Issuu on Google+

POSTSCRIPTUM07/12

Multinationales: Un indispensable droit sans frontières Editorial 3 Il faudra innover!

Actualité nationale 4 Débat sur l’asile

Eclairage 6 Rendre la défaite utile 10 Enfin des salaires dignes et décents pour les patrons

Vous 11 Militantes et militants socialistes

n° 7 / 29 juin 2012 Parti socialiste genevois

Entre 2003 et 2009, plus de 260 entreprises étrangères ont installé leur siège social en Suisse. Attirées par une fiscalité généreuse, ces multinationales profitent aussi d’un cadre juridique complaisant. En droit suisse, la maison mère n’est absolument pas responsable des agissements de ses filiales à l’étranger. Une firme peut donc commettre de graves violations des droits humains et environnementaux sans risquer d’être inquiétée par la justice. Souvent dans les pays en développement, les victimes se voient ainsi privées de la possibilité d’obtenir réparation. En l’état actuel du droit, les firmes peuvent, en toute impunité, ternir la réputation de la Suisse et contribuer au sous-développement des pays dans lesquels elles sévissent. Nombre de cas illustrent les problèmes que posent cette situation. De passage en Suisse, le procureur argentin Antionio Gustavo Gomez a récemment expliqué combien il est difficile de poursuivre la société minière Xstrata, basée à Zoug, dans un cas de grave pollution sur les sites de ses mines de cuivre et d’or. Désormais fusionnée avec Glencore, également domiciliée à Zoug, la firme est conçue de telle sorte qu’il soit juridiquement impossible de poursuivre la maison mère pour les dommages causés par sa filiale argentine. Dans le domaine des matières premières en particulier, dont la Suisse est devenue une plaque tournante mondiale, les multinationales se constituent à dessein des structures juridiques complexes pour diluer leurs responsabilités. En Zambie, Glencore est accusée par une coalition d’organisations non gouvernementales de polluer la région autour de ses mines de Mufulira. Ces ONG ont également porté plainte auprès du point de contact suisse de l’OCDE pour manquements au code de bonne conduite des multinationales. N’étant pas pénale, la procédure devrait toutefois permettre de déterminer si Glencore prive le fisc zambien de recettes fiscales, un soupçon survenu suite à un audit indépendant. Holcim est aussi mis en cause pour ses activités en Inde et au Guatemala. Dans le sous-continent, le cimentier suisse se voit reprocher des licenciements antisyndicaux

et d’abuser du travail temporaire. Unia et l’ONG Multiwatch se sont associés pour demander des comptes à la firme argovienne. Ces scandales à répétition doivent cesser! Et ils peuvent cesser. Lancée par une coalition d’ONG, la campagne « droits sans frontières » réclame deux modifications mineures du code des obligations. La première stipule que les administrateurs d’une société doivent veiller non seulement aux intérêts des actionnaires, mais également au respect des droits fondamentaux par ladite société et ses filiales. La seconde impose une responsabilité solidaire entre le siège social, ses dirigeants et toutes les sociétés du groupe. La pétition « Droits sans frontières » a déjà obtenu plus de 50000 signatures en Suisse. Preuve que la population est sensible à ces enjeux, qu’elle n’accepte pas que quelques dirigeants sans scrupules s’enrichissent sur le dos des plus démunis. Carlo Sommaruga, Conseiller national


COMMUNIQUE DE PRESSE Parti Socialiste Genevois Romain de Sainte Marie, Président - Arnaud Moreillon, Secrétaire général

PostScriptum 07/2012

2


EDITORIAL Romain de Sainte Marie Président du PSG

Il faudra innover!

Au lendemain de l’élection complémentaire au Conseil d’Etat le 17 juin, la défaite est dure. Le résultat est sans appel, l’écart est trop gra n d . A m e r p o u r notre candidate, Anne Emery Torracinta, qui s’est battue pendant trois mois et a mené campagne avec détermination, intégrité et engagement. Amer pour l’ensemble du parti qui s’est engagé et qui y a cru, peut-être même trop. Maintenant, vient le temps de l’analyse pour mieux comprendre le pourquoi un tel revers. Les explications ne seront pas simples mais diverses. C’est pourquoi, le Comité directeur a mandaté un groupe de travail pour tenter de faire ressor tir les causes de cette défaite. A PostScriptum 07/2012

la rentrée d’août, les mesures seront prises pour ne pas revivre une telle situation à l’avenir.

discours doit savoir répondre aux préoccupations des Genevois-e-s.

