Page 4

GRAND entretien

ENTRETIEN AVEC GEORGE PAU-LANGEVIN Ministre des Outre-mer, George Pau-Langevin nous explique comment développer les territoires ultra-marins.

“L’Etat est volontaire” Est-ce que le projet de budget annoncé pour 2015 est de nature à permettre un développement des territoires ultra-marins? Un budget n’est jamais une fin en soi. C’est avant tout un outil qui fixe des niveaux d’intervention et qui traduit des priorités. Le budget 2015 de la mission Outre-mer est d’abord l’illustration d’une constante depuis mai 2012 : les Outre-mer figurent parmi les priorités de l’action gouvernementale depuis l’élection du président François Hollande. Nos crédits progressent en effet de 0,3% - et même de 2,6% si l’on tient compte de l’affectation à la sécurité sociale d’une partie du financement – pour atteindre désormais 2,013 milliards d’euros et cette progression en 2015 suit la même tendance que les lois de finances de 2013 et 2014. Je ne peux donc que me réjouir des ces bons arbitrages du Premier ministre au bénéfice des outre-mer qui se traduisent notamment par un effort accru pour soutenir les économies, mais aussi pour l’insertion et la formation professionnelles des jeunes et pour l’investissement public en particulier en matière d’aménagement du territoire, en soutien aux collectivités. Bien évidemment, notre objectif est de permettre le développement des territoires pour créer de l’activité et des emplois. Et, pour atteindre cet objectif, nous nous inscrivons pleinement dans la démarche du Pacte de responsabilité et de solidarité initié par le président de la Ré-

4 | ÉDITION GRENOBLE ISèRE | N°1

publique. Ce pacte sera décliné dans les Outre-mer avec des mesures adaptées qui ont été décidées après une concertation approfondie avec les acteurs de la vie économique et sociale des territoires. Pour stimuler et accompagner la croissance dans nos territoires, nous allons par exemple mettre en œuvre un CICE renforcé à 7,5% dès 2015 et à 9% en 2016. De même, le taux du crédit d’impôt recherche sera porté à 50% dans nos territoires. Si l’on additionne le dispositif d’exonérations de charges sociales que nous maintenons et qui bénéficie à plus de 40 000 entreprises et qui concerne plus de 170 000 salariés, le pacte de responsabilité et de solidarité, ce sont plus de 400 millions d’euros que nous mobilisons pour stimuler la croissance outremer. Ainsi, les entreprises des Outremer doivent disposer de marges de manœuvre significativement accrues qu’elles devront utiliser en faveur de l’emploi pour lutter contre un chômage bien plus élevé en moyenne que dans l’hexagone. Mais notre action ne doit pas s’arrêter à ces mesures qui ont un impact sur l’environnement économique des entreprises. Nous voulons aussi mobiliser nos moyens pour favoriser l’insertion des jeunes sur le marché du travail en approfondissant notre engagement en faveur de la formation et de la qualification professionnelle. C’est le sens, par exemple, de notre soutien renforcé au service militaire adapté que nous voulons amener, dès 2017, à une capacité

d’accueil de 6.000 jeunes ultramarins chaque année pour les accompagner dans leur parcours d’insertion. Nous voulons également soutenir la politique du logement outre-mer dont nous avons sanctuarisé les moyens budgétaires. Notre objectif est de contribuer au financement de 1,4 milliards d’euros d’investissements dans le secteur du logement social, en production et en réhabilitation. Enfin, nous voulons préserver un haut niveau d’investissement public, car c’est déterminant pour le développement et la compétitivité des territoires. Nous allons ainsi continuer à accompagner les collectivités territoriales dans leurs efforts de rattrapage en termes d’équipements structurants avec des crédits dédiés à la politique contractuelle qui progresseront de 6,5% dès 2015. En outre, la nouvelle génération des CPER dans les DOM, au financement desquels participent six ministères et leurs opérateurs, sera en hausse de près de 180 millions d’euros par rapport à la précédente, comparée sur une même période de 6 ans. Bien évidemment, nous avons prévu des efforts budgétaires en recentrant certains dispositifs, comme l’aide « tous publics » à la continuité territoriale dans les DOM, mais ils sont à relativiser au regard de l’engagement total de l’Etat en faveur des Outre-mer.

Profile for Magazines Quartier d'Affaires

Quartier d'Affaires Grenoble/Isère  

Magazine d'informations économiques

Quartier d'Affaires Grenoble/Isère  

Magazine d'informations économiques

Advertisement