Page 1

Guebwiller et environs

DIMANCHE 24 NOVEMBRE 2013 23

Politique Le redécoupage cantonal ne fait pas l’unanimité Cantons: la nouvelle donne Nouveau découpage Nouveau découpage Nouveau découpage Nouveau découpage

« Grâce à la parité nous serons plus nombreuses à siéger au Département » Dans le canton de Soultz, Odile Bocquet-Hunold, qui a succédé à Étienne Bannwarth au printemps, émet elle aussi des réserves : « Je trouve ça bien que les communes du canton de Soultz, dépendant de la CCRG, rejoignent

Niedermorschwihr Turckheim Zimmerbach Widensolen Hohrod Walbach WINTZENHEIM Biesheim Wettolsheim Gunsbach Stosswihr Wolfgantzen Wihr-au-Val Eguisheim Volgelsheim Appenwihr Munster Neuf-Brisach Vogelgrun Soultzbach- Voegtlinshoffen Logelheim MuhlbachHerrlisheimHettenschlag Algolsheim sur-Munster Griesbach les-Bains Hattstatt près-Colmar Ste-Croix-au-Val Weckolsheim en-Plaine Gueberschwihr Breitenbach Obersaasheim Pfaffenheim Niederhergheim Geisswasser Wasserbourg Metzeral Osenbach Oberhergheim Heiteren Sondernach Soultzmatt Biltzheim Linthal Rouffach Niederentzen Nambsheim Lautenbach Westhalten Orschwihr Munwiller Balgau Gundolsheim Lautenbach-Zell Bergholtz-Zell Rimbach-prèsBuhl Meyenheim Hirtzfelden Fessenheim Bergholtz Guebwiller Murbach GUEBWILLER Merxheim RimbachRéguisheim Blodelsheim Issenheim Roggenhouse Soultz Jungholtz Raedersheim Ungersheim Wuenheim RumersheimHartmannswiller Feldkirch ENSISHEIM Munchhouse le-Haut Bollwiller Berrwiller Soultzeren

WITTENHEIM

Sources: Conseil général

le canton de Guebwiller et que les quatre autres – Ungersheim, Feldkirch, Bollwiller, Berrwiller – liées à la M2A, soient rattachées à Wittenheim. Ce nouveau canton sera gérable même si c’est toujours dommage qu’un chef-lieu de canton disparaisse. » Pour le reste, elle s’étonne de la taille de certains nouveaux espaces, à l’image du canton d’Ensisheim, par exemple. « On va y perdre en proximité et en relationnel », regrette-t-elle. Quant au nombre d’élus, si elle ne juge pas d’un bon œil leur augmentation, elle sait que « c’est lié à la parité. Grâce à ce système nous serons plus nombreuses à siéger au Département. C’est important car notre vi-

Identité Halte à la fraude

Les agents et le policier de la PAF ont été accueillis par Bernard Laplagne, premier adjoint au maire. Photo Jean-Marie Schreiber

Les fraudes sur l’identité sont de plus en plus nombreuses, et dans les domaines les plus variés. Les administrations, et notamment les administrations communales, sont en première ligne. Pour permettre aux agents de déceler les tentatives de fraude sur toutes sortes de documents (actes de naissance pour l’établissement de papiers d’identité ou de passeports, certificats de domicile, certificats divers pour l’obtention d’allocations, etc.), la Ville de Guebwiller a fait venir un agent de la PAF, la Police aux frontières,

Artzenheim Baltzenheim Durrenentzen Urschenheim Kunheim

Limite actuelle

« À titre personnel, je ne peux pas me plaindre », concède Alain Grappe, conseiller général du canton de Guebwiller, dont le territoire a désormais « la dimension de notre communauté de communes, ce qui faisait partie de nos préconisations. Certes on va perdre en proximité mais, à deux, ce sera gérable car nous avons seulement 19 communes et un peu plus de 38 000 habitants », estime-t-il. Il est beaucoup plus circonspect dès lors qu’on évoque l’ensemble des situations : « Il y a des cantons gigantesques. Il aurait fallu tenir compte de la population mais aussi de la surface et du nombre de commune. Il y aura nécessairement un recours de la part du Département. » Il avance aussi que l’augmentation du nombre d’élus n’est peut-être pas un bon message. Quant à la superposition exacte des limites du canton avec celles de la communauté de communes de la région de Guebwiller, « ce n’est pas un problème car les compétences de chacun ne sont pas identiques. Mieux, on sera plus fort pour soutenir des projets ».

des ruptures dans certains territoires. » Il est convaincu que le conseil général fera un recours. Quant aux futurs conseillers départementaux, « il y aura forcément de la concurrence au moment de les désigner, d’autant qu’il faut mettre en place la parité. Il y a actuellement 29 hommes. Or il n’y aura que 17 sièges en 2015 ». Cela promet de belles batailles une fois les municipales passées…

