Page 1

CONCURSO DE RELATOS NAVIDEÑOS DICIEMBRE 2011 RELATOS GANADORES INGLÉS Y FRANCÉS

ESCUELA OFICIAL DE IDIOMAS DE LUARCA

1


Remembering Christmas in Summer It was summer and my house was full of children. They were five and they were spending the summer at home as if they were living in a campsite. Their ages were between five and ten. At any moment we could see them walking into the room, to the swimming pool or having a pic-nic. If we asked them about what they were doing, they would answer back shortly and if we did not ask them, they would live as if they were alone. Everyday they had one or more meetings where they used to speak about their things. I liked watching and listening to their conversations, especially if they did not know, for example, when I was not far from them working in the garden. I remember, specially, one of their meetings about Christmas holiday. Lucas, María, and Nadege were talking about Christmas holidays. Family meetings were important for them because a lot of their family live so far away. And finally they remembered the presents, they were speaking about a lot of presents. Katherine was there too, but she could only understand a bit of Sapanih. She is from Russia. She was lost in this conversation, but she felt comfortable. Mulay was there too. He is from Sahara, but he has been coming for the last four years to spend the summer with us. He is one more in the family and he understands and speaks Spanish perfectly. In Sahara he has been living all his life in very difficult conditions perhaps in one of the poorest countries in the world. When Mulay heard about ―a lot of presents‖, he got up and said: - What do you mean,‖ a lot of presents‖? - Yes Mulay, ―The Three Wise Men‖ bring toys and a lot of things to all the children. Nadege said: - How many presents did they bring you? - Three presents at home, one in my uncle’s , one in my grand parents’ , one in the other grandparents’ … Mulay stopped her and he asked the other children about their present. He was not understanding the situation. Lucas and María explained about their presents. The story was the same.

2


Mulay was silent. All of them were silent. Mulay broke the silence. He was sad. He explained to them that he had never received any presents as they had. They looked at him and they asked him as if they did not understand his language. Mulay explained again nervously and he insisted that nor him neither his friends had ever received any presents. They kept quiet again. Finally he asked them a question: - If the ―Three Wise Men‖ are as good as you say, why don’t they bring toys to me and my friends? You have a lot and we have none. All of them were quiet. Perhaps they were thinking the kings were not as good as they thought. I was quiet too. What could I tell to relax them? Perhaps the reality. I did not say anything. In fact, reality was worse: adults giving a lot of presents to a few children was worse than the children´s story. Perhaps the Kings will never be so magic for us. Jesús Manuel Fernández Fernández. 2º NI. Inglés

3


MEMORIES OF CHRISTMAS Now that Christmas is coming I remember other Christmas that passed long time ago, when I was a child. There was a wonderful and happy time, but innocent above all. Everything started on December 22nd when my brothers and I decorated the Christmas tree and the nativity scene while my grandfather was watching the lottery draw on television. It was the first day of the Christmas holidays. I also remember that we spent Christmas Eve with Mum’s family and Christmas Day with Dad’s family. While adults did not stop talking, my cousins, brothers and I did not stop playing and laughing. What pleasant memories! But the most wonderful memories are those related to the Three Wise Men. I used to go window-shopping with my mother. It was in the evening. The streets were decorated with coloured lights, carols sounded and the shops were full of toys. – I’m going to ask for that, mum! – I said. – And that too! Then I would write the letter that always started the same way. Dear Wise Men, This year I have been a very good girl so I want to ask for… It was a very difficult task as I had to choose only a few toys and the list was very long. And then Aliatar came, the servant of the Wise Men. I was stunned staring at him. What a wonderful sequined dress! What an incredible number of rings and bracelets! Even his shoes were made of precious stones! He was sitting on the throne surrounded by torches and collecting the children's letters. And it was my turn... Oh my God! Aliatar knew my name! And finally came the most expected day of the year, January 5th. I used to get very nervous while I was waiting to see the Three Wise Men. And Melchior appeared on his majestic carriage, followed by Gaspar and Balthasar. Everything was wonderful, magical… They wore bright crowns, gold jewels and precious stones even bigger than those of Aliatar! My brothers and I picked sweets while we saw the Cavalcade of the Three Wise Men go by and we kept them as if they were a treasure. And later at home we cleaned the shoes, prepared liquors for the Wise Men and water for their camels and tried to sleep but we couldn’t. I remember my mother threatening us: – If you don’t sleep in five minutes you’ll drink a lime tea!