Le temps de l’analyse est venu, celui du changement arrive. Jamais nous ne comblerons le retard en termes de moyens financiers investis dans les campagnes par nos concurrents de droite. Si nous n’avons pas l’argent, nous avons notre tête pour être plus novateurs et notre cœur pour descendre battre le pavé. Nos solutions d’avenir? Il faudra innover!

Cette innovation, cette impulsion, nous devrons nous y ateler. Cela passera par une concertation avec chaque section, par la réforme et la relance des commissions du parti, par une stimulation des Assemblées générales et des délégué-e-s sur des thématiques concrètes et par le choix des enjeux politiques prioritaires avec le lancement d’initiatives.

Nous devons innover dans notre façon de nous engager, dans la façon d’investir le terrain, d’aller à la rencontre des gens, dans notre visibilité. Nous devons innover dans notre discours politique, le rendre encore plus concret et imagé. Mais sur tout, notre

La victoire pour les élections cantonales de 2013 est possible et avant tout nécessaire pour un avenir plus juste du canton.

Merci de nous faire parvenir suffisamment à l’avance vos contributions. Prochain délai de réception des textes: jeudi 30 août 2012, 12h, dernier délai Attention! Pour des questions de délai d’impression, les articles qui nous parviendront au-delà de cette échéance ne pourront plus être pris en compte et seront, le cas échéant, publiés dans le numéro suivant. Adresse pour l’envoi de vos articles: postscriptum@ps-ge.ch

Prochain numéro: Vendredi 7 septembre 2012 Impressum Coordination: Marko Bandler et Delphine N’Diaye Conception et réalisation graphique: Delphine N’Diaye Illustrations: Tristan Pun Photos: Demir Sömnez Edition: Parti socialiste genevois Impression: Imprimerie Nationale Tirage: 1’250 exemplaires Pour les dons: CCP 12-171-3 tél: 022 338 20 70 fax: 022 338 20 72 e-mail: psg@ps-ge.ch internet: www.ps-ge.ch

3


ACTUALITE NATIONALE Maria Roth-Bernasconi Conseillère nationale

Débat sur l’asile Concours de haine entre la droite bourgeoise et l’UDC

Un torrent de haine et d’insanités. Des propos ignobles et arrogants. Une loi inhumaine et honteuse. Voilà un résumé du débat sur la modification du droit d’asile tenu lors de la dernière semaine de la session d’été. Les procédures administratives doivent être raccourcies dans la mesure du possible. Il n’est pas normal qu’une personne doive attendre plusieurs longs mois avant d’être fixée sur son sort. Des membres de mon groupe ont ainsi décidé de jouer le jeu des institutions et d’entrer en matière sur le sujet. À l’instar de mes collègues genevois, j’ai choisi de voter contre. Le parlement n’était pas disposé à débattre de manière constructive et il était hors de question à mon sens de laisser une tribune aux propos haineux de l’extrême-droite. Confondant sciemment asile et migration ou réfugié et délinquant, l’UDC a donné le ton des débats. PostScriptum 07/2012

Souhaitant rendre la Suisse moins attractive, elle a proposé de durcir la loi sur l’asile en supprimant la plupart des maigres droits accordés aux réfugié-e-s, notamment l’aide juridique, et en les plaçant dans des centres d’internement. Souvenirs sordides du passé… Et si les propositions les plus extrêmes n’ont pas passé la rampe, la majorité bourgeoise a permis, par sa discipline de vote, d’entériner plusieurs décisions pourtant contraire aux droits humains. L’aide sociale versée à ces personnes – qui n’ont pas le droit de travailler, rappelons-le – a été réduite à une « aide d’urgence », soit moins d’une dizaine de francs par jour et à peine un toit pour dormir. Par une proposition du nouveau chef du PLR, le regroupe-

ment familiale est rendu plus difficile et a failli, à quelques voix près, être totalement supprimé. Il faudra attendre cinq longues années pour faire venir sa famille, contre trois actuellement. Les d ro i t s d e ré ex a m e n de situation, octroyés aujourd’hui lorsqu’un changement permet d’invoquer de nouvelles dispositions pour obtenir une autorisation de séjour, seront à l’avenir sévèrement réduits et les délais de recours raccourcis à l’extrême. Deux autres modifications par faitement scandaleuses ont également été adoptées. Les demandes d’asile ne pourront plus être octroyées par les ambassades dans les différents pays concernés. Il faudra maintenant venir physiquement jusqu’en Suisse pour faire une demande…qui pourra toujours être refusée! Enfin, la désertion de l’armée ne sera plus un motif pour accorder l’asile. Et tant pis si cet acte peut

