Issuu on Google+

LE SAVIEZ-VOUS ?

TEMOIGNAGE

DETENTE

la vie des éTablissemenTs de la filière sanTé dU Pays basqUe (p. 3 à 6)

« ToUT esT allé Très viTe » (p. 7)

PoUr acTiver vos méninges (p. 20 à 23)

Osasuna

n°1 GRATUIT

Le magazine de la santé au Pays basque - Juillet/Août 2012

Pays basque

Un cluster pour votre santé © Patrick Tohier/Photomobile.

PoLycLinique côte BAsque sud

Zoom sUR les URGences de sT-JeAn-de-lUZ (p. 11 à 15)

organisation, professionnalisme, réactivité, équipe soudée et humanité, tels sont les mots clefs d’un service d’Urgences.


2

édito/sommaire le sommaire du mois

édiTo

Ouvert à tOus Osasuna, mensuel gratuit à votre disposition dans les établissements de santé du Pays Basque, souhaite vous offrir une information constructive et pédagogique dédiée aux diverses structures médicochirurgicales de la région. Le souhait d’un nouveau support, visant un public concerné, émane des premières réflexions des acteurs fondateurs du nouveau Cluster Osasuna. Ce numéro 1 permettra au lecteur de comprendre l’utilité et les objectifs du Cluster, d’en appréhender les logiques financières, sociales et environnementales, d’en découvrir les visées innovantes. un des objectifs essentiel du mensuel est de valoriser le fonctionnement des établissements, de mieux les connaître et de les situer dans la filière soins et santé. Ce mois-ci, coup de projecteur sur le service des urgences de la Polyclinique Côte Basque sud de saint Jean de Luz. N’hésitez pas à nous contacter, Osasuna Magazine est ouvert à tous, il se veut participatif et vos témoignages seront les bienvenus. ■

p. 3-6 // le saviez-vous ? ■ ■ ■ ■ ■

La clinique delay dans le peloton de tête Les conseils du dr osasuna : les petits bobos de l’été Pensez à l’examen de santé clinique lafourcade : l’aide médicale à la conception soins à domicile : une association bayonnaise remarquée

François lesthare parle de son hospitalisation : « Tout est allé très vite »

p. 8-10 // zoom sur les Urgences ■ Polyclinique côte Basque sud de saint-Jean-de-Luz : des urgences à la mesure des besoins ■ Infirmière aux urgences : « c’est motivant et passionnant » ■ toute l’équipe de la PcBs ■ dr Lefèvre, médecin urgentiste : « nous sommes d’abord une équipe »

p. 11/15 // dossier du mois ■ cluster osasuna : pour être mieux soigné au Pays basque ■ P. ducasse, président du cluster : « on est plus fort ensemble » ■ Le poids économique de la filière santé au Pays basque ■ interviews de nicolas Bobet (capio), JM Bridoux (Médicambo), d. darrasse (Laboratoires darrasse et Associés)

ils sonT membres dU clUsTer ■

clinique delay (Bayonne) 

Polyclinique côte basque sud (Saint-Jean de Luz) 

caPio : clinique SaintÉtienne (Bayonne), Clinique Paulmy (Bayonne), clinique  Lafourcade (Bayonne), clinique Aguiléra (Biarritz) 

■ medicambo : Centre  Rééducation Fonctionnelle  Marienia (Cambo), Centre  Médical Landouzy Villa Jeanne

Philippe ducasse Président du cluster osasuna

Le magazine de la santé au Pays Basque

p. 7 // témoignage

Juillet/Août 2012

n°1

(Cambo), Centre Pneumo Les Terrasses (Cambo), Centre  Médical Léon Dieudonne  Franclet (Cambo), Centre Médical Annie Enia (Cambo), Centre Médical Grancher Cyrano (Cambo), Centre Médical Toki Eder (Cambo), Centre Médical Maison Basque (Cambo)  centre rééducation fonctionnelle les embruns (Bidart)  ■

centre imagerie médicale

du Pays basque (Bayonne)  laboratoire darrasse et associés (Biarritz) ■

centre d'oncologie Pays basque.

Partenaires : centre Hospitalier côte basque (Bayonne) 

■ ocP (l'Office Commercial Pharmaceutique)

mais aussi...

p. 16-18 // à votre service ■ ■ ■

Une association qui visite les patients les documents pour une hospitalisation la cRU et le dmP c’est quoi ?

p. 20-23 // détente Pages de jeux : mot caché, 5 erreurs, logique, mots fléchés, fubuki, sudoku…

Osasuna Direction de la publication : Philippe Ducasse Comité éditorial : Philippe Ducasse, Nicolas Bobet, Véronique Colombo, Sylvie Meyzenc, Bruno Loustalan Directeur de l’information : Bruno Loustalan : 06 77 04 95 83 bruno.loustalan@wanadoo.fr Réalisation : Valeurs du Sud. Tél. 05 59 140 140 Conception graphique : Valeurs du Sud. Sonia Saint-Jean : s.saintjean@cotepresse.com Régie publicitaire : Plus Médias – 05 35 53 60 50 contact@plus-medias.com Immatriculation : en cours Imprimeur : Zeroa Multimedia – Huarte (Navarre) Editeur : Osasuna magazine est une publication du cluster Osasuna : Estia 2, Technopole Izarbel, 64 210, Bidart, Tel: 05 59 43 54 51, mail : contact@osasuna.fr Photos : Fotolia sauf mentions Ne pas jeter sur la voie publique


3

le saviez-vous ? 3 millions

dans le peloton de tête des cliniques de France

c’est le nombre de produits livrés quotidiennement dans les pharmacies et les établissements de soins de France par l’ocP (office commercial Pharmaceutique) et ses 1149 chauffeurs.

dans le palmarès du Figaro, catégorie établissements de moins de 100 lits pour les critères « qualité et sécurité de soins ». Pour le président la clinique, le dr Jacques nogaro, « c’est une grande satisfaction, mais il ne faut se reposer sur aucune forme de lauriers. L’important est de s’interroger chaque jour et de rester modeste. tout système est perfectible et nous tentons de nous améliorer en prenant en compte chaque jour les remarques et réclamations des patients ».

LA CLINIQUE DELAY de Bayonne a été classée 4ème clinique de France

© Patrick Tohier/Photomobile.

Haren kalitate desmartxaren karietara, Donibane Lohizuneko Hego Euskal Kostako Poliklinikak, Ziurtatze prozedura bat abian ezartzen du eta 4 urte guziz Osasun Goi Aginteko (HAS/OGA) aditu batzuk bisitatzera etortzen zaizkio. Prozedura honen helburua da eriez arduratzeko moldeen hobekuntza jarraikia lortzea da eta iraunkorki horretara doa haien eta gerizen eskaerei egokitzeko gisan artatzeen kalitate eta segurtasun mailan. Lehentasunezko engaiamendua da erietxeko zuzendaritzarentzat. Adituek, haien azken bisitaren ondotik, etengabeko hobekuntzaz oharturik, beste gomendio edo erreserbarik gabeko ziurtatze bat eman dute. Ondokoak puntu nagusi gisa bereziki markatuak izan dira: larrialdietan eta ebakuntza gelan eskaini arduratzea, eriaren datuen kudeaketa, kalitatea eta artatzeen segurtasunaren kudeaketa.

Lafargue-ren hestea Capio Baionak haren batzea prestatzen ari da (irakur ere 14. orrian, Nicolas Bobet, Capio Euskal Herriko zuzendariaren elkarrizketa) medikuntza modernoa garatuz kalitate hobeko enkargatze berezituagoak eta epe laburragokoekin. Medikuntza estrategia honi esker kirurgia taldeak 4 gunetan ordez 3tan baizik ez dira biltzen ahalko. Honela, urte hastapenetik, Lafargue Klinikaren azken zerbitzua Lafourcade klinikaren gunean sartu ahal izan da.

Petits trucs pour soigner é les bobos de l’ét

➜ Le coup de soleil  :

prenez une douche à l'eau fraîche (et non un bain) afin de limiter la pénétration de la chaleur. Appliquez ensuite une crème hydratante conseillée par votre pharmacien, ou bien une compresse avec un corps gras sur la zone concernée, maintenue par des compresses stériles. Cette manière de procéder aide la peau à se régénérer. En cas de fièvre, signe que le coup de soleil peut se transformer en insolation, rendez-vous aux urgences.