4


But, unfortunately, everything is different now… Christmas is not as magical as it used to be in the past… All those memories of gold jewels and precious stones cause me now a pleasant smile. How innocent we were! I wish I could see Christmas again with those child’s eyes… Marina Vijande Quintana. 1º NA. Inglés

5


LA MEILLEURE NUIT DE NOËL Elle ne voulait pas que ce jour arrive. Elle avait perdu toute illusion. Ses grands frères lui avaient dit que tout était un mensonge et que ceux qui apportaient les cadeaux étaient ses propres parents. Elle est partie tôt se coucher comme chaque 24 décembre. Elle a laissé les rideaux ouverts de sa fenêtre et s’était endormie tandis qu'elle regardait par la fenêtre. C'était une belle nuit et le ciel était illuminé par de nombreuses étoiles. Peu de temps après minuit un bruit l´a réveillé. Elle a ouvert un peu les yeux et a vu qu'il y avait une lumière dans le salon. Elle s'est levée, a ouvert la porte sans faire de bruit et a vu ses parents qui étaient entrain de mettre des cadeaux sous l'arbre. C'était aussi eux qui mangeaient les gâteaux et qui buvaient le lait. En attendant, ses yeux se remplissaient de larmes, elle a fermé la porte et s'est mise de nouveau au lit. Ses frères avaient raison. La Nuit de Noël ne serait jamais la même pour elle. Une demi-heure n'était pas passée que la petite fille s´était rendormie à nouveau, soudain quelques clochettes l'ont réveillée. De nouveau il y avait une lumière dans le salon. Serait-ce ses frères entrain d´ouvrir les cadeaux? Quand elle a regardé elle ne pouvait pas croire ce qu'elle voyait. Un gros homme habillé de rouge qui n'arrêtait pas de dire « jojo » mettait encore plus de cadeaux sous l'arbre. C'était le Père Noël. Avant qu'il ne soit parti par la cheminée il l'a regardée et lui a cligné l´œil. Elle a de nouveau écouté les clochettes que les rennes portaient sur leurs colliers. Elle a couru vers la fenêtre mais n´a pu voir qu´une trace de lumière brillante.

6


Le lendemain quand tous s´étaient levés et étaient allés ouvrir leurs cadeaux, elle a trouvé une note qu'elle disait : « Merci pour les gâteaux et le lait!! ». Ses parents étaient surpris parce qu'il y avait plus de cadeaux qu´ils avaient eux-mêmes laissé. Ils ne comprenaient pas d'où ils étaient sortis. Elle les a regardés et a vu leurs visages mais elle ne leur a pas raconter ce qui s´était passé. Elle préférait garder le secret parce qu'elle savait qu'ils ne la croiraient pas Maite Álvarez Tuñón. 2º NB. Francés

7


UN CONSULTANT TRÈS PARTICULIER Ce jour-là de décembre il faisait froid dans la consultation de Madame Chavanel à Paris. C’était une psychologue importante, avec une grande réputation dans son métier. À ce moment, elle était en train de boire un café crème. Elle aimait s’asseoir sur son vieux canapé, où ses patients lui parlaient de leurs peurs et tristesses. À l’extérieur, il avait commencé à neiger, pendant que les gens faisaient leurs achats de Noël. Tout à coup, Madame Chavanel a entendu un bruit. Á la porte de sa consultation il y avait un vieil homme habillé en rouge avec une longue barbe. — Qu’est-ce que vous voulez, Monsieur ?, a-t-elle demandé —Je veux parler avec Mme. Chavanel, a répondu le vieux. —C’est moi. Et bien, asseyez vous et racontez moi, s’il vous plaît. Alors, l’homme a commencé à parler avec une voix profonde. —Je suis très démoralisé avec mon travail. Je ne peux pas manger, je ne peux pas dormir, et je suis en train de perdre ma longue barbe. Qu’est-ce que je peux faire ? —Bien, je pense que vous êtes très accablé et stressé. Vous devez sans doute prendre des vacances. —Mais, ce n’est pas possible. Ces jours-ci sont très importants pour mon travail. —Je suis désolée, Monsieur. Vous devez choisir entre votre emploi et votre santé. —Bien, je pense que je choisirais de continuer avec mon travail. C’est très important pour l’humanité. Je dois donner du bonheur. Mme. Chavanel a ouvert les yeux. Elle était dans son lit . Elle avait eu un rêve très étrange.