être puni de tortures et de mauvais traitements; le plus important pour l’UDC qui est à l’origine de cette proposition serait de stopper un afflux hypothétique de réfugiés venus d’Erythrée, sous prétexte de se caler sur les pratiques d’autres pays. La lâcheté des propos des membres du PLR et du PDC qui, pour une poignée de voix de plus, se sont benoîtement aplatis devant les thèses racistes de l’UDC , rappelle les pages les plus sombres de notre histoire. Ancien collègue du parlement et libéral jusqu’au bout des ongles, Claude Ruey a d’ailleurs vertement rappelé à son groupe que c’est parce que les formations bourgeoises avaient renoncé à leurs convictions que les nazis avaient pu accéder au pouvoir en 1933. Sans succès. Inutile pourtant d’invoquer l’Histoire, la comparaison avec des débats tenus durant la même 4


session au parlement permet à elle seule d’illustrer le cynisme de la droite bourgeoise. Car avant de cracher leur venin sur l’asile, ces mêmes personnes se sont apitoyées devant le sort de petits chats et autres dauphins. En effet, lors du débat sur la protection des animaux dix jours plus tôt, on a parlé à la tribune de la dignité de nos amis les bêtes

pour justifier l’interdiction du transport par la route de celles qui partaient à l’abattage. Des propos de Ghandi ont même été évoqués, lui qui affirmait que le degré de civilisation d’un peuple se reconnaissait à la manière dont il traite les animaux… Si l’ensemble des parlementaires por tait la même attention à nos semblables qu’à la peau

des chats, le débat sur l’asile n’aurait sûrement pas tourné à l’appel à la haine. Au j o u rd ’ h u i , m a l gré la tristesse d’avoir dû assister à pareil débat, il est important de ne pas baisser les bras et de rappeler haut et fort que précariser des personnes déjà vulnérables ne fait que les pousser à la clandestinité, voire à

la criminalité. Fort-e-s de notre tradition d’accueil, nous devons exprimer notre mécontentement quant à ces propositions scandaleuses et exiger du Conseil des Etats qu’il refuse de suivre la chambre basse sur la pente de la haine des plus faibles et du mépris de nos traditions.

Je vous invite – si ce n’est pas encore fait – à signer la pétition du Parti Socialiste1 suisse qui va dans ce sens.

1

PostScriptum 07/2012

www.sp-ps.ch 5


ECLAIRAGE Arnaud Moreillon Secrétaire général du PSG

Rendre la défaite utile

Election partielle au Conseil d’Etat: le message d’Anne EmeryTorracinta Chères et chers Camarades, La politique est souvent dure et les chemins que l’on y emprunte semés d’embûches. Aujourd’hui, je voudrais vous remercier toutes et tous de votre engagement, sur les stands, dans vos associations, auprès de vos voisins et amis. Durant cette campagne, j’ai senti un parti uni, engagé et qui croyait à la victoire. L’ a c c u e i l q u e v o u s m’avez toujours réservé lors de ma présence sur les stands m’a fait chaud au cour! Le soutien de l’ensemble des forces de gauche nous a laissé penser que la victoire était possible. PostScriptum 07/2012

Mais la reconquête d’un siège n’est jamais facile. Il nous appar tiendra donc d’analyser finement les causes de cet échec : l’ampleur de la défaite ne peut être la résultante d’une cause unique. N o u s d ev r o n s c o m prendre ce qui s’est passé et en tirer les leçons avant de nous lancer dans la campagne de 2013. En ce qui me concerne, je suis, bien évidemment, très déçue, mais il m’en faudrait plus pour renoncer à me battre pour nos valeurs à vos côtés! Dans l’immédiat, mon engagement se poursuit au Grand Conseil avec, notamment, dès septembre la présidence de la commission des finances où l’Alternative devra lutter contre une droite et une extrêmedroite qui ne manqueront pas de poursuivre leur travail de sape. Avec mes chaleureux messages et mes amitiés! Anne

