Page 1

phédra

(page 2)

Vincent

(page 2)

Annie

(page 3)

kevin

(page 3)

cécile

(page 3)

loïk (page 3)

sylvie

(page 4)

henri

(page 4)

Lino

(page 6)

Le journal du conseil régional

Budget régional 2009

Investir... pour combattre la crise Des lycéens à Auschwitz

Travailler plus... à la maison

Nuisances sonores

En 2008, plus de 400 lycéens ont visité le camp d’Auschwitz en compagnie de rescapés. P. 3

L’Île-de-France voit les expériences de télétravail se multiplier.

Entretien avec Patrice Tran Ba Huy, responsable des urgences ORL pour l’Île-de-France. P. 13

P. 10

www.iledefrance.fr Février-mars 2009 – N° 21


07 | À LA UNE budget Investir pour combattre la crise Reportage Les grands chantiers. P. 9 Point de vue Marie-Pierre de la Gontrie, 1re vice-présidente chargée des finances, du contrat de plan et des contrats particuliers avec les départements. P. 10

53 % 

des Franciliens trouvent prioritaire le fait de mener des recherches pour mieux connaître la nature qui les entoure.

6 000

kilomètres, c’est la longueur cumulée des itinéraires franciliens de randonnée pédestre accessibles aux promeneurs.

|

en chiffres

La Coupe du 01 monde de 2007 a relancé la pratique 002-text bref du rugby en Île-de-France ! Une étude de l’Institut régional de développement du sport (IRDS) met en lumière une hausse significative du nombre de licenciés franciliens : + 26 %. Pour l’IRDS, cette augmentation est due à l’impact de l’événement, mais aussi à sa préparation en amont dans les clubs. Toute l’étude sur www.irds-idf.org

cadres étrangers travaillant dans la région représentent un pouvoir d’achat de 2 milliards d’euros.

20 %

des cas mortels de cancer du sein sont concentrés en Île-deFrance, qui compte le taux le plus élevé.

Plus de 1 million 300 000 personnes exterminées entre 1940 et 1945, des dizaines de baraquements, les barbelés, les chambres à gaz. Cette année encore, plus de 400 lycéens ont découvert toute l’horreur du camp nazi d’AuschwitzBirkenau (Pologne), lors de visites organisées par la Région et le Mémorial de la Shoah.

12 | Histoire

La vie en relief de Louis Braille.

13 | e ntretien

Avec Patrice Tran Ba Huy, chef de service ORL à l'hôpital Lariboisière, à Paris.

14 | t ribunes

Expression des groupes politiques. © claudine doury/Agence Vu

Saint-Denis, populaire et royale. Ultimes conseils délivrés à Julien et Johanna avant le tournage de Fallait le savoir !

Dans le grand studio blanc qui accueille le tournage de Fallait le savoir !, Johanna et Julien jouent les comédiens en herbe. Rencontre. Tournage h Au milieu d’un décor minimal, devant un Abribus ou assis sur un banc de bois clair, les deux jeunes comédiens sont parfaitement dans leur élément. Àraison d’un enregistrement de 5 à 7 épisodes par jour – un record – dans les studios Les Procédés à Vanves, ils auront bientôt terminé le tournage de cette série diffusée sur France 3 jusqu’à la fin du mois de juin. « Nous nous connaissons depuis quelques mois seulement, mais, maintenant que

îLE-DE-FRANCE Février- m a r s 2 0 0 9

| Nº 21

nous sommes amis, c’est beaucoup plus facile de jouer devant la caméra », raconte Johanna. Cette petite fille de Seine-etMarne aux yeux rieurs fait des castings depuis l’âge de 2 ans, mais c’est son premier rôle pour le petit écran. Julien, en revanche, a déjà joué des petits rôles au cinéma et ne compte pas s’arrêter en si bon chemin… « Sans forcément prendre des cours de théâtre, parce que je veux voir ce que je suis capable de faire par moi-même », déclare cet ambitieux petit garçon de Montreuil-sous-Bois (93). Enchaînant les dialogues sur Rungis, le tramway ou la géothermie, tous deux avouent avec fierté qu’ils ont beaucoup

appris avec l’émission, notamment sur l’écologie et l’environnement de leur région. « En cours de sciences et vie de la Terre, j’en sais plus que la plupart de mes copains », explique Johanna, dont le rêve est de devenir styliste de mode. Il faut dire que son rôle dans le programme est celui d’une intello qui sait tout sur tout… À la différence de celui de Julien, qui a tout à apprendre… « Mais c’est un rôle de composition », précise en riant le jeune acteur en herbe ! l Aurélie TYSZBLAT h Fallait le savoir ! est un programme court produit par

France 3 et parrainé par la Région Île-de-France. Diffusion sur France 3 Île-de-France jusqu'à la fin du mois de juin, entre 18 h 55 et 19 heures, du lundi au vendredi. Fallait le savoir ! est en ligne sur le site www.iledefrance.fr.

© bertrand desprez/Agence Vu

9 200 000 visiteurs ont fréquenté les foires et les salons organisés en Île-deFrance en 2007.

L’Île-de-France compte 600 lieux d’accueil pour les personnes en difficulté. Guide disponible gratuitement sur www.idf.pref.gouv.fr ou au 01 53 85 72 62.

mémoire h « T’imagine : ils étaient plusieurs dizaines là-dedans ! » En découvrant les wagons, vestiges des convois où furent entassés des milliers de juifs avant d’être exterminés à Auschwitz-Birkenau, les lycéens sortent leurs portables et immortalisent l’instant. Fini l’ambiance colo, l’heure est au recueillement. Pendant des heures, ils sillonnent le camp, découvrant avec leurs guides les conditions de vie des prisonniers, et l’usine de mort mise au point par les nazis, les chambres à gaz et les crématoriums. Avides d’informations, ils écoutent respectueusement l’histoire d’Yvette Lévy, la rescapée qui les accompagne : « Vous avez froid ? Nous, nous n’avions que des tuniques de coton et des claquettes au pied ! Ici, il n’y avait que de la boue, s’il y avait eu de l’herbe, on l’aurait mangée », raconte-t-elle sous le regard horrifié des jeunes. Plus tard, les lycéens, fatigués par le froid, la marche et l’émotion, se recueillent devant le mur où les nazis fusillaient les prisonniers. Face à l’exposition de cheveux, de lunettes et de chaussures volés sur les corps des juifs assassinés, certains ne peuvent plus retenir leurs larmes. à leur retour, ils raconteront à leurs camarades et prépareront un panneau pour l’exposition organisée par la Région. Pour devenir à leur tour, des passeurs de mémoire. l julie védie h Plus d’infos sur les voyages à Auschwitz organisés

par la Région et le Mémorial de la Shoah depuis 2000 : http://www.memorialdelashoah.org/upload/minisites/ voyages/ile-de-france/index-idf.htm

94 77

91

TEMPS FORTS

|

|

L’Île-de-France en tête des régions européennes

(77) Ocquerre

Bienvenue au gîte ! Une maison de la place du village accueillera, d’ici à 2011, trois chambres pour répondre à la demande d’hébergement touristique. (78) Mantesla-Jolie

Bouclée la ceinture verte ! Après quatre ans de travaux, la promenade le long de la Seine entre la Butte verte et la ZAC de Vaucouleurs est ouverte aux piétons et aux cyclistes.

Publié le 23 janvier, le rapport national de l’Observatoire des territoires confirme le pouvoir d’attraction de l’Île-de-France. Elle se classe ainsi en tête des régions européennes pour son niveau de production intérieure brut, devant la Lombardie et Londres. De plus, elle est la région européenne qui consacre le plus de dépenses à la recherche. Plus d’infos sur www.territoires.gouv.fr. l

(91) SaintMichel-surOrge

Les habitants enquêtent… sur les habitants ! Pour valoriser le patrimoine du Bois des roches, des volontaires recueilleront les souvenirs des autres résidents du quartier.

h Yvette Lévy, rescapée d’Auschwitz,

Noisy-le-Sec (93) « Quand ces visites sont bien préparées avec les élèves, par des professeurs motivés, ça se passe très bien. Ils sont très curieux et je leur réponds volontiers, en mémoire des enfants morts ici. »

Un Rêve de neige pour 12 000 enfants de milieux modestes

(92) Clamart

Loïk Moutoussany, terminale ES au lycée GuillaumeApollinaire de Thiais (94) « Comment vivre après ? Les cours d’histoire apportent un regard lointain… Je comprends mieux grâce à Yvette Lévy. »

Cécile Alliany, 1re S au lycée des Francs-Bourgeois de Paris (4e) « Mes arrièregrands-parents ont été déportés ici. C’était important pour moi de connaître l’endroit où ils ont vécu leurs derniers instants. J’ai été émue de voir les chambres à gaz. »

Thiais Saint-Michel-sur-Orge

 ’’

H

|

3, 2, 1, 0. C’est parti pour le gymnase Hunebelle agrandi et rénové, qui accueille mieux les lycéens de Jean-Monnot grâce à une salle de gym, une salle de musculation… (93) Noisyle-Grand

h

|

focus

« S’il y avait eu de l’herbe, on l’aurait mangée »

Incollables sur la région

16 | alentours

Kevin MASPIMBY – Saint-Gratien (95)

auschwitz Des lycéens ont visité le camp avec une rescapée

Portrait Julien et Johanna, 10 ans et demi et 11 ans

Travailler plus... à domicile. Chronique de Gaston Kelman. P. 11

Directeur de la publication : Jean-Paul Huchon. Directeur de la publication délégué : Hervé Marchal. Comité éditorial : Catherine Barbaroux, Jean-Michel Thornary, Patricia Blanchard-Bouvelot, Hervé Marchal, Pierre Chapdelaine. Rédacteur en chef : Pierre Chapdelaine Secrétaire générale de rédaction : Isabelle Chouffet. Rédactricereporter : Julie Védie. Ont collaboré à ce numéro : Chauzy et Gaudelette, Aurélie Tyszblat, Pascale Eliabel, Gaston Kelman. Couverture : Bertrand Desprez/Agence Vu. Conception : Rampazzo et Associés. /Franck Réalisation : Widling. Impression : Île-de-France est édité à 4 880 000 exemplaires sur papier recyclé 57 g par Lenglet Imprimeurs. ISSN en cours. Dépôt légal à parution.

|

45 000

10 | tendances

Île-de-France, journal bimestriel du conseil régional, 35, bd des Invalides, 75007 Paris. Tél. : 01 53 85 53 85. journal@iledefrance.fr

 ’’

Annie HIVARD – Clichy-la-Garenne (92)

Ocquerre

© bertrand desprez/agence vu

Le conseil régional finance une filière de charbon vert au Mali.

