Issuu on Google+

actes Du iiie colloque euroPÉen Des ProFesseurs D’arcHÉologie MÉDiÉvale Édités par Joseph Decaëns et anne-Marie FlaMbarD HÉricHer

estMa iii oF

MeDieval arcHaeology

ESTMA III

euroPean syMPosiuM oF teacHers

Université de Caen Centre MiChel de Boüard C.r.a.M.

Publications Du craM - caen 1999


PUBLICATIONS DU CRAM *** Directeur : Anne-Marie FLAMBARD HÉRICHER Conception graphique, mise en page : Micaël ALLAINGUILLAUME Saisie et corrections : Nicolle BRIET

PUBLICATIONS DU CENTRE DE RECHERCHES ARCHÉOLOGIQUES MÉDIÉVALEs Université de CAEN F - 14032 CAEN Cedex Tél. +33 (0)2 31 56 59 17 Fax. +33 (0)2 31 56 54 95 e-mail : pubcram@unicaen.fr Site internet : www.unicaen.fr/mrsh/CRAM/publications Règlement : Publications du CRAM - CCP 2177-71 Rouen Prix du volume : 160 francs

Photo de couverture : Michel DE BOÜARD à Doué-la-Fontaine


ACTES DU

IIIe COLLOQUE EUROPÉEN DES PROFESSEURS D’ARCHÉOLOGIE MÉDIÉVALE IIIrd EUROPEAN SYMPOSIUM OF TEACHERS OF MEDIEVAL ARCHAEOLOGY

Édités par Joseph DECAËNS et Anne-Marie FLAMBARD HÉRICHER

UNIVERSITÉ DE CAEN CENTRE MICHEL DE BOÜARD CRAM 11 - 15 SEPTEMBRE 1996

PUBLICATIONS DU CRAM – CAEN 1999


ISBN 2-902685-07-6


TABLE DES MATIÈRES 1ère partie : Enseignement ANDERSSON H. – Teaching in a broadening discipline. Some comments on the university training of medieval archaeologists. ..................................................................................................... BECK P. et LASZLOVSZKY J. – Autour de l’architecture et de la vie monastique franciscaines: enseignement et application de l’archéologie médiévale dans les universités de Budapest (Hongrie), Dijon et Tours (France). (Résumé de la communication). ....................................................... BUTLER L. – The content and methods of teaching medieval archaeology at York. ..................... DECAËNS J. – Michel de Boüard, professeur d’archéologie médiévale. ....................................... ERICSSON I. – Archäologie des Mittelalters und der Neuzeit als Universitätsdisziplin. - Erfahrungen aus der Otto-Friedrich-Universität Bamberg, Deutschland. ................................................... FLAMBARD HÉRICHER A.-M. – L’enseignement de l’archéologie en France : dans quel cadre, pour quel public, dans quel but ? ..................................................................................................... MANGELSDORF G. – News from the Centre of Medieval Research at the university of Greifswald. PESEZ J.M. – L’archéologie médiévale à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales. ........ RENOUX A. – Archéologie médiévale à l’Université du Maine (Le Mans), enseignement et recherche. ............................................................................................................................ ROESDAHL E. – Medieval archaeology and interdisciplinary teaching and research at the University of Aarhus, Denmark. .............................................................................................. SCHOLKMANN B. – Medieval Archaeology as an Academic Discipline at German universities : Problems of teaching. ..............................................................................................................

7

13 15 21 27 33 39 43 47 55 59

2ème partie : Haut Moyen Âge ASTILL G. – Is l’an Mil a useful model for medieval archaeologists ? (Résumé de la communication). .................................................................................................................................. BAYLÉ M. – Archéologie monumentale et corpus des églises rurales en Basse-Normandie jusqu’en 1050. ......................................................................................................................... HANUSSE C. – L’habitat rural du haut Moyen Âge (VIe-Xe s.) de «La Sente» à Grentheville (Calvados) : premiers éléments de synthèse. ........................................................................... KAJZER L. – Les problèmes de palatia et la christianisation en Pologne vers l’an Mil. .............. KÓCKA-KRENZ H. – The medieval settlement complex in Góra, parish Pobiedziska, Poznan voivodeship. ................................................................................................................ LORREN C. – Le village en Gaule du Nord pendant le haut Moyen Âge. Quelques remarques et hypothèses suscitées par l’observation des résultats des fouilles archéologiques récentes. .. PILET C. – Une contribution à l’histoire des populations : l’archéologie funéraire en BasseNormandie. ............................................................................................................................. REYNAUD J.-F. – Aux origines des paroisses. ............................................................................... ROMHÁNYI B. – L’implantation du christianisme en Hongrie aux Xe et XIe siècles. .................. SMETANKA Z. – Chrétiens et païens à la lumière des découvertes archéologiques. Débuts du christianisme en Bohême aux IXe et Xe siècles. (Résumé de la communication). .................. STEFANOVICOVÁ T. – Le peuplement de la Slovaquie au IXe siècle à la lumière des nécropoles. VALOR PIECHOTTA M. – La fortification d’Al-Andalus pendant le haut Moyen Âge. ....................

73 75 85 95 107 116 133 145 159 165 167 177


L’enseignement


Teaching in a broadening discipline. Some comments on the university training of medieval archaeologists Hans Andersson

I – INTRODUCTION I have chosen to talk about teaching in medieval archaeology because I think it is time for us within the discipline to discuss what we are teaching, how we are teaching, and what goals we have for our teaching. In these times of internationalisation it is also important that we have some knowledge of what is going on in other countries in order to advise our students and teachers who wish to go abroad. There are also many questions about co-operation in teaching between teachers and departments from different universities. I hope that, alongside our scientific discussions, we can use these ESTMA conferences to discuss problems and questions concerning the training situation. It should of course have been appropriate to begin with the current situation of teaching organisation in the different countries, but in my view it is more important to start with what we have in common: how we define the framework of medieval archaeology and how we consider the situation of medieval archaeology. The ties between research and teaching are important, if not dislocated by politicians and bureaucrats. There are also other ties of importance. We don’t only train people for university requirements, but for the demands of a labour market outside the universities, which can be quite diversified, but is still principally concentrated in museums and the administration of ancient monuments and historic buildings. II – THE DEVELOPMENT OF MEDIEVAL ARCHAEOLOGY First some words about medieval archaeology and how I comprehend the scientific situation today. Medieval archaeology is a historical archaeology. We are working within periods for which there are different source materials : written sources, physical remains, but also iconographic material, and of course all those different materials we put under the head of ecofacts. 7


ESTMA III

We have very much in common with prehistorians regarding archeological theory and methods, but this is not enough. We also need to be acquainted with the historical context, the written, iconographic and other material, etc. One of the pioneers who expressed this close connection with history was Professor M. de Boüard. It is not only appropriate to mention him because we are guests here in Caen, but because medieval archaeology is so so indebted to him. There is no doubt that medieval archaeology for de Boüard was a branch of historical science. He wanted to study historical problems. But that does not mean that he totally identified medieval archaeology with history. He was very careful to observe the complex relations between the written sources and the archaeological material. He did not want to subordinate the archaeological material to the written material. He underlined the special knowledge and skill of the archaeologists. But the archaeologist must him- or herself combine the knowledge of a historian to make adequate interpretations. If a historian does not have any archaeological experience he is not capable of using excavated material. The archaeologist can’t automatically come to a historian to get the right interpretation. I cite him directly : « Dans ce cas comme dans le précédent, le fouilleur doit être historien, à peine de ne pouvoir comprendre la signification de ce qu’il a trouvé. Et l’on ne saurait sainement objecter qu’il peut exécuter la fouille, quitte à en soumettre ensuite les résultats à la sagacité d’un historien. Cette division du travail, que l’on entend parfois préconiser, n’est admissible à aucun degré ; car l’interprétation n’intervient pas seulement à l’issue des opérations ; elle doit naître jour après jour au cœur même de la fouille et engendrer les hypothèses de travail qui infléchissent l’orientation de celle-ci. » (de Boüard 1975 pp. 10 ff, quotation p. 15). The anthropological approach to archaeology which we find among our prehistoric colleagues has not been adopted among medieval archaeologists. Today we can also see other tendencies. Medieval archaeology has been influenced more by the theoretical development and discussion which have taken place within prehistoric archaeology during the last few decades. This is a response to a situation where the historians formulate the agenda and the archaeologist’s own material is subordinated to the written material. The archaeologists have then looked for ways, methods and theories to develop the analysis, in which the archeological material is essential and in the centre. The tendency is thus that medieval archaeology, in a sense, is becoming more archaeological than before. Outside Europe we can find an example : American historical archaeology, which has a very strong bond with anthropology and prehistoric archaeology. Even if there have been some examples of a more « european » historical archaeology, they have only had a small influence on historical archaeology in the USA. Another starting point is that medieval archaeology does not handle only « underground material » but also standing structures. Buildings archaeology or structural archaeology works with archaeological stratigraphic methods but has also its own demands. This means that we must also be very explicit in our discussions of the integration of building archaeology in our training programmes. There can be different opinions and traditions in this case. Our problem in Sweden is that we depend to a large extent on different protecting laws concerning what is above, and under the surface of the ground, which means that there are quite different economic solutions. There can also be problems with the occupational sphere within which the medieval archaeologist should work, sometimes in co-operation, sometimes in rivalry with other professional groups : architects and art historians. Is there, for example, any difference between 8


Teaching in a broadening discipline

We are facing a quite complicated situation. What is the essence of medieval archaeology with influences from different directions : archaeology, anthropology, history, art history, the history of building techniques and natural sciences ? How should we handle the teaching situation ? There are also the chronological problems. We must in some sense take up a standpoint about what to do with postmedieval archaeology. Is this our responsibility and in that case how should we incorporate it in our training ? The ideal medieval archaeologist, according to this background description, should be a very learned person with a strong background in archaeology and broad knowledge in many different fields. III – UNIVERSITY TRAINING The situation and traditions for basic university training differ from country to country. That means that when we compare and when we talk about co-operation we must adapt to such situations. When we look at the Swedish system it is evident that the basic degrees tend to favour broad knowledge, albeit superficial, in two or three or more university disciplines (on paper in three or four years), not a deep immersion in one discipline. But there is the possibility, and today it is a necessity, to combine prehistoric archaeology and medieval archaeology, to get a job. It is also possible to add other disciplines, for example history, geology, or whatever you think might be useful. It is therefore possible for the student to get a rather broad knowledge but perhaps not specialized in one discipline, in his or her basic studies. In other countries there are other systems, with often longer periods of study in one specific discipline. But I think that we can still discuss what the training of a medieval archaeologist should contain. In the end we have to look at the student’s whole situation : what she or he studied during the whole period in medieval archaeology and in other disciplines. Within this framework we have to decide what it is important to teach in medieval archaeology, what we can do within the framework of the discipline and what we can leave to other disciplines. One main thing to stress is the special situation that I have commented on earlier, that we work within a period with different kinds of source material. The theory we develop and teach must be relevant to these theoretical problems. That also means that we have to include and take a standpoint on theories developed in other disciplines such as archaeology, history, anthropology and art history. We must of course teach the material culture of the actual period. We must develop and teach special field techniques which can be specific to medieval archaeologists, especially complex stratigraphic excavations and building-archaeology information. We must also take a position on how much written or pictoral sources we should include, for use in our own context. In his textbook written more than 20 years ago, Prof. de Boßard made great demands upon the medieval archaeologist. We still have to deal with that situation. 9

Hans Andersson

the information obtained by a medieval archaeologist and an architect ? Can we precisely define the role of the medieval archaeologist in a restoration situation, and what consequences does this have for our teaching ?


ESTMA III

IV – EXCHANGE AND NETWORKS After these reflections on medieval archaeology, content and basic values, I think that most of us realise that we have very much in common even if the university systems differ. We are fully aware of a situation where medieval archaeology in universities is still rather small. In comparison with other disciplines, we have a small number of students. Given this situation, an important issue to handle is the possibilities of co-operation, in different respects. We began such a discussion some years ago in Lund (Andersson and Wienberg 1993), but I think that we have to take it up again, and more thoroughly. One important thing is that we have in ESTMA a forum to discuss university training and to exchange experiences, so let us use this forum to become better aquainted with each other. The exchange of students has been developed within the EU, but also with other countries, through different programmes. Even though bureaucracy is sometimes a serious obstacle, it is important that we now take the opportunity to use these possibilities. Of course, it also depends on the students themselves, but we have to discuss the new situation to prepare the ground for them. What can be discussed is when during the studies it is best for the student to go, and how the studies abroad can be adapted to the studies at home. My basic attitude is that we should be quite generous and open. The very fact that the students go abroad means a great deal. They will come back with knowledge of other things and other experiences than they would not have got at home. It is also important to discuss the exchange at doctoral level. We sometimes have problems arranging more specialised courses, because we do not have the teachers or enough students to make it practical to organize. If we combine to organize such courses, we can reach the  critical mass , and thus shape a creative environment. The courses could be arranged partly in one country, partly in another, for example on landscape archaeology or problems concerning deposits, using different experiences and outlooks. The problem is that it takes some time to arrange and to finance. We then have the more traditional form of exchange, the chance to participate in excavation activities. Our Swedish students have had such opportunities, especially in Germany and Italy. We must also increase the exchange of teachers. There are economic possibilities for this today, if we find the right form. Can we also start informal discussions on this point ? In Lund we have, for example, a course in European medieval archaology. If it was possible to use teachers from other medieval or historical archaeology departments in an exchange programme, it should be very valuable. Such exchanges must be useful for us all. I realise that it can be difficult in countries to which many students are likely to go, but I emphasise it because I think that it is very important for a country like Sweden, that our students get these experiences, and that it is also very important for the future scientific results that new networks are shaped and established. And this must be the case for other countries too. We already talked about the possibility of forming networks with new information technology in Lund. Development has rocketed since then. The Internet has meant that we are now in direct electronic contact with each other, even if it can be organized better than it is today. We have also got electronic periodicals and so on.

10


Teaching in a broadening discipline

V – TEACHING FACILITIES I now turn to other facilities which we have to discuss. Here we have a very broad field which comprises textbooks, different kinds of technical aids, CD-ROMs, etc. This form, used in a proper way, can of great value in a situation where we must reduce our teaching because of financial cutbacks, and also as a part of a distance learning curriculum. The problem now is to produce such material. Most of our institutes are too small for this. It should be easier to realise as a joint venture between some departments. Would it be possible to discuss this ? VI – ARCHAEOLOGICAL DIDACTIC Finally, I want to remind you that in many university disciplines there is a growing interest in university didactic problems. There are special courses. There are discussions on teaching methods within the disciplines with regard to the special problems and special material the discipline works with. It would be worth while to discuss the special didactic situations which we have in archaeology and medieval archaeology with our specific types of material. I should be very glad to learn what has been done with these questions in different countries. Perhaps this could be a theme for a coming conference. VII – CONCLUSION To sum up: I started focusing on the definition of medieval archaeology and the consequences for training, and I gave examples of what in my view is necessary to include in our teaching. I then went on to more practical ways of co-operation such as - the exchange of students and teachers - the production of teaching material and textbooks on electronic media, and CD ROMs - distance learning - networks of different kinds using the new Internet facilities and - the need for a discussion of teaching methods in our discipline It now depends on us how we use these new possibilities and how we develop already established co-operation. It should also be valuable, and the proper place to discuss some of these questions, especially the question of teaching methods, at our ESTMA meeting in Seville and other coming meetings. What I have said is related to duties as teachers. I have not said anything about our role as researchers, even if this is a necessary and important background for all teaching. This I presume goes without saying. But as I said, we are rather small in the archeological community, even smaller in the university context. If we can find forms for co-operation in different phases of teaching and training, I am sure that we will also strengthen and develop medieval archaeology within archaeology and the universities as a whole.

11

Hans Andersson

It is now possible to arrange courses for distance learning on the Internet. In these courses there must be opportunities to consult materials and textbooks in a digital form. The field is open.


ESTMA III

REFERENCES ANDERSSON, H. and WIENBERG, J. (ed.) 1993. The Study of Medieval Archaeology. European symposium for Teachers of Medieval Archaeology Lund 11-15 June 1990. Lund Studies in Medieval Archaeology 13. Stockholm. BOÜARD, M. de 1975. Manuel d’archéologie médiévale. De la fouille à l’histoire. Regards sur l’histoire. Paris.

12


Autour de l’architecture et de la vie monastique franciscaines : enseignement et application de l’archéologie médiévale dans les universités de Budapest (Hongrie), Dijon et Tours (France) Patrice Beck et Jozsef Laszlovsky

Résumé de la communication : epuis 1991, les trois départements universitaires mettent en oeuvre un programme de recherche commun sur la topographie et l’architecture franciscaines en Europe. Il associe la recherche d’archive, la prospection et la fouille, plus particulièrement sur deux sites. A Visegràd, sur les rives du Danube à 40 km en amont de Budapest, le couvent des Cordeliers desservait la Cour princière : implanté au début du XVe siècle. Il a été abandonné au milieu du XVIe. Les vestiges témoignent encore d’une architecture impressionnante que l’enquête vise à étudier et à restituer dans le cadre d’une mise en valeur générale du site. C’est aussi au début du XVe siècle qu’une petite communauté de frères Cordeliers installe sur le Mont Beuvray un petit couvent rural qui assura jusqu’à la fin du XVIIe siècle une présence religieuse sur le site jamais totalement abandonné de la Bibracte antique. Ici c’est la culture matérielle et la vie quotidienne qui sont privilégiées. Ces deux programmes différents mais complémentaires, servent en outre de chantiers d’application aux étudiants des différentes formations.

D

13


The content and methods of teaching medieval archaeology at York Lawrence Butler

arlier in this conference we heard papers on the content of: the medieval courses at Tours and at Bamberg ; my first task is to make contrasts and compararisons with the content and methods of teaching at York. We have a1so heard of the Centres for Medieval Studies at Arthus and Griefswald. As a founder member of the Centre at Leeds more than 30 years ago and more recently as its director, I can comment on the value and strength of such interdisciplinary collaboration which I also now observe at York.

E

In any discussion of the teaching one frequent argument is whether there should be a fixed menu or whether students should pick and mix from whatever is available in a modular system. These are extreme positions. In the fixed menu there can be parallel courses so that different period interests or regional topics can be included. Even in the modular approach there must be fixed points to ensure that the undergraduate and to postgraduate taught courses. At the undergraduate level, in which 3 years are spent studying for the bachelor’s degree, there must be fixed elements in the content : YEAR 1 a) The nature of archaeology, its history and its philosophy. b) The town and region in which we teach - York, Yorkshire and the north of England (in Britain few students come from the region ; most travel 100 or more kilometres, some from Ireland, Wales and Scotland as well as from London and Birmingham). We take 30 students each year from over 400 applicants just in Archaeology ; there ar 4 or 5 studying Archaeology and History as a combined subject out of 150 applicants. c) We must give a historical sequence (prehistory, Romans, AngloSaxons, Vikings and their more civilised successors the Normans) up to the end of the Middle Ages and beyond. So we consider the British Isles first, Europe second and then a whirlwind tour of The World in Ten Lectures. d) Theoretical Approaches to Archaeology as a foundation for more advanced courses. 15


ESTMA III

YEAR 2 AND 3 e) Most topics are taught thematically - urban settlement, death and burial, rural settlement and economy, migrations, military structures, artefacts and industrial processes. All are taught in different ways and at different levels. The students attend the course which caters for their preferred time period. B. Sc. students normally take the prehistory option. f) The practical content of archaeology is taught in all three years : field strategies, field survey, excavation and analysis of post-excavation data. The use of computers and statistics are included. The practical work exercises and portfolios will vary between arts and science routes and between major and minor subject involvement. At York the intention is to provide a content that is comprehensive on the practical training and selective on the detailed academic training. The impact of « theory » varies between those who use it to permeate all their courses and those who see it as a philosophical discussion in the exchange of a few particular ideas and approaches. Much of this range of topics will be familiar ; it is a common heritage of European archaeological ideas and actions. By contrast it may be more useful to concentrate upon the methods of presentations by the lecturers and the development of skills by students. The lecturers provide : 1. the formal lectures ; 2. the guided seminars with topic sheets and reading lists ; 3. the supervision of practicals, also using technicians and field staff. The students’ input is : 1. the assessed lecture of 30-35 minutes with slides/diapositifs ; 2. the assessed seminar - to assess their leadership and co-operation ; 3. the writing skills in essays of each course, in examinations upon 6 courses, either 3 hour closed or 8 hour open, and in a dissertation of 10,000 words on a topic prepared over 12 months; 4. the museum appraisal, excavation report critique and a week’s field course report ; 5. the practical skills evaluating strategy, survey, excavation and post-excavation, presented in two portfolios ; 6. the computer skills in statistics, graphics and 3-dimensional planning examined by specific exercises. Here York is unusual in that the computer is a major source of information (for some it is the only source of communication). lt is occasionally slow but it is available everywhere on the university campus. Our courses are on ARCH-HELP, our mail is exchanged by e-mail, some teaching material is on CD ROM and on video, our profile is on World Wide Web and our publications are on Internet Archaeology. This teaching programme enables the undergraduates to obtain a background to the subject and provides them with the opportunity to develop in three directions : firstly to progress to more academic work or to a further course of study ; secondly to gain employment in prac16


Contenu de l’enseignement et méthodes à l’université de York

What of the postgraduates at the level of Master’s or Doctor’s degree ? Here the opportunity for international collaboration and exchange is far greater and may the accomplished under the Erasmus and now the Socrates programme. At York we provide three academic programmes and three more practical programmes. These are the Master of Arts by Research, the M.A. in Medieval Archaeology and the Master of Science in Paleo-ecology ; on the practical side M.A. in the Archaeology of Buildings (often medieval and later structures), in Archaeological Heritage Management (which must include the medieval period) and in Field Archaeology (which might cover the medieval period). All these are taught courses, either one year full-time or two years part-time. Concentrating on the Medieval Archaeology the course sheet (Appendix 1) gives our current programme. The purpose is clear - namely to Survey the material cultures of Britain and western Europe, and to understand their points of contact and interaction. How is this purpose to be achieved ? This is when all the questions start and the gap opens up between the desired ideal and the actual reality. Do the students need to have studied Archaeology as a pre-condition or is it acceptable to have studied a related subject ? How much knowledge of the medieval period is needed ? For me medeval history or classical archaeology are equally valid as introductions because they create a climate of research. Anthropology is less useful. Three years studying Archaeology may create an expectation of practical work employment : in York between 1978 and 1987 80 of our students entered practical work, usually in York. This avenue of employment has now almost closed down. Do you teach the students the entire range of medieval archaeology or only selected topics - in early medieval (400-1000 A.D.) or late medieval (1000-1600 A.D.) or in both ? If you study only a few themes, even in depth, are you really a Master of the subject ? There should also be a common base course, and there must be a wide enough range of choice. Do the students need to have any practical work in an academic course ? My own view is that students should participate in excavation on medieval sites and that they should engage in some post- excavation activity which enhances their understanding of the evaluation processes, but this is a minority view. However during a three-week excavation period there is the opportunity to focus site specific problems and to relate them to the wider range of medieval research problems. Do the students need to study Latin or to read another foreign European languages ? This would be ideal, but how much can usefully be taught from zero in 20 weeks in 2 hours tuition per week. Do you need a reading ability or only a conversational skill ? These questions leave to one side the teaching of ancillary skills, such as an introduction to numismatics or the basics of paleography, and do not even begin to consider the analysis of a structure, the classification of an artefact type or the deciphering of inscriptions. Such skills 17

Lawrence Butler

tical archaeology or a related discipline ; thirdly to proceed to training and employment which does not use archaeology directly (such as school teaching, the police or military service) or to some unrelated field, such as finance, local government or religious service.


ESTMA III

are also highly desirable for a well-versed archaeologist, but always there is the problem of what to provide in two terms of teaching and still leave the students time for reading and library-based research. All these are questions currently under discussion and the courses will keep changing year by year as one or another ability is preferred. This discussion has not deterred students from applying to our masters’ course. In 1995-6 the total number of applicants was 92 and the number entering the courses was 29. The main reason for students not continuing with their applications was lack of finance. There are a few fee-paying scholarships available. The distribution of students in 1995-6 were Archaeological Research : 2 ; Medieval Archaeology : 5 ; Paleo-ecology : 2 ; Archaeology of Buildlings : 5 ; Heritage Management : 12 ; Field Archaeology : 3. The respective numbers in 1995-6 (and 1996-7) were from York: 6 (3); from other British universities: 16 (19); from Europe: l (2); from North America: 4 (8); and from other continents: 2 (2). Some of the 15 doctoral students also attended elements of the taught courses if this seemed an appropriate preparation for their theses. Finally we must discuss Centres of Medieval Research, especially appropriate here in Caen where due to the initiative of Professor Michel de Boüard a pioneering Centre for Medieval Archaeology was founded. At York we now have The king’s Manor as our base ; it was originally the Abbot’s House of St. Mary’s Abbey and then after that abbey was closed in 1539 it was the headquarters of the royal Council of the North. So we have a medieval and historic home, and the students can feel that they are in a suitable collegiate setting. The student can also experience a common base course which uses the skills of all or most of the lecturers. My previous university at Leeds provided a basic skills course with Latin, bibliography, paleography and some literature in translation ; the options (the voluntary subject areas) had to include a new discipline, and a dissertation was either in your undergraduate degree subject or within your new subject area. When the Centre was created there were over thirty lecturers and 20 disciplines contributing to the courses. In York the base course is bibliography and methods of study, together with an introduction to the four branches of the Centre - English Literature, Medieval English and European History, Archaeology, History of Art. This multidisciplinary approach brings to York a wide variety of students : about 40 per year from 120-150 applicants ; they come from a very diverse range of university educations, mainly in Britain, Europe, North America and a few from Australia and Japan. The Centre for Medieval Studies provides a focus for staff wishing to concentrate upon the culture of the medieval period in Europe. All the taught themes are from two or more disciplines working jointly. They also benefit from the regular visiting lecture programme bringing overseas scholars to The King’s Manor. There are advanced study groups on topics such as urbanism, popular religion and merchant houses in York. There is a main lecture theme throughout the year : in 1996 it was Pilgrimage, in 1997 it will be Treasure. There is also a Public Lecture series organised by the Centre - this year celebrating a royal charter granted to York in 1396 and with the lectures given in the Guild Hall where the charter was sealed to add to the sense of historic occasion. All these activities provide contacts between staff and students, not only the students on the taught Masters course in Medieval Studies but also the smaller group of Doctoral students pursuing a closely focused research topic in the medieval period for at least 18


Contenu de l’enseignement et méthodes à l’université de York

THE UNIVERSITY of York GRADUATE SCHOOL OF ARCHAEOLOGY MAIN MEDIEVAL ARCHAEOLOGY Further particulars Director of Studies : Dr Lawrence Butler Purpose This course has been designed particularly for graduates who wish to extend their knowledge into the material culture of medieval Britain and western Europe. This field is a speciality of the Department of Archaeology’s research and teaching. The city of York and its surrounding countryside offer marvellous resources for learning about the medieval past. Special Entry Requirements Applications are welcomed from graduates with a good honours degree in Archaeology or a related subject, for example Anthropology, Classical Studies, Economics, English or History. Teaching The taught course consists of four main components. There is a core course, taken in common with all Masters students, which extends over Terms 1 and 2: it lays foundations for research study in archaeology by examining the structure of British archaeology, approaches to the past, research issues and methods. Two major courses are pursued during Terms 1 and 2, chosen from a range of options which allow students either to concentrate their learning (eg in the early or later medieval period) or to spread their interests more widely. Options available might include in Term 1 ‘England in the Migration Period’, ‘The Vikings’, ‘Christian Celtic West’ and ‘The Medieval Castle’, and in Term 2 ‘Anglo-Saxon Art and Archaeology (c.600-1000) and ‘Medieval Buildings In the second six months (Summer Term and vacation) most of the time is spent preparing a dissertation of 10-15,000 words, under supervision, on any suitable topic within the general field of medieval archaeology. To further their understanding of the problems of recovering archaeological information for the medieval period most students will spend three weeks during the summer vacation on an archaeological training excavation appropriate to their experience and interests. Students who already have substantial experience of excavating medieval sites may instead opt to study a modern or ancient language during the main teaching terms. Assessment A degree is awarded on the basis of four weighted units and satisfactory attendance at and completion of the core course. The dissertation constitutes half the marks and must reach the 19

Lawrence Butler

three years. All will testify to the variety and liveliness of medieval studies at the Centre and in its four contribution departments. This serves to invigorate the discipline in general and medieval archaeology in particular.


ESTMA III

equivalent of a II. l standard (mark of 60 %). The two major taught courses constitute 20 % each, Term 1 work being assessed by a 4,500 word extended essay and Term 2 work by an open examination taken at the beginning of the Summer Term. The final 10 % is made up by a 4,500 word essay on the excavation attended during the summer vacation. The overall weighted average must reach the equivalent of a II. l for a pass to be recommended.

20


Michel de Boüard (1909-1989), professeur d’archéologie médiévale Joseph Decaëns

ichel de Boüard a souvent raconté lui-même comment il était venu à l’archéologie médiévale. Alors qu’il avait reçu par l’enseignement de l’École Nationale des Chartes et par l’influence, à la même École, de son père, Alain de Boüard, professeur de diplomatique, une formation qui l’orientait presque exclusivement vers l’étude des textes et vers la critique textuelle, il fit rapidement l’expérience de l’insuffisance et des limites des textes médiévaux. Limites chronologiques : périodes entières où les textes sont rares ou même inexistants, ou encore peu explicites ; limites thématiques : des populations, des sociétés, des économies, au total, des secteurs entiers de l’histoire peu éclairés par les textes, notamment, pour le Moyen Âge où les auteurs de chroniques et les rédacteurs d’actes et de chartes, souvent des ecclésiastiques, moines ou religieux, avaient tendance à n’écrire que sur eux-mêmes ou dans l’intérêt de leur ordre, laissant dans l’ombre tous ceux qui ne lisent pas et n’écrivent pas : les paysans bien sûr, mais aussi les nobles, les aristocrates, les guerriers. Je me souviens qu’il employa devant moi le mot « crucifiant » : c’était crucifiant pour un chartiste de se rendre compte de la faiblesse, de l’incapacité, de l’inutilité de certains textes.

M

Cependant après l’École des Chartes (1926-1930) et l’École française de Rome (1930-1932) Michel de Boüard s’orienta très vite vers l’enseignement de l’histoire médiévale : un goût pour la pédagogie et un art, probablement inné, d’exposer et de conter le poussaient dans cette voie où il excella pendant plus de 50 ans ! Même après sa retraite, en 1981, il répondait positivement à toutes les demandes de conférences ou de causeries depuis les plus humbles jusqu’aux plus savantes. Les premiers postes qu’il obtint à l’Institut Français de Naples (1935-1937) et à l’Université du Caire (1937-1940) le mirent en contact avec l’archéologie la plus prestigieuse, celle qui avait permis d’illustrer les civilisations antiques de l’Italie et de l’Égypte. Il visitait les chantiers, participait parfois aux fouilles. Près de Naples, il prit part à la découverte d’une ancienne abbaye cistercienne et ce fut probablement sa première publication archéologique1. Il conçut ainsi l’idée de donner à l’histoire médiévale un champ d’investigation 1. BOÜARD M. de, L’abbazia di Santa Maria di Realvalle. Rendiconti della reale Accademia di Archeologia (Naples), t. XVII, 1937, p. 145-168.

21


ESTMA III

plus large et surtout différent de celui qu’offraient les textes. Il fut, à ce moment-là, à la fin des années trente, encouragé dans cette voie par les perspectives que traçait alors Marc Bloch avec lequel il échangea une correspondance peu avant le début de la seconde guerre mondiale. Dès lors, Michel de Boüard est convaincu que les voies suggérées par Marc Bloch, dans plusieurs ouvrages et articles, ne pourront être fréquentées que par des expériences de recherche nouvelles, d’ailleurs explicitement préconisées par l’auteur des Caractères originaux de l’histoire rurale française2, à savoir l’ethnographie, l’archéologie, la géographie historique, l’histoire des paysages, etc. Nommé à l’Université de Caen en décembre 1940, Michel de Boüard voit une confirmation de ses intuitions dans le titre même de sa chaire: « Histoire et Antiquités de la Normandie ». Il a l’intention d’adapter à l’histoire et à la civilisation du Moyen Âge - et en particulier à l’histoire de la Normandie - les disciplines qu’il a vu mettre en œuvre, pour les périodes antiques, dans les pays où il vient de passer plusieurs années. L’archéologie et l’ethnographie doivent, selon lui, élargir considérablement le champ de la recherche historique, ouvrir d’autres perspectives à l’historien et renouveler complètement des sujets dont l’accès reste difficile, voire impossible par l’unique étude des textes. Cependant, en 1940, en pleine guerre et sous l’occupation, il ne pourra mettre en œuvre son programme de recherche. Les heures que lui laisse son enseignement il les consacre au combat de la Résistance, ce qui lui permet d’ailleurs de parcourir en profondeur la Basse-Normandie, mais en 1943, il est arrêté et déporté à Mauthausen jusqu’en mai 1945. Dès son retour, au lendemain de la seconde guerre mondiale, Michel de Boüard reprend ses projets scientifiques. En 1946, il fonde le Musée de Normandie qui sera d’abord un musée ethnographique : il était grand temps de recueillir les objets, les techniques, les arts et traditions populaires. En 1949, il commence les fouilles archéologiques au château de Caen que l’armée n’a pas l’intention de réoccuper. Il y aura donc là, en plein cœur de la ville, un champ de recherche et d’expérience qui durera jusqu’en 19663. À ce moment, en 1949, on peut dire que l’archéologie médiévale n’existe pas encore en France. L’expression « archéologie médiévale » est, bien sûr, connue, mais on sait qu’elle est employée pour désigner une discipline qui se confond en fait avec l’histoire de l’art médiéval. C’est en effet sous le vocable d’archéologie médiévale qu’avant le milieu du XIXe siècle, Arcisse de Caumont lui avait donné, à partir de Caen, ses lettres de noblesse en fondant la Société française d’archéologie pour la conservation et la description des monuments nationaux (1833). Cette discipline fut illustrée par la suite par de grands noms : Lefèvre-Pontalis, Robert de Layterie, Henri Focillon, Émile Mâle, Marcel Aubert. Dans ce même mouvement, à la même époque, furent également créés à Caen, le Bulletin monumental (1834) et les Congrès archéologiques de France (1834). Il s’agissait essentiellement pour ces maîtres et pour leurs disciples, notamment grâce aux deux institutions que je viens de citer, d’étudier les monuments du Moyen Âge encore existants ou les objets conservés dans les musées. Si l’on en venait parfois à l’opération de fouille, celle-ci n’avait pour but que de découvrir les structures cachées d’un monument ancien disparu -notamment son plan ou l’évolution de celui-ci- ou de chercher, 2. BLOCH M., Les caractères originaux de l’histoire rurale française, éd. Dauvergne, Paris, 1961, t. 2, p. XXI. 3. BOÜARD M. de, Le château de Caen, Caen, 1979.

22


Michel de Boüard, professeur d’archéologie médiévale

Les années cinquante sont pour Michel de Boüard des années de préparation et de mise en place des outils et des structures qui lui seront nécessaires. En 1955, il crée le Centre de Recherches Archéologiques Médiévales de l’Université de Caen qui commence très modestement4, mais peu de temps auparavant (1954), il est devenu doyen de la Faculté des Lettres ce qui l’oblige à un travail administratif qui pourrait l’éloigner de la recherche. Mais les projets scientifiques n’attendent pas: il fait appel à deux archéologues scandinaves, le suédois Holger Arbman et le danois Thorkild Ramskou pour tenter sa première grande entreprise, la fouille du Hague-Dike (1950-1954), ce grand rempart de terre qui barre la presqu’île de la Hague5. Ces grands archéologues étrangers apportent la caution de leur science et de leur technique en la matière. De toute façon, nous l’avons dit, il n’y a pas d’archéologue médiéviste en France. Un indice révélateur la loi sur les fouilles de 1941 ne prévoit pas d’autorisation pour les fouilles au-delà de l’an 800 ! En 1956, la découverte du baptistère de Portbail sur la côte ouest du Contentin est exploitée en quelques mois de fouilles avec des moyens qui feraient sourire aujourd’hui6. Cependant des bénévoles apparaissent sur ce chantier. C’est le début d’un enseignement pratique sur le terrain. 1956, c’est aussi le début des fouilles systématiques au château de Caen. Pendant dix ans, jusqu’en 1966, les campagnes vont se succéder. Le chantier situé à quelques centaines de mètres de la nouvelle Université va devenir une école et un laboratoire. Cependant deux archéologues néerlandais Jacques Renaud et W.C. Braat sont encore indispensables pour les premières campagnes. Les étudiants de Caen sont absents. On ne les voit sur le terrain, en petit nombre d’abord, qu’à partir de 1958-1959.

4. BOÜARD M. de, Le Centre de recherches archéologiques médiévales de l’Université de Caen. Revue historique, n° 466, avril-juin 1963, p. 427-432. 5. BOÜARD M. de, Le Hague-Dike. Cahiers archéologiques, VIII, 1956, p. 117-147, fig. À propos de la dataion du Hague-Dike. Annales de Normandie, juin 1964, p. 270-271. 6. BOÜARD M. de, Le baptistère de Portbail (Manche). Archéologie et histoire. Cahiers archéologiques, IX, 1957, p. 1-22, fig.

23

Joseph Decaëns

pour les mettre en valeur, des objets dont le caractère artistique était indéniable. Cette confusion entre archéologie et histoire de l’art concernait aussi très souvent l’Antiquité, depuis la Renaissance où les humanistes et les savants avaient forgé le mot « archéologie » et lui avaient donné ce sens avant tout esthétique. Ce blocage néfaste a eu pour conséquence un retard considérable de l’archéologie médiévale en France. Au contraire, dans la même période, l’archéologie préhistorique avait réussi à se constituer en science autonome et à se donner des techniques scientifiques de fouille, notamment par l’application des méthodes stratigraphiques. A l’étranger, toujours dans le même temps, des archéologues travaillant dans les périodes historiques, Antiquité et Moyen Âge, s’inspirant de l’exemple des préhistoriens, adoptaient rapidement ces méthodes : c’était le cas dans les Pays scandinaves, en Allemagne, en Angleterre… En France, il faudra attendre longtemps avant de les voir se généraliser. D’où l’importance de l’exemple donné à Caen, dès le lendemain de la guerre, sur les chantiers dirigés par Michel de Boüard. En ce sens, on peut dire qu’il fut le fondateur de l’archéologie médiévale en France. Exemple décisif car de très nombreux étudiants, enseignants, chercheurs et même simples amateurs furent formés à ces méthodes sur les différents chantiers qu’il dirigea et leur diffusion fut ensuite assurée dans beaucoup de régions.


ESTMA III

Après cette mise en place des structures scientifiques et administratives, les années soixante vont être les années du grand développement du Centre de Recherches Archéologiques Médiévales. À partir de 1959, un enseignement régulier de l’archéologie médiévale, de ses méthodes et de ses problèmes spécifiques, est régulièrement donné à l’Université de Caen dans le cadre des études d’histoire. Il s’étendra progressivement à tous les niveaux de l’enseignement supérieur (licence, maîtrise, doctorat). Sa caractéristique essentielle est d’être lié à l’histoire médiévale. C’est probablement pour Michel de Boüard, le point le plus important. Malgré ce qui a été dit de l’insuffisance de certains textes, à certaines périodes ; il reste que les textes existent. Même s’ils ne parlent pas explicitement de l’objet de la recherche, ils fournissent un contexte. Il est impossible en archéologie médiévale de faire abstraction de l’histoire médiévale. Notre problématique est historique. Ce que l’archéologie médiévale peut apporter de mieux, c’est un éclairage puissant sur certaines questions, des connaissances totalement nouvelles, un élargissement du champ de l’histoire que souhaitait dès l’origine Michel de Boüard. Sans une solide formation d’historien, l’archéologue risque de servir les interprétations les plus fantaisistes et de perdre les perspectives les plus fécondes. L’enseignement de l’histoire et de l’archéologie médiévales à Caen s’accompagne, bien sûr, de séances de travaux pratiques sur le terrain : les étudiants peuvent effectuer des stages sur les chantiers de fouilles et dans les laboratoires du Centre. Des sujets de maîtrise et de doctorat sont proposés aux étudiants avancés et comportent souvent une fouille dont la responsabilité est confiée à titre individuel ou en équipe. En 1962, Michel de Boüard obtient un poste d’assistant dont l’intitulé est justement « Histoire et Archéologie du Moyen Âge ». Au cours de ces années, les axes de recherche et d’enseignement se dégagent peu à peu : 1. L’archéologie du haut Moyen Âge, c’est-à-dire essentiellement les origines du christianisme (Portbail) et l’archéologie funéraire. Les fouilles de grandes nécropoles sont entreprises (Fleury-sur-Orne, Saint-Martin de Caen, Hérouvillette) en attendant les grandes découvertes de Frénouville, de Saint-Martin-de-Fontenay et de plusieurs autres sites. L’accent est mis sur ce que peuvent apporter les fouilles de cimetière concernant l’occupation du sol, le peuplement, la démographie, l’intérêt d’une observation fine des rites funéraires, la nécessité d’une étude anthropologique des ossements humains et d’une étude de laboratoire du mobilier. 2. L’archéologie des châteaux, non seulement les châteaux de pierre mais aussi les fortifications de terre (mottes et enceintes). Là aussi, les problèmes historiques à résoudre ne manquent pas : rôle du château dans la conquête du sol et la naissance des principautés, dans l’apparition de la seigneurie châtelaine (XIe-XIIe), intérêt de ces recherches concernant la vie aristocratique, la vie quotidienne des châtelains et de leur mesnie, le développement économique et social de la seigneurie et des habitats qui lui sont liés. 3. L’habitat rural et la vie des campagnes (notamment les aspects techniques : charrue, moulins, outillages techniques, etc.), le développement urbain. Ces thèmes aboutiront aussi à des fouilles importantes Saint-Ursin de Courtisigny, Trainecourt-Mondeville, Caen, Rouen. 4. La céramologie médiévale: Michel de Boüard a lancé les recherches sur la céramique médiévale en France avec la création du laboratoire de Caen pour l’étude chimique et physique des céramiques. Pour lui, la céramique était l’un des témoins privilégiés des niveaux archéologiques: témoin d’une civilisation, témoin de techniques et de modes qui évoluaient. Les rapports entre 24


Michel de Boüard, professeur d’archéologie médiévale

Quant aux méthodes de fouilles, il était, à ce sujet, curieusement, pour un homme comme lui, un peu conservateur ! Il est resté fidèle jusqu’au bout à la méthode de Mortimer Wheeler8 (carrés séparés par des bandes de terre continues ou « banquettes »). Pour lui, l’essentiel était d’utiliser une méthode stratigraphique. Les querelles qui se sont développées par la suite (années 1970-1980) le laissaient non pas sceptique, il les admirait souvent, mais amusé et un peu ironique. Pour lui, le fond - les résultats - était plus important que la forme ou la manière. Publié en 1975, son Manuel d’archéologie médiévale est une excellente synthèse de ce qu’il voulait faire et qu’il a réalisé en grande partie. On y remarquera la part donnée à la formation historique qu’il juge indispensable aux jeunes archéologues plus de la moitié du livre est consacré à l’examen de problèmes et de questions qui faisaient depuis longtemps l’objet de ses cours, il y a ajouté une abondante bibliographie ; une autre part est donnée à la formation scientifique (problèmes de datation, de détection, d’analyse), il jugeait cette deuxième formation non moins nécessaire que la première9. Ce qui manque naturellement dans la lecture de ce manuel, c’est la vie et le souffle qu’il savait mettre dans ses cours. Il avait le goût et même la passion de l’enseignement. Pour lui, pas de recherche scientifique sans ce prolongement nécessaire, vital. Transmettre… Transmettre des connaissances, mais aussi des techniques de travail. Il a enseigné jusqu’à la fin de sa vie, acceptant, après sa retraite (1981), d’innombrables conférences, notamment en 1987, année du IXe centenaire de la mort de Guillaume le Conquérant dont il venait d’écrire une belle biographie (1984)10. Il fallait le suivre en Angleterre, sur les pas de Guillaume le Conquérant, au champ de Battle puis de château en château. Il fallait l’entendre évoquer avec émotion, la reine Mathilde, ou encore, Frédéric Barberousse et surtout Frédéric II. Dans ses cours, ce qui frappait, c’était l’exposé limpide, l’analyse solide et la critique des textes - le chartiste était toujours là - mais plus encore peut-être la vie extraordinaire qu’il savait donner aux événements et aux personnes replacés dans un environnement enrichi par l’apport des découvertes archéologiques, une vision véritablement re-créatrice du passé. Il citait souvent les mots de Michelet une « résurrection intégrale du passé » il savait que c’était un idéal impossible à atteindre mais il voulait y tendre. Il y avait dans son enseignement deux moments qui m’ont toujours semblé privilégiés: les cours de paléographie et ses interventions sur les chantiers de fouilles. C’était en fait la même démarche pédagogique pour donner des éléments concrets pour écrire une histoire de la vie quotidienne, une histoire réaliste, presque terre à terre, mais combien vivante et humaine ! On avait parfois l’impression, en l’écoutant, de toucher du doigt la réalité du passé. Les interventions sur les chantiers de fouilles étaient parfois fulgurantes - nous disions « le flash du matin » - ou bien émouvantes. Je me souviens de démonstrations devant des coupes stratigraphiques, devant un foyer accompagné des déchets de la cuisine, devant un pas humain mis 7. BOÜARD M. de, « Dans quelle mesure la coopération des laboratoires peut-elle contribuer aujourd’hui aux progrès de la recherche archéologique ? », Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, comptes rendus, 1973, Paris, 1974, p. 457-467. 8. WHEELER M., Archaeology from the Earth, Penguin Books, 1954. 9. BOÜARD M. de, Manuel d’archéologie médiévale. De la fouille à l’histoire. Paris, 1975, 340 p. 10. BOÜARD M. de, Guillaume le Conquérant. Paris, 1984, 485 p.

25

Joseph Decaëns

le laboratoire et l’archéologie était une de ses préoccupations constantes. Conscient de la nécessité du laboratoire, il voulait aussi donner des règles précises de la coopération entre archéomètres et archéologues-historiens. Sa communication à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres en 1973 reste comme la charte fondamentale de ses idées en ce domaine7. Il avait créé le Centre de Caen dans cet esprit et veillait aux dérapages éventuels !


ESTMA III

au jour dans une couche du Xe siècle à Doué-la-Fontaine. Jamais ses dons pédagogiques n’ont été si éclatants que pendant de courtes interventions où de la démonstration de terrain on passait à l’histoire. Pour lui, l’archéologie médiévale donnait vie à des secteurs entiers de l’histoire qui, sans cette discipline, resteraient muets. Il disait souvent et il l’a écrit dans la préface de son manuel : « nous nommons ici « archéologie médiévale » la discipline distincte de l’histoire de l’art, dont la démarche essentielle est la fouille et qui ambitionne d’apporter à l’histoire des civilisations du Moyen Âge un dossier nouveau, complétant ceux qu’ont déjà fourni l’étude des textes, des monuments, des objets mobiliers. Pour s’en être tenue jusqu’ici, en beaucoup de pays, à ces seules sources, l’histoire du Moyen Âge a laissé dans l’ombre maints secteurs d’importance notable. Les méthodes traditionnelles d’enquête ne peuvent atteindre, au mieux qu’une faible part de cette réalité que fut la vie des populations médiévales. Avant l’institution de l’état-civil, des générations d’hommes ont vécu sans laisser la moindre trace dans les textes »11. Un autre trait de son enseignement de l’archéologie était sa volonté d’instaurer un travail d’équipe. Il y voyait naturellement une nécessité : l’archéologie doit pouvoir mettre en œuvre, pour être efficace, une pluridisciplinarité vraie, mais il avait un goût pour l’activité collective et pour la vie en commun. Ceux qui l’ont connu sur les terrains de fouilles ont découvert un Michel de Boüard très différent, souvent gai et épanoui, connaissant tous les couplets des vieilles chansons françaises que l’on fredonnait sur le chantier ou dans les soirées autour d’un feu. Je me souviens de la première présentation qu’il fit des fouilles de Doué-la-Fontaine, c’était en 1968 à Gand, il présenta la découverte comme une œuvre collective, comme un travail d’équipe, ce qui surprit beaucoup ce jour-là. Pour Michel de Boüard, l’archéologie était une science historique à part entière. Il n’aimait pas beaucoup l’expression de « science auxiliaire ». Il préférait l’expression de Marc Bloch qu’il avait fait placer sur la couverture des Annales de Normandie, dès leur fondation, par lui, en 1951 : « Il n’y a qu’une science des hommes dans le temps et qui sans cesse a besoin d’unir l’étude des morts à celle des vivants »12. Pour lui, l’historien ou l’archéologue n’était pas un homme du passé. L’histoire et l’archéologie étaient faites pour les hommes d’aujourd’hui, pour comprendre les hommes d’aujourd’hui. Cette disposition d’esprit expliquait aussi son autre passion l’ethnographie et la méthode régressive en histoire. Il aimait donner en exemple Marc Bloch et Henri Pirenne débarquant à Stockholm pour un congrès historique et se rendant immédiatement visiter un Hôtel de ville tout neuf et même la gare, paraît-il. Michel de Boüard, n’aimait guère la mode du passé telle qu’elle se développe parfois de nos jours, il avait horreur des « amis des vieilles pierres » ou des « amis des châteaux ». Parce que nous sommes des historiens, nous nous intéressons à l’histoire en train de se faire, c’est-à-dire au présent. L’histoire nous fait souvent comprendre le présent. Le présent nous aide aussi quelquefois à comprendre le passé. « L’historien, disait-il, avait une tâche sainte… expliquer aux hommes leurs racines… la chaîne charnelle et viscérale reliant le présent au passé »13.

11. BOÜARD M. de, Manuel d’archéologie médiévale. De la fouille à l’histoire. Préface. Paris, 1975, p. 9-18. 12. BLOCH M., Apologie pour l’histoire ou métier d’historien, Cahiers des Annales, Paris, 1961, p. 15. 13. Interview à Ouest-France.

26


Archäologie des Mittelalters und der Neuzeit als Universitätsdisziplin. - Erfahrungen aus der Otto-FriedrichUniversität Bamberg, Deutschland Ingolf Ericsson

eit 1981 wird Archäologie des Mittelalters und der Neuzeit als selbständige Disziplin an der Fakultät Geschichts- und Geowissenschaften der Otto-Friedrich-Universität in Bamberg gelehrt. Gegründet und aufgebaut wurde der Lehrstuhl von Professor Walter Sage, in dessen Nachfolge der Autor 1995 getreten ist. Bis heute ist der Bamberger Lehrstuhl der einzige Lehrstuhl für Archäologie des Mittelalters und der Neuzeit in Deutschland geblieben. Bamberg ist somit auch die einzige Universität in Deutschland, in der das Hauptfach Archäologie des Mittelalters und der Neuzeit mit einem Nebenfach Vor- und Frühgeschichte kombiniert werden kann.

S

Nach der Prüfungsordnung müssen ein Haupt- und zwei Nebenfächer studiert werden. Als Nebenfächer stehen in Bamberg unter anderem zur Verfügung : Vor- und Frühgeschichte, Bauforschung, Denkmalpflege, (Mittelalterliche) Geschichte, Volkskunde, Kunstgeschichte, Historische Hilfswissenschaften, Siedlungsgeographie, Islamische Kunst und Archäologie sowie Klassische Archäologie. 1996 zählte das Fach Archäologie des Mittelalters und der Neuzeit 22 Doktoranden, 73 Magi sterstudierende im Hauptfach und 58 Magister- oder Diplomstudierende im Nebenfach. Etwa ein Drittel der Studierenden kommen aus der Region um Bamberg (Franken), knapp ein Drittel aus dem übrigen Süddeutschland und ein weiteres gutes Drittel aus West-, Nord- und Ostdeutschland. Hinzu kommen vereinzelt ausländische (Gast-)Studierende. Hinsichtlich der Studienbedingungen ist anzumerken, daß sowohl die personelle, als auch die räumliche und die finanzielle Ausstattung einiges zu wünschen übrig läßt. An Personal stehen vier Planstellen zur Verfügung : die Professur, die Assistentenstelle, der Posten des Grabungstechnikers und das halbtäglich geöffnete Sekretariat. Hinzu kommen im Wintersemester 1996/97 zwei Forschungsstipendiaten, darunter ein Kollege von der Universität Wilna (Vilnins) in Litauen, einige Lehrbeauftragte, studentische Hilfskräfte und Tutoren.

27


ESTMA III

Die Archäologie des Mittelalters und der Neuzeit ist in Bamberg eine selbständige historische Disziplin, das heißt eine von vielen historischen Disziplinen, die sich mit dem Mittelalter und der Neuzeit befassen. Aufgabe eines Mittelalter- und Neuzeitarchäologen muß deshalb sein, historische Fragen im weitesten Sinne mit archäologischen Methoden zu beantworten. Diese Einordnung der Archäologie des Mittelalters und der Neuzeit als Teil einer umfassenden Geschichtsforschung bedeutet, zwar daß das Quellenmaterial und die Methoden - nicht aber unbedingt die Ziele - sich grundlegend von denen anderer Disziplinen, welche historische Mittelalter- und Neuzeitforschung betreiben, unterscheiden. Hieraus wird deutlich ersichtlich, daß die Archäologie des Mittelalters und der Neuzeit nur dann erfolgreich sein kann, wenn das Fach in engem Kontakt zu Nachbardisziplinen, wie Vor- und Frühgeschichte, Schrifthistorie, Kunstgeschichte, Bau- uns Siedlungsforschung, Denkmalpflege, historische Geographie, Volkskunde, und so weiter steht. Der durch das Fach Archäologie des Mittelalters und der Neuzeit in Bamberg abgedeckte zeitliche Rahmen ist weit gefaßt. Er reicht von der Spätantike beziehungsweise der jüngeren Kaiserzeit bis in die jüngste Neuzeit, also etwa vom 2. bis zum 20. Jahrhundert. Den geographischen Schwerpunkt bilden allgemein Deutschland und das übrige Zentraleuropa, wobei verstärkt darauf Wert gelegt wird, auch andere Teile Europas mit zu berücksichtigen. Geplant ist zudem für das Wintersemester 1997/98 erstmalig eine Vorlesungsreihe zur außereuropäischen Archäologie (Mittelalter und Neuzeit). Durch die kleine Anzahl fester Mitarbeiter an der Fakultät in Bamberg besteht das Hauptproblem darin, das Fach Archäologie des Mittelalters und der Neuzeit in seiner gesamten chronologischen, geographischen und thematischen Breite in Lehrveranstaltungen qualifiziert zu vertreten. Der Mangel an geeigneten europäischen Übersichtswerken beziehungsweise Lehrbüchen für Archäologie des Mittelalters und der Neuzeit wirkt sich hier gravierend, aus. In der Lehre sollen acht thematische Schwerpunkte behandelt werden : 1 - Architektur und Siedlungsarchäologie ; 2 - Gräber- und Friedhofsarchäologie ; 3 - Archäologische Zeugnisse von Landwirtschaft, Bergbau, Handwerk, Technik und Industrie ; 4 - Realienkunde ; 5 - Archäologische Quellen und die Ornament- und Stilgeschichte ; 6 - Archäologische Zeugnisse der historischen Infrastuktur ; 7 - Praktische und methodische Grundlagen der Archäologie des Mittelalters und der Neuzeit ; 8 - Sowie interdisziplinäre Zusarnmenarbeit mit Nachbarfächern der Geistes- und Naturwissenschaften. Im Gegensatz zu beispielsweise Universitäten in Skandinavien wird in Bamberg kein fester Grundkursus angeboten, der jedes Jahr oder jedes zweite Jahr wiederholt wird. Eine solche übergreifende Einführung wäre sicher von Vorteil für die Studienanfänger, läßt sich aber von dem in Bamberg verfügbaren Lehrpersonal nicht realisieren. Um dennoch den Einstieg der Studienanfänger zu erleichtern, werden seit 1996 ein Tutorium sowie eine kurze einsemestrige Einführung in die Archäologie des Mittelalters und der Neuzeit angeboten. Das Hauptziel des Studiums ist die Vorbereitung der Studierenden auf ihre künftige Tätigkeit durch eine berufsorientierte Ausbildung. Eine verhältnismäßig starke Praxisorientierung 28


Archäologie des Mittelalters und der Neuzeit als Universitätsdisziplin

Eine wichtige Rolle spielen deshalb Feldarchäologie und Exkursionen im In- und Ausland. Vor dem Magisterabschluß muß beispielsweise jeder Hauptfachstudent wenigstens 15 Wochen Geländepraktika belegen. Pflicht ist weiterhin die Teilnahme an wenigstens drei großen (Auslands-)Exkursionen plus 16 weiteren Tagesexkursionen sowie ein zweiwöchiges Forschungspraktikum zumeist in einem Denkmalamt oder Museum. Wichtig sind in diesem Zusammenhang auch die regelmäßig angebotenen Lehrveranstaltungen zum Thema Denkmalrecht. Um einen konkreten Eindruck von dem Bamberger Lehrangebot zu vermitteln werden beispielhaft die Themen des Wintersemesters 1996/97 kurz aufgezählt, wobei zu betonen ist, daß die europäische Archäologie im genannten Semester eine ungewöhnlich große Rolle spielt : 2 Vorlesungen zu Keramik des Mittelalters in Westeuropa und Archäologie des Mittelalters und der Neuzeit im Baltikum und dem ehemaligen Preußen ; 1 Hauptseminar zu Forschungsschwerpunkten der Archäologie des Mittelalters und der Neuzeit in Großbritannien ; 1 Seminar « Alles was Recht ist in der Archäologie ? » (Einführung in die Gesetze, Verträge, Organisation und Management) ; 1 Kolloquium für Magistranden und Doktoranden ; 3 Proseminare: « Einführung in die Archäologie des Mittelalters und der Neuzeit »; « Einführung in die Reihengräberarchäologie » ; « Vom befestigten Hof zur mittelalterlichen Burg Über die Entstehung und Entwicklung der mittelalterlichen Adelsburg » ; 3 Ubungen : « Kirchenburgen, Wehrkirchen und befestigte Friedhöfe » ; « Fachwerkbauten in Nord- und Westdeutschland » ; « EDV für Archäologen ». Das aufgezählte Lehrangebot umfaßt 23 Semesterwochenstunden. Die Breite des theoretischen Lehrangebots ist nur aufrecht zu halten dank der Genehmigung von besoldeten Lehraufträgen. Um es den Studierenden zu ermöglichen ausreichend Geländepraxis zu erhalten, werden vom Lehrstuhl ca. sechs bis sieben Monate pro Jahr Ausgrabungen durchgetührt. Dies ist sowohl für die Wahrnehmung der Lehrverpflichtungen laut Studienordnung als auch für die Wahrnehmung von Forschungsverpflichtungen unumgänglich. Es ist nur realisierbar dank der festen Stelle eines Grabungstechnikers und eines kleinen aber festen Grabungsetats von Seiten der Universität. Beides reicht aber keineswegs aus. Der Lehrstuhl ist deshalb darauf angewiesen, erhebliche Drittmittel bewilligt zu bekommen. Derzeit sind die Grabungsschwerpunkte Stadtkernarchäologie in : 29

Ingolf Ericsson

und die Betonung eines denkmalpflegerischen Profils ist für den Bamberger Lehrstuhl kennzeichnend. Die Studierenden werden nicht nur theoretisch, sondern auch gezielt praxisorientiert auf eine zukünftige Berufstätigkeit vorbereitet.


