__MAIN_TEXT__

Page 1

7e

année

workplace 2019

Bureau de dépot Ostende X - P 918486 - Périodique trimestriel - Editeur responsable.: Filip Cossement - Bld. des Canadiens 118 - B-7711 Dottignies

Connect to profacility.be/workplace for workplace interior design, build and management best practices

1 PROFACILITY MAGAZINE NR. 35 SEPTEMBER 2012 CASE STUDIES: MICROSOFT | EY | ALIAXIS HQ | JDE | ALD | STADSKANTOOR VENLO | DKV | BLOOMBERG HQ | KPMG

édition supplémentaire de


SHOWCASE YOUR OFFICE & WIN A competition rewarding the best workspace in Belgium

www.bestofficespace.be Linkedin: Office Space of the Year @cbrebestoffice


ÉDITO

16:30 Parlons-nous, communiquons mieux Voilà déjà 7 ans que nous publions chaque année le Profacility Workplace. Cette édition spéciale met en avant des architectures intérieures innovantes d’espaces de travail tout autant que les préceptes d’une évolution de l’organisation du travail et de la gestion RH dont les aménagements et équipements physiques ne sont que la façade visible. Le commun dénominateur de la majorité de ces projets reste encore aujourd’hui l’amélioration de la collaboration et de la communication entre les travailleurs d’une entreprise. Et c’est un paradoxe car à l’heure où les outils de communication se sont démultipliés (téléphone, mail, whatsapp, sms, messenger, linked in), une communication informelle brève directe restera encore souvent la plus efficace et certainement la plus conviviale pour solutionner un problème ou faire évoluer la gestion d’un projet. Motiver, enrichir les échanges, stimuler le travail collaboratif, provoquer l’émulation : voilà donc le leitmotiv de la plupart des aménagements actuels de bureaux. La « machine à café », jadis reléguée au fond d’un couloir ou à la sortie des ascenseurs, a dès lors mué récemment en un « coffee corner » attractif, une zone de détente mais aussi d’échanges informels. Un lieu qui devient un point central des aménagements, la « place du village ». Repenser autrement l’organisation des espaces implique dans la plupart des cas le décloisonnement des bureaux individuels. Celui-ci va de pair avec une diversification des espaces de travail pour améliorer le confort de travail en fonction des tâches à effectuer (bubbles pour se concentrer, petites salles de réunions

utilisables sans réservation pour une discussion brève, salle de silence absolu telle que bibliothèque, espaces de détentes, etc.). Dans le contexte de cette incitation à contacts informels, il reste un mal aimé : l’ascenseur. Car l’entreprise préfère héberger tous ses collaborateurs sur un seul plateau et si cela ne peut être le cas, on perce alors des trémies pour créer entre les étages des escaliers et des passerelles à ciel ouvert. NWOW rime avec responsabilité Le principe majeur du NWOW, dont on parle abondamment déjà depuis la création de cette édition spéciale, reste la responsabilisation du collaborateur vis à vis d’objectifs à atteindre et la mesure des résultats de son travail par rapport à ces objectifs… non du temps presté physiquement sur le lieu de travail. La numérisation, l’évolution du parc informatique vers l’usage grandissant de PC portables et smartphones, la qualité des réseaux wifi internes et « data » externes bientôt la 5G ! ont donné le feu vert au concept « Work from anywhere, at any time », avec des règles d’usage propres à chaque entreprise. Changement rime avec accompagnement Tout changement disruptif nécessite un accompagnement et une évaluation permanente du changement pour éviter des dérives. Le « Work form anywhere » autorisant un usage fréquent du télétravail peut provoquer un estompement du sentiment d'appartenance du travailleur à son entreprise. Or la fierté d'appartenir à une organisation, d'y être associé, d’adhérer à sa culture est fondamentale pour la motivation et la contribution au projet commun. Les entreprises autorisant un certain nomadisme de leurs collaborateurs

investissent désormais en parallèle pour rendre leur quartier-général plus attractif, pour que son design et son agencement reflètent la culture et les valeurs de l’entreprise. Le volet « Work at anytime » peut amener du stress voire des situations abusives. La zone physique séparant vie professionnelle et vie privée s’estompe. Particulièrement lorsque la réception des e-mails professionnels est activée sur le smartphone d’un collaborateur. Apprendre à gérer cet emploi, tant par les cadres dirigeants que par le collaborateur lui-même, doit faire partie de (nouvelles) règles de bon usage. On parle de plus en plus de « droit à la déconnexion » pour les travailleurs. Le ministre Kris Peeters s’est attaqué à l’envoi intempestif d’e-mails professionnels en soirée et le week-end. La loi de la relance économique a concrétisé les vœux du ministre de l’Emploi, en prévoyant l’obligation pour les employeurs d’organiser des concertations au sein du Comité pour la prévention et la protection au travail (CPPT) sur la déconnexion du travail et l’utilisation des moyens de communication numériques. Pas de droit inaliénable à la déconnexion donc, mais un appel à la discussion. Par rapport à une organisation évolutive du travail et des lieux de travail, la vigilance reste donc de mise.

Didier VAN DEN EYNDE Rédacteur-en-chef Profacility Médias

WORKPLACE SHOWCASE 2017 PB


©

FM-Magazine et ses éditions spéciales PROFACILITY sont des publications de

Éditeur : FCO MEDIA NV Boulevard des Canadiens 118 - B-7711 Dottignies Tél. +32(0)56 77 13 10 - info@fcomedia.be - www.fcomedia.be

RÉDACTION Rédacteur en chef Didier VAN DEN EYNDE - didier.vandeneynde@fcomedia.be Journalistes et contributeurs Eduard CODDÉ, Philip DECLERCK, Aurélien HERQUEL, Michel WILLEMS

JACOBS DOUWE EGBERTS Le café dans tous ses états

VILLE DE VENLO

Respect pour l’environnement

Suivi de production advertorials Patrizia HULSENS - patrizia.hulsens@FCOMedia.be Tarifs publicitaires disponibles sur www.profacility.be/advertising Traducteurs Michel BUCKINX, Didier LEMAIRE, Annelies VERBIEST Photographes Marc DETIFFE, Geoffrey FRITSCH, Ronald TILLEMAN, Bernard DEKEYZER, Nigel YOUNG, James NEWTON, Jelle VANS, Itsasne CASAS

© Lieven Gouwy

PUBLICITE & BUSINESS PARTNERSHIPS Didier VAN DEN EYNDE - didier.vandeneynde@FCOmedia.be Filip COSSEMENT - filip.cossement FCOMedia.be Patrizia HULSENS - patrizia.hulsens@FCOMedia.be

ALIAXIS HQ

Branding des espaces de détente

MICROSOFT

Activity based office

Adressez vos communiqués de presse à profacility@FCOmedia.be Graphisme Kurt THYS - STR8!

Membre de

© Droits de reproduction (textes, publicités, illustrations) réservés pour tous pays. Les documents reçus ne sont pas rendus et leur envoi implique l’accord de leur auteur pour leur libre publication.

© Jan Kempenaers

Éditeur responsable Filip COSSEMENT Boulevard des Canadiens 118 - B-7711 Dottignies

SHOWROOM

Nouveautés mobiliers et équipements

COWORKING

Evolution (re)marquée


©

SOMMAIRE

Mauro Brigham & Nicolas Ntalakidis, NCBHAM

FOOD EXPERIENCE

Evolution des habitudes de vie

BLOOMBERG HQ

Score 99,1 % « Breeam Outstanding »

DKV

Zéro papier, zéro câble, mobilité maximum

06

BUSINESS CASE : JACOBS DOUWE EGBERTS Relocalisation réussie

12

THINK THANK « Vous prendrez bien un peu de food experience ? »

18

BUSINESS CASE : BLOOMBERG HQ Cadre futuriste dans le centre-ville historique de Londres

24

46

BUSINESS CASE : ALD AUTOMOTIVE Plus qu’un déménagement : un changement radical

49

SHOWROOM Innovations pour l’aménagement, équipement et gestion des espaces de travail

66

BUSINESS CASE : EY WAVESPACE Stimuler la collaboration

BUSINESS CASE : MICROSOFT Take-off pour un environnement de travail attractif ‘made in Belgium’

78

27

BUSINESS CASE : ALIAXIS HQ Quand le paysager fait l’unanimité

BUSINESS CASE : DKV Révolution ferme mais en douceur

80

32

THINK TANK : WORKPLACE & HR L’illusion du bonheur au travail

HR BENCHMARK Top 20 d’entreprises belges où il fait bon travailler

82

34

WORKPLACE & REAL ESTATE Le coworking disrupte le marché immobilier

ACOUSTIQUE Confort du 21e siècle sur un site du 19e

85

40

BUSINESS CASE : VILLE DE VENLO Adopter les principes du ‘Cradle to Cradle’ pour la construction

WORKPLACE & MOBILITÉ Budget mobilité approuvé: principes et mode d’emploi


© Nigel Young/Foster + Partners

L’entrée surprend avec un look qui n’a rien de commun avec l’aspect habituel d’une réception. Le visiteur y plonge d’emblée dans le monde Het Europese Bloomberg hoofdkantoor in de drukke ‘City of London’ : de werkomgeving du café avec un véritable bar à café, van de toekomst aan de binnenzijde en een eerbetoon aan het verleden aan de buitenzijde.


/JDE @ BURO & DESIGN CENTER, BRUXELLES

BUSINESS CASE

Le café rassemble les gens depuis 266 ans

« L’accessibilité au transport public a été d’une importance cruciale dans le choix d’une nouvelle implantation », entame Nancy De Hertogh, HR Assistant Jacobs Douwe Egberts BE. « Ceci dans le but d’attirer des talents mais aussi de conserver nos collaborateurs qui n’envisageaient pas de déménager de Grimbergen vers par exemple Anvers ou Bruxelles. » Une étude approfondie de la situation à Grimbergen a précédé la recherche d’une nouvelle implantation. « Le taux d’occupation, le nombre de mètres carrés utilisés, les locaux dédiés aux stocks et archives… tout cela a été cartographié », précise Annick Vandenbulcke, Head of Occupier Advisory de Colliers International, le partenaire choisi pour s’occuper de la vente du site de Grimbergen et de la recherche d’une nouvelle implantation appropriée mais aussi de l’aménagement complet et de l’habillage du nouvel espace de bureaux. oste de tra ail semi exible « À Grimbergen, chaque collaborateur disposait de son propre poste de travail tandis que pour le nouveau site, nous envisagions un travail semi flexible et surtout la réunion des équipes appelées à collaborer fréquemment », explique Nancy De Hertogh. « Une résistance était d’abord perceptible, mais les nécessaires sessions d’information ont aussi permis de communiquer sur les avantages. »

En établissant le programme des exigences, plusieurs critères se sont imposés : réunion de tous les collaborateurs dans un seul lieu, mise à disposition d’un restaurant d’entreprise et de places de parking en suffisance. « Nous sommes arrivés à un peu plus de 2000 m2 de superficie au sol requise sur un seul niveau afin de pouvoir réunir les collaborateurs des divisions Retail et Professional, ce qui n’est pas évident », indique Nancy De Hertogh. « De plus, le but était aussi d’intégrer, dans le même espace, l’atelier et la salle de cours pour les collaborateurs techniques qui réparent les distributeurs automatiques de café. Last but not least, il fallait trouver la perle rare dans un rayon restreint autour de l’ancienne implantation de Grimbergen. » La short-list comportait trois sites dont le « Buro & Design Center » qui a finalement été retenu. e ter le business li au caf et au th Évidemment, une société comme Jacobs Douwe Egberts applique des directives claires en matière d’identité d’entreprise et celles-ci doivent être respectées. « Le but est de mettre en lumière ce que nous faisons, en l’occurrence montrer notre activité “thé et café” à tous ceux qui entrent ici », explique Nancy De Hertogh. « Nous voulions aussi nous débarrasser de l’image du bureau classique. Rencontrer les gens est très important dans le nouvel environnement de travail et qui dit rencontre pense spontanément au café ! Il était dès lors évident que l’inspiration devait venir de là. » L’entrée surprend avec un look qui n’a rien de commun avec l’aspect habituel d’une réception. Le visiteur y plonge d’emblée dans le monde du café avec un véritable bar à café, un aperçu des marques qui dépendent de l’organisation internationale JDE, quelques niches avec de nouveaux produits de café et une collection passionnante de moulins à café antiques.

De Bloomberg-site is publiek toegankelijk en zit als dusdanig geïntegreerd in het publieke leven. Met een brede waaier aantrekkelijke restaurants en cafés is de ‘Bloomberg Arcade’ tussen de twee gebouwen uitgegroeid tot een nieuwe bestemmingsplek voor elke Londenaar.

PROFACILITY WORKPLACE 2019 7

1) zie kader op pagina 22 ‘ SWOW: van Le Monnoyer tot de Keizerslaan’

© Nigel Young/Foster + Partners

Fin septembre 2018, les équipes Retail et Professional de Jacobs Douwe Egberts Belgique se sont installées dans un tout nouvel environnement de travail, après avoir partagé le même site pendant des dizaines d’années avec la production. Le nouvel hébergement s’accompagne de nombreuses modifications et d’un nouveau départ avec une dynamique revigorée.


/JDE @ BURO & DESIGN CENTER, BRUXELLES

BUSINESS CASE

« Les deux équipes de management de la division Retail et Professional occupent une table de travail centrale », précise Annick Vandenbulcke. « Elles s’y déploient tout autour. Pour le choix des couleurs, nous avons surtout retenu des tons de brun et des teintes qui rappellent le café. » Ce qui frappe au niveau de l’aménagement, c’est la manière dont les différentes marques qui font partie de JDE sont mises en avant avec leur propre identité. Plusieurs salles de réunion bénéficient ainsi d’un habillage spécifique dans le style maison de Jacqmotte, Chat Noir, L’Or, etc. Les parois vitrées sont pourvues d’écrans graphiques qui évoquent l’expérience liée au café avec notamment des cafetières, des tasses et des petites cuillères. Partout apparaissent des éléments créatifs et ludiques qui rappellent le monde du café : des abat-jours en grains de café pressés, des cafetières en porcelaine et des tasses transformées en armatures d’éclairage, des poufs réalisés avec les toiles de jute des sacs à café, etc. uipe d ambassadeurs Pour accompagner au mieux le changement, une équipe « d’ambassadeurs » a été mise sur pied, composée d’un seul délégué par équipe de collaborateurs. L’équipe du « changement » transmettait toutes les informations relatives au projet de déménagement aux ambassadeurs qui à leur tour informaient les équipes, donnaient un feed-back pour, ensemble, mener le changement à bien. es collaborateurs ont pu influer sur leur nouvel environnement de travail », se rappelle Nancy De Hertogh. « Un jeu a été organisé pour permettre aux utilisateurs de porter un regard critique sur leur poste de travail futur, l’utilisation de l’espace, l’aménagement de la zone, bref le nouveau cadre de travail. Les utilisateurs ont ainsi largement contribué à l’emménagement proprement dit. »

8 PROFACILITY WORKPLACE 2019

HR Assistant Jacobs Douwe Egberts BE Annick Vandenbulcke, Head of Occupier Advisory de Colliers International

Annick Vandenbulcke poursuit : « Un manuel à destination des utilisateurs du nouveau cadre de travail a été élaboré avec l’équipe des ambassadeurs, reprenant toutes les informations sur l’utilisation, l’équipement présent et les règles à respecter. » Au total, JDE emploie quelque 200 personnes, dont une septantaine essentiellement en service externe. Le nouvel environnement de travail prévoit 128 postes de travail.

Les salles de réunion sont dispersées dans le plateau dédié aux bureaux. « Le choix porte essentiellement sur de petites capacités, de 4 à 6 personnes », explique Nancy De Hertogh. « Il existe par ailleurs une unité plus vaste pour 12 personnes maximum et deux espaces combinables. Une attention spéciale a porté sur l’équipement audiovisuel pour faciliter les conférences téléphoniques. »

ostes de tra ail a ec un confort ergonomi ue optimal Chaque poste est équipé d’un écran d’ordinateur de 23’’ monté sur un bras mobile pour un confort ergonomique optimal. Un temps considérable a été investi dans la recherche du mobilier. En outre, un important travail sur mesure a été effectué sur la base de concepts de Colliers International qui a également supervisé la production.

Des « bubbles » sont disposés partout de manière à ce qu’ils soient rapidement accessibles à tous les membres d’équipe. En outre, une « break-out room » particulièrement chaleureuse et accueillante avec une cuisine totalement équipée ainsi que des coins café bénéficient d’un aménagement multifonctionnel pour accueillir des réunions ou servir de poste de travail supplémentaire.


Partout des éléments créatifs et ludiques qui rappellent le monde du café tels des poufs réalisés avec les toiles de jute des sacs à café, etc.

Les parois vitrées sont pourvues d’écrans graphiques qui évoquent l’expérience liée au café avec notamment des cafetières, des tasses et des petites cuillères.

PROFACILITY WORKPLACE 2019 9


/JDE @ BURO & DESIGN CENTER, BRUXELLES

BUSINESS CASE

“ Le but est de mettre en lumière notre métier, en l’occurrence mettre en valeur nos productions de thés et cafés.“ Nancy De Hertogh

daptation rapide Lorsque le Buro & Design Center a été sélectionné, l’espace était encore occupé. « Tout devait être vidé et chaque fois qu’un locataire s’en va, le propriétaire du bâtiment choisit une rénovation progressive des parties centrales », souligne Annick Vandenbulcke. « En février 2018, le nouveau site de JDE a tout d’abord été mis à nu, jusqu’au béton. Les travaux d’aménagement n’ont pu débuter qu’en mars 2018 et Colliers International a pris en charge la coordination des techniques pour pouvoir aller plus vite a superficie totale est couverte par un réseau Wi i » Six mois après l’emménagement, tout le monde s’est habitué au nouvel environnement de travail et les commentaires sont unanimement positifs. « Un déménagement tel que celui-ci constitue le moment idéal pour innover, corriger des situations de travail et anticiper. », constate Nancy De Hertogh. « Les nouveaux bureaux avec réglage en hauteur électrique sont très appréciés. L’angoisse de ne pas trouver un poste de travail dès lors que l’on ne dispose plus de sa propre place a aussi totalement disparu. L’équipe des ambassadeurs surveille en outre l’utilisation correcte de tous les équipements et apporte son aide le cas échéant. » « Outre la salle d’exposition proprement dite, les coins café sont aussi conçus comme show-rooms vivants pour la division Professional de JDE », poursuit Annick Vandenbulcke. « Sans oublier la D.E. Academy, l’espace à l’avant totalement consacré à l’expérience du café. Des petits groupes de personnes peuvent mélanger et torréfier du café pour découvrir les évolutions de goût, ou encore participer à des ateliers barista. » Eduard Coddé Photos Marc Detiffe

10 PROFACILITY WORKPLACE 2019


Coffeecooning PROFACIITY WORKPLACE 2019 11


/

THINK TANK WORKPLACE EXPERIENCE

Vous prendrez bien un peu de food experience ? Mauro Brigham et Nicolas Ntalakidis, co-fondateurs du bureau d’études et architecture NCBHAM

Dans la vision nouvelle du catering d’entreprise, il s’agit de proposer à l’utilisateur de vivre une « diversité d’expériences ». Une proposition qui n’est simple qu’en apparence car elle requiert de maîtriser des paramètres très divers : l’offre alimentaire, le design et la technicité des équipements et des pratiques. Attirer et fidéliser les collaborateurs passe aujourd’hui par une conception très différente des espaces de travail et des services, dont le catering. Ainsi la simple « cafétéria » ne répond plus aux aspirations actuelles au bien-être sur le lieu de travail. Pour mieux définir les innovations qui se profilent, nous avons rencontré deux des experts qui font « bouger les lignes » en ce domaine : Mauro Brigham et Nicolas Ntalakidis du bureau d’études et architecture NCBHAM.

© Itsasne Casa

« Nous nous sommes associés en 2013, après une rencontre sur un projet commun, explique Nicolas Ntalakidis, mais nous n’avions pas imaginé une telle cohérence entre nos services d’architecture d’intérieur et de conception d’espaces de catering, ni anticipé une telle réponse du marché ». Il résume ainsi leurs ans de collaboration fructueuse en « design food experience » appliqué à l’environ-nement de travail, notamment. Cet ingénieur de formation a développé sa connaissance des techniques et de la gestion de la restauration collective dans les bureaux d’études de plusieurs sociétés de catering internationales.

Mauro Brigham, directeur créatif, l’autre membre du tandem fondateur, est architecte d’intérieur. Il apporte son expérience de la conception et de l’aménagement des espaces de travail, du retail, du résidentiel, des espaces publics... Mais aussi des restaurants « de rue » comme il dit, ceux o l’on se rend aux heures de loisir. « C’est là que naît la création et expérience culinaire et elle nous aide à montrer aux caterers les choix des consommateurs, représentatifs de ce qu’ils souhaitent trouver dans leur restaurant d’entreprise », affirme-t-il. La méthode Mettre en place la « Food experience » de NCBHAM dans les entreprises consiste en deux volets : « Tout démarre de l’offre alimentaire, explique Nicolas Ntalakidis. Avec le client, après un benchmark et une anal se du t pe de consommateur, on définit les tendances qui doivent se retrouver au sein de l’entreprise. On sort de l’ancienne conception où le caterer n’a qu’une fonction : produire et servir des repas. » Son associé renchérit : es mentalités ont évolué aire la file devant un linéaire, manger puis retourner au bureau ne suffit plus es aspects socialisation et santé sont devenus plus importants. Les RH ont pris aussi conscience que le bien-être au travail se construit aussi par ces moments. On parle ici de l’impact d’une expérience positive de consommateur tout au long de la journée. » « Le deuxième volet est technique » explique Nicolas Ntalakidis. « Nous concevons une cuisine jusqu’à la description précise de l’équipement nécessaire. Nous évitons ainsi le surdimensionnement qui apparaît si on n’étudie pas l’offre alimentaire en profondeur. Nous ne décrivons pas un équipement, mais des performances. ».