➜ Les brûlures : à condition que la zone douloureuse soit petite, placez la sous un filet continu d'eau fraîche, pendant 5 à 10 minutes, pour limiter la pénétration de la chaleur. Appliquez ensuite généreusement une crème « spéciale brûlures », laquelle soulage et favorise la cicatrisation. Si des cloques apparaissent dans les 48 heures, c'est qu'il s'agit d'une brûlure au 2e degré. Consultez alors votre médecin. ➜ Les bosses : pour

éviter que les bosses se transforment en « œufs de pigeon », appliquez immédiatement un glaçon durant 5 à 10 minutes. Placez celui-ci dans un gant de toilette, afin qu'il ne brûle pas la peau. Sinon, appliquez une poche de glace achetée en pharmacie, que vous avez toujours au congélateur. Ensuite, appliquez une crème ou un gel à base

nseil co

cons es

L

Dans le cadre de sa démarche qualité,  la  Polyclinique  Côte Basque Sud de Saint-Jean-deLuz,  met  œuvre  une  procédure  de  certification  et bénéficie tous les 4 ans de la visite d’experts visiteurs de la Haute  Autorité  de  Santé (HAS). Cette procédure a pour objectif  une  amélioration continue de la prise en charge des  patients  et  est  en constante évolution de façon à s’adapter à leurs exigences ainsi  qu’à  celles  des  tutelles en  matière  de  qualité  et  de sécurité des soins. Elle représente pour l’établissement un engagement prioritaire. En progression constante, la dernière  visite  d’experts  a prononcé  une  certification sans  aucune  recommandation, ni réserve. Ont été particulièrement  remarqués comme points forts : la prise en charge aux urgences et au bloc opératoire, la gestion des données du patient, le management de la qualité et de la sécurité des soins.

na su

qualité et sécurité

Kalitatea eta segurtasuna

s

du Dr O su sa na

sainT-Jean-de-lUz

Capio  Bayonne  prépare  son regroupement (lire aussi page 14,  l’interview  de  Nicolas Bobet,  directeur  de  Capio Pays basque) en développant la  médecine  moderne  avec des prises en charges de meilleure qualité, plus spécialisées et d’une durée de séjour plus courte. Cette stratégie médicale permet de concentrer les équipes  chirurgicales  sur  3 sites au lieu de 4. Ainsi, depuis le début de l’année,  le dernier service de la clinique Lafargue a pu intégrer le site de la clinique Lafourcade.

Osa Dr

le regroupement continue

ls du i e

Les

bayonne

d'arnica. Vous pouvez également recourir à l'arnica en granules homéopathiques (5 ou 7 CH). A savoir : en cas de perte de connaissance, même brève, il faut se rendre aux urgences.

➜ L’écharde : vous devez la déloger à l'aide d'une pince à épiler préalablement désinfectée à l'alcool à 90°. Soyez très minutieux afin de ne pas la casser en deux et tirez dans le sens où l'écharde s'est enfoncée. Désinfectez ensuite la plaie. Si l'écharde est enfoncée trop profondément, demandez à votre médecin de l'extraire. N'attendez pas, au risque de voir une infection se développer. ➜ Les ampoules : il faut les percer avec une aiguille préalablement désinfectée à l'alcool à 90°, sur laquelle est passé un fil. Laissez ce dernier en place afin que le liquide s'écoule progressivement en douceur. Appliquez alors un pansement renfermant un gel hydrocolloïde, qui accélère la cicatrisation. N'arrachez pas et ne découpez pas la peau, vous risqueriez de retarder la cicatrisation. ➜ Les plaies : passez la plaie sous l'eau froide (lavez à l'eau et au savon si nécessaire) et désinfectez avec un antiseptique qui ne pique pas. Appliquez ensuite un pansement durant 48 heures pour favoriser la cicatrisation.

Le magazine de la santé au Pays Basque

Juillet/Août 2012

n°1


4

le saviez-vous ? soins de suite et réadaptation «PERtINENCE Et QUALIté », tel était le thème du congrès national de

La Fédération hospitalière privée des soins de suite et de réadaptation (FHPssR) qui s’est tenu dernièrement à Biarritz. « nous sommes attentifs à la qualité des soins, mais aussi, dans un contexte de rigueur, à la pertinence de ces soins », a expliqué le docteur Bossy, président de la FHPssR. dans la région, la FHP-ssR regroupe 35 établissements 2 939 lits et places, soit 43 % de l'offre. en savoir plus : www.fhp-ssr.fr

delay

© Service Com. CHCB

garder une taille humaine

al Sportifs à l’hopit

ête f e d i id m s è r p a Un

G

râce à l'association "un maillot pour la vie", Nikolas Karabatic, double champion d'Europe et du Monde et champion olympique de handball est venu faire une visite aux enfants hospitalisés au service pédiatrie du Centre Hospitalier de la Côte Basque de Bayonne : Il était accompagné de Pierre Chevalier, ancien handballeur professionnel, des rugbymen Pépito Elhorga, Thomas Lièvremont et Imanol Harinordoquy, ainsi que de la mascotte du Biarritz Olympique Geronimo. Enfin, Rico Leroy champion de surf tandem complétait l'équipe. Un après-midi de fête pour les enfants hospitalisés grâce à la mobilisation de ces sportifs de haut niveau qui n'ont pas hésité à prendre de leur temps personnel ou de vacances pour venir les rencontrer.

Le magazine de la santé au Pays Basque

Juillet/Août 2012

n°1

Spécialisée  dans  la  prise  en charge des maladies rénales (dialyse), la clinique Delay de Bayonne  a  réalisé  dernièrement  des  aménagements  importants pour développer des  spécialités  chirurgicales comme  l’ophtalmologie,  la stomatologie,  la  chirurgie  vasculaire du dialysé et la chirurgie maxillo-faciale. Ces investissements  représentent une enveloppe de 3,5 millions d’euros sur les deux dernières années.  Selon son directeur, François Gouffrant  «  cette  phase  de spécialisation  correspond  à notre volonté de concentrer notre énergie sur ce que nous savons faire. Nous ne souhaitons  pas  nous  éparpiller  ou vouloir  grossir  pour  être  en compétition  avec  les  autres. Nous  voulons  simplement garder une taille « humaine » en  maîtrisant  au  maximum les processus et les organisations  pour  accueillir  les  pa-

3

ème

la France est le 3ème pays thermal d’europe en regroupant une centaine d’établissements. Avec 4 stations principales, cambo-les-Bains, salies-de-Béarn, Les eaux-Bonnes et les eauxchaudes, les Pyrénées Atlantiques se placent au 3ème rang français.

tients  dans  les  meilleures conditions  de  qualité  et  de sécurité. »  Certifiée  Eco-clinique  -  ISO 14001  depuis  2008  (seulement  7  en  France  et  2  en Aquitaine)  dans  le  cadre d’une  démarche  environnementale,  la  clinique  a  porté ses efforts sur le bloc opératoire, la salle de réveil, les circulations  et  l’hospitalisation ambulatoire.  en savoir plus : www.clinique-delay.fr

Giza izari bat atxikitzea Giltzurrunetako eritasunen artatzean bereziturik (dialisia), Baionako Delay klinikak han-

ditze lanak burutu ditu azken denbora hauetan, oftalmologia, estomatologia, dialisatuaren zainetako kirurgia eta masailezur-aurpegia gisako kirurgia berezitasunak garatzeko. Inbestizamendu hauek 3,5 milioi euro kostatu dute azken bi urte hauetan. François Gouffrant, bertako Zuzendariaren arabera « espezializazio une hau, gure indarrak egiten dakigunean finkatzean dugun gogoari dagokio. Ez dugu barreiatzeko edo loditzeko gogorik besteekin lehian sartzeko. «  Giza  » izari bat besterik ez dugu atxiki nahi eriak kalitate eta segurtasun baldintza onenetan hartzeko prozesu eta antolaketak hala bezainbat bermatuz. » Eko-klinika - ISO 14001 gisa ziurtatua 2008z gero (7 bakarrik Frantzian eta 2 Akitanian) ingurumenaren aldeko desmartxa baten baitan, klinikak indar berezi batzuk burutu ditu ebakuntza gela, iratzartze gela, ibiliak eta ibil ospitaleratzean.


le saviez-vous ? 5

soins à domicile : une association bayonnaise remarquée

l’aide médicale à la procréation capio Bayonne dispose de l’autorisation clinique pour l’Aide médicale à la procréation. en collaboration avec le laboratoire Bio océan, cette activité est réalisée sur le site de la clinique Lafourcade. Grâce à une organisation moderne et de qualité, grâce à l’implication des professionnels, l’Agence Régionale de santé a décidé de prolonger l’autorisation du centre jusqu’en 2018. c’est l’assurance pour les 200 couples accompagnés chaque année que ce service pourra se développer et assurer ce service de proximité.

côTe basqUe

regroupement de l’urologie Depuis  le  mois  de  juin,  tous les chirurgiens urologues de la  Côte  Basque  sont  regroupés sur le site de la clinique St Etienne de Bayonne. Elle devient le seul site hospitalier du territoire à pouvoir accueillir toutes  les  urgences  urologiques 24h sur 24h ! Il s’agit également du seul établissement à disposer de l’autorisation  pour  le  traitement chirurgical des cancers urologiques.  Cela  représente  une équipe  de  5  chirurgiens, épaulés par les professionnels soignants entrainés et formés à l’urologie.

Cambo est en pleine modernisation.  Après l'aménagement de nouveaux espaces comme l'espace café et les développements  de  matériels  d'hôtellerie,  d'entretien  et  d'animations,  l'heure  est  maintenant  à  l'informatisation  complète des dossiers des patients et  à  l'installation  de  liaisons wifi. Les prochaines étapes seront une nouvelle adaptation

cambo

modernisation de la maison basque Rachetée  en  2011  par  le  «  Groupe  Cotisée  Patrimoine Group », la Maison Basque de

reO

©

pour une meilleure accessibilité  des  locaux  d’accueil  ainsi que  le  renouvellement  de salles de bains de chambres.

