Issuu on Google+

UDPA–UNSA AXA TECH N Noovveem mbbrree 22001133

Actuellement, les salariés travaillant à la Défense sont localisés sur deux sites : Concorde (sur 3 étages, pour le « Corporate ») et Etoile/Vendôme pour les personnels « France » (auxquels s’ajoutent déjà quelques personnes du « Corp »). Cela avait été annoncé par la Direction lors de la plénière du 17 octobre, le bail du bâtiment Etoile/Vendôme a été reconduit jusqu’en 2018, avec une option pour 2021. Concernant Concorde, le bail peut être arrêté fin 2014 et c’est pourquoi l’entreprise a décidé de lancer une étude d’opportunité afin de regrouper tous les salariés sur un seul site. La population est actuellement d’environ 1000 personnes sur Etoile/Vendôme et de 160 sur Concorde. Selon les normes de sécurité en vigueur, la capacité d’accueil d’Etoile/Vendôme est de 1030 personnes présentes. Motivée par certaines évolutions du type télétravail et la recherche d’économies dans le cadre du plan stratégique, cette étude sera réalisée en deux phases par un cabinet extérieur : CBRE Workspace. La première phase consistera à s’assurer de la pertinence du projet (mesure du taux d’occupation actuel des sites Etoile/Vendôme et Concorde, tendances, analyse financière…), quant à la seconde, dans l’éventualité où la faisabilité serait vérifiée, elle devrait permettre de définir les choix et les plannings d’implantation (par la collecte des besoins, la création de groupes de travail…). Le calendrier relatif à cette étude prévoit que la première phase se déroule de décembre 2013 jusqu’à fin janvier 2014. Pour la seconde, elle devrait s’étaler de début février jusqu'à fin avril 2014 et c’est à partir de début juin que devrait commencer réellement la mise en œuvre (préparation du déménagement, pilote, réaménagement progressif du bâtiment Etoile/Vendôme). La Direction a indiqué que les deux instances que sont le CHSCT et le Comité d’Entreprise seront informées puis consultées sur le projet de regroupement des salariés sur un seul site et que 2 de ses membres pourront participer aux groupes de travail mis en place. Une décision que l’UDPA-UNSA a accueilli avec satisfaction car nous considérons que ce projet peut avoir des conséquences sur les conditions de travail des salariés (sécurité, bruit, « espace vital », matériels, …) et que leurs représentants ont leur rôle à jouer. Lors de la séance du C.E, nos élus sont également intervenus pour faire part à la Direction de l’appréhension de nombreux salariés d’évoluer vers le système des bureaux partagés, comme c’est le cas aujourd’hui chez nos collègues d’AGS. Si la Direction nous a annoncé, suite à notre question, ne pas avoir écarté d’emblée cette option, elle n’a pas non plus affirmé le souhait de la mettre en œuvre.

Lors de la séance plénière du Comité Européen de Groupe qui s’est tenue le 27 novembre dernier, les élus se sont vus présenter quelques expériences menées au sein d’AXA. Définies sous le terme de « Flex’Work », ces initiatives portent essentiellement sur le télétravail et/ou les bureaux partagés et sont loin de nous avoir toutes convaincu : Que ce soit : chez AXA Belgique où l’exemple « d’horaires à la carte » mêlant télétravail, temps libre, activité sur site et « coiffeur » durant la journée a de quoi laisser perplexe, ou bien encore chez AGS dont une partie des salariés ne disposent plus de place nominative et dont les affaires personnelles doivent désormais tenir dans un casier digne d’une consigne SNCF. Sous couvert de « modernité », « d’agilité » ou de « flexibilité », l’UDPA-UNSA n’est pas prête à tout accepter et sera attentive à la concordance des choix qui pourraient être faits par l’entreprise avec les obligations légales et conventionnelles en matière de conditions et d’horaires de travail.


