Page 1

TEN YEARS

Book 1.indb 1

22.09.2010 18:09:31 Uhr


WHO WE ARE 2

TEN YEARS

Book 1.indb 2

TEN YEARS

What about introducing ourselves?

Et si on se présentait?

A wa mer eis géife presentéieren?

22.09.2010 18:09:32 Uhr


NVISION, il y a 10 ans, c’était une petite entreprise, lancée par quatre jeunes, à une époque où les modems étaient analogiques, où l’on devait expliquer ce qu’était Internet, le web, les e-mails. NVISION aujourd’hui, ce sont deux entreprises, trente personnes, des clients nationaux et internationaux. Dix ans de NVISION en chiffres, c’est 1 équipe pluridisciplinaire, constituée de 21 spécialistes du web, 89 claviers et souris, 1.645.892 lignes de code, 48 nuits blanches, 50.251 tasses de café bues, 5.268 heures de réunion, 69.744 messages ICQ, 2 mariages, 5 Christophe, 10 Schueberfouer, 7 employés Mpulse, 4 stagiaires, 1.987 mètres de câble réseau... Internet change vite et sans arrêt. Les innovations se succèdent les unes aux autres, à un rythme qui ne semble pas vouloir s’essouffler. Alors que pour certains le web est officiellement rentré dans l’âge du «2.0», NVISION s’est déjà réinventée plusieurs fois, en proposant à chaque fois de nouveaux services à ses clients. Comment expliquer ce qu’est NVISION NVISION?? Il n’y a pas de réponse simple. C’est une histoire de personnes, de clients, de technologies, d’usages, d’audace, de prises de risques. C’est tout simplement l’histoire d’une société, comme il en existe peut-être d’autres... Mais comme c’est la nôtre, et que nous en sommes heureux, nous vous proposons ici de découvrir une partie de l’envers du décor. En effet, certains de ceux qui liront ces lignes nous connaissent depuis le début. D’autres, peut-être la plupart, ne nous connaissent pas encore, ou que très partiellement. Les pages qui suivent vous permettront de faire notre connaissance. Nous fêtons notre première décennie en vous racontant notre histoire, en vous présentant notre présent et en partageant un peu de ce que ces années nous ont enseigné. Dix ans, c’est assez pour avoir de l’expérience, ce n’est pas assez pour ne plus avoir de rêves ou d’envies. Nous comptons bien vous étonner souvent dans les 10 prochaines années! RENDEZ-VOUS EN 2020... OU AVANT! 3

TEN YEARS

Book 1.indb 3

TEN YEARS

22.09.2010 18:09:33 Uhr


4

TEN YEARS

Book 1.indb 4

TEN YEARS

22.09.2010 18:09:51 Uhr


Commençons par le commencement… Comment tout cela a-t-il débuté?

RAOUL L’origine deMULHEIMS l’aventure, c’est luxusbuerg.lu luxusbuerg.lu. Nous avi-

ons créé une ASBL pour animer le site, qui était un réseau de «chat» en ligne. Il avait été lancé en 1996. Au bout de deux ans, nous avons organisé un événement «dans la vraie vie» pour rencontrer en face à face les utilisateurs que nous ne connaissions que via clavier et écran… Et là, grosse surprise! 350 personnes qui viennent au Scott’s! En 1998, c’était énorme, incroyable.

MIKE Le passage SERGONNE de l’ASBL à la société s’est effectué en

1999. Nous avions l’impression d’avoir quelque chose entre les mains qu’il fallait valoriser… et qu’une association n’était pas adaptée. Nous rencontrions souvent à l’époque l’Entreprise des Postes et Télécommunications qui regardait luxusbuerg.lu d’un œil assez «positif». En 1999, le site est devenu le channel de discussion officiel du site des P&T, qui à l’époque était le site le plus visité du Luxembourg.

R.M. L’association a confié à Nvision la gestion technique

et le développement commercial du site. Nous voulions proposer des publicités ciblées, en profilant les personnes selon leur âge, les canaux de discussion qu’ils fréquentaient… L’idée était, d’une certaine manière, de construire un réseau social. C’est cette approche qui a rendu le partenariat avec les P&T possible.

APPRENDRE ET ET APPRENDRE GRANDIR GRANDIR EN AVANÇANT... AVANÇANT... EN Nvision, petite entreprise créée il y a 10 ans par trois étudiants et un jeune diplômé, est aujourd’hui devenue un groupe employant plus de 30 personnes... Regards croisés de Raoul Mulheims et Mike Sergonne, Managing Partners. 5

TEN YEARS

Book 1.indb 5

TEN YEARS

22.09.2010 18:09:52 Uhr


21 69744 89 1645892 500011987 500011987 5268 5 48 6

TEN YEARS

TEN YEARS

Nvision aujourd’hui, ce sont :

spécialistes du web

messages ICQ

claviers et souris

lignes de code

tasses de café bues

mètres de câble réseau

heures de réunion

nuits blanches

Book 1.indb 6

versions du site nvision.lu

22.09.2010 18:09:52 Uhr


Après le comment, le quand…

M.S. Pour

être très précis, la société a été constituée le 17 décembre 1999. Mais le vrai début date de janvier 2000. Nous avons commencé dans des locaux sous-loués au père d’un des quatre actionnaires de l’époque... Le bureau faisait 12 m2, sans fenêtre... Je travaillais avec trois fumeurs…

R.M. Mike était le seul employé à ce moment-là. Tous les autres finissaient leurs études…

Puis le quoi… Que vouliez-vous faire?

Quelles étaient vos autres «ambitions initiales»?