Euskal Etxearen modernizazioa «  Groupe Cotisée Patrimoine Group  » taldeak 2011n berriz erosi Kanboko Euskal Etxea arrunt modernizatzen ari dira. Os-

Inv

tatu eremua bezalako esparru berrien antolaketa eta ostalaritza, mantenu eta animazio materialen garapenaren ondotik, orain erien dozierren informatizatze osoari eta wifi loturen ezartzeari ekitearen ordua etorri da. Urrats berriak, harrera aretoetara hobeki heltzeko egokitze berri bat, bai eta ganbaretako garbigelen erreberritzea burutzea izanen dira.  

Initiative

La démarche Sport Santé à Biarritz

Urologiaren batzea Ekainetik goiti, Euskal Kostako urologo guziak Baionako St Étienne gunean bilduak dira. Larrialdi urologikoak egun eta gaueko edozoin tenorean hartzen ahal dituen ospitale gune bakarra da lurraldean! Minbizi urologikoen kirurgia tratatzeko baimena duen erietxe bakarra da ere. Urologiari trebatuak eta formatuak diren langile artatzaile batzuk lagundu 5 kirurgilariren talde bat da.

rkyn '

SANtE SERVICE BAYONNE Et REGION est l'une des meilleures structures d'hospitalisation à domicile d'Aquitaine selon l’Agence Régionale de la santé. c’est le résultat des efforts de cette association pour s'adapter aux évolutions des hôpitaux, parce que le temps de service hospitalier diminue et le relais se fait désormais chez le patient. L’action de l’association repose sur la prise en charge globale du patient, avec des soins coordonnés par une équipe pluridisciplinaire et complémentaire. en savoir plus : www.santeservicebayonne.com

ac a

c’est le nombre de centres de thalassothérapie du Pays basque regroupés au sein de l’association thalassothérapie en côte Basque. en savoir plus : www.thalassocotebasque.com

lAFoURcAde

5

B

iarritz Sport Santé est une démarche lancée par la ville de Biarritz depuis 2009 pour que chacun devienne acteur de sa santé. Cette initiative vise à : sensibiliser le grand public à l’importance de la pratique régulière d’activités physiques, faire de Biarritz un territoire d’expérimentation du sportsanté au niveau national, être un haut lieu de réflexion et d’innovation en la matière. Outre les journées « Biarritz en Forme », au printemps et à l’automne, pour encourager les biarrots à chausser leurs baskets et pratiquer l’activité physique, les « Rencontres de Biarritz » en novembre prochain, réuniront les spécialistes du sport-santé (médecins, diététiciens, kinésithérapeutes, fédérations sportives, etc.) pour échanger sur les avancées dans ces deux domaines. En savoir plus : www.biarritz.fr

Le magazine de la santé au Pays Basque

Juillet/Août 2012

n°1


le saviez-vous ? Un des sites pilote pour le dossier médical partagé (dmP) LA CLINIQUE SAINt EtIENNE DE BAYONNE est un des sites

61

pilote en Aquitaine pour de déploiement du dossier Médical Partagé. tous les patients sont invités à créer leur dMP. il est ensuite alimenté par les informations médicales de la clinique mais aussi celles des professionnels de santé de ville : infirmière, médecin traitant, spécialiste. lire également page 14.

Prévention

s e s u a c s e l a ip c in Le s p r ves a r g s t n e id c c ’a d

S

aviez-vous que les principales causes de décès sont les chutes, les suffocations, les noyades, les intoxications et les accidents par le feu. Beaucoup se blessent aussi en faisant du bricolage ou jardinage, du sport, en préparant le barbecue. Brûlures, morsures, chocs et pincements, défenestrations, électrocutions causent de petits et gros « bobos » tant chez les plus jeunes que chez leurs aînés. Les mesures de prévention sont nombreuses : il s'agit le plus souvent de gestes simples, de vigilance auprès des enfants (fenêtres, baignade, casserole d'eau bouillante…) et de légers aménagements du domicile (lieu de stockage des produits ménagers, rampes, poignées, tapis antidérapants…). Pour mieux vous informer : www.prevention-maison.fr www.stopauxaccidentsquotidiens.fr

Le magazine de la santé au Pays Basque

Juillet/Août 2012

n°1

c'est le nombre de personnes qui ont été touchées par la rougeole dans les PyrénéesAtlantiques l'année dernière. Le même nombre de personnes ont été touchées par la coqueluche.

à  l’éducation  thérapeutique et médicale. Une question sur la grossesse, sur l’anesthésie, la vaccination, l’alimentation ou  sur  le  déroulement  de  la prise  en  charge  en  ambulatoire ? Vous trouverez la majorité  des  réponses  sur  ces écrans.  Au  total,  20  écrans sont  répartis  dans  les  4  cliniques du groupe. 

PaUlmy

nouvelle technique L’équipe de chirurgiens orthopédistes  de  la  clinique Paulmy à Bayonne utilise depuis  plusieurs  mois  la  technique LIA. C’est un protocole de prise en charge de la douleur au cours de l’intervention et post-opératoire qui produit des  résultats  spectaculaires. Par exemple, le patient opéré d’une  prothèse  de  genou peut se lever le jour même de l’intervention.  Grâce à cette technique,  les  patients  peuvent se déplacer plus rapidement,  plus  sereinement  et sans douleur.  C’est  la  garantie  d’un  séjour qui se déroulera plus simplement. La garantie aussi que la rééducation sera plus simple et plus rapide.

Teknika berria Paulmyn Baionako Paulmy klinikako kirurgilari Ortopedista taldeak azken hilabeteotan LIA teknika erabiltzen du. Emaitza ikusgarriak ekartzen dituen protokolo bat da ebakuntza garaian eta ondotik sortu minaz arduratzeko moldean. Adibidez, belauneko protesiaz operatuak diren eriak, ebakuntzaren egunean berean xuti daitezke. Teknika honi esker, eriak lasterrago, lasaiago eta minik gabe mugi daitezke. Molde sinpleagoan gertatuko den egonaldi baten berma da.

Pantaila erraldoiak Berreziketa  sinpleagoa  eta lasterragoa  izanen  dela  bermatuko du ere.  

caPio Pays basqUe

ecrans géants Les établissements de Capio Bayonne  et  Capio  Clinique Aguiléra  de  Biarritz  ont  déployé  dernièrement  un  tout nouveau système d’information des patients et des usagers.  Il  s’agit  d’écrans  de grande  taille,  installés  dans les  salles  d’attente  des  cliniques, qui diffusent une information ciblée contribuant

Baionako Capio eta Miarritzeko Agilera Klinikako Capio erietxeek, erien eta erabiltzaileen informazio sistema berri bat hedatu dute azken denbora hauetan. Heziketa terapeutikoa eta medikala laguntzen duen informazio zuzendu bat hedatzen duten kliniken igurikatze geletan ezarriak diren izari handiko pantailak dira. Haurdunaldia, anestesia, txertatzea, elikadura edo ibil enkargatzearen iraupenari buruzko galdera bat? Zuen erantzun gehienak pantaila hauetan aurkituko dituzue. Orotara, 20 pantaila banatuak dira taldeko 4 kliniketan.

© Patrick Tohier/Photomobile.

6


témoignage

7

François Lesthare, patient

« Je n’oublierai jamais »

Victime d’un éclatement de la rate suite à un accident, François lesthare a été hospitalisé une dizaine de jours à la clinique Aguiléra de Biarritz. Témoignage.

Quels souvenirs en gardezvous ? À  vrai  dire,  j’en  ai  de  bien meilleurs, mais je ne remercierai  jamais  assez  les équipes médicales qui m’ont

Un scanner à aguilera Les  travaux  de  rénovation des  locaux  pour  l’implantation  d'un  scanner  à  la  clinique  Aguilera  de  Biarritz sont en cours pour une mise en  service  programmée début août. C'est le fruit d’un partenariat dynamique entre  l'établissement et les radiologues. L'objectif de prise en charge est de plus de 7 000 patients  par  an.  Parallèlement,  les  radiologues  ont  investi  dans  un  bâtiment neuf, construit en face de la clinique, pour y accueillir les patients  externes.  L'ouverture  est  également  prévue pour le mois août.

