Issuu on Google+

;-) mars 2009 -1/7

Mars 2009

Clin d’oeil un autre regard de la section socialiste de LE BARP

Sommaire Paroles d’élus ……………………………………….page 2 Paroles de militant.……………………… …………page 3 Etre ou ne pas être…au jus …………………….… page 4 Courrier à Mme le Maire…………………………….page 5 Re-création de Nicolas……………………………....page 5 Re-création d’Yves………………………………….page 6

Clin d’œil est une publication de la section barpaise du Parti Socialiste

 Parti socialiste Le Barp -13 avenue du Sauternais 33114 LE BARP  05 56 88 64 68 parti-socialiste.lebarp@laposte.net http://lebarp.parti-socialiste.fr

Brèves………………………………………..……….page 7


;-) mars 2009 -2/7

La politiqu e expliquée à ma maire

L’art de l a méthode politique

« Toutes vos interventions ont un but politique » tempête Mme le Maire en préambule du Conseil municipal. Mais que fait donc le premier élu de la commune ? A quoi servent les élections, si ce n’est pour appliquer un programme de gestion communale qui constitue un projet politique. Mais cette affirmation en forme de reproche, ne s’applique qu’à l’opposition, Mme le maire relançant curieusement son débat « pour ma part, je n’ai pas à me justifier de mes engagements politiques » ! Merci pour le pluriel.

Le résultat du scrutin de Mars 2008 démontrait l'adhésion de la majorité des Barpais aux propositions de la liste conduite par Mme Dornon. Loin de remettre en cause les votes exprimés, les élus socialistes du Barp restent engagés pour la politique de la ville. Ne vous y trompez pas, il s'agit bien de Politique. Du moins notre POLITIQUE à savoir: anticiper et non réagir, préparer et élaborer et non subir pour le bien de tous . Malgré nos efforts, nous constatons un manque de lisibilité, partagé avec les électeurs, toujours plus important faisant confiance aux valeurs que nous défendons, sur le projet municipal porté par la majorité. Outre cette opacité entretenue sur certains dossiers et aux omissions d'étude sur d'autres projets, encore plus inquiétante est la méthode employée par l'équipe en place.

Clin d’œil est un lien d’informations entre les socialistes et les citoyens barpais. Un autre lien, celui de notre site Internet : http://lebarp.parti-socialiste.fr Marie-Josée Triboy et Loïc Hubert, les deux élus de Le Barp durablement, vous rendront compte de leur mandat de conseiller municipal. Nous sommes des élus d’opposition et avons un rôle de sentinelle démocratique. Nous ne pouvons voter les délibérations concernant des actions et projets peu conciliables avec les valeurs que nous portons et surtout avec l’intérêt des citoyens . Le Conseil Municipal est l’instance de décision, les commissions sont en principe des espaces de dialogue, de travail collaboratif, de contre-propositions et de propositions. Hélas nous déplorons que des sujets importants arrivent directement en Conseil Municipal sans passer par la case commission ! Marie-Josée Triboy – Conseillère municipale

Kikidikoi 1«

Tout vote est politique et exprime un choix de société. » A : Sarah Palin /B : J.Chirac /C :Obi -Wan Kenobi

2 « La spécificité de la politique, c’est justement son rapport au pouvoir. Les idées ne valent que si l’on arrive à en convaincre le plus grand nombre… » A : Sarah Palin /B : N.Sarkosy /C:Obi Wan Kenobi 3 « la politique c’est l’art, la pratique,la manière de gouverner les sociétés humaines » A : Sarah Palin /B : Robert -Larousse / C : Obi Wan Kenobi Réponses 1 B 2 B 3 B & définition des dictionnaires JC & NS sont à l’UMP. SP dans l’obscurité et OWKa rejoint le silence.