75 000 000

002-text bref lettrine emplois dépendent du secteur automobile dans le Val-d’Oise et les Yvelines, départements où sont fabriqués 20 % des véhicules français.

à l’affiche

 ’’

95

Saint-Gratien

Souriez, vous êtes filmés ! Depuis janvier, 43 caméras sont désormais installées dans des quartiers clés de la ville.

© paolo verzone/agence vu

06 | p lanète

|

Vincent RENAUDINEAU – Saint-Ouen (93)

© éric facon/le bar floréal.photographie

Face-à-face : Jean-Paul Huchon dialogue avec deux Franciliens. Baromètre des Franciliens, sondage OpinionWay. P. 5

BALISES

 ’’

“ 

Je fais des études commerciales en alternance dans un centre de formation des apprentis, et j’ai du mal à trouver un employeur !

h

04 | F AITS ET GESTES

Phédra CORTET – Paris (VIIIe)

“ 

J’aime la vie culturelle ici ! Mais je regrette la disparition des petits commerces remplacés par des magasins de téléphonie.

© éric facon/le bar floréal.photographie

Julien et Johanna, 10 ans et demi et 11 ans, sont les comédiens de Fallait le savoir ! Des lycéens ont visité le camp d'Auschwitz. P. 3

libres Paroles de FRANCILIENS

“ 

Même en tant que musicien, je sens monter l’impact de la crise : des programmations prévues cet été restent incertaines.

© éric facon/le bar floréal.photographie

02 | EN  VUE

“ 

Nous avons un beau cadre de vie ! Mais des choses me gênent : le manque de propreté et le fait qu’on laisse des gens dormir dehors !

© bertrand desprez/Agence Vu

|

Février-mars 2009

EN vue en VUE  © bertrand desprez/Agence Vu

SOMMAIRE

© bertrand desprez/Agence Vu

 en vue

Mini-ferme, escalade, pistes de luge et de ski, tyroliennes, patinoires… Il y en avait pour tous les goûts au Stade de France pendant les vacances de Noël pour Rêve de neige. Le stade, métamorphosé en station de sports d’hiver, a accueilli pendant quatre jours 12 000 petits Franciliens de milieux modestes qui ne partent pas en vacances, sous la houlette de structures sociales invitées par la Région. l

|

îLE-DE-FRANCE Février-mars 2009

| Nº 21


 faits et gestes

© DENIS DARZACQ/AGENCE VU

« La métropole, c’est toute l’Îlede-France » Face à “  la crise, nos

investissements augmentent

© franck ferville/agence vu

h Sylvie Sultan,

© franck ferville/agence vu

secrétaire dans l’informatique, en recherche d’emploi

h Henri Blouvac,

gérant de PME dans la maintenance industrielle

|

îLE-DE-FRANCE Février-m a r s 2 0 0 9

Habitant Colombes (92), Henri Blouvac est gérant d’une PME. Secrétaire dans l’informatique, Sylvie Sultan habite dans le 19e arrondissement de Paris. Ces deux Franciliens ont été choisis par l’institut CSA pour interroger Jean-Paul Huchon, président du conseil régional. Extrait. Henri Blouvac : Avez-vous eu le temps de prendre en compte la crise dans le budget 2009 ? JEAN-PAUL HUCHON : Oui. Tout d’abord, nous n’augmentons pas les impôts, même si l’impôt régional n’est pas celui qui pèse le plus lourd dans ce que vous payez. Ensuite, nous avons augmenté tous les budgets d’investissement dans un budget global qui va atteindre 4,5 milliards. C’est un budget comparable à celui du ministère de la Justice. Enfin, nous faisons un gros effort pour permettre aux petites et moyennes entreprises d’accéder au crédit en partenariat avec le fonds de garantie Oséo Île-de-France. Cette garantie couvre 80 % du crédit bancaire. C’est un élément essentiel pour contrer la crise. Sylvie Sultan : J’ai constaté des améliorations pour le bus 60. Est-ce que ces efforts vont se poursuivre ? JEAN-PAUL HUCHON : Merci d’abord d’avoir vu le changement. Un bus amélioré, avec une fréquence plus régulière, un système d’information des voyageurs, le respect des normes d’accessibilité, c’est environ 400 000 euros par an. L’amélioration des transports reste une priorité. En particulier, vous verrez en 2009 l’arrivée du nouveau train Le Francilien qui va remplacer progressivement ceux que l’on appelle les « petits gris ». La première rame va circuler en octobre. Puis cela va se généraliser jusqu’en 2014. Henri Blouvac : J’ai entendu parler du Grand Paris. Qu’est-ce que cela apportera en plus ? JEAN-PAUL HUCHON : L’idée du gouvernement est de rassembler dans une super commune les habitants de Paris et ceux de la petite couronne. En tant que responsable de toute la région, je n’y suis pas favorable. Pourquoi ? Cela risque de creuser les inégalités au sein même de l’Île-de-France. Par ailleurs, ajouter une structure supplémentaire, ce n’est pas génial. Ce qu’il faut, c’est améliorer la coopération entre les collectivités locales. C’est le sens de nos initiatives. Henri Blouvac : Le Grand Paris ne risque-t-il pas de faire double emploi avec la Région ? JEAN-PAUL HUCHON : En fait, c’est un peu la reconstitution du département de la Seine que nous avons connu jusqu’en 1975, en noyant Paris dans un ensemble plus grand qui viendrait concurrencer la Région. Pour l’heure, on n’en est qu’au stade des réflexions. Des commissions formulent des hypothèses. On ne sait pas comment tout cela va finir… En tout cas, cela crée beaucoup d’agitation, alors que, dans toute l’Europe, les régions sont considérées comme le territoire naturel, en particulier pour développer l’économie. En réalité, notre métropole, c’est toute la région. l

| Nº 21

en direct DU CONSEIL RÉGIONAL

focus

La Région sécurise les routes franciliennes

Du bio à la cantine

Aménagement de carrefours (Vaugrigneuse), de ronds-points (Claye-Souilly) ou encore d’écrans de sécurité pour les motards (Guyancourt)… La Région a investi plus de 20 millions d’euros en 2008 pour la sécurité routière. l

La Région poursuit son action en faveur de l’introduction des produits bio dans les cantines des lycées. Cette année, environ 20 établissements proposeront des repas bio à leurs élèves.

|

Le Festival international du film d’environnement a, cette année encore, récompensé des œuvres abordant le thème du développement durable. Grand Prix 2008 : Mirages d’un eldorado du Canadien Martin Frigon. Prix spécial du jury : Agent orange du Japonais Masako Sakata. Prix du

H

(75) Paris

On ne chôme pas aux ButtesChaumont ! Les grands travaux continuent : consolidation du sous-sol autour du lac, des terrains d’assise des pavillons… (77) VertSaint-Denis

Il va y avoir du sport ! Deux équipements sportifs (salle polyvalente et terrain de grands jeux) seront créés d’ici à 2011 et le complexe Jean-Vilar sera réhabilité. (94) Villierssur-Marne

Bientôt le dénouement pour les Hautes-Noues ? Les travaux d’aménagement du quartier (nouvelles voies, 4 écoles rénovées, nouveaux parcs et aires de jeux) commencent. (95) Herblay

Modernisation tous azimuts ! Un parcrelais pour les voitures et les deuxroues, ainsi qu’une gare routière seront construits d’ici septembre 2009.

C’EST LANCÉ

|

AGENDA

La région apporte une aide de 200 000 euros aux lycées

documentaire : Crude de l’Australien Richard Smith. Prix de la fiction : Frozen River de l’Américaine Courtney Hunt. Ce film, déjà lauréat du Grand   Prix du Festival de Sundance 2008,   est à l’affiche depuis le 7 janvier. Tout le palmarès 2008 :   www.festivalenvironnement.com

miam h Une vingtaine de lycées proposent désormais à leurs élèves, au moins une fois par semaine, des repas préparés avec des aliments issus de l’agriculture biologique. Depuis 2005, la Région en accompagnait déjà douze pour qu’ils introduisent progressivement ces produits dans leur cantine, dont le lycée Liberté de Romainville (93). « C’est l’occasion d’éduquer les élèves au goût et de faire de la pédagogie, même s’ils ne se sentent pas toujours concernés », explique François Pestel, le proviseur. L’expérience se poursuit, avec une aide de 200 000 euros, en partenariat avec le Groupement d’agriculteurs biologiques d’Île-de-France (GAB IdF), qui conseille les établissements sur les circuits d’approvisionnement. Les lycées volontaires doivent proposer le plus possible de produits locaux. Tout le monde s’y retrouve : les agriculteurs bio qui bénéficient de nouveaux débouchés, les lycées qui obtiennent

|

Passeport langues vivantes pour le BTS Grâce au nouveau dispositif Passeport langues vivantes pour le BTS, 300 élèves titulaires du bac pro, qui poursuivent leurs études en BTS, partiront en séjour à l’étranger (Angleterre, Allemagne, Espagne) dès les vacances de Pâques. Pendant deux semaines, ils seront hébergés dans des familles d’accueil et bénéficieront de cours le matin sur un campus international. l

Création de l’observatoire du livre (MOTif) Bienvenue au MOTif. Ce nouvel organisme associé de la Région est un observatoire régional du livre, destiné à informer et à conseiller les professionnels franciliens (éditeurs, libraires, bibliothèques…). Le MOTif a déjà mis en place plusieurs projets : la formation professionnelle des auteurs, une étude sur les librairies franciliennes pour en améliorer la répartition régionale et une autre sur les librairies en fin d’activité afin qu’elles soient reprises par des libraires. Contact : 6, villa Marcel-Lods, passage de l’Atlas, 75019 Paris. Renseignements au 01 53 38 60 61   ou sur www.lemotif.fr l

Un espoir pour les enfants atteints de maladies génétiques : un nouveau centre de recherche et de soins, voulu par des médecins et des chercheurs de l’hôpital Necker, sera construit d’ici à 2012 sur le site de l’hôpital parisien. Ce projet, baptisé Imagine, du nom de la fondation qui a œuvré pour sa création, permettra d’améliorer les conditions de vie et de soins des enfants, et d’offrir aux chercheurs un espace de travail. La Région participe au projet à hauteur   de 9 millions d’euros. Plus d’infos : www.fondationimagine.org l

Le bonheur de vivre Actuellement,êtes-vous êtes-vousheureux heureux Actuellement, depas vivredeenvivre île-de-France  ? ou en île-de-France ?