ESTMA III

1 - Forchheim, Bamberg und Karlstadt ; 2 - Burgen der Bamberger Bischöfe ; 3 - Die Erforschung eines spätromanischen Kaiserpalatiums in Seligenstadt bei Frankfurt. Als Forschungspraktikum wird 1996/97 für fortgeschrittene Studierende ein Museumspraktikum angeboten : « Konzept, Gestaltung und Realisierung einer archäologischen Ausstellung ». Ab Pfingsten werden Grabungsergebnisse des Lehrstuhls zur Stadtkernarchäologie der Öffentlichkeit vorgestellt. Zwei weitere Ausstellungsprojekte sind 1998 vorgesehen. Um die Publikationsmöglichkeiten zu verbessern - auch für Arbeiten von Doktoren und Magister - wird als neue Reihe « Bamberger Schriften zur Archäologie des Mittelalters und der Neuzeit » vom Lehrstuhl herausgegeben werden. Band 1, eine Festschrift für Walter Sage, befindet sich in der Vorbereitung. Hervorzuheben sind die guten Kontakte und die sehr positive Zusammenarbeit, die zwischen dem Lehrstuhl und dem Bayerisches Landesamt für Denkmalpflege bestehen. Zu erwähnen ist weiterhin eine fruchtbare Zusammenarbeit auch mit anderen Denkmalämtern, vor allem in Sachsen, Thüringen, Sachsen-Anhalt und Baden-Württemberg. Mit den Museen der Region, vor allem mit dem Germanischen Nationalmuseum in Nürnberg, sind die Kontakte vertieft worden. Zur Förderung des Zusammengehörigkeitsgefühls und zum Austausch von Informationen finden seit 1995 jährlich das Bamberger Archäologentreffen statt. Eingeladen werden alle Studierende des Faches, Magister, Doktoren und Mitarbeiter des Lehrstuhls. Bei dem Treffen wird über das Fach diskutiert, werden die Tätigkeiten des Lehrstuhls sowie verschiedene Forschungsprojekte, die von heutigen oder ehemaligen Studierenden durchgeführt werden vorgestellt und diskutiert. Das Treffen ist nicht nur für den Informationsaustausch sondern auch für die Stärkung des Gemeinschaftsgefühls der Bamberger Mittelalter- und Neuzeitarchäologen wichtig. Am Treffen 1996 nahmen etwa 130 Personen teil, darunter ca. 50 Bamberger Magister, die zur Zeit in verschiedenen Teilen Deutschlands berufstätig sind. Was der Bamberger Lehrstuhl mit seinen wenigen Mitarbeitern vor allem als Quelle der Inspiration und der Diskussion benötigt, ist eine vertiefte und erweiterte Interdisziplinarität und internationale Zusammenarbeit. Förderlich sind hierbei der Austausch von Studierenden, Dozenten und Forschern handeln, gemeinsame internationale Kurse für Doktoranden, gemeinsame Forschungsprojekte/Grabungsprojekte sowie gemeinsame Publikationen (vor allem Lehrbücher). Abschließend soll kurz aufgezählt werden, was am Bamberger Lehrstuhl zur Zeit als besonders bedeutsam erachtet wird : Wichtig ist, daß die Archäologie des Mittelalters und der Neuzeit als eine selbständige Disziplin betrachtet wird, die beispielsweise auch mit einem Nebenfach Vor- und Frühgeschichte kombiniert werden kann. Für die Emanzipation unseres Faches ist dies von grundlegender Bedeutung. In Bamberg wird angestrebt, nicht nur die Archäologie des Mittelalters sondern auch die 30


Archäologie des Mittelalters und der Neuzeit als Universitätsdisziplin

In Bamberg wird weiterhin angestrebt, den Schwerpunkt als grabende (und ausstellende) Institution auszubauen. Die Ausrichtung auf Grabungspraktika und denkmalpflegerische Akzente soll verstärkt werden. In Forschung und Lehre wird versucht, verstärkt überregionale und internationale Akzente zu setzen. Ein weiterer Schwerpunkt ist der Versuch, die internationale Kooperation und die interdisziplinare Zusammenarbeit zu verstärken. Hierbei ist nicht nur an den an sich wichtige Austausch von Studierenden und Dozenten gedacht, sondern auch an gemeinsame Forschungsprojekte/Grabungen und insbesondere an gemeinsame Publikatonsvorhaben. Geradezu gravierend wirkt sich der Mangel an geeigneten Übersichtswerken und gezielten Lehrbücher zur Archäologie des Mittelalters und der Neuzeit auf die Lehre aus. Oben ist sehr detailliert auf die Situation am Bamberger Lehrstuhl eingegangen worden. Es ist aber zu vermuten, daß auch bei weiteren kleinen Instituten für Archäologie des Mittelalters ähnliche Probleme und Wünsche für die Zukunft bestehen können. Abschließend soll die Hoffnung angesprochen werden, daß die Konferenz für Hochschullehrer der Archäologie des Mittelalters in Europa in einigen Jahren in Bamberg stattfinden wird, wobei das zentrale Thema wie folgt lauten könnte : Archäologie der Neuzeit in Lehre und Forschung europäischer Universitäten.

31

Ingolf Ericsson

Archäologie der Neuzeit in Lehrveranstaltungen gebührend zu berücksichtigen. Ein Problem ist hier vor allem der Mangel an geeigneter Fachliteratur, gerade um ein Seminar oder eine Vorlesungsreihe zu bestimmten Aspekten der Neuzeitarchäologie anbieten zu können. Zu häufig sind deshalb Lehrveranstaltungen zur Archäologie der Neuzeit allgemeine Kurse. Ein festes Ziel bleibt es, die Position der Neuzeitarchäologie in der Lehre zu verstärken.


L’enseignement de l’archéologie en France : dans quel cadre, pour quel public, dans quel but ? Anne-Marie Flambard Héricher

enseignement de l’archéologie est dispensé en France de manière très variable, dans des filières diverses et selon un volume horaire fluctuant. Il n’est donc pas inutile de tenter de dresser un panorama de la formation à l’archéologie dans notre pays afin d’essayer de repérer quels sont les besoins, de comprendre quels devraient être les objectifs prioritaires de formation et, peut-être, de faire quelques propositions d’aménagement de cette dernière.

L

Avant de répertorier les différents cadres dans lesquels s’opère la formation en archéologie, il convient d’observer comment cette discipline est pratiquée en France et d’en identifier les acteurs. Je reprendrai en partie ici la brochure « Archéologie et insertion » diffusée, il y a quelques années, par le ministère de la Culture et de la Francophonie d’alors. Elle divisait les fouilles en deux catégories qui n’ont pas beaucoup varié aujourd’hui. On distingue : 1°) « Les fouilles programmées… dont l’exécution est motivée par des objectifs de recherche scientifique, sans que le site correspondant soit l’objet de menaces précises de destruction, ce qui permet son étude sur plusieurs années. Le travail sur le terrain, réalisé le plus souvent avec l’aide de bénévoles, ne représente que quelques mois par an. » 2°) « Les fouilles préventives ou de sauvetage… consécutives à une menace de destruction d’un site sur l’emplacement concerné par la réalisation d’un aménagement (immeuble, autoroute, T.G.V.). Ces fouilles ont lieu toute l’année et leur durée doit concilier à la fois respect de l’étude du site et délais d’achèvement prévus de l’aménagement considéré, ce qui implique l’intervention d’équipes d’archéologues professionnels. » La même brochure dressait également le tableau des acteurs de l’archéologie : 1°) Les agents du ministère de la culture qui représentent les autorités de tutelle et font appliquer la réglementation archéologique et sont chargés des autorisations, du montage des opérations, de la gestion financière et du contrôle scientifique et technique des travaux. 2°) Les chercheurs rattachés au CNRS et à l’Université. 3°) Les agents des collectivités territoriales (attachés à une commune ou à un département). 4°) Les bénévoles. 5°) Les salariés des associations spécialisées dans l’archéologie et en particulier ceux de l’AFAN (Association pour les Fouilles Archéologiques Nationales). 33


ESTMA III

La brochure ajoutait « Les archéologues ont généralement une formation d’un niveau minimum BAC + 3, les principaux cursus suivis sont : - histoire de l’art et archéologie, histoire…, - les filières scientifiques (géologie, biologie…) - Les formations spécialisées en archéologie (maîtrises de sciences et techniques et DESS). » Ce tableau rapide de l’archéologie française doit, pour être complet, être précisé et nuancé. D’abord il faut souligner que l’enseignement en archéologie ne vise pas uniquement à former des archéologues de terrain mais aussi les gestionnaires du patrimoine archéologique comme les personnels des musées, les conférenciers, certains professionnels du tourisme et les personnels enseignants du primaire et du secondaire. L’enseignement de l’archéologie doit, évidemment, pouvoir satisfaire ces diverses attentes et convenir aux différents publics. La diversité des besoins explique qu’à des degrés divers, ces acteurs de l’archéologie ont besoin de recevoir une formation dans plusieurs domaines. I – QUE RECOUVRE LA FORMATION NÉCESSAIRE ? Elle recouvre trois domaines principaux : - la méthodologie de la fouille, - la culture générale, - la pratique. A – Les acquis méthodologiques. S’il est indispensable pour l’archéologue de terrain et pour ceux qui orientent la recherche d’en maîtriser parfaitement la technique, en revanche, les archéologues conférenciers, ou le responsable d’une collection dans un musée n’a besoin que d’une bonne connaissance théorique de cette même technique comme, par exemple, la méthode stratigraphique. Autrement dit, ce qui pour les premiers doit être obligatoirement un savoir-faire, peut rester, pour les seconds, un savoir théorique. La plupart des enseignements universitaires de l’archéologie s’accompagnent aujourd’hui de formations de terrain sous la forme de stages dont l’objectif est clairement l’acquisition de ces techniques. Mais, dans la plupart des cas ces stages restent insuffisants pour assurer aux étudiants une véritable autonomie sur le terrain et ne permettent donc d’acquérir que le savoir théorique évoqué précédemment. On peut donc regretter: la brièveté de ces séjours due aux contraintes administratives de l’organisation des études ainsi que l’absence d’homogénéité du contenu lié à la grande liberté des universités pour établir leurs programmes ainsi qu’à la diversité des chantiers. Cette formation pratique ne suffit évidemment pas pour obtenir un emploi d’archéologue de terrain, beaucoup de pratique complémentaire, en bénévolat la plupart du temps est nécessaire. B – L’acquisition du bagage culturel. L’acquisition du bagage culturel est le domaine privilégié de l’Université ou des écoles spécialisées, telle l’École du Louvre, toutefois, ce bagage est totalement différent selon la filière choisie par l’étudiant puisqu’aucune filière spécifiquement archéologique n’existe. Les con34


L’enseignement de l’archéologie en France

Ce bagage culturel est indispensable pour tous, il garantit un certain niveau de formation, mais il prend des formes variées. Si un archéologue de terrain se doit de connaître le mobilier correspondant aux périodes qu’il fouille, les techniques de construction, l’histoire régionale, l’histoire du site comme celle d’autres sites, en revanche, un conférencier, un animateur de musée n’auront pas besoin de connaissances aussi précises mais devront en posséder d’autres plus générales. Certains archéologues devront développer une spécialisation forte, dans les disciplines médicales par exemple, pour les anthropologues, dans le domaine de la botanique pour les carpologues, etc.. Cette spécialisation se trouve de fait réservée à un nombre très limité d’individus en raison du très petit nombre de débouchés existants. C’est dans des laboratoires spécialisés et par une pratique individuelle plutôt que par des cours que cette formation plus pointue peut être acquise, ces « spécialités » qui ne doivent être ignorées d’aucun archéologue dans leur principe général ne peuvent faire l’objet d’un enseignement universitaire de premier ou de second cycle. Ils ne peuvent intervenir qu’au niveau de la maîtrise où ils doivent faire l’objet de l’enseignement individuel que nous avons évoqué. En revanche l’information est nécessaire dès la licence, pour permettre aux étudiants des choix motivés. C – Les compétences techniques. Enfin le métier d’archéologue suppose dans certains domaines une excellente maîtrise technique. Pour les archéologues de terrain, le maniement du théodolite, la photographie, le dessin technique, l’informatique doivent obligatoirement être connus, pour d’autres ce seront les techniques audiovisuelles. Ces apprentissages nécessitent des enseignements complémentaires que l’uni versité n’est pas toujours à même de délivrer dans les filières traditionnelles et que seules les filières spécialisées : MST1 ou DESS2 peuvent proposer. La formation à l’archéologie suppose donc une très grande variété des enseignements et des niveaux d’approfondissement très divers qui, à l’heure actuelle, ne se rencontrent qu’aux niveaux les plus élevés de la formation universitaire : MST, DESS, DEA3, Thèse. Il s’agit donc de niveaux très nettement supérieurs au « BAC + 3 » annoncé par le fascicule précédemment cité. 1. Maîtrise de Sciences et Techniques 2. Diplôme d’Enseignement Supérieur 3. Diplôme d’Études Approfondies, année préparatoire à la thèse.

35

Anne-Marie Flambard Héricher

naissances acquises en géologie ou en biologie, champs disciplinaires d’où sont issus de nombreux préhistoriens n’ont rien à voir avec celles qui peuvent être délivrées en histoire, en histoire de l’art, ou en lettres classiques, champs disciplinaires préférentiels des archéologues des périodes historiques. Pourtant toutes ces filières ont un rapport étroit avec l’archéologie et certains aspects de ces disciplines sont parfois indispensables à la pratique archéologique. Le choix d’une filière correspond donc pour l’étudiant à une spécialisation, tandis que les autres domaines restent pour lui des points secondaires. En réalité, on s’aperçoit rapidement que ces filières universitaires prédisposent à l’étude d’une période ou d’une autre de l’archéologie : les filières scientifiques fournissant des archéologues préhistoriens, la filière littéraire favorisant l’étude des périodes historiques. Mais, il faut le noter, la période d’étude est souvent un choix a posteriori et non le résultat pour l’étudiant d’un véritable projet professionnel.


ESTMA III

II – QUELS SONT LES DÉBOUCHÉS ACTUELS DE L’ARCHÉOLOGIE FRANÇAISE DE TERRAIN ? Si l’on exclut de notre démonstration les archéologues « indirects », j’entends par là ceux qui ne pratiquent pas l’archéologie de manière professionnelle mais qui en utilisent les résultats ou les données, la font connaître où encore l’enseignent mais de manière annexe, comme par exemple dans l’enseignement secondaire en France, où elle n’est qu’illustrative. Si l’on exclut donc ces archéologues « théoriques » pour ne considérer que ceux qui écrivent l’archéologie (archéographes et archéologues au sens vrai du terme) ceux qui sont sur le terrain, qui pratiquent des traitements, des analyses, des études post-fouilles ainsi que ceux qui gèrent l’archéologie, on constate que le nombre d’individus en cause est relativement limité puisqu’il représente 3 000 individus environ en France actuellement et que, parmi eux, la moitié appartient à l’AFAN4. Je ne détaillerai pas la nature des 1 500 emplois hors AFAN, ce sont les mieux connus des universitaires, ceux qui nécessitent le plus haut niveau de formation, ceux pour lesquels, en priorité, nous formons nos étudiants. En revanche il me semble utile de préciser en quoi consistent les 1 500 emplois équivalents temps plein de l’AFAN qui ont été recrutés récemment pour la plupart d’entre-eux. Mon expérience dans ce domaine repose sur la participation au conseil scientifique qui a précédé les recrutements AFAN et qui m’ont permis de mieux comprendre les critères de sélection et de promotion de l’entreprise. Le nombre d’emploi, qui va de pair avec l’essor de l’archéologie préventive, indique clairement que l’AFAN est aujourd’hui le principal débouché en archéologie. Dans l’Ouest, notre région, l’effectif atteignait 270 individus en décembre 1994 et les autres régions ont connu une évolution comparable à l’exception peut-être de « Rhône-Alpes, Auvergne » et du « Centre est ». L’enseignement des universités est-il adapté à la demande de cet employeur, et, en premier lieu, à quel niveau l’AFAN recrute-t-elle ? La réponse est donnée par l’accord d’entreprise de l’AFAN (2e édition de février 1994). L’AFAN classe son personnel en cinq catégories correspondant à des niveaux de formation : depuis le CAP ou le brevet élémentaire (catégorie 1), le baccalauréat (catégorie 2A), le DEUG, DUT, DES ou BTS (catégorie 2B ou 3, selon l’expérience professionnelle acquise), la licence ou maîtrise (catégorie 4), jusqu’aux diplômes de 3e cycle ou au doctorat (catégorie 5). Le recrutement a été effectué, en 1995, dans l’Ouest, dans les proportions suivantes. Pour 1 emploi de catégorie 5, il y avait 7 emplois de catégorie 4, 12 de catégorie 3, et environ 15 de catégorie 2. J’ignore la proportion des emplois de catégorie 1 parce que l’AFAN y a procédé seule au recrutement. Il faut souligner que pour chaque niveau : des « titres et travaux » ou une « expérience et qualification professionnelle » peuvent se substituer aux diplômes que nous venons de définir. Cette précision est loin d’être anodine car on constate dans la pratique que l’expérience acquise prime sur les diplômes. Ce phénomène fréquent actuellement pour l’ensemble des diplômes universitaires est, me semble-t-il, particulièrement marqué dans notre discipline, il pose à brève échéance le problème de la survie de nos enseignements, qui pourraient être peu à peu remplacés par des stages de formation continuée.

4. AFAN, chiffres 1996.

36


L’enseignement de l’archéologie en France

Pourtant, dans le domaine de l’archéologie, l’Université a un rôle essentiel à jouer qu’elle n’assure à l’heure actuelle qu’en partie. L’archéologie en effet, du moins pour les catégories professionnelles les plus basses qui sont les catégories 1 voire 2 de l’AFAN, fait partie des métiers qui ne s’apprennent pas ou du moins qui ne font pas l’objet d’un apprentissage structuré, soit dans le cadre d’un lycée professionnel soit dans celui d’un cadre professionnel d’apprentissage. Comme l’éboueur, le fossoyeur, le terrassier, l’archéologie semble par certains aspects réservés aux laissés pour compte du système éducatif, à ceux que l’école a, plus ou moins rejetés. Cette situation peut surprendre quand il existe des Brevets d’Enseignement Professionnels de « technicien de surface », – il s’agit de former dans ce cas des professionnels du ménage –, ne peut-on s’étonner qu’on ne cherche pas à enseigner quelques rudiments de typologie céramique par exemple ou de topographie, la législation du travail et des consignes en matière de sécurité à ceux qui constitueront la base de la pyramide du métier d’archéologue. Tandis que les catégories 3, 4 et 5 de l’AFAN possèdent des diplômes universitaires. La catégorie intermédiaire 2 voit se côtoyer des archéologues formés sur le tas et des archéologues bien diplômés, qui ont une licence ou davantage mais pas toujours en archéologie, et qui n’ont pas fait suffisamment leurs preuves sur le terrain. Cette situation relativement paradoxale montre une grave lacune dans le domaine de la formation. Pourtant les jeunes qui trouvent à s’employer dans notre discipline ont souvent appris à fouiller mais il s’agit d’une formation non normalisée, conséquence, la plupart du temps, d’une série de stages comme bénévoles sur des chantiers de fouilles programmées puisque, par définition, les chantiers financés par les aménageurs et gérés par l’AFAN ne peuvent accueillir des bénévoles qu’exceptionnellement et nombre limité. Par conséquent, ces chantiers - nos chantiers - qui doivent justifier d’une solide problématique de recherches et qui fonctionnent avec des crédits plutôt minces, ces chantiers qui sont majoritairement dirigés par des universitaires ou des chercheurs du CNRS, ou encore, mais c’est de plus en plus rare, par des archéologues amateurs, parfois fort compétents qui consacrent leurs loisirs à la fouille, ces chantiers ont un rôle essentiel de formation initiale des débutants et de perfectionnement. Ce rôle, paradoxal de l’Université, n’est, bien sûr, pas officiellement reconnu, pourtant, il est fondamental puisque, pour tous ceux qui se destinent à l’archéologie puisque seul un premier contact, suivi d’une pratique plus approfondie, peuvent permettre ensuite à ceux qui se sentent motivés par ce type de recherches de poursuivre leurs études dans ce domaine sans risquer la déception et l’exclusion. Ce constat est, malheureusement aussi un relatif constat d’échec de la formation universitaire, totalement détournée ici de sa vocation première, et qui n’est jamais certaine de pouvoir assumer ce rôle faute de crédits assurés. Peut-être l’Université devrait-elle tenter de faire reconnaître cette fonction, tenter de poser les bases d’une véritable collaboration avec les employeurs pour faire valoir son rôle et pour être associée à la formation qui est mise en place par l’AFAN. On constate en effet que celle-ci tente de suppléer aux lacunes de son personnel par une formation continue lourde mais qui semble plus efficace dans le domaine technique que dans celui de l’analyse et de la synthèse, de la bibliographie, et des connaissances historiques en général. Ce sont précisément les domaines dans lesquels l’Université à un rôle essentiel à jouer. 37

Anne-Marie Flambard Héricher

III – LE RÔLE DE FORMATION INDIRECT DES UNIVERSITÉS ET DU CNRS


News from the Centre of Medieval Research at the university of Greifswald GĂźnter Mangelsdorf

t the second symposium of teachers for medieval archaeology in Budapest in 1993, I presented the new Centre of Medieval Research at the university of Greifswald.

A

Greifswald and its university is situated in the northeastern part of Germany, near the Baltic Sea. It was built in 1456 and is today one of the oldest in Germany, but with only 5000 students, the smallest in our country. During its long history it has held a special position between the Scandinavian and Baltic countries. During the last 50 years the main disciplines of our faculty for philosophy have developed in a particular way, with a strong development of the Humanities. Some of our faculty’s subjects developed during the years following the second world war, such as education and research on the medieval period. For instance : The scientists of the Institute of History have been working for nearly 40 years on the Hanseatic period the hanseatic towns and their contacts around the Baltic Sea. Many papers were published on the origin of the towns, commercial developement and trade. At the institute for art history, the scientists also work mainly on the Middle Ages. Their research focuses on brick-gothic in North-Germany, and medieval architecture. The main problem is where the brick-technology came from, and how it was brought to North-Germany. Most of the Institute for German Studies, with four scientists, is researching ancient German literature and the German language. In our institute for northern european studies, they are working on the Swedish and Danish languages, and literature from the early to the late medieval period. In the small department for prehistory, which was refounded after the unification of Germany, we research and conduct archaeological excavations on sites dating to the early the medieval period. From 1985 up to 1993 we excavated in the city of Greifswald. The results of these excavations have been published. The town was erected in the early 13 th century. During the medieval period, Greifswald was a typical hanseatic town. The material culture, discovered from excavations, demonstrates active trading activities with West-Europe and 39


ESTMA III

Scandinavia. We not only carry out field work we also work on the slavonic and german medieval period, through in education. The directors of all these Institutes came together and founded the Centre of Medieval Research at our university to combine, concentrate and coordinate all research on this subject and period. Today 20 scientists cooperate in our Centre. The aim of this Centre, is to stimulate a new approach to research on life and culture in medieval times. What we have been doing since the foundation ? To begin with, I will make some remarks about our research : For two years (1995/97) we received money from the Deutsche Forschungsgemeinschaft to conduct surveys highlighting the birth and development of the Eldena Cistercian monastery, situated east-wards from Greifswald. In these project archaeologists, art historians and historians work together. The monastery was founded at the end of the 12 th century and distroyed after the reformation-time. In the early 13 th century the monks of Eldena erected a market-place. This was the orgin of Greifswald. The monks instigated the land colonisation during the early medieval period in the western part of Pomerania. With two excavations - the first was in 1996 - we tried to get new information about the early settlement where the monstery was founded, and about the oldest part of church. With other surveys around Greifswald and Eldena we hope to get answers about the connections between Slavonic and German settlers and the land settlement during the medieval period. As a result of our excavations in 1996, we were able to correct the image we had about the basement of the eastern part of the church. In the middle of the choir, we excavated some graves. Art historians will carry out new surveys about building development and hope to discover the architectural influence between Danmark and Pomerania, as regards the monastery. The monks who constructed Eldena came from Esrom on Sealand/Danmark. Historians will try to give new information about the history and economy of the monastery, from the foundation up to the end. All documents and manuscripts will be studied again. Our archaeological field work started with geophysical prospections. In our Eldena-project we also work with natural scientists. The second of the Medieval Centre’s projects is the study of the network between the german « Reichsfürsten » in late medieval times. These projects are still in preparation. The third project will concentrate on all medieval manuscripts in Greifswald. There are many manuscripts in Greifswald’s churches, and in the university library which remain unpublished. Now, what we have done so for in education. During the summersterm in 1995 there was a weekly lesson called « Research on medieval times - today ». Archaeologists, historians, linguists and art historians from other german universities visited our centre. These lessons continued during the wintersterm in 1995/96, now called « Research about medieval times - interdisciplinary ». In 1995 we held a colloquium about education on the medieval period. In early July 1996, the second colloquium was held, on the church in medieval times. 40


The centre of Medieval Research at the university of Greifswald

What are to be the next steps for our Centre ? In 1998 we hope to hold the second conference with german and foreign scientists under the headline « Norms and reality in medieval times ». In conclusion I hope we have the chance to put all these things into practice. The personal and financial situation in our part of Germany is very difficult and we need a lot of support.

41

Günter Mangelsdorf

In november 1995 a first national conference, was held, in Greifswald organized by our new Centre. This conference started under the headline « In foreign countries and on journeys in medieval times ». At this meeting only scientists from our Centre brought new results on this subject. Nearly one hundred participants, mostly from other universities, attended the conference. All proceedings will be published next year. Our Centre for medieval studies was presented at the International Medieval Congress in Leeds in 1996, with our own session about « The prince and his court : historiography and literature ».


L’archéologie médiévale à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales Jean-Marie Pesez

’école des Hautes Études en Sciences sociales occupe une place à part dans l’Enseignement supérieur en France : elle n’a ni premier, ni deuxième cycle. Elle délivre deux sortes de diplômes : un qui lui est propre (du niveau de la maîtrise) et le doctorat. Elle n’a de règle que celles qu’elle se donne pour le recrutement de ses enseignants qui sont élus par leurs pairs. Elle n’est pas plus formaliste pour ses élèves qui doivent être acceptés simplement par l’enseignant. Enfin, elle donne son enseignement sous forme de séminaires car il s’agit uniquement d’un enseignement de recherche. Ces caractéristiques sont importantes. C’est grâce à cette spécificité que j’ai pu organiser mon enseignement dans les tout débuts, il y a plus de 30 ans. J’avais alors un tout petit nombre d’élèves qui ont depuis fait leur chemin. Mais que leur enseigner? ou plutôt, comment? Je manquais de modèle, n’ayant pas reçu moi-même un enseignement en archéologie médiévale - ni même en archéologie tout court - ; à cette époque-là, l’archéologie historique à l’Université se confondait avec l’histoire de l’art ; il n’y avait pas en particulier d’enseignement théorique de l’activité essentielle et spécifique de l’archéologue ; à savoir la fouille, et les procédures qui la précèdent et la suivent : la prospection et l’élaboration des résultats. Il existait, en revanche, une formation pratique, les chantiers faisant tous appel à une main d’œuvre bénévole, composée pour une bonne part d’étudiants. Ceux-ci bénéficiaient parfois d’un apprentissage organisé ; plus souvent, ils grappillaient quelque chose du savoir et du savoir-faire des anciens. C’était aussi l’époque où les méthodes de l’archéologie classique manquaient pour le moins de rigueur. Par la suite, on devait beaucoup dénoncer l’incohérence des stratégies, la faiblesse méthodologique, l’absence de conceptualisation de l’archéologie historique. Et il y a eu, dans les années 70, un gros effort de rationalisation de la recherche archéologique, une réflexion quasi ontologique, une tentative permanente de faire de l’archéologie une science constituée. La production théorique a été importante. Je ne suis pas sûr qu’elle n’ait pas parfois paralysé la recherche ; elle a sans doute détourné du terrain quelques bons esprits. Dans mon enseignement à l’EHESS, j’ai pris ma part de cette œuvre de renouvellement, assez modestement d’ailleurs, et en restant surtout dans le domaine de la méthodologie.

L

43


ESTMA III

C’était d’ailleurs inévitable, et cela s’inscrivait parfaitement dans la spécificité de l’EHESS. L’enseignement de la recherche suppose qu’on s’interroge sur les méthodes, et quelque peu aussi, naturellement, sur les finalités. Et d’abord une question s’imposait à moi, comme elle s’est imposée au doyen Michel de Boüard, à André Debord, et pratiquement à tous ceux qui, comme moi, sont allés à l’archéologie médiévale en partant de l’histoire, en étant d’abord des historiens : quel intérêt présentait la recherche archéologique pour l’histoire médiévale ? N’était-il pas superflu d’interroger la mémoire du sol pour une période où l’écrit est si abondant qu’on est bien loin d’en avoir épuisé les ressources ? Cette question qui, entre nous, continue à se poser quand il s’agit des temps modernes, n’a pas cessé d’être très présente à l’esprit de tous les archéologues médiévistes pendant un temps assez long. Je me demande aujourd’hui si elle continue à nous hanter ; les historiens sans doute la raniment de temps en temps, à propos par exemple de la fameuse mutation de l’an mil. En tout cas, il me semble qu’elle dessine un des traits majeurs de l’archéologie médiévale française. Une archéologie médiévale qui, dans les années soixante, était encore balbutiante, si bien sûr, on entend par archéologie médiévale une discipline distincte - mais pas forcément séparée - de l’histoire de l’art et une recherche dont les sources sont enfouies dans le sol. La bibliographie était inexistante, et elle n’était guère représentée qu’en deux lieux universitaires: à Caen, avec le doyen de Boüard, à Aix avec Gabrielle Démians d’Archimbaud. Je dois à l’appui que m’a vigoureusement apporté M. de Boüard au Congrès de Munich de 1965 d’avoir pu implanter et développer l’archéologie médiévale à ce qui était encore la 6e section de l’École Pratique des Hautes Études. On trouvera un témoignage de ce soutien efficace dans la contribution de M. de Boüard au 1er volume des Rotterdam Papers, en 1966. L’archéologie médiévale était donc, dans les années 60, une science neuve et qui se cherchait. Cela ne pouvait que constituer un atout pour son entrée à la future EHESS ; c’était une puissante recommandation auprès de Fernand Braudel. Et c’était parfaitement logique : la mission de l’École est sans doute l’enseignement de la recherche, mais il faut ajouter de la recherche de pointe, celle qui n’est pas encore académique, pas encore affirmée, qui tâtonne dans ses procédures, qui s’interroge sur ses fins, sur son devenir, sur la validité et l’intérêt de ses résultats. L’archéologie médiévale répondait parfaitement à ces critères de sélection. Revenons à l’article du doyen de Boüard dans les Rotterdam Papers de 1966 : le titre en était précisément « L’archéologie médiévale en France ». De quelles recherches y était-il fait état ? En dehors de la mention de travaux relativement traditionnels - pour ne pas dire plus comme ceux de Michel Fleury à Paris et dans la basilique de Saint-Denis, M. de Boüard mettait l’accent sur trois recherches : - celles de G. d’Archimbaud à Rougiers, - celles du Centre d’Archéologie médiévale de Caen, avec notamment les recherches céramologiques, - celles de l’École pratique sur les sites des villages désertés de Montaigut, Saint-Jean-le-Froid et Dracy. Les villages désertés sont la cause de tout. Ils ont orienté la recherche et ils ont orienté du même coup l’enseignement. La recherche d’abord. À l’origine on attendait de la fouille des sites disparus qu’elle réponde à deux questions : quand et pourquoi (les villages sont abandonnés) ? On a assez vite réalisé que la fouille apportait des informations d’un autre ordre et sur un autre sujet. Elle éclairait avant tout la vie du village avant la mort, c’est-à-dire qu’elle parlait de la construction, de 44


L’archéologie médiévale à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales

L’enseignement, toujours étroitement associé à la recherche, a pris le même chemin. Et là encore, cela répondait à la même exigence de l’EHESS, une exigence qui n’est écrite nulle part, qui est tacite, et qui cependant ne fait pas de doute, celle de quitter les sentiers battus et d’emprunter des voies nouvelles. Or la culture matérielle n’était pas encore un sujet pour l’historien, en France du moins, et, d’une certaine manière, l’archéologue en faisait comme Monsieur Jourdain faisait de la prose. Pour l’historien, la culture matérielle avait le tort de concerner ici et maintenant, c’est-à-dire d’être le fait d’un milieu donné à un moment donné : elle n’était pas évolution, elle ne parlait pas, du moins pas tout de suite, pas directement, du changement social. Il est assez paradoxal que la notion pourtant soit née dans les milieux marxistes, qu’elle ait été répandue en Europe de l’Est avant de l’être en Occident, et même qu’elle ait gagné d’abord l’Italie - où dès le premier numéro d’Archeologia medievale, elle était proposée comme le meilleur objectif de la recherche archéologique. En France, elle avait quand même trouvé un écho, et si j’ose dire un écho bruyant. La première édition de Civilisation matérielle et capitalisme date de 1967 : on me permettra de rappeler que l’auteur en était F. Braudel, le président et le père de l’École des Hautes Études en Sciences sociales. Quant aux archéologues, ils mettaient au jour des bâtiments, sans forcément s’intéresser à la construction, ils étudiaient des céramiques sans y voir des récipients, ils fouillaient des villes pour dégager le processus d’urbanisation, et non pas les objets de toutes sortes qu’ils recueillaient dans les puits, les fossés et les dépotoirs. Et le mobilier, sauf quand il procurait des dates, les embarrassait quelque peu : dans les publications on le rejetait in fine et on le classait selon la nature du matériau, et non par la place qu’il tient dans la vie matérielle de tous les jours. Je force un peu le trait, bien sûr, mais il est vrai que l’archéologie se donnait souvent d’autres objectifs que celui qu’elle est le mieux à même d’atteindre, à savoir écrire - je dis bien écrire et non décrire - le vécu des hommes. Et pour apporter cette prise de conscience, comme pour étendre la recherche, j’ai disposé de concours nouveaux. L’histoire de la culture matérielle du monde médiéval a donc pris le pas sur l’archéologie dans l’enseignement que je donnais à l’EHESS. C’est une histoire qui se fonde sur les sources archéologiques, mais pas sur elles seules. Si par exemple on prend le chapitre de l’agriculture, cette histoire a certes besoin des outils, des paysages, des macro-restes, des pollens, mais elle a aussi besoin des inventaires écrits, des textes des agronomes, des actes de la pratique et elle a besoin encore des images qui lui parlent des instruments en bois, en vannerie, et qui surtout lui parlent des gestes. Et donc, l’enseignement à l’EHESS a bénéficié du concours de Françoise Piponnier qui a apporté deux dimensions nouvelles : elle a montré les ressources qu’offraient les inventaires écrits et enseigné l’art et la manière de les lire, elle a mis l’accent sur ce qui, au Moyen Âge, est peut-être le chapitre le plus important de la culture matérielle et qui, en tout cas, est le sec45

Jean-Marie Pesez

l’habitation, du foyer, des activités, de la consommation, et aussi de la société, de l’économie… Le sujet était devenu moins les désertions de village que la culture matérielle. Ce pourquoi ensuite nous nous sommes intéressés à d’autres sites ruraux, mais appartenant parfois à un autre niveau social que la paysannerie : ce fut la recherche sur les maisons-fortes et la fouille de Villy-le-Moutier ou encore la grange de Charny.


ESTMA III

teur le plus actif, le plus significatif de l’économie médiévale : le chapitre des textiles, les tissus et le costume. Ensuite, ce sont les iconographes, Danièle Alexandre-Bidon et Perrine Mane, qui ont montré, elles, l’art et la manière de lire les images. P. Mane, depuis plusieurs années, prend une part grandissante dans l’enseignement de F. Piponnier et dans le mien. À l’orientation nouvelle que nous avons donnée à notre enseignement, s’est ajoutée une mission à laquelle nous n’avions pas nécessairement pensé au départ. Et pour cause, puisqu’elle répond à une situation qui s’est affirmée petit à petit. C’est sans doute à Lyon, où nous avons en partie décentralisé et nos recherches, et notre enseignement, et notre groupe, en créant le CIHAM (Centre interoniversitaire d’Histoire et d’Archéologie médiévales) et en devenant une des composantes d’une grosse UMR du CNRS, que nous avons rencontré cette nouvelle nécessité, cette nouvelle mission à laquelle Jean-Michel Poisson consacre toute son énergie. En participant à l’archéologie régionale Rhône-Alpes où J.-M. Poisson conduit plusieurs chantiers, nous avons été pris dans la spirale de l’archéologie préventive. Pas tellement en participant à ses entreprises, mais bien plutôt en travaillant à améliorer ses prestations, voire en s’efforçant d’atténuer ses inconvénients. Et cela de deux manières : 1. en maintenant un niveau raisonnable de programmation, avec des recherches commandées moins par les nécessités patrimoniales que par les nécessités scientifiques ; 2. en proposant un enseignement adapté à ceux qui ont en charge les chantiers de sauvetage ou y participent. Et cela l’École, mieux que l’Université, peut le faire, car elle ne demande à ses étudiants qu’un engagement sérieux dans la recherche et non l’accomplissement antérieur d’un cursus. Notre enseignement est donc ouvert même à ceux qui sont venus tardivement à la recherche et il a une part importante de son public auprès des acteurs de l’archéologie préventive, qui trouvent dans les séminaires un contact avec la recherche scientifique. En même temps, l’École assure une fonction de promotion sociale, en offrant à des archéologues la possibilité de valoriser leurs travaux par l’obtention d’un diplôme qui peut être la clé d une carrière. Mais ce n’est qu’un des aspects de notre enseignement. Un autre qui n’est pas moins essentiel et spécifique, c’est que cet enseignement prend la forme de séminaires, c’est-à-dire que les participants en sont autant les acteurs que l’enseignant. Chacun, y compris l’enseignant bien sûr, profite de l’expérience, de la réflexion et des connaissances de l’autre. C’est particulièrement vrai des participants les plus avancés dans leur recherche, mais cela fonctionne à tous les niveaux : qui connaît mieux un sujet que celui qui y consacre l’essentiel de son temps de travail ? La nécessité d’une réflexion méthodologique, d’un effort de conceptualisation, tend à s’effacer aujourd’hui. Tout le monde a beaucoup donné en matière de théorie et les méthodes les moins satisfaisantes aujourd’hui restent à cent coudées au-dessus des anciennes pratiques. Mais l’enseignement de l’archéologie médiévale à l’EHESS trouve aujourd’hui dans l’approfondissement des problématiques un nouveau programme et de nouvelles motivations. Et on l’aura noté, cet engagement reste fidèle à l’esprit qui a animé l’archéologie médiévale depuis le début, c’est-à-dire à la conviction que l’archéologie est histoire, ce qui ne veut pas dire qu’elle est servante de l’histoire, ni même que c’est une autre façon d’écrire l’histoire. Elle écrit le passé des hommes comme l’histoire, même si elle privilégie certaines problématiques et si elle n’intervient pas dans tous les chapitres du grand livre d’histoire.

46


Enseignement et recherche en archéologie Médiévale à l’université du Maine (Le Mans). Annie Renoux

I – CONTEXTE À l’Université du Maine, l’enseignement et la recherche en archéologie médiévale sont conditionnés par un certain nombre de points : A – L’Université n’est pas une grande université, mais malgré ses 10 000 étudiants, je ne la classerai pas parmi les petits établissements car ce chiffre est trompeur. Il résulte notamment du fait qu’il manque certaines sections, comme celles du secteur médical et pharmaceutique, de la psychologie, de l’histoire de l’art, etc. Et le Département d’histoire avec 1 200 étudiants occupe, sur le plan quantitatif, en France un rang plus qu’honorable. B – L’Université n’a pas de département spécialisé en archéologie. L’enseignement et la recherche dans ce domaine s’effectuent au sein du Département d’histoire qui a pour mission de former des historiens et non des archéologues. ll est donc indispensable de s’adapter au public estudiantin et à la finalité des diplômes, en tenant compte des évolutions qui se font jour. Une part notoire des étudiants souhaite devenir professeur d’histoire-géographie dans l’enseignement secondaire. Une autre a simplement besoin d’une licence pour devenir professeur des écoles (enseignement primaire), ce qui la rend de ce fait souvent assez moyennement motivée par la matière historique elle-même. Une petite partie du public, enfin, passera des concours et compose un ensemble très diversifié ; ceux des étudiants qui envisagent de se lancer dans des voies liées au tourisme et aux musées sont intéressés par l’archéologie, mais ceux qui ambitionnent de passer des concours administratifs sont essentiellement préoccupés d’histoire contemporaine. En bref, globalement, le public concerné n’est même pas toujours intéressé à 100 % par l’histoire, toutes périodes confondues. C – L’archéologie vient donc en plus. Elle séduit ou elle rebute. Sauf pour une petite minorité, le public n’est pas demandeur d’un enseignement théorique pointu, mais beaucoup d’étudiants sont curieux d’archéologie et soucieux d’informations. Dans ces conditions, il a paru préférable de ne pas rendre obligatoire l’enseignement de l’archéologie, sous sa forme brute du moins. Les enseignants concernés sont donc tributaires de l’intérêt que l’Université du Maine porte à l’archéologie et, plus généralement, de l’intérêt que la communauté des universitaires 47


ESTMA III

médiévistes français porte à la matière. Dans ce domaine, on est dans une phase ascendante. Depuis quelques années les médiévistes ont fortement ressenti le besoin de faire enseigner dans leurs établissements respectifs l’archéologie médiévale. Ils ont, dans ces cinq dernières années, largement poussé à recruter dans ce domaine. Concrètement, au Mans, nous sommes deux enseignants à assurer cette mission (E. Robert et moi-même), mais nous sommes toutes deux tenues, en parallèle, d’assurer pour moitié un service en histoire médiévale. Pour nous aider dans cette tâche, nous disposons d’un laboratoire d’archéologie, c’est-à-dire de salles de travail (dessins, manipulations, photographies), avec une bibliothèque et un équipement informatique de base. II – ENSEIGNEMENT L’enseignement dispensé a deux volets. L’un est lié uniquement à la formation des étudiants et l’autre est lié en parallèle à la recherche. A – Enseignement lié à la formation des étudiants L’enseignement de l’archéologie est introduit dans des modules optionnels mais aussi dans des modules obligatoires. 1 – Les modules optionnels sont des modules spécialisés destinés aux étudiants les plus motivés, auxquels on essaie de faire comprendre ce qu’est l’archéologie ou, plutôt, ce qu’elle n’est plus. Ils sont répartis sur deux ans : Un module de 2e année rassemble environ une cinquantaine de personnes qui reçoivent un cours théorique (25 heures annuelles) d’initiation aux techniques et aux méthodes archéologiques et doivent effectuer des travaux pratiques (TP) pour la mise à l’essai de ces données théoriques. Ces TP ont deux facettes. Les étudiants font en laboratoire des exercices d’application liés au cours (mises en séquence et interprétations de coupes et de plans, initiation à l’enregistrement du mobilier, au dessin, au traitement informatique, fiches de lecture, bibliographie…) (25 heures annuelles). Ils doivent exécuter un stage de fouilles sur le terrain de deux semaines. - Un module de 3e année (Licence ; 25 heures annuelles) rassemble 80 à 120 personnes. C’est l’une des options proposées au titre d’une initiation aux techniques de la recherche historique en parallèle (et en complément) avec celle de la paléographie médiévale. L’exercice est double. Les étudiants sont formés au commentaire de documents graphiques, ce qui ne peut qu’être utile à de futurs enseignants, et ils reçoivent un enseignement approfondi sur un thème historique, bien et récemment illustré par la recherche archéologique. Le thème retenu est choisi en fonction du cours d’histoire médiévale qui est donné simultanément en licence, ce qui permet de mettre en valeur les apports concrets de l’archéologie à tel ou tel point fondamental de la recherche (exemple : histoire des villes et archéologie urbaine). 2 – L’enseignement de l’archéologie est aussi inséré dans les modules obligatoires de 2e et 3e année (Licence). Il s’agit de rendre accessible à des non-spécialistes des données archéologiques élémentaires. Que ce soit en cours ou en travaux dirigés, les enseignants médiévistes du Mans, quatre titulaires et deux vacataires, distillent, sous une forme simplifiée et à des degrés divers, les derniers acquis archéologiques. 48


Enseignement et recherche en archéologie médiévale

Quelques-uns prolongent dans le domaine de ce que l’on pourrait appeler l’archéologie « appliquée » en s’engageant, sur place, dans un cursus de recherches intégrant ces données. Ce cursus est identiquement rattaché aux études historiques. B enseignement lié à la recherche Il s’agit des enseignements de maîtrise (4e année) et de DEA (Diplôme d’étude approfondie; 5e année) où sont regroupés des étudiants d’histoire et d’archéologie, ce qui, là aussi, conditionne l’orientation des cours. Le public concerné est en moyenne, actuellement, de 15 à 25 personnes en maîtrise et de 3 à 9 en DEA. Quatre heures d’enseignement hebdomadaire leur sont assurées : - 2 heures de séminaires où peuvent s’exprimer en complément, suivant les années, des conférenciers extérieurs. Le thème d’étude porte sur les relations entre châteaux, pouvoirs et peuplement (Xe-XVe siècle). Un axe de la recherche qui a été profondément renouvelé, ces derniers temps, à la fois par les historiens et les archéologues. - 1 heure de paléographie française, l heure de travaux dirigés en archives et sur le terrain (étude des cadastres du XlXe siècle avec, en parallèle, dépouillements des sources écrites correspondantes et reconnaissance au sol). En liaison avec les programmes de recherches du Laboratoire, l’accent est mis sur la détection et l’étude des sites fossoyés. III - RECHERCHE Le programme élaboré vise à intégrer un maximum d’étudiants-chercheurs, tant ceux d’histoire que d’archéologie, et la totalité des enseignants médiévistes du Mans. A Composition de l’équipe

49

Annie Renoux

3 – Notre système, intrinsèquement lié aux études d’histoire, a donc une double finalité. Il permet aux étudiants d’histoire, dans leur ensemble, de prendre connaissance des rudiments archéologiques indispensables à la formation de tout historien et il permet, à ceux qui le souhaitent, d’acquérir une formation de base, à la fois théorique et pratique, qu’il est ensuite possible d’approfondir en suivant des filières plus spécialisées. Dans l’académie, c’est le DESS (Diplôme d’Études Supérieures Spécialisées) d’archéologie de Nantes qui joue ce rôle. Mais comme la plupart ont compris qu’il y avait peu de débouchés en archéologie, la quasi totalité prolonge ses études sur place dans les filières classiques qui leur sont proposées : concours de recrutement dans l’enseignement secondaire, etc.


ESTMA III

L’équipe regroupe en tout de 30 à 40 personnes (35 en 1996, 40 en 1997). Elle compte, outre les étudiants de maîtrise et de DEA, déjà évoqués, une dizaine de doctorants, issus du Maine et d’ailleurs, quatre enseignants-chercheurs titulaires, dont deux purs historiens (Josiane Barbier, Olivier Bruand et Élisabeth Robert), et deux chargés de cours (dont un doctorant, Marie Casset). B - Programme Le thème général des recherches du groupe est intitulé « Espaces et lieux de pouvoir au Moyen Âge ». Les travaux tournent autour d’un axe commun qui est l’étude des pouvoirs royaux, princiers et seigneuriaux (théorie, pratique et symbolique) et ils traitent essentiellement des assises matérielles qui contribuent à définir à la base les contours de ces puissances tant laïques qu’ecclésiastiques. La période traitée couvre la totalité du Moyen Âge (Ve-XVe s.) et la zone retenue concerne plus particulièrement la France du nord (Flandre et marges orientales incluses) en mordant sur l’espace belge et rhénan. Cette orientation est concrétisée par des rapports étroits avec un certain nombre d’institutions, d’historiens et d’archéologues belges et allemands. La méthode employée utilise conjointement les données traditionnelles de l’histoire, avec l’étude des sources écrites, et les apports neufs que constituent les données archéologiques. Deux thèmes, intimement liés et se recoupant, sont au cœur du programme. Le premier concerne la maîtrise de l’espace dans ses aspects physiques (conquête et gestion avec les défrichements, l’exploitation des terres cultivables…), humains (peuplement, communications…) et politiques (état, principautés, seigneuries). Cette domination progressive et modulée fut l’objet de bien des peines et l’enjeu de bien des conflits. C’est un thème que l’archéologie a puissamment contribué à renouveler par les études d’occupation du sol et de peuplement notamment. Le second thème concerne les pôles d’organisation qui structurent ces espaces : il s’agit des lieux de pouvoir (centres de résidence, d’exercice et de représentation de l’autorité), ce qui inclut palais et châteaux majeurs des princes et des rois, mais aussi mottes, maisons fortes et manoirs des seigneurs de tout rang. 1 Conquête et gestion de l’espace La maîtrise politique et économique de l’espace (et des hommes) a été un des grands problèmes du Moyen Âge. Les travaux menés en la matière par Josiane Barbier et Olivier Bruand se complètent et renouvellent, pour la France du nord et ses marges orientales et septentrionales, nos connaissances pour la période qui va du Ve au Xe siècle en montrant, pour l’un, l’importance du rôle de la puissance publique (royale et impériale) et, pour l’autre, l’importance des réseaux de communications et des échanges. Deux points que l’on a usuellement tendance à minorer. Les recherches engagées par divers doctorants et moi-même, pour les Xe-XVe siècles prolongent l’enquête en montrant le rôle des comtes puis celui de la moyenne et petite aristocratie dans le contrôle de l’espace. Elles ont des finalités plus régionales et même micro-régionales, ce qui permettra d’illustrer concrètement l’évolution par des exemples précis. La recherche se porte essentiellement dans trois directions : 50


Enseignement et recherche en archéologie médiévale

• Les réseaux de communication et le rôle de la haute aristocratie entre Meuse et Loire, VIIle-lXe siècle. L’objectif des travaux d’O. Bruand est de mieux cerner le degré d’ouverture et la vitalité des échanges du monde mérovingien finissant et du monde carolingien au sein de la France du Nord, mais aussi de la Belgique et de la Rhénanie. L’étude s’appuie notamment sur les trouvailles monétaires et leur circulation. • Le rôle des grands et celui de la petite et moyenne aristocratie : occupation du sol et peuplement (Xe-XVe siècle) (A. Renoux et 6 doctorants). Ces recherches prennent très exactement la suite des précédentes en montrant le rôle des comtes et des évêques mais aussi et surtout celui de la moyenne et petite aristocratie dans la conquête du sol et des pouvoirs du Xe au XVe siècle. Il s’agit d’un type d’études où l’archéologie extensive donne sa pleine mesure. Deux expériences sont menées conjointement dans le Maine et la Champagne (voir plus loin). L’objectif y est le même : retracer les étapes du peuplement et de la mise en valeur du sol (défrichement, mise en place de pôles de fixation de l’habitat, des routes…) en mettant en évidence le rôle joué par les seigneurs tant qu’ecclésiastiques que laïques. La recherche repose sur l’exploitation conjointe de la documentation historique (textes), archéologique (prospections) et cartographique (cadastres, toponymie…). Elle est très étroitement greffée à l’enquête menée sur les mottes, maisons fortes et manoirs et conduit à examiner l’organisation féodale et seigneuriale des régions prises en compte. 2 Lieux de pouvoirs Pour dominer et structurer ces espaces les rois, les princes et les seigneurs des mondes laïque et ecclésiastique mettent sur pied des lieux de pouvoir qui ont valeur pratique et symbolique. Ce sont les palais et les grands châteaux de la haute aristocratie mais aussi les mottes, maisons fortes et manoirs des autres seigneurs. L’approche est à la fois archéologique et historique. a Histoire et archéologie des palais royaux et princiers en France (Ve-XVe siècle)

51

Annie Renoux

• Les terres du fisc et l’action du roi entre Meuse et Loire, Ve-Xe siècle. J. Barbier s’intéresse plus particulièrement à l’assise territoriale et fiscale du pouvoir franc entre Loire et Meuse à travers l’étude des terres de l’État (fiscs) et celle des lieux de résidence, d’exercice et de représentation du pouvoir royal (les palais, cf. plus loin). Ces objets appartiennent à des registres distincts mais ils sont nécessairement liés puisque l’approvisionnement des palais dépend du fisc.


ESTMA III

Les recherches dans ce domaine sont incluses dans deux groupes de recherches successifs dont j’ai eu à m’occuper au sein de l’ex GDR 94 du CNRS (Sociétés et cadres de vie, approches archéologiques ; rattachement actuel, UMR 9966, Tours, dir. H. Galinié). Le groupe 5 (A. Renoux, J. Barbier, O. Bruand, E. Robert et 4 doctorants) a été créé en 1990 et a pris fin en 1996. Il a rassemblé une trentaine de chercheurs français et étrangers. La problématique a été orientée d’emblée dans trois directions : les concepts, les problèmes morphologiques sous-jacents à la question et la signification historique des éléments architecturaux dégagés ce qui renvoie à l’étude des pouvoirs. Les travaux menés ont abouti à trois réalisations concrètes : un colloque international tenu au Mans sur le thème en 1994 et deux publications collectives (Palais médiévaux (France-Belgique). 25 ans d’archéologie, dir. A. Renoux, Publications de l’Université du Mans, 1994, 185 p. ; Palais royaux et princiers au Moyen Âge, Acte du colloque du Mans, dir. A. Renoux, Publications de l’Université du Mans, 1996, 217 p.). Le groupe 12 (même composition) s’inscrit dans la continuité du précédent et a démarré en 1996. Son programme est plus limitatif puisqu’il concerne l’étude du vocabulaire palatial et sa signification historique et archéologique (Ve-XVe siècle). Le groupe se propose d’essayer d’apporter des éléments de clarification aux problèmes de fonction et de définition qui se posent tant aux historiens qu’aux archéologues en ce qui concerne la nature et la composition de ces complexes. Qu’est-ce qu’une aula, une camera, une capella, une turris ? Quels sont les critères distinctifs qui permettent de réaliser à coup sûr une identification ? La question est à aborder thématiquement et chronologiquement. En l’état actuel de la réflexion, l’échantillon retenu est le même que celui du groupe 5 (palais et séjours laïques et ecclésiastiques ; longue durée). Les doctorats en cours concernent les résidences épiscopales (évêques de Normandie et de Troyes) et princières (comtes de Champagne). b Haute, moyenne et petite aristocratie : mottes, maisons fortes et manoirs. (A. Renoux, 6 doctorants) b1 - Dans le Maine, un recensement des fortifications (mottes) et des résidences seigneuriales (maisons fortes, manoirs) du Xe au XVe siècle a été lancé depuis 1991 et n’a cessé depuis de se développer (autorisations de prospections, Service Régional de l’Archéologie des Pays-de-Loire). Les zones sélectionnées comme bases d’études correspondent soit à de petites régions naturelles, soit à la zone majeure d’extension d’une grosse châtellenie ou d’une baronnie, soit à un canton lorsque les deux premières voies d’approche se révèlent impossibles pour un secteur donné. L’étude y est menée de façon classique : dépouillements des sources écrites, examen des cadastres et prospection au sol. Ces inventaires locaux sont accompagnés d’une étude plus globale portant sur le contexte géographique, féodal et seigneurial de la région concernée (doctorats en cours sur la baronnie de Château-du-Loir et sur la forêt de la Charnie). Une autre entreprise concerne le château de Mayenne, qui est en cours de fouilles (travaux réalisés par l’Oxford Archaeological Unit). L’équipe du Mans a été chargée d’assurer la partie historique du projet (1986-1988) (deux doctorants vacataires). b2 - En Champagne, la fouille programmée du château des comtes de Champagne à Monifélix (Chavot, Marne) a été lancée en 1983 et s’est terminée en 1995. La 52


Enseignement et recherche en archéologie médiévale

*** En conclusion, nos objectifs sont simples et - du moins l’espérons-nous - adaptés à la situation. Nous souhaitons : contribuer à assurer une bonne formation aux étudiants d’histoire en leur donnant des informations sur une branche de la recherche qui est en plein essor et contribue à renouveler certaines problématiques historiques, en initier plus précisément un certain nombre à la recherche archéologique soit dans un cadre régional, soit dans un cadre national, voire international, par le biais d’une intégration dans des programmes de plus large portée. Le nombre d’étudiants concernés montre qu’il y a dans ce domaine une réelle demande et les concrétisations mises en œuvre ou en cours de réalisation suggèrent que l’on peut, même à l’échelle d’une modeste université, travailler en ce sens. Mais il est évident qu’il faut pour cela l’appui des instances régionales et nationales ce qui, comme chacun le sait, n’est jamais définitivement acquis.

53

Annie Renoux

publication de ce site d’éperon occupé au Ve siècle puis du Xe au XIIIe siècle (deux mottes) est en cours de préparation. La rédaction est assurée par deux doctorants du Mans (céramologie et os de mammifères), un ostéologue de Nantes (os d’oiseaux) et moi-même.


Medieval archaeology and interdisciplinary teaching and research at the University of Aarhus, Denmark

E. Roesdahl

e have been teaching medieval archaeology at the IJniversity of Aarhus. Denmark, as an independent subject, for 25 years. Our department is still the only one in the country where the subject is taught at university level, and this autumn we shall celebrate the Jubilee in various ways.