Comment s’est passée votre phine pour calmer la douleur arrivée aux urgences ? que  je  supportais  mal,  ce n’était pas la super forme. Par Tout est allé très vite. Je suis contre, le personnel médical arrivé  aux  urgences  d’Aguia vraiment été formidable en léra  à  Biarritz  dans  l’ambume rassurant et en dédramalance  des  pompiers  vers tisant la situation grâce à leur 20 heures.  J’étais  plus  ou professionnalisme  et  leur moins conscient. Je me soutact.  Alors  que viens  que  l’on  m’a j’étais  complètefait  une  échogra- « Ils ont ment  amorphe, phie  et  avoir  en- dédramatisé médecins,  infirtendu : « C’est bien la situation mières  et  aides ça,  il  faut  tout  de avec tact » soignantes, m’exsuite  le  conduire pliquaient  que au  bloc  ».  En  fait, tout cela était normal et que j’ai  appris  quelques  jours d’ici quelques jours tout irait après que mon cas était crimieux.  Je  vous  avoue  que tique suite à une hémorragie j’avais  du  mal  à  les  croire, interne et qu’il fallait aller très mais  effectivement,  grâce vite. On m’a donc fait en uraux  soins  prodigués,  j’ai  regence une ablation de la rate. pris le dessus. Comment avez-vous vécu votre hospitalisation ? Je ne vais pas vous dire que cela a été une promenade de santé… Entre une grande fatigue  due  à  une  perte  de sang significative et la mor-

biarriTz

côTe basqUe

regroupement pour la chirurgie esthétique sauvé la vie ainsi que ma famille  qui  a  été  d’un  grand soutien. Je suis resté 10 jours à la clinique avec cette étonnante impression de me sentir mieux de jour en jour. Cela

peu  paraître  un  peu  naïf, mais  ce  sont  des  moments que  je  n’oublierai  jamais, d’autant plus qu’aujourd’hui je  n’ai  presque  aucune  séquelle. ■

Le  regroupement  de  l’activité  de  chirurgie  plastique, esthétique  et  reconstructrice  de  Capio  a  été  fait  depuis  juin  à  la  Clinique Aguiléra de Biarritz.

Le magazine de la santé au Pays Basque

Juillet/Août 2012

n°1


8

zoom sur...

Polyclinique côte Basque sud

des Urgences à la mesure des besoins

organisation, professionnalisme, réactivité, équipe soudée et humanité, tels sont les mots clefs d’un service d’Urgences. Zoom sur celui de la Polyclinique côte Basque sud de saint-Jean-de-luz.

© Patrick Tohier/Photomobile.

explique Nicole Ithurria, directrice de la Polyclinique.

L’équipe des urgences de la Polyclinique Côte Basque Sud.

d

e  la  simple  rage  de taine de personnes, il accueille dent à l’accident vasdes patients d’un territoire qui culaire  cérébral  sés’étend de Hendaye à Bidart, vère,  toutes  les  pathologies de  Sare  à  Ciboure  et  parfois passent par les Urgences. En au-delà de la frontière. 1998, on comptait 8 000 passages aux Urgences sur le ter24h sur 24 ritoire  de  Saint-Jean-de-Luz. 7 jours sur 7 L’année  dernière,  ce  sont 13 631 personnes qui ont été Lorsqu’un  patient  arrive,  un reçues  dans  ce  service  de  la diagnostic  est  effectué,  les Polyclinique  Côte  Basque premiers soins sont apportés Sud ! Les chifpuis le malade fres  parlent est  dirigé  vers « Nous avons de très d’eux-mêmes le service spébonnes relations et  montrent cialisé de la cliavec les hôpitaux bien  toute  la nique  ou  vers pertinence de et les cliniques » d’autres  étala décision inblissements du novante prise il y a plusieurs Pays  basque,  voire  de  Pau, années de monter un des preBordeaux ou Toulouse. « Nous miers  partenariats  public/ avons de très bonnes relations privé qui a abouti au service avec  les  hôpitaux  et  les  cliactuel. Composé d’une trenniques du Pays basque et du Le magazine de la santé au Pays Basque

Juillet/Août 2012

n°1

Sud Ouest. Cela nous permet de  prendre  rapidement  la bonne  orientation  selon  les pathologies et les places disponibles » précise le Dr Brice Lefèvre,  responsable  du  service. « Notre établissement a toujours  reçu  des  urgences  depuis  sa  création,  d’abord  au centre-ville  puis  sur  le  site  actuel. Nous répondions à l’afflux de patients qui se présentait  sur  notre  site  et  nous avons toujours été organisés pour  recevoir  et  traiter  les  urgences. Notre objectif a toujours été de répondre à un vrai besoin de santé publique sur le secteur sud du territoire de santé  Navarre  Côte  Basque, bien avant l’heure des reconnaissances  de  tels  services dans les structures privées »,

Aujourd’hui, avec deux médecins urgentistes, quatre infirmières et une aide soignante 24h sur 24 et 7 jours sur 7, le service est à la mesure de la demande. Lorsqu’il y a hospitalisation, voire intervention, il y a des professionnels de l’établissement  disponibles 24h/24 dans toutes les disciplines.  Seuls  les  cas  qui  ne peuvent  pas  être  traités  sur place sont transférés vers tel ou tel établissement du public ou  du  privé,  tout  en  tenant compte  bien  entendu  du choix du patient.

service.  Depuis  l’année  dernière,  9  lits  d’Hospitalisation de  Courte  Durée  sont  venus compléter  la  structure  afin d’assurer  dans  de  meilleures conditions la surveillance médicale des patients en attente de  décisions  thérapeutiques ou de transfert.

Une équipe jeune et très professionnelle

Avec une équipe jeune et très professionnelle  (en  majorité féminine),  les  Urgences  de Saint-Jean-de-Luz répondent quotidiennement à une réelle nécessité de la population locale.  Son  plateau  technique de  qualité  bénéficiant  d’un scanner au sein de l’établissement permettant de faire ou de  confirmer  rapidement  un diagnostic,  est  aussi  un  vrai plus. ■

Côté locaux, une salle de « déchoquage » pour les soins de première urgence, 3 salles de médecine et une salle de traumatologie  sont  réservées  au

➜ en savoir plus : www.polycliniquecotebasquesud.com

les 5 services d’urgences 2 services d’urgences publiques : le Centre Hospitalier Côte Basque à Bayonne et depuis peu la clinique Sokorri à Saint Palais. ■

■ 3 services d’urgences privées : la Clinique Aguilera à Biarritz (14 000 passages/an. Tél : 08 25 13 46 00), la clinique Saint Etienne à Bayonne (12 000 passages/an. Tél : 05 59 50 38 50) et la Polyclinique de la Côte Basque Sud à SaintJean-de-Luz.


zoom sur...

9

infirmière aux urgences

© Patrick Tohier/Photomobile.

« c’est motivant et passionnant »

stella claude et Florine Pouysegur font partie de l’équipe des douze infirmières du service des Urgences de saint-Jean-deluz. Témoignages.

Un monde à part Bien sûr, il y a aussi le revers de la médaille. « Je ne sais pas si je serai encore là dans dix ans,  car  le  travail  est  dur  et nous sommes parfois face à des situations humaines très difficiles,  explique  Stella. C’est  vrai  aussi  que  depuis quelques années, nous subissons de temps-en-temps des

On  vous  le  dit,  le  travail aux Urgences  c’est plus  qu’un  métier,  c’est une véritable profession de foi ! ■

« On ne sait jamais ce qui va se passer »

Stella Claude et Florine Pouysegur sont passionnées par leur travail.

Ils sont les urgences le service des Urgences de la Polyclinique cote Basque sud de saint-Jean-de-luz est constitué de : 8 médecins : Brice Lefèvre (médecin coordinateurs de l’Unité des Urgences), Guillaume Baudin, Olivier Jenkins, Florence  Martinez,  Stéphanie  Daragnes,  Dany  Minjou, Anne-Marie Dunoguer, Gaelle Esturoune. ■

12 infirmières : Stella Claude, Aurélie Coutant, Oihana Fernandez,  Maider  Aramendi,  Julie  Aramendi,  Françoise Humbert, Maider Martinez, Mireille Larzabal, Fanny Guillemin, Astrid Carolo, Florine Pouysegur, Marie Verbert.

3 aides soignantes : Sandrine  Papillard,  Marie-Anne Gimbert, Valérie Genna.

2 secrétaires : Elodie Olaizola et Marjorie Turnaco.

durant la saison estivale : le service bénéficie d’un renfort médecin et d’un renfort infirmier.

© Patrick Tohier/Photomobile

Florine  Pouysegur,  diplôme d’infirmière en poche depuis 2 ans, ne dément pas : « Les Urgences  c’est  un  monde  à part. Nous sommes confrontées à toutes sortes de pathologies  et  de  situations  qui demandent une solidarité au sein de l’équipe que l’on ne trouve pas ailleurs. »

agressions  verbales,  voire parfois  physiques,  qui  ne sont pas évidentes à traiter. Et puis, je ne suis pas certaine que  ce  service  puisse  être  réellement  compatible avec une vie de famille. Mais pour  l’instant,  sans  aucun doute,  c’est  la  passion  qui  l’emporte. »

© Patrick Tohier/Photomobile

o

n  n’est  pas  aux  Urgences par hasard », Stella  Claude  est  infirmière  au  service  des  Urgences de Polyclinique Côte Basque  Sud  de  Saint-Jeande-Luz depuis 9 ans. Malgré le travail exigeant et le stress généré  par  des  situations parfois compliquées, elle ne changerait  pour  rien  au monde : « Chaque fois que je prends mon service, je ne sais pas ce qui va se passer, c’est réellement motivant et passionnant » précise-t-elle.