C’est parti pour la base de loisirs de la Corniche des forts (93) ! Le projet de la douzième base de loisirs régionale se concrétise enfin : le chantier a commencé en septembre. Des jardins familiaux sur 1 400 mètres carrés, un sentier de 3 kilomètres entre Pantin et Noisy-le-Sec, un espace naturel autour du château de Romainville qui deviendra l’entrée de la base, ainsi qu’une Maison de la nature dans la Folie de Pantin, édifice datant du xviiie siècle, sont en cours d’aménagement. Ouverture de ces premiers sites prévue fin 2009   et de l’ensemble de la base après réhabilitation des bâtiments. l

Du 21 février au 1er mars

Salon de l’agriculture. Porte de Versailles.

|

Journée mondiale de lutte contre l’exploitation sexuelle. Colloque organisé par le Groupe international de paroles de femmes. Conseil régional, 35, boulevard des Invalides, Paris 7e. Jusqu’au 9 mars

L’Observeur du design. Le meilleur du design de l’année en 188 réalisations. Cité des sciences et de l’industrie de la Villette.

Session plénière du conseil régional. 57, rue de Babylone, Paris 7e. Les 27 et 28 mars

Le lycée Liberté de Romainville (93), pilote dans l’introduction du bio à la cantine, sert près de 70 % des repas bio.

Salon des énergies renouvelables et de l’habitat écologique. Centre culturel, Chelles (77).

Ils n’avaient pas vu Paris

Ils viennent de Seine-Saint-Denis et des Hauts-deSeine, et n’ont jamais visité Paris. Grâce à une aide de la Région au Secours populaire et à l’association Arrimages, 11 familles ont été logées et guidées pendant quelques jours dans les rues de la capitale : Au programme : bateau-mouche, tour Eiffel, musée du Quai-Branly…  l

ce que pensent les franciliens Indicateur de satisfaction en % 85

84

84

84 84

82

82

86 85

83

83

86 85

84

82

82

82

80

78

81

78

81

78

77

75

JANV-09

87

86

83

88

87

85

71

JANV-09

69 63 63

59 59 59

60 55

57 57

55

60

62

61

60

58

50

SEPT-05

30

29 28 28 28 28 28 28 28 29

58 JANV-09

L’emploi

35

34 37

30

30

28

27 21

SEPT-05

Les transports en commun

en images

4 mars

26 et 27 mars

Le climat économique

À votre avis, est-il en vous ce moment Actuellement, là où vivez facile de trouver dudiriez-vous travail en Ile-de-France, en Île-de-France  que les inégalités? sociales sont…

77

Salon du livre. Porte de Versailles.

SEPT-05

Diriez-vous moment, Là où vous que, vivezen ence île-de-France, l’activitéque économique est entre bonneles est-ce les relations en Île-de-France  ? gens sont…

Chelles

Du 13 au 18 mars

La qualité des relations entre les gens Diriez-vous ce moment, Trouvez-vousqu’en que les relations l’activité entre leséconomique gens sont bonnes? en île-de-France est…

93

Session plénière du conseil régional. 57, rue de Babylone, Paris 7e.

h www.bioiledefrance.fr

SEPT-05

Une nouvelle base de loisirs en SeineSaint-Denis (93)

Romainville

12 et 13 février

une aide pour acheter ces aliments et surtout les élèves qui consomment des produits de meilleure qualité. L’opération s’inscrit dans une démarche globale de la Région en faveur de l’agriculture biologique. En plein essor, la filière bio doit aussi se structurer pour répondre à une demande de plus en plus forte. Le GAB IdF et la Fédération nationale d’agriculture biologique travaillent sur un projet de plateforme interrégionale avec les régions limitrophes de l’Île-deFrance. l

baromètre

Maladies génétiques : un nouveau centre de recherche et de soins

| |

© pierre-olivier deschamps/agence vu

|

© isabelle eshraghi/agence vu

| JEAN-PAUL HUCHON |

© ilex paysage et urbanisme--

face-à-face

faits et gestes 

JANV-09

SEPT-05

68

En Ile-de-France, pensez-vous Êtes-vous transports qu’un jeunesatisfait puissedes trouver en commun en Île-de-France ? un premier emploi…

70 68 68 68

58 58 56

71 70

72

JANV-09

69

66

70

61 63

56 56

59

56

La morosité touche aussi la région Le bonheur de vivre en Île-deFrance connaît une légère baisse de 3 points après l’apogée connue en octobre. 85 % des Franciliens se déclarent heureux de vivre dans leur région, les femmes étant les plus nombreuses à se déclarer « très satisfaites » (38 %, contre 28 % des hommes). Les relations entre les gens sont jugées bonnes par 81% des habitants, soit une baisse de 6 points depuis le mois d’août. Cette baisse est très marquée parmi les résidents de Seine-et-Marne (- 14 points en quatre mois), les Parisiens intramuros se montrant toujours sévères (seuls 11 % jugent ces relations « très bonnes »). La perception du climat économique régional pâtit aussi du contexte actuel de morosité nationale et internationale. L’activité économique régionale n’est jugée dynamique que par 56 % des habitants (- 3 points), un niveau comparable aux plus

faibles scores du baromètre enregistrés en 2006. Commerçants et chefs d’entreprise se montrent les plus inquiets, étant maintenant minoritaires à considérer l’activité économique francilienne dynamique (43 %, soit - 9 points). L’emploi est toujours l’inquiétude majeure : les Franciliens ne sont plus que 21 % (- 6 points) à estimer qu’il est facile de trouver un emploi dans la région, soit le plus faible score enregistré. Dans ce contexte, la satisfaction à l’égard des transports en commun reste majoritaire (58 % de satisfaits, contre 36 % de mécontents). Le clivage selon le lieu de résidence est toutefois prononcé, les Parisiens intra-muros plébiscitant les transports publics, à l’inverse des habitants de la grande couronne, majoritairement mécontents. Bruno Jeanbart, Directeur des études politiques, OpinionWay

Sondage réalisé par téléphone pour « Île-de-France » du 17 au 20 décembre 2008 sur un échantillon de 901 personnes, représentatif de la population francilienne âgée de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas.

|

îLE-DE-FRANCE Février-mars 2009

| Nº 21


 planète

à la une  |

une francilienne à l’étranger

|

|

|

Laure lacroix 40 ans, Parisienne, vit depuis huit ans à Wellington, en Nouvelle-Zélande.

© david sauveur/agence vu

H

un étranger en île-de-france

à Flins (78), les salariés de Renault ont supporté plusieurs semaines d’arrêt de la production depuis octobre 2008. Dans la vallée de Seine, de Mantes à Poissy, un emploi sur six est lié à l’automobile. Un secteur sévèrement frappé.

Budget régional et récession mondiale Cette machine, en exploitation dans la région de Saint-Louis, au Sénégal, transforme les déchets végétaux en charbon vert. Un autre appareil du même type sera installé fin mai à Kita, au Mali.

Investir pour combattre la crise En quelques mois, la crise financière a balayé toutes les certitudes. En Île-deFrance, le ralentissement économique est brutal. Le budget 2009 que le conseil régional vient d’adopter prend en compte cette nouvelle donne. priorités budgétaires h Chaque mois de décembre, le vote du budget du conseil régional consacre l’heure des choix. Mais rarement l’exercice aura été plus attendu que cette année. Née aux étatsUnis, la crise a pris une dimension mondiale. En quelques semaines, la tempête boursière a provoqué un brutal ralentissement économique,

|

îLE-DE-FRANCE Février-m a r s 2 0 0 9

| Nº 21

y compris en Île-de-France. Récemment, dans le quotidien Le Monde, un professionnel donnait un exemple de la gravité de la situation dans l’immobilier commercial : « Les volumes investis en 2008 en Île-de-France ne devraient pas dépasser 8 milliards d’euros, contre 21 milliards en 2007. On peut parler d’effondrement. » À leur

tour, les activités touristiques enregistrent ce renversement de tendances. Selon l’Organisation mondiale du tourisme, ce secteur « vit l’un des plus sévères revers de son histoire ». Destination phare, l’Île-de-France est à la peine : sur les neuf premiers mois de l’année 2008, le nombre de visiteurs étrangers a baissé de 1,5 %, avec une chute spectaculaire de 15,7 % du nombre de touristes américains. Sauf surprise, le premier semestre 2009 ne sera pas meilleur… Au fil des semaines, une évidence s’impose : c’est toute l’économie qui est frappée. Les entreprises doivent faire face à un assèchement

|

îLE-DE-FRANCE F é v r i e r- m a r s 2 0 0 9

| Nº 21


 à la une

à la une 

des crédits. Les ménages diffèrent prudemment les achats les plus lourds. L’industrie automobile en fait directement les frais. En novembre et en décembre derniers, les salariés de RenaultFlins connaissent plusieurs semaines d’arrêt de la production. En temps normal, 700 véhicules sortent chaque jour des chaînes de production. Fin 2008, les commandes n’excédaient pas les 200 véhicules par jour…

|

îLE-DE-FRANCE F é v r i e r- m a r s 2 0 0 9

| Nº 21

Quels chantiers ! Propriétaire des lycées, responsable des transports franciliens, la Région amplifie son programme de travaux pour 2009. Une aubaine pour les entreprises du bâtiment en mal de commandes. Travaux h En ces temps de crise, les bonnes nouvelles sont trop rares pour passer inaperçues… Alors que de nombreux chantiers sont différés, la Région va multiplier, au cours des prochains mois, les travaux de construction, d’aménagement et de rénovation. L’embellie se confirme pour les lycées franciliens. En 2009, les crédits de paiement vont franchir, pour la première fois, la barre des 600 millions d’euros, avec plus de 60 chantiers. Les opérations de construction de deux lycées seront engagées, dont le lycée international de l’Est parisien. Ce ballon d’oxygène sera autant économique qu’écologique, avec la mise en œuvre de chantiers propres, le recours aux énergies alternatives et un objectif d’autosuffisance énergétique.