R.M. Nous voulions également créer une base de données

de la jurisprudence luxembourgeoise, avec des critères de recherche détaillés. Une autre de nos envies était de proposer des produits pour la création de sites Internet pour les communes, avec un espace pour les citoyens, leur proposer des pages d’accueil, des outils pour créer des liens entre les administrations et les citoyens... Les idées étaient peut-être un peu compliquées pour une technologie qui était encore mal connue à l’époque?

R.M. Il y a plusieurs choses. Tout d’abord, entre les ambiLe business plan initial prévoyait plusieurs activités. M.S. En premier lieu, la vente d’espaces publicitaires sur luxusbuerg.lu,, comme nous l’avons dit plus tôt. Il y avait également un projet de plateforme de diffusion d’appels d’offres, publics, privés puis européens, selon un profilage pointu. Nous avons rencontré différents acteurs du marché pour leur parler de cette idée. Certains ont été plutôt agressifs: «Mais non, vous n’y arriverez pas», «Ne vous lancez pas là-dedans, nous avons prévu de le faire.»

Il ne M.S.

faut pas oublier qu’à l’époque, nous avions entre 23 et 25 ans… Alors, fatalement, ce genre de remarques, nous les prenions en pleine face… Nous n’avions aucune crédibilité vis-à-vis de nos interlocuteurs.

tions que l’on avait et ce que la technologie permettait de faire à l’époque, il y avait effectivement un écart… sans compter, avouons-le, notre expertise ou notre expérience de l’époque. D’une certaine manière, nous étions naïfs: nous pensions qu’une bonne idée allait suffire pour convaincre nos interlocuteurs de signer un bon de commande.

«« Les Les années années 2000, 2000, c’était c’était le le temps temps des des cow-boys cow-boys et et des des indiens! indiens! »»M.S.

R.M. Et puis en plus, à l’époque, il fallait expliquer l’inté-

rêt d’aller sur Internet… Qu’est-ce que c’est? Pourquoi? A quoi ça sert? Qu’est-ce que ça va m’apporter? Aujourd’hui, 10 ans après, il n’y a plus besoin d’expliquer ce qu’est un site Internet. On n’a même plus besoin d’expliquer qu’il faut régulièrement le faire évoluer.

Une des questions ou des objections que l’on nous M.S. R.M. Les années 2000, c’était le temps des cow-boys et des faisait souvent, c’était celle de la solidité de l’entreprise:: «Mais votre société, est-ce qu’elle sera encore là dans deux ans?» En sortant de ces rendez-vous, quelquefois nous en rigolions presque entre nous: «Si ça se trouve, c’est dans six mois qu’on aura fermé… Il a été gentil de nous donner deux ans de perspective…»

indiens! Certains facturaient l’équivalent de 25.000 euros pour trois pages HTML... Nous, nous arrivions derrière et demandions 2 à 3.000 euros pour 10 fois plus de pages. Comment leur expliquer qu’ils s’étaient fait avoir? Une personne rencontrée avait même dit qu’elle arrêtait Internet... «Trop cher, trop compliqué!»

7

TEN YEARS

Book 1.indb 7

TEN YEARS

22.09.2010 18:10:00 Uhr


8

TEN YEARS

TEN YEARS

Avec le recul, avez-vous eu l’impression de prendre de grands risques en vous lançant si jeunes? Mais concrètement, nous n’avons pas pris de grands R.M. risques…

M.S. Pas de risques, pas vraiment, mais bon, on a quand même pris le risque de ne presque rien toucher comme salaire pendant deux ans.

Oui, je suis d’accord… Mais en même temps, c’était le R.M.

temps du hype,, de la bulle. Netscape levait des milliards. Nous n’avions pas de liens familiaux particuliers, pas de charges, tout le monde habitait chez ses parents...

M.S. La première année, nous avons fait 1.250.000 LUF de

chiffre d’affaires. La deuxième, environ 3,7 millions de LUF, soit moins de 100.000 euros. Un beau pourcentage d’augmentation, mais une valeur absolue encore trop faible.

R.M. La troisième année, on s’est dit qu’il fallait que ça

bouge, qu’il n’était pas question de continuer comme ça. Au début, nous pensions ne faire que des produits, pas de prestation de services sur mesure. Nous avons finalement changé d’avis… Et nos clients nous ont aidés à changer d’avis. Comment ce virage de 2002 s’est-il passé?

M.S. Il ne s’est pas passé en une fois. Nous avons continué

à essayer de lancer des produits. Par exemple, nous avons proposé iConstruct. L’idée était de publier et gérer les réponses aux appels d’offres du secteur de la construction, comme des plateformes d’interfaçage, des programmes de calcul des réponses. Bref, rendre tout le processus électronique. Ce qui a fonctionné, c’est la partie relative à la gestion de projet. On s’oc-

Book 1.indb 8

appelons notre «zone de confort», sur des sujets technologiques que nous maîtrisons, où l’important est de bien connaître le sujet et de pouvoir être carré, structuré dans les offres. Ce que nous sommes! Ces contrats nous ont permis d’évoluer, de nous développer. On fait du service, on «assume».

R.M. La dynamique

est lancée, et nous avons conservé notre style commercial: aujourd’hui encore, nous ne mettons jamais le pied dans la porte. Nous essayons de démarcher de manière intelligente, d’une manière qui va avec le sérieux et la prestation que nous voulons proposer. Quels étaient les effectifs à ce moment-là?

R.M. Nous étions quatre en 2002. Mike et moi travaillions à plein temps et nous avions deux employés.