Raf Ketelslagers © Marc Detiffe

Food corners « Pour les espaces de restauration du nouveau quartier général d’ AXA à Bruxelles – 3.500 m2 d’espaces multifonctions (eat, meet & work) répartis sur deux niveaux – nous sommes sortis de l’idée du “self-service” unique pour créer quatre comptoirs séparés proposant des offres thématiques différentes t ces comptoirs servent aussi d espace de travail pour la finition et la vente l nous a fallu pour cela ma triser le dimensionnement de la cuisine de pré production et le design des quatre food corners l fallait aussi convaincre les caterers sur le plan opérationnel et sur une vision commerciale de l’offre alimentaire, tout en y intégrant les notions de circulation des flux, de programmation de la production en amont, etc » Nicolas Ntalakidis, NCBHAM

PROFACIITY WORKPLACE 2019 13


/

THINK TANK WORKPLACE EXPERIENCE

Mauro Brigham poursuit : « Pour s’adapter à l’actualité tellement dynamique du marché, nous innovons avec les caterers pour répondre aux attentes et mettre en œuvre les nouvelles tendances food Nous réfléchissons avec eux pour accélérer et optimiser investissements et processus, et améliorer l’expérience du consommateur » Infrastructure agile au service d’une offre évolutive NCBHAM propose des équipements dont la capacité d’évoluer est importante (car les concepts changent rapidement en restauration) et de garantir une qualité constante des repas par la reproductibilité automatisée des modes de cuisson. « Cela permet au chef de mettre son savoir-faire à disposition de son équipe et de mieux superviser le travail de ses collaborateurs », explique Nicolas Ntalakidis. Mauro Brigham insiste : « Nous travaillons aussi avec les fabricants d équipements afin de prendre connaissances des avancées technologiques mais aussi de comprendre les coûts de consommation des appareils. Car aujourd’hui aucun de nos clients ne peut répondre à la question “quel est le coût de votre cuisine l a des co ts invisibles qu on ne ma trise pas, surtout l’énergie. Nous sensibilisons nos clients et les opérateurs à optimaliser l’utilisation des appareils grâce à la technologie et aux outils de communication. Nous avons développé un logiciel qui permet de monitorer les appareils et de réaliser des économies d’énergies substantielles. Dans une “connected kitchen”, nous pouvons mesurer précisément tous les coûts. L’enregistrement des données permet de détecter l’utilisation anormale d’un appareil. Un lave-vaisselle mis en route trop tôt par exemple ou des consommations anormales : fuites ou appareils non éteints… »

L’opérateur mis en valeur Nicolas Ntalakidis souligne : « Notre proposition valorise aussi le métier d’opérateur : dans notre approche, il est polyvalent. l passe de la cuisine de production en matinée, à la finition et au service au food corner à midi, avec un contact consommateur. Celui-ci apprécie de voir la préparation, d’où cette multiplication des cuisines ouvertes et des parois transparentes qui créent un lien. Cela permet aussi aux opérateurs de recevoir immédiatement le feedback du consommateur et c’est valorisant pour eux. » Redonner du goût… aux espaces ! Dans la Belfius To er à Bruxelles, les multiples espaces de restauration rencontrent un grand succès. Ils sont utilisés toute la journée pour des réunions ou travail individuel. Mais avec quels problèmes de compatibilité des usages (odeurs, nettoyage des tables…) « C’est juste une question d’organisation et de conception technique, argumente Mauro Brigham. Les rideaux d’air devant les food corners empêchent toute diffusion. Nous utilisons les technologies disponibles pour donner une garantie sur ce point. Pour le reste c’est une question d’organisation. Cet espace devient comme un café où l’on travaille, avec une offre de restauration évoluant au fil de la ournée, depuis le petit déjeuner jusqu’au lunch, puis gaufres, crêpes en après-midi. » Mauro Brigham conclut : « Les entreprises ont pris conscience du gaspillage d’espace que représente un restaurant occupé seulement de 11h30 à 14h00. Comment activer cet espace en journée et valoriser ces précieux mètres carrés ? Comment l’usage multifonctionnel de ces espaces peut-il contribuer à un vécu positif et enrichissant des collaborateurs de l’entreprise ? Nous apportons une réponse globale. Mais ce n’est pas tout de le dire : si nous ne savions pas techniquement comment réaliser cette vision, nos clients ne nous suivraient pas ! » Patrick Bartholomé

14 PROFACILITY WORKPLACE 2019

ood e perience dans la elfius o er à ru elles En collaboration avec Compass, NCBHAM y a conçu une boulangerie où les collaborateurs de la banque peuvent voir un vrai boulanger faire le pain qu’ils peuvent acheter aussi pour emporter à la maison.


CARTE BLANCHE

La marque employeur comme cheval de bataille De nombreuses entreprises investissent énormément dans les rémunérations et avantages salariaux en tout genre pour attirer de nouveaux talents et fidéliser ceux travaillant déjà dans l’entreprise, mais souvent ils négligent leur meilleur arme : leur marque. L’ ‘employer branding’ constitue une donne fondamentale. Avec le Smart Way of Working, on constate souvent un estompement du sentiment d’appartenance du travailleur à son entreprise due pour partie au télétravail et pour partie au bureau partagé. Or, la fierté d’appartenir à une organisation, d’être associé, identifié à une culture d’entreprise est fondamentale pour la motivation des collaborateurs à contribuer au projet commun.

AON

JDE

Je constate pourtant que le la promotion de la marque employeur est souvent insuffisamment développée chez les clients qui nous contactent pour réfléchir avec eux à l’aménagement optimal de leurs espaces de travail. Pourtant, si cette appartenance n’est pas prise en compte dans leur démarche, ils courent le risque de poser un acte manqué. En effet, quand vous recrutez des talents, il ne faut pas de dissonance dans la dialectique entre votre projet d’entreprise et votre espace de travail. Il faut que la cohérence mène le collaborateur à adhérer au projet de l’organisation, et lui donne la fierté de travailler à un dessein qui va le mobiliser au quotidien. Si un leadership fort doit forger et porter les valeurs d’une entreprise, les meilleurs ambassadeurs pour la véhiculer sont ses collaborateurs. Dès lors, renforcer la culture d’entreprise via l’agencement et design des espaces de travail, de restauration et de détente chez Colliers, est un de nos leitmotivs pour les projets ‘workplace’ que nous concevons pour nos clients.

Danone

Un show-room vivant Pour que les clients qui nous visitent comprennent bien notre philosophie, nous avons appliqué ce crédo pour l’aménagement de nos propres bureaux dans l’immeuble Glaverbel à Watermael-Boitsfort. L’immeuble en soi contribue à une image de marque forte pour Colliers. Il a une histoire, est bâti avec des matériaux nobles et niché dans un écrin de verdure et ce jusqu’au au cœur du bâtiment. L’aménagement intérieur des lieux fait la part belle aux paysagers, avec des espaces diversifiés et des thématiques d’aménagement très variées. Des blocs en trinôme accueillent systématiquement un bubble - un espace de travail clos en solo (voire en duo) - et une petite salle de réunion. Les paysagers très lumineux peuvent accueillir un maximum de 10 collaborateurs pour garder une certaine intimité et confort au travail. Les principes de clean desk et de flex desk sont de rigueur. Au travers de ces aménagements les valeurs véhiculées sont celles d’autonomie, de responsabilité, de transparence et de synergies. Nos équipes sont pluridisciplinaires : des ingénieurs, architectes, experts immobiliers, économistes, architectes d’intérieur, facility managers travaillent de concert. Il faut éviter le travail en silo : nos collaborateurs doivent impérativement interagir. C’est cet état d’esprit qui a guidé nos pas pour la réalisation des espaces collaboratifs que nous occupons.

AON

En conclusion, si dans de nombreux projets workplace, la stratégie est souvent repose sur trois piliers fondamentaux, les 3B : Bricks, Bytes et Behaviour, il convient d’y ajouter un 4e, le Branding. C’est un des chevaux de bataille de Colliers pour les réalisations qui nous confiées par nos clients.

Annick Van den Bulcke Head of Occupier Advisory Colliers International Belgium

Danone

VOO


VOO

Danone

JDE

Home invest

VOO

AON

AON

VOO

www.colliers.be


© Nigel Young/Foster + Partners

Le siège européen de Bloomberg dans la City très animée : l’environnement de travail du futur à l’intérieur et un hommage au passé à l’extérieur.


/BLOOMBERG EUROPEAN HEADQUARTERS, LONDON

SMART & GREEN BUILDINGS

Cadre de travail futuriste dans un respectable centre-ville historique

L’équipe de conception a accompli sa mission avec brio puisque le siège européen de Bloomberg a décroché un remarquable « Breeam Outstanding » avec une cote de 99,1 %, a aussi été élu « Best of Best (UK) Corporate offices 20 8 » par le British Council for Offices et a enfin remporté le « RIBA Sterling Prize 20 8 », le prix d’architecture le plus prestigieux au RoyaumeUni. « La totalité du concept s’articule autour de la communauté et de la collaboration, tant à l’intérieur du bâtiment que dans la manière dont il respecte l’environnement », explique Michael ones, Project Architect pour le siège européen de Bloomberg et Senior Partner pour Foster Partners. En résumé, on peut le décrire comme « l’environnement de travail du futur à l’intérieur et un hommage au passé à l’extérieur ». Ce dernier point est certainement approprié puisque le siège au c ur de la City of London, qu’il a pour voisins directs la Bank of England, St. Paul’s Cathedral et l’église St. Stephen Walbrook du 7e siècle. Les façades « respirent » pour amener l’air extérieur dans le bâtiment et favoriser la ventilation naturelle. Lors de la construction d’immeubles de bureaux, il est habituel de prévoir un corps

central pour les services structurels tels que les ascenseurs, les escaliers ou les sanitaires. Foster + Partners s’est totalement écarté de cette approche et a opté pour des corps plus petits situés sur le côté extérieur au lieu d’occuper une position centrale. Intégration dans l’environnement Le site Bloomberg est accessible au public et en tant que tel est intégré dans la vie publique de la City très animée. Il y ajoute même un certain nombre d’éléments attractifs. C’est ainsi que les architectes ont intégré de nombreuses œuvres d’art dans et autour du bâtiment, comme la sculpture aquatique Forgotten Streams de Cristina Iglesias. L’ uvre est une référence historique à l’époque romaine, lorsque coulait ici l’ancienne Walbrook River. Pas moins de 55 du rez-de-chaussée sont ouverts ou publics avec, notamment, une galerie d’art « Mithraeum ». Trois « places publiques » contribuent à une expérience encore plus intense dans ce « quartier ». Une des places est située en face de l’entrée principale avec une vue sur la Mansion House et l’église St. Stephen Walbrook et deux aux extrémités de la Bloomberg Arcade. Il s’agit d’une galerie piétonne qui redonne son lustre à la Watling Street, une ancienne voie romaine, et croise le site. La zone piétonnière récemment créée comporte un vaste éventail de restaurants et cafés attractifs et pour tous les goûts. De quoi passer un moment agréable à l’intérieur comme à l’extérieur. La Bloomberg Arcade est devenue une nouvelle destination pour tout Londonien et un lieu d’activités pour les PME. Last but not least, le site intègre un accès à la station de métro Bank Station o , chaque année, 0 millions d’usagers empruntent les lignes Waterloo et City.

Le site Bloomberg est accessible au public et est en tant que tel intégré dans la vie publique. Avec un large éventail de restaurants et cafés attractifs, la « Bloomberg Arcade » entre les deux bâtiments est devenue la nouvelle destination de tout Londonien.

PROFACILITY WORKPLACE 2019 19

1) zie kader op pagina 22 ‘ SWOW: van Le Monnoyer tot de Keizerslaan’

© Nigel Young/Foster + Partners

Le siège européen de Bloomberg au cœur de Londres abrite un peu moins de 7 000 collaborateurs et s’étend sur un terrain de 12 950 m2 qui accueille deux bâtiments reliés entre eux par des passerelles a superficie brute totale au sol dépasse les 107 000 m2. La collaboration mise en place pour le développement de ce siège avec Norman Foster du bureau d’architectes Foster + Partners, à la renommée internationale, remonte déjà à a barre a été placée tr s aut car la réalisation finale devait établir un nouveau standard en matière d’immeubles de bureaux et s’imposer comme le bâtiment de ce type le plus durable.


/BLOOMBERG EUROPEAN HEADQUARTERS, LONDON

© Nigel Young/Foster + Partners

© James Newton Photographs

SMART & GREEN BUILDINGS

Les ascenseurs donnent sur le « pantry », l’étage le plus élevé et pour beaucoup le cœur du bâtiment. Celui qui sort de l’ascenseur est accueilli par une offre de collations saines.

Vortex et Pantry L’entrée des Bloomberg European Headquarters accueille les visiteurs dans un tout autre monde. Au centre, une uvre d’art réalisée en chêne rouge d’Amérique étonne. Il s’agit du Vortex, haut de 7 m et large de 80 m. Il ressemble à des écorces de bois enchevêtrées. Des ascenseurs vous amènent directement à l’étage le plus haut, le 6e. Les ascenseurs sont équipés d’un mécanisme de levage invisible, et composés de cages de verre placées à l’extérieur du bâtiment. Ils offrent aux collaborateurs et visiteurs un panorama à 3 0 unique, et qui change constamment, sur la City. Les ascenseurs débouchent sur le pantry, l’étage le plus haut et, pour beaucoup, le c ur du bâtiment. En sortant de l’ascenseur, vous êtes accueilli par une offre de collations saines. Le plafond est ici deux fois plus haut que celui des niveaux inférieurs. L’étage est conçu de manière à créer une fusion maximale avec l’environnement, sans colonnes qui gênent le champ de vision. onnexion uide Une passerelle triple en forme d’hélice part du pantry et se déroule sur 200 m jusqu’au rez-de-chaussée. La construction qui digère 50 tonnes d’acier, relie étages d’une manière beaucoup plus dynamique que ne le feraient des escaliers. La passerelle symbolise le dynamisme de la culture Bloomberg dont la technologie fait partie intégrante. La technologie est partout présente dans le bâtiment, notamment via des consoles avec écrans tactiles pour la navigation dans le bâtiment (une appli existe aussi à ce niveau). La promenade est large de ,8 m et tracée telle une sculpture intégrée dans le volume de l’immeuble. Cette connexion fluide entre les étages réunit les gens et fonctionne comme un lieu de rencontre. Sa largeur permet de s’arrêter un moment pour une petite discussion sans gêner pour autant la circulation.

L’impressionnant lobby rappelle un peu le Musée Guggenheim de Bilbao. Au centre, une œuvre d’art en chêne rouge d’Amérique, le Vortex, étonne. Haut de 7 m et large de 80 m, il ressemble à un enchevêtrement d’écorces de bois.

20 PROFACILITY WORKPLACE 2019

L’immeuble de bureaux le plus durable La collecte de l’eau de pluie suffit pour économiser 25 millions de litres d’eau par an, soit l’équivalent de 0 piscines olympiques !


Les eaux grises provenant des lavabos des blocs sanitaires sont recyclées. Pour les toilettes, l’évacuation sous vide est d’application, comme dans les avions, ce qui représente une économie de plus de 75 par rapport à un rinçage conventionnel à l’eau. L’ensemble des mesures relatives à l’eau domestique doit déboucher sur une consommation d’eau nulle.

Des « ailerons » de bronze ont été appliqués sur la façade. Leur rythmique apporte une touche visuelle à l’architecture et leur ouverture fonctionnelle permet de laisser entrer l’air extérieur dans le bâtiment pour une ventilation naturelle.

Des « ailerons » en bronze sont appliqués sur la façade extérieure. Leur rythmique apporte une touche visuelle à l’architecture, et leur ouverture fonctionnelle permet de laisser entrer l’air extérieur dans le bâtiment pour une ventilation naturelle. L’ouverture dépend de l’ensoleillement de la façade, ce qui modifie constamment son aspect. Le concept de la ventilation naturelle est si ingénieux que l’air extérieur est aspiré sur toute la superficie de l’étage. Des capteurs règlent les courants d’air dans le bâtiment en fonction de l’occupation, ce qui est censé générer une économie d’énergie de 00 à 750 MWh par an. Les plafonds sont davantage qu’une simple décoration : ils représentent un développement unique et innovant inspiré des plafonds en tôle emboutie comme on en voit souvent à Ne - ork. Au total, 000 panneaux de plafonds multifonctionnels en aluminium poli combinent une finition décorative à une fonction de refroidissement, de réflexion de la lumière et de réduction du bruit. 85 km de tuyaux d’eau fraîche et 500 000 LED y sont incorporés. La solution intégrée permet en outre une économie d’énergie de 0 .

© Nigel Young/Foster + Partners

Le bâtiment prévoit sa propre production d’énergie avec, notamment, des panneaux solaires sur le toit et une centrale à gaz. L’émission de chaleur des installations techniques résultant de la propre production d’énergie est récupérée pour le chauffage en hiver et le rafraîchissement en été. La consommation d’énergie est inférieure de 35 % à celle d’un immeuble de bureaux conventionnel.

Enfin, citons encore la gestion des déchets qui prévoit notamment le recyclage des gobelets de café en carton en papier de qualité.

PROFACILITY WORKPLACE 2019 21


22 PROFACIITY WORKPLACE 2019

© James Newton Photographs

© Nigel Young/Foster + Partners

Le Pantry

La ‘promenade’ est un escalier hélicoïdal reliant les six étages de l’immeuble. Sa largeur de 1,8 mètre permet de s’y arrêter pour discuter sans gêner pour autant la circulation.


/BLOOMBERG EUROPEAN HEADQUARTERS, LONDON

SMART & GREEN BUILDINGS

Flexibilité et collaboration sont essentielles Les espaces opérationnels avec finition en bois ont l’air immense et permettent en un coup d’ il de voir qui travaille o . La grande ouverture des espaces et l’absence de parois sont remarquables. L’accent mis sur le travail en équipe et la collaboration a influencé l’aménagement de chaque étage. Les postes de travail sont conçus pour collaborateurs maximum dans l’intérêt de la vie privée, du bien-être et de la collaboration en « clusters » et « pods ». Une table de réunion ronde est installée au centre d’un cluster et les postes de travail sont répartis tout autour, de manière que chacun puisse rapidement prendre place à table pour de courtes concertations. Chacun dispose d’un espace de travail identique, équipé d’une tablette inclinée et d’un réglage électrique en hauteur jusqu’à une

© James Newton Photographs

De nombreuses baies ouvertes sont prévues pour faciliter les échanges informels et courtes réunions.

© Nigel Young/Foster + Partners

Au centre d’un cluster se trouve une table de réunion ronde et les postes de travail sont répartis tout autour de manière que chacun puisse prendre rapidement place à table pour une courte concertation.

position debout. Un conteneur à roulette sous la tablette peut servir de siège pour les collègues qui se présentent pour une courte discussion. Les « pods » sont des « bubbles » ouverts destinés à favoriser la coopération entre à 8 personnes, sans porte, et composés de parois en verre qui ne montent pas jusqu’au plafond. 8 de ces espaces ne doivent pas être réservés, ce qui garantit une utilisation flexible maximale. En plus des 000 km de câbles à fibres optiques pour les réseaux de données apportant un support rationnel au travail, un grand nombre d’œuvres d’artistes contemporains contribuent émotionnellement au bien-être au travail.

“ Le siège européen de Bloomberg a obtenu un remarquable 99, « Breeam Outstanding ».“

Visite guidée de ce projet pharaonique commentée (en anglais) dans la vidéo à découvrir via https: vimeo.com 29 2 998

Eduard Coddé

PROFACILITY WORKPLACE 2019 23


/

PUBLI-VIEW EY WAVESPACE™, ANVERS

L’accès à l’étage de 1.200 m2 donne directement sur une one bénéficiant de l’ambiance la plus détendue du complexe : un bar aux allures de bistro. Les salles de réunion sont installées dans l’espace telles des maisonnettes au style dépouillé.