W

It is a small department compared to others in the university, with a staff of four full time teachers and about a hundred students. We are based in an Institute of three departments and therefore have a very long name: the Institute of Prehistoric Archaeology, Medieval Archaeology and Ethnography and Social Anthropology (each subject is formally independent of the others in most respects and each has a full degree course). We share the buildings - a lovely 18th century manor-house in the countryside about 10 km from the town and from the rest of the University of Aarhus - with the Moesg책rd Museum, which covers more or less the same subjects as the Institute. Based as we are in an interdisciplinary setting, since the beginning we have focused on medieval archeology (and I will not write of this here) in close relationship to other relevant disciplines, especially prehistoric archaeology, history, art history, architectural studies, natural sciences, and other subjects which embrace the medieval period. Because the study of medieval archaeology in Denmark is only a quarter of a century old, the teachers in the department have various disciplinary backgrounds : two of us started in history, one in prehistory and only the most recently employed member of staff studied medieval archaeology. The founder of the chair of medieval archaeology was Olaf Olsen. A professor in Arhus for 10 years he has recently retired as State Antiquary and Director of the National Museum of Denmark. He came to the university from the National Museum in Copenhagen, where I also had worked as a student for a number of years. The department still has close contacts with the National Museum and with the museum world and their work as a whole. This we believe to be very important for the students and for our own research. I believe it is also impor55


ESTMA III

tant to the museums, particularly as close contact between universities and museums does not exist everywhere. On the teaching side interdisciplinary aspects have been dealt with to some extent by guest lecturers. However, we also recommend students to follow lectures in other departments of the university. Further, all students specialising in medieval archaeology must pass a small examination in ‘auxilliary disciplines’, such as basic iconography, numismatics, heraldry and epigraphy related to archaeology. There is also a compulsory course in methodology of medieval history run by a historian. The purpose of this course is to familiarise the students with written sources and their usage. A basic knowledge of Latin is also compulsory. Through such courses we try to teach the students how to handle some of the problems they will meet as medieval archaeologists in Denmark. The courses also aim to make them aware that, in more complicated matters, they should normally contact a specialist - and not indulge in do-it-yourself runology, art history, Latin translation and so on, if they find an art object or an inscribed object, or if there are written sources relating to the site they are excavating or otherwise working on. Guest lecturers from other medieval disciplines introduce the students to related scholars and institutes - contacts they will need in their career. The students must realise that medieval archeology is only one of many disciplines used in the study of our period. Thus a problem, such as one concerned with fortification, can be illuminated from other disciplines, and even sometimes best be illuminated by working with scholars in those disciplines. Our department has always had a good relationship with colleagues from other medieval disciplines, colleagues who could be persuaded to give a couple of lectures, and who are glad to help in research problems. Clearly it is of enormous advantage to know people personally and to get on well with them, particularly with scholars who are interested in medieval archaeology as such. In order to strengthen this element within the medieval field at Aarhus, in 1984 we founded a private interdisciplinary medieval club. This has evening meetings based on a lecture followed by discussions, often followed by a drink or two in the university bar. The club still functions and has greatly enhanced medieval studies at the university. Through this group we have got to know each other better and learnt how to get easy and quick advice not only for students, but also for our own research. Interdisciplinary research and symposia, sometimes resulting in printed reports, have also also grown out of the work of the club. But times are changing. Nowadays, if you want substantial research grants, funding for Ph.D.-students and other things in Denmark, interdisciplinary and formalised networks or structures are pre-requisites. Realising this we have recently formalised a « Centre for Viking and Medieval Study ». Three faculties and twelve different subjects co-operate here. These include medieval and prehistoric archaeology (in Scandinavia medieval and prehistoric archaeology meet in the Viking Age, which in our part of the world is the period of transition) ; art history, history ; Scandinavian studies ; languages ; classical languages ; church history ; history of religions ; history of law and others. Almost all institutes, including some with only a taint of medieval studies, were eager to participate. Obviously the faculties of humanities and theology produce most co-operation ; the faculty of law makes a token appearance and pays nothing for the running of the Centre. The Centre has a small budget of about £3 000 a year for guest lecturers, secretarial aid, substitute teaching for the chairman, etc. 56


Medieval archaeology and interdisciplinary teaching and research

While the governing board of the Centre consists of representatives only from Aarhus University - one from each of the participating institutes - an extended advisory board has been set up consisting of other colleagues from Aarhus IJniversity as well as from other institutions (archives, museums, etc.), and of some teachers from other universities. This provides a broad network, and by means of a Newsletter which is issued twice a year (at the beginning of each term), everybody (including students) is kept informed of the Centre’s programme together with other news. Recently, for instance, the publication has recorded that a late Viking Danish stave church is being reconstructed in full scale at my institution, and that a colleague in Odense has been appointed professor of medieval history in Greifswald, Germany. The Centre is run by an executive board of five from five different disciplines, all based in Aarhus University : three from humanities and two from theology. At present I am chairman. The Centre was inaugurated on 4th of March 1996, with an academic lecture, speeches by the vice-chancellor (himself a medievalist and a brilliant speaker) and by two Deans. There was a further speech by the director of Aarhus University Press, who on that very day published an interdisciplinary book edited by two of the university’s medievalists. There was also a good party, lots of people, and a good deal of press coverage. It was a good start. Since then we have been working to show that the establishment of such a Centre is worth while - it is, as we all know, one of many medieval centres in the universities of Europe and America. We cannot yet say for certain whether the work we put into the centre could not have been better spent in our own departments, but the administration so far has been bearable, partly because we have an unbureaucratic structure, and partly because the board works well together. To date a visiting professor has been with us for a month (the medieval historian Sverre Bagge from Bergen University, Norway). We have also had a good Ph.D. seminar, with medieval students from three Danish universities and many subjects ; we are planning future joint Ph.D. courses with the universities of Bergen, Norway and Nottingham, England. We are, further, jointly with the universities of Uppsala, Kiel and York, part of a Socrates application for annual interdisciplinary Viking courses (so-called intensive courses). We hope it will come through next spring. Uppsala kindly does the paperwork. We also had a one-day Viking Symposium in May, which was attended by our own students and by representatives of seven universities in five countries and of a number of museums. We have also organised a small series of afternoon lectures on various topics - but it has proved difficult to gather people for such a purpose. At the annual general meeting, which takes place in April, the future programme was discussed with the extended board, and the executive board was re-elected. The plans for the coming half year are as follows : 1. To establish a handlist of medieval scholars at Aarhus University and within the extended board, detailing their research interests and most important publications. Later we might extend this list to other universities and institutions. 57

Else Roesdahl

The stated purpose of the Centre for Viking and Medieval Studies is to strengthen and widen research and teaching within the medieval field (c. 500-1500 AD). The rules deliberately do not state that this should be within Aarhus University. On the contrary, we want to strengthen medieval studies generally - in museums, archives, libraries as well as in the university.


ESTMA III

2. We have produced information concerning all medieval courses in the university which might be of interest to students from other disciplines, and which are open to them. This will surely be very useful for students. The list has been distributed to all relevant institutes and printed in the Newsletter. We plan to publish similar lists every term. 3. We will start to organise a one year interdisciplinary medieval course with relevant examinations. We expect this to be in place by September 1997. 4. There will be three or four afternoon lectures on various topics (on the first Tuesday of every month) - if this idea does not work this term we shall probably abandon it. 5. In November 1996 there will be a one day seminar on baptism, baptismal fonts and their role in churches : with contributions by archaeologists, theologians, art historians and a historian of religion. We expect this to be the first of a series of interdisciplinary seminars on a wide range of topics. Among those planned is a seminar on war, the tools of war (such as weapons and castles), and military organisation. We may decide to publish the proceedings of such seminars in a series, if it can be done in a cheap and not too time-consuming way. These are some of the plans for our Centre. Of course we hope that it will also become the basis of solid research projects to which we will steer Ph.D. students. And we hope that the Centre may provide inspiration for those medieval scholars who work in a certain amount of academic isolation in museums or archives, etc. in smaller towns, or as the only medievalist in a big university department. We also believe that the Centre will be useful for guest students. At the moment we are establishing the Centre within the university and within the medieval research world in Denmark and elsewhere. It has, we believe, potential -especially if Danish universities and Danish research continue to get favourable economic support. *** This is an intedisciplinary Centre. I end by explaining the origin of the word interdisciplinary so common in today’s university jargon and research application jargon. The public use of this word is now - according to research by professor Roberta Frank of Toronto University - 60 years old. It was used publicly for the first time at a meeting in New Hampshire, USA, in 1926. It is not known exactly when it was invented or by whom. But it is known that the word was born in New York, on the corner of Madison and 42nd Street, in the rooms of the Social Science Research Council, sometime in the mid- 1920s1. They needed a new word - just as when the English philosopher and economist Jeremy Bentham at the end of the 18th century needed one and invented the word international ; another word which is very often used today as a plus-word in universities and in research applications, and which is a very relevant and proper designation for our meeting in Caen.

1. FRANK R., « Interdisciplinary : the first half-century », Words. For Robert Burchfiel~l’s sixty-fifth hirthclav (ed. E.G. Stanley and T.F. Hoad). D.S. Brewer : 1988. pp. 91-101.

58


Medieval Archaeology as an Academic Discipline at German universities : Problems of teaching Barbara Scholkmann

hen, in 1990, Hans Andersson organized the first European Symposium for Teachers of Medieval Archaeology, it was his intention, as he wrote in the symposium report preface, edited in 1993, both to gain an idea of the kind of research currently carried out European countries and to find out how the subject is taught in the various universities of Europe1. In the report, along with several surveys concerning questions and fields of research in different parts of Europe, information about the organisation and teaching programs of universities and rĂŠsumĂŠs about the teaching of medieval archaeology in various countries were published. When comparing the contents of these contributions, it soon becomes evident that most of the research questions as well as objects and results of research correspond between the different European countries. As Else Roesdahl ascertains in her contribution to the Lund report, there seems to be no disagreement among European medieval archaeologists as far as the definition of our discipline is concerned, at least in theory2. On the other hand the structure and contents of studies in medieval archaeology seem to differ somewhat, in some points to a large degree, both regarding the establishment of teaching at universities in general, the assignment of the subject within different university departments and especially the structure and contents of teaching in the courses for future medieval archaeologists. We should emphasize the consideration of this fact and the problems arising from it. Still more important are the basic questions of what and how to teach. It seems to be a basic issue to find out why and how the contents of Medieval archaeology as a subject of studies differ among various countries and universities. We might then come at least to a consensus regarding the basic positions of teaching and the requirements a future medieval archaeologist should be taught at university.

W

The topic of this contribution is to give a survey of the present situation of Medieval archaeology study in Germany especially its development since 1990, when some surveys of different universities were presented in the Lund report. It is based upon data collected on the current 1. H. ANDERSSON/J. WIENBERG (ed.), The Study of Medieval Archaeology. Lund Studies in Medieval Archaology 13, 1993, 5-6. 2. E. ROESDAHL, ibid. 321

59


ESTMA III

situation of teaching in medieval archaeology at all German universities. This investigation was carried out in the context of drawing up a course structure at the university of Tübingen, where in the winter 1994-1995 medieval archaeology as a full subject was established together with a new chair. A survey, a comment and an evaluation of this situation shall be given. Finally the course structure and matters taught in studies of Medieval archaeology at Tübingen shall be presented. Before analysing the offer of courses within German universities, a comment on the situation of Medieval archaeology in general in the FRG shall be given. As G. Fehring and G. Mangelsdorf have expounded in the Lund report and in other publications3, Medieval archaeology as a discipline originated almost in total from field archaeology, i.e. from rescue excavations of medieval sites, mainly in towns, after the second world war with an increasing intensity since the 1960s. They are executed by various federal departments for the care of archaeological monuments (archäologische Denkmalpflege). The number of excavations and the establishment of staff within the different offices of these institutions and also in some museums have continuously expanded up to now, albeit with differing emphasis in the federal countries. After the reunification there was a remarkable expansion of Medieval archaeology activities and institutions in the new federal countries as well. These activities still consist almost exclusively of rescue excavations. In consequence, material remains from medieval sites of all kinds are being acquired thus contributing to an ever growing enormous data base of both structures and artefacts. The annual reports on rescue activities published by the institutions mentioned above, and covering all periods, dearly show this situation. Regularly, one third and in some years even half of all rescue excavations are concerned with medieval and post-medieval sites, revealing an astonishing growth of interest in the discipline, especially when this number is compared with the situation only 20 years ago, when in some of these reports no excavation of medieval sites were published at all. The growing number of publications of different kinds is another indicator for the expanding activities in medieval and post-medieval archaeology. One can also refer to the Journal of Medieval Archaeology which exists since 1973, and the association of medieval and postmedieval archaeology, which was founded in 1975 and has 320 members up to now - all archaeologists working totally or partly in medieval archaeology. In fact, in field archaeology connected with rescue activities and even in museums, medieval archaeology is an active branch. Corresponding with this development, medieval archaeology could have been expected to become a subject at universities, and departments of medieval archaeology to be established. But this did not happen, though its expansion outside the universities took place in a period where the universities in western Germany expanded on a great scale, with remarkable personal and financial growth, and several new universities were created. In 1982 Herrmann Hinz published a survey on the situation of medieval archaeology, its organization and activities in different fields4. He emphasized the fact that was quite insufficient research and teaching at German universities at that time general compared with the continuously expanding excavation activities, and the growing importance of the understanding of cultural history and medieval society based on material evidence. At that time there existed only one department for 3. G.P. FEHRING, Einführung in die Archäologie des Mittelalters, Darmstadt 1992. - G.P. Fehring/W. Sage (Wd.), Mittelalterarchäologie in Zentraleuropa. Zum Wandel der Aufgaben und Zielsetzungen. Zeitschrift für Archäologie des Mittelalters, Beih. 9, 1995, 9-18 4. H. HINZ, Mittelalterarchäologie. Zeitschrift für Archäologie des Mittelalters 10, 1982, 11-20

60


Medieval archaeology as an Academic Discipline at German universities

The examination of courses offered within the departments of pre and protohistory shows that lectures, tutorials and practical sessions on topics of medieval archaeology are offered in 13 departments. That means hardly half of all the departments existing in Germany have some kind of teaching in medieval archaeology. Besides the four institutions (including Bamberg), where medieval archaeology is officially established, there are 9 departments, where lessons on topics of medieval archaeology, normally one or two per term, are offered by professors for pre and protohistory out of a personal research focus or interest, or mainly by guest lecturers linked to the departments for the care of archaeological monuments. In fact there are departments of pre- and protohistory, where more lessons on topics of medieval archaeology are offered than on topics of pre- and protohistory, though medieval archaeology does not officially exist in the name of the department or as a course. The analysis of the M.A. and Ph.D. theses finished or in progress during last winter proves to be quite informative as regards the topics chosen. According to the published list of theses, 65 Ph.D. theses were finished, among them 6 on a medieval archaeology topic, two of them 5. ibid. 15 6. Zusammenstellung, begründet von O. KLEEMANN : Lehrveranstaltungen und Hochschulschriftenverzeichnis, Bonn. I refer to winter 1995/96, the data base for summer 1996 nor being available.

61

Barbara Scholkmann

medieval and later archaeology in western Germany, which had very recently been established as part of the formation of a new university at Bamberg. One lectureship and two guest-lectureships existed at the universities of Hamburg, Heidelberg and Tübingen. In eastern Germany, medieval archaeology did not exist at all at universities. When considering the development of the discipline outside the university sector as a very fast growing « young branch of the mighty tree of archaeological disciplines »5, Hinz emphasized this deficit and expressed his conviction that in the near future it would have to be sorted out. When analysing the present situation in reunified Germany almost one and a half decades later, we find that there is still only one department for medieval and post-medieval archaeology in Bamberg. There are two newly established professorships at the universities of Berlin (former eastern Berlin, Humboldt-University) and Tübingen, both linked to the already existing departments for pre- and protohistory. A temporally limited lectureship has been recently established at Freiburg university, linked both to the departments of pre- and protohistory and medieval history. At the university of Göttingen a lecturer has got a post doctoral lecturing qualification as a medieval archaeologist and also works in the department of pre- and protohistory. Studies in medieval archaeology leading to a M.A. and Ph.D. grade are offered only in Bamberg and now in Tübingen. That means that (two universities) students can only get a degree in medieval and later archaeology. This official establishment of medieval archaeology still seems extremely insufficient, compared to the activities in other fields. But this does not represent the reality of the teaching of the discipline at German universities. Additional lectures or seminars in medieval archaeology are offered at a considerable number of universities, almost all integrated into the study of pre- and protohistory. The data base for the following compilation of courses in medieval archaeology are two annually published lists6 : - all course options in these departments at German universities including the Bamberg department for medieval and later archaeology - the lists of M.A. and Ph.D. theses and post doctoral lecturer qualifications finished or in progress per semester.


ESTMA III

at one of the universities where students can take a degree in medieval archaeology, but four at departments where this is not possible and students graduate as pre- or protohistorians. Among 112 M.A. theses finished there were 25 dealing with medieval archaeology topics, out of these 16 were finished at departments where a degree is possible, but 9 at departments where again only a degree in pre- and protohistory can be taken. If we look at the M.A. and Ph.D. theses in progress, the proportions are even biased to wards theses on topics of medieval archaeology without the possibility of taking a degree. 447 Ph.D. theses were in progress, among them 57 on medieval archaeology topics, and out of these 17 in Bamberg and 10 in T端bingen, where the degree is possible, but 30 at other departments, where this is not the case. 123 M.A. theses were in progress, among them 31 on medieval archaeology topics, 18 at T端bingen and Bamberg and 13 at other departments. One might expect a correlation between the number of theses on topics of medieval archaeology and lessons offered at departments of pre- and protohistory, but such a relation does not exist. For example in Berlin, where one of the few professorships is established, there were no theses on medieval archaeology topics, neither finished nor in progress, but on the other hand, at M端nster for example, where no lectures were offered at all, we find four M.A. and Ph.D. theses finished or in progress for the period analysed. Overall the result of the anlysis concerning the teaching of medieval archaeology in Germany shows a rather confusing and heterogenous situation. On the one hand medieval archaeology is accepted as a discipline in its own right, independent courses and degrees are exist. But this is at a minority of establishments. At most universities it is treated as a subject in which only a few or no lectures at all are offered, and very little or no special qualifications, either material or methodologic, are required in order to deal with questions and topics of medieval archaeology for a M.A. or Ph.D. thesis. The question of qualifications and standards thus arises, and the situation surely cannot be regarded to be satisfactory. In an evaluation of this situation some main points should be emphasized. When comparing the relation between medieval archaeology and other disciplines, which can be seen for example by the way it is integrated into university faculties or sections at other European universities, it seems that nowhere else the links between medieval archaeology and pre- and protohistory are so close as in Germany, as has been made evident. The interconnection with a department for medieval history only exists in Freiburg, and at only one university at all, at Cologne, lectures in medieval archaeology are offered linked to the department of art- and architectural history, whereas the integration into departments of pre- and protohistory exists on a large scale. This is the result of a development, which has to be considered very particular for Germany, East as well as West, for even in other parts of German speaking central Europe, like Switzerland for example, we discern a different situation. The two existing chairs for medieval archaeology there are linked on the one hand to the department of History (Basel), on the other hand to the department of Art and Architectural History (Z端rich). It is obvious that of all the different roots from which Medieval Archaeology originated in Germany, only the Prehistory strain prevailed, leading to the establishment of Medieval Archaeology in the Universities. Undoubtedly it originated from various other disciplines too, like in other countries. Medieval history in fact did not play a very active role in its emergence and if so, then only in the field of regional history, a situation quite different from the development in France for example. However, a very important place among its origins encomparses the archaelogical 62


Medieval archaeology as an Academic Discipline at German universities

7. H. JANKUHN, Umrisse einer Archäologie des Mittelalters. Zeitschrift für Archäologie des Mittelalters 1, 1973, 9. See also : P. Grimm, Der Beitrag der Archäologie für die Erforschung des Mittelalters. H. A Knorr (Ed.), Probleme des frühen Mittelalters in archäologischer und historischer Sicht, Berlin 1966, 41. 8. In Tübingen the name of the department meanwhile was officially changed into « pre- and protohistory and medieval archaeology ». 9. See note 3 10. Definition by Else ROESDAHL in the Lund report, see note 2

63

Barbara Scholkmann

research of castles, churches and monasteries, carried out by architects and art historians. This approach did effect the emergence of medieval archaeology out of rescue excavations and its establishment within the respective institutions. To a certain extent research of material culture on an ethnological basis should be mentioned too. But regarding Medieval Archaeology as a university subject, the most effective impetus was provided by the archaeology of pre- and protohistorian settlements, as established by Herbert Jankuhn in western Germany, and by Paul Grimm and others in eastern Germany. Jankuhn’s definition of medieval archaeology published in 1973, was that it had to be regarded as « the direct continuation of pre- and protohistory both regarding research questions and topics, and methodology »7. As a consequence, he excluded for example medieval castles or churches as research objects of medieval archaeology. The study of material remains of medieval objects was only regarded to be justified and necessary if there was no or little documentary evidence. So, abundant written sources in late medieval times fixed the boundary for medieval archaeologist activities. This understanding of medieval archaeology is up to this very moment the valid definition for many representatives of pre- and protohistory at German universities, and we can see its consequences in the way medieval archaeology is taught at a remarkable number of German universities : Medieval archaeology, not as Hermann Hinz saw it, as an independently developing branch of the mighty tree of archaelogical sciences, but just as a part of protohistory. This point of view seem to have been responsible for the fact that Medieval Archaeology was not established on a larger scale as a university discipline in separate departments during the years of expanding German universities in the seventies and eighties. Those who could have possibly promoted it did not think it necessary, and it must be pointed out that the main pressure for the establishment of a department for medieval and later archaeology in Bamberg came from a historian and not at all from any representatives of pre- or protohistory. The fact that even departments of pre- and protohistory with a formally established professorhip for medieval archaeology do not reveal this in their names shows the broad acceptance of the idea that medieval archaeology should be regarded as an integral part of pre- and protohistory among prehistorians8. This understanding of medieval archaeology leads to the problematic facts I have described. Many students take a course in pre- and protohistory which does not always qualify them adequately for working in medieval archaeology when doing their M.A. or Ph.D. thesis, because for example they have never dealt either with medieval history or with material culture of the Middle Ages, or with the methodological problems of monumental stratigraphy, let alone the questions of theory and interpretation. There is a second point to be emphasized. Medieval archaeology has become a discipline defining itself in quite different ways in most European countries. G. Fehring has also made this very clear for German Medieval Archaeology in various publications9. It is regarded as a historical discipline, based on material evidence and aiming at reconstructing and understanding the cultural history and society of the medieval world in an interdisciplinary approach10.


ESTMA III

Certainly it makes use of many methodological elements developped and applied by pre- and protohistory. Nevertheless the establishment of medieval archaeology as an independent subject of studies at universities offering special courses and special degrees seems to be the only way towards a proper study of medieval archaeology. The integration of medieval archaeology into German universities based on this model is still totally insufficient. The remarkable quantity of lectures offered at different universities and the number of M.A. and Ph.D. theses on topics concerning medieval archaeology should not lead to a misinterpretation of this fact which is indeed alarming. There are many practical problems resulting from this situation for the students. For example it is rather problematic for a student if he should wish to change universities and continue studies in medieval archaeology, because of the quite differing qualification prerequisites for taking courses in medieval archaeology. On the one hand it is possible to take postgraduate studies and do a Ph.D. thesis on a medieval archaeology topic with medieval archaeology in pre- and protohistory at some establishments, but other universities will not accept this. An additional problem results from the fact that there is no general agreement at universities on when medieval archaelogy begins and ends. In Bamberg, for example, early medieval archaeology is part of medieval archaeology whereas in Mainz, early medieval archaelogy is regarded to belong to protohistory and so on. Many prehistorians are strictly opposed to an archaeology of post medieval times, but others meanwhile have started to declare even late middle ages as a part of prehistory. Finally the academic training of graduates, some of whom have worked on topics of medieval archaeology for some time during their studies, and may regard themselves as medieval archaeologists, and those who have graduated directly in medieval archaeology, differs widely and is hardly comparable. After this survey of the situation concerning the teaching of medieval archaeology in Germany in general, the course structure and subjects taught in studies of Medieval archaeology at Tßbingen that have come into force in autumn 1995 shall be presented. In general, in the faculty for cultural studies where medieval archaeology is associated with all M.A. courses, teaching consists of a schedule of two years’ basic studies after which students take an obligatory exam in order to be admitted to advanced studies for another two years before writing their M.A. thesis, and taking final exams for their degree. They have to study one main subject and two secondary subjects, or two main subjects. The subjects can be combined ad libitum, it is not possible to prescribe a certain combination of secondary subjects together with a main subject, which proves not to be a good solution for the studies in medieval archaeology. For taking a Ph.D. degree, it is not necessary to have a M.A. degree in the same subject, but in a subject of the faculty for cultural studies, which include all archaeological subjects and also ethnology and art history, but not medieval history. When giving a shape to the future Medieval archaeology and Ph.D. courses, handicaps of an organizational kind had to be taken into consideration. Medieval archaeology was established within the department of pre- and protohistory. There was a discussion whether it should be integrated into the department for medieval history, but for practical reasons it became a section of the department of pre- and protohistory. It is a rather big department with a good infrastructure such as a photography lab, graphic staff, excavation equipment and so on, a library with a stock of medieval archaeology literature, and the basic equipment of several archaeological sciences. This infrastructure can be made use of which would not have possible when being integrated into the department of medieval history. There were two preexisting sections, 64


Medieval archaeology as an Academic Discipline at German universities

65

Barbara Scholkmann

earlier Prehistory combined with archaeological sciences and younger prehistory and protohistory. It is intended to make medieval archaeology a third section with additional material and staff, but regarding the financial situation at the moment, this will take some time. It therefore seemed to be a good solution to integrate the studies of medieval archaeology into the courses of the other sections to a certain extent. There was a common course of basic studies existing for both sections and the basic studies of medieval archaeology are integrated into this course. In fact there was a very practical reason behind this too. As long as there is only one teacher of medieval archaeology and no additional lectureships of any kind, it is far beyond the capacity available to teach a complete course programme. It was there fore practical to make use of the teaching facilities offered by colleagues in the other sections of the department. Concerning lectures such as theory or all kinds of topics dealing with methodological questions, as well as the archaeological sciences, this provides a very good training for students. On the other hand, specialization in medieval archaeology takes place exclusively during the main study courses, after having finished the basic common courses. We now have a basic study course including pre- and protohistory, medieval archaeology and archaeological sciences, and the possibility of choosing one of three special areas afterwards, among them medieval archaeology. The main study courses include topics of medieval archaeology and also interdisciplinary lectures on archaeology and medieval history. A problem when trying to find a proper shape for studies in medieval archaeology in T端bingen was the above named fact that there is no possibility of determining medieval history or art history or another historical subject as the secondary subject, which would be quite useful. In order to secure a basic knowledge, students have to attend lectures in corresponding subjects during their main studies, and prove successful attendance of them before being admitted to the Medieval archaeology thesis and exam. Post graduate students working on their Ph.D. or doing research jobs attend lectures or courses voluntarily. They have to attend a tutorial with a compulsory paper each term, and give a report on the progress of their research. Up to now they all come from other universities in order to do their Ph.D. in T端bingen, among them only one with a M.A. in medieval archaeology. The others have graduated in pre- and protohistory, some in art history or medieval history. They are requested to take part in as many lectures as possible to fill up their gaps, but this is not a very satisfactory situation. As studies in medieval archaeology in this form represent a very young institution, we have as yet not much experience about how it works, and how it will be accepted by the students. However, it seems that some 10- 15 students intend to follow the main course of medieval archaeology and take the M.A. degree in it.


ESTMA III

66


Medieval archaeology as an Academic Discipline at German universities Barbara Scholkmann

67


ESTMA III

68


Medieval archaeology as an Academic Discipline at German universities

Basic studies : Prehistory and protohistory and medieval archeology (2 years, altogether 35 hours*, minimal requirements) * sum of individual course times of one week per term over 2 years Lectures - introduction to methodology and theories - lower and middle palaeolithic - upper palaeolithic and mesolithic - neolithic or bronze age - iron age - medieval archeology - introduction to archeological sciences or introduction to archeobiology Compulsory seminars - introductory seminar (theories and methodology) - seminar on earlier prehistory - seminar on later prehistory or protohistory - seminar on medieval archeology Compulsory practicals - morphology of stone tools - practicals on selected topics in later prehistory or protohistory - practicals in medieval archeology - practical in archeological osteology or archeobotanics of large residues - practical in pollen analysis or archeometry Further optional seminars and practicals Additional off-term obligations - excavation course - excavating practical - study excursion INTERMEDIARY EXAM Advanced/Main studies : Medieval archeology (2 years ; altogether 30 hours*, minimal requirements) * sum of individual course times of one week per term over 2 years Optional lectures : general and specialised topics on - environmental archaeology - urban and rural settlements - fortifications and castles - churches and monasteries

- burial sites - material culture - crafts and industries 69

Barbara Scholkmann

THE STUDY OF MEDIEVAL ARCHAEOLOGY AT THE UNIVERSITY OF TĂœBINGEN


ESTMA III

Archaeology of medieval south-western Germany Interdisciplinary topics - archaeology and documentary history Compulsory seminars and practicals - seminars on various topics, normally combined with a lecture - practicals - pre-graduate seminars for students preparing for MA degree Tutorial with compulsory paper - for students preparing for MA degree Additional off-term obligations - study excursions - excavating practical Requirements can be fulfilled up to 10 hours by one seminar or one practical of compulsory courses out of the following fields (if not chosen as subsidiary subject or second main subject) : - medieval history - historical regional studies - subordinate historical methods such as numismatics, etc. - history of architecture and arts - medieval ecclesiastical history From these fields especially courses offering a survey or a methodological bias can be chosen. It is mandatory to prove successful attendance of at least one course (seminar, excercise, practical, etc.) out of these fields, if they are not chosen as subsidiary or second main subjects. M.A. thesis and exam for degree in medieval archaeology as a study direction

70


Le haut Moyen Ă‚ge


Is l’an Mil a useful model for medieval archaeologists ? Grenville Astill

Résumé de la communication : n recent years it has again become common for some historians to argue that major changes in the economic and social development of Europe occurred, and indeed were concentrated, at the end of the first millennium AD. As we approach the end of the second millennium, is this a useful framework within which to analyse and teach medieval archaeology ? The advantages - such as encouraging archaeologists to cross the boundaries of their traditional research topics and specialisms in order to achieve an overview - and the disavantages - such as telescoping what may have been a longer and more gradual development, or indeed locating a period of ıntense change in the wrong century - will be coinsidered through a review of recent archaeological work on economic and social processes.

I

73


Archéologie monumentale et corpus des églises rurales en Normandie jusqu’en 1050 Maylis Baylé

a restauration des structures et des implantations religieuses voulues par Richard Ier et Richard II est assez bien connue pour les centres importants et les monuments majeurs: Mont-Saint-Michel, collégiale de Fécamp, Saint-Pierre de Jumièges, cathédrale de Rouen. Au niveau rural et paroissial, nous possédons certes par les textes et par l’archéologie des données significatives bien évoquées au cours de ce colloque par J.-F. Reynaud. Pour la Normandie, un repérage effectué en reportant sur une carte les édifices mentionnés dans les chartes antérieures à 1035/1040 apporte des indications intéressantes1. Le nombre des églises citées suggère dès ce moment un réseau paroissial très dense. La mention de nombreux édifices dans des régions comme le Cotentin où la réorganisation semblait cependant très lente ne va pas sans poser quelques problèmes d’interprétation : s’agit-il d’édifices existant à l’époque carolingienne et seulement restaurés ? S’agit-il de reconstructions de la période Xe-XIe siècle ? Très peu d’églises antérieures à 1080 ayant subsisté dans la partie centrale de la péninsule, les édifices cités dans le premier tiers du XIe siècle étaient-ils en bois ou en pierre ?

L

À l’inverse il existe en Normandie un certain nombre d’églises rurales d’aspect très archaïque subsistant en partie ou en totalité. La plupart ont été remarquées par les pionniers de l’histoire de l’art et de l’archéologie comme Gerville ou Arcisse de Caumont2. Ces auteurs les ont qualifiées de « carolingiennes ». Plus récemment, L. Musset et C. Maneuvrier leur ont consacré de courts articles en proposant une datation du début du XIe siècle3. Elles méritent 1. Un état des mentions d’édifices avant 1060 a été effectué et cartographié in M. BAYLÉ, Les origines et les premiers développements de la sculpture romane en Normandie, n° spécial d’Art de Basse-Normandie, n° 100 bis 1992, carte hors-texte. Le commentaire, résumé p. 172-174, avait été développé dans la thèse de même titre soutenue en 1988 (Université de Paris I). 2. A. DE CAUMONT, Statistique monumentale, 4 vol. Caen, 1863. Notamment II, p. 703-705 (Blay), III, p. 2-9 (Ouilly-le-Vicomte), 105 (Courtonne-la-Meurdrac), 162-172 (Glos), 309-311 (Saint-Martin-de-la-Lieue), 317-319 (Saint-Jean-de-Livet), 515-521 (Vieux-Pont), et IV, p. 139-1430 (Hotot-en-Auge) 398-402 (Fierville). 3. L. MUSSET, « Les problèmes de l’église de Vieux-Pont-en-Auge », Le Pays d’Auge, février 1967, p. 3-11. Ch. MANEUVRIER, « L’utilisation de la brique dans les premiers édifices romans du pays d’Auge : matériau médiéval ou matériau de récupération », Histoire et traditions populaires, juin 1992, n° 33, p. 31-36.

75


ESTMA III

en fait une enquête approfondie car leur aspect, les comparaisons qu’elles suggèrent, leur implantation géographique sont riches d’enseignements à la fois pour l’histoire de l’architecture, pour la connaissance du renouveau normand autour de l’an mille et des relations entre la Normandie et les régions limitrophes au cours de cette période. Mais pour leur donner toute leur signification et les situer aussi exactement que possible dans le temps, on ne peut en rester aux aperçus sommaires effectués jusqu’ici. Depuis quelques mois a été entrepris dans le cadre de l’équipe du CRAM, et sous notre direction, un corpus des églises rurales de Normandie antérieures au milieu du XIe siècle, la majorité des exemples se situant pour l’essentiel avant la mort de Robert le Magnifique (1035). Il s’agit ici d’archéologie monumentale et non d’archéologie de terrain. Le but est d’associer une problématique historique et une méthode d’analyse matérielle minutieuse de monuments qui n’ont jusqu’ici été étudiés que très superficiellement. La problémaFigure 1 : Vieux-Pont-en-Auge, tique historique concerne les débuts de la façade reconstruction du duché de Normandie et, au sein de cette reconstruction, l’histoire des églises rurales antérieures à l’essor de la grande architecture normande qui répondent à d’autres critères que les grands monuments subsistants. L’étude de ces édifices jusqu’ici imparfaitement connus et souvent datés de manière péremptoire par les rares auteurs qui s’y sont intéressés, doit se faire de manière rigoureuse et exhaustive. Il s’agit d’abord de faire un repérage des églises rurales encore préservées dont les caractères suggèrent a priori une appartenance à la période décive qui va grosso modo du gouvernement de Richard Ier à la minorité de Guillaume le Bâtard. Les critères de choix concernent à la fois le parti d’ensemble, le mode d’appareillage, les rares sources archivistiques ou épigraphiques, l’ensemble fournissant un faisceau de présomptions de datation. Les édifices conservés sont inégalement répartis : un premier groupe se situe autour de Lisieux, avec les églises de Vieux-Pont-en-Auge, Saint-Jean-de-Livet, Saint-Martin-de-laLieue, Ouilly-le-Vicomte, Glos, Hotot-en-Auge. Il faut y ajouter des vestiges plus limités et de date plus incertaine à Courtonne-la-Merdrac, Ecajeul, Fierville. Un second groupe se place autour d’Avranches, avec notamment Céaux et Saint-Jean-le-Thomas. Près de Bayeux, les églises de Blay et de Tilly-sur-Seulles doivent aussi être prises en considération. Enfin des exemples 76


Archéologie monumentale et corpus des églises rurales Maylis Baylé

Figure 2 : Vieux-Pont, vue générale plus dispersés jalonnent la Normandie, à Rugles, Montaure, près de Rouen. On peut y ajouter la chapelle de Tercey, ruinée, mentionnée vers 1040, et l’église de Saint-Germain-du-Corbeis, près d’Argentan, qui par leurs caractères s’apparentent au groupe de la région de Lisieux. Leur survivance est certes en partie due au hasard, mais l’implantation géographique des vestiges reste significative car les deux principaux groupes sont voisins de deux villes épiscopales dont le passé gallo-romain et du haut Moyen Âge est attesté. Les sources précises qui permettent de situer ces monuments dans le temps sont rares: Céaux est mentionné dans une charte de Robert le Magnifique4. Saint-Jean-le-Thomas est cité en revanche dès l’époque de Guillaume Longue Epée5. L’église, le moulin, les vignes et les prés de la villa Saint-Jean sont expressément mentionnés dans une charte de Richard II datée entre 1022 et 10266. Pour Vieux-Pont, à défaut de texte archivistique, une dalle gravée d’une inscription insérée dans la souche du clocher constitue un indice précieux en raison des caractères épigraphiques où la forme des lettres, la rareté des onciales s’accommodent d’une date antérieure à 1050 au plus tard7. L’analyse du clocher, bâti en deux campagnes, confirme ce pre4. M. FAUROUX, Recueil des Actes des Ducs de Normandie 911-1066, Mémoires de la Société des Antiquaires de Normandie, Caen, 1961, n° 49. 5. M. FAUROUX, op. cit., ibid. 6. Id. ibid. Céaux est sur la voie antique unissant Saint-Pair, Genêts et le Mont-Saint-Michel: cf. LE HÉRICHER, Avranchin, II, p. 638. 7. L’inscription a été publiée très tôt par A. DE CAUMONT, op. cit., p. 519 puis par L. MUSSET, op. cit. La mention de « Ranoldvs de la race des Francs » ne peut se concevoir que soit dans le contexte mérovingien, qui paraît trop précoce, soit plus logiquement après les invasions vikings, pour le distinguer des nordiques. Les éléments de comparaison significatifs sont un texte similaire à Poussy-la-Campagne (début du XIe siècle selon toute vraisemblance), les inscriptions du tombeau de Troarn (vers 1040) (M. BAYLÉ, op. cit., p. 80-83), deux textes lapidaires conservés au Musée d’Evreux, la dalle funéraire de la reine Mathilde († 1083). On notera enfin la présence d’un Rannoldvs com me cosignataire de la charte de Richard Ier pour Fécamp en 990 (M. FAUROUX, op. cit., n° 4).

77


ESTMA III

mier indice. En effet, la souche du clocher est déjà plus tardive que la nef et le chœur car elle vient se plaquer contre le mur de nef sans solution de continuité, tout en conservant le même appareillage de briques et pierres. Seule différence avec la première campagne, la longueur des briques employées qui semble attester une différence de fabrication. À la limite du premier niveau, l’appareil change : les moellons et la brique laissent la place à un mur de pierres de taille de moyen appareil typique des constructions romanes normandes. À la place des corbeaux insérés pour limiter ce niveau est établi un cordon sculpté et le deuxième étage est constitué de baies géminées aisément datables à cause d’une série de chapiteaux étroitement liés à ceux de la nef de l’Abbaye-aux-Dames, antérieurs à 10708. Tout concorde parfaitement pour situer l’achèvement du clocher vers 1060, avec une coupure marquée entre cette dernière campagne et les deux précédentes. La graphie de l’inscription apporte aussi un élément à la démonstration et l’on peut situer la souche inférieure du clocher vers 1040 au plus tard, la nef et le chœur dans le premier tiers du siècle. C’est à cette période encore balbutiante et marquée par les méthodes de construction préromanes qu’appartiennent donc logiquement Vieux-Pont, Céaux et Saint-Jean-le-Thomas. Si les certitudes sont moins précises pour les autres constructions, il est permis de les adjoindre à l’étude en raison de leurs caractères similaires et de souhaiter qu’un examen minutieux permette la découverte de vestiges datables par la dendrochronologie (nombreux éléments de bois dans les interstices de l’appareil du clocher, indépendamment de la charpente intérieure évidemment plus récente que l’édifice). Ces constructions sont de plan très simple : nef rectangulaire suivie d’un chœur plus étroit rectangulaire à chevet plat caractérisent Ouilly-le-Vicomte, Saint-Jean-de-Livet, Saint-Martinde-la-Lieue, Courtonne-la-Meurdrac. À Rugles le chevet plat est remplacé par une courte abside semi-circulaire. À ce plan de base est parfois adjoint un clocher latéral (Vieux-Pont, Céaux, Blay, Saint-Jean-le-Thomas) parfois plus tardif. Ce plan de base est celui qui sera maintenu dans nombre de petites églises scandinaves jusqu’au XIIIe siècle. Le trait le plus intéressant de ces églises réside dans leur mode de construction. Les murs sont le plus souvent élaborés en moellons réguliers constituant un petit appareil assez bien agencé. Une analyse de détail montre souvent la juxtaposition de petits dés très bien taillés dont certains paraissent des pastoureaux antiques de remploi et des pierres de même forme mais plus grossièrement découpées, plus irrégulières, comme si les tailleurs de pierre avaient tenté d’imiter les modèles antiques. Par ailleurs le principe de chaînages horizontaux par quelques rangs de briques plates est d’une utilisation fréquente : Vieux-Pont et Rugles en offrent des exemples bien conservés. On peut le restituer par l’examen des murs très remaniés au XVIIe siècle à Ouilly-le-Vicomte. Il convient enfin d’ajouter que la plupart de ces édifices et notamment Rugles, Ouilly-le-Vicomte ou Saint-Jean-de-Livet ne sont pas bâtis uniformément selon le même principe. Il y a juxtaposition d’appareils très maladroits et d’autres beaucoup plus réguliers. Dans certains cas cela peut être attribuable à des réfections ultérieures ; mais dans d’autres cette explication ne peut être avancée et l’on doit se demander pourquoi de telles différences de niveau technique sont-elles discernables dans un même mur. Un édifice comme Vieux-Pont-en-Auge est particulièrement intéressant sur ce point. Le mode de construction est 8. Sur les sculptures des grandes arcades de la nef caennaise : M. BAYLÉ, La Trinité de Caen, Paris-Genève, 1979, p. ?. Les chapiteaux de Vieux-Pont, non mentionnés dans cette étude, sont très étroitement apparentés à la série à protomes de béliers influencée par Saint-Germain-des-Prés de Paris. Ils pourraient par leur morphologie être légèrement antérieurs à ceux de l’Abbaye-aux-Dames.

78


Archéologie monumentale et corpus des églises rurales Maylis Baylé

caractérisé par l’alternance de trois ou quatre rangs de briques plates formant chaînages et de quelques rangs de petits moellons. En certains endroits, notamment au mur nord, des rangs de petits pastoureaux de calcaire de Caen très réguliers alternent avec les niveaux de briques. Par ailleurs les angles sont renforcés par des blocs de pierre de taille très irréguliers disposés tantôt horizontalement tantôt verticalement de manière assez maladroite mais évoquant de très loin le système « long and short » de l’architecture anglo-saxonne. En façade, le pignon a reçu un appareil décoratif et des chaînages similaires subsistent dans la partie des angles qui n’a pas été remaniée. Ces constructions rapidement décrites posent en fait des problèmes qui ne peuvent être résolus que par une analyse pierre à pierre très précise des méthodes de construction utilisées et des matériaux. Ceci afin de déterminer, si possible, la part des remplois et celle des éléments de l’époque de la construction (pastoureaux antiques et leurs imitations plus tardives, briques romaines ou de fabrication contemporaine Figure 3 : Vieux-Pont-en-Auge, détail d’appareil de l’édifice) et de préciser les modes de construction. Ainsi l’examen de Vieux-Pont suggère une sorte de méthode constructive systématique. On y a juxtaposé, comme à Civaux, des pastoureaux de très haute époque et des moellons tentant de les imiter. On a emprunté à la tradition d’origine antique le système de raidissement par des chaînages de briques. Et l’on a tenté de mettre au point un renforcement des angles par des blocs de pierre de taille en copiant très maladroitement le principe de chaînages longs et courts. Cela donne une idée des méthodes utilisées dans un milieu rural par des maçons locaux reflétant sans doute ce qui se faisait sur les chantiers de Lisieux. Les plus gros blocs sont très vraisemblablement des remplois. Ils ont en outre servi de matériau pour des essais de représentations sculptées dont l’ébauche est gravée sur nombre de pierres. Mais ces ébauches même attestent la différence existant entre ceux qui les ont réalisées et par exemple les sculpteurs d’Evrecy, artistes consommés9. Enfin, la différence d’habileté technique entre certaines parties de la construction et d’autres suggère la grande maladresse de certains aides du « chef de chantier ». Dans certains cas, l’analyse pierre à pierre permet aussi de mieux voir la part des restaurations. Le cas curieux d’Ouilly-le-Vicomte où lors d’une restauration du XVe on a employé les briques de la première construction pour faire en certains endroits un appareil « brique et pierre » caractéristique de 9. Les vestiges sculptés d’Evrecy sont diversement datés. Nous les situons près de l’an mille: M. BAYLÉ, Les origines…, op. cit., p. 44-50.

79


ESTMA III

la fin du Moyen Âge est un exemple amusant, le cas se retrouvant également à Hotot-en-Auge. De même que la brique est utilisée en alternance avec des moellons, de même on la retrouve cernant les claveaux des fenêtres ou en alternance avec ces derniers10. C’est le cas à Saint-Jean-le-Thomas (très restauré, mais les caractères sont authentiques), et à Vieux-Pont, par exemple. Ailleurs, comme à Blay, de la brique pilée est incorporée au mortier pour créer un effet coloré entre les claveaux des arcs. Le même système est utilisé, associé à de brique au portail primitif de Vieux-Pont, maintenant masqué par le clocher. Ces méthodes s’inscrivent dans une tendance plus générale à l’utilisation ornementale de la brique dont nous avons évoqué les différents aspects ailleurs11. Tels que nous les avons décrits très sommairement, ces édifices posent un certain nombre de problèmes qui ne peuvent être résolus que par une analyse matérielFigure 4 : Céaux, base de la tour le minutieuse et s’appuyant si possible sur un relevé pierre à pierre. La première question est la part des remplois et celle des éléments de l’appareil contemporains de la construction de l’église. En particulier il a été longtemps admis que la brique n’avait plus été fabriquée entre le IXe et le XIIIe siècle dans la région12. A. Renoux a cependant cité la mention de fabrication de briques sur le chantier de Fécamp à la fin du Xe siècle13. L’importance de ce matériau dans les édifices mentionnés ne permet pas d’admettre sans vérification qu’il s’agit uniquement de remplois gallo-romains ou du haut Moyen Âge. Or sur plusieurs sites on remarque plusieurs modules de brique aux dimensions constantes et employés concurremment mais dans des parties différentes de l’édifice. Une analyse est en cours pour déterminer s’il existe des différences de composition au sein d’un même chantier et si l’on a pu juxtaposer des éléments de remploi ou non. La comparaison des dimensions avec les briques gallo-romaines usuelles suggère également plusieurs sources pour les éléments de terre cuite utilisés. L’étude 10. Article à paraître dans les Actes préliminaires du Colloque de Bruges 1997. 11. Id. ibid. Nous résumons rapidement ici les problèmes posés par l’utilisation de la brique dans les édifices considérés. 12. M. DE BOÜARD, Manuel d’archéologie médiévale, Paris, 1975, p. 55. 13. A. RENOUX, Fécamp, du palais ducal au palais de Dieu, Paris, CNRS, 1991, p. 453-455. La mention de fabrication de brique se trouve dans Dudon De Saint-Quentin, De moribus., ed. J. Lair, Mémoires de la Société des Antiquaires de Normandie, XXIII, Caen, 1865, p. 290-291.

80


Archéologie monumentale et corpus des églises rurales

14. La Basse-Œuvre a été bâtie en plusieurs campagnes, l’une remontant à la fin du Xe et au début du XIe siècle, le niveau supérieur de la façade étant une reprise du milieu du XIe siècle au plus tôt ; mais l’appareil de moellons imitant les pastoureaux est constant. Voir notamment P. BONNET-LABORDERIE, Cathédrale Saint-Pierre. Beauvais, Beauvais, 1978, p. 22-29. 15. J.-L. BERNARD, L’architecture romane en Ile-de-France, Thèse, Université de Paris X, 1996. 16. L. MUSSET, op. cit. 17. Voir notamment G.H. FORSYTHE, The Church of St. Martin at Angers, Princeton, 1953, et « L’église Saint-Martin

81

Maylis Baylé

n’a jusqu’ici été poussée que pour Vieux-Pont et Ouilly-le-Vicomte où la coexistence de remplois et de pierres et de briques nouvellement préparées est très probable. À première vue il s’agit presque d’une sorte de méthode constructive, avec réutilisation d’éléments plus anciens briques, pastoureaux - et d’imitations plus ou moins réussies de ces derniers : briques systématiquement plus courtes, petits dés moins habilement réalisés. En particulier, il est significatif que le clocher de Vieux-Pont, plus tardif que la nef, comporte une majorité de chaînages de briques de petit module et que ces mêmes briques de moindres dimensions soient les seules utilisées à la façade de Hotot-en-Auge qui semble plus tardive que les autres édifices. Il convient en outre de situer ces édifices par rapport à des constructions extérieures à la Normandie. Il existe en particulier des formes d’appareil très comparables en Beauvaisis : à Beauvais, la Basse-Œuvre offre le même appareil de dés réguliers, les mêmes sourcils de briques tout autour des Figure 5 : Saint-Martin de la Lieue, baies14. Et l’on sait d’ailleurs par la thèse détail d’appareil récente de J.-L. Bernard sur l’Ile-de-France romane15 que ce mode de construction fut imité longtemps en Beauvaisis. Dans le cas de la Basse-Œuvre, il est logique d’admettre que l’on a continué sur place un mode de construction attesté par les ruines romaines encore en place dans la ville. I1 y a donc une forme de continuité comparable à celle que nous avons décelée à Civaux. Est-ce le cas en Normandie ou y a-t-il un apport extérieur décisif, sans doute autour de l’an mille ? L. Musset16 a évoqué l’influence de l’Anjou à laquelle doit être adjointe celle des régions du Maine. Il est probable que la construction associant brique et pierre y est restée présente pendant le haut Moyen Âge, fondée sur l’imitation de ruines romaines présentes sous les yeux des bâtisseurs : il suffit de citer le cas des remparts du Mans. Rappelons la présence d’appareils brique et pierre et d’appareils ornementaux à Saint-Martin d’Angers vers 1020 et un peu plus tard au Lion d’Angers et à Savennières17. Ces deux derniers exemples méritent d’être comparés de très près avec la façade de Vieux-Pont, très proche.


ESTMA III

Figure 6 : Saint-Martin-de-la-Lieue, vue au sol

Par ailleurs la grande salle du château de Mayenne, actuellement en cours d’étude par une équipe d’archéologue, et de date maintenant controversée (IXe ou XIe siècle ?) offrait de très typiques arcatures faisant alterner claveaux de brique et de pierre. Les murs d’enceinte, datés du XIe siècle offrent enfin un appareil typique de moellons noyés dans le mortier parfois organisés en arêtes de poisson qui évoquent ceux des églises normandes. Le dilemme est donc précis : ou bien, sur des sites particulièrement proches de villes épiscopales anciennement prospères avant les invasions vikings et conservant encore des ruines antiques importantes, on a réutilisé les briques de ces monuments et l’on a remployé et imité des pastoureaux, et dans ce cas point n’est besoin d’apport extérieur. Ou bien en raison des relations attestées alors avec l’Anjou le renouveau perceptible dans cette région a marqué la Normandie. En particulier on remarquera le vocable de Saint-Aubin qui est celui de Vieux-Pont et qui se rencontre souvent en Pays d’Auge, et le fait que les édifices considérés sont pour la plupart soit sur une ancienne route susceptible de mener vers le Maine et l’Anjou : la région lexovienne est l’aboutissement d’une voie venant du Maine et de l’Anjou; Saint-Jean-le-Thomas, sur la voie — restituable par les nombreux jalons romans conservés — qui menait de Rennes vers Coutances ; Blay est à proximité de Bayeux. En raison de l’étroite parenté avec les monuments angevins, notre impression est que, même s’il existait sur place un mode de constructions traditionnel, l’influence angevine a pu donner une impulsion nouvelle à ces formes d’activité constructives. Les comparaisons laissent l’impression d’une certaine unité dans les méthodes constructives entre ces régions de l’ancienne Neustrie. L’église de Pritz, étudiée jadis

d’Angers », Bulletin Monumental, 1952, p. 201-228 et le Dr F. LESUEUR, « Saint-Martin d’Angers, La Couture du Mans, Saint-Philibert de Grandlieu et les autres églises à éléments de briques dans la région de la Loire », Bulletin monumental, 1961, p. 211-242. Voir également J. MALLET, L’art roman de l’ancien Anjou, Paris, 1984, p. 15 et

82


Archéologie monumentale et corpus des églises rurales

Les relations avec l’Anjou et le Maine ne sont pas les seules qui doivent être considérées. La petite église de Céaux pose un autre problème. Située dans la baie du Mont-Saint-Michel, sur l’ancien chemin traversant la baie depuis la route de Rennes vers Coutances, elle est constituée d’une nef rectangulaire très simple, d’un chœur refait à l’époque gothique et d’un clocher latéral. Ce dernier est renforcé sur ses faces et sur les angles de contreforts originellement très plats disposés de manière inhabituelle, avec une lésène au centre de chaque face. Cet emplacement du contrefort, de même que sa base très plate et talutée qui paraît une version simplifiée de celles des lésènes de Bradford-on-Avon, est insolite en Normandie. En revanche un système de renfort comparable des tours se voit dans l’Angleterre anglo-saxonne, par exemple à Langford et à Sompting et s’apparente davantage à la méthode courante, en Angleterre avant la conquête, de raidir les murs avec de tels éléments19. Ici encore nous sommes confrontés à un dilemme : l’église de Céaux témoigne-t-elle d’une tradition alors en usage dans l’Avranchin et dont elle serait l’unique vestige ? Et existait-il des liens entre l’architecture anglo-saxonne et les constructions préromanes du Cotentin dont nous ne savons presque rien ? Le présent article pose ainsi sans les résoudre de manière définitive une série de problèmes et indique des orientations de recherche et une méthode de travail nécessaire. Il convient d’aller au-delà d’une appréciation générale de l’intérêt certain de ces édifices trop souvent négligés. Un programme en cours de réalisation devrait donner des informations sur : - les matériaux et leur origine, - l’importance respective des matériaux de remploi et des éléments contemporains, - les méthodes d’appareillage ; les raisons de la juxtaposition de murs très diversement bâtis dans un même édifice, sans doute liées à la présence de plusieurs maçons de niveau et de formation différente, le tout reflétant manifestement un empirisme et des tâtonnements propres à une période de réorganisation récente. Et, dans ces méthodes, quelles sont les relations possibles avec une architecture de bois : utilisation des chaînages de briques ou des raidisseurs en lésènes comme le seront les pans de bois ultérieurs, - les relations de ces techniques avec celles des grands chantiers (Notre-Dame-sous-Terre, Coutances…). suiv. 18. J. TARALON, « L’église Notre-dame de Pritz », Congrès archéologique de France, 1961 (Maine), p. 306-430. L’analyse effectuée pour cet édifice est un modèle de méthode même si les relevés ne sont que partiels. 19. Sur ces exemples et le problème des lésènes anglo-saxonnes, H.M. TAYLOR et J. TAYLOR, Anglo-Saxon Architecture, 3 vol., Cambridge, 1965-1978, et notamment p. 915-927. Le caractère fonctionnel ou non des lésènes et leurs rapports avec l’architecture continentale ont été discutés : cf. H.M. TAYLOR, « The Origin, Purpose and Date of Pilaster-Strips in Anglo-Saxon Architecture », North Staffordshire Journal of Field Studies, X, 1970, p. 21-47 qui les juge sans liens avec l’architecture continentale et fonctionnels à l’origine. Contra, R. GEM, « L’architecture préromane et romane en Angleterre », Bulletin Monumental, 1984, p. 233-272, notamment n. 43. La tour de Sompting constitue un exemple probablement tardif qui ne peut être antérieur à 1050 et date vraisemblablement des années 1080 (R. GEM, « The Early Romanesque Tower of Sompting Church, Sussex », Anglo-Norman Studies, proceedings of the Battle Conference, 1985, p. 121-128). Reproduction de Langford in H.M. TAYLOR et J. TAYLOR, op. cit., pl. 511 et 513.

83

Maylis Baylé

par J. Taralon18, et dont les parties les plus anciennes sont peut-être carolingiennes, mais peut-être aussi contemporaines de l’arrivée des moines de La Couture du Mans au début du XIe siècle, offre des formes d’appareil très comparables à celles de Vieux-Pont, de Saint-Jeande-Livet, d’Ouilly-le-Vicomte ou de Blay.


ESTMA III

L’enquête, entreprise au sein du CRAM sous notre direction, avec l’aide d’étudiants de troisième cycle et de thèse a été centrée sur les édifices les mieux conservés ou ceux dans lesquels la part de restauration est bien discernable. On déplorera par exemple que Saint-Jean-le-Thomas, très restauré, se prête moins bien que Céaux ou que le groupe proche de Lisieux à une analyse matérielle exacte. La liste des édifices a été volontairement restreinte, même si l’on garde en mémoire les comparaisons susceptibles d’être suggérées par des constructions comme Norrey-en-Auge ou Sentilly, vraisemblablement proches de 1050, ou des édifices sans doute plus archaïsants que réellement anciens, comme par exemple Orval, dont la première campagne ne doit pas être antérieure au troisième tiers du XIe siècle. Avec les lacunes et les inévitables incertitudes qui subsisteront dans certains cas, le sujet mérite d’être approfondi afin de tenter de restituer tout un pan de l’histoire architecturale normande.

84


L’habitat rural du haut Moyen Âge (VIe-Xe s.) de « La Sente » à Grentheville (Calvados) : premiers éléments de synthèse Claire Hanusse

epuis une vingtaine d’années au moins le développement de l’archéologie préventive a entraîné la mise au jour de quelques centaines de sites d’habitats du haut Moyen Âge sur le territoire français. Une faible minorité de ces sites a été à ce jour l’objet de publications et rares sont ceux qui ont bénéficié d’une véritable présentation comprenant à la fois un exposé précis des observations et une interprétation étayée. Les limites de ces interventions ont été maintes fois soulignées et il ne paraît pas nécessaire ici de s’attarder sur ce point ; on pourra se reporter à l’article publié par P. Demolon dans les actes du colloque de l’Association Française d’Archéologie Mérovingienne (AFAM) en 19951. Le site de la Sente localisé dans la commune de Grentheville (Calvados) est un de ces habitats, découvert à l’occasion de travaux d’aménagement d’une zone industrielle de la banlieue de Caen, et dont la fouille a été partiellement menée dans le cadre d’une opération d’archéologie préventive réalisée sous le contrôle du Service régional de l’archéologie du Ministère de la Culture (SRA), par des personnels contractuels de l’Association pour les Fouilles Archéologiques Nationales (AFAN), avant que nous la reprenions dans la cadre des travaux pratiques d’archéologie de l’université de Caen. Les conditions de fouilles initiales n’ont pas été sans conséquences sur les résultats obtenus.

D

DE LA FOUILLE PRÉVENTIVE À LA FOUILLE PROGRAMMÉE La parcelle dans laquelle nous avons travaillé appartient à la Chambre de Commerce et d’Industrie du Calvados qui, au début des années quatre-vingt-dix, avait envisagé une mise en valeur de ces terrains, projet qui a justifié la réalisation des contrôles archéologiques. Cette pièce de terre, comme celles qui la jouxtent, a été l’objet en 1991 d’un diagnostic archéologique sous

1. DEMOLON P., «L’habitat rural du haut Moyen Âge dans le nord de la France : réflexions méthodologiques», dans Cl. LORREN et P. PÉRIN (éd.), L’habitat rural du haut Moyen Âge (France, Pays-Bas, Danemark et GrandeBretagne), Actes des XIVe journées internationales d’Archéologie mérovingienne (Guiry-en-Vexin et Paris, 4-8 février 1993), AFAM, Rouen, 1995, p. 45-51.