M.S. Entre 2002 et 2005, nous sommes devenus une véri-

table web agency,, et nous avons grandi… Nous sommes arrivés à un effectif d’une dizaine de personnes. Entre les agences et l’Etat, nous avons réussi à gérer une montée en charge régulière. La croissance s’est poursuivie jusqu’à aujourd’hui…

R.M. En 2004,

nous avons développé un produit pour l’EPT. C’était une plateforme d’envoi et d’échange de messages mobiles. C’était destiné à leurs clients, avec une interface de gestion web. Au bout d’un moment,

22.09.2010 18:10:38 Uhr


cupait de l’échange de données entre architectes et bureaux d’études. En 2003, nous nous sommes occupés du Lycée de Pétange. Nous étions purement techniques dans notre intervention, tout en fournissant un avantage client évident: nous servions de preuve de la remise en temps et en heure des documents. Le passage R.M.

à la société de prestation de services s’est fait par différentes collaborations avec des agences de communication, qui nous ont utilisés comme sous-traitants. Notre choix, ça a été de se positionner comme prestataire de qualité et flexible. Nous voulions dès le début faire nos preuves, montrer que nous pouvions apporter de la valeur ajoutée à nos clients. Concrètement, le premier «grand» à nous avoir fait confiance, c’est l’agence Binsfeld. Nous étions leur prestataire dans différents projets. Ils avaient eu pendant un moment une cellule Internet qu’ils ont fermée avec la crise et la disparition de la bulle. Ils nous ont permis de gagner en notoriété avec des clients comme Rosport ou Bram, autrement dit parmi les plus grandes marques du Luxembourg!

ils nous ont permis de reprendre le produit et de le développer à notre propre profit. Je dois avouer qu’ils ont été de très bonne volonté sur ce sujet.

M.S. En fait, l’intérêt de tous les opérateurs, c’est d’avoir

sur le marché une plateforme neutre, qui n’appartient à aucun de leurs concurrents et qui est capable de les interconnecter les uns avec les autres. Le service a commencé par s’appeler Nvision Mobile… Et comme il s’est bien développé, nous avons fini par en faire une spin-off en 2006. Mpulse a aujourd’hui un troisième actionnaire, Georges Berscheid, qui est l’architecte et le responsable technique de la plateforme.

R.M. Il s’est

bien développé… il est parti en flèche, oui! C’est d’ailleurs assez surprenant: c’est au moment où nous avons fini par admettre que nous savions mieux faire du service que du produit, que nous avons réussi à créer un produit qui soit adopté par le marché! Mpulse a donc une «philosophie» très différente des prestations de Nvision?

M.S. La deuxième grande opportunité a été les appels d’of- M.S. Et comment! Alors que Nvision est clairement sur fres du secteur public. L’Etat avait décidé de favoriser la concurrence entre les acteurs. Ils avaient choisi le CMS Infopark pour tous les sites Internet des ministères et des administrations. Obligation était faite à Infopark de proposer des formations gratuites aux sociétés qui souhaitaient participer aux appels d’offres. Cela mettait tout le monde à égalité: personne n’avait d’expérience ou de «track record» sur ce logiciel.

R.M. Nous nous sommes tout d’un coup retrouvés à égalité avec les autres acteurs. Les trois premiers marchés nous étaient passés sous le nez. Nous avons tout parié sur le quatrième... et un peu cassé les prix. Bien nous a pris: nous avons gagné le marché, celui du site de la Protection civile. Encore une belle référence, un «cachet» qui pouvait rassurer d’autres clients. Et donc la dynamique était lancée… Oui. Après, par le bouche-à-oreille, les choses se sont M.S. améliorées. Nous avons pu rentrer dans ce que nous

des projets sur mesure pour des clients nationaux, Mpulse est l’exact contraire: du produit et des clients internationaux.

«« Notre Notre choix, choix, ça ça aa été été de de se se positionner positionner comme comme prestataire prestataire de de qualité qualité et et flflexible. exible. »»R.M.

10 ans à travailler, ce sont quelques millions de 1 et de 0…

9

TEN YEARS

Book 1.indb 9

TEN YEARS

22.09.2010 18:11:20 Uhr


10 TEN YEARS

TEN YEARS

«« Nous Nous ne ne mettons mettons jamais jamais le le pied pied dans dans la la porte. porte. Nous Nous essayons essayons de de démarcher démarcher de de manière manière intelligente, intelligente, d’une d’une manière manière qui qui va va avec avec le le sérieux sérieux et et la la prestation prestation que que nous nous voulons voulons proposer. proposer. »»R.M. Book 1.indb 10

22.09.2010 18:11:20 Uhr


Et que devenait Nvision, alors que Mpulse décollait? Nous M.S.

pensions devoir concentrer nos efforts sur Mpulse, et un peu délaisser Nvision… Et du coup, de 2006 à 2009, Nvision a également connu un véritable boom. Entre 2006 et 2008, les effectifs ont doublé, pour atteindre les 20 personnes. C’est une situation qui nous a obligés à structurer et organiser la société de manière différente: nous avons mis en place des workflows, installé un middle management management… Bref, nous nous sommes adaptés, nous avons appris à marcher en avançant.

La taille des clients a également changé en 2006. Tout R.M.

a commencé avec Arcelor, qui a lancé un appel d’offres… que nous avons gagné. J’ai un petit sentiment de nostalgie en pensant à ce site: nous avons reçu la confirmation de commande en décembre 2005, et le 27 janvier 2006, Mittal lançait son OPA… Le site est bien allé en ligne, mais il n’y est resté qu’un an. Comment aviez-vous gagné ce marché?