Le magazine de la santé au Pays Basque

Juillet/Août 2012

n°1


10 © Patrick Tohier/Photomobile.

zoom sur... dr Lefèvre :

Une équipe soudée

les Urgences en cHiffres En 20 ans, la polyclinique  a reçu 205 000 urgences. 70 % repartent à leur  domicile après les soins dispensés sur place, 27 % sont hospitalisés dans la structure et 3 % sont transférés au motif de  spécialité non présente dans l’établissement. les principales pathologies reçues sont : ➜ 55 % orthopédie  et traumatologie ; ➜ 25 % digestifgastroentérologieurologie-vasculaire ; ➜ Viennent ensuite les urgences de cardiologie, pneumologie, ORL,  Ophtalmologie gériatrie  et autres.

Dr Lefèvre : « aux urgences, tout le monde a besoin de l’autre ».

tres mots sont : organisation, Les Urgences c’est quoi ? professionnalisme, réactivité Vaste  question…  À  Saintet entente des personnels. Jean-de-Luz, c’est un service d’une trentaine de personnes Quels sont les cas les plus qui se relaient 24h sur 24, 7 fréquents que vous avez à jours sur 7, pour faire face à traiter ? toutes  les  situations.  C’est donc d’abord une équipe. Ici, Il  n’y  a  pas  de  véritables  comme dans tous les autres règles en la matière, tout est services  d’Urgences,  tout  le possible. Par contre, selon les monde a besoin de l'autre. saisons,  des  pathologies  s p é c i fi q u e s Il  est  vrai  que prédominent face à des situa30 personnes comme  l’été tions parfois exse relaient avec  les  brûtrêmes,  ou  face 24h/24, 7jours/7 lures  de  méà  des  désarrois duses  ou  de psychologiques rudes alcoolisations festives. sévères, la notion d'équipe est primordiale. Des  infirmières Depuis quelques années, on aux médecins, des aides soiremarque des cas de détresse gnantes à notre assistante sode  plus  en  plus  nombreux ciale, la diversité des cas que qu’il  faut  considérer  avec nous  avons  ne  pourrait  pas grande psychologie. Les perêtre correctement traitée sans sonnes sans ressources sont une équipe soudée. Les maîaussi prises en charge au sein

Urgences : qUi aPPeler ? ➜ la polyclinique côte basque sud : 05 59 51 63 68 ➜ aguiléra biarritz : 08 25 13 46 00  ➜ saint etienne bayonne : 05 59 50 38 50 ➜ le samU : composez  le 15 pour les urgences  médicales comme les  blessés par accident, un malaise dans un lieu public, un accident du travail. ➜ les Pompiers : composez le 18 pour un incendie, un accident de la route,  un accident domestique  (survenant à la maison), une explosion, une  intoxication au gaz ou toxiques, une noyade. Le magazine de la santé au Pays Basque

Juillet/Août 2012

n°1

© Patrick Tohier/Photomobile.

Avec une stature de 3eme ligne, le dr Brice lefebvre est à la tête du service des Urgences de la Polyclinique de la côte Basque sud depuis 9 ans. A 39 ans, ce père de quatre enfants, est aussi un joueur de pelote et amateur de sports de glisse, quand son emploi du temps le permet.

des  urgences  de  la  polyclinique, qu'elles aient ou non une couverture sociale. Enfin, on constate une dérive avec une  augmentation  des consultations pour des motifs relevant de la médecine générale, soit par ignorance de la  permanence  de  soin  en médecine  générale,  soit  par facilité car le service est toujours ouvert et ne demande pas d'avance de frais.

Quelles sont vos relations avec les autres services et les autres établissements du Pays basque ? Elles sont très bonnes et très professionnelles. Nous faisons régulièrement  appel  aux  services  compétents  de  notre établissement et selon  les  cas,  nous  transférons  les patients vers d’autres établissements du Pays basque publics  ou  privés  spécialisés dans la pathologie diagnostiquée. Les 9 lits d’hospitalisation  de  courte  durée  que nous avons mis en place depuis un an nous permettent d’effectuer ces transferts dans de  bonnes  conditions  pour les patients.  L’informatisation de notre service, même si elle est chronophage,  nous  donne  une efficacité  supplémentaire avec un plus dans le suivi et l'amélioration de la qualité de prise en charge, et nous permet  de  réellement  travailler en réseau. ■

Une formation continue la diversité des cas fait qu’un service d’Urgences traite toutes les pathologies. Pour le dr Florence martinez, médecin urgentiste à la Polyclinique côte Basque sud de saint-Jean-luz, la formation continue est obligatoire : « la nouvelle organisation que nous avons mise en place, nous permet de libérer du temps pour élargir notre formation et celle de l’ensemble des personnels. Face aux progrès techniques, des remises à niveaux régulières sont le gage d’une efficacité que les patients attendent. »


11

dossier du mois

na Le cluster Osasu

Pour être é n g i o s x mieu e u q s a b s y au Pa

comment mieux soigner les patients du Pays basque, comment mieux organiser l’ensemble de la filière santé sur le territoire pour la rendre plus performante et plus efficace, comment ordonner la recherche et l’innovation dans ce secteur qui est en constante évolution ou encore comment mieux informer les patients ? le cluster osasuna (la santé en basque), créé au printemps dernier, répond à ces questions et à beaucoup d’autres. p.12

Philippe ducasse, président d’osasuna : « on est plus fort ensemble » / Jean-marie Bridoux, président de medicambo : « nous avons une obligation de qualité ».

p.13

André Garreta, président de la ccI de Bayonne : « la santé est un secteur majeur du Pays basque » / la fiche technique du cluster osuna.

p.14

nicolas Bobet, directeur du groupe capio au Pays basque : « nous devons travailler en commun » / la liste des membres du cluster osasuna.

p.15

dominique darrasse, directeur des laboratoires darrasse : « Il faut mieux se connaitre ».

L

e principe d’un cluster est  simple :  il  s’agit  de regrouper  les  entreprises d’une filière d’un territoire  pour  qu’elles échangent  leurs  savoir-faire, qu’elles travaillent en cohérence et  qu’elles  regroupent  leurs moyens  pour  mieux  répondre aux  demandes  et  aux  innovations du secteur. Quand on sait que la filière santé du Pays basque compte 16 745 emplois, soit 15,5 % des postes et

9,5 %  des  entités  économiques du  territoire,  on  comprend  vite que ce secteur économique est de premier ordre. C’est une filière où l’innovation est permanente, la dimension technologique de plus en plus présente, la formation de plus en plus nécessaire. De  la  fabrication  de  matériels médicaux  aux  laboratoires,  des établissements  de  soins  aux pharmacies, des personnels soignants aux administratifs, cet ensemble a  un  objectif  commun :

mieux  soigner  l’ensemble  de  la population tout en maîtrisant les coûts. On le sait, on est plus fort ensemble que seul et pour garder  et  améliorer  la  qualité  des soins, il est aujourd’hui impératif de travailler tous ensemble. C’est le but du cluster Osasuna dont la création à l’initiative de la Chambre de commerce et d’industrie de Bayonne est une première en France. Vous allez le découvrir au fil de ce dossier. ■

Le magazine de la santé au Pays Basque

Juillet/Août 2012

n°1


12

dossier du mois

Jean Marie Bridoux

« NOUS AVONS UNE OBLIGAtION DE QUALIté » que représente médicambo ? Nous sommes une association crée en 1999 qui regroupe sept établissements de Cambo, spécialisés dans les rééducations et les soins de suite d’hospitalisation de court séjour dans les hôpitaux publics ou les cliniques privées. Nos établissements sont de taille variée puisqu’ils vont de 65 à 110 lits. Notre but est de travailler ensemble pour offrir une meilleure qualité de soins à nos patients qui viennent de toute l’Aquitaine. Pourquoi médicambo a adhéré au cluster osasuna ? C’est une suite logique pour notre association. Comme nous l’avons fait localement, il nous a paru particulièrement pertinent de nous associer avec l’ensemble des établissements du Pays basque avec qui nous travaillons déjà quotidiennement. Face aux problématiques environnementales, juridiques, de gestion des déchets et d’archives nous avons tous les mêmes interrogations et nous serons certainement plus efficaces pour trouver les solutions ensemble.

médicambo regroupe 7 établissements le centre Rééducation Fonctionnelle marienia, le centre médical landouzy Villa Jeanne, le centre Pneumo les Terrasses, le centre médical léon dieudonne Franclet, le centre médical Annie enia, le centre médical Grancher cyrano, le centre médical Toki eder, le centre médical maison Basque. Le magazine de la santé au Pays Basque

Juillet/Août 2012

n°1

© Patrick Tohier/Photomobile.

quels peuvent être les bénéfices pour les patients ? Une plus grande qualité de soins et de meilleures performances ! Nous avons une obligation de toujours apporter une meilleure qualité. En mettant nos compétences en commun, notre réponse ne peut-être que plus performante, donc plus bénéfique pour les patients. ■

© Patrick Tohier/Photomobile.

le dr Jean-marie Bridoux est le président de médicambo, une association des établissements de cambo qui fait référence en matière de rééducation et de soins de suite.