Générateur de « bonheur » EY Wavespace™ est une formule globale déployée par EY pour attirer les start-up, leur offrir une ambiance de travail attractive et innovante, créer une relation qui jette un pont entre les start-up et le monde de l’entreprise dans lequel EY est bien introduit. Actuellement, il existe dans le monde une dizaine de centres dotés d’un EY Wavespace™ opérationnel dont ceux de Paris, Singapour, Shanghai, Amsterdam et Anvers. Le site anversois a ouvert ses portes en décembre 2018 et est intégré au complexe de bureaux « Post X » – qui jouxte la gare d’Anvers-Berchem – où EY occupe lui-même deux étages de bureaux. E a défini la formule et détermine par conséquent l’utilisation du plateau de bureaux, tandis que la mise en œuvre complète du projet a été confiée à Procos. « Nous pouvons franchement parler d’une relation à long terme avec le client », affirme Ine Schaeps, membre de la PROCOS Management Team. « Cela a commencé il y a environ 10 ans avec le siège de Diegem suivi par ceux d’Anvers et de Gand. » Stimuler les gens, les confronter à l’imprévu, voilà en résumé le fil conducteur guidant la mise en uvre complète du plateau de bureaux. Il s’agit d’une réalisation globale partant d’un espace de bureaux vide et qui englobe tout, de la conception à la réception, y compris toutes les facettes du concept intérieur et de la réalisation. Un puzzle plein de surprises Notons que l’accès à l’étage d’une superficie de .200 m2 donne directement sur une zone bénéficiant de l’ambiance la

plus détendue du complexe : un bar aux allures de bistro. Il permet de débuter la journée avec une bonne tasse de café ou une causerie informelle et est très éloigné de l’ambiance de bureau classique. Mais les surprises ne s’arrêtent pas là. « Le plan du plateau est conçu de telle manière qu’il invite à une promenade avec plusieurs escales », explique Wim Van Hove, Managing Director PROCOS Group. Parmi ces escales : le mini-auditorium avec un grand outil de présentation Microsoft Surface Hub et, surtout, l’étonnante « table Lego ». La table proprement dite se prolonge même jusqu’à la paroi arrière. Le but est de créer des objets graphiques au moyen des célèbres petites briques qui apportent un soutien visuel à la concertation interactive. Chaque participant à liberté d’intervenir lui-même comme designer.

“ Stimuler les gens, les confronter à l’imprévu, voilà en résumé le fil conducteur guidant la mise en œuvre complète du plateau de bureaux.“

Très créative et ludique : la « Swing-table », une table ronde entourée de chaises à bascule suspendues.


/

PUBLI-VIEW EY WAVESPACE™, ANVERS

Un immense mur vidéo domine la « Tech-Kitchen ». Il s’agit d’une douzaine de TV 75’’ avec écran incurvé parfaitement synchronisés et intégrés dans un mur lui aussi incurvé. Un écran tactile de 55’’ en assure le contrôle et permet d’utiliser la zone écran dans son ensemble ou de la fragmenter en zones où apparaissent différents contenus.

Stimuler la conversation Les salles de réunion aménagées dans l’espace telles de petites maisons au style dépouillé, sont autant d’escales qui nourrissent encore plus l’imagination. Et que dire du mur d’escalade, de la table de ping-pong qui se transforme en un tournemain en table de réunion… « Tous ces éléments étonnants incitent les gens à passer à l’action », argumente Sofie De Waele, Workplace Consultant de PROCOS Group. « Il s’agit d’un lieu par excellence permettant de nombreux moments de concertation entre des gens qui se rencontrent pour la première fois. Les stimuli envoyés par l’intérieur libèrent la parole, brisent la glace. » Les sièges, inhabituels pour un environnement de bureau, sautent aux yeux : chaises longues, poufs et même hometrainers ! L’ameublement aux couleurs chaudes et des coussins

De profondes alcôves intégrées autour des fenêtres permettent d’ prendre place en profitant de la vue sur l’environnement

contribuent à créer une atmosphère chaleureuse. Vous pouvez prendre place dans des alcôves profondes dont les fenêtres permettent de profiter de la vue sur l’environnement. L’attention portée au bien-être des utilisateurs apparaît aussi au niveau des tablettes réglables en hauteur pour chaque poste de travail et des nombreuses – vraies – plantes dans la décoration intérieure. Tech-Kitchen La « Tech-Kitchen » est totalement atypique. Il s’agit d’un grand espace délimité et fermé. Les clients ont ici accès à l’expertise et au savoir concernant des technologies spécifiques, comme la cybersécurité, le data analytics et la finance agile ainsi que les technologies émergentes comme la robotic process automation et la blockchain.

Ine Schaeps

ofie

e

aele

Wim Van Hove

Jan Blockxstraat 1 2018 Anvers +32 (0)3 242 94 60 procos.belgium@procosgroup.com www.procosgroup.com


/ALIAXIS HQ, BRUXELLES

BUSINESS CASE

Relocalisation du siège d’Aliaxis au Triomphe

Quand le paysager fait l’unanimité

PROFACILITY WORKPLACE 2019 27


/ALIAXIS HQ, BRUXELLES

BUSINESS CASE

Une transformation audacieuse L’accueil des visiteurs est localisé au 7e étage de l’immeuble Triomphe, l’étage le plus haut occupé par Aliaxis. Au sortir des ascenseurs, le visiteur découvre une vue dégagée sur un Ixelles étonnamment vert.

Le quartier général du groupe Aliaxis a fait l’objet d’une intégration architecturale soignée, privilégiant circulation et communication entre services. Un lieu de travail lumineux, séduisant, attractif tant pour les clients que pour les talents dans le bien nommé bâtiment Triomphe, à Ixelles. Un lieu de travail où – c’était nouveau pour les collaborateurs du QG d’Aliaxis – les paysagers sont devenus la norme. Sans provoquer de heurts. Juin 2015, Laurent Lenoir devient CEO d’Aliaxis. Il entend imprimer une nouvelle dynamique au groupe spécialisé dans la fabrication et la distribution de systèmes de gestion des fluides qui emploie .000 personnes à travers le monde et génère annuellement trois milliards d’euros de chiffre d’affaires. En 2015 toujours – dans une heureuse coïncidence temporelle –, le bail locatif du QG d’Aliaxis implanté avenue de Tervuren arrive à son terme. L’idée d’une relocalisation s’impose, associée à une stratégie RH qui entend privilégier les interactions et la communication entre collaborateurs, dans un souci d’efficacité accrue et de renforcement des valeurs de l’entreprise. Nancy De Loor, alors Assistant du CEO, a été la cheville ouvrière du projet de relocalisation du QG d’Aliaxis. Elle en retrace les impératifs : « Nous souhaitions rester sur Bruxelles. Nous souhaitions également bénéficier à la fois d une offre de transports en commun attractive et d un volume de parking suffisant pour les besoins de nos collaborateurs h oui Nous devions intégrer dans le pro et l augmentation programmée du nombre de collaborateurs ur la base de ces crit res, nous avons identifié plusieurs implantations potentielles, mais c est le b timent riomphe, situé venue raiteur, à xelles, qui a remporté les suffrages du roup eadership eam mis en place pour accompagner ce pro et de relocalisation n choix validé tant par le O d liaxis que par le résident du onseil d dministration »

28 PROFACILITY WORKPLACE 2019

1) zie kader op pagina 22 ‘ SWOW: van Le Monnoyer tot de Keizerslaan’

Voilà comment Aliaxis a jeté son dévolu sur les niveaux supérieurs du bâtiment Triomphe issu du portefeuille Befimmo, pour une superficie totale de .200 m2. Un beau challenge architectural La lettre d’intention est signée en décembre 2015, avec un planning ultra-serré. Christophe Bichara, l’architecte du projet pour le bureau Epure, explique : pr s avoir été sélectionnés, nous sommes tr s vite entrés dans le vif du su et nous avons rendu un avis technique en février 201 , les plans ont été déposés en mars, avant une validation et un go en avril ébut des travaux mai 201 e chantier s est bien déroulé, avec tr s peu d imprévus ou de fausses notes e qui a permis une prise en occupation des lieux d s octobre »

“ L’idée maîtresse pour permettre une meilleure communication entre services fut d’aménager de nouveaux escaliers directs entre chaque niveau.“ On sent la fierté de Christophe Bichara quand il évoque le déroulement du projet Aliaxis. « Nous sommes habitués aux pro ets de réaménagement de bureaux, mais celui ci est particuli rement réussi ui plus est, il comportait de solides défis techniques » Premier défi : le délai. Entre le début des travaux et l’arrivée des collaborateurs s’écoulent à peine mois de travaux, en ce compris la période des congés des bâtiments.


Le branding Aliaxis apparaît dans divers éléments de décor : ici des tubes PVC maison assurent le confinement d’un espace salon

La transformation consista à percer les dalles et à créer de nouvelles volées d’escaliers directs entre chaque niveau, depuis les zones de circulations des plateaux.

PROFACILITY WORKPLACE 2019 29


Le choix du bureau Epure Le bureau Epure est un bureau de taille relativement modeste parmi les aménageurs de bureau de la place bruxelloise. Cette taille résolument modeste, Christophe Bichara tient à la préserver, car elle permet de solidifier une relation de confiance entre architecte et maître d’ouvrage. Christophe Bichara présente Epure : Notre bureau compte 5 personnes

ingénieurs architectes et 2 architectes

n bureau, qui privilégie la rapidité de décision et la préci sion dans la transmission d informations

n pro et comme

celui ci, d une telle ampleur et dans des délais aussi courts, impliquait une réactivité de tous les instants à un dialogue permanent client fournisseur

ela n est possible que lorsque

les décideurs sont actifs dans les pro ets et pas seulement des gestionnaires d équipes avec tous les probl mes de communication potentiels et l inertie que l on rencontre dans les grosses organisations. www.epure.be

Le coin repas privilégie la convivialité. Quant à l’éclairage, il évoque le core business d’Aliaxis : le transport de uides

Nouvel exemple d’intégration de la production Aliaxis : des suspensions d’éclairage et une table basse.


/ALIAXIS HQ, BRUXELLES

BUSINESS CASE

Deuxième défi : l’amélioration de la circulation entre les quatre niveaux occupés. Christophe Bichara explique : Nous devions contribuer à améliorer la communication entre services t l aménagement tel qu il existait dans le b timent sur 4 étages avec une communication via les ascenseurs ou la cage d escalier – ne constituait pas une réponse satisfaisante en la mati re idée ma tresse consista à percer les dalles et à créer de nouvelles volées d escaliers directs entre chaque niveau, depuis les ones de circulations des plateaux n réel défi architectural, car il ne fallait pas toucher à la structure du b timent, tout en garantissant les possibilités de confinement liés aux impératifs de sécurité incendie » Troisième défi : l’attractivité de chaque niveau. Pour encourager la circulation entre les services, les interactions entre collaborateurs et stimuler la culture d’entreprise, chacun des quatre niveaux s’est vu doté d’un point d’attraction : accueil, gymnase, coin repas et salle de détente. Satisfaction généralisée Nancy De Loor met en exergue la satisfaction généralisée du personnel après le déménagement: Nous venions d un aménagement qui faisait la part belle aux bureaux privatifs voluer vers des pa sagers ne se vit amais sans nourrir certaines appréhensions ussi avons nous fourni un important travail d accompagnement gr ce à notre service ommunication, avec un suivi à destination des futurs occupants du b timent tout au long des travaux autre part, nous n avons pas cédé à la mode du flex desk et du bureau nomade imposé à tous selon la Ne Wa of Working e mode de fonctionnement ne se ustifie pas au regard de nos besoins et de notre culture d entreprise haque collaborateur poss de donc son propre poste de travail ertaines ones peuvent accueillir des travailleurs nomades consultants, notamment ou des collaborateurs souhaitant simplement changer d environnement, le temps de la rédaction d un rapport complexe, par exemple »

Branding subliminal De multiples salles de réunion de tailles variables ont été intégrées dans le schéma d’aménagement : du « bubble » pouvant accueillir 2 personnes à la salle de formation pouvant offrir une cinquantaine de places assises. Une attention particulière a été portée à l’acoustique des lieux. Le bureau d’architecture Epure a également fourni un important travail sur l’éclairage, afin de le rendre le plus agréable et efficace possible : intensité variable en fonction des conditions naturelles, éclairages indirects et/ou dimables, abat-jours… et surtout, primauté à la lumière naturelle, présente dans tous les locaux. Dernier détail – mais ce n’en est pas un : le branding. Fort d’un catalogue pléthorique de matériel destiné au transport et à la gestion des fluides, le bureau d’architecture intègre les produits dans la conception des espaces. Les espaces de travail supportent le « branding » de la société. En incluant dans les décors des produits fabriqués par les entreprises du groupe, les collaborateurs et les clients peuvent découvrir tuyauteries et vannes transposées en cloisons, éclairages, ou encore tables basses. Vous avez dit « souci du détail » ? Bruno Hoditte Photos Marc Detiffe

Aliaxis, en bref Le groupe Aliaxis est leader mondial de la fabrication et la distribution de systèmes de gestion des fluides spécialisé dans les solutions thermoplastiques. Les marques du groupe jouissent d’une identité affirmée et d’une présence reconnue sur leurs marchés. Fort de .000 personnes réparties dans plus de 100 entités industrielles et commerciales implantées dans plus de 0 pays, Aliaxis se veut au plus proche des installations de ses clients. www.aliaxis.com

La zone de détente : un billard, un baby-foot, des sièges confortables. Soit un des 4 points nodaux répartis sur les 4 niveaux.

PROFACILITY WORKPLACE 2019 31


CARTE BLANCHE

L’illusion du bonheur au travail Aurélien Herquel, Auteur du livre Human, promesse d’une croissance réussie

À l’heure où les travailleurs sont en quête de sens et les employeurs en quête de moyens pour conserver leurs talents, le « bonheur au travail » semble dominer les discussions. S’il n’est pas rapidement remis en cause, ce paradigme risque hélas de faire beaucoup de dégâts. Par nature, peu d’entre nous accepteront d’emblée que l’organisation constitue le lieu où chacun trouvera le bonheur. En revanche, chacun peut accepter qu’il soit tout à fait possible de trouver une source d’épanouissement dans le travail. Cet épanouissement est le résultat des efforts menés par les travailleurs, les managers et les gestionnaires des ressources humaines mais aussi des architectes/designers. L’entreprise peut aider ses employés – mais seulement avec le consentement de ces derniers – à trouver cet épanouissement qui leur permettra de grandir, de montrer leurs capacités et de respecter leurs valeurs au sein de l’effort collectif. Cet épanouissement sera alors pleinement bénéfique à l’entreprise, à l’économie et à la société au sens large.

“ Par nature, il semble évident que le lieu de travail n’est pas celui où chacun trouvera son bonheur.“ Illusion Le message véhiculé par les promoteurs du « bonheur au travail » est tout autre : pour ces derniers, l’employé peut – voire doit – trouver SON bonheur au travail. Poussés par ces commerciaux du bonheur « clé sur porte », les entreprises organisent aujourd’hui des formations pour transformer les

32 PROFACILITY WORKPLACE 2019

managers en « gentils managers », sorte d’animateurs bienfaisants au service du bonheur des employés. Mais le rôle des managers est-il vraiment d’être « gentils » ? Par extension, l’entreprise a-t-elle vocation à rendre ses employés heureux ? Dans le flux d’une mondialisation de plus en plus rapide, une entreprise doit vivre, progresser, investir. Des efforts sont notamment effectués dans la rénovation et l’aménagement de bureaux, d’espaces de travail (NWOW). Or ces nouveaux aménagements doivent être accompagnés, pour être efficaces, d’une approche plus humaine du management également. Si ce n’est pas le cas, nous risquons de basculer vers une vision cosmétique du travail et ne dit-on pas que « peindre une 2 CV en rouge n’en a jamais fait une Ferrari ». Une couche de « bonheur au travail » ne remplacera jamais les valeurs et la culture d’une entreprise dynamique centrée à la fois sur ses objectifs et sur l’épanouissement de ses collaborateurs. Dissonance à tous les étages Par ailleurs, ce message de « bonheur au travail » risque de s’avérer davantage contre-productif que bénéfique, voire se montrer destructeur. Des études récentes, américaines de surcroît, montrent d’ailleurs l’effet quasi nul des happy managers au sein des organisations et annoncent déjà la fin de l’âge d’or du « Happy » dans l’organisation. Ne voit-on pas également nombre d’organisations proposant des locaux flambant neufs où l’absentéisme ne fait que de s’accroître ? Changer, mais dans le bon sens L’attitude des organisations doit changer. Le constat est clair ! Elles doivent incarner des valeurs fortes, et leurs managers doivent vivre ces valeurs et les transcrire au quotidien dans leurs choix et dans leurs actes.


Certes, le NWOW est essentiel, les nouveaux espaces de travail favorisant la communication, l’entraide, et l’émulation sont devenus des enjeux majeurs pour les organisations. Mais attention ! Contrairement à ce que d’aucuns essaient de nous faire croire, « cool » ne veut pas dire « humain ». L’humain doit aujourd’hui reprendre sa place au cœur de l’organisation et surtout évoluer en symbiose avec celle-ci. Hu-Man, label au service du management et des salariés La philosophie de Hu-Man est tout autre. Il n’est nullement question de bonheur au travail, mais bien d’épanouissement. Respecter les principes Hu-Man, couplé avec une nouvelle vision architecturale de bureaux, de salles de réunion, représentera dans un futur proche des critères fondamentaux quant à l’épanouissement des salariés et du management tout en garantissant la réussite des organisations.

Les 10 principes Hu-Man sont : 1. Connaître ses équipes 2. Performance humaine 3. Faire la différence

4. Grandir ensemble

MESUREZ L’OCCUPATION ET L’USAGE DE VOS ESPACES DE TRAVAIL Dans un contexte de transformation des modes de vie et de travail, connaitre la manière dont vos collaborateurs occupent et interragissent avec les espaces de travail et de collaboration mis à leur disposition demeure un enjeu stratégique.

5. On reçoit ce que l’on donne

6. Partager ses expériences positives 7. La parité compte 8. L’égalité paie

9. Une chance pour tous 10. Investir dans l’humain

www.spaceid.eu


Silversquare@Befimmo inaugurait il y a un an à peine son 4e centre de coworking à Bruxelles : 5.000 m2, mix d’espaces partagés et dédiés, design résolument moderniste signé par l’architecte d’intérieur Lionel Jadot.


WORKPLACE & REAL ESTATE

Le coworking disrupte le marché immobilier ous assistons depuis un an et demi à une e pansion soutenue des centres de co or in principalement à ru elles mais é alement à nvers a croissance de ce nouveau marc é immobilier est telle u’en la prise en occupation par des centres de co or in a représenté plus de m2 soit du ta e up annuel du marc é de bureau t cette émer ence n’est pas une tendance passa re comme nous allons le voir La multiplication des espaces de coworking marque une évolution de l’immobilier, de la propriété à l’usage de solutions de bureaux partagés all-in, facilities incluses. Elle répond à la demande de plus de flexibilité des contrats de location durée et surface) lorsqu’il s’agit de bureaux dédiés, intégrés dans ces centres. Le coworking a fait timidement ses premiers pas en Belgique voici 10 ans. Ces espaces de bureaux se démarquent alors de ceux des centres d’affaires classiques par l’utilisation en grande partie de bureaux, équipements et facilities partagés au lieu de bureaux fermés avec surface dédiée. C’est une révolution : pour l’usage des espaces de bureaux partagés, plus de loyer à payer mais un « membership », un abonnement mensuel, un peu comme dans un club de sport. En termes de flexibilité, on ne pouvait rêver mieux : fini l’engagement sur une longue durée ; souvent, seul un préavis de 3 mois est demandé pour mettre fin à l’abonnement. Évolution de marché Silversquare est le pionnier du coworking en Belgique. Leur premier centre s’étendait sur une superficie de . 00 m2 dont près de 30 % de bureaux partagés. Leur 4e centre de coworking, qui a ouvert ses portes il y a un an à peine à Bruxelles, dispose aujourd’hui d’une superficie de 5.000 m2. Avec leur partenaire Befimmo, désormais actionnaire majoritaire, Silversquare parie maintenant sur l’ouverture prochaine d’espaces de coworking

sur une superficie de 0.000 m2 dans le complexe Quatuor et 5.000 m2 dans le projet ZIN en construction dans le quartier Nord à Bruxelles. À l’origine, ces centres de coworking ciblaient principalement les TPE, indépendants, consultants, start-ups et scale-ups en fournissant une solution de bureau prêt à l’emploi avec facilities intégrées, ainsi qu’une localisation de l’entreprise à une adresse prestigieuse. Au-delà de la solution « logistique » de bureaux « all-in » à un prix attractif pour une TPE et de l’adresse, un attrait majeur de ces centres est la communauté vibrante constituée par un mix d’entreprises de secteurs d’activités divers, véritables hubs entrepreneuriaux urbains. L’animation de cette communauté se fait par l’organisation de formations, de « pitchs », de groupes de réflexions tout autant que d’évènements plus festifs.