Dès le début du mandat nous nous interrogions sur l'action du conseil municipal sur notre quotidien et notre avenir. (impôts en hausse, construction de bâtiments sans valeur ajoutée sur les projets associatifs, préparation de la croissance démographique) Aujourd'hui nous subissons une succession de mesures ponctuelles sans réel liant au détriment de projets globaux visant à satisfaire les attentes du plus grand nombre des Barpais. Tout le monde est en droit de s'interroger sur notre devenir social au BARP. Les élus quelle que soit leur appartenance politique devraient pouvoir y répondre. Malheureusement faute d'un projet clair, nous nous interrogeons toujours sur l'avenir de la qualité de notre environnement lorsque des sujets l'impactant directement ne font l'objet d'aucune étude en commission pourtant prévue à cet effet. Nos doutes persistent quant aux priorités d'aménagement et de conditions d'accueil des enfants de notre commune en pleine expansion lorsque les investissements les plus importants sont destinés à une minorité. Nos craintes grandissent s'agissant du devenir de la grande intercommunalité, lorsqu' aucun retour n'est fait aux conseillers municipaux sur l'intercommunalité où le Barp est représenté par 7 élus appartenant tous à la majorité municipale. Il est normal que chaque citoyen se pose ces questions, il est plus que préoccupant qu'aucune réponse ne soit apportée par la majorité municipale. Loïc Hubert - Conseiller municipal


;-) mars 2009 -3/7

« ÊTRE OU NE PAS ÊTRE Les militants P.S de Le Barp ont toujours soutenu l’action d’une politique de gauche, que ce soit en 81 avec l’union de la gauche ou en 86 avec le rassemblement autour du Président de la République. Nous avons également participé activement aux différentes élections la dernière en date pour les législatives aux côtés de notre candidat victorieux François DELUGA.

Ce ne sont pas des « mesquineries », mais un constat que nos élus sont prêts à argumenter. Si les élus de l’opposition sont minoritaires, c’est le jeu de la démocratie et nous en acceptons les règles. Mais ils représentent 40% de la population barpaise et ont aussi le droit de connaître, de participer de débattre et donner leurs avis sur les dossiers et la politique menée par l’équipe municipale même si cela froisse quelque peu la susceptibilité de Mme le maire et de ses conseillers.

Nous n’avons jamais caché notre appartenance politique et toutes les actions que nous avons menées ont été conduites dans la clarté sans ambiguïté ni double langage. On ne peut à la fois militer au sein de l’UMP, s’afficher publiquement aux côtés de membres de l’UMP soutenir la politique de Nicolas SARKOZY, de son gouvernement et se montrer dans certaines circonstances les fervents défenseurs de L’APOLITISME !

On ne peut à la fois :

« ÊTRE OU NE PAS ÊTRE »

De l’APOLITISME à l’OPPORTUNISME il n’y a qu’un pas. L’équipe municipale actuelle sous la direction de son chef de file U.M.P nous a fait une piètre démonstration aux dernières élections législatives partielles. Elle est passée maître en la matière pour évoluer en eaux troubles et pratiquer le double langage en affirmant la présence à ses côtés de conseillers de sensibilité de gauche ! Et déclarer publiquement sa volonté d’ouverture au sein des élus d’opposition et en même temps les priver d’espaces d’expression à la fois par une rétention d’information, un comportement et des propos agressifs, voire même insultants de la part de certains adjoints ou conseillers. Nous mettons en garde les Barpais contre toutes ces contrevérités colportées volontairement dans un but de propagande électorale afin de masquer l’échec cuisant de la politique antisociale du gouvernement Sarkozy et la gestion désordonnée au coup par coup de Christiane Dornon et ses complices, basée sur l’autoritarisme, le privatif et le profit à l’image du premier adjoint en charge des finances et de l’adjoint à l’urbanisme qui souhaitent libérer certains terrains aux promoteurs immobiliers en révisant intégralement le Plan Local d’Urbanisme. Au détriment de l’avis des Barpais et de l’intérêt général de la commune.

L’élection de conseillers n’est pas synonyme de CHEQUE EN BLANC pour des élus qui disposeraient à leur guise de notre patrimoine commun et des deniers publics pour satisfaire leurs fantasmes par des réalisations démesurées ou des opérations immobilières spéculatives en gérant au-dessus de leurs moyens, et offrir notre commune en pâture à certains promoteurs et agences immobilières peu scrupuleux à l’affût de cette grande BRADERIE


;-) mars 2009 -4/7

...a u jus ? Du jus de bou es Le Conseil municipal a majoritairement accepté un épandage de jus de compost provenant du traitement des boues de stations urbaines d’épuration et d’activités industrielles.