Philippe ducasse

« on est plus fort e Philippe ducasse est le Président du cluster osasuna. chirurgien et ancien dirigeant de la clinique saint-etienne de Bayonne, il explique ici les enjeux du cluster pour le Pays basque. qu’est ce qui a motivé la ces enjeux majeurs. En mutuacréation de ce cluster ? lisant les moyens, on permet à l’ensemble de la filière de proOn le sait, le secteur de la santé fiter d’innovations techniques est  en  pleine  mutation.  Les et  d’une  complémentarité progrès de la recherche, les intechnologique qui seraient difnovations techniques, le finanficilement  accement  de cessibles  si notre  système « Notre objectif chacun  restait de  santé  et  les est d’offrir aux dans son coin. besoins des papatients une meilleure On  est  plus tients, font que offre de soins » fort  ensemble l’offre  de  soins que tout seul ! doit  s’adapter Quand  on  sait  que  la  filière en permanence. L’idée de créer santé  représente  16 745  emun cluster regroupant l’ensemplois et qu’elle rassemble 9,5 % ble de la filière santé du Pays des  entités  économiques  du basque  s’est  donc  imposée Pays  basque,  on  comprend pour répondre positivement à

bien l’importance du dossier. quels sont vos axes de travail ? L’objectif  du  cluster  est  double :  donner  aux  patients  du Pays  basque  une  meilleure offre de soins et à l’ensemble des  personnels  de  santé  de meilleures  conditions  de  travail. Pour cela nous allons développer  quatre  axes principaux de travail : valoriser les activités économiques, être à la pointe de la formation et du social, favoriser l’innovation et enfin mieux communiquer.


13

dossier du mois ficHe TecHniqUe Historique Le cluster Osasuna a été officiellement créé le 12 avril dernier  sous  l’impulsion  de  la Chambre  de  commerce  et d’industrie du Pays basque en présence  des  représentants de  l’ensemble  de  la  filière santé  et  des  forces  vives  du territoire.

objectifs Développer et structurer la filière  santé  du  Pays  basque pour donner aux patients une meilleure offre de soins, pour permettre  aux  établissements  d’être  plus  performants et offrir aux personnels de santé de meilleures conditions de travail.

« la santé est un secteur majeur de l’activité du Pays basque » ANDRé GARREtA. Président de la chambre de commerce et d’industrie « souhaite que le cluster osasuna contribue à valoriser une activité qui a le triple mérite d’assurer la qualité de vie des concitoyens, de créer des richesses et d’offrir en grand nombre des emplois qualifiés qui sont autant de critères qui définissent le développement durable ».

« nous nous associons dans l'intérêt général » FRANÇOIS GOUFFRANt, directeur de la clinique delay de Bayonne : « nous sommes des établissements concurrents, mais dans le contexte actuel l’heure n’est pas à une concurrence stérile mais à une complémentarité intelligente ».

4 points forts Valoriser les activités économiques/Être à la pointe de la formation et du social/Favoriser l’innovation/Mieux communiquer.

ensemble » Par  exemple,  en  matière  de  traitements  et  d’élimination  de  déchets  contaminés,  il  y  a beaucoup à faire. De nouvelles solutions de recyclage peuvent être  trouvées  et  nous  allons nous appuyer sur le savoir-faire de  l’école  d’ingénieurs  Estia  à Bidart pour innover. Autre exemple : en matière de formation, il existe de vrais besoins.  Des  pistes  comme  la création  d’un  groupement d’employeurs ou de nouveaux services proposés aux personnels des entreprises de la filière sont étudiées. concrètement, quelles sont vos premières actions ? Notre  première  action concrète, vous l’avez entre les mains.  C’est  «  Osasuna  Maga-

zine  ».  Une  hospitalisation, quelle qu’elle soit, est toujours une  source  d’inquiétudes  et d’appréhensions.  Patients comme  accompagnants  arrivent dans un univers qu’ils ne connaissent  pas,  ou  peu.  Ils sont dans leur grande majorité sous  informés  sur  la  manière dont les choses s’organisent et fonctionnent.  Pourtant,  on  le sait,  un  patient  en  confiance fait déjà son premier pas vers la guérison. Cette  initiative  est  une  première qui répond à une réelle attente  des  patients,  de  leurs accompagnants et des personnels.  Cette  démarche  montre bien vers où le cluster Osasuna veut  aller :  faire  que  Pays basque soit un réel exemple de réussite de la filière santé. ■

20%

5

c’est ce que représente le nombre des établissements de santé des Pyrénées-Atlantiques par rapport à l’ensemble de l’Aquitaine.

osasuna est le 5ème cluster du Pays basque avec : uztartu pour l'agroalimentaire, eurosima autour de la glisse, eskal eureka dans le BtP, Goazen pour le tourisme.

LES ChIFFRES DE LA SANté la chambre de commerce de d’industrie de Bayonne a mené une étude sur le poids économique la filière santé du Pays basque. les chiffres parlent d’eux-mêmes.

a

vec  16 745  emplois, soit  15,5 %  des  emplois  totaux  du  Pays basque, la filière santé est un acteur majeur du territoire. Ils se  répartissent  en  deux grandes familles, celle des offres de soins et celle des fournisseurs.  L’offre  de  soins représente 14 227 emplois répartis  entre  les  établissements  de  santé  (32 %),  les établissements médicaux sociaux (18 %) et les professions libérales (16 %). La  famille  des  fournisseurs compte 2 518 emplois répar-

tis entre l’industrie (4,7 %), la distribution (3,7 %) et les services supports (3,2 %). On notera enfin qu’une femme sur 5 travaille dans le secteur de la santé au Pays basque.

Peloton de tête Générant un chiffre d’affaires annuel  global  de  1  195 milliard  d’euros,  soit  6,6 %  du produit  intérieur  brut  des  Pyrénées-Atlantiques et 1,4 % du PIB de l’Aquitaine, la santé se classe dans le peloton de tête des filières économiques du  territoire  avec  l’aéronau-

tique,  la  construction  et  la glisse. Ce chiffre d’affaires se répartit par branche de la manière suivante : 38 % pour les établissements de santé, 25 % pour les professions libérales, 19 % pour la distribution, 9 % pour l’industrie, 6 % pour les services  supports,  3 %  pour les établissements médicaux sociaux. Au  niveau  des  PyrénéesAtlantiques, le secteur public de la santé représente 60 % des  effectifs  (71 %  pour l’Aquitaine)  et  le  privé  40 % (29 % pour l’Aquitaine). ■

Le magazine de la santé au Pays Basque

Juillet/Août 2012

n°1


14

dossier du mois

nicolas Bobet

« Travaillons en commun » nicolas Bobet est le directeur général du groupe capio au Pays basque qui gère 4 cliniques sur le territoire. Pour lui, l’important est que la filière santé travaille en bonne intelligence. une maternité et son service d’assistance à la procréation, ainsi  que  les  activités  complètes de prise en charge du cancer. Nous employons aujourd’hui 850 salariés en Pays basque et plus de 200 médecins  libéraux  exercent  dans nos établissements. En 2011, nous avons accueilli environ 50 000 patients en hospitalisation  et  plus  de  25 000  patients dans nos deux services d’urgences  à  Aguiléra  et Saint-Étienne. Nous recevons

Ils sont membres du cluster osasuna Voici la liste des membres actuels du cluster osasuna au moment où nous mettons sous presse : clinique delay (Bayonne) Polyclinique côte Basque sud (saint jean de Luz) ■ cAPIo : clinique saint-Étienne (Bayonne), clinique Paulmy (Bayonne), clinique lafourcade (Bayonne), clinique Aguiléra (Biarritz) ■ medIcAmBo : centre Rééducation Fonctionnelle marienia (cambo), centre médical landouzy Villa Jeanne (cambo), centre Pneumo les Terrasses (cambo), centre médical léon dieudonne Franclet (cambo), centre médical Annie enia (cambo), centre médical Grancher cyrano (cambo), centre médical Toki eder (cambo), centre médical maison Basque (cambo) ■ centre Rééducation Fonctionnelle les embruns (Bidart) ■ centre Imagerie médicale du Pays basque (Bayonne) ■ laboratoire darrasse et Associés (Biarritz) ■ centre d'oncologie Pays Basque. ■

environ 55 % des patients pris en charge sur notre territoire. Pourquoi capio a adhéré au cluster osasuna ? Simplement pour mieux travailler ensemble et ainsi être plus performant et pérenniser nos  activités  et  les  emplois qui  en  dépendent.  La  filière santé au Pays basque représente  beaucoup  de  monde, mais, entre les établissements de santé, les professionnels et l’industrie  pharmaceutique, nous  nous  connaissons  mal. C’est  un  réel  handicap  que nous  devons  gommer  pour être plus efficace et mieux répondre aux attentes. Adhérer au cluster, c’est le moyen de nous rencontrer pour mettre en  commun  nos  problématiques et trouver les solutions ensemble de façon coordonnée et conjointe.

