de nouveaux procédés. Les techniques de base utilisées depuis toujours chez DeLaneau sont le champlevé, qui consiste à déposer différentes couches d ’émail dans

.60 / / JOURNAL SUISSE D’HORLOGERIE AUTOMNE 2016

des cavités auparavant creusées dans la surface du métal, et la peinture miniature sous fondant dite technique de Genève, qui mélange émail, peinture sur émail et fondant transparent. Il y a ensuite l ’émail translucide sur fond guilloché à la main, une technique décorative de motifs gravés en creux sur le métal, qu ’incarne à merveille la montre Rondo Translucent. Le paillon sur guillochage qui orne le modèle Céleste, constitué d ’un mille-feuille de paillons d ’or et d ’argent et de couches d ’émail inspiré par les reflets argentés des feuilles d ’olivier. Le rendu pointilliste utilisé pour Rondo Autumn est le fruit d ’un été entier de recherche et de près de 50 heures de travail pour sa première application sur cadran. Il s ’agit comme pour la série impressionniste Flower Field d ’une superposition de grains d ’émail de différentes tailles dont chaque couche nécessite un temps de cuisson différent.


ICI, LE TRAVAIL DE L ’ÉMAIL N ’A PAS DE LIMITE ET EST SANS CESSE RÉINVENTÉ AU GRÉ DES PROJETS.

L   ’ART DE L  ’ÉMAIL GRAND FEU Le travail de l ’émail est connu depuis l ’Antiquité. Tout d ’abord associé à la bijouterie et à l ’orfèvrerie, il © MARC GYSIN

s ’est naturellement imposé dans l ’horlogerie sous la Renaissance. L ’émail Grand Feu est une des

Jessica Walther, CEO de DeLaneau, porte ici le modèle Green Parrot Wing.

techniques d ’ornement parmi les plus délicates et difficiles à maîtriser. Il permet d ’obtenir des décors

→ La nature est au cœur de chaque création DeLaneau. Comment germe l ’idée d ’une nouvelle collection? La nature est effectivement une source inépuisable d ’inspiration. L ’idée d ’un nouveau sujet peut surgir à tout moment, et souvent quand on s ’y attend le moins. Le projet sur lequel je travaille actuellement trouve son origine dans le mot «confidence» que j ’avais en tête depuis longtemps. Ce mot est associé à une très jolie fleur printanière, l ’anémone hépatique. Voilà un moment que je cherchais comment illustrer tout ça lorsque, ce matin, une dame installée dans le même wagon que moi m ’a apporté la réponse! Elle portait un vêtement orné d ’un motif floral très coloré avec un rendu flou particulièrement intéressant. J ’ai immédiatement et discrètement photographié un détail du tissu.

Voilà comment, dans le train-train quotidien, m ’est venue ma dernière source d ’inspiration. Reste à trouver maintenant la technique qui permettra d ’arriver à traduire ce flou en émail. Chaque nouvelle idée fait l ’objet d ’un précieux carnet où sont reportées toutes les étapes de création. Des croquis préparatoires au dessin définitif, en passant par les différents nuanciers de couleurs testées et les multiples essais de techniques et cuisson. Voilà pour ce qui est des créations maison, mais nous nous adaptons aussi à tous les désirs du client lors d ’une commande spécifique. Lorsque ce dernier arrive avec un sujet en tête, mais sans exemple précis, des recherches dans les nombreux ouvrages de notre bibliothèque située au sein même de la boutique permettent d ’aiguiller l ’inspiration du client comme de l ’émailleuse.

inaltérables aux couleurs éternelles. La base de tous les émaux est le fondant. Une combinaison incolore proche du cristal composée d ’acide silicique, de borate de soude, de nitre et de minium. Ce fondant est coloré par addition d ’oxydes métalliques: manganèse, cuivre, cobalt... Il est ensuite réduit en poudre puis humidifié pour obtenir un mélange pâteux qui sera travaillé à la spatule, au pinceau ou à l ’aiguille. Pour donner vie au motif et laisser les couleurs exprimer toute leur intensité, l ’art de l ’émailleur consiste à fixer la poudre d ’émail sur un support en métal (or, argent, bronze, cuivre, laiton ou acier) en couches successives nécessitant de multiples mais brefs passages au feu à des températures comprises entre 800 et 900°. JOURNAL SUISSE D’HORLOGERIE AUTOMNE 2016 / /

.61


SAVOIR-FAIR E

LA NATURE EST UNE SOURCE INÉPUISABLE D ’INSPIRATION. L ’IDÉE D ’UN NOUVEAU SUJET PEUT SURGIR À TOUT MOMENT, ET SOUVENT QUAND ON S ’ Y ATTEND LE MOINS.

UNE DISTINCTION AU GRAND PRIX D’HORLOGERIE DE GENÈVE Prix de la montre Dame par un prestigieux jury international qui récompense chaque année les meilleures créations horlogères, le garde-temps Rondo Translucide Champagne dispose d ’un cadran guilloché main, recouvert d ’un émail translucide où trône, à 12h, un diamant navette. Ce dernier

© MARC GYSIN

en or rose sertie de 272 diamants

© MARC GYSIN

est protégé par une boîte 36 mm et orné d ’une couronne parée d ’un diamant. La montre abrite un mouvement automatique. Son

Dernière création sortie des ateliers DeLaneau,

bracelet en lézard est équipé d ’une

Au cœur de son boîtier en or rouge serti de

la Rondo 42 Love Swallow s’inspire de la romance de

boucle ardillon en or rose, ornée

272 diamants, la Rondo 36 Autumn célèbre la

deux êtres qui se retrouvent au point du jour. Ce couple

de 24 diamants. Cette pièce unique

nature et le pointillisme d’émail.

d’hirondelles incarne un printemps d’amour naissant.

→ Quelle a été la pièce la plus compliquée à réaliser depuis que vous travaillez chez DeLaneau? Sans hésiter, le cadran de la Rondo Péony présentée au Grand Prix d ’Horlogerie de Genève en 2015. Il s ’agit d ’un fond noir orné d ’une pivoine en plique-àjour. Cela peut paraître étonnant quand on voit la complexité de certains de nos modèles, mais il est pourtant extrêmement difficile d ’obtenir un fond noir en émail, lisse et totalement homogène, dont le résultat doit ressembler au poli d ’un

miroir. À la moindre poussière ou microrayure, tout est à recommencer.

totalise environ 3.72 carats.

.62 / / JOURNAL SUISSE D’HORLOGERIE AUTOMNE 2016

→ Reste-t-il encore beaucoup à inventer en matière d ’émail? Oui, toujours! Tout est source d ’inspiration. Il existe, certes, déjà de nombreuses techniques, mais rien qu ’en mélangeant ces dernières on obtient sans cesse de nouveaux rendus. Les surprises que nous réserve la cuisson donnent aussi fréquemment lieu à de magnifiques découvertes. Vesta, notre four, est le meilleur des professeurs! ◉ ◉ ◉


JSH - Automne 2016  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you