85


ESTMA III

la forme de sondages conduits à la pelle mécanique. Des tranchées de 0,60 m de large sur 12 m de long ont permis de repérer divers indices archéologiques qui ont guidé la réalisation de fouilles plus approfondies. Le choix a été fait, comme souvent hélas, de réaliser un décapage mécanique des niveaux superficiels au prétexte que les labours avaient dû détruire les couches archéologiques jusqu’à une trentaine de centimètres de profondeur. Ce qui revenait, sur ce site, à décaper l’ensemble des sédiments jusqu’au substrat calcaire. Seuls quelques rares vestiges et l’extrémité sud du site ont été épargnés. Durant l’hiver 1992, après une intervention de trois mois menée par de contractuels de l’AFAN, la fouille a été interrompue. En 1994 finalement, le terrain m’a été confié et a, dès lors, constitué le chantier d’initiation à l’archéologie des étudiants de l’université de Caen. Le travail a été mené durant 27 semaines, de 1994 à 1997. L’exploration a été reprise là où l’avaient abandonnée nos prédécesseurs. Seuls 10 % du terrain ont pu être examinés dans des conditions satisfaisantes, soit l’étude de la quasi totalité des sédiments ; dans le reste du site (90 %) seules les structures excavées dans le substrat calcaire ont pu être fouillées. Les conditions d’étude peuvent donc être considérées comme assez médiocres, compte tenu du décapage initial. Peu de niveaux d’occupation, en particulier, autres que ceux préservés dans les structures excavées ont été fouillés. Cependant, certaines interprétations ont été facilitées et rendues possibles grâce aux analogies nombreuses qui existent entre ce site et celui de la Delle-Saint-Martin étudié par Cl. Lorren. Sa connaissance du terrain a été une aide précieuse et indispensable pour assurer la compréhension des vestiges. UN RICHE CONTEXTE ARCHÉOLOGIQUE Ce site doit être replacé dans un contexte archéologique riche. Depuis près de trente ans il a, en effet, été possible de reconnaître plus d’une vingtaine d’implantations qui attestent de l’occupation ancienne dans cette région dite de « la plaine de Caen », un plateau dominant la rive droite du cours moyen de l’Orne et situé à environ 5 km au sud-est de Caen. Dans les abords immédiats, une dizaine d’opérations archéologiques ont été menées dans la zone industrielle implantée aux confins des communes actuelles de Mondeville, Grentheville et Cormelles-leRoyal, en particulier dans les parcelles portant les noms de la Delle-Saint-Martin, le Haut-SaintMartin et Trainecourt. Au total, une quarantaine d’hectares, au minimum, ont été examinés d’abord par de simples sondages en tranchées dont les résultats ont éventuellement motivé des fouilles plus systématiques. Il convient de faire un certain nombre de réserves sur le fait que tous les sites n’ont pas été fouillés dans des conditions optimales et qu’aucun n’a fait l’objet d’une exploration véritablement intégrale. Seules les fouilles de la Delle-Saint-Martin ont été exécutées dans le cadre d’une opération programmée qui s’est déroulée de 1977 à 1994, dans un secteur, autour de l’église Saint-Martin, qui avait été l’objet de travaux dans les années 19102. Ces fouilles, réalisées par Cl. Lorren, ont abouti à ce jour à la publication d’une série d’articles3. Les autres travaux ont été réalisés dans le cadre de fouilles préventives (Haut-Saint-Martin, 2. MUSSET L., «Le site mérovingien de Saint-Martin à Mondeville (Calvados). Fouilles du capitaine G. Caillaux.», Bulletin de la Société des Antiquaires de Normandie, t. LVII, 1963-1964 (1965), p. 10-88. 3. On retiendra en particulier : Cl. LORREN, «Le village de Saint-Martin de Mondeville de l’Antiquité au haut Moyen Âge», La Neustrie. Les pays au nord de la Loire de Dagobert à Charles le Chauve (VIIe-IXe s.), Créteil, 1985, p. 350-357 ; «Le village de Saint-Martin de Trainecourt à Mondeville (Calvados), de l’Antiquité au haut Moyen Âge», La Neustrie - Les pays au Nord de la Loire de 650 à 850, Actes du colloque historique international (H. Astma éd.), Beihefte der Francia, 16/2, Sigmaringen, Jan Thorbecke, 1989, p. 439-465.

86


L’habitat rural du haut Moyen Âge de «La Sente» à Grentheville

Les grandes lignes de l’histoire de ce terroir incluant les parcelles que nous avions à fouiller, telles que nous pouvons les retracer à la lumière des découvertes effectuées et présentées dans 4. À propos de la rareté relative des vestiges du VIe s. dans les habitats fouillés, cf. Cl. LORREN et P. PÉRIN, «Images de la Gaule rurale au VIe siècle», Grégoire de Tours et l’espace gaulois, Actes du Congrès International, (Tours, 3-5 novembre 1994), 13e sup. à la Revue Archéologique du Centre de la France, Tours, 1997, p. 93-109.

87

Claire Hanusse

Trainecourt) pour lesquelles on ne dispose que des seuls rapports déposés au Service Régional de l’Archéologie et n’ont donc pas encore été publiés. Le site de « La Sente » se trouve situé à quelques 800 m au sud du site de la Delle-SaintMartin (commune de Mondeville) sur lequel les vestiges remontent à l’époque du Bronze final et se densifient à partir de la fin de la Tène et jusqu’au XIIe s., et à une distance équivalente à l’est de l’habitat déserté de Trainecourt (commune de Grentheville), datant des XIIIe-XVIe s. La fouille occupe un superficie de 6 500 m2 environ dans un secteur de la région caennaise caractérisé par un substratum composé de calcaire coquillier recouvert d’un lœss dont la puissance ne dépasse jamais sur le site 0,50 m. Le terrain présente un pendage S/N régulier et une dénivellation d’environ 0,80 m et un pendage SE/NO plus atténué. Comme dans toute cette région, les limons superficiels, de granulométrie très fine, ont une teinte homogène beige qui, sur les sites de cette époque, sont très médiocrement altérés par l’anthropisation. Ceci rend la fouille particulièrement difficile car les différences de couleurs sont à peine marquées et la stratification se voit à peine ou de manière fugace. Compte tenu des conditions d’intervention et à partir des éléments dont nous disposions notre souci principal a été de caractériser l’occupation, de préciser la chronologie du site et de tenter de rassembler des éléments qui permettraient de comprendre l’insertion de cet habitat dans le terroir et les relations de ce site avec celui de la Delle-Saint-Martin. En effet, si l’on se reporte aux découvertes effectuées par Cl. Lorren à Mondeville, il semble que depuis le début du Ier s. un habitat de pierre se soit développé, légèrement à l’ouest d’une enceinte protohistorique, en bordure d’une voie préexistante et à proximité de ce qui pourrait être une enceinte « cultuelle » que l’on peut interpréter, compte tenu de l’ampleur des vestiges, comme un vicus. Un parcellaire, matérialisé par une multitude de fossés, semble dès lors se structurer autour de chemins pérennes. Après un abandon provisoire au IIIe s., l’habitat se réorganise dans le même cadre et sous la forme principalement de structures excavées. Au VIe s. il semble que l’occupation connaisse une légère régression4, passagère, puisque au VIIe s. de nouvelles structures excavées sont attestées sur le même site et à quelques centaines de mètres au sud-est du précédent. À la fin du VIIe s. ou au début du VIIIe s., une église est fondée autour de laquelle se développe un cimetière dont le souvenir s’est perpétué dans le toponyme SaintMartin. Cl. Lorren suggère de voir dans cet édifice religieux une fondation de notables détenteurs d’un domaine voisin dont la trace s’est conservée dans le toponyme Trainecourt. Cet habitat est à nouveau remodelé, des fermes de plain-pied bâties sur solins de pierres sont construites à la place des cabanes excavées. Au début du XIe s., l’habitat de Saint-Martin est abandonné, au moins pour ce qui concerne les structures installées aux limites méridionales et au sud du chemin principal. Finalement au XIIe s. l’église elle-même et le cimetière semblent à leur tour désaffectés. Vers la fin XIIe-début XIIIe s. un hameau se développe plus au sud le long d’un chemin allant vers l’église Saint-Rémi de Grentheville fondée par Robert de Formentin, à la fin du XIIe s., in capite sue culture, dans sa réserve donc, sur des terres en culture. La fondation, de ce qui va devenir l’église paroissiale de Grentheville, expliquerait l’abandon de la vieille église Saint-Martin.


ESTMA III

les divers rapports et des propositions exposées dans les quelques articles publiés notamment Cl. Lorren et L. Musset, ont donc logiquement orienté nos travaux sur le site de La Sente. UN ESPACE CONSTRUIT DURANT L’ÉPOQUE GALLO-ROMAINE Au terme de la fouille cinq périodes ont été distinguées de l’Antiquité à nos jours : les vestiges appartenant aux époques les plus récentes (période 4 et 5 correspondant au deuxième millénaire de notre ère) marquent l’abandon de ce site comme lieu d’habitat ; seuls des fossés bordant vraisemblablement un chemin médiéval, des fosses d’extraction de matériaux, des trous d’obus datant de la Deuxième Guerre Mondiale ainsi que des aménagements liés à la zone industrielle ont été repérés. Les vestiges du premier millénaire retiendront seuls ici notre attention, ils correspondent respectivement à la période gallo-romaine (période 1), à la première implantation de l’habitat à l’époque mérovingienne (période 2) et à l’ultime occupation du site, correspondant plus ou moins à l’époque carolingienne (période 3). Les premiers indices d’occupation témoignent d’un aménagement de cet espace à partir de l’époque gallo-romaine sous la forme de fossés que nous n’avons pu observer que dans leur portion excavée. Leur profil complet ne nous est donc pas connu ; en particulier nous ne disposons d’aucune observation permettant d’affirmer la présence d’un seul ou de deux talus, même s’il est vraisemblable qu’un talus unique résultant du creusement puis des curages successifs ait existé. Ces fossés, tous à fond de cuve, présentent deux types de profils : des fossés larges de 0,40 à 0,50 m et profonds de 0,40 m et des fossés plus étroits (0,20 m à 0,30 m) et moins profonds (0,10 m à 0,15). Les structures les plus profondes possèdent un comblement composé en partie de pierres jetées et accumulées à la base. Cette accumulation est le résultat à l’évidence de l’épierrement des parcelles voisines. Les structures les moins profondes ne sont comblées pour l’essentiel que de limons ne renfermant qu’assez peu de matériel. Cependant, quelques lentilles contenant des objets provenant de vidanges de foyers et/ou de nettoyage des sols d’habitations proches (fragments de poteries, faune, charbons de bois), démontrent l’utilisation des fossés comme dépotoirs et leur comblement progressif durant le haut Moyen Âge. La chronologie relative de ces structures se fonde pour l’essentiel sur l’observation de leurs recoupements qui démontrent que l’axe structurant est un fossé NE/SO (inflexion 35 à 40° est) auquel se rattache initialement un fossé quasiment perpendiculaire délimitant ainsi l’angle d’une parcelle (Phase 1). Un deuxième fossé, situé à quelques 11 m au nord du premier, contemporain ou légèrement postérieur à celui-ci, délimite ainsi une parcelle longitudinale à l’extrémité méridionale de laquelle a été installée une sépulture dont il sera question plus loin. Par la suite, le grand fossé voit son tracé légèrement remodelé, sous l’effet d’un reprise infléchissant de quelques degrés vers le NO, l’axe premier (Phase 2). Ce pourrait être l’indice d’une discontinuité de l’entretien ou d’une actualisation du bornage, mais aucun élément sérieux ne permet de trancher. Cet axe est de plus prolongé, toujours vers le sud, sous la forme d’un fossé plus étroit et peu profond qui disparaît à son extrémité alors qu’il n’entaille plus le calcaire (Phase 3). On doit associer à ce remodelage, le creusement de fossés perpendiculaires de profils voisins de celui du deuxième état du fossé principal, en particulier vers l’ouest, deux fossés distant d’une trentaine de mètres l’un de l’autre et qui marqueraient l’extension maximale de la zone cultivée dans cette direction. L’absence de traces d’occupation contemporaines de ces structures dans l’emprise du site tendrait à prouver que l’on a affaire à des fossés parcellaires délimitant des terrains mis en culture à distance d’un habitat dont la localisation demeure incertaine. Les dispositions du par88


L’habitat rural du haut Moyen Âge de «La Sente» à Grentheville

Le seul vestige que l’on peut associer aux structures de cette première période est une tombe découverte à l’intérieur d’une des parcelles évoquées précédemment5. Cette tombe circulaire d’environ 2 m de diamètre, creusée dans le substrat sur 1 m de profondeur, contenait, enseveli à 0,70 m/0,80 m de profondeur, le corps d’un homme de haute taille pour notre région (entre 1,70 m et 1,75 m), placé en pleine terre, et sur la dépouille duquel ont été déposées des galoches cloutées dont les semelles ont été retrouvées très mal conservées. La présence d’os surnuméraires (quatre pièces au total appartenant à un ou plusieurs adultes) témoigne de l’utilisation funéraire antérieure de cette fosse, « nettoyée » imparfaitement avant l’inhumation de notre homme. Le hasard doit donc être exclu et l’on peut penser que cette tombe, bien repérée dans le paysage grâce à un élément d’identification quelconque (tertre, toiture, stèle, poteau…), a été réutilisée en toute connaissance de cause. On peut formuler l’hypothèse d’un lien de parenté entre les individus inhumés dans cette fosse. La datation C14 réalisée sur un des fémurs du squelette situe l’époque de l’inhumation à la fin du Ier ou au début du IIe siècle6. Le recoupement des fossés par des structures appartenant notamment à l’époque mérovingienne (période 2) permettait de dater grossièrement le parcellaire de l’Antiquité gallo-romaine. La présence de la tombe autorise à remonter son ancienneté à la fin du premier siècle, mais la mise en place des fossés peut être considérée comme antérieure si l’on se souvient de la chronologie des découvertes effectuées plus au nord sur le site de la Delle-Saint-Martin. Seule une analyse menée sur zone plus vaste pourrait permettre de comprendre l’espace agraire tel que nous l’observons sur le site de la Sente. UN HABITAT IMPLANTÉ À L’ÉPOQUE MÉROVINGIENNE C’est donc dans un espace déjà mis en culture et partiellement structuré qu’apparaissent, au plus tôt à la fin du VIe-début VIIe s., les premières traces d’un habitat composé principalement de structures excavées qui se répartissent de part et d’autre du long fossé NE/SO. Au total dix neuf structures excavées de type « fond de cabane » ont été identifiées sur l’ensemble du site. Il s’agit de structures de formes très communes : quinze d’entre elles sont de plan rectangulaire avec deux poteaux axiaux pour soutenir une poutre faîtière. Par deux fois, le dispositif est complété par une tranchée longitudinale. Une seule structure excavée ne présente aucun aménagement interne mais une série de trous de poteaux périphériques sur lesquels devait reposer une charpente. Les plus petits de ces « fonds de cabanes » mesurent 1,80 m sur 2,40 m alors que les plus grands atteignent 2,30 m sur 4,20 m. Ils sont tous creusés dans le substrat calcaire sur une profondeur variant de 0,28 m à 1 m. Aucune corrélation particulière ne peut être établie entre leur superficie et leur profondeur. Ce type de structure, construit

5. Étude réalisée par A. ALDUC-LE BAGOUSSE, CRAM, UMR 6577, Université de Caen. 6. Laboratoire Radiocarbone de Lyon, LY-8644, âge 12C, 1910 ± 40 BP ; intervalles après correction dendrochronologique : 24-216 ap. J.-C. ; maximum de probabilités, 98-115.

89

Claire Hanusse

cellaire tourné vers le nord-est permettent de suggérer que celui-ci pourrait se situer au N/NE de notre site, à l’emplacement actuel de l’ample terre-plein d’une voie ferrée qui nous prive de toute possibilité de vérification.


ESTMA III

en matériaux périssables de nature indéterminée (bois, chaume, etc.), est bien connu à travers l’Europe occidentale durant la basse Antiquité et le haut Moyen Âge, en particulier dans la France du Nord-Ouest7. L’essentiel du comblement de ces structures, ou d’une partie d’entre elles, appartient semble-t-il à une phase d’abandon ; l’analyse des coupes stratigraphiques réalisées dans une partie d’entre elles fonde cette affirmation. L’interprétation que l’on peut en faire est celle d’un abandon des structures effondrées sur elles-mêmes, puis dans un laps de temps difficile à préciser, un remblaiement systématique avec des rejets divers provenant aussi bien de vidanges de foyers provenant des bâtiments voisins (dépôt primaire), ou de dépôts plus volumineux. On a parfois le sentiment que le comblement a été exécuté rapidement après l’abandon avec des matériaux homogènes, comme des éclats de calcaire résultant peut-être de l’édification de maisons voisines. Dans quelques cas, les couches les plus profondes, de granulométrie plus fine, contiennent des fragments de pots de taille réduite nous permettant de penser que l’on est en présence d’une sédimentation lente résultant d’une occupation durable. Dans une de ces structures, peu profondes, la découverte d’une monnaie ayant très peu circulé8, associée à deux bagues d’argent, à l’évidence contenues dans une bourse de cuir qui a pu être abandonnée sur ce qui devait être le sol, nous conduit également vers cette interprétation. La fonction de ces « fonds de cabanes » reste extrêmement difficile à établir, faute le plus souvent de données concrètes. Cette question largement débattue ne sera pas réglée grâce aux découvertes de « La Sente » car les éléments dont nous disposons n’éclairent guère cet aspect pourtant essentiel. Aucune trace de foyer n’a été repérée à l’intérieur de ces « fonds de cabanes ». Les méthodes de fouille pratiquées ne peuvent être mises en cause pour expliquer cette absence. Parfois, la proximité de petits foyers circulaires ou les traces de certains d’entre eux suggèrent une possible association avec des « fonds de cabanes » ; l’implantation de foyers à l’extérieur paraît ainsi vraisemblable. L’absence de foyer intérieur ne constitue donc pas un argument contre leur utilisation comme lieu d’habitat. De même, l’existence de tranchées axiales dans deux « fonds de cabanes », ne suffit pas à démontrer, comme on le fait parfois, l’existence d’ateliers de tissage en l’absence notamment d’outils spécifiques… ni à prouver le contraire. On peut affirmer, malgré les conditions de fouille, qu’aucune structure de grande taille, sur poteaux ou sur sablière basse, de type maison-halle, n’était associée systématiquement à ces « fonds de cabanes » qui ont bien constitué ici, comme sur le site voisin de la Delle-SaintMartin, la forme principale, sinon unique, de l’habitat de cette période9. On ne peut donc considérer ces structures ni comme des annexes de bâtiments plus importants, ni comme l’habitat modeste d’une catégorie de population subalterne10. Cette place prépondérante tenue par le « fond de cabane » apparaît comme exceptionnelle dans le nord-ouest de l’Europe, y compris dans la partie orientale de la Normandie. 7. Pour une vision d’ensemble dans le nord de la France en particulier, cf. Cl. LORREN et P. PÉRIN (éd.), L’habitat rural du haut Moyen Âge (France, Pays-Bas, Danemark et Grande-Bretagne)… 8. Il s’agit d’un tremessis (atelier indéterminé) fabriqué vers 650-670. Identification J. PILET-LEMIÈRE, CRAMUMR 6577, Université de Caen. 9. Le doute subsistera toujours pour les parties du site décapées jusqu’au substrat, mais les similitudes observées entre ce site et celui de la Delle-Saint-Martin fouillé dans de bonnes conditions permettent d’être catégorique. 10. Concernant les interprétations fréquemment avancées sur la fonction des fonds de cabanes, cf. J. CHAPELOT et R. FOSSIER, Le village et la maison rurale au Moyen Âge, Paris, Hachette, 1980.

90


L’habitat rural du haut Moyen Âge de «La Sente» à Grentheville

Une chronologie relative a été établie grâce à l’étude combinée des mobiliers céramiques et métalliques conservés dans ces structures11. La périodisation de ces matériels qui s’étend de la fin VIe-début VIIe s. jusqu’au VIIIe s., a permis de distinguer quatre phases qui permettent de mieux comprendre la topographie de cet habitat sur moins de deux siècles. L’habitat s’organise en ensembles – cinq au moins – globalement alignés NO/SE qui pourraient correspondre chacun à une unité d’habitation composée de un à quatre « fonds de cabanes » régulièrement entretenus. Lorsqu’il y a abandon d’une structure, la construction d’un nouveau « fond de cabane » est réalisée à côté des premiers, parfois dans le prolongement de ceux-ci suivant un axe longitudinal, sur un emplacement libre à l’intérieur d’un espace déterminé, dont les limites ne sont plus matérialisées sur le terrain, mais que l’on peut déduire de ces groupements qui s’ordonnent sur toute la longueur du site. La répartition des structures s’effectue en effet sur le site selon une sorte de maillage plus ou moins longitudinal, plus serré au nord qu’au sud du site. Il n’est pas réellement possible de restituer véritablement la taille des ces unités, cependant une largeur de l’ordre de 20/23 m dans certains cas se laisse deviner si l’on prend l’axe des cabanes comme point de repère. Dans le courant du VIIIe s., au plus tôt à la fin du VIIe s., se produit une restructuration de l’habitat qui se traduit par l’abandon des « fonds de cabanes » au profit de maisons sur solins de pierres. UNE RECONSTRUCTION SYSTÉMATIQUE IN SITU La période 3 se caractérise donc par la construction de maisons sur solins de pierres qui succèdent in situ aux structures excavées. On a dès lors affaire à des bâtiments rectangulaires, orientés ici N-E/S-O, qui ne sont pas sans rappeler ceux découverts à la Delle-Saint-Martin, et au Haut-Saint-Martin dans la commune de Mondeville ou sur le site des Gaudines, à Vieux12 à une dizaine de kilomètres à l’ouest de Caen, au-delà de l’Orne. Il s’agit de maisons de plain-pied dont les élévations construites en matériaux périssables (terre, bois, chaume…) n’ont laissé aucune trace. Le faible volume des éboulis découverts à l’emplacement de ces bâtiments plaide en faveur de structures sur solins et non de murs intégralement bâtis de pierres. Ces solins de pierres, larges de 0,30 m, d’environ 0,50 m de haut13, présentent parfois un appareil en opus spicatum. L’état de conservation de ces bâtiments est très médiocre, quelques pierres alignées constituent parfois le seul indice de la présence d’un mur, ce qui rend difficile la restitution intégrale du plan. On peut penser que l’on a affaire à 11. L’étude de ce mobilier a été réalisée par V. HINCKER. 12. COUANON P., FORFAIT N., «Le site des Gaudines à Vieux (Calvados). Habitat du haut Moyen Âge (VIe-Xe siècle) ”, L’habitat rural du haut Moyen Âge (France, Pays-Bas, Danemark et Grande-Bretagne)…, p. 159-166. 13. La hauteur des solins a pu être calculée grâce à un élément de mur conservé dans un silo dans lequel il s’est effondré.

91

Claire Hanusse

Ces structures portent parfois les traces de réfections ou d’agrandissements. Il s’agit parfois de simples reprises des parois et/ou des poteaux qui sont légèrement déplacés ce qui pourrait correspondre à un entretien de la charpente avec adjonction ou remplacement des poteaux porteurs. Dans d’autres cas l’agrandissement de la cabane est manifeste. La fréquence des ces travaux est impossible pour l’heure à préciser sur notre site, mais ceci démontre que l’on répugne à abandonner définitivement des bâtiments qui devaient pourtant être fragiles.


ESTMA III

des bâtiments rectangulaires de 6 m de large hors tout et vraisemblablement d’une dizaine de mètres de long. On retrouve sur ce site comme à la Delle-Saint-Martin des équipements plus nombreux qu’à la période précédente qui suggèrent un cloisonnement fonctionnel de l’espace : foyers construits au centre des pièces, silos de faible volume implantés à l’aplomb des murs et regroupés à une extrémité ; four servant au séchage de grains. Ce dernier type de structure est également présent, à l’extrémité sud du site, à l’extérieur d’une des maisons, probablement installé dans un bâtiment annexe ou sous un appentis. Certains de ces corps de bâtiments ont subi des réfections qui se sont traduites par des réaménagements partiels, voire de véritables reconstructions. Quatre ensembles différents dans des états de conservation variables ont été repérés sur l’ensemble du site, limité au sud par un chemin, contemporain, aménagé à l’emplacement de structures mérovingiennes. Trois de ces quatre bâtiments se superposent ou sont implantés à proximité immédiate des cabanes excavées suggérant ainsi que le maillage ancien demeure utilisé. Le fait est net dans la partie méridionale du site où l’on a pu observer, à l’intérieur d’une même unité, que les fonds de cabanes mérovingiens se sont succédé en se déplaçant légèrement au long d’un même axe et que les maisons sur solins sont édifiées à l’emplacement des cabanes les plus anciennes. L’impression de pérennité à l’intérieur d’un parcellaire bien structuré s’impose. La datation exacte de ces structures n’est guère aisée. Le mobilier appartenant au comblement des cabanes mérovingiennes suggère que la reconstruction s’est faite au plus tôt à la fin du VIIe s. ou au début du VIIIe s., mais rien n’interdit de situer cette étape plus avant dans le VIIIe s. La gestion de l’espace à l’intérieur des « parcelles » laisse cependant penser qu’il n’y a pas eu de rupture et que l’occupation a été continue. En revanche, la phase ultime d’occupation est mieux située dans le temps. Le mobilier rencontré sur les paléosols conservés est très fragmenté ce qui n’autorise guère les reconstitutions et surtout les analyses statistiques. Ce matériel est globalement daté du IXe-Xe s. L’abandon du site a du vraisemblablement s’achever au plus tard durant le premier tiers du Xe s ; au-delà de cette époque, il n’est alors plus fréquenté que par les récupérateurs de matériaux qui semblent avoir beaucoup œuvré si l’on en juge par l’état de conservation des structures. L’absence de mobilier postérieur au Xe s. tend à démontrer que la ruine fut rapide. *** Le cadre de l’archéologie préventive impose son tempo à la fouille et surtout il détermine artificiellement les limites de l’aire d’observation. Quelle proportion de cet habitat avons-nous fouillé ? Un cinquième ou quatre cinquièmes ? De la réponse à cette question dépendent les interprétations sur son rôle dans l’occupation du sol de cette région de la plaine de Caen. Malgré ces réserves ou ces regrets, on retiendra que l’on a pu caractériser les structures et dater l’occupation du site de « La Sente » ce qui répond ainsi à une partie de nos interrogations initiales. Si les similitudes matérielles avec le site de la Delle-Saint-Martin sont importantes, en revanche, l’habitat de la Sente semble connaître une durée de vie beaucoup plus brève puisqu’émergeant seulement à la fin VIe-début VIIe s. dans un parcellaire depuis longtemps fixé et après quelques trois siècles d’une occupation organisée selon un maillage assez serré, il est déserté par ses habitants au plus tard durant le premier tiers du Xe s. L’apparition de ce lieu de peuplement au plus tôt à la fin du VIe s. pourrait être l’indice d’un certain dynamisme du monde rural dont les habitants sont en quête de nouvelles terres à cultiver ou soucieux de remettre 92


L’habitat rural du haut Moyen Âge de «La Sente» à Grentheville

93

Claire Hanusse

en culture des terres anciennes grâce à une population probablement plus nombreuse. S’agitil d’un simple habitat interstitiel peuplé d’hommes venant du domaine dont l’église Saint-Martin est devenu le centre paroissial à la fin du VIIe s. ou bien d’un autre domaine non localisé à ce jour ? Sommes-nous au contraire à la périphérie d’un habitat d’importance équivalente mais dont les marges seules ont été explorées par hasard ? Le doute subsiste face aux données que la fouille à mises au jour. De même, les causes de l’abandon du site demeurent obscures d’autant que la chronologie de cette désertion semble s’insérer difficilement dans le schéma établi à propos de la Delle-Saint-Martin où l’abandon serait constaté seulement un siècle plus tard. Les sources archéologiques disponibles comme les sources écrites peu explicites et rares paraissent à ce moment de notre enquête insuffisantes pour autoriser des hypothèses fiables. La seule certitude concerne la nécessité absolue de conduire la réflexion dans un cadre élargi – celui de l’analyse des espaces agraires – permettant de resituer l’ensemble des vestiges chaque fois qu’une fouille est intégralement publiée. Doit-on renoncer à cette utopie ?


Les problèmes de palatia et christianisation en Pologne vers l’an Mil Leszek Kajzer

I - LES DÉBUTS Après la seconde guerre mondiale l’archéologie polonaise s’est vivement intéressée aux problèmes des débuts de l’État Polonais. Vers la fin des années quarante déjà, les milieux scientifiques des archéologues et des historiens ont entrepris de se préparer pour le millième anniversaire de l’État Polonais. Cet anniversaire, dit « Millenium » a été célébré en 1966. Exactement mille ans plus tôt, le prince polonais Mieszko s’est fait baptiser et la Pologne est entrée dans la famille des nations chrétiennes d’Europe. La date du baptême a donc coïncidé avec le commencement de l’État Polonais. Depuis la fin des années quarante jusqu’à 1966 la plupart des archéologues polonais ont étudié les sites du haut Moyen Âge, et cette période, appelée « période des recherches du Millenium » a apporté beaucoup d’enrichissement sur les débuts de notre État, sur sa société et la culture matérielle des Xe-XIIIe siècles. Parmi les succès les plus importants des archéologues polonais, de la période « du Millenium », il faut citer les travaux sur les principaux centres du pays, définis comme « sedes regni principales », où des vestiges des constructions préromanes – palais et temples – faits de pierre et de mortier de plâtre ou de chaux ont été découverts. En Pologne au haut Moyen Âge, avant l’arrivée de la nouvelle religion et l’organisation de l’État, toutes les constructions étaient faites en bois. L’architecture monumentale n’est apparue que dans la seconde moitié du Xe siècle. Les vestiges de l’architecture monumentale, appelés palatia et aussi les églises en pierre ont été découverts dans l’ancienne capitale, Cracovie (sur la colline de Wawel), dans les principales résidences des princes et des rois polonais de la dynastie des Piast, c’est-à-dire à Gniezno, Poznan, Plock et Wroclaw, ainsi que dans des localités n’ayant pas été le siège du pouvoir comme Ostrow Lednicki, Giecz, Przemysl et Wislica et aussi Leczyca où un ancien cloître a été découvert. Je ne parlerai pas des premières cathédrales et autres édifices religieux mais me limiterai aux palatia c’est-à-dire à l’ensemble composé par le palais princier et la chapelle, fondée sur le plan centré. 95


ESTMA III

Figure 1 : Constructions monumentales (préromanes et romanes) de Wawel, selon Z. Pianowski 1994

Les palatia des premiers Piast ont été décrits de façon très détaillée dans de nombreux travaux de Z. Swiechowski (1962, p. 245-268 ; 1963, 1990). Les plans architectoniques des palatia et leur description se trouvent aussi dans toutes les œuvres présentant l’histoire de l’art polonais. Il s’agit donc d’un problème bien connu dans la littérature européenne. II - LA REMISE EN QUESTION DES ACQUIS Les connaissances acquises sur ce sujet, établies vers le milieu des années soixante, persistent jusqu’à aujourd’hui dans la littérature spécialisée polonaise. Pourtant, des recherches plus récentes démontrent qu’il faut corriger nos opinions sur les constructions résidentielles des premiers Piast. Les études les plus récentes de J. Gassowski (1994 p. 7-13) et d’autres travaux compris dans le volume 39 du périodique « Swiatowit » démontrent aussi qu’il est nécessaire de corriger les datations des sites du haut Moyen Âge. Les nouvelles dates, obtenues grâce à l’application des méthodes objectivisant les jugements des archéologues (surtout la dendrochronologie) suggèrent qu’il faut corriger les dates attribuées aux sites du haut Moyen Âge. D’autre part, ces corrections, en général « rajeunissantes » pour les constructions, nous amènent à regarder d’un œil différent les opinions établies sur les débuts de l’État Polonais. Les chercheurs polonais, éduqués dans la tradition de « la longue durée » de Fernand Braudel percevaient la formation de l’État comme un processus long, peut-être déjà commencé, entre le IXe et le Xe siècles. Les dates établies récemment, précisant les années où on avait coupé les arbres pour construire les remparts des bourgs sedes regni principales ne confirment pas des datations si anciennes. 96


Les problèmes de Palatia et christianisation en Pologne vers l’an Mil Leszek Kajzer

Figure 2 : Cracovie-Wawel. Plan de la « salle à 24 poteaux » et autres vestiges de « palatium » selon Z. Pianowski 1994

Figure 3 : Reconstruction du palais roman de Wawel ; selon Z. Pianowski 1994

97


ESTMA III

Maintenant nous voyons les débuts de l’État Polonais différemment, comme une « explosion » survenue juste avant la moitié du Xe siècle, donc à l’époque où vivait le jeune prince Mieszko I ou peut-être encore son père Siemomysl. La situation décrite indique qu’à présent l’archéologie polonaise se trouve dans l’obligation d’évaluer les résultats des « recherches du Millenium ». Ceci concerne non seulement les corrections de la chronologie mais aussi de l’interprétation. Une place importante revient au problème des débuts de la christianisation, c’est-à-dire les chemins d’arrivée de la nouvelle religion sur le territoire de l’État des premiers Piast. Ce problème est suivi par celui concernant l’image formelle (architectonique) des palatia polonais et de leur sens idéo-fonctionnel. Des publications plus récentes, surtout celles de R. Michalowski (1993), K. Zurowska (1993), Z. Pianowski (1994) et aussi des Figure 4 : Aix-la-Chapelle aux temps d’Otto III recherches sur le terrain (Ostrow selon R. Michalowski 1993 Lednicki, Cracovie, Gniezno, Wislica) indiquent des possibilités différentes d’interprétation des palatia polonais. Je parlerai surtout de nouvelles données sur les constructions monumentales des premiers Piast sur la colline de Wawel à Cracovie et des résultats des recherches récentes sur le terrain d’Ostrow Lednicki. III - LES NOUVELLES DONNÉES Bien qu’au Xe siècle Gniezno ait été la capitale de l’État Polonais, les recherches effectuées n’ont pas encore permis de définir l’image des constructions monumentales des temps des premiers Piast. Il faut pourtant mentionner la nouvelle date établie (941) pour le bois ayant servi à la construction des remparts. Cela confirme les suggestions présentées ci-dessus, sur la date postérieure de la construction de l’ensemble (J. Gassowski, 1994, p. 13). Par contre, nous connaissons beaucoup mieux la capitale suivante, Cracovie, et surtout la colline de Wawel. Les recherches archéologiques et architectoniques anciennes ont cent ans. Jusqu’à présent, quinze édifices maçonnés, laïques et religieux, liés au cycle de construction préromane 98


Les problèmes de Palatia et christianisation en Pologne vers l’an Mil

Les plus importantes et le plus souvent décrites dans la littérature ont été : la première et la seconde cathédrale (préromane et romane), la basilique du palais vouée à saint Gereon et les nombreuses autres églises notamment la plus connue, la rotonde de Notre-Dame (ainsi que celles de SaintFélix et Saint-Adauct) possédant quatre absides (tetrakonchos). Près de la rotonde un palatio des premiers Piast était supposé mais les études récentes n’ont pas confirmé cette thèse. Où était situé le palais des premiers Piast à Wawel ? Selon Z. Pianowski (1994, p. 12-13) le palatium princier, composé d’une salle d’honneur et des appartements de la famille régnante, se trouvait dans la partie est de la colline près de la « construction quadrilatérale ��. Le nivellement de ce terrain et son abaissement au niveau du roc calcaire ont eu pour conséquence l’impossibilité d’y entreprendre de nouvelles fouilles archéologiques. Figure 5 : Cracovie au haut Moyen Âge D’après une récente interpréselon R. Michalowski 1993 tation de Z. Pianowski, la « construction quadrilatérale » (5,2 sur 5,3 m) avait probablement servi de dépôt de vivres et aurait constitué la partie souterraine du magasin à céréales du prince. Le palais aurait dû se trouver à côté. Au nord-est de la « construction quadrilatérale » il y a un vestige architectural partiellement conservé, appelé dans la littérature « la salle à vingt-quatre poteaux ». C’est une construction rectangulaire (19,5 m sur 28,5 m) à l’intérieur de laquelle ont été trouvés les restes de bases de poteaux. Il existait probablement quatre rangs de six poteaux chacun. On supposait d’abord que cela avait été une salle avec vingt-quatre colonnes en bois, servant de réfectoire aux Bénédictins qui avaient habité près de la cathédrale. La construction était datée de l’époque de Boleslaw I Chrobry (le Vaillant) (mort en 1025) ou de Kazimierz II Odnowiciel (le Restaurateur) (mort en 1058). Les études récentes de Z. Pianowski (1994, p. 22-26) ne confirment pas ces opinions. Selon cet auteur la disposition de la « salle à vingt-quatre poteaux » rappelle celle des constructions rectangulaires romaines servant de dépôt horrea dont les souterrains avaient été divisés avec quelques rangs de poteaux. Le vestige de la construction citée ne constitue, selon lui, que la partie basse à laquelle s’ajoutait un étage. C’est là que se trouvait la salle d’honneur princière, soutenue peut-être par quatre colonnes, ressemblant peut-être à la grande salle du trône à Plisca 99

Leszek Kajzer

et romane (Z. Pianowski, 1984, 1994 A, 1995) y ont été découverts.


ESTMA III

Figure 6 : Palatia des premiers Piast en Pologne ; selon Z. Swiechowski 1962, p. 254. 1. Przemysl, 2. Giecz, 3. Ostrow Lednicki.

Figure 7 : Ostrow Lednicki. Fouilles archĂŠologiques des annĂŠes 1988-1990 selon K. Zurowska et autres 1993,

100


Les problèmes de Palatia et christianisation en Pologne vers l’an Mil

Figure 8 : Ostroow Leduicki. Plan du palais épiscopal et du « baptysterium ». a. reconstruction, b. analyse planimétrique ; selon comme ci-dessus, p. 213.

101

Leszek Kajzer

en Bulgarie. La salle décrite constituait la partie la plus importante du palatium des premiers Piast à Wawel. À côté (vers l’est) se trouvaient d’autres bâtiments du palais, construits peut-être plus tard. La longueur totale du « palatium » de Wawel serait de 43 m. L’ensemble décrit, daté avec prudence pour la deuxième moitié du XIe siècle n’a pas pu fonctionner sans chapelle de palais imposante. Ce rôle revenait probablement à la basilique de Saint Gereon, située un peu plus à l’ouest, ayant une riche composition de l’espace. Elle avait été construite sous Kazimierz II Odnowiciel (le Restaurateur) ou Boleslaw II Smialy (le Hardi) (mort en 1081, roi entre 1059-1079), peut-être à la même époque que la « salle à vingt-quatre poteaux » au-dessus de laquelle se trouvait la salle d’honneur princière. Ainsi donc, la plupart des mystères du Wawel du haut Moyen Âge, signalés lors des recherches anciennes et des « études du Millenium » se trouvent à présent éclaircis. Le rôle spécial de Cracovie dans l’État des premiers Piast a été récemment décrit par R. Michalowski (1993). Dans son esquisse « Aix-la-Chapelle et Krakow » (R. Michalowski 1993, p. 71-88) il a analysé les ressemblances d’aménagement de l’espace entre cette capitale impériale des Carolingiens et de la dynastie Saxonne et la capitale des Piast. Au centre de l’ensemble, à Aix-la-Chapelle, se trouvait la collégiale Notre-Dame avec l’ancienne chapelle de palais de l’empereur Charlemagne. L’empereur Otto III tenait singulièrement à


ESTMA III

Figure 9 : Ostrow Lednicki. Reconstruction du palais d’évêque et de « baptysterium » selon comme ci-dessus.

Aix-la-Chapelle. Il l’avait choisie pour lieu de son enterrement et avait développé un programme de construction d’édifices religieux, entourant la collégiale Notre-Dame. Vers 997, au sud de la ville avait été construit un cloître de Bénédictins avec l’église Saint-Nicolas. L’empereur avait l’intention d’édifier un couvent de Bénédictines voué à saint Salvador et à sainte Couronne à la place de la chapelle carolingienne Saint-Salvador. À l’est du centre de l’ensemble devait être construite une collégiale vouée à saint Adalbert. R. Michalowski a été le premier à remarquer qu’il existait une disposition analogue à Cracovie. Au temps des premiers Piast, se trouvait, sur la colline de Wawel, une église NotreDame, ayant peut-être la fonction de chapelle du palais (K. Zurowska, 1983, p. 7-49). À 1,8 km environ, à l’ouest de Wawel, il y a, à Cracovie, l’église Saint-Salvador dont le patrocinium avait été confirmé en 1148. L’église Saint-Nicolas est située à 1,1 krn environ vers le nord-est et entre Saint-Nicolas et Saint-Salvador il y a la place du marché de la Vieille Ville actuelle, avec l’église Saint-Adalbert. Ce patrocinium n’est certifié qu’au XIIIe siècle, bien qu’il soit possible de dater l’édifice du XIe siècle. Ainsi donc la Cracovie du haut Moyen Âge est une copie d’Aix-la-Chapelle d’Otto III. L’église Notre-Dame, se trouvant au centre de l’ensemble, est entourée d’églises portant le même patrocinium que celles d’Aix-la-Chapelle, c’est-à-dire : Salvador, Nicolas et Adalbert. Selon ce chercheur la réalisation de l’idée de faire de Cracovie une copie d’Aix-la-Chapelle avait été commencée déjà par Kazimierz II Odnowiciel (le Restaurateur) (mort en 1058) et terminée par ses fils, peut-être encore au cours du XIe siècle. La question se prête évidemment à discussion, mais elle mérite d’être signalée dès maintenant. 102


Les problèmes de Palatia et christianisation en Pologne vers l’an Mil Leszek Kajzer

10. Ostrow Lednicki. Phase II, après l’an 1000. Plan du palais princier et de la chapelle. a. reconstruction, b. analyse planimétrique, selon comme ci-dessus.

Je trouve aussi important les résultats des récentes études sur le terrain, faites par un groupe d’historiens d’art et archéologues sous la direction de K. Zurowska (1993) à Ostrow Lednicki, une île sur le lac Lednickie, en Grande Pologne, à mi-chemin entre Gniezno et Poznan. Dans cette île il y a une bourgade (=grodzisko) à laquelle menaient autrefois deux ponts en bois, du côté de Gniezno et Poznan. L’un d’eux est daté, par la dendrochronologie, des années 961-963 (J. Gassowski, p. 13). Dans la cour il y a des ruines de constructions en pierre, lesquelles, au XIXe siècle déjà, étaient datées de Mieszko I et Boleslaw I Chrobry (le Vaillant). Lors des « études du Millenium » ces vestiges ont été définis comme les restes d’un palatium des premiers Piast. On supposait que c’était là-bas que Boleslaw I Chrobry (le Vaillant) avait accueilli l’empereur Otto III lors de la « rencontre de Gniezno » en l’an l000. L’édifice se composait d’un palais rectangulaire et d’une chapelle princière attenante (Z. Swiechowski, 1962, 1963, 1990, p. 15-20). Cette dernière a d’abord été interprétée comme une rotonde, ensuite comme une église au plan en forme de croix grecque, aux bras peu distincts, soutenue par quatre poteaux fermant la partie centrale, carrée, de l’église. Une copie de ce palatium aurait dû être construite à Giecz, en Grande Pologne mais elle n’a jamais été terminée (Z. Swiechowski 1962, p. 245-265). 103


ESTMA III

Figure 11 : Ostrow Lednicki. Phase II. Reconstruction du palais et de la chapelle selon comme ci-dessus.

Les controverses concernant l’interprétation de la forme et de la destination du palatium à Ostrow Lednicki ont été en grande partie résolues grâce aux récents travaux sur le terrain en 1987 (K. Zurowska, T. Rodzinska-Chorazy, A. Biedron, 1991, p. 353-360). Leurs résultats sont le sujet de la monographie, écrite sous la direction de K. Zurowska (1993), modifiant non seulement l’interprétation formelle mais aussi fonctionnelle du vestige architectonique décrit. Elle éclaire aussi sous un jour différent la question des débuts du christianisme en Pologne. Jusqu’alors le baptême de Mieszko I en 966 était lié à la présence de sa femme tchèque, Dobrava et à l’influence de l’Empire. La découverte la plus importante, faite lors des nouvelles recherches, est celle de deux bassins à l’intérieur de la chapelle. Comme les vestiges d’un puits ont été découverts à côté, nous pouvons supposer que ces bassins ont servi au baptême. Ainsi donc, l’édifice tenu auparavant pour la chapelle princière doit être identifié comme baptysterium. La présence de ce baptysterium serait pourtant difficile à expliquer si nous considérions le rectangle des constructions attenantes comme le palais princier. Il est donc logique de le traiter comme episcopium, c’est-à-dire une maison d’évêque. De cette façon, selon les nouvelles conclusions, l’ancien palatium composé d’un palais et d’une chapelle serait devenu les vestiges d’un episcopium et d’un baptysterium. L’analyse des matériaux archéologiques, des bassins baptismaux, des techniques de construction et les interprétations historiques permettent de dater l’ensemble décrit de la seconde moitié du Xe siècle. Il a été constaté que lors de la 104


Les problèmes de Palatia et christianisation en Pologne vers l’an Mil

CONCLUSION L’auteur de ce texte n’a pas mené de recherches personnelles sur les sites décrits et il s’est borné à faire le point sur les travaux actuels. Cela démontrent néanmoins que les recherches récentes changent les thèses faisant autorité jusqu’à maintenant, établies lors des « études du Millenium ». Ceci confirme les opinions, déjà signalées, de J. Gassowski sur la nécessité de corriger les thèses anciennes et de modifier la façon de voir l’ensemble des questions liées au haut Moyen Âge polonais. 105

Leszek Kajzer

seconde phase d’utilisation, un palais princier à un étage y avait été réellement construit, l’ancien baptysterium étant transformé en chapelle princière à deux niveaux. La troisième phase, où une tour contenant la cage d’escalier contiguë à la chapelle avait été construite, se rapporte au XIIIe siècle. À cette époque-là, le palais ne fonctionnait plus. Peu de temps après tout l’ensemble a été abandonné et oublié jusqu’au moment où les chercheurs du XIXe siècle s’y sont intéressés. Comment alors interpréter les circonstances de la création, à Ostrow Lednicki, de l’ensemble composé d’un episcopium et d’un baptysterium ? La bourgade où ces édifices avaient été construits occupait la place principale dans la structure d’organisation territoriale de l’État des premiers Piast. Un des ponts sur le lac ayant été sûrement construit entre 961 et 963, la construction de l’ensemble serait de quelques années antérieure à la date d’adoption de la religion chrétienne, en 966. L’ensemble, composé d’un baptysterium et d’une maison d’habitation avait dû être construit pour un évêque. Nous ne connaissons qu’un seul évêque en Pologne à cette époque-là : le premier évêque missionnaire Jordan. Par ailleurs le prince Mieszko I était le seul propriétaire de la bourgade et le seul promoteur de la construction possible. La ressemblance de l’ensemble de Lednica avec l’architecture de l’Italie du nord indique l’origine de l’emprunt. Ces observations permettent de comprendre le sens des édifices ainsi que les circonstances historiques qui y sont liées. Entre 963-966, années précédant le baptême du prince Mieszko I, une résidence épiscopale avait été construite dans Ostrow Lednicki. C’était le résultat d’un accord entre le prince Mieszko I et le Pape. Jordan est venu de l’Italie et avec lui une équipe qui a construit cet ensemble. Ensuite, en 966 l’évêque Jordan y a baptisé Mieszko I avec sa cour. La christianisation de la Pologne a donc été commencée avant l’arrivée dans ce pays de la princesse tchèque Dobrava avec le clergé de Prague. Ostrow Lednicki n’a pas été seulement le lieu du « baptême de la Pologne » mais aussi le lieu de résidence du premier évêché missionnaire, dépendant directement de Rome. La science polonaise s’est enrichie, outre des données historiques modestes, d’une nouvelle source pour des recherches sur les débuts du christianisme: I’ensemble des bâtiments d’Ostrow Lednicki. En l’an 1000, 1’Église en Pologne a obtenu son statut normal. Un archevêché a été fondé à Gniezno ainsi que quatre évêchés à : Poznan, Cracovie, Wroclaw, et Kolobrzeg. À ce moment-là les baptysterium et episcopium de Lednica ont perdu leur raison d’être. La création de l’Église polonaise était liée à la transformation de l’ensemble. Boleslaw I Chrobry (le Vaillant) y a crée un palatio composé d’une résidence et d’une chapelle, et c’était la fonction de ces édifices lors de la seconde phase, datée de l’an 1000 et qui dure jusqu’aux XIe-XIIe siècles. L’interprétation décrite, bien qu’elle ne soit pas encore pleinement vérifiée par des critiques (comparer critique de Z. Swiechowski, 1994, p. 403-409), montre sous un jour différent non seulement la fonction des édifices dans Ostrow Lednicki mais aussi la question des débuts du christianisme polonais.


ESTMA III

BIBLIOGRAPHIE GASSOWSKI J. 1994, « Jak datowac wczesne sredniowiecze? » Swiatowit, Warszawa, vol. XXXIX, p. 7-13. MICHALOWSKI R. 1993, « Akwizgran i Krakow », (en) Princeps Fundator. Studium z dziejow kultury politycznej w Polsce X-XIII wicku, Warszawa, p. 71-88. PIANOWSKI Z. 1984, Z dziejow sredniowiecznego Wawelu, Krakow- Wroclaw. PIANOWSKI Z. 1994 A, Sedes Regni Principales. Wawel i inne rezydencje piastowskie do polowy XIII wicku na tle europejskim. Monografie Politechniki Krakowskiej, Série : Architektura, n° 178, Krakow. PIANOWSKI Z. 1994 B, « Najstarsze koscioly na Wawelu » (en) Chrystianizacja Polski poludniowej, Krakow, p. 99-119. PIANOWSKI Z. 1995, « L’architecture préromane et romane au château royal de Cracovie », Cahier de civilisation médiévale Xe-XIIIe siècle, Poitiers, An. 38, n° 2 (avriljuin 1995), p. 141-163. SWIECHOWSKI Z. 1962, « Wczesna architektura piastowska okolo roku 1000 » (avec résumé : L’architecture au temps des premiers Piasts, aux alentours de l’an 1000), (en) Poczatki panstwa polskiego. Ksiega Tysiaclecia, vol. II, Warszawa, p. 245-268. SWIECHOWSKI Z. 1963, Budownictwo romanskie w Polsce. Katalog zabytkow, Wroclaw-WarszawaKrakow. SWIECHOWSKI Z. 1990, Sztuka romanska w Polsce, Warszawa. SWIECHOWSKI Z. 1994, « Critique de l’ouvrage de K. ZUROWSKA (et autres) de 1993 » ; Bioletyn Historii Sztuki, vol. LVI, n° 4, Warszawa, p. 403-409. ZUROWSKA K. 1993, « Nowe problemy rotundy Panny Marii na Wawelu po odkryciach w latach szescdziesiatych i siedemdziesiatych XX wieku » (avec résumé : La reconstruction de la rotonde de Notre-Dame du Wawel), (en) Studia nad architektura wczesnopiastowska, « Prace z historii sztuki », fasc. 17, Krakow p. 7-49. ZUROWSKA K., Rodzinska-Chorazy T., Biedron A., l991, « Architektura kamienna Ostrowa Lednickiego w swietle badan z lat 1987-1990 », Studia Lednickie, vol. II, Lednica-Poznan 1991, p. 353-360. ZUROWSKA K. 1993, (avec T. RODZINSKA-CHORAZY, A. BIEDRON, M. LASTOWIECKI, T. WECLAWOWICZ, J. WRZESINSKI), U progu chrzescijanstwa w Polsce. Ostrow LEDNICKI, Krakow.

106


The medieval settlement complex in Góra, parish Pobiedziska, Poznan voivodeship Hanna Kócka-Krenz

xcavations on the site 1 in Góra near Poznan, carried through 10 digging seasons, provided interesting data concerning settlement changes which took place in this area in the Middle Ages. The site lays on a small (around 1,8 ha) sandy hill, well protected from environmental conditions. From the south the site directly adjoins the bank of Góra Lake, from the east and north it is surrounded by an arm of the Cybina river, and from the west - marshy ground. The area of the hill was (and till today is) accessible practically from the west side only, after crossing the marshy inlet (Fig. 1).

E

Convenient conditions were conducive to early colonisation, which has developed here at least since the Mesolithic. However, this area was particularly most intensively settled in the early Middle Ages (Kócka-Krenz, Sikorski 1992 ; 1995 ; Kócka-Krenz 1995). The Medieval settlement complex in Góra is composed of several elements, namely : - constructions enabling passing « dry-shod » to the hill area, - an open settlement of a rural type, - a fortified settlement on the top of the hill, - a wooden tower house. One can assume that this area was also penetrated in the later periods, though in a different way, indicated by the presence of modern pottery in the humus layer. I – THE CONSTRUCTIONS OF THE WATER-CROSSING. Remains of the wooden constructions were found on the narrowing of the natural terrain filled by water, 30-35 m to the west from the foot of the hill. These constructions, which nowadays lie in the peat at a depth of 3-3,5 m, were put across the marshy ground. They correspond to several stages of crossing building which, depending on the water level, has changed its 107


ESTMA III

Figure 1 : Plan of the site

character (Fig. 2). Initially the turf inlet was strewn with a few layers of loosely composed sticks, strengthened with the stakes set into the bottom. The lack of material hinders the definition of the chronology of this structure. A raising water level caused the inhabitants of the settlement to construct a slightly more solid dike on the marshy stratum, which was built of short, thin wooden stems laid along the edges of the dike and completed with the sticks layer, mostly of birch origin. Pottery material in this construction layer allows us to date the dike to 950 1050 A.D. It was probably erected by the population living in the early medieval settlement. Along with the settlements’ developments the dike, intensively used, needed more stable construction. It was rebuilt, and the edges were strengthened by beating the short (0,7-0,8 m) oak posts into the turf, which were stabilized with large field stones. The lathing was put on these posts, which formed the surface of the dike at a breadth of 2,2-2,5 m. The bank of the hill on the settlement side was strengthened with paving-stones. On the basis of the archaeological materials and dendrological analysis, one can assume that in this form the dike functioned in a period between 1050-1200 A.D., and then was partly destroyed and pulled down towards the lake. It was carelessly repaired temporarily by a layer of tiny chopped pieces of wood (c. 1200 A.D.). One can link this dike with the open settlement as well as with the occupation of the fortified settlement on this site.

108


The medieval settlement complex in Gora

In the place of former dike the bridge was subsequently built. It was constructed in winter-time, which is indicated by the find of a so called ice-drill. For this purpose the natural marshy zone was deepened by excavating part of the turf strata. A stable construction was based on posts of 1,7-1,8 m in two rows and were regularly set at every 3,5 m. The distance between the rows was 1,7-1,8 m. Vertical posts, on which the boards of the surface were laid, were strengthened with two abutment posts. This bridge probably functioned until the 15th century, and was then taken to pieces. Only a few bearing posts and small elements were preserved, such as wedges, cuttings off beams and wood cuttings. The negatives of some bearing posts were noticed, but not the boards from the bridge surface, which show intentional demolition of this structure. In its place a modern dike made from sand and clay layers was built up. Until today, this dike has constituted the only way to the hill (Kócka-Krenz, Sikorski 1995). II – OPEN SETTLEMENT The early medieval settlement was founded on the western slope of the hill, which gently slopes down towards the marshy inlet. Unfortunately, the settlement was partly destroyed by casual exploitation of the sand. Excavations in the preserved settlement area have brought about the discovery of dwelling

Figure 2 : Schematic section of the water-crossing constructions

109

Hanna Kocka-Krenz

The ever increasing water level caused the next rebuilding of the crossing, this time foot-bridge made of oak boards, and dated to 1250-1350 A.D. Its direction underwent change. The foot-bridge was founded on three rows of the posts, which deviated from the direction of the dike to the north-west in its middle. Only a small part of this construction was recognised, but its chronological relationship with the wooden tower house indicates that access to the tower was through a longer but more secure way for the inhabitants. The way presumably run along the northern, abrupt edge of the hill to the gate of this defensive foundation. When the tower was destroyed, the foot-bridge also fell down.


ESTMA III

Figure 3 : Plan of the dwelling-house

houses and farming objects, which were occupied during two settlement phases. In the older phase, dated to the 7th - middle of 10th century, the inhabitants of this village used at least seven dwelling houses together with separate fire-places and farming pits. In the more recent phase (middle of 10th - middle of 11th century), only two buildings functioned together with farming objects (Jasnosz 1960 ; Kihl-Byczko 1961 ; Kócka-Krenz, Sikorski 1992). During all this time rectangular sunken huts, embedded in the ground to a depth of 0,5-0,8 m and situated parallel to the lake’s edge, served as houses for inhabitants (Fig. 3). Their entrances were placed in the southern wall and were sheltered by a small roof supported by two posts. The walls of the buildings were composed of wattle coated with clay, and covering these walls, was a pent-roof probably covered with reeds, shown by a lack of post-holes near the shorter walls of the dwelling-houses. The floors of these dwellings were made of wooden planks, covering one or two cellars. In the constructions without cellars a beaten earth served as a floor. Fire-places made from small stones were placed in the eastern part of the dwelling-houses. Dwellings of this type are the most frequent form of houses on the Polish territory in the early Middle Ages (from 6th till 13th century - Jankowska 1971). Except for fire-places inside the dwellings, the inhabitants of the settlement used separate fire-places, for farming purposes during fine weather, and several pits for which it is difficult to attribute a fonc110


The medieval settlement complex in Gora Hanna Kocka-Krenz

Figure 4 : Section of the waste pit

tion have been fond. Only one of them, with a sack-form section, and 1,8 m in depth, can be interpreted as a waste pit (Fig. 4). It included pottery fragments, animal bones and humus layers, deposited in three utilizable levels. The settlement in Góra constituted, regarding the arrangement of the buildings, a type of scattered settlement, with houses situated in varying distances from one another. The farming pits and hearths outside were adjoining. The only longer constant rule was to orientate houses in the east-west direction, with the entrance from the longer southern side, facing the lake. In its earliest phase, the settlement composed an independent unit, making use of the convenient natural conditions. Sufficiently fertile sandy - clay soil was conducive to cereal growing. We are indirectly informed about this by the presence of sherds of roasting pots used for drying and cleaning grain. The inhabitants of this village bred animals - cattle (43,29 %), pigs (33,37 %) and ships/goats (23,33 %). This meat diet was supplemented by hunting to a large degree (43,98 % of bone remains belonged to the wild animals, mainly roe-deers and deers, which was an untypical phenomenon for the early medieval economy, determining the specificity of this settlement. Fishing also took place in the nearest lake. Household activities included pottery making, wool spinning (the presence of spindle whorls), antler and bone working, and iron object production (presence of iron slag, knives and flints). It was therefore a small, self-dependent community. In the earliest phase, during which the small fortified settlement was built on the top of the hill, two houses sufficed to satisfy the basic needs of a farm. III – THE FORTIFIED SETTLEMENT The existence of the small fortified settlement on this site is shown indirectly by the configuration of the top of the hill. In the northern part, a small dale is visible, after which the terrain slightly rises and then comes abruptly down to the river. The dale is probably a part of the 111


ESTMA III

Figure 5 : Sections of the tower house

stronghold’s maiden. The rest of it was filled in when the area was prepared for the erection of the tower house. On the hill slope under the humus layer a great number of stones can be seen. These stones could originally have strengthened the sandy slope, used as the bottom part of the rampart. The core of the rampart was built of sand, covered with a clay layer. Excavations in this part of the settlement are in progress, and in the future digging season, they should lead to full recognition of the constructions. The southern, western and eastern parts of the rampart, which were put on the more gentle slopes of the hill, could have been erected in a different way. The excavations in the western part of defences brought to light four deep earthworks which were joined in their upper parts, but were separated below, flatly closed, bearing traces of decomposed wood. Its preserved depth was 2,2 m, and width -2,2 m at the bottom. There are also probably the remains of rampart constructions built of separated boxes, filled up with sand. Material in these earthworks included potsherds dated from the mid 10th - mid 11th century, and we situate the use of the fortified settlement to the same period. It was not only used by the inhabitants of the small neighbouring village, but also by the people living close by.