Tout d’abord, je tiens à remercier, notre camarade, Anne, qui s’est engagée corps et âme dans la campagne et avec laquelle j’ai beaucoup apprécié défendre nos valeurs. La défaite de dimanche est collective et elle doit nous amener à nous remettre en cause profondément et changer ce que nous pouvons changer. Si nous n’apprenons pas de ce moment douloureux, en plus de l’amertume du goût de l’échec, nous aurons à supporter l’inutilité de celui-ci. Il faut que cette curée nous serve et c’est à chacune et chacun d’entre nous, à son niveau, de réfléchir à ce qu’il aurait du faire pour amener le parti à la victoire. Le Secrétariat s’engage dans cette voie avec détermination. Vo i c i l e s p r i n c i p a u x constats que l’équipe du Secrétariat tire de son activité: • Nous ne sommes pas assez présents dans les médias. Certes, le parti a augmenté sa visibilité, mais encore trop peu

d’élu-e-s occupent l’espace médiatique. • Au niveau cantonal, notre présence web est proche du néant, bien que le site du PS genevois ait été remanié. • Notre système de cotisation est chronophage et pose de gros problèmes de coordination. Les objectifs que nous posons sont les suivants: • Soutenir les élu-e-s pour augmenter leur présence dans les médias. • Augmenter la présence du parti sur la toile (Facebook et blog). • Améliorer notre réactivité face aux événements. • Rendre le système de cotisations efficace pour pouvoir allouer un maximum de nos ressources pour la communication et l’organisation d’événements. 6


Certes, nous avons augmenté notre présence dans les médias en tant que parti, mais il nous faut absolument soutenir les élu-e-s dans le même effort. Chaque élue doit avoir une stratégie média. Le PS suisse va organiser des formations pour aider les élu-e-s à définir une ligne, la tenir et la communiquer. Le PS genevois évitera tout doublon, mais il propose dès à présent deux axes d’interventions aux élu-es: préparation d’entretiens avec les médias, ainsi que le choix du média et par-

tage d’une analyse suite à une apparition médiatique (ce qui est à garder, ce qui est à améliorer). Nadia Méric assurera cette fonction. Afin d’assurer une présence régulière sur le web, Olga Baranova continuera son activité sur la page Facebook du parti. Tou-te-s les camarades sont invitée-s à interagir sur cette page. De plus, Nadia et moi assurerons au moins deux articles par semaine sur le blog du PS genevois sur la Tribune de Genève. Le Secrétariat assurera

une revue de presse quotidienne et décidera avec la présidence avec quel outil il nous faut réagir, à savoir «communiqué de presse», «blog», «Facebook» ou exclusivité à un média en fonction de l’importance du sujet et des personnes auxquelles on souhaite faire passer le message. Le système de cotisation existant pose de nombreux problèmes. Pour les sections où cela n’existe pas, nous devons absolument trouver les relais nécessaires et les former. Nous avons aussi pris contact avec le PS vau-

dois pour formuler une demande commune au PS suisse afin de simplifier le système. Grâce à cela, nous espérons libérer du temps pour améliorer notre réactivité et pour organiser des événements rassembleurs.

Les arrivées et les départs des collègues du Secrétariat La petite équipe du Secrétariat que nous sommes a vécu des changements de personnel importants l’année dernière: Prunella Carrard, collaboratrice politique, est partie pour un congé maternité et a été remplacée par Jonas Thion pendant toute la campagne des nationales. Olga Baranova a eu son contrat de 20% confirmé pour créer tous les aspects visuels des campagnes du parti. Peu de temps après son retour, Prunella a trouvé un nouvel emploi. De même, Eloisa Gonzalez, assistante à la Constituante, a PostScriptum 07/2012

répondu positivement à une sollicitation externe et a été remplacée par Nadia Méric. Nadia a ensuite repris le travail de Prunella et est devenue secrétaire générale adjointe. Aux tâches que Prunella effectuait, s’ajoutent pour Nadia l’élaboration de plan de communication, de formation médias, de production de contenus politiques, notamment sur le blog. Dès le 1er juillet, Nadia travaillera avec moi à 100%. Par ailleurs, Julien Grosclaude, assistant parlementaire, a aussi trouvé un autre employeur. Martin Staub lui a succédé.