A quoi sert la commission Développement Durable… si ce dossier sensible n’y a pas été présenté ? De plus, le texte de la délibération ne faisait pas état d’un épandage. Mme le Maire nous a objecté que nous réagissions après coup. C’est exact, nous n’avons pas remarqué l’affichage de l’enquête publique et nous avons consulté le dossier après le vote du CM. Mais pourquoi ne nous a-t-elle pas informés, alors qu’elle avait signé les divers courriers concernant l’enquête publique ? Ce plan d’épandage pose problème pour notre environnement. Mais voilà, il est moins onéreux de proposer un épandage que de s’atteler au traitement de ses jus de compost ! Comme toujours l’aspect financier prévaut. Pourtant certaines marques de légumes en conserves et surgelés ainsi que des agriculteurs ont lancé des alertes et des mises en garde, tout simplement par crainte de voir les consommateurs se détourner de leurs légumes cultivés dans de telles conditions.

Nos interventions Nous sommes intervenus auprès du Président du Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne et de notre député François DELUGA qui a lui-même saisi le Préfet. Dans sa réponse, ce dernier indique noter les observations et saisir pour avis les commissions locales de l’eau ainsi que le PNRLG. Nous sommes en relation avec des élus locaux et parlementaires girondins également concernés par ce plan d’épandage. Nous demeurons en contact avec les associations de défense de l’environnement, mobilisées en collectif pour ce dossier.

Et nous demandons que le CM barpais révise sa position. Lire page suivante notre courrier adressé à Madame le Maire

Du jus…de soleil Une nouvelle culture sans jus de compost : l’énergiculture photovoltaïque. Plusieurs centrales photovoltaïques ont déjà été réalisées, et les projets de fermes solaires sont en plein essor. Alors, verrons-nous bientôt fleurir des champs de panneaux solaires au Barp ? Des entrepreneurs ont pris contact avec des propriétaires de parcelles favorablement situées, car il faut une ligne « de transport » pour l’électricité produite. Le marché est pour l’instant juteux, compte tenu du tarif de rachat pratiqué par EDF, ainsi que des aides et crédits offerts pour ces installations. Le Grenelle de l’environnement impose la production de 20 % d’énergie renouvelable d’ici 2020. Mais renouvelable n’est pas forcément synonyme de garantie écologique. Ces installations consomment beaucoup d’espaces, de 30 à 300 hectares et davantage. L’impact sur le paysage, l’environnement et la biodiversité doit être pris en compte car il n’est pas négligeable. Un maire landais signalait déjà avant la tempête, que la location des terres pour le solaire rapportait plus que la vente du bois ! Mais le vent a soufflé, la forêt est par terre. Les propriétaires forestiers sont en difficulté et cherchent des solutions, c’est légitime. Il faut donc s’attendre à un effet d’aubaine.

Pour autant, le photovoltaïque fait partie de la diversification obligée de l’offre énergétique dans le souci du développement durable. Mais s’il faut planter des panneaux solaires plutôt que des arbres capteurs de CO2 pour assurer notre survie énergétique, il faut également utiliser d’autres surfaces disponibles telles que les toitures. Devant le risque d’amplification purement spéculative d’une « trame grise » dans des espaces naturels, agricoles et forestiers, et pour éviter un éparpillement désastreux, nous avons prôné une réflexion sur le déploiement de ces fermes solaires au moins au niveau communal et intercommunal, et avec le Parc Naturel des Landes de Gascogne.

Développement durable = « penser global pour agir local ».