Lutter contre le chômage

Le secteur du BTP est confronté à une chute brutale des chantiers dans l’immobilier commercial.

© isabelle eshraghi/agence vu

Accélérer les investissements Nécessité faisant loi, chacun se tourne vers l’État et les collectivités locales. L’intervention publique demeure une valeur sûre. Dès le mois d’octobre, la Région annonce la couleur : dans un contexte de quasi-récession, la politique régionale en faveur des investissements est plus que jamais maintenue. Confirmation quelques semaines plus tard, lors du vote du budget. Les investissements destinés aux transports en commun de voyageurs enregistrent à périmètre constant une progression de 19 % en autorisations de programmes. En pleine crise immobilière, les moyens destinés au renouvellement urbain sont confortés, avec une augmentation de 22 % des autorisations de programmes, et le budget que la Région consacre au logement atteint cette année 154 millions d’euros en crédits de paiement, essentiellement destinés à la relance de la production de logements sociaux locatifs. Du côté des lycées franciliens, plus de 60 chantiers vont se succéder courant 2009. Pas question non plus de déserter le domaine de l’enseignement supérieur. 2009 verra donc la poursuite de l’effort de la Région en faveur de la Maison de l’Île-deFrance à la Cité internationale universitaire de Paris, la construction des bibliothèques de Sénart (77) et de Malakoff (92), le bouclage de la construction de la bibliothèque universitaire des langues et civilisations, à Paris, la deuxième tranche de construction de l’institut de biologie à évry… Parmi les autres projets qui vont sortir des cartons figurent notamment les équipements

REPORTAGE La Région relance l’investissement

Dans un contexte de quasirécession, l’intervention publique demeure une valeur sûre pour soutenir l’activité économique et l’emploi.

Dernier volet : le soutien aux personnes les plus exposées au ralentissement économique. Car c’est une constante : les premières victimes des crises restent les plus démunis, les salariés menacés dans leur emploi, les jeunes sans qualification. Plus que jamais, la formation doit jouer un rôle d’amortisseur pour sécuriser les parcours professionnels. Cette année, cette ambition va bénéficier de 575 millions d’euros en crédits de paiement et de 634 millions d’euros en autorisations d’engagements. Et alors que les chiffres du chômage se dégradent, le conseil régional débloque une enveloppe de 49 millions d’euros pour créer 1 000 nouveaux emplois-tremplin. Cette mobilisation souligne la capacité qu’ont les collectivités locales à réagir et à s’adapter, même aux pires conditions. Le conseil régional dispose de marges de manœuvre. Avec une capacité de désendettement sur deux à trois ans, les ratios d’endettement de la Région se sont améliorés depuis 1998. Et l’agence Moody’s vient de confirmer la notation AAA de la Région Île-de-France, soulignant au passage une gestion de la dette qui est « l’une des plus sophistiquées parmi les collectivités locales françaises ». l  Dossier réalisé par Pierre Chapdelaine

Les clés du budget 2009

Les chantiers vont aussi se multiplier du côté des infrastructures de transport. Au total, l’ensemble des financements que la Région consacre aux transports en commun de voyageurs s’élèvera à 657 millions d’euros en autorisations de programme.

Les recettes (fiscalité régionale, dotations de l’État et recettes diverses) sont évaluées à 3,779 milliards d’euros, sans augmentation de la fiscalité. L’enveloppe consacrée à l’emprunt atteint 760 millions d’euros.

Environnement, aménagement et développement durable 227 M€ Culture, sport, tourisme, solidarité, sécurité et démocratie régionale 268 M€

Logement et politique de la ville 195 M€

4,539

milliards d’euros : c’est le montant du budget 2009 de la Région en crédits de paiement, soit une progression de 4,2 % par rapport à 2008.

Emploi, développement économique, enseignement supérieur et recherche 294 M€ Charge de la dette 395 M€

Formation professionnelle 777 M€

Transports et déplacements 1 079 M€

milliard d’euros : c’est le montant des dotations que l’état versera à la Région en 2009. En réalité, l’enveloppe consacrée à ces aides pour permettre à la Région d’assumer les compétences transférées par les lois de décentralisation augmente moins vite que l’inflation…

Marie-Pierre de La Gontrie | 1re vice-présidente, chargée des finances, du contrat de plan et des contrats particuliers avec les départements

h Relance La crise aurait pu nous

, c’est la hausse qu’enregistrent cette année les crédits régionaux pour soutenir les projets d’intérêt régional, lutter contre les inégalités territoriales et développer les nouveaux quartiers urbains. C’est la traduction du nouveau schéma directeur de la région Île-de-France.

conduire à une attitude frileuse. Nous avons fait le choix inverse en faisant de la Région un acteur de la relance économique et sociale, en accélérant nos investissements et en maintenant notre soutien aux réseaux de terrain. Face aux difficultés que connaissent les PME, nous soutenons leurs capacités à investir au travers du fonds de garantie Oseo Île-de-France et nous leur proposons des aides pratiques au développement. De plus, il est essentiel de rester aux côtés des acteurs sociaux, culturels, sportifs et associatifs. Nous répondons présents !

720 

h Dotations Les dotations que l’état

11,6 % 

millions d’euros, c’est ce que consacrera le conseil régional en 2009 aux actions fixées dans le contrat de projets 2007-2013 signé avec l’état. Il assume ainsi l’intégralité de ses engagements. milliards pour les transports, c’est ce que veut mobiliser la Région d’ici à 2020. L’année 2009 est la première année de ce plan de mobilisation.

SAVOIR +

|

Plus d’informations concernant le budget voté par les conseillers régionaux sur le site www.ile-de-france.fr

Le lycée de Charenton fait partie des 60 établissements de la région qui connaîtront des travaux lourds de construction et de rénovation cette année.

« Face à la crise, nous répondons présents »

1,163

18 

Institution régionale Enseignement 189 M€ secondaire 1 115 M€

|

point de vue

de l’investissement public en France sont réalisés par les collectivités locales, communes, intercommunalités, départements et régions.

les Dépenses par grands secteurs

Un montant de 4,5 milliards d’euros En 2009, le budget de la Région, en crédits de paiement, atteint 4,539 milliards d’euros. Les dépenses en fonctionnement s’élèvent à 2,581 milliards d’euros et celles en investissements à 1,958 milliard d’euros.

Tramways, lignes de métro et gares

C’est une progression de 19 % par rapport à 2008. Ainsi, 16 projets inscrits dans le cadre du contrat de projets signé avec l’état entreront dans une phase opérationnelle. La première étape de la liaison en site propre entre Sénart (77) et évry (91) sera engagée, tout comme les travaux pour le tramway sur pneus entre Châtillon (92) et Viroflay (78). La première phase de la tangentielle nord entre épinay et Le Bourget (93) devrait avancer de façon significative. La ligne 8 du métro sera prolongée jusqu’à Créteil Sud (94). Et trois pôles intermodaux sont au programme : Noisy-le-Grand, Choisy-le-Roi (93) et Versailles-Chantiers (78). Cette politique d’investissement apportera un soutien aux entreprises de la construction confrontées au brutal ralentissement économique. Ainsi, selon la Fédération française du bâtiment (FFB), en Île-de-France, « à la fin 2008, les mises en chantier de logements neufs ne devraient pas dépasser le nombre de 40 000, soit une baisse de 5 % par rapport à l’année 2007 ». L’an dernier, le secteur avait déjà souffert des élections locales qui sont des périodes peu propices à l’engagement de chantiers importants… Dans ce contexte, l’engagement de la Région peut limiter la casse. Même si la FFB ne cache pas, en termes choisis, sa crainte : « Pour 2009, les probabilités d’avoir une année positive sont plupierre chapdelaine tôt réduites. » l

|

© bertrand desprez/agence vu

L’extension de la ligne 8 du métro à Créteil Sud est l’un des grands chantiers qui se poursuivra en 2009.

|

73 % 

sportifs de la base de plein air et de loisirs de Vaires-sur-Marne (77), le vélodrome de SaintQuentin-en-Yvelines (78), les premiers travaux de l’autoroute ferroviaire de Brétigny (91), l’aménagement de la Francilienne dans l’Essonne entre l’A6 et la RD33, etc. Si l’investissement est une arme décisive pour combattre la récession, la Région apporte aussi un soutien direct aux acteurs économiques, en plus des aides à la recherche. Pour les PME les plus en difficulté, un accompagnement des mutations économiques permettra de limiter l’impact des plans de restructuration sur l’emploi. La Région encourage également, grâce au « bouquet PM’UP », les entreprises les plus offensives à l’export. Cent-soixantedouze d’entre elles ont bénéficié de cette aide en 2008. Deux cents nouvelles sociétés vont les rejoindre dès 2009. Au total, ce sont près de 600 millions d’euros qui seront levés et injectés dans l’économie francilienne, notamment grâce à l’accord passé avec le fonds de garantie Oséo.