“ Au-delà de la solution logistique de bureaux « all-in » à un prix attractif pour une TPE, l’attrait majeur des centres de coworking est la communauté vibrante constituée par un mix d’entreprises de secteurs d’activités divers, véritables hubs entrepreneuriaux urbains.“

Désormais, certaines entreprises de taille moyenne occupant quelques dizaines de salariés s’intéressent aussi à cette formule de bureaux. Entre autres pour le côté « énergisant » de cette communauté. Mais aussi pour optimiser le coût d’occupation de leurs bureaux. Le télétravail et le nomadisme des collaborateurs étant de plus en plus autorisés dans les entreprises, il n’est pas rare que les bureaux soient désertés un lundi ou un vendredi. Dans des grands entreprises, la mesure du taux d’occupation de bureaux non partagés fait souvent état d’un taux moyen de 0 à 70 , voire moins encore. La solution de bureaux all-in séduit donc aussi. C’est désormais le centre de coworking qui gère les facilities (nettoyage, mobilier, éclairage, sécurité dont les contrôle d’accès, bureautique, salles de réunions, accueil, courrier, services eau et café). Ce marché grandit encore par l’intérêt de grandes entreprises à localiser leurs bureaux dans des immeubles intégrant un centre de coworking haut de gamme, souvent installé au rezde-chaussée de l’immeuble. L’accueil et réception austères sont alors remplacés par des espaces de travail et des espaces « lounge », un peu comme dans le hall d’un hôtel. Des salles de réunions y sont intégrées ; cela solutionne en partie le problème de confidentialité en évitant que des visiteurs extérieurs circulent dans les bureaux de l’entreprise. D’autre part, ces espaces de coworking peuvent également, en cas de besoin, héberger des équipes projets temporaires. Surenchère à Bruxelles Pour capter ce marché immobilier émergeant, des investissements élevés sont réalisés par des acteurs internationaux comme Regus, Spaces, WeWork, Welkin & Meraki et Tribes, ou nationaux comme Silversquare avec Befimmo et Fosbury sons. La SRI Befimmo a anticipé la mutation du marché et de la demande de bureaux flexibles « services inclus ». Befimmo est propriétaire d’un portefeuille d’une centaine d’immeubles représentant près de 900.000 m2 dont 7 localisés à Bruxelles.

PROFACILITY WORKPLACE 2019 35

1) zie kader op pagina 22 ‘ SWOW: van Le Monnoyer tot de Keizerslaan’


WORKPLACE & REAL ESTATE

“ La solution de bureaux all-in séduit car c’est le centre de coworking qui gère les facilities : nettoyage, mobilier, éclairage, sécurité dont les contrôle d’accès, bureautique, salles de réunions, accueil, courrier, services eau et café.“

e

Pressentant l’évolution en marche, l’entreprise concluait fin 20 7 une alliance stratégique avec Silversquare pour le développement conjoint d’un réseau de centres de coworking qui seraient hébergés dans les immeubles dont Befimmo est propriétaire. Premier jalon : le centre Silversquare Befimmo qui ouvrait ses portes voici un an dans l’immeuble Triomphe à Bruxelles. Fort de ce premier succès, Befimmo annonçait en décembre dernier l’acquisition de Silversquare.

36 PROFACILITY WORKPLACE 2019

or

Face à ce poids lourd de l’immobilier à Bruxelles on trouve l’opérateur historique de centre d’affaires en Belgique, la multinationale IWG (International Workplace Group, ex-Regus) qui compte 33 centres en Belgique. Regus perdait progressivement du terrain ces dernières années en Belgique avec la formule classique des business centres. La maison acquérait alors il y a 5 ans l’entreprise hollandaise Spaces. Au moment de l’acquisition, Spaces était LA référence dans le Benelux et en Angleterre pour la création et l’exploitation de centres de coworking.

Sous l’enseigne Spaces, IWG ouvrira sous peu cinq nouveaux centres dont trois à Bruxelles : à Tour & Taxis, place Rogier dans le Manhattan Center et rue des Poissonniers. Challengers et francs-tireurs prennent position D’autres acteurs se sont positionnés récemment sur le marché du coworking à Bruxelles avec des projets de grande envergure. Ainsi Fosbury sons débarquait fin novembre en ouvrant un centre de co orking de 7.000 m2 en périphérie bruxelloise dans un immeuble à l’architecture moderniste emblématique, connu pour avoir été l’ancien quartier général de la société CBR. Fosbury sons amène dans ses cartons le projet d’ouverture, cette année encore, de deux autres centres à Bruxelles, l’un dans le quartier Nord au n 7 du Boulevard Albert II, l’autre en périphérie, dans un ancien entrepôt à Grand Bigard.


WeWork, le géant mondial des espaces de coworking débarque lui aussi à Bruxelles cette année avec la création d’un premier centre au cœur du quartier Européen au n°31 de la rue du Commerce. L’entreprise occupera la totalité de l’immeuble « Light on » en cours de construction. WeWork sera un compétiteur de taille sur le marché du coworking en Belgique. La société ne -yorkaise exploite en effet 2 0 espaces de co orking répartis dans une cinquantaine de villes et pays, fréquentés au quotidien par 30.000 utilisateurs et comptant plus de 2 0.000 membres. Cette start-up créée voici à peine 8 ans est aujourd’hui valorisée à plus de 20 milliard de dollars. Face à ces géants, certains francs-tireurs se lancent aussi dans l’aventure. La clé du succès est probablement la différenciation. Ainsi la société Welkin & Meraki se positionne sur le haut de gamme en proposant des « Serviced offices » 5 étoiles. Ils misent résolument sur le quartier européen de Bruxelles, notammentla rue la Loi, dans la tour en construction « The one », où ils occuperont 4 étages. Le « bureau classique de papa » est donc bien en train de muter en un espace plus ouvert, partagé, collaboratif et nomade.

SHAPING THE FUTURE OF REAL ESTATE

Le « bureau classique de papa » est donc bien en train de muter en un espace plus ouvert, partagé, collaboratif et nomade.

We Are Real Estate is bringing the real estate industry together in its hotspot Brussels on the 22nd and

Didier Van den Eynde

Phénomène mondial La société de courtage et services immobiliers JLL a analysé au niveau européen l’évolution du marché des espaces flexibles de bureaux. En 20 7, ce marché a augmenté de 30 dans 20 des plus grandes villes européennes. Leurs prévisions indiquent que cette croissance de 30 % par an devrait perdurer pendant encore au moins 5 ans. Dans les centres villes la part de marché des bureaux flexibles pourrait atteindre 5 . LL estime à plus de 700 le nombre de prestataires opérant ces espaces de bureaux partagés en Europe. Dans le futur, une consolidation semble inévitable, certainement lorsque ce marché sera à maturité. Pour capter ce secteur en forte croissance, les grands propriétaires immobiliers devront soit collaborer avec des opérateurs externes spécialisés, soit créer leurs propres marques et concepts. À Paris et Londres, ces grands propriétaires détiennent 25 de ce marché des bureaux flexibles. Cette analyse approfondie de ce secteur en mutation est disponible (en anglais) via https: flexspace.jll.com

23rd May 2019. Real estate professionals will get the

REGISTER IN ADVANCE ON

WEAREREALESTATE.BE

chance to learn and share their knowlegde during several pitches, exhibitor presentations, conferences and debates across two busy days. We Are Real Estate is a platform for the entire real estate sector where you can meet new people spontaneously and lots of (potential) partners in a short amount of time. Efficiency is key.

2 DAY CONFERENCE

LEARNING

BRUSSELS EXPO 22-23 MAY 2019 10 AM – 8 PM

WARE_advertentie_125x200.indd 1

INVESTING

NETWORKING

ENDLESS VISION

We Are Real Estate WeAreRealEstateBE WAREbrussels info@wearerealestate.be WWW.WEAREREALESTATE.BE

28/03/19 09:20


/

PUBLI-VIEW NCBHAM

Cultiver la diversité d’ e La diversité et multiculturalisme caractérisent la culture singulière du bureau d’architecture intérieur NCBHAM. Fondé, il y a 6 ans par Mauro Brigham et Nicolas Ntalakidis, il fédère aujourd’hui 29 collaborateurs de onze nationalités différentes autour d’un ob ectif enric ir diversifier et co créer de la « Workplace experience ». Le bureau d’architecture multiplie les projets et réalisations dans quatre secteurs d’activité : le workplace, le food, le retail et l’hospitality. Quel est le commun dénominateur des aménagements réalisés par NCBHAM notamment pour le quartier général d’AXA à Bruxelles, l’OTAN, le campus Barco à Courtrai, les quartiers généraux d’Orange, Nike, Belfius, Thalys et Rossel Le point commun est de créer un cercle vertueux pour la réalisation de chaque projet : « Think > co-create > design > build > experiment > adapt »

© Marc Detiffe

Penser chaque projet de façon unique Chaque entreprise a sa propre organisation, ses valeurs et sa culture. NCBHAM repart d’une page blanche pour chaque nouveau projet pour que la solution d’aménagements et de design proposée corresponde aux attentes de l’entreprise. Pas de « copié-collé » mais bien une analyse en profondeur et une co-création avec le client pour que l’aménagement et le « branding » des espaces reflètent parfaitement les valeurs et la culture de l’entreprise.

Forum @ AXA Headquarters

nno er et di ersifier la orkplace experience NCBHAM observe de près l’évolution des habitudes de vie. Les « millennials » sont de plus en plus nomades. Les espaces de travail se diversifient pour répondre aux besoins et attentes spécifiques du travail, ou de détente, tout au long de la journée : espaces de réunion stimulant le brainstorming, postes de travail partagés, coffee corners et espaces de restauration chaleureux,


salle de gym… la diversité de ces espaces et leur design attractif contribue à créer la « Workplace experience » que propose NCBHAM. Faciliter le changement De la création, construction, implémentation jusqu’à l’évaluation, le fil rouge est l’amélioration de l’organisation du travail en remettant l’humain au centre. Objectif : obtenir plus de collaboration, d’échanges, de satisfaction et de bien-être des travailleurs afin de stimuler leur créativité, améliorer leurs performances et donc leur productivité. Le travail de réflexion nécessaire en amont, le suivi de l’implémentation et la mesure des résultats d’un aménagement font partie d’un processus d’accompagnement crucial pour la réussite d’un projet. La communication avant, pendant et après fait partie intégrante de ce processus. Faciliter l’adhésion au changement en impliquant également des « ambassadeurs » tant auprès de la direction générale que des collaborateurs de l’entreprise – fait partie du cheminement. NCBHAM accompagne ses clients dans ce processus.

OTAN

© Marc Detiffe

© Jelle Vans

d’ expériences comme source de bien être des collaborateurs

Une expertise particulière, la « Food experience » La « Food experience » contribue grandement au bien-être des collaborateurs de l’entreprise. La créer requiert la maîtrise de plusieurs paramètres : l’offre alimentaire mais aussi le design, la technicité des équipements et les pratiques. Cette approche multidisciplinaire est reconnue par les plus grands prestataires de catering, comme Sodexo, Compass, Aramark… Ce sont des réels partenariats qui se tissent pour des projets liés à l’aménagement d’espaces de restauration mais aussi à l’équipement et l’aménagement des cuisines.

Projet TRAKK à Namur : Coworking center et Creative Hub

Futur prometteur Le professionnalisme, l’innovation, la durabilité, la multidisciplinarité de NCBHAM sont reconnus par le marché. La liste des projets en cours s’allonge de jour en jour : le « Creative Hub » TRAKK à Namur, les espaces d’accueil du complexe Quatuor en développement dans le quartier Nord à Bruxelles, l’extension de l’université de Liège sur le site du Louvrex, le restaurant Argan de l’hôtel Dolce à La Hulpe, sont quelques exemples représentatifs.

Cette spécialité de NCBHAM couplée à l’inventivité en matière de co-création d’environnements de travail différents pour chaque projet crée une réelle valeur ajoutée pour les entreprises, consultants et opérateurs qui font appel au bureau d’architecture intérieur. NCBHAM Rue Hotel des Monnaies, - 0 0 Bruxelles Tél 32 (0)2 538 0 3 - info nc-bham.be .ncbham.be


/STADSKANTOOR VENLO (NL)

BUSINESS CASE

Adopter la philosophie du « Cradle to Cradle » pour un bureau du futur L’administration de la ville néerlandaise de Venlo s’est résolument prononcée en faveur d’une politique d’écoresponsabilité u’elle a fi ée dans son pro ramme enlo Principles » établi en 7 points, épousant les principes de la p ilosop ie radle to radle établie par le c imiste ic ael raun art et l’arc itecte illiam c onou es ob ectifs environnementau et l’introduction de nouvelles formes de travail e a s of or in ont été inté rés dans la construction d’un tel de ville en tous points innovant

La visibilité des cages d’escalier a volontairement été accentuée dès la conception intérieure de l’immeuble. Ceci ne peut que stimuler l’activité et la forme physique, mais aussi les rencontres et la communication.

40 PROFACILITY WORKPLACE 2019

En 2010, le cabinet d’architecture Kraaijvanger (Rotterdam) a remporté l’appel d’offres émis par la ville de Venlo pour son hôtel de ville. Lors de la sélection, le concept a été subordonné à la philosophie exprimée par les candidats, c’est-à-dire leur vision sur les principes « Cradle to Cradle » et de durabilité écologique. Le chantier a pu débuter en 2012. Pour le cabinet d’architecture, c’était le tout premier projet optant délibérément pour les principes C2C – même si la construction écoresponsable figurait parmi ses préoccupations depuis plusieurs années déjà. Daniëla Schelle, associate partner et architecte d’intérieur : « Pour être précis, nous avons développé l’ensemble de ce projet en fonction de la pensée C2C, qui se concentre uniquement sur les produits. Ce n’est pas un certificat accordé à un b timent l a ans, au début de la conception, le marché ne proposait guère de produits correspondant à ces principes ais heureusement, il en a de plus en plus aujourd’hui ». Edward Timmermans, coordinateur du projet, poursuit : « Par ce projet, plusieurs fournisseurs ont embrassé le C2C. C’est l’association entre les produits et leur emploi qui a déterminé le résultat final » Objectif : innovation maximale Les concepteurs se sont basés sur 5 piliers : énergie, air, eau, santé et innovation. « Venlo voulait éviter les expérimentations avec des techniques méconnues ou peu éprouvées, mais


exigeait malgré tout un esprit d’innovation maximal », commente Dani la Schelle pour esquisser l’ampleur du défi auquel était confrontée l’équipe de conception. « Nous avons donc opté pour un mariage de techniques connues et éprouvées. Nombre d entre elles étaient dé à présentes dans le pro et remis pour le concours, elles ont été affinées par la suite » Le maître d’ouvrage privilégiait une vision à long terme du projet, y compris pour les aspects financiers. Il a par exemple préconisé un meilleur climat de travail afin de diminuer ou de combattre l’absentéisme pour cause de maladie. « À l’origine, il était question d’économiser deux millions d’euros, mais ce montant a finalement été réinvesti dans ce pro et et, à terme, sera très largement récupéré », nuance Daniëla Schelle.

La façade verte du côté nord est actuellement considérée comme la plus rande fa ade verte en Europe compte plus de 100 espèces de faune et de ore

Conception Vu la complexité du projet et les exigences du maître d’ouvrage, le cabinet d’architecture Kraaijvanger déléguait une équipe sur place. Daniëla Schelle : « Techniciens, ingénieurs, dessinateurs, toutes celles et tous ceux qui étaient nécessaires pour faire bourgeonner ce concept purent à tout moment contacter des experts de la ville, des spécialistes et des consultants externes. Cette méthode de travail s’est révélée bien plus fructueuse et plus rapide que les habituelles réunions bimensuelles. » Les conditions de base du programme de construction ont été soumises par la ville de Venlo. Des ateliers ont été organisés avec les futurs utilisateurs finaux afin de définir au mieux l’aménagement intérieur. Un partenaire spécialisé en « change management » (Veldhoen + Company à Eindhoven) y a également été impliqué. Dans cet aménagement intérieur, la visibilité des cages d’escalier a été volontairement accentuée, alors que les ascenseurs se font discrets. Cela favorise l’activité et la forme physique du personnel, mais également les rencontres et la communication interpersonnelle. L’immeuble compte 11 étages totalisant 27 700 m².

PROFACILITY WORKPLACE 2019 41

1) zie kader op pagina 22 ‘ SWOW: van Le Monnoyer tot de Keizerslaan’


/STADSKANTOOR VENLO (NL)

BUSINESS CASE

Venlo principles . 2. 3. 4. 5. 6. 7. Les arbres dans le “filtre à héliophytes” ont été plantés de manière à limiter le réchauffement du patio.

42 PROFACILITY WORKPLACE 2019

Innovate, innovate, innovate Link location and context Manage and appreciate food Enjoy mobility Let the sun shine Create clean air, water and soil Design with future generations in mind


Cheminée solaire. Pour un flux d’air naturel. Serre. En hiver, l’air traverse la serre et se dirige vers la chambre de traitement de l’air. En été, l’air entre directement dans la chambre de traitement, où deux chênes-lièges purifient l’air.

Vert. La façade verte nord-est isole et filtre les

Postes de travail hybrides Les concepteurs se sont longuement attardés sur cet aspect de convivialité. Les rendez-vous avec les fonctionnaires se prennent en ligne, pour diminuer autant que possible les délais et les besoins en salles d’attente. La frontière entre les espaces d’accueil du public et les postes de travail du personnel est très floue, ce qui en autorise un emploi très souple. Le cabinet d’architecture a imaginé lui-même des « postes de travail hybrides », des meubles et des éléments d’aménagement, afin de garantir notamment le respect de la méthode C2C jusque dans les moindres détails. Cela se traduit entre autres par l’emploi du bois de l’arbre à caoutchouc pour les plans de travail. Daniëla Schelle : « Lorsque tout le caoutchouc a été extrait de l’arbre, celui-ci n’est plus utile pour les plantations. Son bois est gaspillé, mais de nouveaux arbres sont chaque fois replantés. Dans l’optique C2C, nous avons acheté et huilé ce bois, qui n est pas certifié 2 à l origine, mais qui donne un résultat final tr s convaincant Nous avons seulement d informer le service technique à propos des t ches d utilisation et d’entretien ».

particules fines, le NOx et le SO3 de l’air, lequel sort du bâtiment plus propre qu’il y est entré.

Place. Une place arborée, premier filtre à particules fines, atténue le vent et le bruit.

Un filtre à héliophytes filtre l’eau de pluie et les eaux

grises. L’eau filtrée va dans les chasses d’eau des toilettes.

Parking. Le parking souterrain refroidit l’air en été.

“ Cradle to Cradle n’est pas la certification d un b timent, mais se focalise essentiellement sur les produits.“

Construction bien pensée Edward Timmermans : e b timent se compose d un squelette en acier choisi pour sa facilité de démontage à la fin du c cle de vie du b timent, selon la philosophie 2 et d un rem plissage de béton our faciliter le rec clage, nous avons m me renoncé à enduire les profilés métalliques ette structure en acier est demeurée apparente partout où c’était possible, ce qui contribue à lui donner ce cachet brut de décoffrage »

© Kraaijvanger Architects

Aménagements pour la convivialité Le nombre de postes de travail nécessaires a été estimé à environ 80 % des 600 collaborateurs occupant le bâtiment. « Venlo a fait preuve d’audace en matière de sécurité, insiste ani la chelle l n a pas de comptoir classique pour recevoir le public, mais des îlots avec des lieux de réception ouverts, composés de tables hautes. Fonctionnaires et administrés se trouvent ainsi au même niveau, ce qui favorise une ambiance domestique conviviale ».

En fait, les matériaux retenus ont été utilisés autant que possible sous leur forme brute. En laissant des surfaces apparentes, les concepteurs donnent une plus-value esthétique au bâtiment. Qualité de l’air L’emploi d’une façade végétale (2 200 m ) vise à purifier l’air ambiant, car elle est censée diminuer les quantités de particules fines dans une zone de 500 m autour du bâtiment, situé le long d’une artère fort encombrée. La circulation de l’air dans le bâtiment a été pensée pour que l’air expulsé traverse la couche végétale afin que celle-ci puisse opérer son action purifiante de filtrage. La façade végétale est considérée comme la plus grande d’Europe elle héberge plus de 100 espèces de végétaux. On est néanmoins surpris par son orientation vers le nord et par la présence, le long du bâtiment, d’une ligne de chemin de fer, qui implique des risques additionnels avec lesquels les concepteurs ont dû tenir compte en dessinant la façade.

PROFACILITY WORKPLACE 2019 43


/STADSKANTOOR VENLO (NL)

BUSINESS CASE

e développement du mobilier et les éléments d’aména ement ont été conçus pour la plupart par le bureau d’architecture, ce qui permet de arantir l’approc e au ma imum et us ue dans les moindres détails

En toiture sont aménagés un jardinet – accessible par le personnel qui peut également l’utiliser comme espace de travail extérieur – et une serre intégrée aux étages supérieurs dans un angle du bâtiment. Les espaces collectifs abritent un mur végétal qui participe à rendre le climat intérieur plus sain (oxygène, humidité de l’air…). Les architectes ont préconisé l’emploi d’une cheminée solaire, une solution qui, sans consommer d’énergie, active de façon naturelle la circulation de l’air dans le bâtiment. Edward Timmermans : u centre du b timent se trouve un vaste espace creux, par lequel l’air vicié est expulsé, pour être remplacé par de l air frais insufflé par des canalisations a différence de température entre l’intérieur et l’extérieur active un déplacement naturel de l’air dans la cheminée solaire, qui expulse l air du b timent ette cheminée s él ve sur ou m à l extérieur du b timent, c té sud i cela ne suffisait pas, il est tou ours possible de recourir à une ventilation électrique »

44 PROFACILITY WORKPLACE 2019

L’énergie omniprésente Même le parking souterrain, prévu pour 400 places sur trois étages, est utilisé pour réchauffer l’air du bâtiment en hiver et le rafraîchir en été. La façade végétale contribue de façon considérable à l’isolation thermique du bâtiment. Des panneaux photovoltaïques installés côté sud, sur 1 000 m², fournissent de l’électricité tandis que l’eau chaude sanitaire provient de panneaux solaires de 25 m connectés à des boilers. Intégrés à la façade, ces panneaux servent en outre de pare-soleil. L’eau souterraine est utilisée pour le stockage de la chaleur et du froid par un échangeur air-sol. Les eaux de pluie sont récupérées et acheminées dans un réservoir souterrain servant à l’arrosage de la façade végétale. L’eau des lavabos passe d’abord par un filtre à héliophytes, une sorte de roselière o elle est naturellement filtrée, avant d’être récupérée et utilisée pour les chasses d’eau des W.-C. Les plantes du filtre à héliophytes ont été disposées de façon à limiter le réchauffage du patio.