Nous avons gagné grâce au pitch initial. Nous avions R.M. consacré du temps et investi dans la création du concept par des pré-études, sans oublier la construction du dossier. Pour réutiliser une expression déjà citée, nous étions dans notre zone de confort. C’est-à-dire? Nous sommes en fait à la liaison entre les SSII et les M.S.

agences de communication. Nous sommes à la fois capables de faire une partie de leur travail et de savoir où nous arrêter. On maîtrise les deux, en venant de la technologie vers la communication. Nous avons en fait réussi à apprendre de chaque projet, pour nous améliorer. Quelles sont les prochaines étapes de Nvision/ Mpulse?

Nous R.M.

allons travailler à développer Mpulse sur le marché français. La filiale française a été créée en novembre 2009. Nos offres vont nous permettre de rentabiliser les infrastructures sur les deux marchés

et d’en faire profiter nos clients. Le marché français est pour le moment partagé entre les grands acteurs internationaux et les petits acteurs locaux. Nous inaugurons une nouvelle taille de prestataires.

M.S. Nous avons également eu la chance de gagner un

budget de R&D attribué par le ministère de l’Economie, qui va nous permettre de travailler sur le paiement par mobile. Le but est de voir comment effectuer un paiement par mobile sans passer par l’opérateur télécom, mais en passant par le système bancaire traditionnel. Il y a beaucoup de travail à fournir, à la fois légal et technique.

R.M. Pour

Nvision, nous allons développer nos prestations vers toutes les phases «post-projet», comme les questions de marketing en ligne. Nous nous sommes construits sur des bases technologiques, et c’est ce que nous allons essayer d’apporter à nos clients. Autrement dit, on peut faire des choses dans le domaine du SEO, par exemple, sans prendre la place des agences de marketing ou de communication, mais en proposant des outils informatiques pour améliorer les positionnements.

M.S. Cela veut dire changer, d’une certaine manière, la

façon dont nous travaillons avec le client. Il va falloir être plus proches, mieux comprendre ce qu’ils font et devenir de véritables accompagnateurs et assistants. Mais ici comme pour tout le reste, nous allons le faire à notre rythme, en nous organisant, en choisissant un niveau de qualité de service élevé, en gagnant au fur et à mesure nos galons...

R.M. Il y a une évolution sur Internet, même si j’ai toujours

voulu éviter le terme de «web 2.0». Concrètement, Internet devient plus actif, plus interactif, même s’il n’est pas toujours plus intelligent ou subtil. Pour le moment, on se contente de dire «j’aime/j’aime pas». Mais en attendant, les gens deviennent actifs sur Internet. Ils étaient actifs en cherchant de l’information, ils deviennent actifs en proposant de l’information. L’enjeu pour les entreprises, ici comme ailleurs, c’est de le comprendre, de le «contrôler», au sens de le prendre correctement en compte, et surtout d’en profiter.

11 TEN YEARS

Book 1.indb 11

TEN YEARS

22.09.2010 18:11:58 Uhr


12 TEN YEARS

TEN YEARS

BEST CASES Book 1.indb 12

22.09.2010 18:11:59 Uhr


Travailler dans le domaine d’Internet, c’est notamment construire des sites web. Tous les projets sont importants, et certains sont plus marquants que d’autres. Parce qu’ils sont plus beaux, plus inventifs, plus technologiques, plus gros, ou tout simplement atypiques… Les pages qui suivent vous présentent quelques-uns des sites réalisés par Nvision au cours de ces 10 dernières années. Ils sont importants pour différentes raisons. Parce qu’ils sont caractéristiques d’une étape, d’une époque de la société? Parce que le défi était de taille, et que nous sommes fiers de l’avoir relevé? Un peu des deux, probablement. Quoi qu’il en soit, ce sont des souvenirs, plus ou moins récents, que nous voulions partager avec vous. Sur Internet, tout change très vite, dans tous les sens, à toute vitesse. Ce qui est constant? L’enthousiasme et la passion. Dans chaque projet, nous essayons d’amener le maximum de notre expérience, de nos compétences et de notre énergie.

13 TEN YEARS

Book 1.indb 13

TEN YEARS

22.09.2010 18:11:59 Uhr


14

2000 2001

TEN YEARS

TEN YEARS

NVISION 1.0: EN SUIVANT LE BUSINESS PLAN... «Ces deux années ont été celles de l’apprentissage et des projets issus de notre business plan initial. Nous avons également appris, pendant ces deux ans, ce que c’est que de s'occuper d'une entreprise et de vouloir transformer ses idées en réalité.»

2000

2001

Luxusbuerg www.luxusbuerg.lu

Année: 2000, refonte en 2005

iconstruct

URL: www.iconstruct.lu (offline)

URL: www.luxusbuerg.lu Client: produit de Nvision

Client: produit de Nvision

Technologies: CMS sur mesure en PHP/MySQL, XHTML/CSS, Flash (Interface chat)

Technologies: PHP/MySQL, XHTML/CSS Particularité: gestion et échange de fichiers en ligne, gestion des droits avancée

Particularité: 2e site le plus populaire du Luxembourg en 2001 avec plus de 4.000 visiteurs journaliers

Luxusbuerg, c’est l’origine de Nvision: c’est le site qui nous a donné l’envie d’aller plus loin, de se lancer dans l’aventure de l’entreprise... En effet, trois des quatre actionnaires initiaux étaient impliqués dans ce projet, depuis 1996.

Book 1.indb 14

Année: 2001

iConstruct avait comme vocation de permettre de gérer de A à Z les projets de construction, en y hébergeant les appels d’offres en ligne et en y intégrant l’affichage des avis, le remplissage des bordereaux de réponse, la gestion des échanges de fichiers entre les différents intervenants et la coordination des plannings. Autrement dit, il permettait la coordination complète des chantiers!

22.09.2010 18:12:02 Uhr


2002 2005

NVISION 2.0: ET SI L’ON FAISAIT DES SITES WEB?