112


The medieval settlement complex in Gora

The tower house was founded on the south-western part of the fortified settlement, the rampart of which was partly used for this purpose. Other parts of the rampart were levelled to a plateau for a new foundation. This method was put into practice at other, similar defences, in other parts of the Polish territory (Kola 1991, 81 - 97). On such a prepared bank, a pit was dug, measuring 7 x 7,5 m and about 2 m deep (Fig. 5). On its bottom were laid foundation beams, marking a quadrangle, 6,5 x 7 m in size. Side walls planks were placed on these beams in the bottom part of the tower, as well as the floor planks. Particular elements were joined with iron nails, tree-nails and iron fixtures. Space between the earthworks foundations and the tower walls was filled with beaten earth, stabilizing the building. The lower storey was raised as a timber construction (Fig. 6, 7). A door in its southern wall, lead to a corridored entrance, 2 m long and 1,5 m wide. The upper storey was built with a wooden Figure 6 : Plan of the tower house - second level frame filled with clay plaster. Major structural elements were joined by the carpenters’ method ; strengthened with iron fixtures. This is indicated by the presence of a thick burnt clay layer containing of burnt wood, in the tower rubble. Two fragments of plaster decorated with imprints were found in the rubble, these were probably part of the decoration covering the external face of the walls (Fig. 8). Such decoration has been found in the remains of a tower in Jarocin (Grygiel 1994, 13 - 14). This storey was closed with a shingle roof, separate shingles being nailed to the rafter framing (394 specimens of nails were found in the rubble ; Kaminska 1968, 31 ; Wilke 1985, 59). Unfortunately, we do not dispose of any data concerning the appearance of the door and window openings. The only door remains are hinge fixtures, a staple, a padlock and a pair of keys, made of iron. As far as windows are concerned, we may suppose on the basis of analogies, that they were small, longitudinal openings covered with animal bladders or laths (Barnycz-Gupieniec 1974, 64 ; Wilke 1985, 58). An open

113

Hanna Kocka-Krenz

IV – THE TOWER HOUSE


ESTMA III

fire-place served as a heating source, some stones from which were preserved in the rubble (Krause 1976, 299). It was thus a one-room, two-storied, 6 m high building, in which the lower storey was used as economic-storage space (an iron frying pan was found in its corner), and the upper partas a dwelling (K贸cka-Krenz, Sikorski 1992, fig. 9). Fire put an end to its use, as is shown by burnt beams and planks, and an orange-red clay layer in the rubble. The tower house in G贸ra was not the only building of medieval defensive origin. It was, however built in the safest part, its main element being the southe. Since, in the northern part, another tower was built, situated in the northern rampart section of the former medieval fortified settlement. This tower was separated from the maiden by a small internal rampart made of sand covered with clay. The river valley bank opposite the hill rises steeply for a few meters. On account of this, it would seem that the second tower Figure 7 : Plan of the tower house - fourth level was a watchtower allowing observation of the land on the other side of the valley. The only remains of this construction is a clay threshing-floor, 3,8 x 1,8 m in size, orientated east-west. Its north-western corner, placed near the rampart slope, was strengthened by a foundation of small stones in clay. The post-holes in the threshing-floor have not been found, one can hence suppose that the watchtower was built within the framework, or that the vertical constructions were put on the sillbeams. The tower could be open at the ground level and have a timber watching platform or wall-walk. Close to this tower a gate probably lead to the interior. In the preserved part of the watchtower, bearing the marks of fire also, were found only scarce pottery fragments. Analysis of potsherds and iron objects associated with this layer leads to the conclusion that the watchtower was defended in the middle of 13th century. The buildings were burnt, ending a long-lasting period of permanent settlement here in the Middle Ages. The hill was still visited, as is indicated by both the chronology of the water-crossing and the presence of late medieval and modern potsherds in the humus. The remaining question is, who was the owner of the tower house ? We have to look for an answer in the written sources concerning the G贸ra village (K贸cka-Krenz 1995). The first 114


The medieval settlement complex in Gora

Figure 9 : A reconstruction of the tower house

115

Hanna Kocka-Krenz

Figure 8 : Fragment of the decorated clay plaster

piece of information, which definitely relates to this village, was written in 1302. At that time the village belonged to the Poznan chapter, and administrating Prepositus Jan sold a water mill in the village to the miller Pieta and his successors (Lucinski 1987, 611). From the year 1370, we have information determining the rights of administrators in this village, based on the statute law. Later records univocally indicate that Góra, till the end of 16th century at least, belonged to the Poznan chapter. On its behalf, the village was ruled by succeeding administrators. They did not reside here personally, though they possessed a manor (curia). Inspections of the village inform us about a the devastation of manor buildings, that remained without permanent protection. No sources mention « thefortalitium », on the grounds of the Góra village. One therefore comes to the conclusion that the tower house was burnt before the beginning of 14th century. One can also suppose that before this time peasant’s buildings were situated on the southern bank of the lake, where day the present village is situated. To whom then belonged the hill area before it was taken in possession by the Poznan chapter ? It seems that there are two possibilities. First, we can suppose that the village grounds were a royal property, because the nearby town of Pobiedziska was situated in the middle of royal properties in this part of Great Poland (Slownik 1887). In this case, the tower house in Góra could be the residence of the administrator of this land, on behalf of a sovereign. The village grounds could equally be a private noble-


ESTMA III

man’s property. It is more probable that the neighbouring villages, Pradno and Jagodno were in private hands (Lucinski 1987, 611). In this case, the tower house have been the residence of an owner of the village, until the tower was burnt. The Poznan chapter could have received this village towards the end of the 13th century through royal endowment, or purchase from the former owner. A definate answer to this question is not possible, because of the lack of sources. Investigations of the settlement complex in Góra are not yet finished. Every seasons excavation adds new, sometimes astonishing data to the question of medieval settlement in the centre of Great Poland. However, the results of some of these investigations allow us to reconstruct the processes which took place during this period. The attractiveness of the place encouraged its permanent occupation during 700 years, at least from the beginning of 7th century till the end of the 13th century. In the same area, a village consisting of some farms was first located, then came the fortified settlement of a territorially defined community together with the small village, and lastly came the compound seat on the mound. The defensive quality of this location was conducive to the earlier settlement’s needs. The limited surface of the hill, however, has been an obstacle for dynamic settlement development since the end of 13th century, connected with new legislation. Thus the inhabitants of the village transferred their seats to a more suitable area. Exploration of the village structures in a new place remains a future research objective.

116


The medieval settlement complex in Gora

BARNYCZ-GUPIENIEC R., 1984, Typy konstratcji drewnianych na terenie Norwegii w sredniowieczu, Acta Universitatis Lodziensis, Folia Archaeologica 5, 49 - 66. GRYGIEL R., 1994, Zarebowie z Jarocina w swietle zródel archeologzcznych i historycznych, Lódz. JANKOWSKA D., 1971, Wczesnosredniowieczue osady typu wiejskiego na Nizinie Wielkopolskiej, Studia i Materialy do Dziejów Wielkopolski i Pomorza, 10/2, 11-43. JASNOSZ S., 1960, Wczesnosredniowieczna pólziemianka w Górze, pow. poznanski, Przeglad Archeologiczny, 12, 144-150. KAMINSKA J., 1968, Obronnosc siedzib rycerskz’ch w swietle archeologii, In : Poczatki zamków w Polsce, Lódz. KIHL-BYCZKO E., l961, Wyniki badan na wczesnosredniowiecznej osadzie w Górze, pow. Poznan, Zeszyty Naukowe UAM, Archeologia-Etnografia, 2, 161-184. KOLA A., 1991, Grody ziemi chelminskiej w póznym sredniowieczu, Torun. KÓCKA-KRENZ H., 1995, Sredniowieczny zespof osadniczy w Górze, gm. Pobiedziska, woj. poznanskie, Archaeologia Historica Polona, 1, 99-106. KÓCKA-KRENZ H., SIKORSKI A., 1992, Góra, am. Pobiedziska, woj. poznafiskie, stan. 1. Wstepne wyniki badwi z lat 1985 -1991, Wielkopolskie Sprawozdania Archeologiczne, 1, 135-148. KÓCKA-KRENZ H., SIKORSKI A., 1995, Wyniki badan sredniowieczuego zespofu osadniczego w Górze, am. Pobiedziska, woj. poznanskie, stan. 1, w 1993 i 1994 r., Wielkopolskie Sprawozdania Archeologiczne, 3, 93-106. KRAUSE E., 1976, Grodzisko stozkowate, In : Materialy do studiów nad osadnictwem bninskim. Grodzisko stozkow. ate, W. arszaw. a - Poznan., 3-115. LUCINSKI J., 1987, Góra, In : SIownik historyczno-geograficzny wojewodztwa poznanskiego w sredniowieczu, Wrociaw - Warszawa - Kraków - Gdansk - Lódz, l/4, 611-614. SLOWNIK, 1887, Slownik geograficzny województwa poznanskiego i innych krajów slowianisikich, 18, Warszawa. WILKE G., 1985, Sredniowieczna wieza mieszkalna w Plemie, tach (próba rekonstralcji), In : Plemie, ta - sredniowieczny gródek w ziemi chelminskiej, Warszawa - Poznan - Tonun, 49-60.

117

Hanna Kocka-Krenz

BIBLIOGRAPHY


Le village en Gaule du Nord pendant le haut Moyen Âge. Quelques remarques et hypothèses suscitées par l’observation des résultats de fouilles archéologiques récentes*. Claude Lorren

n l’espace d’une dizaine d’années, le nombre de découvertes en France de sites d’habitat ruraux du haut Moyen Âge s’est considérablement accru, mais l’étude de ces derniers n’en est encore qu’à ses balbutiements1. L’ingratitude de leurs vestiges rebute et cette préoccupation nouvelle ne passionne qu’un nombre restreint de chercheurs dans des régions déterminées ; d’autres restent désespérément vides et l’information est inégale. Quelques grandes enquêtes régionales, menées essentiellement grâce aux données textuelles ou toponymiques, ou bien à celles de prospections aériennes ou de surface, portent sur l’occupation du sol à cette époque ; toutes mettent en évidence le fait que les sites ruraux sont difficiles à localiser et à interpréter. Elles n’ont pas encore donné lieu à des fouilles programmées sur la longue durée, dans le calme, même si l’on sait bien qu’espérer répondre aux nouvelles questions que l’on se pose sur l’histoire de l’occupation du sol, l’économie agraire et artisanale, et sur la société rurale au haut Moyen Âge passe par la nécessité d’étudier quelques sites d’habitat soigneusement choisis, c’est-à-dire explorer de vastes espaces, bâtis ou non, avec les moyens

E

*. Pour l’essentiel, cette contribution n’est que la version française, augmentée de notes bibliographiques d’une notice publiée en allemand (Cl. LORREN, Einige Beobachtungen über das frühmittelalterliche Dorf in Nordgallien, dans Die Franken. Wegbereiter Europas. Vor 1500 Jahren : König Chlodwig und seine Erben ; Catalogue de l’exposition « Les Francs - Pionniers de l’Europe » ou « Die Franken - Wegbereiter Europas », sous le patronage de Jacques Chirac, président de la République française et du Dr. Helmut Kohl, chancelier de la République fédérale d’Allemagne, au Reiss-Museum Mannheim, Museum für Archäologie und Volkerkunde, 8 septembre 1996 - 6 janvier 1997, Verlag Philipp von Zabern, Mayence, 1996, Bd. 2, p. 745-753.) afin de la rendre accessible à des lecteurs différents. 1. On trouvera l’état de la question le plus récent dans LORREN Cl. et PÉRIN P. (éd.), L’habitat rural du haut Moyen Âge (France, Pays-Bas, Danemark et Grande-Bretagne, Actes des XIVe Journées internationales d’Archéologie Mérovingienne, Guiry-en-Vexin et Paris, 4-8 février 1993, tome VI des Mémoires publiés par l’Association Française d’Archéologie mérovingienne, Rouen, 1995, et notamment dans l’article de E. PEYTREMANN, Les structures d’habitat rural du haut Moyen Âge en France (Ve-Xe s.). Un état de la recherche, ibid., p. 1-28, qui comprend un inventaire exhaustif des sites découverts en France et leur bibliographie. Voir également : LORREN Cl. et PÉRIN P., Images de la Gaule rurale au VIe siècle, dans N. GAUTHIER et H. GALINIÉ (éd.), Grégoire de Tours et l’espace gaulois (Actes du congrès international, Tours, 3-5 novembre 1994), 13e supplément à la Revue Archéologique du Centre de la France, Tours, 1997, p. 93-109.

119


ESTMA III

financiers nécessaires et surtout le temps nécessaire. Or, les renseignements proprement archéologiques nous sont actuellement fournis le plus souvent par des fouilles conduites dans l’urgence, à l’occasion d’aménagements routiers, ferroviaires ou industriels de grande importance, fouilles ponctuelles et incomplètes malgré leur surface, qui ne prennent en compte qu’une portion de l’habitat proprement dit ou même des unités bâties isolées. En règle quasi générale, ces travaux portent sur des superficies qui, malgré leur ampleur, restent relativement restreintes au regard d’un finage ; ils ne sont réalisés, le plus rapidement possible, que dans les seules emprises menacées de destruction par les aménagements, alors qu’il est avéré que c’est la fouille exhaustive, prenant en compte l’emprise totale des constructions, mais également les abords immédiats ou plus lointains, jusqu’aux champs voisins même, voire à l’espace inculte, qui apporte une véritable image, pleinement fiable. Aussi bonnes qu’elles soient, les observations archéologiques faites en situation de presse restent vagues et imprécises, en tout cas entachées d’une présomption d’incertitude quant à l’interprétation qui est faite des vestiges mis en évidence. De surcroît, soucieux de références mais placés devant l’absence d’exemples locaux, les fouilleurs, que l’on presse également de fournir une relation de leurs travaux de terrain, sont tentés de rechercher à l’étranger des modèles d’explication, interprètent par analogie et cèdent volontiers aux modes dans leurs commentaires, quand celles-ci n’influent pas sur leur examen proprement dit… Aussi est-il fréquemment impossible, à la lecture de quelque rapport préalable à une publication annoncée, de mesurer la cohérence d’une documentation lacunaire, insuffisamment fiable. Ces conditions de fouille et les inconvénients qui en découlent limitent considérablement la valeur de quelques constatations de portée générale que l’on peut faire. L’heure n’est assurément pas à la synthèse. Dans le village, l’homme lui-même ne nous apparaît qu’exceptionnellement, grâce à quelques éléments du vêtement égarés ou bien grâce aux restes de son corps mis au jour dans la tombe. En règle générale, on ne le perçoit qu’au travers de son action, dans la construction et l’organisation de son habitat, dans ses activités agricoles et artisanales, dans son environnement écologique. Les traces des constructions elles-mêmes sont très ténues et, de ce fait, restent souvent très difficiles à repérer d’abord et à interpréter ensuite. Elles varient selon les régions et les périodes plus précises en fonction des conditions géographiques ou géologiques locales et donc des matériaux utilisés, et selon la nature même des unités d’habitation proprement dites. Sur une durée de cinq siècles, il est impossible de donner un cliché définitif et immuable, et il serait nécessaire de le nuancer davantage que ne le permet ce court texte, en tenant compte des évolutions dans le temps, des modifications des besoins, des conditions extérieures, du statut social des habitants, etc. Le matériau de construction le plus fréquemment utilisé est le bois, mais la pierre peut intervenir également dans la confection de solins destinés à supporter des superstructures en pisé ou à colombages, ou bien dans celle de véritables murs. Quelques rares exemples archéologiques du Sud de la France attestent à la fois la permanence de l’habitat de pierre dans l’Occident méditerranéen au cours du haut Moyen Âge (Larina, à Hyères-sur-Amby (Isère)2) 2. Chronique des fouilles médiévales en France, Archéologie Médiévale, VIII-1978, p. 269 ; IX-1979, p. 153-154 ; XI1981, p. 265-266 ; XII-1982, p. 309-310 ; XIII-1983, p. 301 ; XIV-1984, p. 356-357 ; XVI-1986, p. 238 ; XVII-1987, p. 269 ; XVIII-1988, p. 299-300 ; XIX-1989, p. 270-272 ; XX-1990, p. 358-359 ; XXI-1991, p. 387 ; XXIII-1993, p. 375-376. PORTE P., notices 10 et 11 du catalogue de l’exposition Des Burgondes à Bayard. Mille ans de moyen âge. Recherches archéologiques et historiques, Grenoble, Lyon, Genève, Valence, Paris, Chambéry, Annecy, Bourg-en-Bresse, 1981-1984. PORTE P., Hières-sur-Hamby, Larina (Isère), dans Archéologie de la France. 30 ans de découvertes, catalogue de l’exposition aux Galeries nationales du Grand Palais, Paris 27 septembre-31 décembre 1989, Paris, s.d. (1989), n° 217, p. 360.

120


Le village en Gaule du Nord pendant le haut Moyen Âge

3. VICHERD G., Château-Gaillard (Ain). Recourbe, dans Chronique des fouilles médiévales en France. I - Constructions et habitats civils, Archéologie Médiévale, XVII-1987, p. 165-166. VICHERD G., Château-Gaillard : un village mérovingien et carolingien, dans Autoroutes dans l’Ain et archéologie. Grands sauvetages archéologiques sur le tracé des autoroutes A40 et A42 de 1980 à 1986, Société des autoroutes Paris-Rhin-Rhône et Direction des antiquités Rhône-Alpes, Paris, Lyon, s.d., p. 34-36. 4. LORREN Cl., L’église Saint-Martin de Mondeville (Calvados). Quelques questions, dans Mélanges d’archéologie et d’histoire médiévales en l’honneur du Doyen Michel de Boüard, Mémoires et Documents publiés par la Société de l’Ecole des Chartes, Genève-Paris, 1982, p. 251-276. LORREN Cl., Le village de Saint-Martin de Trainecourt à Mondeville (Calvados) de l’Antiquité au haut Moyen Âge, dans H. ATSMA dir., La Neustrie. Les pays au nord de la Loire de 650 à 850, Beihefte der Francia, herausgegeben vom Deutschen Historischen Institut Paris, Sigmaringen, 1989, Bd. 16.2, p. 439-466. LORREN Cl., Le village de Trainecourt, à Mondeville, Les Nouvelles de l’Archéologie, n° 48/49, été-automne 1992, p. 80-83. 5. SPELLER A., Coupvray « Les Regards » (Seine-et-Marne), dans L’Île-de-France de Clovis à Hugues-Capet du Ve au Xe s. Catalogue de l’exposition conçue et réalisée par le Musée archéologique départemental du Val-d’Oise et le Service régional de l’archéologie d’Île-de-France et présentée lors du colloque de l’Association Française d’Archéologie Mérovingienne (Guiry, Paris, février 1993), Paris, s.d. (1993), p. 207-208. 6. Chronique des fouilles archéologiques en France. I - Constructions et habitats civils, Archéologie Médiévale, XV1985, p. 220-221 ; XVII-1987, p. 170. PETIT M., La Grande Paroisse (Seine-et-Marne), dans Archéologie de la France…, op. cit. (note 2), n° 256, p. 411. PETIT M., La Grande Paroisse (Seine-et-Marne) : village, dans X. BARRAL I ALTET (dir.), Le paysage monumental de la France autour de l’an Mil, Condé-sur-Noireau, 1987, p. 101 et 380383. PETIT M., La Grande Paroisse (Seine-et-Marne) « Les Sureaux », dans L’Île-de-France de Clovis à Hugues

121

Claude Lorren

et montrant également que la construction en bois était aussi pratiquée dans des régions jusqu’alors considérées comme vouées à la pierre (Château-Gaillard (Ain)3). Des exemples septentrionaux également permettent de penser qu’il faut pour le moins nuancer cette opposition - pierre au Sud, bois au Nord - que l’on a jugée commode pendant longtemps ; ils ouvrent la voie à une réflexion qui doit prendre en compte l’ensemble du contexte politique et économique, et notamment, chez les habitants, la conscience d’une plus ou moins grande sécurité, des conditions de vie plus rassurantes encourageant à construire pour durer. Ainsi le village de Trainecourt à Mondeville (Calvados)4 montre une évolution dans l’utilisation des matériaux : à un vicus de constructions en pierre, au moins pour les soubassements, succède, au IIIe siècle et jusqu’au début du VIIIe, une agglomération de cabanes en bois ; les habitants ne réutilisent la pierre qu’à partir de la fin du VIIe ou du début du VIIIe siècle, pour ne plus l’abandonner ensuite. La compréhension des structures dépend pour une bonne part de leur état de conservation. Elle dépend aussi des conditions de la fouille et de la façon de voir du fouilleur. Les structures bâties au niveau du sol, plus sujettes à avoir été détruites par les travaux agricoles ultérieurs, laissent à l’évidence moins de traces que les structures excavées, à tel point que l’absence des premières est souvent attribuée, par des fouilleurs simplement soucieux de se conformer à un schéma admis, à leur seule destruction, ce dernier type d’explication n’étant pas sans incidence sur l’interprétation du village lui-même, agglomération - conforme aux « modèles » normatifs - constituée de bâtiments de plain-pied, dont l’absence de vestiges observables s’expliquerait seulement par leur destruction, et de structures annexes, ou bien agglomération de cabanes seulement… Le plus souvent, il apparaît que les agglomérations rurales sont constituées d’une concentration plus ou moins lâche de constructions ou de groupes de constructions établis les uns à côté des autres, sans ordre véritable, et séparés les uns des autres par des aires de circulation fluctuantes, de nature et d’importance variables. Tout au plus reconnaît-on, dans les meilleurs des cas, un semblant d’organisation ou d’orientation constante suscitée par un élément naturel, un chemin (Coupvray (Seine-et-Marne)5, La Grande-Paroisse (Seine-et-Marne)6, Meulan-


ESTMA III

les-Mureaux (Yvelines)7, Tournedos-sur-Seine (Eure)8) ou une place (Forges (Seine-et-Marne)9, Mondeville (Calvados)10, Villiers-le-Sec (Val-d’Oise)11), mais qui peut tout aussi bien être le résultat de la recherche d’une meilleure résistance aux vents dominants et aux intempéries. Si l’on met de côté l’extrême diversité des constructions et des attributions fonctionnelles, et si l’on ne tient pas compte, pour le moment (voir plus loin), d’une possible évolution dans le temps, une unité agricole « type » se compose d’une habitation, d’annexes et d’unités de stockage, formant une sorte de noyau différencié entouré d’une clôture, clôture à laquelle les textes font allusion12 mais que l’on ne met en évidence qu’exceptionnellement sur le terrain. Le bâtiment que l’on interprète usuellement comme la maison d’habitation se présente sous la forme d’une construction de plain-pied, de plan oblong plus ou moins allongé et plus ou moins régulier, allant du rectangle au trapèze et couvrant une surface au sol pouvant aller jusqu’à plus de 100 m2. Les murs sont réalisés sur sablières basses, au moyen de poteaux verticaux ou bien au moyen de pisé ou de colombages reposant sur des solins de pierre. La deuxième façon est celle qui a donné le plus grand nombre d’exemples dans toute la Gaule du Nord. En même temps qu’ils assurent le soutien de la charpente et de la toiture faite de matériaux périssables, les poteaux entrent dans la composition des murs qu’ils scandent plus ou moins régulièrement ; les intervalles sont occupés par des poteaux de petit gabarit ou des perches fichés moins profondément dans le sol et soutenant des clayonnages colmatés de torchis lissé en surface. Ces bâtiments ont un nombre de nefs variable que conditionne la disposition des poteaux, plus fréquemment deux nefs, plus rarement une ou trois, exceptionnellement quatre (La Grande-Paroisse (Seineet-Marne)13) et peuvent présenter une galerie de façade (Juvincourt-et-Damary (Aisne)14, La

Capet…, op. cit., (note 5), p. 199-200. PETIT M., La Grande Paroisse (Seine-et-Marne), dans Un village au temps de Charlemagne. Moines et paysans de l’abbaye de Saint-Denis du VIIe siècle à l’an Mil. Catalogue d’exposition, Musée national des arts et traditions populaires, 29 novembre 1988-30 avril 1989, Éditions de la Réunion des musées nationaux, Paris, 1988, p. 147-149. 7. BARRAT Y., MORIN J.-M., Meulan-les-Mureaux : du bourg gaulois au port carolingien, permanence et mobilité de l’habitat, Connaître les Yvelines, 2, 1989, p. 14-18. BARRAT Y., Meulan-les-Mureaux : réflexion sur l’habitat domestique et son architecture au Moyen Âge, Archéologie en Yvelines. Documents de travail, 3, 1990, p. 38-49. 8. CARRÉ F., Le site archéologique de Tournedos-sur-Seine (Eure): premiers résultats, Haute-Normandie Archéologique, 1, 1988, p. 43-61. Chronique des fouilles médiévales en France, Archéologie Médiévale, XVIII-1988, p. 308 ; XIX1989, p. 301 ; XX-1990, p. 443 ; XXI-1991, p. 393 ; XXIII-1993, p. 468-470. CARRÉ F. et GUILLON M., Habitat et nécropole de Portejoie : le site de Tournedos, Val-de-Reuil (Eure), VIIe-XIVe siècles, Bulletin de liaison de l’Association Française d’Archéologie Mérovingienne, 16, 1992, p. 32-33. CARRÉ F. et GUILLON M., Habitat et nécropole de Portejoie : le site de Tournedos, Val-de-Reuil (Eure), VIIe-XIVe siècles, dans Cl. LORREN et P. PÉRIN (éd.), op. cit. (note 1), p. 145-158. 9. SPELLER A., Forges « Maupertuis » (Seine-et-Marne), dans L’Île-de-France de Clovis à Hugues Capet du Ve siècle au Xe siècle. Catalogue d’exposition au Musée archéologique départemental du Val-d’Oise, Paris, 1993, p. 207208. 10. LORREN Cl., op. cit. (note 4). 11. Nombreuses notices et études diverses, dans Un village au temps de Charlemagne…, op. cit. (note 6), notamment plans d’ensemble, fig. 31 et 32. 12. LORREN Cl., PÉRIN P., Images de la Gaule rurale…, op. cit. (note 1). 13. PETIT M., op. cit. (note 6). 14. BAYARD D., Le peuplement et l’habitat rural en Picardie à l’époque mérovingienne, dans La Picardie berceau de la France : Clovis et les derniers romains, 1500e anniversaire de la bataille de Soissons. 486-1986. Catalogue d’exposition, s.l. s.d. (Amiens, 1986), p. 204-211. Chronique des fouilles médiévales en France. I - Constructions et habitats civils, Archéologie Médiévale, XV-1985, p. 222 ; XVII-1987, p. 172 ; XVIII-1988, p. 300-301. BAYARD D., Juvincourt-et-Damary, Le Gué de Mauchamp (Aisne), dans Archéologie de la France…, op. cit. (note 2), n° 255,

122


Le village en Gaule du Nord pendant le haut Moyen Âge

p. 409. BAYARD D., Le village mérovingien du « Gué de Mauchamps » à Juvincourt-et-Damary dans Archéologie. Grands travaux. Autoroute A26. Bilan des recherches archéologiques dans le département de l’Aisne (1982-1987), Amiens, 1989, p. 101-110. BAYARD D., Les habitats du haut Moyen Âge en Picardie, dans Cl. LORREN et P. PÉRIN (éd.), op. cit. (note 1), p. 53-62. 15. Chronique de fouilles médiévales en France, Archéologie Médiévale, XIV-1984, p. 379. NICE A., L’habitat mérovingien de Goudelancourt-les-Pierrepont, « Les Fontaines » (Aisne), Revue archéologique de Picardie, 1988, 3-4, p. 145-149. NICE A., L’habitat et la nécropole de Goudelancourt-les-Pierrepont, lieu-dit « Les Fontaines », VIeVIIe siècles : un état de la recherche, Bulletin de liaison de l’Association Française d’Archéologie Mérovingienne, 16, 1992, p. 40-45. NICE A., L’habitat mérovingien de Goudelancourt-les-Pierrepont (Aisne). Aperçu provisoire d’une unité agricole et domestique des VIe et VIIe siècles, Revue archéologique de Picardie, 1994, 1-2, p. 21-63. 16. Chronique des fouilles médiévales en France, Archéologie Médiévale, XXI-1991, p. 278. HENROTAY D., LENSIVAL R., Frouard, « ZC3 », dans Bilan Scientifique 1991 du SRA de la région Lorraine, Paris, 1992, p. 26. HENROTAY D., LENSIVAL R., Un habitat rural du haut Moyen Âge à Frouard (Meurthe-et-Moselle), Revue archéologique de l’Est et du Centre-Est, t. XLIII, 1962, p. 330-352. 17. NICE A., op. cit. (note 15). 18. LORREN Cl., op. cit. (note 4). 19. Chronique des fouilles médiévales en France, Archéologie Médiévale, XVIII-1988, p. 310 ; XIX-1989, p. 280 ; XX-1990, p. 369 ; XXI-1991, p. 297-298 ; XXII-1992, p. 430-431 ; XXVI-1996, p. 344. C OUANON P., Vieux « Les Gaudines », dans Bilan Scientifique 1991 du SRA de la région Basse-Normandie, Paris, 1992, p. 44-45. COUANON P., FORFAIT N., Le site des Gaudines à Vieux (Calvados) : habitat du haut Moyen Âge (Ve-Xe siècles), Bulletin de liaison de l’Association Française d’Archéologie Mérovingienne, 16, 1992, p. 53. COUANON P., FORFAIT N., Le site des Gaudines à Vieux (Calvados). Habitats du haut Moyen Âge (VIe-Xe s.), dans Cl. LORREN et P. PÉRIN (éd.), op. cit. (note 1), p. 159-166.

123

Claude Lorren

Grande-Paroisse) ou être accotés d’un appentis (Goudelancourt-les-Pierrepont (Aisne)15). Les propositions de restitution des charpentes en fonction des poteaux ou bien d’éventuelles jambes de force gardent encore une forte proportion d’approximation. A cause de l’érosion agricole moderne et souvent aussi des conditions de fouille, la même approximation est généralement de règle quand on tente de restituer les aménagements intérieurs, réalisés au moyen de matériaux légers, et de retrouver l’emplacement de l’accès. Seule la disposition des poteaux permet le plus souvent de conjecturer la nature de cette dernière: porte au milieu d’un des grands côtés ou bien décalée vers l’une des extrémités, portes se faisant face sur l’un et l’autre des grands côtés, parfois protégées par un auvent ou un porche. La grande taille de certaines de ces constructions et l’observation de possibles traces de cloisons de séparation permettent de penser que, dans quelques cas, pouvaient y cohabiter les hommes et des animaux, ou bien les hommes et des réserves. Cette supposition est rendue encore plus plausible quand le foyer n’occupe pas une place centrale mais se trouve placé au milieu de l’une des portions du bâtiment. Le bâtiment d’habitation peut aussi présenter des substructions en pierre, usuellement maçonnées à la terre, que leur modestie ou leur faiblesse apparente font ordinairement interpréter comme des solins destinés à soutenir des superstructures de natures diverses (Frouard (Meurthe-etMoselle)16, Goudelancourt-les-Pierrepont (Aisne)17, Mondeville18, Vieux19 (Calvados)), mais l’on ne peut exclure a priori l’hypothèse de murs s’élevant en pierre jusqu’au toit, notamment quand ils ne font qu’habiller une structure en bois intérieure sur laquelle repose en fait tout le poids de la charpente (Mondeville (Calvados)). En règle générale toutefois, ces bâtiments présentent des caractéristiques que connaissent les bâtiments en bois : sol intérieur légèrement excavé, soutien médian de la charpente au moyen de poteaux de bois, subdivision intérieure de l’espace en fonction de l’activité, foyer dans la partie réservée aux hommes… Très exceptionnellement, le bâtiment principal - surtout quand il est en pierre - peut être accoté d’annexes jointives et, avec elles, il participe à la délimitation d’une cour. Plus géné-


ESTMA III

ralement, il est environné de bâtiments annexes dispersés dans l’enclos, parfois de plein-pied et offrant les mêmes caractéristiques de construction que l’habitation, mais qui se présentent plus communément sous la forme de cabanes à l’emprise intérieure, rectangulaire, rarement ovale, excavée plus ou moins profondément dans le sol (jusqu’à plus d’1 m). Les dimensions de ces dernières sont variables et peuvent aller de 2 x 1,50 m à 5 x 2,50 m, ou plus. Certaines ne présentent pas de traces visibles de superstructures construites. Le plus souvent, deux poteaux plantés dans le fond et appuyés sur les parois de la fosse, chacun au milieu des deux pignons, portent le faîtage d’un toit fait de matériaux périssables, qui repose également sur les parois ou bien descend jusqu’au sol. Dans d’autres cas, le soutien du toit est réalisé au moyen de poteaux périphériques (deux ou trois sur chaque pignon, un parfois au milieu des grands côtés) qui participent également à l’ossature des parois et autorisent souvent, de ce fait, un creusement intérieur moins profond que pour les cabanes du premier type. L’armature verticale du clayonnage des parois, enduit de torchis, a parfois laissé des traces de piquets au fond de la fosse ou sur son pourtour. Ailleurs, l’absence de traces semblables, sans exclure cette possibilité, permet d’envisager l’utilisation de planches, de rondins, de mottes de gazon, etc. ; ailleurs encore, on observe l’existence de murs ou de solins de pierre. Enfin, celle d’un bâti construit sur sablières basses au-dessus de la fosse doit être imaginée quand on n’a observé aucune autre trace. L’entrée est ménagée sur un pignon ou sur un grand côté, fréquemment près de l’angle, à l’opposé des intempéries et peut être protégée par un auvent. On y accède souvent par une sorte de descente en pente douce ou bien ponctuée d’emmarchements taillés dans le sol. Leur situation autour de grandes unités d’habitation, des particularités techniques et des éléments du mobilier recueilli ont fait considérer ces constructions uniquement comme des annexes destinées à des activités de filage ou de tissage, à la protection de petits ou de jeunes animaux, à des stockages, etc. Sur certains sites, seul ce type de bâtiment a été mis en évidence. Dans ce cas, une explication simpliste consiste - comme on l’a signalé plus haut - à dire que les constructions au niveau du sol ont entièrement disparu et que seules subsistent les structures excavées non atteintes par les labours modernes. Si tel peut avoir vraiment été le cas parfois, il faut admettre également que d’autres sites n’ont connu que ce genre de structure. Certaines cabanes ont alors été utilisées comme habitations - des foyers, des restes culinaires, le mobilier, etc. en font foi - et sont parfois flanquées d’appentis à usage de resserre, d’autres comme annexes (Mondeville (Calvados)20 par exemple). Grands bâtiments, en bois ou en pierre, ou cabanes excavées quand elles ont servi d’habitation ont livré des traces de foyers. L’emplacement de ces derniers varie selon la nature et la disposition intérieure de la construction, et l’on note que la cuisine tend à s’individualiser au cours de la période, et devient une pièce à part. Leur structure change également selon les habitudes locales ou même de chacun, ou bien en fonction de la chronologie (à même le sol, sur un lit de pierres plates, dans une construction hémicylindrique de terre crue, dans un braséro, dans un encadrement maçonné, etc.), si bien qu’il est impossible de généraliser ou de systématiser en la matière. La proximité de la porte facilite l’évacuation de la fumée ; aucune structure n’a été mise en évidence laissant penser sûrement à une cheminée bâtie. Le foyer permet la cuisson des aliments, le chauffage et l’éclairage. Cette dernière destination était complétée sans doute par des torches ou des bougies, qui n’ont pas laissé de traces, et par quelques instruments plus spécifiques, rarement découverts, tels que coupelles en verre suspendues abri-

20. LORREN Cl. op. cit. (note 4).

124


Le village en Gaule du Nord pendant le haut Moyen Âge

21. LORREN Cl. ibid. 22. FOUCRAY B., GENTILI F., « Les Ruelles » à Serris (Seine-et-Marne). Le village du haut Moyen Âge, dans L’Îlede-France de Clovis à Hugues Capet…, op. cit. (note 5), p. 206. FOUCRAY B., GENTILI F., Le village du haut Moyen Âge de Serris (Seine-et-Marne), lieu-dit « Les Ruelles » (VIIe-Xe siècle), dans Cl. LORREN et P. PÉRIN (éd.), op. cit. (note 1), p. 139-143.

125

Claude Lorren

tant un lumignon ou lampes à huile sur pied en céramique. Certains sites ont livré des fours destinés vraisemblablement à la cuisson du pain. Généralement rudimentaires et de plan oblong ou circulaire, ils sont creusés intégralement dans le sol en place (sans doute par des enfants). La voûte est simplement percée d’un trou pour que la fumée s’échappe, la sole est parfois dallée, la bouche est encadrée de grosses pierres; le devant du four, fréquemment recreusé pour l’évacuation des cendres, présente une surface tourmentée, fortement noircie. Les fours sont le plus souvent placés à l’écart des constructions, mais les uns sont protégés par des structures légères, ouvertes à tout vent, les autres sont ménagés dans l’angle de véritables cabanes excavées. Dans les parages des constructions, on note fréquemment la présence d’unités de stockage - de racines et surtout de grains - de types divers, parfois groupées. Les plus faciles à interpréter se présentent sous la forme de silos piriformes, à fond plat ou lenticulaire, dont l’ouverture pouvait être bouchée par un tampon de bois ou de paille colmaté d’argile. L’atmosphère confinée se prêtait à une conservation des grains relativement longue, avec une perte minime. Ces silos sont le plus souvent assez bien répartis, à l’écart des habitats, par petits ensembles de 3 à 5. Dans certains cas, plus rares, ils sont creusés à l’intérieur m��me des habitations de préférence non loin du foyer. Ce mode de conservation convient à des grains récoltés tôt, battus immédiatement après la récolte, puis séchés ou grillés dans des fosses ou dans des séchoirs construits en pierre. Quand la récolte est plus tardive, le battage est différé et le stockage se fait en gerbes ; celles-ci sont abritées dans des constructions au-dessus du sol qui ne laissent pour traces que celles des poteaux de soutien d’un grenier (groupes de 6 ou 9 poteaux disposés en rectangle, rapprochés les uns des autres) ou bien celles de poteaux dessinant une structure de plan hexagonal sur lesquels coulissait un toit. Le puits est un élément de fixation du village. Selon la nature du sous-sol et la profondeur de l’eau, il est creusé directement et selon son module dans la roche en place, seule sa partie supérieure étant maçonnée, ou bien dans un plan hexagonal, avec des rampes et des paliers d’accès, ou bien sous la forme d’une cuvette plus ou moins large et profonde au centre de laquelle on a réalisé un cuvelage en bois, de plan généralement carré, avant de remblayer son pourtour. Un autre élément de la fixation du village est la nécropole. Celle-ci, pendant longtemps (jusqu’à la charnière VIIe-VIIIe siècle en général), se trouve à l’extérieur de l’agglomération, à une distance de 200 à 400 m de la zone habitée, même si dans le même temps, quelques inhumations, isolées ou par petits groupes, sont dispersées dans le village, à proximité des habitations. Pendant l’achèvement de la christianisation des campagnes, dans certains cas, l’érection d’une église sur cette nécropole ne change rien à la répartition topographique des divers éléments. Dans d’autres, la construction d’une église ou d’une chapelle dans une position centrale par rapport à l’habitat ou en lisière immédiate (Mondeville (Calvados)21, La Grande-Paroisse, Serris (Seine-et-Marne)22) entraîne la création d’un nouveau lieu d’inhumation et une cohabitation plus étroite des morts et des vivants. Ce nouveau cimetière a un aspect très différent de l’ancien : les tombes, au sein desquelles les inhumations de jeunes enfants apparaissent plus nombreuses, s’accumulent dans une aire restreinte, entourée d’un fossé ou d’une clôture quel-


ESTMA III

conque, autour du lieu de culte, massées sous la protection du saint auquel ce dernier est dédié. Il abrite parfois la demeure du desservant ou des installations collectives. Il induit une focalisation très forte de la vie du groupe et peut susciter une réorganisation des habitations à sa périphérie. Devant la médiocrité des vestiges et l’impression qu’ils donnent, souvent fallacieuse, de précarité, des chercheurs ont développé l’idée d’une fixation incertaine au sol et d’une itinérance de l’habitat en fonction d’une agriculture extensive, non spécialisée et nécessitant des espaces importants. Les tentatives pour reconstituer l’environnement de certains villages, voire leur finage, sont encore bien minces et peu concluantes. Néanmoins, on s’aperçoit que beaucoup d’habitats du haut Moyen Âge succèdent à des habitats antérieurs, réutilisant même d’anciennes ruines comme soutien de constructions nouvelles, d’anciens chemins qui, quoique fluctuants et vagabonds dans le détail, attestent, grâce aux ornières des chariots, des directions constantes, d’anciennes limites de parcelles bordées de fossés et sans doute de talus boisés. L’appropriation de l’espace a bien sûr donné lieu à des modifications, à des établissements nouveaux, à des aménagements et des transformations, mais basse Antiquité et haut Moyen Âge voient bien la fixation des terroirs et celle de limites de parcelles qui ont pu durer presque jusqu’à nos jours. A rebours d’opinions émises, se dégage souvent l’idée d’un espace déjà structuré, d’un habitat certes lâche, aux exploitations séparées par de vastes zones apparemment inorganisées (dégagements, aires de battage, cours ou potagers) mais constant quant à son implantation d’ensemble, l’idée d’une réelle pérennité de l’installation, renforcée peu à peu par l’amélioration progressive des conditions politiques et économiques. Celle-ci a donné aux hommes une conscience de meilleure sécurité et de stabilité, dont on trouve une traduction dans l’évolution des habitations, plus solidement bâties, parfois construites en dur, avec des aménagements intérieurs fixes et de plus en plus complexe. Les activités principales du village sont l’agriculture et l’élevage. De la première, l’on ne peut avoir une idée que grâce à la découverte, rarissime, d’outils en fer (socs, faux, faucilles, serpettes, pierres à aiguiser, fers de bêche…) et à l’étude - exceptionnellement pratiquée - des graines et des fruits fossiles et des pollens, tant des plantes cultivées que des plantes adventices. Encore cette dernière ne permet-elle pas de connaître les proportions relatives de chaque culture et n’autorise-t-elle qu’à des approximations. Les quelques exemples dont on peut disposer semblent attester néanmoins une progression et une diversification des cultures tout au long du haut Moyen Âge. Les spectres observés sur des sites divers varient dans le détail, mais montrent une culture prédominante des céréales (blés surtout, mais aussi avoine, seigle, orge, millet…), celle des féveroles et, plus rarement et peut-être plus tardivement, mais aussi selon les régions, celles de plantes potagères (pois, carottes…), des vesces, du lin, du chanvre, des arbres fruitiers, de la vigne, etc. Sans que l’on puisse prouver l’usage d’un assolement véritable ou d’une rotation organisée des cultures, l’observation des associations avec les plantes sauvages ou parasites paraît bien indiquer sur certains sites, au moins à la fin de la période, la pratique de deux phases d’emblavement et une gestion rationnelle des terres nécessaires à des productions très diversifiées. Au cours de la période, la progression des cultures se fait aux dépens de la forêt. Mais une tentative de restitution du couvert boisé, grâce aux mêmes moyens que pour les cultures, auxquels s’ajoute l’observation des matériaux de construction et des combustibles, se heurte aux mêmes inconvénients et connaît les mêmes limites. Un bon exemple est encore fourni par le chantier de Villiers-le-Sec où l’étude des divers éléments permet la restitution d’une partie du paysage : au très haut Moyen Âge, une forêt composée essentiellement de chênes et de hêtres, avec des érables, des peupliers, des sorbiers, etc., associée à des pâturages et des champs peu 126


Le village en Gaule du Nord pendant le haut Moyen Âge

23. PETIT M., op. cit. (note 6). 24. CARRÉ F. op. cit. (note 8).

127

Claude Lorren

nombreux portant des cultures peu diversifiées, puis, plus tard, une campagne plus dégagée où, autour de bois résiduels, s’organisent champs cultivés divers, champs incultes ou prés, vergers, vignobles, limités de haies vives, de noisetiers, de frênes, de saules, de sureaux et de ronces. Malgré les progrès de l’agriculture, le bétail pâtit d’une mauvaise sélection et reste, tout au long du haut Moyen Âge, de médiocre qualité. Tous les animaux sont de petite taille et de poids modeste, notamment le boeuf (env. 1,20 m au garrot, moins de 300 kg) et le cheval (env. 1,40 m) dont les capacités de travail devaient être faibles et contraignaient à utiliser des attelages nombreux (ceux-ci sont connus par les textes, mais n’ont laissé dans le sol que quelques manilles, mors, clochettes, grelots, etc.). Pour ce qui concerne les effectifs, l’impression qui se dégage est celle d’une progression des espèces susceptibles de fournir du travail en même temps que des produits animaux. Alors que l’effectif du porc, toujours le plus important, diminue et que celui des autres espèces (cheval, âne, ovi-capridés) demeure stable, les bovins apparaissent en nombre croissant. Toutefois, si les porcs restent les seuls animaux à être abattus jeunes, les autres ne le sont qu’ayant atteint l’âge de la réforme. L’importance de la basse-cour quant à elle n’est pas exactement mesurable du fait de la destruction des vestiges osseux par les chiens ou les chats qui remplissent, dans l’habitat, l’office d’éboueurs. En définitive, si l’on en juge d’après diverses études, la quantité de viande consommée, au sein de laquelle l’apport des produits de la chasse (lièvres, cerfs, sangliers, renards, pigeons, perdrix, etc.) reste généralement inférieur à 1,5 %, devait être minime et l’essentiel des protéines animales était sans doute apporté par les laitages (lait, fromage, beurre) et les oeufs. Si l’on fait exception d’établissements dans le Midi où l’artisanat, sous des formes diverses, semble constituer l’essentiel de l’occupation des habitants, celui-ci n’apparaît ailleurs que comme activité d’appoint, peut-être pour la commercialisation (quoique celle-ci ne puisse qu’être pressentie grâce à des éléments rarissimes : concentration extraordinaire de monnaies sur une place où a dû se tenir un marché régulier, plateau de balance de changeur, par exemple), mais surtout pour la satisfaction des besoins immédiats des membres de la collectivité ou pour la fourniture au maître de produits particuliers. Ces activités complémentaires sont variées. Les plus couramment observées ou présumées sont les activités de transformation des produits textiles, notamment le filage et le tissage du lin ou de la laine. On pourrait citer quantité d’exemples attestant cette activité féminine signalée par ailleurs dans de nombreux textes. Pratiquement tous les sites fouillés ont livré, dans le sol de cabanes, soit des traces laissées par les montants d’un métier vertical, généralement étroit, soit des outils spécifiques : fusaïoles, pesons, aiguilles, lames, lissoirs en verre, etc. La fabrication des outils devait se faire sur place. Celle des outils en bois n’a pas laissé de traces autres que le témoignage des instruments nécessaires à cette activité, en même temps qu’à la réalisation des constructions (haches, marteaux, ciseaux, mèches, etc.). Celle des outils en fer, qui demandait un affinage du minerai, réduit dans des bas fourneaux et un travail de forge, ne se manifeste, dans l’état actuel des découvertes, et hormis les rares outils euxmêmes ou des productions particulières (serrurerie, par exemple à la Grande-Paroisse (Seine-et-Marne)23, que par des éléments diffus, notamment par des aires plus particulièrement riches en scories, fréquemment concentrées dans des secteurs séparés de l’habitat proprement dit, ce qui illustre un souci d’éviter les risques d’incendie (La Grande-Paroisse (Seine-et-Marne), peut-être Portejoie (Eure)24). D’autres activités artisanales encore sont attestées ici ou là, le travail du bronze, celui de


ESTMA III

l’os, la production de céramique, celle de charbon, le tannage, le corroyage et la mégisserie, la teinturerie, etc., activités qui dépassent les besognes de transformation des produits agricoles que l’on découvre sans surprise au sein du village (torréfaction et meulage des grains, pressurage du raisin, etc.), et dont la production n’est sans doute pas exclusivement réservée à la communauté. Ainsi apparaissent de nouveaux aspects des structures économiques du haut Moyen Âge et l’image traditionnelle de l’économie agraire de cette époque se trouve élargie à des domaines artisanaux, et sans doute commerciaux, importants. Le village au haut Moyen Âge en Gaule du Nord est donc un village à multiples facettes, dont on perçoit bien, globalement sur la longue période, les caractères essentiels, les structures, les activités, mais dont il est plus difficile de retracer l’évolution dans le détail. La difficulté de cette entreprise tient d’abord aux conditions dans lesquelles les fouilles ont été effectuées, et sur lesquelles il n’est pas utile de revenir. La plupart du temps, les travaux n’ont pris en compte que la partie du site menacée par un aménagement et cela nous interdit, alors, d’avoir une vue d’ensemble globale et effective de l’habitat et a fortiori de son environnement cultivé. Ce que nous connaissons le mieux se limite à des structures, à la rigueur à des groupes de structures dont la typologie, on l’a vu, est de mieux en mieux connue, mais dont l’organisation spatiale générale au sein du finage reste inconnue. La difficulté tient aussi à la très grande diversité des cas de figure, à celle des résultats obtenus, eux-mêmes tributaires de la surface en cause, ici une ferme, là un ensemble d’exploitations, ailleurs une concentration beaucoup plus importante, et l’on doit se refuser d’extrapoler à partir de ce que l’on a observé ici ou là. La difficulté tient enfin, essentiellement, au corollaire de ce qui vient d’être exprimé, la relative imprécision des datations avancées par les fouilleurs. En effet, le matériel mis au jour est le plus souvent rare, voire extrêmement rare, de toute façon souvent pauvre et fractionné, son faible nombre et la banalité de ses caractères portant le doute sur sa représentativité réelle, et sa datation est en général approximative car l’on manque encore de références et aucune des grandes fouilles d’habitat n’a, à ce jour, fait l’objet d’une publication détaillée, avec étude exhaustive du matériel et mise en évidence d’une évolution spatio-temporelle fine des structures. Il apparaît évident qu’un affinage des datations demeure une nécessité - la première - pour que les fouilles d’habitats ruraux de haut Moyen Âge puisse fournir des matériaux à l’Histoire. Toutefois, on peut déjà aujourd’hui, en passant sur bien des détails d’une argumentation qu’il serait trop long de développer ici, dégager un certain nombre d’impressions d’ensemble, en essayant de retracer les grandes lignes de l’évolution telles qu’on peut les ressentir au vu des résultats publiés dont on dispose, à titre d’hypothèses pour l’essentiel. A la fin du Ve et au VIe siècle, notamment au début de ce dernier, les réoccupations de ruines antiques sont fréquentes, qu’il s’agisse de celles d’un vicus ou de celles d’une villa (le plus souvent dans la pars rustica). Il peut s’agir de la continuation de l’occupation du vicus (Mondeville (Calvados)25, Florange (Moselle)26), de la réutilisation de quelques salles d’une villa retapées ou bien de la construction d’appentis et de cabanes contre les murs toujours en élévation (Giberville (Calvados)27), quelques fois encore de bâtiments de surface avec sou25. LORREN Cl., op. cit. (note 4). 26. Chronique des fouilles médiévales en France, Archéologie Médiévale, XXI-1991, p. 385-386. LEGENDRE J.-P., KRAUZ S., Deux fosses mérovingiennes d’habitat avec traces d’artisanat à Florange (Moselle), dans Actes des Xe Journées internationales d’Archéologie mérovingienne, Metz, 20-23 octobre 1988, Sarreguemines s.d. (1989), p. 143145. 27. PILET Ch., ALDUC-LE BAGOUSSE A., BLONDIAUX J., BUCHET L., GRÉVIN G., PILET-LEMIÈRE J., Les nécropoles de Giberville (Calvados). Fin du Ve siècle-fin du VIIe siècle après J.-C., Archéologie Médiévale, XX-1990, p. 3-140.

128


Le village en Gaule du Nord pendant le haut Moyen Âge

28. Chronique des fouilles médiévales en France, Archéologie Médiévale, XX-1990, p. 352-353 ; XXIII-1993, p. 315316. SPELLER A., DAVEAU I., Bussy-Saint-Georges (Seine-et-Marne), « Les Coudrais », dans Bilan Scientifique 1991, du SRA de la région Île-de-France, Paris, 1992, p. 74. BUCHEZ N., Un habitat du haut Moyen Âge à BussySaint-Georges, « Les Dix-Huit Arpents » (Seine-et-Marne), dans Cl. LORREN et P. PÉRIN (éd.), op. cit. (note 1), p. 109-112. 29. GENTILI F., L’habitat du haut Moyen Âge de « L’Arpent Ferret » à Servon (Seine-et-Marne), IVe-XIe siècles, Bulletin de liaison de l’Association Française d’Archéologie Mérovingienne, 16, 1992, p. 22-27. GENTILI F., Servon « L’Arpent Ferret » (Seine-et-Marne). Villa gallo-romaine et habitat du haut Moyen Âge (Ier au Xe-XIe s.), dans L’Île-de-France de Clovis à Hugues Capet…, op. cit. (note 5), p. 207-208. GENTILI F., HOURLIER N., L’habitat du haut Moyen Âge de « L’Arpent Ferret » à Servon (Seine-et-Marne), IVe-XIe siècles, dans Cl. LORREN et P. PÉRIN (éd.), op. cit. (note 1), p. 121-133. 30. BUCHEZ N., op. cit. (note 28). 31. SEGUIER J.-M., L’habitat rural du « Climat-des-Terres-Noires » (Seine-et-Marne), VIe s.-Xe s., Bulletin de liaison de l’Association Française d’Archéologie Mérovingienne, 16, 1992, p. 28. SEGUIER J.-M., Saint-Germain-Laxis (Seine-et-Marne), dans L’Île-de-France de Clovis à Hugues Capet…, op. cit. (note 5), p. 206-207. 32. LORREN Cl., op. cit. (note 4). 33. COUANON P., FORFAIT N., op. cit. (note 19). 34. SCHWEITZER J., L’habitat rural en Alsace au haut Moyen Âge, Guebwiller, s.d. (1984), p. 21-37. SCHWEITZER J., Le site de Riedishein- « Leibersheim », dans Vivre au Moyen Âge. 30 ans d’archéologie médiévale en Alsace, ouvrage publié à l’occasion de l’exposition présentée à Strasbourg du 17 mai au 30 septembre 1990, Éditions Les Musées de la Ville de Strasbourg, s.d. (1990), p. 143-144. 35. DEMOLON P., Le village mérovingien de Brebières (VIe-VIIe s.), Arras, 1972.

129

Claude Lorren

bassements en pierre ou bien sur poteaux (Bussy-Saint-Georges (Seine-et-Marne)28). La plupart du temps, il s’agit de cabanes excavées, accompagnées ou non de silos, construites à l’emplacement des ruines inutilisables ou à la place de bâtiments en bois qui avaient déjà pris la suite de la villa (Servon29 ou Bussy-Saint-Georges30 (Seine-et-Marne)). Comme à SaintGermain-Laxis (Seine-et-Marne)31 par exemple, on note un affranchissement progressif des limites du domaine antique avec un accroissement des superficies occupées, mais, dans le cas précis, la transgression véritable des limites ne peut se placer qu’au VIIIe-IXe siècle. La plupart du temps, les habitats explicitement datés du VIe siècle - ils sont rares dans l’état actuel de la documentation - sont des habitats extrêmement modestes, ce qui explique pour une part la difficulté à les repérer. Ils sont parfois établis en fonction d’un chemin, mais ont plus fréquemment un plan généralement lâche et dispersé. Ils sont constitués uniquement de cabanes excavées, de tailles diverses mais toujours faibles, dont le toit est soutenu par un nombre de poteaux variable. Ces cabanes, dont le nombre ne dépasse pas la quinzaine par site, sont fréquemment accompagnées de silos, de fosses à utilisations variées, et présentent souvent un foyer central qui atteste leur utilisation à des fins d’habitation. Les exemples sont nombreux depuis Mondeville32 ou Vieux33 (Calvados) jusqu’à Riedisheim (Haut-Rhin)34, en passant par le plus fameux, celui de Brebières (Pas-de-Calais)35. Même dans des cas d’habitats qui ont perduré et pour lesquels les plans de l’ensemble des structures imposeraient l’image prépondérante d’une agglomération de grands bâtiments sur poteaux construits de plain-pied, on s’aperçoit en affinant l’examen, que l’image est en fait celle d’un habitat plus tardif surimposé et que le début de l’occupation, au VIe siècle, n’est illustré que par des cabanes. Grands bâtiments au niveau du sol et cabanes au fond excavé coexistent souvent dans les plans de villages que tout le monde connaît et cette coexistence paraît avoir existé de tout temps. Un examen des rares documents dont on dispose actuellement laisserait pourtant supposer que cette association prend une forme particulière petit à petit dans le VIe siècle finissant, peutêtre dès le milieu, pour que s’impose à nous progressivement l’image « classique » de


ESTMA III

l’agglomération du haut Moyen Âge, telle qu’on la conçoit ordinairement ou telle qu’on se la représente, et dont, en fait, les illustrations les plus achevées nous sont fournies par des sites d’époque carolingienne, celle d’une agglomération d’établissements agricoles indépendants, juxtaposés les uns auprès des autres selon une disposition qui tient compte du réseau des voies et chemins, de la présence d’un point d’eau, et également parfois du parcellaire. Parmi les plus anciens, ces établissements, composés d’un ou de plusieurs bâtiments relativement grands, dont une maison d’habitation avec foyer, bâtiments construits de plain-pied, sur poteaux, sur sablières ou sur solins, souvent environnés de fonds de cabanes, de greniers, de silos, d’installations artisanales éventuellement, de fosses diverses, et clos d’une palissade ou d’un fossé, connaissent de la part des auteurs de leur fouille une datation qui, si elle reste souvent imprécise comme on l’a signalé, s’étend la plupart du temps entre le milieu du VIe siècle et celui du siècle suivant (Juvincourt-et-Damary (Aisne)36, Villiers-le-Bâcle (Essonne)37, Goudelancourtles-Pierrepont (Aisne)38). L’organisation reste la même, dans plusieurs cas -peut-être la plupart-, jusqu’au XIe siècle au moins. Même si, au VIe siècle, l’agglomération est déjà fixée dans un finage dont la communauté des habitants perçoit les limites et fréquente convivialement et entretient les points de rencontre (chemins, place, puits, etc.), l’image qui se dégage des sources archéologiques est celle d’un habitat assurément encore précaire et rudimentaire, non pas instable mais fragile, dont l’agencement reste dans l’ensemble brouillé. Ce n’est qu’à partir de la fin de ce siècle que se met progressivement en place un nouveau type d’organisation des secteurs habités et d’aménagement de l’exploitation rurale -parfaitement adapté par ailleurs à la conquête et à la mise en valeur de terres nouvelles dans le cadre d’entreprises (pionnières) individuelles et collectives-, dont la nouveauté réside en fait non pas dans les modes de bâtir, mais essentiellement dans la diversification des constructions selon l’emploi auquel elles sont destinées et leur regroupement dans un même enclos (unité individualisée, signalée matériellement, ayant sa vie propre, et dont les occupants ne se joignent aux voisins que dans un but de sécurité et d’entraide pour les grands travaux). L’habitat prend donc, à partir de cette époque, une forme qui va perdurer longtemps, avant qu’intervienne à nouveau une réorganisation rurale bien connue par ailleurs. Bien qu’il existe des hypothèses étayées par divers faits (politiques, économiques, démographiques, climatiques) qui pourraient être des phénomènes d’accompagnement, les raisons exactes du développement de cet autre modèle à partir du milieu ou de la fin du VIe siècle (rupture définitive avec l’Antiquité ?) restent encore à établir précisément. En tout état de cause, globalement, ni la situation, ni même les composantes de l’habitat dans son ensemble ne se sont fondamentalement modifées au cours du haut Moyen Âge, mais l’impression générale que l’on retire de l’examen des résultats de fouilles récentes en France du Nord est qu’une individualisation et une complexification des unités d’exploitations qui composent les agglomérations se sont dégagées peu à peu au cours de la période, traduction d’une plus grande stabilité, reflétant ellesmêmes des conditions de vie plus sécurisantes et plus favorables à l’enracinement. On trouve de multiples illustrations de ce sentiment apparent de permanence ferme, par exemple dans des améliorations architecturales ou un plus grand soin apporté à la construction faite alors pour durer (la reprise de la construction en pierre dans certaines régions en est un signe), dans une 36. BAYARD D., op. cit. (note 14). 37. Chronique des fouilles médiévales en France, Archéologie Médiévale, XXI-1991, p. 340-341. GIGANON D., Édifice religieux, nécropole et habitats du VIe au IXe siècle à Villiers-le-Bâcle (Essonne), dans Cl. L ORREN et P. PÉRIN (éd.), op. cit. (note 1), p. 103-108. 38. NICE A., op. cit. (note 15).