Les chaises de bureau ont été choisies non seulement pour leur ergonomie, mais également parce qu’elles sont certifiées C2C. Quant aux sols, ils sont composés de matériaux recyclés (des bouteilles et flacons plastiques) et pourront donc être revalorisés à la fin de leur vie. Obligation de reprise Un cahier des charges établi par le bureau d’architecture Kraaijvanger pour l’aménagement et la finition intérieure a servi de base à l’adjudication publique par la ville de Venlo. l inclut une obligation contractuelle de reprise des équipements », explique Daniëla Schelle. « Une valeur résiduelle de chaque élément de l aménagement a été définie ela correspond grosso modo à une formule de leasing, si ce n est que la loi interdit à une municipalité de souscrire un contrat de leasing » La durée de vie du bâtiment étant fixée à 0 ans, c’est sur celleci qu’a été calculée la valeur résiduelle de tous les matériaux, équipements et éléments intérieurs. Il a même été tenu compte des coûts de démolition, d’évacuation et de recyclage.


Pour le bureau d’arc itecture c’était le premier pro et de ce t pe dans le uel tout est fait pour le bien ue la construction durable était dé à depuis lon temps plus u’un point d’attention

Stadskantoor Venlo

• Cabinet d’architecture : Kraaijvanger (Rotterdam – NL) Vainqueur du prix d’architecture américain Architizer A+ Awards 2017 (prix du jury et du public) • Entrepreneurs : Edward Timmermans : « EPEA Nederland travaille depuis plusieurs années au développement de “passeport matériaux”, pour lesquels nous avons préparé une base de données. Nous constatons que les fabricants sont de plus en plus enclins à l’adopter, même si ce principe de passeport n’en est encore qu à ses balbutiements en urope » Daniëla Schelle poursuit : « Des panneaux informent clairement les utilisateurs et le personnel du b timent de la philosophie 2 , des choix qui sont liés, des processus consentis tant avant qu’au terme de l’usage. »

La fidélité au principe « Cradle to Cradle » va si loin qu’il est même désormais question de cultiver un potager pour fournir en légumes le restaurant du personnel. Monitoring motivant Dans le cadre de la conscientisation de tous les collaborateurs au principe C2C et de responsabilité sociale des entreprises, une application électronique a été élaborée visant à indiquer la consommation d’énergie individuelle et totale dans l’hôtel de ville de Venlo. L’écran de démarrage des ordinateurs intègre une fenêtre affichant le bilan énergétique en temps réel. Eduard Coddé Photos : Ronald Tilleman

- Laudy bouw & ontwikkeling bv (Sittard) - SPIE Nederland (Maastricht) - TES installatietechniek - installations électrotechniques (Tilburg) • Consultants : - Veldhoen + Company: change management; conseiller de l’entreprise en nouvelles formes de travail (Eindhoven) - WSM Engineering – bureau de conseils pour le bâtiment (Heythuysen) - Royal Haskoning – bureau d’ingénierie (Amersfoort) - BBN – bureau d’ingénierie (Houten) - C2C Expo Lab (Venlo) • Chaises de bureau : Herman Miller (certifié C2C)

PROFACILITY WORKPLACE 2019 45


/

PUBLI-VIEW BUSINESS CASE, ALD, BRUXELLES

Rompant avec son statut de propriétaire depuis 32 ans, ALD Automotive a choisi de s’installer en tant que locataire dans ses nouveaux locaux d’Evere, en face de l’OTAN.

46 PROFACILITY WORKPLACE 2019


Plus qu’un déménagement : un changement radical Profiter d’une nouvelle implantation pour faire évoluer l’entreprise vers le monde du travail de demain : telle était l’ambition d’ALD Automotive. Cette entreprise spécialiste des solutions de mobilité a fait confiance à Global pour accompagner ce changement et concevoir ses nouveaux espaces de travail. Rompant avec son statut de propriétaire depuis 32 ans, ALD Automotive, société leader en matière de leasing opérationnel, gestion de flotte et solutions de mobilité a choisi de s’installer en tant que locataire dans ses nouveaux locaux d’Evere, en face de l’OTAN. La relocalisation a eu lieu en décembre 20 8, après 8 mois de préparation. « Nous souhaitions nous implanter dans un environnement international, plus professionnel, correspondant mieux à notre image et à la nature même de notre offre de services de mobilité », explique Pascale Huppertz, office manager. upprimer le cloisonnement au propre et au figur Après une analyse « stay or move », l’entreprise a choisi Global pour l’accompagner dans le choix des locaux, la conception des espaces et l’accompagnement dans un changement radical vers le NWOW. « Supprimer le cloisonnement entre départements et augmenter l’interaction, le partage et la collaboration était notre objectif premier. Nous avons commencé par organiser des workshops pour écouter demandes et besoins, puis fait la sélection de ce qui était réalisable. Une étape indispensable pour rassurer les réticences naturelles. Des “change ambassadors” ont également été désignés dans chaque département. Nous avons pu compter sur engagement total de la direction, ce qui a permis des décisions rapides et donné impact positif sur le bien-être au travail en cours de projet. »

Le point fort de cette relocalisation est qu’ALD a profité de cette opportunité rare dans la vie d’une entreprise pour faire bien plus qu’un déménagement : il s’est agi d’un changement radical de l’organisation. Et sur ce point, Pascale Huppertz donne trois conseils : « Toujours prévoir un accompagnement du changement pour garantir le succès du NWOW et ainsi éviter de perdre du temps et de l’énergie en essais-erreurs jusqu’à ce que les bonnes pratiques s’installent spontanément. Écouter les collaborateurs à tous les niveaux. Effectuer des visites d’inspiration dans d’autres entreprises, de toutes tailles. » ne olont de challenger le client Patrice Delleuze, architecte d’intérieur, chargé du projet ALD chez Global : « Lors de l’appel d’offres, nous avons reçu un cahier des charges avec des objectifs forts en termes de planning, de budget et de volonté de changement radical en faveur du NWOW, avec une demande de solutions flexdesk et paperless. La volonté d’évolution du client était donc bien présente mais pourtant nous avons voulu les challenger encore au-delà de leurs demandes. Un seul exemple : la façon dont nous avons traité les besoins en postes de travail. Pour 250 personnes, ALD prévoyait 250 workplaces. Nous avons proposé autre chose : 4 déclinaisons ergonomiques différentes (benches, bureaux debout, fauteuils à tablette et bureaux d’isolement) qui totalisent effectivement 250 places mais pas toutes identiques. Il s’y ajoute une très grande offre de salles de réunions. » oluer sans attendre Selon l’expérience de Global, dans ce type de situation, il est indispensable de passer, sans attendre, dès le stade du déménagement, à la nouvelle organisation NWOW.

PROFACILITY WORKPLACE 2019 47


/

PUBLI-VIEW BUSINESS CASE, ALD, BRUXELLES

L’objectif : instaurer immédiatement et naturellement la pratique nouvelle de choisir son type de poste travail en fonction de l’activité en cours. « On évite ainsi que les collaborateurs s’habituent à s’installer tous les jours au même bureau, parmi 250 autres semblables, ce qui risque d’amener tensions ou hésitations lors de l’arrivée de nouveaux collègues », explique Patrice Delleuze. e rai r le de l open space Les nombreuses salles de réunion, quant à elles, permettent de réinstaurer l’open space dans son vrai rôle : celui d’espace de concentration Chez ALD, toute conversation ou appel téléphonique de plus de 2 minutes doit avoir lieu en salles de réunion, qui sont les espaces de collaboration proches, nombreux et variés. L’ergonomie des salles de réunions est variable : tabourets hauts pour rencontres brèves et dynamiques, chaises confortables ou fauteuils pour des sessions plus longues. « Pour les postes de travail, chaque département a défini quel pourcentage de mobilier il souhaitait dans les 4 versions ergonomiques différentes », précise Patrice Delleuze. « La taille des open spaces, appelés “home base”, est limitée à maximum 20 personnes.

48 PROFACILITY WORKPLACE 2019

Un département est équipé d’un, deux ou trois home bases, mais rien n’empêche un collaborateur de s’installer dans une home base d’un autre service s’il a besoin d’un poste de travail d’un type qui n’est plus disponible dans son propre département. » olution originale pour les postes de direction « Nous avons recommandé à ALD une solution que nous avons implémentée à plusieurs reprises avec succès : les six directeurs disposent, chacun, d’un bureau individuel qui, en leur absence (fréquente par la nature de la fonction) devient une salle de réunion supplémentaire, à la disposition de tous. Et la question des documents personnels ou confidentiels ne se pose plus dans une entreprise où désormais 14 armoires suffisent à 250 personnes… » n demande d inspiration « ALD était en demande d’accompagnement et d’inspiration. Mais nous avons pu les faire aller plus loin en leur montrant des possibilités qu’ils ne soupçonnaient pas. Cela a contribué à notre succès dans cet appel d’offres auquel 11 bureaux de design & build de premier plan ont concouru », conclut Patrice Delleuze.

Dans un monde économique complexe, les espaces de travail doivent accompagner la stratégie de l’entreprise, en renforçant son image interne et externe, tout en replaçant l’humain au c ur de la performance économique. Global est une société leader de consultance en organisation et réaménagement d’espaces de travail. Elle propose 3 services : « consult » : définition des modes de travail) ; design : conception du projet architectural et branding des espaces ; et build : réalisation du projet architectural, clé sur porte.


SHOWROOM

NOUVEAUTÉS EN MOBILIER ET ÉQUIPEMENT POUR L’AMÉNAGEMENT ET LA GESTION DES BUREAUX, SALLES DE RÉUNIONS ET ESPACES D’ACCUEIL

Oxidesk

DOX Bubble

Innovation C

Super-Oh

PROFACILITY WORKPLACE 2019 49


SHOWROOM

Oxidesk

POSTE DE TRAVAIL DYNAMIQUE AVANCÉ Tout le monde sait qu’il faut bouger suffisamment, surtout pour qui exerce un emploi bureautique sédentaire. Dans la série xi, le poste de travail Oxidesk, issu d’une idée de l’institut de recherche TNO et développée par Markant, permet à la fois une activité physique tout en restant bien concentré sur son travail. L’assise (sur selle) peut être rehaussée afin de s’adapter aux besoins de chacun. Le mouvement elliptique des jambes maintient la stabilité du tronc pour n’entraver nullement les activités professionnelles, qu’il s’agisse de lire, écrire, taper au clavier ou converser au téléphone. L’Oxidesk peut être utilisé isolément, car il est doté de son propre plan de travail, et donc servir dans un local de réflexion ou comme poste de travail flexible. www.markantoffice.com

50 PROFACILITY WORKPLACE 2019


Super-Oh

SURPRENANT, MAIS JAMAIS DOMINANT Un fin cercle noir qui se décline en plusieurs versions, grandes et surprenantes, mais jamais écrasantes. La série Super-Oh de Delta Light est parfaitement mise en valeur dans les hauts espaces : hall d’accueil des bureaux ou hôtels, lofts, maisons de maître… Super-Oh existe en trois diamètres et un nombre adapté de modules LED. Bien que la source lumineuse soit confinée à un anneau, l’effet obtenu au sol ou sur le lieu de travail est très homogène. Il existe également une variante à culot E27, pour des ampoules apparentes. Les trois câbles en acier offrent une suspension très aérienne et discrète. La forme même de l’armature incite à jouer avec la juxtaposition d’anneaux d’éclairage à différents niveaux. www.deltalight.com

DOX Bubble

© Marc Detiffe

DÉLIMITER LES ZONES DE TRAVAIL Les cabines de réunion modulaires sont la solution idéale pour délimiter les zones de travail : facilement déplaçables isolément ou conjointement, elles sont équipées d’un système inaudible de recirculation d’air et leur style peut facilement se conformer à l’aménagement intérieur. Grâce au BUBBLE amovible de marque DOX, adapté à chaque environnement de travail, on aura sans difficulté un lieu propice à la concertation et à la concentration, sans ressentir ni produire de nuisances sonores. Le verre, les cloisons, le plafond et la porte ont en effet un niveau minimal d’isolation de 37 dB. Les cloisons garnies de tissus et le plafond sont fabriqués en matériaux absorbant les bruits, avec une valeur NRC très élevée de 0,85 dans le spectre de fréquence de la parole. www.doxacoustics.be PROFACILITY WORKPLACE 2019 51


SHOWROOM

DOX cloisons

VITRÉES, MODULAIRES ET ACOUSTIQUES À l’instar du respect de la vie privée, la transparence est une valeur pivot dans nombre d’entreprises. Et cela a des répercussions à l’intérieur : il faut demeurer visible, rester en contact et partager facilement des espaces de travail correctement éclairés. Sans oublier, bien sûr, d’atténuer les bruits. C’est ce qui a incité la firme DOX à commercialiser des parois vitrées à haute capacité isolante, faciles à installer sans travaux de perçage des sols ni plafonds. En associant ces parois vitrées à des cloisons (coulissantes) tendues d’étoffe pour absorber les bruits, on améliore considérablement le confort acoustique dans la pièce. Ce système a en outre été pensé en fonction de l’économie circulaire et permet au facility manager de subdiviser ou de réaffecter l’espace disponible selon les besoins. www.doxacoustics.be

Vagabond

TABLE DESIGN POLYVALENTE ET ÉCORESPONSABLE Toutes les tables de réunion ne se valent pas. Ce qui distingue VAGABOND des autres, c’est sa polyvalence. Le concept de marque Kinnarps est dû à l’imagination de Marie Oscarsson. La table se déplace facilement et peut servir de bureau, de table de réunion ou de table à manger dans une cantine ou un restaurant, voire comme tableau pour ce qui est du cadre. On peut facilement y fixer une armature d’éclairage, des plantes et d’autres objets. En tenant compte des matières premières et secondaires, du climat, de la pureté des matériaux, de la responsabilité sociétale, du réemploi et de l’ergonomie, cette table Vagabond obtient un excellent résultat moyen de 2,28 points sur l’index d’écoresponsabilité « The Better Effect Index ». www.kinnarps.be

52 PROFACILITY WORKPLACE 2019


BuzziSpace Hat

SYNERGIE ENTRE CRÉATIVITÉ ET ACOUSTIQUE Concevoir des solutions qui repoussent sans cesse les frontières de la vie et du travail, voilà ce qui anime le designer Alain Gilles qui depuis 2009 crée pour BuzziSpace. Il présente aujourd’hui une armature lumineuse suspendue, BuzziSpace Hat, dont l’abat-jour semblable à du carton dissimule un équipement acoustique sophistiqué. Grâce au large panel de tailles, formes métalliques, coloris et fabrications, chacun peut accommoder son environnement (bureau, séjour, lobby…) d’un Buzzihat approprié. Les associer en différentes tailles permet d’obtenir une solution acoustique optimale. Les formes rondes et les bords atténués de l’armature favorisent une meilleure diffusion du bruit. www.buzzi.space.be

PROFACILITY WORKPLACE 2019 53


SHOWROOM

Mood Tube

LE DESIGN DU SILENCE Le Mood Tube, une création issue de l’imagination fertile d’Alain Berteau, enrichit l’assortiment Lounge Systems d’ABV, le fabricant belge de solutions acoustiques design, performantes, personnalisables, écologiques et modulables, conçues pour les lieux de travail individuels ou collectifs. Aux versions Mood Lounge, Mood Screen, Mood Slice et Mood Wall s’ajoute le Mood Tube. Sa structure est assemblée de panneaux de bois et d’une couche de mousse de polyester assurant la densité et l’élasticité suffisantes. La finition est en textile. www.abv.be

54 PROFACILITY WORKPLACE 2019


Celeste Tiles Installed in 2 different directions to create 2 shades.

DOX Strato

UN PLAFOND MODULAIRE ET RESPIRANT Tout environnement de travail est sujet aux nuisances sonores. Au niveau du plafond, elles peuvent être efficacement combattues à l’aide d’un système innovant et cohérent de DOX Acoustics, appelé STRATO. Plusieurs configurations de plafonds flottants peuvent être assemblées en fonction du local. Les ondes sonores sont réfléchies par le plafond et absorbées par la face supérieure des éléments filtrants et absorbants, ce qui en renforce l’efficacité. Divers éléments techniques peuvent être dissimulés derrière les filtres sans perdre en performance. On peut également intégrer l’accès à l’espace libre situé entre le plafond suspendu et la surface à laquelle il est fixé sans modifier l’apparence du plafond. www.doxacoustics.be

Engineered for Workspaces, Hospitality, Healthcare, Retail and Public spaces This extremely robust, shockproof highly functional floor covering is an excellent choice for demanding commercial projects. 100% cleanable 2tec2 is stain resistant and easy to maintain. The 3D woven vinyl structure does not absorb dirt. Excellent acoustic properties Impact Sound Reduction 19 dB, Walking Noise Reduction 70%, Sound Absorption w 0,15. Made in Belgium • 2tec2.com

PROFACILITY WORKPLACE 2019 55


SHOWROOM

LINA RING

MINIMALISTE, LUDIQUE ET SCULPTURAL L’acoustique est un aspect qui retient - ou devrait retenir - l’attention de tout environnement de travail. Dans la série LINA de solutions acoustiques de la firme Nordic Silence, le label islandais Bryndis Bolladottir distribue LINA Ring, une variante de l’absorbeur LINA. Sa forme rudimentaire en cylindre pimente joliment les environnements minimalistes et dépouillés, qu’ils soient à vocation privée ou publique. La texture intrigante est due à la couche superficielle en laine de mouton d’Islande. Cette association de diffuseur et d’absorbeur réfléchit et absorbe les ondes sonores. Par la performance acoustique élevée (classe B), l’emploi de plusieurs éléments LINA garantit déjà un résultat acoustique tangible. www.nordicsilence.nl

Innovation C

LA CHAISE DE LA NOUVELLE MÉTHODE DE TRAVAIL La chaise polyvalente pivotante Innovation C du styliste suédois Fredrik Mattson apporte une touche ludique à tout environnement de travail. Quelle que soit la perspective, ses contours épurés en forme de C en font un objet très esthétique. Outre le fait de choisir la position ou la posture, sa spécificité est de pouvoir en utiliser le dossier comme poste de travail ou tablette d’écriture. N’importe quel local (salle d’attente, classe, bibliothèque, aéroport) gagnera à être équipé de la chaise pivotante multifonction de BLA Station. www.blastation.com

56 PROFACILITY WORKPLACE 2019


PUBLI-VIEW

Les vertus de l’art au bureau Bernice est une initiative fondée voici 7 ans dans le but de promouvoir le prêt d’œuvres d’art en Belgique. Une équipe de professionnels des beaux-arts propose en effet une grande diversité d’œuvres d’art belges aux entreprises du pays. Ce concept permet d’agrémenter les bureaux de réalisations d’artistes prometteurs. L’entreprise cliente prend une ou plusieurs œuvres d’art en location pour une période déterminée, au terme de laquelle elle l’échange contre une autre. L’alternance de nouvelles œuvres crée un dynamisme et une communication sur le lieu de travail et en fait un lieu d’inspiration pour les collaborateurs et les visiteurs. L’art contribue à l’image de marque de l’entreprise Du premier conseil jusqu’à l’installation soignée des créations, les consultants artistiques de Bernice recherchent pour chaque entreprise l’œuvre d’art la plus appropriée parmi leur collection de plus de 800 pièces originelles. Une proposition détaillée agrémentée de photos illustre le résultat de la présence d’œuvres dans les espaces professionnels (salle de réunion, hall d’accueil, cafétéria, bureaux). Bernice dispose de son propre service d’installation qui se charge de tout. Les œuvres peuvent aussi être échangées chaque année. Comprise d’office dans le loyer, une assurance tout risque permet de dormir sur ses deux oreilles.

Un entrepreneuriat raisonné avec l’art L’équipe de Bernice sait déceler les jeunes artistes prometteurs du pays. Ils ont la chance d’exposer leurs réalisations dans de grandes ou petites entreprises, en Belgique ou à l’étranger. L’artiste touche une indemnité chaque fois qu’une de ses créations est prise en location chez un client de Bernice. Ce soutien financier l’aide à payer son atelier et ses matériaux et à étoffer son œuvre. Pour des entreprises, la location d’ uvres d’art est fiscalement déductible à 00 et s’inscrit dans le contexte général de l’économie du partage, consistant non pas à posséder un bien, mais à en profiter pleinement. Y compris au bureau.