2002

2003

Bram

Games.pt.lu

www.bram.lu Année: 2002

Année: 2003

URL: www.bram.lu (nouvelle version en ligne)

URL: games.pt.lu (offline)

Client: Binsfeld Communication

Client: Entreprise des P&T

Technologies: PHP/MySQL, XHTML/CSS

Technologies: PostNuke CMS, PHP/ MySQL, XHTML/CSS

Particularité: premier site pour une enseigne de renom

Particularité: reprise de la gestion éditoriale et technique du portail de jeux

Games.pt.lu, c’est la gestion conceptuelle, éditoriale et technique d’un portail de jeux, qui est arrivée dans le prolongement d’une collaboration générale avec l’Entreprise des P&T qui durait depuis l’année 2000...

Bram a été notre premier projet d’envergure, en collaboration avec Binsfeld Communication. Ils ont signé le concept et le design, nous nous sommes occupés de la partie technique.

15 TEN YEARS

Book 1.indb 15

TEN YEARS

22.09.2010 18:12:05 Uhr


2002 2005

16 TEN YEARS

TEN YEARS

NVISION 2.0: ET SI L’ON FAISAIT DES SITES WEB?

2003

2005

www.112.lu

www.unicef.lu

Portail 112

Unicef Année: 2003

Année: 2005

URL: www.112.lu

URL: www.unicef.lu (nouvelle version en ligne)

Client: Administration des services de secours

Client: Unicef Luxembourg Technologies: Infopark CMS, PHP/MySQL, XHTML/CSS

Technologies: Infopark CMS, XHTML/CSS Particularité: première soumission publique eLuxembourg remportée par Nvision

Le portail de l’Administration des services de secours, 112.lu, a été le premier appel d’offres public que nous avons remporté dans le cadre du programme eLuxembourg et le premier avec le système de gestion de contenu Infopark.

Book 1.indb 16

Le portail de l’Unicef, c’est un projet également basé sur Infopark... Il a été réalisé et hebergé par nos soins, enrichi d’un site de vente en ligne.

Particularité: premier projet Infopark développé et hébergé au moyen de la plateforme d'hébergement de Nvision

22.09.2010 18:12:07 Uhr


2006 2008

NVISION 3.0: ENFIN ADULTES!

2006

2006

Brasserie Mousel-Diekirch

Arcelor

www.diekirchsurf.lu

www.arcelor.com Année: 2006

Année: 2006

URL: www.arcelor.com (offline)

URL: www.diekirchsurf.lu

Client: Arcelor

Client: Brasserie de Luxembourg

Technologies: XHTML/CSS

Technologies: PHP/MySQL, XHTML/CSS

Particularité: appel d'offres international, prestation de concept, architecture, design, XHTML/CSS sans développement de CMS ou en PHP.

Particularité: full service web et élaboration d’une stratégie de web marketing

Le portail Arcelor.com, c’est un appel d’offres international que nous avons remporté devant des grands concurrents étrangers. Nous avons signé l’étude conceptuelle, le design et l’intégration XHTML/CSS.

Avec Diekirch, nous avons eu la chance de travailler avec une entreprise qui mettait le web et la téléphonie mobile au centre de sa stratégie de communication.

17 TEN YEARS

Book 1.indb 17

TEN YEARS

22.09.2010 18:12:11 Uhr


18 TEN YEARS

2006 2008

TEN YEARS

NVISION 3.0: ENFIN ADULTES!

2007

2008

Mike Koedinger Editions

Raiffeisen www.raiffeisen.lu

www.paperjam.lu

Année: 2007

Année: 2008

URL: www.paperjam.lu

URL: www.raiffeisen.lu

Client: Mike Koedinger Editions

Client: Banque Raiffeisen

Technologies: Infopark PHP/MySQL, XHTML/CSS

Technologies: Drupal CMS, PHP/MySQL, XHTML/CSS

Particularité: mise en ligne de plus de 15.000 articles au moyen du CMS Infopark

Particularité: premier site réalisé au moyen d'un CMS opensource (Drupal) pour un acteur majeur du secteur financier luxembourgeois

Le site de Raiffeisen a été l’occasion de faire adopter par un acteur important de la place financière une solution open-source: le système de gestion de contenu Drupal... Nous nous sommes également occupés du design. Avec les sites de Mike Koedinger Editions, nous avons eu l’occasion de prendre en charge tout le cycle du projet: études et concepts, design et réalisation technique.

Book 1.indb 18

22.09.2010 18:12:15 Uhr


2009 2010

NVISION 4.0: VERS DE NOUVEAUX HORIZONS...

2009

2009

Centre Hospitalier de Luxembourg

SES ASTRA

www.astra2connect.com

www.chl.lu Année: 2009

Année: 2009

URL: www.astra2connect.lu

URL: www.chl.lu

Client: SES ASTRA

Client: Centre Hospitalier de Luxembourg

Technologies: Infopark CMS, PHP/MySQL, XHTML/CSS

Technologies: Drupal CMS, PHP/MySQL, XHTML/CSS

Particularité: réalisation du site web et coordination d'une vaste action de Search Engine Marketing (SEM)

Particularité: site en Drupal pour le plus grand groupe hospitalier au Luxembourg

Le Centre Hospitalier de Luxembourg, c’était aborder le secteur de la santé en travaillant directement avec le plus grand groupe hospitalier luxembourgeois. En plus de la présence web, nous nous sommes également occupés de l’Intranet. Les deux volets ont été réalisés dans Drupal, et nous avons assuré tout le cycle, de l’étude initiale à la maintenance, en passant par le design et, bien entendu, la réalisation.