8


................Mais sur le parquet, il y avait une tasse à café cassée. …………À l’extérieur, il neigeait. …………Sur le trottoir, elle a pu voir un traîneau avec des rennes, et un vieux qui marchait vers le magasin de jouets. Isaac Cernuda Rubio. 1º NI. Francés

9


BONJOUR PÉRE NOËL Une fois chaque vingt millions d’années, quand la lune est pleine, un petit ours sort de son rêve. L’histoire dit que cet ours est le premier animal du monde. Dieu lui a donné la vie éternelle, mais celui-ci a commencé à tout détruire, alors Dieu l’a puni ; il ne pourra sortir qu’une fois chaque vingt millions d’années. Quand l’ours sort, il a une force très grande, et seulement une personne peut aider le monde, et cette personne est Damien… -Mamie mamie! Où es-tu? -Ici mon petit enfant! Qu’est ce que tu veux? -Ce soir, j’ai eu un rêve… -Quel rêve Damien? -Un ours… -Oh mon dieu! Attend… Une histoire dit, qu’une fois chaque vingt millions d’années une personne doit sauver le monde d’un ours, qui sort de son rêve… et tu dois le faire… -Mais… pourquoi mamie? J’ai seulement dix ans, je ne peux rien faire! -Oui mon petit, cherche dans ton cœur. Il manque deux jours pour le faire, seulement… -Mais je n’ai pas le temps! -Damien, c’est très important, tu dois aller dans la forêt, chercher une inscription, et lire tous ses mots, tu pourras voir alors comment faire pour que l’ours ne sorte pas. -Je vais y aller maintenant mamie! À bientôt! -Bonne chance, mon petit! Damien, a cherché le document pendant six heures, mais il ne l’a pas trouvé, et quand il était en train de rentrer à la maison, il a vu une lumière. -Qu’est-ce que c’est? Il l’a examiné et… voilà! C´était l’inscription! …. Damien a lu: ―Avec un costume rouge tu dois faire beaucoup d’animaux en bois, et les distribuer dans toutes les maisons du village la nuit pendant que tout le monde dîne en famille.‖ -C’est dans deux jours, comme Mamie a dit! Je dois aller chez moi, et commencer mon travail. Damien, avec sa Mamie commencent la taille des petits animaux; ils ont travaillé pendant deux jours, toute la journée et toute la nuit, mais finalement ils ont fini… Cette nuit, Damien a distribué cinquante-deux animaux en bois, il est descendu par la cheminée et les a laissés à côté de l’arbre de la fête.

10


Damien a terminé son travail, et le soleil est en train d´ apparaître… -Mamie! J’ai fini mon travail! J’ai sauvé le monde!... Mamie! Où es-tu? -Ici Damien! La Mamie de Damien était dans son lit… elle avait mauvaise mine… -Mamie! Tu es bien? - Damien, mon travail ici est fini… -Mamie! Où tu vas? -Au ciel Damien… La Mamie de Damien a commencé à disparaître… et à sa place, le petit ours de son rêve est apparu. Damien ne sait pas quoi dire… -Damien, je suis ta Mamie, et aussi l’ours de ton rêve… tu as sauvé le monde, et à partir de ce moment, tu dois faire des cadeaux aux enfants de tout le monde… pour faire ça, je te donne l’immortalité et la magie. Damien, maintenant est le Père Noël, il a un important travail tous les ans: donner du bonheur à toutes les familles. Alejandra Gómez Álvarez. 2º NI. Francés