BERNICE Anik Eggermont anik@bernice.be 32 (0) 78 95 3 www.bernice.be

7


Découvrez les dernières nouveautés en mobiliers et équipements pour l’aménagement des espaces de travail dans les salles d’exposition des fabricants et revendeurs multi-marques. Custom-made joinery

Removable solid partition systems

Expertise for state of the art production

BRUXELLES AHREND / GISPEN INSPIRATION CENTRE Romboutsstraat 9 1932 Sint-Stevens-Woluwe TEL +32 2 716 22 00 belgium@royalahrend.com ALL OFFICE CONCEPT INTERNATIONAL Nieuwe Gentsesteenweg 10/B003 1702 Grand- Bigard TEL +32 2 469 11 84 info allofficeconcept.com ALTERNATIV WORKSPACE SOLUTIONS Rue de l’été 15 1050 Bruxelles TEL +32 2 627 18 55 tania@alternativ.be BEDDELEM Roekhout 19 – b6 1702 Grand- Bigard TEL +32 9 221 89 21 info@beddelem.be

Coffee corners

Doors

info@tecnibo.eu

www.tecnibo.eu

Rue de Lusambo 76 B-1190 Bruxelles Tel +32 (0)2 204 87 00

Rue de Koerich 68 L-8437 Steinfort Tel +352 (0)26 10 80 77

BENE Corporate Village Da Vincilaan 2/b7 Business Centre -1 1935 Zaventem TEL +32 2 421 41 80 office bene.com BRUYNZEEL STORAGE SYSTEMS Buro & Design Center B 50 Esplanade Heysel 1020 Bruxelles TEL +32 2 479 42 42 info@bruynzeelstorage.be

FLOKK Rue Neerveld 109 1200 Bruxelles TEL +32 2 761 20 20 info-be flokk.com FORMA Chaussée d’Alsemberg 993 1180 Bruxelles TEL +32 2 332 15 11 office forma.be KINNARPS Heide 15 1780 Wemmel TEL (0)2 456 04 56 info@kinnarps.be www.profacility.be/kinnarps NOWY STYL Buro & Design Center Esplanade Heysel 1 1020 Bruxelles TEL +32 478 06 94 belux@nowystylgroup.com PAMI Tour & Taxis Avenue du Port 86 C Showroom B4 1000 Bruxelles TEL +32 2 475 22 40 info@pami.be 2TEC2 Rue de Namur 35 1000 Bruxelles TEL +32 2 512 23 68 info@2tec2.com www.profacility.be/2tec2

TECNIBO Rue du Lusambo 76 1190 Bruxelles TEL +32 2 332 20 60 info@tecnibo.eu www.profacility.be/tecnibo VITRA Woluwelaan, 137 1831 Diegem TEL +32 2 725 84 00 info@vitra.be VITRA POINT Avenue Louise 154 1050 Bruxelles TEL +32 2 242 02 02 info@brussels.vitrapoint.net FLANDRE AHREND /GISPEN Grote Steenweg Noord 2 9052 Gent TEL +32 9 220 53 71 belgium@royalahrend.com ART NIVO Onderbergen 78 a 9000 Gent TEL +32 9 233 30 53 info@artnivo.be BEDDELEEM Venecoweg 14 a 9810 Nazareth TEL +32 9 221 89 21 info@beddeleem.be BENJO F. Aertgeertsstraat 21 3128 Baal TEL +32 16 530 381 info@benjogroup.eu


SHOWROOM BENJO Kuringersteenweg 514 3511 Hasselt – Kuringen TEL +32 11 253 206 info@benjogroup.eu

BURO MODERN Wijmeriestraat 15 8790 Waregem TEL +32 56 607 011 info@buro-modern.be

JOYE KANTOOR Ter Donkt 30 8540 Deerlijk TEL +32 56 707 000 info@joyekantoor.be

VITRAPOINT Sint-Antoniusstraat 12 2000 Antwerpen TEL +32 3 260 97 00 info@vitrapoint-partnerstoreantwerp.com

BIS Wayenborgstraat 1 2800 Mechelen TEL +32 15 287 487 info@bis.be

BUZZISPACE Groeningenlei 141 2550 Kontich TEL +32 3 846 10 00 info@buzzi.space

LANO CARPET SOLUTIONS Venetiëlaan 33 8530 Harelbeke TEL +32 56 65 40 00 marketing@lano.be

WILKHAHN Lange Lozanastraat 262 2018 Antwerpen TEL +32 3 232 93 91 info@wilkhahn.be

BULO Blarenberglaan 6 Industriezone Noord – zone C 2800 Mechelen TEL +32 15 28 28 28 info@bulo.be

DELTA LIGHT Muizelstraat, 2 8560 Wevelgem TEL +32 56 435 735 info@deltalight.com

PAMI Industrielaan 20 Nolimpark 1408 3900 Pelt TEL +32 11 800 700 info@pami.be

ZUMTOBEL Light Centre Rijksweg 47 Industriezone Puurs Nr. 442 2870 Puurs TEL +32 3 860 93 93 info@zumtobelgroup.com

BULVANO Blarenberglaan 6 Industriepark Noord – zone C 2800 Mechelen TEL +32 15 28 22 82 info@bulvano.be BUROPROJECT Korte Keppestraat 9/41 9320 Aalst TEL +32 53 605 646 info@buroproject.be BURO INTERNATIONAL Krommewege 24 B bus 3 9990 Maldegem TEL +32 51 404 411 info@burointernational.be BURO INTERNATIONAL Galgenveldstraat 6 8700 Tielt TEL +32 51 404 411 info@burointernational.be

DOX ACOUSTICS Starrenhoflaan 3 A0 2950 Kapellen TEL +32 3 309 14 22 info@doxacoustics.be www.profacility.be/doxacoustics DRISAG Diamantstraat4, 2200 Herentals TEL +32 14 231 111 welcome@drisag.be ERES Bruggsesteenweg 255 8500 Kortrijk TEL +32 56 235 454 info@eres.be JORI Hoogweg 52 8940 Wervik TEL +32 56 313 501 jori@jori.com

SEDUS STOLL Clintonpark “Kleppekouter” Ninovesteenweg 198 9320 Erembodegem TEL +32 9 369 96 14 info@sedus.com SV Ruisbroek-Dorp 51 a 2870 Ruisbroek TEL +32 3 866 53 26 info@sv.be TECNOSPACE Kernenergiestraat 65 2610 Antwerpen TEL +32 3 303 41 41 info@tecnospace.com TWINFORM Culliganlaan 2F bus 2 1831 Diegem TEL +32 2 709 07 90 info@twinform.be

WALLONIE BEDIMO Zoning Sainte Henriette 7140 Morlanwelz TEL +32 64 238 330 info@bedimo.com BERHIN Avenue Prince de Liège 205 5100 Jambes TEL +32 81 310 510 info@berhin.be MOBELSA Avenue du Faucon 39 1410 Waterloo TEL +32 2 354 15 73 info@mobelsa.be WOOH Rue Joseph Luns 12 1400 Nijvel TEL +32 2 389 10 60 web@wooh.be

www.profacility.be/guide Ce carnet d’adresses réference une sélection des showrooms des fabricantss et magasins multi-marques. La liste plus étendue de salles d’exposition et points de ventes est consultable en ligne sur www.profacility.be/guide.

PROFACILITY WORKPLACE 2019 59


/

PUBLI-VIEW KPMG, BRUSSELS AIRPORT

La voie vers un avenir plus vert Le nouveau quartier général de KPMG Belgique, une société spécialisée en audits conseils et services fiscau est établi à c té de l’aéroport de aventem essiné par le cabinet aspers ers rc itectes et nommé PassPort l’immeuble se distin ue par ses matériau naturels clairs et ré ecteurs de lumière, un atrium garni de végétation intérieure et un certificat cellent e b timent peu éner ivore con u pour assurer le bien tre de ses locataires correspond à la p ilosop ie verte de P G ui en occupe la moitié droite. Contrairement à l’immeuble précédent – un bâtiment de facture classique et de style américain, avec de petits bureaux, de la moquette bleue et une luminosité insuffisante , les nouveaux espaces de travail de KPMG devaient être ouverts et « durables ». « Nous voulions recréer une ambiance à la fois conviviale et professionnelle, avec des matériaux durables », explique Ingrid Sitters, Facilities Director chez KPMG Belgique. Au quatrième étage, qui sert de lieu de rencontre pour les clients et partenaires de KPMG, la firme voulait sortir de l’ordinaire. Le résultat forme un ensemble inattendu, mais intrigant, de dalles de moquette entièrement neutres en CO2, fabriquées grâce à l’initiative CO2RE de modulyss. Un lieu de travail verdoyant pour s’y sentir bien Pour les finitions du bâtiment PassPort, KPMG a cherché à intégrer la nature dans ses bureaux. L’architecte d’intérieur Natalie Schoonjans a imaginé un concept assorti : une transition fluide entre 3 collections de dalles de moquette modulyss Moss, Leaf & Willow – disposées de façon dynamique le long


« Chez KPMG, nous avons privilégié un schéma visuel paisible autour des postes de travail, avec une texture plus complexe pour le couloir », explique Ingrid Sitters.

tre au bureau, cela signifie rencontrer ses coll gues » Un bel exemple de la capacité d’un lieu de travail ouvert à stimuler l’interaction et la coopération entre les collaborateurs. Élément frappant Pour choyer sa clientèle au quatrième étage, où sont installés les lounges et les salles de réunion, KPMG voulait quelque chose de vraiment spécifique. Contrairement au concept organique paisible de Moss, Leaf & Willow, ces salles ont pris une allure vintage avec la collection modulyss Patchwork. Ces dalles de moquette donnent directement à l’intérieur une sensation agréable et accueillante, aux couleurs chaudes et motifs attrayants.

Pour donner corps à sa philosophie verte, KPMG recherchait des matériaux durables. Lorsque les responsables de l’entreprise ont appris que l’ensemble Moss, Leaf & Willow était fabriqué à partir de fibres Econyl® 100 % recyclées, originaires de filets de pêche récupérés et d’autres matériaux voués à la déchetterie, que le dos contenait des matières recyclées et qu’ils adoptaient ainsi l’initiative CO2RE de modulyss visant à réduire la production de CO2, ils ont compris qu’il leur était inutile de chercher plus loin : tous les critères étaient remplis.

Dans sa volonté de diminuer son empreinte écologique, KPMG a également décidé de compenser par le projet CO2RE la production de CO2 requise pour la fabrication des dalles Patch ork, même si ce n’était pas prévu d’office. De ce fait, le bilan carbone de la fabrication des dalles de ce projet est neutre.

Une fois installé dans ses nouveaux bureaux, KPMG a mis en place une nouvelle éthique de travail. « Nous constatons un changement des mentalités », commente Ingrid Sitters.

En savoir plus sur l’initiative CO2RE ? www.modulyss.com/co2re

© Photos modulyss

des courbes du bâtiment. Ces 3 motifs, qui font partie de la collection Handcraft, explorent les relations entre nature et artisanat par un concept organique aux teintes terreuses. Chaque motif se différencie un peu de l’autre et peut être associé pour former un intrigant puzzle de textures.

MODULYSS Zevensterrestraat 21 - 9240 Zele Tél.: 052 80 80 80 www.modulyss.com blog.modulyss.com


WORKPLACE GUIDE DES PRESTATAIRES

Découvrez dans le Profacility Guide 2019 les présentations d’entreprises fournisseurs

Ces consultants et prestataires vous proposent leur expertise et savoir-faire pour : →

sélectionner l’immeuble où héberger vos bureaux

concevoir et gérer le projet d’aménagement intérieur de vos bureaux, salles de réunion, espaces d’accueil et de réception

organiser et piloter le déménagement et gestion du changement

À paraître le

24/10/19

Ces prestataires sont référencés selon la nature des prestations et services proposés. Leurs coordonnées ainsi que pour certains les personnes de contacts et un profil d’entreprise, sont consultables sur www.profacility.be/guide. Nous publions ici une sélection des principaux prestataires par catégorie d’activités. Dans le guide des fournisseurs en ligne, la liste plus complète est consultable. Les informations qui y sont publiées sont mises à jour régulièrement par la rédaction de Profacility.

CONSULTANCE & SERVICES IMMOBILIERS ALLTEN

WORKPLACE CONCEPT & DESIGN CHANGE & PROJECT MANAGEMENT

ANIXTON

ADMOS

AXIMAS

ALL CONCEPT

BEL SQUARE

ALTERNATIV WORKSPACE SOLUTIONS

BELTICO

ART NIVO

BNP PARIBAS REAL ESTATE

BURO CONCEPT

BUSINESS SPACE

BURO PROJECT

CBRE Publicité page 2 COLLIERS INTERNATIONAL BELGIUM www.profacility.be/colliersbelgium Reportage pages 16-17 | Publicité page 88 CUSHMAN & WAKEFIELD DE CROMBRUGGHE AND PARTNERS

CBRE www.cbre.be Lionel ANDRIES lionel.andries@cbre.com TEL. +32 2 643 33 31

KINNARPS Publicité page 71

K-ONCEPT www.k-oncept.com Kris COTTENIER kris.cottenier@k-oncept.com TEL +32 51 43 66 81

NC & BAHM www.ncbahm.be Mauro BRIGHAM mauro@ncbahm.be TEL +32 2 538 60 13

GROUP HUGO CEUSTERS – SCMS IMMOBILIEN HUGO CEUSTERS IMMOQUEST JLL KEY ESTATE KING BELGIUM

COLLIERS INTERNATIONAL BELGIUM www.colliers.com Annick VANDENBULCKE annick.vandenbulcke@colliers.com TEL +32 2 775 95 11

QUARES PROPERTY & FACILITY MANAGEMENT STRUCTURA BUSINESSP ROPERTY

DE CORT & DERVICHIAN

TREVI SERVICES

ENGEPAR EPURE ARCHITECTS

NNOF

PROCOS GROUP www.procosgroup.com Jos DUCHAMPS procos-belgiumt@procosgroup.com TEL +32 3 242 94 60

PROJECT ATELIER SB PROJECTS

GLOBAL DESIGN & BUILD www.global-workspaces.com Alain LE GRELLE global@global-dpm.be TEL +32 475 27 64 16 62 PROFACILITY WORKPLACE 2019

TETRIS DESIGN AND BUILD UNISPACE

www.profacility.be/kinnarps


WWW.PROFACILITY.BE/GUIDE

WORKPLACE OCCUPANCY & QUALITY AUDIT

CLOISONS

STORES ET PROTECTIONS SOLAIRES – INTÉRIEUR ET EXTÉRIEUR

GREAT PLACE TO WORK INSTITUTE

ALTERNATIV WORKSPACE SOLUTIONS

DUCO

LEESMAN

ANBICO

GUARDIAN GLASS EUROPE

MCS / COBUNDU

BEDDELEEM

HAROL PROJECTS

DORMAKABA

HUNTER DOUGLAS BELGIUM / Helioscreen Projects

MEASUREMEN www.measuremen.io Stephanie THIELEN info@measuremen.io TEL +31 6 83 52 77 22

SPACE ID www.spaceid.eu Jean-Baptiste JACQUEMIN jb.jacquemin@spaceid.eu TEL +32 493 75 03 86

LOGICIELS FMIS & APP’s: Move & Workplace management ARCHIBUS c/o AREMIS ARCHIBUS c/o PROCOS GROUP AXXERION / SPACE WELL

DOX ACOUSTICS

www.profacility.be/doxacoustics

ORTALDRAPE

LINDNER

RENSON VENTILATION

MAARS JANSEN PARTITIONING SYSTEMS

REPROSOL

PAN-ALL

SOLIFLEX

TECNIBO www.tecnibo.eu Christophe BONET c.bonet@tecnibo.eu TEL +32 2 332 20 60

TECNOSPACE www.tecnospace.com Alexandre STOOP info@tecnospace.com TEL +32 3 303 41 41

REVÊTEMENTS DE SOLS

2TEC2 www.2tec2.com Jean-Didier MACKELBERT jdmackelbert@2tec2.com TEL: +32 473 96 25 69

DESSO FORBO IDEAL FLOORCOVERINGS INTERFACE

FACILITY APPS MCS / SPACE WELL

ÉCLAIRAGE

IVC

NETIKA BUSINESS SOLUTIONS

BIS LIGHTING

TARKETT

PLANON

DELTA LIGHT

PROXYCLICK

DURABLE

ACOUSTIQUE – EQUIPEMENT

TOP DESK

ETAP

ABV

ULTIMO

MODULAR LIGHTING

BUZZI SPACE

TRILUX DÉMÉNAGEMENT – SERVICES

ZUMTOBEL LIGHTING

COQUIBUS-WAHL

DOX ACOUSTICS www.doxacoustics.be Annelies LIGHTBAND marketing@doxacoustics.be TEL +32 3 309 14 22

DOCKX MOVERS

PLAFONDS MODULAIRES / PLAFONDS CLIMATISANTS

GOSSELIN GROUP

ANBICO

MOZER GROUP

BEDDELEEM

POITIEZ-DEMAN

BUILDING GROUP JANSEN

SERVAES SERVICES

HUNTER DOUGLAS BELGIUM

INCATRO ROOM ACOUSTICS

TRANSMOOVE

INTERALU

NORDIC SILENCE

ZIEGLER

LINDNER

SEDUS STOL

TECNOSPACE Publicité page 15

PROFACILITY WORKPLACE 2019 63


WORKPLACE GUIDE DES PRESTATAIRES

WWW.PROFACILITY.BE/GUIDE

AUDIOVISUEL – VIDÉOCONFÉRENCE – INSTALLATEURS – ICT

EVOKO

MIKO COFFEE SERVICE

AVEX

PUBLI-COEN SAFETY & SIGN

NESPRESSO BUSINESS SOLUTIONS

AVR SYSTEMS

SIGNTEC

NESTLE PROFESSIONAL BELGILUX

BARCO

ZUMTOBEL LIGHTING

PELICAN ROUGE COFFEE SOLUTIONS TOP COFFEE SERVICES

BIS ART & DÉCORATION EN ENTREPRISE

CEGEKA

COCIERGERIE – SERVICES

DIMENSION DATA PLAY

BERNICE www.bernice.be Anik EGGERMONT anik@bernice.be TEL +32 478 95 36 17

POLYCOM CONTRÔLE D’ACCÈS – INSTALLATEURS ADT FIRE & SECURITY

EASYDAY EKIVITA FACILICOM ISS SODEXO

AMANO ELECTRONICS AUTOMATIC SYSTEMS

BUSINESS ART SERVICE

CATERING – SERVICES

CAME GROUP

KUNST EN BEDRIJF

ARAMARK

DINEC INTERNATIONAL

KUNST IN HUIS

BELGOCATERING

DORMAKABA

LITTLE VAN GOGH

COMPASS GROUP

GET

ZEBRA GRAPHICS

DUOCATERING HORESERVI CATERING

NEDAP-SECURITY MANAGEMENT www.nedapsecurity.com Peter ROMMENS info-be@nedap.com TEL : +32 2 257 25 40

AMENEGAMENT ESPACES VERTS INTÉRIEURS

ISS

AMBIUS

PROREST

ANYGREEN

SODEXO

DE KLERK FONTAINES D’EAU GREEN CONCEPT & SERVICES www.greenconcept.be Eric MONSIEUR emonsieur@greenconcept.be TEL +32 2 461 10 71

PROTIME RISCO GROUP SALTO SYSTEMS LOCKERS – CASIER DE RANGEMENT

CULLIGAN KÄRCHER SIP WELL BUREAUTIQUE (PHOTOCOPIEURS, SCANNERS, FAX, IMPRIMANTE, PROJECTEURS)

BRING ME

KRINKELS

BROTHER

FACILITY LOCKERS

PLANT DESIGN

CASIO

NEDAP SECURITY MANAGEMENT

www.profacility.be/nedap

KYOCERA MITA COFFEE CORNERS

OCE

SIGNALISATION

CAFÉ LIEGOIS

RICOH

AMBIWALL

CHAQWA / COCA-COLA SERVICES

SHARP

APL

DOUWE EGBERTS COFFEE SYSTEMS

XEROX

ETILUX

KOFFIE ROMBOUTS

64 PROFACILITY WORKPLACE 2019


Identifiez les bon fournisseurs et futurs partenaires

www.profacility/guide

le lieu de rencontre de l’offre et de la demande Le guide des fournisseurs www.profacility.be/guide publie les coordonnées de 1.270 fournisseurs référencés par secteurs d’activités, dans les domaines liés à la gestion de l’immobilier, des bâtiments, environnements de travail, services facilitaires, flotte automobile et mobilité.


/MICROSOFT @ PASSPORT-ZAVENTEM

BUSINESS CASE

« Un lien avec la Belgique » : ce critère était inscrit en haut de la liste des aspirations en matière d’aménagement et de décoration du nouveau siège de Microsoft.


Communiquer l’identité belge u cours de l’automne le c oi est finalisé sur le b timent Passport ou tant l’aéroport cet immeuble allait tre le nouveau si e bel e de icrosoft « Le concept de ce siège devait illustrer l’ancrage local dans le marché belge, renforcer le lien avec les partenaires par l’organisation de formations, diverses sessions d’information… », précise Valérie Pierre, responsable ar etin perations de icrosoft L’organisation Microsoft belge emploie environ 400 collaborateurs. Le siège est conçu comme un centre de rencontre ouvert et attrayant pour les collaborateurs et les partenaires Microsoft. Microsoft occuppe trois étages du bâtiment Passport. Le premier est totalement réservé aux contacts avec les partenaires, le deuxième est aménagé en centre de démonstration pour les derniers développements technologiques et le niveau supérieur est exclusivement destiné aux collaborateurs. L’organisation sur trois niveaux, dont chacun a une fonction spécifique, a germé en interne. « Une équipe centrale de six collaborateurs, représentant tous les départements, a été composée pour le développement du concept », décrit Valérie Pierre.