Je profite de ce message pour remercier très chaleureusement Prunella, Eloisa et Julien, avec lesquels j’ai eu énormément de plaisir à travailler. Le PS genevois a eu de la chance de pouvoir compter sur leur travail. Je me réjouis de poursuivre notre mission avec Rosa, en charge de la comptabilité, Olga, Nadia et Martin. Nous nous engageons à tout faire pour que le parti soit le plus efficace possible, puisse faire progresser nos valeurs et transformer notre société en profondeur. Pour toutes et tous, sans privilèges! 7


CONVOCATION Parti Socialiste Genevois Assemblée Générale extraordinaire

Assemblée Générale extraordinaire 11 juillet 2012

Le PSG a le plaisir de convoquer ses membres à la prochaine Assemblée générale extraordinaire, en vue de définir les prises de position du PSG pour les votations du 23 septembre prochain. Mercredi 11 juillet 2012, à 20h30 au 15, Rue des Voisins - 1205 Genève Rez supérieur (code 2108A)

Ordre du jour: 1. 20h30 Adoption de l’ordre du jour 2. 20h35 Mots d’ordre sur les votations fédérales du 23 septembre 2012 Votations fédérales:

Objet 1:

Acceptez-vous l’arrêté fédéral du 15 mars 2012 sur la promotion de la formation musicale des jeunes (contre projet à l’initiative populaire «jeunesse et musique» qui a été retirée)?

Objet 2: Acceptez-vous l’initiative populaire du 23 janvier 2009 «Sécurité du logement à la retraite»?

Objet 3: Acceptez-vous l’initiative du18 mai 2012 «Protection contre le tabagisme passif»?

3. 21h45 Point de situation sur le congrès de septembre 2012 4. 22h00 Divers

PostScriptum 07/2012

8


PSG Marko Bandler Responsable presse et communication

Nouvelles du Comité directeur du PSG Séances du mois de juin 2012 Voici une synthèse des dernières séances du Comité Directeur Lors de ses séances, le CD a notamment:

• Mis en place une stratégie pour le renforcement des relations du parti cantonal avec les sections;

• Soutenu à l’unanimité la candidature de notre camarade Carlo Sommaruga à la vice-présidence du PSS;

qui ont amené à notre défaite à l’élection partielle au Conseil d’Etat.

• Mandaté un groupe de travail pour faire l’analyse détaillée des facteurs

Le PS genevois soutient massivement la candidature du Conseiller national Carlo Sommaruga à la Vice-Présidence du PS Suisse. A n’en pas douter, cette candidature sera un atout pour notre canton.

PostScriptum 07/2012

9


ECLAIRAGE Christian Brunier Ancien Président du PSG

Enfin, des salaires dignes et décents pour les patrons «Je crois au patriotisme des dirigeants, qui peuvent comprendre que la crise suppose l’exemplarité des élites politiques et économiques.» Jean-Marc Ayrault, Premier ministre François Hollande l’avait promis, durant sa campagne à la Présidentielle. Il passe rapidement à l’acte, respectant, comme d’habitude, ses engagements. Les rémunérations des patrons des entreprises publiques seront diminuées, afin que l’écart entre les plus petits salaires de ces sociétés et leur patron, soit au maximum de un à vingt, ce qui est déjà pas mal. Les salaires de ces boss doivent devenir dignes et décents. Concrètement, à titre d’illustration, le salaire d’Henri Proglio, le PDG d’EDF passera de 1,55 million d’euros à 496’800, alors que la rémunération moyenne de son entreprise est de 39’000 euros par an. Celui de Luc Orsel, dirigeant d’Areva, diminuera de 49%, soit de 679’000 euros à 335’000. Le Président Directeur Général de la Poste, Jean-Paul Bailly, atteindra 377’160 euros au lieu de 635’974. Gérard Mestallet, le patron de GDF Suez, avec ses 3,3 millions d’euros en 2010 verra chuter son revenu de 89%. 4,5 millions d’euros pour le PDG de Michelin en 2010, 2,6 millions d’euros pour le patron PostScriptum 07/2012