11


La débutante Qu'est-ce qu’elles ont d'extraordinaire les fêtes de Noël? Pour moi rien du tout, bien sûr. Qu'est-ce que je fais ces jours? Seulement travailler, travailler plus que jamais. Vendre des parfums que personne ne pourra sentir sur ma peau, des bijoux et des vêtements seyants que de belles femmes porteront pour aller aux fêtes auxquelles je n'assisterai pas, des jouets pour les enfants qui je ne pourrai plus avoir … vendre des illusions toujours pour les autres et sentir l'envie de ces personnes qui vont et viennent avec ces visages abrutis de bonheur. Cela, il n'y a rien de plus déprimant que ces fêtes pour une employée d’un grand magasin. Je ne peux pas non plus m'accrocher aux souvenirs: sans frères pour partager des joies, avec une mère toujours malade et sans envie de célébrations, avec un père très occupé à ses affaires … des affaires que, comme j'ai appris plus tard, consistaient à passer les fêtes avec une autre femme et d'autres filles, une femme plus jeune que ma mère, des filles plus joyeuses que moi. Et maintenant à nouveau dans mon HLM avec ma solitude. Dans mon étage avec des murs qui semblent faits de papier où je peux même entendre ce qui se passe dans la maison du voisin. Ah, mon voisin! … Ce con de peau basanée, qui parle un patois que je ne comprends goutte, qui te regarde toujours aux yeux avec ses yeux noirs, qui se fait escorter partout par un cabot qu'il a rencontré mangeant les ordures de la rue. Certainement, ce voisin était fou à lier: qui est-ce qui pouvait comprendre pourquoi il chuchotait des sottises à l'oreille de son toutou à tout moment?... ou pourquoi il riait sans cesse quand il regardait la téloche? Totalement dingue. Comment pouvait-il rire de ces stupidités? C´est le comble, ce mec! Il était là, à ce juste moment, cet imbécile, chantant à son sale chien des chants de Noël. Et le chiot hurle, pour faire le chœur! - J’en ai ras le bol; je ne peux plus les supporter, ni à cette sale bête câlinée ni à ce cerveau de moustique... tout a l’heure je vais lui exiger de ne pas faire de bruits, de se taire, de s’en aller... j’en ai assez...qu’ils s’en aillent se faire foutre... Enragée, j'ai ouvert la porte pour leur dire tout ce que je pensais et, dans le vide, sont apparus les visages gais de mes voisins: chien et homme.

12


- Bonjour mademoiselle Charline, ma chère voisine, joyeux Noël! Joyeuses fêtes! Nous avons pensé à vous et nous voulons vous désirer toute la gaieté et toute la joie du monde. Vous êtes seule comme nous et nous serions enchantés de trinquer avec vous pour la bonne santé et pour l’année prochaine… et quelle chance vous avoir rencontré dans le couloir!… Passez! Passez s’il vous plaît, Charline! Alors je n’ai pas pu dire à ce couple d’imbéciles, ce que je voulais leur dire. Je suis rentrée et je me suis assise sur le canapé, j´ai essayé de sourire et de changer ma mine et bien que j’aie eu besoin de faire un certain effort, j’ai fini par y réussir. Vraiment, c'était un appartement agréable, tout était bien rangé, et au centre du salon il y avait une table soigneusement disposée et ornée avec un grand poinsettia au centre. Il faisait chaud dans le petit appartement des voisins et le chien s’était endormi sur mes pieds; le vin était plus savoureux que la limonade que je buvais et, enfin, le voisin, avec son accent étranger, s’est intéressé à mon travail et doucement m’a demandé mes petites choses. …Et avec la chaleur du chien sur mes pieds et le canapé douillet et l’esprit du vin qui chauffait le sang, j’ai fait attention à lui, j’ai su de son pays, de sa femme enterrée très loin d'ici, j’ai su combien de dur a été de tourner la page et commencer au bas de l’échelle. - Mais maintenant tout va bien, j’ai un travail, un foyer et je ne suis pas seul, j’ai mon Milou et une charmante voisine… Et alors, pendant que j’écoutais sa chaude voix, j’étais aux anges. Ses yeux noirs qui me regardaient de face sont passés et comme deux fléchettes ont fait mouche jusqu’au fond de mon âme … j'ai senti la sérénité qui se dégageait de tous ses pores et sans aucun effort, très normalement, une petite goutte d’eau est apparue et a coulé sur sa joue jusqu’au menton. C’est alors que j’ai pu sentir, pour la première fois, l'esprit du Noël, j´ai levé un peu ma coupe et j’ai murmuré: ―Joyeux Noel, mon ami‖. Dolores Suárez Díaz. 1º NA. Francés

13


Relatos navideños 2011  

Relatos ganadores de inglés y francés del Concurso de Relatos Navideños de la EOI de Luarca. Diciembre 2011

Advertisement
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you