« Le plan d’étage des trois niveaux loués dans le bâtiment Passport n’était pas idéal en raison d’une implantation basse avec une vue limitée », commente Irina Vasileva, Architect Workplace Consultant PROCOS Group. « L’aménagement de l’espace devait favoriser l’harmonie entre les besoins du client et la donnée architecturale du bâtiment (entrée de lumière, orientation, localisation) dans l’intérêt de l’utilisateur ». En fait, un seul point offre une vue panoramique sur le tarmac. L’élaboration des plans d’étage s’est concentrée là-dessus. Les locaux fermés se situent dans la partie intérieure ; la circulation s’effectue côté extérieur vers la lumière du jour.

Le concept de l’aménagement a été développé en 3D et associé à la technique de la réalité virtuelle.

© Marc Detiffe

ou tant l’aéroport le b timent « Passport » est le nouveau siège bel e de icrosoft

© Marc Detiffe

Harmonie entre l’architecture et l’utilisateur « Microsoft souhaitait le nec plus ultra en termes d’aménagement et de finition respectant évidemment les directives internationales qui visent une uniformité et une reconnaissance mondiale tout en affichant une identité propre », se rappelle Wim Van Hove, Managing Director PROCOS Group. Les visiteurs qui pénètrent dans le bâtiment Passport ne voient aucune autre entreprise dans l’atrium. Toute l’attention se porte dès lors spontanément sur Microsoft.

PROFACILITY W WORKPLACE 2019 67


« L’aménagement de l’espace s’appuie sur le plan de circulation qui devait être intuitif pour les utilisateurs », indique Irina Vasileva. « Le fait d’élargir et de rétrécir les couloirs de circulation donne une impression d’espace tout en contribuant à une délimitation douce de la surface. Chaque mètre carré est différent en termes de finition et a sa propre identité » Le concept est si ingénieux qu’en cas de faible occupation des postes de travail, les lieux ne paraissent jamais vides, alors qu’en cas de taux d’occupation élevé, il ne génère aucune sensation d’encombrement. Art Nouveau « Un lien avec la Belgique » : ce critère était inscrit en haut de la liste des aspirations en matière d’aménagement et design du nouveau siège de Microsoft. Un grand nombre de visiteurs étrangers entrent dans le bâtiment Passport après avoir parcouru les quelques centaines de mètres à peine qui les séparent de l’aéroport. Et bien qu’ils ne voient généralement peu de notre petit pays, ils vivent néanmoins une brève immersion au cœur de l’identité belge. Celle-ci est souvent illustrée par nos nombreux héros de bandes dessinées mais leur réplique était exclue ici.

Nombreux sont les visiteurs étrangers qui entrent dans le bâtiment Passport après avoir seulement parcouru les quelques centaines de mètres qui les séparent de l’aéroport.

68 PROFACILITY WORKPLACE 2019

« Les façades avant et arrière du bâtiment sont exposées au nord et au sud, situant d emblée les régions flamande et wallonne », explique Irina Vasileva. « La Flandre et la Wallonie sont s mboliquement colorées de beige les plages de la er du Nord et de vert les rdennes , constituant une bonne base pour la palette des couleurs à traiter. » À l’opposé du site de l’aéroport, caractérisé par l’abondance d’acier et de béton, le nouveau cadre de travail mise sur l’apport de la nature. « C’est ainsi que l’on a pensé au Gingko biloba, un arbre dont diverses espèces existaient déjà il y a 270 millions d’années et qui a même survécu à l’ère glaciaire », explique Irina Vasileva. a feuille du ingko est tr s spécifique et t pique du st le rt Nouveau dont ruxelles a été le berceau » Outre Victor Horta, le grand prêtre de l’Art Nouveau, de nombreux autres architectes moins connus ont laissé des centaines de témoignages de ce courant.


/MICROSOFT @ PASSPORT-ZAVENTEM

BUSINESS CASE

Le fait d’élargir et de rétrécir les couloirs de circulation donne une impression d’espace tout en contribuant à une délimitation douce de la surface.

PROFACILITY WORKPLACE 2019 69


/MICROSOFT @ PASSPORT-ZAVENTEM

BUSINESS CASE

À l’opposé du site de l’aéroport, caractérisé par l’abondance d’acier et de béton, le nouveau cadre de travail mise sur l’apport de la nature. C’est ainsi que l’on a pensé au Gingko biloba, un arbre à la feuille typique du style Art Nouveau dont Bruxelles a été le berceau.

L’Art Nouveau a été une grande source d’inspiration, tant au niveau des formes que du cadre de travail. Procos Group s’est vu confier la totalité du projet, de l’aménagement de l’espace à l’exécution en passant par la conception, l’agencement et la décoration. D’un point de vue technique, la société a collaboré avec VK Architects & Engineers. Wim Van Hove : « Le concept de l’aménagement a été développé en 3D et associé à la technique de la réalité virtuelle. Ceci permettait au client de parcourir le bâtiment avec des lunettes VR et ainsi d’avoir un avant-goût de ce à quoi il allait ressembler en réalité. » cti it based office Pour les 400 collaborateurs de Microsoft, le siège prévoit 123 postes de travail et 334 places supplémentaires réparties dans les 46 salles de réunion. « Chaque siège non occupé est disponible pour un collaborateur », explique Valérie Pierre.

70 PROFACILITY WORKPLACE 2019

Le nouveau quartier général de Microsoft Belgique compte 46 salles de réunion dont la plupart peuvent accueillir 3 à 5 personnes.

« La détermination du ratio résulte d’un examen de l’utilisation individuelle du temps et des personnes avec lesquelles les collaborations sont les plus fréquentes. Le but est de changer de place plusieurs fois par jour en fonction des tâches à effectuer. » Les postes de travail sont très variés, avec beaucoup de couleurs différentes, des hauteurs diverses et un large éventail de mobilier (sièges, fauteuils…). « L’éclairage et un climat de travail agréable du point de vue acoustique ont également fait l’objet d’une attention particulière », poursuit Irina Vasileva. éclairage à la fois fonctionnel et d ambiance est associé à des scénarios de lumi re faisant appel à diverses nuances de couleurs et d’intensité. Les prestations acoustiques du revêtement ont été adaptées à l’utilisation de conférences téléphoniques, surtout dans les petites salles (de réunion). »

Gestion optimale de l’occupation des salles de réunion Par rapport à l’implantation précédente, le nombre de salles de réunion a augmenté. Il y en a désormais 46 au total, leur capacité variant de 3 à 60 personnes. La majeure partie des salles de réunion peuvent accueillir de 3 à 5 personnes. Il n’est pas possible de réserver les salles de réunion d’une capacité jusqu’à 8 personnes. Ceci afin d’éviter de les bloquer pendant une heure alors que la réunion est terminé après une demi-heure. « En pratique, cela marche très bien car il y a une forte rotation et les durées d’occupation des espaces sont relativement courtes », constate Valérie Pierre. Le déménagement vers le bâtiment Passport fut pour Microsoft l’occasion idéale de diffuser aux collaborateurs et partenaires la nouvelle image d’entreprise, celle d’un « end-to-end software solution provider ». Eduard Coddé


ARE YOU READY

FOR YOUR NEXT OFFICE ?

Kinnarps nv - Heide 15 - 1780 Wemmel | T 02 456 0 456 - F 02 456 0 444 | projects@kinnarps.be - www.kinnarps.be


/

PUBLI-VIEW GREEN CONCEPT

Un lieu de travail verdoyant est meilleur pour la santé Écologie et éco-responsabilité sont des thématiques de plus en plus fréquentes. Green Concept & Services en facilite l’adoption sur le lieu de travail, dans l’intérêt du bien-être de tout le personnel. La présence de végétation favorise la quiétude, est reposante pour la vue et améliore la qualité de l’air. Intégrée dans un environnement de travail, cela ne peut que lui être favorable. La société Green Concept & Services constate une hausse rapide des demandes en environnements de travail plus verdoyants. « Certaines entreprises cherchent d’elles-mêmes à introduire de la végétation dans leurs bureaux ; dans d’autres cas, c’est un médecin du travail qui constate un air trop sec ou vicié », explique Erik Monsieur. « Ce sont souvent les architectes ou décorateurs qui initient le mouvement. » Un cadre verdoyant adapté au travail L’intégration de la végétation sur le lieu de travail peut avoir lieu de différentes façons. « Une première méthode, très simple, consiste à harmoniser de jolis bacs de plantes à l’aménagement intérieur. Nous les louons avec un contrat de maintenance, de façon que la végétation soit toujours pimpante et contribue réellement à la qualité de l’air », poursuit Erik Monsieur. Les parois végétales, adaptées au lieu dans lequel elles doivent s’intégrer, sont une autre grande spécialité de Green Concept & Services. « L’avantage des parois végétales, c’est d’avoir un volume de feuilles nettement plus grand que les bacs de plantes. L’impact positif sur la qualité de l’air est bien plus considérable », explique Erik Monsieur. « En choisissant judicieusement les plantes, les murs végétaux apportent non seulement plus d’oxygène dans les locaux, mais servent également de filtre purificateur t il n a pratiquement aucune restriction de taille. »


Savoir-faire végétal La firme Green Concept Services est active en Belgique, au Luxembourg et dans le nord de la France. Ses équipes expérimentées se chargent du concept, de l’installation et de la maintenance. Avec l’arrivée dans l’entreprise de Kevin, le fils d’Erik Monsieur, c’est la quatrième génération qui s’active à rendre les cadres de travail plus agréables par le biais de décorations végétales. En 1936, son arrière-grand-père livrait déjà des plantes d’intérieur à plusieurs ministères. Les parois végétales requièrent évidemment une phase de préparation minutieuse, parce que la structure et l’installation sont deux autres facteurs importants. « Nous venons toujours sur place vérifier quelle est la taille idéale en fonction de la surface des bureaux et du volume d’air », commente Erik Monsieur. « Nous examinons ensuite les possibilités d’installation : structure, capacité portante du mur, luminosité naturelle… ». Les parois végétales n’ont généralement pas besoin d’arrosage automatique, mais pour les grandes installations vertes, une régulation de la circulation de l’eau est le meilleur choix, avec arrivée, évacuation d’eau et fertilisation automatiques. Même l’absence de luminosité naturelle n’empêche pas l’installation d’un tel équipement de verdure. Certaines variétés de plantes et une luminosité artificielle spécifique permettent en effet de contourner le problème.

Un cadre de mousses végétales est une alternative au mur végétal. Les dimensions du cadre sont très libres et l’esthétique verdoyante franchement convaincante. Ces tapis verticaux de mousses ont de bonnes vertus d’insonorisation et se prêtent dès lors très bien aux salles de réunion. Le seul bémol est qu’ils n’ont pas les mêmes vertus d’épuration d’air que les plantes. « Nous proposons un contrat de maintenance adapté pour chaque variante de plantes sur le lieu de travail », poursuit Erik Monsieur. « Dépoussiérage, taille, remplacement de certaines plantes sont quelques-unes des opérations que nous effectuons pour garantir au client une présentation toujours impeccable de sa végétation intérieure. »

Bonus santé De la végétation sur le lieu de travail rend ce dernier bien plus attrayant et plus sain. La présence de fruits peut également contribuer à cette ambiance positive. Green Concept & Services livre des corbeilles contenant 6 à 10 variétés de fruits, dont la composition change constamment. Le client a le choix entre 5 formats de corbeilles et peut opter pour des fruits ordinaires ou issus de la culture biologique.

Green Concept & Services SA Rue des soldats 84, 1082 Bruxelles Tel.: +32 (0)2 461 10 71 info@greenconcept.be www.greenconcept.be


La vue sur Bruxelles depuis les « coffe corners » contribue au succès imprévu de ce local présent à chacun des 4 étages. Ces espaces sont en permanence occupés par des collaborateurs qui en font leur lieu de travail préféré, ce que la mobilité informatique et le zéro câblage facilitent. Les « coffee corner » sont devenus les « pièces à vivre » de la maison.

74 PROFACILITY WORKPLACE 2019


/DKV @ CENTRAL PLAZA, BRUXELLES

BUSINESS CASE

Zéro papier, zéro câble, mobilité maximum :

Révolution en douceur chez DKV Réduire les surfaces et augmenter le bien-être des occupants, c’est possible. Combiner relocalisation de l’entreprise et modification fondamentale de ses prati ues c’est audacieu Faire en plus évoluer l’esprit d’entreprise et le cœur de métier vers le service et le contact client, c’est ne pas craindre de cumuler les défis ’assureur est pourtant parvenu vite et sans crise. En 2015, les deux sociétés-sœurs DKV (la référence en matière d’assurances maladie privées) et ERGO (spécialiste de l’épargnepension, des assurances-vie et des investissements) occupaient 12.160 m2 de bureaux Place Madou à Bruxelles. L’échéance du bail approchant, la question classique « stay or leave » se posait. « C’était un blockhaus des années 70, petites fenêtres, plafonds bas, murs jaunes, lino… », se souvient Emmanuel de Talhouët, à l’époque CEO nouvellement nommé. « Je suis arrivé dans une entreprise fantastique mais qui n’avait pas pris toute la mesure de la révolution digitale et de l inflation des soins de santé Ses bons résultats, sa notoriété gelaient quelque peu sa capacité d évolution interne a fa on de travailler devenait old fashioned », avec beaucoup de processus papiers l fallait relever plusieurs défis dans les modes de fonctionnement remettre le client au centre, travailler davantage en équipes, moderniser les pratiques… Le bâtiment de la place Madou ne répondait plus à deux besoins fondamentaux de nos collaborateurs la mobilité fonctionnelle, avec des équipes qui se recomposent, et la diminution des procédures écrites au profit du contact téléphonique, la croissance de l activité, le lancement de nouveaux produits et le marketing qui l’accompagne, avec un besoin d’espaces collaboratifs plus grands »

Réinvestir dans une localisation qui favorise la mobilité Le but du projet était aussi de diminuer la surface, donc les coûts, d’implémenter le télétravail et le NWOW. D’où la nécessité d’une localisation qui favorise la mobilité : DKV n’a qu’une seule implantation en Belgique et ses salariés proviennent de tout le pays. « Nous avons pensé à faire construire, précise Emmanuel de alhou t, mais le délai était trop serré entre la fin du bail et l obtention d un permis l fallait faire une anal se des besoins, notamment le ratio postes de travail à choisir c était une inconnue compl te uel pourcentage de télétravail omment calibrer le nouvel immeuble Nous avons mis à mois pour établir le cahier des charges Nous avions eu des possibilités dans un nouvel immeuble à construire dans le uartier Nord, idéal pour la mobilité ais c est un environnement peu sécurisant en fin de ournée et nous n en voulions pas pour notre personnel ma oritairement féminin » Au même moment, l’immeuble Central Plaza se libérait et le nouvel occupant pressenti s’est désisté. L’occasion n’a pas échappé à notre interlocuteur. « Une entreprise de conseil nous a aidés à faire l anal se des besoins et à rédiger un appel d offres structuré que nous avons mis sur le marché », explique Emmanuel de Talhouët. « Nous avons signé un pré-engagement sous réserve que le fit out fonctionne Nous avons élaboré un plan d implantation détaillé puis Colliers est entré en scène pour gérer le projet au sens détaillé du terme, avec une fonction de maître d’ouvrage délégué »

Emmanuel de Talhouët, ief nte ration fficer a animé et inspiré la nouvelle implantation dans l’objectif d’intégrer les deux sociétés du groupe en une seule entité et de les faire passer au NWOW.

PROFACILITY WORKPLACE 2019 75


/DKV @ CENTRAL PLAZA, BRUXELLES

BUSINESS CASE

Les « bubbles » - petites salles de réunion – permettent de s’isoler lorsque la tâche à effectuer nécessite plus de concentration

Changement complet de modes de travail Passer au zéro papier, tout numériser, créer l’archivage numérique et mettre les outils à disposition des services, achever de créer les derniers certains orkflo s pour éviter de continuer à recevoir des documents papier à signer à la main, faire évoluer les services supports (finances, HR, marketing…), qui étaient, eux, toujours « 100 % papier », tout cela a été préparé en vue de la relocalisation et effectivement réalisé dès l’arrivée au Central Plaza. Emmanuel de Talhouët : « Nous avons engagé une entreprise pour accompagner le changement olliers se chargeait des bricks, un autre partenaire du behaviour et la partie bytes a été gérée en interne » Et la réaction du personnel ? « Elle a été double un grand enthousiasme pour faire le ménage et une grande interrogation sur comment a va fonctionner» Nous avons réussi à traiter cette interrogation et les gens ont intégré cela avec des changements d’outils et de méthodologie on est passé d un c ur de métier qui était de traiter des documents à un c ur de métier qui est de rendre service à des clients oncr tement on fait la m me chose, on rembourse, mais dans l état d esprit, c est différent ela a aidé le personnel à quitter le bunker de papiers derrière lequel il se protégeait pour découvrir autre chose le contact client ela suppose des pratiques plus orientées téléphone, des feedbacks plus difficiles à entendre quand quelque chose ne se passe pas bien il faut savoir argumenter, mais on re oit aussi des feed backs tr s positifs qui font plaisir aux gens L’évolution vers le zéro papier a été plus dure pour certains services supports comme le marketing qui est dans la gestion de l image et a besoin de visualiser des imprimés ais on ne pouvait pas se permettre de ne pas savoir faire ce qu’on demandait à nos clients de faire tout au numérique »

« À un certain stade, il ne sert plus rien d’en parler, il faut faire » « Nous avons pris le parti de faire un pilote sur deux services qui étaient volontaires, avec cette consigne dans mois, plus de papier », poursuit le désormais CIO (Chef Integration Officer, pour l’intégration des deux entités DKV et ERGO). « Au même moment, nous avons implanté 2 jours de télétravail pour tout le monde compris moi, le patron, et assoupli les r gles de pointage e tout a donné des éléments de confort de vie qui ont été appréciés eux qui en bénéficiaient ont pu en vanter les avantages aux autres e pilote a montré aussi que les craintes n étaient pas fondées » Un chemin pavé de roses ? « Non ! Ça a été très chaud ! », reconnaît notre interlocuteur. l faut beaucoup de foi pour porter le pro et quand on vient d’une situation de départ où l’organisation ne connaît pas le NWOW l faut prendre des risques et faire des paris ar exemple, on a considéré un taux de foisonnement de 0 soit 0 bureaux pour 100 collaborateurs On m a dit a ne marchera pas, on va manquer de place à la comptabilité dem pour le éro papier, idem pour le éro c ble est impossible avec un mainframe l faut lutter en permanence contre la tendance naturelle à revenir vers la situation qu on conna t ller vers la nouveauté, c’est prendre des risques et cela nécessite de conforter les équipes ans n importe quel pro et le diable est dans les détails d exécution la quantité de petites choses qui ne vont pas fonctionner est considérable ais quand, en plus, on change la fa on de travailler, on cumule les difficultés était vraiment un triple pro et acilit , car il a eu beaucoup d accompagnement et de formation pendant un an et » Patrick Bartholomé Photos Marc Detiffe

76 PROFACILITY WORKPLACE 2019


Salle de réunion à 3 ou plus différentes confi urations sont possibles.

Assis ou debout, aujourd’hui ici, demain ailleurs, chaque collaborateur choisit son poste de travail et installe son pc portable librement ’acc s au mainframe par ifi rend la mobilité individuelle d’autant plus aisée.

Les casiers individuels sont un élément désormais classiques d’une organisation de bureau « clean desk » où le personnel d’entretien a pour consi ne de eter tout ce ui tra ne

PROFACILITY WORKPLACE 2019 77


/DKV @ CENTRAL PLAZA, BRUXELLES

BUSINESS CASE

oin cos ou lon ue tablée conviviale au choix, pour une pause-repas selon son humeur du moment.

Aux niveaux 0 et 1 : le forum. Avec son offre de petite restauration, a rapidement été surnommé le « Café de Bruxelles » par ses utilisateurs.

Les espaces du forum sont aussi utilisés en dehors des périodes de repas comme zone de concentration ou de travail en petits groupes.

78 PROFACILITY WORKPLACE 2019


Les points forts des aménagements dans le Central Plaza Les niveaux 0 et accueillent un forum (o a lieu l’entretien car… le patron n’a pas de bureau ) avec un service de petite restauration : salad bar, sand iches, soupes… « C’est tout simple mais les gens trouvent cela fantastique d avoir tout cela sous la main on n avait rien avant », précise Emmanuel de Talhouët. Grands espaces, deux niveaux, lumière, vue sur la ville, des coins pour s isoler… e bonheur » En corollaire : interdiction absolue du moindre biscuit ou gobelet de café sur le poste de travail.

