Issuu on Google+

Le guide de gestion des kinés

Avancez dans vos projets

en suivant le guide !

n°2 Juin l 10 €


TouTe

l’info en un clic !

profession kiné vous présente

son nouveau site

plus de 600 articles disponibles professionkine.com 2

Prokin’up - Le guide de gestion des kinés


Références

www.professionkine.com guideformationkine.com

facebook.com/professionkine Vous avez aimé Prokin’up en 2105 ? Vous allez adorer Prokin’up en 2016 ! Si le premier numéro annuel paru l’an passé a permis d’optimiser la gestion de votre cabinet, ce deuxième numéro est surtout axé sur l’installation. Grâce à cette nouvelle édition, vous connaîtrez toutes les démarches à entreprendre pour monter votre cabinet. Mais quel cabinet ? Grand, petit, évolutif, avec piscine, salle de musculation ? Arrivera alors le moment de « communiquer » (communication externe ou sur le web), se faire connaître tout en restant dans le cadre édicté par l’ordre et donc la législation. Un cabinet oui ! Mais seul ou à plusieurs ? Avec ou sans secrétaire ? Des assistants, des associés ? Et puis avant l’embauche, le « casting » à mettre en place. Et par la suite la gestion des patients. Toutes ces questions sont traitées dans ce numéro 2 de ce mois de juin 2016. Chaque auteur est spécialisé dans son domaine afin de vous apporter le meilleur. Cette démarche vous permettra de vous poser les bonnes questions et vous apportera les réponses. Le but de ce numéro spécial est de vous amener à optimiser votre choix en fonction de vos besoins, envies et faisabilité. Pour cela n’oubliez pas de lire la dernière partie, vous exposant un exemple de centre multi-praticiens viable.

Pour en savoir plus sur l’équipe... ou pour transmettre vos idées, vos réflexions, vos commentaires,

n’hésitez pas à nous écrire à  Profession Kiné Format Presse

Parc Altaïs – Vivacité 21 rue Andromède - Bat. B - 74650 CHAVANOD Tél : 04 50 66 49 01 - Fax : 09 70 32 89 74 contact@professionkine.com

Alors bonne installation !

Bernard Bonthoux Rédacteur en chef

www.professionkine.com

Prokin’up - Le guide de gestion des kinés

3


07

installation démarches Réussir son installation Isabelle Chenu

07 l 10

Les normes du cabinet Elvire Cassan

13 l 15

Équipements spécifiques Réaliser un plateau technique qui vous ressemble Erwin Jdira

16 l 18

Installation d’une balnéothérapie dans un cabinet de kinésithérapeute Paul-émile Anton

19 l 20

communiquer Quelles règles pour la communication extérieure du cabinet de masso-kinésithérapie ? Céline Mathon

21 l 22

Communication web Daniel Enilorac

23 l 25

26

Gestion du cabinet Gestion des rendez-vous Faut-il embaucher une secrétaire ? Michel Fernandes

26 l 30

L’agenda connecté Daniel Enilorac

31 l 32

Recrutement Jean-Marc Buannic

© Irina MANSIEUX - Fotolia.com

Le recrutement 36 l 37

Avoir recours à une société de nettoyage : avantages / inconvénients Fabienne Appéré

37 l 38

Embaucher du personnel : mode d’emploi Roxane Nojac

39 l 41

assurances Choisir une assurance adaptée pour protéger votre activité et vos biens professionnels en toutes circonstances ! élisabeth Havis

42 l 45

Assurance tous risques et en tous lieux de votre matériel professionnel Thomas Beringer

45 l 47

48

Cas pratique

Dépôt légal à parution • Parution : annuelle • ISSN : en attente • Tirage : 27 000 ex.

à découvrir ! Une expertise clé en main qui ouvre de nouvelles perspectives Frédéric Nagy, Olivier Thomas, Océane Gruffat

4 Prokin’up - Le guide de gestion des kinés

Éditeur Format Presse, Parc de la Villette Folie N5, 211 avenue Jean Jaurès 75019 Paris • Directeur de publication Alain Abbeys • Responsable d’édition Christelle Lebreton • Rédacteur en chef Bernard Bonthoux • Ont participé à ce numéro I. Chenu, E. Cassan, E. Jdira, P.E. Anton, C. Mathon, D. Enilorac, M. Fernandes, J.M. Buannic, F. Appéré, R. Nojac, E. Havis, T. Beringer, F. Nagy, O. Thomas, O. Gruffat • Comité scientifique Alain Abbeys Masseur Kinésithérapeute, Fondateur du SUK (Services d’Urgence de Kinésithérapie) Bernard Bonthoux Ostéopathe D.O. - Masseur Kinésithérapeute Fédéral National de la Fédération Française de Ski Guy Tusseau Masseur Kinésithérapeute du sport, Responsable du groupe des kinés au CNOSF • Régie publicitaire Manon Pietri Tél. 04 50 66 49 01 • Création maquette et mise en page Colourful - Phonn Yorth phonnyorth@colourful.fr Tél. 06 15 11 59 14 • Impression Groupe Morault 60200 Compiègne Tél. 03 44 30 51 00 • Crédits photos Couverture © monamis - Fotolia.com Intérieur © Fotolia, auteurs des articles

48 l 50

PUBLICITÉ Merci à tous les annonceurs. Tous les articles sont publiés sous la responsabilité de leurs auteurs respectifs en accord avec le comité scientifique de la revue.


Démarches installation

Réussir son installation

Isabelle Chenu I Conseil en stratégie, communication, relation clients et marketing santé chez Fyzéa

Il est bien loin le temps où les cabinets de kinésithérapie se pensaient comme un simple dispensaire, ou plutôt ne se pensaient pas ! On achetait 4 murs et on s’installait. Une table de massage, quelques accessoires, de l’huile de coude et le cabinet se remplissait tout seul. Aujourd’hui, alors que l’effectif des masseurskinésithérapeutes en France a presque doublé en 10 ans, et qu’il progresse toujours en moyenne de 3% par an, le contexte de l’ouverture d’un cabinet kiné a beaucoup changé. Les patients ont désormais le choix et nous sommes, quoi qu’on en dise, entrés dans une aire concurrentielle. Et il en va de pair avec l’évolution de la profession, sa féminisation, l’envie des jeunes de la « génération 35 heures » de travailler différemment, mais avec un objectif plus fort que jamais de résultat : rentabiliser son investissement et améliorer les soins.

Je suis kiné, je crée ma boîte Petits trucs et astuces pour aborder la création d’un cabinet kiné un peu comme une création d’entreprise.

Mais les patients de 2016 sont eux aussi bien loin de ceux des années 80 ! Internet les a transformés en experts, et ils abordent les soins comme un bien de consommation qu’on compare, sur lequel on se documente, faisant naître un niveau d’exigence nouveau. Même la notion de tarif est désormais un paramètre que le patient prend en compte pour tous les soins non conventionnés qui fleurissent dans les cabinets. Volontairement un peu caricaturale, cette vision de la profession a pour simple but de montrer qu’en 2016, ouvrir un cabinet de kinésithérapie ne s’aborde plus comme il y a 20 ans. Les codes sont très proches de ceux de la création d’une petite entreprise, qui doit tenir compte du marché, de la concurrence, créer un lieu où l’on se sent bien et se faire connaître. Mais tout cela dans le parfait respect de la déontologie de la profession, où le produit est « un soin » et le client est « un patient ». Alors, que ce soit votre premier cabinet ou que vous souhaitiez donner une seconde vie à votre équipement actuel, la problématique est identique. Une approche stratégique et marketing du projet vous aidera à faire les bons choix et éviter les erreurs . Prokin’up - Le guide de gestion des kinés

7


Démarches / Installation

1. Je définis mon projet Cela semble évident, et pourtant cette étape est souvent un peu oubliée voire même inexistante alors que c’est la base d’un projet de création ou d’agrandissement de cabinet bien mené. En marketing, cette étape est appelée « Business Plan ». Il s’agit d’un dossier qui détaillera les composantes clés de votre projet. C’est non seulement un outil de pilotage de votre projet, mais aussi de communication qui vous aidera à convaincre vos partenaires (associés, banques, prescripteurs) de la viabilité de votre projet et du bien-fondé de vous accompagner. Il doit comporter une solide étude de marché, une stratégie claire et des prévisions financières réalistes. Plus votre projet vous ressemblera et plus il sera source de résultats, de satisfaction et d’épanouissement personnel.

À vous de jouer Répondez à ces quelques questions simples avant de démarrer votre projet et surtout écrivez les réponses pour vous y référer en cas de doute, ou de décisions futures. Classez-les par ordre d’importance pour vous. Ces réponses seront le socle de votre projet professionnel pour au moins les 5 prochaines années : → Je souhaite travailler seul ou en équipe ? en maison médicale ou cabinet privé ? pourquoi ? → Mon souhait en matière de soins : généraliste ou spécialisation ? nombre de patients par jour ? type de patientèle ? place du manuel dans les soins ? place du matériel dans les soins ? → Où m’installer et pour quelles raisons ? → Mes envies et mon projet de vie (famille, enfants, implication locale…).

 rendre le temps de la réflexion. P Se poser les bonnes questions.

Une fois votre projet bien défini, vous saurez précisément ce que vous souhaitez. L’étape suivante est d’affiner tous les paramètres qui composent votre environnement et qui auront un impact sur votre activité professionnelle. Cette étape doit vous permettre de vérifier que vos choix (emplacement, spécialisation, équipe…), placés dans leur contexte, vous permettront d’atteindre vos objectifs. C’est ce qu’on appelle « l’étude de marché ».  ’étude de « la concurrence » est souvent L un élément clé pour se démarquer et réussir son projet.  viter tout compromis à ce stade car É un environnement non favorable ou sans cohérence avec votre projet de base ne conduira pas votre cabinet et vos souhaits professionnels vers un succès. À vous de jouer On y étudiera « la concurrence », c’est-à-dire dans notre cas : les kinés déjà installés dans la 8 Prokin’up - Le guide de gestion des kinés

Exemple : Marie MARTIN – 27 ans → Souhaite travailler en équipe car elle aime échanger avec ses collègues sur la manière d’aborder les soins d’un patient, mais elle a aussi le projet d’avoir des enfants et souhaite pouvoir ne pas travailler le mercredi sans pénaliser ses patients. Elle veut se consacrer aux soins et au développement de son cabinet et déteste les tâches administratives, les achats et le planning de rendez-vous. → Marie MARTIN est une ancienne handballeuse de bon niveau et souhaite se spécialiser dans la kiné du sport dans un objectif de réathlétisation. Personnellement concernée par les blessures aux épaules, elle souhaite apporter des solutions de pointe aux patients dans ce domaine. Pour cela, elle aimerait travailler en lien direct avec les chirurgiens. → Elle souhaite créer un très beau centre, très fonctionnel, et qu’il devienne rapidement une référence dans la région. Son investissement est à la hauteur de son ambition mais elle prévoit une première étape en 2017 et un agrandissement en 2022 avec piscine.

 ous-estimer l’importance S des facteurs externes.

2. J’étudie mon environnement potentiel

Cas pratique

ville ciblée, les cabinets de la région ayant la même spécialité, le matériel et les méthodes des confrères en place... Vous devrez être attentifs au potentiel de prescripteurs et au réseau que vous pourrez développer. Vous étudierez précisément la typologie des patients (bassin d’emploi, âge de la population, …) et la politique santé et urbanisme de la commune (maisons médicales en projet, démographie, plan local d’urbanisme,…) pour prévoir l’évolution de votre cabinet à moyen et long termes.

Cas pratique Ainsi, dans l’exemple de Marie MARTIN, s’installer en pleine campagne dans une maison médicale ne serait pas en adéquation avec son projet. Par contre, un local moderne, dans une ville avec beaucoup de clubs sportifs de bon niveau, une équipe de basket en N1, et situé à proximité d’une clinique ou hôpital avec une équipe de traumatologie de l’épaule lui permettrait de s’approcher de son objectif. Côté matériel, Marie MARTIN pourrait se démarquer et affirmer ses choix en investissant dans un matériel performant, tel un dispositif dédié à la rééducation de l’épaule comme le Scapuléo par exemple et assurer la réathlétisation de ses patients.

…être attentifs au potentiel de prescripteurs…

3. Je délègue pour me consacrer à l’essentiel Comme lorsque vous construisez une maison et que vous confiez votre électricité à un pro, vous ne pouvez pas tout faire dans la création de votre cabinet. Bien s’entourer est donc capital. Choisir le bon comptable, le bon prestataire de matériels, le bon assistant ou le bon associé, le bon organisme de financement, le bon nom de cabinet, la bonne forme juridique, la bonne déco, le bon plan, ou le bon logo, site Internet ou page Facebook, tout cela est important et faire appel à des spécialistes est un gage de gain de temps, de pertinence et d’efficacité. Pour gagner du temps vous pouvez vous appuyer sur


J’anticipe l’avenir des strucutures spécialisées dans ce domaine. Faire appel à un « concepteur de cabinet kiné » est un accompagnement source de confort et de tranquillité. À chacun son métier. Je fais tout tout tout.

À vous de jouer → Faites la liste de tous les points à étudier ou à réaliser et établissez un planning. → Chercher sur Google « concepteur de cabinet kiné » et optez pour des professionnels pour vous accompagner. → Pensez à la notion d’accessibilité et ses contraintes. → Travaillez votre communication (dans le parfait respect de la déontologie de votre profession). → Choisissez le statut de votre cabinet et faites-vous bien conseiller (de nouveaux sites de comptabilité en ligne sont désormais accessibles à des tarifs très compétitifs avec des conseils pertinents en matière de forme juridique pour votre cabinet). → Menez vos démarches administratives dans l’ordre : adressez-vous en premier lieu à l’URSSAF car il collectera et diffusera les renseignements qu’il vous faudra donner aux autres organismes. Pour remplir les formulaires, un conseil : n’hésitez pas à vous déplacer pour remplir les formulaires, vous éviterez les erreurs et vous gagnerez du temps.

4. Se faire connaître Oui il est vrai que selon la loi, publicité et professions de santé ne font pas bon ménage… Pourtant, se faire connaître est une nécessité pour exister. Mais à l’ère d’Internet et des réseaux sociaux, le Conseil d’état a néanmoins assoupli les textes par un arrêt en date du 27 avril 2012 n° 348259. Le Conseil de l’Ordre des masseurs-kinésithérapeutes a édité une charte autorisant chaque personne, physique ou morale (SCP, SEL), inscrite au tableau, à créer un site Internet sous réserve qu’il ne présente aucun caractère promotionnel, publicitaire ou commercial. Autre méthode plus ancienne mais éprouvée, faire le tour des professions médicales pour vous présenter. Vous pouvez également vous faire connaître des associations sportives et créer des partenariats. Mais n’oubliez jamais que la meilleure des communications se fait par la fidélisation de votre patientèle. Si vos patients sont satisfaits alors ils parleront de vous et vous conseilleront à leur entourage. Pour soigner votre image, vous pouvez mettre en place des petites choses qui feront la différence : carte de rendez-vous personnalisée, blouse à votre nom, siège de massage dans la salle d’attente etc. Vos patients doivent se sentir bien dans votre cabinet. La déco a toute son importance pour se sentir pris en charge, cocooné, dans un univers professionnel, mais dont les codes ont changé. Il est de bon ton aujourd’hui de sortir du blanc et bleu médical, froid et sans âme, pour aller vers une personnalisation des cabinets, en créant des espaces qui vous ressemblent. Le rose fuchsia et bleu turquoise sont très tendance. Pensez aussi à vos espaces d’accueil et salle d’attente et préférez du mobilier solide et respectant les normes d’accessibilité. Préférez les spécialistes de la communication médicale aux webmasters généralistes.  ttention la frontière est étroite entre A l’information et la promotion…

→ établissez la liste de votre matériel et soumettez-la à un distributeur de matériel kiné pour répondre au mieux à vos exigences.

À vous de jouer

Cas pratique Les organismes à contacter par Marie MARTIN : → La Direction Départementale de l’Action Sanitaire et Sociale pour leur fournir votre adresse de cabinet et votre numéro Adeli. → Administration fiscale afin de donner les coordonnées de votre local professionnel. → Registre du commerce création de numéro Siret. → Organismes sociaux et organisme fiscaux. → Etc.

→ les noms des collaborateurs, assistants et salariés avec ou sans photo d’identité. Leur accord est alors requis,

Vous pouvez par exemple faire figurer : → la photo d’identité du titulaire,

Certains disent « L’avenir c’est deux mains » et c’est vrai ! On pense souvent que 5 ans ou 10 ans c’est loin et qu’on a le temps… Et pourtant, dans votre activité comme partout, l’anticipation est souvent source d’évolution, alors qu’une absence d’anticipation amène de nombreux freins le jour J. Posez-vous cette simple question « Dans 10 ans je me vois comment ? » et répondez avec sincérité. Raisonner sur du long terme, faire des paris sur l’avenir, choisir du matériel résistant et un conseiller objectif à la pointe des technologies nouvelles et différenciantes sont aussi des paramètres d’anticipation et de développement à terme. Faire des choix sur du long terme avec confiance en son projet et ambition.  alibrer son projet au minima en C ne pensant qu’au jour d’ouverture du cabinet. À vous de jouer → Vos locaux sont-ils évolutifs : aménagements spécifiques (ex. : piscine), extension acceptée par l’urbanisme, accueil de nouveaux associés ou collaborateurs ? → Votre matériel est-il suffisamment solide ou innovant pour ne pas vieillir trop vite ? → Votre conseiller en matériel est-il suffisamment objectif et informé pour vous conseiller les marques et produits qui ne seront pas dépassés dans quelques années et vous tiendra au courant des nouveautés ? → Le Service Après-Vente de votre prestataire garde-t-il le sourire en toute circonstance ? Cas pratique Dans son projet, Marie MARTIN prévoit une piscine en 2022, son local devra intégrer les contraintes techniques de cette installation dans des locaux déjà existants. Il serait judicieux qu’elle anticipe les branchements et évacuations en amont de la conception de son bâtiment. De même, comme elle souhaite un cabinet très fonctionnel, se faire aider sur l’agencement pérennisera sa réflexion par un plan évolutif et des espaces modulables. Pour son matériel, elle pourrait choisir un prestataire avec une offre très sélectionnée, car c’est souvent un gage de sérieux et de suivi pour les SAV potentiels.

→ les spécificités du cabinet (dès lors qu’elles sont reconnues), → les articles publiés ou acceptés dans des revues scientifiques à comité de lecture,

→ places de stationnement,

→ un lien renvoyant au site public du Conseil de l’Ordre des masseurs-kinésithérapeutes,

→ moyens d’accès (métro...),

→ accessibilité,

→ plan du quartier, Prokin’up - Le guide de gestion des kinés

9


Démarches / Installation

→ existence d’une piscine ou/et celle d’une salle réservée aux activités physiques d’entretien, de bien-être, → photos du cabinet ainsi que des matériels, à condition que cela soit présenté de manière non ostentatoire, → etc. Cas pratique Dans le cas de Marie MARTIN et de son choix de spécialisation, la première action pour se faire connaître est d’aller rencontrer les clubs de sport, et en particulier ceux occasionnant des

traumatismes de l’épaule, pour les anticiper et les éviter ou les réparer. Un partenariat avec un club de basket serait également une manière

de faire savoir à ces sportifs qu’un kiné spécialisé dans l’épaule et le sport existe à proximité.

Conclusion Nous n’avons pas abordé ici l’aspect financier, plus connu et plus simple à appréhender, mais sachez que le meilleur moyen d’obtenir des bons financements reste de comparer et faire appel à des organismes habitués à travailler avec les professions libérales et médicales. Donnez-vous des objectifs de rentabilité, analysez vos résultats, votre évolution et gérez votre activité avec précision. Entre prêt et leasing, étudiez bien les avantages et inconvénients des 2 formules. Autre bon plan, achetez tout votre matériel chez un seul et même distributeur, ce qui vous permettra d’obtenir les meilleurs prix, mais surtout de lier un vrai partenariat avec votre conseiller et son équipe. Maintenez de bonnes relations avec eux, car sur le marché, les acteurs sérieux et capables de parfaitement gérer votre projet d’installation ou agrandissement, et son suivi de A à Z sont peu nombreux. Si le sourire et les échanges détendus et professionnels sont ceux que vous connaissez dans vos relations commerciales, ne changez pas de prestataire. Les valeurs véhiculées et défendues par vos partenaires, ainsi que leurs précieux conseils, sont bien plus importants que les économies éventuelles qu’ils vous feront faire. Mais parfois les deux vont de pair et c’est encore mieux ! Et la recette est la même dans votre activité. Pour garder un patient, la qualité des soins ne suffit plus, même si c’est la base. Travaillez les petits détails qui font la différence, les petites attentions qui créent une relation qualitative avec vos patients, soyez sérieux sans vous prendre au sérieux et encore une fois, démarquez-vous !