SES ASTRA, c’est un vrai partenariat visant à élaborer la stratégie et la mise en œuvre de la présence web de l’entreprise. Nous avons assuré la consultance, la gestion et la réalisation de sites, tout comme le déploiement d’applications et la gestion de projets de web marketing.

19 TEN YEARS

Book 1.indb 19

TEN YEARS

22.09.2010 18:12:18 Uhr


20 TEN YEARS

2009 2010

TEN YEARS

NVISION 4.0: VERS DE NOUVEAUX HORIZONS...

2009

2009

Association des Banques et Banquiers

MyEnergy

www.abbl.lu

www.myenergy.lu

Année: 2009

Année: 2009

URL: www.myenergy.lu

URL: www.abbl.lu

Client: MyEnergy G.I.E.

Client: Association des Banques et Banquiers, Luxembourg

Technologies: Drupal CMS, PHP/MySQL, XHTML/CSS

Technologies: Drupal CMS, PHP/MySQL, XHTML/CSS

Particularité: étude de l'architecture de l'information, du concept et réalisation au moyen de Drupal avec un design au goût du jour

Avec MyEnergy, nous avons encore eu l’occasion de faire plus que du développement sur Drupal. Nous avons apporté du conseil sur la stratégie et la structuration des contenus, tout en continuant à assurer le design.

Book 1.indb 20

Particularité: interfaçage de Drupal avec des sources de données externes

Le portail web de l’ABBL a été porté vers Drupal, en assurant la réalisation technique mais également en apportant des conseils et des prestations de maintenance. Cerise sur le gâteau: nous avons travaillé sur le développement d’interfaces spécifiques permettant des échanges de données.

22.09.2010 18:12:21 Uhr


2010

2010

www.luxembourgforbusiness.lu

www.luxembourgexposhanghai.lu

Luxembourg Expo 2010 Shanghai

Luxembourg for Business

Année: 2010

Année: 2010

URL: www.luxembourgforbusiness.lu

URL: www.luxembourgexposhanghai.lu

Client: Luxembourg for Business G.I.E.

Client: Luxembourg@ ExpoShanghai2010 G.I.E.

Technologies: Drupal CMS, PHP/MySQL, XHTML/CSSS

Technologies: Drupal CMS, PHP/MySQL, XHTML/CSS

Particularité: implémentation d'un design innovant et de plusieurs modules spécifiques sous Drupal

Particularité: site illustrant la flexibilité de Drupal pour l'intégration d'un design web contemporain

Luxembourg for Business, c’est une structure qui allie le public et le privé pour la promotion du commerce luxembourgeois. Nous avons assuré la conceptualisation, le conseil, le design et la réalisation technique

Nous avons mis au point le design du site web du pavillon luxembourgeois à l’exposition universelle de Shanghai, sur Drupal... Nous nous sommes exportés en Chine!

21 TEN YEARS

Book 1.indb 21

TEN YEARS

22.09.2010 18:12:26 Uhr


22 TEN YEARS

TEN YEARS

votre

Book 1.indb 22

22.09.2010 18:12:27 Uhr


INTÉGREZ VÉRITABLEMENT LE WEB DANS VOTRE MARKETING-MIX Au début de n’importe quel projet web, il faut répondre à différentes questions. En tête de la liste: quelle est la place du web dans votre stratégie marketing? Comment se positionne-t-il par rapport aux autres médias? Quelle est son importance? Que vous vendiez des produits ou proposiez vos services, le marketing, la communication et la vente se font via différents canaux et différents médias. Visez le meilleur, en intégrant et en rendant complémentaires les différents outils qui sont à votre disposition. Soyez proactif, pensez avant d’agir et mettez au point un véritable «plan de bataille» avant de vous plonger dans la réalisation, dans le concret. Internet est spécial, c’est un média interactif... Profitez des perspectives qu’il vous offre: vous pouvez articuler les messages des autres médias autour du web, pour recueillir les réactions de vos cibles... Et n’oubliez pas qu’Internet, ça peut également servir à vendre... EN RÉSUMÉ: La stratégie Internet fait partie intégrante de votre stratégie marketing globale. Ce n’est ni un projet à part ni un aspect mineur.

FIXEZ DES OBJECTIFS ET UN CADRE CLAIRS ET PRÉCIS Vous avez positionné Internet dans votre stratégie globale. Devenez plus précis: fixez des objectifs précis à votre site web. Prenez du temps pour construire un cahier des charges... vous le récupérerez rapidement pendant le projet. Sans lui, vous vous épuiserez à rattraper des changements de cap en cours de projet. Et en plus, fixer des objectifs réalistes a priori est le seul moyen de dire si le projet a réussi ou non! Sans compter que vous rendrez la vie plus facile à vos équipes comme à vos prestataires. Et une fois lancé, continuez sur l’élan. Préparez les règles de gestion de projet: comment va-t-on travailler? Qui seront les interlocuteurs? Quelles seront leurs responsabilités? Comment allez-vous échanger avec votre prestataire? N’oubliez pas qu’un projet web, c’est à la fois de la communication et de l’informatique... Ce qui pose un défi de taille – faire se comprendre des gens qui ne sont pas habitués à parler le même langage – et justifie encore plus tout le travail accompli avant de se lancer dans la phase de production. EN RÉSUMÉ: Faites un cahier des charges et répartissez les méthodes, rôles et responsabilités de manière claire.