d’EADS ou 3,3 millions d’euros pour celui de GDF Suez la même année. Comment un patron peut-il justifier un salaire si conséquent? Parallèlement, il faut se souvenir que le SMIC, est fixé, depuis le 1er janvier 2012, à 1’398,37 euros bruts mensuels, soit 9,22 euros bruts de l’heure. Ce salaire minimum n’a jamais été augmenté durant le quinquennat de Sarkozy, à l’exception des indexations légales automatiques. Une société visant à être saine, équitable et durable ne peut digérer de telles distorsions. Le pavé jeté dans la marre par François Hollande et son gouvernement ne changera évidemment pas l’état des finances publiques. C’est toutefois un acte symbolique d’impor tance. Un appel à l’exemplarité et à l’éthique pour les chefs des 52 entreprises, partiellement ou totalement, publiques. Le Président socialiste veut des dirigeants d’entreprises publiques irréprochables. Ce nouveau système salarial doit se profiler comme un exemple à suivre aussi par les grandes entreprises privées, dans lesquelles les

écarts de rémunérations sont parfois colossaux. Plusieurs postures à la tête des entreprises fortement étatiques se sont révélées scandaleuses. L’indemnité de 1,5 million d’euros versée à Anne Lauvergeon pour son départ d’Areva n’en est qu’un triste exemple. Ces dernières années, pour résister à la crise, les salaires des employées et des employés ont tendanciellement stagnés ou peu progressés, alors que les gains des PDG et des actionnaires prenaient l’ascenseur. La fracture sociale, déstabilisante pour l’ensemble de la société, s’est encore accrue avec ces écarts de revenus inacceptables. Avec des rapports de un à six ou sept entre les plus petits salaires et les plus hauts, une entreprise peut déployer une courbe salariale motivante et attrayante pour garder et recruter des talents, à condition que les plus faibles rémunérations

se situent à un niveau attractif. Sur la base d’une échelle de 1un à vingt, on se rend bien compte de la sagesse de la mesure impulsée par François Hollande. Dans cette cohérence, l’Etat français vient de s’opposer en tant qu’actionnaire important de plusieurs sociétés à des parachutes dorés offerts à des PDG ou à différentes primes injustifiables. L’indemnité de départ du patron de l’équipementier aéronautique et de défense Safran a été notamment refusée par l’Assemblée générale des actionnaires. Concilier responsabilité, compétence et motivation avec éthique et dignité est l’un des paris de François Hollande. Par ses premières mesures, il contribue à orienter l’économie vers davantage d’humanité et de durabilité; dans l’espoir que cette vague d’éthique déferle sur les rives des grandes firmes privées…

10


VOUS Eric Peytremann Photographe

Militantes et militants socialistes Eric Peytremann Nous continuons notre série de portraits des militant-e-s qui font le Parti Socialiste Genevois. Aujourd’hui, nous faisons plus ample connaissance avec Eric Peytremann, infatigable militant, que vous avez forcément dû apercevoir un jour ou l’autre sur un stand. C’est d’ailleurs sa grande spécialité: il est probablement le membre qui, tout référendum ou initiative confondus, rapporte généralement le plus de signatures. Portrait en quelques questions. Peux-tu nous raconter en quelques mots ton parcours? Après mes études de physique à Genève, et quelques années comme chercheur à l’Observatoire de Genève, période interrompue par un séjour comme astronome en Afrique du Sud (du temps de l’apartheid, un européen moyen faisait toujours tout faux du point de vue des lois raciales: on pourrait écrire des volumes à ce sujet!), j’ai passé quelque temps aux Etats-Unis d’Amérique au temps des troubles liés à la guerre du Vietnam, puis dans d’autres pays et continents, pour terminer par une dizaine d’années à Singapour. Au bout de cette vingtaine d’années d’absence, je suis revenu en Suisse, pour y découvrir que j’appartenais à la sixième catégorie de Suisses, soit ceux qui reviennent au PostScriptum 07/2012