Bibliographie LES MASSEURS-KINÉSITHÉRAPEUTES : DÉMOGRAPHIE, ACTIVITÉ ET DYNAMIQUE DE LA DÉPENSE I Une profession à forte dominante

10 Prokin’up - Le guide de gestion des kinés

libérale, dont les effectifs ont presque doublé en 20 ans : http://www.securite-sociale.fr/IMG/pdf/ ccss201106_fic-10-2.pdf

http://www.ordremk.fr/exercer-la-profession/vos-demarches/construire-votre-site-internet/


Premier concepteur de

n o ti a ll ta s n ’i d t je ro p Un

cabinet kiné

?

Fyzéa vous accompagne...

CONSEIL

PLAN 3D

ÉTUDE

LOGISTIQUE

SUIVI

Fyzéa est un distributeur de matériel kiné… et tellement plus ! Au-delà de son coeur de métier qui est la physiothérapie, Fyzéa propose des plans 3D pour donner vie aux projets et apporte des idées d’aménagement de cabinets. Ses valeurs, sa fidélité, ses services, ses idées et ses sourires, font de Fyzéa un partenaire proche des kinés.

Fyzéa est le 1er concepteur de cabinet kiné qui vous accompagne de A à Z dans vos grands projets comme pour vos achats du quotidien.

Chez Fyzéa, le sourire est dans notre ADN Un conseil pour le choix du matériel, un conseil en matière de financement, décoration et agencement, un devis sur-mesure, un planning à respecter, Fyzéa est là. Cette présence se traduit par une relation simple, d’écoute et d’échanges au quotidien, de sourires et rires bizarres, pour des kinés heureux. Karine

Isabelle

Frédéric

Armand

Ludovic

Contactez l’équipe Fyzéa 02 51 94 11 59

bonjour@fyzea.fr

www.fyzea.fr

Franck

Clément

Mohamed

Agatha

Fabrice


Complétez votre collection

Offre spéciale

7 numéros + 2 guides

80€ au lieu de 104 €

Guide des formations Kinés 2016 < 01

www.guideformationkine.com

Le guide de gestion des kinés

PRÉVENTION DES TMS

La neuropathie

et manutention des personnes en EHPAD

Le magazine des masseurs-kinésithérapeutes passionnés Sept. Oct. Nov. 2014 / 12€

JEU CONCOURS Gagnez plus de 8000 € de cadeaux avec Profession Kiné

la reconstruction mammaire

de la main du volleyeur

Le magazine des masseurs-kinésithérapeutes passionnés Déc. 2014. Janv. Fév. 2015 / 12€

Choisir son Contrat de prévoyance

après un cancer du sein

Le magazine des masseurs-kinésithérapeutes passionnés Mars Avril Mai 2015 / 12€

la responsabilité civile des textes à la pratique

36

traumatismes musculaires : schémas thérapeutiques

56

Le magazine des masseurs-kinésithérapeutes passionnés Sept. Oct. Nov. 2015 / 12€

la gestion de trésorerie pour les professions libérales

13 69

TÉNOSYNOVITE DE DE QUERVAIN : "replacer" le radius atténue la symptomatologie

Le magazine des masseurs-kinésithérapeutes passionnés Déc 2015. Janv. Fév. 2016 / 12€

LE BILAN DIAGNOSTIC KINÉSITHÉRAPIQUE : état des lieux

18 50

ACTUALISONS LA RÉÉDUCATION post-prostatectomie

Le magazine des masseurs-kinésithérapeutes passionnés Mars Avril Mai 2016 / 12€

LES 20 QUESTIONS LES PLUS POSÉES aux cabinets d’expertise comptable

26 49

Avancez

dans vos projets en suivant le guide !

2016 Mars 2016 l 10€

2016 n°2 Juin l 10 €

N°44 PROFESSIONKINE.COM

N° 44

N°48

N° 45

N° 46

N° 47

N° 48

N°49

N° 49

N°50

N° 50

Guide de gestion Prokin’up 2016

Le Guide des Formations 2016

Bon de commande

à découper ou à photocopier, puis à retourner complété à : Format Presse - Service abonnement Profession Kiné - Parc Altaïs - Bat. Vivacité B 21 rue Andromède - 74650 Chavanod. Règlement par chèque à l'ordre de Format Presse Nom : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

❏ Oui, je commande les numéros suivants :

Prénom : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Adresse :. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

❏ 44 ❏ 45 ❏ 46 ❏ 47 ❏ 48 ❏ 49 ❏ 50 ❏ Prokin’up 2016 (guide de gestion)

.........................................................................................................................

❏ Le Guide des formations 2016

Code postal : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Ville : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Nombre d'exemplaires Profession Kiné

. . . . . x 12 €

Prokin’up 2016

. . . . . x 10 €

Guide des formations 2016

. . . . . x 10 €

Prix

Téléphone : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . E-mail : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Total (frais d'envoi compris)

OFFre SPéCiAle

7 x 12 € + 2 x 10 €

12 Prokin’up - Le guide de gestion des kinés

Année de naissance : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

80 € au lieu de 104 €

Offre valable jusqu'au 31/12/2016 en France Métropolitaine Conformément à la loi du 06/01/78, ces informations peuvent donner lieu à l'exercice du droit d'accès et de rectification auprès de nos services. Vous pouvez vous opposer à ce que vos nom et adresse soient communiqués ultérieurement.


Démarches / Installation

Les normes du cabinet Elvire Cassan I MACSF

Pour tout kinésithérapeute qui souhaite s’installer ou qui exerce déjà, la question des normes à respecter se pose. À travers cet article, nous espérons répondre à certaines de vos interrogations notamment relatives à l’accessibilité de votre local aux personnes en situation de handicap et aux dérogations éventuelles. Le cabinet de kinésithérapie est un établissement recevant du public de catégorie 5 de type U (établissement de soins sans hébergement recevant moins de 100 personnes sur l’ensemble des niveaux) qui doit obligatoirement respecter les différentes normes relatives à l’accessibilité du local aux personnes en situation de handicap ainsi que celles relatives à la sécurité incendie et certaines normes d’hygiène.

1. L’accessibilité

Schéma poignée de porte (source : alsace-accessible)

Les normes relatives à l’accessibilité s’appliquent au local que l’on soit locataire ou bailleur, que l’on exerce seul, au sein d’une copropriété ou d’une maison médicale. L’accessibilité à laquelle la loi du 11 février 2005 fait référence, concerne tous types de handicaps : moteur, auditif, visuel, mental, psychique, cognitif et toute situation de handicap : personnes âgées, personnes avec des problèmes de santé, personnes désavantagées par leur taille, personnes avec charges, poussettes…

C’est l’idée de l’accès à tout pour tous. Des normes doivent donc être respectées qui concernent le cabinet en lui-même mais également son accès. L’arrêté du 8 décembre 2014 fixe toutes les normes qu’un établissement de 5e catégorie doit respecter. Il convient de distinguer 2 catégories de handicap eu égard au type de travaux en jeu : → le handicap moteur, → les autres handicaps. Ne seront pas recensées dans cet article toutes les mesures de l’arrêté mais quelques points afin de comprendre l’esprit général du texte. Nous listerons les normes en 3 catégories : → les petits travaux, → le cheminement horizontal, → le cheminement vertical.

© Agence DER - Fotolia.com

L’esprit de cette loi est de permettre aux personnes handicapées de pouvoir, avec la plus grande autonomie possible, détecter, accéder, circuler et utiliser les équipements et services des établissements recevant du public et donc des cabinets de kinésithérapie.

…normes relatives à l’accessibilité s’appliquent au local que l’on soit locataire ou bailleur…

A. Les petits travaux Au titre des petits travaux de type décoratif, il est nécessaire de respecter des normes relatives à la signalétique, à l’éclairage et au contraste des couleurs. 1. La signalétique Il faut recourir à des polices de caractères facilement identifiables (arial, verdana, helvetica, …), éviter le recours aux caractères en italique et utiliser de préférence des majuscules. 2. L’éclairage Il doit permettre d’éviter les reflets sur la signalétique ou tout effet d’éblouissement direct des usagers en position debout ou assise. Ainsi, la porte d’entrée de votre cabinet de kinésithérapie doit être surmontée d’un éclairage spécifique.

3. Les contrastes de couleurs Une harmonie de couleurs est nécessaire afin de permettre à un patient mal voyant de se repérer facilement. Il faut donc que soient contrastés les portes et l’interrupteur par rapport aux murs et la poignée par rapport à la porte. Les poignées de porte doivent également être faciles à manœuvrer et préhensibles. B. Le cheminement horizontal Le législateur a souhaité a minima le croisement d’une personne circulant en fauteuil ou avec une poussette avec une personne valide. Ainsi, la largeur minimale du cheminement accessible doit être de 1,20 mètre libre de tout obstacle afin de faciliter les croisements. Cette largeur s’applique aussi bien dans les couloirs du cabinet que dans les parties communes de l’immeuble ou de la maison médicale. Lorsqu’un rétrécissement ponctuel ne peut être évité, la largeur minimale du cheminement peut, sur une faible longueur, être comprise entre 0,90 m et 1,20 m de manière à permettre le passage d’une personne en fauteuil roulant. La largeur des portes est au minimum de 80 cm afin qu’un fauteuil roulant puisse passer. Un espace de manœuvre est nécessaire de part et d’autre de la porte. L’espace de manœuvre nécessaire correspond à un rectangle de même largeur que la circulation mais dont la longueur varie selon qu’il faut pousser ou tirer la porte : → ouverture en poussant : la longueur minimale de l’espace de manœuvre de porte est de 1,70 m ; → ouverture en tirant : la longueur minimale de l’espace de manœuvre de porte est de 2,20 m.

Prokin’up - Le guide de gestion des kinés

13


Démarches / Installation

« sortie » sera en couleur et en relief et un système audio indiquera l’étage.

© romensky - Fotolia.com

En ce qui concerne les escaliers, ils doivent être équipés d’une rampe et les hauteurs de marche ne doivent pas être supérieures à 17 cm. Au titre du handicap visuel, une dalle podotactile de couleur annonçant l’escalier doit être installée à 50 cm de la 1re marche en haut de l’escalier. La première et la dernière contremarche doivent être de couleur contrastée et le nez de marche doit également être antidérapant et de couleur contrastée.

C. Le cheminement vertical 1. La rampe d’accès L’arrêté du 8 décembre 2014 précise que l’accès peut se faire par une autre entrée que l’entrée principale si son accès est impossible, à la condition qu’elle soit signalée et ouverte à tous en permanence pendant les heures d’ouverture. S’il existe un dénivelé, une rampe doit être installée. Elle doit respecter les valeurs de pentes suivantes : → jusqu’à 10 % sur une longueur inférieure ou égale à 2 m, → jusqu’à 12 % sur une longueur inférieure ou égale à 0,50 m. Cette rampe est, par ordre de préférence : → une rampe permanente, → une rampe inclinée permanente ou posée avec emprise sur le domaine public, → une rampe amovible, qui peut être automatique ou manuelle. Une rampe amovible doit présenter les caractéristiques suivantes : → supporter un poids de 300 kg minimal, → être suffisamment large pour accueillir une personne en fauteuil roulant, → être antidérapante, → être stable, → être contrastée pour être visible de tous, → être constituée de matériaux opaques. Une rampe amovible est assortie d’un dispositif permettant à la personne handicapée de signaler sa présence tel qu’une sonnette. Le patient est ainsi informé de la prise en compte de son appel. 14 Prokin’up - Le guide de gestion des kinés

Si la dérogation est accordée, des travaux de mise aux normes doivent, cependant, être réalisés, dans les parties privatives de l’ERP. Ce dispositif de signalement doit répondre aux critères suivants : →ê  tre situé à proximité de la porte d’entrée pour permettre un meilleur repérage, être installé entre 0,9 et 1,3 m de haut et à proximité de la porte d’entrée, →ê  tre bien visible et un panneau doit expliquer sa signification, →ê  tre visuellement contrasté vis-à-vis de son support, → c omporter un système indiquant son bon état de fonctionnement, dans le cas d’une rampe amovible automatique. 2. L’ascenseur S’il existe un ascenseur au sein de l’immeuble ou de la maison médicale, la porte d’entrée de ce dernier doit être de 80 cm de large. Les dimensions intérieures seront au minimum de 1 mètre sur 1,30 mètre et les commandes situées à 1,30 m maximum du sol. Par ailleurs, au titre du handicap visuel et auditif, le bouton

3. Le cas des sanitaires L’arrêté accessibilité du 8 décembre 2014 prévoit qu’un cabinet d’aisances adapté pour les personnes handicapées doit comporter un dispositif permettant de refermer la porte derrière soi une fois entré et comporter un lave-mains accessible dont le plan supérieur est situé à une hauteur maximale de 0,85 m. → La surface d’assise de la cuvette est située à une hauteur comprise entre 0,45 m et 0,50 m du sol, abattant inclus, à l’exception des sanitaires destinés spécifiquement à l’usage d’enfants. → Une barre d’appui latérale est prévue à côté de la cuvette, permettant le transfert d’une personne en fauteuil roulant et apportant une aide au relevage. La barre est située à une hauteur comprise entre 0,70 m et 0,80 m. Sa fixation ainsi que le support permettent à un adulte de prendre appui de tout son poids. Toutefois, les sanitaires ne sont obligatoires dans un cabinet de kinésithérapie que s’il existe au moins un salarié et si le règlement sanitaire départemental le prévoit. Ce règlement est disponible auprès de la préfecture de département ou de l’Agence Régionale de Santé pour savoir si l’accès au public de sanitaires est prévu dans les cabinets médicaux.

2. Les dérogations Les normes relatives à l’accessibilité peuvent parfois s’avérer très contraignantes voire impossibles à réaliser selon la situation de votre cabinet de kinésithérapie. Conscient de cela, le législateur a prévu 4 cas de dérogations : → une impossibilité technique avérée, → un impact sur l’activité économique de l’établissement, → des contraintes liées à la conservation du patrimoine, → le refus motivé par l’assemblée générale des copropriétaires des travaux de mise en accessibilité. Une dérogation peut ainsi être accordée pour le local professionnel situé dans un immeuble collectif à usage principal d’habitation lorsque les copropriétaires refusent les travaux de mise en accessibilité. Ainsi, lorsque les copropriétaires d’un bâtiment à usage principal d’habitation existant, réunis


en assemblée générale, s’opposent, en motivant leur refus, à la réalisation des travaux de mise en accessibilité de votre cabinet, la dérogation est accordée de plein droit pour les parties communes. Si vous souhaitez obtenir une dérogation à ce titre, il faut veiller à inscrire à l’ordre du jour de l’assemblée générale des copropriétaires que soient votés les travaux de mise aux normes au titre de l’accessibilité aux frais de l’ensemble des copropriétaires.

Les consignes de sécurité doivent être affichées de manière visible…

Si la dérogation est accordée, des travaux de mise aux normes doivent, cependant, être réalisés, dans les parties privatives de l’ERP. Les cabinets libéraux de kinésithérapie doivent donc obligatoirement depuis le 1er janvier 2015 respecter les normes que nous venons d’énoncer

au titre de l’accessibilité ou avoir obtenu une dérogation. Ils doivent également se conformer aux différentes normes relatives notamment à la sécurité incendie prévues par l’arrêté du 22 juin 1990 et à certaines normes d’hygiène.

3. La sécurité incendie Ainsi, en matière de prévention des incendies, le cabinet de kinésithérapie doit obligatoirement disposer : → d’au moins un extincteur portatif à eau pulvérisée de 6 litres minimum, en bon état de fonctionnement, à raison d’un appareil pour 300 m² ou 200 m² si le cabinet emploie au moins un salarié et d’un appareil par niveau au minimum, → d’issue(s) de secours dégagée(s), → d’un système d’alarme qui doit être audible en tout point de l’établissement, → d’une ligne de téléphone urbain pour joindre les premiers secours. Les consignes de sécurité (numéro d’appel des sapeurs-pompiers, adresse du centre de secours le plus proche, dispositions immédiates à prendre en cas de sinistre) doivent être affichées de manière visible. Par ailleurs, dans les cabinets situés en sous-sol ou en étage, il doit être apposé à l’entrée un plan schématique, pour faciliter l’intervention

des sapeurs-pompiers. Ce plan dit plan d’intervention doit représenter le sous-sol, le rez-de-chaussée, chaque étage ou l’étage courant du cabinet ainsi que l’emplacement des locaux techniques et les dispositifs de coupure des fluides notamment. Il faut également signaler de manière visible l’interdiction de fumer dans les locaux puisque les cabinets libéraux sont considérés comme des lieux d’accueil du public.

4. Les règles d’hygiène Le cabinet de kinésithérapie et sa salle d’attente doivent être tenus dans un état de propreté indispensable à la santé des patients et du personnel. La Haute Autorité de Santé recommande qu’ils soient convenablement éclairés, ventilés et chauffés. Elle recommande également d’équiper la salle de soins avec : → une poubelle réservée aux déchets ménagers (emballages, papiers), → une poubelle équipée d’un sac poubelle jaune pour le recueil des déchets d’activité de soins à risques infectieux, notamment les déchets souillés à la suite de séances de kinésithérapie respiratoire, → une table ou un fauteuil d’examen, recouvert d’un revêtement lessivable et d’un support non tissé ou d’un drap à usage unique changé entre chaque patient.

Conclusion Le cabinet de kinésithérapie doit donc obligatoirement respecter les normes énoncées dans cet article sous peine de se voir sanctionner et risquer la fermeture administrative. Aussi, nous ne pouvons que vous inviter à vous faire assister d’un professionnel qui veillera au respect des règles d’accessibilité et de sécurité.

Appareil intégrant de manière unique et sûre un mouvement de marche naturelle pour la revalidation et l’entrainement - Position assise avec accoudoirs pour la sécurité des patients - Siège pivotant permettant l’accès aux fauteuils roulants - Faible impact sur articulations - Adapté pour tout âge et tous niveaux physiques - Rééducation neurologique, orthopédique, cardiaque, gériatrique Pour tous renseignements n’hésitez pas à nous contacter NUMELEC SA – info@numelec.com – www.numelec.com Prokin’up - Le guide de gestion des kinés

15


Équipements spécifiques installation

Réaliser un plateau technique qui vous ressemble Erwin Jdira I Responsable Développement Commercial Athlex

Les cabinets de kinésithérapie se dotent de plateaux techniques de plus en plus pointus et performants, et rares sont les cabinets qui n’en ont pas. Cet espace incontournable en rééducation permet de réaliser des séances ciblées et adaptées à chaque patient. Et comme aucun cabinet n’est identique, il est primordial d’adapter le choix de ses équipements selon ses besoins et inévitablement en fonction de la surface disponible. Que vous souhaitiez vous installer ou simplement réaménager votre plateau technique, il n’est pas toujours évident de choisir des équipements adaptés à son activité et à son espace. Alors comment choisir les dispositifs les plus appropriés ?

1. Quels équipements choisir ? Élliptique ? Vélo ? Presse à jambe ? L’idéal est de réaliser un savant mélange entre les équipements de cardio et de renforcement musculaire, zone de proprioception et d’exercices libres. Certains dispositifs apparaissent comme incontournables dans le paysage des cabinets de kinésithérapie. Mais comme chaque cabinet est différent, il faut dans un premier temps bien définir quel est le profil de sa patientèle et quels sont ses besoins ? La patientèle du cabinet est-elle générale ou plus spécifique (sportive, ortho/traumato, rhumato, etc.) ? Les profils visés, ou actuels, ont une forte incidence sur la sélection des équipements et des zones de travail. Mais une fois le profil patient établi, une première liste d’équipements se dessine assez naturellement. Prenez le temps de fixer vos priorités, définissez quels sont les 16 Prokin’up - Le guide de gestion des kinés

équipements indispensables à votre activité et ceux pour lesquels vous pourrez faire l’impasse faute de budget ou d’espace.