130


Le village en Gaule du Nord pendant le haut Moyen Âge

Il existe, pour conclure ce bref exposé, une dernière interrogation. Les agglomérations dont nous disposons sont des habitats abandonnés, la plupart au Xe siècle, quelques-uns plus tard ; sont-elles représentatives de l’habitat rural dans son ensemble au haut Moyen Âge ? Nous nous trouvons en présence de sites très divers tant par leur importance que par leurs caractères spécifiques, mais présentant chacun globalement une organisation, une structuration en unités agricoles, une certaine cohérence, renforcée encore parfois par l’existence d’une zone artisanale ou par la présence d’une église et de son cimetière. Ces agglomérations, créées au moment de la croissance économique et démographique que l’on s’accorde à reconnaître pour la moitié nord de la Gaule dès le VIIe siècle au moins et abandonnées vraisemblablement dans un souci de réorganisation des terroirs, ont eu une durée de vie relativement longue (VIIe-Xe siècles, voire plus). Elles ne s’inscrivent pas dans le tableau qu’ont dressé certains historiens à partir de sources écrites d’un habitat « incertain », « flou » ou « mobile ». L’église ne semble guère le premier point de fixation que ces mêmes historiens ont retenu parmi d’autres, mais sa construction apparaît comme une sorte de point d’orgue d’une longue évolution, une manière de consécration de ce qu’il faut bien appeler un village, et ce dès la fin du VIIe ou le début du VIIIe siècle, beaucoup plus tôt que l’on croyait jusqu’alors. Ces exemples d’agglomérations ou de villages désertés qui nous sont offerts par les découvertes récentes sont, si l’on prend en compte les permanences et les constantes, très certainement représentatifs, du point de vue typologique, de la construction et de l’organisation de l’habitat à l’époque considérée, mais ils ne sont certainement pas pour autant représentatifs de la réalité même de l’habitat dans son ensemble, surtout si l’on prend en compte la relative rareté, par rapport à la totalité, des sites explicitement datés du VIe siècle. Cette dernière constatation est à la fois sujet d’interrogation et peut-être élément d’explication. En effet, les agglomérations fouillées ont pu l’être parce qu’elles ont été abandonnées, mais il nous faut aussi admettre l’hypothèse d’habitats ayant perduré, et rejoindre le point de vue que P. Périn a déjà exprimé39 en montrant comment l’archéologie funéraire peut participer à la solution de la question posée. On constate en effet que les cimetières du haut Moyen Âge que nous connaissons ont été découverts presque systématiquement à proximité des villages et des hameaux actuels, et le mobilier mis au jour dans les tombes permet de faire remonter l’occupation de ces derniers à l’époque mérovingienne, voire à la Basse Antiquité. Dans certains cimetières, une chapelle funéraire a été à l’origine de l’église paroissiale qui est encore actuellement à l’écart du village. Toutefois, le cas le plus courant (on le rencontre, par exemple, presque systématiquement dans certains secteurs de Basse-Normandie) a été celui de la construction de l’église à l’intérieur même de l’habitat à la fin du VIIe ou au début du VIIIe siècle, avec transfert progressif puis définitif du ou des cimetières extérieurs autour du nouveau lieu de culte ; et si l’un des hameaux, sans doute le plus important, le mieux situé géographiquement et peut-être le plus précocement occupé, l’a emporté à cette occasion, cela n’a 39. PÉRIN P., Le peuplement du diocèse de Reims à l’époque mérovingienne : aspects archéologiques et perspectives historiques, dans « Villa », « curtis », « grangia ». Économie rurale entre Loire et Rhin de l’époque gallo-romaine au XIIe-XIIIe siècle (Actes du XVIe colloque franco-allemand des historiens, Xanten, 1980), Beihefte der Francia, Bd. 11, 1982, p. 62-80, 109. PÉRIN P., La part du haut Moyen Âge dans la genèse des terroirs de la France médiévale, dans Le roi de France et son royaume autour de l’an Mil, (Actes du colloque Hugues Capet, 1987), Paris, 1992, p. 225-234.

131

Claude Lorren

diversification des bâtiments et une spécialisation des espaces intérieurs ou dans des aménagements de confort, mais aussi dans la multiplication des églises rurales à partir du VIIe siècle.


ESTMA III

pas signifié pour autant la désertion et l’abandon des autres avant longtemps. En suivant P. Périn, on peut affirmer que l’étude de la répartition des cimetières mérovingiens et donc des habitats correspondants permet, dans bien des cas, de conclure que le peuplement de la plupart des terroirs de la moitié nord de la France était en place bien avant l’an Mil et de conclure également à la permanence de l’habitat. Les traces d’occupation les plus anciennes, et notamment celles du VI siècle qui nous manquent le plus, doivent être cherchées dans le soussol des villages actuels. Si l’on met à part les exemples fouillés qui montrent la présence d’une église et d’un cimetière adjacent, qui, dans l’ensemble, sont au nombre des villages les plus précoces, désertés le plus tardivement, - qui illustreraient donc au mieux l’explication proposée ci-dessus -, et dont l’abandon doit relever de conditions spécifiques, il nous faut bien admettre que, pour l’essentiel, les agglomérations mises au jour ces dernières années sont celles d’habitats intercalaires qui n’ont jamais eu de lieu de culte et se sont trouvés dépeuplés vers l’an Mil, dans le cadre d’une réorganisation, sans doute autoritaire, des terroirs ou bien à l’occasion de la mise en oeuvre de pratiques culturales nouvelles. Leurs habitants se sont alors sans doute regroupés au cheflieu de la paroisse ou sous la protection ou la surveillance du château. Néanmoins, si l’on en juge d’après la rareté des tombes isolées ou par petits groupes qu’on rencontre dans ces hameaux, et aussi par leur datation, il semble bien que depuis un certain temps déjà (la fin du VIIe ou le début du VIIIe siècle), ces hommes enterraient leurs morts auprès de l’église voisine nouvellement construite et faisaient donc bien partie, même si l’habitat restait polynucléaire - et pour plusieurs siècles encore -, d’une réelle communauté villageoise.

132


Une contribution à l’histoire des populations : l’Archéologie funéraire en Basse-Normandie Christian Pilet

e monde des morts est le reflet, sans doute partiel, du monde des vivants. L’archéologie funéraire est l’outil qui permet d’étudier les populations inhumées. Le recours aux sources écrites est indispensable mais, c’est par l’étude de l’homme lui-même que les récents progrès de la recherche sont les plus significatifs et aussi les plus prometteurs. Dans son histoire, la Normandie a connu des apports de peuplement et des transformations de ses populations. L’étude des nécropoles du premier Moyen Age (fin IIIe-fin VIIe s.) sert de support à notre propos. Depuis vingt-cinq ans, la plupart des nécropoles ont été fouillées en sauvetage avec le souci d’exploiter intégralement l’emprise des enclos funéraires. Les résultats archéologiques et anthropologiques ont presque tous été publiés1.

L

Les nécropoles d’Hérouvillette (1971), de Frénouville (1980) ont livré des objets de cultures germanique et anglo-saxonne. À l’époque, pour traiter ce matériel, on utilisait l’expression «d’origine germanique ou anglo-saxonne» afin de bien dissocier l’objet et son propriétaire. Il faut dire que les résultats des études anthropologiques obtenus à partir des deux sites concluaient à des populations homogènes, des indigènes de type «méditerranéen gracile». On a donc évoqué des échanges commerciaux, des passages de quelques individus pour expliquer la présence des objets qui présentaient des formes et des décors indiquant une origine lointaine et étrangère. Depuis, en Normandie, les études de paléoanthropologie ont évolué sous l’impulsion de chercheurs comme Armelle Alduc-Le Bagousse, Joël Blondiaux, Luc Buchet, notamment en travaillant sur la mise en évidence de l’hétérogénéité ou de l’homogénéité des groupes de popu1. Il reste à publier la nécropole d’Ifs (Calvados). La partie archéologique est achevée mais l’étude anthropologique reste à faire. Les tombes les plus anciennes (fin du Ve s.) ont livré des plaques-boucles (rectangulaires en fer, recouvertes d’une tôle d’argent avec un décor de nielle pour certaines), de type « wisigothique » et des fibules anglosaxonnes (cupelliformes en bronze doré à décor de face humaine vue de face), du type « button brooch ». La partie la plus récente (fin du VIIe s.) de la nécropole est caractérisée par la concentration de sépultures d’enfants en périphérie de l’enclos funéraire.

133


ESTMA III

lations. La démarche qui prend en compte la complexité des causes de variations morphologiques2 a pour objectif, par exemple, de repérer la présence d’étrangers au sein d’un groupe en essayant d’identifier les déplacements de populations à l’échelle suprarégionale. C’est, à mon avis3, l’un des apports les plus intéressants de la recherche en paléoanthropologie de ces dernières années, qui tente de suivre et de comprendre les mouvements migratoires des IVeVIe s. *** MISE EN PLACE D’UNE RÉGION MILITAIRE AU IVe S. : LA LYONNAISE SECONDE Vers 400, l’armée romaine est essentiellement composée de barbares4. Des travaux récents, notamment ceux qui ont été publiés dans les actes du colloque international de Saint-Germainen-Laye en 1993, ont bien mis en lumière cette notion grâce aux apports de l’archéologie funéraire. L’ancienne Lyonnaise Seconde5, zone de frontière6, est un terrain priviligié d’étude où des populations étrangères, drainées par l’armée romaine, ont laissé des traces dans les enclos funéraires de la région, que l’on peut observer parfois dans les nécropoles situées à proximité des castra. C’est en Basse-Normandie, partie occidentale de l’ancienne province romaine, que l’on a mis au jour des individus masculins ou féminins porteurs d’objets venant de l’Angleterre romaine puis anglo-saxonne, de Germanie du Nord ou de Germanie orientale. Ces derniers apparaissent comme des étrangers, non seulement par le mobilier recueilli dans leurs sépultures, 2. L’analyse de la diversité du peuplement pendant les périodes historiques est encore parfois fondée sur l’interprétation des cartes de répartitions d’objets ou sur l’identification de populations d’origines diverses au moyen de typologies anthropologiques désuètes. En fait, les variations morphologiques observées au sein d’une même population peuvent reposer autant sur des évolutions biologiques internes que sur des changements de recrutement des nécropoles ou sur des déplacements de populations à l’échelle régionale ou suprarégionale. C’est la mise en concordance des données biologiques et archéologiques qui permet de proposer une interprétation de la diversité observée. La Basse-Normandie, où plusieurs grands ensembles funéraires ont fait l’objet d’une étude archéologique et anthropologique conjointe, se prête à l’illustration d’une telle démarche (extrait de « Diversité du peuplement en Gaule du Nord-Ouest » par Luc Buchet, Christian Pilet, p.141). 3. Le propos dérange. Certains chercheurs français en effet craignent que cette tentative soit déformée, puis reprise par des historiens racistes en quête d’un support scientifique. 4. On peut rappeler que cette armée a connu une réorganisation importante pendant le IVe s. avec la création d’unités mobiles de campagne qui ne désorganisa pas pour autant les installations des limes. 5. La Normandie ne correspond pas à une unité naturelle que la géomorphologie ou la géographique auraient pu délimiter. Cette région a été créée de toutes pièces dans les dernières décennies du IVe s., comme l’attestent les informations fournies par la Notitia Dignitatum. L’autorité impériale décida en effet l’installation d’une région militaire, la Lyonnaise Seconde. Par la suite, ses limites furent très peu modifiées, même lors de la fondation du Duché de Normandie au Xe s. 6. La défense de la façade maritime occidentale de l’Empire a été mise en place à la fin du IIIe s. à la suite des raids de pillards francs, saxons, frisons qui, venus par mer, dévastèrent les côtes des mers du Nord, de la Manche et de l’Atlantique. Deux juridictions, le tractus armoricanus et nervicanus qui va de la Somme à la Gironde et le litus saxonicum qui couvre les rives de la Mer du Nord et de la Manche, structurèrent cette défense. La Lyonnaise Seconde est un élément du litus saxonicum, ressort qui est limité aux côtes de la Manche et de la Mer du Nord, avec son pendant sur la rive opposée de l’Angleterre.

134


L’archéologie funéraire en Basse-Normandie Christian Pilet

135


ESTMA III

mais aussi par des caractéristiques anthropologiques (Pilet, Alduc-Le Bagousse, Buchet et al., 1994 ; Blondiaux, Buchet, 1990)7. Les traces archéologiques de fortifications laissées par le litus saxonicum sont rares en Normandie si on les compare aux nombreux vestiges fortifiés mis au jour sur la côte sud de l’Angleterre. Cet état de fait correspond en réalité à une programmation de la recherche qui n’a pas encore été mise en place. Les fouilles de sauvetage, qui ont été réalisées pendant ces dix dernières années, montrent au contraire la réalité des castra du litus, par exemple, à Cherbourg ou à Bayeux (Fig. 1, Fig. 2). Si l’étude des fortifications reste un axe de recherche à exploiter, les enseignements de la Notitia Dignitatum8 concernant l’installation de contingents barbares dans la Lyonnaise Seconde constituent des témoignages fiables qui sont corroborés par la découverte des tombes de ces mêmes barbares dans les nécropoles anciennes de la région. C’est dans le nord Cotentin, dans ou à proximité du castrum (Lemière, 1984) 9, de Cherbourg «Coriallo», que l’on observe le mieux le versement de la solde aux soldats de la garnison pendant le IVe s. et le milieu du Ve s10. La toponymie a permis d’identifier l’existence de groupes étrangers en Basse-Normandie au travers des noms de communes. Almenèches, Allemagne (ancienne appellation de l’actuelle Fleury-sur-Orne), par exemple, désignent des Alamans, populations venues de Germanie du Nord. IDENTIFICATION DES MILITAIRES Les armes En Lyonnaise Seconde, les armes sont peu nombreuses pendant la période IVe-première moitié du Ve s. Il n’a pas été découvert d’épée-spathae, d’umbo de boucliers, de casque, de cotte de mailles, d’éperon, seulement des fers de lance, de javelot, des pointes de flèches, des haches et des poignards. 7. A titre de comparaison, on peut rappeler que d’autres régions de Gaule militarisées ou situées près d’un limes présentent des caractéristiques semblables à celles de la Lyonnaise Seconde. Ainsi, la présence de mobilier féminin d’origine danubienne découvert à Arcy-Saint-Restitue (Aisne) peut être expliquée par le stationnement de l’armée romaine de Syagrius près de Soissons. Encore, près de Strasbourg, à proximité du limes rhénan, les sites de Mundolsheim et d’Hochfelden indiquent la présence de barbares orientaux. Il s’agit d’une riche tombe de femme, contemporaine de celle de Moult/Airan (premières décennies du Ve s.), pour le premier site et de la sépulture d’un cavalier hun pour le second. 8. La Notitia Dignitatum indique la présence de garnisons barbares : des Laeti Batavi à Coutances et à Bayeux, des Milites Dalmatae à Avranches, des Milites Mauri Veneti à Grannonum (site non identifié, quelque part sur la côte du Calvados). Des fouilles anciennes et récentes ont révélé les vestiges de fortifications à Aurigny, à Cherbourg, à Valognes, à Avranches dans le département de la Manche, à Bénouville, à Bayeux, à Lisieux dans le Calvados, à Sées dans l’Orne. 9. Les premières fouilles archéologiques en sauvetage programmé (1976-1980) sur le site du château de Cherbourg ont révélé l’existence d’un castrum du Bas-Empire. La publication exhaustive du site est en cours. 10. Le castrum de Cherbourg « Coriallo » a été construit au cours de la première moitié du IVe s., comme l’attestent les monnaies de Constantin qui ont été mises au jour dans les niveaux de fondation. C’est aussi à proximité de Coriallo, à Helleville, qu’il a été découvert un trésor de 9 multiples et 8 solidi datant de la période constantienne, ou à Sottevast, un solidus de Valentinien III. Un solidus, de Libius Sévère (463-465) a été recueilli dans 1’Ile Pelée, face à Cherbourg. A titre de comparaison, on peut rappeler qu’un solidus de Julien Auguste (360-361), deux solidi de Valentinien III (451) ont été retrouvés dans le castrum de Bayeux, ainsi qu’un solidus de Théodose II (402-408) à Saint-Vigor-Le-Grand « Pouligny ». Ces découvertes monétaires ont été faites au siècle dernier.

136


L’archéologie funéraire en Basse-Normandie Christian Pilet Ce sont deux haches miniatures recueillies sans contexte à Envermeu en Seine-Maritime, trois haches provenant de trois tombes de la nécropole de Fel dans l’Orne dont l’une a livré des flèches et un argenteus de Valentinien III, et, dans le Calvados, une lance trouvée à Bellengreville, une hache, un javelot, une lance, cinq flèches et une monnaie en argent «quinaire» d’Arcadius dans une sépulture mise au jour fortuitement à Bayeux «Pierre Solain»11, 11. La tombe a été découverte en octobre 1849 et non publiée. Le mobilier, déposé au Musée Baron Gérard à Bayeux, a été « redécouvert » par le conservateur de ce musée, Antoine Verney, qui m’a demandé de faire l’étude du matériel. Il est daté par la monnaie en argent d’Arcadius qui donne un terminus a quo. Malheureusement cette monnaie est perdue et on ignore donc son poids et l’origine de sa frappe. La hache, type C de Böhme, a une hauteur de 13 cm pour un tranchant de 6,5 cm de long. Le javelot (L. subsistante 17,3 cm) a une douille fermée ; la lance (L. subsistante 16 cm) a une flamme losangée et une douille ouverte. Les cinq pointes de flèches sont incomplètes : une a deux crochets et les autres une flamme losangée.

137


ESTMA III

dans des fouilles anciennes (1850-1964). Depuis, il faut ajouter deux haches12 recueillies dans les sépultures 276, 425 et trois poignards13 dans les sépultures 314, 331, 344 de Frénouville, une hache14 et deux flèches dans la sépulture 297 de Saint-Martin-de-Fontenay, une hache15, une boucle delphiniforme16, un bassin en étain, un verre tronconique, une cruche et un peigne triangulaire dans la sépulture 955 de Lisieux «Michelet» (Paillard, Alduc-Le Bagousse, 1999), une hache17 dans la sépulture 5 de Rots «La Croix Vaultier», dans le Calvados (inédit). Cette liste de porteurs d’armes pourrait être complétée par l’homme adulte de la sépulture 305 de Saint-Martin-de-Fontenay qui est datée de la deuxième moitié du IVe s. par la topochronologie de cette partie de la nécropole. La tombe de l’homme 305 avait été pillée et il n’a pas été retrouvé de mobilier. Cependant, l’étude anthropologique de l’individu a révélé les stigmates d’un surmenage des adducteurs, extenseurs et rotateurs de la hanche, bien visibles sur les faces postérieures des fémurs, observation qui évoque fortement une pratique cavalière intensive18. Et, pour cette raison, même en l’absence de tout mobilier, l’hypothèse d’une tombe de soldat, un cavalier, est, à mon avis, à retenir. De même, pour le IVe s., la nécropole «Michelet» a livré des individus masculins19 qui présentent de nombreux cas de traumatisme du combattant : séquelles d’évitements (avant-bras fracturés), de combats corps à corps (côtes cassées, cages thoraciques enfoncées). Quelques uns d’entre eux avaient un mobilier venant de Germanie du Nord.

12. Les haches de Frénouville s’apparentent aux types B (s. 425) et C (s. 276) de Böhme. Elles ont une hauteur presqu’identique, 9, 2 cm (s. 276) et 10 cm (s. 425). La différence réside dans la longueur du tranchant qui est de 6 cm en s. 276 et de 4,5 cm en s. 425. Elles sont datées du milieu du IVe s. 13. La taille de ces objets (20 cm en s. 314, 22,5 cm en s. 331, 25 cm en s. 344) permet de les assimiler à des poignards ; ils ont un seul tranchant. Les poignards de ce type sont retrouvés dans les sépultures du IVe s. et de la première moitié du Ve s., de la Rhénanie au nord de l’Espagne (Martin, 1993). La sépulture 331 a aussi livré trois monnaies de Constant I : deux frappées à Trèves entre 337 et 341, une frappée à Lyon entre 346 et 350. 14. La hache (type « Bartaxt », h. 14 cm) de la sépulture 297 de Saint-Martin-de-Fontenay est très proche des exemplaires mis au jour dans la sépulture n° 6 de Vert-La-Gravelle (Marne) ou encore dans la tombe d’un soldat romain de Saint-Rimay (Loir-et-Cher). Pour Böhme, ce matériel date du début du IVe s. L’auteur ajoute aussi que des haches du même type sont encore utilisées dans la seconde moitié du Ve s. La tombe de Saint-Martin-de-Fontenay a été datée dans cette dernière période par la topochronologie du cimetière. Les deux pointes de flèches (h. 12 cm) ont une flamme losangée et une douille ouverte. Le propriétaire de ces armes, un adulte, présentait une fracture du quart inférieur de l’ulna droite bien consolidée (sans déplacement ni angulation). Ce type de blessure caractérise, sans que cela soit systématique, le réflexe de protection du visage face à un coup violent. 15. La hache (hauteur : 11,8 cm) de la sépulture 955 de Lisieux « Michelet » peut être rangée dans le type C de Böhme, tandis que celle (s. 5) de Rots « La Croix Vaultier » (hauteur : 14, 8 cm) illustre le type A proposé par le même auteur. 16. Deux ceinturons à boucle décorée de dauphins affrontés ont été recueillis dans les sépultures 361 et 363 de Frénouville. Une boucle avec le même décor a été trouvée à Lisieux « Centre Hospitalier » pendant la fouille d’une domus proche du mur oriental du castrum (Pilet, in : L’Armée romaine et les Barbares, p. 157, note 8, 1993). 17. Voir ci-dessus la note n°15. 18. Cette pathologie propre aux cavaliers a été établie à partir des observations médicales réalisées sur un échantillon de 85 cavaliers professionnels de l’école militaire du Cadre Noir de Saumur. De même, l’étude anthropologique qui a été faite sur le squelette de la dame de Hochfelden, surtout connue par la richesse du mobilier de sa tombe, a mis en évidence une pathologie identique indiquant une pratique quotidienne du cheval (Alduc-Le Bagousse, Blondiaux, Pilet, 1992). 19. La bonne conservation des ossements a permis de réaliser des observations particulièrement claires.

138


L’archéologie funéraire en Basse-Normandie

20. Deux exemplaires comparables ont été recueillis, l’un dans la sépulture 1 de Saint-Vigor-Le-Grand « Pouligny », l’autre pendant des sondages archéologiques à l’emplacement présumé du castrum de Sées. Ces deux ceinturons ont une articulation entre la plaque et la boucle, tandis que celui de Frénouville est coulé d’une seule pièce.

139

Christian Pilet

Les ceinturons Les ceinturons étudiés ont tous des plaques-boucles en bronze à Frénouville, à Rots, à Giberville «Le Martray» (Pilet et al., 1992), à Saint-Vigor-Le-Grand «Pouligny» (Pilet et al., 1993, 1994), à Bayeux «Pierre Solain» (Pilet et al., 1994), sauf celui de Fontenay-Le-Marmion «Saint-Germain-du-Chemin» qui est en or (Pilet et al., 1993, 1994). Parmi les douze ceinturons recueillis à Frénouville, sept ont appartenu à des soldats qui avaient une hache (s. 425), ou des poignards (s. 314, s. 331, s. 344), ou des plaques-boucles typiques du costume militaire (s. 364, s. 452) ou encore un objet très significatif, comme la présence d’une monnaie en or (s. 436). Ainsi, l’individu de cette dernière sépulture (Buchet, Pilet, 1993) avait une plaque-boucle réniforme, mais surtout un solidus et demi à fleur de coin de Constance II frappé à Nicomédie en 327. La seule présence de cette monnaie signale vraisemblablement un vétéran qui a reçu un donativum (Pilet et al. 1993). La plaque-boucle ajourée à boucle, portant un décor animalier décoré au burin de la sépulture 45220 (Hawkes, 1961 ; Oldenstein, 1976) qui était accompagnée d’une monnaie de Gratien frappée entre 378 et 383 à Lyon, comme la plaque-boucle rectangulaire de la sépulture 364 à décor en taille biseautée avec une représentation animalière sur la boucle (têtes de lion ou de léopard ?), sont représentatives du harnachement militaire. Cette dernière peut être rangée dans l’étage I (350-400) de Böhme. Deux plaques-boucles, qui s’apparentent au ceinturon de la sépulture 364 de Frénouville par le décor animalier de la boucle, ont été découvertes récemment à Rots (Calvados) dans les sépultures 115 et 63. La plaque ajourée à décor en hélice de la sépulture 67 de Giberville «Le Martray» (Calvados), même si l’objet est résiduel dans la tombe, a appartenu à un soldat. Les ceinturons de ce type comme ceux qui portent un décor animalier sont fréquemment observés dans les nécropoles frontalières de l’Empire. La plaque-boucle de l’homme 425 de Frénouville qui avait une hache, présente une boucle ovale sans décor et une plaque décorée au burin. Les trois plaques-boucles à boucle ovale sans décor (s. 314, s. 331) ou réniforme (s. 344) et à plaque quadrangulaire sans décor (s. 331) ou décoré au burin (s. 314) ou à plaque arrondie (s. 344) avaient chacune un passe-courroie soit en forme de langue (s. 331) décoré au poinçon, soit en forme de disque (s. 344) décoré au poinçon, soit quadrangulaire (s. 314) décoré au poinçon. Les ceinturons, déposés au pied de l’individu (s. 314), ou en diagonale sur le tibia gauche (s. 331), ou en diagonale du coude gauche au pied droit (s. 344), avaient suspendu un poignard de 20 cm (s. 314), un couteau et un poignard de 22,5 cm (s. 331), un couteau et un poignard de 25 cm (s. 344). Deux ceinturons composés de quatre éléments ont été découverts, l’un dans la nécropole de Saint-Vigor-Le-Grand «Pouligny», l’autre dans celle de Bayeux «Pierre Solain». Le ceinturon de «Pouligny» (s. 1) porte un décor en taille biseautée. Trois plaques, dont l’une est évidée pour l’articulation de l’ardillon (absent) et le passage du cuir, sont rectangulaires et percées de quatre trous ; la quatrième est triangulaire et percée de trois trous. Cette garniture entre dans l’étage II (380-420) de Böhme. Le ceinturon de «Pierre Solain» comporte trois plaques rectangulaires avec chacune une moulure tubulaire sur l’un des côtés avec deux trous en vis à vis sur l’autre côté et un passant dont les extrémités trapézoïdales sont percées de deux trous.


ESTMA III

Tous les éléments sont décorés en taille biseautée et poinçonné au burin. Ce soldat avait une hache, un javelot, une lance, cinq flèches et une monnaie d’Arcadius (voir ci-dessus). La plaque-boucle en or de Fontenay-Le-Marmion «Saint-Germain-du-Chemin» a une plaque ovale (L. 2,6 cm) qui retient un grenat de même forme taillé en cabochon et monté en bâte (1,5 cm x 0,9 cm) et une boucle ovale (2,1 cm x 1,4 cm). L’ardillon droit et massif est débordant et fortement recourbé à son extrémité (L. 1,8 cm). Le contexte de la sépulture est inconnu. On peut seulement estimer que cet élément faisait partie du costume d’apparat d’un militaire de haut rang. Sa présence en Lyonnaise Seconde montre la diffusion et l’influence de la mode orientale qui a été adoptée par l’aristocratie militaire dans les premières décennies du Ve s. Les fibules Les fibules sont cruciformes en bronze et proviennent de la sépulture 557 de Frénouville, de la sépulture 1 de Ouézy (inédit), des sépultures 272 (inhumation) et 2 (crémation) de Saint-Martin-de-Fontenay et du balnéaire de la rue Laitière à Bayeux. Les exemplaires de Frénouville et de Ouézy sont presque semblables par la forme (anse lisse et pied quadrangulaire) et le mécanisme. Deux différences minimes résident dans la taille de chacune qui est plus longue à Ouézy (L. 5, 7 cm) qu’à Frénouville (L. 4, 8 cm), et dans le décor poinçonné de cercles oculés sur la fibule de Frénouville qui n’existe pas sur celle de Ouézy. Les fibules de ce type sont habituellement recueillies dans des sépultures masculines à contexte militaire de la première moitié du Ve s. (Werner, 1958 ; Böhme, 1974). Les deux tombes concernées de Frénouville et de Ouézy ne contenaient pas d’armes. À Ouézy, la fibule était le seul objet de la sépulture tandis qu’à Frénouville le mobilier annexe se composait d’une fibule annulaire en bronze. L’absence d’armes est aussi le contexte archéologique des deux fibules de Saint-Martinde-Fontenay. Celle de l’inhumation 272 appartient au type 4 (350 - 380) de Keller et celle de la crémation 2 au type 6 (400 - 450) de Keller (1971). Un autre exemplaire de Keller 6 a été mis au jour pendant une fouille de sauvetage programmé rue Laitière à Bayeux, à l’intérieur de l’emplacement du castrum, dans la partie sud-ouest de celui-ci qui a livré les vestiges d’un balnéaire (Delacampagne, 1997). Ce genre de fibules peut correspondre aux insignes que l’autorité compétente distribuait aux militaires et aux fonctionnaires. Il est raisonnable de penser que les ceinturons et les fibules mis au jour dans des nécropoles qui bordent le litus saxonicum, ou dans un castrum, ou encore dans des sépultures à armes, appartenaient bien à des militaires ou à des représentants de l’autorité locale. Ce mobilier est uniquement en bronze, parfois étamé ou doré. Il peut alors correspondre à l’équipement des troupes frontalières de la Lyonnaise Seconde. J. Werner (1958), H.W. Böhme (1974, 1986), M. Sommer (1984) pensent que ces ceinturons et ces fibules ont été fabriqués dans des ateliers romains. Le contexte militaire des nécropoles ayant fourni le mobilier qui vient d’être présenté est confirmé par la proximité du castrum de Bayeux pour les sites de Saint-Vigor-Le-Grand «Pouligny» et de Bayeux «Pierre Solain», par celle du castrum de Lisieux pour le site de Lisieux «Michelet»» et par celles des castra de Bénouville (rive gauche de l’embouchure de l’Orne), de Moult et de Cesny-aux-Vignes (rive gauche des méandres de la Dives) pour les sites de Frénouville, Giberville, Rots, Saint-Martin-de-Fontenay, Fontenay-Le-Marmion «SaintGermain-du-Chemin». 140


L’archéologie funéraire en Basse-Normandie

ORIGINE ETHNIQUE DES MILITAIRES ? Peut-on identifier l’origine des individus qui portaient ces insignes du costume militaire (Kazanski, 1995) ? Uniquement des germains (Hoffmann, 1965) engagés comme auxiliaires ? Des soldats gallo-romains comme des soldats d’origine germanique pouvaient porter ce genre de ceinture (Böhme, 1986). C’est ce que nous pensons pour la Lyonnaise Seconde, région bien romanisée et zone frontalière, qui a reçu, dans les garnisons de la côte, des contingents de germains du nord, par exemple des Batavi 21 à Bayeux, que signale la Notitia Dignitatum. Des germains d’origine orientale - la Notitia Dignitatum ne donne pas de renseignements sur cette question pour la Lyonnaise Seconde -, ont aussi participé à la défense du litus saxonicum, comme peut l’indiquer la plaque-boucle en or de Saint-Germain-du-Chemin qui est actuellement le seul témoin de la sépulture d’un officier de haut rang de l’armée romaine. On peut alors rappeler que la riche tombe féminine de Moult («Trésor d’Airan») a livré une parure germanique orientale datée, comme la plaque-boucle de Saint-Germain-du-Chemin, dans les premières décennies du Ve s. Cette femme, sans aucun doute, faisait partie de la famille d’un officier d’origine barbare en charge de la défense de la Lyonnaise Seconde. Il est aussi intéressant de souligner que les différents éléments de la parure constituent un bon exemple de la mode danubienne portée par le milieu aristocratique militaire de ce début du Ve s. : fibules d’origine germanique orientale, plaques-appliques cousues d’origine alano-sarmate, plaque-boucle romaine (Kazanski, 1989, 1996 ; Pilet, 1997). L’origine ethnique de cette femme est donc impossible à identifier. L’analyse anthropologique a permis de distinguer à Frénouville pour la fin du IIIe s. et la première moitié du IVe s. et à Saint-Martin-de-Fontenay pour la seconde moitié du IVe s.-début du Ve s., au moyen de l’analyse multivariée, deux groupes morphologiques principaux. L’un correspond à des individus graciles et de petites tailles et l’autre, à des sujets beaucoup plus robustes et de stature plus élevée. Ces variations peuvent révéler la présence de groupes issus de populations d’origine différente ou n’être que la conséquence d’une évolution interne d’une même population. Mais, quand on sait que les phases chronologiques concernées couvrent seulement deux générations, la seconde hypothèse paraît peu probable, voire incompatible. Les causes de l’installation d’étrangers sur le litus saxonicum trouvent des éléments de réponse dans les données historiques et archéologiques que l’on vient d’évoquer. L’étude globale des deux sites montre que les hommes étaient accompagnés de femmes et d’enfants, qu’il s’agissait bien de communautés complètes et que ces nouveaux habitants semblent s’être intégrés à la population gallo-romaine locale. 21. Leurs femmes, porteuses de fibules en forme de trompette en tôle d’argent, ont été retrouvées à Fécamp (type Oudenburg) et à Fel (type Cortrat) (Böhme, 1974), mais aussi dans la sépulture 4 de Saint-Vigor-le-Grand « Pouligny », type Oudenburg, (Pilet, 1994) ou au « cimetière Saint Floxel » (type non identifiable en raison de l’état fragmentaire de l’objet) dans la sépulture de Lisieux « Michelet », type Cortrat (Paillard, Alduc- Le Bagousse, 1999). La paire de fibules en forme de trompette de la sépulture 4 de Saint-Vigor-le-Grand est accompagnée, comme à Fécamp, par une paire de fibules gauloises à bras renforcés et à pied trapézoïdal.

141

Christian Pilet

Ce n’est donc pas pur hasard si la nécropole de Frénouville a livré un multiple d’or de Constance II, celle de «Pouligny» un solidus de Théodose, celle de Fel un argenteus de Valentinien III (frappé à Trèves c. 443-455), celle de «Pierre Solain» une monnaie d’argent d’Arcadius, ou que deux solidi de Valentinien III ont été découverts dans le castrum de Bayeux.


ESTMA III

L’archéologie funéraire est source de bien d’autres enseignements, par exemple la paléoanthrologie donne des renseignements sur les conditions de vie22, ou l’archéologie permet, parfois, de percevoir la pénétration du christianisme. C’est volontairement que je n’ai pas abordé ces questions. Le problème des migrations-intégrations pendant les IVe-Ve s. me semble être un sujet qu’il fallait traiter tout seul. Ce n’est qu’un début car il reste à préciser l’ampleur quantitative du phénomène. L’archéologue seul ne peut y parvenir, et l’anthropologue non plus. L’identification ethnique des tombes par la seule répartition d’objets orientaux ou de Germanie du Nord reste limitée. Il faut avoir en tête que les notions de peuples ou de groupes culturels correspondent plus à des formations militaires et politiques, à des chefferies qu’à de véritables ethnies. La plupart des objets ont connu une large diffusion en Europe du Nord, du Centre et de l’Est car ils appartenaient, pour les IVe-Ve s., aux aristocraties militaires qui, en vendant leur force de frappe au plus offrant, se déplaçaient, changeaient de camp. Les populations en contact avec ces représentants de l’autorité ont donc imité, au même moment, dans les différentes régions du monde romain, les objets des nouveaux chefs. L’anthropologue, pour sa part, pourra reconnaître l’homogénéité ou l’hétérogénéité des populations, distinguer des groupes à l’intérieur d’une même nécropole, donner des explications, mais c’est la mise en concordance des données biologiques et archéologiques qui permettra de proposer une interprétation possible.

22. Des recherches nouvelles sur le tartre dentaire et l’A.D.N. ancien permettront de mieux connaître les femmes et les hommes que nous avons mis au jour ou que nous découvrirons dans les nécropoles.

142


L’archéologie funéraire en Basse-Normandie

ALDUC-LE BAGOUSSE A., BLONDIAUX J., PILET C., 1992. - La dame de Hochfelden, Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, XXXV, p. 74-90. BÖHME H.W., 1974. - Germanische Grabfunde des 4. bis 5. Jahrhunderts zwischen unterer Elbe und Loire, Münchner Beiträge zur Vor- und Frühgeschichte, 19. ID., 1986. - Bemerkungen zum spätrömischen Militärstil, Zum Problem der Deutung frühmittellatrlicher Bildinhalte, Sigmaringen, p. 25-49. BUCHET L., et PILET C., 1996 - Diversité du peuplement en Gaule du Nord-Ouest, in : L’identité des populations archéologiques, Sophia Antipolis, ed. APDCA, p. 141-166. BUCHET L. et PILET C., 1993. - Le peuplement de la Gaule du Ier au VIIIe s. Orientations actuelles de la recherche, in : Peuplement et échanges IIIe-IXe siècles, Actes du 39e Sachsensymposium, Caen 12-16 septembre 1988, Hildesheim, p. 21-28. DECAËNS J., 1971 . - Un nouveau cimetière du haut Moyen Age en Normandie, Hérouvillette, Calvados, Archéologie Médiévale, I, p. 1-125. DELACAMPAGNE F., 1997. - Les thermes de la rue Laitière à Bayeux (Calvados). Réflexions sur la topographie antique et médiévale d’un quartier de la ville, Revue Archéologique de l’Ouest, 14, p. 125-173. HAWKES S.C., 1961. - Soldiers and Settlers in Britain, Fourth to Fifth Century, Medieval Archaeology, V, p. 1-70. HOFFMANN D., 1969 et 1970. - Das spätrömische Bewegungsheer und die Notitia Dignitatum, Düsseldorf, 2 vol. KAZANSKI M., 1989. - La diffusion de la mode danubienne en Gaule (fin du IVe s.-début du VIe s.) : essai d’interprétation historique, Antiquités Nationales, 21, p. 59-73. ID., 1995. - L’équipement et le matériel militaire au Bas-Empire en Gaule du Nord et de l’Est, Revue du Nord - Archéologie, tome LXXVII, n°313, p. 37-54. ID., 1996. - Les tombes «princières» de l’horizon Untersiebenbrunn, le problème de l’identification ethnique, in : L’identité des populations archéologiques, Sophia Antipolis, ed. APDCA, p. 109-126. KELLER E., 1971. - Die spätrömischen Grabfunde in Südbayern, Münchner Beiträge zur Vorund Frühgeschichte, 14, p. 34 fig. 11, p. 35 fig. 12. LEMIÈRE J., 1984. - Premières fouilles archéologiques sur le site du château de Cherbourg (Manche) : L’occupation du Bas-Empire in, Actes du 105e Congrès des Sociétés Savantes, Caen 1980, Paris 1984. MARTIN M., 1993. - Observations sur l’armement de l’époque mérovingienne précoce, in : L’armée romaine et les barbares du IIIe au VIIe s., Actes du colloque international organisé par le musée des Antiquités nationales et l’URA 880 du CNRS (Saint-Germain-enLaye, 24-28 février 1990), Rouen-Saint-Germain-en-Laye, p. 297-312. OLDENSTEIN J., 1976. - Zur Ausrüstung römischer Auxiliareinheiten, Bericht der RömischGermanischen Kommission, 57, p. 49-284. PAILLARD D. et al., . - Lisieux avant l’An Mil. Essai de reconstitution, Catalogue de l’exposition (25 juin-29 août 1994), Musées de la ville de Lisieux, 136 pages. PAILLARD D., ALDUC-LE BAGOUSSE A., 1998 - Présence militaire et influence germanique en Normandie à la fin du IVe siècle : les témoins familiaux à Lisieux, in : L’Occident Romain et L’Europe Centrale au début de l’époque des Grandes Migrations, Actes du colloque international organisé par le CNRS (CRAM-UMR 6577 et l’ERS 152) et l’Académie des Sciences de la République Tchèque, Brno. (sous presse) 143

Christian Pilet

BIBLIOGRAPHIE


ESTMA III

PILET C.,1980. - La nécropole de Frénouville, BAR, International Series, 83, 3 vol., Oxford. ID., 1997. - Une princesse orientale dans la plaine de Caen, Archéologie de la Mer Noire. La Crimée à l’époque des grandes invasions, IVe - VIIe siècles, Musée de Normandie, p. 915. PILET C., ALDUC-LE BAGOUSSE A., BLONDIAUX J., BUCHET L., PILET-LEMIÈRE J., 1990. - Les nécropoles de Giberville, Archéologie Médiévale, XX, p. 1-140. PILET C., BUCHET L., PILET-LEMIÈRE J., 1993. - L’apport de l’archéologie funéraire à l’étude de la présence militaire sur le limes saxon le long des côtes de l’actuelle Basse-Normandie, in : L’armée romaine et les barbares du IIIe au VIIe s., Actes du colloque international organisé par le musée des Antiquités nationales et l’URA 880 du CNRS (Saint-Germain-enLaye, 24-28 février 1990), Rouen-Saint-Germain-en-Laye, p. 157-173. PILET et al., 1994. - La nécropole de Saint-Martin-de-Fontenay. Recherches sur le peuplement de la plaine de Caen du Ve s. avant J.- C. au VIIe s. après J.- C., 54e supplément à Gallia, 550 pages. SCHULZE-DÖRRLAMM M., 1986. - Romanisch oder germanisch ? Untersuchungen zu den Armbrust-und Bügelknopffibeln des 5. und 6. Jahrhunderts n. Chr. aus den Gebieten westlich des Rheins und südlich der Donau, JRGZM, 33, 2, p. 593-720. WERNER J., 1958. - Kriegergräber aus der ersten Hälfte des 5. Jahrhunderts zwischen Schelde und Weser, BJ, 158, p. 372-413.

144


Aux origines des paroisses Jean-François Reynaud

e terme de paroisse est ambigu, car il ne prend son sens moderne qu’au XIe-XIIe siècle mais la querelle entre les historiens et les archéologues paraît maintenant dépassée. En effet, la recherche historique et archéologique a beaucoup avancé ces dernières années : on connaît mieux maintenant les églises baptismales et les églises des proto-villages carolingiens et de nouvelles synthèses permettent de mieux comprendre le fonctionnement de la cura animorum ou l’évolution du cimetière. Il semble bien qu’il y ait assez tôt une « réalité paroissiale », terme utilisé par Joseph Avril1. Pour définir la paroisse et la cura animorum, le meilleur support est la lettre d’Amolon de Lyon à Thibaud de Langres (PL 116, 82) (vers 853)2 « Que chacun vive tranquille dans les paroisses et les églises auxquelles il est attaché, où il reçoit le baptême sacré, où il reçoit le corps et le sang du Seigneur, où il a l’habitude d’entendre les solemnités de la messe, où il reçoit du prêtre la pénitence pour ses crimes, la visite dans la maladie, la sépulture dans la mort, où on lui demande d’offrir aussi la dîme et les prémices, où il se réjouira de voir ses fils initiés à la grâce du baptême, où il entend régulièrement le Verbe du seigneur ». Il faut donc un prêtre, une église et un cimetière, des fidèles ou peut-être même une communauté paroissiale, un patrimoine avant que se constitue un territoire bien délimité3. Nous prendrons ces termes les uns après les autres en y ajoutant le rapport avec l’habitat, mais cette réalité évolue avec le temps, avec un décalage entre les faits et les textes qui ne traduisent qu’avec retard l’évolution des pratiques. Ainsi selon une tradition bien établie, nous distinguerons trois époques : le IVe - VI siècle qui pose le problème de la christianisation des campagnes et de son éventuel retard par rapport à la ville, le VIIe - VIIIe marqué par la nécessaire rechristianisation de nombreuses régions et par le regroupement des tombes autour de

L

1. AVRIL J., « La « paroisse » dans la France de l’an Mil », dans Le roi de France et son royaume autour de l’an mil, Picard, 1992, p. 203. 2. Cité par C. TREFFORT, Genèse du cimetière chrétien, Lyon, 1994, A, thèse dactylographiée, p. 560. 3. COLARDELLE M., « Les paroisses rurales », dans Naissance des Arts chrétiens, Paris, 1991, p. 122-134. PÉRIN P. et REYNAUD J-F., « Les premières églises et les origines de la paroisse dans les campagnes », dans Archéologie de la France. 30 ans de découvertes, Paris, 1989, p. 380-385.

145


ESTMA III

l’église et le IXe - Xe, période où les églises rurales s’implantent sur la quasi totalité du terroir et se partagent le territoire, ensuite de quoi la paroisse apparaît plus clairement. Nous laisserons de côté, sans les ignorer complétement, les études de vocables ou encore les modellisations pour nous contenter des données de l’archéologie éclairées par les textes. DU IVe AU VIe SIÈCLE : LES ÉGLISES BAPTISMALES À cette époque, les points d’ancrage de la communauté sont plutôt le prêtre et l’église dotée d’un baptistère, dont il faudra examiner l’intégration dans un cadre historique encore très marqué par l’influence romaine. - Un prêtre : Dès le IVe - Ve siècle, des prêtres sont détachés par l’évêque dans les campagnes pour la cura animorum. Progressivement, l’évêque leur délègue le pouvoir de baptiser, de prêcher et de distribuer les sacrements. - L’église : L’église est une création de l’évêque qui procède à sa consécration. Suivant l’exemple urbain, l’accent est mis sur les fonctions baptismales et sur la construction d’un édifice spécialisé, d’où le nom d’église baptismale. Le baptistère est en général installé dans une annexe, soit latérale comme à Loupian, ou Civaux ou encore Vandœuvres dans la canton de Genève, soit dans l’axe de l’église, à l’ouest comme à Saint-Maximin, Draguignan, Le Brusc4. Le cas de Meysse, où la cuve est située dans l’abside est un peu particulier5. L’édifice peut être autonome et plus important comme à Port-Bail, à L’Isle-Jourdain où il se rapproche des exemples urbains; à ViuzFaverges (Haute-Savoie), le baptistère, n’a pas été trouvé, mais logiquement une église baptismale a été supposé, ce qui est logique dans le cas d’un vicus6. On remarquera la prépondérance des églises baptismales du midi de la Gaule : ces édifices sont assez anciens (Ve-VIe siècle) et correspondent à la grande période du baptême par immersion. On peut penser donc que la christianisation y a été plus précoce et plus profonde, alors que l’installation des Francs dans le nord a nécessité une véritable rechristianisation. On peut même supposer la reproduction du modèle urbain dans les vici ou les castra où l’on devrait pouvoir trouver une église baptismale associée à une ou plusieurs églises funéraires: c’est le modèle qui est possible au castrum d’Anse (Rhône), où l’on connaît une église funéraire extra-muros et une chapelle intra-muros ou encore à Aime (Savoie), Brive, Thiers, Chinon7. 4. DUVAL N. (dir), Les premiers monuments chrétiens de la France, Paris, I, 1995, voir « Loupian, Draguignan, Le Brusc », p. 47, 151-154, 100-102. BOISSAVIT-CAMUS B., PAPINOT J-C, POUTREAU J-P., Civaux, des origines au Moyen Âge, Chauvigny, 1990. TERRIER J., HADDIMANN M-A., WIBLE F., « La villa gallo-romaine de Vandœuvres (GE) au Bas-Empire », Archéologie suisse, 16, 1993. 1., p. 25-34. 5. REYNAUD J-F., « Le baptistère de Meysse », BSNAF, 1989, p. 103-118. 6. COLARDELLE R., Les premières églises de Viuz à Faverges (Haute-Savoie). Contribution à l’étude des paroisses alpines, Grenoble, 1982. BOÜARD M. de, PIGEAT G., « Nouvelles fouilles autour du baptistère de Port-Bail », Annales de Normandie, XVII, 1967, p. 337-350. CAZES J-P. dir., L’Isle-Jourdain « La Gravette » (Gers). Document final de synthèse de sauvetage urgent 01/01/9431/05/94, Service régional de l’archéologie de Midi-Pyrénées, 1997, 2 vol. 7. FEUILLET M-P et GUILHOT J-O., Anse, château des Tours, Valbonne, Sophia-Antipolis, 1985, p. 26, où l’on connaît une église funéraire extra-muros et une chapelle intra-muros ou encore à Aime (Savoie), voir aussi Brive, Thiers, Chinon.

146


Aux origines des paroisses

8. BUJARD J., « L’église du Grand Saconnex », Genava 38, 1990, p. 29-80. 9. Conc. galliae, ed. C. De Clercq, Corpus christianorum, 148, p. 202. 10. VIOLANTE C., « Strutture della cura d’anime nelle campagne », dans Settimane di Studio del Centro Italiano di Studi sull’Alto Medioevo, XVIII, Spolète, 1982, II, p. 1005. 11. AUBRUN M., La paroisse en France, Paris, 1986, p. 22. 12. COLARDELLE M., « Les paroisses rurales », dans DUVAL N., dir., Naissance des arts chrétiens, Paris, 1991, p. 123. 13. CAZES J-P., L’Isle Jourdain, op-cit. 14. TERRIER J., HADDIMANN M-A., WIBLE F., « La villa gallo-romaine de Vandœuvres (GE) au Bas-Empire », op-cit.

147

Jean-François Reynaud

- Les fondations privées Il faut distinguer les fondations épiscopales et les fondations privées : lieux de cultes privés ou chapelles desservies par un chapelain. Ces chapelles sont souvent associées au tombeau familial; elles ne possèdent pas de baptistère, par exemple Saint-Hippolyte du Grand Saconnex8, elles sont le plus souvent construites sur une villa. et le concile d’Agde de 506 qui autorise la célébration de la messe dans des églises privées, exige des fidèles qu’ils assistent à l’église paroissiale aux principales fêtes9. Dans certains cas pourtant et dès l’origine, ces fondations privées sont proches des fondations épiscopales et sont pourvues d’un baptistère, car elles sont l’œuvre d’un grand personnage, par exemple de l’évêque d’Antibes sur ses terres du Brusc, ou encore Paulin qui dans sa lettre à Sulpice-Sévère décrit l’installation d’un ensemble de trois lieux de culte dont un baptistère à Primuliacum ou enfin le pape Grégoire le Grand qui construit en Corse à Nigenno « basilicam cum baptistero » pour promouvoir la conversion de l’île ; il demande à l’évêque d’Aleria de procéder à la consécration10. - Le patrimoine On manque presque totalement d’information sur ce sujet et pour cette période. Le prêtre dépend de l’évêque qui lui attribue un stipendium - salaire en nature -11 (Aubrun 22). Les dons de grands propriétaires sont sans doute les plus fréquents. Dès 494, le pape Gélase fixe les règles d’utilisation de la dîme, mais celle-ci n’est sans doute pas encore généralisée. - Le cimetière Le cimetière chrétien n’existe pas encore et les tombes qui sont restées familiales sont associées aussi bien aux chapelles qu’aux églises. Dans tous les cas, des tombes sont contemporaines de l’église: sarcophages comme à Civaux ou à L’Isle-Jourdain, coffres de tegulae à Meysse ou au Brusc. Ces tombes sont situées autour du chevet de l’église à Meysse et Civaux, dans l’église à L’Isle-Jourdain. Force est donc de constater ce lien précoce entre églises baptismales et sépultures: les défunts souhaitent une inhumation près de l’église, lieu consacré ou même dans l’édifice. À côté de ces exemples, existent bien sûr de nombreux cimetières en plein champ où, en tout cas dans le nord, peuvent se cotoyer chrétiens et païens (Hordain, Bulles). - Le cadre régional Assez logiquement, on suppose que les prêtres sont d’abord envoyés dans les agglomérations secondaires ou vici et dans les castra. Il suffit de lire Grégoire de Tours pour avoir des renseignements précis sur les presbyteri vicani et sur l’action de l’évêque Martin de Tours et ses créations, ses successeurs Brice avec cinq créations (397-444), Eustochius quatre (444-461) et cinq encore sous Perpétuus (461-491), soit vingt en un peu plus d’un siècle12. Le cas de l’IsleJourdain fournit un bon exemple documenté par l’archéologie : le lieu de culte s’installe à la périphérie du vicus13. Quant aux chapelles, elles s’installent dans les villae comme Vandœuvres14. En Normandie (Musset, 1949, 9), certains ont cru voir dans la présence de territoires parois-


ESTMA III

siaux de grande taille comme à Epone, à Grand-Andely, à Massy, la trace de la constitution précoce de « paroisses », mais la méthode régressive peut paraître dangereuse15. À la même époque, le diocèse d’Auxerre compte une vingtaine d’églises et Gabriel Fournier arrive au même résultat pour le diocèse de Clermont ; en Limousin, dix-huit églises sont évoquées par Michel Aubrun16. Ces chiffres ne sont valables qu’à titre indicatif car il s’agit d’estimations souvent fondées sur la méthode régressive ou sur l’étude des vocables. Ce type de situation où, dans chaque diocèse, on arriverait assez vite à une trentaine de sites, n’est pas aberrant, il correspond très exactement à ce qui se passe dans les autres pays méridionaux. La quasi absence de ceux-ci dans le nord de la Gaule ou en Angletrerre peut s’expliquer par une première christianisation plus tardive qui coïncide presque avec l’arrivée plus massive des barbares. - Le territoire Plus difficile encore, faute de documents, est la question d’un éventuel ressort paroissial. Pour la plupart des historiens, on ne peut parler de territoire, pourtant certains textes sont suggestifs. Dans le cas du diocèse de Tours, les premières créations se font, nous l’avons vu, dans les vici et à la périphérie - et comme pour les cités, les limites antiques sont peut-être reprises , les créations suivantes semblent destinées à combler les vides ce qui suggère une organisation cohérente et la superposition du territoire du pagus et de la grande paroisse qui donnerait ensuite naissance à l’archiprêtré ou au doyenné17. La notion de territoire reste pourtant difficile à admettre dans les faits : en effet les agglomérations secondaires - structures devenues obsolètes - ont bien du mal à se maintenir. Ainsi, à Vieux en Normandie, l’on assiste à une progressive ruralisation de l’ancien vicus ; une christianisation précoce est toutefois attestée par des épitaphes trouvée non pas in situ, mais dans les limites de l’agglomération antique18. - L’habitat À cette époque, on assisterait à un émiettement et à des déplacements de l’habitat. En Vaunage, l’exemple de la commune de Calvisson est assez significatif19. La bourgade galloromaine était entourée d’une auréole d’établissements dépendants et de villae sur les marges du territoire. Les IIe et IIIe siècles correspondent à des périodes d’étiage et de désertion des sites mineurs. Au IVe siècle, apparaissent vingt-cinq sites nouveaux, de dimensions moyennes, habitat sous forme de hameaux ou de « fermes ». Les pôles majeurs du peuplement tardo-antique sont les sites de Razy, Sinsans, Bizac et Saint-Martin, où la presence d’une église est attestée sur chacun d’eux au moins à l’époque carolingienne. Dans cette région, un « dynamisme centrifuge favorise l’émergence de pôles nouveaux aux marges du territoire »20 ; le lieu de culte peut suivre l’habitat. 15. BOURGEOIS L., « Agglomérations secondaires antiques et noyaux urbains du haut Moyen Âge dans l’ouest parisien », dans L’habitat rural du haut Moyen Âge (France, Pays-Bas, Danemark et Grande-Bretagne), Actes des XIVe journées internationales d’Archéologie mérovingienne, Guiry-en-Vexin et Paris, 4-8 février 1993, Condésur-Noireau, 1995, p. 81-102 et plan des paroisses p. 97. 16. FOURNIER G., Le peuplement rural de la Basse-Auvergne pendant le haut Moyen Âge, Paris, 1962. AUBRUN M., La paroisse en France, Paris, 1986, p. 19. 17. COLARDELLE M., « Les paroisses rurales », op-cit, p. 127. 18. COUANON P. et FORFAIT N., « Le site des Gaudines à Vieux (Calvados). Habitats du haut Moyen Âge (VIe-Xe s.) », dans Habitat, op-cit, p. 159-166 et plan p. 160. 19. FAVORY F., RAYNAUD Cl., Vaunage, Vidourlenque et Vistrenque. Programme de prospection-inventaire (1994-1998), I. Commune de Calvisson. Rapport de prospection systématique, 1994, plan et fig. 18. 20. FAVORY F., RAYNAUD Cl., Vaunage, op-cit, p. 34.