23 TEN YEARS

Book 1.indb 23

TEN YEARS

22.09.2010 18:12:28 Uhr


24 TEN YEARS

TEN YEARS

ÉCOUTEZ ET FAITES CONFIANCE Tous les goûts sont dans la nature... surtout dans les domaines du design, de l’ergonomie et de la technologie. On pense souvent que son avis est le bon et l’on rechigne à faire des concessions. En théorie, la création d’un petit site web est à la portée de presque tout le monde... Mais si vous souhaitez faire plus et mieux, écoutez les professionnels avec qui vous êtes en relation: ils peuvent vous apporter des choses. Par exemple, une meilleure qualité, une plus grande adéquation entre votre stratégie, votre image, vos besoins et vos ambitions pour votre site. Les «petits plus» sont souvent déterminants pour le succès d’un projet Internet. Ils peuvent pérenniser vos choix, faciliter l’utilisation au quotidien ou encore améliorer la sécurité. Ayez un avis, mais ne basez pas vos choix uniquement sur vos propres goûts: c’est en échangeant avec un maximum de personnes et en synthétisant les points de vue que l’on améliore son approche. EN RÉSUMÉ: Faites confiance à votre équipe et aux spécialistes, surtout si leurs recommandations sont argumentées.

ADAPTEZ LES CONTENUS ET LES FONCTIONNALITÉS À VOTRE CONTEXTE Un internaute décide en un clin d’œil s’il va rester ou quitter votre site Internet, surtout s’il arrive chez vous par un moteur de recherche. Son jugement est rapide et sévère. Les actualités de votre site ne sont plus mises à jour depuis des mois? Mauvais. Le design date des années 90? Mauvais. Trop d’options et de fonctionnalités parasites, qui n’ont rien à voir avec votre stratégie? Mauvais. Vous attirerez peut-être des visiteurs, mais sont-ils les bons? Par exemple: ne proposez pas des rubriques sans lien avec votre objectif. Leur entretien coûtera des efforts et les effets, directs ou indirects, ne seront certainement pas à la hauteur des espérances. Autre exemple: ne proposez la création d’un profil personnalisé que si vous proposez également un contenu ou un service associé qui apporte une réelle valeur ajoutée, en contrepartie de l’effort que vous demandez. Autrement dit: ne mettez rien en production que vous ne puissiez entretenir. Assumez, réduisez la dimension de votre projet au profit de sa pertinence et de son efficacité. EN RÉSUMÉ: Dimensionnez votre projet à l’échelle de vos besoins et de vos moyens, financiers et humains. Un site Internet exige de l’argent, du temps et de l’implication.

Book 1.indb 24

22.09.2010 18:12:28 Uhr


CHOISISSEZ UN MODÈLE ÉCONOMIQUE VIABLE Vous voulez un site Internet qui génère des rentrées financières, que ce soit par la vente en ligne, la vente d’espaces publicitaires ou toute autre technologie? Réfléchissez bien à votre modèle économique... Il doit être réaliste et viable. Une vraie bonne idée est une idée qui rapporte, directement ou indirectement. Votre projet de commerce électronique devra être détaillé. Faites de la veille concurrentielle, étudiez les tarifs pratiqués, mettez des chiffres sur votre projet. Prenez le temps de faire un plan d’affaires, avec des hypothèses basse, moyenne et haute. Soyez honnêtes avec vous-même. Mieux vaut abandonner une idée parce que vous avez réfléchi et découvert que la concurrence est rude, la demande restreinte ou les perspectives de revenus limitées, que d’aller trop vite et perdre de l’argent. Cette remarque est particulièrement valable si vous visez uniquement le marché luxembourgeois et ses 500.000 habitants. Les efforts à faire sont souvent comparables à ceux qu’il faudrait déployer pour un marché plus grand, pour une population cible plus réduite et des coûts de promotion proportionnellement plus élevés. EN RÉSUMÉ: Le web n’est pas différent du monde réel. Un projet doit être viable économiquement parlant.

CHOISISSEZ LA BONNE SOLUTION TECHNIQUE La solution technique ne doit pas influer sur votre stratégie et vos objectifs. Les environnements technologiques doivent satisfaire vos besoins et être des points d’appui pour votre ambition. Vous devez vous assurer que les outils que vous choisirez pourront vous accompagner plus que le temps d’un seul projet. Ils doivent être performants et faciles à utiliser: n’oubliez pas que des humains vont l’utiliser! Sans oublier la sécurité... Privilégiez une solution souple et flexible plutôt qu’une grande usine à gaz, qui ne répondra que partiellement à vos besoins et créera plus de problèmes qu’elle n’en résout. EN RÉSUMÉ: Pensez stratégie et besoins, avant de choisir la technologie... Encore mieux: laissez votre partenaire choisir la technologie qui vous correspond le mieux.

25 TEN YEARS

Book 1.indb 25

TEN YEARS

22.09.2010 18:12:28 Uhr


26 TEN YEARS

ENGAGEZ UN BUDGET JUSTIFIÉ ET JUSTIFIABLE Ce qui n’a pas de prix n’a pas de valeur. Si vous voulez de la qualité, vous devrez payer. Certains travaux peuvent paraître simples, d’autres demandent de la compréhension de votre secteur, de l’intelligence, du savoir-faire. De bons professionnels mettent ces qualités et connaissances à votre service. Ils investissent constamment dans la formation des équipes, la gestion de projet et la généralisation des meilleures pratiques. Tout ne doit pas être négocié. Si vous pouvez bien entendu demander un «geste commercial» ou renégocier certains points, souvenez-vous que réduire le coût d’un projet signifie quasiment à coup sûr que le temps passé sur le projet par le prestataire, et donc la qualité finale, vont être inférieurs. Prendre le prestataire le moins cher n’est pas non plus toujours la bonne solution. C’est le rapport qualité/prix qui doit guider votre choix. Comment l’évaluer? Regardez les références du prestataire, sa méthodologie et ses processus, la qualification de l’équipe projet, ainsi que sa capacité d’analyse des besoins... Il vous l’a montré dans l’établissement d’une proposition de services. C’est la somme de tous ces facteurs qui permet de trouver l’équilibre entre le prix et la qualité. EN RÉSUMÉ: Rappelez-vous que le prix n’est qu’un facteur parmi d’autres pour évaluer la qualité d’une proposition et donc les chances d’atteindre vos objectifs.