© Patrick Tohier/Photomobile.

que représente le groupe capio et plus particulièrement au Pays basque ? Capio est un groupe suédois de  dimension  européenne (voir  encadré  ci-contre)  qui gère  26  établissements  en France,  dont  4  en  Pays basque : les cliniques Lafourcade, Paulmy et Saint-Étienne à Bayonne et la clinique Aguiléra à Biarritz. Cela représente 500  lits  et  places  sur  nos 4 sites  de  Bayonne  et  Biarritz avec  2  services  d’urgences,

capio en chiffres le groupe capio possède 4 900 lits et 240 blocs opératoires répartis dans 60 établissements au niveau européen. en France, capio possède 26 cliniques qui réalisent chaque année 830 000 actes médicaux et emploient 5 100 salariés dont 3 300 paramédicaux. 1 200 médecins sont en contrat d’exercice libéral avec le groupe.

Partenaires : centre Hospitalier côte Basque (Bayonne) ■ ocP (l'office commercial Pharmaceutique) ■

Le magazine de la santé au Pays Basque

Juillet/Août 2012

n°1

où en est votre projet de construction d'une nouvelle clinique à bayonne ? Le  projet  de  la  nouvelle  clinique de Bayonne située sur le  site  du  Prissé  à  Bayonne, au-dessus  de  l’intersection des  autoroutes  A63  et  A64, est  très  important  et  très structurant. Dans le contexte économique actuel, le lancement  de  cette  construction est un pari ambitieux et passionnant.  C’est  un  dossier long à mettre en œuvre qui se construit étape par étape.

Aujourd’hui,  le  permis  de construire  purgé  de  recours est  fait.  La  consultation  des entreprises est en cours et les fouilles archéologiques sur le site de la nouvelle clinique se dérouleront durant l’été. Elles concernent 5 000 m² sur les 5 hectares de chantier. Comme prévu,  les  travaux  démarreront à l’automne prochain et la  surface  concernée  par  les fouilles  devrait  être  rendue disponible en décembre. Il n’y aura donc pas de retard sur le

calendrier  prévu  et  c’est  en janvier 2015 que la nouvelle clinique sera ouverte aux patients. Cette clinique à la pointe des technologies  médicales  offrira 250 lits et places, sur une surface  de  30 000 m².  C’est pour  nous  un  dossier  prioritaire que nous devons réussir afin d’offrir aux patients une qualité de soins de pointe et aux professionnels des conditions  de  travail  plus  performantes. ■


15

dossier du mois Dominique Darrasse

« NOUS DEVONS MIEUx NOUS CONNAItRE » que représentent les laboratoires darrasse ? Ils ont été créés dans les années  60  à  Biarritz.  Aujourd’hui, cela représente un regroupement de 18 laboratoires  au  Pays  basque  et  en Béarn pour un effectif de près de 200 salariés. La spécificité de notre groupement de laboratoires est de proposer aux patients et aux praticiens  une  double  activité :  la  biologie  médicale (aide au diagnostic clinique) et  l’anatomie  pathologique

(étude des lésions tissulaires indispensable aux diagnostics avant traitement). Nous exerçons notre activité auprès des particuliers  qui  se  rendent dans  nos  laboratoires,  nous travaillons également avec les établissements  chirurgicaux et  médicaux,  privés  ou  publics. Pourquoi avez-vous adhéré au cluster osasuna ? Pour deux raisons principales. Tout d’abord, il nous semble

important  de  mieux  nous connaître. La filière santé est un secteur important du territoire et, pour être plus performants,  les  différents  acteurs doivent  travailler  ensemble pour aller dans le même sens. Ensuite,  face  aux  progrès techniques et aux normes de qualité  toujours  plus  exigeantes, il est évident que les investissements  ne  peuvent pas s’effectuer seul. Cela doit s’intégrer dans une politique globale,  réfléchie  avec  l’ensemble de la filière.

© Patrick Tohier/Photomobile.

dominique darrasse est l’un des 29 co-gérants des laboratoires darrasse et Associés. concrètement, quels peuvent être les bénéfices pour les patients ? Une amélioration de l’offre de soin, une plus grande qualité de  services.  Comme  je  vous l’ai  dit,  le  temps  où  chacun pouvait développer son activité  dans  son  coin  est  terminé.  Les  investissements sont considérables pour offrir aux patients une biologie de qualité et de proximité. On ne peut  les  réaliser  qu’en  se groupant, comme le propose le cluster Osasuna. ■

Le magazine de la santé au Pays Basque

Juillet/Août 2012

n°1


16

à votre service

Association VMeH Pays basque

nous sommes à l’écoute… les visiteurs de personnes malades ou âgées du Pays basque apportent leur écoute sans contrainte ni préjugés et en toute discrétion.

d

e Mauléon à Hendaye écran  sur  lequel  le  malade en  passant  par projette les images de sa vie », Bayonne, Biarritz, Hasexplique Marcel Valentin, préparren, Saint Palais ou Saintsident de l’Association au Pays Jean-de-Luz, les Visiteurs de basque. Malades  dans  les  EtablisseUne très forte demande ments Hospitaliers publics et privés  représentent  200  béCes bénévoles consacrent en névoles au Pays basque. Reprincipe  une  demi-journée groupés  au  sein  d’une par  semaine  à  l’association association  créée  à  Paris  au pour aller dans les divers étaème début du 19 siècle et il y a blissements  du  Pays  basque maintenant  35 intérieur et de ans  au  Pays la côte. « La de« Nous ne basque,  ils  se mande est très sommes pas déplacent  dans forte  et  nous assez nombreux » une  quinzaine ne  sommes d ’é t a b l i s s e pas assez nomments de soins���et de maisons breux pour répondre aux bede  retraite  pour  se  mettre  à soins.  Voilà  pourquoi  nous l’écoute.  sommes toujours prêts à re« Les malades et les résidents cevoir  de  nouveaux  adhéont souvent besoin de confier rents et à les faire bénéficier des choses qu’ils ne peuvent d’une formation pour mener pas dire à leurs familles ou à à bien leur mission. Nous réaleurs proches. Nous sommes lisons 15 000 heures de visites  une sorte de boîte d’écho, un sur  une  année,  mais  si  nous

Chaque année l’association effectue 15 000h de visites.

étions plus nombreux ce chiffre  pourrait  facilement  augmenter. » D’une moyenne d’âge de 65 ans,  ils  sont  en  majorité  des retraités : « Nos adhérents ont entre 50 et 90 ans. En accord avec la direction des établis-

sements et en étroite collaboration avec les personnels de santé, nous apportons un surplus de chaleur humaine, de la  confiance  et  de  l’espoir. Nous agissons en toute confidentialité dans le respect des convictions  et  des  opinions

de  chacun  »  précise  Marcel Valentin. ■

➜ en savoir plus : Site : www.svmeh64.free.fr Mail : vmeh-pb@sfr.fr Tel : 06 09 63 38 67

naître Sachez les recon

es n ig s s r ie m e r p AVC : les La Cpam de Bayonne, l'Agence Régionale de Santé et d'autres acteurs de la santé en Aquitaine se mobilisent pour informer sur les signes d'alerte des Accidents Vasculaires Cérébraux (AVC) et la conduite à tenir.

daine ou une paralysie d'un bras ou du visage, Des difficultés à parler, accompagnées ou non de troubles de l'équilibre, de la vision ou encore de maux de tête.

Que faire ?

AVC, quels sont les symptômes ? Il faut immédiatement appeler le 15 ■

Le magazine de la santé au Pays Basque

Une faiblesse musculaire sou-

Juillet/Août 2012

n°1

(SAMU) pour être rapidement pris en

charge. En effet, une personne victime d'un AVC dispose seulement d'un délai de 3 heures pour être hospitalisée et recevoir un traitement destiné à limiter les séquelles et optimiser ses chances de guérison. En savoir plus : www.ameli.fr/assures/votre-caissebayonne/index_bayonne.php


17

à votre service PraTiqUe...

...PraTiqUe

les numéros d’urgences

comment trouver un médecin de garde ?

Voici les principaux  numéros d’urgences : ■ Pompiers : 18 ■ samU : 15 ■ Police secours ou gendarmerie : 17

sos médecin 24H/24 : 3624

à sAVoIR

A quoi sert la cRU ? La cRu, ou la commission des relations avec les usagers d’un établissement médical, permet de faire le lien entre l’établissement et les usagers. elle joue un rôle essentiel dans la mise en œuvre des mesures contribuant à améliorer votre accueil et celui de vos proches ainsi que votre prise en charge. elle doit en outre veiller au respect de vos droits. dans le cadre de ces missions, elle peut être amenée à examiner vos plaintes ou réclamations. composée au minimum du directeur de l’établissement (ou de son représentant), de deux représentants usagers et d’un médecin médiateur et d’un médiateur non médecin, elle est consultée par les établissements sur la politique qu’il convient de mener sur le droit des usagers et la qualité de l’accueil et de la prise en charge. La liste des membres de la cRu figure à l’accueil des établissements.