2. Quelle surface accorder à la zone de travail ? Mon plateau technique est-il grand ou petit ? Tout est une question de point de vue. Un plateau de 20 m2 ou un seul thérapeute exerce est souvent plus facile à aménager qu’un plateau technique de 50m2 ou 5 thérapeutes exercent simultanément. La superficie du plateau est donc une information indispensable mais ce n’est pas le seul point qu’il faut observer. Pour bien évaluer son espace, il est important de pousser la réflexion en se posant les questions suivantes : Combien de thérapeutes vont exercer et prévoit-on une augmentation ? Et combien de patients vont travailler en simultané sur le plateau ? « Plusieurs thérapeutes » induit « plusieurs patients » sur le plateau. Dans la mesure du possible, il faut donc que le plateau soit en adéquation avec le nombre de patients et de thérapeutes en termes de superficie et de nombre de postes de travail.

3. Quels critères respecter ? Il faut maintenant choisir la marque, les modèles et les bons fournisseurs afin de mettre en adéquation ses besoins avec son espace disponible et son budget. L’offre étant très large, la sélection des équipements n’est pas toujours un exercice évident.

Quel budget établir ? Lorsque l’on parle équipement, la notion de budget est incontournable. En France, les kinésithérapeutes investissent 20 à 50 000 € lors de la création d’un cabinet (Source CMV Médiforce). Il faut que votre budget soit à la hauteur de vos ambitions. Un budget trop bas vous orientera automatiquement vers un nombre d’équipements réduits ou de faible qualité, tandis qu’un budget trop important pourra mettre en péril votre sécurité financière. Il faut donc trouver le juste milieu. La sélection des équipements doit donc tenir compte de votre budget, mais gardez toujours à l’esprit qu’ils seront très sollicités. Ils doivent donc être robustes et durer dans le temps. En tant que professionnel, sélectionnez des marques et des produits adaptés à un usage très intensif. En plus d’apporter une image négative au cabinet, avoir des équipements en panne est aussi source d’incertitude. Vous risquez de vous retrouver dans l’obligation de réinvestir à un moment non choisi et pas toujours favorable. Il vaut mieux privilégier d’investir dans des équipements de bonne qualité, reconnu pour leur fiabilité et leur efficacité plutôt que dans des équipements bas de gamme qui vous poseront des problèmes et vous obligeront à les remplacer prématurément.

Assurez-vous que les équipements proposés s’adapteront aux différents profils. De plus, les patients vont parfois être amenés à travailler


en autonomie, la sécurité des mouvements et des exercices ainsi que la facilité d’utilisation sont des points à ne pas négliger. Orientez-vous vers des équipements permettant de reproduire un mouvement naturel et de protéger les articulations. En préférant un dispositif prouvé et approuvé scientifiquement, vous pourrez réaliser des séances performantes et en toute sécurité. Les appareils offrant une polyvalence de mouvements sont une excellente option pour réaliser plusieurs exercices tout en mobilisant un espace réduit sur le plateau. Et comme ces équipements vont être utilisés quotidiennement, il faut impérativement qu’il soit fiable et durable.

4. Quel partenaire adopter ? Au-delà du choix des dispositifs, il est important de comparer le marché et de se renseigner sur les différents fournisseurs pressentis. N’oubliez pas que votre fournisseur deviendra votre partenaire. Il doit être capable de vous accompagner dans toutes les étapes de votre projet pour vous aider à déterminer quelle est la solution la plus adaptée à vos besoins. Avant de vous engager, nous vous conseillons de comparer différents points entre chaque fournisseur. Quelles sont les garanties ? Qui réalise la livraison et l’installation ? Y a-t-il une formation produit ? Propose-t-il des solutions de maintenance ? Dispose-t-il d’un service technique adapté et réactif ? Des plans et simulations 3D de vos espaces vous seront présentés ?... Autant de services et de prestations qui doivent influencer vos choix.

En résumé

6. Équiper un plateau de 20 à 35 m2 …votre fournisseur deviendra votre partenaire …

5. Quels aménagements pour valoriser votre espace ? Le plateau technique est l’espace central d’un cabinet. C’est une excellente vitrine et un vecteur d’image indéniable. Contrairement à l’intimité d’un box, cette zone ouverte voit se côtoyer plusieurs patients et thérapeutes. Ce doit donc être un lieu agréable et stimulant. Créez une ambiance avec des TV murales ou une musique de fond. Vous et vos patients apprécierez de travailler dans un environnement moderne et dynamique. Un kinésithérapeute passe 8 à 12 heures par jour dans son cabinet. Bien agencer son espace est donc un point essentiel pour exercer dans des conditions agréables. C’est pourquoi, il faut impérativement s’assurer que l’espace sera fonctionnel avant d’acter toute acquisition d’équipements. La clé d’un bon agencement réside dans l’articulation de différentes zones afin de pouvoir utiliser les équipements et circuler sans gêne. Quelle que soit la superficie du plateau technique, on distingue plusieurs zones spécifiques telles que l’espace cardio et renforcement, la zone de proprioception ou d’exercices au sol. Nous allons essayer ici de présenter une solution globale pour équiper 3 plateaux techniques de différentes superficies permettant une offre de soins générale.

Pour une surface de 20 à 35m2, nous vous conseillons de choisir des équipements les plus polyvalents possibles. En effet, plus la superficie du plateau est petite, plus il est important d’optimiser son espace. Favorisez donc des dispositifs compacts, possédant un faible encombrement au sol ou pouvant se positionner dans les angles de pièces.

Préférez des équipements qui permettent de réaliser plusieurs exercices sur une même machine. Les appareils à câbles vous donneront la possibilité de réaliser un maximum d’exercices de renforcement en un espace réduit. Le vélo (droit ou semi-allongé) est un incontournable : rassurant puisque connu de tous, il s’adapte à tous les patients, du sportif au senior, et permet aussi bien un travail de renforcement musculaire que cardiovasculaire. Notre sélection : → 1 zone libre mixte pour le travail au sol, la proprioception etc, → 1 vélo (droit ou semi-allongé), → 1 Functional Trainer, → 1 presse à jambe, → 1 table de soins, → 1 espalier avec tapis de sol, → guéridon pour équipement de physiothérapie, → accessoires (Medecine ball, ballon Klein, tapis de sol etc.).

Afin de vous aider dans votre choix, voici les principaux critères de sélection des équipements : →B  esoins de la patientèle / fonction / adaptabilité (sportif, senior etc.). →C  onfort / sécurité / respect biomécanique / qualité des mouvements. → Durabilité et fiabilité (garanties, SAV). → Surface disponible / polyvalence d’exercices. → Facilité et simplicité d’utilisation. → Budget. → Esthétique.

Exemple d’un espace de 30m2 Prokin’up - Le guide de gestion des kinés

17


Équipements spécifiques / Installation

7. Équiper un plateau de 40 à 70m2 Avec un plateau technique de 40 à 70m2, vous pouvez sélectionner un plus grand nombre d’équipements. Attention toutefois à ne pas surcharger votre zone de travail et conserver une bonne circulation entre les différents équipements. Il est important pour vous et vos patients de pouvoir vous déplacer aisément dans un espace qui reste aéré et agréable. Nous vous recommandons d’étoffer votre espace cardio avec un tapis de marche, plusieurs vélos. En fonction de la surface disponible et de l’orientation du cabinet, vous pourrez aisément intégrer des dispositifs spécifiques tels que l’isocinétisme pour un cabinet sportif, ou un tapis de course anti-gravité pour un cabinet plus généraliste. Notre sélection : → 1 zone libre mixte pour le travail au sol, la proprioception etc., → 1 vélo droit et 1 vélo semi allonge, → 1 Functional Trainer, → 1 tapis de course, → 1 presse à jambe, → 1 Arc Trainer, → 1 machine à usage double quadri/ischio, → option : isocinétisme / tapis de course anti-gravité, → table de soins, → espalier, → guéridon pour équipement de physiothérapie, → accessoires (Medecine ball, ballon klein, tapis de sol etc.).

8. Équiper un plateau de 80 à plus de 100m2 Un plateau technique de 80 à plus de 100 m2 offre de nombreuses possibilités d’agencement. Avec ce type de superficie, vous pouvez vous permettre d’étoffer votre plateau en intégrant des appareils plus ciblés. Pour le travail des quadriceps et des ischios-jambiers ou encore des équipements ciblant les adducteurs / abducteurs par exemple. Selon le profil de votre patientèle, vous pouvez intégrer des équipements plus spécifiques tels que la

Exemple d’un espace de 50 m2

Exemple d’un espace de 100 m2

cryothérapie, l’isocinétisme ou un tapis de course anti-gravité. Nous vous invitons à bien délimiter les différentes zones de travail. Ces zones peuvent être créées sous forme d’ateliers, en réalisant des îlots de machines ou en optant pour un revêtement de sol différent. Vos patients seront plus à l’aise dans un espace clair et aéré. Notre sélection : → 1 vélo semi-allongé et 2 vélos droits, → 1 Functional Trainer, → 1 presse à jambe, → 1 Leg extension,

1 Leg curl (position assise ou allongée), 1 abduction/adduction, 1 Arc Trainer, 1 tapis de course, 1 zone de proprioception, 1 zone libre d’exercice, 1 dispositif isocinétique ou 1 tapis de marche anti-gravité, → 3 tables de soins, → espalier, → guéridon pour équipement de physiothérapie, → accessoires (Medecine ball, ballon Klein, tapis de sol etc.), → options : 1 zone Serious Games. → → → → → → →

Conclusion L’agencement de son plateau technique n’est pas un exercice facile. De nombreuses solutions existent pour faire de cet espace un lieu de travail confortable et stimulant. Un professionnel de l’agencement de cabinet saura vous guider dans les différentes étapes de votre projet afin de créer l’espace qui vous ressemble.

18 Prokin’up - Le guide de gestion des kinés


Équipements spécifiques / Installation

Installation d’une balnéothérapie dans un cabinet de kinésithérapeute Paul-Émile Anton I Mediform

Un projet de piscine médicale doit être traité avec la plus grande attention, minutieusement. Sans négliger aucun critère de construction. Les oublis se paient comptant et sont quelquefois irrémédiables.

Les choix Avant d’entreprendre, il est très important de choisir l’emplacement, les bonnes dimensions, celles qui vont de pair avec votre activité. Inutile de faire une piscine trop grande ou trop petite. Attention au poids, la dalle doit supporter 1,5 tonne au m2.

© Kzenon - Fotolia.com

Définissons ensemble les critères essentiels qui détermineront le choix de votre piscine. Comptez-vous exercer d’autres activités aquatiques telles que : l’aquagym, le vélo aquatique… etc. ? Il vaut mieux y penser dès le début afin de choisir un équipement adéquat.

1. Encastrement ou hors sol, que choisir ?

douche et l’escalier ou l’échelle, et dans le local technique.

Les piscines semi-encastrées sont les plus demandées, on peut s’occuper des patients sans se mettre à genoux ou accroupis, sans trop se pencher. L’ensemble est esthétique, on voit le plan d’eau en arrivant, ce qui n’est pas le cas des piscines hors sol. Ne négligez pas le côté look, pensez à la lumière, prévoyez des fenêtres ou des baies vitrées. Cela est très important et souvent négligé.

→à  la ventilation. Il faut qu’elle soit efficace. Référez-vous au bilan thermique. La qualité de l’air dans le local balnéo dépendra essentiellement de cette ventilation, le déshumidificateur seul ne résoudra pas le problème. Il vous faut impérativement de l’air neuf. Quel modèle choisir ? Où l’installer ? Demandez un bilan thermique, il vous aidera et vous guidera dans vos choix et vos prévisions de coûts annuels de fonctionnement. Vous devez tout savoir et tout prévoir avant même de commencer les travaux.

Les piscines hors sol. Il faudra les égayer et penser à les rendre attractives. La décoration aura beaucoup d’importance, varier la forme, éviter si possible le rectangle, rien de tel qu’un angle arrondi, un projecteur LED avec ses couleurs, et un beau carrelage pour donner du charme à ces bassins.

Le local balnéo : pensez que ce local sera exposé à une très forte humidité liée à la chaleur 28/30°, aux projections d’eau. Même avec un déshumidificateur performant, il ne sera pas superflu de prendre des précautions. Ne négligez rien, prenez toutes dispositions afin de n’utiliser que des matériaux adaptés.

Les piscines totalement encastrées. Ce système permet de gagner de la place. Ce n’est pas négligeable car pour une piscine de 5mx4m, on gagne environ 5 m2. Le résultat est intéressant, esthétique. Il faudra cependant s’accroupir ou bien entrer dans la piscine avec les patients.

L’étanchéité de la piscine : la solution membrane armée soudée à chaud sur place est intéressante, peu onéreuse. Elle permet également l’étanchéité de l’escalier, de la banquette et autorise des formes originales et arrondies. Privilégiez la qualité. C’est avec la membrane armée qu’on répare souvent les piscines en béton.

2. Équipements à prévoir Quelle que soit la solution envisagée, pensez dès le départ : →a  ux siphons de sol, trop souvent oubliés et qui génèrent des frais supplémentaires pour les rajouter. Les positionner entre la 20 Prokin’up - Le guide de gestion des kinés

Le chauffage de l’eau : évitez si possible le réchauffeur électrique, gros consommateur d’énergie. Si votre local est équipé d’une chaudière, pensez à la solution échangeur. Du fait de la température d’utilisation d’une

piscine médicale avoisinant les 33°, le chauffage représentera un poste important. Si vous n’habitez pas dans une région très froide, pensez à la pompe à chaleur qui reste la solution la plus économique, et elle sera vite amortie. Toutefois, nous ne vous conseillons que les pompes à chaleur capables de chauffer à 33° et équipées de dégivrage automatique. La filtration : le volume de la piscine doit être régénéré en moins d’une heure trente. N’hésitez pas à sur-dimensionner le filtre, car vous devez filtrer y compris quand il est encrassé à 30%. Le filtre à sable est le plus répandu. Le traitement de l’eau : la DDASS n’autorise que le chlore ou le brome. Alors, en ce qui concerne le chlore, essayez d’éviter les stabilisants qui sont composés d’acides iso-cyanuriques. Pour vous simplifier la tâche, vous pouvez installer un appareil automatique qui règlera le pH et le chlore. Pensez que le pH est très important dans une piscine, surveillez-le constamment. Le traitement de l’eau est très important et déterminant dans les piscines médicales, car Ia température de l’eau est élevée, il y a des précautions à prendre. Vestiaires : prévoyez également un peu de place pour les vestiaires et une douche, incontournables avant l’utilisation d’un bassin !


Communiquer installation

Quelles règles pour la communication extérieure du cabinet de masso-kinésithérapie ? Céline Mathon I Fabisto

Pour communiquer sur leur installation et la présence de leur cabinet, les kinés ont plusieurs solutions : l’enseigne, la plaque professionnelle, l’autocollant pour vitres. Vous devez simplement respecter la charte de communication établie par l’Ordre des Masseurs Kinésithérapeutes, dont les principales règles sont résumées dans cet article. Une plaque de kinésithérapeute est un élément indispensable de la communication des kinés qui s’installent en libéral ou en cabinet. Pourquoi ? Tout simplement car c’est le seul support de communication extérieure autorisé par le Code de la Santé. En effet, les professions médicales ont l’interdiction de faire de la publicité. Dans le cas des masseurs-kinésithérapeutes, vous avez deux options : la plaque professionnelle de kiné, et l’insigne officielle de l’Ordre des Masseurs– Kinésithérapeutes.

…seul support de communication extérieure autorisé par le Code de la Santé.

1. Comment choisir une plaque de kinésithérapeute ? La plaque professionnelle a plusieurs avantages : elle vous permet de communiquer sur votre installation en tant que kiné, d’informer les passants sur votre présence, vos spécialités et de donner vos coordonnées.

Elle doit donc être visible depuis la rue, et fixée sur la façade de votre immeuble ou de votre cabinet. Attention, des règles existent quant aux dimensions maximales autorisées et au texte gravé sur votre plaque.

2. Les dimensions d’une plaque pro de kinésithérapeute La taille de la plaque de masseur-kinésithérapeute est définie dans le sens où elle ne doit pas être assimilée à de la publicité. Les dimensions maximales généralement admises sont 40 x 30 cm. Ce format permet d’inscrire de nombreuses informations, voire d’ajouter l’insigne de l’Ordre. Pourtant, la majorité des plaques fabriquées respectent la taille standard des professions médicales, soit 30 x 20 cm.

sation de ce dernier : on ne peut pas le modifier (couleurs ou proportion). Vous devrez vous diriger vers une plaque professionnelle « quadri » (en couleurs) pour respecter le visuel. Lors de la création ou de la reprise d’un cabinet dans un immeuble, il est fortement conseillé de se rapprocher du syndic de copropriété pour avoir son accord sur la pose d’une plaque ou d’une enseigne. En effet, selon le règlement de la copropriété, le syndic peut vous demander d’harmoniser votre plaque avec celles des professionnels de santé déjà installés.

4. Les mentions autorisées sur une plaque de kiné Le Code de la Santé indique les informations que vous avez le droit d’inscrire sur votre plaque de kiné. Notez que toutes les mentions ne sont pas obligatoires !

3. L’aspect visuel et esthétique Le Conseil National des Masseurs-Kinésithérapeutes n’impose pas de restrictions concernant la matière et la couleur de votre plaque professionnelle. Pour une plaque de rue, il faut un support qui ne s’altère pas face à la pluie ou au soleil. L’aluminium et le plexiglass sont alors conseillés. Quant à la couleur, elle dépend de votre goût personnel : elle peut être bleue, verte, or, argent... Si vous souhaitez mettre le logo de l’Ordre sur votre plaque, il faut respecter la charte d’utiliProkin’up - Le guide de gestion des kinés

21


Communiquer / Installation

→ Nom et prénom → Coordonnées : adresse, téléphone, fax, e-mail → Jours et heures de consultation (au cabinet ou à domicile) → Situation vis-à-vis de l’assurance maladie (conventionné ou non) → Qualification, titres et diplômes reconnus par le Conseil de l’Ordre → Spécificités pratiquées dans le cabinet, listées par le Conseil National de l’Ordre → Insigne des Masseurs-Kinésithérapeutes ou le caducée Les spécificités pratiquées par les masseurs kinésithérapeutes Il faut savoir que les spécificités pouvant être gravées sur votre plaque sont en nombre limité : → balnéothérapie, → drainage lymphatique, → ergonomie, → kinésithérapie du sport, → méthode Mézières, → posturologie, → rééducation cardio-vasculaire, → rééducation de la déglutition, → périnéologie ou rééducation périnéo-sphinctérienne, → rééducation vestibulaire, → rééducation maxillo-faciale,

→ sexologie, → soins de bien-être, → soins palliatifs, → rééducation respiratoire, → rééducation gérontologique, → douleur, → sophrologie, → relaxation.

reproduite en vitrophanie sur la façade vitrée du local. Vous devrez choisir une seule solution de communication parmi ces quatre options. Par exemple, l’Ordre interdit de mettre le logo sur une enseigne drapeau et sur un autocollant pour vitres.

Vous ne pouvez pas utiliser le terme « spécialiste en... », ni décrire votre cabinet comme « spécialisé » dans l’une des pratiques ci-dessus. Ces pratiques ne sont que des spécificités et non des spécialités.

5. Les règles d’utilisation de l’insigne des kinésithérapeutes L’insigne de Masso-Kinésithérapie est le logo officiel de l’Ordre. Chaque kiné peut l’utiliser pour sa communication visuelle, que ce soit en tant qu’enseigne, sur sa plaque professionnelle, ou sur les documents liés à son activité. L’insigne peut être apposé sur une enseigne en applique (fixée au mur), sur une enseigne drapeau, ou sur un caisson lumineux (lumière blanche et non clignotante). Elle peut aussi être

6. Les dimensions autorisées pour l’insigne Le logo de l’Ordre peut être reproduit avec un diamètre maximal de 60 cm. Vous pouvez choisir de le mettre dans un cadre carré avec un fond blanc. Pour les enseignes, l’épaisseur maximale est de 15 cm.

Conclusion Lors de la création de votre cabinet, il est donc important de penser à sa visibilité. La plaque professionnelle est le support adapté à tous les kinés, quel que soit le type de structure. Si on ne peut pas vous interdire de poser votre plaque, il est possible que l’on vous impose des contraintes sur la couleur, la matière ou les informations inscrites afin de l’harmoniser avec l’existant. Concernant les enseignes et les autocollants à mettre sur les vitres, la réglementation est plus complexe. Il faut consulter les règles d’urbanisme, et veiller à ne pas faire une communication en trop grand format, au risque que le Conseil de l’Ordre ne l’assimile à de la publicité et vous demande de l’enlever.