Infographie L’Alsace

Le projet de redécoupage des cantons du Haut-Rhin a été présenté en début de semaine (notre édition de mercredi). Localement, il suscite de nombreuses questions. Des recours sont même envisagés.

pour deux journées de sensibilisation à ces problèmes. La première, mardi, a réuni une vingtaine d’agents. Ils étaient un peu moins nombreux jeudi, à la deuxième séance, malgré l’invitation faite aux agents des autres communes de la communauté. Tout au long des deux journées, l’agent, stationné à Saint-Louis, a attiré l’attention sur de nombreux points, en particulier les éléments à contrôler. Participants et instructeur avaient été accueillis par Bernard Laplagne, premier adjoint au maire.

sion des dossiers est peut-être un peu différente de celle des hommes ». Troisième conseiller général du secteur, Jean-Paul Diringer, également vice-président de l’assemblée départementale. Sa situation est délicate puisque sa commune, Soultzmatt-Wintzfelden, n’appartient plus au canton qui l’a élu. « Mon souhait, c’est que les cantons de Rouffach et de Guebwiller, historiquement liés, soient réunis dans un même canton. D’ailleurs, si les communes le demandaient, je pourrais être le porteur d’un recours allant dans ce sens. » Et l’élu de pointer tout ce qui a toujours lié les deux « anciens » territoires : « Nous sommes le même arrondissement, nous

avons le SCOT et nous travaillons ensemble au sein du même Pays. » Jean-Paul Diringer site même le territoire de la compagnie de gendarmerie, certains réseaux d’eau et d’assainissement ou la sous-région viticole.

« Le mandat de conseiller général est traditionnellement un mandat de proximité avec la population. Ce ne sera plus le cas » « Certes, on a beaucoup tenu compte des intercommunalités pour dessiner cette nouvelle carte. Seulement, on va perdre en proximité et il y a

Ensisheim est certainement le canton le plus touché par ce projet de redécoupage. Si la proposition est acceptée, ce nouveau territoire regroupera 39 communes et s’étendra jusqu’à la limite nord du département, englobant l’ancien canton de Neuf-Brisach et une partie de ceux d’Andolsheim et de Colmar Sud. Pour Michel Habig, maire d’Ensisheim et vice-président du conseil général, « le gros défaut de ce projet c’est qu’il ne fait foi que sur des critères démographiques. Il entraîne de gros déséquilibres, entre des petits territoires urbains et de vastes territoires ruraux. Il y a un problème de cohérence également entre les territoires ». Lui aussi craint qu’une distance s’installe entre les élus et la population. « Or le mandat de conseiller général est traditionnellement un mandat de proximité avec la population. Ce ne sera plus le cas. » De plus, ce projet, qui intervient peu après le référendum sur le conseil unique d’Alsace et qui contribue à augmenter le nombre d’élus, « n’envoie pas un bon message ». Pire, « les gens n’y comprennent plus rien ». Cette réforme pourrait avoir des conséquences également pour les maires de certaines communes, qui perdraient leur statut de chef-lieu de canton. C’est le cas par exemple de Rouffach. « J’ai pris connaissance de ce découpage jeudi sans qu’il y ait eu une concertation préalable des élus locaux », tient à préciser Jean-Pierre Toucas, le maire, en préambule. Une « rapide analyse » lui permet toutefois de constater que « le pé-

rimètre de notre intercommunalité est respecté ». Ensuite, « si l’on peut se réjouir de la mise en œuvre de la parité pour l’élection du conseiller départementale, force est de constater que ce découpage augmente au final le nombre d’élus, ce qui n’était pas le but recherché ». De plus, « ce découpage, avec des cantons très étendus, éloigne les élus de la population et du travail de terrain qui était le propre des conseillers généraux à ce jour ».

« Nous allons faire une analyse de cette proposition de découpage et veiller à ce que celle-ci n’entraîne pas de baisse supplémentaire des dotations financières » Ces considérations posées, pas question pour l’élu local de perdre au change : « Au niveau local, nous allons faire une analyse plus approfondie de cette proposition de découpage et veiller à ce que celle-ci n’entraîne pas de baisse supplémentaire des dotations financières des communes. » À Soultz, Thomas Birgaentzlé, le maire, défend la même ligne : « pas question d’y perdre au change ». Sur le découpage, localement, il est plutôt satisfait car « il respecte le territoire intercommunal de la CCRG ». Il regrette toutefois de « perdre » les quatre communes déjà rattachées à la M2A. « Mais maintenant, c’est à ces communes de juger ce qui est le plus opportun pour elles », estime-t-il. Et de s’interroger : « Si l’une d’entre elles venait à quitter la M2A pour rejoindre la CCRG, est-ce que ça modifierait le découpage du canton ? » Mais surtout, il ne veut pas « que Soultz disparaisse ». Il ne veut pas perdre non plus de subventions. Et pourquoi pas « un canton Guebwiller-Soultz », plaide-t-il ? Élise Guilloteau FLIRE AUSSI « L’Alsace » du mercredi 20 novembre, pages Région.

241113 redécoupage  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you