pays. «Pour quelles raisons estu donc revenu?» m’a-t-on souvent demandé. Il m’a donc fallu m’adapter à cette étrange forme de xénophobie. Pourquoi t’es-tu engagé au PS? Après mon retour à Genève, mes activités associatives, tant à la présidence d’un restaurant scolaire que du Groupement cantonal des associations de parents d’élèves du primaire, m’ont démontré, contrairement à une opinion largement répandue, que la bonne marche des activités associatives est indissolublement liée au monde politique, au sens large et non électoraliste du terme. A partir de ce constat, il ne m’a pas été difficile de m’engager au PS, vu que dans mon existence genevoise j’avais toujours voté à gauche, et élu des Socialistes. A vrai dire, jusque dans les années septante, il n’y avait ni Alliance de gauche, ni les Verts. A cela s’ajoute le fait que durant mes vingt ans d’absence, le paysage politique avait complètement changé: dans les années nonante, le déferlement ultra-libéral, accompagné de social-libéralisme mâtiné de social-militarisme, avait provoqué des ravages, notamment par la dégradation et le démantèlement des services publics.

Qu’est-ce qui te plaît le plus dans le parti? A contrario, que faudrait-il selon toi changer? Il y a de la place pour l’expression de multiples opinions, souvent complémentaires, parfois contradictoires. Il est vrai qu’on a parfois l’impression que des membres ne participent pas aux séances parce qu’ils ne partagent pas du tout les positions soumises à discussion. Cela évite certes des conflits, mais les mauvais esprits pourraient aussi y voir un zeste d’hypocrisie. L’ambiance sur les stands est bonne, voire excellente, ce qui aide à affronter d’occasionnelles confrontations pas piquées des vers, avec le public. La réputation de bobos nous colle à la peau, et cela ne s’améliore pas au fil des années. Un peu moins de clanisme serait souhaitable. Et loquaces sont les donneurs de leçons, après les défaites – les mêmes qui pourtant ne sont pas souvent présents sur les stands!

ayant grand besoin des aides publiques, donc politiques, se veulent “apolitiques”, et le manifestent sur un ton souvent acrimonieux. Le PS genevois devrait s’intéresser davantage aux affaires fédérales, et s’y impliquer bien plus activement, à commencer par la participation aux commissions internes et aux Assemblées des Délégué-e-s du PS suisse. Et à celles et ceux qui ont des ambitions politiques au niveau fédéral, je recommande vivement d’apprendre l’allemand, de préférence par immersion. Dans ce contexte, lire et comprendre cette langue est absolument vital, la parler permet en outre d’agir beaucoup plus efficacement.

Propos recueillis par Marko Bandler Prochain numéro: Olga Baranova, la force de la jeunesse…

Si tu avais un message à faire aux militant-e-s du parti, quel serait-il? La politique, ce n’est pas «sale», c’est même absolument nécessaire dans une société modérément civilisée. Affirmer cela, c’est aller à contre-courant de l’opinion dominante, y compris dans des milieux qui tout en 11


POSTSCRIPTUM07/12 PSG

Vie du parti ainsi qu’à la planification, la thématique et la logistique, du prochain Ciné-Club

JAA

aux travaux de mise en place

1200 GENève 2

Tu es invité-e à participer

Traditionnel Pique-nique socialiste et patriotique

Changement d’adresse : Parti socialiste genevois Rue des Voisins 15 1205 GENève

Ciné-Club

1er août Mill’o, Plan-les-Ouates

2012-2013: Mercredi 27 juin, à 18h30 Locaux du PSG Ordre du jour: 1. Définition du calendrier 2012-2013 2. Définition des thématiques du cycle (environ six-huit fois en total sur l’année 2012-2013) 3. Présentation des différentes propositions logistiques et vote final à la majorité des présent(e)s A toutes fins utiles et afin que le débat soit le plus constructif possible, chacun-e des intéressé-e-s peut préparer une petite liste

Congrès du PSS 8 et 9 septembre 2012, Palais des Congrès à Lugano. Le papier sur la migration du PSS sera discuté lors du congrès.

Agenda Mercredi 27 juin Ciné-Club du PSG dès 18h, locaux PSG suite en page 2

Jeudi 28 juin Commission judiciaire 12h15, locaux du PSG

Mardi 10 juillet Commission culturelle 19h, locaux du PSG

Mercredi 11 juillet AG PSG 20h30, locaux du PSG

de films en sa possession et l’amener le jour de la réunion. Si cette initiative t’intéresse et si tu es motivé-e et aimerais faire partie du groupe Ciné-Club, n’hésite pas à nous rejoindre!

Locaux du PSG: Rue des Voisins 15 (code 2108A)


Postscriptum n°7_juillet 2012