22 Prokin’up - Le guide de gestion des kinés


Communication web Daniel Enilorac I Mediakine.fr

Le site internet est la nouvelle vitrine des professionnels que ce soit pour un professionnel de santé ou toute autre profession. Outil indispensable pour la communication sur le web, il est accessible aux patients en quelques clics. Il est très utile pour se faire connaître, communiquer des informations pratiques voire même développer sa patientèle.

utiles au patient recherchant un masseurkinésithérapeute et cela ne fera que faciliter sa venue à votre cabinet.

À titre d’exemple, « kiné » est recherché plus de 12 000 fois par mois et pour « kiné Bordeaux » c’est plus de 500 fois par mois. Malgré cela, avoir un site internet n’est pas un réflexe pour tous les praticiens. Bien souvent, c’est parce que le cabinet est plein même sans site internet. Ces praticiens n’y voient alors qu’un intérêt limité.

…généralisation de la communication sur le web.

1. Les avantages Pourtant avoir un site internet a bien des avantages. Il permet de se faire connaître lorsque l’on débute son activité, d’accroître sa patientèle, communiquer sur les moyens du cabinet, ou encore de développer une spécialité suite à une formation. De plus, les patients sont de plus en plus au fait des différentes formations, matériels ou techniques de travail et ils font leur propre recherche sur internet. Pour ceux qui ont fait le choix de se positionner et d’être visible dans le monde virtuel, ils ont tout compris. La tendance est à la généralisation de la communication sur le web. Pour les autres, le changement commence quand on le décide et cela peut être maintenant. Avant de se lancer dans la création de son site, il est important de savoir ce que l’on peut faire et comment le faire. Cet article va donc tenter de vous éclairer.

3. Nom de domaine La charte de l’Ordre énumère également un ensemble de règles auquel il est très souhaitable de se conformer. La règle la plus contraignante est sûrement celle concernant le nom de domaine de votre site internet. Le nom de domaine est l’adresse internet de votre site. C’est grâce à celui-ci que les moteurs de recherches et surtout vos futurs patients vous trouveront en le tapant dans la barre de lien de leur navigateur internet (Edge, Firefox ou Chrome). Ce dernier doit être de la forme nom-prenoms-masseur-kinesitherapeute.fr ou masseur-kinesitherapeute-nom-prenoms.fr. Si vous êtes regroupé au sein d’une structure légale, vous pouvez également opter pour un nom de domaine de la forme « scp-raisonsociale-masseurs-kinesitherapeutes.fr». Vous trouverez sur internet un certain nombre de kiné ne respectant pas cette règle. Il est très vivement conseillé de ne pas les imiter même si, à l’heure actuelle, ils semblent impunis. Si l’ordre leur impose de changer leur nom de domaine, ils perdront tout simplement, a minima, leur référencement

Depuis 2012, l’Ordre a publié une charte destiné aux masseurs-kinésithérapeutes (voir revue Profession Kiné n°45) souhaitant créer leur site internet vitrine. Cette charte définit un périmètre au sein duquel le kiné est libre de faire ce qu’il veut. Vous y trouverez la liste des informations concernant votre activité conventionnée, que vous pouvez faire figurer sur votre site internet. Vous pourrez y mettre un plan interactif pour localiser votre cabinet, inclure les noms de vos collaborateurs s’ils ont donné leur accord, vous présenter ainsi que votre cabinet avec éventuellement un diaporama photo en plus du texte, parler de vos formations et de vos spécificités, mettre vos horaires d’ouverture, afficher votre adresse et numéro de téléphone, avoir un formulaire de contact pour que le patient puisse vous envoyer un message via votre site, les paiements acceptés, parler de l’existence d’une piscine ou d’un gymnase etc. Toutes ces informations seront

new businss 492

2. Que dit l’Ordre ?

dans les moteurs de recherches. Les patients ne les trouveront plus par ce biais pendant plusieurs mois et le travail de référencement devra reprendre depuis le début (voir « référencement » ci-dessous). Si vous êtes dans ce cas, il n’est pas trop tard pour agir. Vous pouvez acheter un nouveau nom de domaine conforme et mettre en place une redirection permanente de l’ancien nom de domaine vers le nouveau. Le référencement se propagera peu à peu vers le nouveau nom de domaine et vous pourrez abandonner l’ancien domaine quelques mois plus tard. Faîtes-vous aider par un professionnel qui saura comment le faire sans que vous n’ayez à recréer votre site depuis le début.

4. La publicité La deuxième règle la plus contraignante est sûrement l’interdiction formelle de faire la publicité d’un site qui présente une activité conventionnée sur internet. Comme c’est également le cas dans le monde réel. Cela inclut l’achat de mots-clés sur les moteurs de recherche. Vous encourez les mêmes sanctions que si vous mettiez un panneau publicitaire pour votre cabinet et cela peut vous coûter cher. Seul le référencement naturel est autorisé, c’est-à-dire le référencement passif.

5. Que faut-il prendre en compte ? Avant d’opter de faire soi-même son site internet ou de faire appel à un professionnel, il faut souligner quelques points qu’il convient de comprendre, à commencer par le référencement. Le référencement Le référencement consiste à être associé dans les moteurs de recherche à certains mots-clés. C’est de cette manière que les patients vous trouveront en faisant une recherche sur Bing ou Google par exemple. Pour arriver en tête des recherches, vous avez deux possibilités.

• La première est l’achat de mots-clés. Vous payez le moteur de recherche pour apparaître dans les annonces sur une page de recherche. Le tarif est au nombre de clics qui amène un internaute (pas nécessairement un patient) sur votre site. C’est plutôt efficace mais c’est prohibé par l’Ordre et, au-delà de l’aspect qualitatif des visiteurs, si vous arrêtez de payer, votre audience chute.

Prokin’up - Le guide de gestion des kinés

23


Communiquer / Installation

• La deuxième méthode consiste à faire du référencement dit naturel. Elle est plus longue à mettre en place (de l’ordre de plusieurs mois) mais est bien plus qualitative et pérenne. Pour ce faire, les robots des moteurs de recherche parcourent votre site et extraient les mots-clés qui leur semblent pertinents. Il va de soi qu’un robot ne perçoit pas un site internet de la même manière qu’un humain. Il faut donc optimiser son site pour le référencement afin d’aider le robot à trouver les informations et les pondérer correctement. C’est ce qu’on appelle le SEO pour « Search Engine Optimized » (« Optimisé pour les moteurs de recherches »). C’est une prestation critique pour votre site. Sans cela, vous n’êtes pas visible sur internet même avec un site très beau. Vérifiez donc cet aspect lors de votre prospection.

prestations que vous fournissez. Plus vous mettrez du contenu, meilleur sera votre référencement. L’aide d’un professionnel peut être précieuse pour optimiser ce contenu pour le référencement. Bien entendu, pensez à illustrer votre site avec des photos que vous avez le droit d’utiliser et à un format adapté pour internet. Maintenant que vous avez les rudiments pour comprendre les enjeux de la conception d’un site internet, vous êtes décidé à avoir votre propre espace sur le web. Quels sont les choix qui s’offrent à vous ?

© Rido - Fotolia.com

L’adaptabilité Un autre point important à vérifier, c’est l’adaptabilité de votre site à une navigation sur smartphone. On dit également que le site est « responsive ». C’est désormais officiel, plus de la moitié des recherches faites sur Google sont

Seul le référencement naturel est autorisé…

faites à partir d’un mobile. Pour les recherches de kiné, ce pourcentage varie entre 30 et 40% des recherches. De ce fait, certains moteurs de recherches ont décidé, à juste titre, de favoriser les sites adaptés aux smartphones pour les recherches à partir de smartphone ou tablette. On peut facilement deviner que la tendance sera la généralisation de cette pratique à toutes les recherches. Aussi, si votre site est responsive (adapté pour les mobiles), vous aurez un meilleur référencement. Que vous fassiez votre site vous-même ou que vous fassiez appel à un professionnel, vérifiez bien le SEO et l’adaptabilité de votre site aux mobiles. Le contenu Ensuite, que vous fassiez appel à un professionnel ou non, il y a un aspect auquel vous n’échapperez pas : la rédaction de contenu. Vous êtes la personne la mieux placée pour parler de vousmême, de votre cabinet, de vos collègues, des 24 Prokin’up - Le guide de gestion des kinés

6. Le faire soi-même De nos jours, faire son site internet soi-même est moins compliqué que par le passé. Il existe un ensemble d’outils gratuit au téléchargement qui permet d’en créer. Ces outils s’appellent des CMS pour « Content Management System » (outils de gestion de contenu). Les mastodontes du secteur sont WordPress et Joomla. Ces deux plateformes représentent la majorité des blogs et sites vitrines présents sur le net. Ils sont open source mais demandent de l’investissement personnel en temps de formation, conception mais aussi de maintenance. L’utilisation de ces outils peut ne demander aucune connaissance technique en programmation si l’on s’en tient à ce pour quoi ils sont faits. C’est ce qui fait le succès de ces plateformes. Cependant, il ne faut pas négliger la phase d’apprentissage qui peut être longue pour

maîtriser les concepts propres à tel ou tel outil. Pour commencer, il faut installer l’outil puis trouver et installer une apparence qui vous convient et la configurer, savoir comment gérer les menus et les contenus. Dans le cadre d’un site vitrine pour un masseur-kinésithérapeute, on peut se limiter aux fonctions de base du système choisi. On peut, tout de même, ajouter des fonctionnalités grâce à des plugins qui étendent le champ de compétence de la plateforme. Ceux-ci peuvent être gratuits, payants ou faits par vous-même si vous en avez les compétences.

On peut prendre l’exemple du plan interactif qui n’est pas nécessairement fourni de base avec la plateforme. Vous l’aurez compris, utiliser un CMS est tout de même réservé à un public averti mais vous pouvez acquérir les compétences techniques grâce à de nombreux guides sur internet et avec un peu de patience. Si vous faîtes ce choix, il faut compter 30€/an pour l’hébergement.

7. Faire appel à un professionnel C’est l’option la plus flexible et confortable mais également la plus coûteuse. Le professionnel s’entretient avec vous pour cibler vos besoins et s’occupe de la mise en place de votre site et de son design. Certains professionnels proposent des contenus types pour vous aider à créer le vôtre. Afin de faire réduire les frais, la plupart des professionnels utilisent les CMS comme mentionné plus haut. Cela permet de réduire les frais de développement pour se concentrer sur le contenu et l’aspect visuel de votre site. Du fait de sa maîtrise de l’outil, il sera plus à même de vous proposer ce qui est faisable de ce qui ne l’est pas et sera très efficace dans la réalisation de la prestation. Malgré cela, il faut compter un minimum de 600€ pour la création de votre site. La prestation peut s’avérer plus chère si vous souhaitez un design plus poussé avec un meilleur rendu ou si vous faîtes appel à une agence.

8. Utiliser les outils de création en ligne À mi-chemin entre faire son site soi-même et le faire réaliser par un professionnel, vous pouvez utiliser des outils en ligne tels que ceux proposés par Wix ou 1&1. D’autres plateformes se positionnent également pour les kinés ou les professionnels de santé. Certaines d’entre elles proposent des solutions gratuites ou presque. Elles sont rudimentaires. Le référencement n’est pas inclus ou alors il est très succinct. Il est peu probable que vous arriviez en tête des recherches. La visualisation et l’ergonomie du site ne sont pas adaptées aux mobiles, et vous avez de la publicité. En résumé, vous avez donc un site qui n’est pas visible sur le net et


9. Les plateformes en ligne

…l’avantage d’un site internet est indéniable…

peu pratique pour les patients qui vous trouvent. Il faudra plutôt considérer les offres payantes sans devoir aller jusqu’à l’option la plus chère plutôt réservée aux sites e-commerce.

Si vous souhaitez juste une présence rapide et simple sur internet, vous avez une autre alternative. Certaines plateformes de prises de rendez-vous en ligne, tel que MonRdvKiné ou Doctolib, proposent de base un mini site internet et vous offre ainsi votre présence sur le web. Les sites sont basiques mais l’essentiel y est. Ils sont à mi-chemin entre l’annuaire détaillé avec quelques champs personnalisables et le site internet. Du fait de leur spécificité pour les professionnels de santé, ces plateformes ciblent bien les besoins de la profession. Sans connaissance technique, vous pourrez, en quelques minutes, ajouter des photos avec une visionneuse ou un diaporama, présenter votre cabinet, inclure un plan interactif avec les informations essentielles (adresse, téléphone, horaires, collaborateurs,

formations etc…) et en prime, les patients pourront prendre leur rendez-vous en ligne selon les règles que vous aurez définies. Bien souvent, l’adaptabilité pour les mobiles et le référencement est inclus. C’est également dans leur intérêt de vous faire connaître. Vous profitez également du référencement global de la plateforme et des patients qui font des recherches directement dans leur annuaire interne. Les tarifs peuvent tout de même rester compétitifs selon les plateformes. La plupart des informations étant déjà requise pour créer votre compte, il ne vous reste que peu d’informations à compléter pour le site internet. En 10 minutes, vous pouvez être présent sur internet.

Conclusion En résumé, l’avantage d’un site internet est indéniable. L’information est directement disponible aux patients sans qu’ils aient à vous la demander par téléphone. Cela représente un confort pour vous et vos collègues. Vous pourrez y mettre en avant les atouts de votre cabinet (emplacement, méthodes de travail, votre sourire). Pour mettre en place votre site, vous n’avez que des solutions. Du site fait soi-même à celui fait par un professionnel, vous avez l’embarras du choix. L’investissement personnel et financier varie d’une option à l’autre. Seuls vos besoins et vos envies vous permettront de choisir !

Rédigez vos bilans kiné en 3 minutes ! Créez automatiquement un bilan standardisé en utilisant plus de 90 tests couvrant les principales pathologies, sous forme de grilles extrêmement rapides à remplir Enrichissez le document de photos Moti Motivez vos patients en les faisant participer à leur bilan Fidélisez vos prescripteurs grâce à la lettre de synthèse générée automatiquement

medicappconnect.com ou 01 84 16 90 24 Disponible sur iPad, iPad mini, tablettes et smartphones Android Prokin’up - Le guide de gestion des kinés

25


Gestion des rendez-vous gestion du cabinet

Faut-il embaucher une secrétaire ? Michel Fernandes I Eureo 21410 Ste Marie sur Ouche

Les technologies de l’information transforment les métiers, non seulement dans les pratiques médicales mais aussi dans les fonctions support au cabinet. La question qui se pose alors : faut-il embaucher une secrétaire ?

3. Les activités d’une secrétaire médicale

La question mérite réflexion. Si l’on considère les faits, la tendance n’est pas à l’embauche ! En effet, tout secteur confondu environ 90 % des contrats d’embauches sont désormais des CDD. Ce phénomène qui s’accentue n’est pas récent. Il semble par ailleurs que de plus en plus d’employeurs potentiels préfèrent externaliser certaines fonctions plutôt que d’embaucher. À titre d’exemple, dans le secteur de la santé, depuis de nombreuses années, les généralistes mais aussi de plus en plus de spécialistes tendent à externaliser la fonction secrétariat médical.

…un kiné est un chef d’entreprise… sur les avantages et inconvénients de l’une ou l’autre des solutions : embauche ou externalisation de la fonction, quels critères peuvent faire pencher la balance dans un sens ou dans l’autre ? Cela est naturellement fonction des attentes de chaque praticien et de la forme d’exercice de l’activité. Un cabinet de groupe aura peut-être plus de facilité à amortir les coûts d’une secrétaire ou d’une équipe de secrétaires internes au cabinet. S’il n’y a pas de règles, il existe néanmoins des critères de choix qui sont eux tout à fait objectivables. Avant de mettre en balance les différents choix possibles, voyons quelles sont les principales activités d’une secrétaire médicale.

1. La situation La réalité est qu’il y a un fossé qui s’agrandit entre les aspirations des salariés qui préfèrent la sécurité de l’emploi et les employeurs, que l’incertitude des affaires n’encourage pas à embaucher des salariés sur le long terme : un kiné est un chef d’entreprise qui se pose les mêmes questions qu’un autre chef d’entreprise ! Le débat sur la loi El Khomri consacre une réalité édifiante et instructive sur les raisons qui conduisent les chefs d’entreprises à préférer externaliser de plus en plus de fonctions. Cela est vrai non seulement pour les emplois de secrétaires mais aussi dans de nombreux autres emplois tels que les postes de qualiticien, responsable méthode, informaticien…

La tendance, dans tous les domaines, est plutôt à l’externalisation des fonctions d’accueil, de secrétariat, de tenue d’agenda… Pourquoi ? Répondre à cette question revient à s’interroger 26 Prokin’up - Le guide de gestion des kinés

© juniart - Fotolia.com

2. Externalisation ?

On peut pour l’essentiel retenir les activités suivantes : → l’accueil des patients, → la gestion du planning de rendez-vous, → la transmission des appels, → les relations avec les organismes sociaux, → les activités purement administratives. L’accueil des patients est une des fonctions de la secrétaire médicale. Il faut cependant distinguer l’accueil téléphonique lors de la prise de rendez-vous de l’accueil proprement dit au cabinet. L’accueil téléphonique Il fait intervenir l’effet de seuil, à savoir la première impression que se fait le patient au cours de cette première interaction : il s’agit de la « première porte d’entrée » avec le cabinet du praticien. L’accueil téléphonique est donc primordial : le patient accepte une attente plus longue dans le secteur de la santé que dans le secteur purement commercial, où le nombre de sonneries avant décrochage est là essentiel pour retenir le chaland. Dans le domaine de la santé, les choses sont un peu différentes bien que le comportement du « consommateur » tend à déteindre de plus en plus sur le comportement du « patient ». Les patients sont de plus en plus impatients et cela ne facilite pas le travail de la secrétaire : la fonction de secrétariat est un vrai métier et elle ne s’improvise pas. Tous les professionnels de santé sont unanimes pour s’accorder sur le


fait que le comportement des patients est de plus en plus difficile à prévoir et à anticiper. Quant à l’accueil perçu par le patient, cette perception du patient (tout comme celle du consommateur) procède d’un ensemble de facteurs qu’il est difficile de mesurer individuellement et plus encore de hiérarchiser parce que la perception résulte d’un « tout ». L’accueil du patient au cabinet Il s’agit d’une fonction dont la valeur directe s’apprécie essentiellement en regard de l’état émotionnel et de la condition physique de la personne. Les autres déterminants sont beaucoup plus en lien avec l’organisation et la situation du cabinet : facilité de stationnement, disponibilité du personnel d’accueil, durée de l’attente au cabinet, aménagement et confort de l’espace d’accueil… Vous pouvez faire des efforts sur le confort de la salle d’attente mais si les conditions de l’approche du cabinet sont mauvaises (capacité et coût du stationnement, durée maximale de stationnement autorisée, risque de dégradation ou d’infraction….) la perception d’ensemble du patient s’en ressentira sans pour autant que vous soyez directement responsable des raisons qui minorent l’évaluation globale de l’accueil. Si vous voulez vraiment apprendre sur les besoins et attentes de vos patients, profitez de votre salle d’attente pour déposer un questionnaire court à remplir sur place. Préférez aussi les questions ouvertes ou échelles d’intérêt aux questions fermées car elles seront beaucoup plus instructives pour vous. Le kiné a la chance d’une certaine manière de rendre l’attente supportable dans la mesure où il peut souvent pré-installer son patient en salle de travail. Néanmoins, selon les spécialités, cela n’est pas toujours le cas. La gestion du planning de rendez-vous Selon que les rendez-vous sont pris au cabinet ou que ceux-ci le sont par un secrétariat externalisé, les déterminants de l’efficacité de cette fonction diffèrent. Si les rendez-vous sont pris au cabinet, la dissémination des écrans d’interrogation du planning dans le cabinet est importante. Il est en effet assez fréquent dans la profession que le praticien convienne lui-même du planning avec son patient. S’il délègue la prise de rendez-vous, la souplesse et le degré d’adaptation du logiciel aux conditions d’exercice du métier sont prépondérants (gestion des ressources, facilité d’affectation du rendez-vous aux ressources, adaptabilité du logiciel à tous les types d’acte). De ce point de vue, que votre secrétaire soit interne ou externalisée, sa vraie valeur ajoutée consiste à « vendre » les rendez-vous dans les espaces et délais qui donnent satisfaction simultanément au praticien mais aussi au patient, ce qui n’est pas toujours chose facile.

Les activités purement administratives Celles-ci sont de plus en plus lourdes mais la généralisation des technologies de l’information et la dématérialisation en particulier permettent de les automatiser assez aisément. Ces activités portent sur les tâches suivantes :

→ les attentes des patients, → les propres attentes du praticien et ses préférences, → la logique de gestion : le tableau de bord pour piloter.