© Iisabelle eshraghi/agence vu

© isabelle eshraghi/agence vu

REPÈRES

|

verse à la Région évoluent de manière négative. Aujourd’hui, face à la crise, l’état est en retrait. On le voit sur les engagements pris dans le contrat de projets qui finance les opérations lourdes sur les prochaines années. On le voit avec la décentralisation, quand l’état ne donne pas aux collectivités locales la totalité des moyens nécessaires. La Région Îlede-France entend, elle, être un partenaire fiable. Nous ne nous retrancherons pas derrière la crise, nous remplirons nos engagements et tiendrons notre parole.

h Emprunt Contrairement à l’état,

nous ne pouvons pas laisser filer les déficits, mais devons être en équilibre budgétaire parfait. Pour nous permettre d’accompagner la relance et d’augmenter notre effort en matière d’investissement, le recours à l’emprunt augmentera faiblement. Si nous le faisons, c’est que la situation financière de la Région est très saine. Les agences de notation le confirment. Nous n’avons aucun prêt dit toxique. C’est le résultat d’une grande vigilance de notre part.


|

vu et approuvé par vous

cinéma

© dr

Festival Cinérail

Il présente le rapport privilégié entre le monde du chemin de fer et le septième art, avec une sélection de films courts et longs de tous les pays, où trains, métros, gares et voyageurs peuvent être tour à tour acteurs ou décors… La Région, soutien du Festival, parraine une journée spéciale permettant un accès gratuit aux spectateurs. h Du 25 au 31 mars 2009 au cinéma Les

repérages

Le télétravail est une solution d’avenir à une époque où la technologie nous le permet. Tout le monde y gagne : le salarié, en réduisant son temps de transport, est moins stressé, l’employeur accroît la productivité et restreint le nombre de mètres carrés, la collectivité diminue la pollution et le coût du transport.

|

|

actions

Denis Bérard, chargé de mission à l’Agence nationale pour l’amélioration des conditions de travail (ANACT)

culture d’entreprise Les expériences se multiplient

Travailler plus... à domicile

Festival Optimum

le 13 mars 2009 à Herblay (95) au théâtre Roger-Barat, le 31 mars 2009 à Suresnes (92) au théâtre Jean-Vilar. En savoir plus : 01 43 25 41 02 - www.ostinato.fr concerts

Festival Chorus

Il célèbre ses 21 ans et accueille plus de 100 artistes pour près de 80 concerts : Cesaria Evora, Amel Bent, Grand Corps Malade, la Grande Sophie, Francis Cabrel, Arthur H… En parallèle sont organisés les tremplins Chorus, dénicheurs de nouveaux talents. h Du 14 au 28 mars 2009,

dans 40 espaces culturels des Hauts-de-Seine En savoir plus : 01 47 29 30 48 – www.vallee-culture.fr Jazz

Banlieues bleues

Le festival du jazz sillonne, pour sa 26e édition, toute la planète musicale, avec un passage à la Nouvelle-Orléans. Au programme : Charles Lloyd, The World Saxophone Quartet featuring Kidd Jordan, Michel Portal… h Du 6 mars au 10 avril 2009 dans divers lieux de

Seine-Saint-Denis En savoir plus : 01 49 22 10 10 - www.banlieuesbleues.org

| Nº 21

© paolo verzone/agence vu

Emmanuel Denner, cadre d’Alcatel-Lucent France, travaille deux jours par semaine chez lui. Tous les salariés volontaires sont équipés d’ordinateurs et reçoivent une formation au télétravail par e-learning pour les sensibiliser à l’ergonomie de leur poste.

Selon une enquête parue dans Libération en juin 2008, près d’un salarié sur deux rêve de télétravailler. Bénéficiant d’une forte représentation des activités de services, l’Île-de-France voit se développer les expériences de télétravail. D’autant que les temps de trajet sont souvent conséquents. Enquête. déclic h « Les Français travaillent toujours comme s’ils vivaient à l’époque industrielle », affirme Philippe Planterose, président de l’Association française du télétravail et des téléactivités (AFTT). Selon lui, grâce au développement des technologies, 55 % des salariés qui travaillent aujourd’hui devant un écran pourraient devenir des télétravailleurs. Les avantages ? Une meilleure productivité individuelle, « car les télétravailleurs se focalisent avant tout sur les résultats », précise Philippe Planterose. Ce que confirme Paula Lungov, 25 ans, assistante à l’Institut de recherche des Amériques, qui travaille 20 heures par semaine à son domicile. « Je suis immédiatement opérationnelle. C’est la solution idéale pour concilier mon temps de travail avec ma vie de famille. » Autre intérêt : réduire les déplacements et par la même occasion diminuer le stress. C’est le cas d’Emmanuel Denner, 40 ans, directeur

H

Pour en savoir plus

• http://www.aftt. asso.fr • http://www. foruminternet. org/ • http://www. anact.fr • Fiches pratiques sur www. ergostressie.org • Rapport du député Pierre Morel-àl’Huissier,   Du télétravail au travail mobile,   La Documentation française • Plan de développement de l’économie numérique France numérique sur www.francenumerique2012.fr

d’une ligne de produit chez Alcatel-Lucent qui habite Saint-Maur (94) et travaille à Villarceaux (95). « Les jeudis et les vendredis, je suis à mon bureau… mais à la maison. J’économise 70 kilomètres de trajets par jour. Cette solution apporte confort et plaisir, et cela se ressent dans la qualité du travail. » En France, Alcatel-Lucent a signé un accord avec les organisations syndicales favorisant le télétravail à domicile sur la base du volontariat. « Nous recevons une formation au télétravail pour nous sensibiliser à l’aménagement du poste de travail. Cette organisation est entrée dans notre culture d’entreprise. »

La ville l’attendait depuis près de dix ans ! La piscine avait fermé en 1999 pour des raisons sanitaires. Mais ça valait le coup d’attendre : les Kremlinois ont découvert début décembre une piscine toute neuve et innovante. Elle ne se contente pas de proposer une salle de gym, une pataugeoire ludique et un grand bassin, équipé d’un aileron mobile pour le séparer en deux. Pour remédier au manque de clarté du bâtiment, des verrières ont été installées sur le toit, équipées de tissus tendus qui laissent passer la lumière sans éblouir le nageur. Un dispositif absorbe les bruits et réduit la résonance. Le système de filtration de l’eau se fait par un système à base d’ozone, ce qui permet de réduire la quantité de chlore. h 48, avenue Charles-Gide. Téléphone : 01 43 90 38 50.

© claudine doury/agence vu

Cet orchestre de chambre est composé de jeunes musiciens de haut niveau. Son originalité : permettre à ces jeunes instrumentistes de vivre leur première expérience de musicien d’orchestre. h Prochains concerts : le 12 mars 2009 à Vincennes (94),

© Bertrand desprez/agence vu

Orchestre Atelier Ostinato

|

Le sol propose un autre rapport à la richesse.

Un lieu | La piscine du Kremlin-Bicêtre

classique

îLE-DE-FRANCE Février-m a r s 2 0 0 9

Près de 3,5 millions d’usagers font bip...

Vous payez comment, en chèque ou en sols ? Expérimenté dans cinq régions dont l’Île-de-France depuis début 2007, le sol, nouvelle monnaie solidaire, permet de payer ses achats ainsi que des services dans une cinquantaine de boutiques de commerce équitable et de structures de l’économie sociale et solidaire. Le sol se décline sous trois formes : le sol coopération que l’on reçoit en faisant des achats dans les boutiques de commerce équitable ; le sol affecté que certaines collectivités locales (Paris 3e, Nanterre…) distribuent aux bénéficiaires d’aides sociales ; et le sol engagement qui récompense l’action associative. Environ 1 000 cartes sol sont actuellement en circulation en Île-de-France. h Pour obtenir une carte sol : www.sol-reseau.coop

hip-hop

Marne : Le Mas au Mée-sur-Seine, Espace culturel de Nangis, La Sucrerie à Coulommiers… En savoir plus : 01 64 83 03 30 - www.actart77.com

Le marché européen de la musique en ligne devrait atteindre 1,1 milliard d’euros en 2010. Quant au marché des jeux vidéo, il verra son chiffre d’affaires tripler en cinq ans. La Région vient donc de se doter d’un plan Contenus numériques pour encourager cette filière. Selon l’IPTS (Institute for Prospective Technological Studies), l’Île-de-France se place au premier rang des régions européennes pour la densité d’emplois dans le domaine des technologies de l’information et de la communication. l

Une idée | Le sol

7 Parnassiens, 98, bd du Montparnasse, 75014 Paris En savoir plus : 01 43 22 23 90 - www.cinerail-fest.com

Il choisit, pour sa 4e édition, de réunir des artistes hip-hop qui créent à partir d’une mémoire intime ou collective liée à l’Afrique, et cette année à l’Algérie, autour de la compagnie Accrorap. h Du 7 au 29 mars 2009 dans divers lieux de Seine-et-

|

Les contenus numériques, une filière d’avenir

Un objet | Le passe Navigo

On ne voit plus que lui ! À compter de février 2009, le passe Navigo remplace définitivement la carte Orange et son coupon aux guichets de toutes les gares franciliennes. Ce système de carte à puce sans contact est expérimenté depuis 1996, sous le nom de « passe Francile ». En 1999, l’expérience est généralisée et, en 2003, le Stif (Syndicat des transports d’Île-de-France) fête déjà le millionième passe Navigo. En 2007, face aux demandes d’usagers relayées par la Cnil (Commission nationale de l’informatique et des libertés) qui ne souhaitent pas que leurs déplacements soient « tracés », le passe Navigo Découverte est créé, une version qui permet à l’utilisateur de rester anonyme, mais aussi aux touristes de passage en Île-de-France de bénéficier d’un passe temporaire.

|

Le bassin de 50 mètres du Kremlin-Bicêtre.

Le nouveau nez du T2 © ratp/Bruno Marguerite

|

© paolo verzone/agence vu

sortir

tendances 11

Le tramway T2 La Défense/Issy-lesMoulineaux se prépare à l’extension prochaine (automne 2009) de sa ligne jusqu’à la porte de Versailles. Comme il devra circuler en zone urbaine, un « nez » a été ajouté afin de protéger piétons et voitures qui entreraient en contact avec la rame avant. http://extension-reseau. ratp.fr/t2paris/index. html. l

billet

© drDR

10 tendances

Soldes en crise ou crise en solde par gaston kelman

Si vous n’avez pas eu l’augmentation espérée, votre patron a mal pris votre air déçu qui s’apparentait, selon lui, à un manque de solidarité en période de crise. Et l’on se dit qu’elle a bon dos la crise. Et l’on se demande si la crise n’est pas en solde. Quant aux soldes, ils ne semblent pas en crise, justement grâce à la crise qui, qui l’eût cru, peut avoir du bon. Mini Kerviel sauvé par maxi Madoff en quelque sorte. C’est fou non ! Certes, la ruée n’a pas été forte. Même la froidure s’en est mêlée. Les étiquettes étaient pourtant alléchantes, mais le chaland s’est fait non« Crise ou pas, chalant et futé. Ils sont venus, elles les soldes sont toutes là, ici restent le ou là, crise oblige, grand moment avec un brin de Il y a de démocratie stratégie. celles qu’on eût consumériste appelées vilaines participative. » en une époque pas si lointaine. Pour profiter des soldes, elles ont conservé le bon d’achat offert à Noël, par papy. Mais, en fait, rien n’a changé. Crise ou pas, les soldes restent le grand moment de démocratie consumériste participative. Côté Grands Magasins, c’est solstice pour tous. La bourge platine de Passy passe le plat à la brune beurette de Massy. Ce n’était pas acquis pardi ! Alors on apprécie. Les soldes, c’est comme les solstices, il n’y en a que deux par an. Et l’on se retrouvera en été avec ou sans la crise. On chantera avec Brel « C’est un peu comme Noël et ses trésors qui s’arrêteraient chez nous » hors saison. Alors un instant, l’on en oubliera même la crise. l