148


Aux origines des paroisses

Les prêtres sont donc chargés de l’évangélisation sur d’assez vastes secteurs qui, dans certains cas auraient pu être calqués sur ceux des vici ou chef-lieux d’ager, et qui dans d’autres cas, n’auraient pas été définis avec précision ; des monographies de terroir sont encore nécessaire pour répondre à cette question. La densité des églises est encore faible mais elle va en s’accroissant. La multiplication des fouilles exhaustives dans les églises rurales - encore très rares actuellement - montrera sans doute que les églises dotées d’un prêtre et d’une cuve baptismale étaient plus nombreuses qu’on ne le pense dès le V-VIe siècle. DE LA FIN DU VIe AU VIIIe SIÈCLE : ÉGLISE, CIMETIÈRE, HABITAT Cette période est marquée par la nécessaire rechristianisation de nombreuses régions, par le regroupement des tombes autour de l’église et par la généralisation du baptême des enfants. La christianisation des campagnes, en particulier dans le nord, est menée sous l’impulsion des moines irlandais. L’Église doit s’adapter aux grands changements qui touchent les campagnes, aux transformations économiques et sociales comme la constitution de nouvelles unités agricoles dues au regroupement partiel des populations rurales ; ce regroupement a pu être favorisé par des progrès démographiques au VIe et VIIe siècle. On note aussi un effort pour doter les églises d’un patrimoine et de revenus fixes. On remarque enfin toujours la même différence entre la France du nord où les pratiques funéraires présentent une évolution tardive, sous l’influence des villes, comme l’adoption des sarcophages, alors que dans le sud de la France, les traditions funéraires « chrétiennes » atteignaient plus tôt une majorité de la population. - Le prêtre Ses fonctions sont mieux définies, mais le droit de baptiser est peut-être réservé aux prêtres des anciennes églises baptismales24. Le nombre des prêtres augmente à l’époque mérovingienne en relation directe avec le nombre des églises. - L’église Le baptistère comme édifice autonome tend à disparaître. Sans doute à la suite de la généralisation du baptême des enfants qui a lieu assez tôt si l’on en croit les textes ; la liturgie baptismale se transforme aussi et ne nécessite plus que des fonts baptismaux dont la trace est difficile 21. VAN OSSEL P., « L’Antiquité tardive (IVe-Ve s.) dans l’Île-de-France : acquis et incercertitudes », dans Habitat, op-cit, p. 63-79. BOURGEOIS L., « Agglomérations secondaires antiques et noyaux urbains du haut Moyen Âge dans l’ouest parisien », dans Habitat, op-cit, p. 81-102 et plan des paroisses. 22. BOURGEOIS L., « Agglomérations secondaires », op-cit, p. 100. 23. BARRATEAU A.-C, « Le peuplement de l’Essonne au haut Moyen Âge », dans L’Île-de-France de Clovis à Hughes Capet, Condé-sur-Noireau, 1993, p. 176. 24. AUBRUN M., La paroisse en France, op-cit, p. 35.

149

Jean-François Reynaud

En Ile-de-France, Luc Bourgeois insiste sur la continuité en décrivant des déplacements de la population à Pontoise, Lyons-la-Forêt ou Les Mureaux, Poissy, Le Grand-Andely, Mantes-la-Jolie, Houdan mais sur un même terroir21. La présence de lieux de culte aurait sans doute contribué au maintien de certaines agglomérations ou habitats groupés « conservatoire de la hiérarchie des habitats antérieurs à l’époque carolingienne »22. Dans d’autres cas, comme dans l’Essonne où les plateaux sont abandonnés, on constate un certain dépeuplement23.


ESTMA III

à retrouver. On le voit à l’Isle-Jourdain où le baptistère laisse la place à une église à double abside25. La messe dominicale tend à devenir obligatoire. Les fondations privées sont toujours aussi nombreuses d’où une difficulté accrue pour reconnaître les églises dotées de la cura animorum, par exemple celle de Mondeville pourtant installée -mais peut-être tardivement- dans un ancien vicus, s’agit-il seulement d’un oratoire, succursale d’une plus grande église voisine ou d’une église à part entière ? Claude Lorren a plutôt opté pour l’église26 ; la présence du cimetière est censée faire la différence mais les chapelles privées sont également pourvues de tombes. Dans le canton de Genève, la majorité des lieux de culte semble appartenir à des fondations privées sur d’anciennes villae27. D’autres sites posent des problèmes d’identification. À Larina, une église funéraire et un cimetière sont associés à un habitat assez important pour que l’on puisse parler de proto-village plus que d’habitat aristocratique, l’ensemble du site disparaît à l’époque carolingienne, ce qui supposerait une fondation privée, mais une église épiscopale peut aussi être abandonnée après déplacement de la population28. Ainsi à Coupvray (Seine-et-Marne), site dont les origines remontent à la fin VIe - début VIIe siècle, regroupant quelques unités d’habitation et doté d’une église, la nécropole et l’église sont abandonnées dès le début du IXe siècle29. De même, en Île-de-France, à Serris30 le lieu de culte -fondation privée ou église paroissiale-est entouré de tombes aristocratiques (grandes plaques boucles damasquinées) et il semble disparaître en même temps que ces tombes au cours du VIIe VIIIe siècle, de plus la nécropole et son lieu de culte sont à une certaine distance de la résidence aristocratique, qui possède sa propre nécropole, ce qui suggère une dualité de l’habitat. - Le cimetière Le grand changement vient du cimetière qui se rapproche de l’église. Les motivations sont simples, la christianisation des populations rurales accentue le mouvement déjà lancé de recherche de la protection de l’Église par l’implantation de la tombe à proximité du lieu de culte et des prières des fidèles. Le phénomène est précoce dans le Midi où à Lunel-Viel le cimetière entoure l’église dès la fin du VIe siècle31. De nombreux édifices, trouvés en fouilles, combinent lieu de culte et inhumation comme à Saint-Julien-en-Genevois, à Louvres32 : en principe, et par exemple dans les deux premiers 25. CAZES J-P., L’Isle Jourdain, op-cit. 26. LORREN Cl., « Le village de Saint-Martin de Mondeville, de l’Antiquité au haut Moyen Âge », dans La Neustrie. Les pays de la Loire, de Dagobert à Charles le Chauve (VIIe-IXe siècles), Rouen, 1985, p. 350-361. LORREN Cl., « L’église de Saint-Martin de Mondeville (Calvados). Quelques questions », dans Mélanges d’archéologie et d’histoire médiévale en l’honneur du doyen Michel de Boüard, Paris, 1982, p. 261-276. 27. BONNET C., « Les églises rurales de la région de Genève : origines, développement architectural et environnement », dans L’environnement des églises et la topographie religieuse des campagnes médiévales, Actes du IIIe congrès d’archéologie médiévale (Aix-en-Provence, 28-30 septembre 1989), Paris, 1994 (DAF), 46, p. 22-26. 28. PORTES P., « Hières-sur-Amby (Isère), camp de Larina », Archéologie médiévale, XXI, 1991, p. 387. 29. MERCIER C. et RAYNAUD C, « L’habitat rural en Gaule méditerranéenne aux VIe-VIIe s. Approche régionale et étude de cas », dans Habitat, op-cit, p. 196. SPELLER A., « Coupvray “Les Regards” (Seine-et-Marne) », dans L’Île-de-France de Clovis à Hugues Capet, op-cit, p. 207-208. 30. FOUCRAY B et. GENTILI F, « Le village du haut Moyen Âge de Serris (Seine-et-Marne), lieu-dit “Les Ruelles” (VIIeXe siècle) », dans Habitat, p. 139-143, plan, p. 140-142. 31. RAYNAUD C., Le village gallo-romain et médiéval de Lunel-Viel (Hérault), Paris, 1990, p. 282-288. 32. HUET C., « Les tombes aristocratiques de Louvres (Val-d’Oise) », dans L’Île-de-France de Clovis à Hugues Capet, op-cit, p. 225-226.

150


Aux origines des paroisses

33. GIRAUD G., « Paulnay (Indre) », Archéologie médiévale, XIX, 1989, p. 361-362. CORROCHER J., et JAFFRELOT M., « Creuzier-le-Vieux (Allier) », Archéologie médiévale, XVII, 1987, p. 267-268. BOISSAVIT-CAMUS B., « Cognac (Charente). Saint-Martin », Archéologie médiévale, XVIII, 1988, p. 378-379. 34. HERNANDEZ F. et VAIREAUX F., « Le Val des Nymphes et le prieuré Notre-Dame (nouvelle approche archéologique et historique). La Garde Adhémar », dans Saint-Philibert de Tournus. Actes du Centre International d’Etudes Romanes. Tournus, Juin 1994, 1995, p. 555-584. 35. PILET C., « Les premières églises rurales », Les dossiers d’Archéologie, 144, Janvier 1990, p. 42-45. 36. SIRAT J., « Le cimetière mérovingien de la Nourotte à Guiry-en-Vexin (Val-d’Oise) », Bulletin archéologique du Vexin français, 9, 1973, p. 83-100. 37. CATTEDU I., « L’habitat mérovingien de Genlis (Côte-d’Or) », dans Habitat, op-cit, p. 185-192. 38. LORREN Cl., « Le village de Saint-Martin de Mondeville, de l’Antiquité au haut Moyen Âge », dans La Neustrie. Les pays de la Loire, de Dagobert à Charles le Chauve (VIIe-IXe siècles), Rouen, 1985, p. 350-361. 39. GIRAUD G., « Paulnay (Indre) », Archéologie médiévale, XIX, 1989, p. 361-362. CORROCHER J., et JAFFRELOT M., « Creuzier-le-Vieux (Allier) », Archéologie médiévale, XVII, 1987, p. 267-268. BOISSAVIT-CAMUS B., « Cognac (Charente). Saint-Martin », Archéologie médiévale, XVIII, 1988, p.378-379. 40. COLARDELLE M et R., « Saint-Julien-en-Genevois, chapelle Saint-Martin », dans Les premiers monuments de la France, 1 Sud-est et Corse, Paris, 1995, p. 301-304. 41. voir la note 36

151

Jean-François Reynaud

cas, il s’agit plutôt d’une chapelle et d’une fondation privée associée à des tombes familiales, et l’on sait que la présence de quelques familles donnent vite des centaines de tombes; à Paulnay ou Creuzier le Vieux, à Cognac (cimetière du VIIe siècle et bâtiment de 19 m de long), le lieu de culte associé à des tombes peut se comprendre comme une église, puisqu’il s’agit de vici33. Au Val-des-Nymphes, une église antérieure au VIIIe siècle est associée à une nécropole et à un habitat34. De même, on constate au cours du VIIe siècle, un abandon des cimetières en plein champ dans le nord de la Gaule, phénomène bien étudié en Normandie, et en Île-de-France un regroupement près des églises qui deviendront souvent le centre de nos villages. En Normandie, à Saint-Martin de Caen, Saint-Germain-de-Querqueville ou Saint-Martin-de-Boscherville35 ; en Île-de-France et à Guiry-en-Vexin, du Ve au VIe siècle, on inhume hors du village actuel (« La Nourotte »)36 puis dès la fin du VIIe siècle, on enterre ad sanctos. Mais ce phénomène de regroupement en est encore à ses débuts et à Dassargues, des tombes « familiales » sont encore installées au VIe siècle à une trentaine de mètres de la ferme. On trouve encore des tombes familiales à Genlis en limite de l’emprise de l’habitat au VIIe siècle37 ; l’inhumation dans le cimetière chrétien n’est donc pas encore partout la règle. L’église de Mondeville38 est installée - mais peut-être tardivement - dans un ancien vicus, s’agit-il d’une église à part entière et dès l’origine comme on le pense traditionnellement ? On pourrait aussi mais sans véritables arguments supposer d’abord un oratoire, succursale d’une plus grande église voisine, puis, seulement dans un deuxième temps, une église ; à Paulnay ou Creuzier-le-Vieux, Cognac, le lieu de culte associé à des tombes peut aussi se comprendre comme une église, dans le cadre d’anciens vici.39 - le deuxième exemple est plus clair apparemment : à Saint-Julien-en-Genevois40, il s’agit plutôt d’une chapelle et d’une fondation privée associée à des tombes familiales, et l’on sait que la présence de quelques familles donne vite des centaines de tombes. - L’habitat La localisation des lieux de culte aurait tendance à suivre les transformations économiques et sociales : ainsi de nouvelles unités agricoles se constituent autour de la maison du maître comme dans la plupart des sites d’Île-de-France ou par regroupement de quelques familles comme à Genlis (Côte-d’Or)41. Le regroupement partiel des populations rurales peut être


ESTMA III

favorisé par des progrès démographiques au VIe et VIIe siècle dont on peut citer quelques exemples comme l’installation de cabanes excavées et d’une ferme à Dassargues (Hérault) au VIe siècle, comme le défrichement de la forêt d’Argenson dans la vallée de la Couture (DeuxSèvres) dès le VIIe siècle42 ; de même, une reprise des créations d’habitat se dessine dès le VIe siècle en Île-de-France43 et le début des proto-villages de Portejoie, Poigny et de Saleux semble se situer au VIIe siècle : ces exemples méritent tout particulièrement notre attention, car il s’agit de sites que l’on pourra suivre pendant plusieurs siècles. À Saleux (Somme), le village fondé ex nihilo comprend, dès la fin du VIIe siècle, une église et son cimetière44. Poigny (Poigny, habitat rural du haut Moyen Âge). L’église (VIe-Xe siècle), la nécropole (VIIIe-Xe siècle), habitat (implantation à partir du IXe siècle, éléments résiduels)45 ; à Portejoie, une église en bois et un cimetière sont attestés dès le VIIe - VIIIe siècle46. - Le patrimoine Deux éléments sont à prendre en compte : la dîme que l’Église essaye de généraliser47, la dotation foncière et donc le manse dont on peut penser qu’il est toujours le résultat de la générosité d’un grand propriétaire. - les vocables L’étude des vocables est à manier avec précaution. En ces années où le culte de Martin est à l’honneur et puisque nous sommes en Normandie, rappelons que Christian Pilet a tenté la comparaison entre la carte des vocables Saint-Martin ou Saint-Germain et celle des vestiges archéologiques et a constaté que les inhumations en sarcophage dans les édifices connus du VIIe siècle, à Caen, à Saint-Germain de Périers-sur-le-Dan, à Mondeville correspondait bien à des vocables anciens comme Martin ou Germain48. - La communauté des fidèles Elle reste mal connue. Peut-être est-elle en gestation, en liaison directe avec l’obligation de la messe dominicale et le paiement de la dîme et le rapprochement des habitants et de l’église en serait le signe; elle peut aussi être perturbée par la situation dominante du grand propriétaire. - Le territoire La multiplication des églises rend les fidèles plus proches du lieu de culte, la perception de la dîme attache le fidèle à une église, la mort rapproche le défunt du lieu de culte. Le ressort pourrait être fixé en fonction d’organismes ruraux existants. De 650 à 750, les églises rurales ont donc tendance à se multiplier, en se rapprochant des habitants, en particulier de l’habitat intercalaire en plein renouveau à partir du VIe siècle. On les reconnait à leur cimetière, mais là encore la différence avec la chapelle privée est difficile à établir. La présence de l’église, du cimetière tend en retour à stabiliser la population.

42. MERCIER C., RAYNAUD C., « Habitat rural en Gaule méridionale », dans Habitat, op-cit, p. 202-203. 43. BOURGEOIS L., « L’occupation du sol au premier millénaire entre Mauldre et Vaucouleurs (Yvelines) », dans L’Île-deFrance de Clovis à Hugues Capet, op-cit, p. 174. 44. Pour Saleux, voir le plan dans BAYARD D., « Les habitats du haut Moyen Âge en Picardie », dans Habitat, op-cit, p. 61. 45. ROISEUX J., « Poigny, habitat rural du haut Moyen Âge : l’église (VIe-Xe siècle), la nécropole (VIIIe-Xe siècle), l’habitat (implantation à partir du IXe siècle, éléments résiduels) », dans Habitat, op-cit, p. 135-138. 46. CARRÉ F. et GUILLON M., « Habitat et nécropole de Portejoie : le site de Tournedos/Val-de-Reuil (Eure), (VII-XIV siècle) », dans Habitat, op-cit, p. 145-158. 47. Concile de Mâcon en 585, voir Maasen, p. 167 et capitulaires de Pépin en 765. 48. PILET C., « Les premières églises rurales », op-cit, p. 42.

152


Aux origines des paroisses

La période est mieux connue grâce aux nombreuses chartes et à quelques fouilles d’habitat très spectaculaires. L’évolution ébauchée au cours des siècles précedents va se préciser à l’époque carolingienne par le souci d’établir une société chrétienne et par une main-mise plus efficace de l’Église sur les fidèles, malgré la concurrence de l’aristocratie. Le rôle de certains monastères et de leurs cellae devient aussi prépondérant. Les constructions d’églises se multiplient en milieu rural et dans les premiers noyaux pré-urbains. - La communauté des fidèles Elle se constitue vraiment à cette époque. La prise de conscience des habitants fut favorisée par le serment de fidélité prêté entre les mains du comte, par les membres du clergé avec leurs fidèles. Ceux-ci peuvent exprimer un vœu collectif en demandant à l’évêque la création d’un nouveau lieu de culte. - Le prêtre Il est à la tête d’une communauté dont il était en général issu et où il avait été formé par son prédecesseur. Il est désigné par le patron laïc et ordonné par l’évêque. Il est responsable non pas d’un territoire mais d’une église et de ses fidèles. Pour ceux-ci la messe dominicale devient une obligation de même que la dîme et les dons à l’occasion des décès deviennent une pratique courante. Le rôle du prêtre devient déterminant dans le salut des fidèles ; fait confirmé par les fouilles où le prêtre est distingué dans la mort par la présence d’un calice et d’une patène comme à Satigny et à Saint-Rambert-sur-Loire49. - L’église Ecclesiae majores, ecclesia matrix ou tituli minores. Quelles différences de fonction recouvre ces termes ? Le concile de Meaux de 815 réserve les baptêmes aux églises de vici et aux églises baptismales. Certes ce canon reprend des dispositions anciennes50, et de fait le concile de Chalon-sur-Saône reconnaît en 813 que les enfants sont baptisés là où les familles entendent la messe tout au long de l’année51 c’est-à-dire dans toutes les églises « paroissiales » mais en Provence et en Italie (pieves), les églises baptismales ont mieux réussi à maintenir leurs prérogatives. Les constructions d’églises se multiplient dans tout l’Empire. Prenons quelques exemples dans le midi : dans la Vaunage où l’église de Dassargues dépendant de la villa Adacianacus est citée en 788 dans le cartulaire de Psalmodi, où celle de Saint-Sébastien-de-Maroiol entre 829 et 840 dans le cartulaire d’Aniane52. Prenons comme exemple le site de Saint-Sébastiende-Mariol près d’Aniane qui accueille au début du IXe siècle une église et un cimetière qui s’intègre(nt) dans un nouveau réseau d’habitat dispersé stimulé par le dynamisme de l’abbaye voisine. Ces constructions sont le fait des évêques et des grands propriétaires mais le rôle des abbayes est bien connu dans la région de Reims sur vingt-cinq églises et quatre chapelles treize sont monastiques. 49. BONNET C., « Calices et patènes d’étain dans quatre sépultures du haut Moyen Âge », Bulletin de l’Académie de Saint-Anselme (Aoste), t. 49, 1979, p. 39-48. BAUD A., et al., « L’église Saint-Jean-Baptiste de Saint-Rambert-sur-Loire », dans Saint Rambert. Un culte régional depuis l’époque mérovingienne, CNRS, CRA 14, Paris, 1995, p. 72-73. 50. MANSI XIV, col. 830, canon 28. 51. MGH, capit. I, p. 34. 52. SCHNEIDER L. et PAYA D., « Le site de Saint-Sébastien-de-Maroiol (34) et l’histoire de la proche campagne du monastère d’Aniane (V-XIIIe siècle) », Archéologie médiévale, 25, 1995, p. 131-181.

153

Jean-François Reynaud

DU VIIIe AU IXe SIÈCLE : LA FORMATION DU RÉSEAU PAROISSIAL


ESTMA III

De nombreuses chapelles privées sont transformées en églises et la multiplication des églises a rendu le lieu de culte proche des fidèles et accessible pour le culte dominical ou pour les baptêmes et enterrements. Pour Aubrun et en Limousin, les anciennes églises-mères, installées dans les vallées de pénétration vers l’intérieur se doublent d’églises construites plus en amont qui viennent combler les vides des zones montagneuses53. Dans les pays de plaine et de peuplement ancien, existe un réseau de paroisses suffisant (les églises disposent même d’annexes, oratoires et chapelles). Le mouvement est tel que certains évêques, en particulier Hincmar, s’opposent aux dédoublements de paroisses, ceux-ci ne seraient pas toujours indispensables et donneraient trop de pouvoir aux abbayes qui héritent souvent de la gestion de ces paroisses nouvelles54. En Lyonnais des dédoublements sont nombreux 879 à Saint-Bonnet en 886-887 à Lantignié55. De même en 915, Berenus qui tient la paroisse de Saint-Clément de Mâcon, se plaint qu’un autre prêtre en ait détaché une villa pour en faire une nouvelle paroisse et demande qu’on revienne ad matricem au sein de l’église Saint-Clément56. - Le cimetière Selon C. Treffort57, on passe du cimetière des chrétiens au cimetière chrétien. Les pratiques funéraires, individuelles ou familiales à l’origines, deviennent collectives, les dépots sont abandonnés, ainsi que le plus souvent les tombes ostentatoires comme les sarcophages. Il n’y a pas encore d’obligation de se faire inhumer dans le cimetière de l’église mais chaque église a son cimetière et les textes mentionnent de plus en plus fréquemment l’église et son cimetière; le cimetière est désormais consacré à l’égal de l’église. Enfin, c’est l’époque où le cimetière ou atrium prend un statut juridique particulier. Il doit être clos car lieu de repos pour les défunts et lieu d’asile pour les vivants58. L’église est le lieu où se récitent les prières pour les morts et où se célébrent les messes pour les défunts, mais plus que jamais, elle est considérée comme un lieu consacré qui ne doit pas être souillé par le présence de tombes59. Les prescriptions sont claires et semblent parfois suivies d’effet en tout cas à l’époque carolingienne. On connaît un certain nombre d’églises paraissant pauvres en sépultures du IXe siècle pour autant que l’on puisse les reconnaître, par exemple Viuz-Faverges, Meysse, L’Isle Jourdain60. En Suisse, à Saint-Hippolyte-du-GrandSaconnex et peu après la réfection de l’abside (VIIIe-IXe siècle), les tombes de la nef cessent d’être réutilisées et sont même comblées par de grosses pierres et de la terre61 ; en revanche une rangée de sépultures en pleine terre se développe devant la façade occidentale. Dans les nouvelles églises construites pour répondre aux besoins des fidèles, comme à Saint-Pierre de Thonex 53. AUBRUN M., L’ancien diocèse de Limoges des origines au milieu du XIe siècle (Institut d’études du Massif Central, XXI), Aurillac, 1981, p. 305-350. 54. LEMARIGNIER J-F., « Quelques remarques sur l’organisation ecclésiqtique de la Gaule du VIIe à la fin du IXe siècle, principalement au nord de la Loire », Settimane di Studio del Centro Italiano di Studi sull’Alto Medioevo, XIII, Spolète, 1966, p. 451-486. 55. FOURNIER G., « La mise en place du cadre paroissial », Settimane di Studio del Centro Italiano di Studi sull’Alto Medioevo, XXVIII, Spolète, 1982, p. 545-547. 56. PICARD J-C., « Mâcon », dans Topographie des cités de la Gaule, IV, Paris, 1986, p. 80. 57. TREFFORT C., op-cit., p. 701-707. 58. TREFFORT C., op-cit., p. 529-537. 59. Théodulphe d’Orléans, Capitulaire I, col. 9 (MGH, Cap., Ep. I ; p. 109), voir la thèse de C. Treffort, p. 718. 60. COLARDELLE R., Viuz-Faverges, op-cit. REYNAUD J-F., Meysse, op-cit. ; CAZES J-P., L’Isle-Jourdain, op-cit. 61. BUJARD J., « L’église Saint-Hippolyte du Grand-Saconnex (GE) avant l’an mil », Archéologie suisse, 1991, 14. BUJARD J., « L’église du Grand-Saconnex », Genava, 1990, 38, p. 29-80.

154


Aux origines des paroisses

62. TERRIER J., « L’église Saint-Pierre de Thonex », Genava, 1994, 42, p. 55-119. 63. FOUCRAY B., « Servon « L’Arpent Ferret » (Seine-et-Marne) », dans L’Île-de-France de Clovis à Hugues Capet, Condé-sur-Noireau, 1993, p. 208-209 et PETIT M., « Saint-Germain-les-Corbeil “La Butte à gravois” », op-cit., p. 203-204 FOUCRAY B., Nécropoles et inhumations d’époque carolingienne, op-cit., p. 226-228 et FOUCRAY B., GENTILI F., La nécropole des Ruelles à Serris (Seine-et-Marne) (milieu VIIe-Xe siècle), op-cit, p. 228-230. 64. MIGNE, Patrologie latine, t. 125, col. 777-792. 65. MGH, Capit. I, p. 178 et 41. 66. LEMARIGNIER J-F., « Encadrement religieux des campagnes », dans Settimane di Studio del Centro Italiano di Studi sull’Alto Medioevo, XXVIII, Spolète, 1982, p. 778-786. 67. LEMARIGNIER J-F., « Encadrement religieux des campagnes », dans Settimane di Studio del Centro Italiano di Studi sull’Alto Medioevo, XXVIII, Spolète, 1982, p. 780-782. AUBRUN M., L’ancien diocèse de Limoges des origines au milieu du XIe siècle, Clermont-Ferrand, 1981 68. FOURNIER G., « La mise en place du cadre paroissial », Settimane di Studio del Centro Italiano di Studi sull’Alto Medioevo, XXVIII, Spolète, 1982, p. 496-563.

155

Jean-François Reynaud

dans le courant du Xe siècle, aucune sépulture n’est visible à l’intérieur de l’église mais des tombes entourent l’édifice62. Mais les sites dotés de cimetières « intercalaires », sans lieux de culte sont encore nombreux63. On assisterait donc à la naissance du cimetière paroissial. Les portiques et les annexes funéraires disparaissent. Certes les interdits sont clairs, mais trop répétitifs pour ne pas trahir une situation qui souffrait de nombreuses exceptions, exceptions prises d’ailleurs en compte par l’Église qui admet les sépultures d’hommes d’églises ou de personnes64. - Le patrimoine et les revenus paroissiaux Le capitulaire de Herstal impose la perception de la dîme. Le rôle des grands reste déterminant mais l’Église essaye de récupérer l’essentiel de son autorité. La législation nouvelle réglemente la création d’un patrimoine pour toute église : le manse. - Le territoire La généralisation de la dîme suppose, sinon un territoire du moins que l’on sache à quelle église on appartient, sans doute en passant par le cadre de la villa. Le capitulaire de 810813 prescrit « que chaque église ait ses propres limites afin qu’elle recouvre la dîme » (ut terminum habeat unaquaeque ecclesia de quibus villis decimas recipiat)65. Les superficies de ces nouvelles paroisses seraient moyennes par rapport aux minuscules créations de l’époque romane. Le questionnaire d’Hincmar pose le problème du lien entre l’église et la villa : le desservant doit mentionner « dans quelle villa, en l’honneur de quel saint » a été construite l’église66. Le lien avec la villa s’est maintenu mais le sens du mot a changé, il peut désigner aussi bien la grande propriété que le proto-village, souvent d’ailleurs le regroupement se fait autour de la maison du maître. Les textes montrent que l’église peut être installée dans une grande villa, ou desservir plusieurs villae. D’après le polyptique de Saint-Germain, la plupart des domaines sont pourvus d’une église et d’un prêtre, celui de Saint-Bertin mentionne huit églises sur les dix-huit domaines ; a contrario, en Limousin, la villa de Soursac est pourvue de quatre églises67. Pour G. Fournier, les documents n’associent pas la fondation d’une église à un territoire bien délimité mais à un ensemble de lieux habités (villa, manse) dont les habitants devaient fréquenter l’église et payer les droits paroissiaux, mais l’enchevêtrement des propriétés et les mutations compliquent les choses68. La formation du ressort paroissial ne résulta pas d’une opé-


ESTMA III

ration délibérée mais d’une évolution et ses limites fixées d’abord sur celles des propriétés s’alignèrent peu à peu sur celles des finages villageois « qui dans un secteur donné groupaient les terres de plusieurs propriétaires et exploitants et auxquelles la présence d’une église et le fonctionnement d’institutions paroissiales avaient apporté une nouvelle vitalité et une plus grande cohésion69 ». Les créations de nouvelles paroisses sont à l’origine de nombreux procès entre les desservants des anciennes et des nouvelles paroisses ; en cas de conflits, on procède à la consultation des titres de propriétés, à des enquêtes sur place et auprès des habitants et l’on choisit des repères faciles à reconnaître par exemple la rivière Reins pour la nouvelle paroisse de Saint-Vincent-de-Reins70 ; à Saint-Clément de Mâcon, le territoire est défini par deux routes. D’autres dédoublements sont analysés par G. Fournier dans les Monts-du-Lyonnais et l’on se rend compte que si des territoires existaient ils n’étaient pas obligatoirement d’un seul tenant et compacts71. S’il y a un territoire, il n’est donc pas encore stable. - L’habitat Dans de nombreux cas, la construction de l’église est liée à un essor de la population. Cette période voit les unités d’habitation se multiplier dans certains lieux privilégiés qui constituent des éléments de fixation du peuplement, par exemple le long des voies de communication ; dans d’autres cas certains sites sont abandonnés, comme nous l’avons vu. Il faut aussi se méfier, comme l’a montré Cl. Raynaud, d’un apparent recul du peuplement déduit de la disparition de certains écarts, que l’on pourrait aussi considérer comme la marque en négatif d’un regroupement villageois bien avancé dès le début du IXe siècle avec la multiplication des villas. En Île-de-France, des noyaux pré-urbains assument des fonctions variées mais surtout économiques sur les axes fluviaux et en rapport avec un arrière-pays en essor certain. La population se concentre alors dans les vallées comme à Pontoise ou à Saint-Ouen-l’Aumône où les églises Saint-Martin et Saint-Ouen sont situées près des anciennes voies72. L’archéologie nous apporte d’autres exemples maintenant classiques où l’église s’installe au centre d’un habitat groupé. A La Grand-Paroisse, le site créé au début du Xe siècle est doté d’une église et d’une nécropole situées à l’ouest de l’habitat73. A Portejoie, l’église et le cimetière sont installés au centre d’un village-rue où l’on distingue un certain nombre de parcelles74. A Saleux, l’habitat entoure bientôt l’église et la nécropole75. A Dassargues (Hérault)76, l’habitat dispersé du VIe siècle semble laisser place à un regroupement dans le quartier central où convergent encore les chemins ; un cimetière, une église Sainte-Marie et un habitat sont attestés par les textes en 788 in villa Adacianacus… ecclesia dominae meae sancte Marie per scripturam donationis meae dedit, id est casas coopertas, terra et vineas (C. Psalmodi, f. 13). Les prospections et les fouilles ont repéré des fonds de cabanes de la fin du Ve - début du VIe siècle, une ferme du VIe siècle. 69. FOURNIER G., « La mise en place », op-cit, p. 519. 70. FOURNIER G., « La mise en place », op-cit., p. 544-545. 71. FOURNIER G., « La mise en place », op-cit, p.537-538 et 547-549. 72. BOURGEOIS L., « Agglomérations secondaires antiques et noyaux urbains du haut Moyen Âge dans l’ouest parisien », dans Habitat, op-cit, p. 81-102. 73. PETIT M., « La Grande Paroisse (Seine-et-Marne) « Les Sureaux », dans L’Île-de-France de Clovis à Hugues Capet », op-cit, p. 199-200 et p. 185. 74. CARRÉ F. et GUILLON M., « Habitat et nécropole de Portejoie: le site de Tournedos/Val-de-Reuil), VIIe-XIVe siècle », dans Habitat, op-cit, p. 145-158 et plans p. 149, 153. 75. BAYARD D., « Les habitats du haut Moyen Âge en Picardie », dans Habitat, op-cit, p. 53-62, plan p. 61. 76. MERCIER C. et RAYNAUD C., « L’habitat rural en Gaule méditerranéenne aux VIe-VIIe s. Approche régionale et étude de cas », dans Habitat, op-cit, p. 193-206, plan p. 200-201,

156


Aux origines des paroisses

L’étude des origines des paroisses est un thème qui a été abordé depuis longtemps et il est difficile d’apporter du nouveau après Imbart de la Tour, Griffe, Aubrun, Avril pour les historiens, Périn ou Colardelle chez les archéologues. La nouveauté provient de la multiplication récente des fouilles d’églises rurales et d’habitat et la découverte d’assez nombreuses églises baptismales pour les périodes hautes et de proto-villages dotés d’une église associée à un cimetière pour l’époque carolingienne qui voit se constituer un premier réseau paroissial. Nous avons donc essayé d’intégrer ces découvertes à une problématique historique et de montrer comme le souligne Toubert « la souplesse de la géographie religieuse du haut Moyen Âge et son souci constant de suivre les fluctuations du peuplement81 ».

77. FAVORY F., RAYNAUD Cl., Vaunage, Vidourlenque et Vistrenque, op-cit, p. 35-36 et plan 19. 78. BOURIN M., « Le paysage bâti dans les campagnes bas-languedociennes : le temps des incertitudes », dans BARRAL I ALTET X., Le paysage monumental de la France autour de l’an mil, Paris, 1987, p. 409-414. 79. BOURIN-DERRUAU M., Villages médiévaux en Bas-Languedoc. Genèse d’une sociabilité (X-XIVe s.), Paris, 1987. 80. Pour la Charta Lanfredi voir GUADAGNIN R., Un village au temps de Charlemagne, Paris, 1988. 81. TOUBERT P., Les structures du Latium médiéval, Bibliothèque des Écoles Françaises d’Athènes et de Rome, Ière série, II, 1973, p. 855.

157

Jean-François Reynaud

À Calvisson77, dans les années 900, on assiste à un essor vigoureux de l’habitat dans la plaine (plan 19). Le territoire est morcelé en cinq villae, il est fait mention d’une église Saint-Saturnin (village actuel) non rattaché à une villa ; les villae de Bizac et Sinsans possèdent leur église, sans doute d’origine privée; un autre établissement celui de Livercum est doté d’une église SaintMartin. La tendance à l’émiettement domine donc encore l’organisation du peuplement. En Bas-Razès, des cimetières abandonnés ou éloignés des villages, attestent d’un habitat ancien groupé autour de l’église (silos visibles en photos aériennes) comme à Brezilhac ou Fenouillet-du-Razès78. Un essor vigoureux est également attesté dès la IXe siècle en Bitterois mais la dispersion domine encore au XIe siècle79. Ainsi se confirme l’existence dès l’époque carolingienne de l’ébauche d’un habitat groupé, de ces proto-villages décrits par R. Guadagnin à partir de la Charta Lanfredi en 84080. Toutefois, l’église carolingienne n’est pas toujours à l’origine du village moderne et les sites précoces vont souvent disparaître entre le XIe et le XIIe siècle à la suite de transformations profondes de la société et de l’économie et le regroupement de la population et de son église à proximité du château - nouveau type de fondations privées -, alors seulement le territoire de la paroisse sera stablisé pour longtemps.


L’implantation du christianisme en Hongrie aux Xe et XIe siècles Béatrix Romhányi

la fin du Xe et au début du XIe siècle une série de nouveaux états se forment en Europe Centrale et, en même temps, se convertissent au christianisme. C’est ce que l’on peut lire dans des livres historiques écrits pour les spécialistes aussi bien que pour le grand public, mais bien sûr, la christianisation de ces pays a pris beaucoup plus longtemps que les quelques décades autour de l’an 1000. Dans les lignes qui suivent, je vais parler uniquement de la conversion de la Hongrie, mais je crois que les conclusions, ou une partie d’entre elles, peuvent être également valables pour les autres pays. En 955, les Hongrois ont subi une défaite catastrophique près d’Augsburg, et cela a mis fin à l’époque des incursions magyares. La conversion des Hongrois effectuée par des missionnaires envoyés pour partie de Rome, pour partie de l’Empire1 a commencé après cet événement, dans la deuxième moitié du Xe siècle. Le premier évêque mentionné est un certain Zacheus2 envoyé par le pape, mais qui n’a pas pu achever sa mission, car il a été arrêté par les gens de l’Empereur Otton I. Dans les années 970, quand le duc Géza demanda des prêtres à l’Empereur, ce sont des missionnaires venant du territoire de l’Empire qui commencèrent à convertir les anciens ennemis. Je ne veux pas parler ici en détail du processus à la fin duquel le duc Géza et sa famille reçurent le baptême3. Je veux seulement signaler que parmi les missionnaires, nous trouvons plusieurs moines bénédictins, comme Wolfgang ou Bruno de Saint Gallen4, même s’il y avait aussi des prêtres séculiers, venant surtout du diocèse de Passau5. Cette double tradition de l’église hongroise continua dans les siècles suivants aussi. Parmi les premiers évêques hongrois, nous trouvons plusieurs moines, comme le premier archevêque

À

1. GRYÖFFY Gy., Miscellanea Historiae Ecclesiasticae 5. Louvain, 1974, p. 159-167. 2. GYÖRFFY Gy., « A kalandozások kora ». (L’époque des incursions des Magyares). In: Magyorország története. (Histoire de la Hongrie) I/1. Akadémiai Kiadó, Budapest, 1984, p. 713. GOMBOS F. ALBIN, Catalogus Fontium Historiae Hungaricae II. Budapest, 1939. n° l473 et 1475. 3. Ibid., p. 730-733. Sz. de Vajay, Grossfürst Geysa von Ungarn. Familie und Verwandschaft. Südost-Forschungen 21. 1962. 4. Ibid. p. 730. 5. Ibid. p. 731-732. LEHR W., Piligrim Bischof und die Lorcher Fälschungen. Berlin, 1909 ; WAGNER H., Urkundenfälschungen im Burgenland. Eisenstadt, 1953, 5ss.

159


ESTMA III

d’Esztergom, Astricus, l’évêque de Csanád, saint Gérard, ou un peu plus tard l’évêque de Pécs, Maurus. Auprès d’eux, nous trouvons aussi des évêques originaires du clergé séculier, comme le premier archevêque d’Esztergom, Dominicus. Outre la mission occidentale, nous ne devons pas oublier la mission orientale. Malheureusement, nous en savons beaucoup moins sur elle, il est certain qu’elle a commencé à peu près en même temps que la mission occidentale, donc dans la deuxième moitié du Xe siècle. Les sources ne parlent pas des événements en détail. Tout ce que nous savons c’est que quelques chefs hongrois, comme par exemple le Gyula de Transylvanie, ont reçu le baptême à Constantinople et qu’un évêque missionnaire a été chargé de la conversion des Turcs, c’est-à-dire des Hongrois6. Deux évêques de cette période sont connus : Hierotheos et Theophilaktos. Leur diocèse est inconnu, les historiens ont formulé plusieurs hypothèses d’après lesquelles il aurait pu être à Szávaszentdemeter (Mitrovica) en Hongrie, ou bien quelque part au sud de la Hongrie. La présence de l’église orientale a été certainement plus faible que celle de l’église latine, mais nous ne devons pas oublier que nous sommes encore avant le grand schisme, les influences cultuelles pouvaient donc passer les frontières sans problème. Au XIe siècle, le nombre des églises de rite oriental est complètement inconnu, mais le nombre des monastères est nettement inférieur à celui des monastères bénédictins (7+1 contre environ 25+2)7. Cela peut signifier deux choses : 1. l’orientation occidentale des rois hongrois était si forte que l’église orthodoxe n’a reçu guère de support. 2. la population de rite oriental était en nombre nettement inférieur, à celui de la population catholique. L’archéologie pourrait apporter une réponse à cette question, mais nous n’avons que peu de données concernant ce problème. Quant à l’archéologie de l’époque en général, nos connaissances sont très inégales. Les cimetières sont les mieux connus, les moins connus sont les monastères, surtout les bâtiments conventuels. Les premiers objets qui indiquent la connaissance de la chrétienté, se trouvent déjà dans les tombes du Xe siècle, mais l’apparition des symboles chrétiens ne signifie pas que les propriétaires, étaient déjà convertis. Un des plus célèbres objets est la plaque de sabretache de Bezdéd qui représente une croix centrale entourée de palmettes qui symbolisent l’arbre de vie8. La juxtaposition des deux symboles réfère à un certain amalgame des idées religieuses. Au cours du XIe siècle des croix et d’autres symboles chrétiens apparaissent de plus en plus souvent dans les nécropoles, sans qui les rites funéraires aient radicalement changé. Les nécropoles des Conquérants ne cessent pas au moment de la conversion, elles continuent de manière ininterrompue jusqu’à la fin du XIe siècle, et même dans quelques cas même jusqu’au début du XIIe9. La plus grande partie des cimetières commence par contre justement à la fin du XIe ou au début du XIIe siècle ; et en même temps, le mobilier disparaît des sépultures. Tout de même, quelques vestiges des croyances anciennes, surtout celles qui sont en relation avec les esprits, les revenants et les sorciers, ont survécu. Dans une des tombes par exemple, des pointes de flèches ont 6. Ibid. p. 682-684. 7. Le deuxième chiffre indique le nombre des maisons des religieuses. Les données sont extraites de ma thèse de doctorat « Monasteriologia Hungarica Nova. Monasteries, provostries, friaries and collegiate chapters in Medieval Hungary », soutenue en 1996. Manuscrit. 8. A honfoglaló magyarság. (Les Hongrois Conquérants). MNM, Budapest, 1996, p. 182-184. 9. RÉVÉSZ L., « A honfoglaló magyarság régészeti hagyatéka » (Le mobilier archéologique des Hongrois conquérants). In : A honfoglaló magyarság. (Les Hongrois Conquérants). MNM, Budapest, 1996, p. 37-43.

160


L’implantation de la Chrétienté en Hongrie aux Xe et XIe siècles

10. SZABO J. Gy., « Árpád-kori telep és temetõje Sarud határában ». (Village et cimetière des XI-XIIIe siècles dans les confins de Sarud). III. Az Egri Múzeum Évkönyve XIV, 1976, p. 64-72. 11. ZÁVODSZKY L., A szent István, Szent László és Kálmán korabeli törvények és zsinati határzatok forrásai. (Les sources des lois et des décrets synodaux de l’époque de saint Étienne, saint Ladislas et Coloman). Budapest, 1904, 58ss. 12. SZABO J. Gy., « Adatok a patai fõesperesség történetéhez ». (À propos de l’histoire de l’archidiaconat de Pata). In : Tanulmányok Gyöngyösrõl. Gyöngyös, 1984. 13. ZÁVODSZKY L., A szent István, Szent László és Kálmán korabeli törvények és zsinati határzatok forrásai. (Les sources des lois et des décrets synodaux de l’époque de saint Étienne, saint Ladislas et Coloman). Budapest, 1904, p. 56. 14. GYÖRFFY Gy, Az Árpád-kori Magyarország történeti földrajza III. (La géographie historique de la Hongrie des XI-XIIIe siècles). Akadámiai Kiadó, Budapest, 1987, p. 461-462. 15. GYÖRFFY Gy, Az Árpád-kori Magyarország történeti földrajza I. (La géographie historique de la Hongrie des XIXIIIe siècles). Akadámiai Kiadó, Budapest, 1987, p. 452. 16. Medieval Visegrád. DissPann III/4. Ed. József LASZLOVSZKY. Budapest 1995. 47. Szõke Mátyás, « Adatok a középkori Visegrád történetéhez ». (À propos de l’histoire médiévale de Visegrád). In : Középkori régészetünk újabb eredményei és idõszerû feladatai. (Questions actuelles et résultats récents de l’archéologie médiévale en Hongrie) Réd. par Isván FODOR, László SELMECZI, Budapest, 1985. p. 285-312. 17. NEMETH P., A szabolcsi fõesperesség a közophorban. (L’archidioconat de Szabolos au Moyen Âge). Nyíregyháza, 1990 ; Idem, Szabolcs és Szatmár megyék Árp Árpád-kori d-kori (XI-XIII. századi) földvárai és monostorai. (Les fortifications et les monastères des XI-XIIIe siècles sur le territoire des comitats Szabolcs et Szatmár). A nyíregvházi Józsa András Múzeum Évkönyve X, 1968, p. 91-93. 18. Recherche archéologique récente de Mme WOLF M.

161

Beatrix Romhanyi

été mises au jour autour du défunt. La personne n’a pas été tuée par ces pointes de flèche, elles ont été déposées dans la tombe au cours de la cérémonie funéraire, pour empêcher les mauvais esprits de revenir10. La tradition populaire connaît cette coutume. Au XVIIIe siècle, les Sicules de Transylvanie ont tiré à l’arc dans la tombe. Une description du XIXe siècle raconte que dans la région située à l’est de la Tisza, on tirait au fusil au cours de l’enterrement. Une autre question connectée aux coutumes funéraires est la question du rite. Il est certain que la mission de l’église orientale n’était pas sans succès parmi la population hongroise. Même les lois de saint Ladislas reflètent cette influence à la fin du XIe siècle : le début du carême, certaines fêtes des saints (saint Georges, saint Nicolas) ne correspondent pas aux coutumes occidentales, mais aux coutumes orientales11. Apparemment, la seule possibilité de retracer cette influence dans l’archéologie est la recherche sur les rites funéraires, notamment de la position du défunt dans la tombe. En effet, notre collègue, décédé, M. Szabó a réussi à prouver que certaines positions des mains peuvent être connectées aux prescriptions de l’église orthodoxe12. L’investigation des églises présente une image beaucoup plus difficile. Je ne vais pas parler ici de la recherche des cathédrales et des collégiales. En ce qui concerne les églises paroissiales et les monastères, nous devons nous appuyer surtout de l’archéologie, étant donné que le nombre des sources écrites est très limité pour la période en question. Les lois de saint Étienne ont prescrit que dix villages, selon l’expression en latin villae, doivent construire une église13. Il y a plusieurs problèmes avec ce paragraphe. Tout d’abord, nous ne savons pas exactement le sens du mot « villa ». Mais il est peut-être encore plus important que le texte n’ait plus jamais été répété dans les lois de saint Ladislas ou de Coloman, nous pouvons donc soupçonner que la formule a été empruntée à la législation et à l’usage ecclésiastique précédent, carolingien et autre, sans qu’il y ait eu réalisation. Les premières églises ont été construites dans les centres ducaux, plus tard royaux (par exemple Udvard14, Knezsic15), et dans les centres des comitats qui étaient généralement aussi les centres des archidiaconats. Dans les vingtaines dernières années plusieurs églises archidiaconales ont été mises au jour par les archéologues, par exemple à Visegrad16, à Szabolcs17 et à Borsod18. Ces églises sont plus


ESTMA III

grandes que les églises paroissiales, mais sans beaucoup d’ornement architectural. Le mieux connu est le décor de l’église de Visegrád qui a été reconstruit et peint dans une seconde phase, mais toujours avant la fin du XIe siècle. Leur forme est simple, celles qui sont connues avaient une abside, rectangulaire ou semi-circulaire, et une ou trois nefs. En général, il y avait aussi une deuxième église, plus petite que l’église archidiaconale, qui a servi d’église paroissiale c’est le cas à Szabolcs19, Sopron20, Bars21, etc. Outre ces églises, nous devons compter également avec les constructions des magnats originaires de l’Europe occidentale qui ont vécu dans la cour de saint Étienne et qui sont devenus des ancêtres de plusieurs grandes familles, comme les Hont-Pázmán, ou les Gut-Keled, issues d’autres familles aristocratiques d’origine hongroise, converties au christianisme. Ces églises étaient la propriété privée des fondateurs, et elles ne sont devenues qu’ensuite des églises paroissiales. Un autre problème est celui des monastères. Comme je l’ai déjà signalé plus haut, les deux traditions monastiques ont été présentes en Hongrie dès le début du XIe, ou même à la fin du Xe siècle. Les premières abbayes ont été fondées par le roi même à Pannonhalma, Zobor, Zalavár, Pécsvárad, Bél et Szávaszentdemeter, cette dernière était orthodoxe, mais il a été vite suivi par les aristocrates, comme le comte Tata, ou plus tard le comte Otto et les Abas qui ont tous fondé leurs premiers monastères avant ou autour du milieu du XIe siècle22. Ici il faut mentionner le cas de Marosvár (plus tard Csanád) où Ajtony, un des plus puissants adversaires de saint Étienne, a fondé un monastère orthodoxe23. La tâche de ce monastère a été certainement, outre le culte funéraire de la famille du fondateur, la participation à la conversion. À la fin du XIXe siècle, quelques vestiges d’une église ont été retrouvés, ils ont été identifiés comme les restes d’un baptistère. Selon les chercheurs, c’était l’église du monastère de Saint-JeanBaptiste qui est devenue plus tard, après la fondation du diocèse de Csanád vers 1030, la première cathédrale24. Le monastère des moines orthodoxes a été alors transféré à Oroszlamos (Majdan, YUG) quelques dizaines de kilomètres vers sud-ouest de Csanád et il a été placé sous le patronat du comte Csanád et ses descendants25. Dans ce contexte, nous devons évoquer une autre question celle de la fonction de ces monastères privés, en allemand « Eigenklöster ». Certainement, il s’agissait de lieux de culte des fondateurs, des lieux où ils ont été enterrés et où ils ont gardé leurs trésors et leurs archives. Mais outre cela, nous avons quelques données qui indiquent que ces monastères, surtout les plus petits ont participé dans le pastorat aussi. En 1061, la charte de fondation de Zselicszentjakab précise que l’abbaye a le droit de fonder et de posséder des chapelles26. Au milieu du XIIe siècle, 19. NEMETH P., A szabolcsi fõesperesség a közophorban. (L’archidioconat de Szabolos au Moyen Âge). Nyíregyháza, 1990. 20. HOLL I., Sopron (Ödenburg) im Mittelalter (Archäologisch-stadtgeschichtliche Studie). Acta ArchHung 31, 1979, p. 105-145. 21. GYÖRFFY Gy, Az Árpád-kori Magyarország történeti földrajza I. (La géographie historique de la Hongrie des XIXIIIe siècles). Akadámiai Kiadó, Budapest, 1987, p. 429-433. 22. Tata a été fondé avant 1038, Zselicszentjakab en 1061 par le comte Otto, Debrõ avant 1046, Sár dans les années 1040 et Százd autour de 1067 par différents membres de la famille des Abas. 23. SZENTPETERY I., Scriptores Rerum Hungaricarum II. Budapest, 1938, p. 490. 24. DAVID K., Az Árpád-kori Csanád vármegye mûvészeti topográfiája. (La topographie artistique du comitat Csanád à l’époque des Árpáds). Budapest, fig. 2, 1974. 25. GYÖRFFY Gy, Az Árpád-kori Magyarország történeti földrajza I. (La géographie historique de la Hongrie des XIXIIIe siècles). Akadámiai Kiadó, Budapest, 1984, p. 865-866. 26. GYÖRFFY Gy, Diplomata Hungariae Antiquissima I. Akadémiai Kiadó, Budapest, 1992, p. 170-174.

162


L’implantation de la Chrétienté en Hongrie aux Xe et XIe siècles

27. Ibid. p. 119. 28. P.e. Ják, Gáborjánmonostor. Dans la plupart des cas, nous trouvons l’église paroissiale dans la vicinité immédiate de l’abbatiale, ce qui n’est pas exceptionnel du tout en Europe occidentale non plus. 29. H. GYÜRKY K., Die Abtei von Kána. In : Budapest im Mittelalter. Réd. par Gerd Biegel. Braunschweig, 1991, p. 404-409. 30. Recherche archéologique récente menée par M. LASZLOVSKY J. (inédite). 31. Sans vouloir citer tous les cas, je mentionne ici les exemples des abbayes de Ákosmonostora (1241), Egyedmonostora (vers 1300), Ellésmonostora (après 1300), Gét (vers 1330), Sáp (autour de 1241), Zámmonostor (après 1300). 32. Information reçue de M. TAKACS M. 33. LASZLO Cs., Régészeti adatok Pannanhalma épitéstörténetéhez. (Données archéologiques concernant l’histoire architecturale de l’Abbaye de Pannanhalma). In : Mons Sacer 996-1996. Vol. I. Pannanhalma, 1996, p. 143-169.

163

Beatrix Romhanyi

la charte falsifiée de Bél confirme ce point27, et même au cours du XIIIe siècle nous voyons des monastères qui possèdent des paroisses et des chapelles28. Il n’est pas possible de traiter cette question dans le détail, elle a été abordée par ailleurs, au symposium de Pannonhalma, texte qui devrait être publié très prochainement. J’ai démontré alors que la participation des moines dans le pastorat est connue presque partout en Europe de l’Angleterre jusqu’en Autriche, et le meilleur parallèle est peut-être le cas du diocèse de Salzburg. Ce dernier exemple est d’autant plus important car c’est justement au milieu du XIIe siècle que 1’abbaye de Saint-Pierre de Salzburg a perdu ses droits à Vienne au profit du diocèse de Passau. C’est dans la même période que les falsificateurs de la charte de Bél ont accentué aussi fortement le droit de l’abbaye à fonder des chapelles. Il faut aussi se demander dans quelle mesure les abbayes, et plus précisément les moines ont été chargés du pastorat. Il est sûr que les grandes abbayes se sont vite retirées de cette activité, si elles y ont jamais participé ; dans le cas de Pannonhalma par exemple cette activité a dû être restreinte, tandis qu’à Garamszentbenedek elle devait être plus forte. D’autre part, nous connaissons de très petites abbayes qui étaient seules dans les villages et qui ont été obligées d’accepter le pastorat, comme Kána29 ou Monostorossáp30. Ce sont surtout des abbayes bénédictines qui assument ce double rôle, et elles sont plutôt concentrées dans la région située à l’est et à sud-est de la Tisza (v. carte 2). Même si la participation des moines dans le pastorat a été connue dans l’Europe occidentale, il est certain que cette exigence est beaucoup plus commune dans l’église orientale. À Constantinople seule par exemple, il y avait deux cents monastères sur huit églises paroissiales. Le fait que ce type de petits monastères se trouve concentré dans la région de Hongrie où la mission orthodoxe a été la plus forte, peut donc signifier une certaine survivance des traditions orientales, même si le rite de la majorité de ces monastères était sans aucun doute latin. D’après le témoignage de la charte de Bél, ce rôle a été de plus en plus discuté à partir du XIIe siècle, mais le processus de leur disparition a été très lent. Ces abbayes n’ont cessé à exister qu’au cours du XIIIe siècle, et plutôt dans la deuxième moitié, en partie grâce aux effets de l’invasion des Mongols en 124131. Certes, les dommages causés par les troupes Mongoles ont accéléré les changements qui ont déjà commencé auparavant. C’est donc vers la fin du XIIe, au milieu du XIIIe siècle que l’organisation et en même temps la transformation de l’église hongroise médiévale ont été achevées. Enfin, je veux parler brièvement des influences architecturales et artistiques que nous pouvons retracer sur les monuments connus. La plus grande partie des bâtiments témoigne d’une influence italienne qui a traversé la Dalmatie32. Le seul bâtiment connu dont le plan trouve son parallèle en Allemagne, est la première abbatiale de Pannonhalma33 qui a été construite à l’époque où les relations germano-hongroises étaient les meilleures. Après la mort de Otton III et plus encore après celle de saint Étienne, ce sont plutôt les conflits et les guerres qui ont caractéri-


ESTMA III

sé ces relations, par contre, les contacts avec l’Italie sont devenus plus importants. Il est donc parfaitement compréhensible que les bâtiments des dernières décades reflètent le même changement d’orientation au niveau artistique. D’autre part, les plans de ces bâtiments témoignent aussi d’un mélange d’influences occidentales et orientales34. Ce qui est par contre peut-être le plus frappant c’est l’uniformité des éléments décoratifs, indépendamment du rite des monastères35, mais pour en parler plus en détail, une autre conférence serait nécessaire.

34. Cf. Les églises de Szekszárd, de Feldebrõ de Zselicszentjakab. 35. Cf. La similarité des pierres sculptées de l’abbatiale de Szekszárd (bénédictins) et celles de Visegrád (moines grecs).

164


Chrétiens et païens à la lumière des découvertes archéologiques. Les débuts du christianisme en Bohême aux IXe et Xe siècles Zdenek Smetanka

Résumé de la communication : ontexte géographique, liens avec La Grande Moravie. Témoignages dans les sources écrites, reflet dans les objets archéologiques. Problèmes méthodiques de l’identification des éléments chrétiens et païens. Formation de la culture syncrétique. Exemples: Les sites centraux ; cimetières ; architecture, artisanat. Résidus païens aux Xe-XIIe siècles - vampirisme et autres actions magiques - traces archéologiques.