→ réceptionner le courrier : la part prise par les emails fait que les échanges de courriers tendent à décliner fortement. De ce point de vue, les systèmes d’archivage de contenu sécurisés sont primordiaux et ne saurait se réduire au simple classement dans une messagerie ou à un répertoire partagé sur un photocopieur, ce qui reste la pire des solutions ;

4. Le coût de la formule retenue

→ faire les photocopies ou scanner les documents afin de rentrer dans les prérogatives SCOR ; → classer les dossiers et les documents : il convient de mettre en place un système qui ne saurait se réduire à une arborescence windows (ou autre) trop souvent entendue et « vendue » comme La solution d’archivage. Ceux qui ont un jour perdu leurs données savent par expérience qu’en une fraction de seconde le cabinet peut perdre la mémoire d’une longue période d’activité professionnelle. Il convient par ailleurs de prendre en compte les exigences en matière de conservation et d’échanges de données de santé patient ; → télétransmettre les feuilles de soins ; → relancer les factures d’honoraires impayées ; → poster les courriers : il existe désormais des solutions très pratiques qui permettent au praticien de s’affranchir de toute aide extérieure pour envoyer lui-même ses courriers par internet, y compris pour les courriers recommandés qui seront distribués et remis au destinataire de la même manière que le courrier postal ; → assurer les sauvegardes informatiques, archiver les dossiers patients etc… qui sont des temps diffus voire fugaces. Souvent, il peut s’agir de tâches réalisées par le praticien directement dans le cours de la relation avec son patient (temps masqués). Dans le domaine administratif, de plus en plus de tâches peuvent être réalisées au cours de l’interaction avec l’application informatique, que ce soit au cabinet voire même au domicile ! Le facteur d’efficacité réside dans le choix des « bonnes » solutions technologiques qui sont devenues tout à fait abordables pour autant qu’elles soient parfaitement maîtrisées par les utilisateurs. Quelle formule ? Quelle formule choisir ? Au final, faut-il embaucher pour faire en interne ou faire faire c’est-à-dire externaliser les fonctions de secrétariat médical ? Différents critères peuvent être pris en compte : → le coût de la formule retenue,

En général, le coût est de loin le premier critère objectif si l’on se place du point de vue du praticien. Dans le coût, il ne faut pas seulement prendre en compte le montant du salaire et les charges sociales (salaire brut + 0,65 du brut). Pour procéder à la comparaison du coût d’un poste de secrétariat versus une prestation externalisée, il faut donc prendre en considération toutes les composantes du coût direct du poste mais aussi les coûts induits. Les composantes du coût direct d’un poste de secrétariat : → le salaire et les charges sociales : soit pour un SMIC un montant total à calculer. Ce montant est un montant minimum ; → les locaux de bureau : les loyers sont de plus en plus élevés, en milieu urbain notamment, et obligent souvent à faire des arbitrages sur le confort et la surface de l’espace d’attente voire parfois à externaliser la fonction de secrétariat lorsque l’accroissement d’activité nécessite d’affecter des mètres carrés de bureau à des activités productives ; → coût d’acquisition et de maintenance sur 3 ans du matériel de bureau et infrastructure informatique (micro-ordinateur, câblage informatique, équipements de numérisation, de sauvegarde ou de secours) ; → le coût d’acquisition et de maintenance des logiciels ; → le coût des évolutions et de changement de logiciel/matériel (reprise des « anciens » fichiers) ; → les coûts éventuels de stationnement du personnel. Les composantes contingentes du coût induit d’un poste de secrétariat qui constituent plutôt des facteurs de risque : → le coût des heures payées pendant les périodes d’absence (vacances, maladie, absences contingentes…) : il est sur ce point nécessaire de consulter les statistiques sectorielles communiquées par la médecine du travail ; → le coût du personnel de remplacement (intérim ou externalisation temporaire). L’intérim reste encore exceptionnel dans le secteur médical libéral ; → le coût de dépannage et de réparation de tous les équipements nécessaires à la secrétaire.

Prokin’up - Le guide de gestion des kinés

27


Gestion des rendez-vous / GESTION DU CABINET

Les propres attentes du praticien et ses préférences

Pour comparer ce coût au coût d’une prestation externalisée, il convient de comptabiliser le nombre d’appels reçus par journée de travail car les sociétés de télé-secrétariat, dans leur grande majorité, facturent leur prestation en fonction du nombre d’appels reçus. Cette information peut généralement vous être donnée par votre installation téléphonique qui permet souvent d’enregistrer la trace des appels reçus par tranche horaire. Dans le cas contraire, il vous faudra tenir une comptabilité manuelle de ces appels pendant une période donnée ce qui risque d’être à la fois fastidieux et peu fiable ou alors accepter temporairement d’externaliser vos lignes auprès d’une société de télé-secrétariat pour obtenir un chiffrage précis de ces appels.

Les temps passés aux autres fonctions propres à la secrétaire salariée comparée à une société de télé-secrétariat sont plus délicats à chiffrer car ils ne sont pas directement « utiles à la relation patient » et se fondent dans la totalité des autres temps passés aux fonctions citées précédemment. Le calcul du coût de la fonction directement utile à la relation patient est ainsi fonction de cette proportion des « autres » temps correspondant à des tâches réalisées en totalité ou en partie par la secrétaire salariée : elle doit être appréciée par chaque praticien en fonction de son organisation. Au final La comparaison des coûts de chacune des solutions implique de chiffrer le coût par appel reçu de la secrétaire (coût unitaire traité en interne = totalité des coûts directs mensuels (a minima) + coûts indirects connus / nb d’appels reçus dans le mois) et de le rapprocher du coût d’une prestation de permanence externalisée qu’il convient de tester dans tous les cas avant de l’adopter. La décomposition des temps passés par fonction 28 Prokin’up - Le guide de gestion des kinés

→C  hoix et variété de solutions à disposition : les cabinets ruraux peuvent aussi utilement externaliser lorsqu’il ne trouve pas sur place des professionnels qualifiés. →D  egré d’urgence et de persistance du besoin à satisfaire.

© Irina MANSIEUX - Fotolia.com

Coût de fonctions annexes Les fonctions de la secrétaire ou de la télésecrétaire ne se limitent pas à la réception des appels patients. Pour pouvoir comparer les coûts, il convient aussi de faire en plus une estimation de la proportion de temps passée correspondant à l’ensemble des autres fonctions que remplit une secrétaire ou une société de permanence téléphonique, à savoir : l’accueil proprement dit des appelants (réponses à des demandes de renseignement autres que le rendez-vous), l’enregistrement informatique des messages ou des demandes d’information, le temps passé à transmettre ces appels et messages, la tenue de l’agenda dans le respect des consignes et de la vérification de la disponibilité des équipements utilisés par le praticien au cours de son activité.

→V  olonté, aptitude et inclination à « gérer du personnel ».

permet de faire une première estimation du coût de la fonction concernée. L’ensemble des coûts directs dans un premier temps permet de chiffrer le coût de la fonction d’accueil et de tenue d’agenda. Dans tous les cas, l’externalisation d’une fonction ne doit être faite qu’après l’avoir testée avant tout engagement contractuel : pour juger de la qualité de la prestation, le meilleur juge est votre patient. Là encore, n’hésitez pas à lui demander son avis.

5. Les attentes des patients Un autre critère, les attentes des patients, point qu’il ne faut pas oublier. Celles-ci sont fonction des caractéristiques sociodémographiques et socioprofessionnelles des populations concernées. Il est à mettre en perspective de la situation géographique et de la spécialisation du cabinet ; la situation géographique du cabinet qui influe sur plusieurs points : le profil des patients (âge, catégorie socio-professionnelle, type de pathologie…) et donc sur les attentes de ceux-ci en termes de rassurance, d’ambiance, d’attention, d’aptitude à se prendre en charge seul etc…

6. En fonction de la situation du cabinet → L’ancienneté du cabinet : celle-ci confère au praticien une connaissance qui lui permet de mieux connaître le niveau de charges fixes qu’il peut supporter. Cela est plus difficile pour un jeune praticien qui ne dispose d’aucun historique. Le taux de progression de l’activité mesuré en nombre de patients reçus et en montant d’honoraires encaissé permet d’avoir une bonne estimation du seuil de rentabilité. Il s’agit du montant d’honoraires encaissé à

→N  iveau et amplitude horaire de service au patient : l’externalisation permet de mettre à disposition la fonction sans pour autant la réaliser soi-même. Il en va par exemple de l’accueil téléphonique dès 7h00 du matin ou entre midi et 14H00, voire plus tard le soir. →C  ulture de gestion et arbitrage économique : l’externalisation peut utilement compléter la réalisation interne d’une ou plusieurs fonctions en vue d’atteindre des objectifs de résultats « au plus juste » coût de ressource, notamment en proportionnant le niveau de coût de ressource « possible ». Inversement, le niveau d’activité peut rendre plus économique la réalisation en interne des fonctions de gestion purement comptables et administratives jusqu’alors confiées à l’extérieur.

La logique de gestion : le tableau de bord pour piloter Enfin, l’ensemble de ces paramètres et critères de décision s’intègrent dans une logique de gestion. Celle-ci repose sur le suivi permanent d’un tableau de bord de gestion.

partir duquel il est possible de couvrir les frais fixes du cabinet. → Les conditions d’exercice du métier : seul ou en groupe la prise de décision relève d’un processus plus ou moins « libre ». → Situation géographique du cabinet : les cabinets ruraux ont souvent plus de facilité d’accueil mais moins de facilité à trouver les personnels formés.

7. La mixité Selon des critères qui demeurent objectifs, il est possible de mixer les 2 formules internalisation et externalisation, selon les paramètres suivants :


Gestion des rendez-vous / GESTION DU CABINET

Le taux de charge des activités par tranche horaire : celui-ci n’est pas linéaire, vous le savez. Aux heures d’activité les plus fortes par exemple, il est possible de faire coexister les 2 formules. À titre d’exemple, la réception d’appels est beaucoup plus forte à certaines heures de la journée qu’à d’autres. Dans ce cas, le « débordement d’appel » peut être confié à un prestataire extérieur. Cela est d’autant plus facile que de nombreuses

installations téléphoniques permettent le renvoi automatique des appels sur un poste externalisé au-delà d’un nombre de sonneries non décrochées. Le prestataire extérieur peut être entendu comme une solution de secours immédiatement opérationnelle car il connaît les consignes, en cas d’absence de la secrétaire habituelle. Le recours à une solution de secours est non

seulement un critère mais aussi un impératif souvent oublié : un prestataire extérieur peut être et doit être prévu pour les situations extrêmes que l’on appelle situation de crise. Dans tous les cas, tout cabinet devrait « sur l’instant » être capable de mettre en place un dispositif de remplacement, quelle que soit la fonction défaillante concernée, y compris dans le cadre d’une activité totalement internalisée.

Conclusion Si les spécialités et domaines d’application de la kinésithérapie sont nombreux, le niveau d’investissement requis en matériel est lui fonction de la dominante de spécialisation du praticien. Dans certains domaines de spécialisation, les investissements en équipement sont particulièrement conséquents et en appellent à un suivi et une maximisation du taux d’utilisation. De plus, même si cela n’est de loin pas encore ancré dans les pratiques de nombre de professionnels de santé, la part grandissante des activités non directement productives va contraindre les praticiens à devoir, de gré ou de force, prendre en considération de manière de plus en plus fine, l’analyse des activités dans une logique d’évaluation de la rentabilité financière du cabinet. Les regroupements qui se sont produits dans le secteur de la santé (pharmacie, laboratoire d’analyse, clinique etc…) n’en sont qu’à leurs débuts, qu’on le veuille ou non.

VOUS SOUHAITEZ EN FINIR

AVEC LES IMPAYÉS ?

NOUS AVONS LA SOLUTION UNE PRESTATION SUR MESURE

(prise en main du PC à distance) Traitement des rejets des caisses et mutuelles Gestion des impayés organismes et clients Paramétrage des mutuelles et conventionnements Facturation des actes non transmis Interventions régulières ou ponctuelles selon vos besoins www.practisante.com - 04 94 10 73 25 - 07 61 96 47 15 - contact@practisante.com

30 Prokin’up - Le guide de gestion des kinés


L’agenda connecté Daniel Enilorac I Mediakine.fr

L’agenda connecté, l’avenir des professionnels de santé ? Suivez le guide.

1. Pourquoi passer à l’agenda connecté ? Les agendas connectés répondent à des problématiques auxquelles sont confrontés beaucoup de masseurs-kinésithérapeutes. La principale problématique concerne le partage des agendas entre les praticiens au sein même du cabinet. Cela vire parfois au casse-tête avec des post-it sur les écrans. Lors d’un coup de fil, il faut transmettre l’appel au bon collègue. Tout cela est bien plus simple avec un agenda connecté quand le partage est possible. De plus, un agenda de ce type permet également le rappel par SMS pour diminuer les oublis. Il y a également d’autres avantages comme par exemple la visibilité sur internet, les applications mobiles, la traçabilité des rendez-vous etc… Le patient s’y retrouve aussi. Il n’est plus obligé de vous appeler pour connaître sa prochaine séance. Selon les plateformes, il peut recevoir un mail récapitulatif des séances à venir, le consulter depuis son compte, recevoir un rappel par mail. La prise de rendez-vous s’en retrouve simplifiée surtout s’il ne connaît pas son agenda à l’avance. Dès qu’il a connaissance de ses disponibilités, il peut faire une demande de réservation en ligne du créneau qui l’intéresse sans vous déranger. Enfin, il peut annuler son rendez-vous en ligne au plus tôt afin que vous puissiez agir en conséquence. Si par exemple, le patient a une urgence dans la nuit avec son enfant, il pourra facilement annuler son rendez-vous. De votre côté, vous

pourrez proposer ce rendez-vous à une autre personne ou faire vos papiers sans devoir attendre le patient qui ne vient pas.

2. Le contrôle de votre agenda Premier point de contrôle, vérifiez bien que vous pouvez garder la maîtrise que vous souhaitez sur votre agenda. Il est hors de question de laisser le patient faire ce qu’il veut dans votre agenda. De base, la plateforme de prise de rendez-vous en ligne doit permettre de pouvoir bloquer la prise de rendez-vous en ligne pour les nouveaux patients ou pour tout le monde. Deuxième point, il est important que le patient ne puisse réserver que les créneaux que vous avez définis et surtout que vous ne vous retrouviez pas avec deux patients sur le même créneau. Généralement, ces points sont vérifiés sur la plupart des plateformes. Les meilleurs agendas iront jusqu’à donner la possibilité de définir le nombre de rendez-vous par patient et par semaine voire même la définition d’une tranche horaire pour chaque patient pour les créneaux réservables en ligne.

3. Le degré de personnalisation de votre agenda Un autre point important à vérifier est le degré de personnalisation de votre agenda. Est-ce que vous pouvez définir la durée des séances que vous voulez ? Pouvez-vous mettre des séances en parallèle ? À titre d’exemple, est-ce que vous pouvez mettre à cheval deux séances d’une heure si vous souhaitez travailler 30 minutes avec vos patients puis les laisser

faire 30 minutes d’exercices. Aujourd’hui, ces points peuvent vous paraître sans importance mais votre agenda ne doit pas vous bloquer si vous souhaitez changer votre méthode de travail (nouvelle formation, changement de rythme etc.). Une autre caractéristique à inspecter et qui peut s’avérer pratique est la possibilité d’inclure vos rendez-vous personnels dans votre agenda. De cette manière, vous n’avez pas plusieurs agendas à consulter. Cela peut paraître anodin mais ce n’est pas le cas partout.

4. Partage et confidentialité Parmi les plateformes proposant un agenda connecté, tous masquent votre agenda aux patients. Ce dernier ne doit pouvoir voir et réserver que les créneaux disponibles. Cependant pour le travail en cabinet, ils ne proposent pas tous le partage avec les collègues. Un point fort est de pouvoir configurer ce que l’on souhaite partager (l’agenda par exemple) de ce que l’on ne souhaite pas partager (les rendez-vous personnels ou la configuration du compte).

5. Les applications mobiles Gadget diront certains. Indispensable pour d’autres. Il faut avouer que ne pas avoir à allumer son ordinateur le soir pour savoir à quelle heure on commence le lendemain est très confortable. Il faut bien distinguer l’application mobile et un site internet qui s’adapte au mobile. Dans le premier cas, il s’agit bien d’une application téléchargeable sur l’Apple Store, Google Play ou le Windows Store. Dans le second cas, il s’agit juste d’une adaptation du site pour une navigation sur mobile.

© undrey - Fotolia.com

Avec la démocratisation du smartphone, internet devient accessible de partout. Autrefois cantonné à la maison et au cabinet, internet s’est invité dans nos transports, lors des domiciles, n’importe où ou presque. Cette révolution change les habitudes des praticiens en profondeur. La mobilité numérique est entrée dans les mœurs. Les applications accessibles en tout lieu et sur tout type de support (ordinateur, tablette ou smartphone) abondent. Que ce soit la sauvegarde dans le cloud avec des applications comme dropbox, la musique ou le streaming, ces concepts ne sont plus étrangers. L’agenda papier a lui aussi droit à sa révolution. L’avènement, la disponibilité et la fiabilité d’internet ouvrent la voie à des applications innovantes. Ce nouveau marché a permis l’émergence de nouveaux acteurs. On peut citer MonRdvKiné, Doctolib, Docorga ou encore KelDoc. Chacun regorge d’innovations. Dans cet article, on va vous aider à décrypter les offres.

Prokin’up - Le guide de gestion des kinés

31


Gestion des rendez-vous / GESTION DU CABINET

L’avantage des applications mobiles est qu’elles peuvent tirer le meilleur parti de votre téléphone avec surtout la synchronisation de l’agenda pour une consultation hors ligne de votre agenda et des fiches des patients. Les applications mobiles sont conçues pour consommer moins de données dans votre forfait en ne téléchargeant que les informations utiles. Pour vérifier si une application mobile est disponible, le mieux reste encore de vérifier par vous-même dans l’Apple store, Google Play ou le Windows Store.

6. Les rappels par SMS Selon les plateformes, les SMS peuvent être inclus à votre forfait. Lorsqu’ils font partie de votre abonnement, généralement le SMS de rappel de rdv est activé pour tous les rendez-vous. C’est bien mais vous le payez. Si vous souhaitez faire baisser la facture, certaines plateformes proposent les SMS hors de l’abonnement. L’avantage est d’avoir un abonnement moins élevé et vous payez uniquement les SMS que vous consommez. Très pratique lorsque vous ne souhaitez le rappel SMS que pour certains patients.

7. Votre visibilité sur le net

parmi les non adhérents. Même si vous êtes mis en avant dans une recherche générale, lors d’une recherche localisée vous aurez toutes les chances d’être relégué. Si l’annuaire est offert par quasiment toutes les plateformes, il est moins vrai pour les sites internet. Souvent basique, il vous offre un espace sur internet pour présenter votre cabinet et vous-même, mettre un plan interactif, un formulaire de contact, vos horaires. C’est également l’emplacement pour vous démarquer avec vos formations (McKenzie, Busquet, thérapie manuelle etc…), votre matériel ou autre. Certains patients y sont de plus en plus sensibles de par leurs expériences ou conseils reçus. Si vous souhaitez développer une activité en particulier, c’est l’occasion de la mettre en avant. Lorsqu’il est proposé, vérifiez la facilité de configuration de site. Est-ce que vous pouvez le faire sans connaissance technique et sans intervention extérieure. Avoir un site internet, c’est bien. Encore faut-il que vos futurs patients le trouvent. C’est pourquoi il est important de vérifier que le référencement est proposé. C’est ce qui fait que les patients vous trouveront sur les moteurs de recherche. C’est ce qu’on appelle le référencement naturel ou encore SEO pour « search engine optimized ».

Un site internet est votre vitrine sur internet. La grande majorité des kinés néglige leur visibilité sur internet et pourtant un nombre croissant de patients cherche leur praticien par ce biais. Ils doivent alors se contenter d’annuaire généraliste n’offrant que l’adresse et le numéro de téléphone.

De plus, il peut être bon de vérifier que le site s’adapte à une visualisation sur mobile. Plus de la moitié des recherches sur Google sont faites à partir d’un mobile. De ce fait, le moteur de recherche privilégie ceux qui s’y adaptent le mieux.

Toutes les plateformes d’agenda connecté offrent a minima un annuaire permettant de trouver son praticien avec des informations à jour et plus détaillées. Du fait que ces plateformes proposent un agenda connecté, le patient peut voir vos disponibilités et prendre un rendez-vous. C’est un plus non négligeable.