économique et écologique Car le principal frein au développement du télétravail reste culturel : il touche au principe du management traditionnel. Le chef d’entreprise aime bien avoir l’œil sur ses salariés. Ceux-ci ont également besoin de se sentir intégrés à une équipe, avec des droits et des devoirs. L’une des raisons qui pourrait faire avancer les mentalités, c’est le débat sur le développement durable et la nécessité de diminuer les émissions de gaz à effet de serre. L’autre est économique : un bureau attribué à un salarié coûte en moyenne 10 000 euros. Des arguments qui ont désormais la cote. l Isabelle Chouffet

|

îLE-DE-FRANCE Février-mars 2009

| Nº 21


12 histoire Naissance de Louis Braille. à 3 ans, il se blesse à l’œil gauche et devient aveugle. Vers 1819

Louis Braille obtient une bourse pour entrer à

l’Institution royale des jeunes aveugles de Paris. 1829

Publication de sa méthode de lecture et d’écriture pour aveugles imprimée en relief linéaire

1837

Le premier livre en braille est écrit et imprimé à l’Institut 6 janvier 1852

Meurt de la tuberculose à Paris

Quart d’heure historique

1854

Adoption officielle du braille en France et diffusion à l’étranger

« Les bruits peuvent devenir une agression intolérable »

Un musée au musée

22 juin 1952

Ses cendres sont transférées au Panthéon.

bicentenaire Aveugle, il a inventé une méthode de lecture

La vie en relief de Louis Braille

Au musée Bossuet de Meaux (77), l’exposition « Un musée en chantier », présentant le futur musée de la Grande Guerre ouvrira ses portes en 2011 près du monument aux morts américain, rencontre un grand succès. Jusqu’au 8 mars 2009. Entrée gratuite. l

Le patrimoine s’enrichit

Les oreilles des Franciliens sont soumises à rude épreuve. Chef de service ORL à l’hôpital Lariboisière de Paris et responsable des urgences ORL pour l’Île-de-France, le professeur Patrice Tran Ba Huy s’intéresse plus particulièrement aux lésions provoquées par une exposition aux nuisances sonores. Mais l’impact du bruit sur la santé peut prendre d’autres aspects.

Nouvelles parutions aux éditions Somogy : Draveil, Vigneux-sur-Seine en Essonne et L’œuvre d’André Lurçat en Seine-Saint-Denis (1945-1970) sont désormais disponibles dans la collection « Parcours de patrimoine ». l

Un siècle très jazz 2

1

nuisances sonores Patrice Tran Ba Huy, chef de service ORL

Le xxe siècle a bien été celui du jazz, thème de cette exposition au musée du Quai-Branly, à Paris. Les plus grands artistes, de Picabia à Calder, de Dubuffet à Man Ray, ont été inspirés par le jazz, événement artistique majeur du xxe siècle, à l’instar du cinéma ou du rock ! l h Musée du Quai-Branly, 37, quai Branly, 75007 Paris.

IDF : Quels sont les bruits les plus fréquents que l’on rencontre dans notre région ? Patrice Tran Ba Huy : Par bruits, vous faites allusion aux nuisances sonores environnementales et à leurs répercussions sur la santé physique et psychique des Franciliens. Elles sont essentiellement représentées par les transports, les trains, les métros, les bus, les automobiles, les motos et, bien sûr, les avions. N’oublions pas les nuisances sonores sur les chantiers, avec, par exemple, les travailleurs maniant des marteaux-piqueurs. De ce fait, d’ailleurs, ce sont souvent les médecins du travail les mieux placés pour observer ces traumatismes.

Informations : 01 56 61 70 00 - www.quaibranly.fr

Ci-gisent 4

Henri-Rol-Tanguy, 75014 Paris Informations : 01 44 59 58 32 Louis Braille (médaillon) a mis au point une méthode pour que les non-voyants lisent, écrivent (1) et pratiquent la musique (2). Il est aussi l’inventeur de cet appareil à pistons (3) qui permet de communiquer avec les voyants. (4) Le musée de l’Association Valentin-Haüy.

Né à Coupvray en Seine-et-Marne (77), Louis Braille, en inventant la méthode de lecture pour aveugles qui porte son nom, a changé la vie des malvoyants du monde entier. bienfaiteur h Louis Braille n’a que 13 ans quand il commence à travailler sur sa méthode de lecture et d’écriture. Atteint de cécité depuis l’âge de 3 ans, il obtient une bourse pour entrer, à l’âge de 10 ans, à l’Institution royale des jeunes aveugles, à Paris, et découvre l’invention de Charles Barbier de la Serre. Ce militaire a mis au point un système de communication permettant aux soldats de coder et de lire des instructions la nuit. Braille travaille avec acharnement à l’amélioration de cette méthode, tout en poursuivant une scolarité brillante. Il est tellement bon élève dans toutes les disciplines qu’il assume dès l’âge de 15 ans des responsabilités d’enseignement au sein de l’Institution. Il apprend également la musique et devient un organiste de talent. En 1829, il publie son Procédé pour écrire les paroles, la musique et le plain-chant au moyen de points, à

|

îLE-DE-FRANCE Février-m a r s 2 0 0 9

| Nº 21

l’usage des aveugles et disposés pour eux, par Louis Braille, répétiteur à l’Institution royale des jeunes aveugles. Le livre est imprimé en relief linéaire, qui était encore l’écriture officielle de l’établissement. Le système inventé par Braille est un alphabet calqué sur celui des voyants, fondé sur six points disposés en domino. Ces derniers permettent de créer 64 combinaisons donnant toutes les lettres de l’alphabet, les voyelles accentuées, les chiffres, la ponctuation, la notation mathématique et la musicographie. Grâce à une planchette et à un stylet, les aveugles écrivent en perforant le papier et relisent du bout du doigt.

200 langues s’écrivent en braille La méthode suscite l’enthousiasme des élèves de l’Institution. Il faudra pourtant attendre près de vingt-cinq ans pour que le braille soit reconnu officiellement. Entre-temps, Louis Braille est mort de la tuberculose. Ses cendres reposent au Panthéon, à Paris. Aujourd’hui, plus de 200 langues et dialectes du monde entier peuvent s’écrire en braille. l  julie védie

H

En savoir plus

• Les événements de la commémoration des 200 ans de Louis Braille sont sur le site de l’Institut national des jeunes aveugles : www.inja.fr ou au 01 44 49 35 35. L’Association Valentin-Haüy abrite une bibliothèque et un musée : 5, rue Duroc, 75007 Paris, téléphone : 01 44 49 27 27, www.avh.asso.fr

Le cimetière des Innocents a été vidé en 1786 pour des raisons sanitaires.

Le Pecq avant Saint-Germain-en-Laye Une erreur s’est glissée dans notre Quiz d’Île-de-France n° 20 (thématique sur le conseil régional) : la première ville d’Île-de-France reliée à Paris par le chemin de fer en 1837 n’était pas Saint-Germainen-Laye, mais Le Pecq.

Sarcelles plutôt que Montmorency

Dans ce même numéro, en page 16, c’est Sarcelles, et non Montmorency, qui est sous-préfecture du Val-d’Oise.

© dac/ch.fouin

© isabelle eshraghi/agence vu-Association Valentin-Haüy

3

Une exposition temporaire aux Catacombes de Paris : « ci-gisent les hommes célèbres », jusqu’au 1er mars 2009. Des panneaux présentent les hommes célèbres (Girardon, La Fontaine, Jules Hardouin-Mansart…) dont les ossements ont probablement été entreposés dans les catacombes, quand les pouvoirs publics ont commencé vers 1785 à vider les cimetières parisiens, sources de nuisances pour les riverains. h Entrée des Catacombes : 1, avenue du Colonel

IDF : À partir de quel seuil un bruit devient-il dangereux pour la santé ? Patrice Tran Ba Huy : Au-delà de 90 décibels (dB), un bruit peut devenir nuisible, mais deux paramètres sont à prendre en compte : l’intensité et la durée d’exposition. Ainsi, un bruit de 90 dB qui dure dix heures peut-il avoir des conséquences plus importantes qu’une exposition brève à 100 dB. Dans le cadre d’une exposition prolongée, le mécanisme lésionnel est celui d’une fatigue métabolique de l’oreille interne. Pour les bruits très violents, comme un coup de fusil ou un pétard, le choc s’apparente à un tsunami : l’onde sonore aérienne devient dans l’oreille interne une vague liquidienne qui va provoquer des lésions aiguës. Ce phénomène est la cause de nombreuses urgences ORL les soirs de 14 juillet. IDF : Quelles sont les principales pathologies liées aux nuisances sonores ? Patrice Tran Ba Huy : Les conséquences peuvent être à la fois physiques et psychiques. Le bruit peut devenir une agression psychologiquement intolérable. Les personnes qui vivent près des aéroports le disent très bien : elles

« Certains bruits, particulièrement violents, font l’effet d’un tsunami dans l’oreille interne. » © Paolo VERZONE/Agence Vu

les dates clés

4 janvier 1809

entretien 13

Chiffres clés 130 décibels (dB), c’est

sentent le bruit arriver et ne peuvent plus supporter cette menace sonore. Sur le plan physique, la symptomatologie est représentée par la surdité, avec ou sans acouphènes. Ces symptômes sont soit aigus, soit chroniques, résultat de plusieurs années d’exposition à des nuisances sonores.

DATES

IDF : Le bruit peut-il être un facteur des maladies cardiovasculaires ? Patrice Tran Ba Huy : C’est difficile à démontrer par une étude épidémiologique. On sait qu’après une agression sonore aiguë des personnes peuvent avoir une poussée de tension.

Chef de service ORL à l’hôpital Lariboisière de Paris

IDF : On évoque aussi un impact des nuisances sonores sur les performances des élèves dans des écoles proches d’un aéroport. Patrice Tran Ba Huy : C’est probable. Des travaux sont en cours sur ce sujet. Et il serait intéressant que l’Île-deFrance conduise sur cette question une étude approfondie. Prenons une école située près de Roissy, une autre, à la composante sociale comparable dans un lieu moins exposé au bruit, et examinons l’attention des gosses, leur agressivité, leur comportement.