L’immeuble Central Plaza, situé en face de la Gare centrale à Bruxelles, totalise près de 10.400 m2 dont 60 % occupés par les 500 collaborateurs de

En bas du forum, un coin VIP ou visiteur, deux salles de réunion avec lounge. Cela évite de faire monter les personnes extérieures aux étages et d’exposer des documents médicaux confidentiels. Pas d’auditorium car le quartier offre de nombreuses possibilités d’en louer. Chacun des 4 étages dispose d’un coffee corner avec deux frigos où chacun peut déposer son lunch. Un choix technique très fort : 0 câbles, même le téléphone, tout au Wi-Fi, même la connexion aux mainframes. Chaque membre du personnel a reçu un PC portable. Chacun peut travailler n’importe où. La maintenance des infrastructures, dorénavant dématérialisée, est donc externalisable et l’est largement. En corollaire : absolute clean desk polic Le personnel d’entretien a pour consigne de jeter tout ce qui traîne. Les postes de travail ne sont pas dédiés, il existe des zones de collaboration pour le travail par projets et un principe de « totem » par demi-étage, tous identiques et alloués chacun à un département. Le personnel y trouve son casier personnel verrouillé. Mobilier 50% renouvelé, réglable en hauteur. Chaque demi-étage contient 2 espaces de concentration, 5 bubbles, 2 salles de réunion, 2 tables collaboratives de 15 personnes, un coffee corner, et des desks. Chacun des étages est décliné sur le thème d’une saison.

1. Mettre en place 3 streams : bricks, behaviour et bytes 2. Avoir quelqu’un au sein du comité de direction qui porte le projet, montre son enthousiasme 3. Se faire épauler par un professionnel si on évolue vers le NWOW. Colliers nous a aidés à calibrer les sujets, donné du confort, déjoué les pièges on bénéficie d’un effet d’expérience qui évite bien des questions. 4. Capitaliser sur les bonnes surprises: les aspects de convivialité ont fait le succès de ce projet auprès du personnel. Ainsi pour les coffee corners, nous ne l’avions pas bien anticipé. Ils sont devenus les “pièces à vivre” de la maison. Le forum est davantage la “salle de réception” de la maison et cela nous l’avions bien prévu.

© Marc Detiffe

Bonnes pratiques : 4 conseils du CIO

PROFACILITY WORKPLACE 2019 79


WORKPLACE EXPERIENCE

Top 20 d’entreprises belges où il fait bon travailler TOP 10 Grandes entreprises (+ de 500 employés) (1) 1 Torfs 2 Accent jobs 3 McDonald’s Belgium 4 KBC 5 Start People 6 Dela 7 The Adecco Group 8 EY Belgium 9 Randstad Group 10 MediaMarkt

es collaborateurs de savourent leur victoire

a cuvée des entreprises certifiées Great Place o or vient d’ tre annoncée lors d’une soirée festive au oc s ome à ru elles ésultat entreprises certifiées d’entre elles sacrées est or places n label de ualité pour le bien tre au travail et le ressenti de l’environnement de travail o plus lobalement de la or place perience

envers leurs prestations et le plaisir qu’ils éprouvent sur leur lieu de travail. Ces résultats sont complétés par une évaluation de la politique et de la gestion RH de l’entreprise (Culture Audit Questionnaire). Les résultats de l’évaluation de leur entreprise par les employés pèsent pour 2 3 dans le score final, l’appréciation des bonnes pratiques de gestion pour 3.

La certification « Great Place To Work » est obtenue via une enquête en ligne effectuée à grande échelle auprès du personnel (Trust Index Survey). Cette enquête évalue la confiance des employés envers leur management, la fierté des collaborateurs

Le palmarès des entreprises qui ont mis la priorité sur la valorisation de leurs collaborateurs et leur épanouissement dans l’entreprise est établi selon deux catégories :

80 PROFACILITY WORKPLACE 2019

Ce classement est dominé par 5 entreprises d’interim, de recrutement et d’outsourcing de personnel. Le label de qualité « Best Workplaces » légitimise la qualité et la performance de gestion de ressources humaines qui constitue leur c ur de métier. Les entreprises commercialisant des produits ou services destinés au grand public constituent l’autre moitié de ce TOP 0. Ces entreprises savent qu’en misant sur le bien-être et l’épanouissement de leurs collaborateurs, le niveau de service au client s’en trouvera meilleur, ce qui en retour aura un effet positif sur la performance économique de l’entreprise. Il convient de mettre à l’honneur l’entreprise TORFS qui culmine en tête de ce classement depuis plusieurs années. Chez Torfs, l’accent est mis sur les personnes depuis la création de l’entreprise. Torfs ne mise pas seulement sur des collaborateurs et des clients satisfaits, l’entreprise est également très attentive aux fournisseurs et actionnaires. La société appelle cela la « sollicitude à 3 0 ». Torfs anime une communauté. Les valeurs de l’entreprise sont en partie déterminées par les salariés euxmêmes et c’est pourquoi les collaborateurs deviennent de vrais ambassadeurs de la culture d’entreprise.


TOP 10 Entreprises de taille moyenne (– de 500 employés) (1) 1 EASI 2 AE 3 Secretary Plus 4 Xylos 5 Protime 6 Mars Belgium 7 ORMIT 8 Roche Pharma 9 AXXES 10 SAS Institute Les sociétés IT dominent ce classement. Avec comme perspective la « guerre des talents », surtout dans ce domaine d’activité, le label « Best Workplaces » cautionne en partie l’attractivité et dynamisme de ces entreprises vis-à-vis des « millenials » qu’elles cherchent à recruter. Focus sur les bonnes pratiques managériales À côté de ce top 20, le Great Place To Work Institute, en collaboration avec la Vlerick Business School et leur partenaire média obat Mark Magazine a attribué le label « Great Place To Work » à 2 autres entreprises qui ont atteint le niveau nécessaire pour la certification. Elles sont reconnues pour leurs bonnes pratiques de gestion qui (re)mettent l’humain au centre. Parmi ces entreprises certifiées(2), trois entreprises ont été mises en avant pour une qualité spécifique de leur gestion :

transparence. Les valeurs et la culture d’entreprise sont clairement identifiables dans la communication tant interne qu’externe. ORMIT s’est distinguée en matière de formation continue. Dans un contexte économique changeant et une société en perpétuelle évolution, les collaborateurs d’une entreprise doivent sans cesse s’adapter en acquérant de nouvelles connaissances et en développant de nouvelles compétences. Développer le leadership de managers est le core business d’Ormit. Guider les autres pas seulement avec la tête mais aussi avec le c ur, en ayant un focus sur la création de valeur, pas seulement en termes financiers mais également au niveau du développement personnel. Le créateur de logiciels SAS INSTITUTE se démarque par des synergies fortes. La vision, les valeurs et la culture d’entreprise sont omniprésentes dans toutes les relations, entre les collaborateurs de l’entreprise, avec les clients et même dans leurs interactions avec les réseaux sociaux. Elles incitent ces travailleurs de la connaissance à donner le meilleur d’eux-mêmes. À l’heure o cultiver le bonheur au travail devient un leitmotiv pour beaucoup d’entreprises, le Great Workplace Institute est plus que jamais un auditeur précieux pour mesurer et attester d’un certain niveau de bien-être dans l’entreprise. Didier Van den Eynde

L’entreprise PROTIME a été reconnue pour sa communication authentique : « faire ce que vous dites et dire ce que vous faites ». L’écoute et le dialogue font partie intégrante d’une communication authentique tout autant que la

(1) Ce classement est obtenu parmi les 44 sociétés qui ont introduit un dossier de candidature pour la certification « Great Workplace To Work » et atteint le score nécessaire pour cette certification. (2) www.greatplacetowork.be

Gunter

ools du

nstitute est mis à l’ onneur

pour les s ner ies fortes de leur estion

“ Customers ill never love a company until the employees love it first.“ Simon Sinek

PROFACILITY WORKPLACE 2019 81


O

WORKPLACE & CLIMAT ACOUSTIQUE

➋ ➊

es panneau acousti ues ont été fi és en auteur contre les murs sur toute la lon ueur du all écoupés sur mesure ils sont à peine visibles

➋ ans l’espace de bureau des ponta es ont été construits avec des panneau ound collés au flanc de coupoles de lumi re vitrées ➌ u plafond sont accroc és des panneau ound avec croc ets en spirales pour laisser un espace minimal entre les panneau et le plafond et absorber encore mieu les bruits

82 PROFACILITY WORKPLACE 2019

➌ ➍ ans la cuisine la c arpente sous la aute toiture a été abillée de panneau acousti ues afin d’absorber l’éc o ➎ ’ancien pital militaire d’ nvers a bénéficié d’une métamorp ose compl te dans le cadre du renouvellement urbain e Groen artier est le nouveau nom de ce pro et de développement mi te incluant lo ements oreca tel et bureau sur un site piéton


Confort acoustique du 21e siècle sur un site du 19e n planifiant des pro ets de rénovation d’immeubles istori ues n’oublie surtout pas d’optimaliser le confort acousti ue out pro ramme de rénovation peut aisément inté rer plusieurs solutions sans nuire à la spécificité du b timent Le Groen Kwartier est la zone de reconversion urbaine autour de l’ancien hôpital militaire d’Anvers, sur la Marialei et l’arsenal proche de la Lange Leemstraat, tous deux érigés à l’emplacement de la Lange Leemstraat de 1851. Après une longue période d’inoccupation et de délabrement, la municipalité a racheté le site de près de 8 ha pour en assurer le redéploiement. Réaffectation de l’hôpital militaire d’Anvers Le master plan a pris forme par une équipe d’architectes menée par Stéphane Beel et Lieven Achtergael. Celle-ci s’est efforcée de conserver autant que possible les constructions monumentales du 19e siècle en y associant des constructions neuves. En 2010, le quartier fut réaffecté en zone piétonne résidentielle et de travail, par le biais d’un partenariat public/privé. Les anciens pavillons et les bâtiments situés sur l’axe nord/sud de l’hôpital ont été conservés « dans leur jus » et réaffectés en logements. L’ancienne chapelle est devenue l’immeuble phare du site depuis qu’elle héberge le restaurant 2 étoiles « The Jane ». La chaufferie abrite l’espace de travail partagé « Stokers » tandis que le cloître a été transformé en hôtel. Le bureau AG VESPA a établi ses quartiers là où se trouvait jadis l’état-major général. Optimalisation acoustique L’état-major général était consacré aux soins des officiers et à l’hébergement du personnel d’état-major de l’hôpital militaire. Il conjugue le style néo-renaissance flamande et néo-baroque.

La rénovation a été conduite en collaboration avec le Monumentenzorg Vlaanderen (service flamand de préservation des bâtiments historiques). Il en résulte un lieu de travail contemporain qui, malgré l’architecture moderne, respecte le caractère historique du bâtiment. Le chantier de rénovation n’a pas négligé le confort acoustique. DOX Acoustics a été sollicité pour développer un climat acoustique sain, tout en respectant l’architecture intérieure. Sa gamme « D-Sound » présentait la palette de produits la plus large pour l’optimalisation acoustique des espaces de bureau et de réunion, du hall et de la cuisine. Ces panneaux, qui peuvent être installés de multiples façons tout en garantissant un résultat esthétique sobre, sont conçus pour réduire considérablement l’effet d’écho. Combattre l’écho Les panneaux acoustiques ont été intégrés de façon invisible dans les bureaux d’AG VESPA. S’attaquer résolument aux bruits extérieurs et à l’écho provenant du hall a déjà permis de réduire considérablement le niveau de bruits parasitaires dans les espaces de bureau. Les panneaux acoustiques dans les bureaux pouvaient dès lors être affectés au confort acoustique agréable sur le lieu de travail. Sous la charpente, AG VESPA a installé une cuisine moderne faisant également office de salle de réunion informelle. Les parois inclinées ont été revêtues de panneaux acoustiques pour absorber l’écho généré sous la haute toiture.

L’établissement et la réalisation d’un programme d’optimalisation acoustique sur mesure ont permis de réaliser un cadre de travail contemporain reposant dans un magnifique immeuble historique. Eduard Coddé

➎ PROFACILITY WORKPLACE 2019 83


/

BUSINESS CASE COMITÉ OLYMPIQUE ET INTERFÉDÉRAL BELGE, BRUXELLES

Promouvoir l’organisation olympique belge comme marque Il y a bientôt 5 ans que le Comité Olympique et Interfédéral Belge (COIB) a amorcé une cure de rajeunissement, à l’aide de nouveaux logo et site Internet, de la marque « Team Belgium », d’une identité corporate réactualisée, d’une communication et d’une dynamique commerciale adaptées. Sans oublier, cela va de soi, le réaménagement du bâtiment hébergeant les 25 collaborateurs. Le COIB accueille chaque jour de nombreux visiteurs, et le bâtiment qu’ils voyaient ne correspondait plus à l’image de marque de cet organisme. Il était temps d’en revoir complètement la structure, afin de favoriser la communication interne et de diffuser vers l’extérieur la volonté d’ouverture et de transparence du COIB. Les racines du COIB remontent à 1906, ce qu’il fallait évidemment intégrer visuellement dans le concept. Le bureau d’architecture intérieur K-ONCEPT, spécialisé dans l’aménagement d’espaces de travail, a réalisé un rafraîchissement complet des bureaux, avec un minimum d’interventions et un résultat optimal. Les zones qui contribuent le plus à l’image du COIB – halles, réception, salles de réunion – ont été mises à nu jusqu’à la structure du bâtiment et entièrement réaménagées avec de nouvelles installations techniques et matériaux. De plus l’ancien local médical obsolète a été transformé en une cafeteria agréable et lumineuse. Un examen des lieux révèle quelques aménagements ludiques : la zone d’attente ressemble à la tribune d’un stade ; les couleurs des anneaux olympiques sont diffusées par l’éclairage LED afin d’établir un lien visuel avec le sol ; une piste de course à pied est simulée sur un mur vidéo à l’entrée, surmontée d’une horloge de stade qui égrène les secondes jusqu’aux prochains JO ; les fenêtres sont décorées de bandes de photos noir et blanc de nos médaillés belges, etc. Le résultat a vraiment une allure vive et moderne, mais sans tomber dans l’excès. Le COIB enregistre chaque jour les réactions positives de ses visiteurs, belges ou étrangers. Découvrez le reportage sur > www.profacility.be/workplace/Belgian-olympic

84 PROFACILITY WORKPLACE 2019


WORKPLACE & MOBILITY

Budget mobilité approuvé par le parlement fédéral

Nouveaux défis pour les facility managers La Chambre a approuvé le jeudi 28 février 2019 le règlement concernant le budget mobilité. Depuis le 1er mars 2019, les entreprises peuvent en principe procéder à son implémentation. Les facility managers devront eux aussi relever de nouveau défis

pas au budget mobilité. Enfin, signalons encore l’assouplissement temporaire de la limite d’émission de CO2 fixée à 95 g pour le réinvestissement du budget dans un véhicule écologique. Cette limite a été relevée à, respectivement, 05 g pour 20 9 et 00 g pour l’année 2020.

L’introduction d’un budget mobilité suppose une adaptation radicale de la car policy existante. Les RH et les fleet managers ont pour tâche de la préparer de façon minutieuse. Les sociétés de leasing vont devoir ajuster leurs outils de conseils et proposer des calculs supplémentaires pour compléter l’offre classique d’une voiture de société. Remplir le volet fiscal de la fiche de paie annuelle promet d’être un sacré boulot. Une partie de ce travail peut être repris par les secrétariats sociaux. De nombreuses questions pratiques resteront toutefois sans réponses même après l’introduction légale du budget mobilité. Début avril, le service public économie a publié un FAQ concernant le budget mobilité accessible via le https://mobiliteitsbudget.be/nl Rappelons que les employeurs n’ont aucune obligation d’implémenter le budget mobilité dans leur entreprise. Les employés peuvent décider eux-mêmes s’ils participent ou

ou eaux d fis pour les facilit managers Le budget mobilité peut aussi avoir des conséquences pour les facility managers. Opter pour des véhicules électriques ou plugin (hybrides rechargeables), des vélos électriques et d’autres nouveaux modes de transport comme la trottinette électrique entraîne souvent le réaménagement des parkings actuels et de l’infrastructure technique. Le budget mobilité peut aujourd’hui être utilisé pour la location ou l’achat d’un logement à proximité du travail, ce qui ouvre de nouveaux marchés. Les facility managers devront à ce niveau davantage se concerter avec les départements RH et achat afin d’anticiper la nouvelle mobilité sur le plan technique ou d’effectuer des adaptations à la situation existante. Heureusement, la législation en matière de copropriété a été assouplie afin que, par exemple, les bornes

de recharge puissent être placées plus rapidement dans un garage souterrain. es r gles sp cifi ues pour le budget mobilit Grâce au budget mobilité, les employés peuvent réinvestir le budget de leur voiture de société actuelle dans 3 piliers. Ils ont le choix entre un véhicule de société plus écologique (pilier ), une mobilité durable comme le transport public et le vélo (pilier 2) et un paiement en espèces du solde (pilier 3). Tout employé peut choisir entre ces trois piliers ou en combiner plusieurs. Le budget disponible correspond au coût total (annuel) de la voiture de société à échanger, appelé « cash out » pour l’employeur. Cela englobe en pratique tous les coûts et taxes liés au véhicule y compris la cotisation CO2 et les coûts de carburant. Le budget peut aussi être réinvesti dans la location à court terme d’un véhicule sans chauffeur ou dans des coûts d’hébergement si l’employé compte habiter plus près du travail. Le solde peut être payé en cash. Solde sur lequel il faut payer 38,07 de cotisations sociales, mais pas d’impôt. Ci-après, le détail des possibilités d’investissement du budget mobilité.

PROFACILITY WORKPLACE 2019 85


WORKPLACE & MOBILITY

in estissement du budget dans le pilier la oiture de soci t cologi uement responsable Les véhicules suivants entrent en ligne de compte pour le réinvestissement du budget : une voiture de société 00 électrique une voiture de société avec moteur à combustion : qui n’émet pas plus de 05 g CO2 km (année 20 9) qui n’émet pas plus de 00 g CO2 km (année 2020) qui n’émet pas plus de 95 g CO2 km (année 202 ) qui répond au minimum à la norme Euro pour les véhicules neufs ou à une norme ultérieure (actuellement EURO 6d temp). Dans le cas de plug-in hybrides, la batterie doit au moins avoir une capacité de 0,5 kWh par tranche de 00 kg du poids de la voiture. Pour les voitures en stock (jusqu’au 3 août 20 9), la condition 2 doit au moins être équivalente à celle du véhicule échangé.

in estissement du budget dans le pilier mo ens de transport durable et h bergement Nous entendons par moyens de transport durables : • les vélos de tout type et motos qui ne dépassent pas les 5 km h, à moins qu’elles soient totalement électriques • le transport public (y compris les abonnements nominatifs, les navettes fluviales, les tickets individuels y compris ceux qui ne sont pas nominatifs ou sont achetés à l’étranger, par ex. Thalys ou Eurostar) • le transport collectif organisé, le transport partagé (dont les taxis et autres services de location avec chauffeur) • le transport partagé : la location de voitures sans chauffeur pour un maximum de 30 jours calendrier par an • le logement : loyers ou intérêts hypothécaires (pas le remboursement du capital) pour les salariés qui possèdent une habitation dans un rayon de 5 km (à vol d’oiseau) de leur lieu de travail. aiement en esp ces dans le pilier Le budget qui n’a pas été réinvesti à la fin de l’année dans le pilier ou 2, peut être payé en espèces au salarié moyennant une cotisation ONSS spéciale de 38,07 . Michel Willems Fiscalist automotive taxation MOBILITAS

ash for cars ersus budget mobilit Outre le budget mobilité, le règlement « cash for cars » avait déjà été lancé en 20 8. Dans ce cas, la voiture de société est échangée contre un montant payé en cash. Cette disposition ne connaît actuellement pas un grand succès. Fin février 20 9, quelques adaptations y ont encore été apportées.

xemple d application d un budget mobilit change d’une BMW ou d’une Mercedes contre un type de véhicule inférieur vélo de société cash

Coût Full lease (1) BMW ou Mercedes

86 PROFACILITY WORKPLACE 2019

par an

.323,00

par an

7. 0 ,00

par an

9 0,00

par an

833,20

par an

5. 2,80

par an

2. 3 ,79

par an

3. 7 ,0

par an

Coût Full lease (1) VW Golf/Seat (1er pilier) Budget mobilité restant Coût de leasing vélo électrique 80 € x 12 (2e pilier) Indemnité vélo 8 km 0,23 €/km x 20 x 2 x 12 Brut à payer en cash Cotisations ONSS employeur & employé 38,07% Cash librement disponible Cash exonéré d’impôt

833,20

pour indemnité vélo otal disponible librement 1

a rédaction de cette contribution tient compte des modifications légales apportées usqu au 12 avril inclus

3.729,00

.

par an par an

par mois

o t full lease uniquement à titre d exemple et indicatif


Soyez connecté avec l’actualité du facility & workplace management

Inscrivez-vous via profacility.be/newsletter pour recevoir la newsletter mensuelle

Soyez-les premiers informés, suivez nous


We are Colliers Belgium Colliers Belgium provides real estate services that help our clients achieve their business goals. Growing your business, hiring the best talent, creating cultural change, your real estate solution has to support these goals. We provide an integrated range of services to help you find the best solution for any real estate issue.

www.colliers.be

Tenant Representation Building and Construction Services Capital Markets Workplace Solutions Design and Build

Profile for PROFACILITY - FCOMEDIA

PROFACILITY Workplace 2019 -F R  

PROFACILITY Workplace 2019 -F R  

Advertisement