8. La proposition de rdv par mail ou SMS

Faîtes attention aux annuaires qui listent par défaut tous les praticiens de la profession sans qu’ils soient abonnés. Si vous souscrivez à l’agenda de ces plateformes, vous serez noyés

C’est une fonctionnalité très attendue et particulièrement adaptée aux kinés. Son efficacité est redoutable. Elle vous permettra de compléter une séance en un minimum d’effort et sans téléphone même si le rendez-vous est dans deux heures. Imaginez que vous ayez un patient qui annule sa séance. C’est assez courant. Maintenant, imaginez

qu’en quelques clics, vous proposez ce créneau à un autre patient. Il reçoit un mail et/ou un SMS qui lui permette de confirmer instantanément le rendez-vous, même sans compte en ligne, que ce soit grâce à un lien internet ou en répondant directement au SMS. Vous recevez la notification directement dans votre compte et le rendez-vous, est confirmé. Vous n’avez pas à décrocher votre téléphone. Votre séance en cours n’est que très peu perturbée. Quant à votre patient, il peut confirmer son rendez-vous en quelques gestes même pendant une réunion. Ce pouvoir propulse votre agenda dans une toute autre dimension. Vous remplirez vos journées dites « gruyères » en un clin d’œil. Vous ne pourrez plus vous en passer.

9. Du confort, plus de temps avec vos patients et des économies à la clef ! Un agenda connecté vous apportera un confort d’utilisation conséquent. Vous n’êtes plus obligé de déranger vos collègues pour connaître leurs disponibilités. Les patients téléphonent moins. Ils peuvent annuler en ligne même le soir. Cette simplicité d’annulation n’est pas à craindre. Bien au contraire, cela vous évite de constater à l’heure du rendez-vous que votre patient ne viendra pas. S’il vous prévient suffisamment tôt, vous pourrez remettre un créneau libre pour une réservation en ligne. Mieux encore, vous pourrez le proposer à un autre patient par mail voire par SMS avec un mode confirmation plus rapide. Grâce à ce genre de plateforme, vous passerez plus de temps avec vos patients. Le téléphone sonnera moins, la prise de rendez-vous pouvant se faire en ligne et les patients ayant un récapitulatif de leur rendez-vous par mail, sur leur compte ou par rappel SMS. De même, vous passerez moins de temps pour la prise de rendez-vous en fin de séance. Vous trouverez vos créneaux libres en un clin d’œil. Concernant la feuille des séances à venir, vous n’aurez plus besoin de la faire.

Conclusion Selon les tarifs proposés, il faut entre 1 et 6 rendez-vous comblés pour que l’opération soit transparente. Sachant que vous bénéficierez de tous les autres avantages de ce genre de plateforme. Si vous prenez également en compte votre visibilité accrue sur internet sans avoir à faire développer votre site, vous économisez entre 5 et 15 € par mois pour la même gamme de site internet. Alors ? Lancez-vous…

32 Prokin’up - Le guide de gestion des kinés


Prokin’uP

Tous les conseils pour optimiser la gestion de votre cabinet Modes d’exercice, comptabilité, logiciels et informatisation, locaux, véhicule, banque, prévoyance, assurances, retraite… Consultez l’édition 2015 gratuitement en ligne sur www.professionkine.com

Pour recevoir chez vous l’édition 2017, abonnez-vous dès maintenant !

45€

1 an d'abonnement

68 €

L’abonnement d’un an comprend : ➜ 4 numéros de la revue Profession Kiné ➜ 2 suppléments : Le Guide des Formations Kinés et Le Guide de gestion PROKIN’UP ➜ Accès illimité aux archives de la revue : tous les anciens numéros et plus de 600 articles répertoriés avec moteur de recherche sur www.professionkine.com ➜ 2 mois d’essai gratuit à Physiotec, programme d’exercices à domicile pour vos patients


Plus de 600 articles téléchargeables sur professionkine.com

Bulletin d'abonnement

à découper ou à photocopier, puis à retourner complété à : Format Presse - Service abonnement Profession Kiné Parc Altaïs - Vivacité Bat B.- 21 rue Andromède - 74650 Chavanod. Règlement par chèque à l'ordre de Format Presse

❏ Oui, je m'abonne à Profession Kiné (incluant le Guide des Formations et Prokin’up) • France métropolitaine

❏ 1 an . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

• étranger et DOM / TOM 68€ 45€

❏ 1 an . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

88€ 65€

❏ 2 ans. . . . . . . . . . . . . . . . . 136€ 80€

❏ 2 ans. . . . . . . . . . . . . . . .

176€ 120€

❏ 3 ans. . . . . . . . . . . . . . . . 204€ 110€

❏ 3 ans. . . . . . . . . . . . . . .

264€ 170€

Nom* :. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Prénom* : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Adresse* : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .........................................................................................................................

Code postal* : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Ville* : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Pays* :. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Date de naissance : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

2 mois d’essai gratuit

à Physiotec pour tout abonnement à Profession Kiné* Physiotec, programme d’exercices à domicile. Avec Physiotec, les patients ont accès à leur programme d’exercices à domicile en ligne à partir de leurs smartphones, de leurs tablettes ou de leurs ordinateurs.

www.physiotec.ca

Téléphone : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . E-mail* : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . *Champs obligatoires. Conformément à la loi du 06/01/78, ces informations peuvent donner lieu à l'exercice du droit d'accès et de rectification auprès de nos services. Vous pouvez vous opposer à ce que vos nom et adresse soient communiqués ultérieurement.

*Offre valable jusqu’au 30 septembre 2016


Recrutement gestion du cabinet

Le recrutement

Jean-Marc Buannic I Persuaders RH

Faire feu de tout bois

Souvent négligé dans un cabinet, le recrutement devient de plus en plus important. Recruter un collaborateur, un assistant, un remplaçant ou une secrétaire (poste primordial), demande quelques notions de base. Pour ne pas se tromper, ou le moins possible, il est intéressant de se poser une série de questions avant tout. Comment faire un bon recrutement ? À quoi faut-il faire attention en termes de comportement ? Comment être rassuré ? Faut-il faire des prises de références ? Faut-il faire une journée test ? On peut aussi faire une sorte de mini guide du bon recrutement, comment faire pour ne pas se tromper pour limiter les risques ? Exemple : leçon 1 : Savoir ce dont on a besoin, quel est le profil idéal ?, leçon 2, leçon 3…

Leçon 1 : quoi ? Préparer ce que l’on recherche. De quoi ai-je besoin ? Un mentor, un confident, un ami, un salarié, un collaborateur…? Doit-il être indépendant ? Doit-on envisager une association ? Si je le salarie, combien puis-je le payer ? Faut-il l’intéresser au CA ? Quel est le montant de mes charges ? Faut-il que je lui loue un box ? Quel est le profil idéal ? Quel va être son histoire, son bagage ? Est-il en début de carrière ou est-ce un profil confirmé ? Qu’est-ce que j’attends de lui ? Un associé, un collaborateur, un salarié…. Posez-vous toutes ces questions en amont de votre recherche. Cela vous permettra de gagner temps, énergie et juste de ne pas vous tromper de cible.

5 colonnes de 1 à 5 en face d’une quinzaine de lignes maximum reprenant les 7/8 compétences-clés et 7/8 qualités. Vous n’aurez plus qu’à cocher durant l’entretien. BRAVO vous venez de créer votre guide d’entretien !

Leçon 3 : le choix Maintenant que vous savez ce vous recherchez, vous allez communiquer. Vous allez pouvoir exercer votre créativité et laisser libre cours à votre imagination (pas trop débordante quand même). Cette étape est fondamentale car elle va vous permettre d’avoir le choix. Le choix de quoi me direz-vous ? Le choix du bon candidat tout simplement. Car plus vous aurez de réponses à votre annonce plus vous aurez l’opportunité de rencontrer la bonne personne !! Eh oui c’est tout simple le recrutement !

Leçon 4 : rédaction

Leçon 2 : structurer

Rédigez-la en présentant les atouts de votre projet. Vous, le cabinet, l’ambiance, les patients, la situation géographique…. « Vendez-vous » en mettant en avant les éléments les plus positifs de votre quotidien. Vous êtes fier de vous non ? Eh bien communiquez ! Donnez envie au collaborateur de vous rejoindre. Sur un marché en pénurie de candidats, vous vous devez de faire la différence et de recruter les meilleurs, donc n’ayez pas peur.

Lister scolairement les compétences ainsi que les qualités attendues. Organisez-les par grandes familles. Préparez une grille simple mais efficace de lecture de l’entretien.

L’annonce, pour être efficace, doit être rythmée et non verbeuse. Elle doit plaire au plus grand nombre. Votre objectif est ici de susciter un intérêt, un volume vous permettant ensuite

36 Prokin’up - Le guide de gestion des kinés

Votre annonce est rédigée. C’est bien mais que fait-on maintenant ? Diffusez-la autour de chez vous. Parlez-en autour de vous, auprès de vos prescripteurs, médecins, pharmaciens, clubs et salles de sport. Diffusez-la sur internet, sur des sites gratuits de type Pôle Emploi, Leboncoin, ou des sites spécialisés… Vous avez des retours ? C’est bon signe. Ne reste plus qu’à sélectionner le meilleur profil .

Soyez méthodique Imprimez les CV reçus, classez-les dans une pochette CV. Annotez simplement chaque CV d’un +, +/-, -. Et préparez-vous à les appeler.

Des questions ouvertes… des questions ouvertes Ouvrez le débat et posez un maximum de questions ouvertes. • Que recherchez-vous ? Pour quelles raisons ? Quelles sont vos attentes ? Quelles sont les pistes que vous avez ? • Ne dites pas : Vous êtes parti de votre précédente expérience en démissionnant. C’est bien cela ? Mais plutôt : Pour quelle raison êtes-vous parti de votre dernier poste ? • Ne dites pas : Vous avez en général 30 patients par jour, n’est-ce pas ? Mais plutôt : Combien de patients avez-vous par jour ? Cela vous permet de laisser parler et de noter les décalages qu’on peut rencontrer entre un CV et une rencontre physique. Si le candidat est en phase, prenez rendez-vous de suite, sinon rangez-le dans la pochette +/- ou -.


d’avoir le choix. Trois étapes sont à respecter dans l’annonce : l’environnement, la mission et le profil. Commencez par présenter le cabinet et ses points de différenciation, puis présentez les 4/5 missions principales et finissez par le profil attendu. Concluez par : « voici ce que nous vous apportons » (et là c’est le coup de grâce car peu d’employeurs le font !).

Leçon 5 : préqualification téléphonique Mettez-vous en condition de ne pas être dérangé. Votre journée est terminée, vous avez une heure entre 2 patients, prenez votre téléphone et allez-y ! Prenez 15 mn avec chacun afin d’avoir un premier avis sur leurs compétences et personnalités. Forcez-vous à chaque fin de conversation de noter les points plus et points moins de ce que vous avez entendu. Ceci sur les compétences et sur la relation humaine. Prenez la grille d’entretien et notez d’une couleur que vous garderez pour tous vos contacts téléphoniques. Vous choisirez une nouvelle couleur pour noter l’entretien physique.

Leçon 6 : la bonne impression Prévoyez le temps nécessaire. Un retard de sa part, de la vôtre, tout peut arriver. Donnez-vous les moyens d’une belle rencontre. Prévoyez une pièce ou salle confortable, une assise stable et un bureau rangé le mettant dans des conditions idéales. Proposez une boisson, demandez-lui si il n’a pas eu de souci pour trouver le cabinet, s’il connait la région…. Bref vous vous devez de réduire son stress ou anxiété. Vous en savez plus sur lui que lui sur vous à ce moment. Vous avez tout comme lui 2 minutes pour faire bonne impression.

Leçon 7 : l’entretien Prenez la grille d’entretien (leçon 2) ainsi que le CV du candidat. Vous êtes chez vous. Vous devez lancer l’échange. Une idée peut être de lui présenter la structure de la rencontre : « je vous propose que nous passions 1 heure ensemble, l’idée est de nous connaître mutuellement. Ce que l’on peut imaginer c’est que vous vous présentiez puis je vous parlerai du cabinet. Cela

vous convient-il ? » Cela m’est rarement arrivé qu’un candidat me dise non . L’intérêt de cette méthode est que vous ne perdiez pas de temps. Ainsi, si la présentation du candidat ne vous satisfait pas, vous pourrez gagner du temps sur celle du cabinet et abrégez vos souffrances ! L’entretien sera écourté.

Leçon 8 : poupées russes ! C’est-à-dire ? Mais encore ? Pourquoi ? Vous pouvez m’en dire plus ?… Cherchez, cherchez la toute toute petite poupée. Ne vous contentez pas d’informations généralistes mais allez chercher les informations qui vont vous permettre d’avoir un avis étayé. Ne vous satisfaites pas d’un « j’aime bien » ou « je n’aime pas ». Rebondissez dans l’échange, creusez, posez-vous la question si vous vous voyez travailler ensemble et pourquoi.

Mais aussi : Intéressez-vous à l’autre. Laissez-le s’ouvrir et se dévoiler. Ayez une attitude positive, soyez agréable, mettez vous dans une logique de confiance.

Conclusion Après toutes ces démarches, recherches, entretiens, prenez votre temps mais souvenez-vous d’un point : dans le doute, aucun doute… N’avancez pas avec ce collaborateur. Assumez ce côté animal ou 6e sens qui nous permet de ne pas nous mettre en danger !

Avoir recours à une société de nettoyage : avantages / inconvénients Fabienne Appéré I Melkart

Pour assurer la propreté de ses locaux, on en vient souvent à s’interroger sur le fonctionnement à mettre en place à savoir : est-il plus judicieux d’embaucher un salarié, dont la seule fonction sera d’assurer le nettoyage des locaux ou d’avoir recours à une société de nettoyage ?

L’embauche d’une femme de ménage entraîne l’accomplissement, le suivi de formalités et de règles juridiques. a. Les formalités Les formalités sont essentiellement déclaratives et liées au paiement du salaire et des charges sociales. À échéances régulières, l’employeur doit procéder à des opérations liées à la paie de la femme de ménage : chaque mois, il doit verser un salaire à sa femme de ménage et lui rédiger et donner un bulletin de paie. Chaque

trimestre, il doit calculer, verser des charges et envoyer une déclaration nominative trimestrielle à l’URSSAF. b. Au niveau juridique Les règles juridiques sont celles liées à l’emploi d’une femme de ménage, à savoir : établir un contrat de travail en application du Code du Travail et d’une convention collective (incluant le paiement de congés payés, la médecine du travail, et la gestion en cas de licenciement). Ce contrat de travail sera lié à la convention collective applicable incluant le respect d’une classification d’emploi, le paiement d’un salaire minimum, l’attribution d’avantages en nature et la durée du travail.

© Andrey Popov - Fotolia.com

1. Quelle est la législation sur l’embauche d’une femme de ménage ?

Prokin’up - Le guide de gestion des kinés

37


Recrutement / GESTION DU CABINET

pour laquelle elle cherchera à rogner sur ses coûts de nettoyage, en passant d’une intervention quotidienne à une intervention hebdomadaire, par exemple. Une telle flexibilité n’est pas possible si l’entreprise recourt à un salarié en contrat à durée indéterminée.

Il est donc essentiel de bien s’informer et de faire preuve de rigueur dans l’embauche d’une femme de ménage afin de remplir toutes les conditions à devenir employeur.

Dès qu’un contrat est signé avec l’entreprise de nettoyage, ses équipes s’occupent de tout, et le chef d’entreprise peut légitimement tourner son attention vers des sujets plus importants. Le prestataire délègue un chef d’équipe qui s’occupera de la mise en œuvre du contrat, et des relations avec le client. Il pourra ainsi prendre en compte les éventuelles réclamations du client, ou faire des suggestions d’amélioration des processus, permettant ainsi une augmentation de la productivité.

© Kzenon - Fotolia.com

Attention ! Le respect des formalités déclaratives est impératif. En cas de non-respect, le particulier employeur encourt des poursuites et condamnations judiciaires sous forme d’amende voire d’emprisonnement pour délit de travail dissimulé (travail au noir).

2. Est-ce plus intéressant de passer par une société de nettoyage ? Une entreprise de nettoyage a bien des avantages – entre autres celui de ne pas faire supporter au client des coûts sociaux élevés afférents à l’emploi de salariés dédiés à la tâche de nettoyage. Il faut en effet non seulement régler le salaire de l’agent, mais aussi les charges patronales élevées, ainsi que les coûts annexes : congés payés, avantages sociaux découlant de la convention collective, établissement d’un bulletin de paie, formation continue, etc. Le travail d’une entreprise de nettoyage est hautement normalisé, et est devenu beaucoup plus technique que la tâche traditionnelle de nettoyage ne le laisse supposer. Ainsi, une entreprise souhaitant salarier une personne à temps plein pour effectuer le nettoyage de ses locaux devrait également en salarier une autre pour la superviser, la former, et assurer la conformité de son travail aux normes de l’AFNOR. Le contrat d’une entreprise de nettoyage, à la différence de celui d’un salarié, est en outre relativement flexible. En cas de difficultés économiques, une entreprise souhaite tout naturellement réduire ses coûts. C’est la raison

Le personnel qualifié et formé de l’entreprise de nettoyage pourra appliquer les méthodes de nettoyage industriel avec ses propres outils, produits et savoir-faire. Ainsi, le client n’aura pas besoin de se préoccuper des avantages et des inconvénients de l’utilisation de la mono-brosse et de l’aspirateur à eau sur sols plastifiés : le problème de la propreté des locaux est désormais le problème de l’entreprise de nettoyage.

3. Comparer les 2 possibilités et argumenter Il appartient à chacun de se poser les bonnes questions sur le fonctionnement qu’il souhaite mettre en place pour le nettoyage de ses locaux. a. Un salarié L’embauche d’un salarié dédié à cette unique fonction nécessite un minimum de connaissances juridiques et administratives. Par ailleurs la gestion du personnel nécessite du temps, d’un aspect managérial mais aussi fonctionnel (gestion des stocks, arrêts maladie, accident de travail, congés payés,…). Cependant on peut tenir compte du fait que le salarié affecté aura une connaissance parfaite de sa tâche exclusive et que les coûts en seront réduits du fait de la limitation des intermédiaires. b. Une entreprise Au sein d’une entreprise de nettoyage, c’est votre interlocuteur commercial qui définira avec vous les moyens à mettre en œuvre pour répondre à vos besoins : le nettoyage

proprement dit, le remplacement des fournitures sanitaires (papier WC, savon, essuie-main, etc.), les missions complémentaires (lessivage à sec, traitement des sols fragiles, lavage des vitres, etc.). Il vous appartiendra d’indiquer le type et la surface des locaux que vous voulez faire nettoyer ainsi que la fréquence et l’heure de nettoyage souhaitées. Dans le processus de sélection d’une entreprise de nettoyage, il est fondamental de comparer les prix. Effectuez donc une demande de devis auprès d’une entreprise de nettoyage afin de retenir le prestataire correspondant le mieux à vos attentes, à noter que les coûts d’une entreprise de nettoyage seront naturellement plus bas si elle se trouve être basée près de vos locaux (le coût de transport des agents de nettoyage étant souvent à la charge de l’entreprise les employant).

Dans le processus de sélection d’une entreprise de nettoyage, il est fondamental de comparer les prix. Après avoir reçu les devis de différentes entreprises de nettoyage, n’hésitez pas à vous rendre sur le site web de chacune d’entre elles. Vous pourrez éventuellement y trouver des éléments importants pour jauger leur professionnalisme, à l’instar de leur démarche de formation salariale, de leurs accréditations ou encore des organisations professionnelles dont ils pourraient être membres. L’entreprise de nettoyage ayant retenu votre attention procèdera ensuite à une visite et à un audit des locaux, afin de prendre connaissance des spécificités du lieu à nettoyer, ainsi que des éventuelles difficultés d’intervention. Elle pourra ainsi établir un devis, dimensionner et composer, de la manière la plus efficace possible, l’équipe de nettoyage en charge de vos bureaux.

Conclusion Comme vous avez pu l’analyser, les arguments en faveur de l’une ou l’autre des solutions se traduisent souvent par un investissement personnel ou des coûts différents. A vous de trouver la formule la plus adaptée.

38 Prokin’up - Le guide de gestion des kinés


Embaucher du personnel : mode d’emploi Roxane Nojac I Fiducée

Pour les besoins de son activité, le cabinet peut avoir besoin de recruter. Obligations sociales et juridiques, intérim, fiscalité de l’embauche et facilités déclaratives : le point sur le cadre de l’emploi par le professionnel à son compte lui-même ou dans une structure sociale. Que le kinésithérapeute exerce son activité professionnelle sous la forme d’une entreprise individuelle, qu’il ait opté pour une société de capitaux (SELARL, SELAFA) ou pour un regroupement du type SCM, les formalités liées à l’embauche d’un salarié sont les mêmes. Des étapes à connaître par tout employeur qui n’externalise pas sa mission ressources humaines.