Book 1.indb 26

TEN YEARS

RÉFLÉCHISSEZ AUX ÉTAPES ET À L’ORGANISATION DE VOTRE PROJET Un projet web est complexe. Il doit mettre en adéquation une stratégie marketing, des impératifs de communication, des aspects techniques... Vous n’avez pas le choix: vous devez établir de manière préalable une organisation et un planning rigoureux. Les projets web sont majoritairement séquentiels: une phase succède à l’autre. Conséquence directe: un retard dans une phase se répercute sur les suivantes, et n’est que rarement rattrapable. Vouloir imposer un planning très serré est bien souvent illusoire: ni vous ni votre prestataire ne serez capables de le respecter. Et si vous l’imposez, vous allez créer des mécontentements et de la frustration bien inutiles et contre-productifs. Autre point important: vous devez être disponible pour votre prestataire. Il va nécessairement vous poser des questions ou attendra des validations pour pouvoir avancer. Pour accélérer le rythme, désignez deux interlocuteurs référents: un dans votre structure et un autre chez votre prestataire. Précisez également leurs rôles, leurs responsabilités, les tâches qu’ils devront assumer. Si votre projet est très ambitieux, pourquoi ne pas le rendre plus gérable en le structurant en phases successives? Vous faciliterez ainsi à la fois la gestion de projet et la prise de risques. EN RÉSUMÉ: Etablissez un planning pour le projet que vous pourrez respecter.

22.09.2010 18:12:29 Uhr


FAITES VALIDER Si le web fonctionnait comme les médias papier, vous pourriez changer beaucoup de choses au dernier moment, sans trop de difficultés. Avec la technologie, c’est malheureusement impossible: déplacer un élément a souvent des conséquences en matière de programmation. L’ajout d’une fonctionnalité nécessite souvent l’écriture du code de programmation, associée aux tests de bon fonctionnement, sans compter les vérifications pour éviter que le changement ne perturbe le fonctionnement d’autres composants. Pour éviter ces problèmes, procédez à des validations au début du projet et aux étapes intermédiaires importantes. Prenez bien le temps de vérifier régulièrement que le projet ne s’éloigne pas de votre cahier des charges, et validez de manière ferme et définitive les différents livrables, à chaque étape du projet. EN RÉSUMÉ: Validez régulièrement l’avancement du projet et ne revenez pas sur ces validations. Vous risqueriez de déséquilibrer l’ensemble des développements.

EXPLOITEZ ET COMMUNIQUEZ AUTOUR DU PROJET Un projet Internet s’arrête rarement à sa mise en ligne. S’il comporte des éléments interactifs, nécessite des mises à jour régulières ou relève du commerce électronique, il faut nécessairement prévoir les ressources, les moyens et le temps requis pour le gérer. Ces efforts ne doivent pas se limiter au site même. Le search engine marketing, l’optimisation de son référencement dans les moteurs de recherche, l’utilisation des réseaux sociaux, la promotion du site ou enfin la gestion de la relation client sont autant de chantiers qui durent au-delà de la mise en ligne. Par exemple, la création et la rédaction de lettres d’information sont des éléments qui contribuent au succès d’un projet et qui sont devenus, avec le temps, des métiers à part entière. Les approches sont aussi diverses que les projets: il n’y a pas de recette miracle universelle. C’est l’aspect d’Internet qui a le plus changé avec l’avènement du web 2.0: les internautes sont de moins en moins passifs, mais préfèrent les entreprises et institutions qui profitent des possibilités offertes par le média. EN RÉSUMÉ: Faites de «l’après-mise en ligne» un nouveau projet. Définissez une stratégie, des indicateurs de succès et attribuez-lui les ressources nécessaires.

27 TEN YEARS

Book 1.indb 27

TEN YEARS

22.09.2010 18:12:29 Uhr


28 TEN YEARS

TEN YEARS

YEARS

Book 1.indb 28

Nvision, c’est une équipe de spécialistes dans le domaine du web, avec une structure divisée en plusieurs métiers et rôles.

22.09.2010 18:12:51 Uhr


29 TEN YEARS

Book 1.indb 29

TEN YEARS

22.09.2010 18:12:54 Uhr


30 TEN YEARS

Book 1.indb 30

TEN YEARS

22.09.2010 18:13:18 Uhr


E-MAIL US

E-mail: info@nvision.lu

VISIT US

Site Internet: www.nvision.lu

CALL US

Téléphone: (+352) 26 34 09 09-1 Fax: (+352) 26 34 09 09-1 Adresse postale et bureaux: 7, rue Jean Fischbach L-3372 Leudelange Luxembourg Formulaire de contact et plan d’accès: www.nvision.lu/contact

Téléchargez le logiciel Scanlife sur votre mobile pour scanner les codes www.scanlife.com

31 TEN YEARS

Book 1.indb 31

TEN YEARS

22.09.2010 18:14:16 Uhr


UNE IDÉE? UN PROJET CONCRET? RENCONTRONS-NOUS ET VOYONS COMMENT CONTRIBUER À SON SUCCÈS.

Coordination: Mike Koedinger Editions – Direction artistique & Design: INgrid.eu

VISIT US www.nvision.lu

Book 1.indb 32

22.09.2010 18:14:17 Uhr


Brochure Nvision 2011  

Brochure Nvision 2011

Advertisement
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you