1944

Naissance à Paris

1982

Professeur des universités

1995

1997

Responsable du groupe « audition expérimentale » au sein d’une unité de recherche du CNRS

2008

Préside le congrès de la Société française d’oto-rhinolaryngologie.

IDF : Notre société est-elle assez sensibilisée à la question des nuisances sonores ? Patrice Tran Ba Huy : Non, mais des progrès importants ont été faits depuis quelques années… Les industriels appliquent maintenant des normes pour les baladeurs limitant la puissance de sortie. IDF : L’exposition chronique au bruit peut-elle provoquer une surdité ? Patrice Tran Ba Huy : En 1962, une étude a été réalisée dans une tribu du Soudan dépourvue de percussions et de fusils. Les audiogrammes des sujets âgés étaient semblables à ceux réalisés à New York chez des adolescents. Plus récemment, au Chili, une enquête réalisée sur des habitants de l’île de Pâques et de Santiago a confirmé ces résultats. Qu’est-ce que cela signifie ? Le vieillissement normal d’un individu retentit sur tous les organes, dont l’oreille. Mais la surdité liée à ce vieillissement est la somme de tous les facteurs endogènes (internes), en particulier génétiques, et exogènes (externes), dont l’exposition aux nuisances sonores.  l

la limite de tolérance de l’oreille interne. Mais un bruit peut devenir douloureux au-delà de 80 dB, ce qui correspond à une rue très animée. En 2005, 79 médecins généralistes ont questionné plus de 4 300 Franciliennes et Franciliens dans le cadre d’une étude commandée par la Région. Il apparaît que 35 % des personnes interrogées déclarent vivre dans un domicile exposé à un bruit routier égal ou supérieur à 60 dB. 22 % passent plus d’une heure dans les transports en commun. Plus de 20 % citent spontanément le bruit parmi les nuisances auxquelles elles sont confrontées. Cette étude va maintenant faire l’objet de travaux complémentaires dans quatre domaines : l’hypertension artérielle, le sommeil, l’anxiodépression et la consommation de soins.

entretien réalisé par pierre chapdelaine

|

îLE-DE-FRANCE Février-mars 2009

| Nº 21


14 tribunes

tribunes 15 Communiste, Alternative Citoyenne et Républicain | gabriel massou

MP | ROGER KAROUTCHI

verts | jean-vincent placé

|

|

|

|

îLE-DE-FRANCE Février- m a r s 2 0 0 9

| Nº 21

|

Un budget ambitieux

© conseil régional/DR

© conseil régional/DR

Cantines et solidarité

|

|

GDC | BERNARD LEHIDEUX

Budget 2009 : insuffisant ! 

© conseil régional/DR

|

© conseil régional/DR

© conseil régional/dr

dans la loi de finances ; en attendant, la Région engage, à son échelle, plus de Le Plateau de ments annuels, presque de l’ordre 100 millions d’euros dans la construction de logements. CQFD. Saclay en Essonne de celui d’Orly) et le bétonnage de Jamais un gouvernement n’aura eu autant est un symbole 500 hectares de terres agricoles que besoin des collectivités territoriales et fort des luttes Région et élu(e)s locaux ont choisi n’aura manifesté autant de désinvolture écolog istes. de protéger. Un projet de loi prépare la création d’un établissement à leur égard. Impécunieux, il s’emploie à Si fort que ces PS 62 membres étouffer nos ressources financières, dont terres, d’une public pour lancer cette opération dépendent pourtant 70 % de l’investisqualité rare, d’intérêt national. Mais le destin Jean-Paul Planchou continuent d’un tel espace ne peut être scellé sement public. Nombreux, à droite, l’adverts 28 membres d’attirer d’autre part. mettent : les collectivités se substituent les par les caprices d’une poignée de Loin de la simple atonie conjoncturelle progressivement à lui. Cette contradicconvoitises des dirigeants et de technocrates. Le Jean-Vincent Placé auquel l’état voulait réduire la crise, la tion est pourtant de moins en moins dirigeants et des dialogue doit s’ouvrir. Et l’ambition chute de la production indussupportable à mesure que la grands promoteurs. Si pour ce territoire doit être trielle et le retournement du fiscalité nationale diminue fort, que le président à la hauteur des enjeux « Jamais un marché de l’emploi mettent au profit des privilégiés. Dès écologiques : climat et de la République s’in- « Ces terres, gouvernement nos concitoyens sous preslors, la priorité est de mettre vestit personnelle- d’une qualité pollutions, protection de n’aura manifesté sion. Or, du fait de sa situaà plat les ressources des colment sur la question. rare, continuent la biodiversité. Les Verts autant de tion de forte réactivité aux lectivités afin qu’elles soient Lors de la révision de d’attirer les appellent donc à la fois désinvolture mouvements économiques, dynamiques et pérennes, et son schéma d’aména- convoitises des à la mobilisation et à la à l’égard des l’Île-de-France est plus expoaussi, plus justement prélegement, la Région a promoteurs. » concertation, qui peut collectivités sée que d’autres régions. Le vées. Or, à ce que l’on perçoit trouvé un consensus, prendre la forme d’un territoriales. » budget adopté par la majorité des projets du gouvernement, avec les services de l’état et les élu/es grand débat public, notamment par du conseil régional (plus de ce n’est pas le chemin que locaux, pour préserver 2 300 hectala saisine de la Commission natio4,5 milliards d’euros) témoigne, dans ce res de terres agricoles et développer nale du débat public. Car couler du l’on emprunte. Et si l’on perçoit bien ce contexte, d’une capacité à la fois à gérer que l’état peut gagner à confisquer leurs la recherche. Faisant fi de ces années béton sur Saclay, c’est couler une ses finances et à mobiliser ses moyens au moyens aux régions, on voit mieux encore de concertation, le secrétaire d’état partie de l’agriculture de proximité service de l’économie et de l’emploi. les risques que cette vision dépassée fait à la région capitale a annoncé le de l’Île-de-France. l Malgré des transferts de compétence coûcourir au développement économique et Nos idées vous intéressent ? Pour déménagement intégral de la faculté vous abonner à notre trimestriel, teux et la fragilisation de nos ressources, à la cohésion sociale. l d’Orsay sur le Plateau, la transforL’écorégion : l’encours de notre dette demeure inférieur Groupe socialiste Île-de-France mation de l’aéroport de Toussus en jean-marie.bouguen@wanadoo.fr aéroport d’affaires (100 000 mouveà celui de 1998. Nous pourrions comparer Tél. : 01 53 85 68 95. www.ps-idf.com cette situation avec celle de la France, qui figure, hélas, au nombre des pays les plus Républicain radical et Citoyen éric ferrand RAgeap JEAN LEVAIN endettés d’Europe. Le budget régional atteste d’un effort exceptionnel dans les secteurs que sont Les élus MRC et de la gauche républicaine Les Radicaux de Gauche et Élus Apparenles transports, les lycées, rassemblés au sein du groupe Républicain, tés soutiennent pleinement le budget l’emploi et l’environneRadical et Citoyen (2RC) sont, en cette période régional 2009. Un budget volontariste de crise, plus que jamais préoccupés par la et ambitieux sur nos priorités : la jusment. Surtout, il intensifie défense de l’égalité et de la solidarité. Nous tice sociale, l’équité territoriale et le notre détermination : en dix ans, nous avons multiavons donc rappelé dynamisme économique francilien. plié par trois les crédits des lors de la discussion Lors des débats, « Le prix de la transports collectifs, par notre groupe a du budget 2009 que la cantine dans trois également les invesn o t a m m e n t « Solidarité tarification de la canles lycées doit RAGEAP 8 membres obtenu la réa- et continuité 2rc 8 membres tissements en faveur de tine des lycées doit être reposer sur l’apprentissage et de la forlisation d’une territoriale. » fondée sur le quotient Jean Levain éric Ferrand le quotient mation professionnelle, par étude sur une familial, c’est-à-dire familial. » six les investissements pour action régionale en matière de sur un barème tenant compte plus jusla recherche, et augmenté de tarification des transports aériens des Franciliens oritement des ressources des familles. plus de 60 % ceux en faveur ginaires d’Outre-mer. Conditionnée à des indicateurs C’est aussi un enjeu de santé publique : beaucoup de jeunes se des lycées. De son côté, sociaux, une telle action interrégionale répondrait aux détournent d’une cantine trop chère alors que les repas équilibrés l’état annonce 240 millions servis sont souvent les seuls pris dans la journée. objectifs de solidarité et de continuité territoriale que d’euros en faveur du logenous défendons. l Nous nous félicitons de l’annonce par l’exécutif régional d’une ment social, bien loin de réflexion concrète sur le sujet. l Plus d’informations sur notre site : http://www.rageap.fr

Les élus démocrates et censouffre de défauts récurrents, avec une absence tristes n’ont pas approuvé de maîtrise des dépenses de fonctionnement de le projet de budget 2009 l’institution régionale. La progression de la dette présenté par depuis 2004 est un motif d’inl ’ e x é c u t i f « Pour les élus quiétude pour l’avenir. Enfin, régional. Lors démocrates et les élus démocrates et centristes du débat, nous centristes, ce ont déploré l’absence de réelle avons souligné budget reste relance de l’investissement alors les évolutions insuffisant dans que la situation économique et GDC 17 membres positives de ses choix et dans sociale s’aggrave chaque jour. ses ambitions. » ce budget par Fidèles à une liberté de jugement Bernard Lehideux rapport aux qui ne les enferme dans aucun précédents, notamment des priorités recenschéma partisan, les élus démocrates et centrées autour des transports, de la formation et tristes ont jugé que ce budget restait insuffisant du logement, et une nouvelle année de stabilité dans ses choix et dans ses ambitions. l des impôts régionaux. Pour autant, ce budget gdc.idf@orange.fr – Tél. : 01 53 85 68 84.