Nous souhaitons la mise en œuvre d’un Agenda 21 local Nos élus l’ont demandé…


;-) mars 2009 -5/7

Madame le Maire,

Lors de sa séance du huit décembre dernier, le Conseil Municipal a approuvé la délibération n° 112 concernant la société SEDE ENVIRONNEMENT, par 23 voix POUR et 4 absentions, dont les 2 élus PS. L’avis de la Commission Développement Durable n’a pas été requis, car selon la réponse donnée en CM « il n’y a pas d’impact pour notre commune et nous n’avons pas d’informations supplémentaires ». Or ceci appelle plusieurs remarques et interrogations : - toutes les informations utiles et détaillées étaient consultables en mairie, au titre de l’enquête publique qui s’est déroulée du 10 octobre au 27 novembre 2008 et qui a fait l’objet de la communication habituelle – affichage A4 sur les panneaux de la salle d’accueil de la mairie et communiqué dans la presse ; - l’impact sur notre commune concerne un épandage sur plusieurs dizaines d’hectares d’une culture de céréales, légumineuses et graines oléagineuses ; - aucun élu n’a consulté le dossier ni établi de requête auprès du commissaire enquêteur, ni même constaté l’affichage en mairie ; - la délibération n°112 a été votée sur présentation d’un texte tronqué par rapport à l’affichage officiel, occultant ainsi les mentions du plan d’épandage et des communes concernées, dont LE BARP. Nous considérons que les élus barpais n’ont pu se déterminer en connaissance de cause et nous vous demandons expressément le renvoi de ce sujet pour une nouvelle délibération en pleine responsabilité. » Nous vous prions d’agréer, Madame le Maire, l’expression de nos salutations distinguées. Marie-Josée Triboy et Loïc Hubert

Les re-créations de Nicolas et Yves :des puzzles aux frais des contribuables Les re-créations de Nicolas

85 conseillers régionaux aquitains et 63 conseilleurs généraux pour la gironde : exemple d’un effectif soi-disant trop important à remplacer par des «conseillers territoriaux» qui siègeront à la fois à la Région et au Département. Mais les services demeureront puisqu’ils n’ont pas les mêmes attributions et leurs budgets sont distincts. Seuls les élus sont visés, pour économiser quoi, des broutilles, les conseillers régionaux et des départements représentant entre 1 et 1,5% de l’effectif des élus locaux (majoritairement à gauche)…et pour institutionnaliser un statut de cumulard : la fusion de plusieurs régions pour ce meccano territorial nuit à la proximité des élus avec leurs concitoyens. L’Etat se défausse de plus en plus sur les collectivités territoriales tout en leur accordant de moins en moins de moyens alors qu’elles assument de plus en plus de compétences. En même temps, le gouvernement asphyxie les services publics locaux, la justice, l’enseignement et recherche, la police, la gendarmerie…

Comment se présentera alors notre territoire ?

L’Etat sollicite de plus en plus les collectivités locales mais il les asphyxie ! Et le Président dénigre leur fonctionnement, histoire de faire passer sa réforme d’une nouvelle organisation territoriale. N. Sarkosy supprime

la taxe professionnelle

sans prévoir précisément comment combler le nouveau déficit qu’il vient de créer. L’Association des Maires de France indique que ce n’est pas 8 milliards € qu’il faudra trouver mais au moins 18, et la « taxe carbone » ne suffira pas. La TP, c’est le mode de financement des Communautés de communes et d’agglomérations, alors qui va payer ? Tout le monde a compris, préparez-vous à alléger votre portefeuilles (mais au train où ça va, il faut mieux dire porte-monnaie).

Faisons simple. Les Cantons du département étant passés à la trappe, nous aurons une Très Grande Ville Bordeaux, un département qui s’occupera des zones rurales avec des communes réunies en hyper-intercommunalités et une nouvelle Région « X, dont le périmètre est encore indéterminé » - quelques appétits droitiers hésitant entre le Chabichou* et le Cabécou d’Autan* pour accompagner leurs verres de vins d’une Aquitaine qu’ils convoitent d’annexer.

* Fromages Poitou -Charente et Midi-Pyrénées


;-) mars 2009 -6/7

Les re-créations d’Yves : Attention danger : Pourquoi, comment et pour qui une « TGI » rassemblant les trois intercommunalités COBAS +COBAN + CdC du VAL de L’Eyre ? Actuellement un CODEV Conseil de Développement (techniciens, professionnels, associations, citoyens…) planche pour remettre ses propositions aux élus intercommunaux. Car seuls les élus décideront.