En outre les CDD de courte durée sont dans le viseur des pouvoirs publics et font l’objet d’une surtaxe : une majoration de la contribution de l’assurance chômage. Ce taux de majoration est fixé à 7 % pour les contrats d’une durée inférieure ou égale à un mois, à 5,5 % pour les contrats d’une durée supérieure à un mois et inférieure ou égale à trois mois lorsqu’ils sont conclus pour un accroissement d’activités, et 4,5% pour les autres CDD conclus pour une durée inférieure ou égale à 3 mois. Précisons que dans le cadre actuel de la discussion de la loi El Khomri sur le travail, une hausse de cette surtaxe pourrait être au programme.

1. CDD, CDI : choisir le bon contrat a. Le CDD : le coût de la souplesse Recourir au CDD est une bonne solution pour pallier un accroissement temporaire d’activité ou remplacer un salarié en congé maternité par exemple. Le recours au CDD reste toutefois une solution relativement coûteuse, puisque devront être versées des indemnités destinées à compenser la précarité. Le salarié reçoit en fin de contrat une indemnité dont le montant ne peut pas, en principe, être inférieur à 10 % de la rémunération totale brute perçue durant l’exécution de son contrat. Il perçoit également une indemnité compensatrice de congés payés au titre du travail effectivement accompli durant le contrat, quelle qu’en ait été la durée, si les congés n’ont pas été pris pendant la durée du contrat. Son montant se base sur la rémunération totale brute incluant l’indemnité de précarité précédemment calculée et ne peut être inférieur à 10 % de cette rémunération totale brute due au salarié.

courte durée sont dans le viseur des pouvoirs publics et font l’objet d’une surtaxe…

Réaliser une déclaration préalable à l’embauche (DPAE), au moyen d’un formulaire disponible auprès de l’URSSAF, par échanges de données informatisées (www.service-public.fr/professionnels-entreprises/vosdroits/R14530). Ne traînez pas : la déclaration doit parvenir à l’Urssaf au plus tôt dans les huit jours précédant l’embauche. Il convient également d’inscrire ce nouveau salarié sur le registre unique du personnel. L’employeur doit ensuite procéder aux formalités d’affiliation du salarié aux organismes de retraite complémentaire relevant de l’AGIRC et de l’ARRCO. Enfin, une visite médicale d’embauche devra avoir lieu avant la fin de la période d’essai.

Deuxième étape Établir un contrat de travail dont un exemplaire devra être remis à votre salarié. Même si la rédaction du contrat n’est en principe pas obligatoire, elle est conseillée afin que chacun, employeur et employé, soit fixé sur ses obligations. Ce contrat peut être à durée indéterminée (CDI) ou à durée déterminée (CDD). de fiabilité. La solution de l’intérim apporte un vrai confort au professionnel puisqu’elle lui donne plus de flexibilité en cas d’accroissement très ponctuel d’activité, remplacer un congé maladie par exemple. Il peut aussi y recourir en cas d’opportunité d’embauche mais sans réelle visibilité à moyen ou long terme, ce qui lui permet de tester en amont les candidats et de s’assurer de la nécessité de créer un tel poste. Le cabinet n’a pas à faire le recrutement, ni à rédiger le contrat de travail ni à éditer les fiches de paie. Une solution sécurisante pour le professionnel mais qui n’est pas à la portée de toutes les bourses puisque la rémunération de l’agence d’intérim vient alourdir les charges du cabinet.

2. Déductibilité des dépenses de personnel et des charges salariales

© mariesacha - Fotolia.com

…les CDD de

b. Le CDI pour une collaboration pérenne La signature d’un CDI s’impose lorsqu’on envisage une collaboration pérenne. Son principal défaut, aux yeux de certains employeurs : la nécessité de procéder à un licenciement pour y mettre fin, une procédure très encadrée et qui peut engendrer un vrai coût si l’employé a accumulé les années d’ancienneté. Il est donc essentiel de choisir le bon candidat et de se servir pleinement de la période d’essai pour valider son choix, c’est-à-dire ne pas hésiter à se séparer rapidement d’un collaborateur qui ne fait pas l’affaire. En amont, la rédaction d’une fiche de poste précise, des entretiens d’embauche réalisés avec soin permettront de trouver la perle rare, le collaborateur efficace, sérieux, ponctuel à même de s’insérer dans le cabinet.

Première étape

c. Les atouts de l’intérim Pourquoi recourir à l’intérim pour un recrutement ? Pour bénéficier du vaste fichier de candidats des agences, qu’elles connaissent bien pour les avoir déjà fait travailler, un gage

Outre le salaire net mensuel qui est versé au salarié, l’employeur doit verser aux organismes sociaux (Urssaf, Pôle Emploi, organismes de retraite complémentaire relevant de l’AGIRC et de l’ARRCO) les cotisations assises sur cette rémunération. Comment sont traitées ces charges au sein du cabinet ?

Prokin’up - Le guide de gestion des kinés

39


Recrutement / GESTION DU CABINET

Au sein de l’entreprise individuelle, le régime fiscal du réel permettra de déduire ces charges des résultats du cabinet. Le dirigeant sera soumis à l’impôt sur le revenu sur le solde de son chiffre d’affaires, une fois toutes ses charges déduites. Dans une société de capitaux, le bénéfice sera également calculé sur la différence entre revenus et charges acquittées. Les associés seront imposés à l’impôt sur le revenu sur leurs seules rémunérations perçues (salaires et dividendes) et non sur le résultat de la société.

Depuis le 1er janvier 2016, une couverture complémentaire santé collective obligatoire doit être proposée par l’ensemble des employeurs du secteur privé à leurs salariés, quelle que soit la taille de l’entreprise. Cette couverture santé intervient en complément des garanties de base d’assurance maladie de la Sécurité Sociale. Elle doit correspondre à un socle de garanties minimales : le panier soins minimum (dont la prise en charge du ticket modérateur sur les consultations, actes et prestations remboursables par l’assurance maladie, du forfait journalier hospitalier, etc.). Le financement de cette couverture collective, obligatoire pour l’employé, doit être pris en charge par l’employeur à hauteur de 50 %. La contribution est déductible du résultat imposable de l’employeur professionnel de la santé. Elle est également exonérée de charges sociales dans la limite pour chaque salarié de 6% du plafond annuel de la sécurité sociale (PASS) ainsi que 1,5% de la rémunération annuelle brute du salarié dans la mesure où le total de ces contributions exonérées ne dépasse pas 12% du plafond annuel de la Sécurité Sociale. Si ces sommes restent cependant soumises à la CSG et à la CRDS, elles sont exonérées du forfait social pour les entreprises de moins de 9 salariés.

4. Employer par la SCM : une formule adaptée Il n’est pas rare que le kinésithérapeute ait rejoint une SCM au sein d’un cabinet de groupe afin de partager les frais afférents à son activité professionnelle. Dans cette configuration, pour une embauche, les professionnels libéraux présents optent alors pour une signature du contrat de travail au nom de la SCM. Dès son immatriculation au registre du commerce 40 Prokin’up - Le guide de gestion des kinés

© vchalup - Fotolia.com

3. Mutuelle d’entreprise : une nouvelle obligation pour l’employeur

et des sociétés, la SCM possède une personnalité juridique propre. Elle peut donc valablement conclure un contrat d’embauche, une bonne formule pour recruter une femme de ménage ou une hôtesse d’accueil par exemple, dont l’activité bénéficiera à l’ensemble des associés de la SCM. Son salaire et ses charges sociales seront acquittés par la SCM sur son budget de fonctionnement. Celui-ci est abondé par les associés en fonction de la clé de répartition des charges de la SCM entre les

…créant une

réserve spéciale de trésorerie pour couvrir les droits acquis …

associés qui a été prévue dans les statuts. Il est préconisé d’anticiper l’avenir en créant une réserve spéciale de trésorerie pour couvrir les droits acquis par les salariés embauchés au titre de leur ancienneté. Cette précaution permet, le moment venu de ne pas faire

supporter aux seuls associés restés membres de la SCM la charge du licenciement ou du départ en retraite. Autre source de conflit à anticiper : la clé de répartition des charges prévue initialement est-elle adaptée au cas présent ? Certains associés bénéficient-ils davantage que leurs associés des services de l’employé, parce que leur activité entraîne un surcroît de travail ou parce que le salarié effectue pour eux des prestations complémentaires ? Dans certains cas, il sera utile de prévoir plusieurs clés de répartition des charges en fonction des différents postes de dépenses (locaux, plateau technique, personne, etc.).

5. Simplicité et gain de temps avec le titre emploi-service Pour le professionnel libéral, le titre emploi-service entreprise (TESE) peut constituer une bonne formule. Le TESE permet de simplifier les formalités sociales et administratives liées à l’embauche d’un salarié au sein d’une micro entreprise. Utilisé dans le cadre d’un CDD comme d’un CDI, pour une nouvelle embauche ou pour un salarié déjà en place, le TESE sert à tous les contrats. À la clé : un réel gain de temps pour le kinésithérapeute à l’emploi du temps le plus souvent déjà bien chargé.


Muni de son numéro Siret, l’employeur remplit tout d’abord un formulaire d’adhésion sur le site www.letese.urssaf.fr. Il remplit en ligne le volet d’identification pour son ou ses salariés qui lui permet de générer le contrat de travail de son salarié et sa déclaration préalable à l’embauche auprès de l’Urssaf. En parallèle, il doit se rapprocher des organismes sociaux (retraite complémentaire, prévoyance) afin de monter un dossier d’affiliation. Puis vient l’étape de la première déclaration de salaire qui s’effectue également en ligne. L’employeur doit indiquer les éléments nécessaires au

calcul des cotisations : heures travaillées, période d’emploi, éléments de rémunération. Ce volet social est transmis au centre national TESE qui se charge du calcul des cotisations sociales dues, de l’établissement des bulletins de paie ainsi que des déclarations sociales annuelles (Déclaration annuelle de données sociales - DADS, Déclaration sociale nominative –DSN effective dès 2017, etc.). Ces documents sont à la disposition du professionnel dans son espace employeur dans les jours qui suivent l’envoi du forfait social.

Le professionnel rémunère le salarié selon le moyen de son choix (virement, chèque). Le décompte des cotisations dues (Urssaf, assurance chômage, retraite complémentaire, prévoyance...) est mis à la disposition du kinésithérapeute dans son espace employeur. La somme totale est à régler chaque mois à l’Urssaf par prélèvement automatique ou par chèque. Restent à régler séparément aux organismes d’affiliation concernés, les cotisations de prévoyance et de retraite individuelle facultative, la formation professionnelle continue et la taxe d’apprentissage.

Conclusion Comme nous pouvons le constater, beaucoup de possibilités s’offrent au kiné pour embaucher. Les différentes options ont été listées, reste le rapport coût/travail pour l’employeur à évaluer pour choisir la solution la plus adaptée.

Likez la page Profession Kiné et rejoignez la communauté des masseurs-kinésithérapeutes passionn��s

toute l’actu kiné en un seul clic ! Prokin’up - Le guide de gestion des kinés

41


Assurances gestion du cabinet

Choisir une assurance adaptée pour protéger votre activité et vos biens professionnels en toutes circonstances ! Élisabeth Havis I Directeur Général Adjoint Production IARD et Santé, Marketing – Prévention, Groupe MATMUT

En tant que kinésithérapeute, votre premier réflexe en termes d’assurances consiste à souscrire une garantie responsabilité civile médicale pour répondre à une obligation légale. Cette protection incontournable vous protégera en cas de dommages corporels causés à un patient durant l’exercice de votre profession.

© StockPhotoPro - Fotolia.com

La seconde étape réside dans la protection de vos investissements professionnels - cabinet médical, équipements professionnels et médicaux – y compris en cas d’incident lors des visites à domicile chez vos patients. Si l’assurance multirisques professionnelle se révèle être une solution de premier plan pour une protection globale de votre activité, le choix d’une offre vraiment adaptée à vos besoins doit attirer toute votre attention. Décryptage…

1. L’assurance multirisques professionnelle, quel intérêt ? Que vous soyez jeune praticien récemment installé ou plus expérimenté, la pratique de votre métier n’est pas sans risques au quotidien ! Erreur de manipulation entraînant des séquelles corporelles chez un patient, cambriolage de votre cabinet, surtension entraînant la destruction de votre matériel informatique… Les risques sont réels et plus fréquents que l’on ne l’imagine. Véritable protection en cas d’incident durant votre activité, l’assurance multirisques professionnelle trouve tout son intérêt dans son large éventail de garanties : responsabilité civile médicale, locaux, biens professionnels… Ce type de contrat d’assurance « tout-en-un » permet donc de faire face à un grand nombre de risques et de sécuriser l’exercice de votre profession en cas de sinistre.

42 Prokin’up - Le guide de gestion des kinés

2. Contrats, formules, options… comment choisir l’assurance adaptée ?

Comparer et étudier le contenu de ces offres pour choisir une protection adaptée à vos besoins est une étape à ne pas négliger et qui vous évitera bien des déconvenues le jour du sinistre.

Le marché est composé d’une multitude d’assureurs, mais tous les contrats d’assurance multirisques professionnelle ne se valent pas. Le premier point réflexe consiste à s’orienter vers un assureur dont l’offre est spécialement conçue pour les professionnels de santé. Ces offres dédiées tiennent bien souvent compte de votre mode d’exercice - sédentaire ou itinérant - et des spécificités de votre métier, donc de vos besoins réels d’assurances.

…le choix d’une offre vraiment adaptée à vos besoins…


Matmut Caducée

L’assurance multirisques professionnelle des kinés

Pour une protection globale de votre activité (1) Protéger votre cabinet et vos équipements professionnels

Être accompagné en cas de litige ou d’incident

Garantie Responsabilité civile médicale professionnelle en cas de dommages corporels causés à un patient.

Local, mobilier, équipements, matériel informatique… protégés ! Incendie, vol, vandalisme, dégâts des eaux, dommages électriques, bris d’enseignes… couverts !

Protection Juridique Vie professionnelle (2) en cas de litige avec un patient, votre bailleur, un fournisseur…

Le Garantie Responsabilité civile médicale professionnelle sans franchise pour les dommages corporels.

Le Garantie Rééquipement à neuf pendant 2 ans pour le matériel médical, informatique et bureautique acheté neuf.

Assistance au local 24 h/24, 7 j /7 (1, 3) en cas de perte des clés de vos locaux, panne de chaudière, dégâts des eaux… y compris transfert du mobilier et matériel professionnel dans un gardemeuble en cas de sinistre.

Exercer en toute sécurité

Joindre un conseiller ✆ 02 32 95 35 92

Infos et devis en ligne matmut.fr/pro

520 Agences en France

Selon la ou les formules souscrites. Prestations de Protection Juridique Vie professionnelle réalisées par Matmut Protection Juridique, 66 rue de Sotteville, 76100 Rouen. Prestations d’assistance réalisées par IMA GIE et IMH. Document non contractuel. L’ensemble des garanties évoquées dans ce document s’applique dans les limites, plafonds et conditions définis au contrat. Matmut - Mutuelle assurance des travailleurs mutualistes - Société d’assurance mutuelle à cotisations variables Entreprise régie par le Code des Assurances - Siège social : 66 rue de Sotteville 76100 Rouen. Studio Matmut - Crédit photo : © Thomas Scherr - Fotolia.com (1) (2) (3)

EXT 7571 PROFKINÉ_185x240.indd 1

13/05/2016 14:56


Assurances / GESTION DU CABINET

Comment protéger vos équipements professionnels lors des visites à domicile chez vos patients ?

© Richard Villalon - Fotolia.com

Bien souvent, la garantie bris du matériel médical, informatique ou bureautique est acquise, y compris lors de vos déplacements au domicile de vos patients. Une protection bien utile si à la suite d’une maladresse, vous cassez votre table de massage ou si par mégarde, votre appareil ultrason ou votre lecteur SESAM Vitale vous échappe. Cette garantie est par ailleurs bien souvent étendue à vos préposés : salarié, assistant, stagiaire…

2.1 Objectif n° 1 : Protéger votre activité dans son intégralité Votre patrimoine professionnel représente de lourds investissements. Opter pour une assurance multirisques professionnelle permet une couverture globale : → Protection des locaux et des aménagements effectués - cloisonnement des salles de soin, espace de rééducation… - que vous soyez locataire ou propriétaire de votre cabinet. Bon à savoir : La présence d’une piscine ou d’un bassin de rééducation dans vos locaux doit faire l’objet d’une déclaration à votre assureur qui vous proposera une protection spécifique en cas de sinistre. → Protection du mobilier : bureau, fauteuils, armoires, dessertes, tables de massage, tabourets, électroménager dans votre coin cuisine… → Protection du matériel informatique et bureautique : ordinateurs, standards téléphoniques, box adsl, terminal SESAM Vitale… → Protection du matériel médical professionnel : électrostimulateurs, générateurs d’ultrasons, coussins chauffants, draps d’examens, produits de soins et d’hygiène… → Protection du matériel de rééducation : vélo elliptique, ergomètre, trampoline, stepper, plan de marche incliné, ballons de gym… Bon à savoir : Conservez soigneusement les factures des différents travaux d’aménagements entrepris et de vos matériels professionnels et médicaux acquis. Vous gagnerez un temps précieux lorsque votre assureur vous réclamera ces justificatifs lors d’un sinistre.

44 Prokin’up - Le guide de gestion des kinés

Il existe aujourd’hui des solutions de stockage en ligne, aussi appelées Cloud, qui ont l’avantage de conserver ces documents en lieu sûr et de les rendre accessibles à tout moment depuis n’importe quel terminal (ordinateur, smartphone…). 2.2 Objectif n° 2 : Protéger votre activité en toutes circonstances Les contrats d’assurance multirisques professionnelle proposent généralement un « pack » de garanties prévoyant une couverture globale contre les événements pouvant se produire dans votre cabinet : → responsabilité civile médicale, → incendie, explosion, → dommages électriques, → dégâts des eaux, gel, → vol, vandalisme, → bris de glaces et des enseignes, → bris de matériel médical, → évènements climatiques de type tempête ou inondation, → catastrophes naturelles, → pertes d’exploitation à la suite d’un sinistre, → perte totale ou partielle de la valeur vénale de la patientèle en cas d’arrêt ou de réduction définitifs de l’activité à la suite d’un sinistre. Ces contrats prévoient généralement en complément des garanties d’assistance 24h/24 - 7J/7 et de protection juridique. Des services très utiles pour votre vie professionnelle au quotidien ! La première vous permettra de bénéficier par exemple de prestations en cas de dégâts des eaux, comme le transfert provisoire de vos équipements en lieu sûr. La seconde vous permettra d’obtenir des avis et conseils mais aussi d’être défendu en cas de litige avec un patient, un fournisseur…

Point de vigilance : En ce qui concerne le vol de votre matériel professionnel au domicile de vos patients, la garantie n’est généralement pas incluse dans les contrats d’assurance multirisques professionnelle. Certains assureurs peuvent néanmoins vous proposer une couverture spécifique. Dans tous les cas, soyez vigilant et ne laissez pas vos équipements sans surveillance. Bon à savoir : Le vol de vos honoraires en espèces est prévu dans la plupart des contrats. La garantie est souvent, en plus, acquise en cas d’agression ou de menaces lors de vos visites à domicile ou lors du transfert à la banque.

Comment protéger vos matériels professionnels transportés dans votre véhicule ? Vérifiez les garanties de votre contrat d’assurance auto : elles prennent généralement le relais ! Si vous êtes amené à l’occasion de vos visites à domicile, à transporter du matériel professionnel, il est impératif de souscrire une garantie de type « matériels et marchandises professionnels transportés » pour être couvert en cas de sinistre ! Ce type de garanties, pour lesquelles certains assureurs vous proposeront de choisir le montant à garantir, peuvent intervenir dans plusieurs cas : → vol des biens professionnels transportés par effraction ou agression, → destruction des biens professionnels à la suite d’un accident, d’un incendie ou d’un événement climatique…


2.3 Objectif n° 3 : Être bien indemnisé en cas de sinistre

Une protection indispensable pour ces éléments qui constituent de lourds investissements.

même patrimoine professionnel qu’un cabinet avec plusieurs années d’existence.