Essayez  tout  d'abord  de téléphoner à votre médecin traitant, il y a souvent un  message  vocal  mentionnant le nom et le numéro  du  médecin  de garde aux horaires de fermeture  du  cabinet.  Gardez  un  papier  et  un crayon  à  côté  du  téléphone pour noter. Autrement, composez le 112  et  demandez  à connaître  le  nom,  le  numéro  de  téléphone  et l'adresse du médecin de garde le plus proche. Enfin,  et  en  dernier  recours,  rendez-vous  aux urgences  les  plus proches. Si vous ne savez pas où elles se trouvent, une recherche rapide sur Internet  ou  en  composant  le  numéro  des  renseignements vous aidera (118 008,  118 218, 118 712, etc.)

...PraTiqUe

comment trouver une pharmacie de garde ? Week-end et jours fériés : vous  pouvez  demander  au  médecin  qui vous délivre l’ordonnance ou  consulter  l’affichage sur  la  vitrine  de  votre pharmacie ou son répondeur  téléphonique,  faire une  recherche  sur  des sites  web  spécialisés (3915,  3237.fr,  pharmaciesdegarde.com  …)  ou appeler votre commissariat (Police Secours au 17) ou votre gendarmerie. la nuit en semaine : après  19h,  voire  20h, votre  pharmacie  sera 

fermée.  Uniquement  en cas  d’urgence,  une  officine  assurera  la  délivrance  de  vos  médicaments. Pour la connaître, composez  le  15  (Samu) ou  rendez-vous  directement  à  votre  commissariat ou gendarmerie avec l’ordonnance  et  votre carte vitale. Ce service est réservé aux impératifs absolus et vous devrez alors téléphoner à l’officine indiquée  avant  de  vous  y rendre.

dien.  Il  est  important  de respecter la durée du traitement,  les  doses  prescrites et la fréquence des prises (matin, midi ou soir, avant, pendant ou après le repas). Si une personne décide de stopper un traitement  prématurément pour diverses raisons (effets  indésirables,  forme mal adaptée, goût indélicat), elle doit en parler à son  médecin  traitant  ou demander  conseil  à  son pharmacien. ■

noUveaU

À quoi sert le dmP ? le dossier médical personnel est un document informatisé et sécurisé qui vous accompagne tout au long de votre vie. il est accessible sur internet. Il permet au patient et aux professionnels de santé autorisés, de partager, sous forme électronique, partout et à tout moment, les informations utiles à la coordination des soins du patient. Il centralise des informations telles que les antécédents et les  allergies,  les  prescriptions  médicamenteuses, les compte-rendus d'hospitalisation et de  consultations,  ou  encore  les  résultats d'examens complémentaires. Le DMP est un service public et gratuit. en savoir plus : www.dmp.gouv.fr

...PraTiqUe

comment joindre une infirmière ? Vous  pouvez  joindre  le service  de  garde  infirmière 7j/7 et 24h/24 : ■ bayonne : 05 59 50 31 10 ■ ciboure : 05 59 47 39 73 ■ saint Palais : auprès des infirmières libérales. Vous  pouvez  aussi  composer  le  15  en  cas  d’urgence vitale. 

conseils

le bon usage d’un médicament Bien  suivre  son  traitement  médicamenteux nécessite d’accepter certaines  règles  au  quotiLe magazine de la santé au Pays Basque

Juillet/Août 2012

n°1


18

à votre service Vaccins

le mode d’emploi des rappels

bon À savoir

quels documents pour une hospitalisation ? vous êtes admis à la suite d'une urgence : les formalités seront  réduites  au  minimum, vous  ou  l'un  de  vos  proches devrez toutefois présenter les documents nécessaires au bureau des Admissions dans les meilleurs délais. vous êtes admis à la suite d'une consultation ou d'un rendez-vous, dans ce cas, munissez-vous : ➜ de votre carte d'identité, ou de votre carte de séjour ; ➜ de votre carte Vitale et de l'attestation papier l'accompagnant, ou à défaut, des pièces répertoriées plus loin ; ➜ d'un justificatif de domicile (facture  EDF,  quittance  de loyer) ; Munissez vous aussi des documents relatifs à votre couverture santé complémentaire : ➜ de votre carte d'adhérent à une mutuelle. ➜ de  votre  attestation  CMU (couverture  maladie  universelle) complémentaire ; ➜ de votre attestation d'aide médicale État ; ➜ de la feuille de suivi de la maternité. Dans  le  cas  d'un  accouchement, n'oubliez pas la feuille de suivi de la maternité. Sachez  également  que,  dans tous les cas, vous devez communiquer  au  service  des  admissions  les  coordonnées  du médecin traitant que vous avez déclaré à la sécurité sociale. dans le cas d'une hospitalisation programmée, et si vous n'avez pas déjà un dossier au sein de l'hôpital , pensez à apporter toutes les informations médicales  même  anciennes, en votre possession :

➜ votre carnet de santé ; ➜ les  ordonnances,  résultats d'analyses, radiographies, électrocardiogrammes,  carte  de groupe  sanguin,  la  lettre  de votre médecin ; ➜ la lettre de votre médecin traitant.  Dès votre arrivée, pensez également à indiquer à l'infirmière si vous suivez un traitement. si vous n’avez pas de carte vitale, voici  les  documents qu'il faudra remettre au bureau des admissions selon votre situation. ➜ si vous êtes salarié(e) : votre dernier bulletin de salaire ;

Quand on est adulte, on a tendance à négliger les vaccins. Petite piqûre de rappel pour garder des vaccinations à jour.

N’oubliez pas d’en parler à votre medecin !

➜ si  vous  êtes  chômeur  indemnisé, votre dernière attestation Assedic ; ➜ si  vous  êtes  retraité(e)  : votre titre de retraite ; ➜ si vous êtes ressortissant de l'Union  européenne  (U.E.), votre carte européenne d'Assurance Maladie ou le formulaire E111 ou E112 ; ➜ si  vous  venez  d'un  autre pays,  en  dehors  de  l'U.E.,  la prise  en  charge  délivrée  par votre  organisme  de  sécurité sociale. Si  vous  ne  pouvez  fournir aucun de ces documents, votre caisse  d'Assurance  Maladie peut  établir,  sous  certaines conditions, une attestation en urgence de la C.M.U. de base ou  une  attestation  de  l'Aide médicale de l'État. Cette procédure se fera à votre demande ou  à  l'initiative  de  l'établissement  hospitalier  dans  lequel vous êtes admis.

Le magazine de la santé au Pays Basque

Juillet/Août 2012

n°1

bcg : vaccination fortement conseillée jusqu'à l'âge de 15 ans  pour  les  personnes  à risque élevé face à la turbeculose.

contre  la  coqueluche  au cours  des  dix  dernières  années.  Cette  vaccination  est recommandée pour les futurs parents.

diphtérie-Tétanos-Poliomyélite : rappels particulièrement  recommandés  pour les  enfants  de  6  ans,  puis entre 11 et 13 ans, et 16 et 18 ans. Un rappel tous les 10 ans est  ensuite  recommandé chez l'adulte.

Hépatite b : si la vaccination n'a pas eu lieu au cours de la première  année  de  vie,  elle peut  être  réalisée  en  rattrapage  chez  les  adolescents jusqu'à 15 ans. À partir de 16 ans,  elle  est  recommandée chez les personnes à risque.

varicelle : vaccination  recommandée de 12 à 18 ans pour les personnes sans antécédents de varicelle.

méningocoque : vaccination recommandée en rattrapage chez les personnes de 2 à 24 ans.

coqueluche : rappel conseillé entre l'âge de 26 et 28  ans  pour  les  personnes n'ayant pas eu de vaccination

ror : les personnes nées depuis  1980  devraient  avoir reçu au total deux doses de ce vaccin.

Papillomavirus humain (HPv) : vaccination  recommandée chez les jeunes filles de 14 ans. Un rattrapage est possible  pour  les  femmes entre 15 et 23 ans n'ayant pas eu de rapports sexuels ou au début de leur vie sexuelle. Pneumocoque : au-delà  de 24 mois, vaccination recommandée seulement pour les enfants  et  les  adultes  à risque. grippe : vaccination recommandée chaque année pour toutes  les  personnes  à risques et celles âgées de 65 ans et plus. ■ ➜ en savoir plus : www.mesvaccins.net


20

détente

COMMENT RÉCUPÉRER MES POINTS ?

ICI, NOUS VOUS AIDONS ! Stages à CIBOURE & CHIBERTA Automobile Club Basco-Béarnais

64

www.stage-points-permis.org 05 59 51 94 84 Le magazine de la santé au Pays Basque

Juillet/Août 2012

n°1

solutions en page 23


21

détente

solutions en page 23

Le magazine de la santé au Pays Basque

Juillet/Août 2012

n°1


22

Le magazine de la santé au Pays Basque

détente

Juillet/Août 2012

n°1

solutions en page 23


23

détente

Le magazine de la santé au Pays Basque

Juillet/Août 2012

n°1



mag1