Issu de discussions entre les partenaires sociaux, d’abord au niveau européen (Accord – cadre européen du 16 juillet 2002), puis au niveau national (ANI du 19 juillet 2005), le cadre légal relatif au télétravail a été formalisé en mars 2012 par l’inscription de plusieurs articles dans le code du travail. Basée sur différents principes, la mise en œuvre de ce mode d’organisation au sein d’AXA s’est concrétisée par la signature d’un accord Groupe le 31 mai 2013. S’agissant d’AXA Tech, c’est début juillet qu’ont débuté les négociations, et ce bien que ce thème ait été abordé à plusieurs reprises auparavant, notamment lors des négociations sur la GPEC ou du démarrage du pilote il y a un an. Favorable de longue date au télétravail, l’UDPA-UNSA considère que les mesures inscrites dans l’accord présenté ce jour au C.E sont globalement satisfaisantes, à deux exceptions près : Les points positifs : Reprise des différents principes définis dans le code du travail : - Double volontariat salarié-employeur - Avenant au contrat de travail - Réversibilité (possibilité de retour arrière) La fréquence (1 jour par semaine), le processus d’adhésion au télétravail et son suivi (ex : demande écrite du salarié), les critères d’éligibilité (ex : autonomie du salarié, compatibilité avec l’activité et l’organisation du service), les conditions matériels à remplir (ex : espace dédié sur le lieu de résidence principal) ainsi que les démarches à effectuer (ex : attestation d’assurance habitation précisant l’activité à domicile) ont été clairement formalisés. Pas de limitation quant au nombre de personnes en télétravail, pas de critère de sélection basé sur l’éloignement domicile-lieu de travail, comme c’est le cas chez nos collègues d’AXA France. Une activité et des horaires en télétravail qui doivent correspondre à l’activité et aux horaires du salarié présent sur site. Possibilité pour les salariés à temps-partiel (80 % ou 90 %) d’opter pour le télétravail avec, pour les travailleurs handicapés et les femmes enceintes, la possibilité de travailler 2 jours à domicile. Formation spécifique (utilisation des équipements, organisation du travail, bonnes pratiques…) dispensée aux télétravailleurs et fourniture d’un guide (ergonomie, prévention des risques). Assistance téléphonique en cas de problème et maintenance du matériel assurées par l’entreprise. Les points négatifs : L’absence d’écran distinct de l’ordinateur portable 12,5 pouces ou 14 pouces fourni pour effectuer l’activité en télétravail constitue, en ce qui nous concerne, une dégradation des conditions de travail. Quand on sait que c’est AXA Tech qui fournit les grands écrans pour les salariés d’AXA France ayant opté pour le télétravail, cette décision parait pour le moins surprenante. Idem pour le remboursement des frais ou l’écart entre nos 2 entités est flagrant et difficilement compréhensible : prise en charge de l’abonnement ADSL dans la limite de 40 € par mois chez AXA France, 50 % du forfait mensuel d’abonnement ADSL pour AXA Tech, avec un plafond de 15 €. Nous considérons que ces mesures peuvent être de nature à dissuader certains salariés de choisir le télétravail et constituent donc un frein à un large déploiement au sein d’AXA Tech. En conclusion, l’UDPA-UNSA sera signataire de cet accord en y joignant une réserve sur les deux points cités précédemment.

Le déploiement du télétravail commencera en janvier 2014 et se déroulera par vagues successives. La première concernera les départements : Fonctions supports Projets SDTO (“Service Delivery & Transformation Office”) “Partnership Office” Pour les autres départements, le déploiement sera fonction de l’avancement du programme ALISE. L’étude des candidatures débutera en décembre (Pour opter pour le télétravail : vous devez faire une demande écrite à votre manager en inscrivant en copie de votre message le correspondant RH de votre département).


Pour des raisons de conformité réglementaire et d’optimisation fiscale, l’organisation juridique de la SAS AXA Technology Services verra deux évolutions d’ici les semaines à venir. La première, en Allemagne, prendra la forme d’une cession de 80 % des parts d’AXA Tech Germany à une « Holding » intermédiaire d’AXA dénommée « Vinci » (qui contrôlera la majorité des sociétés allemandes d’AXA). Ce changement permettra de préserver l’exonération de TVA pour les prestations fournies par AXA Tech à ses différents clients. La seconde évolution, qui concerne le Japon cette fois, consiste en une fusion-absorption d’AXA Tech Japon par AXA Life Japon. Ayant aussi pour motivation de réduire le poids des taxes de consommation (la TVA est une taxe de consommation) ce changement vise également à répondre à des exigences réglementaires de l’agence des services financiers (FSA), le régulateur du secteur bancaire japonais. La Direction a indiqué que ces deux modifications n’avaient aucune conséquence pour les salariés de ces entités et qu’elles étaient sans impact sur l’organisation opérationnelle d’AXA Tech.