→ Pour vos locaux La majorité des contrats prévoit une garantie en valeur de reconstruction estimée au jour du sinistre. Une sécurité majeure pour votre patrimoine immobilier professionnel que vous soyez propriétaire ou même locataire de votre cabinet.

→ Points de vigilance Vérifiez les montants déclarés dans votre contrat : capitaux mobiliers, chiffre d’affaires... Ils constituent la base d’indemnisation sur laquelle votre assureur s’appuiera en cas de sinistre. Ils doivent être le plus fidèle à la réalité.

Vérifiez également les franchises prévues dans votre contrat. Elles restent à votre charge en cas de sinistre et peuvent être exprimées en montants fixes ou en pourcentage.

→ Pour vos biens professionnels Là aussi la plupart des contrats prévoit une indemnisation en valeur à neuf pendant 2 ans pour votre mobilier, vos matériels professionnels ou appareils médicaux.

Bon à savoir : Pensez à les actualiser régulièrement au gré des investissements effectués au fil du temps. Un cabinet récemment créé ne contient pas le

Bon à savoir : Certains assureurs pourraient vous proposer des offres particulièrement attractives, avec un niveau de cotisation très faible mais d’importantes franchises. À vous de voir si votre trésorerie vous permettrait de financer ces franchises lors d’un sinistre.

Conclusion L’essentiel à retenir ! Si l’assurance multirisques professionnelle est une solution simple qui permet la protection de votre cabinet et de vos équipements professionnels, soyez vigilant sur le périmètre des garanties incluses et sur les éventuelles exclusions ou plafonds contractuels. Une précaution d’autant plus vraie, si vous souhaitez une couverture étendue lors des visites à domicile chez vos patients. Les garanties vol et casse du matériel professionnel/médical sont particulièrement concernées. Pour tout sinistre survenant dans votre véhicule, votre contrat d’assurance automobile peut prendre le relais à condition d’avoir, là encore, souscrit une garantie adéquate prévoyant une protection des équipements professionnels transportés. Enfin, d’une manière générale, veillez au niveau des franchises et des montants à garantir prévus dans vos contrats. Une précaution qui vous évitera de prononcer un jour : « Si j’avais su ! ».

Assurance tous risques et en tous lieux de votre matériel professionnel Thomas Beringer I Cabinet RISKMEDIA France

Votre matériel professionnel est de plus en plus onéreux, finis les cabinets avec seulement 1 ou 2 appareils d’électrothérapie et une table fixe. Actuellement la technologie amène tous les cabinets à investir dans un matériel qui avoisine bien souvent les 10 à 15 000 €. Il s’agit de votre outil de travail quotidien et vous vous devez d’être correctement assuré notamment en cas de casse ou de vol, que ceci se produise dans vos locaux professionnels, chez vous ou chez vos patients. Et cela à la hauteur de votre investissement.

1. Comment être certain que votre contrat actuel vous couvre correctement ? Voici donc quelques questions à vous poser et à poser aux assureurs spécialisés afin de vous couvrir le plus précisément possible. Où est assuré mon matériel ? Uniquement dans les locaux professionnels ou en tous lieux et notamment chez moi et chez mes patients ?

La plupart du temps le matériel est assuré par un contrat Multirisques Professionnels qui couvre votre cabinet en incendie, dégâts des eaux ou vol.

« Bris de Machines »). Il doit assurer tous les dommages que peuvent subir vos outils, la casse et le vol en priorité.

Les contrats Certains contrats proposent d’étendre les garanties à la « casse » et parfois vous propose d’assurer une certaine valeur en dehors de votre local. Mais il faut être très conscient que ce type de contrat n’est pas forcément adapté à votre matériel. Par exemple le vol en véhicule est rarement assuré ou alors avec des restrictions très importantes, la casse chez vos patients ou à votre domicile est très souvent exclue, les franchises sont élevées, etc… Un bon contrat doit être souscrit uniquement pour garantir votre matériel pro et pas dans un contrat qui couvre tout ! Ce contrat se nomme « Tous Risques Matériels » (ou parfois

2. Fixe ou mobile Les assureurs considèrent comme étant « fixe » le matériel professionnel qui ne quitte jamais votre cabinet, une table de massage par exemple. Le matériel « mobile » est par définition amené à quitter votre lieu de travail un ultrason, laser par exemple, ou tout simplement votre ordinateur portable où vous stockez tous vos fichiers patients et votre appareil de lecture de carte vitale. Certains assureurs peuvent même assurer, en même temps que le reste de votre matériel, votre tablette ou votre téléphone portable (si indispensable dans votre profession).

Prokin’up - Le guide de gestion des kinés

45


Assurances / GESTION DU CABINET

Exemples

3. La casse Le matériel est remboursé si vous le cassez vous-même ou si un tiers provoque un dommage par inadvertance. L’assureur remboursera les dommages si le matériel est réparable ou le matériel complet si celui-ci n’est pas réparable. Si un tiers a provoqué le dommage alors il effectuera un recours mais au moins, de votre côté votre appareil aura été réparé et les dommages vous auront été remboursés. Bien entendu la casse est aussi assurée si c’est un autre utilisateur qui provoque le dommage, une assistante par exemple ou un associé.

4. Le vol Cette garantie est souvent accordée avec de nombreuses restrictions, il faut donc bien vérifier que le vol est assuré « en tous lieux » et que cette garantie soit acquise y compris s’il n’y a pas d’effraction ou d’agression. Cependant les assureurs ne font pas de miracles non plus et le matériel ne sera pas assuré si vous le laissez « traîner » dehors, les disparitions inexpliquées sont donc exclues. Ne laissez pas votre matériel sur la selle de votre scooter… Il faut ��galement vérifier que le vol dans un véhicule est assuré sans trop de restriction. Il faudra cependant qu’il y ait tentative de vol ou vol total du véhicule. Une franchise plus élevée pourra être appliquée à cette garantie du « vol en véhicule ».

© Jakub Jirsák - Fotolia.com

Nous soulignons que parfois cette garantie est acquise dans le cadre du contrat qui assure votre véhicule professionnel. Cette couverture se nomme « effets et objets professionnels transportés ». Mais le montant de ces garanties

46 Prokin’up - Le guide de gestion des kinés

est souvent très bas. Ce point est aussi à vérifier avec votre assureur automobile.

5. En tous lieux Cette notion signifie que le matériel est assuré partout ! Dans votre cabinet, à votre domicile, chez un patient, pendant son transport, pendant vos vacances si vous emportez celuici pendant vos congés pour faire des heures supplémentaires. Certains d’entre vous peuvent être amenés à voyager à l’étranger, pour un congrès, un séminaire ou traiter des athlètes par exemple. De base, les contrats vous couvrent en France, mais les assureurs, moyennant surprime, peuvent étendre « temporairement » la territorialité sur l’Europe ou dans le monde entier. Dans ce cas, il ne faut pas oublier de les prévenir et de mettre en place un avenant à votre contrat quelques jours avant votre départ.

6. Frais d’exploitation Mais ce n’est pas tout, car lorsque votre matériel est endommagé ou volé, vous ne pouvez pas vous permettre d’interrompre votre activité le temps que l’assureur vous rembourse et que vous rachetiez un matériel équivalent. Il faut donc être vigilant et que votre assureur couvre également les « frais supplémentaires d’exploitation ». Cette garantie signifie que l’assureur vous remboursera aussi les frais de location d’un matériel équivalent le temps que vous recommandiez un matériel neuf ou que les réparations soient effectuées.

Prenons quelques exemples purement indicatifs mais réels en prenant pour référence un assureur spécialisé dans ce type de couverture et proposant donc un contrat pouvant regrouper tous les éléments que nous venons de décrire. → Vous avez 23 000 € de matériel « mobile » à assurer. La franchise contractuelle est de 250 € par sinistre (sauf en cas de vol en véhicule, la franchise passant à 20 % du montant du vol). Frais supplémentaires d’exploitation assurés à hauteur de 7 000 €. Valeur à neuf 5 ans. Territorialité France. Cotisation TTC mensuelle = 45 € → Vous avez 75 000 € de matériel « mobile » à assurer. La franchise contractuelle est de 250 € par sinistre (sauf en cas de vol en véhicule, la franchise passant à 20 % du montant du vol). Frais supplémentaires d’exploitation assurés à hauteur de 23 000 €. Valeur à neuf 5 ans. Territorialité France. Cotisation TTC mensuelle = 120 €

Il faut que le montant de cette garantie soit conséquent pour qu’elle couvre tous les frais de location, cette dernière pouvant être assez longue car votre matériel spécifique peut mettre du temps à être racheté. Un montant de garantie de 20 à 30 % de la valeur globale de votre matériel cependant est suffisant.


…bien vérifier que le vol est assuré « en tous lieux »…

7. La valeur à neuf Les assureurs doivent pouvoir vous proposer des remboursements en « valeur à neuf ». Cette garantie est souvent accordée pour du matériel ayant moins de 3 ans mais vous pouvez trouver un contrat avec une clause de valeur à neuf jusqu’à 5 ans.

Ceci signifie que pour tout matériel acheté neuf, l’assureur vous indemnisera sur la base d’un matériel équivalent « neuf » au jour du sinistre. Au-delà, l’assureur calculera un taux de « vétusté » qui viendra réduire l’indemnité. Il n’y a pas vraiment de taux de vétusté contractuel, celle-ci est calculée par un expert et elle dépendra du type de matériel, de son entretien, de son type d’utilisation, etc…

8. Les franchises Comme dans tout autre contrat d’assurance, il existe des franchises. Celles-ci sont peu élevées et dépendent essentiellement de la valeur de votre matériel. Une franchise de 250 à 500 € par sinistre est courante. Il peut aussi y avoir une franchise spécifique appliquée sur certaines garanties. Par exemple elle peut

être plus élevée dans le cadre d’un vol dans un véhicule.

9. Les cotisations Quelles sont les cotisations couramment pratiquées pour un bon contrat « tous risques matériels » ? Les assureurs qui proposent ce type de contrat appliquent des tarifs qui sont calculés au prorata de la valeur totale que vous souhaitez assurer. Il existe cependant des « minimum » de primes sur ce type de contrat, c’est-à-dire que l’assureur ne vous fera jamais un tarif inférieur à un certain montant même si vous avez très peu de valeur à assurer. Vous pouvez aussi privilégier un assureur qui vous propose des cotisations mensualisées par prélèvements automatiques qui sont plus souples pour votre trésorerie.

Conclusion

© Baillou - Fotolia.com

Comme vous pouvez le voir, un contrat doit d’abord s’établir sur la base de la valeur que vous désirez assurer. Viennent ensuite à prendre en compte l’utilisation, dans ou en dehors du cabinet, et enfin le caractère de dépendance par rapport à ce dernier. Une chose est sûre : discutez avec votre conseiller qui est un pro !

FORMATIONS 2016/2017

Ivry sur Seine, Clermont-Fd Ile de la Réunion, Guadeloupe

Centre de formation professionnelle en thérapie manuelle et gestuelle Thérapie manuelle des fascias Cycle pour osteopathes Gymnastique sensorielle et santé Responsable pédagogique : Christian Courraud Informations et inscriptions : 07-50-44-56-69 - Mail : info.tmgconcept@gmail.com - www.tmgconcept.fr Prokin’up - Le guide de gestion des kinés

47


Centre Roosevelt Cas pratique

À découvrir ! Une expertise clé en main qui ouvre de nouvelles perspectives Frédéric Nagy et Olivier Thomas I Masseurs-Kinésithérapeutes - Ostéopathes Océane Gruffat I Masseur-Kinésithérapeute

© Studio Sémaphore / Brière Architectes

Vous rêvez de consolider l’avenir de votre cabinet ? Vous cherchez des solutions pour tonifier sa fréquentation ? Vous souhaitez muscler votre capital retraite ?

48 Prokin’up - Le guide de gestion des kinés


Une équipe de trois kinésithérapeutes l’a fait, au travers d’un concept unique, qui associe dans un même lieu et une même dynamique les approches thérapeutique, sportive et diététique, autour d’un dénominateur commun : la santé par le mouvement. Une expérience à part et une expertise à partager, qui ouvrent de nouvelles perspectives, à qui souhaite évoluer dans sa pratique…

1. Le principe Plus qu’un cabinet de rééducation, un espace de santé par le mouvement. Soucieux de développer leur activité sans déroger à leur éthique et leur vocation, désireux d’évoluer dans la pratique de leur spécialité, sans se limiter aux soins conventionnés, trois kinésithérapeutes ont imaginé et créé un espace de santé et de remise en forme nouvelle génération. Basé sur le principe de santé par le mouvement, ils réorganisent la spécialité à travers trois pôles d’activités spécifiques et complémentaires : santé, forme et diététique.

Aux compétences humaines sont associés des équipements dédiés, parmi lesquels : → un bassin inox chauffé à 32 degrés, répondant aux normes les plus drastiques en matière de qualité de l’eau et de l’air, → un plateau technique moderne et performant.

3. Le pôle forme Placé sous la responsabilité de professionnels du sport qui se relaient du lundi au dimanche, ce pôle propose des activités de sport et de remise en forme variées, dans un espace gymnique dédié. Aquagym, aquabike, pilates, gym ball, cours de natation, d’aquaphobie et séances bébé

nageur sont autant de spécialités venant compléter l’offre santé, dans une optique de prévention, d’entretien ou de consolidation.

4. Le pôle équilibre Organisé autour de professionnels de la santé et de la diététique, ce pôle regroupe un ensemble d’activités centrées sur la reconquête du corps et la maîtrise des énergies. Concept minceur, yoga, stretching, école du dos, gestion du stress… Tout est mis en œuvre pour accompagner les patients ou les adhérents en quête d’équilibre psychique et physique.

2. Le pôle santé Confié à une équipe paramédicale composée de professionnels expérimentés, ce pôle propose de la kinésithérapie, de la balnéothérapie, de l’ostéopathie et de la diététique dans un espace spécialement aménagé.

Une idée en phase avec les nouvelles attentes et pratiques Selon une enquête IPSOS réalisée en 2008 sur les Français, la forme et le bien-être : → La santé est le premier motif de pratique du sport, pour 95% des personnes interrogées, pratiquant une activité sportive. → Le plaisir du sport arrive en deuxième position, avec 92%. → Se défouler et se relaxer sont cités par 85% du panel pratiquant. → Rencontrer des gens et garder la ligne arrivent à égalité, avec 72% de citations.

© Studio Sémaphore / Brière Architectes

Les professionnels que le public considère comme les plus aptes à les accompagner dans l’entretien de leur forme physique sont : → Pour 33% d’entre eux : les médecins généralistes et nutritionnistes. → Pour 29% d’entre eux, les kinésithérapeutes (35% chez le panel 50 ans et plus). → Pour 24% d’entre eux, les professionnels du sport (43% chez les 15 – 24 ans). Prokin’up - Le guide de gestion des kinés

49


Centre Roosevelt / cas pratique

1. Plus qu’une diversification, une vision du métier à 360°

b. Une approche métier qui profite à tous Profitable au public fréquentant le centre (et appréciée par la majorité - cf notre encart ci-dessous), cette approche globale du métier l’est également pour les praticiens, avec la possibilité offerte : → de pratiquer en toute indépendance, en se différenciant de la concurrence, → d’optimiser leur chiffre d’affaires et leur rentabilité, en échappant aux contraintes du

Le centre vu par les utilisateurs Résultats d’une enquête réalisée auprès d’un panel représentatif de 150 personnes fréquentant le Centre Roosevelt, en tant que patients ou adhérents. « On apprécie le centre » pour : 1. Sa convivialité : 77,5%. Une réponse qui est majoritaire dans toutes les catégories de public. 2. Le professionnalisme de ses intervenants : 61,5 % pour les personnes interrogées (porté à 85% pour les clients qui sont aussi patients). 3. Le sérieux de l’établissement : 56,3%. 4. La proximité et la qualité des équipements sont citées respectivement par 48,3% et 46,5%. Le regroupement des activités kiné, forme et diététique dans un même lieu est majoritairement perçu comme cohérent (53 % des personnes interrogées) et pratique (46%). 39% qualifient ce regroupement de super.

© Studio Sémaphore / Brière Architectes

a. L’homogénéité Conciliant dans une logique de complémentarité les actes conventionnés et des activités physiques adaptées, ce concept donne une dimension supplémentaire au métier, en autorisant une prise en charge de la santé à 360° : de la prévention à la réparation des traumatismes, de la forme à l’équilibre retrouvés, ceci sans sacrifier à l’éthique ni s’éloigner de sa vocation.

système conventionné et au déremboursement progressif des dépenses de santé, → de booster la fréquentation et le développement de leur cabinet, en s’ouvrant à deux publics, patientèle et clientèle, à la fois complémentaires et transposables, → de se doter d’un outil de travail performant, qui est aussi un patrimoine immobilier et un capital retraite. c. Une démarche qui a fait ses preuves Ce concept unique est déployé sur le terrain depuis 10 ans. C’est aujourd’hui 2 sites en Haute-Savoie, sur les communes de Rumilly et Argonay, créés respectivement en 2006 et 2014, et un taux de fréquentation dépassant les prévisions les plus optimistes. 2. Plus qu’une idée à développer, une formule clé en main directement exploitable Forts de leur expérience, les créateurs de ce concept mettent aujourd’hui leur expertise globale au service de tous ceux qui souhaitent évoluer dans leur métier et déployer une approche santé à 360°, au travers d’une assistance à maîtrise d’ouvrage qui les accompagnera de la conception à la réalisation de leur projet. a. Construire un centre : → C’est l’assurance de devenir propriétaire d’un bâtiment technique abouti et fiable, adapté à vos besoins, au concept, et vous permettant d’exprimer votre savoir-faire d’une manière pérenne.

→ C’est bénéficier d’un capital image et notoriété qui va attirer les clients et rassurer les financeurs. → C’est profiter d’une expérience de 10 années, qui évite toutes les pertes de temps et d’énergie, toutes les erreurs et tous les questionnements inhérents à tout lancement de projet. → C’est bénéficier d’une formation à la gestion des activités commerciales, au management et une formation du personnel sur site. → C’est disposer d’un outil de travail directement exploitable et rentable. → C’est fédérer et fidéliser une équipe autour d’un projet commun. → C’est enfin et surtout bénéficier du soutien d’une équipe mobilisée et expérimentée, et échapper à la solitude du porteur de projet. b. À retenir Que faut-il retenir de cet article sur le futur de la kinésithérapie ? En premier qu’il faut, et certains l’ont bien compris, savoir s’ouvrir aux autres métiers en relation avec le « mouvement ». Que le futur de la kinésithérapie sera inévitablement axé sur les compétences, la qualité et la diversité du service, le tout dans un environnement moderne. Le kiné doit donc voir au-delà de sa salle de consultation et oser voir grand, s’associer et proposer autre chose au patient qui deviendra aussi un client, dans une prise en charge complémentaire.

Conclusion Vous l’aurez bien compris, monter un centre comme l’ont fait ces kinés demande du temps et de l’expertise. Valider un concept et en faire profiter ses confrères, n’est-ce pas là la vraie valeur de l’innovation ? Ils l’ont fait, alors pourquoi pas vous ?

50 Prokin’up - Le guide de gestion des kinés


Au cœur de votre métier, CMV Médiforce finance

Création : lecaméléon - Crédits photo : © iStock®

votre activité professionnelle

> Matériel médical > Travaux

> Véhicule professionnel

> Trésorerie

> Développement d’activité

www.cmvmediforce.fr

Pour nous contacter 0800 13 12 84 CMV Médiforce - SA au capital de 7 568 120 € - 123, rue Jules Guesde - 92683 Levallois-Perret Cedex. Siège Social : 1 bd Haussmann - 75009 Paris - RCS Paris 306 591 116 N° Orias 07 02 88 60 (www.orias.fr). Société de Financement soumise à l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution, 61 rue Taitbout 75009 Paris.


Automatisez vos facturations et encaissements

..> une convention unique pour adresser automatiquement vos factures à 100 mutuelles ..> une garantie de paiement en 4 jours ouvrés (si vous optez pour le tiers payant) ..> une vision claire de vos encaissements grâce à un pointage automatique des règlements ..> un interlocuteur régional pour vous renseigner et vous accompagner ..> une adhésion en ligne en quelques clics

Simple, efficace et rapide N’hésitez plus, rendez vous sur www.iledefrance.mutualite.fr et adhérez au conventionnement Sesam Vitale 1.40

Organisme régi par le livre I du code de la Mutualité immatriculé au répertoire Sirène sous le numéro Siren n° 518 102 975 - Crédits Photo fotolia.com

Simplifiez vos démarches avec les mutuelles


Prokin'up 2016