C

165


Le Peuplement de la Slovaquie au IXe siècle d’après les nécropoles Tatiana Stefanovicová

L

e territoire de la Slovaquie qui constitue la partie nord-ouest de la chaîne des Carpates a été au IXe siècle divisé en deux zones. La première avec sépultures sous tumuli dans lesquelles on a découvert des incinérations, ainsi que des inhumations. La seconde avec des inhumations sur les lieux de sépulture plats. La naissance de cette situation a été influencée par l’environnement géographique de la Slovaquie, mais aussi par son évolution historique antérieure. L’environnement géographique est constitué de massif montagneux de l’ouest des Carpates qui se termine exactement à la frontière de la Slovaquie du sud-ouest, à côté de Bratislava, et couvre le territoire de la Slovaquie du nord et une partie de la Slovaquie centrale. Ces endroits étaient favorables au peuplement dans les vallées. La partie sud-ouest et sud-est de la Slovaquie est formée par la plaine qui s’ouvre au sud vers les Balkans. Cette partie ouverte est devenue depuis le VIIe siècle une composante du kaganat Avare. C’est aussi sous l’influence de cette intervention que les rites funéraires ont changé. Les tombes à incinération plates, caractéristiques de la population slave depuis son arrivée sur ce territoire, ont été remplacés par les sépultures plates qui ont cessé de servir au tournant du VIIIe-IXe siècle, après la ruine de l’empire Avare dans la dernière décennie du VIIIe siècle. L’inhumation sous tumuli était caractéristique uniquement dans quelques régions du peuplement slave. Outre L. Zoll- Adamiková (1975-1979) cette question a été traitée récemment par M. Lutovsky (1989, 1990). Il a délimité en Europe centrale la répartition territoriale des inhumations sous tumuli. Sur le territoire considéré les lieux d’inhumation sous tumuli se trouvent surtout dans les régions situées au pied des montagnes, par exemple en Bohème du Sud, en Basse-Autriche du sud-ouest. En Moravie ils se trouvent dans le terrain ondulé du cours moyen de la rivière Morava, au pied des Carpates Blanches et des Beekides d’un côté et de Chrity de l’autre côté. À cette aire de Moravie appartiennent en SIovaquie les régions d’inhumation sous tumuli se trouvant sous les Carpates Blanches à côté de la rivière Morava - Skalica et Gbely, (V. Budínsky - Kricka l959). La vallée du cours moyen du Váh avec le bassin de Zilina et la vallée du cours supérieur de Nitra forme une région cohérente. (V. Budínsky - Kricka, l958). Turiec est un territoire reliant ces vallées. Ses lieux d’inhumation sous tumuli ont pourtant un caractère de qualité différente. En direction de l’est, en Slovaquie centrale, malgré le terrain 167


ESTMA III

Figure 1 : Slovaquie aux VIIe - VIIIe siècles 1 - Bína, 2 - Nitra, 3 - Bratislava, 4 - Gbely, 5 - Skalica, 6 - Trencianske Biskupice, 7 - Belusa, 8 - Visola je, 9 - Sverepec, 10 - Dolné Mostenice, 11 - Povazská Bystrica-Orlové, 12 - Bitarová, 13 - Hôrky, 14 - Bánová, 15 - Krásno/Ky - suca, - 16 - Krasnany, 17 - Sucany, 18 - Turany, 19 - Martin, 20 - Blatnica, 21 - Maly Cepcín, 22 - Diviaky/Nitrica, 23 - Zabokreky, 24 - Brezolupy, 25 - Vel’ké Hoste, 26 - Vysocany, 27 - Topol’ovsky Chlmec, 29 - Streda/Bodrog.

montagneux, nous ne trouvons pas de sites d’inhumation sous tumuli. Ils apparaissent seulement en Slovaquie de l’est, au pied des contreforts de la chaîne des Carpates. Ce sont au sud Král’ovsky Chlmec et Streda/Bodrog et au nord Topol’ovka. (D. Bialeková 1993). Il est intéressant de noter qu’ici le rite d’incinération s’est conservé du VIIe jusqu’au XIe siècle. La datation des lieux d’inhumation sous tumuli est souvent problématique, car les découvertes d’objets sont maigres. Leur équipement témoigne du caractère rural de la population. Les sites d’inhumation sous tumuli richement équipés sont rares. Le degré de leur exploration est également moindre que pour les sépultures sans tertre, car cette fouille est exigeante du point de vue technique. Souvent ils se trouvent dans des terrains boisés qui compliquent leur étude. Pour le moment on a exploré en Slovaquie trente-cinq sites à tumuli, comme par exemple le site d’inhumation sous tumuli de Bitarová qui comprend trente-cinq tumuli, douze seulement ont été fouillés, à Visolaje sur trente-trois tumuli trois seulement ont été explorés, c’est également le cas en Slovaquie de l’est à Král’ovsky Chlmec où dix tumuli sur soixante-six ont été étudiés. Relativement les sites les mieux fouillés sont ceux de Skalica, où sur soixante-trois tumuli on en a exploré trente-huit et celui de Krasnany à côté de Zilina où, sur cinquante et un tumuli on en a fouillé quarante-trois. 168


Peuplement de la Slovaquie au IXe siècle Tatiana Stefanovicova

Figure 2 : Le peuplement Slave au nord du Danube central. D’après D. Bialeková, 1994.

Sur la base du modeste matériel découvert, la plupart des lieux d’inhumation sous tumuli sont datés des VIIIe-IXe siècles. Mais les inhumations sous tumuli de Král’ovsky Chlmec et Streda/Bodrog en Slovaquie de l’est sont plus anciens. Ils remontent aux VIIe-VIIIe siècles. Topol’ovka ne date que des Xe-XIe siècles. Le site d’inhumation sous tumuli à Velké Hostie dans la vallée de Nitra qui remonte lui aussi au VIIe siècle continue à être utilisé jusqu’au IXe siècle. On peut dater du début du IXe siècle les tumuli de Blatnica, de Maly Cepcín, de Martin dans la région de Turiec et le lieu d’inhumation sous tumuli de Skalica qui a été utilisé pendant tout le IXe siècle. Ces sites d’inhumation sous tumuli diffèrent aussi par leur contenu des autres qui ont pour la plupart un caractère villageois. À Blatnica un prince a été déposé avec un riche équipement : épée carolingienne, autres armes, ainsi que des décors métalliques de ceinture et de harnais, ce que nous tenons pour la preuve de la naissance de couche princière. Sur le site d’inhumation sous tumuli à Skalica on a découvert des tombeaux de combattants avec armes, éperons et épée mais aussi des tombeaux de femmes qui contenaient des bijoux caractéristiques de la couche dirigeante de l’époque en Moravie du sud. À travers le réseau des sites d’inhumation sous tumuli la Slovaquie du nord-ouest représente aussi au IXe siècle la région conservatrice dans laquelle non seulement l’inhumation sous tumuli se poursuit, mais aussi partiellement le rite d’incinération. Peu à peu les influences venues du sud plus développé se font jour : sont les découvertes des tumuli de Bánová, où les combattants ont été inhumés avec les armées dans des fosses funéraires arrangées de façon habituelle sur les cimetières et leur fosses ont été revêtues d’écorce de bouleau. 169


ESTMA III

Figure 3 : Skalica - Sépultures sous tumuli.

Sur la base de la carte des sites d’inhumation sous tumuli découverts et des cimetières explorés, il pourrait sembler que l’espace de la partie montagneuse de la Slovaquie centrale n’était pas peuplé au IXe siècle. Cette image est probablement déformée par les résultats des fouilles, car on connaît des cités dans cette région. On ne peut pourtant supposer que la présence de cimetières, car les élévations des tumuli pourraient être repérés visuellement. Les cimetières en Slovaquie au IXe siècle ne comportent que des inhumations. Le témoignage en est le changement de structure de la population des parties sud de la Slovaquie surtout sur le territoire qui a fait avant au IXe siècle partie du kaganat Avare. Les sites d’inhumation de la population mixte avaro-slave disparaissent au tournant du VIIIe-IXe siècle et dans la première décennie du IXe siècle. Les sites d’inhumation du IXe siècle, dans la plupart des cas, ne s’installent pas sur des sites plus anciens, ils sont fondés sur un autre emplacement, souvent proche comme par exemple le cimetière du VIIe-VIIIe siècle de Devínska Nová Ves avec 900 séplutures qui cesse de servir au début du IXe siècle (J. Eisner, 1952). À cette époque on commence à inhumer à peu près à trois kilomètres au sud du village actuel de Devín, où l’on 170


Peuplement de la Slovaquie au IXe siècle Tatiana Stefanovicova

Figure 4 : Král’ovsky Chlmec - Sépultures sous tumuli.

171


ESTMA III

Figure 5 : Bína - Le château-fort.

connaît quatre cimetières de sépulture plus petits de population slave (Plachá, V. - Hlavicová, J. -Keller, I. 1980). Le cimetière avaro-slave à Holiere sur Zitny ostrov disparaît également. Il est vrai que sur ce lieu on inhume, mais avec un hiatus de 100 ans, au tournant du IXe-Xe siècle. Une situation identique a été également mise en évidence grâce aux fouilles de Prsa, au sud de la Slovaquie centrale (A. Tocík 1968). Cela témoigne aussi du changement de com172


Peuplement de la Slovaquie au IXe siècle

Figure 6 : Bína - Inhumations. (n°21 - Tombe de femme très riche.)

173

Tatiana Stefanovicova

position de la population par suite d’expéditions de Charlemagne historiquement prouvées dans la dernière décennie du VIIIe siècle, pendant lesquelles les Avares ont été battus et probablement aussi massacrés et leurs restes transférés dans la région de la forêt viennoise. La population slave s’est probablement déplacée du nord au sud dans l’ancienne région avare, pas seulement en Slovaquie, mais aussi en Panonie au sud du Danube. Les inhumations en cimetière du IXe siècle indiquent que cette population a été beaucoup moins nombreuse que l’ancienne population avaro-slave. Les résultats des fouilles permettent seulement de formuler des hypothèses. Il est vrai que le nombre de cimetières est plus grand que le nombre de lieux d’inhumation sous tumuli dans les régions montagneuses du nord, mais souvent ce sont seulement les fragments découverts lors de sauvetages qui n’ont mis au jour qu’un petit nombre de tombeaux. Il n’y en a que quelques-uns qui ont été fouillés de façon plus approfondie. C’est par exemple Vel’ky Grob avec cent trente-trois tombeaux (B. Chropovsky 1957, 127), dont l’inventaire démontre l’utilisation pendant tout le IXe siècle, ainsi que Kopcany avec quatre-vingtcinq tombeaux. (L. Kraskovská, 1965, 38). À côté du site fortifié Pobedim, dans la vallée du Váh, on a découvert un cimetière de la seconde moitié du IXe siècle avec quatre-vingt-dixneuf tombeaux et sur l’emplacement pas trop éloigné Na Laze un cimetière plus vaste (cent soixante-deux tombeaux) utilisé pendant tout le IXe siècle. À Devín excepté le château-fort on a découvert trois lieux de sépulture, le plus vaste utilisé pendant tout le siècle avait cent vingtdeux tombes. Les deux suivants ne possédaient que seize tombes de la première moitié du IXe siècle et vingt-six tombes de la moitié du IXe siècle environ. La plupart des autres sites


ESTMA III

de sépulture ne comportaient que deux à trois dizaines de tombes par exemple seize à Bratislava - Karlova Ves (L. Kraskovská, 1955), dix à Blatné, seize à Bína (Holcik, 1991), dixsept à Ducové (Ruttkay, 1978), vingt-quatre à Tvrdosovce ( Krashovská 1940-41), vingt-neuf à Závada (Bialeková, 1981), etc. Dans certaines localités, trois ou quatre tombes ont été quelquefois été découvertes, elles n’ont qu’un sens statistique. Ces sites par leur inventaire représentent la population rurale. Une certaine déformation de l’image de la population en Slovaquie est causée par les sites d’inhumation découverts dans les résidences princières - châteaux-forts, surtout en comparaison avec la Moravie. Chez nous après le IXe siècle, c’est-à-dire après la disparition de l’empire de Grande-Moravie ces résidences continuaient à être employées avec la même fonction, même après la formation du Royaume hongrois. En Moravie, au contraire les châteaux-forts centraux de la Grande-Moravie perdent leur sens et dans le cadre du Royaume tchèque qui vient d’être fondé, ils sont souvent construits sur d’autres sites, c’est pourquoi les châteaux-forts d’origine avec leurs lieux de sépulture restent intacts. En Slovaquie Nitra, Bratislava, Devín, Ducové, Stary Tekov, Bína appartiennent aux châteaux importants continuellement utilisés (FialaHabovstiak-Stefanovicová, 1975, 420). Sur ces sites autour des monuments sacrés on a continué à inhumer au XIe-XIIe siècle, dans de vastes cimetières : les sépultures les plus anciennes du IXe siècle, ont été remaniées et souvent seules quelques-unes sont intactes. On peut cependant supposer une densité de la population plus faible d’après le seul cimetière rural exploré jusqu’alors à Cakajovce près de Nitra (M. Rejholcová, 1995) qui a été utilisé de façon continue du VIe au XIIe siècle. Sur ce site comportant huit cent quatre-vingt-quatorze tombeaux, quatre-vingt-neuf étaient des incinérations du VIe-début du VIIIe siècle. Sur huit cent cinq inhumations quatre-vingt-quinze appartiennent au IXe siècle, un plus petit nombre au VIIIe siècle et la plupart des autres aux Xe et XIIe siècles. L’intervention de l’ethnie avare ne s’est pas manifestée dans les objets trouvés. Au minimum on peut constater l’intervention de l’ethnie magyare de la première moitié du Xe siècle, qui se perd dans le milieu slave. L’étude des objets trouvés sur les lieux de sépulture, nous permet aujourd’hui une datation plus exacte, de même que la détermination approximative de la condition sociale de la population inhumée. Dans les tombes des châteaux les bijoux d’argent et d’or ornés par filigrane et granulation, ou les boutons repoussés en tôle dorées sont caractéristiques surtout si ils sont typiques des châteaux-forts centraux moraves et qu’ils appartiennent au groupe du bijou de Veligrad. Un bijou plus simple, soi-disant danubien, dans la plupart des cas de bronze, plus rarement d’argent, est caractéristique des sites de sépulture ruraux. Du point de vue technique ce bijou est fabriqué de fil ou fondu. Un site de ce genre avec quatre-vingt-douze tombes que nous pouvons considérer comme le cimetière du hameau de serviteur du système de serviteur commençant a été découvert à Nitra-Lupka (B. Chropovsky, 1962). On y trouvait de la poterie identique à celle d’un hameau de potier sans doute exportée vers des localités plus éloignées. Le hameau et le cimetière peuvent être datés du dernier tiers du IXe siècle. La localisation des cimetières montre que la population n’a augmenté qu’à la fin du IXe et au début du Xe siècle et son augmentation a continué aussi dans la seconde moitié du Xe et au XIe siècle. L’intervention des tribus magyares nomades s’est pourtant manifestée dans les premières décennies du Xe siècle par les petits lieux de sépulture équestres en Slovaquie du sud-ouest, mais cette intervention n’a probablement pas sensiblement perturbé l’évolution globale, car parallèlement les vastes cimetières à matériel grand-morave finissant (Trnovec/Váh, Ondrochov, Michal/Zitava, etc. /Tocík, 1968) qui dans la seconde moitié du Xe siècle se 174


Peuplement de la Slovaquie au IXe siècle

BIBLIOGRAPHIE BIALEKOVÁ, D., 198l, « Slovanaké pohrebisko v Závade », Slov. archeol. XXX, 123-164. BIALEKOVÁ, D., 1993, « Expansion der Slowen nach Mitteleuroroa und ihre Spiegelung im Bestattungsritus », Actes du XIIe Congrès International des Sciences Préhistoriques et Protohistoriques, Bratislava 1er-7 septembre 1991, Bratislava, 43-48. BUDINSKY - KRICKA, V., 1958, « Slovanské mohyly na vychodnoom Slovensku », Slov. archeol. VI, 138-188. BUDINSKY - KRICKA, V., 1959, Slovanské mohyly v Skalici, Bratislava. EISNER, J., 1952, Devínska Nová Ves, Bratislava. FIALA, A. - Habovstiak, A. - Stefanovicova, T., 1975, « Opevnené sídliská z 10.-13. storocia na Slovensku », Archeol rozhledy XXVII, 429 -444. HOLCIK, S., 1991, « Vel’komoravské pohrebisko v Bíni. Zborník », Slov. národ. múzea Archeológia LXXXV, 85-105. CHROPOVSKY, B., 1957, « Slovanské pohrebisko vo Vel’kom Gróbe », Slov. archeol. V., 174-239. CHROPOVSKY, B., 1962, « Slovanské pohrebisko v Nitre na Lupke », Slov. archeol. X, 175-240. KRASKOVSKÁ, L., 1940-41, « Nové nálezy solvanskych pamiatok na Slovénsku », Sborník muzeál. slov. spolocnosti XXIV-XXXV., 130-131. KRASKOVSKÁ, L., 1955, « Slovanské pohrebiste v Bratislave-Karlovej Vsi », Slov. archeol. III, 235-243. KRASKOVSKÁ, L.,1965, « Slovanské pohrebisko v Kopcanoch. Sborník », Slov. národ. múzea História 5, 16-49. LUTOVSKY, M., 1989, « Uzemni rozsíreni slovanslkych mohyl ve strednì Evrope », Archeol. rozhledy XLI, 59-74. LUTOVSKY, M., 1990, « K nekterym problémum vypovídacích schopností rane stredovekych mohyl », Archeol. rozhledy XLII, 353-361. PLACHÁ, V.- HLAVICOVÁ, J. - KELLER, I., 1980, Slovansky Devín, Bratislava. RUTTKAY, A. s 1978, « Ducové, Dist. Trnava », Important sites Slaves en Slovaquie, Bratislava, 74-84. TOCIK, A., 1968, Slawisch-awarisches Gräberfeld in Holiare, Bratislava. TOCIK, A., 1971, « Flachgräberfelder aus dem IX. und X. Jahrhundert in der Südwestslowakei », Slov. archeol. XIX, 209-214. ZOLL-ADAMIKOVA, L., 1975-1979, Wczesnosredniowieczne cmentarzyska cialopalne Slowian na terene Polski, vol. 1 - 2, Wroslaw. 175

Tatiana Stefanovicova

transforment en lieux de sépulture magyaro-slaves mixtes, où on ne peut plus différencier l’appartenance ethnique se sont perpétués. Les oscillations dans la courbe de population depuis la fin du VIIIe jusqu’au début du Xe siècle peuvent être expliquées par la destruction de la civilisation avare respectivement avaro-alave vers la fin du VIIIe siècle par Charlemagne et son remplacement par la population slave des régions situées plus au nord qui, selon le témoignage des régions de tumuli, n’a pas été très nombreuse. Après la naissance de l’empire de Grande-Moravie. dont une représentait la Slovaquie, le développement économique commence et grâce à lui à la fin du siècle la population augmente. Celle-ci s’est maintenue après l’arrivée des tribus magyares et augmentant peu à peu, elle s’est répandue aussi en Slovaquie du nord.


La fortification d’Al-Andalus pendant le haut Moyen Âge Maria Valor Piechotta

I – INTRODUCTION Il s’agit d’un sujet trop complexe pour l’exposer en quelques pages. Pour l’instant nous avons étudié la bibliographie et nous avons fait quelques prospections archéologiques. Le résultat est une tentative de synthèse qui doit être considérée comme provisoire en attendant les différentes recherches qui sont en ce moment en cours en Espagne. Les fortifications d’Al-Andalus pendant le haut Moyen Âge ne sont pas un sujet très commun dans la bibliographie espagnole. Les raisons sont très évidentes, d’une part la pénurie de témoignages écrits, d’autre part le manque de vestiges architecturaux. Nous pouvons repérer deux phases méthodologiques, avec des exceptions, pour aborder cette question : - Première phase. Des premières publications jusqu’au milieu des années quatre-vingt. Durant cette phase des publications fondamentales ont été réalisées par : - M. Gómez Moreno (1951) - Henri Terrasse (1954) - Leopoldo Torres Balbás (1957) Ces auteurs ont commencé à étudier les vestiges architecturaux qui sont bien datés par l’épigraphie ou par les chroniques arabes. C’est le cas de l’Alcazaba de Mérida, le château de Baños de la Encina (Jaén) ou Tarifa (Cadix). Leopoldo Torres Balbás a surtout ajouté à cette liste beaucoup d’exemples à travers des parallèles typologiques. - Deuxième phase. Du milieu des années quatre-vingt jusqu’à aujourd’hui, on peut dire qu’il n’y a pas eu une grande transformation dans la connaissance de cette question. À l’étude des structures et à la description des forteresses on a commencé à ajouter la recherche sur l’organisation du territoire, la configuration des frontières, ainsi que les questions de type économique et social (l’arrivée des musulmans qui se sont établis dans les différentes régions, les relations entre la production agricole et l’habitat rural ou l’espace contrôlé par les châteaux. Cette nouvelle thématique a commencé à se développer grâce aux études de Pierre Guichard, André 177


ESTMA III

Bazzana, Patrice Cressier, Miquel Barceló ou Manuel Acién. Ce chemin ne fait que commencer et on aura besoin de beaucoup de temps pour obtenir une interprétation du fait militaire dans l’al-Andalus. En même temps je pense que la bibliographie actuelle a besoin d’études monographiques ponctuelles pour pouvoir établir une typologie correcte. La période que nous voulons analyser commence en 711 (date de la première incursion musulmane dans la Péninsule Ibérique) et se poursuit jusqu’à la fin du Califat de Cordoue en 1031. Ces trois siècles de l’histoire d’al-Andalus peuvent être divisés en deux étapes chronologiques, qui sont : - 711-756 ou Émirat dépendant de Damasco. Ce Figure 1 : Plan du château de Trujillo (Cáceres). sont les années les moins connues du fait des B. Pavón Maldonado (1992), 287. lacunes des sources écrites, et de la datation plus tardive de quelques unes d’entre’elles. - 756-1031. Étape caractérisée par l’établissement d’une dynastie syrienne, les Omeyyades. L’histoire d’al-Andalus va être très marquée pendant ces deux siècles et demi par ces gouvernants. Nous pouvons parler de deux périodes l’Émirat indépendant de Bagdad (756-929) et le Califat de Cordoue (929-1031). Al-Andalus à la fin du haut Moyen Âge va être un pays très fortifié. Le territoire est organisé en provinces1 avec des capitales en forme de cités ou mudun, avec la présence systématique de remparts et/ou la construction de châteaux citadins (qasr ou qasaba). La province reste fragmentée en districts2, avec des centres possédant un château ou hisn/husun, et des villages (qarya). Aujourd’hui nous connaissons cette organisation non seulement à travers des sources arabes mais aussi grâce à l’archéologie. Plusieurs régions de l’Espagne ont été étudiées à travers des prospections archéologiques, c’est le cas de la région valencienne (Sharq al-Andalus), de l’Aragón (Tagr-al-Aqsa) et de la Alpujarras (Grenade)3. II – CARACTÉRISTIQUES DE L’ARCHITECTURE DU HAUT MOYEN ÂGE D’ALANDALUS A – Les matériaux de construction. 1 – La pierre. La plupart des édifices qui sont identifiés comme amirales et califales ont été construits en pierre de taille. Il s’agit de moellons de taille et qualité très différentes, avec mortier ou non. Dans beaucoup d’autres cas la pierre a été taillée ex profeso. 1. Nommée Tagr aux frontières et coras à l’intérieur. 2. Djuz o iqlim. 3. Régions qui ont été étudiées par les membres de la Casa de Velázquez à Madrid, comme André BAZZANA, Patrice Cressier et Philippe Sénac.

178


La fortification d’Al-Andalus pendant le haut Moyen Âge Marie Valor Piechotta

Figure 2 : Plan de la porte califale du château de Mérida (Badajoz). B. Pavón Maldonado (1992), 260.

La disposition des carrés est à panneresse et boutisse. Durant l’époque l’époque émirale il n’y a eu aucune distribution concrète, pendant le califat on peut détecter la présence d’un ordre systématique de deux ou trois boutisses et une panneresse (Lám. I). 2 – Le béton ou tabiya. Technique constructive employée au haut Moyen Âge, par exemple à Badajoz ou Grenade4, ainsi qu’à Balaguer5. À ces remparts ou châteaux urbains nous pouvons ajouter les châteaux de Baños de la Encina (Jaén) et d’El Vacar (Cordoue)6. 3 – La maçonnerie. Nous en avons très peu de témoignages, par exemple le château de Bezmiliana à Malaga, et beaucoup de tours à la frontière intérieure. Les pierres sont tracées et les murs ont au centre un mortier très caractéristique7. 4 – La brique. C’est un matériel de construction utilisé de forme complémentaire à la pierre. Les dimensions sont 35x23,3x5,2 cm. Elles sont communément employées pour les arcs et les voûtes. B – Les tours et les courtines. Les tours de ces fortifications sont très caractéristiques. Elles sont de plan carré ou rectangulaire et ne sont pas très saillantes par rapport à la courtine. Il y a une séparation systématique entre les tours de chaque fortification et les tours d’angle sont carrées et plus grandes (fig. 1). Normalement les tours sont pleines jusqu’au chemin de ronde et exceptionnellement elles ont quelques salles. Par exemple à Tarifa (Cadix) deux tours flanquent la porte, dans chacune, au niveau du sol, deux pièces sont destinées au corps de garde (fig. 2). À Banos de la Encina (Jaén) chaque tour à deux salles superposées, la plus basse au niveau du sol, l’autre au niveau du chemin de ronde (Lám. II). La plate-forme de tir est habituellement à la même hauteur que le mur d’enceinte.

4. F. VALDÉS (1991), 549-550. 5. Ch. EWERT (1979), 17. 6. Châteaux datés comme Omeyyades jusqu’à la publication de R. Azuar (1996), XI, 245-278, qui a proposé une chronologie postérieure, à l’époque Almohade. 7. A. ALMAGRO GORBEA (1976), 288-289, 294, 301.

179


ESTMA III

A

B Figure 3 : A. Porte de la Alcazaba de Mérida (Badajoz). B. Pavón Maldonado (1992), 260. B. Porte du flanc septentrional de Madinat az-Zahra (Córdoba). L. Torres Balbás (1992), fig. 220.

Il ne reste pas de couronnement original des forteresses du haut Moyen Âge. La plupart ont été rehaussées durant les siècles postérieurs. Ce fait et quelques références des chroniques nous permettent de conclure à l’absence de crénelage pendant l’Émirat8. Je pense personnellement que si le chroniqueur est surpris par l’absence de couronnement c’est parce qu’à cette époque c’était un élément très commun dans les fortifications d’al-Andalus. Les tours possèdent fréquemment un talus pour renforcer la structure architectonique. Exceptionnellement on peut voir des talus aux courtines, c’est le cas de Castell Formós (Balaguer, Lérida). On a écrit durant ces dernières années sur les tours (hors œuvre ou saillantes) ??? dans le cas de Calatrava la Vieja9. Tour datée de la période du califat par rapport à l’appareil de 8. F. VALDÉS (1984), 166. 9. M. RETUERCE VELASCO (1994), 211-241.

180


La fortification d’Al-Andalus pendant le haut Moyen Âge

C – Les portes Figure 4 : Plan de la Alcazaba de Mérida. L. Torres Balbás (1992), fig. 380.

Chaque fortification a peu de portes, fréquemment il y en a seulement une qui est située à une extrémité et protégée par deux tours. La forme habituelle est l’accès direct et on peut distinguer les entrées qui possèdent une porte de celles qui en ont deux. Les entrées à une porte s’appellent de « mocheta simple » ; il paraît qu’il s’agissait de la forme habituelle jusqu’à Abd al-Rahman III. À partir de la réforme des entrées de Cordoue avec l’addition d’une autre porte, de « doble mocheta », on trouve un schéma plus compliqué puisqu’un gardien doit être à l’intérieur quand elle est fermée. Nous pouvons voir cette structure au château de Tarifa à Cadix (Vide fig. 2). Il y a deux exceptions qui sont les cas des portes de l’Alcazaba de Mérida (fig. 5) et de Madinat al-Zahra (fig. 3). Toutes deux ont un schéma de porte de coude simple sans l’ajout d’un mur avec un autre arc d’entrée. On peut appliquer le nom de barbacane à ces cas logiquement très simples. Une autre exception c’est la porte principale du château de Gormaz où nous pouvons voir un trou de loup ouvert qui est daté de l’époque califale, et qui est le cas le plus ancien de la Péninsule Ibérique (Lám. III). D – Les plans Il y a une tendance évidente aux schémas géométriques. La totalité des chercheurs est d’accord pour considérer que les précédents romain et byzantin ont été fondamentaux pour 10. S. MARTÍNEZ Lillo (1987), 203. 11. M. ACIÉN ALMANSA (1995), 35.

181

Marie Valor Piechotta

construction et la trouvaille d’une monnaie du IXe siècle à l’intérieur du mur. Nous pensons maintenant qu’il n’y a pas d’arguments solides pour soutenir cette théorie. Les tours andalouses du haut Moyen Âge ne sont pas grandes et très souvent elles ressemblent à des murs. On doit chercher des exemples plus probants pour changer les idées traditionnelles. On a trouvé des tours semi-circulaires considérées comme califales à Talavera de la Reina (Toledo)10 et à Almeria11. La date est attribuée sur la base de la typologie des parements de pierre carrée. On a bien daté ce type de plans du XIe siècle d’influence abbasside. Ces propositions doivent être prouvées avec davantage d’arguments.


ESTMA III

Figure 5 : Plan du château de Gormaz (Soria). M. Gómez Moreno (1951), 179.

l’architecture militaire omeyyade d’al-Andalus. Les plans carrés ou rectangulaires sont présents surtout parmi les châteaux associés aux cités comme c’est le cas de l’Alcazaba de Mérida (fig. 4) ou de l’Alcazar de Séville. Mais nous pouvons voir une adaptation à la topographie quand ils sont en hauteur, c’est le cas de Baños de la Encina ou de Tarifa, ou plus clairement du château de Gormaz (fig. 5). III – TYPOLOGIE DES FORTIFICATIONS En accord avec notre critère, nous pouvons établir la typologie suivante : A. Remparts : - Muraille urbaine - Château intégré dans le rempart B. Châteaux : - Châteaux urbains - Châteaux ruraux (hisn) C. Tours : - de villages - Isolée A – Les remparts Les remparts et les centres politques fortifiés (qasr o qasaba) sont un des aspects les moins bien connus12. Il y a plusieurs difficultés en raison des vestiges architecturaux. Nous pouvons décrire deux situations possibles : celle de villes qui ont construit un rempart plus grand au Moyen Âge central et par conséquent la muraille primitive a été absorbée, c’est le cas de Séville ; et celle de villes où sur la première enceinte ont été appuyés les nouveaux remparts, comme à Agreda (Soria) ou à Ceuta. Dans ces cas il reste habituellement quelques vestiges de la muraille du haut Moyen Âge. 1 – La muraille urbaine Bien que les dimensions des surfaces encloses par les remparts du haut Moyen Âge13, difficiles à appréhender, soient d’al-Andalus, nous pouvons proposer trois groupes : 12. Il y a une publication très récente et importante, c’est le livre de C. MAZZOLI-GUINTARD (1996) sur les villes d’alAndalus. 13. C. MAZZOLI-GUINTARD (1996), 328-329, documents n° 5 : superficies urbaines.

182


La fortification d’Al-Andalus pendant le haut Moyen Âge

En attendant les plans de ces villes nous observons une constante qui est indépendante de la taille de l’enceinte. Les mudun qui sont situés en plaine ont tendance à adopter un plan régulier et géométrique, c’est le cas de Cordoue (fig. 6), ou de Talavera de la Reina (Toledo). Les villes situées en altitude sont très irrégulières, elles sont adaptées à la topographie du territoire, comme à Albarracín (Teruel) (fig. 7) ou à Agreda (Soria). Finalement, il y a Figure 6 : Plan du rempart de Cordoue. S. López Cuervo (1985), 23. une troisième possibilité, ce sont les cités situées en altitude, mais non perchées ; ici nous retrouvons une tendance à la symétrie adaptée au terrain, c’est le cas de Vascos (Tledo) (fig. 8) et Balaguer (Lérida). 2 – Le château est intégré dans le rempart. Les châteaux ont par rapport aux villes une situation caractéristique, ils sont déplacés à la périphérie, en contact direct avec l’extérieur. Les deux modèles possibles que nous observons sont les suivants : - quand la muraille urbaine et le château se trouvent à la même altitude, nous parlons du qasr dans les sources arabes ou d’alcázar dans les sources castellanes. 183

Marie Valor Piechotta

a – Petites ceintures de remparts (entre 4 ha et 15 ha): Albarracín (506 ha), Coria (6,5 ha), Vascos (8 ha). b – Les enceintes moyennes (de 15 ha à 50 ha) : Balaguer (35,5 ha), Carmona (42,2 ha), Huesca (23,2 ha), Talavera de la Reina (18,50 ha). c – Les grandes enceintes (50 ha et au-dessus) : Cordoue (198,5 ha), Madinat az-Zahra (110 ha), Toledo (102,4 ha).


ESTMA III

Figure 7 : Plan de Albarrac铆n (Teruel). A. Almagro Gorbea (1987), II, 76.

Figure 8 : Plan de la muraille urbaine de Vascos (Toledo). B. Pav贸n Maldonado (1992), 291.

184


La fortification d’Al-Andalus pendant le haut Moyen Âge Marie Valor Piechotta

Figure 9 : Plan du palais amiral de Séville. M. Valor Piechotta (1991), 52-53.

- si le rempart est en position basse par rapport au château situé plus haut, c’est la qasaba en arabe ou la alcazaba en castillan. Une des questions les plus intéressantes à propos de cette structure est la date à laquelle elle a été construite pour la première fois. En tenant compte des sources arabes depuis l’invasion musulmane, on trouve quelques références sur les alcazares comme un point de refuge de la population chrétienne. Le fait que les chroniqueurs aient écrit sur ces événements longtemps après, signifie que la mention n’est pas trop fiable. Le cas de Séville est significatif : nous savons que le gouverneur n’a construit une fortification pour sa résidence qu’à partir de l’année 889-890, cette muraille a été faite pour défendre son palais face à la population contumace de la cité14. Nous pensons que l’implantation des châteaux urbains, en forme de qasr ou qasaba est une conséquence de plus de l’islamisation des cités de la Péninsule Ibérique, qui a probablement son origine dans la dynastie Omeyyade.

14. Date d’une grande rébellion à Séville. M. VALOR PIECHOTTA (1991), 67-69.

185


ESTMA III

Figure 10 : Plan du Castell Formós de Balaguer (Lérida). Ch. Ewert et alii (1979), fig. 2.

B – Les châteaux 1 – Le château urbain isolé Bien qu’ils soient certainement plus nombreux, nous pouvons mentionner trois exemples. a – Mérida15 Dénommée comme hisn par l’épigraphie originale. La forteresse est située à un point stratégique entre la ville et le pont romain. Son plan est pratiquement carré (132x137 m) (cf. fig. 4), il a été construit avec des moellons romains. Chaque façade est renforcée avec quatre petites tours et une autre tour plus grande aux angles. Les tours sont massives jusqu’au chemin de ronde, et il ne reste pas de crénelages originaux. La porte est déplacée du centre à l’extrême nordouest. Flanquée par deux tours et renforcée par une avant-porte à deux ouvertures elle permet un accès direct du pont à la ville16. b – Sevilla17 Pendant l’Émirat Omeyyade, la ville a possédé un château urbain ou qasr. À travers les sources arabes nous connaissons l’existence d’un palais princier situé en dehors de la muraille 15. Ce sont des fortifications très citées dans la bibliographie. Les auteurs plus remarquables sont M. Gómez Moreno (1951), L. TORRES BALBÁS (1973) et F. Valdés Fernández (1992). 16. La construction de ce hisn ne fut pas suffisante pour dominer la population de Mérida, et l’émir Muhammad I (874875) finit par détruire le rempart, et il créa un nouveau centre urbain, Badajoz. 17. M. VALOR PIECHOTTA (1991), (1992).

186


La fortification d’Al-Andalus pendant le haut Moyen Âge

2 – Les châteaux ruraux ou hisn Il y a une grande différence typologique et morphologique entre les hisn, mais ils ont quelques choses en commun, tous sont intégrés à l’organisation politique et administrative de l’État omeyyade. L’origine de cette structuration vient du haut Moyen Âge, et dans certains cas nous pouvons reconnaître les origines antérieures19. En général nous pouvons distinguer deux grands groupes : A – Des châteaux qui sont à la frontière intérieure (marches Inférieure, Moyenne et Supérieure), et à la frontière maritime. B – Husun éloigné de la frontière, situé dans les coras. Nous pensons qu’au moins jusqu’à l’année 1031 il devait y avoir d’importantes différences entre l’organisation des territoires des marches et celle de l’intérieur. En ce sens il est significatif que la plupart des forteresses publiées comme du haut Moyen Âge correspondent aux frontières d’intérieur, comme aux voies de communication plus importantes. Finalement il y a aussi quelques fondations dans des territoires où l’insécurité et l’instabilité politique ont été importantes, spécialement pendant l’Émirat Omeyyade. a – Les hisn des Marches ou Tagr La Marche plus connue est la Marche Supérieure, nommée par les chroniqueurs arabes comme Tagr al-Aqsa ou Marche Extrême20. Les espaces étudiés correspondent aux provinces de Huesca, Lérida et Saragosse. Les conclusions apportées par l’étude de Huesca sont très concluantes, dans ce cas on peut constater l’appui systématique de la frontière sur un accident naturel, comme sont les montagnes. Cette limite est renforcée par des forteresses qui se disposent en forme de ligne à quinze kilomètres de distance. Tout autant que le relief, la géologie dicte et commande l’organisation du château. L’habitat se fixe et se développe sur les bancs 18. C. ESCÓ et alii (1988) ; C. EWERT (1979) ; J. GIRALT i BALAGUERÓ (1985), (1986). 19. A. BAZZANA, P. CRESSIER, P. GUICHARD (1998), 296. 20. P. SCALES (1990) ; Ph. SÉNAC (1991), (1992).

187

Marie Valor Piechotta

urbaine, citée en 889-890. En 913-914 nous trouvons aussi la mention de la construction d’un nouveau Dar al-Imara ou maison du gouverneur par l’émir Abd ar-Rahman III. Le château amiral de Séville est un édifice de plan rectangulaire (fig. 9). Construit en moellons romains au nord et à l’ouest, et en tabiya à l’est. Les tours sont pratiquement carrées et petites, plus grandes aux angles. Pleines jusqu’au chemin de ronde, elles ne possèdent pas le couronnement original. c – Balaguer18 Il paraît que l’origine andalouse de Balaguer se trouve dans une forteresse appelée Plá d’Almatá. Daté des premières années de l’invasion musulmane, c’est un édifice de plan pratiquement carré de 650 m de côté. Le matériel de construction est à base de moellons jusqu’à la hauteur de l’embasement et le reste de tabiya. 120 m plus loin a été élevé, daté de 897-898, Castell Formós. Il s’agit d’une fortification irrégulière du fait de son adaptation à la topographie du terrain. De l’époque émirale il ne reste que les flancs nord et partiellement l’ouest (fig. 10). Forteresse de moellons, ses tours sont plus grandes que celle de Mérida, mais avec les mêmes caractéristiques.


ESTMA III

Figure 11 : Plan du hisn de Iglesieta (Huesca). C. Escó, Ph. Sénac (1987), fig. 4.

des grès, délaissant les secteurs argileux, plus fragiles, les constructions s’alignant généralement le long des courbes de niveau. Parmi les critères déteminants l’installation d’un hisn, la qualité défensive l’emporte cependant sur l’attitude. L’existence d’un noyau central ou principal, dominant les autres éléments de l’habitat paraît être importante dans l’établissement de la forteresse. Il y a deux types fondamentaux des husun, qui sont : - Une structure plus simple, qui consiste en une tour de plan quadrangulaire, associée à une muraille qui ferme le côté plus accessible, c’est le cas de Alberuela de Tubo ou Iglesieta21 (cf. fig. 11). - Des édifices plus complexes, qui peuvent avoir jusqu’à trois remparts, comme Piraces22 (cf. fig. 12). Les appareils encore visibles permettent d’apprécier l’existence d’un matériel commun, sous la forme de longs blocs de grès à section carrée (0,40 jusqu’à 0,45 m de côté), présentant souvent des bossages dits « almohadillados ». Ce type d’appareil pouvait être daté du dernier quart du IXe siècle23. 21. Ph. SÉNAC (1988), 31. 22. Ph. SÉNAC (1987). 23. Ph. SÉNAC (1991), 276-280.

188


La fortification d’Al-Andalus pendant le haut Moyen Âge Marie Valor Piechotta

Figure 12 : Plan du château de Piracés (Huesca). C. Escó, Ph. Sénac (1987), 138-139.

Mais le phénomène de la fortification dans les marches a été présent non seulement sur la ligne de frontière, mais aussi à l’intérieur, ainsi, les villes ou mudun étaient protégées par des murailles, dans certains cas préislamiques comme à Saragosse24, mais aussi édifiées ex novo comme à Huesca25 ; d’autre part le réseau des husun faisait la défense des voies de communication et des vallées fertiles26. On parle, pourtant, d’un territoire très fortifié, avec la constitution de réseaux castraux qui rendaient très difficile l’incursion des royaumes chrétiens. Un hisn très important est celui de Gormaz (Soria)27. Château construit par al-Hakam II en 965, et interprété comme le dernier point du califat pour organiser les campagnes militaires jusqu’au territoire chrétien. Typologiquement, c’est une fortification pleinement adaptée à la topographie irrégulière du terrain. Le matériau de construction est les moellons, et les murs ont une hauteur de 10 m, et une épaisseur de 3 ou 4 m. Il n’y a pas le crénelage original, et les murs et tours ont à la base des escarpes caractéristiques. Pour le moment, nous n’avons pas d’étude sur la Marche Media et sur la Marche Inferior on pense qu’il y a un autre système d’organisation développé plutôt en profondeur qu’en lignes28. b – Les fortifications de la frontière maritime Nous pouvons établir deux moments fondamentaux qui sont la seconde moitié du IXe siècle et le califat. Pendant la seconde moitié du IXe siècle, spécialement sous Abd ar-Rahman II, ce sont les incursions vikings qui rendent nécessaires le développement d’un système de contrôle des côtes. La typologie des édifices est principalement constituée de tours isolées et rabitas29, détectées à Almeria et dans les entrées maritimes vers l’intérieur, c’est le cas pour les fleuves Guadalquivir, Segura ou Ebro. 24. J.A. SOUTO LASALA (1989). 25. C. ESCÓ, Ph. SÉNAC (1987). 26. J.A. SOUTO LASALA (1989), 279. 27. P. BANKS, J. ZOZAYA (1984) ; J.A. GAYA NUNO (1943) ; J. ZOZAYA (1988). 28. F. VALDÉS (1992), 96. 29. R. AZUAR RUIZ (1992).

189


ESTMA III

Figure 13 : Plan du château de Tarifa. L. Torres Balbás (1962), 649.

Figure 14 : Plan de Bezmiliana (Málaga). M. Acién Almansa (1995), fig. 4.

190


La fortification d’Al-Andalus pendant le haut Moyen Âge Marie Valor Piechotta

Figure 15 : Plan du alcázar de Bobastro (Málaga). C. Mergelina (1927), fig. 27.

Pendant le Califat, nous pouvons constater la construction d’au moins trois châteaux. Le renforcement des défenses maritimes est lié à la menace d’invasion des Fatimides d’Égypte. Les exemples publiés sont celui de Tarifa30, daté par l’épigraphe originale qui est encore in situ en 960. Mentionné comme bury (tour), il correspond à un château de plan trapézoïdal adapté à un promontoire rocheux (fig. 13). Les flancs nord, ouest et sud ont la structure fondationale jusqu’à la hauteur de 4,25 m. Le matériau de construction est les moellons. Les tours sont massives et il n’y a pas de vestiges de crénelage original. La porte califale est déplacée du centre de l’édifice, et est un accès direct flanqué par deux tours (fig. 14). c – Les husun d’intérieur ou des coras Les territoires éloignés de la frontière ont eu pendant l’Émirat et le Califat Omeyyade une structure très différente des Marches. Le phénomène de fortification ne fut pas aussi intense, il se développa seulement dans les provinces qui avaient des problèmes concrets avec le gouvernement de Cordoue. Nous pouvons détecter des husun, mais il n’est pas aussi clair qu’il y avait nécessairement un château dans chaque district administratif. 30. B. PAVÓN MALDONADO (1989) ; L. TORRES BALBÁS (1973).

191


ESTMA III

Figure 16 A : Torre del Andador (Albarracín, Teruel). A. Almagro Gorbea (1976), fig. 1B.

Les fortifications datées du IXe ou Xe siècle sont préférentiellement localisées près des voies importantes de communications et dans les localités rebelles à Cordoue. Une situation très commune dans ce territoire devait être la réutilisation des forteresses préislamiques. Pour le moment nous ne pouvons citer que quelques exemples très évidents tels que : Coria del Río (Séville), une colline qui probablement a été taillée dans la roche sédimentaire et qui aujourd’hui constitue un tell (Lám. IV). Ce lieu a été la clé pour traverser le fleuve Guadalquivir jusqu’à Séville pendant le haut Moyen Âge. Nous savons que les Vikings, qui sont entrés en 844, 192


La fortification d’Al-Andalus pendant le haut Moyen Âge Marie Valor Piechotta

Figure 16 B : Torre de los Casares (Guadalajara). A. Almagro Gorbea (1976), fig. 7.

ont eu besoin de trois jours, pour prendre cette forteresse. À Setefilla (Lora de Río, Séville), forteresse située à l’est de Séville et, proche de Cordoue. On a construit sur une fortification de l’Âge de Bronze des structures défensives ibériques, romaines, byzantines, islamiques et chrétiennes. Setefilla a été donnée dès la conquête de l’an 711 à une famille berbère qui l’a possédée jusqu’à la conquête chrétienne de 1251 (Lám. V). Tejada la Nueva (Paterna del Campo, Huelva) témoigne d’un autre cas ce sont les forteresses romaines qui sont restées peuplées. C’est le cas de Tejada la Nueva, où nous pouvons voir sur l’ouvrage classique, des remparts du XIIe siècle.

193


ESTMA III

Figure 17 : Parement de moellon de Mérida (Badajoz).

Mentionner la liste complète de fortifications d’al-Andalus datées du haut Moyen Âge est très difficile, mais il y a quelques cas significatifs, comme : Alora (Málaga)31, située en face de Bobastro, qui représente le modèle de l’État. À Baños de la Encina (Jaén)32 construite en tabiya, elle a un plan carré, avec des tours massives le plan est adapté au terrain qui est irrégulier, la fortification est flanquée de tours situées à égale distance les unes des autreS. Les tours ont deux salles superposées, la première à la hauteur du sol, la seconde à la hauteur du chemin de ronde. Le matériel constructif est la tabiya. À Bobastro (Málaga)33 (fig. 19). L’Alcázar possède un plan quadrangulaire d’approximativement 50 m de côté, avec des petites tours massives et carrées. Il est construit en moellons et avec un mortier très riche en chaux. El Vacar (Cordoue)34 est un hisn de plan carré avec des tours massives à chaque angle (fig. 20). Il est construit en tabiya avec des enceintes de chaux qui bordent chaque bloc et qui donnent l’aspect de moellons cyclopéens. Ces husun et quelques autres35 correspondent aux types caractéristiques de fortifications andalouses du haut Moyen Âge. Leur nombre n’est pas très élevé, mais il est nécessaire de faire 31. M. ACIÉN ALMANSA (1995), 34. 32. L. TORRES BALBÁS (1973), 657. 33. C. MERGELINA (1927) ; L. TORRES BALBÁS (1973), 419. 34. A. FERRER MORALES (1994) ; L. TORRES BALBÁS (1973), 659 ; A. SOLER, J. ZOZAYA (1989), II, 267. 35. Alcaraz (Albacete), Alpuente (Valencia), Castros (Cáceres), Daroca (Zaragoza), Garabrda (Huesca), Fuentearmegil

194


La fortification d’Al-Andalus pendant le haut Moyen Âge Marie Valor Piechotta

Figure 18 : Vue aérienne de Baños de la Encina (Jaén).

encore beaucoup de recherches et en même temps de prendre en considération les témoignages préislamiques. La cora de Séville peut être un exemple d’étude qui peut éclairer cette problématique. Ici il y a un développement très modeste des fortifications Omeyyades en même temps qu’une réutilisation systématique des fortifications antérieures. Ainsi, par exemple si nous observons les districts et leurs chefs-lieux, nous verrons qu’il n’y a pas à chaque fois un hisn comme centre administratif d’un territoire. Il est curieux de constater qu’entre districts ou aqalim voisins il est fréquent qu’un seul des deux possède une forteresse ; c’est le cas par exemple dans le district de Almonaster et Cortegana (actuellement au nord de la province de Huelva). Seul Almonaster possède un hisn, c’est ne pas le cas de Cortegana au haut Moyen Âge. À Aqalim de Aljarafe et Itálica. Le centre fortifié à cette date fut Itálica, ville romaine puis wisigothique. Seulement pendant l’émirat de Abd ar-Rahman III nous constatons la construction d’une fortification nommée Qabra, dont il ne subsiste que quelques vestiges. Dans les districts de Ulya (Alcalá del Río) et Tocina, nous trouvons une fortification importante d’époque classique, Alcalá del Río et aucune à Tocina, village ou qarya situé sur la rive gauche du fleuve Guadalquivir, pourtant, nous pensons qu’il y a une continuité importante du peuplement avec l’étape préis-

(Soria), Mont Mollet et Mont Marinet (Castellón de la Plana), Navas de Tolosa (Jaés), Pena de San Miguel (Huesca), etc.

195


ESTMA III

Figure 19 : Porte du château de Gormaz (Soria).

lamique, au moins pendant le haut Moyen Âge. Dans quelque cas nous devons reconnaître que Séville à l’époque Omeyydade a eu un des territoires les mieux contrôlés par Cordoue. C - Les tours36 La plupart des tours isolées considérées comme Omeyyades sont califales ; ce sont des tours situées aux frontières maritime et intérieure. Les régions qui pour le moment ont été étudiées sont les Marches Moyenne et Supérieure, spécialement le cas des provinces de Soria et Guadalajara. Les tours sont de plan quadrangulaire ou circulaire, et elles sont construites en maçonnerie, organisées en lignes horizontales et avec du mortier riche en chaux. Il y a aussi quelques exemples construits avec des moellons. Ces tours comportent plusieurs salles superposées, habituellement trois avec la terrasse. La couverture est pleine (fig. 16 a et b). La porte est située au niveau du deuxième étage, à trois mètres du sol. Quelques-unes d’entre elles sont des donjons.

36. A. ALMAGRO GORBEA (1976) ; R. AZUAR RUIZ (1995) ; L.P. DOMÍNGUEZ HERNÁNDEZ (1984) ; J.A. GAYA NUNO (1932), (1935).

196


La fortification d’Al-Andalus pendant le haut Moyen Âge Marie Valor Piechotta

Figure 20 : Vue aérienne de Coria del Río (Sevilla).

Figure 21 : Le château de Setefilla (Sevilla).

197


ESTMA III

BIBLIOGRAPHIE ACIÉN ALMANSA M. (1995), « La fortification en al-Andalus », La Arquitectura del Islam Occidental. Barcelona, p. 29-41. ACIÉN ALMANSA M. (1992), « Sobre la función de los husun en el sur de al-Andalus. La fortificación en el Califato », Coloquio Hispano-Italiano de Arqueología Medieval, Granada. ACIÉN ALMANSA M. (1989), « Poblamiento y fortificación en el sur de al-Andalus. La fortificación d’un país de husun », III C.A.M.E., Oviedo, I, 135-150. ACIÉN ALMANSA M. (1995), « La fortificación en al-Andalus », Archeologia Medievale, XXII, 7-36. ALMAGRO GORBEA A. (1976), « Las torres bereberes de la Marca Media. Aportaciones a su estudio », Cuadernos de la Alhambra, 12, 279-305. ALMAGRO GORBEA A. (1983), « Albarracín. Analyse d’une phénomène urbain », Prospections aériennes. Les paysages et son histoire, Paris. ALMAGRO GORBEA A. (1987), « El sistema defensivo de Albarracín, II C.A.M.E., Madrid, II, 71-84. AZUAR RUIZ R. (1992), « Atalayas, almenaras y rábitas », Al-Andalus y el Mediterráneo, Granada, 67-76. BANKS P., ZOZOYA J. (1984), « Excavations in the caliphal fortress of Gormaz (Soria), 19791981 : a summary », Papers in Iberian Archaeology, B.A.R., 193, 674-703. BAZZANA A., GUICHARD P., CRESSIER P. (1988), Les châteaux ruraux d’al-Andalus. Histoire et archéologie des Husun du sud-est de l’Espagne, Madrid. BAZZANA A. (1990), « Un fortin omeyyade dans le Shark al-Andalus », Archéologie Islamique, I, Mediava, 87-108. BENITO MARTÍN F. (1995), « La ciudad de Agreda y sus murallas », Arqueología y Territorio Mediaval, 2, 99-114. CARA BARRIONUEVO L. (1990), « La Alcazaba de Almería en época califal ». Aproximación a su conocimiento arqueológico, Almeria. ESCÓ SAMPERIZ C., SÉNAC Ph. (1987), « La muralla islámica de Huesca », II C.A.M.E., Madrid, II, 589-601. ESCÓ C., SÉNAC Ph. (1987), « Un hisn de la Merche Supérieure de al-Andalus : Piraces (Huesca) », Mélanges de la Casa de Velázquez, XXIII, 125-150. ESCÓ C., et alii (1988), Arqueología islámica en la Marca Superior de al-Andalus, Zaragoza. EWERT Ch., DUDA D. (1979), Hallazgos islámicos en Balaguer y en la Aljafería de Zaragoza, Madrid. FERRER MORALES A., (1994), « El castillo califal de El Vacar. Un ejemplo de decoración militar en época musulmana », Revista de Arqueología, 161, 48-51. GARCÍA GRANADOS J.A. (1993), « La primera cerca medieval de Granada. Análisis historiográfico », Arquelogía y Territorio Medieval, 3, 91-147. GAYA NUNO J.A. (1943), « Gormaz, castillo califal », Al-Andalus, 431-450. GAYA NUNO J.A. (1943), « La torre árabe de Noviercas (Soria) », Archivo Espanol de Arte y Arqueología, 219-223. GIRALT BALAGUERÓ J. (1985), « Arqueología andalusí en Balaguer (Lérida) », Sharq alAndalus, 2, 151-159. GIRALT I BALAGUERÓ J. (1986), « Fortifications andalusines a la Marsa Superior : el cas de Balaguer », Setmana d’Arqueología Medieval, Lleida.

198


La fortification d’Al-Andalus pendant le haut Moyen Âge

199

Marie Valor Piechotta

GÓMEZ MORENO M. (1951), El arte árabe espanol hasta Los Almohades. Arte Mozárabe en Ars Hispaniae, Madrid. IZQUIERDO BENITO R. (1988), « Una ciudad de fundacion musulmana : Vascos », Castrum 3, Macon, 163-172. IZQUIERDO BENITO R. (1994), Ciudad hispanomusulmana « Vascos ». Navalmoralejo (Toledo), Campanas 1983-1988, Madrid. JIMÉNEZ MARTÍN A. (1979), « Compendio de arquitectura emiral cordobesa » en K.A.C. Compendio de Arquitectura Paleo-islámica, Sevilla, 468-496. LILLO M. (1982), « Algunos aspectos de Madinat al-Zahra como ciudad fortificada », Miscelánea de Arte, Madrid, 11-15. MANZANO MORENO E. (1991), La frontera de al-Andalus en época de los Omeyas, Madrid. MARTÍNEZ LILLO S. (1987), « Algunos aspectos inéditios en la fortificación musulmana de Talavera de la Reina », II C.A.M.E., Madrid, II, 199-205. MAZZOLI-GUINTART C. (1996), Villes d’Al-Andalus. L’Espagne et Portugal à l’époque musulmane (VIIIe-XVe siècles), Rennes. PAVÓN MALDONADO B. (1989), « Dos ciudades fortalezas un tanto olvidadas : Tarifa y Gafiq o Belálcazar », Al-Qantara, X, 543-564. RETUERCE VELASCO M. (1994), « Calatrava la Vieja. Diez anos de investigación arqueologica », Arqueología en Ciudad Real. Castilla-La Mancha, 211-241. RIBERA I GOMEZ A. (1986), « El castell d’Alpont (Valencia) : Noticias sobre restos constructivos de época califal », I C.A.M.E., Zaragoza, III, 249-249. SCALES P.C. (1986), « La red militar en el Tagr al-Ala en los siglos X y XI : Cataluna », I C.A.M.E., Zaragoza, III, 221-236. SÉNAC Ph. (1992), « Les husun de Tagr al-Aqsa : à la recherche d’une frontière septentrionale d’al-Andalus à l’époque omeyyade », Castrum 4, Roma-Madrid, 75-84. SÉNAC Ph. (1988), « Notes sur les husun de Lerida », Mélanges de la Casa de Velázquez, XXIV, 53-69. SÉNAC Ph. (1990), « Une fortification musulmane au nord de l’Ebre : le site de la Iglesieta », Archéologie Islamique, I, 123-145. SÉNAC Ph. (1991), « Contribution à l’étude de la Marche Supérieure d’al-Andalus : les husun et le système défensif de Huesca », Catalunya i França meridional a l’entorn de l’any mil, Barcelona, 269-281. SÉNAC Ph., Escó C. (1988), « Une forteresse de la Marche Supérieure de al-Andalus, le hisn de Sen et Men (Province de Huesca) », Annales du Midi, 100, 17-33. SÉNAC Ph., Escó C. (1991), « Le peuplement musulman dans le district de Huesca (VIIIXIIe siècles) », La Marche Supérieure d’al-Andalus et l’Occident chrétien, Madrid, 51-61. SOLER A., ZOZAYA J. (1992), « Castillos omeyas de planta cuadrada : su relación funcional », III C.A.M.E., Oviedo, II, 265-274. SOUTO LASALA J.A. (1992), « Sistemas defensivos andalusies : notas acerca de la defensa militar de la Zaragoza Omeya », III C.A.M.E., Oviedo, II, 275-286. TERRASSE H. (1954), Les forteresses de l’Espagne musulmane, Madrid. TORRES BALBÁS L. (1973 2aed), « Arte Califal », Historia de Espana dirigida por Ramón Menéndez Pidal, Madrid, III. TORRES BALBÁS L. (s/f), Ciudades hispanomusulmanas, Madrid. VALDÉS FERNÁNDEZ F. (1984), « Las almenas en las fortifiaciones andalusíes del S.O. peninsular anteriores al siglo X », I Simposio sobre castillos de la raya entre Portugal y Espana, Madrid, 165-168.


ESTMA III

VALDÉS FERNÁNDEZ F. (1992), « Consideraciones sobre la Marca Inferior de al-Andalus », Castrum 4, Roma-Madrid, 85-98. VALOR PIECHOTTA M. (1991), La arquitectura militar y palatina en la Sevilla musulmana, Sevilla. VALOR PIECHOTTA M. (1992), « From Hispalis to Isbiliya ; the transformation from urbs to madian », Medieval Europe 1992, I, 49-64. ZOZAYA J. (1987), « Datos arqueológicos y patrones de asentamiento : la Marca Media y sus asentamientos islámicos », III C.A.M.E., Madrid. ZOZAYA J. (1988), « Evolución d’un yacimiento : el castillo de Gormaz (Soria) », Castrum 3, Madrid. ZOZAYA J. (1984), « Islamic fortifications in Spain : some aspects », B.A.R., 636-673. ABRÉVIATIONS B.A.R. : British Archaeological Reports. C.A.M.E. : Congreso de Arqueología Medieval Espanola.

200


Actes du IIIe Colloque Européen des Professeurs d’Archéologie Médiévale ESTMA *** En 1990, à l’initiative du Professeur Hans Andersson, un premier colloque regroupant des enseignants d’archéologie médiévale en Europe a eu lieu à l’université de Lund (Suède). Un second colloque a été organisé à Budapest (Hongrie) par les Professeurs Andreas Kubinyi et Jozsef Laszlovszky en 1993. Ces deux premiers colloques ont réuni des archéologues enseignant dans de nombreuses universités européennes. Le troisième colloque a eu lieu à Caen (France), berceau de l’archéologie médiévale depuis Arcisse de Caumont au XIXe siècle jusqu’à Michel de Boüard qui créa en 1955 le Centre de Recherches Archéologiques Médiévales de l’Université de Caen, en 1962 les colloques de castellologie « Château Gaillard » et en 1971, la revue « Archéologie Médiévale ». Ces institutions et ces publications, parfaitement vivantes, ont servi de base à l’organisation du 3e colloque et à la publication des Actes. Le colloque de Caen comprenait deux parties : - une partie réservée à l’enseignement de l’archéologie médiévale dans les différentes universités européennes (contenu de l’enseignement et méthode), - une autre partie destinée à faire le point notamment sur des problèmes archéologiques et historiques relatifs au peuplement, habitat, origine des villages et paroisses, cimetière et anthropologie.

isbn 2-902685-07-6


ESTMA III