A partir de janvier 2014, l’outil « Ulysse » de gestion des remboursements de frais professionnels disparaîtra au profit d’un nouvel outil baptisé « PleopleSoft Expenses » (module de PeopleSoft). Déjà utilisé dans certaines entités d’AXA Tech (Etats-Unis et Espagne), PleopleSoft Expenses sera disponible en français et intégrera de nouvelles fonctionnalités parmi lesquelles on trouve : La possibilité pour les salariés de mettre à jour les informations les concernant ainsi que de recevoir des notifications relatives au traitement de leur(s) demande(s), la faculté de joindre des documents numérisés (les justificatifs devront cependant toujours être fournis au service comptable), l’automatisation des contrôles sur les montants ou bien encore un dispositif de suivi, automatisé lui aussi. Le processus de validation des demandes restera identique à celui d’aujourd’hui et pour aider les utilisateurs lors de la transition, ces derniers disposeront d’une documentation/support. Rappel : Si vous voulez être remboursé de vos frais avant la fin de l’année, vous avez jusqu’au 11 Décembre pour effectuer vos saisies dans ULYSSE. (cf : message du Département Finance-Comptabilité du 14 novembre).

Le mercredi 31 décembre 2014 En plus de la retenue de cette journée sur votre nombre de JRA (16) ou de JRTT (14) 2014, viendra s’ajouter celle relative à la journée de solidarité. Le lundi de Pentecôte, lui, restera chômé. Total JRA après retenues : 14 Total JRTT après retenues : 12

Suivi des critères opérationnels de l’intéressement ( 3 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3 )

Pondération 2013

Niveau d’objectif 2013

Indicateur financier de maîtrise des processus budgétaires et d’équilibre des résultats

35 %

100 %

97,25 %

Indicateur OTOBOS : indicateur de « conformité » des projets (délais, budget, spécifications)

20 %

100 %

94,97 %

Indicateur de respect des engagements de délai de résolution des incidents majeurs

10 %

91,5 %

84,47 %

Indicateur de respect des engagements qualité liés aux changements

20 %

99,55%

99,50 %

Indicateur de respect des engagements de disponibilité des applications majeures

10 %

98 %

97,76 %

5%

100 %

Résultat en fin d’année

Indicateur de mesure quantitative et qualitative de consommation de papier office

Réalisé à fin septembre 2013


L’accord Groupe du 5 avril 2011 (auquel AXA Tech a adhéré le 27 juin 2011) arrivant à échéance fin avril 2014, de nouvelles négociations s’ouvriront le 6 décembre prochain. L’UDPA-UNSA est favorable à la reconduction d’un accord de ce type (avec des conditions similaires, voire meilleures, nous allons nous y employer) et vous informera de l’avancement de ces négociations.

SALAIRES : NE RATEZ PAS Vous êtes « cadre optant » (au bonus de performance = CRV) et n’avez bénéficié d’aucune mesure individuelle (prime ou augmentation) durant les 3 dernières années (2011, 2012 et 2013) ?

Sachez que vous avez droit à un rattrapage début 2014 ! En effet, l’accord en vigueur sur les salaires précise que : « il sera vérifié, fin 2013, que l'évolution, durant la période de I'accord, des éléments (Augmentation Générale + Augmentation Individuelle) des cadres optants est au moins égale aux Augmentations Générales des Cadres Non Optants ». N’hésitez pas à en faire part à votre manager et/ou à vos représentants.

Avec 116 chèques récoltés entre le 10 octobre et le 22 novembre 2013 l’UDPA-UNSA d’AXA Tech continue sa progression… Année 2009 Année 2010 Année 2011 Année 2012 Année 2013

CGT CGC

18 37

38

34

27

-

CFDT CFTC

57 389 8

86 379 -

88 444 -

104 400 -

116 391 -

(Au 31 décembre 2009, AXA Tech comptait 873 CDI, 800 à fin octobre 2013) Le taux de retour pour cette année est de 63,38% (65,64% en 2012)

Vous êtes toujours plus nombreux à apprécier le travail syndical que nous réalisons. Nous vous en remercions !

Vos contacts Franck GRANDMAISON

Michel MAUROUARD

franck.grandmaison@axa-tech.com

michel.maurouard@axa-tech.com

Téléphone interne : 55 24 79

Téléphone interne : 55 24 97

Olivier ALTAZIN

Jean-Pierre VASSARD

olivier.altazin@axa-tech.com

jeanpierre.vassard@axa-tech.com

Téléphone interne : 55 25 29

Téléphone interne : 52 72 29

John LOOCK

Christophe PAJADON

john.loock@axa-tech.com

christophe.pajadon@axa-tech.com

Téléphone interne : 55 24 94

Téléphone interne : 55 25 04

www.udpa-axa.org

Local syndical : 55.27.36


Axatechnovembre2013