|

FRONT NATIONAL | MARINE LE PEN

Bien qu’à l’image de notre nation l’Île-de-France soit frappée par une crise sans précédent, le conseil régional feint de ne pas s’en apercevoir : le chômage et les délocalisations explosent : il diminue les crédits pour FN 15 membres l’économie et l’emploi ! Les Français ont de plus Marine Le Pen en plus de mal à boucler les fins de mois : les aides aux « minorités » sont accrues ! Le prix des transports en commun va encore augmenter : le conseil régional les rend gra-

|

Dans ce contexte économique difficile, l’exécutif régional aurait pu proposer un véritable budget de relance en s’appuyant sur l’investissement et en rendant du pouvoir d’achat aux Franciliens. Il n’en est rien. Le groupe Majorité présidentielle a déposé et défendu quatre-vingt-neuf amendements. Aucun n’a été repris. Cela montre l’absence d’ouverture et de dialogue de l’exécutif régional. Voici quelques MP 38 membres exemples d’amendements qui ont été refusés : diminution de 100 millions d’euros des impôts Roger Karoutchi régionaux, augmentation des crédits de 400 000 euros pour les travaux de sécurité dans les lycées, de 2 millions d’euros pour favoriser l’accès aux gares et 8 millions d’euros pour la construction de lycées neufs. Pendant ce temps, l’emprunt augmente de 7 % « Aucun de nos et la dette de 12,6 %. En quatre ans, la quatre-vingt-neuf dette a progressé de 37 %, pour atteindre amendements 2,7 milliards d’euros. L’accroissement n’a été repris. » de la dette n’est pas condamnable par principe s’il s’accompagne d’un effort d’investissement. Or ce n’est pas le cas ! En quatre ans, la dette a explosé et les investissements n’ont pas augmenté. Pire, les crédits d’investissements baissent cette année dans le secteur des transports : - 6 % pour les transports en commun ! - 10 % pour les routes ! - 34 % pour la sécurité routière ! Parallèlement, les dépenses de fonctionnement augmentent encore de 3,8 % ! La dérive des dépenses de fonctionnement continue notamment pour celles propres au fonctionnement du conseil régional. Depuis le début de la mandature, cela représente une hausse de 60 %. Depuis 1998, l’exécutif socialiste a augmenté le train de vie de l’institution régionale. Pour mémoire, les dépenses de fonctionnement par rapport à la population représentaient 67,32 euros par habitant en 1998. En 2009, elles atteignent 222 euros par habitant. Elles ont été multipliées par trois ! Au final, l’exécutif de gauche manque une occasion historique de mettre en place un véritable plan de relance de l’économie régionale en complément de ce qui a été initié au niveau national. l Roger Karoutchi, Président du groupe Majorité présidentielle Secrétaire d’état chargé des relations avec le Parlement Site : www.ile2france.org

|

CENTRE ET APParentés | Laurent Lafon

Aux fous !

© conseil régional/DR

ont entouré l’examen du budget régional pour 2009 étaient exceptionnelles à deux titres : l’aggravation de la crise financière devenue économique et sociale, d’une part, le processus de déconstruction de la décentralisation,

© conseil régional/DR

L’État déserte, les Régions payent Saclay, terre d’avenir Les circonstances qui compenser la baisse de 337 millions votée ou terres menacées ?

Le budget régional 2009 s’élève de l’état ne supportent pas qu’elles prennent à 4,5 milliards d’euros. la liberté, surtout quand elles sont de gauche, Dans ce moment de diffid’élaborer des réponses globales, cohérentes, cultés pour les salariés et contraires aux souhaits de la droite et du chef de les populations, la Région l’état. Non seulement il ne les utilise pas comme a fait le choix de l’investispoint d’appui pour la relance, pourtant plus effisement, du développement cace et utile, mais il veut, sous le prétexte de économique, non-lisibilité du rôle des uns et des de l’emploi et « Un appel autres, les faire entrer dans le rang, CACR 25 membres de la forma- pour mettre en en leur retirant la compétence tion, dans un générale et en s’attaquant au mode échec le plan Gabriel Massou projet dura- gouvernemental de scrutin le plus démocratique, ble et soutenable. Mais ce budget contre les la proportionnelle. En votant ce pointe également les limites de collectivités budget 2009, nous avons lancé un l’intervention régionale. Bien que territoriales. » appel à tous les élus, pour mettre les mieux placées pour assurer les en échec le plan gouvernemental investissements publics, les collectivités sont les contre les collectivités territoriales, en priorité grandes oubliées du dispositif gouvernemental. les Régions. L’actualité démontre la capacité Au moment où il met des milliards sur la table, à faire reculer ce gouvernement si nous nous comment ne pense-t-il pas aux collectivités ? mobilisons. Pour notre collectivité, c’est un des C’est un choix politique. Gouvernement/chef enjeux de 2009. l www.eluscacridf.org

Ce que nous attendions tuits pour les clandestins ! Sur certaines lignes, les trains et métros sont bondés, les incidents techniques et l’insécurité gangrènent la vie des usagers : 20 millions d’euros viennent d’être débloqués pour y installer « Le prix des transports des télévisions ! Contre cette folle poli- en commun tique irresponsable et va encore inconsciente : un seul augmenter. » recours : le FN ! l

Plus d’infos sur : fnidf.com Pour nous joindre : contact@fnidf.com Tél. : 01 53 85 67 80.

© conseil régional/DR

PS ET apparentÉs | Jean-Paul PlanchoU

2009 : Un budget inadapté à la crise

© conseil régional/DR

Il faut sauver les collectivités territoriales

Pour 2009, l’exécutif socialiste a annoncé un budget en expansion afin de tenter de contrecarrer les effets de la crise. En réalité, la majeure partie de cette « expansion » s’explique par l’aug« Où est l’aide mentation des dépenaux entreprises ses de fonctionnement qui emploient ? » et dans un saupoudrage de subventions hélas centre 8 membres classique. Dans le budget 2009, où sont les investissements véritablement contra-cycliques ? Où Laurent Lafon est l’aide massive aux entreprises qui emploient ? Face à la crise, nous attendions une politique, sinon partenariale, du moins cohérente avec celle de l’état ! L’heure était à une action groupée, efficace, pour faire face aux défis que cette crise inédite nous impose désormais. l www.nouveaucentre-iledefrance.com

|

|

îLE-DE-FRANCE Février-mars 2009

| Nº 21


16 alentours incontournable Rois de France et dieux du stade

Saint-Denis, populaire et royale 93

La basilique Saint-Denis.

Dyonisiens et connaisseurs venus d’ailleurs se pressent au marché Saint-Denis, tant il a la réputation de proposer de bonnes affaires.

Célèbre grâce à sa basilique et à son stade, Saint-Denis possède d’autres atouts, notamment le plus grand marché d’Île-de-France. L’occasion de partir à la découverte d’une ville pleine de caractère. Marché h Connu pour sa diversité, le marché de Saint-Denis se tient trois fois par semaine, le mardi, le vendredi et le dimanche. Près de 300 commerçants s’installent dans le centre-ville de SaintDenis, sur la place Jean-Jaurès. La Halle, construite à la fin du xixe siècle, a été rénovée en 2005. Ce marché est en quelque sorte l’héritier de la foire du Lendit, ce rassemblement commercial et populaire qui se tenait dans la Plaine, au Moyen Âge, pendant une quinzaine de jours à partir du 11 juin. On y venait de la France entière et même de l’étranger. En 1556, le marché fut transféré à l’intérieur de la ville pour des raisons de sécurité. Aujourd’hui, tous les ingrédients d’un bon marché sont réunis : vêtements, chaussures, tissus, ustensiles de cuisine, mais surtout alimentation. étalages de piments multicolores, produits esthétiques orientaux, épices… On trouve tout au marché de Saint-Denis, et pas cher ! Basilique h La puissante abbaye royale, installée depuis le Moyen Âge, a marqué pendant des siècles l’histoire spirituelle et politique de la France.

|

îLE-DE-FRANCE Février-m a r s 2 0 0 9

| Nº 21

H Infos pratiques - Office de tourisme de Saint-Denis Plaine commune au 01 55 87 08 70. www.saintdenistourisme.com

- Café culturel, 11, allée des Six-Chapelles. Rens. : 01 48 20 40 62. http:// cafeculturel. org - Stade de France : visite d’une heure, tous les jours. Rens. : 08 92 70 09 00. www. stadefrance. com/accueilvisites.html

Depuis Dagobert, elle abrite les tombeaux de la plupart des rois de France. Au xiie siècle, la basilique construite au sein de l’abbaye est la première église de style gothique au monde. L’édifice de l’abbaye, reconstruit par Napoléon, accueille depuis la maison d’éducation de la Légion d’honneur (visites possibles, se renseigner à l’office de tourisme). architecture h Autre fleuron du patrimoine dyonisien : l’ancien siège du journal L’Humanité, construit par l’architecte brésilien Oscar Niemeyer en 1989. Stade de France h Enfin, on ne peut pas se rendre à Saint-Denis sans visiter le Stade de France. Construit pour la Coupe de monde de football de 1998, l’impressionnant édifice est à l’origine de la création d’un quartier commerçant qui a trouvé sa place dans la ville. En dix ans, plus d’un million et demi de curieux ont visité le Stade ! à ne pas rater, la balade de 2 kilomètres entre la basilique et le Stade de France, jalonnée de 20 bornes pédagogiques pour tout connaître de l’histoire locale. Slam h Saint-Denis, c’est aussi son enfant slameur : Grand Corps Malade, qu’on peut retrouver au Café culturel certains vendredis, lui a consacré une belle chanson, à écouter sur son site : www.grandcorpsmalade.com/ecouter.htm l julie védie

| Grand stade et petites histoires Rencontre

élodie Yvars Guide au Stade de France

Les visiteurs sont friands d’anecdotes : Zidane ou Ronaldinho qui oublient leur accréditation avant un match, Madonna qui fait changer les toilettes du Stade après ses concerts… L’architecture retient l’attention des femmes, parfois réticentes à accompagner leur mari. Nous accueillons beaucoup d’Anglais, de Brésiliens qui viennent en pèlerinage, et finalement peu de Franciliens. Le Stade bénéficie de l’effet Coupe du monde 1998, et, en même temps, il est devenu un monument : il est entré dans l’Histoire avec la victoire des Bleus. La Coupe du monde de rugby en 2007 a amené un nouveau public.

© david sauveur/agence vu

Le Stade de France.

© pierre-olivier deschamps/agence vu

© Bertrand Desprez/Agence Vu

© Bertrand Desprez/Agence Vu

SAint-denis

Magazine Ile-de-France  

Février - Mars 2009 http://www.ps-soisy.fr/

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you