Les trois interco actuelles n’ont pas opté pour les mêmes recettes, seulement deux d’entre elles ont opté pour la TPU (taxe professionnelle, celle que le Président Sarkosy vient de supprimer). La COBAN par exemple tire ses recettes à 84% de la TEOM – Taxe d’Enlèvement des Ordures Ménagères, et à 5% d’une taxe additionnelle (un prélèvement supplémentaire de taxes locales). La formation de la future TGI implique une addition des compétences exercées et des prélèvements fiscaux. Il existe actuellement des différences très importantes dans les prélèvements fiscaux et dans les coûts et modalités de fonctionnement : des prestataires différents pour la gestion des déchets et pour la distribution de l’eau par exemple.

précipitation pour gérer notre territoire à marche forcée, loi des plus forts et donc inégalité pour les communes, et surtout pour nos concitoyens un terrible danger fiscal ainsi qu’un danger pour la démocratie, car les conseillers municipaux d’opposition ne siègent pas dans les conseils des Communautés de Communes. Le maire d’Arcachon est déjà président de la COBAS : 60 000 habitants et 2 ème intercommunalité de la Gironde,

CdC VAL DE L’EYRE : 5 communes BELIN-BELIET, LE BARP, LUGOS, ST-MAGNE, SALLES – 16 000 habitants COBAN – Bassin Nord - ARES, ANDERNOS, AUDENGE, BIGANOS, LANTON, LEGE CAP-FERRET, MARCHEPRIME, MIOS – 55 000 habitants COBAS – Bassin Sud – ARCACHON, GUJAN-MESTRAS, LA TESTE DE BUCH, LE TEICH – 62 000 habitants

mais rêve GPT- GPT -Grand Prince Territorial, régnant sur les 135 000 habitants de la future 2ème plus grande intercommunalité d’Aquitaine ! Le maire d’Arcachon est pressé et comme lui, les Conseils des 3 CdC sont à droite.

Quant aux élus barpais de la majorité municipale et intercommunautaire : silence radio ! Alors pour que nos concitoyens ne finissent pas en citrons pressés, les socialistes barpais demandent que le dossier soit enfin « porté à connaissance » des habitants.

Les élus PS ont écrit au Maire pour porter à l’ordre du jour d’un prochain CM l’organisation d’un REFERENDUM citoyen préalable à toute décision


;-) mars 2009 -7/7

Les brèves Dou ch e éco ssaise Après avoir soufflé le chaud « c’est la ligue qui impose de nouveaux vestiaires pour le foot » (encore un sujet que nous découvrons en Conseil Municipal), l’annonce du coût refroidit 500 000 € !

La lutte con tinue

Chaque année les lutteurs barpais sont plus nombreux. Mais «on» refuse au club de la Lutte GrécoRomaine un complément de subvention, pour que des jeunes, puissent participer à des challenges et championnats, des jeunes qui portent déjà haut et fort les couleurs de Le Barp : champions de Gironde, Vice-champion et champion d’Aquitaine, Vicechampion de France.

Permanence des élus A la mairie : de 10h à 11h30 le 1er samedi du mois elus-ps.lebarp@laposte.net

RAM gal ère en silence Déduction très simpliste, nous l’avouons : le Relais Assistantes Maternelles ne fait sans doute pas partie de la Politique sociale de la ville, puisque cette commission ne sait apparemment pas ce qu’il s’y passe ?

Des fois, ça passe… A la demande de parents d’élèves, la commission des affaires scolaires a étudié la possibilité d’une tarification à la ½ heure pour la garderie périscolaire du matin. Nous avons demandé de baisser à 0,45 € le tarif initialement proposé. Cette requête a fait consensus et a été relayée favorablement en Conseil Muni-cipal. Dans le même temps, nous avons demandé que cette modalité puisse être étendue pour le soir.

Pour éviter que ça casse

Nous avons proposé que la commune s’équipe de défibrillateurs, alors que des grandes surfaces ont déjà pris cette initiative. La commission Politique sociale a sollicité la budgétisation d’un appareil. Cet équipement n’est pas encore obligatoire…

Un ven t fo u

…et on mesure le rôle de la proximité et l’importance de la solidarité, élus et services compris. Nous avons apporté notre coopération quotidienne à la gestion de cette crise, en toute responsabilité. Le climat s’emballe, il faut nous préparer à ses répliques. La prévention et la gestion des risques et catastrophes naturelles dépassent les clivages politiques, car la météo s’en moque.

Clin d’œil est une publication de la section barpaise du Parti Socialiste  Parti socialiste Le Barp – 13 avenue du Sauternais 33114 LE BARP  05 56 88 64 68 parti-socialiste.lebarp@laposte.net http://lebarp.parti-so cialiste.fr


Le barp Clin d'oeil mars 2009